Version classiqueVersion mobile

Parcourir le monde

 | 
Dominique de Courcelles

Deuxième partie. Géographie et systèmes symboliques

Les deux chemins opposés de la cartographie arabo-islamique médiévale : la mappemonde « islamique » (« l’école d’al-Balḫῑ », Xe siècle) ou le monde en sa diversité (al-Šarῑf al-Idrῑsῑ, XIIe siècle)*

Francisco Franco Sánchez

Texte intégral

  • * Cette étude fait partie du Projet « Biblioteca Digital Multilingue del Mediterráneo-IVITRA », du p (...)

1À son commencement, la science géographique arabe se rattache d’un côté au passé hellénistique – de clair héritage ptoléméen –, et de l’autre à nombre de concepts de tradition perse, ainsi que de tradition indienne. Les trois influences donnèrent lieu à une première géographie élaborée au VIIIe siècle à la cour du calife al-Ma’mūn, laquelle produisit jusqu’à cinq traductions de l’œuvre de Ptolémée, fit connaître sa cartographie en corrigeant certaines de ses erreurs de localisation et conçut le merveilleux ouvrage collectif Ṣūrat al-Ma’mūnīya – la mappemonde commandée par le calife ‘abbāsī al-Ma’mūn (régnant entre 198 et 218 / 813 et 833).

2À l’origine, la science géographique arabe est donc le résultat d’un croisement d’influences, même si prévaut l’importance de la géographie grecque. Ainsi se configure une géographie héritière du passé hellénistique, lui-même complexe. La Géographie de Claude Ptolémée est l’œuvre d’un astronome dans laquelle une liste de lieux répartis en régions et provinces fait suite à une introduction méthodologique. Cette liste de toponymes inclut aussi les données de longitude et de latitude de chaque lieu. Les deux chiffres servent ensuite à marquer sur les cartes de l’ouvrage chacun de leurs emplacements. Ces cartes, en conséquence, ont une relation intime avec le texte même de l’ouvrage et en sont l’émanation. Ultérieurement, les géographes arabes recueillirent cette cartographie et enrichirent la partie écrite du traité, donnant lieu à une structure différente et à toutes sortes de données supplémentaires de géographie humaine et économique. Il y eut donc dissociation entre la partie écrite de ces ouvrages géographiques arabes et les cartographies incluses (ou non) dans ceux-ci.

3Cette ligne, qui pourrait s’appeler école de géographie scientifique à partir du IXe siècle, à l’époque du gouvernement ʻabbāsīde, est complétée par une autre école géographique, appelée école d’Al-Masālik wa-l-mamālik ou de « l’Atlas de l’Islam » pour la partie géographique, et « l’École d’al-Balḫī » – par son éponyme – pour la partie cartographique. Au IXe siècle eut lieu une démarche visant à rendre l’histoire et les sciences adéquates à la tradition de l’islam. Durant ce processus d’islamisation des sciences, nous assistons d’une part à la naissance de la « médecine du Prophète », et d’autre part à une évolution vers une géographie émanant des préceptes du Coran et de la tradition islamique. Apparaîtra dès lors l’école de « l’Atlas de l’Islam » avec ses représentations cartographiques particulières. Lors des siècles ultérieurs, les deux lignes de la géographie arabo-islamique se maintiendront. Aux côtés des représentants de la géographie et de la cartographie d’héritage ptoléméen, comme al-Idrīsī, il y a parallèlement une évolution de la cartographie héritière de « l’école d’al-Balḫī », avec les importants apports d’al-Qazwīnī, Ibn al-Wardī, ad-Dimašqī, entre autres. Ces encyclopédies géographiques transmettent déjà une idée assez standardisée d’un monde, où la priorité n’est pas l’œkoumène, mais le dār al-islām (territoire de l’islam) : avec le temps, elles incluent en effet de plus en plus d’histoires de la tradition de l’islam et de récits ‘ağā’ib, ou « extraordinaires ». En réalité, les siècles d’or de la géographie arabe et islamique furent ceux qu’André Miquel a étudiés dans son encyclopédie du savoir géographique arabe, La géographie humaine du monde musulman jusqu’au milieu du XIe siècle, à savoir du IXe au début du XIe siècle, durant lesquels était à l’œuvre « l’école d’al-Balḫī ». À ces trois siècles, il faut également ajouter le XIIe, où nous trouvons tout particulièrement la figure d’al-Idrīsī.

I. — « L’ÉCOLE D’AL-BALḪĪ » (s. IVe H / Xe J.C.) DANS L’HISTOIRE DE LA CARTOGRAPHIE ISLAMIQUE ORIENTALE1

  • 1 Nous traitons largement ce sujet dans notre article « El occidente musulmán en los mapas del Medit (...)
  • 2 Régis Blachère, Henri Darmaun, Extraits des principaux géographes arabes du Moyen Age, Paris, Libr (...)
  • 3 André Miquel, La géographie humaine du monde musulman jusqu’au milieu du XIe siècle. Géographie et (...)

4Les siècles IV-V / IX-X correspondent à la « période classique » de la géographie arabe et se caractérisent par l’assomption de l’héritage de la géographie grecque, perse et même indienne. Cette « période classique » voit se produire une grande accumulation de données et d’informations nouvelles, enrichissantes pour une géographie qui commence à avoir sa propre spécificité. Il existe alors déjà une série d’ouvrages complexes et difficilement classifiables, ouvrages que les différents spécialistes classent d’ailleurs de manière diverse. Ainsi, R. Blachère et H. Darmaun considèrent que ces manuels sont à l’origine de la première littérature géographique arabe2. De son côté, A. Miquel attribue cette origine aux premiers ouvrages de adab3.

  • 4 Vid. S. Maqbul Ahmad, « Djugrāfīyā », dans Encyclopédie de l’Islam. 2e èdition (EI2), Leiden-Paris (...)

5Les ouvrages géographiques de cette époque peuvent se cataloguer en deux groupes principaux, selon leur thématique4. Le premier groupe traite du monde en général, et de l’empire islamique de manière plus détaillée. Ces ouvrages comprennent toutes les données possibles (raison pour laquelle ils sont classés dans la « littérature géographique profane de l’époque ») et abordent à la fois la géographie mathématique, astronomique, physique, humaine et économique. Il faudrait inclure dans ce groupe Ibn Ḫurradādbih, al-Ya‘qūbī, Ibn al-Faqīh, Qudāma et al-Mas‘ūdī. Comme l’Iraq était le centre le plus important d’études géographiques et que la plupart de ces auteurs en étaient originaires, l’ensemble de ces auteurs est aussi connu sous le nom de l’« école iraquienne ». Le deuxième groupe de la géographie iraquienne, élaboré sous le parrainage direct ou indirect des ‘Abbāsīdes, est dit celui de « l’Atlas islamique » ; il a contribué avec ses ouvrages à la configuration d’une description précise et détaillée de l’empire. L’ensemble des ouvrages de ce groupe de géographes peut être appréhendé sous divers angles, leur contribution à la géographie arabe étant essentielle : d’après leur objectif, leur structure et leurs particularités, ces ouvrages ont été considéré comme l’origine du genre « al-masālik wa-l-mamālik » (« les itinéraires et les royaumes »), dans la mesure où ils en sont les principaux représentants ; tandis que si nous analysons la cartographie associée à ceux-ci, ils ont été nommés « l’école d’al-Balḫī », dans la mesure où Abū Zayd al-Balḫī (ha. 236-322 / ha. 850-934) fut le premier à établir les règles conceptuelles que les autres suivirent ensuite.

  • 5 Les annotations et les appréciations de Charles Pellat quant à « Al-Masālik wa-l-Mamālik » sont tr (...)

6Le fait que les ouvrages d’Al-Masālik wa-l-mamālik, qui appartiennent au genre de la littérature géographique du IIIe / IXe siècle (ainsi que du début du siècle suivant), apparaissent comme une des conséquences de l’expansion de l’empire, a été une hypothèse souvent réitérée (même si nous ne la partageons pas, ce n’est pas le moment de nous étendre sur ce sujet)5. Jusqu’à présent, les spécialistes ont affirmé que la rapide extension de l’empire islamique a requis une certaine accumulation de données de géographie physique, humaine et économique. Cependant, cette explication n’est pas adéquate pour expliquer l’origine de ces ouvrages, car il apparaît que ceux-ci ne furent pas composés sur les instances de l’autorité publique, mais sont le résultat de l’initiative et des préoccupations propres à des voyageurs privés. Ces derniers rassemblaient en effet toute l’information possible sur le monde habité, en premier lieu sur le monde musulman, et dans une moindre mesure, sur le monde plus lointain, en passant les frontières de l’empire.

1. Les ouvrages géographiques de « l’école d’al-Balḫī » : la configuration d’un « Atlas de l’Islam »

  • 6 L’importance de cette section de l’œuvre indique qu’ils le considèrent, sinon comme le membre prin (...)

7L’extension politique de l’empire islamique, de l’Inde à al-Andalus, dessina l’extension d’un nouveau monde à connaître en un siècle et demi à peine. L’arrivée au pouvoir de la dynastie ‘abbāsīde en 133 H. / 750 J.C. conféra une nouvelle impulsion à la géographie. Tout l’empire avait besoin de la science géographique, premièrement comme un outil au service du gouvernement pour mieux connaître les territoires dominés, et deuxièmement comme information culturelle au service des élites. Les nouveaux gouvernants ‘abbāsīdes réalisèrent que l’ancienne politique des Omeyyades devait se rénover en raison des circonstances nouvelles, notamment par le déplacement du centre politique en Iraq, avec le nouveau statut de capitale donné à Bagdad. Soutenus par les Perses et encouragés par un esprit autocratique, une nouvelle administration devint nécessaire pour faire face à la nouvelle situation politique et pour encadrer les nouvelles provinces. Apparut alors une littérature géographique au service du pouvoir, laquelle servit aussi les élites culturelles arabes. Ces géographes, qui reçurent un certain héritage géographique, commencèrent à voyager pour l’augmenter et le préciser. Durant leurs voyages, ils recherchèrent des informations orales pour se faire une idée exacte du pays qu’ils traversaient ; l’observation personnelle (‘iyān) fut leur principal apport. C’est là le point de départ que Blachère et Darmaun ont suivi pour assigner une origine à « une géographie descriptive vraiment digne de ce nom », désignée par l’étiquette pédagogique Al-Masālik wa-l-mamālik6, par référence aux textes de ces traités.

  • 7 Cf. introduction de M. J. de Goeje, BGA, vol. I (vide infra n. 10).
  • 8 L’œuvre éponyme est donc al-Balḫī (ha. 236-322 / ha. 850-934), Suwar al-aqālīm (aussi Taqwīm al-bu (...)

8Le premier géographe à citer est l’éponyme de l’école cartographique, Abū Zayd Aḥmad Ibn Sahl al-Balḫī (ha. 236-322 / ha. 850-934), géographe originaire de Šamistiyān près de Balḫ (Ḫurāsān), formé en Iraq par al-Kindī (ha. 178-261 / ha. 794-874). Son ouvrage, Kitāb ṣuwar al-aqālīm (aussi appelé Taqwīm al-buldān par d’autres auteurs) est le traité d’un géographe « sédentaire », composé sur la base d’autres ouvrages. Il a été conservé, corrigé et augmenté dans l’ouvrage d’al-Iṣṭaḫrī, qui forme un ensemble difficilement divisible7. Al-Balḫī supervisa lui-même cette seconde édition de son ouvrage8, composé entre 318-321 H. / 930-933 J.-C. Pour cette raison, ces textes sont considérés comme appartenant à une même école et sont donc mis en relation. Après plusieurs investigations, A. Miquel regroupa déjà comme « Atlas de l’Islam » une série d’ouvrages consacrés à corriger, préciser et augmenter les connaissances du monde musulman que contenaient les traités de leurs maîtres. Comme il y a une filiation académique assez directe entre les différents représentants, cet ouvrage (et tout particulièrement sa cartographie) se fait appeler aussi « école d’al-Balḫī ».

  • 9 L’ouvrage d’al-Iṣṭaḫrī (m. après 340/951), identifié sous le titre Kitāb al-masālik wa-l-mamālik, (...)

9Abū Iṣḥāq Ibrāhīm Ibn Muhammad al-Fārisī al-Iṣṭaḫrī al-Karği (m. après 340 / 951) fut le premier à diffuser les idées d’al-Balḫī, dont il corrigea et augmenta l’ouvrage. Nous ne connaissons pas grand-chose de sa vie, si ce n’est qu’il était perse, originaire d’Iṣṭaḫr (ancienne Persépolis) et recherchant la connaissance à travers des voyages personnels. Il voyagea énormément et enrichit son ouvrage, le Kitāb al-masālik wa-l-mamālik, grâce à ses expériences9. En partant de la division grecque en 7 aqālīm longitudinales, il redéfinit l’iqlīm comme une unité politique, en différenciant les limites administratives des frontières naturelles. Il se concentre sur la kûra (comme hinterland d’une ville déterminée, conformément à l’origine étymologique grec), à laquelle il incorpore des données de toutes sortes. Ce traité constitua une information de base pour les géographes de cette école, non seulement en raison de son contenu, mais aussi du fait de son importante cartographie. Par ailleurs, traduit rapidement en perse, il devint le modèle d’autres ouvrages iraniens de géographie.

10En 378 / 988, il y eut une rencontre entre Ibn Ḥawqal et al-Iṣṭaḫrī, suite à laquelle le premier entreprit de compléter l’ouvrage du second. Considérant sa rédaction, achevée vers 367 / 977, comme étant bien supérieure à celle de son prédécesseur, Ibn Ḥawqal décida finalement – après avoir beaucoup hésité – de donner à l’ouvrage son nom, avec le titre Kitāb ṣūrat al-arḍ. Abū l-Qāsim Muḥammad Ibn ‘Alī Ibn Ḥawqal (m. après 378 / 988), originaire de Nasībīn/Nísibe (Haute-Mésopotamie/al-Ğazīra) où il vécut durant l’enfance et l’adolescence, voyagea sans arrêt entre 331 / 943 et 362 / 973, et visita même le Maghreb et al-Andalus (336-340 / 947-951). Cela explique à quel point son ouvrage est riche en détails de toute sorte, détails acquis directement par lui-même. Il complète ainsi chacune des 20 régions de son ouvrage (et non les 7 aqālīm), mais de manière déséquilibrée, et il les décrit en les réinscrivant dans un ensemble de relations économiques et politiques.

  • 10 Voir A. Miquel, « Ibn Ḥawqal », dans El2, III, p. 810-811. À noter l’intéressante étude de Jean-Cl (...)
  • 11 La version définitive que Ibn Ḥawqal (m. après 378/988) donne de « l’Atlas de l’Islam », intitulée(...)

11Il semble que les principales occupations d’Ibn Ḥawqal furent à la fois commerciales et missionnaires. Et du point de vue de ses options politiques et religieuses, les professions de foi fâtimides dispersées dans tout son ouvrage permettent, selon A. Miquel, de l’identifier comme un militant sincère de ce mouvement, même s’il est difficile d’affirmer qu’il s’agissait d’un dā‘ī, missionnaire fatimide10. On peut expliquer en ce sens certaines de ses positions au sujet de la Nubie ou du Maghreb, ainsi que ses opinions sur al-Andalus omeyyade et sur la Sicile. La révolution d’Ibn Ḥawqal a premièrement consisté dans la transformation d’un simple commentaire adjoint à la cartographie en un véritable ouvrage, indépendant et considérablement développé, tandis que le texte était seulement accessoire11 dans le cas d’al-Balḥī (en en partie d’al-Iṣṭaḫrī). La structure de l’ouvrage présente une modification essentielle : sans sortir du cadre général de l’islam, ni de la description de détail, ni de celle de chacune des provinces, cet ouvrage n’a plus un caractère de géographie administrative. L’auteur apporte à la description géographique des détails sur les différents pays et peuples voisins de l’islam qui avaient une importance particulière pour lui : on peut y lire des passages sur les Turcs, les Khazars, les villes italiennes du sud, les Soudanais ou les Nubiens.

  • 12 L’édition de l’ouvrage d’al-Muqaddasī (ha. 334 / 946 - ha. 390 / 1000), intitulé Kitāb aḥsan al-ta (...)

12Abū ‘Abd Allāh Muhammad Ibn Aḥmad Ibn Abī Bakr al-Bannā’ al-Šāmī al-Muqaddasī (ou al-Maqdisī), (ha. 334 / 946 - ha. 390 / 1000) affirme, dans son Aḥsan al-taqāsīm fī ma‘rifat al-aqālīm, avoir considéré la géographie arabe sur de nouveaux fondements et lui avoir attribué un nouveau sens – lequel sera utile pour différentes professions et catégories sociales12. Le Kitāb aḥsan al-taqāsīm est considéré comme le paradigme du genre. L’auteur, grand voyageur et compilateur d’informations, commence à rédiger son ouvrage en 375 / 985 et le termine trois ans plus tard. Il y inclut une intéressante introduction où il fait part de ses motivations et recueille les conceptions de géographie physique de ses prédécesseurs, notamment les divisions qu’ils adoptaient, de même que la terminologie et la toponymie qu’ils utilisaient. Il divise le monde islamique en 14 aqālīm : sept arabes (l’Arabie, l’Iraq, al- Ğazīra, la Syrie, l’Égypte et le Maghreb) et sept non arabes (‘ağam : la Transoxiane, le Ḫurāsān, le Daylām, le Caucase, le nord de l’Iran, l’Ḫuzistān, le Fars, Kirmān et le Punjab), chacun avec une métropole ou miṣr. À un niveau inférieur il place les districts (kuwār), qui dépendent des provinces, avec leur capitale correspondante, et il décrit sur cette base les particularités essentielles de chacun en suivant la ligne de ses prédécesseurs.

13Pour compléter, il donne des éléments sur lesquels ses prédécesseurs n’avaient pas porté leur attention ; nous retrouvons ainsi dans son ouvrage des données de géographie économique sur les mines, les poids, les mesures et les prix, ainsi que des données sur les langues et les races, les coutumes, les religions et les sectes, sans oublier les divisions territoriales, les itinéraires et les distances, etc.. Il pense que la géographie n’est pas une science qui s’acquiert par le raisonnement (qiyās), mais par l’observation et la prise d’information directes, sur lesquelles il met l’accent. Il se pose aussi la question de la terminologie géographique et du sens spécifique de certaines expressions, par le biais d’analyses incises dans l’introduction de l’ouvrage.

2. La cartographie incluse dans les ouvrages de « l’école d’al-Balḫī »

  • 13 Le manuel essentiel sur l’histoire de la cartographie, car il s’agit du plus récent et approfondi, (...)
  • 14 G. R. Tibbets, « The Balkhī School of Geographers », dans The History of Cartography. Volume Two. (...)
  • 15 Voir à ce sujet les appréciations que nous leur avons apportées dans notre article « Al-Andalus co (...)
  • 16 BGA, III, p. 10-12.

14L’ouvrage d’al-Balḫī et la cartographie l’accompagnant n’ont pas été conservés, mais les deux subsistent dans l’ouvrage d’al-Iṣṭaḫrī, qui a amélioré l’œuvre de son prédécesseur (m. après 340 / 951). Ce nouveau traité inclut donc l’ouvrage précédent mais le résultat d’ensemble est sensiblement meilleur. Al-Iṣṭaḫrī dessina dans son Kitāb al-masālik wa-l-mamālik une mappemonde et vingt cartes régionales (ou provinciales), sur la base desquelles il développa une explication écrite13. La relation de filiation à l’égard de la cartographie de « l’école d’al-Balḫī » se décèle dans la fig. 1, comme le montre G. R. Tibbets14. Cet ouvrage fut inséré, à son tour, dans l’excellent Kitāb ṣūrat al-arḍ d’Ibn Ḥawqal (m. après 378 / 988). Même s’il suit la tradition de l’école d’al-Balḫī, il offre de sensibles nouveautés cartographiques et de riches observations personnelles. L’ouvrage contient une mappemonde et vingt-et-une cartes, très supérieures à celles d’al-Iṣṭaḫrī, mais qui présentent des disparités : tandis que certaines sont très exactes, d’autres sont confuses et présentent plusieurs défauts (tout particulièrement celles des régions les plus lointaines du centre créatif iraquien, comme al-Andalus)15. Finalement, al-Muqaddasī (ha. 334 / 946 - ha. 390 / 1000) complète cet ouvrage avec Aḥsan al-taqāsīm fī ma‘rifat al-aqālīm. Il y décrit le monde islamique sous une nouvelle subdivision provinciale, et il inclut douze cartes à son sujet. Il assure en outre que sa cartographie de la mer qui entoure l’Arabie est plus exacte, en raison de son expérience personnelle et en vertu des informations transmises par les marins qu’il consulta16.

DIAGRAMA MOSTRANDO LA HIPÓTESIS DE G. R. TIBBETS SOBRE LA RELACIÓN ENTRE LOS MAPAS DE LA “ESCUELA DE AL-BALJI”

DIAGRAMA MOSTRANDO LA HIPÓTESIS DE G. R. TIBBETS SOBRE LA RELACIÓN ENTRE LOS MAPAS DE LA “ESCUELA DE AL-BALJI”

Fig. 1 : Diagramme sur le stemma, ou relations de filiation cartographique dans « l’école d’al-Balḫî » (selon l’interprétation de G. R. Tibbets : « The Balkhī School of Geographers », op. cit., fig. 5.3., p. 113)

15En général, sur les mappemondes de cette école, les frontières arbitraires des provinces (iqlīm) de l’islam sont indiquées par rapport à celles des provinces non-islamiques, avec la finalité d’offrir une image générale des divisions ethniques et politiques du monde de l’époque. Mais c’est spécialement dans l’élaboration des cartes provinciales (appelées iqlīm) que ces cartographes montrent leur originalité. Les frontières, les villes, les rivières, les montagnes et les itinéraires sont indiqués sur chaque carte avec une grande habilité. L’objectif est d’offrir une image la plus exacte possible du monde islamique. Les cartes de cette école diffèrent des cartes greco-islamiques, qui prônaient la division mathématique des climats ; Ibn Ḥawqal affirme qu’il s’agissait d’une méthode confuse. Les nombreuses cartes régionales et provinciales qui accompagnent ces ouvrages, notamment celles de la péninsule Arabique, de l’Iran et d’al-Andalus, sont une autre des particularités de la cartographie de cette époque.

3. Une vision idéologique, religieuse et impériale du monde connu

  • 17 Voir S. Maqbul Ahmad, s.v., EI2, vol. IV, p. 1111.

16Outre la singularité de ces auteurs, en raison de laquelle on considère qu’ils forment une école, nous constatons une amélioration continue de la cartographie précédente. Ce groupe d’auteurs s’éloigne de la « tradition gréco-islamique », aussi bien de sa méthodologie que de ses résultats, et il est considéré comme le reflet politique de l’islam de l’époque. De cette manière, ces cartes présentent une série de règles communes, ce qui les caractérise comme issues de la mentalité islamique17 :

  • À la différence des cartes de la « tradition gréco-islamique évoluée », où l’Iraq était dans l’iqlīm central (le IVe), La Mecque est placée au centre. L’orientation est une autre caractéristique venant de l’islam, le sud étant placé dans la partie supérieure et le nord dans la partie inférieure.
  • Deuxièmement, les terres sont entourées par l’Océan Environnant (al-Muḥīṭ), et presque tout le quart méridional du globe est représenté par de la terre, en prolongeant le continent africain (selon la notion grecque de la terra incognita). De cette façon, la Méditerranée et l’océan Indien sont deux golfes de l’Océan Environnant, lesquels s’assemblent à la hauteur de l’isthme de Suez (conformément au concept du Coran : XXV, 55 / 53 des deux mers qui confluent à al-Barzāḫ, La Barrière). Par ce biais, l’océan Indien est en communication avec l’océan Pacifique par le sud-est.
  • Les cartes consacrées aux mers présentent généralement une forme géométrique, ressemblant à un oiseau ou à une autre silhouette, conformément aux concepts de la tradition : les deux exemples les plus remarquables sont l’océan Indien (dessiné sous la forme d’une silhouette d’un oiseau), et la Méditerranée (représentée sous la forme d’un talaysān ou manteau).

17Parmi les multiples particularités de ce groupe d’auteurs, nous pouvons observer que cette école donnait donc un caractère islamique à la science géographique, le dār al-islām (territoire de l’islam) étant le centre d’attention privilégié de cette science. Découvrir exclusivement le dār al-islām était le premier objectif de ce groupe de géographes ; ils le divisaient en 20 aqālīm, après avoir parlé des pays non musulmans dans les sections introductives. La base pour ces divisions n’est pas le système des kišwār-s, ni celui des aqālīm (ou « climats ») de tradition grecque, il s’agit d’une base territoriale et essentiellement physique. Ceci est un progrès conceptuel en regard des rigides schémas précédents. Ibn Ḥawqal écrit ainsi dans l’introduction de l’ouvrage qu’il connaît bien le système des sept climats, mais qu’il ne l’utilise pas parce qu’il est confus et parce qu’il présente des chevauchements aux frontières des différentes provinces ; il en déduit qu’il y a un intérêt plus grand dans le découpage administratif que dans le découpage géographique. De cette manière, il dessine une carte spécifique pour chaque section, avec la description de la position de chaque « province », ainsi que de ses frontières et d’autres données de géographie humaine et économique. De plus, si ces auteurs donnent de l’importance aux concepts géographiques, c’est avec un ancrage dans le Coran ou dans les traditions transmises par les Compagnons du Prophète. Pour cette raison, ils assignent à la péninsule Arabique un emplacement central, où se trouvent La Mecque et la Kaaba. Tous ces auteurs ignorent aussi le monde chrétien et connaissent assez mal l’Extrême Orient et l’Occident musulman (Ibn Ḥawqal est une exception car son ouvrage dispose d’une description du Maghreb, d’al-Andalus et de la Sicile).

  • 18 R. Blachère ; H. Darmaun, Extraits..., p. 137.

18Ibn Ḥawqal est l’un des meilleurs représentants, avec son contemporain al-Muqaddasī, de la géographie fondée sur le voyage et l’observation directe (‘iyān). Selon A. Miquel, Ibn Ḥawqal se proposait d’apporter, dans son ouvrage Kitāb ṣūrat al-arḍ (aussi appelé Kitāb al-masālik wa-l-mamālik), une contribution au corpus de l’école géographique d’al-Balḫī, en y apportant des corrections. Si nous nous référons aux termes qu’il utilise pour décrire la rencontre personnelle avec al-Iṣṭaḫrī et les reproches qu’il lui adresse, Ibn Ḥawqal conçoit son ouvrage géographique dans une double optique, et non seulement dans celle de l’islam. Par contre, si l’on compare son ouvrage avec celui d’al-Iṣṭaḫrī, nous pouvons remarquer que Ibn Ḥawqal doit à son prédécesseur plus que ce qu’il lui reconnaît, et en premier lieu dans des chapitres entiers comme ceux consacrés à la péninsule Arabique, au Golfe Persique, à l’Ḫuzistān, au Fars, ą Kirmān, à l’Indus, au Daylim, à la mer Noire, à l’Ḫurāsān et au Siḫistān, auxquels il ajoute des suppléments intéressants mais brefs ; il lui doit aussi le schéma de base de l’Egypte, de la Syrie, de l’Iraq et de Šazīra. Seuls les épisodes consacrés au Maghreb, à al-Andalus et à la Sicile sont vraiment originaux18. À la différence d’al-Iṣṭaḫrī et d’Ibn Ḥawqal, Al-Muqaddasī divise le dār al-islām en quatorze aqālīm : sept arabes et sept non arabes (‘ağam). Cet ouvrage diffère de ceux de l’école quant à son organisation. Par contre, en accord avec cette géographie de l’Islam, il envisage certaines questions générales (comme le nom des mers, etc.) avec pour exigence qu’elles soient le plus conformes possible au texte coranique.

19Voici donc quels sont les représentants d’une « géographie de l’Islam » qui est la conséquence de la mentalité dominante de l’époque, plus que de l’appui du pouvoir ‘abbāsīde. La cohérence propre aux conceptions de ces auteurs permet d’attribuer à ces derniers une dimension de groupe ou d’école.

4. La Méditerranée sur les cartes en forme de talaysân et l’océan Indien en forme d’oiseau

  • 19 Konrad Miller, Mappae Arabicae: Arabische Welt-und Länderkarten des 9-13. Jahrhunderts, Stuttgart, (...)

20Dans la cartographie des mers des cartes régionales de « l’école d’al-Balḫī », il faut souligner la représentation de la Méditerranée. Elle apparaît au sein des exemples recueillis dans l’ouvrage de Konrad Miller, duquel nous avons extrait quelques planches (fig. 2a et 2b)19 du dossier 1/2, dans lequel est rassemblé un grand nombre de représentations différentes des mers, élaborées par « l’école d’al-Balḫī ».

  • 20 Nous avons fait une première analyse, élémentaire, des cartes d’al-Andalus dans notre article « Al (...)
  • 21 Voir cette identification dans Philippe Sénac, « Contribution à l’étude des incursions musulmanes (...)

21Nous souhaitons souligner plusieurs aspects de ces représentations. Premièrement, la Méditerranée se représente avec une forme de talaysān (manteau ou chasuble), forme que la plupart des représentations de ce genre adopte mais qui évoluera plus tard dans deux directions : elle devient un peu plus allongée, de même qu’un peu plus fidèle comme le souligne une certaine évolution vers le réalisme, qui peut être relevée avec le diagramme comparatif de l’évolution des représentations d’al-Iṣṭaḫrī I et II et d’Ibn Ḥawqal I, II et III – comme l’a démontré G. R. Tibbets (voir fig. 3). Ainsi, nous pouvons affirmer que la Méditerranée occupe depuis le premier instant une position centrale, avec le Maghreb et al-Andalus dans la partie supérieure, clairement privilégiés quant à leur taille, et al-Šām dans la partie inférieure, représentée en détail avec les canaux de l’embouchure du Nil dans la partie inférieure gauche, et le grand canal de la Corne d’Or avec Constantinople de l’autre côté. Toute la côte méridionale européenne (chrétienne), ignorée par les auteurs, est même éliminée de la carte. Pour al-Andalus, seules les villes de la côte sont représentées, et tous les peuples chrétiens du nord de la péninsule Ibérique sont de même ignorés, resserrés sur une partie de la carte correspondant au bassin de l’Èbre et aux Pyrénées20 (voir fig. 4). Par contre, les trois îles principales de la Méditerranée sont indiquées : la Sicile, la Crète et Chypre. Le Ğabal al-Qilāl est représenté comme un mont, même s’il s’agissait du nom d’une île de l’embouchure du Rhône où s’établirent de nombreux Cordouans expulsés par al-Ḥakam Ier après la révolte de l’Arrabal de Cordoue en 202 / 820 ; Ğabal al-Qilāl a été identifié, dans le Fraxinetum des sources franques, comme un nid de pirates qui dévasta le sud de la France et de l’Italie durant un siècle21.

22L’analyse de ces représentations nous permet de présenter des cartes de la « Méditerranée islamique ». Ces cartes montrent le Maghreb et al-Andalus face-à-face, ainsi que certaines îles musulmanes (le Ğabal al-Qilāl inclus, placé sur la carte aux confins du détroit de Gibraltar, près de la limite de l’Océan Environnant, dans la mesure où leurs auteurs ignoraient sa situation dans le sud de la France). Dans ce sens, il faut aussi souligner que ces cartes mentionnent seulement les noms des ports et des villes de la côte les plus connus et importants, en ignorant toute autre localité de l’intérieur (voir fig. 5). C’est pourquoi ce genre de représentations est une manifestation de l’orgueil religieux et impérial islamique, même si, au nom de la vérité, les cartographes de l’école précisèrent de plus en plus les côtes chrétiennes. Ibn Ḥawqal introduit ainsi les péninsules Italique, Hellénique et Anatolienne sur ces différentes cartes. Avec ceci, grâce aux voyages des auteurs et aux multiples informations recueillies, les représentations idéologiques laissèrent la place à des descriptions et à des cartographies plus détaillées et proches à la réalité, mais encore très éloignées de l’exactitude de « l’école gréco-islamique évoluée », héritière de la cartographie ptoléméenne (voir cette évolution dans la fig. 3).

  • 22 On peut trouver des notions sur l’orientation des cartes arabes dans des ouvrages comme ceux de K. (...)

23De la même manière, nous devons souligner l’orientation particulière de ces cartes22. Normalement, dans la cartographie islamique, le sud se place de façon privilégiée dans la partie supérieure de la carte (où se trouve La Mecque, 1’« hémisphère » le plus habité par les musulmans) et le nord dans la partie inférieure, à la différence des cartes chrétiennes postérieures. Parfois, sur les cartes chrétiennes, l’est se trouve dans la partie supérieure, mais dans le cas qui nous intéresse ici, c’est l’ouest qui se trouve dans la partie supérieure, comme dans toutes les représentations de la Méditerranée de cette série cartographique. Mais nous nous aventurerons à donner une explication différente de celle que nous venons de mentionner : les cartes étaient dessinées sur une page du manuscrit ; il importait que la carte, allongée et oblongue, reste verticale pour le lecteur, sans qu’il ait à tourner le manuscrit pour lire les légendes. Cette explication justifierait l’orientation de certaines de ces représentations – même si elle ne fonctionne pas pour toutes. L’océan Indien est aussi représenté comme un oiseau, dont la tête, correspondant à la péninsule Arabique, est soulignée car elle correspond à la péninsule Arabique.

II. — LE ZÉNITH DE LA GÉOGRAPHIE ARABE MÉDIÉVALE : AL-ŠARĪF AL-IDRĪSĪ (493-571 H. / 1099·100-1175·6 J.-C.)

1. La mappemonde et sa description intitulée Nuzhat al-muštāq

  • 23 La date de sa mort se signale traditionnellement en 560 H. / 1165 J.-C., mais Anneliese Nef, propo (...)
  • 24 Ḥ. Mu’nis, « Al-Ǧuġrāfīya... », p. 257-372.

24Abū ‘Abd Allāh Muhammad Ibn Muhammad Ibn ‘Abd Allāh Ibn Idrīs al-Ḫammūdī al-Ḫasanī, al-Šarīf al-Idrīsī (493-571 / 1099·100-1175·6)23, est le personnage le plus important du XIIe siècle dans le contexte de la géographie et de la cartographie, spécialement grâce à son Nuzhat al-muštāq fï ḫtirāq al-āfāq (Divertissement pour celui qui désire parcourir le monde). D’après les courtes références bibliographiques disponibles, nous savons qu’il est probablement né à Ceuta vers 493 / 1099·100, qu’il étudia à Cordoue (d’où son nom d’al-Qurṭubī) et qu’il notait toutes ses observations durant ses voyages. En 510 / 1116·7, il se rendit en Asie Mineure, au cours d’un voyage qui dura probablement plus de deux ans. Ensuite, il rentra probablement à Ceuta, puis entama un parcours dans al-Andalus et au Maghreb. Après un nouveau retour à Ceuta, il se rendit sûrement en Sicile, récemment conquise par les Normands, et vécut durant un court espace de temps chez un parent des nobles hammudites (parents des idrissides). Celui-ci dut lui faire rencontrer le roi Roger II de Sicile (car cette famille occupait de hauts commandements avec les Normands). Dès lors, le roi sicilien l’aurait invité à résider en son royaume, tout en lui promettant de le prendre à son service. Même s’il continua d’être musulman, il vécut plusieurs années dans la cour chrétienne de Palerme et fit partie de l’élite scientifique et littéraire de la ville. Par manque de références, ces années de sa vie sont inconnues, mais il semble qu’il mourut dans cette ville vers 571 / 1175-1176, sans que nous ayons plus de détails sur les dernières années de sa vie, ni sur sa mort24.

25Sur la demande du monarque siculo-normand Roger II de Sicile, il effectue un planisphère en argent avec la position de tous les continents, les mers, les fleuves, les villes, les voies de communication, etc., articulés selon les sept climats de la géographie classique. Il élabore cette grande mappemonde plate en argent sur la base des cartes ptoléméennes. Aucune preuve graphique de cet ouvrage n’a été conservée. Il a été dit que la Nuzhat al-muštāq consiste en un commentaire de ce planisphère de Roger II. Nous ne savons pas exactement si la mappemonde, placée au début de certains manuscrits de la Nuzhat (fig. 6), est une réplique de ce planisphère en argent, mais nous pouvons supposer qu’il s’agit au moins d’une copie très approximative. Ce planisphère a été copié postérieurement par Ibn Ḫaldūn, lui-même (voir fig. 7).

26Pour expliquer ce planisphère, et toujours à la demande du monarque, qu’al-Idrīsī rédige le plus célèbre de ses ouvrages, la Nuzhat al-muštāq fī-ḫtirāq al-āfāq. Jusqu’à présent, il a été considéré que la Nuzhat al-muštāq fut terminée en 548 / 1154 (selon ce qu’indiquent six des manuscrits). Mais Roberto Rubinacci a signalé le premier que l’ouvrage a en fait été terminé plus tard. A. Nef confirme cette affirmation en signalant la date de 1154 comme l’année de commencement et non de conclusion de l’ouvrage. Un autre ouvrage, le Uns al-muḥağ – selon une des copies manuscrites – semble avoir été achevé en 1192, ce qui indique qu’al-Idrīsī continua de travailler en Sicile après la mort de Roger II (fait qui coïncide avec certaines des succinctes informations disponibles à son sujet). Quant aux sources de la Nuzhat, elles proviennent d’ouvrages anciens, tant des classiques grecs que des classiques arabes. Une géographie descriptive, humaine et économique s’ajoute à ces données, ainsi qu’une très grande quantité de données d’itinéraires, urbaines, physiques, etc., rédigées sous forme de texte, lequel constitue précisément la Nuzhat al-muštāq. De la même manière, d’autres données issues de sources siciliennes sont utilisées pour la description de l’Europe, et grâce à cela l’ouvrage présente une originalité importante pour les lecteurs arabes.

27Outre les nouveautés conceptuelles de la Nuzhat, il faut mentionner qu’al-Idrīsī s’est occupé de concentrer toute l’information possible apportée par les voyageurs de plusieurs endroits dans le monde. Il eut sûrement l’occasion de la recueillir à Palerme et dans les ports siciliens, ainsi que lors de ses nombreux voyages en Méditerranée. En outre, des émissaires et des enquêteurs furent envoyés dans les régions et dans les pays pour lesquels al-Idrīsī n’avait pas pu recueillir d’information, ceci pour obtenir la plus grande vraisemblance et la plus grande exactitude quant aux descriptions des plus divers endroits du monde. C’est ce qui se dégage du témoignage d’al-Ṣafadī, quand il raconte qu’un jour le roi Roger dit à al-Idrīsī :

  • 25 Cf. Muhammad Hadj-Sadok (éd. ar., trad. fr., introd.), Al-Idrīsī. Le Maġrib au VIe siècle de l’Hég (...)

Je désire avoir une description de la terre basée sur des observations directes et non sur des ouvrages écrits. En conséquence, ils sélectionnèrent plusieurs personnes honnêtes, vives et intelligentes pour les envoyer en Orient et en Occident, au sud et au nord. Ils étaient accompagnés de dessinateurs chargés de recueillir tout ce qu’ils voyaient, et ils avaient l’ordre d’étudier profondément et de chercher la compréhension complète de tout ce qui semblait vraiment intéressant. De cette manière, quand l’un d’entre eux arrivait avec de l’information, al-Šarīf al-Idrīsī prenait des notes, jusqu’à ce qu’il réussît à compléter tout ce qu’il voulait savoir. Il compila ces données dans un ouvrage nommé Nuzhat al-muštāq25.

28En partant de la division classique ptoléméenne du monde en sept aqālīm, al-Idrīsī donne à son ouvrage une nouvelle forme d’exposition, notamment avec la description des régions qui se trouvaient dans chaque climat, en allant de l’ouest vers l’est. Il s’agit d’une minutieuse description de chaque pays, qui fait de son ouvrage un résumé de géographie descriptive (il indique la situation des fleuves, des monts, des déserts, etc.), humaine (il décrit les gens, les coutumes, les particularités, la culture, etc.) et économique (il y a plusieurs références aux productions agricole et artisanale, ainsi qu’aux échanges commerciaux, etc.), urbaine (il donne une série de données à propos de chaque ville, la taille, des éléments importants, etc.), etc. Cet ouvrage est d’une inestimable valeur pour l’évaluation des connaissances du monde au VIe / XIIe siècle. Il faut noter que, dans cet ouvrage, les régions occidentales sont décrites avec plus de détails que les régions orientales.

2. La cartographie de la Nuzhat al-muštāq d’al-Idrīsī

29Tandis que « l’école d’al-Balḫī » et son « Atlas de l’Islam » gagnaient de plus en plus de prestige parmi les cartographes orientaux, d’autres cartes, héritières de la tradition gréco-islamique, continuaient d’être produites en Occident. On sait que la cartographie grecque atteint son sommet avec Claudius Ptolemaeus (ha. 90 - 168 ap. J.-C.), le responsable de la bibliothèque d’Alexandrie au IIe siècle ap. J.-C. La mappemonde de Ptolémée présente une terre habitée, ou œkoumène, divisée en cinq climats dans l’hémisphère Nord et en deux dans le Sud, avec un continent africain inconnu, qui n’est pas représenté dans la partie inférieure. À l’extrême sud de l’Afrique se trouvent les sources du Nil. Le continent se prolonge vers l’océan Indien, qui se termine comme un lac fermé, dans lequel l’île de Ceylan acquiert une grande taille, tandis que l’Inde est représentée dans des dimensions modestes. Ces cartes présentent une structure réticulaire de parallèles et de méridiens droits – structure reconnue comme première projection conique – tandis que la deuxième version de la cartographie ptoléméenne cherche à représenter la sphéricité de la terre en utilisant une projection courbe des méridiens.

  • 26 Ces différences étaient dues au fait que les géographes et cartographes musulmans connaissaient mi (...)

30Avec Ptolémée, nous aboutissons bien à un zénith de la cartographie et de la géographie astronomique, mais cet ouvrage sera recueilli et précisé à la cour ‘abbāsīde, où dans la Bayt al-Ḥikma (Maison de la Sagesse) s’élabore par ordre du calife al-Ma’mūn (198-218 H. / 813-833 J.-C.) une mappemonde – actuellement perdue – directement héritière de la mappemonde ptoléméenne, nommée par son mécène Ṣūrat al-Ma’mūnīya. Il y a en plus cinq traductions de l’ouvrage ptoléméen dans l’arabe de cette époque, la plupart partielles et dépourvues de cartographie (au moins dans celles qui sont conservées ou dont nous avons les références). Dès lors surgit la dénommée « cartographie gréco-islamique évoluée » qui diffère de l’originale ptoléméenne en certains aspects : elle ne suit plus la technique ptoléméenne de la projection conique et nous trouvons des différences remarquables quant à la configuration des mers et des continents. Dans les cartes ptoléméennes, l’océan Indien se présente sous la forme d’un lac, tandis que dans celles de la tradition gréco-islamique celui-ci communique au sud-est avec l’océan Pacifique (le dénommé « Océan Environnant ») ; et l’île de Ceylan présente de plus petites dimensions que dans les plans de Ptolémée26.

31Al-Idrīsī – sur la base d’une géographie mathématique, avec une relation entre les coordonnées de latitude et de longitude, en grande partie prises de la Γεωγραϕική ϓϕήγησις, Géographie de Claudius Ptolemaeus (ha. 90 - 168 ap. J.-C.) – en fait une révision et réussit à gagner en précision dans plusieurs des cas. Les latitudes et les longitudes constituaient la base pour définir l’emplacement des toponymes, ainsi que pour élaborer les cartes. Pour une meilleure lecture de situation, des lignes s’ajoutent sur les cartes avec des marques régulières aux extrémités. Nous trouvons aussi sur ces cartes un emplacement relatif des toponymes, dont une bonne partie est fixée par rapport à la proximité avec les chaînes de montagnes, les fleuves ou les autres villes voisines. Les coordonnées ne sont pas indiquées dans l’ouvrage écrit, elles sont seulement mentionnées sur les cartes.

  • 27 Mappae Arabicae, I/2-3, VI.
  • 28 Hans von Mžik, « Idrisi und Ptolemäus », dans Orientalische Litteraturzeitung, vol. XV, 1912, p. 4 (...)

32II.C. L’abondante cartographie régionale est une autre des particularités du livre d’al-Idrīsī à prendre en compte : l’auteur recueille jusqu’à soixante-dix cartes régionales dans son ouvrage, complément cartographique indispensable à la connaissance exacte de chaque région décrite. Cet ensemble se décompose en dix cartes régionales pour chacun des sept climats qui divisent l’ouvrage. Nous ignorons si ces cartes régionales, unies ensemble dans la reconstruction de l’œuvre par Konrad Miller (fig. 8)27, correspondent à la réplique en argent qu’il fit pour Roger II, comme il l’affirme dans l’introduction de son ouvrage, mais nous pensons que le planisphère devait être plus proche de la mappemonde que de cette reconstruction. Al-Idrīsī n’explique pas plus ici que dans la courte introduction de la Nuzhat les méthodes ni le type de géographie astronomique utilisés pour élaborer chacune des cartes régionales. Mžik conclut qu’il n’y a pas de méthode et qu’une ancienne carte ptoléméenne pourrait être la base sur laquelle al-Idrīsī a travaillé28. L’échelle numérique des marges pour localiser les longitudes et les latitudes de chaque emplacement (échos de la cartographie d’Ératosthène ou d’Hipparque), est l’innovation principale parmi toutes celles introduites.

3. Al-Idrīsī, méprisé par ses contemporains arabes

  • 29 Selon F. Pons Boigues, c’est parce que les musulmans le considéraient, dans une certaine mesure, c (...)
  • 30 Giuseppina Igonetti, « Le citazioni del testo geografico di al-Idrīsī nel « Taqwīm al-buldān » di (...)

33Très peu d’écrivains arabes apportèrent des données sur la vie et les ouvrages d’al-Šarīf al-Idrīsī ; même s’ils connaissaient son ouvrage géographique et ses plans, ils les utilisèrent dans leurs compilations sans en citer l’origine29. La liste des géographes et des historiens contemporains et postérieurs qui utilisent son œuvre sans la citer est longue. Un des premiers savants musulmans qui utilise l’ouvrage géographique d’al-Idrīsī est le célèbre Yāqūt al-Ḥamawī (ha. 575-626 / ha. 1179-1229) : il recueille au début de chaque entrée de son Mu‘ǧām al-buldān (Dictionnaire des pays) des données géographiques concernant les emplacements, données qui sont reprises en grande partie de la Nuzhat de al-Idrīsī. Ibn Sa‘īd al-Magribī (610-685 / 1213-1286) dans l’ouvrage Kitāb al-ğugrāfiyā fī aqālīm as-sab‘a (Traité de la mappemonde, selon les sept climats) et Abū 1-Fidā’ (672-732 / 1273-1331) dans l’ouvrage Taqwīm al-buldān30 (Classification des pays) font de même – ils sont sûrement les deux plus célèbres d’une longue liste de savants arabes.

  • 31 La Muqaddima et le Kitāb al-‘Ibar en première version – la tunisienne – furent rédigés au château (...)

34En 779 / 1377, à la différence des précédents, Ibn Ḫaldūn (732-808 H. / 1332-1406 ap. J.-C) reconnaît explicitement avoir disposé dans sa Muqaddima d’une copie du traité de géographie d’al-Idrīsī. Cet ouvrage contient un petit traité de géographie qui contient le passage suivant31 :

  • 32 Ibn Ḫaldūn : Muqaddima, éd. árabe par Rašīd ‘Aṭīya et ‘Abd Allāh Al-Bustānī, Beirut, Éd. Maktabat (...)
  • 33 Ibid., éd. arabe R. ‘Aṭīya et ‘A. A. Al-Bustānī p. 53; éd. arabe ‘A. B. Ḫarīyif, p. 105; trad. fr. (...)

Dans cette Annexe, nous allons tracer un planisphère (ṣūrat al-ğugrāfiyā), dessiné comme celui de l’auteur du Kitab Ruğğār. Ensuite, nous allons l’expliquer32.
Nous allons suivre l’exemple du Kitāb Nuzhat al-muštāq rédigé par al-‘alawī al-Idrīsī al-Ḥammudī pour le roi franc de Sicile Roger, fils de Roger, quand il vécut près de ce roi en Sicile [...] Il écrivit cet ouvrage au milieu du VIe siècle H.[XII J.C.] et il rassembla de nombreux ouvrages d’al-Mas‘ūdī, Ibn Ḫurradāḏbih, Ibn Ḥawqal, al-‘Uḏrī, Iṣḥāq al-Munağğim et Ptolémée, entre autres, pour se documenter33.

  • 34 À l’angle supérieur gauche de la première feuille de ce même manuscrit, nous trouvons un texte en (...)
  • 35 Dans la traduction française, Vincent Monteil reproduit l’illustration du manuscrit 1936 AE, ms. A (...)

35Dans la grande introduction (ou Muqaddima) de son ouvrage historique, Ibn Ḫaldūn utilise déjà le terme ṣūrat al-ğugrāfiyā au sujet de la description de la carte recopiée sur celle d’al-Idrīsī. Selon l’information disponible, nous savons qu’Ibn Ḫaldūn ne s’occupa pas de copier ce manuscrit, mais il supervisa la mappemonde d’al-Idrīsī que ce dernier contient34. Très peu de manuscrits d’Ibn Ḫaldūn ont conservé cette copie de la mappemonde d’al-Idrīsī35 (un exemple à la fig. 7). Nous pouvons en conclure que la Nuzhat al-muštāq d’al-ldrīsī a eu plus de postérité dans sa circulation que ne l’indique négativement l’absence quasi totale de références explicites à son auteur dans les sources arabes. Ibn Ḫaldūn disposait probablement d’une copie de l’œuvre et de sa cartographie. Ibn Ḫaldūn eut sûrement un accès facile à l’ouvrage en Tunisie, où il rédigea la Muqaddima.

36Nous pouvons remarquer que deux siècles après son apparition, le livre était célèbre, comme Ibn Ḫaldūn le répète avec sa formule : « bien connu de nos jours ». Par contre, quand il le mentionne (en trois occasions), il le fait sous l’attribution du mécène, sans citer la paternité littéraire d’al-Idrīsī – sauf quand il inclut le nom « al-Šarīf ». Quant à la Nuzhat, Ibn Ḫaldūn ne travaille pas comme ses contemporains, qui, certes, connaissent le livre et l’utilisent mais ont des scrupules quand il s’agit de le citer comme source. Ainsi même si nous savons que l’ouvrage d’al-Idrīsī circulait dans le monde islamique, les références des auteurs arabes à celui-ci demeurent très rares. Dans les siècles ultérieurs, cet ouvrage est occulté, car il a été rédigé par un musulman qui n’a pas hésité à transmettre à un puissant monarque chrétien une information géographique et cartographique aussi sensible politiquement que stratégiquement. Il a mis entre les mains de ce souverain chrétien le savoir le plus exact et le plus détaillé du monde, que personne n’avait eu jusqu’alors.

4. Al-Idrīsī, le premier géographe arabe traduit au XVIe siècle en Europe

  • 36 Léon l’Africain était un auteur grenadin exilé au Maghreb peu après la conquête de Grenade par les (...)
  • 37 G. Oman, s.v, dans EI2, vol. III, p. 1059. Sur les traductions de l’époque moderne de l’ouvrage d’ (...)

37Curieusement, Al-Šarīf al-Idrīsī, connu à l’époque moderne comme « le Nubien », est le premier géographe arabe édité et connu en Occident, avec Léon l’Africain dont l’ouvrage est écrit à l’origine en italien en 152636. L’œuvre la plus importante d’al-Idrīsī, celle qui a connu la plus grande diffusion à la Renaissance et dans les époques postérieures, est la traduction d’un résumé bref et superficiel (résumé qui n’est pas tiré de l’œuvre originale) de son ouvrage Nuzhat al-muštāq ḏikr al-amṣār wa-l-aqṭār wa-l-buldān wa-l-ğuzur wa-l-madāyin wa-l-āfāq (sic.). Imprimée à la Stamperia Medicea de Rome en 1592, cette édition médicéenne a été traduite en italien par le polygraphe italien B. Baldi (la traduction se trouve inédite à l’Université de Montpellier) et traduite en latin en 1619 par le maronite Gabriel Sionita et par Joannes Hesronita. La traduction latine est publiée à Paris sous le titre Geographia Nubiensis, id est accuratissima totius orbis in septem climata divisi descriptio continens praesertim exactam universiae Asiae et Africae, rerumque in iis hactenus incognitarum explicatione. Le manuscrit de cet opuscule ne cite pas son auteur et, par conséquent, après une erreur du copiste sur un passage relatif à la Nubie (as-Sūdān) où il écrit arḍu-nā « notre terre » (au lieu de arḍu-hā « sa terre »), le nom de l’auteur est attribué à ce pays. À ce moment-là apparaît le nom Nubien, sans plus de précision. Ce texte médicéen servit de base pour de nombreuses études particulières et partielles. Très réédité, il fut une source de savoir et d’autorité pendant plusieurs siècles37.

Notes

1 Nous traitons largement ce sujet dans notre article « El occidente musulmán en los mapas del Mediterráneo de la escuela de al-Baljî” (s. IV H. / X J.C.) », dans Relaciones hispano-marroquíes : una vecindad en construcción, édition de Ana I. Planet et Fernando Ramos, Madrid, Ediciones del Oriente y del Mediterráneo, 2005, p. 35-62.

2 Régis Blachère, Henri Darmaun, Extraits des principaux géographes arabes du Moyen Age, Paris, Librairie C. Klincksieck, 1957, cit. p. 17 et suivantes, et p. 67 et suivantes.

3 André Miquel, La géographie humaine du monde musulman jusqu’au milieu du XIe siècle. Géographie et géographie humaine dans la littérature arabe des origines à 1050, Paris-La Haye, Éd. Mouton & École Pratique des Hautes Études, t. 1, 1967, p. 426. Voir chapitre II de ce vol. I, p. 35-68.

4 Vid. S. Maqbul Ahmad, « Djugrāfīyā », dans Encyclopédie de l’Islam. 2e èdition (EI2), Leiden-Paris, Éd. E. J. Brill / Maisonneuve et Larose, vol. II, p. 593.

5 Les annotations et les appréciations de Charles Pellat quant à « Al-Masālik wa-l-Mamālik » sont très intéressantes, dans EI2, vol. V, p. 624-625, avec l’emploi d’un terme éloigné du genre uniformément reconnu et délimité de façon unanime. Les opinions de base s’expriment dans les ouvrages de Régis Blachère et Henri Darmaun, Extraits des principaux géographes arabes du Moyen Âge, p. 110-200, et au chapitre VIII de A. Miquel, La géographie humaine, p. 425-330. La classification de Blachère-Darmaun est intéressante, car une bonne partie des ouvrages d’ensemble sur la littérature arabe consacre une section à rassembler les opinions envers ce groupe d’auteurs. Il y eut même des articles plus spécifiques, comme celui de Robert Brunschvig « Un aspect de la littérature historico-géographique de l’Islam », dans Études d’Islamologie, Paris, Éd. G.-P. Maisonneuve et Larose, vol. I, 1976, p. 51-62. Si nous suivons Blachère-Darmaun quant à la considération des œuvres, et A. Miquel quant à la caractérisation du genre, nous ajouterons cependant al-‘Uḏrī au groupe, avec un épigone, al-Qazwînî (élément plus discutable). L’étude de Fátima Roldán Castro et Rafael Valencia est un bon résumé, se situant sur une ligne intermédiaire, « El género Al-Masàlik wa-l-mamālik : su realización en los textos de al-‘Uḏrī y al-Qazwīnī sobre el Occidente de Al-Andalus », dans Philologia Hispalensis, Séville, Éd. Universidad de Sevilla, vol. 3, 1988, p. 7-25.

6 L’importance de cette section de l’œuvre indique qu’ils le considèrent, sinon comme le membre principal de la géographie arabe, du moins comme la colonne vertébrale de cette dernière, Extraits, p. 110-200.

7 Cf. introduction de M. J. de Goeje, BGA, vol. I (vide infra n. 10).

8 L’œuvre éponyme est donc al-Balḫī (ha. 236-322 / ha. 850-934), Suwar al-aqālīm (aussi Taqwīm al-buldān), éditée par M. J. de Goeje à la fin de : Bibliotheca Geographorum Arabicorum. Pars Prima. Viae Regnorum. Descriptio Ditionis Moslemicae auctore Abu Isháh a-Fárisí al-Istakhrí (BGA, I), Leyde, Ed. E. J. Brill, 1870, 11 + 348 p. Réimpression à Leyde, Ed. E. J. Brill, en 1927 et en 1967 ; des notes intéressantes sont ajoutées au vol. IV de la série Bibliotheca Geographorum Arabicorum. Pars Quarta. Indices, Glosarium et Addenda et Emendanda ad part. I-III, Leyde, Ed. E. J. Brill, 1879, p. 444. De la même façon, au sujet de la filiation de ces textes géographiques qui ont été considérés comme constituant une école collective, les études suivantes de M. J. de Goeje sont indispensables : « Die Istaḫrī-Balḫī Frage », dans Zeitschrift der Deutschen Morgenländischen Gesellschaft, Leipzig, n° XXV, p. 42-58, et J. H. Kramers : « La question Balh̠î-Istah̠rî-Ibn Hawqal et l’Atlas de l’Islam », dans Acta Orientalia, n° X, p. 9-30.

9 L’ouvrage d’al-Iṣṭaḫrī (m. après 340/951), identifié sous le titre Kitāb al-masālik wa-l-mamālik, fut édité par M. J. de Goeje, Bibliotheca Geographorum Arabicorum. Pars Prima. Viae Regnorum. Descriptio Ditionis Moslemicae auctore Abu Isháh a-Fárisí al-Istakhrí (BGA, I), Leyde, Éd. E. J. Brill, 1870, 11 + 348 p. et réimprimé à Leyde, Ed. E. J. Brill, en 1927 et en 1967, avec d’intéressantes notes au vol. IV de la même BGA. Même si celle dernière constitue l’édition classique, elle a été rééditée par M. Ğāfir ‘Abd al-‘Āl al-Hīnī, Le Caire, 1381 / 1961. Plus tard, André Miquel traduisit aussi la partie consacrée au Maghreb et à al-Andalus : « La description du Maghreb dans la Géographie d’Al-Içt’akhri », dans Revue de l’Occident Musulman et de la Méditerranée, Aix-en-Provence, Ed. C.N.R.S. / Universités d’Aix et Marseille, n° 15-16/2, 1973, p. 231-239.

10 Voir A. Miquel, « Ibn Ḥawqal », dans El2, III, p. 810-811. À noter l’intéressante étude de Jean-Claude Garcin, « Ibn Ḥawqal, l’Orient et le Maghreb », dans Revue de l’Occident Musulman et de la Méditerranée, Aix-en-Provence, Éd. C.N.R.S. / Universités d’Aix et Marseille, n° 35, 1983/1, p. 77-91, étude où il défend la thèse selon laquelle il ne s’agissait pas d’un espion fatimide, mais d’un commerçant avide de connaissances.

11 La version définitive que Ibn Ḥawqal (m. après 378/988) donne de « l’Atlas de l’Islam », intitulée Kitāb ṣūrat al-arḍ (nommée plus tard Kitāb al-masālik wa-l-mamālik) fut aussi éditée initialement à la BGA comme volume II, par M. J. de Goeje, Bibliotheca Geographorum Arabicorum. Pars Secunda. Viae et Regna. Descriptio Ditionis Moslemicae, auctore Abu’l-Kásim Ibn Haukal (BGA, II), Leyde, Éd. E. J. Brill, 1873, 21 + 406 p. A noter la nouvelle édition arabe, plus longue que la BGA II, en raison de la découverte d’un nouveau manuscrit (Ms. arabe n° 3346 de la Old Seray Library de Istanbul) par J. H. Kramers, Opvs Geographicum auctore Ibn Hawkal (Abû l-Kâsim Ibn Hawkal Al-Nasîbî). Secundum textum et imagenes Codicis Constantinopolitani conservati in Bibliotheca antiqui Palatii n° 3346 cui titulus est “Liber Imaginis Terrae”, Leyde, Éd. E. J. Brill, 1938, 2 vols. (528 p.) ; réimpression à Francfort sur le Main, éd. Institute for the History of Arabic-Islamic Science (Col. Islamic Geography, vol. 35), 1992 (réimpr. 1939), 528 p. ; Mac Guckin de Slane a traduit en français la partie consacrée au Maghreb « Description de l’Afrique par Ibn Haucal (I) », dans Journal Asiatique, Paris, février 1842, p. 153-196 ; mars 1842, p. 209-258 ; tandis que la traduction intégrale, comportant une excellente étude introductive, est de J. H. Kramers ; G. Wiet, Ibn Hawqal. Configuration de la Terre (Kitâb Sûrat al-arḍ), Beirut-Paris, Ed. Maissonneuve et Larose / Commission Internationale pour la Traduction des Chefs d’Œuvre, 1964, 2 vols. (551 p.).

12 L’édition de l’ouvrage d’al-Muqaddasī (ha. 334 / 946 - ha. 390 / 1000), intitulé Kitāb aḥsan al-taqāsīm fi ma‘rifat al-aqālīm fut aussi réalisée par M. J. de Goeje dans : Bibliotheca Geographorum Arabicorum. Pars Tertia. Descriptio Imperii Moslemicae auctore Al-Mokaddasi (BGA, III), Leyde, éd. E. J. Brill, 1877, 7 + 499 p. Réimpressions à : Leyde, Éd. E. J. Brill, en 1906, et en 1967 ; avec des notes intéressantes de BGA, IV. Nouvelle édition partielle et traduction française de Charles Pellat, Description de l’Occident musulman au IVe = Xe siècle, Alger, 1950. Intéressante traduction partielle depuis l’anglais de la première partie méthodologique (où sont expliqués les concepts géographiques utilisés dans son ouvrage et où sont analysés certains problèmes terminologiques), ainsi que des chapitres relatifs aux provinces d’al-Šām ; André Miquel, Al-Muqaddasî. Aḥsan at-taqâsîm fi ma‘rifat al-aqâlîm (La Meilleure répartition pour la connaissance des provinces), Damas, Éd. Institut Français de Damas, 1963, LV + 430 p. Première traduction de l’ouvrage complet (en anglais), d’un nouveau manuscrit (unique, qui contient la cartographie de l’auteur), avec une courte étude, par Basil Anthony Collins, Muhammad Hamid Al-Tai (sic.), The Best Divisions for Knowledge of the Regions. A Translation of “Aḥsān at-taqâsîm fi ma’rifat al-aqâlîm”, s.l. (Grande Bretagne), Éd. Center for Muslim Contribution to Civilization / Garnet Publishing Limited, 1994, XXVIII + 460 p. Avec les références de tous ces auteurs « classiques », Georgette Cornu élabora l’Atlas du Monde Arabo-Islamique à l’Epoque Classique. IXe-Xe siècles, Leyde, Éd. E. J. Brill, 1985, 213 p + cartes, où elle ordonne tous les toponymes cités par les sources et les place sur les cartes. De la même manière, G. Cornu étudia toutes les références de ces auteurs sur al-Andalus à « Al-Andalus et les géographes orientaux des IXe et Xe siècles », dans Sharq Al-Andalus. Estudios Árabes, Alicante, Éd. Universidad de Alicante, n° 3, 1986, p. 11-19.

13 Le manuel essentiel sur l’histoire de la cartographie, car il s’agit du plus récent et approfondi, est l’ouvrage de John Brian Harley, David Woodward (éd.), The History of Cartography. Volume Two. Book One. Cartography in the Traditional Islamic and South Asian Societies, Chicago-Londres, Chicago University Press, vol. II/1, 1992, 579 p. Le meilleur résumé de la cartographie arabe est peut-être celui de S. Maqbul Ahmad fait à la EI2s.v. « Kharīta ou Khārita », vol. IV, p. 1109-1114. Sur l’origine de la ṣūrat al-arḍ, sur sa première évolution et sur l’école d’al-Balḫī, le chapitre III du premier tome de l’ouvrage d’A. Miquel est essentiel (La Géographie humaine..., p. 69-112). Il faut aussi retenir l’ouvrage fondamental de J. H. Kramers, « La question Balh̠î-Istah̠rî-Ibn Hawqal et l’Atlas de l’Islam », dans Acta Orientalia, n° X, 1932, p. 9-30.

14 G. R. Tibbets, « The Balkhī School of Geographers », dans The History of Cartography. Volume Two. Book One. Cartography in the Traditional Islamic and South Asian Societies, éd. J. B. Harley; D. Woodward, Chicago-Londres, Chicago University Press, vol. II/1, 1992, p. 108-136.

15 Voir à ce sujet les appréciations que nous leur avons apportées dans notre article « Al-Andalus como isla del Mediterráneo. Presupuestos mentales e islamológicos en las primeras representaciones árabes de la península Ibérica », dans Revista del Instituto Egipcio de Estudios Islámicos en Madrid, Madrid, Éd. Instituto Egipcio de Estudios Islámicos / I.C.M.A., vol. XXVI, 1993-1994, p. 187-241, ainsi que les plus récentes dans notre article « The Andalusian Economy in Times of Almanzor. Administrative Theory and Economic reality trough Juridical and Geographic Sources », dans Imago Temporis. Medium Aevum, Lleida, Éd. Universitat de Lleida (Consolidated Medieval Studies Research Group “Space, Power and Culture”), n° 2, 2008, p. 83-112 (ang.); 330-344 (esp.).

16 BGA, III, p. 10-12.

17 Voir S. Maqbul Ahmad, s.v., EI2, vol. IV, p. 1111.

18 R. Blachère ; H. Darmaun, Extraits..., p. 137.

19 Konrad Miller, Mappae Arabicae: Arabische Welt-und Länderkarten des 9-13. Jahrhunderts, Stuttgart, 1926-1927, 6 volumes, ces reproductions de manuscrits ont été publiées dans I. Band I. Heft. Islam-Atlas Nr. VI dir Karten des Mittelmeeres, Tafel 1 (mss. fichiers de Hambourg et Leyde), et Tafel 3 (mss. Fichiers de Gotha, Paris, Londres et Leningrad).

20 Nous avons fait une première analyse, élémentaire, des cartes d’al-Andalus dans notre article « Al-Andalus como isla del Mediterráneo... ».

21 Voir cette identification dans Philippe Sénac, « Contribution à l’étude des incursions musulmanes dans l’Occident chrétien : La localisation du Ǧabal al-Qilāl », dans Revue de l’Occident Musulman et de la Méditerranée, Aix-en-Provence, Éd. C.N.R.S. / Universités d’Aix et Marseille, n° 31/1, 1981, p. 7-13.

22 On peut trouver des notions sur l’orientation des cartes arabes dans des ouvrages comme ceux de K. Miller, Mappae Arabicae... ; M. Reinaud, Géographie d’Aboulféda traduite de l’arabe en français et accompagnée de notes et d’éclaircissements. Tome I : Introduction générale à la Géographie des Orientaux, Paris, Ed. Imprimerie Royale, 1848, p. CCXI-CCXII. Par contre, Míkel de Epalza propose une réflexion sur l’idéologie qu’implique la présentation des cartes avec une certaine orientation, « La cartografía mediterránea que fomenta racismos », dans Canelobre. Sobre el Mediterráneo, Alicante, Éd. Instituto de Estudios “Juan Gil Albert”, n° 12-13, 1988, p. 40-44.

23 La date de sa mort se signale traditionnellement en 560 H. / 1165 J.-C., mais Anneliese Nef, propose celle de 571 H. / 1175·6 J.-C., et affirme qu’elle ignore d’où vient la date de 1164.5 (« Al-Idrīsī : un complément d’enquête biographique », dans Géographes et voyageurs au Moyen Age, sous la direction d’Henri Bresc et d’Emmanuelle Tixier du Mesnil, Paris, Ed. Presses Universitaires de Paris Ouest, 2010, p. 63-64).

24 Ḥ. Mu’nis, « Al-Ǧuġrāfīya... », p. 257-372.

25 Cf. Muhammad Hadj-Sadok (éd. ar., trad. fr., introd.), Al-Idrīsī. Le Maġrib au VIe siècle de l’Hégire (XIIe siècle après J.-C.) texte établi et traduit en français d’après « Nuzhat al-mustaq ». Al-Maġrib al-‘arabī min Kitāb Nuzhat al-muštāq li-l-Idrīsī, Paris, Éd. Publisud / O.P.U., 1983, p. 50-51.

26 Ces différences étaient dues au fait que les géographes et cartographes musulmans connaissaient mieux l’Asie et l’Afrique, car les astronomes arabes avaient révisé en profondeur les tableaux astronomiques de leurs prédécesseurs et ceux des Grecs, sur la base de leurs propres observations et avec les nouvelles techniques de calcul apparues grâce à la trigonométrie sphérique.

27 Mappae Arabicae, I/2-3, VI.

28 Hans von Mžik, « Idrisi und Ptolemäus », dans Orientalische Litteraturzeitung, vol. XV, 1912, p. 403-406.

29 Selon F. Pons Boigues, c’est parce que les musulmans le considéraient, dans une certaine mesure, comme un renégat en raison de son travail pour le roi normand de Sicile (Francisco Pons Boigues, s.v., dans Los historiadores y geógrafos arábigo-españoles. 800-1450 A. D. Ensayo de un Diccionario Bio-Bibliográfico acompañado de anotaciones críticas y históricas, descripciones analíticas de las obras, Amsterdam, Éd. Philo Press, 19722, 514 p.). Ḥ. Munis, par contre, affirme que le manque de données sur la biographie du grand écrivain arabe est dû à une vie errante et malheureuse, plutôt qu’au fait d’avoir été au service d’un roi chrétien (Ḥusayn Mu’nis, « Al-Ǧuġrāfīya wa-l-ğuġrāfīyūn fī l-Andalus. Aš-Šarīf al-Idrīsī, qimmat ‘ilm al-ğuġrāfīyat ‘inda l-muslimīn », dans Revista del Instituto de Estudios Islámicos en Madrid, Madrid, Éd. Instituto de Estudios Islámicos, vol. IX-X, 1961-1962, p 286).

30 Giuseppina Igonetti, « Le citazioni del testo geografico di al-Idrīsī nel « Taqwīm al-buldān » di Abū l-Fidā’ », dans Studi Magrebini, Naples, Éd. Istituto Universitario Orientale di Napoli, vol. VIII, 1976, p. 39-52.

31 La Muqaddima et le Kitāb al-‘Ibar en première version – la tunisienne – furent rédigés au château de Ibn Salama ; leur révision dut être achevée en 779 / 1377, cf. notre article « Geografía y cartografía en la obra de Ibn Jaldūn », dans Miradas españolas sobre Ibn Jaldún, José Luis Garrot Garrot et Juan Martos Quesada (éds.), Madrid, Ibersaf Editores, 2008, p. 195-217 + 5 illustrations.

32 Ibn Ḫaldūn : Muqaddima, éd. árabe par Rašīd ‘Aṭīya et ‘Abd Allāh Al-Bustānī, Beirut, Éd. Maktabat Lubnān, 19904, p. 56 ; éd. arabe de Abd al-Bāqīr Ḫarīyif, Tunisie, Éd. Sīldār (Šarīkat Maṭba‘at Wirāqa Dār aš-Šabāb), 2006, p. 100-101 ; trad. fr. Vincent Monteil, Ibn Khaldūn. Discours sur l’Histoire Universelle. Al-Muqaddima, Paris, Éd. Sindbad, 1967-82, vol. I, p. 106.

33 Ibid., éd. arabe R. ‘Aṭīya et ‘A. A. Al-Bustānī p. 53; éd. arabe ‘A. B. Ḫarīyif, p. 105; trad. fr. vol. I, p. 115.

34 À l’angle supérieur gauche de la première feuille de ce même manuscrit, nous trouvons un texte en écriture maghrébine, écrit de la main d’Ibn Ḫaldūn : « Celui-ci est le brouillon de l’Introduction (Muqaddima) au Livre des exemples (Kitab al-‘ibar) au sujet de l’histoire des arabes, perses et berbères, structuré comme un préambule au Livre de l’histoire. Je l’ai corrigé autant que j’ai pu et celle-ci est la copie la plus correcte entre toutes celles qui existent. Il fut écrit par ‘Abd al-Raḥmān Ibn Ḫaldūn, – que Dieu le pardonne et lui porte chance ! – », cité par Jumaâ Cheikha, « Los manuscritos de Ibn Jaldún y análisis de su escritura », Ibn Jaldún. El Mediterráneo en el siglo XIV. Auge y declive de los Imperios, Madrid, Éd. Fundación El Legado Andalusí / Fundación José Manuel Lara, Séville, 2006, p. 360.

35 Dans la traduction française, Vincent Monteil reproduit l’illustration du manuscrit 1936 AE, ms. Atif Efendi d’Istanbul, de l’année 804 / 1402, la troisième copie la plus ancienne conservée. Selon Rosenthal, il s’agit du meilleur manuscrit khaldounien de la Turquie. Dans la traduction française de Muqaddima, vol. I, p. 107, nous trouvons la reproduction de la photographie de la carte ; l’explication cartographique à la p. 108 ; et p. 109, l’explication des numéros du schéma cartographique de la page précédente.

36 Léon l’Africain était un auteur grenadin exilé au Maghreb peu après la conquête de Grenade par les Castillans ; il parcourut Sous et la vallée du Draâ entre 1513 et 1515. Il affirme avoir terminé Descrittione dell’Africa le 10 mars 1526, un ouvrage écrit en italien vénitien – de faible qualité littéraire – à partir de ses notes originales en arabe. Par conséquent, l’ouvrage fut écrit à l’origine en italien, même s’il utilise des sources arabes des siècles précédents, ainsi que ses expériences personnelles acquises durant ses voyages. Il s’agit de la source primordiale sur l’islam et le nord de l’Afrique durant des siècles ; elle servit abondamment aux historiens occidentaux postérieurs. Première compilation des textes italiens originaux de Gian Battista Ramusio, Navigatori e viaggi, Venise. 1550. Traduit en français par Temporal en 1556 (Éd. Schefer, Paris, 1896-1998). Traduction postérieure en latin par Florianus, J. Leonis Africani : De Totius Africae Descriptione, Anvers, 1556. Cette version latine servit pour la traduction anglaise de J. Pory, History of Africa, Londres, 1600 (Londres, Éd. Browne, 1896) ; l’édition latine servit aussi de base pour la traduction hollandaise de Leers et la traduction allemande de Lorsbach. Le manuscrit original fut retrouvé en 1931 et déposé à la Bibliothèque Nationale de Rome (n° 953). A. Épaulard put le comparer à l’édition de Ramusio et introduit d’intéressantes corrections à la traduction française : A. Épaulard, Description de l’Afrique de Jean Léon l’Africain, Paris, Éd. Adrien Maisonneuve, 1980, 629 p. Curieusement, la traduction en arabe est la plus tardive : Muḥammad Ḥağğī ; Muḥammad Al-Ajḍar, Al-Ḥasan Ibn Muḥammad al-Wazzān al-Fāsī (ma‘rūf bi-Liyūn al-Ifrīqī). Waṣf Ifrīqīyā, Beyrouth-Rabat, 19832.

37 G. Oman, s.v, dans EI2, vol. III, p. 1059. Sur les traductions de l’époque moderne de l’ouvrage d’al-Idrīsī, ainsi que, sur leurs réceptions, nous nous rapportons à l’excellente étude bibliographique de la vie et de différents ouvrages d’al-Idrīsī de Giovanni Oman, « Notizie bibliografiche sul geografo arabo al-Idrīsī e sulle sue opere », dans Annali dell’Istituto Universitario Orientale di Napoli, Roma, Éd. Istituto Universitario Orientale, Nuova Serie, vol. XI, 1961, p. 25-61 ; Addenda, Annali dell’Istituto Universitario Orientale di Napoli, Naples, Nuova Serie, vol. XII, 1962, p. 193-194 ; Addenda II. Nuova Serie, vol. XVI, 1966, p. 101-103 ; Addenda III, Nuova Serie, vol. XIX, 1969, p. 45-55 et « Notizie bibliografiche sul geografo arabo al-Idrīsī (XII secolo) e suile sue opere – IV », dans Studi Magrebini, Naples, Ed. Istituto Universitario Orientale, vol. XXII, 1990, p. 9-36, et plus spécifiquement Roberto Rubinacci : « Il contributto di al-ldrīsī alla geografía medievale », dans L’Islām e la trasmissione della cultura classica. Testi del III Colloquio medievale. Schede medievali, Palerme, n° 6-7, 1984, p. 74-82.

Notes de fin

* Cette étude fait partie du Projet « Biblioteca Digital Multilingue del Mediterráneo-IVITRA », du programme PROMETEO de la Generalitat Valenciana para Grups de Recerca d’I+D d’Excel·lència, réf. PROMETEO-2009-042, que nous développons dans le projet IVITRA (http://ivitra.ua.es).

Table des illustrations

Titre DIAGRAMA MOSTRANDO LA HIPÓTESIS DE G. R. TIBBETS SOBRE LA RELACIÓN ENTRE LOS MAPAS DE LA “ESCUELA DE AL-BALJI”
Légende Fig. 1 : Diagramme sur le stemma, ou relations de filiation cartographique dans « l’école d’al-Balḫî » (selon l’interprétation de G. R. Tibbets : « The Balkhī School of Geographers », op. cit., fig. 5.3., p. 113)
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/953/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 76k

Auteur

Université d’Alicante (Espagne) – Le Caire

© Publications de l’École nationale des chartes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search