Version classiqueVersion mobile

Parcourir le monde

 | 
Dominique de Courcelles

Première partie. Ouverture

La péninsule Arabique dans les cartes européennes anciennes

S. É. M. Khaled Al Ankary
Traduction de Samir Allaf

Texte intégral

1Le champ de mon étude porte directement sur la terre où je vis et à laquelle j’appartiens. Il s’agit, comme l’indique le titre de cet article, de l’étude des cartes européennes qui concernent la péninsule Arabique, de l’apparition de la première carte au XVe jusqu’au XVIIIe siècle. C’est là une période très importante pour la production de cartes géographiques représentant la péninsule Arabique.

2La carte géographique est l’un des outils les plus anciens et les plus commodes pour la représentation des rapports entre les lieux et des rapports des hommes aux lieux. Elle compte parmi les moyens les plus importants qui soient pour recueillir les informations destinées à être reproduites en cas de besoin, soit à l’époque même où la carte a été établie, soit plusieurs siècles plus tard, cet outil devenant alors document historique. En somme, la carte serait la mémoire du rapport de l’homme au lieu. Nous ne sommes pas sans savoir que la précision des informations figurant sur les cartes historiques ou anciennes qui représentent les différentes parties du monde varie en fonction d’éléments divers, parmi lesquels on note les données économique, religieuse, militaire ou politique, correspondant à la région représentée. En effet, chacun de ces éléments est en rapport avec l’importance du nombre des visiteurs que la région attire : plus ils sont nombreux, plus les connaissances la concernant sont abondantes et précises, la carte devenant alors mémoire des rapports entre hommes.

3Pour ce qui est de la péninsule Arabique, plusieurs facteurs ne permettent pas, jusqu’au début du XIXe siècle, de donner une forme et un contenu précis aux cartes qui la représentaient. En effet, la péninsule Arabique présente des conditions naturelles particulières : elle est caractérisée par la grande étendue de son territoire, l’hostilité de son climat et un relief accidenté, autant de données qui rendent difficiles les relevés topographiques, ainsi que les déplacements. On ne peut parcourir le pays sans subir les inconvénients de l’humidité élevée des régions côtières et de la chaleur brûlante des déserts arides et inhabités du centre. En outre, la péninsule ne possède pas de richesses économiques importantes, hormis la production de café et de quelques épices dans les régions méridionales, et elle n’est pas non plus riche en matières premières. Aussi ne présente-t-elle aucun intérêt pour des personnes et des Etats qui seraient, en cas contraire, tentés de collecter des données à son sujet, ou d’y procéder à des relevés topographiques. De plus, elle est à l’époque dans un grand état de désordre et de division. Les tribus, les petits États et les nombreux émirats s’y livrent à des luttes permanentes, et les caravanes comme les voyageurs sont régulièrement attaqués. Il s’ensuit un sentiment de peur et d’insécurité qui contribue à réduire les possibilités de déplacement et de collecte d’informations géographiques détaillées. Par ailleurs, et à l’exception de quelques endroits situés uniquement à la périphérie (comme certains détroits maritimes, ports principaux ou îles), la péninsule est dépourvue d’intérêt stratégique, alors que c’est ce type d’intérêt qui pousse à l’époque les grandes puissances à explorer de nombreuses régions dans le monde, afin d’en dresser des cartes détaillées.

4Aussi et pour toutes ces raisons, qu’elles soient naturelles, sociales, économiques ou politiques, les informations contenues dans les cartes de la péninsule Arabique ne sont pas fondées sur une recherche sérieuse ni sur des mesures précises, comme c’est alors le cas pour nombre de régions dans le monde. En effet, elles s’appuient uniquement, dans leur grande majorité, sur des sources secondaires et diverses, les méthodes scientifiques n’étant appliquées qu’à partir du dernier quart du XVIIIe siècle. Parmi ces nombreuses sources, les principales sont les suivantes :

Les voyages maritimes commerciaux et militaires

5Lors de ces voyages, les bateaux sillonnent les mers autour de la péninsule en recueillant, le long des côtes, des informations sur les golfes, les îles, les récifs coralliens, les bancs de sable, les ports, ainsi que sur les phénomènes naturels et humains. Aussi ces voyages constituent-ils une importante source d’informations pour les cartes européennes, depuis celles qu’on attribue communément à Ptolémée jusqu’aux cartes du XIXe siècle. Parmi ces cartes, il y a celles qu’on appelle « portulans », et dont le genre est apparu au Moyen Âge, en Méditerranée notamment, à l’usage des navigateurs. Elles s’étendent ensuite à d’autres zones et s’enrichissent alors de nouvelles données géographiques.

Les récits des habitants

6En rapport avec ces voyages, il faut aussi considérer comme source d’informations les récits rapportés aux voyageurs par les habitants. Ceux-ci sont, depuis toujours et dans tous les ports de la péninsule, en contact permanent avec les commerçants et les navigateurs européens, ce qui permet de recueillir de nombreuses informations sur les régions du centre auxquelles ces commerçants et navigateurs n’ont pas accès.

Les expéditions militaires

7L’influence des expéditions militaires est très importante ; la région, située au nord de la péninsule, est depuis l’Antiquité la cible d’invasions et d’expéditions militaires lancées par les différentes puissances limitrophes – parmi lesquelles, particulièrement, l’Empire romain et l’Empire persan. Toutefois, ces expéditions n’atteignent pas le sud, à l’exception de celle qui est ordonnée en 25 avant J.-C. par l’empereur romain Octave, expédition citée par le géographe et historien grec Strabon. Elle a pour objectif de s’emparer du Yémen et d’assurer la domination de l’Empire romain sur les centres commerciaux qui contrôlent le commerce de l’encens, des parfums et des pierres précieuses. Cette expédition, partie du port de Suez (appelé alors : « Cléopatrix »), comprend deux armées :

  • une armée terrestre composée de dix mille soldats, qui sont surtout des légionnaires romains et des mercenaires recrutés en Égypte – l’armée compte, en plus, mille soldats nabatéens arabes envoyés par le roi nabatéen Obodas (qui est alors allié des Romains), et cinq cents combattants envoyés par Hérode, roi de Palestine.
  • une flotte de 120 navires destinés au transport des troupes et des équipements militaires.

8La flotte navigue en longeant les côtes de la mer Rouge, alors que l’armée terrestre progresse vers le sud jusqu’à Najran.

Les relations de voyages

9Les centres européens de production de cartes géographiques exploitent les récits des voyageurs musulmans et chrétiens qui visitent la péninsule Arabique, étudient ses phénomènes (qu’ils soient naturels ou humains) et définissent ses positions géographiques, en en dressant éventuellement des cartes. Les informations recueillies au cours de ces voyages sont bien parvenues aux cartographes, qui s’en servent dans la mise à jour permanente des cartes de la péninsule. Toutefois, ces cartes contiennent encore des informations peu précises. C’est le cas, notamment, de l’évaluation des distances entre les villes et les villages, car celle dernière ne se fait pas grâce à des mesures précises, mais en fonction du nombre de jours nécessaires pour faire le parcours à dos de chameau, ce qui engendre évidemment des différences de calcul en fonction des conditions dans lesquelles le déplacement est effectué !

10Parmi les voyages les plus importants, on peut citer celui du voyageur italien Di Varthima, qui est allé à Médine en 1502, puis à La Mecque et à Djedda, d’où il est parti pour Aden, avant de parcourir pendant quelque temps le Yémen. Il y a aussi le voyage de Joseph Pitts qui a visité La Mecque, Médine et Djedda en 1685, et donné la description de cette région dans son livre publié en 1704.

11Par ailleurs, pour ce qui est de l’influence des voyageurs et géographes arabo-musulmans sur le tracé des cartes de la péninsule Arabique en Europe à cette époque, de nombreux chercheurs, dont Gerald Tibbets, ont bien montré que les cartographes européens ne connaissent des réalisations des musulmans que les travaux d’al-Idrissi, publiés en Italie en 1592 et traduits en latin en 1619 à Paris, ainsi que le livre d’Abou Al Fida dont la traduction en latin est publiée en 1713.

12Ce qui est certain, c’est que le « voyage » européen en Arabie, quelles que soient ses motivations, joue un rôle majeur dans l’évolution du tracé cartographique de la péninsule Arabique. Il contribue à l’acquisition d’informations sur la péninsule Arabique dès l’époque d’avant Ptolémée et jusqu’au début du XXe siècle, avec une parenthèse non négligeable entre le Ve et le XIIIe siècle, période pendant laquelle le flux des informations géographiques a cessé de parvenir par le biais de ce voyage, l’Europe se trouvant durant cette période dans un état de grande stagnation scientifique. Ce sont alors les voyageurs arabo-musulmans qui assurent le transit des informations.

13Les écrits ont différentes origines :

  1. il y a les écrits des Européens qui ont préparé leur voyage en Arabie et qui ont décidé d’en faire une relation précise ;
  2. il y a les écrits des Européens qui ont parcouru certaines régions d’Arabie en « voyageurs impromptus » ; il s’agit souvent de ceux qui ont été capturés ou des marins dont les navires ont fait escale dans l’un des ports de la péninsule et que les circonstances ont amenés à aller rendre visite au gouverneur dans sa résidence, située loin du port, afin de traiter une question ou de régler un problème ;
  3. il y a les écrits réalisés à partir d’informations rapportée par des voyageurs ayant parcouru la région.

I. — ÉLABORATION PAR LES ROMAINS D’UNE PREMIÈRE ESQUISSE CARTOGRAPHIQUE DE LA PÉNINSULE ARABIQUE

14Le dessin cartographique de l’Arabie – élaboré sur des bases scientifiques et ressemblant, à peu de chose près, à la forme réelle de la péninsule – apparaît au IIe siècle, avec la carte attribuée au célèbre géographe d’Alexandrie, Claude Ptolémée. Il s’agit de la première carte imprimée, parue pour la première fois en 1477. Cette carte est établie à l’époque où la domination politique et militaire est le but des Romains, qui ont déjà réussi à s’implanter autour de la péninsule Arabique. Mais ils se contentent, au départ, d’atteindre quelques ports situés sur les côtes de la péninsule, comme l’indiquent certaines sources. Nous avons d’ailleurs déjà évoqué la célèbre expédition romaine contre l’Arabie en 25 avant J.-C., expédition qui a pour objectif le contrôle du commerce caravanier et des centres commerciaux du sud, situés sur les routes maritimes reliant l’Europe à l’Inde, qui est alors un grand fournisseur de produits et de denrées.

15(Fig. 1) Il y a une seule carte consacrée par Ptolémée à la péninsule Arabique au sens le plus large du terme : il s’agit de la « sixième carte d’Asie » (Tabula Asiae Sexta), publiée pour la première fois en 1477 à Bologne en Italie. Elle couvre le territoire entier de la péninsule ainsi que le golfe Arabique et la quasi-totalité de la côte est de la mer Rouge.

II. — REPRISE AUX XVe ET XVIe SIÈCLES DE L’ACTIVITÉ EUROPÉENNE DANS LA PÉNINSULE, GRACE AUX PORTUGAIS (APRÈS UNE LONGUE PÉRIODE DE STAGNATION AU MOYEN ÂGE)

16Depuis le XVe siècle, les puissances européennes rivalisent d’efforts pour étendre leur influence et imposer leur domination sur les mers entourant la péninsule Arabique. Or, peu de régions dans le monde, ayant une superficie et des richesses aussi limitées, sont le théâtre d’une telle rivalité entre les grandes puissances, surtout depuis le début du XVIe siècle. Cette concurrence accroît le désir de connaître géographiquement la péninsule et ses habitants, ainsi que les voies maritimes et terrestres qui y mènent. Les Portugais sont arrivés les premiers sur les côtes de la péninsule Arabique à la fin du XVe siècle, poussés par le désir de contrôler le commerce des épices, des aromates et de la soie. Ces marchandises sont acheminées d’Inde, d’Iran et d’Arabie, via les routes traditionnelles, vers les ports méditerranéens d’Egypte et de Syrie, d’où elles sont transportées jusqu’aux ports européens par les navires commerciaux vénitiens.

17Par ailleurs, la rivalité entre les Ottomans et les Portugais donne lieu à l’organisation, par chacune de ces deux grandes puissances, d’expéditions destinées à l’exploration et à l’enregistrement des données d’un grand nombre de positions et de phénomènes géographiques. Ainsi le chef portugais Albuquerque, au début du XVIe siècle, impose sa domination sur les villes et les îles du golfe Arabique, soumettant successivement Mascate (importante place forte stratégique sur le golfe), Sohar et l’île arabe d’Ormuz. Or, dans leur collecte d’informations géographiques sur les côtes de la péninsule, les Portugais ont utilisé différentes sources parmi lesquelles il y a notamment :

  • le contact direct, opéré grâce aux navires portugais qui sillonnent les mers autour de la péninsule pour des raisons commerciales ou militaires, en faisant escale dans les ports pour les besoins du commerce ou de la navigation ;
  • la deuxième source est constituée par les voyages individuels. Le premier dont la relation est imprimée est celui, déjà mentionné, de l’italien Ludovic Di Varthima, qui est effectué en 1502, à la même période que le voyage de Vasco De Gama. Le récit de ce voyage, publié par Di Varthima en Italie en 1510, rencontre un vif succès, car c’est le premier récit rapportant des témoignages directs et personnels au sujet d’une région qui demeure très mystérieuse et qui a suscité beaucoup de légendes. L’auteur y corrige les nombreux préjugés qui sont répandus en Europe à l’époque. On peut classer ce voyage parmi les voyages scientifiques précoces, car Di Varthima s’efforce d’être aussi fidèle et précis que possible dans ses observations et dans sa description des événements ; ce qui fait de cette œuvre une référence sur la péninsule Arabique à un moment où on écrit rarement en Europe sur cette région.

18Parmi les voyageurs portugais qui ont atteint la péninsule Arabique, il y a le commandant de vaisseau Gregorio Da Quadra, qui est capturé par le gouverneur d’Aden après que son navire a échoué sur les côtes de Mogadiscio. Prisonnier à Aden jusqu’en 1516, il se convertit à l’islam lors de sa libération et accompagne le gouverneur en pèlerinage à La Mecque, en visitant La Mecque et Médine, d’où il veut ensuite partir pour Damas. Mais il finit son périple à Bassora, devenant ainsi le premier Européen à avoir traversé la péninsule dans toute sa largeur d’Est en Ouest. À son retour au Portugal en 1520, il écrit un récit de son voyage qui contient des informations remarquables de rigueur et de précision.

19Les voyages des Portugais n’ont pas cessé au XVIIe siècle ; on peut mentionner celui de l’évêque Matteo Di Castro, qui était d’origine indienne. Ayant quitté la ville de Goa pour se rendre en Egypte par voie terrestre (via l’Arabie), puis en Italie, l’évêque visite Médine en 1643, devenant ainsi le premier ecclésiastique qui soit entré dans la ville sainte islamique, bien qu’il n’ait pas écrit lui-même le récit de cette visite.

20Les cartes de la péninsule au XVIe siècle sont de deux types :

  1. Le modèle ptolémaïque, qui domine depuis l’impression de la première carte en 1477 jusqu’au milieu du XVIe siècle (à deux années près). Ce modèle constitue la base à partir de laquelle les cartes ont évolué, en s’appuyant sur les informations fournies par les voyageurs européens sur les côtes de la péninsule Arabique.
  2. (Fig. 2) Le deuxième modèle porte le nom du cartographe italien Giacomo Gastaldi (1500-1565) qui, en dépit de la faiblesse de ses sources, rompt avec le modèle ptolémaïque eu égard aux informations et aux détails inclus dans sa carte mettant ainsi fin à une domination qui aura duré plus d’un demi-siècle après les débuts de l’imprimerie.

21La deuxième moitié du XVIe siècle marque le début de l’âge d’or de la production cartographique en Hollande, y compris pour les cartes de la péninsule Arabique. Abraham Ortelius, Gérard Mercator et le fils de ce dernier (qui porte le même nom que son père) sont à l’origine de cet essor. Ortelius, considéré comme l’un des plus grands maîtres de l’école hollandaise de la cartographie, a le mérite de pérenniser la transformation déjà opérée dans le tracé cartographique de la péninsule Arabique. Toutefois, on remarque qu’après la carte de Gastaldi et jusqu’au milieu du XVIIe siècle, aucune carte monographique de la péninsule n’est publiée par les cartographes européens, y compris Ortelius, Mercator ou Hondius. En effet, la péninsule Arabique n’est représentée en entier que dans les cartes du continent asiatique et dans celles de l’Empire ottoman, où elle paraît plus grande qu’elle ne l’est en réalité. Par ailleurs, les cartes de cette époque mentionnent, pour la première fois, de nombreux toponymes modernes en remplacement des anciens – mais beaucoup d’entre eux désignent aussi des phénomènes ou des lieux qui n’étaient pas indiqués auparavant sur les cartes.

22Parmi ces toponymes on trouve les suivants :

  • Golfe de Masenden » et « Mer d’Elcatif ».
  • Détroit de Bassora.

23Les cartes d’Ortelius contiennent également un grand nombre de villes qui apparaissent pour la première fois comme : Taef, Yanbû (transcrite : « Yanbat »), Tabbala et Aden.

24(Fig. 3) De même, le toponyme « Médine » (ville abritant le tombeau et la mosquée du Prophète) remplace celui de « Yathrib », et on trouve aussi d’autres villes comme Tabuk et Djedda. En outre, la partie représentant les régions centres de la péninsule ne contient aucune ville, les cartographes de l’époque voulant peut-être éviter toute erreur. Toutefois, le célèbre Mercator, dans la deuxième moitié du XVIe siècle, dessine, pour la première fois, le contour précis de la région désertique appelée actuellement Al Dahna et située entre le golfe Arabique et la région-centre.

III. — LES CARTES DE LA PÉNINSULE ARABIQUE EN EUROPE AU XVIIe SIÈCLE

25(Fig. 4) Au XVIIe siècle, l’industrie cartographique a fait de grands progrès sur tous les plans. Au niveau technique, l’ère de la gravure sur bois est révolue et laisse la place à la gravure sur cuivre ; cela favorise l’apparition d’une industrie cartographique s’appuyant sur des bases scientifiques. Ces progrès facilitent la production en masse de cartes plus précises et ornées de couleurs, de dessins et de formes attrayantes, assurant une plus grande diffusion. De véritables écoles cartographiques, liées à de longues traditions familiales qui se transmettent d’une génération à l’autre, se développent : les Mercator et les Hondius en Hollande, les Sanson en France, les Speed en Grande-Bretagne et d’autres encore, qui marquent l’histoire de la cartographie, par exemple en ce qui concerne la précision de la représentation. Les pays européens se livrent alors à une compétition acharnée pour l’accès à de nombreuses régions dans le monde, parmi lesquelles les mers bordant la péninsule.

26Cette concurrence constitue le prolongement de la lutte entre les pays européens, à l’intérieur même de l’Europe. En effet, après le déclin de l’influence portugaise dans les mers d’Arabie pendant la deuxième moitié du XVIIe siècle, il reste trois grandes puissances maritimes étrangères qui cherchent à contrôler les ports principaux de la péninsule, ainsi que sa circumnavigation.

27La première de ces grandes puissances est la Hollande, dont le rôle ne se limite pas uniquement à l’impression des cartes, mais consiste également à recueillir les informations à la source afin de les transmettre aux centres de production cartographique.

28(Fig. 5) En effet, les Hollandais réussissent à percer le secret bien gardé par les Portugais sur les données géographiques et commerciales qu’ils détiennent concernant l’Inde et les côtes arabes. Ils y parviennent grâce à l’un de leurs agents qui infiltre en 1583 l’épiscopat de la ville indienne de Goa, base des Portugais en Orient. Ce Hollandais, appelé Van Linschoten, y demeure treize ans, gravissant les échelons jusqu’à devenir secrétaire de l’archevêque. Il s’empare de précieuses informations sur le commerce et les voies maritimes marchandes de l’océan Indien, ainsi que des cartes des routes maritimes qui mènent en Inde. Il publie ensuite un livre intitulé Itinerario, qui contient à la fois ses propres observations et les informations géographiques et économiques dont il s’est emparé. Le livre qui paraît en Hollande en 1592 contient une carte de navigation importante et rare représentant le sud de l’Asie et de l’océan Indien, carte sur laquelle figure la péninsule Arabique. Les recherches de Van Linschoten épargnent aux Hollandais les nombreuses difficultés qu’ils auraient pu rencontrer lors de leurs voyages ultérieurs en Inde, ainsi que dans l’océan Indien – y compris la péninsule Arabique.

29En effet, les Hollandais sont arrivés dans la péninsule par le biais du commerce et des expéditions marchandes. Parmi les premiers voyageurs du XVIe siècle ayant contribué à éveiller l’intérêt des Hollandais pour la région du golfe Arabique, il faut citer Jan Hotein, qui a relaté ses voyages en Orient en soulignant l’importance du golfe Arabique pour le commerce avec l’Inde. Aussi la Hollande s’efforce-t-elle dès 1595 d’y implanter des bases. Mais la mer Rouge reste, comme au temps de la suprématie portugaise, sous domination ottomane et donc en dehors de l’influence hollandaise. Le commerce hollandais dans la région s’appuie alors essentiellement sur les activités de la Compagnie des Indes orientales, fondée en 1602. Celle-ci allie le monopole commercial au soutien gouvernemental, avec une mission de défense de la sécurité des navires et du trafic commercial. Par le biais de la Compagnie, les Hollandais réussissent à imposer leur présence dans les eaux arabes et persanes. Cette suprématie se manifeste par la création de stations navales qui sont à la fois des entrepôts d’approvisionnement et des bases militaires, ce qui explique le rôle important joué par les Hollandais dans le développement de la cartographie de la péninsule Arabique. En 1614, ils atteignent le sud de la péninsule, étudient sa situation économique et recueillent des informations sur les villes côtières comme Aden, Al-shihr, Manha et Qichn.

30On constate, dans les cartes hollandaises du XVIIe siècle, que les données sont souvent exactes quand il s’agit des régions du littoral, en particulier des îles, des ports principaux et des villes qui en sont proches ; alors que les autres détails concernant les côtes ou le relief, et nécessitant des voyages sur le terrain ou des mesures précises, manquent d’exactitude. Quant aux parties représentant les régions-centres, elles sont quasiment dépourvues de données. Le XVIIe siècle marque donc la suprématie hollandaise dans l’industrie cartographique.

31(Fig. 6) Pendant que les navires hollandais et leurs marins sillonnent les mers autour de la péninsule et envoient leurs rapports à Amsterdam avec les informations qu’ils récoltent, en Hollande, les cartographes comme Hondius s’emploient à inclure les plus récentes découvertes dans leurs cartes. Ainsi, on voit pour la première fois, dans les cartes de la péninsule Arabique, de nombreux détails et des données nouvelles ou corrigées, mais cela ne signifie pas que ces informations sont toujours exactes. En effet, l’afflux d’informations – provenant de diverses sources – vers les centres européens de cartographie met les cartographes dans une situation difficile : ils doivent choisir, parmi toutes ces informations, celles qui sont exactes, et déterminer avec précision sur la carte les positions correspondantes. Mais les contraintes de temps, avec l’éloignement des lieux, et la difficulté à obtenir des documents de référence (parfois inexistants), les conduisent à utiliser un procédé consistant à surcharger une même position géographique avec plusieurs informations.

32Par exemple, la mer Rouge – dénommée « golfe Arabique » chez Ptolémée – porte désormais dans ces cartes les noms suivants : « mer de la Mecque », « golfe Arabique », « mer Rouge » ou « mer de Calzem ». De plus, on fait parfois figurer plusieurs de ces appellations sur une même carte. Par exemple, Hondius utilise les quatre noms sur une même carte. On remarque la même chose en ce qui concerne le golfe Arabique – dénommé « golfe Persique » dans toutes les cartes ptolémaïques. On lui adjoint en effet le nom de « mer Elcatif » dans les cartes d’Ortelius, puis le nom de « golfe Arabique » remplace celui de « golfe Persique » dans beaucoup de cartes. À noter que parmi les géographes les plus importants à l’époque romaine qui ont utilisé ce toponyme « golfe Arabique », il y a Pline (62-113 à.j).

33(Fig. 7) Willem Janszoon Blaeu et son fils Joan Blaeu comptent parmi les cartographes hollandais les plus célèbres du XVIIe siècle, et il convient également de citer Jan Jansson et la famille Allard. Toutefois, la suprématie hollandaise commence à décliner vers la fin du XVIIe siècle, et les Hollandais sont contraints de se retirer du golfe qu’ils ont dominé pendant une grande partie du siècle. Dès lors, c’est en Angleterre et en France – qui contrôlent désormais la navigation dans les mers bordant la péninsule – qu’on trouve au XVIIIe siècle les grands centres de cartographie ; une nouvelle ère commence pour la cartographie de la péninsule.

1. Le rôle des Anglais

34La puissance britannique atteint son apogée à la fin du XVIIe siècle, cependant que la Hollande qui abandonne la compétition laisse le champ libre à la Compagnie anglaise des Indes orientales, qui exerce désormais sa suprématie sur la région. Or, l’importance du golfe Arabique pour la Grande-Bretagne tient à sa situation comme poste avancé d’observation, mais aussi comme moyen de communication rapide et comme emplacement privilégié de bases fortifiées d’appui pour la protection des intérêts britanniques en Inde. Les côtes yéménites et omanaises profitent ainsi de l’effet des activités de la Compagnie, dont les navires sillonnent le nord de l’océan Indien et le golfe Arabique en s’arrêtant dans les ports pour commercer.

35(Fig. 8) Par ailleurs, les voyageurs anglais ont poursuivi leurs explorations dans la région pendant tout le XVIIe siècle. Parmi ceux-ci, Joseph Pitts d’Exeter visite La Mecque et Médine et accomplit le rite du pèlerinage. Les détails de ce voyage ne sont connus en Angleterre qu’en 1704. John Speed est, comme on le sait, l’un des noms les plus célèbres de la cartographie anglaise du XVIIe siècle, mais ses cartes sont généralement inspirées des travaux hollandais. D’autres cartographes de l’école anglaise de la deuxième moitié du XVIIe siècle méritent aussi d’être mentionnés, parmi lesquels Richard Blome et John Seller.

2. Le rôle des Français

36La présence française dans les mers arabes se manifeste assez tardivement par rapport à celle des autres puissances européennes. Or, bien que cette présence débute officiellement en 1664 avec la création de la Compagnie française des Indes orientales, la France ne jouit pas, dans la région, d’une influence commerciale importante au XVIIe siècle, à l’exception de quelques contacts limités avec la Perse. En outre, rares sont les voyages individuels effectués par des Français. On comprend donc que l’effet du voyage français sur la cartographie de la péninsule à cette époque soit assez réduit. Ce n’est qu’au XVIIIe siècle que les voyageurs français jouent un plus grand rôle dans la cartographie en général et dans celle de la péninsule en particulier, comme on l’a vu avec l’exemple anglais.

37(Fig. 9) Néanmoins, la carte publiée en 1654 par Sanson sous le titre « Carte des trois Arabies » est peut-être la première grande carte qui soit uniquement consacrée à la péninsule Arabique. Cette carte contient beaucoup d’informations nouvelles qui attestent du développement des connaissances au sujet de la péninsule. Les différences qu’elle introduit par rapport aux cartes précédentes concernent essentiellement les positions et les noms des agglomérations, car on y voit beaucoup de villes dans toutes les régions représentées, y compris celles du centre, avec l’utilisation assez étendue de toponymes modernes. Elle indique ainsi, et de façon détaillée, les lieux qui se trouvent sur les routes du pèlerinage comme la ville du prophète (Médine), Badr, Henen, Aljar, Gioffa, Qadaid, Asffan, Khaibar, Doumat al-Jandal et autres localités. Quant aux ajouts, ils concernent principalement des villes du centre comme Hagiar, Khadrama, Iamama, Salamia.

38À la fin du siècle, on constate une évolution dans la cartographie de la péninsule. Elle a été inaugurée par l’école française et lui reste très liée tout au long du siècle suivant, au cours duquel la France joue le rôle majeur dans la modernisation de cette cartographie, à savoir la production de grandes cartes détaillées représentant des régions bien définies de la péninsule. On peut à cet égard citer la carte de Mortier, intitulée « Carte particulière de la Mer Rouge » et publiée en 1700, comme constituant la première du genre. Celle-ci s’appuie sur le travail du cartographe Jaillot, qui s’est à son tour beaucoup inspiré des cartes de Sanson.

IV. — LES CARTES DE LA PÉNINSULE ARABIQUE EN EUROPE DU XVIIIe SIÈCLE AU DÉBUT DU XIXe SIÈCLE

39La cartographie de la péninsule Arabique a connu, au cours du XVIIIe siècle, une importante évolution suscitée par l’abondance des informations qui affluent dans les centres européens d’industrie cartographique, notamment en France. Pour résumer les principales caractéristiques de la présence européenne dans la péninsule Arabique durant cette période, on peut mentionner :

401. les voyages commerciaux européens qui continuent dans la région, avec la poursuite de la compétition entre les forces commerciales et militaires européennes, notamment celles de l’Angleterre et la France – ceci pour l’implantation de bases militaires ou de comptoirs commerciaux dans les différents ports arabes et persans de la mer Rouge, de la mer Arabique et du golfe Arabique – ; les plus importants parmi ces ports sont al-Makha, Aden, Mascare, Bandar Abbas, Bassora, Bouchahr et l’île de Kharge.

41(Fig. 10, 11, 12 et 13) Il convient notamment de souligner que la France tente au XVIIIe siècle, et plus particulièrement dans les dernières décennies du siècle, de se créer une zone d’influence dans la mer Rouge, principale voie maritime reliant à partir de la Méditerranée la métropole aux colonies qu’elle possède dans l’est de l’Afrique et dans les îles de l’océan Indien. Aussi les cartes maritimes françaises représentant les côtes de la mer Rouge et leurs ports (comme Bab el-Mandeb), la mer Arabique et les côtes de l’Afrique orientale, ont-elles à cette époque un caractère inégalé en ce qui concerne la précision du tracé, ainsi que la richesse d’informations. Cependant, au cours du XVIIIe siècle, les Ottomans réussissent à réduire l’influence française en mer Rouge comme ils l’ont déjà fait au cours des deux siècles précédents avec le Portugal, la Hollande et l’Angleterre, en leur en interdisant l’accès.

422. Les voyages individuels qui n’ont pas cessé au cours de ce siècle, dès les premières années et plus précisément entre 1708 et 1713 lorsque des marins marseillais se rendent au Yémen pour le commerce du café, emmenant avec eux des hommes comme Lagereau, Lodier et Barbier (qui ne sont pas marins, mais médecins ou autres). Ces derniers rédigent plusieurs rapports sur les régions visitées et ce qu’ils y ont vu. Leurs témoignages sont réunis par Jean de Laroque dans le fameux livre intitulé Voyage de l’Arabie Heureuse. Publié à Amsterdam en 1716, ce livre contient une carte du sud de la péninsule Arabique dessinée par le célèbre cartographe français Delisle, mais comportant beaucoup d’erreurs géographiques.

43(Fig. 14) Toutefois, l’évolution la plus importante en ce qui concerne les voyages vers la péninsule Arabique a lieu au milieu du XVIIIe siècle avec l’apparition des premières expéditions scientifiques en tant que telles, dont le pionnier est le Danois Carsten Niebuhr. Cette expédition, en raison de sa remarquable préparation, de la diversité des spécialités et des nationalités de ses participants ainsi que des résultats qu’elle a permis d’obtenir, constitue un tournant très important dans la façon d’étudier et de cartographier la péninsule. Grâce à elle, les institutions scientifiques qui existent en Europe au milieu du XVIIIe siècle prennent conscience du fait que les terres se trouvant dans l’intérieur de la péninsule sont restées tout à fait inconnues des Européens, ou bien qu’elles ont été représentées de façon tout à fait erronée.

44C’est ainsi que Frédéric VI, roi du Danemark, sur la suggestion de John Mikhailis, approuve l’idée d’entreprendre une mission d’exploration scientifique en Arabie afin de remédier à cette situation. Une équipe est alors constituée, dont Niebuhr devait être le seul rescapé. Outre des informations abondantes et diverses, l’expédition permet d’obtenir des cartes détaillées de territoires situés au sud-ouest de la péninsule Arabique, ainsi que des plans et des cartes précises pour nombre de villes et de régions périurbaines, sans oublier les cartes maritimes représentant de larges portions de la mer Rouge et du golfe Arabique. Niebuhr, tout en utilisant la carte de d’Anville, en corrige beaucoup d’erreurs et y ajoute un grand nombre de données nouvelles. Cette expédition, à laquelle on donnera par la suite le nom de Niebuhr, a comme principal résultat de poser les bases scientifiques des voyages individuels en Arabie pendant le premier quart du XIXe siècle.

45Les plus importants voyages sont alors ceux de l’Espagnol Domingo Badia y Leblich, effectué en 1807 sous le pseudonyme « Ali Bey el Abbassi », et du Suisse Burckhardt en 1814, sans oublier ceux qui ont suivi jusqu’à la fin du siècle. Ces voyages, quelles qu’en soient les formes et les motivations, ont eu un impact sur le tracé et l’évolution de la cartographie de la péninsule.

46En résumé, si le XVIIe siècle constitue une phase de genèse pour l’élaboration des cartes de la péninsule Arabique, la première moitié du XVIIIe siècle est une période de reproduction de ce qui existe déjà par différents cartographes en Hollande, en France, en Angleterre et en Allemagne, tandis que la deuxième moitié du siècle voit une évolution radicale dans les tracés ainsi que dans la quantité et la précision des données.

V. — LES CARTES DE LA PÉNINSULE ARABIQUE AU DÉBUT DU XIXe SIÈCLE

47Le début du XIXe siècle connaît une évolution remarquable dans le tracé des cartes de la péninsule Arabique, grâce aux nombreuses données accumulées à la fin du siècle précédent, et grâce à l’activité des sociétés savantes, comme la Société Géographique Royale et la Société Asiatique Royale en Angleterre, qui ont soutenu des expéditions scientifiques en Orient et, en particulier, dans la péninsule Arabique. Mais le soutien de ces sociétés savantes n’est pas sans rapport avec l’objectif colonial que nous avons déjà évoqué.

481. À partir des premières décennies du XIXe siècle, la carte de la péninsule Arabique commence à prendre, dans les atlas géographiques, une forme tout à fait différente de celle qu’elle avait au siècle précédent. Je me contenterai ici d’évoquer deux exemples liés aux résultats d’expéditions organisées dans la péninsule. Les voyageurs de ces expéditions ont pris soin d’indiquer beaucoup de détails sur les cartes qu’ils ont tracées, qu’il s’agisse des cartes de la totalité de la région visitée ou des cartes plus détaillées qui représentent des villes comme La Mecque et Djedda ou des fortins comme El Moïlah. Les cartes réalisées lors de l’expédition de l’Espagnol Domingo Badia y Leblich, qui a réussi en 1807 à atteindre La Mecque ainsi que Médine, Djedda et la région qui se trouve entre ces deux villes, se distinguent par la précision de leurs données : elles s’appuient sur des relevés effectués sur le terrain. L’un des trois volumes relatant l’expédition a été entièrement consacré aux cartes.

492. La deuxième expédition qui a suivi en 1814 est celle de John Ludwig Burckhardt, qui a visité La Mecque et Médine et a tracé des cartes détaillées de ces deux villes ainsi que des lieux de pèlerinage à côté de La Mecque. Il a aussi visité Djedda, Yanbû et la région avoisinante. Ce voyage a donné lieu à la réalisation de la carte représentant la partie occidentale de la péninsule Arabique qu’on trouve dans son livre intitulé Voyages en Arabie. Sa description du Hedjaz est considérée comme la plus précise jamais parvenue en Europe jusqu’alors. Le livre contient aussi des cartes établies par l’auteur.

50Pour finir, j’aimerais évoquer une tradition culturelle que les Arabes ont façonnée au cours des temps et qui pourrait consister en une autre sorte de « carte », rhétorique et poétique, avant l’apparition des cartes géographiques. Dans leur poésie, les Arabes sont, à ma connaissance, l’un des rares peuples à citer abondamment des lieux géographiques.

51En guise d’exemple, je citerai le grand poète Imrou’l Qays :

52Dans ce poème, le poète évoque sa mise à mort prochaine, son adieu à sa bien-aimée et le lieu où il se trouve, à savoir au déclin d’un tournant entre les rochers et la dune noire de Hawmal, à l’ouest. L’histoire veut que, lorsque ses assaillants entendirent ce vers d’une rhétorique presque magique, ils décidèrent de lui épargner la vie. C’est ce poème, parmi d’autres, que les bédouins ne manquaient pas de se rappeler pour guider leur voyage au cœur du désert de la péninsule Arabique.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/949/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/949/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 149k

Auteur

Ministre de l’Enseignement supérieur du Royaume d’Arabie Saoudite

Samir Allaf (Traducteur)

© Publications de l’École nationale des chartes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search