Version classiqueVersion mobile

Parcourir le monde

 | 
Dominique de Courcelles

Prologue. Perspectives

Dominique de Courcelles

Texte intégral

1Il est notoire que, pour les humanistes de l’Antiquité classique où s’origine, au moins en partie, notre contemporanéité, qu’elle soit orientale ou occidentale, la culture, après avoir désigné la transformation de la nature – agricultura – et le rapport aux lieux et aux dieux –colere signifie habiter, cultus est le culte–, s’avère essentiellement langagière. Cicéron explique que la cultura animi, comme culture de l’esprit et formation de l’individu, permet à l’être humain de signifier quelque chose en lui fournissant des méthodes d’interprétation, une herméneutique appropriée, des mots appropriés. Toute culture est alors un système symbolique cohérent, c’est l’ensemble des moyens linguistiques mais aussi de connaissance dont on peut se servir pour exprimer son humanité.

  • 1 Paris, éd. Arlea, 2002.

2Edgar Morin dans Pour une politique de civilisation1 distingue la culture, ensemble des croyances, des valeurs propres à une communauté particulière, de la civilisation qui consiste en ce qui peut être transmis, mis en commun, d’une communauté à une autre, à savoir les techniques, les savoirs, les sciences. Le dialogue des cultures qui implique la connaissance et la reconnaissance réciproques, l’ouverture à l’autre, comme la mise en commun des techniques, des savoirs et des sciences, passe donc par un travail de transmission, de traduction. Ce travail dans les différentes langues est fondamental, puisqu’il fait accéder les valeurs comme les savoirs à leur propre représentation, puisqu’il les rend réels et appropriables à ceux qui ne les connaissent pas ou ne les partagent pas ou pas encore. Dans tous les cas, il suppose le voyage, le déplacement, le franchissement des frontières, et donc l’incessante curiosité. C’est ainsi que les voyageurs qui écrivent ou dessinent ou cartographient ce qu’ils voient et ce qu’ils entendent contribuent à fixer et rationaliser les relations, quelles qu’en soient les motifs, qu’ils établissent avec les lieux et avec les êtres nouvellement découverts.

3Moins orientale que l’Inde et la Chine, l’Arabie, à la fois lointaine et proche, étrange et familière, est convoitée par Rome et Byzance avant d’appartenir à la Perse puis aux dynasties de l’islam. Elle constitue pour les Européens le terme des voyages d’un Orient qui n’est pas extrême. Ceux qui la cartographient expriment des espérances et des craintes. La cartographie s’éploie en traits, points, couleurs. Modélisant et schématisant, elle illustre et légitime, elle relie et communique, elle explique l’irruption et la perturbation, elle soutient le rêve et peut-être la métamorphose intérieure. C’est ce que le Professeur Dr. Khaled Al Ankary (Riyad) rappelle en évoquant les grandes étapes de la cartographie européenne de la péninsule Arabique.

4Expression d’un système symbolique cohérent, la culture islamique est présente dans les premières mappemondes de l’école arabe d’al-Balḫī au Xe siècle, qui veulent ignorer le monde chrétien ou l’Extrême Orient ou l’Occident musulman, cependant qu’au XIIe siècle le savant al-Šarīf al-Idrīsī s’attache au voyage, à la transmission, à la traduction, au risque d’être ostracisé par les siens, comme le rappelle le Professeur Dr. Francisco Franco Sánchez (Université d’Alicante). Le Professeur Dr. Bernhard Teuber (Université de Munich) démontre qu’à la même époque, le poète occitan Jaufré Rudel qui a sans doute participé aux croisades utilise les savoirs positifs et transmis de la géographie pour une imaginaire « propagande orientale », cet « amour de loin », prélude à l’aventure spirituelle.

5Car la cartographie s’accompagne de littérature, scientifique ou poétique, traités, romans, poèmes, pour définir les espaces et les temps de la mémoire. Les récits donnent des modèles qui permettent de comprendre des situations vécues au présent, avec leurs tensions et leurs angoisses, leurs enthousiasmes et leurs émerveillements. Si l’or et les merveilles de l’orientale Arabie fascinent les Européens depuis les Grecs et les Latins, l’islam et son fondateur sont dès le Moyen Âge en butte aux haines souvent terrifiées et aux dénigrements de toutes sortes, comme l’évoque le Professeur Dr. Santiago López-Rios (Université Complutense Madrid), traçant ainsi l’archéologie des incompréhensions dramatiques entre les cultures. Cette juxtaposition d’espaces incompatibles, cette hétérotopie au sens foucaldien du terme, s’observe bien, selon le Professeur Dr. Phillip John Usher (Barnard College Université Columbia) dans la reconstruction de la mémoire et de la géographie des lieux saints de Jérusalem, axis mundi, entre Orient et Occident, dont la basilique, gardée par les musulmans, est visitée par les chrétiens.

6Lorsque la belle Etherine dans le Voyage des princes fortunés de Beroalde de Vierville au début du XVIIe siècle propose à celui qui l’aime l’épreuve d’un voyage dans la mer d’Arabie, c’est le voyage seul qui est réel par cette « impulsion cartographique », analyse le Professeur Dr. Tom Conley (Université de Harvard), et non la terre. Car c’est bien la mer et les rivages d’Arabie qui confèrent ici son caractère de réalité à l’aventure amoureuse initiatique. La planisphère monochrome de l’artiste Aliguiero Boetti peinte en 1968 avec le titre inspiré d’Hérodote Verso sud, l’ultimo dei paesi abitati e l’arabia, étudiée par le Dr. Sébastien Galland (Université de Montpellier), comme le planisphère en argent du savant al-Idrīsī pour le roi de Sicile Roger II ne désignent-elles pas la même ouverture interminable à des possibles réels et tous différents ? Paradoxale cartographie !

7Or, au temps présent des grandes découvertes américaines et des tours du monde vers l’ouest, un livre, la Silva de varia lección, best-seller en Occident pendant des décennies, constitue la cartographie littéraire en plis et replis des voyages d’Orient et du goût des passages, des transmissions et des traductions. J’ai souhaité montrer que ce qui est peut-être le nouvel infini se découvre ainsi, par le jeu des impossibilités d’un point de vue unifié, dans la quête inachevable d’un savoir universel, de possibles réels et tous différents. Mathématicien, cosmographe et cartographe à Séville des espaces et des temps, des croyances et des savoirs, l’auteur Pedro Mexía attentif à la nouvelle navigation vers un « nouveau monde » occidental et américain, rempli de promesses, donne à voir et à s’approprier en soi toute la diversité orientale, de l’Inde à Séville en passant par l’Arabie diabolique et en s’avançant jusqu’à l’Angleterre hérétique, afin de neutraliser tout potentiel accidentellement chaotique ou diviseur et prouver la grandeur du voyage d’Orient et de la « philosophie orientale » au seuil d’une peut-être trop occidentale américaine modernité.

8N’est-ce pas là précisément le drame du poète Gérard de Nerval au milieu du XIXe siècle ? Le Professeur Dr. Luc Barbulesco (Université de Paris 3-Sorbonne nouvelle) explique comment le poète dans son « désir d’Orient », dans sa quête fantasmatique des origines, n’arrive plus à mettre en rapport la tradition et la modernité, à trouver des passages et des traductions, ne prend pas au sérieux la diversité « orientale », tout à son rêve de fuite, tout à son regret aporétique de ce que l’Europe n’est pas.

9La collecte, la conservation et la communication des cartes sont donc d’une importance fondamentale pour une meilleure intelligence et une meilleure évaluation de l’histoire des cultures et des civilisations, des relations que les hommes ont entretenues avec l’espace et avec les autres hommes dans la perspective de mémoires partagées et partageables. Toute carte est un objet matériel qui ressortit à l’immatériel ; toute carte est un élément de la confrontation, qu’elle soit apaisée ou non, des cultures et des civilisations. C’est ce que nous expliquent le Dr. Jean-Yves Sarazin (conservateur en chef, directeur du département des Cartes et Plans de la BNF) et la Dr. Emmanuelle Vagnon (post-doctorante, Université Paris 1), en commentant la gestion des collections de la Bibliothèque nationale de France, l’association de la BNF avec le programme de recherche MeDIan sur les savoirs et les représentations de l’océan Indien et l’exposition organisée par la BNF « L’âge d’or des cartes marines » (octobre 2012-janvier 2013).

10C’est ainsi que ce colloque « Parcourir le monde : les voyages d’Orient », sans prétendre à l’exhaustivité, a souhaité contribuer, par quelques exemples comme autant d’étapes clés d’une longue histoire, à la compréhension de quelques enjeux de la cartographie, majeurs pour l’histoire du dialogue complexe des cultures et des civilisations et plus particulièrement pour l’histoire des relations entre l’orientale Arabie et l’Occident.

Notes

1 Paris, éd. Arlea, 2002.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search