Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Prise de décision en France (1525-1559)

 | 
Roseline Claerr
, 
Olivier Poncet

Troisième partie. Études de cas

La diffusion de l’ordonnance de Villers-Cotterêts (1539-1542)

Geneviève Guilleminot-Chrétien

Résumé

L’ordonnance de Villers-Cotterêts (août 1539) est le premier acte royal à avoir fait l’objet d’une diffusion massive et organisée dans tout le royaume. En quelques mois, près de vingt mille exemplaires en sont imprimés à Paris et en province sous la direction du riche libraire parisien Galliot Du Pré. Celui-ci bénéficie d’un monopole grâce à un privilège royal, le premier de ce type accordé pour un acte administratif, délivré par ordre du chancelier. Guillaume Poyet est sans doute à l’origine de cette campagne d’une ampleur inédite qui manifeste sa volonté d’une mise en œuvre rapide de l’ordonnance.

Texte intégral

  • 1 Hélène Michaud, La Grande chancellerie et les écritures royales au seizième siècle (1515-1589), Pa (...)
  • 2 Inventaire chronologique des éditions parisiennes du XVIe siècle, t. V (1536-1540), Paris, 2004, n (...)

1Toute décision royale ne peut prendre son plein effet qu’une fois portée à la connaissance des sujets du roi. La thèse d’Hélène Michaud1 a bien montré comment le recours à l’imprimerie s’impose peu à peu au XVIe siècle comme procédure de publication, mais il semble intéressant, à la suite de travaux bibliographiques récents, de revenir sur un exemple précis, la diffusion de l’ordonnance de Villers-Cotterêts2.

  • 3 Jeanne Veyrin-Forrer, « Fabriquer un livre au XVIe siècle », dans Fa lettre et le texte, Paris, 19 (...)
  • 4 Inventaire chronologique..., t. V ; 1540, n° 1804. On relève encore à Paris deux éditions augmenté (...)

2Le recensement de la production éditoriale parisienne en 1539 permet en effet de constater avec quelque étonnement que cette ordonnance est le titre le plus souvent édité, de son intitulé complet Les ordonnances royaulx sur le faict de la justice et abbreviation des proces. Seize éditions imprimées à Paris ou au nom de libraires parisiens ont pu être recensées : selon le chiffre de tirage habituel à cette date, de 1 200 à 1 300 exemplaires par édition3, cela signifie qu’une vingtaine de milliers d’exemplaires ont été écoulés dans le royaume en quelques mois. Le demande ne s’épuise pas : de nouvelles éditions paraissent les années suivantes4, sans compter les reprises de l’ordonnance en province, enrichies d’ordonnances spécifiques. Ce phénomène d’édition justifie que l’on examine de plus près les circonstances de publication et de diffusion.

3Il convient toutefois, auparavant, de souligner que les actes royaux imprimés connus aujourd’hui ne représentent qu’une part des actes réellement sortis des presses : au fil des siècles, ces pièces isolées disparaissaient lorsqu’elles n’étaient plus d’actualité, qu’elles étaient remplacées par un nouvel édit ou que les textes étaient repris dans des recueils d’ordonnances. Elles n’ont pas été retenues dans les grands tris effectués lors des confiscations révolutionnaires qui sont à l’origine des bibliothèques publiques françaises. Or les travaux bibliographiques s’appuient sur les catalogues des bibliothèques : des éditions anciennes sont sans doute encore à découvrir dans les fonds d’archives français.

  • 5 Inventaire chronologique..., t. III, Paris, 1985 ; 1521, n° 504 ; 1527, n° 1205bis ; 1528, n° 1464 (...)
  • 6 Inventaire chronologique..., t. III ; 1524, n° 722 ; 1525, n° 879 ; 1526, n° 1073. – t. IV ; 1532, (...)
  • 7 Inventaire chronologique..., t. IV ; 1532, nos 420-424 ; 1533, n° 688 ; 1534, n° 1000 ; 1535, n° 1 (...)

4L’usage de l’imprimé pour diffuser un acte royal ou administratif aussitôt après sa promulgation existe depuis Charles VIII, mais il reste longtemps épisodique : de François Ier ne sont connus que quelques actes entre 1521 et 15315 ; les édits du parlement de Paris ne sont guère plus nombreux6. Un début de régularité se dessine à partir de 1532 (cinq actes sont exceptionnellement recensés), mais c’est en 1535, avec cinq actes royaux et quatre arrêts du Parlement, que s’affiche nettement une nouvelle pratique, à mettre sans doute en relation avec les retombées de l’Affaire des Placards ; 1536 voit paraître deux actes royaux, deux arrêts du Parlement et un du Grand Conseil ; 1537, deux actes royaux et quatre arrêts du Parlement ; 1538, quatre actes royaux. En 1539, outre les nombreuses éditions de l’ordonnance de Villers-Cotterêts, paraissent six actes royaux7. Tous ces relevés concernent des pièces sorties de presses parisiennes, l’activité des centre provinciaux étant quasi nulle en ce domaine. Si peu nombreuses soient-elles, elles laissent cependant voir un début de spécialisation chez certains libraires : ainsi, Jacques Nyverd publie les actes royaux concernant les monnaies, et Jean André, les arrêts du Parlement.

  • 8 Inventaire chronologique..., t. V, n° 1208.

5Ces actes isolés, constitués de quelques feuillets de petit format vite imprimés, ressemblent plutôt aux pièces d’actualité qui rapportent les grands événements du règne, couronnement, entrées royales, victoires ou obsèques. Il existe, parallèlement, une tradition d’éditions en recueil des ordonnances royales où sont compilés des actes, avec souvent un véritable travail éditorial de collation sur les registres du Parlement, dont les auteurs ne sont pas identifiés. Par exemple, en 1539, les libraires Ambroise Girault, Maurice de La Porte, Guillaume Le Bret et Pierre Sergent s’associent avec l’imprimeur Étienne Caveiller pour publier les Ordonnances et instructions des rois, de Charles VII à François Ier8.

  • 9 On peut cependant citer un exemplaire sur vélin des Ordonnances royaulx sur te fait des tailles, à (...)
  • 10 Un exemplaire des Coutumes de Senlis, de 1540, sur vélin, est aux armes du connétable de Montmoren (...)

6L’ordonnance de Villers-Cotterêts, qui, par sa nature, se rattache à la catégorie des actes isolés, se rapproche des recueils par son aspect extérieur et par sa mise en page. Elle est imprimée aussi bien en format in-folio, in-quarto qu’in-octavo, ce qui permet de la vendre à plusieurs types de publics et à un prix variable. Ses 192 articles, qui occupent généralement 19 feuillets dans les éditions in-folio, pour 48 feuillets dans les éditions in-octavo, sont accompagnés d’une Briefve recollection par alphabet du contenu es presentes ordonnances, qui renvoie au numéro des articles. L’importance attachée à ce texte est confirmée par l’existence de plusieurs exemplaires imprimés sur vélin. Inhabituelle pour de simples actes royaux9, l’impression sur vélin, parfois réglée et rehaussée d’or, se pratique pour les exemplaires des coutumes destinés aux rédacteurs ou aux seigneurs de province10.

7L’édition parisienne de l’ordonnance de Villers-Cotterêts porte le nom de trois libraires, Galliot Du Pré, Jean Bonhomme et Jean André. Jean Bonhomme, qui n’a plus aucune activité éditoriale à cette date, appartient à une riche famille de marchands-libraires et surtout est l’un des quatre grands libraires-jurés de l’Université. Les deux autres protagonistes sont à la tête d’officines à la politique éditoriale bien marquée et tiennent chacun un étal au Palais, où ils vendent des ouvrages susceptibles d’intéresser les magistrats, les hommes de loi et leurs clients, ou les badauds qui fréquentent la galerie du Palais.

  • 11 Annie Parent, Les métiers du livre à Paris au XVIe siècle (1535-1560), Genève, 1974 (Histoire et c (...)
  • 12 Philippe Renouard, Documents sur les imprimeurs, libraires, carriers, graveurs... ayant exercé à P (...)

8Galliot Du Pré11 est alors l’un des plus importants libraires parisiens : installé depuis 1513, il dispose d’un fonds de livres considérable, constitué de ses propres éditions ou d’ouvrages qu’il achète chez d’autres. Il aborde des genres divers, tout en étant spécialisé dans l’histoire de France, les romans médiévaux et surtout le droit et la jurisprudence. Il a une longue expérience de la publication des recueils d’ordonnances et des coutumes, et fournit régulièrement le greffe du Parlement en « textes des decretz et loix pour servir aux affaires d’icelle court12 ». Une part notable de sa production est en latin, langue qu’il manie lui-même avec aisance, à en juger par des pièces liminaires de sa plume.

  • 13 Imprimeurs et libraires parisiens du XVIe siècle, ouvrage publié d’après les manuscrits de Philipp (...)

9Jean André13, de moindre envergure, se démarque de ses collègues par le étroit qu’il entretient avec le parlement de Paris et avec la Faculté de théologie, qui lui confie, en 1544, la publication du Catalogue des livres censurez. S’il publie sous son nom quelques actes royaux en 1536, en 1538 et en 1539, il a pratiquement le monopole des arrêts du Parlement. Ces actes ne représentent chaque fois que quelques feuillets. Le reste des éditions à son adresse, des œuvres littéraires françaises (Christine de Pisan, Gilles Corrozet, Guillaume de Lorris) ou des traductions (Jules César, Boccace ou Antonio Guevara), sont toujours partagées avec d’autres libraires, le plus souvent installés eux aussi au Palais. Jean André ne dispose donc ni de l’expérience ni des moyens financiers nécessaires pour mener à bien une édition importante par lui-même, mais il a l’habitude de travailler en association et bénéficie certainement de protections au Parlement. Il est donc permis d’attribuer à Galliot Du Pré le rôle essentiel dans cette entreprise.

  • 14 Voir les transcriptions en annexe. Sur la question des privilèges, voir Elizabeth Armstrong, Befor (...)
  • 15 Inventaire chronologique..., t. V, n° 1328.

10L’édition de l’ordonnance de Villers-Cotterêts est couverte par deux privilèges différents14, chacun pour trois ans, qui sont reproduits in extenso dans les premières éditions de l’ordonnance. L’un est accordé par le roi à Galliot Du Pré, l’autre par le Parlement à Jean Bonhomme et à Jean André. Tous deux sont datés du 28 août. Le privilège du Parlement est semblable à ceux déjà obtenus par Jean André pour ce type d’acte : son édition de l’édit de Châtillon du 9 mai 1539 est ainsi protégée par un privilège accordé le 21 mai pour trois ans15.

  • 16 Hélène Michaud, La Grande chancellerie..., p. 116.
  • 17 Arch. nat., X1A 1543, fol. 726 v.

11L’octroi d’un privilège royal est un élément beaucoup plus significatif. Les privilèges royaux sont d’une portée bien supérieure puisqu’ils s’appliquent à tout le royaume et se présentent sous la forme de lettres royales, dont la transcription intégrale accentue le caractère solennel, mais ils sont coûteux à obtenir, obligeant le requérant à suivre une monarchie itinérante et à disposer de relations capables d’appuyer sa requête, puis à acquitter des frais de chancellerie. Si Jean André n’a jamais usé de tels privilèges, Galliot Du Pré, qui sollicite le plus souvent des privilèges du Parlement, a déjà obtenu un privilège royal le 28 mai 1535, pour le traité De l’antiquité judaïque, traduit de Flavius Josèphe. Il s’agit d’un important ouvrage de format in-folio. Il semble donc que l’ordonnance de Villers-Cotterêts représente le premier acte royal publié avec un tel privilège. Or l’obtention d’un privilège royal ne s’explique que s’il y a eu dès l’origine un projet éditorial conséquent. Les lettres délivrant ce privilège portent la formule finale « Ainsi signé par le roy, a vostre relation », ce qui montre que le privilège a été délivré par ordre du chancelier, et le contreseing de François Deslandes, qui fait partie des secrétaires habituellement affectés au chancelier16. L’intervention de Guillaume Poyet semble donc quasi certaine. L’existence de deux privilèges accordés le même jour à chaque libraire est tout aussi surprenante et sans doute unique dans l’histoire du livre parisien : est-ce une coïncidence ou un projet concerté ? Jean André et Galliot Du Pré n’avaient certes jamais travaillé ensemble, mais leurs profils se complétaient. Le Parlement résolut un conflit éventuel en décidant, le 6 septembre, que les ordonnances « seront imprimées et vendues à frais communs entre eux trois17 », ce qui confirme le rôle de Jean Bonhomme comme bailleur de fonds.

12Les privilèges obtenus, l’entreprise peut commencer. Neuf éditions sont à l’adresse des seuls libraires parisiens : le nom de Galliot Du Pré, cité en premier, et celui de Jean André, figurent au titre, à l’exception de l’édition in-folio imprimée par Couteau, qui est au seul nom d’André, tandis que celui de Bonhomme est omis, mais les indications complètes, avec les noms des trois associés, sont toujours portées au colophon. Aucun d’eux ne dispose d’atelier personnel d’imprimerie, aussi s’adressent-ils à plusieurs imprimeurs : quatre éditions portent le nom de Nicolas Couteau, qui travaille souvent pour Jean André et pour Galliot Du Pré, et qui a, à plusieurs reprises, imprimé des actes du roi ou du Parlement, ainsi que des coutumes. Nicolas Couteau ne pouvait peut-être pas suffire à la demande, aussi deux éditions sortent-elles en 1539 et en 1540 des presses d’Étienne Caveiller. Cet imprimeur n’avait jamais travaillé pour André, Bonhomme et Du Pré, mais la qualité de son travail ne devait pas leur être inconnue, car il avait imprimé souvent pour d’autres libraires du Palais, les frères Langelier, Ambroise Girault et Pierre Sergent, et avait produit des recueils d’ordonnances ou des coutumiers. Galliot Du Pré et André s’adressent donc à des imprimeurs expérimentés et capables de réaliser des ouvrages importants, qui savent mettre en page des ordonnances aux multiples articles, en jouant sur les blancs entre les articles et les premières lignes marquées par un changement typographique, mais ne cherchent pas à innover dans la présentation. Couteau et Caveiller composent les diverses éditions en bâtarde et utilisent de nombreuses lettres ornées d’inspiration gothique qui leur appartiennent et qui ont déjà beaucoup servi. La clientèle habituelle des libraires du Palais ne pouvait pas être désorientée.

  • 18 Table des livres de Denys Janot, imprimeur du roy en langue françoyse, fol. A2v, éd. Henri Omont, (...)
  • 19 Bibl. Sainte-Geneviève, 8 F 902 Inv 4177 Rés. (p. 5).
  • 20 Bibl. nat. Fr., Rés. Vélins 979.

13Denis Janot, qui, à la différence de Couteau et Caveiller, tient une échoppe et agit en tant qu’éditeur, leur imprime une édition dont il semble garder une partie dans son propre stock, si on identifie avec l’ordonnance de Villers-Cotterêts la mention « Grandes ordonnances » qui figure dans son propre catalogue publié en 154418. Aucune indication ne permet d’estimer le délai qui s’est écoulé entre l’obtention des privilèges et la mise en vente, sans doute très proches. À titre de comparaison, un exemplaire de l’Edict du roy faict sur la forme d’enlever sel des marays, signé à Saint-Maur-des-Fossés en juillet 1544, enregistré au Parlement le 31 juillet, avec privilège du même jour au libraire Etienne Roffet, porte la mention manuscrite « A Jacques Joyeulx, notaire ou Chastellet [de] Paris, le VIe jour d’aoust 154419 » : enregistrement au Parlement, délivrance du privilège, impression et mise en vente ont donc lieu en quelques jours. À en juger par les deux éditions in-folio, où la table figure parmi les pièces liminaires non chiffrées, tandis que la foliotation commence au début de l’ordonnance elle-même, l’impression de l’ordonnance fut effectuée pendant que la table était préparée, mais on ignore qui accomplit ce travail. Enfin l’édition imprimée par Nicolas Couteau est sans doute la première : connue par un exemplaire sur vélin, malheureusement sans marque de possesseur, elle comporte diverses coquilles, relevées dans des errata à la fin du volume, qui sont corrigées dans les autres éditions. La plus curieuse, à l’article 173, transforme les « testamens et contrats » en « instrumens et contrats20 ».

14La diffusion de l’ordonnance ne se limite pas au monde des juristes parisiens. Des libraires provinciaux vont participer à cette campagne éditoriale. Il n’est pas inhabituel, à cette date, de trouver des imprimeurs parisiens travaillant pour des libraires d’autres villes : ainsi, Couteau imprime à plusieurs reprises pour le libraire de Bourges Alabat. De nombreux ouvrages de liturgie, qui sont imprimés à Rouen, sont vendus par la famille Regnault à Paris et à Rouen ; à l’inverse, Yolande Bonhomme imprime à Paris des livres d’heures à l’usage de certains diocèses. Ces exemples diffèrent cependant de l’exploitation qui est faite de l’ordonnance de Villers-Cotterêts, sous le contrôle de Galliot Du Pré en son nom propre. En effet, il use de son privilège royal pour faire imprimer l’ordonnance dans d’autres villes et la faire vendre par des libraires locaux. À Toulouse, où l’ordonnance est enregistrée au Parlement le 20 novembre, Nicolas Vieillard l’imprime « pour Galliot Du Pré, libraire juré de l’Université de Paris », mais l’adresse du titre est celle du libraire toulousain Thomas de Fert. A Rennes, l’imprimeur Jean Georget travaille pour lui et pour « Jehan Lermangier, son procureur demeurant au parquet de la court de Rennes ». Des opérations du même genre se déroulent à Rouen et à Clermont-Ferrand. Ces éditions mentionnent les enregistrements des parlements provinciaux : l’édition de Toulouse signale au titre les articles sur lesquels le parlement de Toulouse s’apprête à faire remontrance. Seule l’édition d’Angers, donnée par le libraire Jean Varice, porte au titre la formule « par Jehan Varice, auquel Galliot Du Pré, Jehan André et Jehan Bonhomme ont permis les faire imprimer selon leurs privileges », ce qui se justifie puisque le privilège du Parlement couvre Angers.

  • 21 Bibl. nat. Fr., Rés. F. 1642 (1).
  • 22 Inventaire chronologique..., t. V, n° 1332.

15Le privilège de Galliot Du Pré semble avoir été relativement respecté, même si certains éditeurs le contournent en proposant une édition enrichie d’autres édits. Ainsi, Guillaume Chevau publie des Ordonnances sur le faict de la justice... en ce pays et duché de Bretaigne pour lesquelles il fait état d’un permis d’imprimer de la « court » pour « les constitutions et ordonnances royaulx » publiées au Parlement, du 30 septembre 1539 ; l’ordonnance de Villers-Cotterêts y est accompagnée d’une ordonnance spécifique à la Bretagne, de la même date, et de l’édit de Compiègne du 24 septembre 1539. De même, l’édition non datée donnée par Thibault Payen à Lyon ajoute d’autres édits. En 1541, Arnoul Langelier, voisin de Galliot Du Pré et de Jean André dans la galerie du Palais, s’associe avec Poncet Le Preux, un des grands libraires-jurés, pour produire une nouvelle édition21, augmentée des dernières ordonnances du roi et du Parlement : il utilise un privilège du Grand Conseil, reçu le 24 juillet 1539 pour « les ordonnances faictes par le roy sur l’abbreviation de la justice de son Grant Conseil ». C’est avec une mauvaise foi manifeste qu’il confond l’édit de juillet 1539, qu’il avait effectivement publié en 153922, et l’ordonnance de Villers-Cotterêts.

  • 23 Inventaire chronologique..., t. V, n° 1805.

16Les liens étroits entre le pouvoir royal et Galliot Du Pré ne s’arrêtent pas là : le 25 février 1540, il obtient un autre privilège royal pour faire imprimer à Lyon les ordonnances d’Abbeville du 25 février. De fait, il fera imprimer à Paris, par Caveiller, ces ordonnances destinées au Dauphiné, qu’il mettra en vente à Lyon, chez Romain Morin, avec un permis du parlement de Grenoble du 9 avril23.

17Une campagne d’une telle ampleur ne se reproduisit pas, mais l’habitude d’imprimer une part importante des édits royaux est acquise : en 1540, on en relève 32 éditions à Paris. Les libraires se contentent cependant de privilèges du Parlement. Si les coutumiers bénéficient parfois d’un privilège royal, il semble que le choix entre privilège du roi ou du Parlement se fasse selon l’aire géographique que couvre la coutume. Ainsi, Philippe Bourgoignon, qui publie en 1540, à Rennes et à Nantes, les Coustumes generalles de Bretaigne, sollicite un privilège royal, donné à Fontainebleau, le 22 novembre 1539, qu’il reproduit intégralement, tandis que Galliot Du Pré et jean André, associés une nouvelle fois en 1540 pour publier les Coutumes de Senlis, obtiennent un privilège du Parlement le 4 juin 1540. La publication des actes royaux est désormais un marché fructueux que les éditeurs se disputent.

  • 24 Elizabeth Armstrong, « The publication of the royal edicts and ordinances under Charles IX: the de (...)

18Le pouvoir royal, de son côté, à partir du règne de Henri II, cherche à en contrôler la qualité, en accordant peu à peu des privilèges généraux à certains libraires, selon leur spécialité – à Jean Dallier, pour les édits et ordonnances concernant les finances – mais surtout en les concentrant chez les meilleurs libraires-imprimeurs, réputés pour la correction de leurs impressions. Ainsi, Michel de Vascosan reçoit le privilège des actes royaux, le 2 mars 1561, tandis que Robert II Estienne, sur l’intervention du chancelier Michel de L’Hospital, obtient le monopole de trois mois pour les édits et ordonnances, le 8 octobre 1561, sans que l’on s’explique ce doublon. Les parlements se voient alors interdire d’accorder des privilèges pour ces actes. À son tour, Guillaume Nyverd est nommé imprimeur ordinaire du roi, le 22 novembre 1568, titre accompagné des mêmes droits24.

19La place exceptionnelle de l’ordonnance de Villers-Cotterêts dans l’histoire administrative française est donc confirmée par l’examen des circonstances de sa publication. En l’espace de quelques mois, la majeure partie des juristes et des praticiens du droit dans le royaume ont pu disposer du texte écrit. Forts d’un privilège royal et de l’appui du privilège du Parlement, les libraires parisiens ont orchestré une véritable opération de diffusion à l’échelle du royaume, sans commune mesure avec leurs habituelles pratiques commerciales. Tout laisse supposer que l’impulsion en a été donnée par la volonté de Guillaume Poyet lui-même.

Annexes

ANNEXE

PRIVILÈGE ROYAL POUR L’IMPRESSION DE L’ORDONNANCE DE VILLIERS-COTTERÊTS

1539, 28 août. — Villers-Cotterêts

B1. Ordonnances royaux sur le faict de la justice et abbreviation des proces par tout le royaulme de France, faictes par le roy nostre sire..., Paris, Étienne Caveiller pour Galliot Du Pré, Jean Bonhomme et Jean André, 1539, in-folio, papier, [5]-19 fol., Bibl. nat. Fr., Rés. F. 268 (2). B2. Ordonnances royaulx sur le faict de la justice et abbreviation des proces par tout le royaulme de France, faictes par le roy nostre sire..., Nicolas Couteau pour Galliot du Pré, Jean Bonhomme et Jean André, 1539, in-folio, papier, ou vélin [5]-19 fol., Bibl. nat. Fr., Rés. Vélins 97925.

PRIVILEGE DU ROY POUR CES PRESENTES ORDONNANCES

Françoys par la grace de Dieu roy de France, a noz amez et feaulx les gens tenans nostre court de parlement a Paris, Toulouze, Bordeaulx, Rouen, Digeon, Provencea, Grenoble, noz lieutenans et gouverneurs desdictzb pays, seneschal de Lyon, Toulouze, de Prouvence, prevost de Paris, et tous autres seneschaulx et baillifz, prevostz, justiciers, officiers quelzconques de nostre royaulme, et a ung chascun d’eulx respectivement, salut.

Receu avons l’humble supplication de nostre bien amé Galliot Du Pré, libraire juré de nostre université de Paris, contenant que nostre vouloir et plaisir fust luy permettre imprimer et vendre les ordonnances, lesquelles puis peu de temps en ça par deliberation et advis de nostre conseil, nous avons pour le bien de justice, abreviation des proces et soulagementc de noz subjectz faictz rediger et ordonné estre publiees en noz cours de parlement et autres jurisdictions de nostre royaulme, pour lesquelles bien et deuement imprimer luy conviendra frayer et faire plusieurs fraiz et impenses, et si aprés l’impression desdictes ordonnances, aultresd imprimeurs et aultrese libraires se ingeroyentf les faire imprimer et vendre il demeureroit frustré de son labeur, fraiz et vaccations, nous humblement requerant sur ce luy pourveoir de nostre grace et remede convenable. Pour ce est-il que nous, ces choses considerees, desirant de nostre povoir icelles ordonnances estre publiees, observees et gardees en nostredit royaulme, terres et seigneuries, attendu que c’est le bien, proffit et utilité de la chose publicque et autres causes a ce nous mouvans, audict Galliot Du Pré, avons permis et permettons, voulons et nous plaist qu’il puisse faire imprimer et vendre lesdictes ordonnances toutes foisg que bon luy semblera, et avons inhibé et defendu, inhibons et defendons a tous imprimeurs, libraires et tous autres qu’il appartiendra qu’ilz n’ayent a imprimer, faire imprimer ou vendre en nostredict royaulme lesdictes ordonnances ainsi de nouvel redigees sans le vouloir et consentement dudit Du Pré, et ce jusques a trois ans aprés ensuyvans, et a ce faire souffrir et obeyr, contraignez et faictes contraindre royaulment et de faict tous ceulx qu’il appartiendra et qu’ilz seront a contraindre par toutes voyes et manieres deues et raisonnables en faisant ou faisant faire expresses inhibitions et deffencesh de par nous a toutes manieres de gens de quelque estat ou condition qu’ilz soient qu’ilz n’ayent a imprimer, faire imprimer ne vendre en nostre royaulme, terres et seigneuries lesdictes ordonnances si elles ne sont imprimees par ledict du Pré jusques audict terme de trois ans expirez sur peine d’amende arbitraire et confiscation desdictes ordonnances qu’ilz auraient vendues et faict imprimer, dommages et interestz : et en ce cas de debat lesdictes contrainctes, inhibitions et defenses tenans nonobstant oppositions ou appellations quelzconques, au surplus faictes aux parties ouyes bon et brief droict, car ainsi nous plaist il estre faict nonobstant quelzconques lettres a ce contraires. Donné à Villyers Costereezi le XXVIII jour d’aoust l’an de grace mil cinq cens trente neuf et de nostre regne le vingt cinquiesme, Ainsi signé « Par le roy, a vostrej relation. Deslandes » et seellées sur simple queue de cire jaulne.

EXTRAICT DES REGISTRES DE PARLEMENT

La court, veue la requeste a elle presentee par Jehan Bonhomme, l’ung des quatre grans libraires de l’université de Paris, et Jehan André, aussi libraire, tenant sa boutique en la grant salle du Palais, a permis et permetk ausdictz supplians imprimer ou faire imprimer les ordonnances dernierement faictes par le roy touchant l’expedition et abreviationl des procés, a la charge que ladicte impression sera bien correcte, en beau volume, belle marge et bonne lettre. Et a ce que lesdictz supplians puissent estre remboursez des fraiz qu’il leur conviendra faire, ladicte court a inhibé et defendu, inhibe et defend a tous autres libraires, imprimeurs et autres personnes quelzconques de imprimer, faire imprimer ne exposer en vente lesdictes ordonnances autres que celles desdictz supplians jusques a trois ans prochainement venans sur peine de confiscation de telles autres impressions s’aucunes estoient trouvees et d’amende arbitraire. Faict en Parlement le XXVIII jour d’aoust l’an mil cinq cens XXXIX. Collation est faicte. Berruyer.

Notes

1 Hélène Michaud, La Grande chancellerie et les écritures royales au seizième siècle (1515-1589), Paris, 1967, p. 382-392.

2 Inventaire chronologique des éditions parisiennes du XVIe siècle, t. V (1536-1540), Paris, 2004, n° 1333-1348. Sur l’ordonnance, voir Ordonnances des rois de France, Règne de François Ier, t. IX, 3e partie, Paris, 1983, n° 944, p. 550-628. Gilles Boulard, « L’ordonnance de Villers-Cotterêts : le temps de la clarté et la stratégie du temps (1539-1992) », dans Revue historique, n° 609, 1999, p. 45-93.

3 Jeanne Veyrin-Forrer, « Fabriquer un livre au XVIe siècle », dans Fa lettre et le texte, Paris, 1987, p. 273-319, à la p. 277.

4 Inventaire chronologique..., t. V ; 1540, n° 1804. On relève encore à Paris deux éditions augmentées en 1541 et une en 1542.

5 Inventaire chronologique..., t. III, Paris, 1985 ; 1521, n° 504 ; 1527, n° 1205bis ; 1528, n° 1464 ; 1529, n° 1766. – t. IV, Paris, 1992 ; 1531, nos 157 et 158.

6 Inventaire chronologique..., t. III ; 1524, n° 722 ; 1525, n° 879 ; 1526, n° 1073. – t. IV ; 1532, n° 503 ; 1533, n° 787bis ; 1534, n° 1103.

7 Inventaire chronologique..., t. IV ; 1532, nos 420-424 ; 1533, n° 688 ; 1534, n° 1000 ; 1535, n° 1308-1312 et 1393-1396. - t. V : 1536, nos 26, 166, 167, 268 et 269 ; 1537, nos 513, 514 et 605-608 ; 1538, nos 878-881 ; 1539, nos 1326-1332.

8 Inventaire chronologique..., t. V, n° 1208.

9 On peut cependant citer un exemplaire sur vélin des Ordonnances royaulx sur te fait des tailles, à l’adresse de Galliot Du Pré en 1517 (Bibl. nat. Fr., Rés. Vélins 1861).

10 Un exemplaire des Coutumes de Senlis, de 1540, sur vélin, est aux armes du connétable de Montmorency (Bibl. nat. Fr., Rés. Vélins 456).

11 Annie Parent, Les métiers du livre à Paris au XVIe siècle (1535-1560), Genève, 1974 (Histoire et civilisation du livre, 6), p. 217-251.

12 Philippe Renouard, Documents sur les imprimeurs, libraires, carriers, graveurs... ayant exercé à Paris de 1450 à 1600, recueillis aux Archives nationales et au Département des manuscrits de la Bibliothèque nationale, Paris, 1901, p. 81 : 28 novembre 1530.

13 Imprimeurs et libraires parisiens du XVIe siècle, ouvrage publié d’après les manuscrits de Philippe Renouard, t. I, Paris, 1964, p. 47-93 ; Jeanne Veyrin-Forrer, « Martin Bésard, Ernest de Fréville et les livres interdits », dans Bulletin du bibliophile, 1997, p. 127-147.

14 Voir les transcriptions en annexe. Sur la question des privilèges, voir Elizabeth Armstrong, Before Copyright: the French Book-Privilege System 1498-1526, Cambridge University Press, 1990 (Cambridge Studies in Publishing and Printing History). Il n’existe aucune étude de cet ordre sur les années 1530-1560.

15 Inventaire chronologique..., t. V, n° 1328.

16 Hélène Michaud, La Grande chancellerie..., p. 116.

17 Arch. nat., X1A 1543, fol. 726 v.

18 Table des livres de Denys Janot, imprimeur du roy en langue françoyse, fol. A2v, éd. Henri Omont, Catalogue des éditions françaises de Denys Janot, libraire parisien (1529-1545), Paris, 1899, p. 18, n° 69 (extrait des Mémoires de la Société de l’histoire de Paris et de l’Île-de-France, t. 25, 1898).

19 Bibl. Sainte-Geneviève, 8 F 902 Inv 4177 Rés. (p. 5).

20 Bibl. nat. Fr., Rés. Vélins 979.

21 Bibl. nat. Fr., Rés. F. 1642 (1).

22 Inventaire chronologique..., t. V, n° 1332.

23 Inventaire chronologique..., t. V, n° 1805.

24 Elizabeth Armstrong, « The publication of the royal edicts and ordinances under Charles IX: the destiny of Robert (II) Estienne as king’s printer », dans Proceedings of the Huguenot Society of London, t. 19, 1954, p. 41-59.

25 Aucun élément de datation ne permet de classer les éditions entre elles. On peut émettre l’hypothèse que les éditions in-folio correspondent le mieux à l’exigence formulée dans le privilège du Parlement : « ladicte impression sera bien correcte, en beau volume, belle marge et bonne lettre ». La collation des deux éditions d’un tel format, l’une (B2) imprimée par Nicolas Couteau (Bibl. nat. Fr., Rés. Vélins 979) et l’autre (B1) par Étienne Caveiller (Bibl. nat. Fr., Rés. F 268 (2)), révèle des variantes orthographiques non significatives qui relèvent des pratiques propres à chaque compositeur, selon l’habitude des ateliers à une date où l’orthographe n’est pas encore fixée. Toutefois, puisque l’impression de Nicolas Couteau comprend des coquilles tant dans le texte de l’ordonnance que dans celui des privilèges, c’est l’impression d’Etienne Caveiller qui a donc été choisie comme texte de base.

Notes de fin

a Prouvence, B2.

b lesdictz, B2.

c soullagement, B2.

d autres, B2.

e autres, B2.

f ingeroient, B2.

g touttefois, B2.

h defences, B2.

i Cotrais, B2.

j Par le roy vostre, B2.

k permect, B2.

l abbreviation, B2.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540