Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

La Prise de décision en France (1525-1559)

 | 
Roseline Claerr
, 
Olivier Poncet

Troisième partie. Études de cas

Le pouvoir des lettres : l’année 1530 et la libération des fils de France à travers la correspondance d’Anne de Montmorency

Thierry Rentet

Resumen

Le 1er juillet 1530 les deux fils de François Ier sont échangés contre une fabuleuse rançon. En utilisant la méthode de l’analyse de réseau, il est possible de réaliser une cartographie des lieux d’expédition des missives adressées à Anne de Montmorency durant l’année 1530. Trois éléments majeurs apparaissent alors. L’activité épistolaire s’organise le long d’un axe reliant les Pays-Bas à la frontière basque ; certains lieux concentrent les émissions de lettres ; des réseaux propres au grand maître fonctionnent en parallèle avec ses activités officielles. En cas d’absence prolongée de la cour, les lettres constituent donc bien l’un des ressorts de la prise de décision.

Texto completo

  • 1 Francis Decrue, Anne de Montmorency grand-maître et connétable de France, à la cour, aux armées et (...)
  • 2 F. Decrue, Anne de Montmorency..., chap. 111 ; Philippe Hamon, L’argent du roi. Les finances sons (...)

1L’année 1530 est considérée, à juste titre, comme celle de l’avènement politique d’Anne de Montmorency en qualité de conseiller-favori du roi François Ier1. Nommé par ce dernier principal commissaire royal chargé de mener à bien les clauses du traité de Cambrai de 1529, il réussit à faire libérer les deux fils aînés du souverain captifs en Espagne, en échange de la remise d’une énorme rançon2.

2Pour Anne de Montmorency, le fait de quitter la cour pour se rendre à Bayonne, où il demeure durant le printemps 1530, a produit deux éléments exceptionnels. D’une part, il emmène avec lui une suite de plus de 2 000 chevaux et 600 personnes, parmi lesquelles on relève les noms des plus importants officiers des finances du royaume, tels Guillaume Preudhomme, général de Normandie et trésorier de l’Épargne, Pierre d’Apestéguy, général de Bourgogne, Gilbert Bayard, général de Bretagne, ou encore Nicolas Le Cointre, général des Monnaies. D’autre part, ce détachement prolongé suscite une intense activité épistolaire, que les hasards de la conservation archivistique ont permis de mettre à la disposition des historiens.

3Ce sont effectivement 992 lettres de correspondance passive, déposées soit dans les quinze premiers tomes de la série L des archives de Chantilly, soit dans ceux des manuscrits français de la Bibliothèque nationale de France, qui ont servi de base et de support à la reconstitution et à l’analyse des réseaux de personnes dont les missives, expédiées soit au seigneur de Chantilly soit à son secrétaire Nicolas Berthereau, ont guidé la prise de décision de ces derniers.

4Après avoir présenté une cartographie des lieux de rédaction des lettres, faisant apparaître le phénomène majeur de la formation d’un axe épistolaire appelé « diagonale de la délivrance », il conviendra d’expliquer ces localisations, avant de prendre l’exemple des missives envoyées depuis la cour comme élément essentiel mais antérieur à la prise de décision.

I. — LA « DIAGONALE DE LA DÉLIVRANCE »

5Compte tenu du fait que la mention du jour, du mois et de l’année ne se généralise pas en France avant le milieu du XVIe siècle, le relevé n’est probablement pas exhaustif. Néanmoins, les recoupements avec d’autres travaux ou d’autres sources permettant de localiser les épistoliers, l’adresse figurant sur le recto des courriers (« A monseigneur le grant maistre à Bayonne ») et surtout les thèmes abordés par les rédacteurs des lettres, tels ceux liés à la rançon, aux deux fils du roi, ceux évoquant la vie de cour à Angoulême ou à Bordeaux, ou encore ceux narrant le voyage de la marquise de Zénète, ou la fin de la grossesse de Marguerite de Navarre à Blois, ont permis de dater 992 lettres. Ce récolement opéré, il a été possible de confectionner des cartes mensuelles dont la présentation peut être regroupée par trimestre. Ce choix trimestriel n’est pas établi par souci cartésien, mais bien parce qu’il recoupe le rythme des déplacements du grand-maître tout au long de l’année 1530.

6La lecture des cartes est la suivante : les chiffres en gras additionnent, le cas échéant, les deux chiffres situés dans la parenthèse, le premier représentant le nombre de lettres adressées à Anne de Montmorency, tandis que le second, en italique, renvoie aux missives reçues par Nicolas Berthereau ; des cartouches situés à l’extérieur du royaume sont positionnés à l’emplacement des États d’où parviennent les lettres rédigées hors de France.

7Le principal enseignement des cartes réside dans la constitution d’un axe longitudinal allant de la frontière basque aux Pays-Bas espagnols et passant par Chantilly, Paris, Blois, Angoulême et Bordeaux. Son existence se décompose en quatre temps : la genèse, c’est-à-dire les trois premiers mois de 1530 ; l’apogée, à savoir les mois d’avril, mai et juin 1530, qui correspondent au moment où le grand-maître est à Bayonne ; le déclin, qui recouvre les mois de juillet, août et septembre, soit les semaines qui suivent la libération des fils du roi ; enfin, la disparition durant le dernier trimestre 1530, qui voit la remontée de la cour vers Paris.

1. La genèse

8De janvier à mars 1530, les lieux d’expédition des lettres sont principalement localisés au nord et à l’est de la Loire. Cette situation coïncide avec les déplacements de la cour que le grand-maître rejoint à Dijon le 20 janvier et qu’il quitte le 22 février, lors de la halte de Moulins. Puis, pendant un mois, Anne de Montmorency est sur la route et, après être passé par Lussac-les-Châteaux et Montbron, il arrive à Bayonne le 22 mars. Quelques points en Languedoc et en Provence contribuent à maintenir l’impression d’un éparpillement global des correspondants.

Carte I : La diagonale de la délivrance, la genèse (janvier-mars 1530)

Carte I : La diagonale de la délivrance, la genèse (janvier-mars 1530)
  • 3 Blois fournit à elle seule 41 des 72 lettres du mois de mars.

9Dans le détail cependant, la première grosse concentration épistolaire de l’année apparaît. Elle coïncide avec la ville de Blois3, où s’installe provisoirement la cour et où demeure la reine de Navarre jusqu’à son accouchement. Le reste du royaume n’est que faiblement représenté. Toutefois, les mentions d’Angoulême, de Bordeaux et de Bayonne amorcent déjà la mise en place de l’axe, avec la présence de relais tels Chantilly, Paris, Blois et Barbezieux.

Carte II : La diagonale de la délivrance, l’apogée (avril-juin 1530)

Carte II : La diagonale de la délivrance, l’apogée (avril-juin 1530)

2. L’apogée

10Le deuxième trimestre 1530 (carte II) est celui de la plénitude de la « diagonale de la délivrance », de son apogée. Ce n’est certainement pas un hasard si les mois d’avril, mai et juin sont ceux pour lesquels le nombre de lettres est le plus élevé, avec respectivement 130, 138 et 141 missives, alors que la moyenne mensuelle s’élève à 83 lettres.

11Une bande de territoire d’une centaine de kilomètres de largeur au maximum (entre Orléans et Tours), traversant le royaume sur un millier de kilomètres, du nord-ouest au sud-est est parfaitement visible. Les correspondants rédigent leurs missives à partir de six foyers : les Pays-Bas avec Malines ; l’Ile-de-France, avec Chantilly, Paris et Saint-Germain ; la vallée de la Loire, d’Orléans à Tours ; puis un axe longitudinal de la Touraine à l’Angoumois ; la région autour de Bordeaux ; enfin, le Pays Basque, tant au nord des Pyrénées (Bayonne), qu’au sud (Vitoria).

12La diagonale est en place avec, ce dont la carte ne rend pas bien compte, un déplacement progressif du centre névralgique de la correspondance, à savoir le Blésois et la Touraine en avril, Angoulême en mai et Bordeaux en juin. Cette lente marche vers le sud-ouest coïncide avec les étapes successives de la cour, qui vient au plus près des négociations, qui s’éternisent. Le reste du royaume semble déserté. De grandes cités comme Lyon, Marseille, Nantes, Rouen ou encore Orléans n’apparaissent plus qu’à l’état résiduel. Au final, les jalons s’installent un à un, créant le vide de part et d’autre du segment concerné. L’espace gagne en longueur, en étirement, ce qu’il perd en largeur, ne laissant subsister que de rares rameaux, plus ou moins autonomes par rapport à lui.

13Le printemps 1530 voit donc la réalisation de « la diagonale de la délivrance ». Celle-ci s’appuie essentiellement sur cinq pôles, que l’on peut répartir en deux catégories. Il existe deux espaces relativement stables, mais secondaires, que sont les Pays-Bas et l’Ile-de-France. A l’opposé, quatre aires varient, passant alternativement de la position de pôles secondaires à celle de pôles principaux. Il s’agit de la vallée de la Loire, de l’Angoumois, du Bordelais et de la frontière franco-espagnole. Cette dernière disparaît à partir de juillet 1530. Commence alors le déclin de la diagonale.

Carte III : La diagonale de la délivrance, le déclin (juillet-septembre 1530)

Carte III : La diagonale de la délivrance, le déclin (juillet-septembre 1530)

14Le déclin du troisième trimestre (carte III) est remarquable en ceci qu’il combine deux phénomènes. Premièrement, la dévitalisation de la diagonale est amorcée à partir de juillet. Ce phénomène se vérifie par la contraction spatiale des lieux de rédaction des lettres, dont la majorité est comprise entre la vallée de la Loire et les Pays-Bas. Ce rétrécissement rend compte tout simplement du début de la remontée de la cour vers l’Île-de-France. Deuxièmement, de part et d’autre de l’axe, la vie semble reprendre son cours. Tout se passe comme si la tension épistolaire extrême du second semestre se relâchait. En fait, cela signifie que les correspondants engagés dans les opérations du printemps 1530 commencent à regagner leurs foyers ou les lieux d’exercice de leurs fonctions.

15La carte IV, celle du dernier trimestre 1530, rend compte de la disparition de la diagonale. L’axe nord-est sud-ouest qui la caractérisait a laissé la place à un espace épistolaire situé au nord d’une ligne Nantes-Lyon. Les cœurs de cet espace sont respectivement la vallée de la Loire entre Tours et Orléans, où séjourne la cour en octobre-novembre, puis Paris, où elle arrive en décembre. Chantilly retrouve une place conforme à son statut. Il est vrai que Madeleine de Savoie a rejoint son mari le grand-maître en septembre, laissant aux soins de sa mère l’héritier de la dynastie, François, né le 17 juillet 1530.

Carte IV : La diagonale de la délivrance, la disparition (octobre-décembre 1530)

Carte IV : La diagonale de la délivrance, la disparition (octobre-décembre 1530)
  • 4 Richard Gascon, Grand commerce et vie urbaine au XVIe siècle. Lyon et ses marchands (environs de 1 (...)

16Ce retour à une situation normale, dans laquelle le nord du royaume est beaucoup mieux représenté que le sud, est de nouveau conforme à une configuration spatiale classique, qui s’aligne à la fois sur les grandes artères commerciales du royaume (vallées de la Seine, de la Loire et du Rhône4) et surtout sur les centres du pouvoir politique (Paris et Saint-Germain), où la cour revient après une absence d’un an.

3. L’extérieur du royaume

17Les cartes montrent d’autres phénomènes, qui resserrent un peu plus l’analyse des réseaux du grand-maître et ceux de son secrétaire. On peut, par exemple, se pencher sur l’origine des courriers venus de l’extérieur du royaume. Les événements se déroulant à la frontière franco-espagnole durant le printemps 1530 intéressent les cours européennes. Aussi n’est-il pas étonnant de voir figurer sur les cartes un arc continental allant de la Péninsule ibérique aux Pays-Bas, en passant par l’Italie, les cantons suisses et l’Empire, et aboutissant aux Îles britanniques. Au-delà de ce premier constat, on s’aperçoit qu’il existe des éléments de concordance entre l’évolution globale de la correspondance envoyée depuis le dedans du royaume et celle expédiée à partir des États voisins de la France. Les trois premiers mois de 1530 reflètent une agitation identique à celle qui règne dans le royaume. Des missives parviennent de cinq espaces différents (Angleterre, Pays-Bas, Suisse, Italie et Espagne). On note cependant la part importante prise par les Pays-Bas et l’Espagne d’où arrivent, selon les mois, de 50 à 60 % des lettres étrangères.

18Au printemps, les deux grandes zones expéditrices sont l’Espagne et les Pays-Bas, avec respectivement 31 (plus une lettre du Portugal) et 12 missives. Les principaux lieux d’expédition des courriers sont, pour la Péninsule, Fontarabie, à la frontière, et Vitoria, où se tiennent la nouvelle reine de France, les fils du roi et leurs suites. On note cependant un retour de l’Italie, avec sept lettres, et de l’Angleterre, avec deux missives.

19En revanche, un basculement s’opère à partir de juillet, qui s’accentue au fil du second semestre. Si la Péninsule ibérique et l’Angleterre disparaissent presque complètement (une lettre en août et une en septembre pour la première, plus de lettre après octobre pour la seconde), l’Italie revient en force, de même que les villes suisses. L’Empire noue un rapport ténu, mais constant, avec le grand-maître. Cependant que les Pays-Bas continuent de jouer un rôle important, même si, pour le mois de décembre, il faut mettre en relation nombre de lettres et agonie de Marguerite d’Autriche, leur gouvernante.

20Comme pour l’intérieur du royaume, les relations internationales d’Anne de Montmorency au cours de l’année 1530 se décomposent en trois moments. De janvier à mars, la correspondance étrangère est dispersée à travers le continent. Tous les voisins du roi de France semblent porter une attention particulière à ce qui se met en place dans le royaume. Puis, d’avril à juin, deux pôles émergent et s’imposent, alignant la correspondance étrangère sur la diagonale intérieure, dont elle forme d’ailleurs les prolongements septentrional (Pays-Bas) et méridional (Espagne). Enfin, dans la seconde partie de l’année 1530, l’orientation change à nouveau, pour aboutir à la formation d’un arc de cercle incluant les Pays-Bas, l’Empire, les cantons suisses et l’Italie. L’Angleterre et l’Espagne ont totalement disparu pour les deux derniers mois de l’année.

21De manière globale, les lettres en provenance de l’extérieur du royaume se conforment à l’évolution spatiale entrevue pour les missives rédigées dans le royaume. Cependant, elles ont une existence autonome par rapport à la masse des lettres écrites au cours de l’année 1530, car elles émanent, pour une grande part, de personnages puissants presque exclusivement liés au grand-maître. Sur les 210 lettres, seules 18, soit 8,6 %, ont pour destinataire Nicolas Berthereau. Sans entrer dans le détail, on peut dire que la correspondance étrangère reçue par Anne de Montmorency et son secrétaire durant l’année 1530 est fortement connotée socialement, puisque les rédacteurs se nomment Henry VIII, Clément VII, Marguerite d’Autriche, Éléonore de Habsbourg, Hercule d’Este et Charles Quint. On tient là un réseau que le grand-maître ne partage pas avec son secrétaire, parce que ce dernier n’est pas un personnage assez considérable pour recevoir les courriers de tels correspondants.

22Aussi est-il remarquable de noter que l’origine sociale des correspondants ne semble exercer qu’une incidence extrêmement faible, voire négligeable, sur la manière dont se comportent les différents réseaux activés par Anne de Montmorency et son secrétaire Nicolas Berthereau, tout au long de l’année 1530. Cette remarque autorise une première approche du monde des réseaux liés au grand-maître et à son secrétaire.

II. — LIEUX D’EXPÉDITION ET INDICES DE DISPERSION

23Mois après mois, la correspondance des deux hommes révèle que certains centres urbains fournissent des lettres expédiées à l’un et à l’autre, ainsi que le montre le tableau ci-dessous. Celui-ci inclut 30 lieux différents. L’ordre alphabétique a été délaissé en faveur d’une présentation numérique croissante. Deux lectures croisées doivent être faites. Dans un premier temps, on remarque que les quatre villes qui reviennent le plus souvent sont strictement alignées sur la diagonale.

Tableau I : Les villes d’expédition de lettres communes au grand-maître et à son secrétaire pour l’année 1530

Tableau I : Les villes d’expédition de lettres communes au grand-maître et à son secrétaire pour l’année 1530
  • 5 Jean-Luc Dejean, Marguerite de Navarre, Paris, 1987, p. 140. L’enfant est prénommé Jean ; il meurt (...)

24Malines est présente cinq fois, dont quatre au cours des cinq premiers mois de l’année. Il s’agit du lieu de résidence ordinaire de Marguerite d’Autriche, gouvernante des Pays-Bas. Mais surtout, Malines est le lieu où se règlent les affaires d’abandon des terres des seigneurs français passant sous suzeraineté impériale. Chantilly apparaît à sept reprises, avec notamment des nouvelles régulières en juin, juillet et août. Cette seigneurie est l’une des plus importantes que possède Anne de Montmorency. C’est aussi le lieu où sa femme, Madeleine de Savoie, réside le temps de sa grossesse. Blois est présente sept fois également. Pour deux raisons. Il s’agit du lieu choisi par Marguerite de Navarre pour attendre son enfant, qui naît le 15 juillet5. C’est aussi le lieu de séjour de la cour, en mars, puis, en septembre. Enfin, Paris s’impose avec dix mentions. Dans son cas, il faudrait plutôt chercher à découvrir la raison des absences de mai et de juillet.

25Dans un second temps, il convient de relever certains doublets, tels ceux de Lyon en janvier-février, d’Angoulême en avril-mai, de Bordeaux en juin-juillet, de Sarlat en juillet-août, et enfin d’Amboise en septembre-octobre. Lyon, principale place financière du royaume, est l’un des centres actifs du regroupement de la rançon du roi au début de 1530. Angoulême, Bordeaux et Amboise sont tour à tour les résidences de la cour. Enfin Sarlat, au cœur du diocèse périgourdin du même nom, relève d’une tentative d’implantation de l’un des tout proches serviteurs du grand-maître sur ce siège épiscopal.

  • 6 F. Decrue, Anne de Montmorency..., p. 152.

26Deux surprises peuvent être signalées. D’une part, la faible place occupée par Bayonne. La cité basque étant le point d’aboutissement français de la diagonale, on aurait pu s’attendre à voir figurer la ville de manière continue entre mars et juillet. Il n’en est rien, avec seulement deux mentions, en mai et en juillet. La réponse tient probablement au fait que le grand-maître et son secrétaire ne séjournent pas en même temps dans la ville. Par exemple, pour le mois de juin, les lettres adressées à Nicolas Berthereau le situent à Bayonne, tandis que dès le 7 juin, Anne de Montmorency part s’installer 20 km plus au sud, à Saint-Jean-de-Luz6. D’autre part, on doit se demander s’il existe une logique dans l’évolution mensuelle de la répartition des villes communes. Autrement dit, pourquoi deux sites communs en mars, contre onze en avril, ou huit en août ? Aucune réponse probante ne peut être proposée, sauf à considérer comme plausible l’hypothèse selon laquelle le nombre de villes communes est lié intimement avec le fonctionnement des réseaux au service du grand-maître et de son secrétaire, et donc à la prise de décision. Cependant, partir des villes communes ne permet pas de proposer une analyse fiable et claire du fonctionnement des réseaux du grand-maître et de ceux de son secrétaire tout au long de l’année 1530. Il faut alors trouver un autre biais permettant de descendre encore d’un degré dans l’analyse, en se fondant par exemple sur les indices de dispersion des lettres.

Figure 1 : Indices mensuels de dispersion

Figure 1 : Indices mensuels de dispersion

27Le premier élément qui milite en faveur de la thèse d’un alignement de la vie des réseaux sur celles d’Anne de Montmorency et de son secrétaire est celui du calcul des deux indices de dispersion, tels qu’ils apparaissent sur le graphique ci-dessus. Le principe de départ est de calculer un indice qui résulte de la division du nombre total de lettres reçues en un mois par le nombre de lieux différents d’où sont parties les lettres. Par exemple, pour janvier 1530, le grand-maître réceptionne 48 lettres de 26 lieux différents. L’indice de dispersion pour ce mois-là est donc de 1,84. Plus l’indice se rapproche de 1, plus la dispersion est grande et plus les membres des réseaux sont disséminés à travers le royaume et l’Europe. Au contraire, plus l’indice est élevé (mai 1530 pour le grand-maître), plus le nombre de lieux de rédaction des missives est restreint et plus les hommes des réseaux sont concentrés dans un faible nombre d’endroits.

28Les deux indices moyens de dispersion sont proches l’un de l’autre, soit 2,38 pour le grand-maître et 2,33 pour Nicolas Berthereau. À la vue de ces chiffres, on pourrait croire que les personnages en relation avec les deux hommes sont dispersés, ou, à tout le moins, effectuent de nombreux déplacements, puisque le nombre de lettres est deux fois et demie supérieur à celui des lieux d’envoi des courriers. Cependant, la moyenne cache deux disparités. D’une part, elle résulte de l’addition des quotients mensuels divisés par le nombre de mois. Or pour le grand-maître, quatre mois (mars, avril, mai et juin) se situent au-dessus de la moyenne, tandis que pour son secrétaire, ce chiffre monte à cinq (février, avril, mai, juin et août). D’autre part, les deux courbes sont différentes en ce sens que celle de Berthereau connaît beaucoup moins de fluctuations que celle du grand-maître, puisque sept des douze mois (février, mars, avril, juin, juillet, août et décembre) ont des indices compris entre 2 et 2,85.

29Le graphique permet aussi de se rendre compte de l’opposition semestrielle qui divise l’année 1530 en deux temps forts. Pour le printemps 1530, l’indice de dispersion s’élève progressivement pour atteindre son maximum en mai, tant pour le grand-maître que pour son secrétaire. À l’inverse, à partir de juillet et jusqu’en décembre, les deux indices se rapprochent régulièrement de la dispersion optimale, à savoir 1. Comment interpréter ces observations ?

  • 7 Deux lettres de François Ier, trois de Marguerite de Navarre et vingt-et-un de M. de La Pommeraie (...)

30Proposer une périodicité des lettres suppose l’existence d’une correspondance suivie entre le grand-maître et son secrétaire d’un côté, et les personnages qui leur envoient des lettres de l’autre. Ce postulat étant irrecevable pour l’ensemble du corpus des expéditeurs de missives de l’année 1530, le choix s’est porté sur les seize rédacteurs ayant le plus écrit aux deux hommes. Ainsi qu’il apparaît sur le tableau II, à eux seize, ils totalisent 288 lettres sûrement datées7. Cela représente 29 % de l’ensemble des lettres de l’année 1530, quand bien même ils ne comptent que pour 6 % des rédacteurs. Les chiffres cumulent les lettres au grand-maître et celles adressées à son secrétaire. De plus, chaque mois a été divisé en trois décades. Les missives sont réparties en sept classes (1, 2, 3, 4, 5, 6 et 8 lettres).

31D’emblée, on remarque la concentration épistolaire des mois d’avril, mai et juin 1530. C’est le seul trimestre de l’année 1530 au cours duquel tous les personnages du tableau rédigent au moins une lettre au grand-maître ou à son secrétaire. Certes, les écarts sont conséquents. Jean de Poncher et Jean Carré n’écrivent respectivement qu’une et deux fois, tandis que le cardinal de Tournon envoie 22 lettres, et que Jean Breton en expédie 27. Cependant, l’essentiel réside dans l’impression d’une intense activité épistolaire culminant dans les deuxièmes décades de mai et de juin 1530, tandis que le mois de juillet est marqué par une quasi-absence de correspondance.

Tableau II : Répartition par décade des lettres des seize principaux rédacteurs pour l’année 1530

Tableau II : Répartition par décade des lettres des seize principaux rédacteurs pour l’année 1530

32La seconde remarque permet de répartir les correspondants à l’intérieur de trois catégories. Dans la première, on peut ranger ceux qui écrivent tout au long de l’année, tels Jean Grolier, M. d’Iverny, et, dans une moindre mesure, Pierre de Garges. La deuxième catégorie comprend les personnages dont les lettres se concentrent sur trois ou quatre mois, comme François Ier, Jean Breton, Jean Du Bellay, le cardinal de Tournon. Appartiennent également à ce groupe Gilles de La Pommeraie (encore que le nombre important de ses lettres sans date fausse la répartition sur l’année) et Jean de Poncher, dont les deux tiers des lettres sont rédigés entre fin janvier et début mars. La troisième catégorie concerne les rédacteurs qui interrompent brusquement leurs envois de lettres. Rentrent dans ce cas de figure Jacques de Seurre (à la fin juin), Jean Carré, Jean Ruzé, Jean Bourdineau et Gilles de La Pommeraie (en juillet) ; M. de La Mairie, Yvon Pierres, la reine de Navarre et le roi (en août). Ces remarques appellent de multiples questions auxquelles les tableaux seuls ne peuvent répondre : qu’y a-t-il de commun entre François Ier et Jean Bourdineau par exemple ? Comment expliquer les attitudes différentes, voire dissemblables de Jean Breton et de Jean Grolier ? Quelles raisons avancer pour comprendre la rupture du mois de juillet ? Et celle du mois d’août ? Pourquoi certains personnages ne commencent-ils à écrire qu’en mars, comme Jean Bourdineau, ou en avril, tels le cardinal de Tournon et Jean Breton ?

33Les calculs de dispersion permettent d’apprécier des phénomènes relevant de la dilatation ou de la contraction des réseaux utilisés par le grand-maître et son secrétaire au cours de l’année 1530. Le tableau II met l’accent sur les différences de comportement épistolaire des uns et des autres. Toutefois, du fait des constatations et des interrogations qu’ils génèrent, calculs et répartition ne peuvent être considérés que comme les premiers éléments d’un questionnement sur l’existence desdits réseaux.

III. — INFORMATIONS ET PRISE DE DÉCISION

34Malgré une absence physique de la cour pendant la moitié de l’année, pour 1530, le rythme de déplacement d’Anne de Montmorency est parallèle à celui de la cour. Cependant, si de janvier à février, puis de juillet à décembre 1530, le grand-maître accompagne les déplacements de celle-ci, à la vie de laquelle il se doit de participer à cause de ses fonctions de grand-maître de France, de mars à juin 1530, c’est lui qui dicte les comportements de la cour, l’obligeant, au fur et à mesure des rallonges imposées par les Espagnols, à demeurer dans une quasi-immobilité sur les bords de Loire (Blois, du 7 au 29 mars), puis à Angoulême (du 24 avril au 27 mai), et enfin à Bordeaux (du 6 juin au 2 juillet). L’inversion du printemps 1530 est corroborée par l’augmentation du nombre de lettres reçues par le grand-maître et son secrétaire pendant cette période. Elle montre à quel point le temps semble être suspendu aux faits et gestes du grand-maître, ce qui a pour conséquence de faire de Bayonne le centre politique du royaume pendant plusieurs semaines. De cela, le fonctionnement des réseaux intervenant dans la mission dont Anne de Montmorency est la clef de voûte rend parfaitement compte.

35L’intérêt de l’année 1530 réside bien dans le fait que le grand-maître, et, dans une moindre mesure, son secrétaire, sont éloignés de la cour, tout en étant le centre de toutes les attentions et de toutes les médisances, à cause de l’obligation de résultat inhérente au style de mission qu’ils accomplissent. La question à se poser ici n’est pas de savoir si Anne de Montmorency aurait pu échouer (car il ne le pouvait pas), mais bien quels sont les moyens mis à sa disposition pour qu’il réussisse. Dans cette perspective, il apparaît que le grand-maître et son secrétaire évoluent au sein de différents réseaux dont l’existence et le fonctionnement participent à la prise de décision. Ces soutiens indéfectibles, qui durent de février à juillet 1530, peuvent se mesurer de deux manières. La première, et la plus évidente, est à rechercher dans les mots même des lettres que les correspondants expédient au grand-maître et à son secrétaire pendant cette période. La seconde approche consiste à cerner les différents réseaux auxquels appartiennent les correspondants du grand-maître. Cette dernière méthode induit la mise en évidence d’une hiérarchie des informateurs et des renseignements qu’ils fournissent. Mais cette étude verticale des différents circuits connectés pour l’occasion implique une analyse horizontale, construite sur la nécessaire complémentarité des réseaux du grand-maître et du secrétaire.

  • 8 Pour Guillaume de Montmorency : Archives du Château de Chantilly [cité Arch. Chantilly], série L, (...)
  • 9 Lettres de Jean de Poncher: ibid., t. IV, fol. 80; ibid., t. IX, fol. 49, 154, 159 et 166; ibid., (...)
  • 10 Dans ce cas, les lettres sont rédigées d’abord par des souverains comme Henry VIII, Charles Quint (...)

36Absents de chez eux pendant la majeure partie de l’année, loin de la cour durant un semestre, excentrés aux confins occidentaux de la chaîne pyrénéenne pour le service du roi le temps d’un printemps, Anne de Montmorency et Nicolas Berthereau ont sans cesse besoin d’informations. Si l’on se fonde sur les thèmes principaux abordés dans chaque lettre, les renseignements obtenus se rangent dans quelques grandes catégories. Outre les sujets se concentrant sur la vie privée du grand-maître (santé de son père, de sa femme et de son fils), mis en avant dans les courriers que lui font parvenir le baron Guillaume, le capitaine de Chantilly Pierre de Garges, et des serviteurs qui, sur le chemin menant des Pays-Bas à Paris, s’arrêtent à Chantilly pour prendre des nouvelles des proches que le grand-maître y a laissés8, les autres grandes préoccupations du moment tournent autour du recouvrement de la rançon9 et de la politique internationale10.

  • 11 Arch. Chantilly, série L, t. IX, fol. 237, Marie Barret à Berthereau, Vitoria, 21 avril 1530.
  • 12 Ibid., t. VI, fol. 133, Ronsard à Berthereau, « Quitaux del Vido ( ?) », 20 avril 1530 ; ibid., t. (...)
  • 13 Ibid., t. XIV, fol. 206, Pierre Spina au grand-maître, Angoulême, 6 mai 1530. Pierre Spina (ou Spi (...)
  • 14 Buthemont : ibid., t. V, fol. 121 et 123 ; ibid., t. VIII, fol. 87, 258 et 307 ; ibid., t. IX, fol (...)
  • 15 Ibid., tome XIII, fol. 268, Laurens Le Blanc à Berthereau, Bordeaux, 30 juin 1530.

37Cependant, le thème le plus souvent rencontré se rapporte à la cour. Là encore, la diversité est importante. Si les demandes d’offices curiaux sont nombreuses – entre autres exemples, on peut citer ceux de Marie Barret, qui voudrait bien conserver sa place de lingère du duc d’Orléans11, et de Louis de Ronsard, qui espère que son office de valet de chambre du duc d’Orléans ne lui sera pas retiré12 –, la plupart des lettres donnent des nouvelles de la vie de la cour. La fiabilité des informations qui arrivent à Bayonne dépend du rôle éminent que joue l’auteur de la missive au sein de la cour. Pierre Spina avertit le grand-maître que François de Tournon a reçu le chapeau de cardinal13. Les fauconniers Buthemont et Dafflito dissertent sur leurs oiseaux14. Laurent Le Blanc insiste sur les aspects médicaux, telle l’amélioration de l’état de santé de Louise de Châtillon, la sœur du grand-maître, ou les décès de nombreuses personnes à cause « d’ung grant nombres de folz qui s’esbatent a tuer les hommes, tellement qu’il n’est jour qu’il n’en soit tué trois ou quatre » et de citer le laquais du bailli Robertet qui « en est pour ung des mortz15 ».

  • 16 D’Angoulême : ibid., t. IX, fol. 250, 30 avril ; ibid., t. IV, fol. 26, 8 mai ; ibid., t. IV, fol. (...)
  • 17 Ibid., t. IX, fol. 250.
  • 18 Ibid., t. XIII, fol. 274.
  • 19 En revanche, cinq missives contiennent des recommandations pour un office : ibid., t. IV, fol. 26 (...)

38Néanmoins, nombre de missives ne riment pas toujours avec qualité des informations qu’elles recèlent. Jean Bourdineau fait parvenir treize lettres à Nicolas Berthereau. Dix d’entre elles sont rédigées au cours de l’année 1530, dont neuf entre le 30 avril et le 12 juin16. À dire vrai, il vaut mieux parler de billets que de lettres, car leur longueur ne dépasse pas six lignes. On y trouve bien quelques bribes d’information sur la santé du roi et de Louise de Savoie17, une allusion à l’attente du mois de juin : « Nous sommes actendans de voz bonnes nouvelles que nous trouvons moult longues18 ». Mais, en définitive, rien de bien précis19. Leur contenu est très inférieur à celui des lettres de quatre proches du grand-maître et de son secrétaire.

  • 20 Ibid., t. V, fol. 94.

39Jacques Colin et Jean Du Bellay écrivent aux deux hommes. Jacques Colin brosse de vastes tours d’horizon des derniers événements sus ou vus à la cour. Ainsi le 16 mai20, le grand-maître apprend successivement que le roi est guéri de son « devoyement d’estomac », et l’amiral Chabot de sa « colicque » ; que le cardinal de Lorraine a gardé le lit deux jours à cause d’un genou enflé « d’ung coup de raquette qu’il se donna en jouant a la paulme » ; que messieurs de Rochefort, d’Aubigny et l’évêque de Lisieux sont fêtés « a qui mieulx mieulx ». Colin termine sa lettre en élargissant à l’Europe, puisqu’il évoque la prise de Volterra par les Florentins et conclut sur l’empereur qui « pense plus à faire son filz roy des Romains qu’au siege auquel il assiste ». Colin colporte aussi les rumeurs de la cour. À propos d’un doyenné que le roi veut lui donner, Louise de Savoie lui a rapporté ces mots :

Sur quoy, ung homme que vous congnoissez acoustumé puis aucuns temps ça a contrarier aux voluntez de nostre commun maistre, monte sur ses grans chevaulx et se print a dire : « Il est grant besoing de faire ung petit comptereau evesque afin que ce liseur soit satisfait. »

40Il conclut sur un ton faussement sentencieux, mais dans lequel l’avertissement voisine avec l’humour :

  • 21 Ibid., t. XIII, fol. 279, Jacques Colin à Berthereau, Bordeaux, 20 juin 1530.

Mais que faictes vous par dela ? Si vous ne vous en venez et amenez ce que vous estes aller querir, afin que je vous face une charrettee de tels petitz comptes et la moictié plus joyeulx. Si vous ne tardez plus guieres, vous me ferez faire des miracles de Mahomet qui alla devers la montagne quant il veit qu’elle ne vouloit venir devers luy.21

  • 22 Correspondance du cardinal Jean Du Bellay, éd. Rémy Scheurer, t. I : 1529-1535, Paris, 1969 (Socié (...)
  • 23 Bibl. nat. Fr., fr. 3080, fol. 187-190, Jean Du Bellay à Berthereau, Blois, 18 mars 1530.
  • 24 Ibid. Autre allusion dans Arch. Chantilly, série L, t. V, fol. 127.
  • 25 Certaines lettres conservées à Chantilly et à la Bibliothèque nationale de France sont chiffrées e (...)

41À peine débarqué du bateau qui le ramène d’Angleterre, Jean Du Bellay s’immerge à nouveau dans le monde de la cour. Il la suit dans tous ses déplacements, tout au long du premier semestre de l’année 1530. Prélat, courtisan, suivant de près l’affaire de la validation du divorce d’Henry VIII par les universités françaises, il expédie 25 lettres au grand-maître, complétées par dix missives à Nicolas Berthereau22. Ces lettres sont remarquables car elles alternent une grande fraîcheur de ton (tout du moins pour celles adressées à Berthereau, comme le montre cette phrase : « On m’employe le mains qu’on peult, je m’en soubczie le mains qu’il est possible, mais il ne meurt evesque ne riens. Que voulez-vous que je vous en facze23 ? ») et les révélations concernant les ennemis du grand-maître. Ces dernières sont d’ailleurs codées. En effet, Jean Du Bellay utilise le chiffre dont il se servait pour expédier des messages depuis l’Angleterre, comme il l’écrit lui même dans sa lettre du 18 mars : « Pour ce vous ay voulu escripre en chiffre, esperant qu’avez encores riere vous mon alphabete d’Angleterre24 ». Toutes les lettres chiffrées sont envoyées à Berthereau25.

  • 26 Arch. Chantilly, série L, t. V, fol. 142.

42L’usage d’un chiffre permet à Jean Du Bellay de démasquer le double-jeu de l’amiral Chabot, lequel, dès le mois de mars 1530, tente de rompre la bonne intelligence existant entre le roi et sa sœur, d’un côté, et Anne de Montmorency, de l’autre. Son nom apparaît dans la lettre du 26 avril, puis dans celle du 4 mai : « Il est vray que l’admirai persiste en sa charité contre vous26 ». En revanche, les informations contenues dans les lettres au grand-maître ne requièrent pas l’emploi d’un code secret. Du Bellay y fait état des négociations menées dans les diverses cours européennes afin de satisfaire aux clauses du traité de Cambrai et des discussions provoquées par le divorce du monarque anglais.

  • 27 F. Decrue, Anne de Montmorency..., p. 156 et suiv.

43Jacques Colin et Jean Du Bellay sont des clercs et des lettrés. Ils approchent la famille royale quotidiennement et sont comblés de dons et de bénéfices par le roi. Pourtant, l’éloignement du grand-maître fragilise leurs positions à la cour, au point d’être obligés de recourir à un subterfuge pour énoncer quelques vérités qui dérangent. Le malaise qu’ils ressentent est diffusé à partir de la cour où opère ouvertement l’amiral Chabot, qui sait pertinemment que ses actes et paroles sont rapportés au grand-maître. En réalité, Chabot ne fait probablement pas grand chose pour empêcher les correspondants du grand-maître, via Berthereau, de diffuser les informations sur son compte. Cette stratégie augmente la pression pesant sur les épaules d’Anne de Montmorency27.

  • 28 Arch. Chantilly, série L, t. II, fol. 275, Saint-Germain, 31 décembre 1530.
  • 29 Plus deux lettres non datées, mais écrites en mai.
  • 30 Les 10 mars, 16 et 21 mai, 1er et 18 juin.
  • 31 Les 8-9, 12-13 et 28-29 mars, les 23-24 avril.

44Toutes les précautions que Colin et Du Bellay utilisent n’ont pas cours dans les lettres rédigées par Jean Breton, seigneur de Villandry. Celui-ci écrit essentiellement des missives à l’attention du grand-maître. En effet, sur les trente-six lettres de lui conservées pour l’année 1530, une seule s’adresse à Nicolas Berthereau28. À la différence des lettres de Jacques Colin, celles de Jean Breton sont dépourvues d’humour. En revanche, ce sont de précieuses mises en garde envoyées à Anne de Montmorency, pour le prévenir des cabales de cour visant à le perdre dans l’esprit du roi. Mais, outre les avertissements qu’il destine au grand-maître, Jean Breton se révèle être un auxiliaire particulièrement zélé, qui sait admirablement tirer parti de ses fonctions. Sa qualité de secrétaire des finances lui permet d’être en contact quotidien avec le souverain, et donc d’être à l’affût de toute réaction royale. Il est frappant de constater l’existence d’un parallélisme entre les lettres que le monarque envoie à son grand-maître et celles que celui-ci reçoit de Jean Breton. Le roi adresse à Anne de Montmorency quatorze lettres entre le 5 mars et le 18 juin29. Pour la même période, Jean Breton en expédie trente-trois. Or, à cinq reprises, Villandry envoie un billet le même jour que le roi30, tandis que par quatre fois, une lettre de Villandry suit une missive royale d’une journée31. Autrement dit, Anne de Montmorency dispose d’une version officielle et d’une version officieuse, la seconde lui facilitant la compréhension et la portée de la première.

  • 32 Ibid., t. IX, fol. 118; ibid., t. XIII, fol. 254; ibid., t. XIV, fol. 219.
  • 33 Ibid., t. IX, fol. 250.
  • 34 Ibid., t. XIII, fol. 254.
  • 35 Ibid., t. XIV, fol. 219.
  • 36 Ibid., t. IX, fol. 118.

45De son côté, Jacques de Seurre écrit à Nicolas Berthereau. Avec Jacques Colin et Jean Du Bellay, il est certainement l’informateur le plus consciencieux. D’abord par le nombre de personnages cités dans ses missives : quatre le 3 mai, mais onze le 21 mai et neuf le 30 mai32. Ensuite, il est l’un des rares épistoliers à fournir des renseignements précis sur les procédures engagées par la Tour Carrée. Le 30 avril, il écrit au secrétaire que son compère Bonadiés a fui pour se soustraire aux recherches de la commission financière, laquelle engage parallèlement une enquête contre le général Spifame33. Le 21 mai, il annonce que le général Bohier est parti ce jour d’Angoulême « pour aller tout droit a la Tour Carree. Je croy qu’il y en aura bien d’autres34 ». Le 30 mai, il « croy que le general de Languedoc s’en ira aprés35 ». Le 3 mai, il évoque l’arrestation du prévôt de Caen effectuée par traîtrise, puisque les archers du prévôt de l’Hôtel l’attendaient dans une arrière-chambre36. De plus, Jacques de Seurre donne des indications sur les prix des maisons à vendre, confisquées aux « feux generaulx », qui valent 2 000 livres chacune, ainsi que sur le prix de la pinte de vin qui ne se vend que 12 à 14 francs à Orléans (3 mai), ou encore sur la confiscation des biens du trésorier de Bretagne, valant 15 000 écus (21 mai).

46Enfin, les lettres de Jacques de Seurre expriment les tensions qui traversent la cour et la montée de l’impatience provoquée par l’attente forcée. Le 20 juin :

  • 37 Ibid., t. XIII, fol. 311.

Nous esperons avoir la venue de la royne et de messeigneurs dedans lundy prochain, Dieu le veuille que ainsi soit, car il y en a icy qui sont bien faschez de tant de delay qu’on nous baille, mais le roy le tient pour seure37.

47Trois jours plus tard, autre son de cloche :

Le roy a eu nouvelles qu’il aura femme et enffans ceste sepmaine et l’a ainsi dit devant tout le monde. Dieu veuille que ainsi soit, car je vous asseure que ceste prolongacion luy fasche bien et a la compaignie.

  • 38 Ibid., t. XIII, fol. 265 pour les deux extraits.

48Qui plus est, l’oisiveté forcée déclenche rixes et bagarres, ce qui oblige le roi à intervenir pour « apaisé toutes les querelles des gentilzhommes et ne font que jouer a la paulme38 ».

  • 39 À deux reprises, il démontre sa connaissance de l’italien avec un « Maystro sygnor mio etfratello (...)

49Manifestement, Jean Bourdineau ne joue pas le même rôle que Jacques Colin, Jean Du Bellay, Jean Breton et Jacques de Seurre. Il n’a pas les relations de compagnonnage que ceux-ci semblent entretenir avec le secrétaire. D’ailleurs, les formules qu’il utilise au début et à la fin des lettres sont radicalement différentes. De Seurre introduit ses lettres par « Monsieur mon compaignon », Jacques Colin commence par « Monsieur et frère39 », et Du Bellay signe « Vostre entièrement bon amy ». Bourdineau se contente de « Monsieur ». Pourtant, les quatre hommes appartiennent au monde de la cour. L’explication est ailleurs et trouve un début de réponse à travers la correspondance d’un cinquième homme. Les menées de l’amiral Chabot prouvent combien est nécessaire et même vitale la collecte d’informations fournies par des hommes sûrs. Néanmoins, les choix peuvent se révéler décevants. Deux exemples le démontrent. Même s’ils sont par nature dissociables, ils se rejoignent quant à leur implication finale.

50Palamède Gontier occupe l’office de trésorier de Bretagne. À ce titre, il a été chargé de superviser le rassemblement de l’argent de la Bretagne à Nantes, comme il l’indique dans l’une de ses lettres :

  • 40 Ibid., t. IX, fol. 222 : Palamède Gontier à Berthereau, Nantes, 12 avril 1530.

Pour ce que c’est du faict de ma charge, vous me ferez honneur et plaisir me mander s’il y a contentement ou contraire de mon cousté, et sil les autres ont mieuls fait, car de ma part, je pense m’estre trés bien acquicté et avoir fait le possible et davantaige40.

  • 41 Palamède Gontier à Berthereau : ibid., t. XIV, fol. 198 et 278 ; ibid., t. IX, fol. 222. Au grand- (...)
  • 42 Ibid., t. XIII, fol. 240 (11 mai) et 261 (26 mai).

51De la capitale bretonne, il expédie quatre lettres41. Puis, une fois sa mission accomplie, il vient à la cour, qu’il rejoint à Angoulême. De là, il écrit deux missives à Berthereau42. Puis, plus rien. Une telle rupture pose problème et quatre hypothèses peuvent être avancées.

  • 43 Ibid., t. XIII, fol. 261.
  • 44 Hélène Michaud, La Grande chancellerie et les écritures royales au XVIe siècle, Paris, 1967 (Mémoi (...)
  • 45 Bibl. nat. Fr., Dupuy 260, fol. 331,24 août 1532 (citée par P. Hamon, L’argent du roi..., p. 395, (...)
  • 46 Arch. Chantilly, série L, t. XVII, fol. 320 (Paris, 6 mai) 322 (Paris, 19 mai).
  • 47 H. Michaud, La Grande chancellerie..., p. 113, note 6.

52Tout d’abord, on peut raisonnablement écarter la piste de la perte totale de la suite de la correspondance de Gontier, compte tenu de la masse des lettres restantes pour la seule année 1530. Ensuite, il a pu rallier Bayonne, ainsi que le suggère l’interprétation d’un passage de la lettre du 26 mai : « En actendant que je vous voye, [ainsi que] messieurs de La Belotiere, [et] maistre Cosme [Clausse]43. Cependant, il ne semble pas qu’une quelconque lettre de juin 1530 fasse référence à la présence de Gontier auprès du grand-maître ou de son secrétaire. Il est possible qu’il ait quitté la cour, soit pour tomber entre les mains de la Tour Carrée, soit pour retourner en Bretagne, soit pour rentrer chez lui. Là encore, le doute est permis puisque dans le premier cas, P. Mamon ne mentionne pas Gontier comme ayant eu maille à partir avec la commission financière, tandis que les deux autres solutions peuvent se rattacher à la dernière hypothèse. Reste, en effet, l’explication par les réseaux. Palamède Gontier met bien ses compétences au service d’Anne de Montmorency au cour de l’hiver et du début du printemps 1530, mais il appartient à l’un des réseaux de l’amiral Chabot44. Il lui est même reproché (en 1532, il est vrai) d’avoir essayé de gagner un fidèle du grand-maître à la cause de l’amiral45. Or l’hostilité de celui-ci par rapport au grand-maître va croissante à partir de mai 1530. Dans ces conditions, la position de Gontier devient intenable et il n’est pas impossible que Berthereau ait choisi de stopper toute correspondance avec lui par peur des fuites. Cette piste est d’autant plus intéressante qu’en 1559, on retrouve des lettres de Gontier à Alixant (qui a succédé à Berthereau comme secrétaire du grand-maitre qui entre temps est devenu connétable), soit (longtemps) après la mort de Chabot46. Aurait-il finalement rallié le camp d’Anne de Montmorency ? Son basculement serait tardif puisqu’en 1538, il est compromis dans le procès intenté contre l’amiral47.

  • 48 Arch. Chantilly, série L, t. XIII, fol. 234, 5 mai; ibid., t. IV, fol. 31, 8 mai; ibid., t. XIII, (...)
  • 49 Ibid., t. IV, fol. 31.
  • 50 Ibid., t. XIII, fol. 234.
  • 51 Ibid., t. XIII, fol. 242.

53Le cas de François Joret diffère de celui de Gontier. En 1530, il est receveur du Valois. En mai 1530, il rédige trois lettres à Berthereau depuis Angoulême48. Avec Joret, on a le sentiment que le grand-maître et Berthereau ont mis en place avant leur départ de la cour tout un système de rotation périodique de personnages a priori sûrs, avec pour tâche d’assurer une permanence physique durant un laps de temps plus ou moins long. Cependant, dans le cas de Joret, l’expérience tourne court. Il exprime son étonnement d’être à Angoulême, ainsi que son incapacité à remplir le rôle qu’on attend de lui. Le 3 mai, après avoir donné succinctement des nouvelles de la cour, où tout va pour le mieux, il s’excuse de ne pas en dire davantage car « les nouvelles quy arrivent à Angoulesme viennent de Bayonne49 ». Le 5 mai : « Je ne vous escriptz rien des nouvelles de ceste compaignie parce que en pourrez entendre par gens qui en peuvent scavoir plus que moy50 ». Enfin, le 13 mai, l’objet de son billet porte sur la recommandation de l’une de ses connaissances51.

  • 52 E Decrue, Anne de Montmorency..., p. 139 et 149-150.
  • 53 Sur ces points, voir Jean Boutier, Alain Dewerpe et Daniel Nordman, Un tour de France royal. Le vo (...)

54Ces quelques exemples montrent à quel point le pouvoir des lettres peut peser d’un poids important sur la prise de décision. Le cas des tractations de Bayonne au printemps 1530 est, à cet égard, révélateur, car il met en lumière un double phénomène. D’une part, François I er et sa cour sont obligés d’ajuster leurs déplacements au fur et à mesure que dure l’attente de la délivrance des fils de France. Celle-ci, initialement prévue pour le 10 avril, est sans cesse repoussée. Le 22 mars, à peine arrivés à Bayonne, le grand-maître et les émissaires espagnols la fixent au 30 avril, puis au 25 mai52. D’Angoulême, la cour se déplace alors jusqu’à Bordeaux, où elle s’installe pour le mois de juin. La capitale de l’ancien duché d’Aquitaine constitue le point ultime de rapprochement pour le roi, au-delà duquel sa présence inquièterait les chefs de la délégation espagnole chargés de négocier l’échange de ses fils. Bordeaux est aussi une plus grande cité que Bayonne, capable d’accueillir la cour plus durablement53. D’une certaine manière, les choix du roi sont totalement tributaires des nouvelles lui parvenant de la frontière pyrénéenne. On peut même dire que de mars à début juillet 1530, ce sont les options et les décisions prises par le grand-maître qui conditionnent les déplacements de la cour. Elles montrent à quel point le temps semble être suspendu aux faits et gestes du grand-maître, ce qui a pour conséquence de faire de Bayonne le centre politique du royaume pendant plusieurs semaines.

  • 54 Pour le détail des exigences espagnoles, voir F. Decrue, Anne de Montmorency..., p. 141-149.

55De son côté, Anne de Montmorency doit concilier deux objectifs a priori contradictoires. Il veut aller vite pour tenir les délais et ne pas mécontenter le roi, mais il doit sans cesse faire face aux récriminations espagnoles, allant de la vérification (et rectification) du bon aloi des pièces amassées à Bayonne, à la réclamation d’un bassin d’argent par une dame des Pays-Bas54. Du 22 mars au 7 juin, Anne de Montmorency se tient à Bayonne. À partir du 7 juin, il se rend à Saint-Jean-de-Luz, au plus près de la frontière, bien décidé à obtenir coûte que coûte la délivrance des princes. Ce déplacement est à relier avec les informations reçues de leurs relais placés à la cour. Or plus le temps passe, plus la tension qui habite les lettres est palpable, au point d’obliger le grand-maître, une fois n’est pas coutume, à agir vite et efficacement en contraignant les Espagnols à accepter de libérer le dauphin et son frère le 1er juillet 1530.

  • 55 Sur ce point, voir en parallèle les échecs d’Anne de Montmorency dans les affaires concomitantes R (...)

56Le 4 juillet, le grand-maître retrouve le roi et la cour, après quatre mois et demi d’absence. Il ne les quitte plus jusqu’en mars 1531. Aussi, pour plusieurs raisons, l’épisode bayonnais fait-il figure d’anomalie. Premièrement, parce que la cour est scindée en trois parties. Si le gros des courtisans demeure avec le roi, les spécialistes des finances et une partie des officiers royaux accompagnent Anne de Montmorency, tandis qu’une petite cour reste à Blois avec Marguerite de Navarre. Deuxièmement, parce que la tripartition nécessite la mise en place d’un cordon épistolaire pour relier les trois entités les unes aux autres, ce qui oblige les différents acteurs à rédiger des dizaines de lettres, les forçant ainsi à poser par écrit ce qu’ils ont l’habitude de se dire oralement dans le cadre curial. Troisièmement, parce que malgré l’éloignement prolongé du grand-maître, celui-ci réussit à accomplir la mission confiée par le roi. Or dans une société dans laquelle le contact physique et quotidien avec le souverain est capital sinon déterminant pour la réussite de tout projet, il importe de souligner ce fait55. Le coup d’audace du 1er juillet, cette prise de décision, et donc de risque, qui surprend les Espagnols eux-mêmes, ne se comprend qu’en tenant compte des données épistolaires reçues tout au long du printemps 1530.

57Après le 1er juillet 1530, la stature politique d’Anne de Montmorency change. Son rôle au conseil gagne en importance et, parallèlement, le roi lui accorde une certaine latitude dans le choix des officiers curiaux. La prise de décision s’apparente alors à la reconnaissance du dévouement et de la fidélité manifestés durant l’épreuve traversée.

Notas

1 Francis Decrue, Anne de Montmorency grand-maître et connétable de France, à la cour, aux armées et au conseil du roi François Ier, Genève, 1978 (réimpr., 1re éd. 1885), p. 166 et suiv. ; Brigitte Bedos-Rezak, Anne de Montmorency, seigneur de la Renaissance, Paris, 1990 (La France au fil des siècles), p. 180 ; Jean Jacquart, François Paris, 1981, p. 228 ; Robert Jean Knecht, Un prince de la Renaissance. François Ier et son royaume, Paris, 1998 (Chroniques), p. 285.

2 F. Decrue, Anne de Montmorency..., chap. 111 ; Philippe Hamon, L’argent du roi. Les finances sons François Ier, Paris, 1994 (Études générales), p. 386-387.

3 Blois fournit à elle seule 41 des 72 lettres du mois de mars.

4 Richard Gascon, Grand commerce et vie urbaine au XVIe siècle. Lyon et ses marchands (environs de 1520-environs de 1580), 2 vol. , Paris, 1971 (Civilisations et société, 22), t. I, p. 140 et suiv.

5 Jean-Luc Dejean, Marguerite de Navarre, Paris, 1987, p. 140. L’enfant est prénommé Jean ; il meurt en décembre de la même année.

6 F. Decrue, Anne de Montmorency..., p. 152.

7 Deux lettres de François Ier, trois de Marguerite de Navarre et vingt-et-un de M. de La Pommeraie n’ont pu être datées avec précision.

8 Pour Guillaume de Montmorency : Archives du Château de Chantilly [cité Arch. Chantilly], série L, t. X, fol. 119; ibid., t. XI, fol. 269. Pour Pierre de Garges: ibid., t. XII, fol. 40; ibid., t. VII, fol. 27; ibid., t. IX, fol. 30; ibid., t. XII, fol. 86 et 105.

9 Lettres de Jean de Poncher: ibid., t. IV, fol. 80; ibid., t. IX, fol. 49, 154, 159 et 166; ibid., t. XIII, fol. 195 et 207; ibid., t. XIV, fol. 122; Palamède Gontier: ibid., t. IX, fol. 222; ibid., t. XI, fol. 45; ibid., t. XIV, fol. 198 et 278; Charles de Pierrevive: ibid., t. III, fol. 199 et 205; ibid., t. X, fol. 146; ibid., t. XIII, fol. 18. Cependant, Jean Grolier écrit à propos du paiement des compagnies d’ordonnance : ibid., t. VIII, fol. 195 et 315.

10 Dans ce cas, les lettres sont rédigées d’abord par des souverains comme Henry VIII, Charles Quint ou Clément VII. Henry VIII: Bibl. nat. Fr., fr. 3034, fol. 1; ibid., fr. 3070, fol. 1; ibid., fr. 3019, fol. 1; ibid., fr. 3015, fol. 3. Charles Quint: ibid., fr. 3016, fol. 29; ibid., fr. 3010, fol. 3; ibid, fr. 3014, fol. 3; ibid, fr. 3016, fol. 16 et 27; ibid., fr. 3014, fol. 1. Clément VII : ibid, fr. 3010, fol. 82 et 78. Il arrive également que les dépêches soient le fait d’ambassadeurs du roi de France en poste en Italie (Raincé), aux Pays-Bas (Hellin, La Pommeraie) ou auprès de l’empereur (Morette). Raincé : ibid., fr 3009, fol. 3, 29, etc. Hellin : Arch. Chantilly, série L, t. XII, fol. 95 et 197 ; ibid., t. III, fol. 93 ; ibid., t. IX, fol. 254, etc. La Pommeraie: ibid., t. VI, fol. 269; ibid., t. XIII, fol. 177; ibid., t. X, fol. 149; ibid., t. XIII, fol. 210, etc. Morette: ibid., t. VIII, fol. 136; ibid., t. XIV, fol. 136; ibid, t. XV, fol. 5. Il peut également s’agir d’ambassadeurs étrangers en poste en France, tel François de Bonvalot ou Louis Du Praet. Bonvalot : ibid., t. XII, fol. 131. Du Praet : Bibl. nat. Fr., fr. 2981, fol. 56; ibid., fr. 3007, fol. 105 et 120; ibid., fr. 3031, fol. 31.

11 Arch. Chantilly, série L, t. IX, fol. 237, Marie Barret à Berthereau, Vitoria, 21 avril 1530.

12 Ibid., t. VI, fol. 133, Ronsard à Berthereau, « Quitaux del Vido ( ?) », 20 avril 1530 ; ibid., t. XV, fol. 348, Ronsard au Grand-maître, Cognac, 12 octobre 1530.

13 Ibid., t. XIV, fol. 206, Pierre Spina au grand-maître, Angoulême, 6 mai 1530. Pierre Spina (ou Spine) est un marchand banquier lyonnais d’origine florentine, lié aux Salviati. Dans sa lettre, il signale d’ailleurs que le cardinal Salviati désire se rendre à Bayonne. Sur Spina, voir P. Hamon, L’arpent du roi..., p. 144.

14 Buthemont : ibid., t. V, fol. 121 et 123 ; ibid., t. VIII, fol. 87, 258 et 307 ; ibid., t. IX, fol. 229 et 285. Dafflito: ibid., t. XI, fol. 205 et 206; ibid., t. VII, fol. 280.

15 Ibid., tome XIII, fol. 268, Laurens Le Blanc à Berthereau, Bordeaux, 30 juin 1530.

16 D’Angoulême : ibid., t. IX, fol. 250, 30 avril ; ibid., t. IV, fol. 26, 8 mai ; ibid., t. IV, fol. 28, 9 mai ; ibid., t. IX, fol. 206, 11 mai ; ibid., t. XIII, fol. 247, 16 mai ; ibid., t. XIII, fol. 252, 20 mai. De Barbezieux : ibid., t. VII, fol. 316, 30 mai. De Bordeaux : ibid., t. XIII, fol. 274, 12 juin ; ibid., t. V, fol. 250, 26 juin.

17 Ibid., t. IX, fol. 250.

18 Ibid., t. XIII, fol. 274.

19 En revanche, cinq missives contiennent des recommandations pour un office : ibid., t. IV, fol. 26 et 28 ; ibid., t. IX, fol. 206 ; ibid., t. XIII, fol. 252 ; ibid., t. V, fol. 150.

20 Ibid., t. V, fol. 94.

21 Ibid., t. XIII, fol. 279, Jacques Colin à Berthereau, Bordeaux, 20 juin 1530.

22 Correspondance du cardinal Jean Du Bellay, éd. Rémy Scheurer, t. I : 1529-1535, Paris, 1969 (Société de l’histoire de France), p. 120-194.

23 Bibl. nat. Fr., fr. 3080, fol. 187-190, Jean Du Bellay à Berthereau, Blois, 18 mars 1530.

24 Ibid. Autre allusion dans Arch. Chantilly, série L, t. V, fol. 127.

25 Certaines lettres conservées à Chantilly et à la Bibliothèque nationale de France sont chiffrées et déchiffrées entre les lignes, probablement de la main même de Berthereau qui possédait le chiffre du grand-maître. Ainsi celles du 18 mars 1530 (Bibl. nat. Fr., fr. 3080, fol. 187-190), du 23 mars (Arch. Chantilly, série L, t. XIV, fol. 280), du 28 mars (ibid., t. IX, fol. 225), du 14 avril (ibid., t. V, fol. 125), du 22 avril (ibid., t. V, fol. 127), du 26 avril (ibid., t. IV, fol. 288), du 4 mai (ibid., t. V, fol. 142). Extraits de la lettre du 18 mars dans P. Hamon, L’argent du roi..., p. 393.

26 Arch. Chantilly, série L, t. V, fol. 142.

27 F. Decrue, Anne de Montmorency..., p. 156 et suiv.

28 Arch. Chantilly, série L, t. II, fol. 275, Saint-Germain, 31 décembre 1530.

29 Plus deux lettres non datées, mais écrites en mai.

30 Les 10 mars, 16 et 21 mai, 1er et 18 juin.

31 Les 8-9, 12-13 et 28-29 mars, les 23-24 avril.

32 Ibid., t. IX, fol. 118; ibid., t. XIII, fol. 254; ibid., t. XIV, fol. 219.

33 Ibid., t. IX, fol. 250.

34 Ibid., t. XIII, fol. 254.

35 Ibid., t. XIV, fol. 219.

36 Ibid., t. IX, fol. 118.

37 Ibid., t. XIII, fol. 311.

38 Ibid., t. XIII, fol. 265 pour les deux extraits.

39 À deux reprises, il démontre sa connaissance de l’italien avec un « Maystro sygnor mio etfratello honorado » (ibid.., t. XIV, fol. 142) et un « Honorando fratello » (ibid., t. XV, fol. 292).

40 Ibid., t. IX, fol. 222 : Palamède Gontier à Berthereau, Nantes, 12 avril 1530.

41 Palamède Gontier à Berthereau : ibid., t. XIV, fol. 198 et 278 ; ibid., t. IX, fol. 222. Au grand-maître : ibid., t. XII, fol. 45.

42 Ibid., t. XIII, fol. 240 (11 mai) et 261 (26 mai).

43 Ibid., t. XIII, fol. 261.

44 Hélène Michaud, La Grande chancellerie et les écritures royales au XVIe siècle, Paris, 1967 (Mémoires et documents publiés par la Société de l’École des chartes, 17), p. 122.

45 Bibl. nat. Fr., Dupuy 260, fol. 331,24 août 1532 (citée par P. Hamon, L’argent du roi..., p. 395, note 290).

46 Arch. Chantilly, série L, t. XVII, fol. 320 (Paris, 6 mai) 322 (Paris, 19 mai).

47 H. Michaud, La Grande chancellerie..., p. 113, note 6.

48 Arch. Chantilly, série L, t. XIII, fol. 234, 5 mai; ibid., t. IV, fol. 31, 8 mai; ibid., t. XIII, fol. 242, 13 mai.

49 Ibid., t. IV, fol. 31.

50 Ibid., t. XIII, fol. 234.

51 Ibid., t. XIII, fol. 242.

52 E Decrue, Anne de Montmorency..., p. 139 et 149-150.

53 Sur ces points, voir Jean Boutier, Alain Dewerpe et Daniel Nordman, Un tour de France royal. Le voyage de Charles IX (1564-1566), Paris, 1984 (Collection historique, 26), p. 38-39.

54 Pour le détail des exigences espagnoles, voir F. Decrue, Anne de Montmorency..., p. 141-149.

55 Sur ce point, voir en parallèle les échecs d’Anne de Montmorency dans les affaires concomitantes Ruzé-Besnier, P. Hamon, L’argent du roi..., p. 391 et suiv., et Hérivaux-Larmandie, Thierry Rentet, « La rivalité entre Richard Le Rouillé et Jacques de Larmandie pour devenir évêque de Sarlat en 1530 », dans bulletin de la Société historique et archéologique du Périgord, t. 130, 2003-4, p. 563-576.

Índice de ilustraciones

Título Carte I : La diagonale de la délivrance, la genèse (janvier-mars 1530)
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/855/img-1.jpg
Archivo image/jpeg, 97k
Título Carte II : La diagonale de la délivrance, l’apogée (avril-juin 1530)
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/855/img-2.jpg
Archivo image/jpeg, 110k
Título Carte III : La diagonale de la délivrance, le déclin (juillet-septembre 1530)
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/855/img-3.jpg
Archivo image/jpeg, 102k
Título Carte IV : La diagonale de la délivrance, la disparition (octobre-décembre 1530)
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/855/img-4.jpg
Archivo image/jpeg, 102k
Título Tableau I : Les villes d’expédition de lettres communes au grand-maître et à son secrétaire pour l’année 1530
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/855/img-5.jpg
Archivo image/jpeg, 289k
Título Figure 1 : Indices mensuels de dispersion
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/855/img-6.jpg
Archivo image/jpeg, 79k
Título Tableau II : Répartition par décade des lettres des seize principaux rédacteurs pour l’année 1530
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/855/img-7.jpg
Archivo image/jpeg, 276k
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/855/img-8.jpg
Archivo image/jpeg, 224k

© Publications de l’École nationale des chartes, 2008

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540