Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Prise de décision en France (1525-1559)

 | 
Roseline Claerr
, 
Olivier Poncet

Première partie. Les acteurs de la décision

Le conseiller favori, objet de la décision royale

François Nawrocki

Résumé

Au milieu du XVIe siècle, le roi de France confie la « superintendance » de ses affaires à son « conseiller favori », acteur par excellence de la décision royale, mais aussi lui-même objet permanent de cette décision, du jour de sa désignation à celui de son éventuel renvoi. L’exemple de Claude d’Annebault, conseiller favori de François Ier de 1543 à 1547, montre que dans la distribution des faveurs et du pouvoir, la part d’arbitraire du souverain est plus réduite qu’il n’y paraît. En effet, l’élection d’un conseiller favori répond à un certain nombre de critères implicites, relevant de plusieurs registres : la puissance, la compétence, les circonstances, la confiance et la familiarité.

Texte intégral

1Au milieu du XVIe siècle, le roi de France prend conseil auprès d’un groupe d’individus choisis pour des raisons diverses : parenté, amitié, dispositions naturelles, compétences particulières, réseaux personnels en sont quelques-unes. Ce groupe de conseillers, mouvant dans sa composition, est impliqué dans la genèse de la décision royale.

2En aval, bien plus nombreux sont les serviteurs du roi qui participent, à différents niveaux, à la mise en œuvre des décisions : titulaires d’offices, de charges ou de commissions, agents pensionnés notamment, et, au-delà de ces intermédiaires, les membres de leurs réseaux et autres exécutants occasionnels en bout de chaîne, souvent éloignés de la cour et inconnus du roi.

3Dans l’entourage direct du souverain, une poignée de grands personnages intervient aux deux niveaux, se montrant à la fois très actifs dans le processus de prise de la décision et dans celui de son exécution. C’est en particulier le cas de celui que l’on appelle souvent, de manière un peu anachronique, « principal ministre », et que j’appellerai ici « conseiller favori », car il est premier dans la faveur du roi et premier en son Conseil, à la fois une clé de voûte du système politique et l’un des principaux récipiendaires des gestes de faveur. Les Gouffier, Montmorency, Chabot puis d’Annebault ont tour à tour joué ce rôle auprès de François Ier. L’élévation d’un seigneur, par la volonté du roi, à ce rang éminent, est elle-même une décision politique de portée considérable.

4Le rôle d’acteur de ce conseiller favori à tous les moments de la décision royale – préparation (rôle de présentation), conception (devoir de conseil), prise de décision (rôle décisionnel), application de la décision (rôle d’exécutant) – mériterait d’être redéfini par des travaux approfondis. Cependant, je m’en tiendrai ici à l’étude de ce personnage sous l’angle de « l’objet » décisionnel, en particulier au moment de sa désignation, en essayant de distinguer les pré-requis, les motivations et les circonstances de la décision royale. L’exemple de l’amiral Claude d’Annebault, conseiller favori de François Ier à partir de 1543 et jusqu’à la mort du roi en 1547, permettra d’illustrer ce propos.

  • 1 Nicolas Le Roux, La faveur du roi : mignons et courtisans au temps des derniers Valois (vers 1547-v (...)

5Premier dans la faveur, premier dans le Conseil, le conseiller favori incarne la conjugaison de deux concepts, la familiarité, dont découle la confiance, et la capacité de conseil que l’on pourrait appeler « consiliarité », qui suppose des compétences éprouvées. Cette conception se retrouve aussi bien chez Seyssel que chez Budé : pour que le choix d’un conseiller favori soit juste et légitime, le roi doit savoir reconnaître, parmi les nobles du royaume, celui qui est le plus apte à seconder, c’est-à-dire un homme aux compétences reconnues ; il y a là un pacte implicite avec la noblesse, sur lequel il conviendra de revenir. Cet homme doit être également son plus « parfait ami », à qui il puisse se fier comme à lui-même1.

6Au delà de ce principe théorique, il n’y a pas de règle strictement établie. Toutefois, il est possible de dégager quelques critères auxquels semblent correspondre les profils des conseillers favoris successifs et qui relèvent de trois registres : la puissance, la confiance et la compétence. Il semble que le roi ne puisse ou ne veuille choisir un conseiller favori qui ne réponde pas à l’ensemble de ces critères. Ceci laisse à penser que le roi n’est pas entièrement libre de son choix, ou plutôt que cette liberté de décision est limitée par certaines conditions.

I. — LES CRITÈRES DE PUISSANCE

1. Un rang éminent dans la noblesse

7Les conseillers favoris de François Ier ou de Henri II tiennent tous, au moment de leur désignation, un rang éminent dans la noblesse du royaume. 11 ne s’agit pas forcément d’une parenté royale ou d’une noblesse titrée, mais d’une noblesse ancienne, antérieure à la guerre de Cent Ans. Tous sont titulaires de nombreux fiefs aux mouvances importantes. En tant que seigneurs féodaux, leur influence et leur rayonnement sont considérables, tant par l’étendue de leur assise territoriale, dans une ou plusieurs provinces du royaume, que par la densité de leurs réseaux locaux de relations et de clientèles obligées. Ces personnages se situent bien au-dessus de la noblesse seconde. Ils sont de ceux que l’on recherche pour obtenir un emploi, une grâce ou du service aux armées. En cela, ils paraissent légitimes, aux yeux de la noblesse, pour être ses principaux représentants auprès du roi.

  • 2 Parmi les sources utilisées : Louis de Rioult de Neuville, Généalogie de la famille de Rioult, Besa (...)
  • 3 Notamment la dévolution des fiefs des lignées éteintes de la mère (Jeucourt-Trousseauville), puis d (...)
  • 4 Paul D. Abbott, Prorinces, Pays and Seigneuries of France, Myrtleford (Australie), 1981, p. 273 ; A (...)

8Les exemples de Montmorency ou de Guise, princes prestigieux, riches et puissants, sont bien connus, mais les autres conseillers favoris peuvent également se prévaloir d’un rang éminent au sein de la noblesse. Claude d’Annebault ne fait pas exception, bien que les historiens l’aient souvent pris pour un petit seigneur élevé par la seule volonté du roi. Sa famille, dont l’origine remonte au XIe siècle, ne possédait, au début des années 1480, que quelques petits fiefs normands dans la vallée de la Risle2. Pourtant, en l’espace de deux générations, par acquêts successifs3, les d’Annebault se sont trouvés à la tête d’un vaste ensemble seigneurial, constitué autour des deux grands pôles que sont Pont-Audemer et Vernon, sans compter de nombreux fiefs dispersés entre Caen et Lisieux, en pays de Caux et dans la vallée de l’Eure. Par son mariage, en 1526, avec une riche héritière, Françoise de Tournemine, Claude d’Annebault est devenu baron du Hommet en Cotentin et connétable héréditaire de Normandie, baron de La Hunaudave en Bretagne et surtout baron de Retz en Vendée4. En 1535, à la mort de son père, dont il est le seul héritier mâle – son frère Jacques étant entré dans le clergé séculier –, Claude est sans doute l’un des grands feudataires du royaume.

  • 5 Nicolas Le Roux, 1M faveur du roi..p. 21.

9Claude d’Annebault est donc, par ses biens propres, un chef naturel d’une partie de la noblesse de France. Fin cela, il n’est pas comparable aux mignons des derniers Valois, souvent dépeints comme des accapareurs illégitimes des bienfaits royaux, symboles d’arbitraire et de rupture du pacte monarchique. Sous François Ier, les « favoris » associés au gouvernement sont d’un rang tel qu’aucune ambiguïté n’est possible. À ce titre, dans la seconde moitié du XVIe siècle, le temps de François Ier restera dans la mémoire nobiliaire comme un moment idéal d’équilibre où « les personnes étoient plus avancées par merites que par faveur » (ce que l’on retrouve dans les écrits de L’Alouette ou de Bodin)5, par opposition à la « faveur déréglée » et très critiquée des derniers Valois.

2. Une capacité financière

  • 6 Mark Greengrass, « Property and Politics in sixteenth-century France: The landed fortune of constab (...)
  • 7 François de Vieilleville, Mémoires de la vie de François de Scépeaux, sire de Vieilleville et comte (...)

10Le deuxième critère, procédant en partie du premier, est la capacité financière. Les revenus terriens et féodaux d’Anne de Montmorency ont été estimés à au moins 125 000 livres tournois par an, ceux des Nevers à 115 000 livres tournois, ceux des Bourbons, pour la seule Picardie, à 71 000 livres tournois en 1549, et ceux de Claude de Guise, pour ses terres de France, à 39 000 livres tournois. Ceci donne une idée d’échelle des plus importants revenus du royaume6. Ceux de Claude d’Annebault, estimés à l’époque à 40 000 livres tournois7, sont déjà considérables et ne le situent pas si loin des plus grands.

  • 8 Arch. di Stato di Modena, Cancellería, Sez. Estero, Carteggio Ambasciatori, Francia, busta 23, Giul (...)
  • 9 Arch. di Stato di Modena, Cancellería, Sez. Estero, Carteggio Ambasciatori, Francia, busta 16, Carl (...)
  • 10 Voir par exemple Michel François, Le cardinal François de Tournon, Paris, 1951 (Bibliothèque des Éc (...)

11La fortune est un élément déterminant pour le choix d’un conseiller favori. En effet, tout prétendant à ce rôle doit posséder des richesses suffisantes pour assumer des dépenses domestiques et fastueuses. À la fin du règne de François Ier, Claude d’Annebault est, après le roi, la personne de la cour tenant la table la plus nombreuse, ce qui suppose d’importants frais quotidiens, liés à l’exercice de ses responsabilités8. Toutefois, d’une manière plus étonnante, on constate que dès 1540, il ne se déplace jamais sans être accompagné de deux cents personnes9, ce qui est autant un moyen d’étendre son influence que de démontrer une capacité financière permettant de le classer parmi les conseillers favoris en puissance. Par ailleurs, son implication croissante dans les affaires du roi suppose l’entretien de secrétaires et d’une foule de serviteurs que tout conseiller important paie sur ses propres revenus, les dons et pensions royales ne suffisant pas à compenser ces frais. Les principaux conseillers assument également des dépenses importantes pour rémunérer des agents, sans aucune certitude d’un prompt remboursement. En outre, le roi peut attendre de ses conseillers qu’ils lui prêtent de l’argent chaque fois qu’il en a besoin, pour concourir au financement d’une politique qu’ils contribuent à élaborer10.

  • 11 Un exemple parmi tant d’autres, la cession à Claude d’Annebault des revenus des ville, château et s (...)
  • 12 Il semble qu’entre les pensions et gages des office cumulés par Claude d’Annebault (de 22 000 à 25  (...)

12Réciproquement, ces serviteurs gagnent, par des faveurs et récompenses, à engager leurs biens dans la réussite de la politique royale, le roi leur accordant, lorsque la situation le permet, des gratifications et des sources de revenus supplémentaires11, car lui-même a intérêt à préserver et à renforcer les capacité et disponibilité financières de ses conseillers12. Sans une certaine aisance matérielle initiale, aucun conseiller ne peut espérer devenir le conseiller favori du roi.

3. La renommée chevaleresque

  • 13 Pierre de Brantôme, Œuvres complètes, éd. Ludovic Lalanne, Paris, 1864-1882 (Société de l’histoire (...)

13Sous François Ier et Henri II, souverains à la culture et au tempérament chevaleresques, la renommée conquise par les armes et les sports nobles semble peser dans le choix d’un conseiller favori. Tous ceux qui, sous ces rois, sont élevés à cette responsabilité, peuvent se prévaloir d’une carrière chevaleresque jalonnée d’exploits exceptionnels. À cette époque, la notoriété se mérite encore davantage sur le terrain de l’action, de la manœuvre physique et dangereuse, que sur celui de la stratégie, car risquer sa vie au cœur d’une bataille, parmi les corps de cavalerie, est une démonstration de bravoure qui permet de forger des légendes. Dans la tradition de Charles VIII, François Ier (jusqu’en 1525) et Henri II (1552) s’exposent encore personnellement à tous les dangers. Il en va de même pour tous les conseillers favoris de ces rois, qui ont connu, au moins dans leur jeunesse, de hauts faits militaires, de glorieuses blessures arborées ensuite avec fierté. Claude d’Annebault a également fait honneur à ses armes lors de campagnes en Milanais, notamment en 1529, à la défense de Turin en 1536, ou encore en Picardie, où il a été pris, au cours d’une manœuvre audacieuse pour ravitailler Thérouanne, en 1537. Ce dernier épisode, au retentissement considérable, a beaucoup fait pour la réputation de Claude d’Annebault : Brantôme raconte qu’il « acquit beaucoup de gloire en 1537 par la manière dont il secourut Thérouenne, et s’étant trouvé tout d’un coup environné par un corps considérable de la cavallerie ennemie par l’indiscrétion de plusieurs jeunes seigneurs de la court qui étoient avec luy, il se défendit avec beaucoup de conduite et de valeur jusqu’au moment où son cheval s’étant abattu sous luy il fut fait prisonnier13 ».

14La bravoure et le dévouement au service du roi sont particulièrement valorisés dans les cérémonies de l’ordre royal de Saint-Michel, où le souverain fait entrer ses meilleurs conseillers d’épée, ainsi que dans les pas d’armes et tournois, auxquels ils participent tant que leur santé le leur permet.

II — LES CRITÈRES DE COMPÉTENCE

15Les conditions de puissance évoquées ci-dessus constituent déjà une première limite implicite posée au roi pour le choix de son conseiller favori. D’autres contraintes s’imposent au souverain, certaines relevant de l’expérience et de la compétence, certaines des circonstances politiques.

1. L’expérience

  • 14 Victor-Louis Bourrilly, « Les Français en Piémont : Guillaume du Bellay et le maréchal de Montejeha (...)
  • 15 Pierpaolo Merlin, « Torino... », p. 13-20 ; Parlamento sabaudo : atti de/le assemblee costituzional (...)
  • 16 Correspondance politique de Guillaume Pellicier, ambassadeur de France à Venise, 1540-1542, éd. Ale (...)

16Les conseillers favoris désignés par François Ier et par Henri II sont des hommes d’expérience, avant exercé des responsabilités importantes, à la tête des armées bien sûr, mais aussi dans le gouvernement de provinces. Bien avant de devenir le conseiller favori du roi, Claude d’Annebault a été lieutenant général du dauphin au gouvernement de Normandie, et surtout, depuis 1539, gouverneur de Piémont. Cette nouvelle conquête, conservée pour contrebalancer la présence impériale en Milanais, est alors ruinée par deux années de guerre et doit être reconstruite14. Claude d’Annebault s’est appliqué à la mettre en sûreté et à la fortifier. Surtout, il y a conforté les institutions françaises et pris des mesures économiques de nature à favoriser le redressement du pays15. Ces succès s’avèrent déterminants pour la carrière de Claude d’Annebault qui, deretour de son premier long séjour en Piémont, entre en novembre 1540 au Conseil du roi, en tant que spécialiste des affaires italiennes16.

  • 17 Arch. di Stato di Venezia, Consiglio dei X, Parti secrete, filza 5, ibid., Consiglio dei X, Parti c (...)
  • 18 Arch. Min aff. étr., Mémoires et Documents, Danemark, 9, fol. 63-66, et Correspondance politique, S (...)

17Par ailleurs, l’expérience diplomatique est de première importance pour un conseiller favori. Celui-ci doit posséder une bonne connaissance des relations internationales, des alliances et des réseaux favorables ou défavorables à la politique française. Au moment de la mort de Chabot, en juin 1543, Claude d’Annebault a acquis une petite expérience dans ce domaine, bien que très limitée encore, grâce aux négociations qu’il a personnellement menées à Venise en décembre 153917, ou à sa participation aux conférences de Fontainebleau, pour la signature d’un traité d’alliance avec le roi du Danemark, en novembre 154118.

2. La connaissance des affaires

  • 19 Les sources permettant de déterminer la composition du Conseil, par recoupements, sont assez peu no (...)
  • 20 Comme le remarque Philippe Hamon, « il faut insister sur un aspect très concret : le Conseil rassem (...)
  • 21 Voir par exemple Cédric Michon, « Les richesses de la faveur à la Renaissance : Jean de Lorraine (1 (...)
  • 22 Letters and Papers..., t. XVII, p. 149, n° 269, William Paget à Henry VIII, Rivière, 24 avril 1542  (...)
  • 23 Cité présent dans Arch. nat., X1A 8614, fol. 285-296 : édit portant règlement pour les gabelles et (...)

18La connaissance des affaires du roi, dans toute leur diversité, ne peut s’acquérir que par une participation régulière au Conseil et en particulier au Conseil secret. Un très petit nombre de conseillers assiste à toutes les séances19 : dans les dernières années du règne de François Ier, les seuls membres permanents sont l’amiral d’Annebault, le cardinal de Tournon, François de Saint-Pol jusqu’à sa mort à la fin de l’année 1543, le garde des sceaux Errault ou le chancelier Olivier, ainsi qu’un secrétaire, généralement Gilbert Bayart ; les cardinaux de Lorraine, Hippolyte d’Este, Jean Du Bellay ou Nicolas de Longueval participent également de temps à autre au Conseil, en fonction de la disponibilité ou des absences des principaux conseillers20, des sujets traités et de l’état fluctuant de leur faveur21. Certains conseillers, très spécialisés, ne siègent qu’aux séances où l’on traite spécifiquement des questions pour lesquelles ils sont compétents, notamment des affaires de guerre (le colonel des chevau-légers, le grand maître de l’artillerie, etc.22) ou des finances (par exemple le financier Antoine Bohier de Saint-Cirgues23).

  • 24 Bibl. nat. Fr., fr. 5155, fol. 19 et v, Anne de Montmorency à Guillaume Du Bellay, Châtellerault, 2 (...)

19Le conseiller favori est choisi parmi ceux qui maîtrisent le mieux les affaires, c’est-à-dire dans le petit noyau des membres les plus réguliers du Conseil. Cette connaissance s’acquiert de préférence par étapes. A partir de la fin de l’année 1540, lorsque le connétable de Montmorency commence à perdre la faveur du roi et la responsabilité des réseaux diplomatiques, Claude d’Annebault entre au Conseil, comme destinataire et rapporteur des dépêches d’Italie, à la fois chargé de correspondre avec les réseaux locaux et de conseiller le roi24 Cependant, quelques mois plus tard, lorsque la disgrâce de Montmorency est complètement et publiquement consommée, Claude d’Annebault n’est probablement pas assez expérimenté et au fait des affaires pour lui succéder, si bien que le roi n’a d’autre choix que d’innocenter et de tirer de prison l’amiral Chabot, pour le rétablir dans ses grâces et lui confier la responsabilité du Conseil.

  • 25 M. François, le cardinal de Tournon..., p. 193 ; Correspondance des nonces Dandino..., p. 71-73, Ca (...)
  • 26 On trouve ce terme dans les écrits contemporains : ainsi, lorsque Odet de Selve fut envoyé comme am (...)
  • 27 L’implication croissante, à cette époque, de Claude d’Annebault dans les affaires est analysée dans (...)
  • 28 Arch. di Stato di Modena, Cancelleria, Sez. Estero, Carteggio Ambasciatori, Francia, busta 24, Giul (...)

20De 1541 à 1543, Philippe Chabot de Brion est donc le conseiller favori du roi, mais sa mauvaise santé l’oblige à associer très étroitement le cardinal François de Tournon et Claude d’Annebault, dont l’implication dans les affaires va croissant25 Ceux-ci ont également maintes occasions de suppléer Chabot, chaque fois que celui-ci se trouve gravement malade et alité. Un tel système de subsidiarité est, pour le roi, une manière pragmatique d’avoir toujours un conseiller capable d’exercer une « superintendance » de ses affaires26 C’est aussi la meilleure façon de préparer Claude d’Annebault à prendre la succession de Chabot. Lorsque meurt celui-ci, d’Annebault est le seul chevalier de la cour qui réunisse toutes les qualités requises de puissance et de compétence pour devenir le nouveau conseiller favori, tout en ayant la meilleure connaissance globale des affaires27 De même, quelques années plus tard, en mars 1547, François Ier mourant recommande à son fils Henri se s’entourer de conseillers d’expérience : « Il le pria de bien s’entourer et de ne pas changer le conseil et le gouvernement, mais de se servir des vieux serviteurs qu’il avait depuis longtemps éprouvé pour bons, et qu’entre les mains de nouveaux, avant qu’ils ne fussent expérimentés dans le gouvernement, le royaume serait ruiné. »28

III. — LES CRITÈRES DE CIRCONSTANCE

  • 29 David Potter, « Politics and faction at the court of Francis I : the duchesse d’Étampes, Montmorenc (...)

21Les circonstances et le rapport des forces entre les réseaux peuvent également peser lourd au moment de la désignation d’un conseiller favori. La nature des réseaux de faveur, plus sociaux que politiques, est souvent mal comprise. Mieux vaut éviter les termes de « factions » ou de « partis », qui donnent une impression romanesque et faussée des rapports de force à la cour. En effet, si des ententes peuvent se former autour d’objectifs circonstanciels, elles ne reposent pas, ou très peu sur des principes politiques fixes. On y voit à l’œuvre des ambitions individuelles et collectives, mais surtout des équilibres entre les chaînes de patronage et de clientèle, qui s’opposent moins qu’ils ne s’interpénètrent, chaque seigneur en quête de carrière ayant besoin de divers patrons. Les oppositions naissent surtout au sommet de ces réseaux29 Au moment de donner la prépondérance à l’un ou à l’autre, le roi doit tenir compte de ces équilibres, qui peuvent en être bouleversés.

  • 30 Quelques exemples dans F. Nawrocki, L’amiral Claude d’Annebault..., p. 206-208.
  • 31 L’expression est régulièrement employée, par exemple par l’ambassadeur du duc de Ferrare, Giulio Al (...)
  • 32 Le seul moment où le statut des conseillers et, en premier chef, du conseiller favori Claude d’Anne (...)

22Au cours du règne de François Ier, de tels moments critiques sont assez peu nombreux : c’est le cas à la fin des années 1530, lorsque Montmorency et Chabot entrent en conflit ouvert. D’Annebault prend le parti de Chabot contre Montmorency, à un moment où l’étoile du connétable décline et que la duchesse d’Étampes intrigue contre lui. Le rappel de Chabot et le renvoi de Montmorency a de larges répercussions sur les proches du connétable et sur les principaux maillons de son réseau, puisque tous ses partisans à la cour sont écartés ou contraints de se rallier30. Les principaux serviteurs du roi en province, en charge de gouvernements, de bailliages ou dans les parlements, qui veulent rester fidèles au connétable sont progressivement écartés ou forcés de rentrer dans le rang. Toutefois, les lambeaux de ce réseau se recomposent autour du second fils du roi, Henri, ces « delphinistes », que l’on continue d’appeler « connétablistes31 », n’ayant de cesse de reconquérir le pouvoir et d’obtenir le rappel du connétable. À la fin du règne de François Ier, leur contrepoids à Claude d’Annebault reste faible, du moins tant que le conseiller favori est uni avec le cardinal de Tournon et la duchesse d’Étampes. Far conséquent, la période 1541-1547 est marquée par une relative stabilité32.

  • 33 Sur cette politique anti-impériale de la fin du règne, voir F. Nawrocki, L’amiral Claude d’Annebaul (...)

23Enfin la désignation d’un conseiller favori peut être aussi lue comme le choix d’une politique, mais sans véritable dimension idéologique. Ce peut être un choix circonstanciel, par exemple entre bellicistes et pacifistes, entre partisans de l’alliance impériale et partisans des alliances protestantes. Mais bien que les ambassadeurs des princes, dont les dépêches sont une source d’informations très importante, soient attentifs aux éventuelles sympathies des principaux conseillers du roi, force est de constater que ces derniers ne montrent que rarement de telles opinions arrêtées : ils servent avant tout les intérêts du souverain, leurs sympathies affichées vont dans un sens ou dans l’autre, en fonction des exigences politiques du moment. L’écart entre le discours officiel et la politique réelle peut être considérable, et la ligne politique de prétendus partis peut faire l’objet de véritables mises en scène, voire pour un véritable jeu de dupes diplomatique. Ainsi, jusqu’à la fin du règne de François Ier, Claude d’Annebault, principal médiateur entre les ambassadeurs et le roi, donne l’impression d’être favorable à chacun des princes de la Chrétienté, sans que cela ne l’empêche de contribuer activement d’abord à une politique de rapprochement avec l’empereur, pour isoler le roi d’Angleterre (de 1544 à 1546), puis à l’élaboration d’une vaste ligue contre l’Empire et l’Espagne33. Le conseiller favori n’incarne donc pas une ligne politique immuable, mais il met ses compétences au service d’une politique royale qui peut s’avérer très mouvante. Pour autant, il n’est pas à l’abri de revers de faveur, au gré d’échecs de la politique à laquelle il est lié.

24Considérant ce qui précède, on constate que le roi n’est pas entièrement libre du choix de ses conseillers favoris, au moment même de la prise de décision. L’arbitraire royal demeure limité par la notion de mérite et de réputation de l’élu, car cette décision n’est pas neutre et l’engage vis-à-vis de la noblesse du royaume. Il l’est également par les compétences et l’expérience acquises par les prétendants, qui doivent être associés depuis longtemps à la préparation et à l’exécution de la politique royale : l’élévation d’un conseiller favori se prépare donc très en amont. Enfin, l’élu doit disposer de réseaux et de soutiens suffisants, et n’avoir que peu d’ennemis parmi ceux qui ont l’oreille du roi. Malgré ces contraintes, en grande part externes, le roi dispose d’un espace de liberté suffisant pour choisir de favoriser et d’employer, parmi les grands du royaume, ceux qui ont non seulement de l’intelligence et de la réussite, mais qui savent également gagner sa confiance, son estime et son affection.

IV. — CONFIANCE ET FAMILIARITÉ

25François Ier et Henri II n’ont jamais porté au premier rang de leurs conseillers ceux qui n’étaient pas également des amis intimes. Un conseiller favori est un compagnon du roi au quotidien et non pour les seules affaires d’État. Outre des qualités innées, il importe, pour partager l’intimité du souverain, de démontrer un tempérament et des goûts communs avec lui. Dans ce registre amical et sentimental, la moindre déception peut être fatale au conseiller favori en place, et ses rivaux, s’ils sont assez habiles, peuvent saisir l’occasion de le remplacer dans le cœur du roi et dans sa confiance.

1. Une proximité de culture

  • 34 Jacques du Fouilloux, La vénerie... Plusieurs receptes pour guerir les chiens de diverses maladies,(...)
  • 35 Letters and Papers..., t. XXI, part. I, p. 412-413, n° 837, John Lisie à William Petre, Guînes, 15 (...)
  • 36 Arch. di Stato di Mantova, Archivio Generale 640, Tommaso Sandrini au régent de Mantoue, Paris, 16 (...)
  • 37 Arch. nat., N III Eure 56 : plan du château d’Annebault ; E. Meyer, Silly-Annebaut..., p. 14-15. M. (...)
  • 38 Henry Guy, Histoire de la poésie française au XVIe siècle, Paris, 1926, t. II, p. 262 et suiv. ; He (...)
  • 39 Arch. di Stato di Modena, Cancellería, Sez. Estero, Carteggio Ambasciatori, Francia, busta 20, Bart (...)
  • 40 C. Terrasse, François Ier..., t. III, p. 151 ; Letters and Papers..., t. XXI, part. I, n° 1405, et (...)

26L’affection de François Ier pour ses conseillers favoris successifs repose, en premier lieu, sur des goûts et des idées communes, qui rendent possible une réelle connivence. Si on considère l’ensemble de ces conseillers, on remarque qu’ils sont avant tout des chevaliers amoureux des armes, des chevaux et de la chasse, goûts partagés par le roi. Claude d’Annebault doit sans doute une partie de sa faveur à ses talents cynégétiques. Chasseur réputé, capitaine, après son père, du corps des toiles de chasse du roi — auquel on a recours pour la chasse aux bêtes noires, la plus dangereuse et la plus appréciée par le roi —, il est aussi l’un des fournisseurs de la cour en chiens de race, qu’il élève, comme le faisait son père, dans ses propres domaines34. Claude d’Annebault apprécie également les vols d’oiseaux de proie35. Bon cavalier, à l’instar du roi, il a une réputation de bon connaisseur de chevaux : ainsi, lorsque François Ier va choisir des bêtes à la fête du Lendit à Saint-Denis, il demande à l’amiral de l’accompagner, pour confronter des opinions expertes36. Enfin, sans être, comme Montmorency, un mécène et humaniste notoire, il fait construire un audacieux château37, patronne des écrivains tels que Jean Leblond et peut-être Mellin de Saint-Gelays38, semble parler couramment l’italien39, et sait peut-être tenir une conversation de bibliophile40. Grâce à cette culture, il peut partager les loisirs du roi, qui trouve plaisir à sa compagnie.

  • 41 Bibl. nat. Fr., fr. 7853, fol. 344v.
  • 42 Letters and Papers..., t. XXI, part. I, p. 313.

27Par ailleurs, dans le choix des conseillers favoris de François Ier, on peut voir un effet générationnel : tous sont nés vers 1490, à peine plus âgés ou plus jeunes que le roi. En 1543, le dernier d’entre eux, Claude d’Annebault, est le seul à ne pas avoir appartenu au groupe des compagnons d’enfance du souverain, mais ce vivier est alors épuisé. D’Annebault n’en a pas moins vécu dans l’entourage royal, puisqu’il occupe déjà en 1519 les fonctions d’échanson41 et participe en juin 1520 aux tournois du Camp du Drap d’or42. François Ier aurait peut-être eu quelques réticences à se reposer sur un homme d’une autre génération, qui ne puisse, d’une certaine façon, figurer un alter ego du roi. Ceci a son importance, si on considère qu’à la fin du règne, François Ier entend que l’on traite de la plupart des affaires avec son conseiller favori, comme si on les traitait avec lui-même.

2. Une confiance démonstrative

28La confiance du roi, qui déborde de la sphère politique dans celle de la familiarité, peut être observée et évaluée en permanence dans le quotidien de la cour. Il suffit d’une mésentente supposée ou d’un sujet temporaire de fâcherie entre le souverain et son conseiller favori, pour que les rumeurs d’une prochaine éviction ou d’un revers de fortune soient rapidement colportées, tandis qu’est guetté le transfert de marques de faveur vers des candidats potentiels à la succession. Les correspondances d’ambassadeurs ou d’observateurs à la cour sont ainsi constamment truffées de suppositions plus ou moins hardies, qui ont largement contribué à donner une image d’instabilité permanente de la politique et du Conseil du roi, une image trouble et faussée, car ni François Ier ni Henri II n’ont fréquemment changé de conseiller favori.

  • 43 Par exemple, lors du bal masqué du 4 janvier 1546, François Ier et Claude d’Annebault partagent un (...)
  • 44 Ainsi, pour le carnaval de 1542, François Ier défia ses fils et « le reste des jeunes » de courir d (...)

29La faveur du roi n’est pas seulement visible, elle est même affichée, faisant l’objet d’une véritable mise en scène, ordinaire et extraordinaire, par la multiplication des gestes de familiarité et d’association à la majesté royale. Le roi s’entretient presque tous les jours avec son conseiller favori, sur toutes sortes de sujets, tient avec lui de longs apartés lors de ses apparitions publiques, avec une entente et une amitié publiquement exhibées43. Dans les entrées royales, le conseiller favori apparaît toujours le premier aux côtés du roi ; à l’occasion de pas d’armes et de joutes, il fait souvent partie de la bande du souverain, et si ce dernier n’y participe pas lui-même, alors son conseiller favori est mis en valeur comme le principal personnage sur la lice44.

  • 45 « Insomma tutto il piccolo trayno » (ibid, busta 22, lettre du même au même, Paris, 17 janvier 1546 (...)
  • 46 Fin avril 1545, lorsque la cour arrive à Romorantin, le roi loge dans un petit palais avec la dauph (...)

30Par ailleurs, lorsque le roi, pour échapper aux obligations et sollicitations de la cour, se retire à l’écart en petite compagnie, il se fait généralement accompagner par son conseiller favori. Par exemple, en avril 1545, François Ier s’accorde quelques heures de calme à La Muette, laissant la foule des courtisans à Saint-Germain, pour passer la soirée à la chasse avec le dauphin, la duchesse d’Étampes, l’amiral d’Annebault et deux autres personnes, le cardinal de Ferrare et madame de Massy, qui, sans être proches conseillers du roi, sont au premier rang de ses familiers45. Enfin, lorsque, au gré des déplacements de la cour, on ne trouve demeure assez grande pour recevoir toute la compagnie habituelle du souverain, celui-ci fait étape dans un logis plus modeste avec ses proches de cœur, dont fait normalement partie le conseiller favori46.

  • 47 Robert. J. Knecht, Un prince de la Renaissance : François Ier et son royaume, Paris, 1998, p. 409.
  • 48 L’organisation de la « quarantaine » de garde et d’inhumation de la dépouille du roi défunt, confié (...)
  • 49 F. Nawrocki, L’amiral Claude d’Annebault..., p. 574-592 : rapidement, les réseaux de l’amiral se to (...)

31Tous ces gestes sont chaque jour observés, commentés et analysés par les membres de la cour, car l’absence de ces marques peut être aussi claire qu’une défaveur signifiée. Ainsi, l’humiliation infligée publiquement par le roi au connétable de Montmorency lors des noces de Jeanne d’Albret est une marque de défaveur immédiatement comprise par tous les observateurs47. De même, dès l’avènement de Henri II, les quelques paroles bienveillantes du nouveau souverain envers Claude d’Annebault ne trompent personne bien longtemps, car son attitude froide laisse clairement entendre que la faveur et l’influence politique de l’amiral sont à jamais passées48. C’est un congé muet : l’amiral n’est plus appelé au Conseil, perd son logement voisin de la chambre du roi à Saint-Germain, se voit retirer son office de maréchal, et nombre de ses principaux agents et protégés, tels que son gendre Gabriel de Saluces, Oudart Du Biez, Antoine Polin de La Garde et Jean de Taix, perdent certaines charges et doivent faire face à de graves ennuis49.

  • 50 Arch. di Stato di Modena, Cancellería, Sez. Estero, Carteggio Ambasciatori, Francia, busta 21, Giul (...)
  • 51 Letters and Papers..., t. XX, 2e partie, p. 212-213, n° 493, et Calendar of State Papers, Spanish, (...)

32Les petites démonstrations quotidiennes de faveur jouent donc un rôle essentiel, car elles permettent de conforter la position du conseiller favori, dont dépend son efficacité, en coupant court aux rumeurs génératrices de désordre. Dans les difficultés politiques, il importe particulièrement que le roi en personne renouvelle publiquement sa confiance et le choix de son conseiller favori. Ainsi, après le fiasco du projet de débarquement en Angleterre, en été 1545, et la ruine de la grande flotte commandée par l’amiral, la cour est déstabilisée : des bruits courent sur le prochain remplacement de Claude d’Annebault par un nouveau conseiller favori et les tenants de camps rivaux, fidèles de l’amiral et fidèles du dauphin, s’affrontent verbalement et physiquement50. Pour rétablir la situation, François Ier doit multiplier les démonstrations de faveur envers Claude d’Annebault, après lui avoir affirmé devant témoins qu’il aurait été impossible de mieux se comporter qu’il ne le fit, et précisé que tout ce qui avait été fait pendant la campagne l’avait été « par ses ordres spéciaux », déchargeant ainsi l’amiral que tout le monde blâmait51.

  • 52 L’une des premières occurrences s’en trouve dans ibid., busta 20, lettre de Bartolomeo Sala au duc (...)

33Dans les dernières années du règne de François Ier, la confiance affichée par le roi envers son conseiller favori est telle que nul ne peut douter de la constance de sa faveur. Ainsi, lorsque le roi est malade et marche avec difficulté, il fait ses apparitions publiques en s’appuyant sur l’épaule de l’amiral, tant pour se tenir debout que pour se déplacer. Cette nouvelle habitude52, beau symbole du roi se reposant sur le premier de ses conseillers, est avant tout la preuve d’une grande familiarité et d’une estime réciproque.

3. Un lien mystique

  • 53 Nouvelles lettres de la reine de Navarre, éd. François Génin, Paris, 1842 (Société de l’histoire de (...)

34Une telle proximité d’âme ne peut exister sans un lien très fort et sincère entre le roi et ses favoris. Les démonstrations d’affection du roi, bien qu’assez appuyées et exubérantes, ne sont pas feintes. La mort de Chabot, par exemple, affecte réellement François Ier53.

  • 54 Arch. di Stato di Modena, Cancellería, Sez. Estero, Carteggio Ambasciatori, Francia, busta 24, Giul (...)
  • 55 En novembre 1545, lors de négociations à Bruges, le secrétaire Gilbert Bayart dit aux émissaires de (...)
  • 56 Jean Nagle, La civilisation du coeur : histoire du sentiment politique en France du XIIe au XIXe si (...)

35Claude d’Annebault est lié au roi par des rapports personnels au moins aussi forts. François Ier prétend l’aimer « non comme un serviteur mais comme un bon ami54. On dit même de lui qu’il est « le cœur du roi55 ». Ce lien de cœur est encore sublimé aux funérailles du roi, réglées par d’Annebault sur ordre de Henri II, au cours desquelles le conseiller favori du défunt se réserve l’honneur de porter le coffret contenant le cœur du souverain au prieuré de Haute-Bruyère, près de Rambouillet, jusqu’à la « colonne de cœur » en marbre qui devait permettre son élévation56. Une telle mise en scène revêt une portée symbolique éminente, en associant le conseiller favori à l’organe central et sentimental du corps mystique du roi.

  • 57 Dans une lettre au duc de Guise (Verdun, 3 décembre 1552), Jacques de Saint-André emploie ce terme (...)

36A l’évidence, un tel lien mystique ne peut exister sans une parfaite confiance et une totale entente entre le roi et son favori. Si les autres conditions (rang éminent dans la noblesse, capacités financières, renommée chevaleresque, expérience, connaissance des affaires) sont bien respectées, la désignation d’un « parfait ami57 » tel que Claude d’Annebault, un ami fidèle, qui connaît l’esprit du roi et peut engager sa parole, est une décision royale comprise et approuvée par la noblesse et le peuple de France. Dans ce contexte, le conseiller favori peut être, tant que le roi lui maintient sa confiance, l’acteur principal des décisions royales, intervenant à tous les niveaux, dans la définition d’une politique, dans les préparation, prise et mise en œuvre de la décision.

Notes

1 Nicolas Le Roux, La faveur du roi : mignons et courtisans au temps des derniers Valois (vers 1547-vers 1589), Seyssel, 2001 (Epoques), p. 31 et 39) ; Claude de Seyssel, La Monarchie de France et autres fragments politiques, éd. Jacques Poujol, Paris, 1961 (Bibliothèque elzévirienne. Nouvelle série. Études et documents), t. II, p. 135.

2 Parmi les sources utilisées : Louis de Rioult de Neuville, Généalogie de la famille de Rioult, Besançon, 1911 ; Anselme de Sainte-Marie, Histoire généalogique et chronologique de la maison royale de France, Paris, 1726, t. IX, p. 178 ; René-Frédéric-Norbert Sauvage, L’abbaye de Saint-Martin de Troarn, au diocèse de Bayeux, Caen, 1911 ; Siméon Luce, Chronique du Mont-Saint-Michel (1343-1468), Paris, 1879 ; Arch. nat., JJ 65, JJ 66, JJ 87, P 298, P 266, P 277, P 305 et P 306 ; Arch. dép. Hure, 2 F 2264 ; Bibl. nat. Fr., Pièces orig. 74.

3 Notamment la dévolution des fiefs des lignées éteintes de la mère (Jeucourt-Trousseauville), puis de la grand-mère (Blosset) de Claude d’Annebault ; sur la succession Jeucourt, voir Correspondance de Joachim de Matignon, lieutenant général du roi en Normandie (1516-1548), éd. Léon-Honoré Labande, Monaco, 1914, p. XII-XIV, M. de Castilla, « Notes sur la succession des propriétaires de la seigneurie de Carrouges : Blosset », dans Société historique et archéologique de l’Orne, t. 13, 1903, p. 222-224, et Edmond Meyer, Silly-Annebaut : le testament de Jacques de Silly, Évreux, 1896 (extrait du Bulletin de la Société libre d’agriculture, sciences, arts et belles-lettres du département de l’Eure, p. 15 ; Bibl. nat. Fr., Carrés d’Hozier 28, fol. 20v ; sur la succession Blosset : Gustave Dupont-Ferrier, Gallia regia ou état des officiers royaux des bailliages et des sénéchaussées de 1328 à 1515, Paris, 1954, t. IV, p. 257-258 ; Arch. nat., P 2652, n° 332 ; Arch. dép. Orne, 34 J 3 ; Bibl. nat. Fr., Pièces orig. 373, fol. 63.

4 Paul D. Abbott, Prorinces, Pays and Seigneuries of France, Myrtleford (Australie), 1981, p. 273 ; Amédée Guillotin de Corson, Les Grandes seigneuries de haute Bretagne, Rennes, 1899, t. III, p. 265-309 ; Jean-Joseph d’Expilly, Dictionnaire géographique, historique et politique des Gaules et de la France, t. VI, p. 250 ; Catalogue des actes de François Ier, t. V, Paris, 1892, n° 18888 ; Arch. nat., P 2682, n° 440, et PP 20, n° 3269.

5 Nicolas Le Roux, 1M faveur du roi..p. 21.

6 Mark Greengrass, « Property and Politics in sixteenth-century France: The landed fortune of constable Anne de Montmorency », dans French History, t. 2, 1988, p. 371-398, particulièrement p. 376-377); Stuart Carroll, Noble Power during the French Wars of Religion: the Guise Affinity and the Catholic Cause in Normandy, Cambridge, 1998 (Cambridge Studies in Early Modem History), p. 26.

7 François de Vieilleville, Mémoires de la vie de François de Scépeaux, sire de Vieilleville et comte de Du restai, maréchal de France, Paris, 1836, p. 434-436 ; l’estimation de Vieilleville, bien qu’imprécise, paraît assez crédible à la fin des années 1530, vu l’étendue des domaines de Claude d’Annebault.

8 Arch. di Stato di Modena, Cancellería, Sez. Estero, Carteggio Ambasciatori, Francia, busta 23, Giulio Alvarotti au duc de Ferrare, Moulins, 29 août 1546 ; sur les dépenses de la cour, voir Nicolas Le Roux, La faveur du roi..., p. 301-307.

9 Arch. di Stato di Modena, Cancellería, Sez. Estero, Carteggio Ambasciatori, Francia, busta 16, Carlo Sacrati au duc de Ferrare, Amboise, 10 avril 1541.

10 Voir par exemple Michel François, Le cardinal François de Tournon, Paris, 1951 (Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome), p. 210.

11 Un exemple parmi tant d’autres, la cession à Claude d’Annebault des revenus des ville, château et seigneurie de Compiègne : Catalogue des actes de François t. V, Paris, 1892, n° 15509, Villers-Cotterêts, 22 janvier 1547 n. st. (autre copie Bibl. Institut, coll. Godefroy, ms. 132, fol. 2-6v).

12 Il semble qu’entre les pensions et gages des office cumulés par Claude d’Annebault (de 22 000 à 25 000 livres tournois), les concessions des revenus de seigneuries royales (Guingamp, Dinan, Nantes et Compiègne), les revenus divers liés à l’office d’amiral (tribunaux de l’amirauté, tiers des droits de bris et d’épave, dixième du droit de prises) et des gratifications extraordinaires pouvant se monter à 70 000 livres, la faveur et le service du roi rapportent à Claude d’Annebault entre 80 000 et 120 000 livres par an (de 1544 à 1547), soit entre le double et le triple de ses revenus propres (à titre de comparaison, voir les revenus des prélats d’État dans Cédric Michon, La crosse et le sceptre. Les prélats d’État sous François Ier et Henri VIII, Paris, 2008, p. 254-255 et 259).

13 Pierre de Brantôme, Œuvres complètes, éd. Ludovic Lalanne, Paris, 1864-1882 (Société de l’histoire de France), t. VII, p. 280 ; Martin et Guillaume Du Bellay, Mémoires, éd. Victor-Louis Bourrilly et Fleury Vindry, Paris, 1908-1919, t. III, p. 393-394 ; André Thevet, Les vraispourtraicts et vies des hommes illustres, grecs, latins etpayens, recueilliz de leurs tableaux, livres, médalles antiques et modernes, Paris, 1584, fol. 431v ; Guillaume Paradin, Histoire de nostre temps, Lyon, 1554, p. 333 ; Cronique du roy François, éd. Georges Guiffrey, Paris, 1860, p. 212 ; « Journal d’un assiégeant ; le siège mis devant Thérowane (1537, le 27 juing) », éd. Louis Deschamps de Pas, dans Bulletin de la Société des antiquaires de la Morinie, t. 1, n° 16, 1855, p. 126 ; Louis Bresin, Chroniques de Flandre et d’Artois. Analyse et extraits pour servir à l’histoire de ces provinces de 1482 à 1560, éd. Eugène Mannier, Paris, 1880 ; Le trespas, obseques et enterrement de tres hault, tres puissant et tres magnanime François, par la grace de Dieu roy de France, Paris, 1547, p. 74 ; Letters and Papers, Foreign and Domestic Series, of the Reign of Henry VIIII, preserved in the Public Record Office, the British Museum andelsewhere in England, éd. John Sherren Brewer, James Gairdner, et Robert Henry Brodie, Londres, 1862-1910, t. XII, 2e partie, p. 140, n° 343 ; Correspondance des nonces en France Carpi et Ferrerio (1535-1540) et légations de Carpi et de Farnèse, éd. Jean Lestocquoy, Rome-Paris, 1961 (Acta nuntiaturae Gallicae, 1), p. 288.

14 Victor-Louis Bourrilly, « Les Français en Piémont : Guillaume du Bellay et le maréchal de Montejehan », dans Revue historique, t. 76, 1901, p. 297-328, et id., Guillaume du Bellay, seigneur de Langey, Paris, 1905, p. 258-279 ; Pierpaolo Merlin, « Torino durante l’occupazione francese », dans Storia di Torino, t. 111 : Dalla dominazionefrancese alla ricomposizione dello Stato (1536-1630), dir. Giuseppe Ricuperati, p. 10 et 12 ; Arch. nat., J 993.

15 Pierpaolo Merlin, « Torino... », p. 13-20 ; Parlamento sabaudo : atti de/le assemblee costituzionali italiane da/medio ero al 18 31,parte prima, Patria Cismontana, éd. Armando Talione, t. VII (1525-1560), Bologne, 1933, p. 278-283 ; Arch. storico del Comune di Moncalieri, serie R, parte prima, n° 8, et serie generale, n° 2465, « Capitoli sul prezzo del pane a Moncalieri », 22 juin 1540 ; Arch. di Stato di Torino, Corte, Materie economiche, Dacito di Susa, mazzo 1, lettres patentes de Claude d’Annebault, Turin, 29 janvier 1540 n. st. ; Arch. di Stato di Torino, Camerale, Parlamento francese, Sentenze e Sessioni, art. 613, § 2, fol. 226-228, etc.

16 Correspondance politique de Guillaume Pellicier, ambassadeur de France à Venise, 1540-1542, éd. Alexandre Tausserat-Radel, Paris, 1899, t. I, p. 190-192; Letters and Papers..., t. XV, p. 368, n° 781: « That Hanybaulte who came late from Piedmont is lyke now to be put most in trust with the Frenche king »; Arch. segreto Vaticano, Arch. Arcis I-XVIII, 6530, fol. 325-v; Arch. di Stato di Mantova, Archivio Generale 639, Gian Battista Gambara, Melun, 25 novembre 1540.

17 Arch. di Stato di Venezia, Consiglio dei X, Parti secrete, filza 5, ibid., Consiglio dei X, Parti comuni, filza 26; ibid., Senato, Deliberazioni secreti, registro 60, fol. 80-86v; ibid., Senato secreto, registro 60, fol. 95; Guillaume Ribier, Lettres et mémoires d’État des roys, Paris, 1666, t. I, p. 490; Paolo Paruta, Historia vinetiana..., Venise, 1605, p. 719; Paul Jove, Histoire, trad. D. Sauvage, Paris, 1581, t. II, p. 441 ; Tommasino di Lancellotti, Cronaca modenese, Parme, 1868, t. VI, p. 250-251 et 257 ; L’Aretin, Il serondo libro de le lettere di AI. Pietro Aretino, Paris, 1609, fol. 108v-l11 et fol. 248 et v ; Bibl. nat. Fr., fr. 3914, fol. 10-13v.

18 Arch. Min aff. étr., Mémoires et Documents, Danemark, 9, fol. 63-66, et Correspondance politique, Suppl. 1, fol. 52v ; Bibl. nat. Fr., fr. 15966, fol. 243-245v.

19 Les sources permettant de déterminer la composition du Conseil, par recoupements, sont assez peu nombreuses. Les listes de conseillers dressées avant séances sous FrançoisI er ne revêtaient aucun caractère officiel et n’avaient pas vocation à être conservées. Le fameux « roole de ceulx que le roy veult entrer en son Conseil pour le fait de ses finances », du 20 février 1543 (Francis Decrue de Stoutz, De Consilio regis Francisci I, Paris, 1885 p. 91-92) n’est peut-être qu’un rare rescapé d’un nombre important de documents similaires ; contrairement à l’Angleterre (Acts of the Privy Conncil of England, éd. John Roche Dasent, Londres, 1890-1907, 32 vol. ), nous n’avons pas de sources fiables pour la France avant le règlement du 3 avril 1547 (Arch. nat., KK 625) et le registre des arrêts du 19 avril 1547 au 4 janvier 1554 (Bibl. nat. Fr., fr. 18153, voir Gustave Desjardins, « Le fonds du Conseil d’État de l’Ancien Régime aux Archives nationales », dans Bibliothèque de l’Ecole des chartes, t. 59,1898, p. 5-55, part. p. 35-39). Nous pouvons néanmoins opérer des recoupements entre des témoignages ponctuels et circonstanciels d’ambassadeurs (par exemple Correspondance des nonces en France Dandino, Capodiferro et Cnidiccione (1541-1546), éd. J. Lestocquoy, Rome-Paris, 1963 (Acta nuntiaturae Gallicae, 3), p. 274, Dandino au cardinal Farnèse, Chauny, 21 octobre 1543, ou encore Österreichisches Haus-, Hof-und Staatsarchivs, Frankreich, Varia, Karton 3, fol. 191-195v, Antoine Perrenot de Granvelle à Charles Quint, Amiens, 2 octobre 1544, etc.), des récits contemporains, des mentions de présence au bas des actes, occasionnelles, partielles et respectueuses d’un ordre protocolaire (Arch. nat., K 88, n° 20, mandement du 11 septembre 1546, et registres du parlement de Paris, série X1A).

20 Comme le remarque Philippe Hamon, « il faut insister sur un aspect très concret : le Conseil rassemble les conseillers disponibles sur place » (Philippe Hamon, « Le contrôle des finances royales : un enjeu politique sous François Ier », dans François Ier et Henri VIII. Deux princes de la Renaissance (1515-1547), actes du colloque tenu à Londres du 9 au 11 mai 1991, éd. Charles Giry-Deloison, Villeneuve d’Ascq, 1996 (Histoire et littérature régionales, 13), p. 166).

21 Voir par exemple Cédric Michon, « Les richesses de la faveur à la Renaissance : Jean de Lorraine (1498-1550) et François Ier », dans Revue d’histoire moderne et contemporaine, n° 50-3, 2003, p. 35-61.

22 Letters and Papers..., t. XVII, p. 149, n° 269, William Paget à Henry VIII, Rivière, 24 avril 1542 : le Conseil fut assemblé pour la guerre après le « dîner » avec le roi, le chancelier, l’amiral Chabot, d’Annebault « and three of his generals, as they call them here », sans doute Galiot (artillerie), Brissac (chevau-légers) et son père René de Cossé (gens de pied).

23 Cité présent dans Arch. nat., X1A 8614, fol. 285-296 : édit portant règlement pour les gabelles et salines de Saint-Maur-des-Fossés, de juillet 1544 (Antoine Fontanon, Les edicts et ordonnances des rois de France..., Paris, 1611, t. II, p. 1020 et suiv.), X1A 8615, fol. 305-307, ou Catalogue des actes de François Ier, t. V, Paris, 1892, n° 15470, procuration du dauphin Henri pour lever un emprunt sur Lyon, Compiègne, 29 décembre 1546.

24 Bibl. nat. Fr., fr. 5155, fol. 19 et v, Anne de Montmorency à Guillaume Du Bellay, Châtellerault, 24 mai 1541 ; ibid., fr. 5152, fol. 76, Guillaume Du Bellay à Anne de Montmorency, Turin, 11 février 1541 n. st. ; Arch. di Stato di Modena, Cancellería, Sez. Estero, Carteggio Ambasciatori, Francia, busta 16, lettre de Carlo Sacrati au duc de Ferrare, Amboise, 10 avril 1541 ; Correspondance politique de Guillaume Pellicier..., t. II, p. 492, Pellicier à Claude d’Annebault, Venise, 24 décembre 1541, etc.

25 M. François, le cardinal de Tournon..., p. 193 ; Correspondance des nonces Dandino..., p. 71-73, Capodiferro au cardinal Farnèse, Moulins, 6 août 1541 ; Osterreichisches Haus-, Hof-und Staatsarchivs, Frankreich, Berichte und Weisungen, Karton 10, fol. 12-23, Nicolas de Villey à l’empereur, Paris, 11 février 1542 ; Letters and papers..., t. XVII, p. 73-75, n° 166, William Paget à Henry VIII, Paris, 13 mars 1542 [n. st.] ; Arch. di Stato di Modena, Cancelleria, Sez. Pistero, Carteggio Ambasciatori, Francia, busta 16, lettre de Carlo Sacrati au duc de Ferrare, Paris, 12 février 1541 ; Correspondance de Joachim de Matignon, lieutenant général du roi en Normandie, 1516-1548, éd. Léon-Honoré Labande, Paris-Monaco, 1914, p. 62, lettre CVI, de Livio Crotto, Moulins, 2 août [1541] ; Correspondance du cardinal François de Tournon, 1521-1562, éd. Michel François, Paris, 1946 (Bibliothèque de l’Ecole pratique des hautes études, 290), p. 220, Tournon à Guillaume de La Marck, Les Arpentis, 23 avril [1541] et p. 226, Tournon à Georges d’Armagnac, [Frontignan], 18 octobre 1542.

26 On trouve ce terme dans les écrits contemporains : ainsi, lorsque Odet de Selve fut envoyé comme ambassadeur auprès d’Henry VIII en 1546, pour préparer, entre autres choses, les conditions de la ratification du traité d’Ardres Outre-Manche, ses instructions lui enjoignaient de présenter l’amiral comme le premier des conseillers du roi, « celluy qui est le plus prochain de sa personne et qui a le principal maniement et superintendance de scs affaires » (instructions à Odet de Selve, dans Correspondance politique de Odet de Selve, éd. G. Lefèvrc-Pontalis, Paris, 1888, p. xv) ; cf. aussi Bibl. nat. Fr., Cinq Cents Colbert 365, p. 133-137, lettre de Jean de Morvillier à Claude d’Annebault, Venise, 14 février [1547] (éd. partielle et analyse Gustave Baguenault de Puchesse, Jean de Morvillier, évêque d’Orléans, garde des sceaux de France, Paris, 1870, appendices, p. 385-386) : « par son jugement et son élection vous a prefféré a la superintendance de ses affaires, en l’administration desquels vous vous estes si dignement comporté ».

27 L’implication croissante, à cette époque, de Claude d’Annebault dans les affaires est analysée dans François Nawrocki, L’amiral Claude d’Annebault (vers 1495-1552), faveur du roi et gouvernement du royaume au milieu du XVIe siècle, thèse de l’Ecole nationale des chartes, inédite, 2002, p. 229-241.

28 Arch. di Stato di Modena, Cancelleria, Sez. Estero, Carteggio Ambasciatori, Francia, busta 24, Giulio Alvarotd au duc de Ferrare, Paris, 26 mars 1547.

29 David Potter, « Politics and faction at the court of Francis I : the duchesse d’Étampes, Montmorency and the dauphin Henri », dans Trench History, t. 21, n° 2, 2007, p. 127-146 ; Gunner Lind, « Grands et petits amis : clientélisme et élites du pouvoir », dans Wolfgang Reinhard (dir.), Les élites du pouvoir et la construction de l’État en Europe (XIIIe-XVIIIe siècles), Paris, 1996 (Les origines de l’État moderne en Europe, XIIIe-XVIIIe siècles), p. 163-201, part. p. 188 ; Sharon Kettering, Patrons, Brokers, and Clients in the Seventeenth Century Frame, Oxford, 1986.

30 Quelques exemples dans F. Nawrocki, L’amiral Claude d’Annebault..., p. 206-208.

31 L’expression est régulièrement employée, par exemple par l’ambassadeur du duc de Ferrare, Giulio Alvarotti (Arch. di Stato di Modena, Cancellería, Sez. Estero, Carteggio Ambasciatori, Francia, busta 22, Alvarotti au duc de Ferrare, Melun, 5 mai 1546) ; voir également Österreichisches Haus-, Hof-und Staatsarchiv, Frankreich, Berichte und Weisungen, Karton 10, Konv. « Berichte aus Paris 1543 », fol. 12-16v, lettre anonyme à Marie de Hongrie, [frontière nord de la France], 28 octobre 1543 : « la maison du daulphin, qu’est tout connestabliste ».

32 Le seul moment où le statut des conseillers et, en premier chef, du conseiller favori Claude d’Annebault, semble réellement remis en cause, est une période de tensions, culminant d’avril à juillet 1545, entre les conseillers et la duchesse d’Étampes, qui s’efforce de les remplacer par Nicolas de Longueval et le cardinal Du Bellay (M. François, le cardinal de Tournon..., p. 208 et D. Potter, « Politics and faction... », p. 143-146).

33 Sur cette politique anti-impériale de la fin du règne, voir F. Nawrocki, L’amiral Claude d’Annebault..., p. 525-540 ; sur la crédulité initiale des agents impériaux, puis leurs doutes croissants, voir M. François, Le cardinal de Tournon..., p. 225-226 ; Charles Terrasse, François Ier, le roi et le règne, Paris, 1945-1970, t. III, p. 266, François Ier à Ménage, Compiègne, 22 décembre [1546] ; Osterreichisches Haus-, Hof-und Staatsarchivs, Frankreich, Varia, Karton 3, Konv. 11, fol. 82-83v, Saint-Maurice à Monsieur de Luxeuil, Longvic, 3 octobre [1546] ; Arch. nat., K 1486, Jean de Saint-Maurice à Charles Quint, s.l., [novembre 1546] ; ibid., Saint-Maurice à Francisco de Los Covos, Folembray, 6 décembre 1546, etc.

34 Jacques du Fouilloux, La vénerie... Plusieurs receptes pour guerir les chiens de diverses maladies, Poitiers, 1561, chap. III, fol. 14 ; François Remigereau, « Ronsard sur les brisées de Du Fouilloux », dans Revue du seizième siècle, t. 19, 1932-1933, p. 47-95, part. p. 83 ; Bibl. nat. Fr., fr. 20468, fol. 271, Jean d’Annebault à Claude de Guise, Vernon, 28 juin [1522] ; Arch. di Stato di Mantova, A. Ci. 638 (Carteggio d’inviati e diversi), Fabrizio Bobba au duc de Mantoue, Paris, 26 juin 1539 ; d’Annebault donna notamment au roi un chien Miraut, de la race des chiens fauves de Bretagne, pour renforcer la race royale : la lignée fut ensuite croisée avec un chien blanc d’Ecosse sous Henri II, pour obtenir la race de « vrays chiens du roy » de Charles IX, hauts comme des lévriers et la tête belle comme les braques (Philippe Salvadori, La chasse sous l’Ancien Régime, Paris, 1996, p. 94) ; voir également F. Meyer, Silly-Annebaut..., p. 1.

35 Letters and Papers..., t. XXI, part. I, p. 412-413, n° 837, John Lisie à William Petre, Guînes, 15 mai 1546.

36 Arch. di Stato di Mantova, Archivio Generale 640, Tommaso Sandrini au régent de Mantoue, Paris, 16 juin 1546 ; il existe par ailleurs de nombreuses mentions de dons, dans les deux sens, de chevaux entre Claude d’Annebault et des princes ou des courtisans (par exemple ibid., Archivio Generale 2939, registre du 14 septembre 1539 au 23 mars 1540, fol. 131v, Frédéric II, duc de Mantoue, à Claude d’Annebault, Mantoue, 13 mars 1540).

37 Arch. nat., N III Eure 56 : plan du château d’Annebault ; E. Meyer, Silly-Annebaut..., p. 14-15. M. Charpillon, Dictionnaire historique de toutes les communes de l’Eure, Les Andelys, 1868, p. 139 ; Delphine Philippe-Lemaître, « Notice sur Appeville, dit Annebault, extrait des Recherches historiques et monumentales sur le églises de l’arrondissement de Pont-Audemer », dans Bulletin Monumental, Paris, t. 20, 1854, p. 257-288.

38 Henry Guy, Histoire de la poésie française au XVIe siècle, Paris, 1926, t. II, p. 262 et suiv. ; Henry-Joseph Molinier, Mellin de Saint-Gelays (1490 ?-1558), Toulouse, 1910, p. 141 ; Jean Le Blond, Livre de police humaine, contenant briefve description de plusieurs choses dignes de mémoire, si comme du gouvernement d’un royaume, et de tonte administration de la Republique [...] par maistre Gilles d’Aurigny ; advocat en la court de parlement, et nouvellement traduict de latin en français par maistre Jehan Le Blond, curé de Branville, et dédié a hault et puissant seigneur Messire Claude d’Annebault admirai et mareschal de France et lieutenant general au gouvernement du pays de Normandie soubz Monseigneur le daulphin, Paris, 1546 [première éd. 1544].

39 Arch. di Stato di Modena, Cancellería, Sez. Estero, Carteggio Ambasciatori, Francia, busta 20, Bartolomeo Sala au duc de Ferrare, Melun, 10 janvier 1545.

40 C. Terrasse, François Ier..., t. III, p. 151 ; Letters and Papers..., t. XXI, part. I, n° 1405, et State Papers of Henry VIII..., t. XI, p. 261-263, John Lisle et Cuthbert Tunstall à Henry VIII, Corbeil, 3 août 1546.

41 Bibl. nat. Fr., fr. 7853, fol. 344v.

42 Letters and Papers..., t. XXI, part. I, p. 313.

43 Par exemple, lors du bal masqué du 4 janvier 1546, François Ier et Claude d’Annebault partagent un long moment la tête du bal, et finalement partent bras dessus, bras dessous, pour aller uriner contre le mur à l’autre bout de la salle (Arch. di Stato di Modena, Cancellería, Sez. Estero, Carteggio Ambasciatori, Francia, busta 22, Giulio Alvarotti au duc de Ferrare, Paris, 4 janvier 1546).

44 Ainsi, pour le carnaval de 1542, François Ier défia ses fils et « le reste des jeunes » de courir des lances contre lui, le comte de Saint-Pol, Claude d’Annebault et Jean de Canaples (Arch. di Stato di Modena, Cancellería, Sez. Estero, Carteggio Ambasciatori, Francia, busta 17, Lodovico Thiene au duc de Ferrare, Paris, 6 février 1542) ; de même, lors des pas d’armes et joutes de la mi-juillet 1546, réglés par les soins de d’Annebault, celui-ci entra dans l’enclos en compagnie de ses amis Claude de Guise, Charles de Brissac et Jean de Taix, tous vêtus à l’identique, ainsi que leurs chevaux, sinon que les panaches des chevaux et les plumes des bérets étaient entièrement blancs, tandis que ceux de l’amiral étaient blancs avec des rehauts d’incarnat (ibid, busta 23, Giulio Alvarotti au duc de Ferrare, Fontainebleau, 16 juillet 1546).

45 « Insomma tutto il piccolo trayno » (ibid, busta 22, lettre du même au même, Paris, 17 janvier 1546).

46 Fin avril 1545, lorsque la cour arrive à Romorantin, le roi loge dans un petit palais avec la dauphine Catherine de Médicis, Madame Marguerite, Anne d’Étampes, la comtesse de Vertus et l’amiral, tandis que la reine Eléonore et la reine de Navarre logent dans une autre maison (ibid., busta 21, lettre du même au même, Chinon, 22 avril 1545).

47 Robert. J. Knecht, Un prince de la Renaissance : François Ier et son royaume, Paris, 1998, p. 409.

48 L’organisation de la « quarantaine » de garde et d’inhumation de la dépouille du roi défunt, confiée à d’Annebault et à Tournon, les met à l’écart du gouvernement, au moment où la nouvelle équipe s’installe au pouvoir (Bibl. nat. Fr., italien 1716, p. 98, dépêche du 3 avril 1547 ; F. Decrue de Stoutz, Anne de Montmorency, connétable et pair de France sons les rois Henri II, François II et Charles IX, Paris, 1885, p. 45 ; Ralph H. Giesey, Le roi ne meurt jamais. Les obsèques royales dans la France de la Renaissance, Paris, 1987 (Nouvelle Bibliothèque scientifique, 137), p. 248 ; Etienne Pasquier, Lettres historiques pour les années 1556-1594, éd. Dorothy Thickett, Genève, 1966 (Textes littéraires français, 123), livre IV, lettre m, p. 35) ; sur les entretiens avec Henri II, voir notamment Bibl. nat. Fr., fr. 20548, fol. 112, Claude d’Annebault à François de Guise, duc d’Aumale, Saint-Cloud, 13 avril [1547], Bibl. nat. Fr., fr. 6616, fol. 124-125, Bochetel à L’Aubespine, 4 avril 1547, Bibl. nat. Fr., italien 1716, fol. 110, dépêche de Giustiniani, Paris, 18 avril 1547, Arch. di Stato di Modena, Cancellería, Sez. Estero, Carteggio Ambasciatori, Francia, busta 24, Giulio Alvarotti au duc de Ferrare, Paris, 20 avril 1547, Arch. segreto Vaticano, Segr. Stato, Francia 2, fol. 220-225v, Dandino au cardinal Farnèse, Saint-Germain, 15 avril 1547, etc.

49 F. Nawrocki, L’amiral Claude d’Annebault..., p. 574-592 : rapidement, les réseaux de l’amiral se tournent donc vers les nouveaux favoris, à l’instigation de l’amiral même, qui sollicite pour les siens la protection de Montmorency (qui le lui refuse), puis celle des Guise ; sur la redistribution des logis de Saint-Germain, voir les travaux de Monique Chatenet, « Une demeure royale au milieu du XVIe siècle. La distribution des espaces au château de Saint-Germain-en-Laye », dans Revue de l’art, n° 81,1988, p. 20-30, et La cour de France au XVIe siècle : vie sociale et architecture, Paris, 2002, p. 67-69 et p. 76.

50 Arch. di Stato di Modena, Cancellería, Sez. Estero, Carteggio Ambasciatori, Francia, busta 21, Giulio Alvarotti au duc de Ferrare, Dieppe, 14 et 20 août 1545 ; [Pietro Strozzi], « Relation du combat naval entre les François et les Anglois en l’année 1545, le jour de Nostre-Dame d’aoust (Sénarpont, 27 août) », éd. M. Chambois, dans Bulletin historique et philologique du Comité des travaux historiques, 1891, p. 325-329.

51 Letters and Papers..., t. XX, 2e partie, p. 212-213, n° 493, et Calendar of State Papers, Spanish, éd. Gustav Adolph Bergenroth, Pascual Gayangos y Arce et Martin Andrew Sharp Hume, Londres, 1862-1895, t. VIII, n° 143, Jean de Saint-Maurice au roi Ferdinand, [début septembre 1545]; Arch. di Stato di Modena, Cancellería, Sez. Estero, Carteggio Ambasciatori, Francia, busta 21, Giulio Alvarotti au duc de Ferrare, Dieppe, 20 août 1545.

52 L’une des premières occurrences s’en trouve dans ibid., busta 20, lettre de Bartolomeo Sala au duc de Ferrare, Melun, 10 janvier 1545 : « Ancho perché Sua Mt à si risentiva con pocheto de una gamba, por la quale cagiona principalmente Essa si appogio su la spalla di monsr almiraglio. »

53 Nouvelles lettres de la reine de Navarre, éd. François Génin, Paris, 1842 (Société de l’histoire de France), p. 190-192, lettre exil, au roi, octobre 1541, p. 224 ; voir aussi D. Potter, « Politics and faction... », p. 143 : en avril 1543, alors que Chabot, alité à Paris, paraissait à la dernière extrémité, le roi le visita et lui montra « grant caresse » et « signe d’amour ».

54 Arch. di Stato di Modena, Cancellería, Sez. Estero, Carteggio Ambasciatori, Francia, busta 24, Giulio Alvarotti au duc de Ferrare, Paris, 3 avril 1547.

55 En novembre 1545, lors de négociations à Bruges, le secrétaire Gilbert Bayart dit aux émissaires de l’empereur que d’Annebault est « Madame d’Étampes’breast » et « King’s breast » (Letters and Papers..., t. XX, 2e partie, p. 376-378, n° 788, lettre de Stephen Gardiner à William Paget, Bruges, 13 novembre 1545).

56 Jean Nagle, La civilisation du coeur : histoire du sentiment politique en France du XIIe au XIXe siècle, Paris, 1998, p. 78-84 et 88 ; R. E. Giesey, Le roi ne meurt jamais..., p. 15 ; C. Terrasse, François Ier..., t. III, p. 239 ; Adolphe de Dion, « L’urne funéraire du coeur de François Ier », dans Bulletin monumental, 1877, p. 192-194 ; Bibl. nat. Fr., fr. 20158, fol. 79v; Bibl. Sénat, ms. 473, fol. 53v; Arch. nat., U 152, avril 1547 n. st.

57 Dans une lettre au duc de Guise (Verdun, 3 décembre 1552), Jacques de Saint-André emploie ce terme pour parler de Claude d’Annebault, mort le mois précédent au siège de La Fère (Mémoires-journaux du duc de Cuise, éd. Michaud et Poujoulat, dans Mémoires pour servir à l’histoire de France, t. VI, p. 136, et Lucien Romier, La carrière d’un favori : Jacques d’Albon de Saint-André, Paris, 1909, p. 87).

© Publications de l’École nationale des chartes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site