Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Prise de décision en France (1525-1559)

 | 
Roseline Claerr
, 
Olivier Poncet

Première partie. Les acteurs de la décision

Conseils, conseillers et prise de décision sous François Ier

Cédric Michon

Résumé

Cet article analyse le processus de prise de décision au sein du conseil dans la France du premier XVIe siècle. Il s’efforce de souligner combien ce processus ne se prête pas à des schématisations rigides. Fruit du dialogue entre des individus d’origines fort diverses, la prise de décision relève d’un mélange d’autorité monarchique, de compétence technique et de faveur royale. La spécificité de la période réside peut-être dans la nécessaire combinaison de ces différents aspects, le spécialiste n’étant rien sans la faveur et le favori ne pouvant pas grand-chose sans relais politique et administratif.

Texte intégral

1La prise de décision royale peut être examinée sous des aspects multiples. Elle peut être abordée sous l’angle de l’étude de cas, celui, par exemple, des présidiaux, ou celui de la libération des enfants de France, sous l’angle des supports de la décision, tels que la lettre ou les actes, voire sous l’angle des institutions et individus qui interviennent soit dans la décision même, soit dans le processus de décision, à l’instar du parlement de Paris ou des conseillers.

2Le propos qui suit, limité au règne de François Ier, est centré sur un lieu essentiel de la prise de décision, le Conseil du roi. Dans la mesure où les décisions qui y sont prises varient en fonction de la personnalité, de l’origine socio-culturelle ou des compétences des conseillers, il importe de connaître la composition de cet organe du pouvoir pour qui veut étudier le processus de décision dans l’entourage du roi. On verra combien il est difficile de cerner cette composition.

3Il convient également d’analyser les rapports entre les conseillers. A-t-on affaire à des individus qui travaillent ensemble ou à des personnalités en concurrence qui peuvent aller jusqu’à entrer en conflit ? A-t-on affaire à des prises de décision collectives ou à la concentration de la décision entre les mains de quelques-uns, voire d’un seul ? Autrement dit, a-t-on affaire, à cette époque, à un gouvernement par conseil, à un gouvernement par ministre ou à un gouvernement personnel ? Il va sans dire que les situations ne sont pas figées, que l’on passe régulièrement de l’une à l’autre, et que le « moment » Duprat ou le « moment » Montmorency diffèrent du « moment » Chabot ou du « moment » Annebault-Tournon.

4Par ailleurs, ne doit pas être perdue de vue la notion de « conseil », entendu non comme une institution mais comme l’attitude de celui qui conseille en proposant une analyse des problèmes, pour voir quelle est la meilleure décision à prendre. Il y a des spécialistes de telle ou telle question convoqués pour analyser les situations. Quel est le rôle de ces spécialistes dans la décision finale ? Dans quelle proportion le gouvernement royal est-il dépendant de ses experts financiers, administratifs ou diplomatiques ?

5L’attitude du roi doit être également examinée. Quel rôle joue-t-il au sein de son Conseil, où les décisions sont prises sinon par lui, du moins en son nom ?

6Dans le prolongement de ces réflexions, il importe de souligner que la prise de décision a une valeur positive. On prend la décision de faire quelque chose. Mais la prise de décision a également son corollaire inversé, celui de l’opposition à la décision. Quid, dans cette perspective de la résistance au roi par ses conseillers ? Que sait-on de leur résistance à telle ou telle décision ? Quelles en sont les conséquences éventuelles ? Combien de carrières brisées, interrompues ou, au moins, freinées ? À cet égard, une étude sur les relations entre décision et disgrâce mériterait d’être menée, qu’il s’agisse d’une décision assumée qui n’aurait pas porté ces fruits (Montmorency et l’alliance avec l’empereur, qui lui coûte la confiance du roi, sa place à la cour et la direction du Conseil) ou d’une résistance à la volonté royale (Pomponne de Bellièvre et la Paulette, quelques décennies plus tard).

7La question du rôle exact des conseillers dans le processus de décision renvoie d’ailleurs, par certains aspects, à la distinction entre ce qui relève de la politique et ce qui relève de l’administration. Obligation est faite aux agents administratifs ou aux techniciens de donner leur avis de spécialiste et aux politiques de prendre la décision à partir des informations des techniciens, quitte à remettre en cause les conseils ou les recommandations des spécialistes.

8L’argument qui suit est organisé en cinq temps. Tout d’abord, seront présentés les principaux acteurs de la décision sous le règne de François Ier, c’est-à-dire ceux qui interviennent au cœur de l’instance de décision par excellence : le Conseil du roi. Le poids des uns et des autres dans le processus de décision sera ensuite évalué, en deux parties, sachant que, dans la mesure du possible, la fonction de conseil sera distinguée du processus de décision. Enfin seront analysées les limites de l’influence politique de ceux dont on pourrait penser qu’ils jouent un rôle essentiel dans les décisions royales : les favoris et les maîtresses.

I. — LES CONSEILLERS DE FRANÇOIS Ier

9Si le fonctionnement des conseils de François Ier est assez bien connu, en revanche il existe très peu d’analyses de sa composition, en raison de la pénurie des sources. On ne dispose par exemple d’aucune série des actes du conseil. Ceux-ci ne nous sont donc parfois connus que sous la forme de copies incomplètes, d’extraits ou de mentions, si bien que les noms des personnages présents à leur jussio ne nous sont pas toujours parvenus. Et quand bien même des conseillers sont cités sur certains actes, ceux-ci, la plupart du temps, ne comportent que les signatures du roi et de l’un de ses secrétaires.

  • 1 Robert Knecht distingue six catégories de conseillers : les princes du sang, les princes étrangers (...)
  • 2 Lettres du roy Louys XII et du cardinal Geroges d’Amboise (...), 4 vol. , Bruxelles, 1712, t. I, p (...)
  • 3 LP, t. 15, n° 574.
  • 4 Arch. di Stato di Mantova, A.G. 638, Gian Battista Gambara [ambassadeur du duc de Mantoue] au duc, (...)
  • 5 Voir à ce sujet les p. 452-459 (« La hiérarchie des conseillers » et « le superintendant des affai (...)

10Une autre difficulté réside dans le caractère protéiforme des conseils de François Ier, éclatés entre des activités administratives, judiciaires et politiques. L’organisation du Conseil est, en effet, assez libre. À un Conseil élargi, qui peut comprendre plusieurs dizaines de conseillers, se substitue souvent un Conseil qui ne comprend que quelques conseillers. On se contentera ici de proposer une esquisse de la composition du Conseil étroit1. Il importe toutefois de prendre garde à ne pas systématiser une réalité qui ne s’y prête guère. Souvent, les conseils du roi se limitent à quelques hommes autour d’un principal ministre. Quelques jours après la mort de Georges d’Amboise à Lyon, le 25 mai 1510, lors d’un déplacement de la cour, les diplomates étrangers en France avertissent leurs gouvernements que la succession du cardinal sera assumée par un Conseil de quatre membres, constitué du trésorier Florimond Robertet, de l’évêque de Paris, Etienne Poncher, du sire du Bouchage (Imbert de Batarnay) et du bailli d’Amiens, Raoul de Lannoy2. Vingt-cinq ans plus tard, le Vénitien Giustiniano affirme que les principaux conseillers étaient le cardinal-chancelier Duprat, Guillaume Poyet, président au parlement de Paris, et Matthieu de Longuejoue, évêque de Soissons3. Le 20 juin 1539, l’ambassadeur du duc de Mantoue est appelé au Conseil du roi où siègent, en dehors du connétable et du roi, le chancelier et les cardinaux de Bourbon, de Tournon, Du Bellay et de Mâcon, ainsi que l’évêque de Soissons4. À la fin du règne, enfin, on compte quatre conseillers de premier plan. Par ordre d’importance, il s’agit de l’amiral d’Annebault, des cardinaux de Tournon, de Lorraine et enfin d’Este5.

  • 6 Bibl. nat. Fr., fr. 3005, fol. 109, « Roolle de ceulx que le roy veult entrer en son conseil pour (...)

11En dehors de ces sondages, on ne possède pas de liste exhaustive des membres du Conseil de François Ier pour l’ensemble du règne. Il existe quelques rares listes, à l’instar de celle de février 1543, qui comporte dix-huit noms6. On en est donc réduit à effectuer des calculs à partir des traces laissées par l’enregistrement des actes royaux au parlement de Paris.

  • 7 Aurait-on même des informations pour 543 sessions réparties sur vingt-trois ans, c’est-à-dire plus (...)

12Ainsi, la série de cotes X1A 8611-X1A 8616 des Archives nationales conserve la trace de 543 sessions du Conseil du roi, tenues entre le 3 novembre 1523 et le 12 mars 1546. Sur 406 de ces 543 sessions, seule la mention « Par le roi en son conseil » apparaît. Et de fait, il n’y a d’informations sur la composition du Conseil que pour 137 sessions7. En partant du principe que le Conseil du roi se réunissait chaque jour, les registres X1A 8611-X1A 8616, mentionnent un peu moins de 7 % des séances, et, si l’on retient seulement celles pour lesquelles ils fournissent les noms de quelques conseillers, on tombe à un peu moins de 2 % des séances. Il est donc inutile de masquer la dimension de sondage des chiffres qui suivent.

  • 8 Les éléments sont les suivants : amiral Chabot (26 mentions), cardinal de Tournon (24 mentions), l (...)

13Quoi qu’il en soit, un dépouillement systématique fournit 44 noms. Les plus fréquents, cités entre 3 et 26 fois sont au nombre de 258. Parmi eux, on trouve onze courtisans (soit 44 %) : Chabot, Montmorency, Annebault, le dauphin, le duc d’Orléans, le duc de Vendôme, le comte de Saint-Pol, Galiot de Genouillac, le comte de Villars, René de Savoie et le roi de Navarre. On trouve également 7 prélats d’État (soit 28 %) : Tournon, Lorraine, Du Bellay, Ferrare, Bourbon, Gramont et Mâcon. Enfin, on compte sept juristes ou financiers (soit 28 %) : Antoine Duprat, Jean Breton, Gilbert Bayard, Guillaume Poyet, François Errault, Matthieu de Longuejoue et François Olivier.

14Quelle est l’influence respective de ces conseillers ? Indiscutablement, ces hommes n’ont pas le même poids dans la prise de décision.

II. — CONSEILLERS ET DÉCISION

1. La domination de certains : un couple inégal, le connétable de Montmorency et le cardinal de Lorraine

  • 9 De la même façon que dans le duo Claude d’Annebault-François de Tournon, c’est l’amiral qui a la p (...)
  • 10 Calendar of State Papers [cité CSPSP] 1538-1542, p. 203. Déjà, en juillet 1537, en l’absence du gr (...)

15Jean de Lorraine est, avec Montmorency, à partir de 1536, l’homme qui compte. L’association de ces deux personnages maintient toutefois une hiérarchie claire : Montmorency dirige le duo9. À la fin de l’année 1539, alors que l’empereur est en route pour Paris, François Ier, malade, ne peut aller à sa rencontre. Il envoie alors Anne de Montmorency et ses deux fils. Le connétable quitte la cour début novembre, laissant « derrière lui le cardinal de Lorraine, pour le remplacer temporairement dans ses fonctions auprès du roi »10. Toutefois, Montmorency entend conserver intactes ses prérogatives. Il précise à l’ambassadeur de l’empereur que, durant son voyage, aucune tentative ne doit être faite pour traiter d’un point de la paix à venir.

2. Un gouvernement par conseil ?

  • 11 Cité par Charles-Joseph de Mayer, Des états généraux et autres assemblées nationales, Paris-La Hay (...)

16Deux ans plus tard, au moment de la disgrâce du connétable, il semble que l’on assiste à une configuration originale. En effet, François Ier tente d’établir un gouvernement collégial qui ne soit plus entre les mains d’un ministre tout puissant. Mais cette tentative est un échec. Catherine de Médicis rapporte comment, à la suite de cette décision, le roi arriva un jour au Conseil et que, constatant qu’aucune affaire n’avait été préparée, il s’en prit violemment à Claude d’Annebault et au cardinal de Lorraine11.

3. La domination de quelques-uns sur certains domaines

  • 12 Philippe Hamon, L’argent du roi : les finances sons François Ier, Paris, 1994 (Études générales), (...)

17La question de la prise de décision se pose également de manière spécifique dans certains domaines techniques. Ainsi en matière de finances, secteur particulièrement complexe. Dans ce secteur gouvernemental, la fidélité des hommes et leur intelligence politique peuvent buter sur une faiblesse toute simple, l’incompétence ; la difficulté qu’il y a à équilibrer un « budget », à faire concorder l’argent qui sort et l’argent qui entre. Les travaux de Philippe Hamon ont montré que l’on assiste, dans le second quart du XVIe siècle, à une redistribution des cartes entre les deux pratiques du contrôle et de la délégation, autrement dit à une reprise en main des finances par le Conseil du roi et quelques proches. La question de la compétence financière du Conseil pose d’ailleurs problème. De nombreux témoignages soulignent combien, sur le fait des finances, le roi et Montmorency, même au faîte de sa puissance, se reposent sur le chancelier Antoine Du Bourg12. D’autres témoignages dénoncent l’incohérence des décisions en matière de finances. Ainsi, les sources conservent la trace d’une colère du cardinal François de Tournon. Le Conseil l’a assigné sur le Languedoc pour payer les troupes de Piémont. Or le système des quartiers empêche qu’il n’en reçoive « ung quatrin » avant la fin de janvier. D’où sa colère :

  • 13 Bibl. nat. Fr., fr. 5125, fol. 171 v-172 (cité par P. Hamon, L’argent dit roi..., p. 416).

Se monsieur le chancelier ou le général de Normandie (Guillaume Preudhomme, trésorier de l’Epargne] y eussent esté quant la despeche m’a esté faicte, ils eussent bien sçeu remonstré ce que je diz cy dessus estre véritable, comme ceulx qui ont la charge et l’intelligence des finances13.

18L’accusation à l’encontre des autres conseillers sur leur incompétence en matière de finance est très claire. Dans une lettre au chancelier Du Bourg, il semble d’ailleurs remettre également en cause la compétence du chancelier, puisqu’il lui écrit :

  • 14 Ibid., fol. 173 (cité par P. Hamon, L’argent du roi..., p. 416).

Demandez a ceulx qui manyent les finances, et vous trouverez que je ne sçaurois recevoir ung denier, ny des restes du quartier passé ne de ce qui peult escheoir au commencement d’icellui qui vient, que à la fin du moys de janvier prochain [...] ; vous trouvez tout ce que j’escriptz le meilleur du monde [...] mais vous ne m’envoiez pas de quoy payer [les troupes]14.

  • 15 P. Hamon, L’argent du roi..., p. 417.
  • 16 Ibid., p. 163-166

19Les affaires d’argent sont donc difficiles à comprendre pour qui n’est pas spécialiste. On ne saurait donc sous estimer l’influence en ces matières des « secrétaires des finances, à la fois de par leur fonction, proches du Conseil, et, de par leur profil, informés des réalités financières »15. Il semble d’ailleurs établi que, par la suite, François de Tournon prend assez largement le contrôle des finances au Conseil16.

20Toutefois, même si les finances sont un cas archétypal, toutes les questions d’État, techniques, supposent, pour être traitées correctement, une connaissance précise des dossiers. On pourrait donc évoquer aussi les questions diplomatiques, ou, en ces temps de tensions confessionnelles, les questions religieuses, qui, d’ailleurs, rejoignent partiellement les questions diplomatiques. Là encore, qui prend la décision ?

III. — LE CONSEILLER QUI CONSEILLE MAIS QUI NE DÉCIDE PAS

1. Le roi maître du jeu : l’exemple de Henry VIII

21Un témoignage touchant Henry VIII est particulièrement intéressant. Dans une lettre au réformateur Capiton, de juillet 1537, l’archevêque de Canterbury, Thomas Cranmer rapporte :

  • 17 Lettre citée (dans une traduction anglaise) par Diarmaid MacCulloch, Thomas Cranmer : a Life, New (...)

Le roi est le plus rigoureux et le plus vigilant dans toutes les affaires et a coutume de remettre les livres de cette espèce [livre envoyé par Capiton à Henry VIII] [...] à l’un de ses intimes afin qu’il le lise et qu’il lui donne son avis. Il le communique ensuite à quelqu’un d’autre totalement opposé au parti précédent dans sa manière de penser. Ainsi, une fois seulement qu’il a obtenu leur avis et qu’il l’a suffisamment pondéré [...] il fait part de sa décision’17.

  • 18 Sur l’implication de Tunstall dans ces négociations, voir Rory McEntegart, Henry VIII, the League (...)
  • 19 Ceci est valable pour Foxe, bien entendu, mais également pour Robert Barnes, Thomas Paynell ou Chr (...)

22D’ailleurs, dans le cadre des négociations de 1538 avec l’ambassade envoyée par la Ligue de Smalkalde, Henry VIII prend le soin de se faire conseiller par Cuthbert Tunstall, l’évêque conservateur de Durham. Dans cette affaire, la détermination du roi d’Angleterre à disposer des conseils d’un prélat non acquis à la cause protestante est attestée par le fait qu’il n’hésite pas à faire revenir à cette occasion Tunstall des marches écossaises, où il occupait les fonctions de président du Conseil du Nord18. Henry VIII se libère ainsi de sa dépendance à l’égard des clercs trop favorables aux idées réformées19.

2. Le roi maître du jeu : l’exemple de François Ier

23Le cas de François Ier est moins clair que celui de Henry VIII. Toutefois de nombreux témoignages de la décision du roi, décision claire et non discutée, subsistent. Ainsi, dans un passage très connu, Marino Cavalli affirme que :

  • 20 Relations des ambassadeurs vénitiens sur tes affaires de France an XVIe siècle, éd. Niccolò Tommas (...)

Pour ce qui est des grandes affaires de l’État [...] Sa Majesté [...] veut que les autres obéissent à sa volonté. Dans ce cas-là, il n’est personne à la cour, quelque autorité qu’il possède, qui ose en remontrer à Sa Majesté20.

  • 21 P. Hamon, L’argent du roi..., p. 401.
  • 22 Biaise de Monluc, Commentaires, Paris, Gallimard, 1964, p. 142-147

24Philippe Hamon donne quelques autres exemples qui vont dans ce sens : « Quand le roi a une position fermement arrêtée, le silence se fait. Son choix s’impose pour la campagne pour l’Empire : aucune voix discordante ne se fait alors entendre. Tout au plus est-il question de mener différemment la même politique. Quand en septembre 1543, le Conseil est d’avis d’évacuer Luxembourg après en avoir rasé les fortifications, François Ier, ‘quelque persuasion qu’on luy feist, demeur[e] en son opinion de garder ceste ville’, et se préoccupe d’assurer le financement de l’approvisionnement de la place. Pour autoriser la bataille à la veille de Cérisoles, l’année suivante, le roi décide de nouveau contre l’avis du Conseil »21. La relation que fait Biaise de Montluc de cette entrevue avec le Conseil, dans laquelle il souligne qu’il cherche à convaincre le roi beaucoup plus que le Conseil, souligne combien, sur les affaires importantes, c’est le roi qui compte22.

3. Le roi maître du jeu : l’exemple de François Ier et de la diplomatie à l’égard des princes protestants

  • 23 Michel François, Le cardinat François de Tournon, homme d’Etat, diplomate, mécène et humaniste, Pa (...)

25Un autre moyen pour le roi de ne pas subir le joug d’un théologien trop indépendant est de se servir, en parallèle, de concurrents dont les objectifs sont opposés ou différents. La grande question de la diplomatie française de la décennie 1540 est celle de son positionnement entre l’Angleterre et l’Empire et celle de son attitude à l’égard des princes protestants allemands. Dans cette perspective, François Ier choisit de mettre en concurrence deux politiques d’alliance avec les princes allemands : l’une, a-confessionnelle, est préconisée par le cardinal François de Tournon, qui veut, avant tout, contrarier les intérêts de l’empereur en Allemagne ; l’autre, politico-religieuse, vise le même objectif mais encourage en même temps le dialogue religieux. Elle s’appuie notamment sur les réseaux allemands du cardinal Jean Du Bellay23.

26On observe ainsi durant la décennie 1540 un chassé-croisé d’influences entre les deux cardinaux et les deux politiques, qui sont souvent menées en même temps, au gré de l’influence de Du Bellay. En juin 1540, par exemple, François Ier envoie Lazare de Baïf à la diète de Haguenau, avec pour mission officielle d’encourager la recherche d’un accord entre catholiques et protestants, dans un esprit cher à Du Bellay. Sa mission officieuse, toutefois, consiste à ruiner la position de l’empereur et de s’efforcer de gagner les princes protestants au roi de France :

  • 24 Bibl. nat. Fr., fr. 3020, fol. 77 ; Lucien Pinvert, Lazare de Baïf (1496 ?-1547), Paris, 1900, p.  (...)

Monsieur de Bayf, a vous parler ouvertement, entendez que le plus grant service que vous me sçauriez faire, comme je vous ay dernièrement escript, ce sera d’avoir bien l’œil à ce que a la dyette la ou vous estes il ne se face, conclue, ny arreste chose qui puysse estre au bien, prouffit et utilité desditz empereur et roy des Rommains, ny de leur grandeur et advantaige [...] et sur tout mectez peine de bien entretenir tous mes amys, et de m’en gaigner encores de nouveaulx, s’il est possible24.

  • 25 L. Pinvert, Lazare de Baïf..., p. 75-76 et Sleidans Briefswechsel, éd. Hermann Baumgarten, Strasbo (...)

27Par son esprit, cette lettre relève clairement de l’influence de Tournon. Par la suite, le cardinal fait d’ailleurs dire par Barnabé de Voré, lors du colloque de Worms, à la fin de 1540, que le roi de France n’entend pas négocier sur le point de l’orthodoxie religieuse. Dans l’immédiat, pourtant, Jean Du Bellay, pour renforcer la dimension théologique des relations franco-allemandes, fait envoyer Sleidan à Haguenau, secrètement et à l’insu de Lazare de Baïf, pour solliciter des Allemands l’envoi d’une ambassade en France25. Il semble établi que Du Bellay agit de son propre chef dans cette affaire et qu’il est même désapprouvé puisque Guillaume Du Bellay écrit à Montmorency en janvier 1541 :

  • 26 Bibl. nat. Fr., fr. 5152, fol. 68.

Aucuns mes amys de par dela m’ont escript qu’il leur avoyt esté defendu de par le roy qu’ilz n’escripvissent plus riens a mon frere ni a moy, mais principalement a mon frere26.

  • 27 PRO, SP 1/161, fol. 105-110 (LP, t. XV/l, p. 443-444, n° 890,) ; Bibl. nat. Fr., Doat 235, fol. 1 (...)
  • 28 Arch. di Stato di Mantova, A.G. 639. Gian Battista Cambara au cardinal et à la duchesse de Mantoue (...)
  • 29 Bibl. nat. Fr., fr. 3921, fol. 28, 55 et 117; ibid., fr. 10485, fol. 133-134; ibid., latin 8584, f (...)
  • 30 Bibl. nat. Fr., fr. 5148, fol. 145 ; M. François, Correspondance du cardinal François de Tournon, (...)

28De toute évidence, Tournon est alors aux commandes. C’est lui, qui, en compagnie du chancelier, discute avec les ambassadeurs de Clèves venus traiter du mariage de leur prince avec Jeanne d’Albret. Ce projet est un signe clair à l’égard de l’empereur. Guillaume de Clèves est le beau-frère de l’électeur de Saxe qui dirige l’opposition à l’empereur en Allemagne et est lui-même en conflit avec ce dernier à propos de la succession du duché de Gueldre. Une alliance matrimoniale avec lui signifie une remise en cause de la politique de concession à l’empereur, voulue par Montmorency. C’est, en même temps, un signe dangereux envoyé aux princes protestants d’Allemagne, qui peut signifier que la cour de France les délaisse pour un prince allemand demeuré catholique. Le 16 juillet 1540, le mariage entre Jeanne d’Albret et le duc de Clèves est signé à Anet. Dans les jours qui suivirent, les cardinaux Du Bellay et Denonville quittent la cour pour une tournée de leurs bénéfices dans l’ouest du royaume27. Sans autres éléments, on est en droit de se demander si ce n’était pas une manifestation de leur opposition à ce dernier accord. Quoi qu’il en soit, le mariage est célébré un an plus tard, le 14 juin 1541, par François de Tournon en personne28. Du Bellay met alors en sommeil ses réseaux, mais se garde de perdre contact avec ses informateurs. S’il continue à être informé par ses contacts, en revanche, il n’agit plus29. Il se prête alors au jeu de la politique voulue par François de Tournon et François Ier. En effet, au printemps 1543, le duc de Clèves remporte une série de victoires sur les armées de Charles Quint. François Ier manifeste à ce moment-là l’intention de conduire Jeanne d’Albret à son mari. C’est Du Bellay qui est chargé de la mener à la cour. Les deux cardinaux semblent alors travailler en parfaite intelligence30. La situation évolue lorsqu’en septembre 1543, Guillaume de Clèves, après une succession de défaites, se soumet à l’empereur.

  • 31 Catalogue des actes de François Ier, t. IX, Paris, 1910, p. 15. Jean Dupèbe, « Un chancelier human (...)
  • 32 Clairement, Tournon ne dispose pas, à la différence de Du Bellay, d’un réseau d’agents allemands. (...)

29La diète de Spire qui réunit les princes allemands sanctionne, peu de temps après, l’échec de la politique d’alliance avec les princes protestants. En décembre 1543, en effet, Jean Du Bellay, François Olivier et Africain de Mailly sont envoyés à la diète de Spire. Le sens de cette ambassade est clair, Du Bellay et Olivier étant des partisans de l’alliance avec les princes protestants ; Olivier et Du Bellay sont d’ailleurs très proches. Pourtant, arrivés à Nancy, ils y attendent en vain un laissez-passer. La diète décide finalement de soutenir Charles Quint contre François Ier. Le roi de France ne conserve comme alliés que les ducs de Brunschwig-Lunebourg et le duc Christophe de Wurtemberg, dont il ne tirera finalement rien. Dans l’immédiat, pourtant, ces derniers envoient un certain von Eisenberg pour traiter de la levée des mercenaires. Arrivé en France, ce dernier est assisté par un interprète français, François Maillard. De son côté, Christophe de Wurtemberg envoie un dénommé La Motte dans le même but. Sturm, resté à Spire, et en contact avec La Planche, un agent français, informe Du Bellay de ce qui s’y décide. Frédéric II, qui a succédé à son frère Louis comme comte palatin le 16 mars 1544, fait des ouvertures au roi de France, par l’intermédiaire de Jean Du Bellay. Cette dernière démarche témoigne que les Allemands, qu’ils soient fidèles au roi de France ou à l’empereur, s’adressent à Du Bellay dès qu’ils désirent lancer une négociation. Or le cardinal semble mal accepter l’échec de son ambassade vers Spire. Il se retire donc quelque temps au Mans. Ce retrait passager ne semble pas le fait d’une quelconque disgrâce. Il s’agit peut-être même d’un calcul politique. En effet, son absence plonge dans une grande perplexité la cour et les espions, ambassadeurs et conseillers qui traitent des questions allemandes. Tout le monde veut lui parler, désire son opinion sur la conduite à suivre. Une longue lettre que lui envoie son secrétaire Claude Cottereau, au début d’avril 1544, souligne combien Jean Du Bellay est incontournable sur les affaires allemandes. C’est lui qui dispose des contacts, et tous les envoyés allemands veulent avoir affaire à lui31. Toute la différence entre Du Bellay et Tournon apparaît là. Tournon a l’autorité et le projet politique. Du Bellav, le projet politique et le contact avec le terrain32. Quoi qu’il en soit, la diète de Spire sanctionne, au printemps 1544, l’échec des politiques allemandes du roi de France. Tournon et Du Bellay sont renvoyés dos à dos.

4. L’éphémère réveil du réseau Du Bellay par ordre royal

  • 33 Le 3 septembre 1545, il écrivit au roi, à Du Bellay et à Tournon ; le 20 septembre, à Tournon, Ann (...)

30La situation s’aggrave lorsqu’en mai 1544, les Impériaux et les Anglais envahissent le nord du royaume. Devant les difficultés rencontrées, la cour se divise de plus en plus et les partis se forment. En 1545, on trouve, d’un côté, un parti favorable à l’entente avec l’empereur, constitué de l’amiral d’Annebault, du cardinal de Tournon et du secrétaire Gilbert Bayard, et de l’autre côté, un parti favorable à l’entente avec les princes protestants, incarné par le cardinal Du Bellay, le chancelier Olivier, Marguerite de Navarre et la duchesse d’Étampes, auxquels s’ajoute le dauphin. En mars 1545, le choix de Grignan, neveu de Tournon, comme l’un des ambassadeurs à Worms, illustre le contrôle de la diplomatie par le cardinal. On a pourtant le sentiment d’un gouvernement tétracéphale dans les affaires allemandes, composé du roi, de l’amiral d’Annebault, et des cardinaux de Tournon et Du Bellay. D’ailleurs, lorsqu’il est envoyé en Allemagne, l’abbé Jean des Monstiers écrit toujours à au moins trois des quatre33.

31Le 9 septembre 1545, la mort du duc d’Orléans, pièce maîtresse du rapprochement franco-impérial, donne ses chances à un nouveau rapprochement franco-allemand. Tournon cherche à contrebalancer cette mort en proposant à l’empereur de servir d’intermédiaire entre l’Angleterre et la France. Il encourage donc une double négociation. Claude d’Annebault part à Bruxelles pour négocier avec l’empereur, tandis que Philibert Babou et le président Rémon partent à Calais pour discuter avec les Anglais autour des médiateurs allemands.

32C’est pourtant le parti de Du Bellay qui l’emporte, du moins temporairement. Dans un premier temps, le 25 octobre 1545, le roi rappelle le cardinal pour traiter avec lui de la question de Milan. Un mois plus tard, il lui demande de relancer ses contacts allemands. Ceux-ci n’ont d’ailleurs jamais été éteints. Jean Du Bellay a ainsi informé Sleidan et Sturm des articles secrets de la paix de Crépy conclue entre François Ier et l’empereur pour éloigner les princes protestants allemands de ce dernier et a encouragé, dès le début de l’année 1545, le projet d’une médiation protestante dans le conflit franco-anglais. Jean Du Bellay suit de très près les négociations de décembre, comme en témoignent les nombreuses lettres que lui adresse Sleidan, négociateur allemand.

  • 34 M. François, Le cardinal François de Tournon..., p. 201 ; Bibl. nat. Fr., fr. 3921, fol. 75; ibid. (...)
  • 35 J.-D. Pariset, Relations..., p. 48. Nombreuses lettres de Jean Sleidan et Jean Sturm à Du Bellay d (...)
  • 36 Il ne faut pas, toutefois, caricaturer les positions. Tournon s’efforça ainsi, en décembre 1545, d (...)

33Le triomphe de Du Bellay est toutefois de courte durée. À la mi-décembre, les négociations d’Ardres entre Français et Anglais, autour des médiateurs allemands, échouent34. Plus rien de concret ne se passera jusqu’à la fin du règne. Dans le courant de l’année 1546, Du Bellay maintient le contact en informant Sleidan et Sturm des divisions de la cour de France et donc des cartes que les protestants peuvent jouer. De leur côté, les deux hommes le tiennent méthodiquement au courant de la situation allemande35. La partie est toutefois perdue et la France laisse alors l’Allemagne sombrer dans une guerre civile dont l’empereur sortit victorieux36. Dans les relations avec l’Allemagne, Jean Du Bellay parvient donc à s’imposer en tant que personnage clé, grâce à un projet politique et religieux très clair et grâce à un réseau qui fait de lui le meilleur spécialiste des affaires allemandes. Toutefois, il doit compter avec un autre projet politique incarné par François de Tournon, qui, lui, ne dispose pas de réseau. Il semble d’ailleurs que, dans le cas allemand, le réseau soit un outil dont Du Bellay entend se servir assez librement. Il n’hésite pas à envoyer des hommes en Allemagne pour défendre sa politique, au risque de mécontenter le roi. Ce dernier entend, en effet, rester maître des réseaux de ses prélats. Il invite Du Bellay à les mettre en sommeil puis à les réveiller à l’automne 1545. Si le réseau allemand de Du Bellay est privé d’efficacité lorsqu’il ne dispose pas du soutien royal, cela n’empêche pas le cardinal de vouloir lui donner sa propre orientation. Ainsi, il apparaît clairement que le roi entend rester maître du jeu et que par conséquent, la décision lui appartient toujours. Du Bellay, en tant que conseiller spécialiste des affaires allemandes, ne joue pas un rôle plus important dans le processus de décision que le cardinal de Tournon. Apparaissent donc des limites de la marge de manœuvre des spécialistes dans le processus de décision.

IV. — AUX MARGES DU CONSEIL, LE FAVORI ET LA DÉCISION ROYALE

34QUITTONS à présent les eaux du Conseil du roi et abordons ses rives. Il s’agit dès lors d’examiner la place, dans le processus de décision, d’individus que tout oppose aux spécialistes, ceux qui disposent de l’oreille bienveillante du roi, non en raison de leur compétence mais parce que le souverain les a distingués parmi d’autres, pour en faire ses favoris.

1. Faveur et décision

35Le thème de la prise de décision dans l’entourage royal permet de préciser les notions de faveurs et de favori en soulignant les liens et les limites qui unissent ces éléments à l’univers de la politique. En effet, on peut se demander dans quelle mesure la notion de favori n’est pas partiellement impropre pour désigner tout personnage dont la survie politique est conditionnée non seulement par la faveur du roi, mais plus encore sans doute, par la réussite politique. De ce point de vue, on pourrait distinguer d’un côté les favoris du type de Chabot ou de Montmorency et, de l’autre, les favoris tels que le comte de Saint-Pol, le cardinal de Lorraine, ou, dans un autre registre, pas si lointain toutefois, la duchesse d’Étampes. Or la différence dans ce domaine entre les uns et les autres réside justement dans leur relation au processus de décision et dans la solidarité plus ou moins forte entre la décision prise et la suite de leur carrière politique.

36Le favori, principal ministre, peut-être associé généralement à une politique qui, tout en n’excluant pas le pragmatisme, n’en reste pas moins qualifiable, identifiable : Montmorency et l’alliance impériale ; Thomas Cromwell et la réforme religieuse du royaume d’Angleterre ; Sully et la remise en ordre financière du royaume, etc. Il est beaucoup plus difficile d’attacher à un favori tel que le comte de Saint-Pol ou le cardinal de Lorraine une politique cohérente, assumée, défendue.

2. Favori et décision : le cas du cardinal Jean de Lorraine

  • 37 Nuntiaturen Morones und Poggios. Legationen Farneses undCervinis (1539-1540), éd. Ludwig Cardauns, (...)

37Le cardinal de Lorraine, par exemple, est avant tout l’homme du roi. Il n’exprime pas de vision personnelle des événements et des rapports de force. Pour les affaires d’État, Jean de Lorraine n’a d’autre volonté que celle du roi. À la différence d’Anne de Montmorency, dont la faveur dépend de la justesse des choix politiques ou stratégiques, la faveur de Jean de Lorraine dépend du simple bon vouloir du roi. Comment conserver cette faveur si ce n’est en lui plaisant ? Lui plaire en étant un gai compagnon de chasse ou de fêtes, un habile défenseur de la politique du souverain, et en faisant ce qu’il attend de lui, en matière religieuse, comme en matière diplomatique. Aussi ne peut-on que difficilement suivre le nonce auprès de l’empereur lorsqu’il affirme que le parti impérial en France compte Montmorency, le roi, la reine de Navarre, le duc de Guise et Jean de Lorraine37. Certes, Jean de Lorraine a œuvré pour la paix avec l’Empire, mais n’a pas intrigué dans ce sens. Il a seulement été le serviteur de la politique royale. Le maintien de faveur après 1541 va dans ce sens. Si Jean de Lorraine avait été l’incarnation de la politique philo-impériale, comme Anne de Montmorency, il aurait sans doute disparu de la cour. La porosité de la volonté est une nécessité constitutive de la nature même du favori. Elle est particulièrement bien illustrée par les positions religieuses du cardinal.

  • 38 Jean de Lorraine était lié à beaucoup d’auteurs de l’assemblée de Melun tels que Claude d’Espence (...)
  • 39 Pour les premiers, voir Ferdinand Buisson, Sébastien Castellion, sa vie et son œuvre (1515-1563) : (...)
  • 40 Correspondance des réformateurs dans les pays de langue française, éd. Aimé-Louis Herminjard, Genè (...)
  • 41 Ibid., t. II, p. 4.
  • 42 Correspondance de Jean Du Bellay, éd. Remy Scheurer, t. I : 1529-1535, p. 335, Lyon, 11 décembre 1 (...)
  • 43 Clément Marot, désireux d’obtenir les revenus qui allaient avec son titre de valet de chambre du r (...)
  • 44 A.-L. Herminjard, Correspondance des réformateurs..., Genève, 1866, t. III, p. 364. Jean Sturm (15 (...)
  • 45 De la même façon, si Jean de Lorraine écrivit une lettre à Mélanchton pour l’inviter à se rendre e (...)

38Jean de Lorraine a sans doute une sensibilité religieuse, et celle-ci le pousserait plutôt vers Dolet que vers Béda, mais en aucun cas, elle ne pèse face à la volonté royale : dans quelque direction qu’elle aille, Jean de Lorraine la soutient et l’encourage38. C’est un catholique modéré, protecteur de Marot39. Pierre Toussaint écrit à Guillaume Farel à Bâle, le 9 décembre 1526 : « J’ai souvent parlé au cardinal de Lorraine à la cour, et certainement, il n’est pas hostile à l’Évangile »40. Capiton écrit encore à Zwingli de Strasbourg, le 1er janvier 1527 : « Le roi favorise l’Évangile. Le cardinal de Metz n’y est pas hostile ; on dit qu’il serait désireux de se marier »41. Après le discours du recteur Cop (1er novembre 1533), Jean de Lorraine se propose d’intervenir en sa faveur, puis change d’avis42. Sa position de départ dans cette affaire révèle sans doute l’état de ses convictions sur la question. Son changement d’attitude, dans un contexte où le roi a ordonné la rigueur sur les questions d’hérésie est à interpréter comme une soumission à la volonté royale. Il est vraisemblable que le cardinal est sensible aux idées nouvelles. La protection qu’il accorde à Érasme ou à Marot est le signe d’une ouverture à l’évangélisme43. Ceci dit, la traduction politique de cette sensibilité personnelle n’est pas évidente. Ce que l’on sait de l’attitude religieuse officielle de Jean de Lorraine recoupe à peu près exactement celle de François Ier. Qu’importe les convictions du cardinal : elles n’influent pas sur ses positions officielles. En aucun cas, sa sensibilité ne doit contrecarrer la position royale. La volonté de François Ier est celle de Jean de Lorraine. Une telle analyse est confirmée par une lettre du 18 novembre 1535, de Jean Sturm, qui, de Paris, s’adresse à Martin Bucer. Il y exprime sans doute l’essentiel : selon lui, la cause de l’Évangile est dans une situation meilleure que jamais et « en tout ceci, le cardinal de Lorraine suit le roi »44. Jean Sturm a sans doute parfaitement saisi la logique des prises de positions religieuses de Jean de Lorraine45.

V. — MAÎTRESSE ROYALE ET DÉCISION

1. Témoignages sur l’influence de la duchesse d’Étampes

39L’influence de favoris tels que Lorraine ou Saint-Pol semble pouvoir être rapprochée de celle de la maîtresse du roi, notamment dans ses limites. Avant d’examiner l’influence de la duchesse d’Étampes dans les décisions royales, il convient d’examiner un florilège de témoignages contemporains qui insistent sur son influence :

  • 46 Arch. di Stato di Modena, busta 22, Giulio Alvarotti au duc de Ferrare, Paris, 25 janvier 1546 («  (...)

Nous les Français, sommes gouvernés par un roi qui se laisse gouverner par une putain. Ayez pitié de nous, je vous en prie46

  • 47 SP, t. VIII, p. 258.
  • 48 « Madama d’Étampes, que es cabeza del Consejo mas privado » : CSPSpanish, Londres, 1862, t. VI, 1r (...)

40C’est le protonotaire Jean de Monluc, futur évêque de Valence et futur conseiller de Catherine de Médicis, qui se confie en ces termes, en juin 1546, à l’ambassadeur de Venise. En 1540, la duchesse d’Étampes est, selon la reine de Navarre, la seule avec le cardinal de Lorraine à pouvoir contrebalancer l’influence du connétable de Montmorency47. En août 1540, l’ambassadeur de l’empereur évoque « Madame d’Étampes qui est le chef du Conseil étroit »48. En décembre suivant, le nonce affirme également que la duchesse d’Étampes est plus puissante qu’aucun autre conseiller, et notamment que Tournon et Povet :

  • 49 « In somma se ne tien quel conto che si fa d’un altro gran gentile huomo, che non habbia più maneg (...)

En somme, on en tient compte comme d’un autre grand gentilhomme, qui n’aurait pas plus d’affaires à traiter que n’en ont chaque jour le chancelier et Tournon, laissant de côté Madame d’Étampes qu’on ne peut comparer et qui est au-delà de toute exception49.

41En avril 1541, Marie de Hongrie reçoit le rapport suivant :

  • 50 Cité par Francis Decrue, Anne de Montmorency, grand-maître et connétable de France : à la cour, au (...)

Quant au gouvernement de la cour, Mme d’Étampes a plus de credit que jamais. M. le connestablc [...] luy faict la court ; son credit diminue de jour en jour. Il a eu de grosses paroles contre le chancelier, jusque a [le] dementir. Le chancelier luy dict qu’il avoit du papier en ses coffres pour le paier contant et pour luy faire queque [sic] jour ung movés tour50.

42Le 7 mai 1541, l’ambassadeur Saint-Vincent écrit à son tour de la duchesse :

  • 51 Vienne, Haus-, Hof- und Staatsarchiv, P. A., 41, fol. 46v-47, Saint-Vincent à Marie de Hongrie, 7 (...)

Elle a tant de credit que je puis dire, qu’elle seulle peult tout en ce royaulme et n’y a personne du conseil, du moings s’il veut regner, qui ose parler au roy de chose petite ou grande, s’il ne scet premierement que Madame le trouvera bon51.

43On ne sera pas surpris de voir l’ambassadeur de l’empereur Saint-Mauris ravi d’affirmer que le roi, sur son lit de mort, aurait congédié la duchesse d’Étampes avant de recevoir l’extrême-onction, puis aurait confié à son fils :

  • 52 Charles Paillard, « La mort de François Ier et les premiers temps du règne d’Henri II d’après les (...)

C’est une dame. Ne vous soumettez pas à la volonté d’autres, comme je me suis soumis à elle52.

  • 53 Arch. di Stato di Mantova, A.G. 639, Gian Battista Cambara au cardinal et à la duchesse de Mantoue (...)

44Il aurait donc fallu attendre la mort du roi pour que le règne nuisible de sa maîtresse connaisse son terme. Il est clair que l’influence politique de la duchesse d’Étampes s’accroît à la fin de la décennie 1530. On en voit toutefois d’emblée les limites. En effet, si elle participe à retarder le procès de l’amiral Chabot et si elle s’efforce de lui faire retrouver son crédit à la suite de l’affaiblissement de Montmorency en 1540, elle ne peut toutefois empêcher la condamnation de Chabot le 8 février 1541 à une forte amende et à son enfermement à Vincennes53.

2. La puissance de la duchesse d’Étampes au lendemain de la disgrâce de Montmorency

45Lorsque la disgrâce de Montmorency devient indiscutable en juin 1541, l’influence de la duchesse d’Étampes s’affirme. La chute de Montmorency ouvre la voie à des politiques alternatives. Au temps de sa splendeur, dans la seconde moitié de la décennie 1530, la diplomatie royale est verrouillée et bien tenue en main par le grand-maître. Sa disgrâce engendre une zone dépressionnaire dans laquelle s’engouffrent les différentes forces en présence : la duchesse d’Étampes, l’amiral Chabot, Claude d’Annebault et le cardinal de Tournon, tandis que quelques survivants à bout de souffle, tels que le chancelier Poyet, luttent contre les sables mouvants de l’incertitude politique, chaque mouvement les engloutissant un peu plus.

  • 54 Arch. di Stato di Modena, Cancellaria, Sezz. Estero, Carteggio Ambasciatori, Francia, busta 16, Ca (...)

46Chabot revient assez rapidement en grâce, en même temps que ses liens se resserrent avec la duchesse, lorsqu’en février 1541 (ou le 1er mars), la sœur de la duchesse d’Étampes, Louise de Pisseleu, épouse le neveu de Chabot, Charles (ou Guy) de Jarnac. Par ailleurs, le 13 février 1541, la duchesse d’Étampes organise une sorte de guet-apens : lorsque le roi la rejoint dans sa chambre, il la trouve en compagnie de plusieurs dames de la cour, dont la femme de l’amiral, qui le supplient de pardonner à ce dernier54.

  • 55 F. Nawrocki, L’amiral Claude d’Annebault..., thèse citée, « Le “parti” de la duchesse d’Étampes », (...)
  • 56 Voir par exemple Correspondance des nonces en France Capodiferro, Dandino et Guidiccione (1541-154 (...)

47Avec le retour de Chabot, la plupart des conseillers les plus importants du Conseil privé se trouvent tous être des proches de la duchesse d’Étampes (Lorraine, Tournon, Du Bellay, Mâcon, Brion et d’Annebault). Il apparaît clairement que l’influence de la duchesse n’a jamais été aussi importante qu’à partir de 154155. Elle accorde d’ailleurs des audiences diplomatiques aux uns et aux autres. Nous possédons notamment des traces des audiences qu’elle accorde au nonce pontifical56. De son côté, l’ambassadeur Marnoz écrit, en février 1542, que :

  • 57 Vienne, Haus-, Hof-und Staatsarchiv, P.A., 62, fol. 29v.

Lad. dame d’Estampes [...] a de present entre ses mains tout pouvoir pour, conforme à son intention, establir ce que plus luy plait et deffaire entierement toutes personnes contres a ses desseings, et ne reste personne qui puist rien davantaige de son plaisir [...]. Tous ceulx du present gouvernement dependent d’elle et des siens et entre aultres monsr l’admirai, ayant ainsi aujourd’huy principale charge et entremise en ce royaulme57.

48L’ambassadeur du duc de Ferrare écrit ainsi en décembre 1543 :

  • 58 « Circa le cose della corte vanno come per il passato: Madama d’Étampes è in piu favor che mai, Mo (...)

En ce qui concerne la cour, les choses vont comme par le passé : Madame d’Étampes est plus en faveur que jamais, Monsieur d’Annebault est très puissant et celui-ci, avec le cardinal de Tournon, règlent toutes les affaires delà58.

  • 59 Arch. di Stato di Modena, Cancellaria, Sezz. Estero, Carteggio Ambasciatori, Francia, busta 20, Ba (...)

49Un an plus tard, son successeur précise que le roi demande que les lettres qui lui sont adressées soient également montrées à l’amiral, à la duchesse et à la reine de Navarre59.

  • 60 Jonathan A. Reid, King’s Sister, Queen of Dissent, Marguerite of Navarre (1492-1549) and ber Evang (...)
  • 61 Rapport de William Paget, ambassadeur d’Henry VIII à Calais, 22 novembre-5 décembre 1545.
  • 62 LPxxi/ii, p. 19, n° 406.

50Dans quelle mesure cette position clé se traduit-elle par des décisions clairement imputables à la duchesse ? Avant d’y répondre, rappelons d’abord qu’à partir de 1542, deux nouvelles figures émergent, qui détiennent la réalité du pouvoir : Claude d’Annebault, futur amiral, et son allié le cardinal François de Tournon. Toutefois, malgré leur puissance croissante, ils ne parviennent pas à s’imposer aussi inexorablement que Montmorency l’avait fait face à ses concurrents. Durant la décennie 1540, la duchesse d’Étampes et son alliée, Marguerite de Navarre, peuvent conserver une marge de manœuvre et parviennent presque toujours à proposer une diplomatie alternative, informelle. Dès février 1542, Marguerite de Navarre et la duchesse d’Étampes cherchent à monter un axe hostile aux Habsbourgs qui aurait été organisé autour de l’Angleterre, de la France, du duc de Clèves (qui épouse alors la fille de Marguerite) et de la Ligue de Smalkalde60. Ainsi, Jean Sturm, protestant allemand, envoyé pour discuter avec les représentants de Henry VIII à Calais, est chargé de servir d’intermédiaire pour négocier la paix entre les Français et les Anglais. Il reçoit, fin novembre 1545, des instructions d’un certain Laplanche, qu’il refuse de communiquer aux représentants de Henry VIII, car il les juge trop favorables à l’Angleterre. William Paget parvient à se procurer ces instructions, qui émanent de fait de la duchesse d’Étampes, laquelle pousse François Ier à négocier la paix, contre l’avis de l’amiral d’Annebault et du cardinal de Tournon, et qui veut par ailleurs amener le roi de France à rompre avec le pape, toujours contre l’avis des deux principaux ministres du roi61. Le biais religieux est donc important dans ces négociations informelles. L’ambassadeur impérial en France, Jean de Saint-Mauris écrit à Charles Quint le 15 novembre 1546 que « les protestants à la cour sont très en faveur, Madame d’Étampes les appelle d’ailleurs ses « frères évangélistes », car elle incline à la discipline luthérienne »62.

51Quoi qu’il en soit, on en est alors à quelques mois de la fin de la pièce. La mort de François Ier, en mars 1547, met un terme à ces manœuvres, d’autant plus que l’accession de Henri II se traduit par une sorte de révolution de palais. Par un grand nettoyage, le fils cadet de François Ier chasse non seulement les évangéliques de la cour, mais encore les principaux conseillers de son père, parmi lesquels l’amiral d’Annebault, le cardinal de Tournon et la duchesse d’Étampes. C’est la fin des affrontements entre les deux partis.

52Que dire, en conclusion, de la place de la duchesse d’Étampes dans le processus décisionnel à la fin du règne de François Ier, notamment sur les questions diplomatiques et religieuses touchant aux relations avec l’Allemagne ? D’abord, que son ère d’influence est assez brève. En effet, même si elle est la favorite en titre pendant près de vingt ans, son influence n’est réelle seulement qu’entre la mi-1541 et la fin 1546. Ensuite, que ses activités ne sont sanctionnées par aucune décision significative. Il faut donc s’interroger sur les raisons de cette impuissance de la duchesse. La grande faiblesse de ses projets (et plus généralement de ceux du parti évangélique et de son autre tête, Marguerite de Navarre) est qu’ils constituent autant de manœuvres qui ont lieu en dehors des circuits diplomatiques traditionnels. Agissant par l’intermédiaire d’agents qui ne parlent pas au nom du roi ou de ses ministres (Annebault ou Tournon) et qui se contredisent parfois (comme dans l’affaire La Planche-Sturm), la duchesse d’Étampes a du mal à se faire prendre au sérieux par des interlocuteurs désireux de s’appuyer sur des éléments tangibles et non sur de vagues promesses qui n’offrent aucune garantie. L’action diplomatique de la duchesse d’Étampes est donc marquée par une grande impuissance qui s’explique par le fait que l’influence de la duchesse en tant que maîtresse du roi est de nature domestique. Force est de reconnaître que dans la décennie 1540, cette influence domestique n’est plus synonyme d’influence politique. La duchesse est dans la même situation que les favoris. Leur influence n’est rien si elle ne s’appuie pas sur une influence bureaucratique, ou « technicienne ».

53Il est donc clair que la question de la prise de décision en France est une porte d’entrée particulièrement pertinente pour l’appréhension de la nature du pouvoir royal dans la France de la première moitié du XVIe siècle. Elle souligne combien l’époque ne se prête pas à des schématisations rigides. La prise de décision relève d’un mélange d’autoritarisme monarchique, de compétence technique et de faveur royale. La spécificité de la période réside peut-être dans la nécessaire combinaison de ces différents aspects, le spécialiste n’étant rien sans la faveur et le favori ne pouvant pas grand-chose sans relais politique et administratif.

Notes

1 Robert Knecht distingue six catégories de conseillers : les princes du sang, les princes étrangers et les ducs et pairs ; les officiers d’État et de la maison royale ; les présidents et conseillers de parlement et la petite noblesse ; les ecclésiastiques ; les gens de finance ; les maîtres des requêtes (R. J. Knecht, Un prince de ¡a Renaissance, François Ier et son royaume, Paris, 1998, p. 60).

2 Lettres du roy Louys XII et du cardinal Geroges d’Amboise (...), 4 vol. , Bruxelles, 1712, t. I, p. 242, André de Burgo à Marguerite d’Autriche, Lyon 1er juin 1510 ; Négociations diplomatiques de la France arec la Toscane, éd. Abel Desjardins, 6 vol. , Paris, 1859-1886 (Collection de documents inédits sur l’histoire de France), t. II, p. 509, Nasi et Pandolfini [envoyés de Florence] au Conseil des Dix, Lyon, 2 juin 1510.

3 LP, t. 15, n° 574.

4 Arch. di Stato di Mantova, A.G. 638, Gian Battista Gambara [ambassadeur du duc de Mantoue] au duc, Paris, 20 juin 1539. State Papers of Henry the Eighth, Londres, 1830-1852 [cité SP], t. VIII, p. 329, John Wallop à Cromwell, Rouen, 26 avril 1540: « The said Frenche king, sythe the cummyng of these news, hathe taken more payne in Counsaile then he hathe don of long tyme before. And where as he was wonte and accustomed to have no more in Counsayle but hym self, the cardynall of Lorrayne and the cunstable, he now called to hym the cardynalles Turnowe, Belly and Mackon, with the bushop of Soyson ». Par ailleurs, au sommet du Conseil, au moins à partir de la décennie 1530, on trouve toujours un grand officier et un prélat. Pour la seconde moitié de la décennie 1530, il s’agit du duo Montmorency-Lorraine et pour la décennie 1540, du duo Annebault-Tournon (Cédric Michon, « Jean de Lorraine ou les richesses de la faveur à la Renaissance », dans Revue d’histoire moderne et contemporaine, 50-3, juillet-septembre 2003, p. 43-56 et François Nawrocki, L’amiral Claude d’Annebault : faveur du roi et gouvernement du royaume au milieu du XVIe siècle, thèse inédite de l’École des chartes, 2002, en particulier p. 386-391).

5 Voir à ce sujet les p. 452-459 (« La hiérarchie des conseillers » et « le superintendant des affaires ») de la remarquable thèse de F. Nawrocki sur l’amiral d’Annebault (résumée dans Ecole nationale des chartes, Positions des thèses..., Paris, 2002, p. 207-215). A partir des archives françaises, italiennes et anglaises, F. Nawrocki établit cette hiérarchie, très convaincante.

6 Bibl. nat. Fr., fr. 3005, fol. 109, « Roolle de ceulx que le roy veult entrer en son conseil pour le fait de ses finances. Faict a Fontainebleau le 26e jour de febvrier l’an 1542 (1543 n. st.) ».

7 Aurait-on même des informations pour 543 sessions réparties sur vingt-trois ans, c’est-à-dire plus de 8 000 jours, que l’on aurait encore qu’un échantillon marginal.

8 Les éléments sont les suivants : amiral Chabot (26 mentions), cardinal de Tournon (24 mentions), le connétable de Montmorency (22 mentions), cardinal-chancelier Duprat (18 mentions), amiral d’Annebault (18 mentions), chancelier Poyet (14 mentions), cardinal de Lorraine (12 mentions), Dauphin et cardinal Du Bellay (8 mentions), cardinal de Ferrare et duc d’Orléans (7 mentions), garde des sceaux Errault, cardinal de Bourbon et duc de Vendôme (6 mentions), comte de Saint Pol, Galiot de Genouillac et comte de Villars (5 mentions), René de Savoie, roi de Navarre, cardinal de Gramont, Matthieu de Longuejoue et président Olivier (4 mentions), cardinal de Mâcon (3 mentions).

9 De la même façon que dans le duo Claude d’Annebault-François de Tournon, c’est l’amiral qui a la prééminence.

10 Calendar of State Papers [cité CSPSP] 1538-1542, p. 203. Déjà, en juillet 1537, en l’absence du grand maître, le cardinal de Lorraine, s’occupait de toutes les affaires (Arch. di Stato di Modena, busta 14, Alberto Turco au duc de Ferrare [Paris] 29 juillet 1537).

11 Cité par Charles-Joseph de Mayer, Des états généraux et autres assemblées nationales, Paris-La Haye, 1788-1789, t. XIII, p. 106, cité par R. J. Knecht, Un prince de la Renaissance..., p. 617.

12 Philippe Hamon, L’argent du roi : les finances sons François Ier, Paris, 1994 (Études générales), p. 415.

13 Bibl. nat. Fr., fr. 5125, fol. 171 v-172 (cité par P. Hamon, L’argent dit roi..., p. 416).

14 Ibid., fol. 173 (cité par P. Hamon, L’argent du roi..., p. 416).

15 P. Hamon, L’argent du roi..., p. 417.

16 Ibid., p. 163-166

17 Lettre citée (dans une traduction anglaise) par Diarmaid MacCulloch, Thomas Cranmer : a Life, New Haven-Londres, 1996, p. 183.

18 Sur l’implication de Tunstall dans ces négociations, voir Rory McEntegart, Henry VIII, the League of Schmalkalden and the English Reformation, Londres, 2001, p. 116-133 et D. MacCulloch, Thomas Cranmer..., p. 218-221 et Public Record Office [cité PRO], SP 1/133, fol. 204 (LP, t. XIII/I, p. 466, n° 1267, et SP, t. V, p. 128).

19 Ceci est valable pour Foxe, bien entendu, mais également pour Robert Barnes, Thomas Paynell ou Christopher Mont, trois théologiens sensibles aux idées luthériennes et disposant eux aussi de nombreux contacts en Allemagne. Sur l’utilisation de théologiens dans la diplomatie anglaise de la décennie 1530, voir Luke Mac Mahon, The Ambassadors of Henry VIII, 1509-47, Université du Kent, 1999, p. 109-110. Sur Robert Barnes, voir James P. Lusardi éd., « The Career of Robert Barnes », dans The Complete Works of St. Thomas More, Yale, 1973, VIII, III, p. 1387-1392.

20 Relations des ambassadeurs vénitiens sur tes affaires de France an XVIe siècle, éd. Niccolò Tommaseo, t. I, Paris, 1838 (Collection de documents inédits sur l’histoire de France), p. 175 et 281.

21 P. Hamon, L’argent du roi..., p. 401.

22 Biaise de Monluc, Commentaires, Paris, Gallimard, 1964, p. 142-147

23 Michel François, Le cardinat François de Tournon, homme d’Etat, diplomate, mécène et humaniste, Paris, 1951 (Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome, 173), p. 176-183 et Jean-Daniel Pariset, Les relations entre ta France et l’Allemagne au milieu du XVIe siècle, Strasbourg, 1981 (Publications de la Société savante d’Alsace et des régions de l’Est, Grandes Publications, 19), p. 32.

24 Bibl. nat. Fr., fr. 3020, fol. 77 ; Lucien Pinvert, Lazare de Baïf (1496 ?-1547), Paris, 1900, p. 70-77 et 117-119.

25 L. Pinvert, Lazare de Baïf..., p. 75-76 et Sleidans Briefswechsel, éd. Hermann Baumgarten, Strasbourg, 1881, p. 6 et 28.

26 Bibl. nat. Fr., fr. 5152, fol. 68.

27 PRO, SP 1/161, fol. 105-110 (LP, t. XV/l, p. 443-444, n° 890,) ; Bibl. nat. Fr., Doat 235, fol. 1 et Pierre Jourda, Marguerite d’Angoulême, duchesse d’Alençon, reine de Navarre (1492-1549) : étude biographique et littéraire, Paris, 1930, p. 252 ; Arch. dép. Sarthe, G 19, fol. 300, [21 juillet 1540].

28 Arch. di Stato di Mantova, A.G. 639. Gian Battista Cambara au cardinal et à la duchesse de Mantoue, Châtellerault, 15 juin 1541. Voir aussi P. Jourda, Marguerite d’Angoulême..., p. 265 et R.-J. Knecht, Un prince de la Renaissance..., p. 409. Arrivé à Paris le 20 avril 1541, le duc de Clèves réside à l’abbaye de Saint-Germain-des-Prés, signe de l’investissement personnel de François de Tournon dans le mariage (M. François, Le cardinal François de Tournon..., p. 179). Montmorency quitte la cour le lendemain. Il n’y reparaît plus jusqu’à la fin du règne.

29 Bibl. nat. Fr., fr. 3921, fol. 28, 55 et 117; ibid., fr. 10485, fol. 133-134; ibid., latin 8584, fol. 2.

30 Bibl. nat. Fr., fr. 5148, fol. 145 ; M. François, Correspondance du cardinal François de Tournon, Paris, 1946 (Bibliothèque de l’Ecole pratique des hautes études, Sciences philologiques et historiques, 290), p. 228-231.

31 Catalogue des actes de François Ier, t. IX, Paris, 1910, p. 15. Jean Dupèbe, « Un chancelier humaniste sous François Ier : François Olivier (1497-1560) », dans Humanism and Le Letters in the Age of Francis Ist, éd. Philip Ford et Gillian Jondorf, Cambridge, 1996, p. 87-114 ; Bibl. nat. Fr., Fr. 3921, fol. 42, 100 et 104 ; et J.-D. Pariset, Les relations..., p. 33 et 37-38.

32 Clairement, Tournon ne dispose pas, à la différence de Du Bellay, d’un réseau d’agents allemands. Ses contacts avec les Allemands se font par la tête et non par des intermédiaires. Il traite directement avec le duc de Clèves par exemple (M. François, Le cardinal François de Tournon..., p. 219-222). On n’a pas conservé de lettres de François de Tournon à des agents allemands ou français actifs en Allemagne.

33 Le 3 septembre 1545, il écrivit au roi, à Du Bellay et à Tournon ; le 20 septembre, à Tournon, Annebault et à Du Bellay (Jean des Monstiers Mérinville, Jean des Monstiers, seigneur du Fraisse évêque de Bayonne, ambassadeur en Allemagne et chez les Grisons sous les règnes de François Ier et Henri II, sa vie et correspondance, limoges, 1895, p. 57-59 et 110-112).

34 M. François, Le cardinal François de Tournon..., p. 201 ; Bibl. nat. Fr., fr. 3921, fol. 75; ibid., latin 8584, fol. 4; ibid., fr. 3921, fol. 62; ibid., latin 8584, fol. 5-9. Voir sur le projet d’une médiation allemande, R. Mac Entegart, Henry FUI, the League of Schmalkalden and the English Reformation, Londres, 2001, p. 208-211.

35 J.-D. Pariset, Relations..., p. 48. Nombreuses lettres de Jean Sleidan et Jean Sturm à Du Bellay dans Bibl. nat. Fr., latin 8584.

36 Il ne faut pas, toutefois, caricaturer les positions. Tournon s’efforça ainsi, en décembre 1545, de rassurer les Allemands sur les intentions françaises en proposant à Sturm un colloque religieux pour faire pièce aux propositions impériales J.-D. Pariset, Relations..., p. 48).

37 Nuntiaturen Morones und Poggios. Legationen Farneses undCervinis (1539-1540), éd. Ludwig Cardauns, Berlin, 1909 (Nuntiaturberichte aus Deutschland 1533-1559 (cité Nbd, I, 5)), p. 53 et 69.

38 Jean de Lorraine était lié à beaucoup d’auteurs de l’assemblée de Melun tels que Claude d’Espence ou Jean de Gaigny. J. K. Farge, Biographical Register of Paris Doc/ors of Theology, Toronto, 1980 (Subsidia mediaevalia, 10), p. 180, cité par Alain Tallon, La France et le concile de Trente (1518-1563), Rome, 1997 (Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome, 295), p. 142.

39 Pour les premiers, voir Ferdinand Buisson, Sébastien Castellion, sa vie et son œuvre (1515-1563) : étude sur les origines du protestantisme libéral français, 2 vol. , Paris, 1892, t. I, p. 65 et 76. Pour les seconds, voir Le mécénat et l’influence des Guises, éd. Yvonne Bellenger, Paris, 1994 (Colloques, congrès et conférences sur la Renaissance, 9), p. 353.

40 Correspondance des réformateurs dans les pays de langue française, éd. Aimé-Louis Herminjard, Genève, 1866, t. II, p. 2. Pierre Toussaint (Tossanus) connaissait sans doute Jean de Lorraine par ses fonctions, puisqu’il était chanoine de la cathédrale de Metz. Guillaume Farel (1489-1565), réformateur français actif auprès de Guillaume Briçonnet dans la décennie 1520, puis à Bâle, Genève et Neuchâtel.

41 Ibid., t. II, p. 4.

42 Correspondance de Jean Du Bellay, éd. Remy Scheurer, t. I : 1529-1535, p. 335, Lyon, 11 décembre 1533. Ce discours, d’inspiration évangélique, auquel Jean Calvin a peut-être participé, engendra une réaction très violente de la Faculté de théologie.

43 Clément Marot, désireux d’obtenir les revenus qui allaient avec son titre de valet de chambre du roi, écrivit à la fin de mars 1527 une Epistre au reverendissime cardinal de Lorraine, dans laquelle il affirmait : « En m’asseurant qu’une seule parolle / De vous me peult faire coucher au rolle » (Clément Marot, Œuvres complètes, Paris, 1931, p. 150). L’intervention de Jean de Lorraine fut efficace comme en témoigne une lettre de François Ier (Bibl. nat. Fr., fr. 3012, fol. 47). Pour les liens entre Jean de Lorraine et Érasme, voir l’article « Jean de Lorraine » dans Contemporaries of Erasmus, t. I : A-E, éd. Peter Gerard Bietenholz et Thomas Brian Deutscher, Toronto, 1985, t. II, p. 350.

44 A.-L. Herminjard, Correspondance des réformateurs..., Genève, 1866, t. III, p. 364. Jean Sturm (1507-1589), humaniste allemand qui adhéra à la réforme ; Martin Bucer (1491-1551), réformateur allemand, actif dans l’Empire et en Angleterre. L’année 1535 vit un adoucissement de la politique de François Ier à l’égard des hérétiques après le durcissement de l’affaire des Placards, et l’édit de Coucy du 16 juillet 1535 ordonna la libération des prisonniers religieux à condition qu’ils abjurassent leur hérésie dans les six mois.

45 De la même façon, si Jean de Lorraine écrivit une lettre à Mélanchton pour l’inviter à se rendre en France en juillet 1535, c’était en parfait accord avec François Ier, qui envoya une ambassade pour inviter le réformateur humaniste à se rendre en France (Archivio segreto Vaticano, Lettere di Principi 14 A, fol. 176v, copie non datée).

46 Arch. di Stato di Modena, busta 22, Giulio Alvarotti au duc de Ferrare, Paris, 25 janvier 1546 (« Noi Francesi siamo governati da un re che si lascia governar da una femina. Habbiatevi compassione vi priego »).

47 SP, t. VIII, p. 258.

48 « Madama d’Étampes, que es cabeza del Consejo mas privado » : CSPSpanish, Londres, 1862, t. VI, 1re partie, p. 255, n° 120. On notera au passage la difficulté à interpréter les rapports d’ambassadeurs. En effet, l’une des causes de la disgrâce de Montmorency est l’échec de sa politique de conciliation. Pourtant, dans la même lettre, l’ambassadeur de l’empereur précise que la duchesse d’Étampes défend avec Tournon et Poyet la paix avec l’empereur (ce qui semble assez surprenant).

49 « In somma se ne tien quel conto che si fa d’un altro gran gentile huomo, che non habbia più maneggio che tanto et tutto pende ogni di più dal cancellerie et da Tornone, lasciando da parte madama di Tampes, alla quale non si puo dare comparatione, et est omni exceptione major » : Correspondance des nonces en France Capodiferro, Dandino et Guidiccione (1541-1546), éd. J. Lestocquoy, Rome-Paris, 1963 (Acta nuntiaturae Gallicae, 3), p. 11, Girolamo Dandino au cardinal Farnèse, Melun, 31 décembre 1540.

50 Cité par Francis Decrue, Anne de Montmorency, grand-maître et connétable de France : à la cour, aux armées et au conseil du roi François Ier, Paris, 1885, p. 402.

51 Vienne, Haus-, Hof- und Staatsarchiv, P. A., 41, fol. 46v-47, Saint-Vincent à Marie de Hongrie, 7 mai 1541.

52 Charles Paillard, « La mort de François Ier et les premiers temps du règne d’Henri II d’après les dépêches de |ean de Saint-Mauris (avril-juin 1547) », dans Revue historique, t. 5,1877, p. 84-120. Jean de Saint-Mauris est ambassadeur résident de l’empereur à la cour de France entre novembre 1544 et la fin du règne (Catalogue des actes de François Ier, t. IX, p. 114).

53 Arch. di Stato di Mantova, A.G. 639, Gian Battista Cambara au cardinal et à la duchesse de Mantoue, Paris, 30 octobre 1540.

54 Arch. di Stato di Modena, Cancellaria, Sezz. Estero, Carteggio Ambasciatori, Francia, busta 16, Carlo Sacrati au duc de Ferrare, Paris, 14 février 1541.

55 F. Nawrocki, L’amiral Claude d’Annebault..., thèse citée, « Le “parti” de la duchesse d’Étampes », p. 205 et suiv.

56 Voir par exemple Correspondance des nonces en France Capodiferro, Dandino et Guidiccione (1541-1546)..., p. 34-37,353-355.

57 Vienne, Haus-, Hof-und Staatsarchiv, P.A., 62, fol. 29v.

58 « Circa le cose della corte vanno come per il passato: Madama d’Étampes è in piu favor che mai, Monsr d’Annibo e grandissimo, et esso con il carle di Tornone fanno tutte le facende di quà. »: Arch. di Stato di Modena, Cancellaria, Sezz. Estero, Carteggio Ambasciatori, Francia, busta 19, Alfonso Calcagni au duc de Ferrare, Melun, 23 décembre 1543. Sur les influences des uns et des autres à la cour et au Conseil dans la décennie 1540, voir F. Nawrocki, L’amiral Claude d’Annebault..., thèse citée, p. 384-413.

59 Arch. di Stato di Modena, Cancellaria, Sezz. Estero, Carteggio Ambasciatori, Francia, busta 20, Bartolomeo Sala au duc de Ferrare, Paris, 27 novembre 1544.

60 Jonathan A. Reid, King’s Sister, Queen of Dissent, Marguerite of Navarre (1492-1549) and ber Evangélical Network, thèse inédite, Ann Arbor, Michigan, 2001. Voir aussi LP 17, p. 110—111, n° 232, William Paget à Henry VIII, Vauluisant, 3 avril 1542.

61 Rapport de William Paget, ambassadeur d’Henry VIII à Calais, 22 novembre-5 décembre 1545.

62 LPxxi/ii, p. 19, n° 406.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site