Version classiqueVersion mobile

Mémoire des chevaliers

 | 
Isabelle Diu
, 
Élisabeth Parinet
, 
Françoise Vielliard

Conclusion

Keith Busby et Françoise Vielliard

Texte intégral

1L’histoire des études médiévales et le rôle joué par le Moyen Âge dans la structuration de l’imaginaire moderne sont depuis longtemps l’objet de recherches universitaires. À la suite de l’ouvrage posthume, publié en 1950, d’Albert Pauphilet, Le legs du Moyen Âge, qui a posé les prémices et les cadres d’une étude de la réception de la littérature médiévale à l’époque moderne, les spécialistes de la littérature médiévale s’interrogent sur les fondements de leur discipline ; ils cherchent à mieux comprendre la démarche de leurs prédécesseurs et à la situer dans la perspective de l’histoire des idées.

2En se focalisant sur la survie d’un corpus de textes précis, le présent colloque a fait le choix d’une approche diachronique et s’est interdit de distinguer entre transmission érudite et vulgarisation, entre philologues et littérateurs ; tous ceux qui, à un titre quelconque, ont servi d’intermédiaires entre les textes médiévaux et le public avaient ici leur place. Au fil des communications, on assiste donc à la résurrection de figures quasi-oubliées ou méconnues : Marchangy, Delvau, Crapelet, Mary sortent de l’ombre. Ils côtoient des écrivains célèbres à d’autres titres, dont on oublie souvent qu’ils ont, eux aussi, parfois puisé leur inspiration dans les romans de chevalerie. Enfin, le cercle des « passeurs » s’élargit à des éditeurs (Vérard, Crapelet, Larousse, Nathan) dont le rôle dépasse l’activité simplement commerciale.

3Au terme de deux journées d’exposés et de débats, on est frappé par le nombre et la diversité de ceux qui ont participé à la transmission des textes, et ce, quelle que soit l’époque considérée. Si la fidélité aux textes originels semble un critère simple de distinction entre un courant scientifique menant à la philologie contemporaine et un courant littéraire qui aboutirait aux romans, films et jeux électroniques d’aujourd’hui, à bien y regarder, on s’aperçoit que les frontières entre ces deux courants sont plus floues qu’il n’y semblait. Entre les deux pôles de la connaissance et du divertissement, les intentions de ces intermédiaires sont multiples et ne permettent pas de regroupements simples. Où situer, par exemple, les entreprises de Crapelet, mais aussi de Larousse et Nathan ? Il est vraisemblable que les nombreux autres « passeurs » que le colloque n’a pas eu le temps de faire revivre, tels les Dinaux, Scheler, Tarbé, Méon, Trébutien, Michel... pour le premier XIXe siècle, fourniraient encore d’autres modalités d’appropriation des romans de chevalerie. Il n’est évidemment pas question de nier que certains intermédiaires eurent plus de poids que d’autres, comme Joseph Bédier dont le rôle a été déjà suffisamment étudié pour qu’on n’y revienne pas ; néanmoins, ce colloque a été l’occasion de souligner que certaines œuvres aujourd’hui oubliées, mais abondamment diffusées en leur temps, ont concouru à entretenir la mémoire de la chevalerie. Cette survie des textes auprès d’un large public avait un prix : entre une réécriture a minima pour rendre compréhensible la langue du Moyen Âge et une appropriation artistique ne gardant que le ou les thèmes principaux de l’œuvre, les romans de chevalerie connurent des traitements divers qui suscitèrent polémiques et sarcasmes à partir du XIXe siècle. Pourtant, les auteurs qui faisaient le choix d’une adaptation à la sensibilité de lecteurs nouveaux participaient autant, sinon plus que les antiquaires, à la préservation de ces textes. En effet, la comparaison avec la littérature anglo-saxonne et la vogue contemporaine du cycle arthurien montrent que le pire est le silence et que l’oubli dans lequel sont tombés certains textes, faute d’avoir été régulièrement repris, semble bien définitif. La publication en séries ou collections (Bibliothèque bleue, Bibliothèque universelle des romans, Romans des douze pairs, collections pour enfants, etc.), évoquées à plusieurs reprises ici, ne fut sans doute pas étrangère au succès des œuvres ainsi regroupées et à l’unité du corpus des romans de chevalerie auquel les philologues pourtant refusèrent toute légitimité scientifique. Quant au reproche souvent avancé par les linguistes de trahir le texte originel, il s’appuie sur une réalité tangible : la réécriture des romans de chevalerie est souvent l’occasion d’exprimer des préoccupations moralisatrices, étrangères au texte, voire des sentiments nationaux, mais l’histoire même des rééditions les plus savantes n’est pas indépendante de leur contexte politique... et l’on sait bien que chaque époque a sa manière de lire les grands textes et d’y projeter ses questionnements.

4Malgré l’apport de toutes ces communications, un certain nombre de sujets demeurent encore à exploiter ou à développer. L’étude de la réception, par exemple, toujours difficile à mener, supposerait l’examen de nombreuses bibliothèques privées et des fonds réunis par collectionneurs ou bibliophiles, sur l’ensemble de la période considérée. Par ailleurs, la transmission des textes — le colloque l'a bien montré à travers l’exemple des éditeurs — n’est pas seulement affaire de philologues et d’auteurs mais qu’elle s’appuie souvent aussi sur des personnages ayant un rapport moins direct avec les textes ; il faudrait donc étendre le champ des investigations aux bibliophiles, aux bibliothécaires, aux institutions d’enseignement ou de conservation et estimer le poids de la prescription scolaire ou universitaire. D’autre part, roman et poésie ne sont pas les seuls genres susceptibles d’assurer la survie des romans de chevalerie. Ce n’est pas un hasard si le présent volume se clôt avec la communication de Jelle Koopmans. Après sa lecture, il est clair que se priver d’explorer le domaine de l’opéra serait ignorer un pan entier des adaptations des romans de chevalerie et il serait intéressant de se demander pourquoi l’art lyrique a puisé avec autant de constance dans cette littérature. Enfin, du succès d’Ivanhoé à celui de Da Vinci code, qu’il s’agisse des romans ou de leur adaptation cinématographique, les exemples ne manquent pas d’œuvres dont le succès a suscité dans le public un regain d’intérêt pour le Moyen Âge ou, du moins, pour certains aspects de cette période. Le phénomène profite indéniablement aux études médiévales.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search