Version classiqueVersion mobile

Mémoire des chevaliers

 | 
Isabelle Diu
, 
Élisabeth Parinet
, 
Françoise Vielliard

Le roman arthurien dans l’entre-deux guerres : de l’édition à l’adaptation, les chemins d’une réévaluation

Alain Corbellari

Texte intégral

  • 1 Il faut citer au moins U. Bähler, Gaston Paris et la philologie romane, Genève, Droz, 2004 (Public (...)
  • 2 Sur les usages idéologiques du Moyen Âge, voir C. Amalvi, Le goût du Moyen Âge, Paris, Plon, 1996.

1En regard des nombreux travaux consacrés à l’histoire des débuts de la philologie romane en France et en Allemagne1, une période comme celle de l’entre-deux guerres apparaît comme moins explorée par les chercheurs. De fait, si ces années sont plus proches de nous que celles de l’époque héroïque, il serait profondément erroné de croire que nous y avons plus directement accès : à certains égards, en effet, l’entre-deux guerres développe, au moins en France, une vision du Moyen Âge plus éloignée de la nôtre que celle qu’avaient promue les médiévistes de la seconde moitié du XIXe siècle. Au Moyen Âge encore romantique des débuts de la Troisième République, toujours entaché des légendes noires que les politiciens anticléricaux entretenaient à dessein2, succède un Moyen Âge plus rose nimbé d’idéalisme : de toute évidence, un vent frais venu des pays anglo-saxons a soufflé ; ce tableau, pourtant, survivra difficilement à la seconde guerre mondiale et c’est après une sorte de traversée du désert, dans les années 1950 et 1960, que le Moyen Âge retrouvera une place de choix dans notre imaginaire, un Moyen Âge ni tout à fait rose ni tout à fait noir, mais à coup sûr marqué de plus d’angoisses et d’inquiétudes que celui qui avait cours dans les années 1920 et les années 1930.

  • 3 Le recensement qui suit m’a été grandement facilité par la Bibliographie des romans arthuriens en (...)
  • 4 Chrétien de Troyes, Le conte du Graal, éd. A. Hilka, Halle, Niemeyer, 1932.
  • 5 Christian von Troyes, Sämtliche Werke, éd. W. Foerster, Halle, Niemeyer, t. 1, Cliges, 1884 ; t. 2 (...)
  • 6 Jaufre. Ein altfranzösischer Abenteuerroman des XIII. Jahrhunderts, éd. H. Breuer, Göttingen, Gese (...)

2À vrai dire, cependant, du point de vue de la stricte érudition3, l’entre-deux guerres fait déjà figure de traversée du désert : l’immense effort scientifique, et en particulier éditorial, fourni par les Allemands, semble s’être brisé net avec la défaite de 1918 et presque aucune édition d’envergure ne marque les vingt années qui suivent : Alfons Hilka publie certes Le Conte du Graal en 19324, mais c’est là un travail longuement mûri qui vient parachever l’une des plus impressionnantes réussites philologiques de l’avant-guerre : l’édition par Wendelin Foerster des romans de Chrétien de Troyes, encore partiellement irremplacée aujourd’hui5. Aux côtés de cette édition-témoin, la seule édition allemande significative d’un texte arthurien publiée durant cette période est celle de Jaufré par Hermann Breuer (1925 et 1927)6.

  • 7 The Vulgate Version of Arthurian Romances, éd. H. O. Sommer, Washington, The Carnegie Institution, (...)
  • 8 Gliglois. A French Arthurian Romance of the Thirteenth Century, éd. C. H. Livingston, Cambridge (M (...)
  • 9 Le Haut Livre du Graal. Perlesvaus, éd. W. A. Nitze et T. A. Jenkins, Chicago, University of Chica (...)
  • 10 The Romance of Tristan by Béroul, éd. A. Ewert, Oxford, Blackwell, 1939 (le t. Il, avec les commen (...)
  • 11 The Didot Perceval, According to the Manuscripts of Modena and Paris, éd. W. Roach, Philadelphia, (...)
  • 12 Robert de Boron, Le Roman de l'Estoire dou Graal, éd. W. A. Nitze, Paris, Champion, 1927 (Classiqu (...)
  • 13 Gerbert de Montreuil, La Continuation de Perceval, éd. M. Williams, Paris, Champion, 1922-1925 (Cl (...)
  • 14 Renaut de Beaujeu, Le Bel Inconnu, éd. G. Perrie Williams, Paris, Champion, 1929 (Classiques franç (...)
  • 15 L’âtre périlleux. Roman de la Table ronde, éd. B. Woledge, Paris, Champion, 1936 (Classiques franç (...)
  • 16 La Queste del Saint Graal. Roman du XIIIe siècle, éd. A. Pauphilet, Paris, Champion, 1923 (Classiq (...)
  • 17 La Mort le roi Artu. Roman du XIIIe siècle, éd. J. Frappier, Genève, Droz, 1936 (Textes littéraire (...)
  • 18 La Folie Tristan de Berne, éd. E. Hoepffner, Strasbourg, Publications de la Faculté des Lettres, 1 (...)
  • 19 Jaufré. Roman arthurien du XIIIe siècle en vers provençaux, éd. C. Brunei, Paris, Picard, 1943.

3Les Anglo-Saxons, à qui l’on devait, au début du XXe siècle, la monumentale quoique trop hâtive première édition du Lancelot-Graal7 publient à un rythme modéré durant l’entre-deux guerres : on ne relève de publié en Angleterre ou en Amérique, pour le domaine qui nous concerne, que l’édition princeps de Gliglois par Charles Livingston en 1932 (quoique bref, c’était le seul roman arthurien en vers du XIIIe siècle qui demeurait inédit à cette date)8, celle du Perlesvaus par Nitze et Jenkins (1932-1937)9 et, à l’extrême fin de la période, l’édition de Béroul par Alfred Ewert (1939)10 et celle du Didot-Perceval par William Roach (1941)11. Il faut cependant ajouter que durant cette période, si c’est nettement en France que se publie le plus de littérature arthurienne, bien des éditeurs scientifiques en sont anglo-saxons : ainsi William Nitze publie-t-il les textes en vers de Robert de Boron (1927)12, Mary Williams les deux premiers tomes de la Quatrième continuation du Conte du Graal (1924-1925)13, G. Perrie Williams Le Bel Inconnu (1915 et 1929)14 et Brian Woledge L’Âtre périlleux (1936)15 dans la même collection des Classiques français du Moyen Âge de Champion, alors dirigée par son fondateur Mario Roques, et qui accueille également, en 1923, La Queste del Saint Graal d’Albert Pauphilet16. Si l’on ajoute La Mort Artu de Jean Frappier (1936)17, les Folies Tristan d’Ernest Hoepffner (1934 et 1938)18 et le Jaufré de Clovis Brunei (1943)19, nous en avons terminé avec la liste des quinze éditions de textes arthuriens que les médiévistes font paraître entre 1914 et 1945, bilan d'autant plus maigre que les « Classiques français du Moyen Âge » (cinq textes y ont paru, donc le tiers de l’ensemble) ne sont que des éditions semi-critiques qui ne sauraient rivaliser avec les monuments de l’édition germanique d’avant 1914. La prépondérance éditoriale de la France dans ce palmarès est évidente (neuf titres sur quinze y sont publiés), même si, comme on l’a vu, il faut la relativiser en regard de la forte proportion d’Anglo-Saxons (ils fournissent huit éditeurs sur les quinze recensés en tout) qui y publient.

  • 20 « Tristan Ménestrel. Extrait de la Continuation de Perceval par Gerbert », éd. J. Bédier-J. Weston (...)
  • 21 Le Dit de la Panthère d’amour, éd. H. A. Todd, Paris, Didot, 1880. H. A. Todd (1854-1925) deviendr (...)
  • 22 Comme nous l’apprend une lettre de Lucien Foulet à Joseph Bédier, du 9 novembre 1902 (à paraître d (...)
  • 23 G. Schoepperle, Tristan and Isolt. A Study of the Sources of the Romance, Francfort-Londres-New Yo (...)
  • 24 Voir A. Corbellari, Joseph Bédier..., p. 305-309.
  • 25 Pour plus de précisions sur les rapports des médiévistes anglais et français à la fin du XIXe et a (...)

4Il semble donc indéniable que le renversement d’alliances qui a, dès les premières années du XXe siècle, fait sortir politiquement la France de l’isolement dans lequel l’Allemagne avait voulu la maintenir après la guerre de 1870 s’observe également dans le domaine scientifique : est-il abusif de voir dans l’édition du « Tristan ménestrel », faite conjointement par Joseph Bédier et Jessie Weston en 1906 dans la Romania20, un reflet de l’Entente cordiale de 1904 ? Ce qui est certain, c’est que, dès la fin du XIXe siècle, des contacts importants se nouent entre les médiévistes français et américains : la première édition scientifique d’un texte en ancien français menée à bien par un Américain est publiée, en 1880 déjà, sous l’égide de la Société des Anciens Textes Français : c’est Le Dit de la Panthère d'amour par Henry Alfred Todd21. En 1900, Lucien Foulet est au collège de Bryn Mawr où il guide les premiers pas de médiéviste de Gertrude Schoepperle22, future épouse de Roger Loomis et grande exégète des Tristan celtiques23. Et en 1909, Bédier, lors de sa première tournée de conférences américaine, a bon espoir que l’influence française supplante dans un proche avenir l’influence allemande dans les universités américaines24. Ce sera chose faite aux lendemains de la Grande Guerre et ce leadership durera près de soixante-dix ans, les médiévistes se faisant finalement relayer par Foucault, Girard et Derrida (mais c’est là une autre histoire !)25.

  • 26 Les travaux n’avaient bien sûr pas été inexistants avant cette date, et Gaston Paris avait écrit s (...)
  • 27 F. Lot, Étude sur le Lancelot en prose, Paris, Champion, 1918 ; 2e éd. : 1954.
  • 28 On ne reproduira pas in extenso ici le célébrissime prologue de la Chanson des Saisnes : souvenons (...)

5Terre d’accueil des éditeurs de textes anglo-saxons, la France, surtout, s’ouvre à la littérature arthurienne à partir de 191826 ; la grande étude de Ferdinand Lot sur le Lancelot en prose27, parue l’année même de la fin de la guerre, a, à cet égard, valeur inaugurale. C’est la fin d’une longue ségrégation, déjà constatée par Jean Bodel, qui opposait matières « de Bretagne » et « de France » aux deux extrêmes de la dignité littéraire28. Cette ouverture de la France à la littérature arthurienne fait sinon voler en éclats, du moins assouplit la vieille rivalité créée par les monarchies anglaise et française autour de ses mythes fondateurs, que l’érudition et l’art du XIXe siècle avaient reconduite de manière presque caricaturale, la France restant repliée (surtout après la défaite de 1870) sur les chansons de geste, tandis que l’imaginaire arthurien trouvait une nouvelle jeunesse à travers la peinture préraphaélite.

  • 29 Garin le Loherain, chanson de geste composée par Jean de Flagy, mise en nouveau langage par A. Pau (...)
  • 30 Aventures merveilleuses de Huon de Bordeaux, pair de France, et de la belle Esclarmonde, ainsi que (...)
  • 31 W. J. A. Jonckbloet, Guillaume d’Orange le marquis au court nez, chanson de geste du XIIe siècle m (...)
  • 32 P. Paris, Les Romans de la Table ronde mis en nouveau langage et accompagnés de recherches sur l’o (...)
  • 33 J. Bédier, Le Roman de Tristan et Iseut, Paris, Sevin et Rey, puis Piazza, 1900. On en donnera prè (...)

6Certes, entre les adaptations de Garin le Lorrain par Paulin Paris29, d'Huon de Bordeaux par Gaston Paris30, de Guillaume d’Orange par le Hollandais francophile Jonckbloet31, on avait pu lire les Romans de la Table ronde compilés et adaptés par Paulin Paris32, mais cette publication tardive d’un médiéviste dépassé par une jeune génération, au premier rang de laquelle s’imposait son propre fils, avait semblé obsolète dès sa parution. Même le Roman de Tristan et Iseut de Bédier, publié en 190033, ne parviendra pas, malgré son immense succès, à détourner d’emblée l’attention des érudits et du public sur la littérature arthurienne, et il faudra une génération — ici encore la fin de la Grande Guerre fait césure — pour voir le modèle d’adaptation proposé par Bédier s’épanouir sous la plume d’autres écrivains qui, cette fois-ci enfin, trouveront largement matière dans le domaine arthurien.

  • 34 A. Pauphilet, Études sur la Queste del saint Graal attribuée à Gautier Map, Paris, Champion, 1921.
  • 35 E. Faral, La Légende arthurienne. Études et documents, Paris, Champion, 1929 (3 vol.).
  • 36 J. Frappier, Étude sur La Mort le Roi Artu, Paris, Droz, 1936.
  • 37 P. Zumthor, Merlin le Prophète. Un thème de la littérature polémique, de l’historiographie et des (...)
  • 38 E. Baumgartner, Le « Tristan en prose ». Essai d’interprétation d’un roman médiéval, Genève, Droz, (...)

7L’entre-deux guerres est véritablement, en France, le moment où l’érudition découvre la littérature arthurienne : à l’étude sur le Lancelot de Ferdinand Lot succèdent bientôt celles de Pauphilet sur La Queste del Saint Graal34, de Faral sur les antécédents latins de la légende arthurienne35, de Frappier sur La Mort Artu36, de Zumthor sur Merlin37. De fait, il faudra attendre les années 1970 pour que la France dépasse ces acquis, l’étude d’Emmanuèle Baumgartner sur le Tristan en prose (1975)38 ayant sans doute donné un second souffle à la recherche arthurienne française.

  • 39 H. de Bornier, La Fille de Roland, Paris, Dentu, 1875.
  • 40 E. Rostand, La Princesse lointaine, Paris, Fasquelle, 1895.
  • 41 Voir M. Roques, « Guillaume Apollinaire et les vieilles chansons », dans Études de littérature fra (...)
  • 42 Très plaisante et recreative hystoire du très preulx et vaillant chevallier Perceval le Galloys ja (...)
  • 43 Voir B. Cendrars, Bourlinguer, éd. C. Leroy, Paris, Denoël, 2003, p. 400 : « Quand je faisais le n (...)

8L’entre-deux guerres nous fait ainsi observer un fort contraste entre la modestie de l’effort éditorial et les progrès considérables de l’histoire littéraire. L’évolution des paradigmes est frappante : à un âge philologique se substitue progressivement un âge herméneutique. En même temps, le goût des réécritures, qui semblait comme bridé du temps de la philologie triomphante (significativement le plus grand succès de cette époque est l’œuvre d’un de ses plus importants philologues : Bédier), s’épanouit : chez les écrivains, le Moyen Âge n’intéresse plus seulement les Henri de Bornier39 et les Edmond Rostand40, avides d’habiller les vieilles légendes des oripeaux d’un sentimentalisme tout moderne, il tente maintenant des poètes qui ont l’humilité de se mettre à l’écoute des inflexions de l’ancienne langue. Certes, on ne fera pas d’Apollinaire un modèle d’humilité : c’est pourtant lui qui lance le mouvement. Si tous les médiévistes savent que Le Pont Mirabeau n’existerait peut-être pas sans la chanson de toile de Gaiete et Oriour41, moins nombreux sont ceux qui connaissent l’un des tout derniers travaux (donc, ici encore, à la veille de la fin de la Grande Guerre !) auxquels se soit attelé le poète des Calligrammes : rien de moins qu’une réédition de la version en prose de 1529 du Conte du Graal !42 Nous n’aborderons pas la question de la paternité réelle de cette édition, Biaise Cendrars ayant en effet prétendu avoir été pour l’occasion le nègre d’Apollinaire43, sinon pour constater que, dès 1918, quelques-uns des plus grands poètes de l’heure ne jugeaient pas indignes de se colleter avec les légendes arthuriennnes.

  • 44 J. Moréas, L’Histoire de Jean de Paris roi de France, texte rajeuni, Paris, Société anonyme « La P (...)
  • 45 D. de Rougemont, « Préface » au Tristan d’André Mary, Paris, Gallimard, 1973 (Folio), p. 22.
  • 46 E. d’Ors, Du Baroque, version française d’A. Rouardt-Valéry, Paris, Gallimard, 1936 (original : 19 (...)
  • 47 A. Mary, La merveilleuse histoire de Tristan et Lseut et de leurs folles amours, restituée en son (...)
  • 48 Voir mon article « Traduire l’ancien français en français moderne. Petit historique d’une quête in (...)

9Dans ce concert, n’oublions pas Jean Moréas, le père un peu oublié de l’école « romane », qui publiait, dès la fin du XIXe siècle, un beau Jehan de Paris44 et dont l’un des disciples, André Mary, allait pendant plusieurs décennies incarner une certaine idée de l’adaptation « artiste » de la littérature médiévale qui apparaîtra comme une alternative au modèle de Bédier. En un raccourci saisissant, Denis de Rougemont distinguait les Tristan de Bédier et de Mary en qualifiant le premier de « classique », le second de « baroque »45 (rappelons en passant que l’essai d’Eugenio d’Ors sur le baroque, qui mit cette notion à la mode, venait alors de sortir46). Il est vrai que, vue d’aujourd’hui, la différence n’est pas aussi grande qu’elle pouvait le sembler à l’époque, et ce d’autant plus que La merveilleuse histoire de Tristan et Iseut et de leurs folles amours, restituée en son ensemble et nouvellement écrite dans l’esprit des grands conteurs d’autrefois47 d’André Mary représente la pointe extrême d’une tentation précieuse beaucoup moins apparente dans les autres publications de cet adaptateur prolifique ; avant les standards de traduction promus actuellement par des collections telles les « Lettres gothiques » ou les « Champion Classiques », il y a bel et bien eu un « moment bédiériste » de la traduction en ancien français : Le Roman de Tristan et Iseut a fourni aux adaptateurs une « langue traductrice », sorte de savant trompe-l’œil qui fait passer un français classique (disons « littréen ») soutenu pour une langue que l’on peut dire ancienne, sans pour autant la taxer d’archaïsme48. Fragile équilibre au demeurant, qui n’a pas empêché plusieurs auteurs de retomber dans le « marotisme » que Bédier, avec un brin de mauvaise foi, disait éviter comme la peste.

  • 49 J. Boulenger, Les Romans de la Table ronde, avec une préface de J. Bédier, Paris, Plon, 1922-1923 (...)
  • 50 P. Tuffrau, La Légende de Guillaume d'Orange, Paris, Piazza, 1920 (Épopées et légendes). Voir mon (...)
  • 51 Les Lais de Marie de France, transposés en français moderne par P. Tuffrau, Paris, Piazza, 1923 (É (...)
  • 52 La Quête du Graal, mise en langage moderne par A. Béguin, Fribourg, Egloff, 1945 (Le Cri de la Fra (...)
  • 53 L. des Rieux (mort pour la France), Guillaume d’Orange, tragédie en quatre actes, Avignon, Édition (...)
  • 54 Saint-Georges de Bouhélier, La Tragédie de Tristan et Iseut, Paris, Fasquelle, 1923.
  • 55 H. Mignon, Nouvelle adaptation en vers de Tristan et Iseut, Paris, Éditions du Monde moderne, 1928
  • 56 N. Ségur, Nouvelles amours de Tristan et Iseut, Paris, Albin Michel, 1924.
  • 57 A. Arnoux, La légende du roi Arthur et des chevaliers de la Table ronde d’après les textes anciens (...)
  • 58 J. et J. Tharaud, Les Contes de la Vierge, Paris, Plon, 1940.
  • 59 À l’exception de Bédier qui donne encore à Piazza en 1922 sa traduction de La Chanson de Roland et (...)
  • 60 Voir C. Buridant, « De l’ancien français au français contemporain. Gué périlleux et quête du tradu (...)

10Mais c’est toute une pléiade qu’il faudrait évoquer ici : un Jacques Boulenger, adaptateur des Romans de la Table ronde49, un Paul Tuffrau, reprenant, après une Légende de Guillaume d’Orange (1920)50, les Lais de Marie de France51, un Albert Béguin dont la traduction de La Queste del Saint Graal est admirable de pudeur et de justesse (son adaptation sera complétée dans le même esprit, vingt ans plus tard, par Yves Bonnefoy)52, un Lionel des Rieux53, un Saint-Georges de Bouhélier54, un Henri Mignon55, un Nicolas Ségur56, un Alexandre Arnoux57, ainsi que les frères Jérôme et Jean Tharaud58, anciens collaborateurs des Cahiers de la Quinzaine de Péguy, proches de Barrès (dont Jean fut, dix ans durant, le secrétaire), prix Concourt 1906 pour Dingley l'illustre écrivain et membres de l’Académie française (où Jérôme succéda à Bédier !). Le phénomène frappant, et qui reste particulier à l’entre-deux guerres, est ainsi le nombre des adaptateurs et leur indépendance par rapport à l’institution universitaire. Si, avant 1914, le départ est net entre les adaptations, généralement dues à des hommes du sérail (de Paulin Paris à Bédier), et les (très) libres reprises qui restent l’apanage des écrivains, les trente années qui suivent sont la seule période qui voie les érudits délaisser complètement le travail de vulgarisation59, en contrepartie de quoi nombreux sont les écrivains qui, adaptant les textes du Moyen Âge, se font beaucoup plus respectueux de leurs sources. Quant à l’époque actuelle, elle connaît évidemment toutes les pratiques imaginables, mais son trait saillant, pour la question qui nous occupe, reste sans doute l’effort massif fourni, à nouveau, par les érudits pour doter la littérature médiévale des meilleures traductions possibles60.

  • 61 J. Gracq, Le Roi pêcheur, dans Œuvres complètes, Paris, Gallimard, 1989 (Bibliothèque de la Pléiad (...)
  • 62 J. Cocteau, Les Chevaliers de la Table ronde, Paris, Gallimard, 1937. Voir R. Baudry, « De Chrétie (...)
  • 63 Voir mon article « Le Merveilleux Breton (Littérature médiévale et surréalisme) », dans éd. F. Gin (...)
  • 64 P. Éluard, La poésie du passé, Paris, Seghers, 1960 (refonte des deux tomes de la Première antholo (...)
  • 65 A. Gide, Anthologie de la poésie française, Paris, Gallimard, 1949 (Bibliothèque de la Pléiade).
  • 66 M. Barrès, Un jardin sur l’Oronte, Paris, Plon, 1922.
  • 67 Voir W. Calin, « La tradition épique médiévale dans la littérature moderne : le cas Aragon », dans(...)
  • 68 R. Brasillach, Le procès de Jeanne d’Arc, Paris, Gallimard, 1941.
  • 69 Que l’on songe, par exemple à P. Benoît, La Châtelaine du Liban, Paris, Albin Michel, 1924. Voir R (...)
  • 70 Voir J. Dufournet, « La Chasse spirituelle dans La Forêt perdue de Maurice Genevoix », dans Le Moy (...)
  • 71 J. Delteil, Jeanne d’Arc, Paris, Grasset, 1925.
  • 72 Voir J.-C. Huchet, « Le Moyen Âge de Louis Ferdinand Céline : la légende du roi Krogold dans Mort (...)
  • 73 À cette vue cavalière de la production littéraire, il faudrait ajouter quelques considérations sur (...)

11Dresser un panorama même succinct de la fortune de la littérature arthurienne dans la France de l’entre-deux guerres est évidemment hors de question dans le bref espace dont nous disposons. En dépit des doléances exprimées par Julien Gracq dans la préface du Roi pêcheur, l’image du « trésor jusqu’ici si négligé, si peu utilisé des mythes du Moyen Âge »61 ne reflète pas tout à fait la réalité ; Les Chevaliers de la Table ronde de Cocteau62, les quêtes initiatiques de Breton63, l’anthologie de la poésie française d’Éluard64 (combien plus accueillante que celle de Gide65 aux poètes médiévaux !), Un Jardin sur l’Oronte de Barrès66, nombre d’allusions d’Aragon67, de Brasillach68, de Pierre Benoît69, de Maurice Genevoix70, de Delteil71, voire de Céline72 témoignent d’une vitalité certaine de l’imaginaire médiéval chez quelques-uns des plus grands auteurs de l’époque73.

12Choisir l’un de ces grands noms reviendrait à traiter un cas trop particulier et non forcément représentatif d’une tendance manifestement collective ; aussi m’attarderai-je ici quelque peu sur un auteur qui n’est certes pas de première grandeur, mais qui, par l’originalité de sa langue et par l’ampleur et la variété de son travail de réécriture, se détache du tout-venant des adaptateurs « bédiérisants », et qui, à ce titre, se présente peut-être comme l’un des écrivains les plus emblématiques des tensions de cette époque foisonnante, je veux parler d’André Mary.

  • 74 Voir A. Mary, Poèmes (1903-1928), Paris, Firmin-Didot, 1928, « Au lecteur », p. X : « m’assimiler (...)
  • 75 Chrétien de Troyes, Érec et Énide, Le Chevalier au Lion, avec illustrations de M. Lalau, Paris, Bo (...)
  • 76 M. Raymond, De Baudelaire au surréalisme, édition définitive, Paris, Corti, 1940, p. 110. Les cita (...)

13Né en 1879, mort en 1962, Mary appartient à la descendance, mais non tout à fait à la stricte obédience (du moins s’en défend-il74), de l’école « romane » ; outre de nombreux recueils de poèmes, il a adapté deux romans de Chrétien de Troyes, Érec et Énide et Le Chevalier au Lion, ainsi que le Galeran de Bretagne, Le Bel Inconnu de Renaut de Beaujeu, la légende tristanienne, La Vie de saint Louis de Joinville, le Guillaume de Dole et L’Escoufle de Jean Renart, Le Roman de la Rose et deux recueils anthologiques, respectivement intitulés La Chambre des dames et La Loge de feuillage, tous ouvrages publiés, à l’exception du Tristan (1937) et du Roman de la Rose (1949), durant les années 192075. Dans De Baudelaire au surréalisme, Marcel Raymond lui consacre deux pages attentives, décrivant son « “haut français” [...] sorte de langue morte, de koiné qui doit dans son idée se distinguer toujours mieux du “bas français” abandonné “à l’usage courant du négoce et de la politique”. En pareil cas, poursuit néanmoins le maître de l’école de Genève, il ne peut être question que de réussites isolées, de fantaisies de poètes lettrés »76. De fait, cette croyance en l’archaïsme ne pouvait que confiner Mary dans un esthétisme qui ne lui a pas survécu, sinon à travers celles de ses adaptations de textes médiévaux qui sont encore rééditées aujourd’hui. La préface de l’édition de 1928 de ses Poèmes est un authentique manifeste où l’hommage qu’il rend à la philologie illustre exemplairement l’espèce de passage de témoin entre érudits et écrivains que nous observions plus haut :

  • 77 A. Mary, Poèmes..., p. XI-XII.

L’érudition a singulièrement élargi les horizons de l’histoire littéraire et reculé les bornes que franchissait timidement la curiosité. La connaissance rigoureuse que chacun peut avoir aujourd’hui, pourvu qu’il veuille s’en donner la peine, des manières de penser et de parler des grands siècles qui doivent nous servir de modèles, assigne leur part réciproque à l’invention et à l’imitation, et prémunira efficacement contre les maladresses et les disparates. [Mary évoque ici la grammaire historique et les dictionnaires de l’ancien et du moyen français.] Ainsi, tandis que la langue littéraire se corrompt et s’appauvrit, et perd ses qualités naïves sous l’influence des journaux et de l’usage vicieux qu’ils propagent dans les grandes villes, on a en main tous les éléments pour en opérer la refonte77.

  • 78 Littré répète cette idée très souvent. Voir par exemple les Études et glanures, Paris, Didier, 188 (...)
  • 79 É. Littré, L’Enfer de Dante, Paris, Didier, 1879. On lira à ce sujet P. Quignard, « Les trois voya (...)
  • 80 Dante, Œuvres complètes, traduction et commentaires par A. Pézard, Paris, Gallimard, 1965 (Bibliot (...)
  • 81 La réaction de Mario Roques n’est guère enthousiaste. Il conclut en effet l’annonce de la parution (...)
  • 82 Mot cité dans mon Joseph Bédier..., p. 289.

14L’appel au lecteur de bonne volonté « pourvu qu’il veuille s’en donner la peine », n’est pas nouveau : Littré utilisait déjà le même argument au milieu du XIXe siècle pour tenter de promouvoir la lecture de l’ancien français78, et pour justifier sa traduction dans cette langue de l'Enfer de Dante79, texte que l’on retrouvera encore à l’autre bout de la chaîne que nous suivons ici, puisque lorsque les éditions Gallimard envisageront de publier dans la Bibliothèque de la Pléiade, en 1965, pour le septième centenaire de Dante, les Œuvres complètes de l’illustre Florentin, elles feront appel pour les traduire à André Pézard qui semble le dernier tenant de la langue que promeut ici Mary80. On connaît mal les réactions des philologues aux revendications de Mary81, et la boutade de Bédier qui trouvait que le Tristan de son émule était plutôt « de l’attristant et Iseut »82 a peut-être davantage été inspirée par l’orgueil d’auteur de Bédier que par ses convictions linguistiques ; il n’empêche qu’on l’imagine mal prendre à son compte une revendication aussi absolue d’archaïsme. Le fait est que Mary n’en a pas toujours usé au même degré. Si l’on compare son Tristan à ses adaptations de Chrétien de Troyes, on est frappé du contraste entre l’exubérance du premier, s’exprimant dans une syntaxe et un vocabulaire fortement archaïsants, quand ils ne sont pas complètement fantaisistes, et ce qu’il faut bien appeler le classicisme des secondes, comme si le fait d’avoir à suivre des textes complets, et non d’avoir à opérer un choix dans des variantes hétéroclites, avait poussé Mary à un respect, somme toute fort naturel, de la cohérence du texte. Rien d’« attristant » (au sens de Bédier), donc, dans ses reprises de Chrétien de Troyes, ni dans son plus tardif Roman de la Rose, d’ailleurs, mais des traductions que l’on peut lire encore aujourd’hui et dont les erreurs ne sont guère plus grandes que celles que peut commettre un universitaire parfois distrait.

  • 83 M. Raymond, dans De Baudelaire..., p. 110-111, décrit Mary comme un « poète savant, grammairien et (...)

15Les références des Poèmes de Mary regardent davantage vers le XVe que vers le XIIe siècle : des titres collectifs comme « le Livre des idylles et passetemps », « le Doctrinal des preux », « Douce mémoire » ou « les Rondeaux », l’importance du motif de la mélancolie, sans compter un poème « Sur la mort du duc Charles » (il s’agit du Téméraire) nous renvoient visiblement à la poétique de Charles d’Orléans et des grands Rhétoriqueurs plutôt qu’à celle des trouvères ; de surcroît, malgré le nombre des poèmes dédiés à la forêt (à commencer par le recueil des « Forêteries »), les allusions directes aux chevaliers des romans médiévaux sont quasiment inexistantes83. Il en est un toutefois qui, évoquant Tristan, n’est pas sans rappeler l’atmosphère presque oppressante des romans en prose du XIIIe siècle :

Chevalier étendu sous le chêne qui porte
Mon écu bosselé qui dans l’ombre étincelle
Avec mes étriers, mon frein d’or et ma selle,
Je remâche sans fin la tristesse où j’excelle
Et mon sang coule sur un lit de feuille morte.

N’est-il dans le finage et les châteaux prochains
Nulle Dame de bon secours ? Nul Governal
Pour me veiller. Fou-sans-licol, mon bon cheval
Au milieu du combat a rejoint (dans quel val ?)
Mon sénéchal rieur et mes gentils meschins.

  • 84 A. Mary, Poèmes..., p. 149-50 : « Chevalier étendu sous le chêne ».

Et lors, me comparant à Nason et Boèce,
Au neveu du roi Marc, cherchant loin de ses terres
Celle qui cueille au bois les herbes salutaires,
Je rassemble en moi-même en ces lieux solitaires
Tous les malavisés et bannis de liesse...84.

16L’allusion à Ovide et à Boèce ne contredit pas le tropisme médiéval : il installe au contraire d’autant mieux l’auteur dans la peau d’un clerc du XIIe ou du XIIIe siècle qui connaissait particulièrement bien ces deux auteurs latins. Ce poème reste cependant plutôt isolé : de fait, si elle se veut médiévale dans son mouvement profond, l’œuvre poétique de Mary exprime bel et bien et avant tout une sensibilité post-symboliste. Et on l’aura remarquée : la langue est beaucoup moins archaïsante que ne nous le laissait craindre la préface !

  • 85 Chrétien de Troyes, Le Chevalier au Lion précédé de Érec et Énide, version en prose moderne par A. (...)
  • 86 Bédier, à la fin de sa vie, dira encore à Gustave Cohen : « Votre Chrétien est un précieux » (cité (...)
  • 87 G. Cohen, Un grand romancier d’amour et d’aventure au XIIe siècle, Chrétien de Troyes et son œuvre (...)

17Ouvrons maintenant sa traduction d’Érec et Énide et du Chevalier au Lion : elle commence par une introduction de vingt-deux pages « sur Chrétien de Troyes », où Mary fait preuve d’une érudition très sûre et d’une sensibilité aiguisée, dessinant en particulier très finement la complémentarité des deux romans qu’il traduit « où Chrétien a montré le conflit du devoir et du sentiment dans l’état conjugal »85. Cette qualité de la documentation, au demeurant, caractérisait également Jacques Boulenger qui, au début de ses Romans de la Table ronde, situait avec une parfaite netteté les traditions dont il s’inspirait (au point que c’était la préface de Bédier qui, en comparaison, faisait figure de texte de dilettante !). Ce texte de Mary, en tête d’un volume édité dans la collection blanche de Gallimard, représente sans doute un moment important de la réhabilitation de Chrétien de Troyes en France, qui est essentiellement l’œuvre de l’entre-deux guerres. Les érudits des générations précédentes, Gaston Paris et même Bédier, ne goûtaient en effet qu’assez peu l’art, à leur gré, trop « précieux » du romancier champenois86 ; ce sera Gustave Cohen qui écrira, en 1931, la première grande synthèse sur Chrétien87.

18Mary commence par rappeler l’oubli dans lequel est longtemps restée la littérature médiévale et prodigue aux érudits des éloges parallèles à ceux qu’il faisait d’eux dans l’édition de ses Poèmes :

  • 88 A. Mary, Poèmes..., p. 7.

On serait inexcusable de partager le même dédain, maintenant que des générations de lexicographes et de grammairiens ont remis en faveur un idiome dont il a fallu beaucoup de temps pour retrouver la clé, et tiré de l’oubli des œuvres dont seule aujourd’hui une ignorance délibérée pourrait méconnaître le charme, s’obstinant, contre toute raison, à n’y voir que les balbutiements d’un art dans l’enfance88.

19L’éloge des savants contient cependant en même temps leur critique, car ce sont souvent eux qui ont insisté sur l’aspect « primitif » et « enfantin » de cette littérature ; de fait, Mary se plaignait déjà, quelques lignes plus haut, que « la plupart des savants, ne cherchent guère autre chose dans les vieux textes que des documents d’histoire et de philologie ». La conclusion s’impose : c’est à des écrivains éclairés qu’il convent de reprendre le flambeau. Mary explicite à la fin de son introduction sa vision de la traduction :

  • 89 Ibid., p. 27-28.

Nous avons tout fait pour la rendre aussi agréable que fidèle. Trop littérale, elle eût rebuté le lecteur, trop paraphrasée elle eût fait penser aux fadeurs de la Bibliothèque des Romans. En ces matières le goût est seul juge de ce qu’il faut simplement transcrire et de ce qu’il faut interpréter, et dans quelle mesure harmonieuse il convient de sacrifier le mot à la phrase, la lettre à l’esprit. Enfin, la pire trahison eût été de s’écarter des règles du bien dire89.

  • 90 J. Bédier, La tradition manuscrite du Lai de l’Ombre. Réflexions sur l’art d’éditer les anciens te (...)
  • 91 G. Roques, « L’édition des textes français entre les deux guerres », dans G. Antoine, R. Martin (é (...)
  • 92 G. Contini, « Ricordo di Joseph Bédier », dans Esercizi di Lettura sopra autori contemporanei, Tur (...)

20Bédier n’aurait pas forcément approuvé les réserves faites sur l’exigence de littéralité ; on imagine cependant qu’il aurait applaudi chaudement à la dernière remarque et, surtout, à l’aveu de la prééminence du critère du goût, lui qui, en 1929, terminait ses Réflexions sur l’art d’éditer les anciens textes en déclarant « qu’on ne dispose guère que d’un outil : le goût »90. Cette rencontre ne me paraît pas due au seul hasard et me semble un signe supplémentaire de ce que le carcan rigide d’un certain positivisme érudit se desserre décidément durant l’entre-deux guerres, comme n’ont pas manqué de le constater déjà d’autres érudits, tels Gilles Roques qui attribuait cette détente au démocratisme pacifiste ambiant91, ou Gianfranco Contini qui croyait déceler chez Bédier la conjonction du surréalisme et du bergsonisme92.

21La traduction de Chrétien de Troyes par Mary appelle peu de commentaires. On a déjà évoqué son classicisme ; de fait le texte ne fait guère apparaître que des archaïsmes de vocabulaire, rares quoique choisis avec une préciosité qui défie tout système. Pour les quatre premières pages d’Érec et Énide, on n’a relevé que cotte, saïettes, méchine, huer (pour « crier »), essart, roncin, écourgée. Certains de ces termes (cotte, essart, ronchi) sont irremplaçables, car ils désignent des realia ; le choix de méchine, qui évite le composé « jeune fille » peut encore se justifier, mais on comprend moins bien la nécessité des saïettes (pour « flèches ») ou de l’écourgée (pour « fouet »). Rien que de bénin, au demeurant, en regard des baroquismes de l’adaptation de Tristan...

  • 93 Voir É. Littré, Études..., p. 353 : « À la fin du douzième siècle et au commencement du treizième, (...)

22En fin de compte, Mary se révèle, tant dans ses poèmes que dans la plupart de ses adaptations (on montrerait, en effet, facilement que c’est bien le Tristan qui fait exception au sein du corpus laissé par Mary), moins radical qu’il ne cherche à le paraître dans l’introduction de ses Poèmes de 1928, au point que c’est le style de Pézard beaucoup plus que le sien propre qu’il semble décrire lorsqu’il parle de son « haut français ». Vœu pieux ou illusion d’optique favorisée par sa vénération du français classique ? La chose reste difficile à dire, mais une chose est sûre : Mary, comme Bédier, rejette les extrêmes ; son idéal est celui d’une langue fluide, d’un parfait naturel, où le vocabulaire peut bien être dépaysant, mais dont la syntaxe conserve une clarté qui est bien davantage celle du XVIIe siècle que celle des siècles antérieurs. Si ce fantasme de la fluidité de la langue médiévale semble d’ailleurs caractéristique de la vision volontiers idéalisée que l’entre-deux guerres partage à propos du Moyen Âge, cette vision n’en a pas moins des racines plus anciennes : Littré et Gaston Paris, en particulier, soutenaient déjà que la langue des XIIe et XIIIe siècles avait une fermeté unique dans l’histoire du français, au point que l’auteur du grand Dictionnaire de la Langue française en faisait sa période de référence, préférentiellement encore au XVIIe siècle93. Homme épris d'ordre et d’harmonie, Mary incarne exemplairement la confiance d’une époque envers un certain type de beauté intemporelle dont érudits et écrivains sont de plus en plus enclins à créditer le Moyen Âge. Le roman arthurien, dans ce dispositif, joue un rôle central : bien plus que la chanson de geste dont les violences effrénées et les hyperboles s’accommodent mal avec le goût de la mesure, il incarne un idéal à la fois de civilisation et de récit. Avec ses topoï, ses personnages et ses lieux récurrents, il emblématise un ordre immuable qu’aucun événement ne peut remettre fondamentalement en question. Le thème, central dans les poèmes de Mary, de la forêt, protectrice et enchantée, y puise sa capacité de fascination et comme sa caution morale. Le Moyen Âge aurait-il constitué, avant le second conflit mondial, le dernier refuge des écrivains heureux ?

Notes

1 Il faut citer au moins U. Bähler, Gaston Paris et la philologie romane, Genève, Droz, 2004 (Publications romanes et françaises, 234), et C. Ridoux, Évolution des études médiévales, en France de 1860 à 1914, Paris, Champion, 2001. Je me permets également de renvoyer à mon Joseph Bédier écrivain et philologue, Genève, Droz, 1997 (Publications romanes et françaises, 220).

2 Sur les usages idéologiques du Moyen Âge, voir C. Amalvi, Le goût du Moyen Âge, Paris, Plon, 1996.

3 Le recensement qui suit m’a été grandement facilité par la Bibliographie des romans arthuriens en vers après Chrétien de Troyes, établie par R. Trachsler, Paris, Memini, 1997.

4 Chrétien de Troyes, Le conte du Graal, éd. A. Hilka, Halle, Niemeyer, 1932.

5 Christian von Troyes, Sämtliche Werke, éd. W. Foerster, Halle, Niemeyer, t. 1, Cliges, 1884 ; t. 2, Der Löwenritter, 1887 ; t. 3, Érec und Énide, 1890 ; t. 4, Der Karrenritter, 1899.

6 Jaufre. Ein altfranzösischer Abenteuerroman des XIII. Jahrhunderts, éd. H. Breuer, Göttingen, Gesellschaft für romanische Literatur, 1925.

7 The Vulgate Version of Arthurian Romances, éd. H. O. Sommer, Washington, The Carnegie Institution, 1908-1916 (7 vol.).

8 Gliglois. A French Arthurian Romance of the Thirteenth Century, éd. C. H. Livingston, Cambridge (MA)-Londres, Harvard University Press/Milford, 1932.

9 Le Haut Livre du Graal. Perlesvaus, éd. W. A. Nitze et T. A. Jenkins, Chicago, University of Chicago Press, 1932-1937.

10 The Romance of Tristan by Béroul, éd. A. Ewert, Oxford, Blackwell, 1939 (le t. Il, avec les commentaires, ne paraîtra qu’en 1971 à New York, Burnes & Noble).

11 The Didot Perceval, According to the Manuscripts of Modena and Paris, éd. W. Roach, Philadelphia, University of Philadelphia Press, 1941.

12 Robert de Boron, Le Roman de l'Estoire dou Graal, éd. W. A. Nitze, Paris, Champion, 1927 (Classiques français du Moyen Âge, 57).

13 Gerbert de Montreuil, La Continuation de Perceval, éd. M. Williams, Paris, Champion, 1922-1925 (Classiques français du Moyen Âge, 28) (2 t. complétés en 1975 par un troisième édité par M. Oswald).

14 Renaut de Beaujeu, Le Bel Inconnu, éd. G. Perrie Williams, Paris, Champion, 1929 (Classiques français du Moyen Âge, 38) (remplace l’édition donnée par le même au auteur en 1915 à Oxford, Fox, Jones & Co).

15 L’âtre périlleux. Roman de la Table ronde, éd. B. Woledge, Paris, Champion, 1936 (Classiques français du Moyen Âge, 76).

16 La Queste del Saint Graal. Roman du XIIIe siècle, éd. A. Pauphilet, Paris, Champion, 1923 (Classiques français du Moyen Âge, 33).

17 La Mort le roi Artu. Roman du XIIIe siècle, éd. J. Frappier, Genève, Droz, 1936 (Textes littéraires français, 58).

18 La Folie Tristan de Berne, éd. E. Hoepffner, Strasbourg, Publications de la Faculté des Lettres, 1934, et La Folie Tristan d’Oxford, ibid., 1938 (des versions révisées de ces deux éditions ont paru respectivement en 1943 et 1949).

19 Jaufré. Roman arthurien du XIIIe siècle en vers provençaux, éd. C. Brunei, Paris, Picard, 1943.

20 « Tristan Ménestrel. Extrait de la Continuation de Perceval par Gerbert », éd. J. Bédier-J. Weston, dans Romania, n° 35, 1906, p. 497-530.

21 Le Dit de la Panthère d’amour, éd. H. A. Todd, Paris, Didot, 1880. H. A. Todd (1854-1925) deviendra en 1893 le premier professeur de philologie romane de l’Université de Columbia.

22 Comme nous l’apprend une lettre de Lucien Foulet à Joseph Bédier, du 9 novembre 1902 (à paraître dans le recueil en cours de la Correspondance de Joseph Bédier, Florence, Edizioni del Galuzzo).

23 G. Schoepperle, Tristan and Isolt. A Study of the Sources of the Romance, Francfort-Londres-New York University, Ottendorfer Series of Germanic Monographs 6 et 7 (2 vol. ), 1913; rééd. New York, Burt Franklin, 1959.

24 Voir A. Corbellari, Joseph Bédier..., p. 305-309.

25 Pour plus de précisions sur les rapports des médiévistes anglais et français à la fin du XIXe et au début du XXe siècle, voir mon article « De l’entente cordiale des médiévistes aux Chevaliers de la Table ronde de Jacques Boulenger : le renouveau arthurien dans la France de l’entre-deux-guerres », dans Études Médiévales, n° 6, 2004, p. 220-230.

26 Les travaux n’avaient bien sûr pas été inexistants avant cette date, et Gaston Paris avait écrit sur la littérature arthurienne de nombreux articles (voir U. Bähler, Gaston Paris..., p. 563-638), mais aucune grande monographie n’avait encore été publiée.

27 F. Lot, Étude sur le Lancelot en prose, Paris, Champion, 1918 ; 2e éd. : 1954.

28 On ne reproduira pas in extenso ici le célébrissime prologue de la Chanson des Saisnes : souvenons-nous seulement que le caractère « vain et plaisant » des contes arthuriens s’y opposait diamétralement au caractère « vrai » (voire) des chansons de geste.

29 Garin le Loherain, chanson de geste composée par Jean de Flagy, mise en nouveau langage par A. Paulin Paris, Paris, Hetzel, 1862. Rappelons aussi que P. Paris est l’auteur d’une adaptation toujours rééditée du Roman de Renart : Les Aventures de Maître Renart et d’Ysengrin son compère, mises en nouveau langage et racontées dans un nouvel ordre, Paris, Gallimard, 1993 (Folio) (original : 1861).

30 Aventures merveilleuses de Huon de Bordeaux, pair de France, et de la belle Esclarmonde, ainsi que du petit roi de féerie Auberon, mises en nouveau langage par Gaston Paris, Paris, Didot, 1898.

31 W. J. A. Jonckbloet, Guillaume d’Orange le marquis au court nez, chanson de geste du XIIe siècle mise en nouveau langage, Amsterdam, P. N. van Kampen, 1867.

32 P. Paris, Les Romans de la Table ronde mis en nouveau langage et accompagnés de recherches sur l’origine et le caractère de ces grandes compositions, Paris, Techener, 1868-1877 (5 vol.).

33 J. Bédier, Le Roman de Tristan et Iseut, Paris, Sevin et Rey, puis Piazza, 1900. On en donnera près de six cents éditions tout au long du XXe siècle, le traduisant dans une trentaine de langues. Voir A. Corbellari, Joseph Bédier..., p. 155-296.

34 A. Pauphilet, Études sur la Queste del saint Graal attribuée à Gautier Map, Paris, Champion, 1921.

35 E. Faral, La Légende arthurienne. Études et documents, Paris, Champion, 1929 (3 vol.).

36 J. Frappier, Étude sur La Mort le Roi Artu, Paris, Droz, 1936.

37 P. Zumthor, Merlin le Prophète. Un thème de la littérature polémique, de l’historiographie et des romans, Lausanne, Payot, 1943 ; rééd. : Genève, Slarkine, 1973.

38 E. Baumgartner, Le « Tristan en prose ». Essai d’interprétation d’un roman médiéval, Genève, Droz, 1975 (Publications romanes et françaises, 133).

39 H. de Bornier, La Fille de Roland, Paris, Dentu, 1875.

40 E. Rostand, La Princesse lointaine, Paris, Fasquelle, 1895.

41 Voir M. Roques, « Guillaume Apollinaire et les vieilles chansons », dans Études de littérature française de la Chanson de Roland à Guillaume Apollinaire, Lille-Genève, Giard/Droz, 1949, p. 137-146.

42 Très plaisante et recreative hystoire du très preulx et vaillant chevallier Perceval le Galloys jadis chevalier de la Table ronde lequel acheva les adventures du Sainct Graal, au temps du noble Roy Arthus, avec les illustrations de l’édition ancienne, publié par Guillaume Apollinaire, Paris, Payot, 1918.

43 Voir B. Cendrars, Bourlinguer, éd. C. Leroy, Paris, Denoël, 2003, p. 400 : « Quand je faisais le nègre à la Mazarine, copiant à la main (de mon écriture de chat !) les épais romans de chevalerie en vue d’une nouvelle collection de la Bibliothèque bleue, modernisant l’orthographe (moi qui n’ai jamais pu me fourrer l'orthographe en tête !) de la vieille prose de la Table Ronde, unifiant la ponctuation (moi qui venais de supprimer la ponctuation dans mes plus récents poèmes !) des grimoires du Roi Arthur, remettant ma copie in extenso à Guillaume Apollinaire qui se bornait à y pratiquer des coupes sombres (ce qui avait le don de me mettre en rage !) et de signer le texte (ce qui me laissait absolument indifférent, les romans du fameux cycle de la quête du Graal n’étant tout de même pas de lui, pas plus que Perceval n’est allemand et de Richard Wagner) [...] ».

44 J. Moréas, L’Histoire de Jean de Paris roi de France, texte rajeuni, Paris, Société anonyme « La Plume », 1899 (Bibliothèque artistique et littéraire).

45 D. de Rougemont, « Préface » au Tristan d’André Mary, Paris, Gallimard, 1973 (Folio), p. 22.

46 E. d’Ors, Du Baroque, version française d’A. Rouardt-Valéry, Paris, Gallimard, 1936 (original : 1935).

47 A. Mary, La merveilleuse histoire de Tristan et Lseut et de leurs folles amours, restituée en son ensemble et nouvellement écrite dans l’esprit des grands conteurs d’autrefois, Paris, Gonin, 1937 ; rééd. : Paris, Gallimard, 1941. Sur cette version voir mon article « Joseph Bédier : (d’)écrire la passion. L’écriture et la fortune du Roman de Tristan et Iseut », dans éd. M. Gally, La Trace médiévale et les écrivains d’aujourd’hui, Paris, P.U.F., 2000 (Perspectives littéraires), p. 107-20, en part. 115-17.

48 Voir mon article « Traduire l’ancien français en français moderne. Petit historique d’une quête inachevable » (à paraître dans la revue Babel, Université de Toulon).

49 J. Boulenger, Les Romans de la Table ronde, avec une préface de J. Bédier, Paris, Plon, 1922-1923 (4 vol. ). Voir A. Corbellari, De l’entente cordiale des médiévistes...

50 P. Tuffrau, La Légende de Guillaume d'Orange, Paris, Piazza, 1920 (Épopées et légendes). Voir mon article « L’Adaptation de la geste de Guillaume par Paul Tuffrau ou de l’influence de Joseph Bédier sur la collection des “Épopées et légendes” des éditions Piazza », dans Réception du Moyen Âge dans la culture moderne, dans Médiévales, 23, Amiens, Presses du Centre d’Études médiévales, 2002, p. 61-69.

51 Les Lais de Marie de France, transposés en français moderne par P. Tuffrau, Paris, Piazza, 1923 (Épopées et légendes).

52 La Quête du Graal, mise en langage moderne par A. Béguin, Fribourg, Egloff, 1945 (Le Cri de la France) ; éd. augmentée et présentée par Y. Bonnefoy, Paris, Seuil, 1965 (Points Sagesse).

53 L. des Rieux (mort pour la France), Guillaume d’Orange, tragédie en quatre actes, Avignon, Éditions du théâtre antique d’Orange, 1921.

54 Saint-Georges de Bouhélier, La Tragédie de Tristan et Iseut, Paris, Fasquelle, 1923.

55 H. Mignon, Nouvelle adaptation en vers de Tristan et Iseut, Paris, Éditions du Monde moderne, 1928.

56 N. Ségur, Nouvelles amours de Tristan et Iseut, Paris, Albin Michel, 1924.

57 A. Arnoux, La légende du roi Arthur et des chevaliers de la Table ronde d’après les textes anciens, Paris, Piazza, 1920 ; Huon de Bordeaux, mélodrame féerique, Paris, Albin Michel, 1922 ; Merlin l’enchanteur, Paris, Plon, 1931.

58 J. et J. Tharaud, Les Contes de la Vierge, Paris, Plon, 1940.

59 À l’exception de Bédier qui donne encore à Piazza en 1922 sa traduction de La Chanson de Roland et, en 1927, celle de La Châtelaine de Vergy. Il faudrait certes évoquer le cas de Gustave Cohen et de l’aventure des Théophiliens, mais nous sortons ici du cadre romanesque.

60 Voir C. Buridant, « De l’ancien français au français contemporain. Gué périlleux et quête du traduire. Réflexions sur la traduction des textes médiévaux en français contemporain », dans Translatio litterarum ad penates. Das Mittelalter übersetzen Traduire le Moyen Âge, éd. A. Corbellari, A. Schnyder, C. Drittenbass et I. Weber Henking, Lausanne, Cahiers du Centre de traduction littéraire, n° 47, 2005, p. 17-107.

61 J. Gracq, Le Roi pêcheur, dans Œuvres complètes, Paris, Gallimard, 1989 (Bibliothèque de la Pléiade), t. 1, p. 129.

62 J. Cocteau, Les Chevaliers de la Table ronde, Paris, Gallimard, 1937. Voir R. Baudry, « De Chrétien de Troyes à Jean Cocteau ou les vengeances du mythe », dans éd. D. Quéruel, Amour et chevalerie dans les romans de Chrétien de Troyes, Actes du colloque de Troyes (27-29 mars 1992), Paris, Les Belles Lettres, 1995 (Annales littéraires de l’Université de Besançon), p. 351-360.

63 Voir mon article « Le Merveilleux Breton (Littérature médiévale et surréalisme) », dans éd. F. Gingras, Une étrange constance. Les motifs merveilleux dans les littératures d’expression française du Moyen Âge à nos jours, Québec, Presses de l’Université Laval, 2006, p. 219-228.

64 P. Éluard, La poésie du passé, Paris, Seghers, 1960 (refonte des deux tomes de la Première anthologie vivante de la poésie du passé, Paris, Seghers, 1951).

65 A. Gide, Anthologie de la poésie française, Paris, Gallimard, 1949 (Bibliothèque de la Pléiade).

66 M. Barrès, Un jardin sur l’Oronte, Paris, Plon, 1922.

67 Voir W. Calin, « La tradition épique médiévale dans la littérature moderne : le cas Aragon », dans Charlemagne et l’épopée romane, actes du VIIe Congrès international de la Société Rencesvals, Paris, Les Belles Lettres, 1978, p. 459-68.

68 R. Brasillach, Le procès de Jeanne d’Arc, Paris, Gallimard, 1941.

69 Que l’on songe, par exemple à P. Benoît, La Châtelaine du Liban, Paris, Albin Michel, 1924. Voir R. Baudry, « Échos arthuriens dans les romans de Pierre Benoît », dans Arturus Rex, volumen 11, Acta conventus lovaniensis 1987, Leuven University Press, 1991, p. 491-508.

70 Voir J. Dufournet, « La Chasse spirituelle dans La Forêt perdue de Maurice Genevoix », dans Le Moyen Âge dans la modernité. Mélanges offerts à Roger Dragonetti, Paris, Champion, 1996, p. 183-202.

71 J. Delteil, Jeanne d’Arc, Paris, Grasset, 1925.

72 Voir J.-C. Huchet, « Le Moyen Âge de Louis Ferdinand Céline : la légende du roi Krogold dans Mort à Crédit », dans L’hostellerie de pensée, études offertes à Daniel Poirion, Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 1995, p. 245-252.

73 À cette vue cavalière de la production littéraire, il faudrait ajouter quelques considérations sur le cinéma, du Miracle des loups de Raymond Bernard (1924), où Charles Dullin campe un extraordinaire Louis XI, aux Visiteurs du Soir de Prévert et Carné (1942).

74 Voir A. Mary, Poèmes (1903-1928), Paris, Firmin-Didot, 1928, « Au lecteur », p. X : « m’assimiler complètement au groupe roman serait commettre une erreur de date et méconnaître la génération à laquelle j’appartiens ».

75 Chrétien de Troyes, Érec et Énide, Le Chevalier au Lion, avec illustrations de M. Lalau, Paris, Boivin, 1923 (réédité chez Gallimard en 1944) ; Les Amours de Frêne et Galeran, Le Bel inconnu, L’Aventure du petit pèlerin de Saint-Jacques, Paris, Crès, 1920 ; Le Livre des saintes paroles et des bons faits de notre saint roi Louis composé par Jean, sire de Joinville, et tourné en français moderne, Paris, Crès, 1922 ; La Pucelle à la rose, roman d’amour et de chevalerie de l’an 1200 mis en nouveau langage, Paris, Editions de la Banderole, 1921 ; Le Roman de l’Écoufle de Jean Renart, mis de rime ancienne en prose nouvelle, Paris, Boivin, 1925 ; Guillaume de Lorris et Jean de Meun, Le Roman de la Rose mis en français moderne, Paris, Gallimard, 1949 ; La Chambre des dames, où il est devisé de la Pucelle à la Rose ou Guillaume de Dole, de Pyrame et Thisbé, d'Amadas et Ydoine, de la Châtelaine de Vergy et du Lai de l’Ombre, Paris, Boivin, 1922 ; La Loge de feuillage, où il est devisé de l’enfance d’Éracle, de Cligès et Fénice et de Guillaume d'Angleterre, Paris, Boivin, 1928. (Pour le Tristan, voir plus haut).

76 M. Raymond, De Baudelaire au surréalisme, édition définitive, Paris, Corti, 1940, p. 110. Les citations sont extraites de : A. Mary, Poèmes..., « Au lecteur », p. XIII et XIV.

77 A. Mary, Poèmes..., p. XI-XII.

78 Littré répète cette idée très souvent. Voir par exemple les Études et glanures, Paris, Didier, 1880, en première page desquelles on peut lire que, pour se familiariser avec l’ancien français, « il faut une certaine étude, qui d’ailleurs n’est pas bien longue et que j’ai toujours recommandée ».

79 É. Littré, L’Enfer de Dante, Paris, Didier, 1879. On lira à ce sujet P. Quignard, « Les trois voyages de Maximilien Littré », dans Petits Traités, VIII, LI, Paris, Gallimard, 1990 (Folio), t. 2, p. 525-42.

80 Dante, Œuvres complètes, traduction et commentaires par A. Pézard, Paris, Gallimard, 1965 (Bibliothèque de la Pléiade). L’examen de cette langue impossible, aussi incompréhensible au profane qu’elle peut être irritante pour l’érudit, qui y reconnaît des formes de toutes les époques de la langue française mêlées à des italianismes et à de pures forgeries, ne peut, bien sûr, être envisagé ici. Signalons en passant que Pézard avait publié dans l’entre-deux guerres un Roman de Renart entièrement et directement tiré des anciens manuscrits, Paris, Stock, 1928.

81 La réaction de Mario Roques n’est guère enthousiaste. Il conclut en effet l’annonce de la parution du Tristan, dans Romania, n° 64, 1938, p. 287, par ces mots : « Il en résulte dans son récit un mélange qui donne, me semble-t-il, assez souvent une impression de disparate et d’effort plus que de renouveau et de naïveté. J’ai dit déjà ici combien les versions archaïsantes étaient d’exécution difficile et d’effet incertain ».

82 Mot cité dans mon Joseph Bédier..., p. 289.

83 M. Raymond, dans De Baudelaire..., p. 110-111, décrit Mary comme un « poète savant, grammairien et philologue », à travers qui « la nature parle — une nature rustique et sylvestre de très ancienne Bourgogne — pénétrée par un esprit pieusement attaché à tout ce qui atteste la permanence des choses et le mystère de leur existence ».

84 A. Mary, Poèmes..., p. 149-50 : « Chevalier étendu sous le chêne ».

85 Chrétien de Troyes, Le Chevalier au Lion précédé de Érec et Énide, version en prose moderne par A. Mary, Paris, Gallimard, 1944, p. 21.

86 Bédier, à la fin de sa vie, dira encore à Gustave Cohen : « Votre Chrétien est un précieux » (cité par G. Cohen, Ceux que j’ai connus, Montréal, L’Arbre, 1946, p. 164).

87 G. Cohen, Un grand romancier d’amour et d’aventure au XIIe siècle, Chrétien de Troyes et son œuvre, Paris, Boivin, 1931.

88 A. Mary, Poèmes..., p. 7.

89 Ibid., p. 27-28.

90 J. Bédier, La tradition manuscrite du Lai de l’Ombre. Réflexions sur l’art d’éditer les anciens textes, Paris, Champion, 1929, p. 71.

91 G. Roques, « L’édition des textes français entre les deux guerres », dans G. Antoine, R. Martin (éd.), Histoire de la langue française 1914-1945, Paris, Éditions du C.N.R.S., 1995, p. 993-1000, en part. p. 998.

92 G. Contini, « Ricordo di Joseph Bédier », dans Esercizi di Lettura sopra autori contemporanei, Turin, Einaudi, 1974, p. 358-71, en part. p. 370-71.

93 Voir É. Littré, Études..., p. 353 : « À la fin du douzième siècle et au commencement du treizième, la grammaire de la vieille langue a tout son empire et la régularité grammaticale est un des éléments de la confiance aux émendations ».

© Publications de l’École nationale des chartes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search