Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mémoire des chevaliers

 | 
Isabelle Diu
, 
Élisabeth Parinet
, 
Françoise Vielliard

L’écriture de Delvau

Philippe Ménard

Texte intégral

1On se propose d’étudier le style de trois fascicules signés de Delvau « et une Société de gens de lettres », adaptations en français moderne de textes médiévaux. Ils ont été publiés en 1859 sous le titre de Bibliothèque Bleue. L’un est consacré à Lancelot du Lac, le deuxième à Artus de Bretagne, le dernier à Tristan de Léonois (sic) (ill. 2). Pour simplifier, on parlera ici du style de Delvau, bien qu’il s’agisse d’une entreprise collective.

  • 1 La Bibliothèque nationale de France ne l’indique pas sur le web. Elle ne connaît que les volumes i (...)

2Vingt-neuf fascicules ont été publiés en 1859 et 18601. Le sous-titre exact de la première édition de cette Nouvelle Bibliothèque Bleue est le suivant : Réimpression des romans de chevalerie des XIIe, XIIIe, XIVe, XVe et XVIe siècles par une Société de gens de lettres sous la direction d’Alfred Delvau.

  • 2 Voir R. Poirier, La Bibliothèque universelle des romans. Rédacteurs, textes, public, Genève, Droz, (...)

3Sous le même nom ces textes et d’autres ont été rassemblés en quatre volumes, dix ans plus tard, en 1869, à la librairie Bachelin-Deflorenne. Le titre fut alors Romans de chevalerie. Le tome I présente principalement des adaptations de chansons de geste. Le tome II offre Lancelot du Lac, Artus de Bretagne, Tristan de Léonois, puis cinq récits tirés d’Amadis de Gaule. La mention de la Société de gens de lettres disparaît du titre de l’édition de 1869. Les collaborateurs, qui n’étaient pas nommés en 1859 et 1860, ne sont plus mentionnés. Ainsi va la marche du monde ! Au XVIIIe siècle, il en allait de même pour les rédacteurs de la Bibliothèque universelle des romans2.

4Delvau est un infatigable polygraphe, né en 1825, mort en 1867, qui a multiplié les publications. Ce touche-à-tout a écrit des vers dans des recueils collectifs, avec Paul Arène et Alphonse Daudet. Il a rédigé des contes et des romans. Ce spécialiste de la littérature de boulevard a signé en 1848 Grandeur et décadence des grisettes, en 1850 une plaquette À bas le suffrage universel !, en 1862 une Histoire anecdotique des cafés et cabarets de Paris, en 1864 un Dictionnaire érotique moderne, en 1865 une Histoire anecdotique des barrières de Paris, en 1866 un Dictionnaire de la langue verte, argots parisiens comparés, en 1867 un ouvrage intitulé Les plaisirs de Paris, guide pratique et illustré.

  • 3 Paulmy s’est retiré de l’entreprise de la Bibliothèque universelle des romans en décembre 1778 (le (...)

5Comment un auteur aussi fécond aurait-il eu le temps d’adapter tant de textes médiévaux, même en s’inspirant étroitement de l’œuvre de Tressan ? C’était impossible. En fait, comme Paulmy et après lui Bastide au XVIIIe siècle3, il a dirigé une compagnie de collaborateurs. Le premier fascicule publié est celui des Quatre fils Aymon, le deuxième Huon de Bordeaux. Tristan de Léonois, sorti lui aussi en 1859, est le quatrième de la série.

6On utilisera, pour les références, l’édition de 1869. Les trois textes étudiés sont donnés au public la même année, signe qu’ils ont été préparés et peut-être même rédigés par des hommes de plume. Delvau a dû superviser l’ensemble, mais nous ne savons pas de quelle façon.

  • 4 Un Lancelot cyclique en deux volumes existe à la Bibliothèque de l’Arsenal (ms. 3479-3480) et un a (...)

7Une autre observation. Les trois « romans de chevalerie » ont tous la même longueur. Lancelot du Lac s’étend sur quarante pages à deux colonnes dans un format grand in-8°, Artus de Bretagne sur quarante-et-une et Tristan de Léonois (avec un é et un seul n) sur quarante-huit. Cette étendue identique tient à des raisons de mise en page et de prix. On constate qu’un fascicule possède trois cahiers. Chacun d’entre eux a huit feuillets, soit seize pages recto-verso. Le texte d’Artus de Bretagne n’a que quarante-et-une pages, mais il est suivi de textes divers, fort hétéroclites au demeurant, destinés à compléter le cahier : quatre pages du comte de Tressan « Recherches sur l’origine des romans inventés avant l'ère chrétienne », puis deux pages et demie de « Noëls bourguignons en parler dialectal », écrits, nous dit-on, à Dijon en 1700. Ainsi l’ensemble forme trois cahiers et possède le volume attendu de quarante-huit pages. Il ne faut donc pas s’étonner si Lancelot du Lac s’arrête peu après la scène d’amour entre Lancelot et Guenièvre, au moment où Sagremor noue une aventure galante avec une pucelle. C’est un récit non cyclique, comme aurait dit Elspeth Kennedy, et même très fragmentaire4. En complétant le volume avec quelques pages du comte de Tressan, les rédacteurs révèlent involontairement le modèle suivi, le texte de base de leur compilation.

  • 5 H. Jacoubet, Comment le XVIIIe siècle lisait les romans de chevalerie, Grenoble, 1932, p. 5.
  • 6 Voir A. Martin, La Bibliothèque..., p. 91 et P. Roman, La letteratura..., p. 204.

8Au plan du style, pour isoler véritablement les emprunts et les innovations, il faudrait se livrer à une étude systématique des sources, remonter même jusqu’aux modèles de Tressan. L’Histoire du Chevalier Tristan du comte de Tressan (Bibliothèque universelle des romans, avril 1776) serait tirée, selon Jacoubet5, d’un incunable publié à Rouen en 1589. Il faut corriger cette affirmation car existent aussi un incunable de Paris de 1499 et une édition de 1520, présents à la Bibliothèque de l’Arsenal, ayant donc appartenus à la bibliothèque de M. de Paulmy, initiateur de la Bibliothèque universelle des romans, publiée à Paris de 1775 à 1789, alors que l’incunable de Rouen n’y figure pas6.

  • 7 A. Martin, La Bibliothèque..., p. 100 et P. Roman, La letteratura..., p. 206.

9 Artus de Bretagne (novembre 1776) provient d’une édition de 1584 (.Histoire des merveilleux faits du preux et vaillant chevalier Artus de Bretagne), encore aujourd’hui présente à la Bibliothèque de l’Arsenal7. Le texte de Lancelot du Lac (octobre 1775) serait issu, à en croire Tressan, d’un manuscrit (« Le manuscrit sur lequel nous avons travaillé », dit-il, « est on ne peut plus beau »). On peut en douter. Il a peut-être jeté un œil rapide sur un manuscrit ancien, comme le ms. 3479 de la Bibliothèque de l’Arsenal, mais il s’est surtout inspiré d’une édition imprimée, soit celle publiée à Paris en 1488, soit celle imprimée à Paris en 1494. Toutes deux se trouvent à la Bibliothèque de l’Arsenal car, comme les autres sources de Tressan, elles appartenaient au marquis de Paulmy.

10Il serait utile de déceler dans le vocabulaire et la syntaxe les éléments médiévaux qui sont entrés chez Tressan et ceux qui sont passés ensuite dans les fascicules de la Nouvelle Bibliothèque Bleue. Ce serait un autre travail. Depuis le XVIIIe siècle, les rédacteurs de récits empruntés au Moyen Âge opèrent d’habiles larcins chez leurs devanciers, mais, si l’on passe quelque temps sur leurs traces, on peut les prendre en flagrant délit de copiage.

  • 8 Voir P. Ménard, « La réception des Quatre Fils Aymon au milieu du XIXe siècle », dans éd. D. Quéru (...)

11Les travaux sur l’œuvre attribuée à Delvau ont commencé depuis quelques années8. Dans le présent travail, j’examinerai la langue et le style des trois œuvres retenues. Empruntent-elles beaucoup de termes à la langue médiévale ? Usent-elles d’une rhétorique traditionnelle ? d’un style fleuri ? ou bien d’une écriture plus moderne ? Au sein de l’Histoire de la langue française de Ferdinand Brunot, les volumes consacrés à la langue des XVIIe et XVIIIe siècles nous instruisent sur les habitudes stylistiques de Tressan, puis les analyses de Charles Bruneau dans les tomes XII et XIII de ce vaste ensemble jettent une vive lumière sur la prose du XIXe siècle. Par comparaison, ils permettent de préciser les styles utilisés dans les œuvres signées de Delvau.

I. — LA STRATE MÉDIÉVALE

  • 9 F. Brunot, Histoire de la langue française, t. 3, 1, La formation de la langue classique, Paris, 1 (...)

12Au XVIe et au XVIIe siècles, les mots d’ancien français sont prohibés. On les considère comme « gothiques », et donc vétustes et dépassés. Un traité de Rhétorique française anonyme, daté de 1615, déclare qu’il faut « éviter comme des roches périlleuses les paroles qui sont hors d’usage ». Ce jugement est sans appel. On les juge du galimatias9. On rejette ce que l’on ne comprend pas.

  • 10 H. Jacoubet, Le genre troubadour et les origines françaises du Romantisme, Paris, Belles Lettres, (...)

13En revanche, au XVIIIe siècle le Moyen Âge passionne érudits et écrivains. Une foule de littérateurs s’y intéressent. Tressan est le plus célèbre d’entre eux. On peut se reporter à la thèse de doctorat ès lettres d’Henri Jacoubet, Le comte de Tressan et les origines du style troubadour (Paris, 1923), qui est un livre d'histoire littéraire, et non une étude des sources, ainsi qu’aux travaux annexes du même érudit10. On peut utiliser aussi la remarquable étude de François Pupil, Le style troubadour ou la nostalgie du bon vieux temps (Nancy, 1985), tournée vers l’histoire de l’art, mais qui comporte des analyses très justes sur les thèmes et la peinture de l’amour à cette époque. La Nouvelle bibliothèque des romans, à laquelle Tressan a activement collaboré, de 1775 à 1779, joue un rôle essentiel dans la redécouverte de la littérature médiévale. J’ajouterai que Tressan fait souvent des citations textuelles des anciens textes. Il déverse donc des foules de mots anciens dans ses œuvres.

  • 11 Voir sur ce texte les bonnes remarques d’H. Jacoubet, Le genre troubadour..., p. 50-84.

14Au XIXe siècle, Marchangy renouvelle et étend le goût pour le Moyen Âge dans sa Gaule poétique, dont la première édition est de 1813, et qui sera plusieurs fois réimprimée11. À l’époque romantique avec Victor Hugo (Han d’Islande date de 1821, Notre-Dame de Paris de 1831), avec Michelet et bien d’autres, le Moyen Âge conquiert droit de cité. Sous le Second Empire, le goût pour cette période et cette littérature reste vivace et s’étend encore.

15Il est évident que dans la langue et le style des trois textes examinés apparaît une strate médiévale. C’est une couche très visible. Cela concerne avant tout le lexique.

16Commençons par des expressions et des phrases entières tout à fait étrangères à la langue du XIXe siècle. La dame du Lac s’adresse en ces termes au roi Arthur : « À un si prud’homme que vous, Sire, on ne doit rien celer » (Lancelot, p. 13). La reine Guenièvre aperçoit Galehaut et lui dit : « Comment avez-vous exploité la besogne ? » (Lancelot, p. 34). Perceval arrive à la cour du roi Marc et lui parle ainsi : « Roi parjure et félon pourquoi tiens-tu enclose la reine Yseut et enferré en chartre privée le chevalier Tristan ? » (Tristan, p. 38). Ce sont là transpositions proches des manières de dire anciennes.

17Les archaïsmes de syntaxe sont peu répandus. Citons-en quelques-uns :

  • suppression de l’article défini devant le substantif ou l’adjectif. Ainsi Banin fait le guet « armé de toutes armes » (Lancelot, p. 2) ;
  • antéposition de l’infinitif complément d’un verbe : « si vivre veux » (Tristan, p. 35). Cela se trouve dans une pièce de vers, où l’auteur veut donner de la noblesse à l’expression. L’antéposition du complément est un tour connu du style élevé ou visant l’archaïsme ;
  • emploi du relatif lequel : « un des six preux, lequel étant peu blessé, ne pouvait alors marcher que désarmé » (Tristan, p. 34) ;
  • usage de l’infinitif substantivé : « le boire amoureux » (Tristan, p. 46).
  • 12 Voir dans l’Histoire de la langue française de F. Brunot, t. 12, par C. Bruneau, L’époque romantiq (...)

18Le tour ancien « lui quatrième » (Lancelot, p. 9) est exceptionnel. Charles Bruneau avait remarqué que la suppression des pronoms personnels et de l’article caractérisait « le genre troubadour »12. Ce ne sont pas les seuls traits notables.

19Des mots isolés apparaissent à l’intérieur d’une phrase écrite en langue moderne. Ils donnent au récit et aux dialogues une patine ancienne.

  • 13 Ils étaient employés déjà dans le « style troubadour » du XVIIIe siècle, puis chez Marchangy dans (...)

20D’abord des termes de civilisation, qui n’ont pas de substitut en français moderne13. Par eux-mêmes ils transportent les lecteurs dans un passé lointain.

21Ainsi des noms de montures comme palefroi (Lancelot, p. 3), roussin (Ibid., p. 3), sommier (Ibid., p. 3) bien compris au sens de « cheval de charge ». Des termes de fortification, comme bretèche (Lancelot, p. 30), des parties de l’armure, comme les heaumes lacés (Lancelot, p. 4). Certaines dénominations indiquent la condition sociale, comme varlet (Lancelot, p. 2) désignant les serviteurs d’un roi, comme écuyer (Lancelot, p. 3), comme demoiselle (Lancelot, p. 5) désignant la Dame du Lac, comme vavasseur (Lancelot, p. 6) ou encore comme bachellerie (Lancelot, p. 7) « condition de jeune homme ».

22Des comportements féodaux sont mentionnés : ainsi être l’homme lige (Lancelot, p. 2), être Y homme de quelqu’un (Ibid, p. 2), jurer foi et hommage (Tristan, p. 40). Rapprochons de ces termes avoir fiance (Lancelot, p. 27) et l’expression Je m'engage sur ma foi (Lancelot, p. 27).

23Quand on parle de jurer sur les saints (Lancelot, p. 2), comprenait-on au XIXe siècle qu’il s’agissait de reliques ? J’en doute. Pensait-on qu’en jurant on invoquait le nom d’un saint ? Il se peut. Notons qu’un peu plus loin dans le même texte il est question de jurer sur les saints évangiles (Lancelot, p. 4).

24Apparaissent parfois des mots anciens qui n’étaient pas indispensables. Ils servent à donner de la couleur locale. Ainsi les flèches de l’arc sont dites sagettes (Lancelot, p. 7), l’église est appelée moustier (Lancelot, 8), le médecin est dit quelquefois mire. Ce terme s’applique à Yseult aux blanches mains, qui était très savante mire, très habile chirurgienne (Tristan, p. 45). Mais le mot médecin est employé ailleurs (Lancelot, p. 15). Ce n’est pas forcément le signe que le Tristan et le Lancelot ne proviennent pas de la même plume.

25Parmi les verbes employés, relevons dépriser (Tristan, p. 36) au sens de « dédaigner », avoir pauvre chevance (Tristan, p. 41), quérir (Lancelot, p. 34), assez fréquent, celer (Lancelot, p. 34) plus rare, ou occire (Lancelot, p. 4).

26Quelques indications temporelles ou spatiales désuètes : on arrive à la vesprée (Lancelot, p. 40). On avance par devers le soleil couchant (Lancelot, p. 37). L’adverbe céans est assez répandu : « la dame de céans » (Lancelot, p. 27).

27Des comportements moraux : Banin est appelé un chevalier très preux (Lancelot, p. 3). Lancelot est dit sage, habile et entendu (Lancelot, p. 7). L’adjectif sage est bien compris au sens médiéval de « avisé ». Autres formules : la « prud’homie du bon Farien » (Lancelot, p. 8), Dinadan qualifié de bon gabeur {Tristan, p. 43).

28Quelques termes d’adresse peuvent être signalés : le roi Ban à son épouse dit Dame (Lancelot, 2). Ailleurs on entend : « Beaux doux neveu » (Lancelot, p. 10).

29Certaines expressions médiévales devaient toujours être comprises du public cultivé au XIXe siècle : ainsi crier merci (Lancelot, p. 2). La tournure est d’ailleurs liée à « demander secours ». Le contexte permet au lecteur de ne pas se tromper.

30Quelques erreurs sont à signaler. Il arrive aux rédacteurs de recopier une expression médiévale et, en l’abrégeant, de se méprendre. Au début du Lancelot, on nous dit que le fils unique du roi Ban de Benoïc (le translateur n’emploie pas de tréma et il devait prononcer Benwék ou Benwak) était communément appelé Lancelot, « bien que par son droit il se nommât Galaad » (p. 1). Il aurait fallu ici par son droit nom. La suppression du substantif est fâcheuse.

31Erreur sur le sens d’un mot. Le texte parle d’« une maison de grand pourpris et de joyeuse ornementation » (Lancelot, p. 44). Le rédacteur ne connaissait pas bien le sens de pourpris, qui signifie « enclos » et « jardin ». Il croyait sans doute que ce terme appartenait au monde de la parure et des arts ou désignait l’aspect noble d’un édifice.

32Ailleurs dans le même texte Vavasseur est pris pour un nom de personne (Lancelot, p. 23). Le texte l’affuble d’une majuscule. On nous dit : Yvainle-Batard voulut occire Vavasseur. Mais il faut ajouter qu’en d’autres endroits du même texte le mot vavasseur est employé comme nom de fonction.

  • 14 Dans le style noble, glaive est préféré à épée. Dans nos textes, le mot épée est habituel, glaive (...)

33Autre confusion, mais excusable en raison de l’évolution sémantique du mot. Le terme glaive est employé pour désigner l’épée, conformément à l’étymologie latine, et non au sens de lance, contrairement aux usages des romans de chevalerie. Le texte du Lancelot parle de Banin qui porte un terrible coup d’épée à un ennemi pénétrant dans le château appelé ici Trible. Il nous dit que le héros « le traversa de son glaive » (Lancelot, p. 4)14.

34On décèle çà et là quelques anachronismes. Pour dire « enlever son heaume », les rédacteurs usent d’un mot récent : ôter son casque (Tristan, p. 43). Malheureusement ce vocable n’est pas antérieur à la fin du XVIe siècle. Le terme est donc tout à fait déplacé.

35Tristan porte « des armes dépourvues de tout ornement et sans panache » (Tristan, p. 40). Le rédacteur ignorait que le mot panache était né au XVIe siècle, qu’il vient de l’italien pennachio. Il ne savait pas que ce faisceau de plumes serré en bas et flottant en haut n’existait pas au Moyen Âge. Il avait entendu parler du panache blanc d’Henri IV et il croyait sans doute qu’il en allait de même à l’époque des chevaliers de la Table Ronde.

36Il est question du chambellan du roi Marc (Tristan, p. 38). Mais cette fonction de gentilhomme de la cour chargé du service de la chambre du souverain est inconnue des romans de chevalerie. Le même texte parle aussi des officiers du roi (Ibid. p. 38).

37Relevons une expression du XVIIIe siècle employée à tort. Au lieu de parler du royaume d’Artur, le texte dit se trouver dans les États d’Artur (Tristan, p. 37). Un peu plus loin, il est précisé que dans une salle de Cornouailles « se trouvaient déjà réunis les représentants des divers États de son royaume » (Tristan, p. 40). Les pays d’États étaient, comme on sait, des provinces rattachées tardivement à la couronne et qui avaient encore une assemblée des trois États. La tournure est révélatrice : nos auteurs l’ont prise au comte de Tressan. Le vocabulaire trahit l’emprunt.

  • 15 Trésor de la langue française, t. 4, p. 1099.
  • 16 Trésor de la langue française, t. 4, p. 17.
  • 17 Trésor de la langue française, t. 4, p. 16.

38Des expressions de la langue du XIXe siècle se substituent souvent aux tournures médiévales. Le savoir de Merlin est une « science mystérieuse et cabalistique, qu’il tenait de son père » (Lancelot, p. 6). L’adjectif cabalistique n’est pas attesté avant 153215. L’expression être un gentilhomme accompli (Lancelot, p. 7) est employé pour qualifier le jeune héros du Lancelot. Le tour « je me passerai de votre égide » dans la bouche de Lancelot (Lancelot, p. 7) surprend. Le bouclier d’Athéna n’a rien à faire au temps des romans de chevalerie. L’expression aller jouer aux bagues (Lancelot, p. 9) n’apparaît pas avant le XVIe siècle16. C’était un jeu d’adresse où l’on essayait d’atteindre avec le bout de la lance un anneau suspendu en l’air. On disait au XVIe siècle courir la bague. Mais les exemples cités dans le T.L.F.17 montrent que si l’expression n’est nullement médiévale, elle est encore utilisée aux XVIIIe et XIXe siècles : à preuve Bernardin de Saint Pierre, Madame de Staël, enfin plus tard les Concourt.

39Concluons ce premier examen. On ne trouve pas chez les rédacteurs anonymes beaucoup d’effets d’entassement. La prose de ces fascicules est par moments un calque de la prose du comte de Tressan, lui-même assez souvent emprunteur direct aux romans qu’il a lus, résumés et parfois volontairement reproduits. Mais on trouve moins de mots médiévaux que chez Tressan, qui cite parfois textuellement des passages entiers selon la version tardive qu’il avait sous la main.

40Dans nos textes, point de multiplication de vocables disparus, point de recherche excessive de dépaysement. Nos auteurs restent discrets. Ils écrivent et ils font parler habituellement leurs personnages dans la langue courante de leur temps. Le fond de la langue reste donc moderne. Les archaïsmes ne se pressent pas en rangs serrés à l’intérieur de la même phrase. Tels un piment exotique, ils saupoudrent le récit. Nous ne sommes pas dans les Contes drôlatiques de Balzac. Certes, le style que l'on pourrait appeler « mâchicoulis » donne un certain air d’antiquité et produit toujours du pittoresque. Mais les vieilles expressions s’insèrent et s’intègrent habilement dans le vocabulaire et dans le mouvement des phrases.

II. — VOCABULAIRE ET RHÉTORIQUE CLASSIQUES

  • 18 Voir F. Brunot, Histoire de la langue française, t. 3, 1, La formation de la langue classique, Par (...)
  • 19 Voir F. Brunot, Histoire de la langue française, t. 3, 1, La formation de la langue classique, Par (...)
  • 20 Voir le chapitre sur « La hiérarchie des mots », p. 747-748 et le chapitre sur « Le goût, L’esprit (...)

41Rappelons d’abord que le style du comte de Tressan, modèle de nos textes, reste profondément néoclassique, épuré de toute audace. Dans le tome III de son Histoire de la langue française, intitulé La Langue classique (1660-1715), Ferdinand Brunot consacre un utile chapitre à « L’honnêteté dans le langage » (p. 279-297). Il analyse le développement de la pruderie. Dans le domaine stylistique, les nouvelles alliances de mots sont passées au crible18. Les images sont tolérées si elles sont naturelles, logiques et conformes au goût des puristes19. Les images neuves sont condamnées. Le conservatisme littéraire perdure à l’époque de Tressan. Le tome X de l’Histoire de la langue française de F. Brunot, La langue française dans la tourmente, Deuxième Partie, Le Retour à l’ordre et à la discipline (Paris, 1968), le montre clairement20.

42Les fascicules étudiés ici n’ont pas été écrits à la va-vite, de premier jet, sans recherche stylistique par des collaborateurs mal payés qui auraient choisi de s’acquitter de leur tâche à moindres frais. Il n’en est rien. On peut distinguer, semble-t-il, dans ces textes trois tons et styles.

43D’abord, de temps en temps, un ton neutre, degré zéro de l’écriture, servant à narrer sans fioritures ni sensiblerie des séries d’aventures. Les mots inconvenants sont proscrits. Quelques vieux termes émaillent le récit. On rencontre ce style narratif dans Lancelot du Lac. Le récit court alors, sans s’encombrer de maximes ou d’images. En voici un bref exemple, pris à une scène de transition, l’ouverture d’un chapitre :

Dès l’aube, le prisonnier sortit de la geôle et de la cité, monté sur son cheval, avec son écu vermeil et les armes qu’il avait lorsqu’il avait été pris par la reine des autres dames, et se dirigea vers l’armée du roi Artus, campée sur l’un des bords de la rivière. Là était une loge, tendue richement, où se tenaient le roi et la reine, ainsi que d’autres dames et demoiselles pour assister aux diverses phases (sic) de la journée. Là aussi à côté d’Artus, se tenait messire Gauvain, qui s’y était fait porter, quoique malade, et n’en pouvait plus. Bientôt le chevalier à l’écu vermeil s’arrêta sur la rive du gué et s’appuya tout songeur sur sa lance (Lancelot, p. 27).

44Des pauses assez équilibrées rythment le mouvement des phrases. Ce style narratif est exempt de lourdeur. L’adverbe lancé en tête de deux phrases successives est bien venu. Peut-être la périphrase désignant la dame de Malehaut (la reine des autres dames) est-elle énigmatique. Cela mis à part, avec clarté et sur un rythme agréable se succèdent les phrases de cette petite ouverture qui suit le déplacement du Chevalier Vermeil (alias Lancelot) vers le lieu du tournoi.

45L’écriture la plus répandue est un style élégant et orné. Par rapport à la toile de fond de la prose simple, il possède des enrichissements et il accède à un niveau supérieur. Il ne s’agit pas d’une prose d’art. Le concept est étranger à l’entreprise collective patronnée par Delvau. Mais on pourrait parler d’un style relevé.

46La matière traitée excluait l’emploi du style oratoire. Le récit propose au public un lexique choisi et quelques élégances de construction. D’où le vocabulaire assez conventionnel de cette prose. Pour donner du lustre à l’expression, on emploie des mots nobles, même s’ils sont dénués de relief. Le texte parle d’entrer sous la ramée (Tristan, p. 40), il est vrai dans une pièce de vers appelée triolet. Ailleurs Yseult prend un air pâmé (ibid. p. 37). On préfère pâmée (Artus, p. 35) à évanouie (ibid, p. 35), moins souvent attesté.

  • 21 C. Bruneau, L’époque romantique..., t. 13, p. 52.

47De même que dans la littérature néoclassique on parle d’un rameau verdoyant, d’une douce paix, d’un pur amour, d’une sainte et pure amitié, de chagrins rongeurs21, de même dans nos textes il est question d’un sommeil réparateur (Artus, p. 72), de mains tremblantes (Artus, p. 24, à deux reprises dans la même page), d’un intrigant habile (Artus, p. 7), d’un souper plantureux (Artus, p. 33). Les substantifs appellent certains adjectifs. Au sein du couple formé par le substantif et l’adjectif on préfère les alliances conformes à l’usage reconnu. Exemples de vieilles associations, devenues banales : une femme blanche comme un lis (Artus, p. 18) ou Yseult qui chante des ballades langoureuses (Tristan, p. 35). À propos d’Yseult, on mentionne sa tête charmante (Tristan, p. 35), ses cheveux blonds et soyeux (Ibid, p. 35). Marc est décrit comme vindicatif et jaloux (Tristan, p. 39). Le texte parle de l’« ineffable bonheur de ces deux amants » (Tristan, p. 43). La forêt est dite vaste, profonde et obscure (Artus, p. 13). Tout cela ne témoigne pas d’un grand effort de renouvellement.

48On emploie parfois des tours syntaxiques reconnus par l’usage : par exemple l’antéposition de l’adjectif, procédé traditionnel. À propos des chants d’Yseult on évoque « le mélodieux accent de cette voix amoureuse » (Tristan, p. 35). C’est une sorte d’inversion poétique qui fait penser aux changements de place du complément de nom placé avant le substantif qu’il détermine ou du complément circonstanciel placé avant le verbe dans les textes poétiques. Ces tournures cherchent à distinguer la poésie du sermo pedestris.

49Mentionnons aussi des comparaisons ou des métaphores peu originales. On nous dit que des souvenirs du passé reviennent au cœur d’un héros drus comme grêle, chauds comme braise (Artus, p. 35). Au sujet de Jeannette, première héroïne d’Artus de Bretagne, le texte parle de l’angélique pureté de son âme (Artus, p. 37). La jeune Yseult déclare à Tristan en Irlande : « Votre visage respire un parfum d’honnêteté » (Tristan, p. 7). Le sire de la Lande raconte à un ami une aventure passée. La dame de Roussillon s’est approchée de lui : « elle vint à nouveau mêler sa fraîche haleine à mon souffle ardent » (Artus, p. 17). L’eau d’une source devient du cristal : Yseult se promène en forêt « aux environs d'une claire fontaine dans le cristal de laquelle elle mirait son doux visage » (Tristan, p. 35). Dans Artus de Bretagne Jeannette est qualifiée de « fleur délicate que la misère commençait à pâlir » (p. 3). La comparaison de la femme à une fleur n’est pas nouvelle. Autres comparaisons académiques : Yseult aux blanches mains a « un front d’une pureté et d’une innocence à faire rougir les anges » (Tristan, p. 44). La même créature est dite une « belle enfant ignorante des folies et des ivresses de l’amour » (Tristan, p. 44). Le mot ivresse n’est pas une nouveauté.

50Quelques images font référence à l’Antiquité. Deux métaphores alambiquées : Tristan cesse de courir les aventures et va passer quelques jours avec Yseult à la Joyeuse Garde. Dans le style orné du rédacteur, cela devient : « il était bien permis à ce chevalier couvert de laurier de consacrer trois jours à se couronner de myrtes » (Tristan, p. 37). Le laurier d’Apollon et le myrte de Vénus font leur apparition dans le texte. Allusions déplacées. Autre exemple : Le temps qui passe trop vite est présenté en ces termes : « Il faudrait pouvoir arrêter dans son vol rapide cet éternel vieillard armé d’une faux qu’on appelle le Temps » (Tristan, p. 130). Le rédacteur est ici prétentieux par son rappel de la mythologie antique et plat car cette allégorie du temps qui passe est usée jusqu’à la corde. C’est un faux enjolivement.

51Le langage orné de la politesse mondaine est présent dans les scènes de salutation. Lancelot parle en ces termes à Yseult : « Incomparable fleur de grâce et de beauté, dit Lancelot, en fléchissant galamment un genou » (Tristan, p. 36). Nous sommes dans la société d’Ancien Régime ! Lancelot s’exprime comme un marquis du XVIIIe siècle.

52Le style classique se caractérise aussi par des hyperboles. On emploie fréquemment des tours amplificateurs à propos des personnages. On prête à Tristan des éperons dorés (Tristan, p. 37), à Gauvain des lèvres ardentes (Lancelot, p. 47).

53Pour donner de la dignité à l’expression, on use de constructions superlatives, à la manière biblique, par répétition d’un substantif accroché au premier nom au moyen de la préposition de. Cet emploi intensif apparaît de temps en temps : Artus le preux des preux (Tristan, p. 41). Lancelot le preux des preux (Ibid., p. 42). Les rédacteurs écrivent parfois comme l’abbé Delille.

54Ils utilisent aussi des périphrases plus ou moins pompeuses, rarement neuves : à mesure qu’ils cheminaient vers le pays de Cornouailles, les amants « avançaient également vers le pays radieux qu’on appelle l’Amour » (Tristan, p. 9). On se croirait sur la carte du Tendre. Pour suggérer l’union sexuelle le rédacteur du Tristan parle « du divin livre qu’on doit lire à deux jusqu’au bout » (Tristan, p. 19). Ailleurs, pour désigner l’union physique, le rédacteur met dans la bouche d’un personnage l’expression cueillir les appétissantes fleurs de l’amour (Lancelot, p. 45). C’est une femme qui parle, elle-même éprise de Sagremor. Le refus du mot propre et le goût pour la périphrase pudique appartiennent à la phraséologie du style noble.

55Les pièces en vers insérées dans Tristan de Léonois sont du même genre. Elles s’avèrent toutes empruntées au comte de Tressan. Mais le rédacteur du Tristan de Léonois s’est gardé de tout recopier. Il a fait un choix dans les poésies de son devancier. Il laisse de côté la complainte mise dans la bouche d’Yseult qui commence ainsi :

  • 22 Voir le texte dans H. Jacoubet, Le comte de Tressan..., p. 289. Ce critique déclare justement « No (...)

Feuillage épais, vert gazon, doux silence,
Bien invitez a prendre le repos ;
Mais tant revient si douce ramembrance
Que de mes cris j’éveille les échos22.

56On notera chez le comte de Tressan le mélange du ton noble et du style prosaïque. Le rédacteur de la Bibliothèque Bleue préfère citer la poésie suivante :

Avec Yseult et les amours
Ah ! que je fais un doux voyage !
Heureux qui peut vivre toujours
Avec Yseult et les amours.
Elle est maîtresse de mes jours,
Près d’elle ils sont tous sans nuage,
Avec Yseult et les amours
Ah ! que je fais un doux voyage (Tristan, p. 40).

  • 23 Sur l’emploi du mot amours au pluriel en ancien français, je renvoie aux deux études que j’ai cons (...)

57Malgré l’emploi d’un refrain pour ouvrir et pour clore la strophe, malgré l’insertion interne d’un vers de refrain, malgré l’exclamation et le ton soupirant prêté à Tristan qui chante ce triolet (trois strophes du même genre), la platitude de la pièce reste évidente. Ces vers sont trop logiques et trop raisonnables. Aucun frémissement ne ride leur surface, aucune image ne les soulève. L’emploi du mot amour au pluriel est sans doute une évocation des putti de la mythologie antique. Cet ornement paraît ici déplacé23.

58Les poésies insérées çà et là dans le texte de Delvau sont du même ordre. On y relève d’antiques périphrases sur la Parque ennemie (Tristan, p. 35), des références aux dieux romains : « Nos doux liens c’est bien l’œuvre des Dieux ». L’expression reste prosaïque : « Yseult n’es-tu pas fatiguée ? » (Tristan, p. 41). Les adaptateurs s’inspirent des façons d’écrire qui prédominaient à la fin du XVIIIe siècle. D’où des élégances surannées, des images devenues des chevilles. Langue à la fois banale et prétentieuse. L’abbé Delille était mort en 1813. Mais le modèle qu’il représente reste le parangon de la poésie néoclassique.

  • 24 Cité par C. Bruneau, dans F. Brunot, Histoire de la Lingue française, t. 13, 2, L’époque réaliste, (...)

59Quelques années plus tard, à propos de l’union de l’adjectif et du substantif, Alphonse Daudet dira que « L’épithète doit être la maîtresse du substantif, jamais sa femme légitime. Entre les mots il faut des liaisons passagères, mais pas de mariage éternel »24. Assez souvent nous sommes loin de cet idéal.

III. — STYLE MODERNE

60Toutefois cette prose n’est pas dénuée de mouvement et de vivacité. Elle appartient aussi aux modes et aux goûts des écrivains du XIXe siècle.

61Relevons la fermeté du langage, l’art des formules frappantes qui donnent de la vivacité à l’expression, des images qui apportent en sus couleur et pittoresque. Les auteurs usent d’antithèses. Ils les placent dans la bouche des personnages : « Froissez votre cœur au profit de votre honneur » (Tristan, p. 44). L’homéotéleute n’est pas mal venue. Le locuteur, Arthur, souhaite que Tristan restitue Yseult à son légitime époux. Autre exemple : « Il faut nous séparer pour pouvoir nous réunir plus tard », déclare la fille du roi de Norgalles à Gauvain (Lancelot, p. 47).

62Jeux de constructions parallèles ou renversements de propositions. Un personnage, le Sire de la Lande, parlant à la Dame de Roussillon, lui dit : « J’ai soif de votre amour, j’ai faim de votre cœur » (Artus, p. 17). Dans le récit Yseut aux blanches mains est dépeinte « chaste comme une ignorante et ignorante comme une chaste » (Tristan, p. 19).

63Autre procédé : les sentences et maximes insérées surtout dans les dialogues. Les rédacteurs savent donner des arêtes fermes à leur propos. Recours à un proverbe : « Il n’est si bonne compagnie qui ne se quitte » (Tristan, p. 37). Apparence d’adage ancien : « Les pauvres gens n’ont pas d’amis » (Artus, p. 2). Création d'une maxime piquante : « Le repos me fatigue et l’immobilité m'ennuie » déclare le jeune héros d’Artus de Bretagne (p. 2). Autre formule : « L’innocence n’a pas toujours l’éloquence de la coquetterie » (Tristan, p. 14). Ou encore la maxime finale du Lancelot : « Les longues amours font les courtes gloires » (Lancelot, p. 48). Ce sont les dernières paroles de Gauvain à Sagremor au terme de l’histoire. Ce héros, en effet, part avec une jolie femme et ne s’engage nullement à revenir à la cour d’Arthur. Le procédé de l’affirmation paradoxale est parfois utilisé : « un silence plus inquiétant que le bruit » (Lancelot, p. 47).

64Le mélange des tons est manifeste. Des commentaires persifleurs apparaissent brièvement. Le titre du chapitre X est éloquent : De l’embarras dans lequel se trouva Yseult le soir de son mariage avec le vieux roi Marc et du moyen héroïque qu'employa en cette occasion la courageuse Brangien. Comme quoi c’est la foi qui sauve ! (Tristan, p. 9).

65Le style parlé occupe dans les textes une place notable. Des voix différentes se font entendre. Des personnages interviennent parfois avec force dans les scènes de défi (Tristan, p. 13) et peuvent se montrer sarcastiques. Le ton courtois prédomine, mais il n’est pas exclusif. Des propos langoureux sont fréquents : « Vous m’affligez en vain, ma douce amie » (Artus, p. 30). Des discours pathétiques dans Artus de Bretagne : scène de séparation entre le héros et Florence qui s’aiment (p. 30), prière à Dieu du vieux duc Jean (p. 36), retrouvailles d’Artus et de Jeannette et annonce du prochain départ du héros (p. 36). La recherche du pathétique est conforme à l’esprit du temps.

66Le langage vulgaire est quasiment inconnu. On peut citer un exemple au début de Lancelot du Lac quand le jeune et bouillant Banin crie au sénéchal félon « Hola ! fils de pute ! » (p. 4). On trouve un second exemple dans le même texte. Yvain le Bâtard apostrophe en ces termes un personnage félon : « Ah ! Ah ! Fils de pute, traître, vous nous deviez héberger sur votre parole, et vous nous avez trahis » (Lancelot, p. 23). Ce style bas reste un écart exceptionnel. Il est justifié par la situation. Nos auteurs ne tiennent pas à dégrader leurs personnages. Il n’emploient donc guère de vocables appartenant au ton vulgaire.

67Quelques exemples rares de style familier au sein du langage parlé : « Oh ! Oh ! beau neveu », s’écrie le vieux roi Marc, appâté par la beauté d’Yseult qu’il découvre lors de son débarquement en Cornouailles (Tristan, p. 9). À plusieurs reprises le roi Marc lance une interjection de surprise « Oh ! Oh ! » (Tristan, p. 14). Elle le rend ridicule. La première exclamation qui fuse de sa bouche lorsqu’il s’adresse à Yseult est la suivante : « Eh ! Eh ! mignonne » (Tristan, p. 9). Le roman d’aventures d’Artus de Bretagne donne quelques exemples de parler familier : « Vous vous échauffez là à contretemps et à contrepoil » (p. 15), dit Hector à Gouvernau, qui le semonce. Dans le récit du Lancelot, à propos de Claudas il est dit : « c’était un très bon chevalier, mais traître en diable » (Lancelot, p. 1).

68Victor Hugo se signalait par la juxtaposition de termes nobles et de mots bas. Les contrastes étaient saisissants. Nos auteurs ne sont pas très modernes sur ce point. Le ton narquois n’est pas inconnu de nos textes, mais les langages du narrateur et de ses personnages cherchent rarement à créer des dissonances. Le style parlé respecte habituellement les bienséances. Les auteurs de ces fascicules sont au fond d’eux-mêmes des esprits timorés, et non des révolutionnaires du langage.

69Le ton idyllique existe. Il n’est pas dépourvu de charme. À certains moments exceptionnels, contrairement aux règles classiques qui demandaient de ne pas confondre les genres, de réserver les effusions lyriques pour les pièces en vers et de donner à la prose des qualités d’ordre, de raison et de logique, une certaine poésie affleure dans la prose. Ce n’est pas encore une prose poétique, mais une prose sensible, émue, harmonieuse, rythmée. Les caresses, les baisers, la tendresse partagée sont courants dans ces scènes.

70Voici un exemple de description idyllique au début d’Artus de Bretagne. Le héros a rencontré la jeune et jolie Jeannette dans la forêt. La nature en fête s’accorde à l’amour.

La matinée était belle, claire et souriante. La rosée scintillait en diamants à la pointe de toutes les herbes. Les oiselets chantaient par la forêt leurs plus douces chansons. L’aubépine et l’églantier embaumaient l’air, déjà chargé des âpres et fortifiantes senteurs des chênes. C’était, en un mot, comme une fête donnée par la nature en l’honneur de ces beaux jeunes adolescents, qui ne connaissaient de la vie que son aurore et son printemps, c’est-à-dire les jeux et les rires, les caresses et les chansons (Artus, p. 3).

71Peu après l’auteur précise que :

Artus et Jeannette s’entr’aimaient à leur insu, de la façon la plus innocente et la plus chaste, de bon cœur et de loyal cœur, sans penser à mal ni l'un ni l’autre, comme s’entr’aiment les oiseaux et les fleurs (Artus, p. 3).

72L’allégresse de la nature répond aux sentiments des deux jeunes tourtereaux. On notera les adjectifs beau, clair, souriant, doux, jeune, le climat de douceur et de tendresse, le mouvement équilibré des phrases. Le rythme bien balancé provient peut-être de Chateaubriand, l’enchanteur, modèle de tous les Romantiques. En tout cas, une cadence harmonieuse est présente en maints passages de ces textes.

73On se croirait au temps de Daphnis et Chloé. Comme dans le roman de Longus, on voit des adolescents ingénus et des amoureux innocents, qui se rencontrent au sein de la nature. Non sans grâce et fraîcheur, le rédacteur d’Artus de Bretagne retrouve parfois le ton de l’idylle antique en peignant des amours adolescentes. La tendresse réciproque des amoureux et les baisers échangés constituent des motifs classiques. Dans sa thèse sur Le comte de Tressan et les origines du genre troubadour, Henri Jacoubet a bien mis en lumière l’inspiration de plusieurs auteurs du XVIIIe siècle : ils considèrent le Moyen Âge comme le bon vieux temps, l’ingénuité native des commencements. Le motif du « baiser dans sa première innocence » est vivant dans ces textes (p. 113). Ce Moyen Âge travesti n’est pas dépourvu d’une certaine poésie. Des diminutifs comme enfantelet (Lancelot, p. 5) créent un climat de tendresse. De même, les références aux oiseaux. À propos de Tristan et d’Yseult il est dit : « les oiseaux ne pépient jamais si tendrement que dans leur nid » (Tristan, p. 43).

74Parfois vibre un ton passionné. Surgissent alors des évocations enflammées, chargées d’images voluptueuses. Gauvain devant le corps nu de la fille du roi de Norgalles : « ...se penchant sur la belle dormeuse comme sur une fleur épanouie qui se fait parfumée pour être mieux cueillie, il couvrit son divin corps de baisers aussi nombreux que brûlants » (Lancelot, p. 45). En se réveillant, la même femme pousse un cri « comme une colombe effarouchée » (Lancelot, p. 45). Un peu plus loin, on voit la même héroïne « collant ses lèvres amoureuses sur les lèvres ardentes de son amant » (Lancelot, p. 47), et Gauvain « prit un suprême et dernier baiser sur les belles lèvres rouges et parfumées comme miel » (Lancelot, p. 47). Le motif du baiser d’amour suscite souvent comparaisons ou métaphores. Dans Artus de Bretagne Péronne narre son aventure avec le jeune Aymar, qui la sauve des flammes et qui s’unit aussi à elle alors qu’elle se trouve sans connaissance dans l’obscurité. Elle dit : « L’instant d’après je me sens blessée et je pousse un cri ; je crois sentir une rose brûlante qui me ferme les lèvres, je m’évanouis à nouveau » (Artus, p. 7).

75Quelques images neuves et fortes, parfois railleuses : « un regain d’amour pousse dru dans le cœur de ce vieux barbon » (Tristan, p. 39). La passion amoureuse devient une herbe vivace. Image nouvelle, assez forte. Entre Marc et Tristan « ce fut », nous dit le texte, « une réconciliation plâtrée » (Tristan, p. 37). Image assez puissante ! Bréus en regardant Yseult et Brangien « se prépara à goûter le bonheur des vautours » (Tristan, p. 35). Autre trouvaille ! Le rédacteur du Tristan lance des flèches au vieux roi Marc. Après la nuit de noces avec Brangien, il se lève avant le jour. Le narrateur commente : « Les vieillards, on le sait, ne savent pas rester tard au lit : il leur semble toujours que c’est une anticipation du cercueil » (p. 10).

76De rares fautes de goût. Avant de jouter contre un adversaire Lancelot déclare « J’y vais bon jeu, bon argent, sans méfiance ni précaution » (Tristan, p. 42). La première locution semble sortie d’un cercle de joueurs où l’on parie une somme d’argent. C’est mal venu ici. À propos des baisers échangés par Tristan et Yseult : « les derniers baisers ont toujours la même saveur et la même volupté que les premiers : c’est le seul ragoût dont on ne se dégoûte jamais » (Tristan, p. 43). La comparaison des baisers d’amour avec des morceaux de viande et des légumes cuits en sauce n’est guère distinguée.

77Le comte de Tressan a légué aux adaptateurs du milieu du XIXe siècle à la fois une strate médiévale et une rhétorique néoclassique. Les rédacteurs de la Nouvelle Bibliothèque Bleue ne se sont pas donné la peine de regarder les incunables ou les éditions du XVIe siècle. Ils n’en avaient pas le temps. Le souci de respecter les convenances et d’ennoblir le discours, l’emploi de certaines images traditionnelles remontent à l’œuvre du comte de Tressan.

78Entre les trois textes examinés quelques différences se rencontrent. Lancelot du Lac est empli de combats, D’où une écriture assez souvent neutre, peu marquée. Les nombreux affrontements chevaleresques ne se prêtaient guère à des exercices de style. Mais la rhétorique est présente dans d’autres passages : ainsi le moment où s’exhalent les plaintes de l’épouse éplorée du roi Ban au début du texte (Lancelot, p. 5). Le pathétique appelle des phrases plus longues, plus harmonieuses, plus émues. Les adjectifs employés (pauvre, souffreteux, perdurable, pitoyable, tendre, pieuse) traduisent l’émotion de la reine. Ce texte paraît sortir des mêmes mains que les deux autres fascicules.

79D’une manière générale, dans ces textes les grands effets sont rares. Point d’expressivité violente, de contrastes saisissants, de syntaxe heurtée, emplie de brisures et d’anacoluthes, d’images hardies qui surprennent ou qui éblouissent. Point de style mélodramatique. Tout semble couler de source. Une élégance de bonne compagnie colore un récit souvent lisse et sans arêtes, où l’on respecte la concordance des temps et où l’on use de l’imparfait du subjonctif. Assez souvent ces petits contes ne paraissent pas appartenir à leur époque. Ils ne semblent pas les contemporains des œuvres de Hugo ou de Michelet. Leur vocabulaire reste archaïque.

  • 25 L. Gautier, Les épopées françaises : études sur les origines et l’histoire de la littérature natio (...)

80Faut-il porter sur l’œuvre de Delvau et de ses collaborateurs les jugements véhéments que Léon Gautier formule à propos des transformations tardives des épopées. Cet érudit ne les ménage pas. En ce qui concerne les mises en prose de la fin du Moyen Âge, il y trouvait de la « prolixité »25, des abrègements et du délayage, des « traductions serviles » et des « banalités ». Il condamne « le texte affaibli et décoloré de nos romans en prose ». À ses yeux ce sont des œuvres de « décadence », c’est « une méchante prose ».

81Les auteurs d’incunables ne sont pas mieux traités : pour lui « ce n’étaient pas des aigles : c’étaient, comme nous l’avons déjà entrevu, de simples scribes aux gages de tel ou tel libraire ». La plupart « ont atténué et, pour ainsi parler, efféminé la vigueur de nos vieilles chansons ». D’où l’impression pour Léon Gautier « d’alanguissement et de platitude ». À vrai dire, on pourrait se demander si c’est une tare que d’adoucir l’implacable violence des antiques chansons de geste, si ce n’est pas une heureuse innovation.

  • 26 L’épée en verrouil est une épée portée horizontalement comme les gentilhommes de cour : voir Tréso (...)
  • 27 L. Gautier, Les épopées françaises..., t. 1, Paris, 18782, p. 458.
  • 28 L. Gautier, Les épopées françaises..., t. 1, p. 460.

82À propos de la Bibliothèque universelle des romans, Gautier n’est pas plus tendre. Les textes médiévaux ont été « rajeunis ou plutôt défigurés. On avait été chercher dans les vieux cimetières ces grands guerriers du XIIe et du XIIIe siècle ; on les avait exhumés tout chargés de leurs hauberts, leurs heaumes en tête, leurs lances et leurs épées en main. On les habilla en jolis seigneurs du XVIIIe siècle : on leur passa des bas de soie ; on leur infligea des épées en verrou26 et des vestes brodées. On leur apprit ensuite le beau langage et on les fit parler comme des héros de boudoir »27. Pour lui, les textes de la Bibliothèque universelle des romans sont des « romans habillés à la moderne, défigurés, méconnaissables »28.

  • 29 « Pauvres petits livres, mal imprimés et encore plus mal écrits, je ne puis cependant me défendre (...)
  • 30 L. Gautier, Les épopées françaises..., t. 2, p. 696.

83En ce qui concerne les opuscules de la Bibliothèque bleue, ces petits livres « imprimés sur vilain papier », ils offrent le texte des incunables ou des romans du XVIe siècle, plus ou moins modifié. Malgré la sympathie qu’il éprouve pour eux29, il est obligé de constater leurs défauts : « Des fautes grossières éclatent dans ces textes maladroitement rajeunis »30. Gautier ne parle pas, à vrai dire, de la Nouvelle Bibliothèque Bleue, mais de celle qui était destinée aux classes populaires. Il la voit entre les mains des paysans des campagnes.

84Tous les « défauts » vigoureusement stigmatisés par Léon Gautier se cumulent-ils dans les textes attribués à Delvau ? Il faut répondre par la négative. Les rédacteurs des fascicules étudiés, qui vivaient à une époque de profond bouleversement poétique, ne sont pas dépourvus de talent. Ils n’adhèrent plus à toutes les règles stylistiques des siècles anciens. Une nouvelle écriture se manifeste au sein de cette Bibliothèque bleue destinée à un public cultivé. Des images piquantes ou touchantes naissent spontanément sous la plume des rédacteurs. Des trouvailles embellissent leur prose. Le sens de la formule et le goût de l’antithèse la rendent plaisante. Dans les grands moments du récit (descriptions de la nature au printemps, de la beauté d’une femme, scènes de méditation mélancolique, de rencontres, de séparation, de retrouvailles, de déclaration d’amour, de baisers, d’union sensuelle où les êtres se tiennent « bouche à bouche et cœur à cœur » (Artus, p. 15), une prose harmonieuse et bien rythmée ainsi que les frémissements d’un style imagé traduisent assez bien les mouvements de la sensibilité.

85Avec leurs mérites et leurs défauts ces œuvres constituent une étape intéressante dans l’histoire de la transmission des romans de la Table Ronde. Elles ont joué un rôle important pour la survie des textes médiévaux et le maintien du goût pour le Moyen Âge. Il faut en savoir gré aux auteurs anonymes qui ont œuvré dans l’ombre, sous la tutelle de leur habile mentor, Alfred Delvau.

Notes

1 La Bibliothèque nationale de France ne l’indique pas sur le web. Elle ne connaît que les volumes imprimés. Mais les fascicules se trouvent mentionnés dans leur ordre sur le vieux et solide Catalogue général des livres imprimés de la Bibliothèque nationale, Paris, t. 38, 1909, p. 74.

2 Voir R. Poirier, La Bibliothèque universelle des romans. Rédacteurs, textes, public, Genève, Droz, 1977, p. 31. Pour les romans du Moyen Âge et de la Renaissance, les auteurs de contributions sont Tressan, Paulmy et Legrand d’Aussy. D’après A. Martin, La Bibliothèque universelle des romans (1775-1789), Oxford, Voltaire Foundation, 1985, p. 58, le comte de Tressan aurait publié 1782 pages dans la B.U.R. et Paulmy 478.

3 Paulmy s’est retiré de l’entreprise de la Bibliothèque universelle des romans en décembre 1778 (le premier volume avait été publié en juillet 1775) à la suite d’un différend avec le comte de Tressan, qui lui avait reproché d’exercer une censure et d’avoir supprimé des « gaietés » de ses textes : R. Poirier, La Bibliothèque..., p. 14. On notera que les textes de Tressan ont été publiés à nouveau par lui-même dans le Corps d’extraits de romans de chevalerie, Paris, Pissot père et fils, 1782.

4 Un Lancelot cyclique en deux volumes existe à la Bibliothèque de l’Arsenal (ms. 3479-3480) et un autre manuscrit non cyclique (ms. 3481) qui s’arrête au tome IV de H. O. Sommer (The Vulgate Version of Arthurian Romance, Washington, The Carnegie Institution, 7 vol., 1908-1910), p. 302, ligne 40 d’après E. Kennedy, Lancelot du Lac, Oxford, Clarendon Press, 1980, p. 4. Il y a aussi un exemplaire de l’édition de Vérard (1494) en trois volumes selon B. Woledge, Bibliographie des romans et nouvelles en prose française antérieurs à 1500, Genève, Droz, 1954, p. 77. Tressan prétend s’être servi d’un manuscrit orné au frontispice des armoiries « des maisons de Neuville, de Renty et de Croy » (Bibliothèque universelle des romans, octobre 1775, p. 63). Ce serait le ms. Arsenal 3479 d’après Paola Roman dans son intéressant travail « La letteratura cortese-arturiana ed epico-carolingia nella Bibliothèque universelle des romans (1775-1789) », dans Annali della Ca’ Foscari, n° 29, 1990, p. 201. Dans son livre A Medievalist in the Eighteenth Century, Le Grand d’Aussy (La Haye, 1975, p. 297), G. Wilson estime que les extraits de Lancelot du Lac sont dus à Le Grand d’Aussy et ont été préparés pour la publication par le marquis de Paulmy. Mais il n’en apporte aucune preuve. A. Martin l’a suivi dans La Bibliothèque..., p. 83. Affirmation sans doute à rectifier. Certes, dans le ms. Arsenal 6608 Legrand d’Aussy compare brièvement le roman en prose de Lancelot dans les mss. 3479 et 3480 de l’Arsenal et dans le ms. 3482. Mais les notes de Legrand d’Aussy mises dans le ms. 3479 dateraient de 1777 et seraient donc postérieures au texte de Tressan, d’après Paola Roman.

5 H. Jacoubet, Comment le XVIIIe siècle lisait les romans de chevalerie, Grenoble, 1932, p. 5.

6 Voir A. Martin, La Bibliothèque..., p. 91 et P. Roman, La letteratura..., p. 204.

7 A. Martin, La Bibliothèque..., p. 100 et P. Roman, La letteratura..., p. 206.

8 Voir P. Ménard, « La réception des Quatre Fils Aymon au milieu du XIXe siècle », dans éd. D. Quéruel, Entre épopée et légende : Les Quatre Fils Aymon ou Renaut de Montauban, Langres, 2000, D. Géniot, t. 2, p. 199-228. Sauf erreur, ce travail est le premier à avoir attiré l’attention sur Delvau. Depuis lors, on signalera l’intéressante étude de B. Guidot, « La manière d’Alfred Delvau : un nouveau regard sur le Moyen Âge », dans Cahiers de recherches médiévales (XIIe - XVe siècles), n° 12, 2005, p. 83-101. B. Guidot se fonde sur Huon de Bordeaux et surtout sur Guérin de Monglave, nom parfois donné à ce texte.

9 F. Brunot, Histoire de la langue française, t. 3, 1, La formation de la langue classique, Paris, 1909, p. 101.

10 H. Jacoubet, Le genre troubadour et les origines françaises du Romantisme, Paris, Belles Lettres, 1929, notamment les p. 1-98 et Comment le XVIIIe siècle lisait..., p. 5-26 sur le roman de Tristan et p. 27-31 sur Artus de Bretagne.

11 Voir sur ce texte les bonnes remarques d’H. Jacoubet, Le genre troubadour..., p. 50-84.

12 Voir dans l’Histoire de la langue française de F. Brunot, t. 12, par C. Bruneau, L’époque romantique, Paris, A. Colin, 1968, p. 136.

13 Ils étaient employés déjà dans le « style troubadour » du XVIIIe siècle, puis chez Marchangy dans sa Gaule poétique (1817), dans Han d’Islande (1821) de Victor Hugo, dans l'Histoire des ducs de Bourgogne de Barante (1824-1826), chez Michelet, dont l'Histoire de France en six volumes paraît de 1833 à 1844 et chez beaucoup d’autres.

14 Dans le style noble, glaive est préféré à épée. Dans nos textes, le mot épée est habituel, glaive exceptionnel. Dans le volume XIII de l'Histoire de la langue française de Ferdinand Brunot (p. 53) C. Bruneau reproduit l’article épée et l’article glaive du Gradus français ou Dictionnaire de la langue poétique de L. J. M. Carpentier (Paris, 1822), ancien professeur de rhétorique et membre de l’Université. Les épithètes reçues pour le mot glaive sont les suivantes au sein de la poésie néoclassique : meurtrier, homicide, inhumain, exterminateur, sanguinaire, étincelant, flamboyant, menaçant, acéré, perçant, tranchant, ensanglanté. On parle du tranchant du glaive, de la fureur du glaive. Le terme appartient pleinement au vocabulaire de la poésie néoclassique.

15 Trésor de la langue française, t. 4, p. 1099.

16 Trésor de la langue française, t. 4, p. 17.

17 Trésor de la langue française, t. 4, p. 16.

18 Voir F. Brunot, Histoire de la langue française, t. 3, 1, La formation de la langue classique, Paris, 1909, p. 546-549 ; t. 6, Le XVIIIe siècle, Première Partie, Le mouvement des idées et le vocabulaire technique, Paris, 1930, p. 778, sur la langue artistique qui est composite, et t. 6, Deuxième partie, La langue postclassique par Alexis François, nouv. éd. par F. Deloffre, Paris, 1966, p. 1026 (« Les procédés de style noble, L’art de dire noblement les petites choses »).

19 Voir F. Brunot, Histoire de la langue française, t. 3, 1, La formation de la langue classique, Paris, 1909, p. 550-566.

20 Voir le chapitre sur « La hiérarchie des mots », p. 747-748 et le chapitre sur « Le goût, L’esprit de mesure », p. 755-758, le développement sur les images jugées suspectes (p. 756). Voir aussi « Soumission générale des écrivains », p. 769-780.

21 C. Bruneau, L’époque romantique..., t. 13, p. 52.

22 Voir le texte dans H. Jacoubet, Le comte de Tressan..., p. 289. Ce critique déclare justement « Nous sommes en plein style troubadour ». Tressan ne se prive pas d’inventer. H. Jacoubet a justement signalé que dans le lai de Tristan Je fis jadis chansons et lays, si les premiers vers remontent à l’original, les quatre derniers couplets ont été composés par le comte de Tressan.

23 Sur l’emploi du mot amours au pluriel en ancien français, je renvoie aux deux études que j’ai consacrées à ce problème : « Vos beles amours me hastent, Sens et emploi du mot amour au pluriel en ancien français », dans Etudes de lexicologie, de lexicographie et de stylistique offertes à Georges Matoré, Paris, 1987, p. 141-158 et « Amours au pluriel dans les rondeaux et les refrains », dans éd. R. T. Pickens, Studies in Honor of Hans-Erich Keller, Medieval French and Occitan Literature and Romance Linguistics, Kalamazoo, Western Michigan University, 1993, p. 213-225.

24 Cité par C. Bruneau, dans F. Brunot, Histoire de la Lingue française, t. 13, 2, L’époque réaliste, Deuxième partie, La prose littéraire, Paris, 1972, p. 100.

25 L. Gautier, Les épopées françaises : études sur les origines et l’histoire de la littérature nationale, t. 2, Paris, V. Palmé, 18922, p. 572-622.

26 L’épée en verrouil est une épée portée horizontalement comme les gentilhommes de cour : voir Trésor de la langue française, t. 16, p. 1052 (un exemple de Daudet).

27 L. Gautier, Les épopées françaises..., t. 1, Paris, 18782, p. 458.

28 L. Gautier, Les épopées françaises..., t. 1, p. 460.

29 « Pauvres petits livres, mal imprimés et encore plus mal écrits, je ne puis cependant me défendre d’une profonde émotion à la vue de vos pages grisâtres et de vos gravures ridicules. Oui, je suis ému, comme aussi je l’étais quand aux portes des églises d'Italie, on me vendait d’informes petits libelles en vers italiens qui racontent encore aujourd’hui la gloire et les exploits des héros français, des héros de nos Épopées. Je les aime ces petits livres bleus, et les conserve précieusement sur le rayon le plus aimé de ma bibliothèque » (L. Gautier, Les épopées françaises..., t. 1, p. 459).

30 L. Gautier, Les épopées françaises..., t. 2, p. 696.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540