Version classiqueVersion mobile

Mémoire des chevaliers

 | 
Isabelle Diu
, 
Élisabeth Parinet
, 
Françoise Vielliard

Du Tristan de Tressan à la Nouvelle Bibliothèque Bleue d’Alfred Delvau, les avatars du Tristan en prose

Thierry Delcourt

Texte intégral

1Si l’histoire des amours tragiques de Tristan et Iseut a connu un grand succès tout au long du Moyen Âge, ce n’est pas dans la version la plus célèbre aujourd’hui, celle des romans en vers de Béroul et de Thomas d’Angleterre, qu’elle a été le plus souvent lue. Les seuls manuscrits, fragmentaires, que nous possédions des versions en vers — celles de Béroul, de Thomas, et les deux Folies d’Oxford et de Berne — remontent en effet au XIIe et au XIIIe siècle. Il ne s’agit d’ailleurs que d’épaves, plus ou moins longues, qui montrent à l’évidence que ces textes n’ont pas connu une grande diffusion en français, contrairement à leurs traductions en allemand et en norrois. En réalité, l'histoire de Tristan et Iseut s’est avant tout répandue en France, en Italie et dans le domaine hispanique grâce au Roman de Tristan en prose, une vaste adaptation dans laquelle Tristan devient, à l’égal de Lancelot, l’un des principaux chevaliers de la Table ronde, et où il participe, de manière assez effacée, à la quête du Saint Graal. Sa rédaction peut être datée du début du XIIIe siècle, peu après celle du Lancelot en prose.

LE TRISTAN EN PROSE

  • 1 Rouen, Jehan Le Bourgeoys, 30 septembre 1489 ; quatre éditions publiées à Paris par Antoine Vérard, (...)
  • 2 Le premier livre du Nouveau Tristan, prince de Leonnois, chevalier de la Table ronde, et d’Yseulte, (...)

2On connaît aujourd’hui plus de quatre-vingts manuscrits du Tristan en prose, copiés entre le XIIIe et le XVIe siècle, et plusieurs éditions imprimées dont la plus récente date de 15331. Il a également servi de source directe à deux réfections du XVIe siècle, celle de l’écrivain lyonnais Pierre Sala, qui est restée manuscrite, et celle de Jean Maugin dit L’Angevin, qui fut éditée pour la première fois en 15542.

  • 3 E. Löseth, Le roman en prose de Tristan, le roman de Palamède et la compilation de Rusticien de Pis (...)
  • 4 Voir notamment E. Baumgartner, Le Tristan en prose, essai d’interprétation d’un roman médiéval, Gen (...)
  • 5 Édition de la version dite « Vulgate », correspondant à V.II. : Genève, Droz, 9 vol. 1987-1997 ; éd (...)

3À la suite des recherches menées par Eilart Löseth à la fin du XIXe siècle3, et plus récemment par Emmanuèle Baumgartner4 et par l’équipe réunie sous la direction de Philippe Ménard5, on distingue quatre versions principales du Tristan en prose : la version la plus répandue et la plus complète, dite « V.II. » ou « Version Vulgate », a servi de base à l’édition publiée chez Droz. Il ne peut toutefois s’agir de la version primitive du texte, dans la mesure où elle abrège de manière explicite plusieurs épisodes qu’on retrouve dans d’autres versions. Les trois autres versions combinent toutes, à des degrés divers, le texte de cette version V.II. à des épisodes issus tantôt du cycle du Lancelot-Graal, tantôt de ce qu’on appelle la Post-Vulgate, ou cycle du Pseudo-Robert de Boron.

  • 6 Dans les versions en vers, Tristan meurt en Petite Bretagne, aux côtés d’Iseut aux Blanches Mains ; (...)

4Une cinquième version, abrégée, subsiste dans le manuscrit français 103 de la Bibliothèque nationale de France et, en partie, dans le manuscrit Bibl. Vat., Reg. Lat. 727. Cette version a servi de source aux imprimés du XVe et du XVIe siècle. Elle a connu une certaine renommée à l’époque moderne, car elle contient la seule rédaction en français de la mort des amants qui soit conforme à la tradition du Tristan en vers, telle qu’on peut la connaître par les traductions en allemand et en norrois : c’est donc à partir du manuscrit 103 que Bédier l’a racontée6.

  • 7 Seul un petit nombre des romans de chevalerie que publient alors les Oudot et les Garnier de Troyes (...)
  • 8 Au XVIIe siècle, si Lancelot et Perceforest sont assez souvent cités, Tristan semble avoir été conn (...)

5Plusieurs romans de chevalerie, parmi lesquels on trouve des mises en prose de chansons de geste du cycle de Charlemagne, comptèrent parmi les grands succès de l’imprimerie au XVe et au début du XVIe siècle, notamment chez les imprimeurs parisiens et lyonnais. Bien qu’ils fussent passés de mode auprès du public cultivé, ils continuèrent d’être diffusés et lus tout au long du XVIIe et du XVIIIe siècle grâce aux livrets de colportage de la Bibliothèque bleue, imprimés d’abord à Troyes, puis dans de nombreuses autres villes comme Caen, Rouen ou encore Épinal7. C’est à travers ces modestes publications que certains amateurs du XVIIIe siècle redécouvrirent les romans de chevalerie du Moyen Âge. Mais la matière de Bretagne était totalement absente du répertoire de la Bibliothèque bleue, et sombra presque totalement dans l’oubli, sinon chez quelques amateurs d’antiquités. C’est en particulier le cas de l’histoire de Tristan et Iseut, qui semble n’avoir été connue que d’un très petit nombre de savants à l’époque moderne8.

TRESSAN ET LA REDÉCOUVERTE DU TRISTAN

  • 9 Louis-Élisabeth de La Vergne de Tressan (1705-1783), compagnon d’étude du jeune Louis XV, mena une (...)

6Il faudra attendre la Bibliothèque universelle des romans, où écrit notamment le comte de Tressan9, pour qu’un large public redécouvre les aventures des chevaliers de la Table ronde, grâce aux résumés et adaptations de romans comme Lancelot du Lac, Perceforest, Guiron le Courtois ou la Quête du Saint Graal. De la matière de Bretagne, Tressan lui-même n’adapta que Tristan de Léonois et Artus de Bretagne, en 1776, préférant la geste de Charlemagne (Huon de Bordeaux, La Fleur des batailles, Guérin de Monglave, Gérard de Nevers) ou encore d’autres textes médiévaux français (par exemple le Roman de la Rose, Cléomades et Claremonde, d’après Adenet le Roi, le Petit Jehan de Saintré, Flores et Blanchefleur, Pierre de Provence).

  • 10 Le Tristan de Léonois du comte de Tressan est paru dans le premier volume de la Bibliothèque univer (...)
  • 11 Neuf éditions autonomes parues entre 1780 et 1849 ; le vaudeville écrit par Dumersan et Brazier pou (...)
  • 12 Neuf éditions également, parues entre 1780 et 1860, souvent dans des collections populaires ; Les r (...)

7C’est donc dans son adaptation, rééditée à plusieurs reprises jusqu’aux années 182010, que lecteurs et lectrices de la fin du XVIIIe et du début du XIXe siècle ont frémi aux aventures tragiques de Tristan et Iseut. Il faut toutefois noter que d’autres adaptations de romans de chevalerie signées du comte de Tressan ont eu plus de succès, tels le Petit Jehan de Saintré, qui fut réédité jusqu’en 1849 et adapté au théâtre en 181711, Gérard de Nevers, qui connut plusieurs éditions jusqu’en 186012, ou encore Pierre de Provence, qui remplaça la version d’origine dans la Bibliothèque bleue à partir des années 1820.

  • 13 Tressan, comme la plupart des rédacteurs initiaux de la Bibliothèque universelle des romans, utilis (...)
  • 14 Paris, Bibl. nat. de Fr., fr. 757, 772, 97, 340, 349, 100 et Chantilly, Musée Condé 648.

8La source directe du comte de Tressan est sans aucun doute l’une des versions imprimées de la fin du XVe ou du XVIe siècle, car il donne, comme elles, la rédaction remaniée de la mort des amants13. Mais il ajoute également au texte ordinaire de ces versions imprimées la scène bien connue du rendez-vous épié, issue des versions en vers et que l’on ne trouve que dans un très petit nombre de manuscrits du Tristan en prose (dont ils forment la « troisième version », selon le classement d’Emmanuèle Baumgartner14). Il faut donc en déduire que Tressan ne s’est pas contenté d’une source imprimée unique, mais qu’il a également travaillé à partir de certains manuscrits de la Bibliothèque du Roi.

  • 15 Pour plus de détails à ce sujet, voir T. Delcourt, « Le Tristan de Léonois du comte de Tressan », d (...)

9Le travail d’adaptation du comte de Tressan peut être ramené à quelques caractéristiques simples15 :

    • 16 Par exemple, le combat entre Tristan et le dragon au début du roman, les aventures de Lancelot dans (...)
    • 17 Par exemple, la mort de Kaherdin, les aventures de Palamède à la Cité Vermeille.

    bien que Tristan de Léonois soit l’un des textes les plus longs de la Bibliothèque universelle des romans, Tressan abrège considérablement sa source, qui n’est elle-même qu’une version condensée du Tristan en prose. Il supprime des épisodes entiers16 ou en résume d’autres en quelques lignes, en laissant de côté des notations ou des personnages jugés accessoires17. Il recompose le récit et lui donne un caractère presque exclusivement linéaire, faisant ainsi disparaître l’entrelacement, qui est l’une des techniques caractéristiques de la littérature arthurienne en prose, mais n’était probablement plus conforme au goût du XVIIIe siècle ;

  • il commente souvent le texte, traduit certains termes rares et remet en perspective la matière romanesque pour un public peu familier du vocabulaire et des coutumes du Moyen Âge ;

    • 18 Les correspondances entre le texte du Tristan en prose imprimé et les pièces lyriques de Tressan so (...)

    enfin, il transforme le roman médiéval en œuvre galante du XVIIIe siècle, en mettant l’accent par ses commentaires sur sa dimension sentimentale et courtoise, et en éliminant presque totalement combats et scènes violentes. Il remplace les lais lyriques qui émaillent le Tristan en prose par des poésies de son cru, dans le genre pastoral alors en vogue18. Il insiste également sur ses qualités littéraires, et sur ce que lui doivent des auteurs comme Boccace ou l’Arioste.

  • 19 F. Michel, Tristan, recueil de ce qui reste des poèmes relatifs à ses aventures, Paris, Techener, 1 (...)

10Entre 1835 et 1839, Francisque Michel donne la première édition scientifique des romans en vers de Tristan19. Cette redécouverte fait suite à des travaux pionniers, comme ceux de l’abbé de La Rue ou de Roquefort, qui recourent directement aux manuscrits médiévaux plutôt qu’aux copies et analyses réalisées au XVIIIe siècle par Tressan, Legrand d’Aussy ou La Curne de Sainte-Palaye. On pourrait donc penser que la mise au jour du matériau le plus ancien, sinon du matériau primitif, de l’histoire de Tristan et Iseut, conjuguée à la celtomanie ambiante, aurait fait disparaître la version de Tressan, témoin d’un goût dépassé. Or il n’en a rien été.

LE TRISTAN DE LÉONOIS D’ALFRED DELVAU

  • 20 Les vingt-neuf fascicules sont parus à Paris, chez Lécrivain et Toubon. Ils ont été réimprimés en 1 (...)

11En 1859-1860, le polygraphe Alfred Delvau fait paraître en vingt-neuf fascicules une Bibliothèque bleue, sous-titrée « réimpression des romans de chevalerie des XIIe, XIIIe, XIVe, XVe et XVIe siècles, faite sur les meilleurs textes par une société de gens de lettres »20. Tristan de Léonois constitue le quatrième fascicule de cette série, où l’on retrouve quelques grands classiques de la Bibliothèque bleue (Les Quatre Fils Aymon, Huon de Bordeaux, Pierre de Provence, Mélusine, Galien Restauré, Jean de Paris ou Fierabras), mais aussi de nombreux autres textes inconnus du répertoire de colportage, comme l’Amadis des Guides, Flores et Blanchefleur, Witikind, L’Épervier blanc, etc. Parmi eux, la matière de Bretagne n’est pas absente, avec Artus de Bretagne, Lancelot du Lac, La Reine Genièvre et Tristan de Léonois.

  • 21 Dans la suite de cet article, le texte du comte de Tressan est cité d’après l’édition du Corps d’ex (...)

12Or, malgré le sous-titre trompeur de la série, le Tristan de Léonois d’Alfred Delvau n’est nullement une adaptation (et encore moins une réimpression) d’un des romans de Tristan que l’on pouvait lire au Moyen Âge, mais un toilettage du Tristan de Léonois du comte de Tressan21.

  • 22 C’est le cas, entre autres, des poésies lyriques. On notera aussi la présence, chez Delvau comme ch (...)
  • 23 Par exemple, au chapitre XLII : « Comme le roi Marc viola une seconde fois son serment, à l’égard d (...)

13Globalement, la structure du texte de Delvau est extrêmement proche de celle de Tressan, dont maintes séquences entières sont reprises sans aucune modification22. La principale différence de forme tient au découpage en chapitres, qui s’ouvrent tous sur une rubrique qui en résume le contenu23, et sur une lettrine. Le but est, bien sûr, d’évoquer la présentation des manuscrits médiévaux que des ouvrages de vulgarisation ont alors commencé à faire connaître à un public assez large. Il n’en est donc que plus intéressant d’étudier les changements que Delvau a apportés à sa source, pour tenter de les caractériser et de comprendre leurs motivations.

SUPPRESSIONS ET TRANSFORMATIONS

14Delvau n’a pas pour impératif d’abréger sa source : son texte, qui correspond à quarante-huit pages de grand format, imprimées de manière assez dense en deux colonnes, est d’une longueur voisine des cent quatre-vingt-trois pages petit in-octavo du Tristan de Tressan. À côté des nombreux passages où il se contente de recopier à l’identique (ou avec des modifications de détail) le texte de Tressan, il intervient pourtant constamment, tantôt pour l’abréger, tantôt pour l’allonger.

15Il supprime tout le début du roman, qui raconte l’histoire des ancêtres de Tristan et permet de le rattacher à la lignée de Joseph d’Arimathie (Tressan, p. 1-21). Il commence donc son récit par la naissance du héros. Il supprime également la scène où Tristan tue Brunor, le valet à la cotte mal taillée (Tressan, p. 41-42), la rencontre avec Nabon et Ségurades (Tressan, p. 66-73), celle entre Lamorat et Lancelot (Tressan, p. 76-77) et celle entre Tristan et la demoiselle de Morgain (Tressan, p. 79), ce qui a pour conséquence de faire disparaître la mention de l’anneau que celle-ci veut enlever de force au roi Arthur (Tressan, p. 80). Delvau omet aussi la rencontre entre la demoiselle de Cornouailles et Breüs Sans Pitié (Tressan, p. 105), la scène du rendez-vous épié (Tressan, p. 146-148), la guerre contre Hélyas durant laquelle Tristan sauve le royaume de Cornouailles des envahisseurs Saisnes (Tressan, p. 149-153) et la quête du Graal (Tressan, p. 167-169), ce qui l’oblige à donner une explication très différente de la séparation de Tristan et Iseut qui va mener au retour de celle-ci auprès de Marc (ch. XLVII, p. 44).

16Enfin, il enlève généralement les commentaires littéraires ou historiques que Tressan intègre dans le récit. Par exemple :

Nous ne pouvons qu’applaudir à la prudence et à la modestie de l’auteur de ce roman. Il croit qu’on imaginera sans peine à quel point ils sçurent jouir du bonheur de ne se plus quitter, et il n’entreprend point de peindre leur heureuse situation ; mais il emploie les plus fortes couleurs à rendre le désespoir de Palamèdes, lorsqu’il apprend que la reine Yseult est au pouvoir de Tristan (p. 163-164).

17En revanche, Delvau modifie très peu le vocabulaire de son modèle, et verse rarement dans le pittoresque médiéval. Parmi les rares exemples, notons le qualificatif de jolie, appliqué à la fille de Houël de Petite Bretagne (p. 23), transformé en cointe par Delvau (ch. II, p. 2), Iseut appelée la mie de Tristan (ch. VIII, p. 7), et dite amiteuse pour lui (ch. XIV, p. 13), la filleule d’Iseut aux Blanches Mains, demoiselle chez Tressan (p. 178), mais gente pucelle chez Delvau (ch. LU, p. 47), ou encore l’obscure prison où est enfermé Tristan (p. 143), devenue un cul-de-basse-fosse chez Delvau (ch. XLI, p. 38).

LES AJOUTS DE DELVAU

18Delvau ajoute souvent des notations à tonalité sentimentale, qui devaient sans doute toucher le public féminin auquel il s’adressait. Elles sont d’ailleurs parfois empreintes d'un réalisme qui peut frôler la trivialité. Parmi une multitude d’autres, on en relèvera quelques exemples glanés au fil du texte :

  • 24 Alfred Delvau ne reculait pas devant les anachronismes.

Méliadus aimait Isabelle, mais Isabelle aimait plus encore Méliadus, et, à cause de cela, ce fut un immense bonheur pour elle de sentir remuer dans ses entrailles une petite créature qui allait ainsi devenir un gage de leur mutuel amour (ch. I, p. 1).
Gouvernail et la demoiselle d’honneur furent très embarrassés de ce fardeau vivant que leur laissait là, sur les bras, la malheureuse Isabelle. Ils en prirent soin néanmoins ; ils le réchauffèrent ; ils l’embrassèrent, mais il leur fut impossible de le nourrir, on le comprend bien. Tristan vagissait et criait de toutes ses forces ; la demoiselle d’honneur pleurait ; Gouvernail appelait à son aide tous les saints du Paradis (ch. I, p. 2).
À quelque temps de là, elle essaya une seconde fois de consommer son crime. Cette fois encore, elle échoua. Méliadus était présent ; il la vit, pâle et tremblante, porter d’elle-même aux lèvres de Tristan une coupe dans laquelle il crut reconnaître du poison : il lui arrêta le bras et s’assura qu’il ne s’était pas trompé. C’était bien du poison (ch. II, p. 3).
Toute fille de roi qu’elle était, Bélinde était femme : elle trouva l’occasion qu’elle couvait avec habileté depuis quelque temps. Tristan se promenait un jour dans le jardin du palais. Il vit tout-à-coup sortir d’une charmille une gente fille de seize ans qui vint se jeter dans ses bras en le couvrant de baisers brûlants comme braise : c’était Bélinde ! — Tristan ! Tristan ! Je t’aime !... lui dit la princesse entre deux baisers (ch. III, p. 3).
Tristan, qui ne perdait pas un seul instant de vue l’adorable fille du roi Argius, fut témoin de cette déclaration formulée très clairement par la pantomime expressive de Palamèdes, et, croyant voir en ce chevalier sarrasin un rival dangereux, il ressentit une douleur profonde, qui n’était autre chose qu’une profonde jalousie (ch. VII, p. 6).
Yseult pleura, cela va sans dire. Il va sans dire aussi que Tristan regretta sa mie avec toutes les larmes de son cœur. Il regagna le royaume de Cornouailles, complètement guéri de la blessure que lui avait faite la beauté sans pareille de la fille du roi d’Irlande. Au moins cette blessure-là avait son charme !... (ch. VIII, p. 7).
Le roi Marc ne douta pas un seul instant de la véracité du récit d’Yseult, malgré les invraisemblances qui pouvaient s’y rencontrer. Tout au contraire, il s’empressa de serrer la main du prince sarrasin24 et de confirmer le don que la reine lui avait promis (ch. XII, p. 12)
Marc revit sa jeune femme avec infiniment de plaisir. Il remercia son neveu de la lui avoir ramenée, quoiqu’il eût préféré la devoir à un autre qu’à ce jeune homme beaucoup trop beau pour n’être pas aimé de toutes les femmes. Le vieux monarque se rappelait l’enthousiasme avec lequel Tristan lui avait parlé pour la première fois de la fille d’Argius, et il soupçonnait quelque amourette sous roche. D’ailleurs, depuis le départ de Brangien, il ne lui avait pas été possible de retrouver la nuit enivrante qu’il avait passée entre les bras de cette fausse Yseult, et cela le contrariait autant que cela le scandalisait. On devine pourquoi. Cette jalousie qui mordait de temps en temps le vieux cœur de ce vieux monarque semblait mordre aussi d’autres cœurs plus bas que le sien. La reine était aimée, mais le chambellan Tristan avait des envieux. Il avait grandi vite dans la cour du roi Marc, et cela offusquait certains de ces esprits vulgaires qui se montrent sans pitié pour les esprits élevés. Et puis, en voyant Yseult si amiteuse pour lui, on devinait quelque manigance amoureuse, et on les épiait (ch. XIV, p. 13).
Il faut l’avouer, l’innocence n’est pas toujours l’éloquence de la coquetterie. Les âmes naïves ne savent pas être adroites. Marc se sentit persuadé. Peut-être y mit-il de la bonne volonté !... (ch. V, p. 14)
Pendant quelques mois, tout alla bien ; ce couple heureux et charmant vécut tranquillement, sans nul souci du roi Marc et du reste du monde. Tristan chassait avec Gouvernail, et revenait chaque fois plus amoureux d’Yseult encore qu’au départ. Cette forêt profonde, avec ses retraites vertes et parfumées et ses sources d’eaux vives où venaient boire les daims et les cerfs, cette forêt était un paradis terrestre. Hélas ! il paraît que le paradis n’est pas fait pour les hommes, ou que les hommes ne sont pas faits pour le paradis (ch. XVIII, p. 16).

19C’est dans le même esprit que Delvau ajoute au texte de Tressan quelques commentaires destinés à l’évidence à son public féminin. Ainsi, au début du chapitre XIX, à la phrase : « Eloignée de son doux ami, Yseult passait ses jours dans les plaintes et ses nuits dans les langueurs », ajoute-t-il : « que toutes les femmes veuves de cœur comprendront ».

20Il sait également créer une connivence avec ses lectrices en mêlant au récit des interventions délicates ou moralisatrices, dans un style orné, voire ampoulé. Ainsi, lors du séjour de Tristan et Iseut à la Joyeuse Garde, écrit-il :

Il n’est si bonne compagnie qui ne se quitte. Lancelot, d’ailleurs, avait la discrétion qu’il fallait avoir en pareille circonstance. Il avait troublé, la veille, ces deux beaux amoureux en train de se conter leur amour à coups de baisers : il ne voulut pas les troubler une seconde fois par sa présence trop prolongée. Il les savait réunis : cela lui suffisait, puisqu’il les savait heureux de cette réunion.

21Et un peu plus loin :

De tels moments sont trop courts, hélas ! Il faudrait pouvoir arrêter dans son vol rapide cet éternel vieillard armé d’une faux, qu’on appelle le Temps, et que rien n’émeut de ce qui se passe ici-bas, ni les joies, ni les douleurs humaines (ch. XL, p. 37).

22À côté de ces phrases totalement nouvelles, Delvau n’hésite pas à développer longuement certaines notations brèves de son modèle. Lorsque Tressan écrit « La belle Yseult y paraît avec tous ses charmes » (p. 33), Delvau transforme le texte de la manière suivante : « La jeune princesse y parut, en effet, dans tout l’éclat de sa beauté dont furent éblouis les chevaliers, chenus ou verdelets, attirés à ce tournoi par l’attrait qu’avaient toujours ces sortes de fêtes, à cette époque essentiellement batailleuse » (ch. VII, p. 6). Dans la scène du philtre, Tressan écrit : « Yseult et Tristan se regardent, ils soupirent ; on conçoit leur situation. La jeunesse et la beauté de Tristan auraient peut-être parlé vainement en sa faveur ; mais que faire contre la magie d’une Fée, et contre celle de l’amour ! » (p. 41), ce que Delvau développe longuement dans le style sentimental qui le caractérise :

Comme si ces deux beaux enfants-là avaient besoin de puiser l’ivresse ailleurs qu’en leurs propres cœurs !... Le flacon vidé, Yseult et Tristan se mirent à se regarder avec plus de langueur et plus de tendresse encore qu’auparavant ; leurs mains se cherchèrent et se trouvèrent ; puis, après leurs mains, leurs lèvres : le roi Marc fut décidément oublié. La jeunesse et la beauté de Tristan auraient peut-être vainement parlé en sa faveur. Mais, je vous le demande, que faire contre la magie d’une fée ? Comment résister à un philtre enchanté ? Comment, surtout, résister à l’amour, ce grand enchanteur ? (ch. IX, p. 9).

23La guérison de Tristan par Iseut aux Blanches Mains est l’occasion d’une amplification comparable. Le texte de Tressan est, comme toujours, bref et descriptif, à l’exception d’une intervention de l’auteur à la fin du passage :

Les belles mains, cause du surnom de la nouvelle Yseult, s’occupoient doucement et toujours avec lenteur à panser le bras de Tristan. Le moment où il recevoit leur secours avoit aussi de la douceur pour lui. Lorsqu’elle le touchoit, un trouble agréable, une douce chaleur qui dissipoit le froid mortel du poison, lui faisoient croire qu’Yseult lui rendroit la santé. Yseult lui montroit tout le plaisir qu’elle avoit à la voir renaître. Que la reconnoissance a de pouvoir sur une belle ame ! (p. 60-61).

24Delvau ne manque pas d’accroître le sentimentalisme de cette scène, en multipliant les adjectifs et les notations attendrissantes :

Les belles mains, cause de l’agréable surnom de la nouvelle Yseult, s’occupaient doucement et bien lentement à panser le bras endolori de Tristan. Le moment où il devait recevoir leur secours était toujours attendu par lui avec la plus vive impatience. Tristan avait hâte d’être guéri, et cependant il voyait sans chagrin s’éloigner de plus en plus le jour de sa guérison. Lorsque cette seconde Yseult le touchait de ses blanches mains, douces comme velours, un trouble ravissant, une agréable chaleur, qui dissipait le froid mortel du poison, lui faisaient croire qu’Yseult lui rendrait la santé ; mais la santé une fois venue, ces soins précieux cesseraient naturellement, et par moments alors, il se souhaitait éternellement à l’article de la mort, afin que la douce Yseult fût éternellement occupée de lui (ch. XIX, p. 17).

25Le mariage de Tristan et Iseut aux Blanches Mains connaîtra d’ailleurs le même développement (Tressan, p. 62-63 ; Delvau, ch. XX, p. 18-19).

26L’un des exemples les plus marquants concerne le moment où Iseut décide de faire mourir Brangien. Tressan commente ainsi cet événement :

Nous voudrions passer sous silence une action de cette reine, dont nous frémissons nous-mêmes. L’ingrate ou trop prévoyante Yseult oublie la reconnoissance qu’elle doit à Brangien, qui vient d’immoler à l’amitié ce que l’on n’ose même sacrifier qu’en tremblant au plus tendre amour. La crainte injuste qu’elle a que Brangien ne découvre la petite ruse qu’elle employa pour elle, lui fait prendre la barbare résolution de la faire enlever, de l’envoyer dans la forêt du Morois, et de donner l’ordre de lui ôter la vie. Ainsi, la crainte, la prudence même peuvent rendre une femme bien cruelle (p. 44).

27Delvau développe longuement cette intervention, pour y impliquer davantage ses lectrices, mais aussi pour en généraliser la portée morale. Il n’hésite pas à glisser dans son commentaire quelque remarque un peu grivoise, pour la rejeter aussitôt — non sans quelque hypocrisie sans doute — en insistant sur la dimension supplémentaire que possède l’amour spirituel par rapport au seul amour charnel. Mais il critique également l’ingratitude des puissants :

Il faut croire que l’ingratitude est dans la nature humaine, puisque les nobles créatures n’en sont pas exemptes.
Brangien avait rendu un important service à sa maîtresse, cela était incontestable. D’aucuns diront peut-être que Brangien en avait été récompensée par elle-même et par le vieux monarque, encore verdelet, et que, dans ces cas-là, les victimes sont de très heureuses victimes ; mais il ne faut pas croire ces médisants esprits-là. Un sacrifice est un sacrifice, quel que soit le sacrificateur. Le roi Marc eût été jeune et beau comme Tristan que c’eût été encore un sacrifice, plus agréable que l’autre sans aucun doute, mais enfin un sacrifice, puisqu’elle ne l’avait pas choisi. Le bonheur n’est réel, quoi qu’en disent les casuistes, que lorsqu’on se donne, et non lorsqu’on se livre. L’amour n’est pas seulement un contact de deux corps, c’est surtout un contact de deux âmes. Où le consentement du cœur est absent, la félicité à son tour est absente. Brangien n’aurait pas recommencé son dévoûment au profit d’une autre qu’Yseult.
Hélas ! Yseult est devenue reine ! Elle tenait à conserver ce rang, que tant de femmes envient et qu’il est donné à peu de femmes d’obtenir ; et, pour le conserver, il fallait éloigner tout soupçon de la part de son vieil époux. Brangien avait son secret : donc Brangien pouvait le révéler un jour ou l’autre, et lui nuire. Cruelle logique des grands de ce monde !
De cette pensée aux moyens de se débarrasser de Brangien, il n’y avait pas loin. Yseult soudoya deux de ses gardes, sous un prétexte quelconque, et les chargea d’enlever la pauvre Brangien et de la conduire dans la forêt du Morois, suivant l’ordre qu’en avait donné la jeune et impitoyable reine de Cornouailles (ch. XI, p. 10-11).

28Contrairement à Tressan, Delvau semble apprécier les scènes de combat, morceaux de bravoure indispensables à ses yeux, mais que son modèle réduit généralement à quelques phrases lapidaires. Ne connaissant pas le texte originel, il doit donc broder à partir du petit nombre d’éléments à sa disposition.

29Ainsi lors du duel entre Tristan et le Morhoult, ajoute-t-il deux paragraphes entiers :

Le jour fixé, le combat s’engagea avec une furie remarquable de part et d’autre. Ce n’était pas le premier exploit du Morhoult, toujours vainqueur jusque-là dans ces sortes de rencontres. Il avait eu des adversaires formidables, auxquels il avait fait mordre la poussière, et il lui déplaisait d’avoir affaire à si chétif et si jeune ennemi dans la personne de Tristan. De là sa colère, de là la furie de son attaque.
Tristan combattait pour la première fois. Il avait reçu l’accolade de son oncle, et Gouvernail l’avait embrassé au nom de sa mère et de son père. Il se sentait fort et se croyait invincible. De là son audace et son impétuosité (ch. V, p. 5).

30C’est sans doute pour la même raison que Delvau développe considérablement l’épisode héroïque du Saut de la chapelle. Le texte de Tressan est ici extrêmement laconique :

Gouvernail et ses amis s’arment, et se préparent à le secourir ; mais le brave Tristan n’a besoin que de lui-même. À peine est-il hors de la prison, qu’il brise ses liens, assomme deux de ses gardes, s’empare d’une de leurs épées, et se sauve dans une église. Le lâche Andret qui commandoit l’escorte, le poursuit et l’attaque : Tristan perce et pourfend les plus téméraires ; mais son épée se brise, le grand nombre est prêt à l’accabler. Il se sauve au haut d’une tour qui donnoit sur une mer profonde ; il prend son parti, et se recommandant à l’amie Yseult et à son doux Rédempteur, il se précipite dans la mer. Bientôt il revient au-dessus des vagues ; il nage avec force, et se sauve sur une roche (p. 56-57).

31Delvau choisit donc d’amplifier la scène, en insistant à la fois sur la vaillance extraordinaire de Tristan (et il retrouve là le sens des vers de Thomas), et sur le caractère sacré de l’église où il a trouvé refuge, mais aussi en retardant l’échéance pour ménager le suspens :

En apprenant cela, le bon Gouvernail et ses amis, qui étaient ceux de Tristan, s’armèrent en silence et allèrent s’embusquer, pendant la nuit, dans les environs de cette colline, afin de fondre, en temps opportun, sur les gens d’armes du roi Marc, les disperser et délivrer l’ami d’Yseult.
Mais le courageux Tristan n’avait besoin que de lui-même en cette occurrence, comme en beaucoup d’autres. À peine fut-il hors de la prison, au grand jour et au grand air, qu’il fit un vigoureux effort au moment où l’on s’y attendait le moins, brisa ses liens, assomma deux de ses bourreaux, s’empara de l’épée de l’un d’eux et se réfugia dans une église, lieu sacré.
Le misérable Andret commandait l’escorte qui conduisait Tristan au supplice. Sans respect pour le saint lieu où ce vaillant chevalier s’était réfugié, il ordonna à ses gens d’entrer et de le poursuivre. Ses gens obéirent et profanèrent l’église par leur présence armée et par leurs intentions sanguinaires. Tristan, ainsi acculé, fit jouer avec sa vigueur ordinaire l’épée qu’il avait à la main, et troua les poitrines assez téméraires pour s’approcher trop près de lui. Son épée se brisa : il joua du tronçon comme il avait joué de la lame. Le sang ruissela sur les pavés de l’église, les cris des mourants montèrent jusqu’aux voûtes du saint lieu et retombèrent en pluie de malédictions sur la tête des combattants encore vivants.
En frappant ainsi, désespérément et glorieusement, Tristan était parvenu à se frayer un passage ; mais le nombre des assaillants était grand ; le lâche Andret, qui ne se mêlait pas de trop près à la lutte, avait soin de renforcer de nouvelles recrues les rangs éclaircis de ses hommes d’armes : Tristan allait être écrasé par le nombre !...
Faisant alors un suprême effort, tout en gagnant du terrain et en cherchant à fuir du côté de la mer, il traça autour de lui, avec son débris d’épée, un large cercle rouge qui lui permit de s’échapper. On le poursuivit, il courut plus fort et atteignit bientôt une haute tour penchée sur la mer, dans laquelle il se réfugia un instant pour respirer et haleter. On l’y poursuivit encore : il monta, monta, monta les degrés de cette tour. Les gens d’Andret montèrent les degrés, derrière lui. Une fois arrivé sur la plate-forme, Tristan vit bien que tout était perdu. En haut, le ciel ; en bas, des flots profonds ! Le ciel était trop haut pour qu’il songeât à y arriver : restait la mer. Tristan se recommanda à sa mie Yseult et à son doux Rédempteur, et il se précipita résolûment dans les flots. Les gens d’Andret ne crurent pas devoir l’y poursuivre (ch. XVII, p. 15-16).

  • 25 « Il était d’usage commun, en ces temps-là, que les dames et demoiselles du plus haut parage appris (...)

32Il arrive que Delvau intègre à son texte une note de Tressan, mais c’est exceptionnel25. En règle générale, il tend en effet à supprimer toutes les interventions que fait son modèle pour expliquer un terme, une coutume, ou signaler les autres références littéraires à l’un des épisodes du Tristan (comme l’aventure du cor, ou l’histoire des brachets de Dinas).

UN ART DU DIALOGUE ?

33L’une des principales caractéristiques du style d’Alfred Delvau est le recours quasi-systématique aux dialogues, qui remplacent très souvent le style indirect ou le récit à la troisième personne de Tressan. Conformément à la technique des feuilletons alors en vogue, ces dialogues sont considérablement développés et montrent une abondance de répétitions, ou encore de points d’exclamation et de suspension. Les exemples en sont très nombreux.

  • 26 C’est le cas de la quasi-totalité du chapitre XII (Iseut sauvée du suicide par l’intervention de Pa (...)

34Cette technique s’applique à des phrases isolées. Ainsi, par exemple, lorsque Lancelot menace Marc s’il devait s’en prendre à Tristan, Tressan se contente d’écrire : « et sans aucun ménagement il le menace de la plus cruelle vengeance, s’il ose jamais attenter à la vie ou à la liberté de son ami » (p. 140 ; ce que Delvau adapte en : « — Roi Marc, le roi Artus a parlé ; je n’ai pas à revenir sur ce qu'il a fait à votre égard. Vous êtes libre, et vous allez retourner en Cornouailles, où Tristan ne va pas manquer de vous suivre... Tristan, ne l’oubliez pas, est chevalier de la Table Ronde, et, de plus, mon ami cher : à ce double titre, qu’il soit sacré pour vous ; ou sinon, la vengeance de ses compagnons, et la mienne en particulier, vous ira chercher au cœur de vos États, et vous en saura châtier cruellement !... Vous êtes averti : allez maintenant !... » (ch. XL, p. 37) Mais Delvau l’emploie aussi très souvent pour des épisodes entiers26. Ainsi, lorsqu’Iseut découvre que Tristan a tué son frère, le Morholt, et que le roi d'Irlande lui fait avouer son crime :

Tressan
La reine reconnoît celui qui lui a ravi son frère. Elle porte ses cris et sa douleur au roi, qui s’assure de la vérité par ses yeux. Il fait venir Tristan en présence de toute sa cour, et lui reproche d’avoir rué son beau-frère. Tristan rougit, et en devient encore plus beau. Il avoue qu’il est celui qui s’est battu pour le tribut de Cornouailles, avec le Morhoult, et que les vents l’ont jeté sur les côtes de son royaume (p. 35).

Delvau
— L’homme à qui appartient cette épée a tué mon frère ! s’écria-t-elle, en proie à la plus grande douleur.
— Il faut en avertir le roi Argius, répondit la suivante, dont la curiosité fatale avait amené cette révélation.
La reine suivit ce conseil : elle alla porter ses cris et sa douleur au roi, qui s’assura de la vérité par ses propres yeux.
Argius réunit incontinent sa cour, dames et barons, et envoya quérir le jeune chevalier à qui appartenait cette redoutable épée ébréchée sur un crâne humain.
— Chevalier, lui dit-il, cette épée est bien vôtre, n’est-ce pas ?
— Elle est mienne en effet, Sire, répondit Tristan étonné de voir son épée là.
— Comment alors avez-vous osé vous présenter à ma cour, après avoir méchamment mis à mort mon vaillant beau-frère, le Morhoult d’Irlande ?...
Tristan ne put s’empêcher de rougir jusqu’aux oreilles, ainsi interrogé et accusé devant tout le monde ; et cette rougeur subite le rendit plus charmant encore. Yseult le dévorait des yeux.
— Sire, répondit-il respectueusement, je conviens que cette épée a blessé mortellement le Morhoult d’Irlande, votre très courageux frère ; mais je vous atteste solennellement ici que c’est loyalement, dans un combat à armes égales, que j’ai eu le malheur de le tuer. Je ne suis pas venu à votre cour pour vous braver par ma présence... J’étais blessé dangereusement moi-même... On m’avait conseillé de venir dans le pays de Logres pour chercher une guérison douteuse : je me suis embarqué ; les vents m’ont été contraires, et j’ai été jeté ici, sur ce rivage, sans savoir où je me trouvais... Vous savez maintenant le reste (ch. VII, p. 7).

35Au retour de Tristan en Cornouailles, Marc lui demande d’aller chercher Iseut en Irlande, pour qu’il fasse d’elle son épouse :

Tressan
Le roi de Cornouailles prend son temps, requiert un don à son neveu, qui le lui accorde ; il lui fait jurer sur les reliques qu'il exécutera tout ce qu’il lui requierera (sic). Tristan s’y engage par serment. Marc lui ordonne d’aller en Irlande, et de lui amener la belle Yseult, pour la faire reine de Cornouailles (p. 36-37).

Delvau
À cet endroit du récit de Tristan, le roi Marc sourit dans sa barbe grise, et interrompit la narration de son neveu, qui, une fois sur ce chapitre, menaçait de ne pas tarir.
— Beau neveu, lui dit-il, je requiers de toi un don.
— Lequel, cher oncle, demanda Tristan. Quel qu’il soit, mon devoir de sujet et de neveu est de vous l’accorder.
— Jure donc sur les reliques que tu exécuteras fidèlement tout ce que je te requièrerai (sic)...
— Je le jure, dit Tristan.
— Eh bien ! beau neveu, tu vas te rendre incontinent en Irlande, à la cour du roi Argius, et tu me ramèneras la belle Yseult que je veux faire reine de Cornouailles... (ch. VIII, p. 7-8)

36Argius, le roi d'Irlande, demande à Tristan d’être son champion contre son accusateur, le chevalier de la Table ronde Blaaner :

Tressan
Il [Argius] court à lui, lui jure, par tout ce qu’il y a de plus sacré, qu’il est innocent du meurtre dont on l’accuse, et que bon droict et sans faillite il a. Sans le connoître, il le prie de soutenir sa cause. Haa ! chier Sire, lui répond Tristan, n’a jà guères sauvé m’avez de male mort, est bien droicte raison qu’avanture sa vie pour vous, cil à qui l’avez sauvée. Tristan se fait connoître. Argius l’admire, et lui promet de lui octroyer, après le combat, tel don qu’il lui voudra requérir (p. 38).

Delvau
— Chevalier inconnu, lui dit-il en allant vers lui avec empressement, je viens requerir votre assistance. Je suis faussement accusé de trahison, à propos d’un meurtre commis à ma cour et pour la justification duquel le roi Artus m’a appelé ici... Je vous atteste, par tout ce qu’il y a de plus sacré sur terre, que je suis innocent de ce meurtre, et que j’ai pour moi bon droit et sans faillite... Puis-je vous demander de soutenir ma cause ? Si vous daignez la prendre en main, je triompherai de cette injuste accusation et de mon injuste accusateur qui s’appelle Blaaner...
— Ah ! cher Sire, répondit Tristan, celui à qui vous avez donné la vie sauve a bien le devoir de la consacrer à votre service... Vous m’avez naguère sauvé de malemort : je vous sauverai de la honte de cette criminelle accusation...
— Que me dites-vous là, cher chevalier ? demanda Argius, étonné de ce langage auquel il ne s’attendait point. Comment vous appelez-vous donc, vous qui rappelez si généreusement les services qu’on vous a rendus ?
— Je m’appelle Tristan.
— Le vainqueur du Morhoult ?
— Le vainqueur du Morhoult, à qui vous avez si loyalement accordé l’hospitalité, et qui a été si miraculeusement guéri par la belle main de votre incomparable fille.
— Je vous admire et je vous aime, chevalier Tristan ! reprit Argius. Je serai heureux de vous devoir mon honneur, et quoique vous disiez que vous me devez la vie, nous ne serons pas encore quittes... Aussitôt après votre triomphe, je vous promets de vous octroyer tel don qu’il vous plaira de requérir.
— Je vous rappellerai votre promesse en temps opportun, se contenta de dire Tristan (ch. VIII, p. 8).

37Dans le récit de la mort de Tristan, Delvau accroît le caractère tragique de la scène en déplaçant, juste avant que sa filleule n’annonce à Tristan qu’il est sauvé, le moment où Iseut aux Blanches Mains l’oblige à lui dire que le bateau d’Iseut la blonde arbore des voiles noires. Les dialogues dramatiques qu’il insère dans le texte de son modèle renforcent encore cet effet :

Tressan
Cependant la blessure de Tristan devenoit plus désespérée et plus noire de jour en jour ; ses forces, entièrement abattues, ne lui permettoient plus de se faire conduire sur le port, comme il faisoit les premiers jours du départ de Gesnes. Tristan appelle une jeune demoiselle, filleule d’Yseult aux blanches mains, qu’il avoit élevée sous ses yeux, et qu’il croyoit mériter sa confiance. Il lui ordonne d’aller tous les matins sur le port, de tourner ses regards vers les côtes de Cornouailles, et de venir l’avertir de quelle couleur seront les voiles du premier vaisseau qui viendra de cette part, pour aborder en Bretagne.
Hélas ! cette douce, cette innocente Yseult aux blanches mains, avoit enfin connu de quelle importance il étoit de ne pas laisser Tristan avoir de nouvelles obligations à la reine de Cornouailles ; la jalousie s’empare de son cœur, elle ne voit point tous les maux qu’elle va causer ; peut-être envisage-t-elle un plaisir à se venger de deux amans, hélas ! qui ne sont déjà plus qu’amis : elle ordonne à sa filleule de dire à Tristan que les voiles du vaisseau sont noires, quand même elles seroient blanches.
Un vent favorable portoit le vaisseau de Gesnes vers le port ; toutes les voiles étoient déployées, et leur blancheur éclatante frappa de loin les yeux de la filleule d’Yseult : mais la cruelle n’obéit que trop à l’ordre qu’on lui avoit donné ; elle dit à Tristan que les voiles étoient noires. Tristan, pénétré de cette douleur que l’on n’exprime point, pousse un profond soupir, tourne la tête, et dit : Haa, doulce amye, à Dieu vous command’ ; jamais ne me véerez, ne moy vous. Dieu soit garde de vous ! Adieu, je vous salue. Lors, bat sa coulpe, et se commande à Dieu ; et le cueur lui crêve, et l’ame s’en va (p. 178-179).

Delvau
Tristan se mourait. Sa blessure devenait de jour en jour, d’heure en heure, plus désespérée et plus noire. Il fallait un miracle pour le sauver, et, ce miracle, la présence de la reine de Cornouailles, seule, pouvait l’opérer.
Comme il ne pouvait aller lui-même sur le port, pour surveiller l’arrivée du vaisseau de Gesnes, et surprendre son arrêt dans la couleur de ses voiles, il avait chargé de cette délicate mission une gente pucelle de quatorze ans, filleule de la princesse Yseult. Cette enfant, il l’avait élevée, il l’avait protégée : il croyait à son dévoûment, il avait le droit d’y croire.
Tous les matins, la filleule de la princesse Yseult se rendait sur le port et interrogeait du regard l’horizon pour tâcher d’y découvrir une voile blanche ou noire ; et chaque fois elle revenait au palais, auprès du lit du mourant, lui dire qu’elle n’avait encore rien vu. Le cinquième jour, cependant, un navire fut signalé à l’horizon, un navire dont toutes les voiles, déployées au vent, étaient d’une éblouissante blancheur. C’était le navire de Gesnes.
La gente pucelle, chargée par Tristan de venir lui annoncer son sort, accourut au palais pour lui dire qu’il était sauvé. Au moment où elle allait franchir le seuil de la chambre où Tristan attendait, une femme, pâle, sombre, terrible, l’arrêta :
— Les voiles sont blanches, n’est-ce-pas ? demanda cette femme à la jeune fille.
— Oui, marraine, blanches, bien blanches, bien blanches... Bon ami Tristan est sauvé !... Je vais entrer lui dire...
— Tu vas lui dire que les voiles du vaisseau sont noires, bien noires, bien noires, entends-tu ?...
— Oh ! marraine !...
— Je l’exige ainsi...
La gente pucelle, qui ne comprenait rien à l’ordre que lui imposait sa marraine, n’eut pas le temps de réfléchir : les belles et impitoyables mains de la princesse Yseult la poussèrent dans la chambre du mourant.
— Le vaisseau arrive... sire Tristan... dit-elle d’une voix entrecoupée par l’émotion.
— Ah ! dit Tristan, ranimé par l’espoir... Et les voiles sont...
— Les... voiles... sont... noires... répondit la jeune fille.
— Noires !... répéta Tristan. Noires !... Il faut qu’elles soient noires... puisque ma filleule vient de me le dire... Les enfants ne mentent pas à ceux qu’ils aiment... Noires !...
Poussant alors un profond soupir, Tristan ajouta, en tournant la tête :
— Ah ! douce amie Yseult, je vous recommande à la miséricorde de Dieu !... Jamais plus ne me verrez, ni moi vous... Jamais !... Dieu vous soit en garde !... Adieu, douce amie... Je vous salue... Il avait à peine proféré ces derniers mots, que le cœur lui creva, et que son âme s’en alla... (ch. LU, p. 47).

CONCLUSION

38Le Tristan de Léonois de Delvau peut être considéré comme l’une des étapes majeures d’une longue tradition de réinterprétation et de réécriture continuelle du Roman de Tristan en prose. Elle débute dès le XIIIe siècle, avec la coexistence de plusieurs versions concurrentes, plus ou moins abrégées, et plus ou moins interpolées d’épisodes issus d’autres grands cycles arthuriens. Elle se poursuit avec la version courte que représente, au XIVe siècle, le manuscrit fr. 103 de la Bibliothèque nationale de France, et qu’on retrouvera dans les impressions incunables d’Antoine Vérard. Les éditions, plus tardives, de Michel Lenoir et surtout de Denis Janot, marquent la poursuite du mouvement de réduction du texte primitif, de plus en plus abrégé. En parallèle, les œuvres de Pierre Sala et surtout de Jean Maugin montrent que la matière du Tristan en prose continue de séduire une partie des lecteurs du XVIe siècle, et qu’elle se prête parfaitement à une remise au goût du jour littéraire.

  • 27 P. Champion, Le Roman de Tristan et Iseut, Paris, Éditions de Cluny, 1938. Plusieurs rééditions, ch (...)

39Le succès — relatif, mais réel — de l’analyse de Tressan, à la fin du XVIIIe siècle, et de la réécriture de Delvau dans les années 1860 indiquent sans doute que le mouvement eût pu se poursuivre, comme ce fut le cas pour le Lancelot en prose, y compris au cinéma et dans la littérature pour la jeunesse. Or, le fleuve du Tristan en prose s’est tari après lui, à la notable exception de l’adaptation en français moderne du manuscrit fr. 103 — toujours lui — par Pierre Champion, en 193827. La redécouverte des versions en vers a totalement éclipsé le Tristan en prose auprès du grand public, mais aussi de la plupart des médiévistes, qui se sont fiés aux jugements sans nuances de spécialistes comme Gaston Paris, Joseph Bédier ou Albert Pauphilet, qui le qualifiaient de « fatras d’inventions chevaleresques » ou de « rhapsodie assez absurde ».

  • 28 A. Mary, Tristan et Iseut, la merveilleuse histoire de Tristan et Iseut et de leurs folles amours, (...)

40Le Tristan en prose a dès lors tout juste été jugé bon à fournir quelques épisodes aux reconstitutions de Joseph Bédier ou d’André Mary28. Peut-être les éditions et traductions universitaires récentes donneront-elles des idées à quelque continuateur de Tressan et de Delvau ?

Notes

1 Rouen, Jehan Le Bourgeoys, 30 septembre 1489 ; quatre éditions publiées à Paris par Antoine Vérard, entre 1496 (au plus tard) et 1506 ; deux éditions publiées par Michel Lenoir et Jehan Petit en 1514 et 1520 ; la dernière édition a été publiée par Denis Janot en 1533.

2 Le premier livre du Nouveau Tristan, prince de Leonnois, chevalier de la Table ronde, et d’Yseulte, princesse d’Yrlande, Royne de Cornouaille, Paris, chez la Veuve Maurice de la Porte, 1554. Rééditions : Paris, 1567 ; Lyon, Benoist Rigaud, 1577 ; Paris, Nicolas Bonfons, 1586.

3 E. Löseth, Le roman en prose de Tristan, le roman de Palamède et la compilation de Rusticien de Pise, analyse critique d’après les manuscrits de Paris, Paris, E. Bouillon, 1891 (Bibliothèque de l’École des Hautes Études, Sciences philosophiques et historiques, 82).

4 Voir notamment E. Baumgartner, Le Tristan en prose, essai d’interprétation d’un roman médiéval, Genève, Droz, 1975 et La harpe et l’épée : tradition et renouvellement dans le Tristan en prose, Paris, S.E.D.E.S., 1990.

5 Édition de la version dite « Vulgate », correspondant à V.II. : Genève, Droz, 9 vol. 1987-1997 ; édition de la version particulière du manuscrit Paris, Bibl. nat. de Fr., fr. 757, dite V.I. : Paris, Champion, 1997-2000.

6 Dans les versions en vers, Tristan meurt en Petite Bretagne, aux côtés d’Iseut aux Blanches Mains ; dans la version ordinaire du Tristan en prose, il meurt en Cornouailles, d’un coup du glaive empoisonné que Morgain a donné au roi Marc. Joseph Bédier, « La mort de Tristan et Iseut d’après le manuscrit fr. 103 de la Bibliothèque nationale », dans Romania, n° 15, 1886, p. 481-510.

7 Seul un petit nombre des romans de chevalerie que publient alors les Oudot et les Garnier de Troyes connaîtront une carrière durable. Maugis d’Aigremont, L’Histoire d’Olivier de Castille et Artus d’Algabre, Morgant le géant, le Chevalier aux armes dorées, Mille et Amis, Ogier le Danois ou Le Roman des Sept Sages de Rome, récemment redécouvert à la Bibliothèque nationale de France, disparaissent rapidement du corpus, alors que continuent d’être édités Huon de Bordeaux, Les Quatre Fils Aymon, Valentin et Orson, La Belle Hélène de Constantinople, Robert le Diable, Richard sans Peur, quelques romans plus tardifs comme Jean de Paris, Pierre de Provence ou les Chroniques de Gargantua et enfin, dans une moindre mesure, Gallien Restauré, les Conquêtes du grand Charlemagne, l’Histoire de Mélusine.

8 Au XVIIe siècle, si Lancelot et Perceforest sont assez souvent cités, Tristan semble avoir été connu de peu de savants, tels Voiture, Chapelain dans son Dialogue de la Lecture des vieux Romans (1646), ou Pierre-Daniel Huet, l’évêque d’Avranches auteur d’un Traité de l’origine des romans (1671).

9 Louis-Élisabeth de La Vergne de Tressan (1705-1783), compagnon d’étude du jeune Louis XV, mena une longue carrière militaire au service du roi de France et du duc de Lorraine, Stanislas Lezczinski, avant de s’adonner à l’écriture. Il fut l’un des collaborateurs de l'Encyclopédie et adapta de nombreuses œuvres médiévales, principalement pour la Bibliothèque universelle des romans.

10 Le Tristan de Léonois du comte de Tressan est paru dans le premier volume de la Bibliothèque universelle des romans, en avril 1776. Il a été repris dans le tome I du Corps d’extraits des romans de chevalerie, paru en 1782, lui-même devenu le tome VII des Œuvres choisies (1787-1789), dans la Bibliothèque universelle des dames, en 1787, enfin dans l’édition des Œuvres de Tressan, précédées d’une notice par M. Campenon (1822-1823).

11 Neuf éditions autonomes parues entre 1780 et 1849 ; le vaudeville écrit par Dumersan et Brazier pour le théâtre de la Porte Saint-Martin en 1817 a connu au moins trois éditions.

12 Neuf éditions également, parues entre 1780 et 1860, souvent dans des collections populaires ; Les romans illustrés anciens et modernes, Les romans illustrés, Bibliothèque des villes et des campagnes, Les romans miniatures.

13 Tressan, comme la plupart des rédacteurs initiaux de la Bibliothèque universelle des romans, utilisait la bibliothèque du marquis de Paulmy, qui se trouve aujourd’hui à l’Arsenal. On y trouvait deux éditions imprimées d’Antoine Vérard (1499 et 1506), celle de Michel Lenoir en 1520, ainsi que le Nouveau Tristan de Jean Maugin, et plusieurs manuscrits du Tristan en prose, mais aucun qui corresponde à la « troisième version ».

14 Paris, Bibl. nat. de Fr., fr. 757, 772, 97, 340, 349, 100 et Chantilly, Musée Condé 648.

15 Pour plus de détails à ce sujet, voir T. Delcourt, « Le Tristan de Léonois du comte de Tressan », dans Réécritures arthuriennes, actes du colloque de Troyes, 2000 (à paraître).

16 Par exemple, le combat entre Tristan et le dragon au début du roman, les aventures de Lancelot dans les détroits de Sorelois, l’histoire de Perceval et de Merlin après les deux captivités de Tristan, le très long tournoi de Louvezerp.

17 Par exemple, la mort de Kaherdin, les aventures de Palamède à la Cité Vermeille.

18 Les correspondances entre le texte du Tristan en prose imprimé et les pièces lyriques de Tressan sont souvent inexistantes, ou elles se limitent à quelques mots. Ainsi, il remplace le Lai mortel de Tristan (qui compte 123 vers dans le roman en prose) par une courte poésie de 32 vers, dont 12 seulement sont tirés ou inspirés de son modèle médiéval.

19 F. Michel, Tristan, recueil de ce qui reste des poèmes relatifs à ses aventures, Paris, Techener, 1835-1839.

20 Les vingt-neuf fascicules sont parus à Paris, chez Lécrivain et Toubon. Ils ont été réimprimés en 1869 sous le titre moins trompeur de Collection des romans de chevalerie mis en prose moderne, en quatre tomes en deux volumes, chez Bachelin-Deflorenne. Si les textes, regroupés dans un ordre différent, sont exactement identiques à la première édition, celle-ci comprend, en outre, une Étude sur les romans de chevalerie et sur les origines de la langue française qui n’avait pu être imprimée avant la mort de Delvau, en 1867. Le Tristan se trouve en p. 97-144 du deuxième tome.

21 Dans la suite de cet article, le texte du comte de Tressan est cité d’après l’édition du Corps d’extraits de romans de chevalerie, Paris, chez Pissot père et fils, 1782 ; celui de Delvau d’après l’édition de 1869.

22 C’est le cas, entre autres, des poésies lyriques. On notera aussi la présence, chez Delvau comme chez Tressan, des formes Phérédin (pour Kaherdin) et Treu (pour Keu) qu’on ne trouve dans aucune autre version manuscrite ou imprimée du Tristan en prose. La seule création de Delvau semble être le nom d’Aloys, donné à la maîtresse de Dinas (ch. XXXI, p. 29).

23 Par exemple, au chapitre XLII : « Comme le roi Marc viola une seconde fois son serment, à l’égard de son neveu, et comme, cette fois, il en fut puni par la révolte de ses sujets et par l’arrivée, à Cintageul, de l’armée du Léonois conduite par Gouvernail ».

24 Alfred Delvau ne reculait pas devant les anachronismes.

25 « Il était d’usage commun, en ces temps-là, que les dames et demoiselles du plus haut parage apprissent un peu de médecine et un peu de chirurgie, afin de pouvoir se rendre, à l’occasion, utiles à leurs pères, à leurs maris ou à leurs amants qui couraient, à tous moments, le danger d’être blessés dans les combats, dans les tournois et dans les joutes ». Note de Tressan, p. 32, intégrée dans le texte de Delvau (ch. VI, p. 5).

26 C’est le cas de la quasi-totalité du chapitre XII (Iseut sauvée du suicide par l’intervention de Palamède), qui correspond aux pages 46-47 de Tressan, ainsi que de la longue aventure du cor enchanté (fin du chapitre XV et chapitre XVI dans son entier, correspondant aux pages 53-54 de Tressan), des aventures de Tristan, Kahédin et Brangien dans la forêt de Damantes (Delvau, chapitre XXIII, p. 21 ; Tressan, p. 74-75), de la rencontre de Tristan et de Dinadan au royaume de Logres (Delvau, chapitre XXVIII, p. 26-27 ; Tressan, p. 95-97), de l’assassinat de Berthelai par Marc (Delvau, chapitre XXV, p. 32-33 ; Tressan, p. 120), du combat entre Tristan et Palamède (Delvau, chapitre XLVI, p. 43 ; Tressan, p. 164-166), du retour de Tristan à la cour de Houël de Petite-Bretagne (Delvau, chapitre XLVIII, p. 140-141 ; Tressan, p. 44-45), etc.

27 P. Champion, Le Roman de Tristan et Iseut, Paris, Éditions de Cluny, 1938. Plusieurs rééditions, chez Armand Colin (1958) et Pierre Waleffe (1967).

28 A. Mary, Tristan et Iseut, la merveilleuse histoire de Tristan et Iseut et de leurs folles amours, Paris, Gallimard, 1941. Nombreuses rééditions, notamment dans le Livre de poche. À la suite de Bédier, André Mary ne retient du Tristan en prose que l’épisode du Morholt et du combat contre le dragon, et la mort des amants.

Auteur

Département des manuscrits de la Bibliothèque nationale de France.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search