Version classiqueVersion mobile

Mémoire des chevaliers

 | 
Isabelle Diu
, 
Élisabeth Parinet
, 
Françoise Vielliard

Moyen Âge vivant et conscience historique chez Louis de Marchangy

Michel Stanesco

Texte intégral

« L’emploi du terme de Moyen Âge ne s’appuie pas sur les connaissances accessibles aujourd’hui, mais sur les ignorances de jadis. Nous sommes en effet prisonniers de l’idée du Moyen Âge, tant elle est profondément ancrée dans notre conscience historique moderne » (K. F. Werner, Naissance de la noblesse. L’essor des élites politiques en Europe, Paris, Fayard, 1998, p. 48)

  • 1 J. Demougin (dir.), Dictionnaire des Littératures, Paris, Larousse, 2002, s. v. Marchangy.
  • 2 P. van Tieghem (dir.), Dictionnaire des Littératures, Paris, PUF, 1984, s. v. Marchangy.
  • 3 G. Grente, Dictionnaire des lettres françaises, Paris, Fayard, 1971, t. 5, s. v. Marchangy.

1C’est en vain que nous cherchons le nom de Louis Antoine François de Marchangy dans les grandes encyclopédies, les dictionnaires « universels » des littératures ou les dictionnaires des auteurs « de tous les temps et de tous les pays » : l’auteur de la Gaule poétique et du Tristan voyageur est devenu au cours du XXe siècle un illustre inconnu. Les quelques rares exceptions le présentent sous un jour négatif. Un Dictionnaire des littératures publié sous la direction de Jacques Demougin1 mentionne son nom comme auteur de « vers descriptifs » et de la Gaule poétique, mais il passe sous silence les six volumes de son œuvre majeure, le Tristan voyageur. Le Dictionnaire des littératures de Philippe van Tieghem2 le signale injustement comme un « représentant typique du “style Empire” grandiloquent et froid ». Le Dictionnaire des lettres françaises du cardinal Georges Grente3 présente Marchangy comme « magistrat et littérateur » ; sa Gaule poétique aurait joui d’un succès considérable au XIXe siècle, mais de nos jours ce livre serait « trop déclamatoire et assez ennuyeux ».

  • 4 D.-P. de Beaumarchais, D. Conty (dir.), Dictionnaire des œuvres littéraires de langue française, P (...)

2En revanche, nous constatons un net changement d’attitude à la fin du XXe siècle, dans le Dictionnaire des œuvres littéraires de langue française sous la direction de Jean-Pierre de Beaumarchais et Daniel Conty4 : Fauteur de la Gaule poétique aurait bien été « l’un des fondateurs de la nation littéraire moderne, nourrie d’une tradition presque immémoriale ». Cette différence d’appréciation est peut-être due au renoncement à un point de vue historique nécessairement stéréotypé. Un examen de l’influence de Marchangy sur ses contemporains est devenu possible, tout comme la reconnaissance d’un virage important dans l’appréciation de la civilisation médiévale au cours du premier quart du XIXe siècle. Certes, cet auteur est encore marqué par un La Curne de Sainte-Palaye, par le comte de Tressan ou par Legrand d’Aussy. Cependant, il déplace l’axe de son intérêt vers la réalité poétique. À ses yeux, la priorité de la poésie s’explique par sa valeur existentielle : entre l’homme du XIXe siècle et le passé de la France s’établit non pas une savante recherche documentaire, mais une attitude affective. Loin d’être un faux, le récit poétique serait l’expression esthétique d’un monde ordonné. Peu à peu, ce juriste épris de la vieille littérature développe en quelque sorte une philosophie de l’histoire : de la mutation du regard sur le Moyen Âge, il passe à une vision d’ensemble. Son but est tout aussi bien la compréhension du passé que la saisie du présent et surtout la vision de l’avenir.

***

  • 5 M. de Marchangy, La Gaule poétique ou l’Histoire de France considérée dans ses rapports avec la Po (...)
  • 6 M. de Marchangy, Tristan le Voyageur, ou la France auXIVe siècle, Paris, Chez F. M. Maurice et Urb (...)

3Rappelons que Louis Antoine François de Marchangy, né en 1782, est d’origine sociale modeste, fils d’un huissier. Après des études de droit, il est juge suppléant, substitut au Tribunal de la Seine, avocat général à la Cour de Paris, puis à la Cour de cassation. Il est un magistrat et un orateur bien connu au cours du premier quart du XIXe siècle. Peu de temps avant sa mort, il devient membre de la Chambre des députés. Bien qu’il soit l’auteur de plusieurs ouvrages de droit, Marchangy laisse surtout un souvenir durable tout au long du XIXe siècle grâce à deux œuvres littéraires : les huit volumes de la Gaule poétique5 (1813-1817) et les six volumes du Tristan voyageur6 (1825-1826). Il meurt à l’âge de quarante-quatre ans, en 1826, l’année de parution des premiers tomes du Tristan voyageur, alors que la Gaule poétique en est déjà à sa quatrième édition.

4La Gaule poétique se présente comme une réévaluation de la civilisation médiévale à travers la poésie. À l’encontre de la raison raisonnante, le rapport de l’auteur à l’ancienne poésie est fondé sur le parti-pris de sympathie. Ce premier ouvrage de grande envergure est un long cheminement dans le passé, depuis les premiers chants des bardes gaulois, à travers les histoires des Francs, l’épopée « romanesque » de Charlemagne, les romans de la Table ronde, jusqu’au siècle de Louis XIV. Il ne s’agit pas de reconnaître dans ces siècles un long Moyen Âge avant la lettre : à la différence de la censure académique de l’époque, la nouvelle vision poétique du monde considérait que l’imagination moderne allait de la société païenne jusqu’à l’époque de l’Arioste et de Shakespeare.

  • 7 C. Nodier, « La Gaule poétique, ou l’Histoire de France considérée dans ses rapports avec la poési (...)

5La Gaule poétique est à insérer dans le phénomène plus général du médiévisme caractéristique de l’époque, à la suite du Génie du christianisme de Chateaubriand. Les premiers tomes de la Gaule poétique suivent de près la parution en 1807 du Voyage dans les départements de la France, par lequel son auteur, Millin, avait essayé de sauver les monuments menacés, les bibliothèques et les manuscrits dispersés ; ils sont contemporains de l’ouvrage de Madame de Staël intitulé De l’Allemagne, interdit en France et publié en Angleterre en 1813, ainsi que de La Littérature du Midi de l’Europe de Sismondi, parue la même année en Suisse. En 1817, Charles Nodier présente le livre de Marchangy en mentionnant le succès de sa réception. Il rattache l’auteur à « l’école romantique » : « c’est sans doute une idée heureuse que de porter le flambeau de l’imagination dans les ténèbres de nos antiquité historiques » ; sa manière de raconter serait « vive, oratoire, pittoresque, un coloris plein de chaleur et d’originalité »7.

6Mais les lectures de Marchangy sont multiples à une époque où la Bibliothèque universelle des romans avait disparu lors de la Révolution et pendant le règne de Napoléon. Sa découverte de la poésie médiévale n’est guère tributaire des premiers romantiques allemands. Il fait toujours appel aux ouvrages savants de l’époque antérieure ; cependant, il raconte et, par-là, il fait rêver.

7Dans cette vaste entreprise de réévaluation de la littérature médiévale, nous ne pouvons faire abstraction de l’emploi par Marchangy d’un double langage : d’un côté, le Moyen Âge se caractériserait par des législations primitives et barbares, des cultes sauvages et superstitieux ; de l’autre, ces siècles seraient une « mine féconde », trop peu connue, qui cacherait des trésors poétiques. Ainsi, l’époque des Gaulois ne serait qu’une longue « nuit », mais en même temps elle « étincèle de faits éclatants ». Avant et après le règne de Charlemagne, c’est la barbarie, mais le règne de l’empereur est considéré comme « fabuleux » ; ce personnage « n’est point éclipsé par le flambeau de la civilisation actuelle ». D’un côté, l’auteur ne peut se dissimuler ce que l’époque héroïque carolingienne a « de défectueux et d’absurde », de « traditions extravagantes » ; mais il ne peut contester à sa poésie l’agrément et le fait qu’elle constitue le « genre national » des Français. Ainsi, les compositions des troubadours et des trouvères seraient d’un « faible mérite » ; les romans de chevalerie seraient remplis de récits fabuleux sur des palais enchantés, des ponts gardés par les dragons, des cavernes de magiciens, des tribunaux d’amour et pourtant toutes ces fictions auraient entretenu les nobles sentiments d’honneur, de courage et de galanterie.

8Marchangy fait ainsi la distinction implicite entre un temps historique et un temps poétique. Chaque institution a un aspect purement matériel et une dimension spirituelle. Le monde actuel est dominé par des docteurs qui dogmatisent et des spéculateurs, vision assez proche de celle d’Edmund Burke : c’est l’époque des sophistes, des économistes et des comptables, non plus celle des chevaliers. À l’encontre des « détracteurs » du passé, Marchangy se demande à son tour s’il y a encore « un moyen de rétablir en France l’esprit de chevalerie et le caractère national ». Selon lui, la question n’est pas de réintroduire la mode des tournois et des pas d’armes, mais l’esprit de chevalerie, à savoir la courtoisie, la loyauté, les vertus civiques et religieuses. Cette restauration serait-elle encore possible ? Marchangy est parfois assez pessimiste : tout ceci pourrait n’être simplement qu’un « beau rêve ».

9Dans ce premier ouvrage, les références à la littérature de l'Antiquité sont constantes. Nous avons parfois l’impression que Fauteur dresse un inventaire, que son ambition est encyclopédique et cumulative. Le point de vue esthétique est parfois celui du XVIIIe siècle :

  • 8 La Gaule poétique, t. 3, p. 182.

La plupart de nos vieux romans sont remplis d’invraisemblances et d’anachronismes. On y trouve rarement un plan régulier, des caractères soutenus, des pensées profondes ; leurs auteurs n’écrivent que les yeux arrêtés sur leur siècle et sur leur pays, le cercle étroit qui les renferme est pour eux l’infidèle emblème de toute la sphère ; en sorte qu’ils adaptent les usages, les mœurs des temps et des lieux où ils vivent, à tous les temps et à tous les lieux. Ils n’ont pas même les notions élémentaires de l’histoire, de la géographie et des sciences exactes8.

10En même temps, Marchangy ne peut faire abstraction du fait que ces romans ont été la lecture favorite de l’Europe pendant des siècles. Leur origine n’est point antique et pourtant cette littérature a fourni de nombreux chefs-d’œuvre parce que les héros carolingiens des Français ont été repris par Pulci, l’Arioste, Le Tasse, Cervantès. Amadis même, selon Marchangy, serait un Français de souche. À cette occasion, l’auteur cite les « antiquaires » Claude Fauchet et Étienne Pasquier, mais aussi les premiers théoriciens italiens des romans, Giraldi et Pigna. La fascination du public pour ces romans ne pouvait provenir que des nobles sentiments de leurs personnages, dans la mesure où la chevalerie avait été « une des plus belles institutions humaines » et une « espèce de sacerdoce » :

  • 9 Ibid., t. 3, p. 186-187.

[...] quels que soient les défauts de l’épopée romanesque, ils se font oublier par l’ingénuité des mœurs et des usages du temps, par la variété des images, par une merveilleux quelquefois plein de grâce, et dont le voile allégorique laisse voir la vérité embellie des atours de l’imagination, par les préceptes de courtoisie, d’honneur, de loyauté, de modestie, dont ne s’écartent jamais les chevaliers9.

11La curiosité ouverte de Marchangy se situe en dehors du monde universitaire. Son ambition est la réhabilitation de l’ancienne poésie. À la vision synchronique de la perspective historique, caractéristique du siècle des Lumières, Marchangy substitue une saisie diachronique : le présent est en quête de lui-même. Ce qui est essentiel à ses yeux, c’est la poésie, mot qui apparaît souvent, y compris dans le titre, et le plaisir de raconter, dans la mesure où l’homme moderne est fatigué des constructions idéologiques et de leurs conséquences désastreuses.

  • 10 Tristan le Voyageur, t. 4, p. 145.

12Les années qui séparent la Gaule poétique du Tristan voyageur sont marquées par une mutation romantique bien plus importante. Ce second ouvrage de Marchangy suit de près l’Apologie de l’école romantique de Paulin Paris. Les six tomes se présentent comme les souvenirs de jeunesse d’un vieux seigneur poitevin. À l’âge de trente ans, ce chevalier nommé Tristan, après avoir combattu les Anglais dans les troupes de Du Guesclin, s’éprend d’une jeune veuve, la sœur de son ami, le vicomte Jean de Thouars. Autour d’elle gravitent de nombreux prétendants à sa main. Plutôt que d’organiser un tournoi pour que la jeune dame épouse celui qui remporterait le prix, son frère fait aux chevaliers une étrange proposition : voyager pendant une année à travers la France pour observer et comparer les lois et les coutumes de ses diverses régions. La plupart des candidats au mariage sont en colère. Tristan, en revanche, accepte immédiatement le défi : en se mettant un cercle de fer, c’est-à-dire une « emprise » au bras gauche, il n’hésite pas à affronter l’épreuve à la façon d’un chevalier errant. Par la suite, on dira de lui que « il n’aurait pas déparé le bon temps où les Lancelot, les Gauvain et les Perceforest faisaient merveille pour avoir merci de leurs belles »10. C’est au nom de la « religion d’amour » qu’il fait le tour de la France. Les stations de ce long itinéraire sont le Poitou, la Bretagne, la Normandie, Paris, la Champagne, la Bourgogne, le Lyonnais, le Viennois, la Provence, Toulouse, les Pyrénées, Bordeaux et le Limousin. À son retour au château de Thouars, son ami le reçoit très chaleureusement ; sa bien-aimée, quant à elle, le reçoit bien froidement. Sans rien comprendre à cette attitude, Tristan décide de se retirer sur son domaine. Les quelques pages de la fin du roman manquent, de sorte que nous ne connaîtrons jamais la fin de cette histoire d’amour : s’agit-il de la perte irréparable des derniers feuillets qui racontaient un heureux mariage ou bien d’un inachèvement typiquement romanesque ?

***

  • 11 Ibid., p. 1.

13Disons tout de suite que l’intérêt de ce livre ne consiste ni dans cette mince intrigue amoureuse empruntée aux romans de chevalerie, ni dans les tournois, ni dans les faits d’armes du protagoniste. L’accent passe de l’histoire poétique à une saisie directe de la société médiévale. Le but de l’auteur est « [d’]évoquer les traditions, les usages, en un mot, tous les éléments propres à nous faire aimer ce dont nous avons besoin, à populariser ce qu’on a voulu nous faire haïr, à réconcilier le présent avec le passé »11.

14Le changement de l’axe est important : cette fois, il s’agit d’un va-et-vient herméneutique entre deux horizons temporels bien différents. En parcourant les régions de France, Tristan découvre à chaque fois un monde ordonné ou plutôt un organisme vivant. Chaque région porte en elle-même le secret de sa durée. Le Moyen Âge est vu comme une civilisation fondée sur des « institutions vitales » : la famille, la propriété, la religion. Marchangy commence par placer l’histoire dans un contexte familial, seigneurial, régional ; mais en même temps, il constate l’existence d’une relation intime et harmonieuse entre l’organique et le spirituel. Nous sommes très loin de l’objectivité raisonnante typique du XVIIIe siècle. La vision de Marchangy n’est guère une perspective abstraite ; à la recherche d’un homme réel dans un monde réel, l’auteur parle d’une manière vivante de la nourriture, des usages, des rituels, des superstitions de chaque région. À commencer par l’alimentaire et à finir par le religieux, tout cet ensemble constitue une réalité totale, impossible à saisir si nous séparons le donné naturel du domaine spirituel. Ce qui frappe le voyageur, c’est la permanence des traditions qui mettent en harmonie le présent et le passé.

  • 12 Ibid., t. 5, p. 120.

15Son histoire n’est pas anonyme. Intéressé par le particulier et le concret, Marchangy cite à chaque fois des noms réels : la compréhension d’autrui est indispensable à l’ancrage de tout homme dans une identité spatiotemporelle. Le primat de la famille est essentiel : « sans famille il n’y a point de société ; car c’est aux cendres du foyer que se mûrissent les bonnes coutumes et les fortes mœurs »12. En Normandie, par exemple, tout le monde se connaît. L’auteur constate l’amour du pays chez ses habitants, l’existence de relations fraternelles entre les familles et entre les villes : en d’autres termes, il voit un « pays à l’abri de toute révolution ». C’est d’ailleurs ce qu’il constatera dans chaque région :

  • 13 Ibid., t. 2, p. 247.

c’est une chose qu’il ne faut pas se lasser d’admirer en France que la variété des contrées appelées provinces, et les avantages particuliers qui leur sont diversement départis. Toutes se distinguent par des aspects, des cultures et des mœurs qui leur sont propres. J’en conclurai volontiers que Dieu a voulu limiter chaque gouvernement à une certaine étendue au-delà de laquelle ne se trouvent plus au même degré les causes de sympathie et de bonne intelligence. En effet, l’amour du pays ne se composant que des traditions héréditaires, des fables apprises au sortir du berceau, des coutumes locales, des sentimens éprouvés à l’ombre des arbres qui croissent autour des foyers paternels, il en résulte que cet amour du pays est inhérent au lieu natal...13.

16Le spécifique de chaque région réside dans sa couleur locale. Comme la nourriture, les mots ont également une charge affective intrinsèque. Les Bretons ont conservé la langue celtique, que l’on parlait autrefois au Paradis terrestre ; ils ont des dialectes que l’auteur ne comprend pas toujours très bien. On parle encore breton dans les écoles et dans les cours. Lors de son séjour en Normandie, il signale des mots qui ont changé de signification par rapport à la langue commune. Il ferra des observations sur ce qu’il appelle le « parois bourguignon » et son contenu émotif. Quant à l’idiome provençal, il est plein de charme.

17Marchangy s’intéresse au tissu poétique de chaque région. Certes, il existe des compétitions entre elles, mises en évidence par les troubadours, les jongleurs picards, les ménestrels normands. L’auteur mentionne à chaque fois les légendes locales, les superstitions qui sont autant de prolongements des fêtes païennes. En Bretagne, les souvenirs des aventures des chevaliers errants sont toujours bien vivants. Il y a même un certain abus : ainsi, la marraine lit aux adolescents les romans de Tristan et ceux de Lancelot. L’auteur se méfie surtout de la littérature allégorique, le Roman de la Rose, par exemple. Cependant, à la différence des réserves exprimées dans la Gaule poétique, cette fois il fait l’éloge des troubadours et des romanciers. Lors de son voyage, le protagoniste lit des chroniques, des vies de saints et surtout les romans de la Table Ronde. Ces derniers sont de véritables « merveilles », qui néanmoins ne s’adressent pas à tous : Robert Wace n’a rien vu dans la forêt de Brocéliande, tandis que Chrétien de Troyes s’y est acquis une « gloire éternelle » :

  • 14 Ibid., t. 2, p. 197.

Si les uns voient ce que ne voient pas les autres, c’est que les prodiges ne sont pas faits pour le vulgaire et pour les esprits incrédules. Jamais le merveilleux ne viendra jusqu’à vous, si vous n’allez au devant de lui, avec la croix et la bannière, je veux dire avec la solennité de vos pensées et la pompe de vos sentimens14.

  • 15 Ibid., t. 5, p. 145.
  • 16 « Introduction » à Tristan le Voyageur, p. XIX-XXIII.
  • 17 Tristan le Voyageur, t. 5, p. 36.

18En Bretagne, Tristan observe des « croyances de nourrice » et bien des usages « plus ou moins curieux ». Il enregistre le maintien des traditions originelles et des vieilles superstitions, quelques bizarres cérémonies de mariage, les fêtes des communautés de métiers. Le fondement de ces traditions réside dans la simplicité des mœurs. Par ailleurs, ces coutumes traversent toutes les conditions sociales : elles n’ont pas été inventées par « la fantaisie d’un faiseur de sociétés »15. Chaque pays a sa manière spécifique d’être au monde ; Marchangy ne croit guère en l’existence d’une identité universelle. L’essentiel n’est pas tant de connaître les coutumes, mais de rechercher leur esprit. Il insiste sur le sens des diversités et même des différences entre générations. Chaque région se distingue par son génie propre, chaque époque possède sa propre validité. Ces coutumes sont millénaires : en Bretagne, les jeunes les apprennent en chantant. Le Moyen Âge a été le fruit d’une longue maturation. Ces « institutions organiques » ne peuvent être remplacées par des théories variables et des lois arbitraires, bref, par des « inventions factices », des « institutions de paroles, de bruit et de vent » : la destruction de ces institutions est un « suicide politique »16, car la foule « ferait bientôt chavirer la barque »17.

19La grande ville de Paris s’oppose radicalement aux régions traditionnelles : la nuit, les malfaiteurs prennent possession de la ville. Le juriste constate que la prostitution a fini par occuper certains quartiers. Certes, l’auteur n’oublie pas de mentionner la translatio studii et l’invention de l’université. Cependant, du temps de Tristan le Voyageur, les leçons des professeurs se réduisent déjà à des « leçons d’escrime oratoire ». Les étudiants sèment le désordre dans la ville, l’erreur séduit par son air de nouveauté. Enfin, il n’y aurait pas de littérature à Paris : le souffle de la poésie viendrait « des fleurs de notre propre sol » et non de la frivolité d’une grande ville. Paris ne serait que « le séjour des nouveautés ».

20Ainsi, à la différence de Paris, les régions auraient conservé à la fin du XIVe siècle leur patrimoine fait de relations d’homme à homme, d’expériences et de pressentiments, de croyances et de superstitions, de fantasmes et d’intuitions, de sensibilité et d’amour. C’est à partir de leur originalité intrinsèque et de la vie personnelle de chacun que se construirait le sentiment national, à savoir une identité réelle, un dynamisme vital qui émerge dans un contexte culturel organique.

***

  • 18 « Introduction » à Tristan le Voyageur, p. VII-VIII.

21Pourquoi l’auteur choisit-il l’année 1373 pour ce voyage à travers les régions de la France médiévale ? Tout simplement, parce que cette période est placée « entre ce qui était et ce qui allait être ». La fin du XIVe siècle est en quelque sorte la limite entre deux époques, en particulier celle des mutations et des désagrégations. L’auteur l’a choisie comme le « point le plus convenable pour évoquer le passé, méditer sur le présent et prévoir l’avenir » : elle serait cette « ligne de lumière qui sépare les vertus des connaissances, les croyances des systèmes, et la raison du raisonnement »18. Après la stabilité médiévale allait suivre la centralisation bureaucratique de la royauté.

22Tristan constate déjà à cette époque le déclin des institutions traditionnelles. Certains pays sont ravagés par des routiers et des écorcheurs. Depuis quelques temps, le voyageur observe l’accumulation d’un pouvoir excessif par les fonctionnaires salariés, des « fabricateurs d’impôts » qui foulent aux pieds les droits et les coutumes. Les communes sont rançonnées par les impôts. Il cite le cas de Toulouse, cette « reine du Languedoc », gouvernée par des « agens despotiques et ambitieux ». Le roi anoblit des bourgeois ; or, cette aristocratie nouvelle pourvue de décorations n’a aucune consistance. L’aristocratie se remarque par sa continuité institutionnelle, elle ne vit que « par les racines qui l’attachent à l’ancien sol ». Le lieu commun de ces bourgeois anoblis est la vision catastrophique du passé : à en croire ces hommes nouveaux, l’ancienne noblesse ne songeait qu’à des guerres privées et à des vexations du peuple. En réalité, rappelle Marchangy, il y a eu très peu de guerres privées au cours de ces siècles ; l’anarchie féodale est le résultat de spéculations abstraites. La paix était fondée sur un pacte de réciprocité entre le seigneur et le vassal. Ce sont les rois qui ont poussé les communes à la haine de la féodalité, présentée invariablement comme une anarchie continuelle. En concentrant le pouvoir en un seul foyer, Louis XI et Richelieu ont détruit la noblesse territoriale. Les rois ont inventé les états généraux, ces « colosses indisciplinés » qui peuvent d’un seul mouvement jeter le trône à bas. Raoul de Presles en rit, tandis que son interlocuteur lui répond : on verra dans trois ou quatre siècles qui a raison. Marchangy est ici très proche de la vision d’un Chateaubriand, qui affirmait dans un article publié en septembre 1819 :

  • 19 Cité par J.-P. Clément, Chateaubriand. Biographie morale et intellectuelle, Paris, Flammarion, 199 (...)

L’ancienne constitution de la France fut attaquée par la tyrannie de Louis XI, affaiblie par le goût des arts et les mœurs voluptueuses des Valois, détériorée sous les premiers Bourbons par la réforme religieuse et les guerres civiles, terrassée par le génie de Richelieu, enchaînée par la grandeur de Louis XIV, détruite enfin par la corruption de la Régence et la philosophie du dix-huitième siècle. La Révolution était achevée lorsqu’elle éclata : c’est une erreur de croire qu’elle a renversé la monarchie ; elle n’a fait qu’en disperser les ruines...19.

23C’est à cette époque que commence à s’esquisser l’opposition entre la « féodalité » et le temps présent. Pour Marchangy, la « patrie est mémoire », à savoir, comme l’avait dit Chateaubriand, « une tradition nourrie de mœurs, de manières d’être et de penser, de gestes immémoriaux, de souvenirs personnels ». Or, le présent de Marchangy offre un pays « vide de souvenirs », hanté par des « préjugés nouveaux plus dédaigneux et plus intolérants que les anciens », une « absence complète de croyances et d’illusions ». La multiplication des besoins, est effarante, de sorte que l’homme se trouve à leur merci. La ville de Paris, se réduit à « l’industrie des petits intérêts quotidiens ».

24L’auteur décrit entre autres la grande assemblée des officiers de la cour pour choisir le fou du roi :

  • 20 Tristan le Voyageur, t. 4, p. 217.

il n’est rien de tel que d’être fou pour réussir près des princes et de leurs ministres ; que peut-être même un jour, lorsque le progrès des lumières aura perfectionné les rapports de l’espèce humaine, il sera encore plus adroit d’être imbécile, si bien que celui qui ne le sera pas par nature, fera prudemment de le devenir par ambition, attendu que la sottise... est la plus grande politesse qu’on puisse faire à certaines gens20.

  • 21 « Introduction » à Tristan le Voyageur, p. XXV.

25La destruction de la hiérarchie aboutit à un « déclassement général [qui] constitue chacun en état de candidature permanente »21. Du temps de l’auteur des sectes et des partis s’entredéchirent en permanence. Le temps présent est celui des sentiments appauvris pour enrichir les plaisirs, de la multiplication des impôts, des habitants des villes qui ont un « tempérament énervé ».

26La féodalité avait éliminé l’esclavage, la noblesse servait d’intermédiaire entre le roi et le peuple. C’est elle qui a créé la chevalerie et la courtoisie. À l’intérieur de cette société il y avait un « lien sacré ». Tout le monde avait des droits et des devoirs. Tristan est dégoûté par les nouvelles modes. Les seigneurs francs ont été les fondateurs des libertés sociales. En revanche, les révolutions créent une « affreuse mêlée » où tout se confond et se heurte : fondées sur des préjugés intolérants et dédaigneux, elles ne produisent que des désordres et de la décrépitude morale, une absence complète de croyances, enfin, une paralysie générale qui rend la nation insensible au mal et la concentre uniquement sur l’intérêt matériel du jour.

  • 22 Tristan le Voyageur, t. 5, p. 21.
  • 23 Ibid., t. 1, p. 89.
  • 24 Ibid., t. 6, p. 110-111.

27L’état social n’est pas un arrangement à l’amiable, fait par des faiseurs de systèmes. Toute société est fondée sur la famille, sur des habitudes héréditaires et sur la religion, la « mère de toute société humaine »22. Partisan des lumières de la féodalité, Marchangy s’insurge contre les sophistes qui tuent la raison par le raisonnement : « il n’y a point de goût sans naturel, pas de sentimens sans vertus, pas de merveilleux sans croyances, pas de poésie sans illusions »23. C’est dans cette société de cour que l’auteur insiste sur l’importance des femmes : elles « ont des sentimens quand nous avons des systèmes ». À Tarascon, par exemple, elles ont des cours d’Amour, qui sont de véritables « écoles de courtoisie » : l’amour est « le premier magicien du monde ». Il n’est pas rare que pendant les tournois, les chevaliers portent les devises et les couleurs des Lancelot, des Tristan, des Roland, des Ogier, des Renaud, des Olivier : aux yeux des spectateurs, ces personnages « ne sont plus des fictions »24. Les références aux chevaliers arthuriens et carolingiens sont très fréquentes. Tristan visite les châteaux des seigneurs et leurs bibliothèques, sans dédaigner les chaumières des bergers dans les Pyrénées.

28Sans doute, il y a eu des abus pendant la féodalité. Cependant, le roi ne pouvait statuer sans consulter ses barons, tout comme ceux-ci devaient consulter leurs vassaux : seigneurs et vassaux avaient des obligations réciproques. L’auteur donne l’exemple de Joinville, qui refuse de prêter serment de fidélité au roi parce qu’il ne tient aucune terre de la couronne. Tristan lui aussi s’élève contre la concentration de la noblesse dans une seule cour, où dominent les intrigues : le pouvoir ne doit pas se concentrer en un seul foyer.

  • 25 Ibid., t. 3, p. 73.
  • 26 Ibid., t. 5, p. 90.

29Certes, Marchangy ne se reconnait pas comme romantique, mot dont la signification appliquée aux contemporains est encore péjorative en France ; chez lui, l’emploi du mot « romantique » est tantôt négatif, tantôt positif. Néanmoins, il est un romantique dans la mesure où il reconnaît à ce passé une originalité vivante, des discontinuités culturelles, sa propre identité existentielle. En faisant l’éloge de la cathédrale de Rouen, une « forêt de pierre », l’auteur affirme qu’elle a été trouvée par le génie romantique de notre pays natal, car elle est « mélancolique, mystérieuse et solennelle »25. Il apprécie en Champagne les abbayes célèbres par leur piété et leur « situation romantique au fond des bois »26.

30Marchangy n’est certainement pas un historien professionnel. Sa rétrospective concerne le présent de l’auteur et l’avenir de la France. Nous ne trouvons point chez lui des déterminismes abstraits, ni de vision cosmopolitique et encore moins le progrès linéaire spécifique de la raison raisonnante. Ses connaissances littéraires sont toutefois étonnantes : il cite un nombre impressionnant de troubadours et d’auteurs français, anglais, italiens du Moyen Âge, ainsi que des voyageurs, des traités de musique, des ouvrages sur les coutumes locales, les superstitions, les conciles et les synodes.

***

31Il n’est guère possible de se pencher sur le premier romantisme français sans tenir compte de l’originalité intrinsèque de Marchangy. Le passé médiéval ne devient compréhensible pour le public du début du XIXe siècle que dans la mesure où l’on s’écarte des lieux communs idéologiques les plus tenaces : anarchie féodale, « racisme historique » des modernes. Sa voie d’accès privilégiée a été celle de la narration poétique. Ce fut probablement cet aspect qui a gêné le plus les historiens du XXe siècle. Certes, cet auteur ne découvre ni un âge d’or imaginaire, ni un espace-temps abstrait régi par des normes universelles. S’il invoque le passé, c’est pour comprendre le présent et surtout l’avenir. Il oppose à l’axiomatique dogmatique des rhéteurs et des sophistes une axiologie passionnée de la sensibilité et des traditions immémoriales. Les guerres privées, l’anarchie féodale, la crise structurelle de l’aristocratie, l’absence d’une autorité publique ne sont pour lui que des mythes bourgeois et révolutionnaires. C’est pour cette raison que Louis de Marchangy est, à l’époque que nous nous plaisons à appeler « post-moderne », si proche de nos autorités historiques.

Notes

1 J. Demougin (dir.), Dictionnaire des Littératures, Paris, Larousse, 2002, s. v. Marchangy.

2 P. van Tieghem (dir.), Dictionnaire des Littératures, Paris, PUF, 1984, s. v. Marchangy.

3 G. Grente, Dictionnaire des lettres françaises, Paris, Fayard, 1971, t. 5, s. v. Marchangy.

4 D.-P. de Beaumarchais, D. Conty (dir.), Dictionnaire des œuvres littéraires de langue française, Paris, Bordas, 1994, s. v. Marchangy.

5 M. de Marchangy, La Gaule poétique ou l’Histoire de France considérée dans ses rapports avec la Poésie, l’Éloquence et les Beaux-Arts, Paris, C.-F. Patris et Chaumerot Jeune, 1819.

6 M. de Marchangy, Tristan le Voyageur, ou la France auXIVe siècle, Paris, Chez F. M. Maurice et Urbain Canel, Libraires, 1825.

7 C. Nodier, « La Gaule poétique, ou l’Histoire de France considérée dans ses rapports avec la poésie, l’éloquence et les beaux-arts ; par M. de Marchangy », dans Mélanges de littérature et de critique, Genève, Slatkine Reprints, 1973, t. 2, p. 320-321.

8 La Gaule poétique, t. 3, p. 182.

9 Ibid., t. 3, p. 186-187.

10 Tristan le Voyageur, t. 4, p. 145.

11 Ibid., p. 1.

12 Ibid., t. 5, p. 120.

13 Ibid., t. 2, p. 247.

14 Ibid., t. 2, p. 197.

15 Ibid., t. 5, p. 145.

16 « Introduction » à Tristan le Voyageur, p. XIX-XXIII.

17 Tristan le Voyageur, t. 5, p. 36.

18 « Introduction » à Tristan le Voyageur, p. VII-VIII.

19 Cité par J.-P. Clément, Chateaubriand. Biographie morale et intellectuelle, Paris, Flammarion, 1998, p. 106.

20 Tristan le Voyageur, t. 4, p. 217.

21 « Introduction » à Tristan le Voyageur, p. XXV.

22 Tristan le Voyageur, t. 5, p. 21.

23 Ibid., t. 1, p. 89.

24 Ibid., t. 6, p. 110-111.

25 Ibid., t. 3, p. 73.

26 Ibid., t. 5, p. 90.

Auteur

Université Marc-Bloch, Strasbourg 2.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search