Version classiqueVersion mobile

Mémoire des chevaliers

 | 
Isabelle Diu
, 
Élisabeth Parinet
, 
Françoise Vielliard

Georges-Adrien Crapelet et la Collection des anciens monumens de l’histoire et de la langue françoise (1826-1835)

Nathalie Clot

Texte intégral

1La publication entre 1826 et 1834 de la Collection des anciens monumens de l’histoire et de la langue françoise par Georges-Adrien Crapelet offre un aperçu concret des conditions de diffusion et de redécouverte des textes littéraires médiévaux dans la première moitié du XIXe siècle.

  • 1 La seule étude qui lui ait été exclusivement consacrée est celle de M. Blakely Speer, « Entre le m (...)
  • 2 Fabliaux ou contes du XIIe et du XIIIe siècle, traduits ou extraits d’après divers manuscrits du t (...)

2Cette entreprise, à ce jour peu étudiée1, est la première du genre par son ambition de proposer, non des adaptations, mais des textes originaux, parfois accompagnés d’une traduction et toujours assortis d’un appareil critique : description des manuscrits utilisés, préface présentant le contexte historique, documents iconographiques (fac-similé, reproduction de blasons). Elle se démarque radicalement des entreprises précédentes comme, par exemple, la collection de textes de Legrand d’Aussy à la fin du XVIIIe siècle2, entièrement traduits et « mis au goût du jour » et plutôt destinés à la distraction qu’à l’érudition. Cependant, dans la mesure où il n’existe pas, au moment de la naissance de la collection, de véritable communauté scientifique s’intéressant à l’édition des anciens textes, il s’agit, selon nos critères modernes, d’un travail d’amateurs.

3Les anciens monuments de la langue française vus par Crapelet sont pour le moins variés : romans de chevalerie, documents « historiques », poésies se succèdent sans aucune approche systématique. Là encore, la Collection des anciens monumens de l’histoire et de la langue françoise se démarque des publications antérieures ou postérieures qui privilégient des collections de textes homogènes : fabliaux ou romans.

4Je commencerai cette présentation par le portrait des trois « amateurs » qui sont à l’origine de la Collection des anciens monumens de l’histoire et de la langue françoise :

  • un jeune éditeur connu pour la qualité de ses presses : Georges-Adrien Crapelet ;
  • un vieux conservateur adjoint aux manuscrits de la Bibliothèque royale : Dominique Méon ;
  • un ancien bibliothécaire, devenu inspecteur d’académie de Dijon : Gabriel Peignot.

5Une deuxième partie, sous forme de catalogue chronologique, montrera la genèse de cette publication née au gré des opportunités et construite sans plan d’ensemble : titre à titre, je montrerai quels sont ces « anciens monuments » que Georges-Adrien Crapelet a voulu sortir de l’oubli et quels moyens il a mis en œuvre pour parvenir à faire vivre cette entreprise éditoriale fort peu institutionnelle.

6Cela m’amènera tout naturellement à me pencher sur les caractéristiques matérielles de la collection, déterminantes pour cibler son public, et m’essayer à une conclusion sur la place que cette « petite » mais ambitieuse publication a pu avoir sur la promotion plus que sur la connaissance de la littérature médiévale dans la première moitié du XIXe siècle.

1. — LA TRIADE : L’IMPRIMEUR, LE CONSERVATEUR ET L’INSPECTEUR

7À l’origine était l’imprimeur, Georges-Adrien Crapelet : son père Charles est un imprimeur renommé pour la beauté et la correction de ses éditions, à qui l’on doit notamment l’édition des Oiseaux d’Amérique d’Audubon.

  • 3 T.-F. Dibdin, Lettre trentième concernant l’imprimerie et la librairie de Paris, traduite de l’ang (...)

8Georges-Adrien est né en 1789. Il prend en main l’imprimerie familiale à 19 ans, à la mort prématurée de son père, en 1818 : il se distingue par ses éditions de luxe de Quinault, Destouches, La Fontaine, pour lesquelles il prépare lui-même les textes et recherche les meilleurs illustrateurs. Il se prend d’intérêt pour les livres anciens et la bibliophilie au début des années 1820 lorsqu’il commence la traduction de l’anglais du Voyage bibliographique archéologique et pittoresque en France3 du bibliophile Thomas Frognall Dibdin. Tout en se défendant d’être un érudit, et s’enorgueillissant de son rôle d’imprimeur typographe, il prend part à la vie naissante de nombreuses sociétés savantes : il est membre fondateur de la Société de l’histoire de France en 1834 et membre de la Société des antiquaires de France depuis 1828.

9Sa conviction profonde est que l’imprimerie peut donner l’immortalité aux manuscrits venus du passé. Sa marque d’imprimeur illustre son ambition : trois pensées épanouies avec la devise « elles ne peuvent plus mourir ».

  • 4 D.-M. Méon, Nouveau recueil de fabliaux et contes inédits des poëtes français des XIIe, XIIIe, XIV(...)
  • 5 F. Pluquet, Le Roman de Rou et des Ducs de Normandie par Robert Wace, poète normand du XIIe siècle (...)

10Sa première approche professionnelle d’un texte en ancien français a lieu en 1822 avec la réédition des fabliaux de Barbazan4, enrichie par Dominique Méon. Elle sera suivie, en 1824, par l’impression du recueil Les poëtes françois depuis le XIIe siècle jusqu’à Malherbes, avec une notice historique et littéraire sur chaque poëte, Paris, 1824, anthologie en six volumes réunie par Pierre René Auguis, sur un plan proposé par G.-A. Crapelet lui-même. Ces premières expériences seront suivies, en 1825, par l’impression du Roman de Rou et des Ducs de Normandie par Robert Wace poète Normand du XIIe siècle5, édité par Frédéric Pluquet.

  • 6 Une correspondance manuscrite inédite de G.-A Crapelet et de G. Peignot, de 1821 à 1835, est conse (...)

11Une lettre du 13 septembre 1827 à Gabriel Peignot6 décrit ainsi le déclic provoqué par l’édition des Poètes françois depuis le XIIe siècle :

[..] Je publie et que je continuerai à publier les morceaux les plus curieux de notre langue qui restent enfouis dans les innombrables manuscrits de notre bibliothèque. C’était le plan que j’avais tracé pour la publication de nos vieux poètes et qui a été si mal exécuté, par l’insouciance ou l’incapacité de M. Auguis à qui j’ai payé fort chèrement dans le temps, un travail qu’il devait faire, qu’il n’a pas fait.

12Dès lors Georges-Adrien va consacrer une attention croissante aux œuvres du Moyen Âge et trouve une collaboration précieuse en la personne d’un vieux conservateur-adjoint aux manuscrits de la Bibliothèque royale, Dominique Méon.

  • 7 Voir H. Biu, « Paulin Paris et la redécouverte de la littérature médiévale », dans ce même volume.
  • 8 Fabliaux et contes des poètes françois des XIe, XIIe, XIIIe, XIVe et XVe siècle, tiré des meilleur (...)
  • 9 Pour une vue d’ensemble et le détail de chaque édition composant la Collection des anciens monumen (...)

13C’est le deuxième membre de la triade, le conservateur. Les hommes des manuscrits sont, en effet, des personnages clés au XIXe siècle pour la redécouverte des textes médiévaux, comme l’a montré Hélène Biu avec Paulin Paris7. Dominique Méon est de l’ancienne génération : âgé de soixante-seize ans en 1826, au commencement de la Collection des anciens monumens de l’histoire et de la langue françoise, il s’est illustré dans le domaine de l’édition en reprenant et en enrichissant l’œuvre de Barbazan, responsable d’une édition de fabliaux qui connurent un premier succès au milieu du XVIIIe siècle8. Dominique Méon entre à la Bibliothèque royale en 1816 et y reste jusqu’à sa mort, en 1829 : il proposera les premiers textes de la collection des anciens monuments, soit en faisant lui-même l’édition (Vers sur la mort de Thibaut de Marly9, Combat des trente Bretons contre les trente Anglois, Histoire du Châtelain de Coucy et de la Dame de Fayel) soit en attirant l’attention de son éditeur-imprimeur sur des manuscrits inédits dignes d’intérêt, comme le Pas d’armes de la bergère.

  • 10 M. Foiselle, Gabriel Peignot, écrivain et bibliophile, 1767-1849, Paris, Éditions La Bruyère, 2003
  • 11 Sa bibliothèque fait l’objet de trois grandes ventes, en 1809 à Vesoul, à Dijon en 1826, et la plu (...)
  • 12 T.-F. Dibdin, Lettre trentième....

14À la mort de Méon, G.-A. Crapelet va s’appuyer sur un troisième personnage, Gabriel Peignot10 : juriste de formation, responsable du dépôt littéraire à Vesoul de 1794 à 1813, charge à laquelle s’ajoute, dès 1793, la charge de directeur de l’école centrale de Vesoul, il occupe depuis la Première Restauration le poste d’inspecteur d’Académie en Côte-d’Or. À Dijon, Gabriel Peignot est un bibliographe et bibliophile respecté11. G.-A. Crapelet prend contact avec lui à l’occasion de sa traduction du Voyage bibliographique12. Peignot a soixante ans en 1827 : c’est le type de l’érudit de province qui fera les beaux jours de la découverte des anciens monuments archéologiques, architecturaux et littéraires. Membre fondateur de la Société des antiquaires de France, où il fera entrer Crapelet, il multiplie sous divers pseudonymes les publications d’opuscules et autres amusements philologiques. Il entretient depuis 1821 une correspondance suivie avec Georges-Adrien Crapelet et lui proposera plusieurs textes pour sa collection : l’Histoire de la passion de Jésus Christ composée en 1490 par le R. P. Maillard, en 1828, ainsi que les Dits du mercier, en 1832. Il contribue au soutien financier de l’éditeur, mis en danger par la publication des Anciens monumens, en faisant commander des exemplaires de son édition de La Fontaine comme livres de prix à Dijon.

2. — LA COLLECTION DES ANCIENS MONUMENS DE L'HISTOIRE ET DE LA LANGUE FRANÇOISE

15De cette collaboration à trois têtes sortira la Collection des anciens monumens de l’histoire et de la langue françoise : née sans être une collection — le premier volume ne lui sera formellement raccroché qu’a posteriori — composée de textes pour le moins divers, cette entreprise dont on dirait aujourd’hui « qu’elle manque totalement de lisibilité » parvient à obtenir, grâce à l’énergie de G.-A. Crapelet, le soutien des pouvoirs publics.

16Le 1er volume publié est le recueil des Vers sur la mort de Thibaut de Marly, non traduits, accompagnés d’un glossaire par Dominique Méon. Le volume, publié fin 1825 ou début 1826, est modeste, non illustré, non numéroté, et ne porte aucune mention de son appartenance à une collection. La correspondance de G.-A. Crapelet avec Gabriel Peignot conservée à la Bibliothèque nationale de France ne fait pas mention de la naissance d’une collection, pas plus qu’il n’y a de demande de souscription auprès du ministère de l’Intérieur.

17Le 2e volume, publié sous les auspices du comte de Corbières, ministre de l’Intérieur qui fait une souscription de cinquante volumes, signe la naissance proprement dite de la collection. On ne trouve pas encore de plan, ni dans les prospectus, ni dans les dossiers de souscription, mais la volonté de rassembler des anciens monuments est née. Le texte publié n’a rien, à nos yeux, ni de très médiéval, ni de très français, ni même de très littéraire : il s’agit des Lettres de Henri VIII à Anne Boleyn. Là encore, peu de choses de ce qui fera plus tard la signature de la collection : ni fac-similé des manuscrits, ni textes originaux sans traduction. Le texte des lettres est précédé d’une dissertation de soixante-six pages, signée par G.-A. Crapelet, sur Anne Boleyn et illustré de deux gravures d’après Holbein. Seule la virtuosité de la composition (Crapelet détaille fièrement en annexe les douze polices de caractères utilisées) rattache ce deuxième volume à la collection.

18Le 3e volume, sur proposition de Dominique Méon, est le texte du Combat des trente Bretons. L’imprimeur typographe Crapelet commence à être à son affaire : le texte original est en caractères gothiques, la traduction en romain. Il commande des gravures des armes des soixante belligérants, proposées après le texte, ajoute un fac-similé du manuscrit, et commande une gravure du monument commémoratif.

  • 13 De l’état actuel de la langue française, par G.-A. Crapelet, imprimeur, Paris, Imp. de Crapelet, 1 (...)

19Le 4e volume est une opportunité. Par une lettre du 10 octobre 182713, Gabriel Peignot propose à G.-A. Crapelet un texte :

[...] il m’est tombé sous la main un ouvrage de Maillard qui a fixé mon attention par sa singularité : c’est l’histoire de la passion douloureuse de Nostre doulx Saulveur et Redempteur Jhesus rememoirée es sacrés et saincts misteres de la messe. [...] La partie historique ne manque pas d’intérêt. Les expressions naïves dont l’auteur se sert, son style familier, les détails que son imagination ou une érudition assez bizarre lui fournissent, la piété fervente qui l’anime [...], tout m’a paru assez curieux et digne d’être recueilli comme un monument de style et de narration au quinzième siècle. J’y ai ajouté des notes, les unes historiques, géographiques et bibliographiques, relatives à la Passion, les autres explicatives de certains termes surannés ou vulgaires qui pourroient n’être pas familiers au lecteur.
Si cet opuscule qui date de 1490 ne vous paroît pas indigne de figurer parmi les monuments qui présentent l’état de la langue française à une époque donnée, il sera sans doute glorieux pour lui de vous devoir une nouvelle existence aussi brillante et durable que celle où il végétoit dans son tombeau poudreux étoit obscure et précaire. J’aurais seulement une petite observation à vous faire : [...] je désirerais que cette bagatelle ne fût tirée qu’à un petit nombre d’exemplaires, destinée seulement aux amateurs éclairés et dignes d’apprécier de pareils monuments, considérés simplement sous le rapport littéraire et rehaussés par le charme d’une typographie aussi correcte qu’élégante et parfaitement soignée dans toute ses parties.

20G.-A. Crapelet saisit l’opportunité de l’intégrer à sa collection comme le montre sa réponse du 13 octobre 1827 :

J’aurai le plus grand plaisir à imprimer l’Histoire de la Passion dont vous m’entretenez. Ainsi, sans que vous participiez à aucuns frais, je joindrais ce volume à ma collection, et il serait imprimé dans le même format et sur le même papier que les précédents volumes. Comme vous ne me parlez pas de la traduction de la pièce, je suppose qu’elle est facilement intelligible. Cependant, puisque tous les amateurs m’ont demandé de donner toujours une traduction de l’ancien langage, comme je l’ai fait pour le Combat des Trente, il est entendu que je vous donnerai à lire les épreuves, et que tous les soins possibles seront apportés à l’impression.

21C’est en 1828 seulement que le 5e volume s’inscrit explicitement, dès l’avertissement, dans la collection. Il s’agit de l’édition du Pas d’armes de la Bergère maintenu au tournoi de Tarascon publié d’après le manuscrit de la bibliothèque du roi, curieusement mise en miroir avec une seconde partie mondaine et contemporaine : la Relation du Caroussel exécuté à Saumur en présence de S. A. R. Madame, duchesse de Berry, le 20 juin 1828. L’avertissement le présente en ces termes :

J’ai l’espoir que cette nouvelle publication ne sera pas moins agréable aux amateurs que les précédents volumes de cette collection des anciens monumens de notre histoire et de notre langage. Outre le fac-simile de la miniature du manuscrit original, quelques ornemens de gravure analogues à la chevalerie ont trouvé place dans ce volume. J’ai pensé que je ne pouvois donner aux amateurs trop de preuves du soin et du zèle que je ne cesserai d’apporter à l’impression des ouvrages de ce genre que je pourrai publier encore tant que les dépenses ne seront pas au-dessus de mes propres moyens. Ils verront un nouveau témoignage de mes efforts dans le volume qui suivra celui-ci et qui offrira pour la première fois également le texte du manuscrit de la bibliothèque du roi intitulé : li Roumans du châtelain de Coucy et de la dame du Fayel. Ce volume sera orné des deux miniatures du manuscrit, exécutées d’une telle manière que les acquéreurs pourront se regarder comme possesseurs de miniatures originales, richement peintes en or et en couleur.

22Le tournant du luxe est pris : les éditions se succèdent. Un texte important, en 1829, l’Histoire du châtelain de Coucy et de la dame de Fayel, mis en français par Dominique Méon, puis, comme un 7e volume, un livre de chevalerie, qui, comme le troisième tome de la collection, se rattache à l’imaginaire des tournois, popularisé par Walter Scott : l’édition des Cérémonies des Gages de bataille, illustrée de somptueuses miniatures, paraît en 1830.

23Parvenu à ce point, le projet est mis en péril par le ministère de Royer-Collard, qui annule une souscription de cinquante exemplaires :

  • 14 Lettre de l’éditeur en avant-propos de la Cérémonie des Gages de Bataille.

Parvenue à son septième volume, cette collection des Anciens monumens de l’histoire et de la langue françoise commencée en 1826 et continuée sous les auspices de deux ministres de l’Intérieur, pouvait successivement s’enrichir d’ouvrages anciens et inédits du Moyen Âge qui reposent en si grand nombre dans les manuscrits de la Bibliothèque Royale.
J’aurais encore contribué selon mes moyens à réaliser le vœu si souvent exprimé par les savans et les littérateurs pour la publication d’ouvrages du même genre. Je pense, dit l’un de ces littérateurs qui étoit aussi un homme d’état, que cette richesse de manuscrits n’en est véritablement une que lorsqu’elle est mise en circulation. Il seroit à désirer qu’une association d’hommes instruits et laborieux consacrât entièrement ses loisirs au dépouillement et à la publication de tant d’ouvrages ensevelis dans les ténèbres. Ces mêmes sentiments se sont rencontrés chez deux ministres ; cette association d’hommes instruits et laborieux, elle se trouve comme héréditaire chez MM. les chefs et employés de la bibliothèque royale qui mettent tant d’empressement et de complaisance à faciliter recherches et travaux, mais le ministre de l’intérieur actuel en a décidé autrement. Son Excellence a supprimé une souscription de 50 exemplaires dont ses prédécesseurs avaient encouragé cette publication, ce qui m’aidait à en supporter les frais. Or, comme les loisirs et la bonne volonté ne suffisent pas pour continuer une pareille entreprise, ce septième volume sera le dernier que je publierai jusqu’à une époque plus favorable aux lettres des temps passés et à celles du temps présent. EST LABOR INGRATUS QUEM DEBITA PROEMIA FALLUNT14.

24Cela n’empêche pas, en 1831, l’éditeur de faire paraître le 8e volume de la collection : Proverbes et dictons populaires, gros essai sur la langue émaillé d’illustrations des cris de Paris en gothique. Cette publication, assez dans l’air du temps dans son illustration d’un Moyen Âge de la rue entre paillardise et indiscipline, est beaucoup moins coûteuse que les éditions avec fac-similé.

  • 15 Arch. Nat. F18 1850, Dossier de souscription de G.-A. Crapelet.

25En 1831 s’élève une nouvelle menace sur la collection, comme le montre une lettre de Crapelet conservée dans son dossier de souscriptions du ministère aux Archives nationales15 :

[...] la souscription de 50 exemplaires, sur la foi de laquelle j’ai continué une collection des anciens monumens de l’histoire et de la langue française, commencée en 1826 et que, par votre lettre du 3 mai dernier 1831, vous avez ajournée. J’ai fait de grandes dépenses pour cette publication. Depuis la Monarchie de Juillet, j’y ai employé des dessinateurs, des peintres, des graveurs, des copistes, des lithographes, des ouvriers imprimeurs, relieurs, etc. qui manquaient de travail. Ayant fait imprimer ces quatre-vingt-dix exemplaires pour la souscription du Ministère, ils resteraient à ma charge et sans emploi.

26La protestation de l’éditeur est suivie d’effet et la souscription ajournée est confirmée par Villemain en juin 1831. La collection se poursuit alors par un 9e volume qui contient une redécouverte majeure, de G.-A. Crapelet lui-même qui édite les Poésies d’Eustache Deschamps par larges extraits. L’éditeur écrit à Peignot avoir travaillé trois ans et passé beaucoup de veilles pour préparer cette édition, qui reste cependant incomplète et caviardée des passages les plus libres pour se conformer à l’esprit du temps.

27Le 10e volume est un recueil de curiosités : il s’intitule Tableau de mœurs au dixième siècle ou la cour et les lois de Howel le Bon roi d’Aberflaw de 907 à 948 suivi de cinq pièces de la langue française. Dans ce volume apparaît l’annonce de l’arrêt de la collection, enfin présentée comme devant avoir un terme, plutôt fixé par les ressources de son imprimeur que par le fait d’avoir rempli un programme et épuisé sa matière :

Cette collection, dont aucune typographie française ou étrangère n’avait encore présenté d’exemple se composera de 14 volumes : ce nombre ne sera point dépassé, l’éditeur et imprimeur, G.-A. Crapelet en prend l’engagement formel.

  • 16 Partonopeu de Blois: A French Romance of the Twelfth Century, éd. J. Gildea, Villanova (Penn.), 19 (...)

28L’aventure s’arrêtera deux volumes plus tard sur un somptueux chant du cygne, bibliophilique pour le onzième volume, Les demandes faites par le roi Charles VI, orné de dix fac-similés des dessins et écritures des deux manuscrits, et enfin littéraire puisque la collection se clôt avec les deux volumes du Parthonopeus de Blois, d’après le manuscrit inédit de la bibliothèque de l’Arsenal. Cette dernière édition de la Collection des anciens monumens restera, jusqu’en 196716, la seule édition complète de ce texte majeur.

  • 17 Bibl. nat. de Fr., Q10 B. Catalogue de la librairie Crapelet, 1828, in-8°.
  • 18 Jules Berger de Xivrey, Recherches sur les sources antiques de la littérature française, Paris, Cr (...)

29Dans le catalogue de la librairie Crapelet paru en 182817, deux publications complémentaires sont attachées à la collection : les Recherches sur les sources antiques de la littérature française par Berger de Xivrey18 et les Obros de Pierre Goudelin.

30Le bilan du contenu de la Collection des anciens monumens de l’histoire et de la langue françoise est le suivant :

  • quatre textes importants, soit pour la langue soit pour l’histoire littéraire : les Vers sur la mort, Histoire du Chatelain de Coucy, les Poésies d’Eustache Deschamps, Partonopeus de Blois ;
  • trois documentaires nourrissant l’imaginaire chevaleresque popularisé par l’Ivanhoé de Walter Scott : le Combat des trente Bretons, le Pas d’armes de la bergère et les Cérémonies des gages de bataille ;
  • deux textes historiques dont un qui n’est pas médiéval : les Demandes du Roy Charles VI et les Lettres d’Anne Boleyn ;
  • trois recueils de curiosités nés des envies du bibliographe Gabriel Peignot.

31Les textes ne sont pas accompagnés d’un appareil critique érudit au sens moderne du terme (variantes, approche critique des manuscrits, choix raisonné d’un manuscrit de base), mais G.-A. Crapelet a le désir de rendre ces Monumens intelligibles au lecteur : préfaces, glossaires, avertissements montrent un souci constant de dire d’où vient le texte (description voire reproduction du ou des manuscrits utilisés), et d’en donner les clés.

3. — PRÉSENTATION MATÉRIELLE ET RÉCEPTION

32La Collection des anciens monumens de l’histoire et de la langue françoise, née modestement devient vite une collection luxueuse, décrite comme telle par le Manuel du libraire de Brunet. L’étude des tirages et des prix est révélatrice du public visé et touché par la collection.

33Ma source principale concernant les prix et tirages est le catalogue de 1828 de la librairie Crapelet qui se fait, en l’honneur de la collection, son propre diffuseur, les livres imprimés par G.-A. Crapelet étant en général vendus par le libraire Renouard (ill. 1).

34Le catalogue nous apprend que les Vers sur la mort sont à cinq francs sur vélin cartonné et à trois francs sur papier Jésus ordinaire. Les prix changent de registre pour l’édition des Lettres d’Anne Boleyn, tirées à deux cents exemplaires. Le prix indiqué au catalogue de 1828 est de vingt-et-un francs. G.-A. Crapelet met en scène la pénurie, soulignant qu’il ne reste plus que trois exemplaires à la vente et se justifie en ces termes :

L’augmentation successive du prix des différents volumes est faite pour donner aux acquéreurs la confiance que ces volumes conserveront leur valeur et doit les engager à ne pas en différer l’acquisition à mesure qu’ils paraîtront. Il n’en sera publié que deux ou trois au plus par année. Chaque volume se vend séparément.

35Entre sa mise en vente initiale et son inscription au catalogue, l’édition sur papier vélin du Combat des trente Bretons passe, elle aussi, de treize francs à vingt-et-un francs.

36La multiplication des tirages spéciaux s’affirme à partir du quatrième volume. La première édition illustrée d’une miniature en couleur est le Pas d’armes de la Bergère, dont le prix, avec illustration non colorée est de dix-sept francs (prix de base) et s’élève jusqu’à vingt-sept francs pour les exemplaires avec miniature peinte sur peau de vélin.

37La volonté de proposer un objet rivalisant avec les manuscrits originaux s’affirme dans l’avertissement à l’édition du Roman du châtelain de Coucy :

Il n’y a que deux miniatures dans tout le volume et on ne découvre aucune trace qui puisse faire soupçonner qu’il y en a jamais eu davantage. J’ai fait exécuter le fac simile de ces deux miniatures et les exemplaires peints en or (et non pas en bronze ainsi qu’on l’a employé dans différents ouvrages récemment publiés comme imitation des anciens manuscrits) et en couleurs les reproduisent avec la plus parfaite ressemblance. Chacune d’elles est partagée en deux compartiments, elles sont délicatement peintes mais d’un dessin bizarre et incorrect.

38Le catalogue de la librairie de 1828 prévient en ces termes les acheteurs potentiels :

Les amateurs qui voudraient se procurer cet ouvrage avec les deux miniatures, richement peintes en or et en couleurs, comme celles du manuscrit, sont priés de le faire connaître à l’avance à l’éditeur. Ce genre de peinture étant d’une exécution longue et dispendieuse, il n’en peut être établi qu’un très petit nombre d’exemplaires avant la publication. Ces volumes seront au prix de base de 60 francs.

39Par comparaison, le prix des plus gros volumes de la collection des Romans des douze pairs de Paulin Paris, dont la publication commence en 1832, ne dépassera pas huit francs pour les plus gros volumes.

40La surenchère du luxe se poursuit avec les Cérémonies des Gages de Bataille, dont la version de base est un volume grand in-8° sur Jésus vélin cartonné avec onze figures imprimées en noir. Le catalogue de 1828 le vante de la manière suivante :

  • 19 L’avertissement de l’édition donne une idée de la méthode employée pour reproduire les miniatures  (...)

Ce volume imprimé sur l’un des manuscrits les plus remarquables et les plus précieux de la bibliothèque royale renfermera les onze fac simile de ses miniatures qui sont d’une richesse et d’une perfection admirable dans l’original. Elles représentent toutes les cérémonies qui accompagnaient les combats à outrance, depuis le défi jusqu’au combat en champ clos et la mort d’un des champions. La multitude des ornements, la vérité des détails, la fidélité des costumes de tous les personnages des divers états rendent cet ouvrage aussi intéressant pour l’histoire que pour les arts. On avait déjà tenté de reproduire cette précieuse production du Moyen Âge mais la longueur et la difficulté de l’exécution ont fait abandonner l’entreprise, dont l’éditeur actuel s’occupe déjà depuis plus d’un an.
Les amateurs qui voudraient acquérir cet ouvrage avec les miniatures peintes en or19 et en couleurs, sont priés de se faire connaître chez l’éditeur qui ne fera exécuter strictement que le nombre d’exemplaires demandés. Chaque exemplaire portera le nom imprimé de son acquéreur, s’il ne s’y oppose pas. Il sera tiré quatre exemplaires de ce précieux volume, miniatures et texte sur vélin (peau de veau du plus beau choix). Il n’y en a que deux à vendre.

41La suite de la collection se caractérise également par ce souci bibliophilique croissant, alliant faible nombre d’exemplaires et augmentation des prix pour rassurer les amateurs.

  • 20 Hommage rendu à G.-A. Crapelet à l’occasion de la publication du Combat des Trente Bretons dans La (...)

42Un bibliophile comme Charles Nodier félicite G.-A. Crapelet de son entreprise et le qualifie de digne successeur des Etienne, des Morel, des Turnèbe, des Vascosan20 :

Peu de personnages peuvent lui disputer [ce titre] dans la typographie pour le choix des ouvrages et la beauté de l’exécution. Ses types gothiques sont d’un goût remarquable, quoique susceptibles d’être améliorés encore et appropriés avec plus d’exactitude aux époques dont ils représentent les événements ; mais on conçoit trop bien que cette appropriation si multiple, si variée, se dérobe aux facultés de la plus riche industrie. Le specimen fac-similaire du poëme est ce que j’ai vu de plus extraordinaire en ce genre.

  • 21 F. Raynouard, « Compte-rendu de l’édition du Châtelain de Coucy, par Crapelet », dans Journal des (...)

43La réaction des savants est plus réservée : François Raynouard, dans les comptes-rendus qu’il donne des éditions de G.-A. Crapelet au Journal des savants21, tout en saluant l’édition des textes, lui fait ouvertement reproche de ses prix qui excluent les savants.

  • 22 J. Prompsault, Discours sur les publications littéraires du Moyen Âge, suivi d’un Errata comprenan (...)

44La plus virulente des attaques adressées à la Collection des anciens monumens de l’histoire et de la langue françoise est celle de l’abbé Prompsault, auteur, en 1835, d’un Discours sur les publications littéraires du Moyen Âge suivi d’un errata contenant près de 2 000 corrections à faire dans la collection des anciens monuments et tiré à un plus petit nombre d’exemplaires que la collection de M. Crapelet22. Ses critiques portent d’abord sur la forme :

On me dira sans doute pour ce qui regarde les éditions gothiques qu’il faut, lorsqu’on fait imprimer un livre, en assurer le débit, et que la singularité de la forme est employée ici pour faire passer le fond. Cette excuse serait vraisemblablement celle que donnerait M. Crapelet si on lui faisait le reproche d’avoir imprimé avec trop de luxe et tiré à un trop petit nombre d’exemplaires les ouvrages dont sa collection est composée. Je reconnais volontiers le droit d’user d’un artifice innocent pour assurer l’écoulement de ses publications, mais encore faut-il qu’il en use convenablement, et alors bien convaincu que les livres de luxe sont perdus pour la science, je regretterai que l’éditeur ne puisse assurer par son mérite personnel le succès de ses travaux et qu’il ait besoin de les habiller ainsi pour fixer l’attention capricieuse d’un petit nombre d’amateurs...

45L’attaque se poursuit sur le fond :

Le tort que ces publications font à la littérature du Moyen Âge est très difficile à réparer : ces longs et interminables récits que je qualifierais peut-être mieux si je les appelais bavardages poétiques pouvaient être très amusants pour nos pères dont la rustique simplicité était fort peu exigeante, mais à coup sûr ils seront toujours sinon ennuyeux, du moins insipides pour nous [...].

46Et l’abbé Prompsault de souligner la vanité de vouloir tout éditer :

[...] Vouloir faire tout imprimer serait une entreprise qui rencontrerait des obstacles de plus d’une espèce, et qui, d’ailleurs, présenterait dans ses résultats plus d’embarras que d’utilité. Jusqu’au XVe siècle, les productions littéraires sont presque toutes marquées du même caractère de médiocrité. [...] La littérature romane n’est qu’un fumier. Il faut le remuer, il faut y fouiller avec soin, car jusqu’à présent on s’est contenté de jeter un coup d’œil dédaigneux sur sa superficie... On y trouvera des productions où sont comme perdus des faits précieux pour l’histoire, des romans historiques, des productions qui malgré leur barbarie apparente portent l’empreinte visible du génie : voilà les monuments précieux qui mériteraient d’être exhumés. Ceux là sont à mon avis les seuls qu’on doive donner au public...

47Aux yeux de l’abbé Prompsault, la Collection des anciens monumens de l’histoire et de la langue françoise est donc frappée de deux infirmités majeures, sa forme et son contenu. L’abbé en appelle donc à d’autres, afin d’éditer autre chose autrement !

La collection que M. Crapelet a donnée au public sous le titre Collection des anciens monumens de l’histoire et de la langue française est, si on veut, composée d’ouvrages qui appartiennent à la fois à l’histoire et aux lettres : elle n’est au fond, ni une collection historique, ni une collection littéraire, ni une collection historique et littéraire. Il y a même quelque chose de curieux dans ce recueil : les deux monuments les plus précieux l’un pour l’histoire, l’autre pour la littérature, je veux dire les œuvres d’Eustache Deschamps et les mémoires de Salmon, n’y figurent que par extraits [...].
J’en appelle à un littérateur courageux pour se charger de cette mission, à l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres : ils seraient faits avec plus d’intelligence, on les accueillerait avec plus d’empressement.

48Les critiques de l’abbé Prompsault sont en partie fondées tant sur la forme que sur la composition pour le moins aléatoire du contenu de la collection.

49Cependant, par son sens de la publicité, par son réseau social important et les multiples sociétés savantes auxquelles il participe activement, par sa manière de saisir les pouvoirs publics et de porter la polémique en place publique, G.-A. Crapelet et sa Collection des anciens monumens de l’histoire et de la langue françoise ont sensibilisé le public éclairé de leur temps, si ce n’est aux textes-mêmes, en tous cas aux enjeux intellectuels de la redécouverte des textes médiévaux.

  • 23 G.-A. Crapelet, Réponse à la Villonie litteraire de M. Prompsault, Paris, Crapelet, 1835.

50Dans sa réponse à l’abbé Prompsault23, G.-A. Crapelet défend sans réserve la légitimité de cette redécouverte et ne transige jamais sur l’importance de la fidélité au texte des manuscrits. Il donne aussi à la publication des textes médiévaux dans cette première moitié du XIXe siècle, une valeur historique et littéraire contemporaine :

Peut-être touchons-nous au moment où l’apparition des grands ouvrages de nos anciens auteurs, scrupuleusement publiés, pourra exercer une salutaire influence sur l’esprit des chefs de l’école romantique et le caractère de leur future production.

51L’influence de la collection sur les romantiques fut faible sinon nulle, mais la Collection des anciens monumens de l’histoire et de la langue françoise fut le prélude d’une véritable explosion éditoriale à partir de 1833 où s’illustreront Alfred Jubinal, Paulin Paris, Francisque Michel et qui durera jusqu’au second Empire. Après elle, la légitimité de l’édition des textes manuscrits sera de moins en moins remise en cause. En cela, le vœu de G.-A. Crapelet s’est exaucé lentement, mais sûrement : aujourd’hui édités, la plupart des fleurons de la langue et littérature romane « ne peuvent plus mourir » et il en fut l’un des tous premiers artisans.

Annexes

ANNEXE : Liste chronologique des éditions de textes médiévaux par G.-A. Crapelet

Notes

1 La seule étude qui lui ait été exclusivement consacrée est celle de M. Blakely Speer, « Entre le manuscrit et le texte authentique : une leçon du passé », dans Convegno Internazionale sul tema : La filologia testuale e le scienze umane, organizzato in collaborazione con l’Associazione Internazionale per gli Studi di Lingua e Letteratura Italiana (Roma, 19-22 aprile 1993), Rome, 1994, p. 239-254 (Atti dei Convegni Lincei, 111). Un chapitre de ma thèse de l’École des chartes lui est également consacré : N. Clot, Éditer la littérature médiévale en France dans la première partie du XIXe siècle : Éditeurs et éditions en « Empirie », Positions des Thèses (École nationale des chartes), 2002, p. 42-44.

2 Fabliaux ou contes du XIIe et du XIIIe siècle, traduits ou extraits d’après divers manuscrits du temps, avec des notices historiques et critiques par Legrand d’Aussy, Paris, E. Onfray, 1779-1781, 4 vol. in-8°.

3 T.-F. Dibdin, Lettre trentième concernant l’imprimerie et la librairie de Paris, traduite de l’anglais avec des notes, par G.-A. Crapelet, Paris : impr. de Crapelet, 1821, GR. In-8°, vii-71 p.

4 D.-M. Méon, Nouveau recueil de fabliaux et contes inédits des poëtes français des XIIe, XIIIe, XIVe et XVe siècles, Paris, Chasseriau, 1823.

5 F. Pluquet, Le Roman de Rou et des Ducs de Normandie par Robert Wace, poète normand du XIIe siècle, publié pour la première fois d’après les manuscrits de France et d’Angleterre avec une notice sur la vie et les ouvrages de l’auteur pour servie à l’intelligence du texte, 2 vol. Rouen, Édouard Frère, 1827, in-8° avec 2 pl. au trait gravé par E.-H. Langlois. Édition imprimée à Paris chez Crapelet.

6 Une correspondance manuscrite inédite de G.-A Crapelet et de G. Peignot, de 1821 à 1835, est conservée à la Bibliothèque nationale de France (Bibl. nat. de Fr., nouv. acq. fr. 11 197).

7 Voir H. Biu, « Paulin Paris et la redécouverte de la littérature médiévale », dans ce même volume.

8 Fabliaux et contes des poètes françois des XIe, XIIe, XIIIe, XIVe et XVe siècle, tiré des meilleurs auteurs. Nouvelle édition augmentée et revue sur les Manuscrits de la Bibliothèque Impériale, par D.-M. Méon employé aux manuscrits de la même bibliothèque, Paris, B. Warée, 1808, 4 vol. , réédités sous une forme enrichie par Crapelet en 1823 : D.-M. Méon, Nouveau recueil de fabliaux et contes inédits des poëtes français des XIIe, XIIIe, XIVe et XVe siècles, Paris, Crapelet.

9 Pour une vue d’ensemble et le détail de chaque édition composant la Collection des anciens monumens..., voir l’annexe.

10 M. Foiselle, Gabriel Peignot, écrivain et bibliophile, 1767-1849, Paris, Éditions La Bruyère, 2003.

11 Sa bibliothèque fait l’objet de trois grandes ventes, en 1809 à Vesoul, à Dijon en 1826, et la plus importante, posthume, à Paris en 1852. Organisée par Techener, elle contient des trésors comme l’édition originale des Essais de Montaigne par exemple. Cf. M. Foiselle, Gabriel Peignot..., p. 149-160.

12 T.-F. Dibdin, Lettre trentième....

13 De l’état actuel de la langue française, par G.-A. Crapelet, imprimeur, Paris, Imp. de Crapelet, 1828, p. 21-22.

14 Lettre de l’éditeur en avant-propos de la Cérémonie des Gages de Bataille.

15 Arch. Nat. F18 1850, Dossier de souscription de G.-A. Crapelet.

16 Partonopeu de Blois: A French Romance of the Twelfth Century, éd. J. Gildea, Villanova (Penn.), 1967-1970, vol. 1, 1967; volume 2, Part 1. The Continuation MssT (B.G.L.P.), 1968; volume 2, Part 2. Introduction by Leon P. Smith, Commentary by Jospeh Gildea.

17 Bibl. nat. de Fr., Q10 B. Catalogue de la librairie Crapelet, 1828, in-8°.

18 Jules Berger de Xivrey, Recherches sur les sources antiques de la littérature française, Paris, Crapelet, 1829, in-8°, VIII-288 p.

19 L’avertissement de l’édition donne une idée de la méthode employée pour reproduire les miniatures : « les miniatures ont été, non pas copiées par l’artiste, mais calquées puis décalquées sur pierre lithographique (autographe). De cette manière, les planches qui accompagnent ce volume offrent une imitation aussi exacte que possible du style du manuscrit ».

20 Hommage rendu à G.-A. Crapelet à l’occasion de la publication du Combat des Trente Bretons dans La Quotidienne, 22 octobre 1827, cité par D. Barrière dans les notes au texte de Critique de l’imprimerie par le Docteur Néophobus, textes choisis et présentés par Didier Barrière, Paris, Éditions des Cendres, 1989, p. 121-122.

21 F. Raynouard, « Compte-rendu de l’édition du Châtelain de Coucy, par Crapelet », dans Journal des Savants, 1830, p. 408-417 ; Idem, « Compte rendu de l’édition des Poésies d’Eustache Deschamps, par Crapelet », dans Journal des Savants, 1832, p. 155-163 ; Idem, « Compte rendu de l’édition du Partonopeus de Blois, par Crapelet », dans Journal des Savants, 1834, p. 725-735.

22 J. Prompsault, Discours sur les publications littéraires du Moyen Âge, suivi d’un Errata comprenant plus de 2 000 corrections ou rectifications à faire dans la Collection des monuments de l’histoire et de la littérature françoise publiée par Crapelet, Paris, Silvestre, 1835. Cette controverse a été étudiée pour la première fois en détail par M. Blakely Speer, Entre le manuscrit et le texte authentique...

23 G.-A. Crapelet, Réponse à la Villonie litteraire de M. Prompsault, Paris, Crapelet, 1835.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search