Version classiqueVersion mobile

Mémoire des chevaliers

 | 
Isabelle Diu
, 
Élisabeth Parinet
, 
Françoise Vielliard

Paulin Paris et la redécouverte de la littérature médiévale

Hélène Biu

Texte intégral

  • 1 P. Tamisey de Larroque, « Notice biographique [sur Paulin Paris] », dans À la mémoire de Alexis Pa (...)

1« Le chef d’œuvre de Paulin Paris, c’est son fils ». Voilà ce qu’aurait dit Ernest Renan au philologue italien Rajna qui rapporte l’anecdote en 1904, alors que Tamizey de Larroque1 s’attribue ce bon mot dès 1881, année de la mort de Paulin Paris. Qu’il se soit trouvé plusieurs personnes pour se disputer et revendiquer la paternité de cette jolie petite phrase reflète assez bien les inévitables comparaisons et commentaires, à l’occasion un rien sarcastiques, que la filiation d’un Paris à l’autre a pu susciter au sein de la corporation philologique ; et ce jugement à l’emporte-pièce montre avec suffisamment de clarté qui, du père ou du fils, sort vainqueur desdites comparaisons : à l’évidence, le rôle de Paulin Paris semble ici réduit à celui de simple auxiliaire ou adjuvant par rapport au véritable héros, son fils. Il suffit d’ailleurs aujourd’hui de dire qu’on prépare une communication sur Paulin Paris pour que la même question revienne invariablement : « Paulin, qui est-ce par rapport à Gaston ? ». Le fait est que le fils semble avoir éclipsé le père et qu’on a souvent fait du fils l’un des pères de la philologie romane, alors que son père a sombré dans un oubli poussiéreux. Alors Paulin n’est-il que le père de Gaston, ou bien est-il en quelque sorte le grand-père de la philologie romane ?

2Pour tenter de sortir de l’ombre la personnalité du père quelque peu oblitérée par celle pour le moins envahissante du fils, et pour déterminer son rôle dans la redécouverte de la littérature médiévale tout autant que dans la généalogie de la philologie moderne, un détour par le contexte intellectuel et politique s’impose avant d’aborder les projets et réalisations de Paulin Paris, puis sa place dans la mythologie de la philologie romane.

  • 2 B. Keller, The Middle Ages Reconsidered. Attitudes in France from the Eighteenth Century through t (...)
  • 3 B. Keller, The Middle Ages..., p. 49.

3Lorsque Gaston Paris naît en 1800 se profile le retour prôné par les préromantiques à ce Moyen Âge barbare, méprisé par les siècles précédents, qui n’y voyaient qu’une époque obscurantiste, temps de barbarie et d’ignorance. En 1803 paraît le premier volume de la collection de poèmes attribués à Madame de Vallon-Chalys devenue plus tard Madame de Surville, supposée poétesse du XVe siècle qui aurait soutenu des joutes littéraires avec rien moins que Christine de Pisan et Alain Chartier. On découvre bien vite, à la faveur de quelques anachronismes, qu’il s’agit d’un faux composé par Monsieur de Surville, un émigré tué en 1798 alors qu’il servait Louis XVIII. Dès 1811, Charles Nodier dénonce ce qui n’est qu’une fraude : la poétesse cite Lucrèce alors que son œuvre n’était pas connue à l’époque où elle est censée écrire, elle réfère au système copernicien un siècle avant sa formulation, autant de bizarreries qui sont dénoncées par Raynouard, Daunou, ou Sainte-Beuve, mais qui ne semblent pas troubler outre-mesure le public qui en redemande, appréciant au plus haut point le vernis médiéval, l’ancienne langue reconstituée et factice2. À peu près au même moment, Fabre d’Olivet, ami de Madame de Staël, publie en 1804 Le Troubadour, poésies occitaniques du XIIIe siècle3, où Robert Lafont et Christian Anatole voient un « mélange d’intelligence critique, d’anachronismes archéologiques, de romanesque seiziémiste, d’ossianisme tumultueux », mais qui n’a pas grand-chose à voir avec les poésies troubadouresques originelles. Avec la Restauration, le Moyen Âge est partout et, de 1823 à 1835, le gothique est partout.

4Mais toute médaille a son revers. La rage du gothique et du médiéval, qui s’est emparée des poètes, des historiens, des romanciers, du théâtre, des peintres et même des joailliers qui se mettent à faire des pendentifs en forme de cathédrales, commence à lasser certains intellectuels.

5L’âge du factice, du reconstitué, de la transposition semble donc passé et l’on est prêt à adopter une vision du Moyen Âge plus réaliste et objective. Déjà en 1758, Diderot écrivait : « La poésie veut quelque chose d’énorme, de barbare et de sauvage », ce que manifestement la sensiblerie larmoyante du genre troubadour n’était pas à même de donner. L’idée fait son chemin que la grande poésie appartient plus aux peuples barbares qu’aux peuples instruits et civilisés, et l’on se plaît à imaginer que cette voix barbare sublime s’exprimerait chez les peuples restés étrangers à la civilisation antique à la romaine. C’est un art de la nature, celui de la barbarie et de l’ignorance. La littérature française médiévale se voit donc rattachée aux chants des bardes gaulois et francs, qui ont lutté contre l’oppression romaine ; dès lors, la poésie médiévale doit servir à dépasser la littérature issue de la romanité, la littérature classique tout comme celle des Lumières. Il n’est donc plus possible de se contenter du style troubadour, qui à force de transpositions, finit par cacher et gâcher un Moyen Âge qui, étant jugé ignorant, ne peut donc que donner lieu à de la fiction et favoriser l’imagination, essence de la poésie. Bref, tout ceci pousse à la redécouverte des textes originaux. Le factice, l’artifice commence à lasser. Théophile Gautier, en 1835, dénonce ce médiévalisme à tout crin qu’il avait lui-même adoré auparavant et qui a fini par occulter le vrai Moyen Âge :

  • 4 T. Gautier, Mademoiselle de Maupin, Paris, 1899, préface, p. 12-13 ; référence citée par B. Keller (...)

Encore du moyen âge, toujours du moyen âge ! Qui me délivrera du moyen âge, de ce moyen âge qui n’est pas le moyen âge ! Moyen âge de carton et de terre cuite qui n’a du moyen âge que le nom... Comme ils m’ont gâté mon moyen âge, mon moyen âge si fier et si coloré !... Ah, barbouilleurs ignorants,... vous n’avez deviné l’âme du moyen âge4.

6L’autre critique que l’on formule fréquemment à l’encontre de ce Moyen âge envahissant, c’est qu’à partir de la Restauration, il a cristallisé certaines tendances réactionnaires. Il apparaît comme un âge d’or révolu abattu à la Révolution. C’est ainsi qu’on peut lire en 1829 dans Pandora des vers travestissant en ces termes le mondain de Voltaire :

  • 5 H. Jacoubet, Le genre troubadour et les origines françaises du romantisme, Paris, 1929, p. 252-253 (...)

Ah ! le bon temps que ce temps d’autrefois !
tout allait bien ! on avait équipage,
Porte à la cour, château, terres et bois,
meute, vassaux et bailli de village,
qui faisait pendre et jugeait selon nos lois.
Mais de nos jours, hélas ! tout dégénère,
Tout paysan a son arpent de terre,
Sème, récolte, empoche son argent
Sans qu’un Seigneur en puisse rien distraire.
A-t-on chez soi son fossé, curage à faire.
Plus de corvée...5.

  • 6 B. Relier, The Middle Ages..., p. 141-151.
  • 7 J. Michelet, Histoire de France, Paris, 1835, vol. 3, p. 619 ; référence citée par B. Relier, The (...)

7Peu à peu s’impose donc un besoin de réalisme et d’objectivité pour mieux percevoir le Moyen Âge. Dès les années 1830, Claude Fauriel porte l’intérêt pour le Moyen Âge à un niveau scientifique et inaugure une approche positiviste du Moyen Âge, facilitée par une curiosité universelle et par sa maîtrise des langues romanes et indo-européennes, sanskrit compris. Ampère et Sainte-Beuve se livrent à des méthodes comparatives pour tenter de comprendre l’histoire de la littérature6, tandis que Jules Michelet préconise un retour aux sources d’archives pour écrire l’histoire : « Jusqu’en 1830 (même jusqu’en 1836) aucun des historiens remarquables de cette époque n’avait senti encore le besoin de chercher les faits hors des livres imprimés, aux sources primitives, la plupart inédites alors, aux manuscrits de nos bibliothèques, aux documents de nos archives... Aucun historien que je sache, avant mon troisième volume [...] n’avait fait usage de pièces inédites »7.

8Comment se situe donc Paulin Paris dans ce contexte politique et intellectuel ? Le fait est qu’il se trouve à la jonction de plusieurs courants de pensée lorsqu’il compose à vingt-quatre ans son Apologie de l’École romantique. À l’époque, il est influencé par le romantisme en ce qu’il souhaite appréhender la muse romantique, qui selon ses propres termes, « s’adresse au sentiment intérieur », et cherche « à peindre les douleurs de l’âme ». Ce faisant, il souhaite que la littérature médiévale éveille les impressions personnelles de ses lecteurs potentiels. En cela, il se rattache aux idées qu’une Madame de Staël développe dans son De l’Allemagne dans la première décennie du XIXe siècle.

  • 8 U. Bähler, Gaston Paris..., p. 233 ; voir aussi p. 295.

9Cependant, contrairement à la fille de Necker, il n’est pas issu d’un milieu libéral protestant, mais d’un milieu monarchiste et profondément catholique, bref, il fait plutôt figure de réactionnaire. Pour lui, Moyen Âge, monarchie et catholicisme forment l’unité et le socle de la France, et la philologie constitue pour lui, comme le dit Ursula Bähler, un « apport à la construction à la fois historique et idéologique, c’est-à-dire monarchique et catholique de la France »8. Le Moyen Âge est notamment le reflet de l’âge d’or révolu, celui qui a été abattu par les barbares de la Révolution française, à l’image des statues gothiques mutilées par les révolutionnaires : « Voilà que tout d’un coup, au souvenir des destructions terminées par les barbares de la révolution française, on devine que les monuments abattus pouvaient n’être pas dignes de tant de mépris ; on examine avec attention ceux qui restent, et le résultat de ces études fait découvrir en eux une foule de merveilles ». Comme beaucoup d’autres de ses contemporains, comme Quinet ou Sainte-Beuve, il voit d’ailleurs dans l’étude de la littérature médiévale française du Moyen Âge un intérêt national, car elle permettrait la construction ou la reconstruction des valeurs identitaires nationales. À l’époque, on concevait en effet l’identité de la nation sur la longue durée ; étudier les textes du XIIe siècle permettait donc de retrouver un génie à la française.

  • 9 Autographe de Paulin Paris sur la religion chrétienne, daté du 25 juin 1865, publié par U. Bähler,(...)

10Paulin Paris est également un fervent catholique romain et le professe hautement. Le sentiment religieux est gravé par la nature dans notre âme, et de là est dérivé naturellement le culte. Dans un des autographes qu’il a laissés, il affirme : « Pour moi, je suis chrétien et je demeurerai chrétien, très dévoué à ma mère la sainte Église, jusqu’à ce qu’on me présente une forme religieuse plus dégagée de superstitions, plus pure, plus poétique, plus puissante sur le cœur, l’imagination, et les aspirations invincibles de l’humanité »9.

11Or ce système idéologique conditionne le rôle qu’il assigne aux recherches menées en littérature médiévale. Celle-ci n’est pas étudiée en tant que telle, mais d’une façon utilitariste :

  • Elle assure la perpétuation du souvenir : « nous avons perdu tout ce qui faisait le charme de la vie sociale » ; « la littérature peut seule rappeler ces temps de bonheur que l’on regrette, sans en avoir une idée précise ; de là cette tendance de nos écrivains au rêveries et aux regrets du temps passé » (p. 38-39) de son Apologie de l’École romantique qu’il publie en 1824.
  • Elle assure la translatio studii, ce qui est d’ailleurs une conception assez médiévale : il faut faire un détour par le passé pour y retrouver des braises susceptibles de ranimer le présent et d’inspirer la littérature contemporaine. « Connaissons mieux la valeur de ce que nous possédons, pénétrons dans la bibliothèque des manuscrits, et nous nous ferons absoudre de n’avoir pas désespéré de la littérature française du 19e siècle ». C’est donc au renouveau de la littérature contemporaine que doit servir l’exhumation des œuvres manuscrites oubliées au sein des bibliothèques. Le fait est que, pour avoir été influencé par le romantisme, il n’en était pas moins un fervent admirateur du XVIIe siècle, ce que rappelle Gaston Paris dans la notice qu’il lui consacre dans le tome 29 de l'Histoire littéraire de la France : « Depuis sa jeunesse, il avait eu la passion de la littérature française, il est resté par goût personnel un très fidèle admirateur des écrivains du 17e siècle, comme un très tiède appréciateur des productions de son temps ».

12Ce sont donc des conceptions réactionnaires, assimilant monarchie, catholicisme et Moyen Âge, et assignant à la redécouverte de la littérature médiévale une dimension morale, politique et littéraire, qui sont à l’origine de l’œuvre impressionnante de Paulin Paris. En 1827, il établit une traduction du Don Juan de Lord Byron, puis de toute son œuvre entre 1830 et 1837, soit treize volumes. Son premier écrit est une Apologie de l’École romantique, dont on aurait tort de prendre le titre trop à la lettre, et qui est surtout intéressant en ce qu’il nous montre le jeune écrivain déjà fort au courant de l’ancienne littérature française, dont il lit les productions dans les manuscrits. Il y rappelle que les œuvres les plus goûtées de la Renaissance italienne, espagnole, anglaise ont souvent leurs sources dans des romans français du Moyen Âge, et il reproche vivement à ses compatriotes l’oubli dans lequel ils laissent ce précieux patrimoine, que les étrangers s’approprient en nous l’enviant.

  • 10 Li Roman de Berte aus grans piés, publié pour la première fois, et précédé d’une lettre à M. de Mo (...)
  • 11 U. Bähler, Gaston Paris..., p. 624.
  • 12 P. Paris (éd.), Li Romans de Garin le Loherain, publié pour la première fois, et précédé de l'exam (...)
  • 13 Le Romancero français, histoire de quelques anciens trouvères et choix de leurs chansons, le tout (...)
  • 14 Les Grandes Chroniques de France, selon qu’elles sont conservées en l’église de Saint Denis en Fra (...)
  • 15 De la Conqueste de Constantinople, par Joffroy de Villehardouin et Henri de Valenciennes, édition (...)
  • 16 La Chanson d’Antioche, composée au commencement du XIIe siècle par le pèlerin Richard, renouvelée (...)
  • 17 P. Paris (éd.), Les Avantures de maître Renart et de son compère Isengrin, Paris, Techener, 1862, (...)
  • 18 P. Paris, Les Romans de la Table ronde mis en nouveau langage et accompagnés de recherches sur l’o (...)

13Mais des contingences matérielles ne lui permettent pas de se livrer entièrement à sa passion de la littérature médiévale. Le mariage heureux qu’il contracte en 1826 avec sa cousine Pauline Rougé ne lui apporte pas la fortune. Il entre alors à la Bibliothèque royale en 1828, d’abord comme simple auxiliaire, puis comme employé, avant de devenir en 1837 conservateur adjoint au département des manuscrits. Ce sera le terme de son avancement ; mais cet emploi lui permet de se plonger dans les manuscrits de 1831 à 1880. Dès 1831, il publie la Chanson de Berte aus grans piés10, qui inaugure une série de romans regroupés dans la collection des Romans des Douze Pairs. C’est d’ailleurs un certain pragmatisme qui guide ce choix inaugural, et non des considérations esthétiques ou épistémologiques : cette chanson de geste a surtout pour elle d’être très courte11. Ses publications s’enchaînent alors à un rythme des plus soutenus : Garin le Loherain12 paraît en 1833-35, le Romancero français13 en 1833, qui retrace l’histoire de quelques trouvères et de leurs chansons, les Grandes chroniques de France en 1830-3914 ; en 1838, il sort de l’oubli Le Livre de Villehardouin de la conquête de Constantinople15 ; dix ans plus tard, il édite la Chanson d’Antioche16 ; en 1862, il publie les Avantures de maître Renart et de son compère Isengrin mises en nouveau langage17, puis c’est au tour des romans de la Table ronde18 d’être « mis en nouveau langage » entre 1868 et 1877. Cette même année 1877, il publie le Livre du voir dit de Guillaume de Machaut, et en 1879-1880, l’œuvre de Guillaume de Tyr.

14Ces textes sont assortis d’analyses qui ne manquent pas de fraîcheur. Gaston Paris, examinant les travaux de son père, constate sur un mode qui nous paraît lui-même aujourd’hui désuet que « ses analyses, pour être ordinairement fort exactes, n’en sont pas moins pleines d’agrément ; il met en relief, avec un sérieux dénué d’exagération et d’emphase, les vraies et mâles beautés que présentent les œuvres si inégales qu’il fait connaître ; il sauve par une bonne humeur facile, par une bienveillante ironie, ce qu’elles offrent trop souvent de banal, de puéril, ou même de ridicule et de choquant. On est tout étonné, grâce à son aimable entreprise, de pouvoir lire sans ennui les analyses, pourtant fort longues, de poèmes interminables et fastidieux comme Charles le Chauve ou Ciperis de Vinevaux ».

15Si l’on veut aujourd’hui analyser cette œuvre pléthorique, plusieurs remarques s’imposent. D’un point de vue quantitatif tout d’abord, il est évident que Paulin Paris a nettement moins publié qu’un Francisque Michel qui à lui seul donne quelque quarante-cinq éditions pour les seules années 1830-1845, dont vingt-neuf éditions princeps, alors qu’on relève un total de cent soixante-dix-huit éditions pour cette seule période. Toutefois, il faut dire que Paulin Paris ne se consacre pas seulement à l’édition, mais qu’il explore méthodiquement le fonds français de la Bibliothèque royale, auquel il consacre sept volumes de 1836 à 1848. Soit un total d’un millier de manuscrits dépouillés. À ce dépouillement systématique s’ajoutent les notices qu’il rédige sur des sujets divers et variés, pêle-mêle Marco Polo, les manuscrits de Joinville, la vie et les œuvres de Richard de Fournival, l’auteur du Songe du vergier, Ogier le Danois, la mise en scène des mystères, le Voyage de Charlemagne à Jérusalem, la vie de Froissart, la chronique de Nennius, l’histoire des bretons de Geoffroy de Monmouth, l’étude sur les différentes versions du Roman des sept sages, l’origine et le développement de la Table ronde, la Chanson d’Antioche. À cela s’ajoutent ses fonctions au Collège de France entre 1852 et 1872 comme professeur de langue et littérature française du Moyen Âge et sa contribution à l’Histoire littéraire de la France à partir de la mort de Raynouard. C’est en 1837 qu’il entre à l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres pour remplacer Raynouard. L’année suivante, il entre à la Commission de l’histoire littéraire de la France et participe ainsi à la rédaction de quatre volumes en quinze ans.

16Toutes ses publications font de lui un spécialiste des chansons de geste. S’il n’a pas été le premier à en retrouver le nom dans les textes (c’est à Roquefort qu’on le doit), il l’a parfaitement compris et expliqué. Il a le premier, en France tout au moins, imprimé une chanson de geste. Il voulait même donner une histoire des chansons de geste. Mais comme le dit son fils Gaston, « C’était un grand dessein et un beau titre : il ne reste que le titre et le dessein ».

  • 19 G. Paris, « Paulin Paris et la littérature française du moyen âge. Leçon d’ouverture du cours de l (...)

17Pour avoir accompli une telle œuvre riche de traductions, d’éditions, de catalogues, et de notices en forme de dissertations littéraires, il fallait que Paris fût un travailleur acharné et passionné. Dans une lettre qu’il écrit au professeur Curtius en 1838, il parle de « notre enfer à Paris, où l’on fait tout excepté ce qu’on devrait faire ; où l’on n’a pas le temps de travailler, où grâce à tous les embarras de la vie, on est toujours mécontent du peu qu’on a fait. À vrai dire, la vie est trop courte de moitié et pour les gens qui ont une fois pris le goût des études, des recherches et des curiosités de l’histoire, de la philologie et de la littérature, les jours devraient avoir 48 heures, sauf à n’en laisser que 12 à l’usage de ceux qui trouvent le temps de s’ennuyer ». Gaston Paris, se remémorant le travail effectué par son père sur les romans bretons, le revoit encore « courbé sous ces énormes volumes du XIIIe siècle, aux innombrables feuillets couverts sur trois ou quatre colonnes d’une écriture fine et serrée, laissant passer les heures sans en avoir conscience, et se replongeant, après une interruption presque toujours importune, dans le monde enchanté qu’évoquaient ces pages antiques et où, pendant de nouvelles heures, il vivait tout entier »19.

  • 20 U. Bähler, Gaston Paris..., p. 42.
  • 21 G. Paris, « Notice sur Paulin Paris, un des auteurs des tomes XX-XXVIII de l’Histoire littéraire d (...)

18D’un point de vue qualitatif, on ne saurait juger son œuvre à l’aune de la philologie actuelle. Les exigences n’étaient pas les mêmes qu’aujourd’hui, et l’œuvre est conditionnée par l’époque qui a vu son élaboration. Elle s’inscrit dans un schéma d’ensemble guidé notamment par des considérations politiques. Il n’a donc aucun souci d’autonomiser la science par rapport au contexte politique immédiat, alors que ce sera un souci constant chez son fils qui souhaite éviter toute visée utilitariste à la science. En outre, il ne recourt pas à la méthode historico-comparative développée en Allemagne par Franz Bopp pour l’étude du sanskrit et de l’indo-européen et par Jacob Grimm pour l’allemand, puis appliquée pour la première fois aux langues romanes par Friedrich Diez, qui, à ce titre, peut être considéré comme le père de la philologie romane20. C’est d’ailleurs Gaston Paris qui constate cette lacune dans l’œuvre de son père : « On peut reprocher à ces études [celles de Paulin Paris], bien souvent les premières, en plus d’un cas encore les seules qui aient été faites sur nos vieux poèmes épiques, de ne pas employer assez habituellement la méthode comparative, à laquelle, sur ce terrain comme sur d’autres, la critique doit tant de progrès. L’auteur considère trop isolément et l’ensemble de l’épopée française et chaque chanson en elle-même, et quelquefois même une rédaction, un manuscrit de chaque chanson »21. Mais c’était plutôt inévitable, dans la mesure où, s’il avait dû attendre de connaître tous les tenants et aboutissants, et de démêler l’écheveau inextricable du réseau des chants épiques, il n’aurait rien produit. C’est donc un classement alphabétique qu’il fournit, certes simple et modeste, mais commode, et qui constituera une excellente base pour les chercheurs futurs.

  • 22 U. Bähler, Gaston Paris..., p. 47.
  • 23 Lettre à Ferdinand Wolf du 4 juillet 1841, éditée par U. Bähler, Gaston Paris..., p. 47.
  • 24 Lettre à Ernst Curtius, éditée par U. Bähler, Gaston Paris..., p. 52-54, p. 53.

19Cette absence de méthode comparative tient notamment au fait qu’il ignorait l’allemand22 à une époque où seule cette langue permettait d’aborder de manière directe les dernières nouveautés en matière de recherche philologique. Dans une lettre à Ferdinand Wolf, son homologue à la bibliothèque de la cour à Vienne, il se disait enclin à se « remettre avec une ardeur plus égale à l’étude de l’allemand sans lequel on se voit privé des ouvrages les plus dignes d’attention dans les questions de science, d’érudition et de littérature. Qui ne sait pas suffisamment l’allemand doit rougir du nom de savant que quelques amis trop prévenus veulent bien encore lui accorder »23. Il devait avoir suffisamment conscience de cette lacune pour envoyer son fils en Allemagne, à Bonn et à Göttingen, où officiaient respectivement Diez et Curtius, pour qu’il apprenne l’allemand et le sanskrit. Il reconnaît d’ailleurs la supériorité du système allemand en matière de formation philologique. Dans une lettre à Curtius, il écrit : « Vos leçons, vos habitudes d’enseignement sont bien autrement sérieuses que les nôtres ». Et d’ajouter : « Ce qui nous manque ici, c’est la véritable connaissance du mouvement scientifique en dehors de la France et ceux qui ont pu se mettre à la hauteur de tout ce qu’on fait, ce qu’on pense et ce qu’on écrit en Allemagne, doivent avoir un grand avantage sur les meilleurs esprits de notre pays »24.

  • 25 U. Bähler, Gaston Paris..., p. 45-46.
  • 26 U. Bähler, Gaston Paris..., p. 59.
  • 27 U. Bähler, Gaston Paris..., p. 60.

20S’il est évident que Paulin Paris n’avait pas prémédité le projet d’envoyer son fils suivre l’enseignement auprès du fondateur de la philologie romane moderne25, Friedrich Diez, il n’en reste pas moins que dans l’esprit de nombreux philologues, ce faisant, il a assuré une sorte de translatio studii de l’Allemagne à la France, des savants allemands à leurs homologues français26, en l’occurrence de Friedrich Diez et de Ernst Curtius à Gaston Paris. Paulin Paris aurait donc joué le rôle d’adjuvant, d’auxiliaire dans la transmission des connaissances philologiques entre les deux nations27.

  • 28 P. Paris, Cours de langue et de littérature françaises au moyen âge. Discours d’ouverture prononcé (...)
  • 29 Lettre à Curtius, éditée par U. Bähler, Gaston Paris..., p. 52-54.
  • 30 U. Bähler, Gaston Paris..., p. 362. La lettre adressée par Paulin Paris laisse transparaître que d (...)
  • 31 H. Wallon, Notice sur la vie et les travaux de M. Paulin Paris, membre ordinaire de l’Académie des (...)

21Pourtant, s’il a conscience des nouvelles méthodes scientifiques développées en Allemagne, il n’adopte pas vraiment la vision large de la philologie telle qu’elle a cours en Allemagne, mais une vision restreinte. Dans son introduction au cours du Collège de France en 1853, il voit dans le mot de philologie un synonyme moderne de « grammaire » destiné à atténuer l’amertume traditionnellement prêtée à la grammaire et d’ajouter : « qui de nous voudrait se poser en grammairien ? philologue, à la bonne heure ! nous serons donc philologues, mais sans parti pris de l’être, et sans accorder des heures particulières à l’examen des désinences de la flexion des mots et de la prononciation diverse dans chacune de nos provinces »28. La littérature prime sur la philologie, terrain aride où d’ailleurs il ne s’aventure pas vraiment si l’on en juge par ses éditions. Pas d’introduction linguistique, pas de glossaire ; essentiellement des introductions historiques et littéraires ; mais cette approche n’en était pas moins originale et tout de même progressiste par rapport à la plupart des travaux philologiques du temps. Paulin Paris dénonce dans cette lettre29 la superficialité des savants français par rapport à leurs homologues allemands et leur tendance à en rester à une approche rhétorique de leur objet d’étude, critique qui sera reprise par les tenants de la « nouvelle philologie », à commencer par Gaston Paris et Léon Gautier30. Henri Wallon, qui écrit en 1882 une notice sur Paulin Paris31, rappelle que cela tient à son désir de « donner à ses textes la forme la plus lisible, la plus accessible à tous, laissant à ses successeurs le soin d’arrêter les règles d’une critique plus sévère ».

  • 32 U. Bähler, Gaston Paris..., p. 32.
  • 33 Il s’agit de Francisque Michel.

22En matière de critique sévère, l’époque de Paulin Paris s’y connaît. La redécouverte des textes médiévaux a constitué un enjeu pour la petite communauté de spécialistes qui s’affairent autour des manuscrits et de leur édition. Ces questions philologiques ont été l’occasion de disputes et de polémiques mémorables rendues publiques à grands renforts de lettres parues dans des revues scientifiques à caractère confidentiel ou dans les journaux grand public de l’époque, et l’on doit bien constater que Paulin Paris n’était pas le dernier à se signaler dans ces joutes, usant d’un ton violent et volontiers polémique dans ses travaux32. Il faut dire que ses pairs n’étaient pas nécessairement tendres avec lui, et qu’il ne les épargnait pas vraiment, ce qu’il reconnaît d’ailleurs volontiers dans une lettre qu’il adresse à Paul Lacroix en 1862 : « Moi qui dans ma jeunesse étais très dur pour les autres, je passe ma vie maintenant à réfuter et démentir ce que j’avais avancé moi-même sur toutes ces questions d’origines ». Wallon écrit d’une manière quelque peu édulcorée : « M. Paulin Paris, qui avec des formes athlétiques avait grâce et douceur dans sa physionomie et aménité dans les relations privées ne laissait pas de soutenir la vieille réputation des philologues en matière de dispute ». Dans le privé, un Sainte-Beuve ne se gêne pas pour écrire en 1841 à Madame Juste Olivier : « Michel33 est un manant et un animal, il ne faut pas lui écrire. Paulin Paris est un envieux et un ignorant, il ne faut pas lui écrire davantage. Qu’Olivier veuille me dire quel genre de renseignement il désire et je lui indiquerai quelque personne honnête et plus savante dans ces spécialités d’antiquailles qu’aucune des deux ».

  • 34 La Chanson de Roland, poème de Théroulde. Texte critique, accompagné d’une traduction, d’une intro (...)
  • 35 L’analyse de cette dispute est empruntée à Nathalie Clot, qui a eu la gentillesse de mettre à ma d (...)
  • 36 Bibliothèque de l’École des Chartes, 3e série, t. 2, 1850-1851, p. 297-393.

23Si le ton des critiques assénées à titre privé est des plus vifs, celui des polémiques rendues publiques à coup d’articles dans les grands journaux du temps ne l’est pas moins, sans compter que les divergences relatives à des questions scientifiques se doublent parfois des rivalités d’homme à homme qui exacerbent ces disputes entre savants. Parmi les nombreuses querelles « pauliniennes », celles qui l’opposent à François Génin et à Benjamin Guérard, sont à cet égard particulièrement révélatrices. C’est la publication, en 1853, de la Chanson de Roland par Génin34 qui est à l’origine de la dispute35 entre les deux hommes. Paulin Paris réserva à cette nouvelle édition de la Chanson de Roland un accueil d’autant plus mitigé que Génin ne se donnait pas la peine de mentionner dans son introduction tout ce qu’il devait à Francisque Michel, premier éditeur malheureux de la Chanson de Roland : alors que Michel, n’ayant nullement bénéficié d’un quelconque concours de la part de l’État par le biais de l’Imprimerie nationale, avait dû publier à ses frais une Chanson de Roland tirée à deux cents exemplaires, Génin ne faisait que rééditer, aux frais de l'État, le travail de Michel tout en donnant à cette nouvelle édition des allures d’édition princeps. Il donnait une « nouvelle » édition du Roland sans avoir jamais vu le manuscrit d’Oxford, son manuscrit de base. Ce faisant, il ne faisait que piller les recherches de Francisque Michel, le citant seulement dans les notes pour rejeter certaines de ses leçons. Une telle malhonnêteté intellectuelle irrite Paulin Paris qui, dans la Bibliothèque de l’École des chartes36, se demande, indigné, « si le haut fonctionnaire de l’Instruction Publique a trouvé au-dessous de lui de nommer l'humble professeur de province ou s’il a cru lui faire, en le croquant ainsi, beaucoup d’honneur ! ». Il est particulièrement choqué par la page 6 de l’introduction de Génin : celui-ci y justifie l’édition tardive de la Chanson de Roland par le fait qu’il « a fallu, pour la retrouver, fouiller plus profondément » dans les manuscrits, laissant entendre que c’est lui qui a exhumé le texte du Roland à force de compulser des manuscrits.

  • 37 [F. Génin], Lettre à M. Paulin Paris, membre de l’Institut, 1851, p. 6.
  • 38 Bibliothèque de l’École des Chartes, 3e série, t. 2, 1850-1851, p. 393-403.

24Mais le manque d’honnêteté intellectuelle de Génin face à Francisque Michel n’était certainement pas le seul motif d’indignation pour Paulin Paris : Génin avait pour le moins malmené son amour-propre en affichant dans cette même introduction un mépris non déguisé pour des « compositions des XIIe et XIIIe siècles qui, annoncées pompeusement sous le titre de Grandes épopées, n’ont pas justifié, par leur mérite, l’enthousiasme de leurs parrains ; l’illusion que l’on avait voulu produire n’a pas duré longtemps, et l’intelligence du public a bien vite sondé la véritable valeur de l’œuvre sous la couche d’archaïsme qui semblait la protéger ». De tels propos visaient à n’en pas douter le cycle des douze pairs publié par Paris. La querelle ne s’arrêta pas là : averti de l’article que préparait Paulin Paris pour la Bibliothèque de l’École des chartes, Génin le devança en lui adressant une lettre publique37, dans laquelle il se demandait notamment comment « il pourrait, en bonne justice, critiquer son travail, quand il avait épargné celui-là, dont suivaient les fautes »... Or les fautes soigneusement consignées dans cette lettre n’étaient autres que celles qu’il relevait lui-même dans les travaux de Paulin Paris. Ayant ainsi discrédité le jugement de Paulin Paris, Génin publia une autre lettre après parution de l’article de la Bibliothèque de l’École des chartes, afin de se dédouaner des attaques menées contre lui, sans pour autant reconnaître son manque d’honnêteté vis-à-vis de Francisque Michel, ce que Paris fustigea une fois encore dans un second article38.

  • 39 Lettre de M. Benjamin Guérard à son frère au sujet d’un article de la Quotidienne, avec les observ (...)

25Lettres publiques, propos fielleux, relevés de fautes dans les éditions de Paris, autant d’armes dans l’air du temps, déjà utilisées par Benjamin Guérard dans la querelle qui l’opposa à Paulin Paris à la fin des années 1830 dans une course aux honneurs pour laquelle les deux hommes étaient concurrents. En 1838, Benjamin Guérard, directeur de l’École des chartes, collègue de Paulin Paris à la Bibliothèque royale et son confrère à l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, postule à la chaire d’archéologie du Collège de France. Paulin Paris émet alors des doutes sur les compétences et la valeur réelle des titres de Guérard à ladite chaire, et fait paraître à ce sujet un article dans le journal La Quotidienne, bientôt suivi par une réponse de l’intéressé sous la forme d’une lettre publique, que Paris publie bientôt avec ses propres observations, corrections et nuances en notes, démontant parfois presque mot à mot la démonstration de Guérard39. Quelques extraits de cette joute donnent une idée de la virulence des propos échangés par les deux hommes.

  • 40 Voir B. Guérard, Lettre de M. Benjamin Guérard..., p. 16-17 : « il y en avait plusieurs qui, suiva (...)

26Piqué au vif par l’opposition manifeste de Paris à son élection à la chaire d’archéologie, Guérard l’accuse de mener à son encontre une vengeance personnelle, motivée par le fait que Guérard lui avait refusé sa voix lors de son élection à l’Académie. Non content d’affirmer que cette élection avait certainement bénéficié d’appuis hauts-placés, d’intrigues et de sollicitations, Guérard argumente sur les raisons qui l’ont poussé à ne pas voter pour Paris lors de sa candidature : d’autres lui semblent plus autorisés que Paris à solliciter une élection à l’Académie, tels Francisque Michel, Leroux de Lincy, Crapelet ou Jubinal40, et surtout, Paris lui semble incompétent : « les titres académiques de M. Paulin Paris, jugés à part, me semblaient de bien peu de valeur. Le mérite et l’utilité de ses travaux ne sont guère sensibles, tandis que leurs défauts sautent aux yeux ». Et de relever ensuite ce qu’il considère comme des erreurs grossières dans les écrits de Paulin Paris. C’est ainsi qu’il s’aventure dans l’un des premiers travaux de Paris, sa traduction du Don Juan de Lord Byron, et relève en ces termes une faute supposée de Paris : « Quoique je ne veuille pas m’arrêter aux ouvrages auxquels l’auteur lui-même ne paraît plus mettre aujourd’hui une grande importance, je ne puis toutefois laisser dans l’oubli une note de sa traduction de Lord Byron, dans laquelle se révèlent déjà (en 1827) ses dispositions singulières pour la philologie. Cette note porte ce qui suit : “Le charbon de terre est ainsi appelé parce que l’Angleterre le reçoit du continent” ». Le ton est ironique et mordant, la réponse de Paris l’est tout autant et non dénuée d’humour. En effet, la citation extraite par Guérard est une note destinée à éclairer l’expression de « charbon de mer » utilisée par Byron, expression inusitée en France. Expliquant que l’expression anglaise charbon de mer fait allusion au transport du combustible par la mer, mais désigne en réalité la même chose que l’expression française charbon de terre, Paulin Paris conclut : « Johnson a-t-il eu tort de dire : “sea coal, so called because brought by sea” ? voilà toute la question et je ne vois pas comment se révèlerait ici la moindre prétention philologique. Certes M. Guérard pouvoit mieux justifier l’opinion qu’il semble avoir pris de ma traduction. En quatre mois, il pouvoit apprendre l’anglois ! ».

27Guérard s’en prend également, entre autres, à l’édition du Romancero français, et en particulier à la définition suivante donnée par Paris : « samit, fil tissu d’or et de soie. Samit me semble formé de setae mixtus ». Guérard ironise alors en disant : « Donc le samit, qui est du velours (hexametum dans la basse latinité, et sammet en allemand), serait, suivant M. Paulin Paris, un fil tissu d’or et de poil, seta ; car seta ne signifie pas autre chose. L’imprimeur, qui sans doute avait une raison pour employer un datif, aura peut-être mis setae au lieu de serico, en se laissant conduire par son instinct étymologique, et aura pris, pardonne-moi le mot, un cochon pour un ver à soie. Passons ». Réponse de Paris : « Cette observation est ingénieuse et remplie d’un véritable atticisme : cependant, M. Guérard semble avoir été induit en erreur en admettant que seta ne signifioit pas autre chose que poil. Dans la bonne latinité seta se disoit principalement des soies du porc et du sanglier. Il n’en étoit plus de même dans tout le moyen âge : seta désignoit alors tous les genres de soie, et particulièrement celle dont le nom plus ancien étoit filum sericum. Personne n’a songé le moins du monde à douter que notre soie ne vînt de seta, détourné de son ancienne acception. Est-ce à dire que Ménage, Ducange et les autres aient tous fait la méprise qui arrache à M. Guérard une si délicieuse plaisanterie ? Je ne le pense pas ».

28Enfin, un dernier exemple de ces diatribes échangées par les deux savants révélera une fois encore, s’il est besoin, tout le fiel contenu dans leurs propos. Guérard laissant entendre que Raynouard lui-même — prédécesseur de Paris à l’Académie — n’osait se fier aux leçons de Paris sans les avoir au préalable vérifiées en personne dans les manuscrits, et que Paulin Paris représente à l’Académie « la philologie française, à moins qu’il ne représente rien à l'Académie. C’est tout simplement la place de M. Raynouard qu’il occupe parmi nous », Paulin Paris apporte une réponse cinglante dans son ironie acerbe : « Nul ne sent mieux que moi l’énorme distance qui sépare mes publications et mon âge, des travaux et de la glorieuse carrière de M. Raynouard. Je consentirois même à penser avec l’auteur de la lettre, si je n’étois pas intéressé maintenant à prendre le parti de l’Académie, que cette compagnie eût agi plus sagement en me préférant M. Francisque Michel ou tout autre. Mais, enfin, toutes les sommités académiques ne sont pas destinées au bonheur de M. Abel Remusat, dont nous retrouvons l’esprit délicat, gracieux, enchanteur d’érudition profonde, le talent merveilleux d’écrire, le goût, le génie et surtout l’immense réputation dans la personne de son successeur à l'Académie, — M. Benjamin Guérard ».

  • 41 R. Trachsler, « L'Histoire littéraire de la France. Des Bénédictins à l’Institut de France (1773-1 (...)
  • 42 G. Paris, Notice sur Paulin Paris..., p. V-XX ; voir aussi « Discours prononcé à l’assemblée génér (...)
  • 43 U. Bähler, Gaston Paris..., p. 285, qui constate également (n. 127) que même en philologie classiq (...)

29Certes, si c’est bien à tort que Benjamin Guérard a relevé ce qui à ses yeux constituait un lot de fautes grossières dans les éditions de Paulin Paris, il est évident que des erreurs émaillent les travaux de Paris père. Mais à la décharge de Paulin Paris, il faut rappeler qu’il appartient à une génération qui s’est formée toute seule, autodidacte41, et c’est son fils Gaston qui est le premier à faire mention de ces contingences à même de favoriser un manque de rigueur méthodologique42 : il n’existe aucun ouvrage méthodique relatif à la philologie romane en France43, l’École des chartes est fondée seulement en 1821 et ni la Sorbonne ni le Collège de France n’accueillent à l’époque les langues et littératures du Moyen Âge. Il faut attendre les années 1870 pour voir des chaires se développer dans les universités ou à l’École pratique des hautes études ; quant à la création d’une chaire au Collège de France, on la doit à l’opiniâtreté de Paulin Paris lui-même qui l’obtient en 1852.

  • 44 Sur la problématique nationale qui entoure la philologie romane, on pourra se reporter à la remarq (...)

30Or, c’est précisément à partir des années 1870, une fois que la philologie romane fait figure en France de discipline scientifique dotée de règles strictes et d’un arsenal méthodologique enseignés par les institutions mises en place, que se développe toute une mythologie autour de Paulin Paris, des lors perçu comme un fervent défenseur de l’identité nationale face à l'ennemi allemand. Le fait est que les méthodes historico-comparatives qui ont permis de normaliser le travail philologique et de l’élever au rang de science ont été élaborées en Allemagne, ce que Paulin Paris et son fils après lui étaient les premiers à reconnaître sans animosité aucune. Tout au plus Paris père nourrissait-il un complexe scientifique vis-à-vis de ses homologues allemands, mais aucun réflexe germanophobe ne se greffait chez lui à ce sentiment d’infériorité. Mais après la défaite de 1870, un réel climat de suspicion confinant à la germanophobie entoure les recherches scientifiques menées par les Allemands en matière de littérature et de philologie : dans l’esprit du temps, il est généralement admis que, sous couvert de recherche scientifique, les universitaires allemands auraient tenté de dérober à la France ses trésors littéraires les plus précieux44. Et cette dérive germanophobe se poursuit jusque dans le premier quart du XXe siècle. Lenient par exemple estime que le pangermanisme a trouvé des complaisances et des complices parmi les Français « en littérature plus encore qu’en politique. L’invasion était commencée depuis longtemps : elle se glissait dans nos sociétés savantes, dans nos revues et même dans notre université ». Du coup, on rend hommage entre 1890 et 1920 à tous les chevaliers ès lettres qui ont battu les Prussiens sur le terrain de l’érudition, au nombre desquels figurent Paulin Paris (1800-1881) et Gaston Paris (1839-1903) « ces deux grands abbés de nos bénédictins laïques qui ont fait de notre Moyen Âge un patrimoine de famille, en partie reconquis sur l’Allemagne ».

Notes

1 P. Tamisey de Larroque, « Notice biographique [sur Paulin Paris] », dans À la mémoire de Alexis Paulin Paris, s. 1, s.d., p. 5-14 (extrait du Bulletin du Bibliophile et du Bibliothécaire, mars-avril 1881), p. 13 n. 1 ; cité par U. Bähler, Gaston Paris et la philologie romane, Genève, 2004, p. 60.

2 B. Keller, The Middle Ages Reconsidered. Attitudes in France from the Eighteenth Century through the Romantic Movement, New-York, 1994, p. 49.

3 B. Keller, The Middle Ages..., p. 49.

4 T. Gautier, Mademoiselle de Maupin, Paris, 1899, préface, p. 12-13 ; référence citée par B. Keller, The Middle Ages..., p. 53.

5 H. Jacoubet, Le genre troubadour et les origines françaises du romantisme, Paris, 1929, p. 252-253 ; référence citée par B. Keller, The Middle Ages..., p. 52-53.

6 B. Relier, The Middle Ages..., p. 141-151.

7 J. Michelet, Histoire de France, Paris, 1835, vol. 3, p. 619 ; référence citée par B. Relier, The Middle Ages..., p. 152.

8 U. Bähler, Gaston Paris..., p. 233 ; voir aussi p. 295.

9 Autographe de Paulin Paris sur la religion chrétienne, daté du 25 juin 1865, publié par U. Bähler, Gaston Paris..., p. 685, annexe X.

10 Li Roman de Berte aus grans piés, publié pour la première fois, et précédé d’une lettre à M. de Monmerqué sur les romans des douze pairs de France, par M. Paulin Paris, employé aux manuscrits de la Bibliothèque du Roi, Paris, Techener, 1832.

11 U. Bähler, Gaston Paris..., p. 624.

12 P. Paris (éd.), Li Romans de Garin le Loherain, publié pour la première fois, et précédé de l'examen de M. Fauriel sur les romans carolingiens, Paris, Firmin Didot, Techener, 1833-1835, 2 vol. in-12.

13 Le Romancero français, histoire de quelques anciens trouvères et choix de leurs chansons, le tout nouvellement recueilli par M. Paulin Paris, employé aux manuscrits de la bibliothèque du roi, Paris, Techener, 1833.

14 Les Grandes Chroniques de France, selon qu’elles sont conservées en l’église de Saint Denis en France, publiées par M. Paulin Paris, de l’Académie royale des inscriptions et belles lettres, Paris, Techener, 1830-1839, 6 vol. in-8.

15 De la Conqueste de Constantinople, par Joffroy de Villehardouin et Henri de Valenciennes, édition faite sur des manuscrits nouvellement connus et accompagnée de notes et commentaires par Paulin Paris, Paris, 1838, in-8.

16 La Chanson d’Antioche, composée au commencement du XIIe siècle par le pèlerin Richard, renouvelée sous le règne de Philippe Auguste par Graindor de Douay, publiée pour la première fois par Paulin Paris, Paris, Techener, 1848, 2 vol. petit in-8.

17 P. Paris (éd.), Les Avantures de maître Renart et de son compère Isengrin, Paris, Techener, 1862, in-18.

18 P. Paris, Les Romans de la Table ronde mis en nouveau langage et accompagnés de recherches sur l’origine et le caractère de ces grandes compositions, Paris, Techener, 1868-1877, 5 vol. in-18.

19 G. Paris, « Paulin Paris et la littérature française du moyen âge. Leçon d’ouverture du cours de langue et littérature françaises du Moyen Âge au Collège de France, le jeudi 8 décembre 1881 », dans Romania, n° 11, 1882, p. 1-21, éd. de 1906, p. 233 ; cité par U. Bähler, Gaston Paris..., p. 564.

20 U. Bähler, Gaston Paris..., p. 42.

21 G. Paris, « Notice sur Paulin Paris, un des auteurs des tomes XX-XXVIII de l’Histoire littéraire de la France », dans Histoire littéraire de la France, t. 29, 1885, p. VXX et XIV ; cité par U. Bähler, Gaston Paris..., p. 300.

22 U. Bähler, Gaston Paris..., p. 47.

23 Lettre à Ferdinand Wolf du 4 juillet 1841, éditée par U. Bähler, Gaston Paris..., p. 47.

24 Lettre à Ernst Curtius, éditée par U. Bähler, Gaston Paris..., p. 52-54, p. 53.

25 U. Bähler, Gaston Paris..., p. 45-46.

26 U. Bähler, Gaston Paris..., p. 59.

27 U. Bähler, Gaston Paris..., p. 60.

28 P. Paris, Cours de langue et de littérature françaises au moyen âge. Discours d’ouverture prononcé au Collège de France le 1er mars 1853, Paris, s.d. [1853], p. 633 ; cité par U. Bähler, Gaston Paris..., p. 285.

29 Lettre à Curtius, éditée par U. Bähler, Gaston Paris..., p. 52-54.

30 U. Bähler, Gaston Paris..., p. 362. La lettre adressée par Paulin Paris laisse transparaître que dans son esprit, la tradition française reposerait sur des effets de style, sur le bien dire, tandis que la tradition privilégierait le contenu, sans ignorer pour autant un souci formel. On se reportera à l’analyse d’U. Bähler, Gaston Paris..., p. 52.

31 H. Wallon, Notice sur la vie et les travaux de M. Paulin Paris, membre ordinaire de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres, Paris, 1882.

32 U. Bähler, Gaston Paris..., p. 32.

33 Il s’agit de Francisque Michel.

34 La Chanson de Roland, poème de Théroulde. Texte critique, accompagné d’une traduction, d’une introduction et de notes par F. Génin, chef de division au ministère de l’Instruction publique, Paris, Imprimerie Nationale, 1853, in-8.

35 L’analyse de cette dispute est empruntée à Nathalie Clot, qui a eu la gentillesse de mettre à ma disposition sa thèse d’Ecole des Chartes. Qu’elle en soit ici chaleureusement remerciée. N. Clot, Éditer la littérature médiévale en France dans la première moitié du XIXe siècle. Éditeurs et éditions en « empire », thèse pour le diplôme d’archiviste paléographe, 3 vol. dactyl., 2002, t. II, p. 343-346. Je laisse de côté la querelle qui oppose Paulin Paris à Michelet et Quinet ou à Letronne. Sur ces disputes, voir ibid., p. 342-343.

36 Bibliothèque de l’École des Chartes, 3e série, t. 2, 1850-1851, p. 297-393.

37 [F. Génin], Lettre à M. Paulin Paris, membre de l’Institut, 1851, p. 6.

38 Bibliothèque de l’École des Chartes, 3e série, t. 2, 1850-1851, p. 393-403.

39 Lettre de M. Benjamin Guérard à son frère au sujet d’un article de la Quotidienne, avec les observations de M. Paulin Paris, Paris, 1838.

40 Voir B. Guérard, Lettre de M. Benjamin Guérard..., p. 16-17 : « il y en avait plusieurs qui, suivant mon opinion, étaient plus méritants (sic). Par exemple, M. Crapelet, dont les publications, dirigées avec goût et travaillées avec soin, se recommandent en outre par leur somptuosité ; M. Jubinal, que tout le monde reconnaît pour un éditeur habile, éclairé et spirituel ; M. Francisque Michel, à qui notre ancienne langue est redevable de textes excellens (sic), très fidèles et très nombreux ; M. Leroux de Lincy, que son zèle, ses recherches et ses travaux recommandent également, ont donné des éditions très correctes, dont la philologie française doit retirer un très grand profit : ce sont là des ouvrages bien supérieurs à tous ceux que M. Paulin Paris était en état d’offrir ». Georges Adrien Crapelet oriente la maison d'édition de son père en l’orientant vers l’érudition, et crée en 1821 la Collection des anciens monuments de la langue française ; il est aussi l’éditeur des Mémoires de la Société de l’Histoire de France ; voir N. Clot, Éditer la littérature médiévale..., t. 3, p. 109-111. Michel Louis Achille Jubinal, qui a suivi les cours de l’école des chartes comme auditeur libre, publie de 1834 à 1835 plusieurs textes littéraires médiévaux d’après les manuscrits ; voir N. Clot, Éditer la littérature médiévale..., t. 3, p. 129-130. Adrien Jean Victor Le Roux de Lincy, élève de l’école des chartes, a notamment collaboré à l’édition de Garin le Loherain publiée par Paris en 1833, puis publie en 1834 la première édition du Roman de Brut de Wace, avec glossaire, index et notes ; voir N. Clot, Editer la littérature médiévale..., t. 3, p. 132-133.

41 R. Trachsler, « L'Histoire littéraire de la France. Des Bénédictins à l’Institut de France (1773-1850) », dans Vox Romanica, n° 56, 1997, p. 83-108 ; cité par U. Bähler, Gaston Paris..., p. 32.

42 G. Paris, Notice sur Paulin Paris..., p. V-XX ; voir aussi « Discours prononcé à l’assemblée générale de la Société des anciens textes français, le 20 décembre 1882 », dans Bulletin de la Société des anciens textes français, 1882, p. 75-81, p. 80 (référence citée par U. Bähler, Gaston Paris..., p. 378).

43 U. Bähler, Gaston Paris..., p. 285, qui constate également (n. 127) que même en philologie classique, il n’existe qu’un seul ouvrage français, le Manuel de philologie classique de Salomon Reinach, publié en 1880.

44 Sur la problématique nationale qui entoure la philologie romane, on pourra se reporter à la remarquable étude menée par U. Bähler, Gaston Paris..., p. 373-456.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search