Version classiqueVersion mobile

Mémoire des chevaliers

 | 
Isabelle Diu
, 
Élisabeth Parinet
, 
Françoise Vielliard

Mme Riccoboni et la transmission du roman de chevalerie à la fin du XVIIIe siècle

Pascale Bolognini-Centène

Texte intégral

  • 1 Pour échapper à l’emprise de sa mère, elle avait épousé en 1734 Antoine-François Riccoboni, comédi (...)

1Marie-Jeanne Riccoboni, avant de devenir une romancière reconnue à son époque, était une comédienne1. De cette expérience, elle conserve le désir de séduire le public et même si elle découvre tardivement qu’il existe une autre voie pour s’épanouir telle que l’écriture, vers laquelle elle s’oriente autour de 1751 pour en faire son choix définitif dix ans plus tard en 1761 lorsqu’elle quitte définitivement la Comédie-Italienne (elle a alors quarante-huit ans), elle garde le besoin de plaire à un public. Elle ne refuse donc pas, lorsque l’occasion se présente, de sacrifier à la mode, ni de s’essayer à des genres variés. C’est ainsi qu’après avoir abordé l’écriture romanesque avec un vif succès (premier roman écrit en 1757, à l’âge de quarante-quatre ans : Lettres de mistriss Fanni Butlerd), elle accepte avec enthousiasme de collaborer avec les responsables de la Bibliothèque universelle des romans qui lui demandent de composer des textes de coloration médiévale. Cette participation l’intéresse à titre de divertissement puisqu’elle lui permet de saisir l’occasion de rompre avec sa production de romans d’amour dont son cœur vieillissant commence à se lasser. Ce travail pour la B.U.R. n’est évoqué qu’une fois, dans une lettre adressée à son ami Robert Liston, mais un paragraphe complet de sa lettre témoigne de sa pleine adhésion à ce projet :

  • 2 Mme Riccoboni’s Letters to David Hume, David Garrick and Sir Robert Liston : 1764-1783, éd. J. C. (...)

J’écris. Je fais des histoires anciennes. Cela vous paraît assez ridicule. J’ai pourtant fort bien réussi à peindre la naïveté du siècle de Louis XI. Je viens de remonter à celui de Saint-Louis. On donne depuis quatre ans des extraits qui paraissent tous les mois. On cherche tous les vieux romans, on prend ceux de toutes les nations. Cet ouvrage me plaît. Ceux qui inventent des historiettes dans ce livre les annoncent comme tirées de très anciens manuscrits et s’amusent des sots qui donnent dans le piège et cherchent de bonne foi à se procurer la lecture des manuscrits. Cette occupation me rapporte un profit raisonnable et me distrait2.

  • 3 Pour Histoire d’Enguerrrand, voir Nouvelles du XVIIIe siècle, éd. H. Coulet, Paris, Gallimard, 200 (...)

2En moins d’un an, entre 1779 et 1780, Mme Riccoboni compose quatre nouvelles pour la Bibliothèque universelle des romans3 :

  • Histoire des amours de Gertrude, dame de Château-Brillant et de Roger, comte de Montfort est publié en avril 1779.
  • En juillet 1779 sont publiées les Annales de Champagne ou Suite des surprenantes rencontres et des lamentables aventures de la forêt des Ardennes, par Gombaud le Sénonais, avec pour sous-titre Histoire d’Enguerrand4.
  • Histoire d’Aloïse de Livarot, en octobre 1779.
  • Histoire de Christine de Suabe et de Sigefoid, comte de Surger, en mars 1780.
  • 5 Voir par exemple deux de ses romans les plus célèbres mais aussi les plus représentatifs de ses ch (...)

3Ces quatre nouvelles s’inscrivent en rupture avec l’ensemble de l’œuvre de Mme Riccoboni qui privilégie surtout la forme épistolaire monodique, dans des romans d’amour dont les intrigues, situées souvent dans une Angleterre de fiction contemporaine de la romancière, montrent les femmes démunies, victimes de la séduction masculine et dénoncent l’inégalité intellectuelle et sociale des conditions entre les deux sexes5. Ce travail de commande entrepris pour la B.U.R. est d’autant plus précieux qu’il est exceptionnel. Dans cette perspective, il convient de se demander dans quel contexte littéraire Mme Riccoboni entreprend cette œuvre de commande pour comprendre pour quelles raisons elle accepte ce projet et pour évaluer le travail de réécriture du roman de chevalerie qu’elle accomplit.

  • 6 J. Mervesin, Histoire de la poésie française, Paris, Pierre Giffart, 1706.
  • 7 Lenglet-Dufresnoy (1674-1755), De l'Usage des romans, suivi d’une Bibliothèque des romans, Amsterd (...)
  • 8 La Curne de Sainte-Palaye (1697-1781), Histoire littéraire des troubadours, contenant leurs vies, (...)
  • 9 J. Lacombe, Dictionnaire du vieux langage français, contenant aussi la langue romane ou provençale (...)
  • 10 J.-P. Papon, Voyage littéraire de Provence contenant tout ce qui peut donner une idée de l’état an (...)

4Après le discrédit jeté à la Renaissance sur le gothique et la méfiance persistante qui l’entoure pendant près de deux siècles, les contemporains de Mme Riccoboni vouent un culte au Moyen Âge. Dès la fin du XVIIe siècle, d’assez nombreuses nouvelles se situent à l’époque médiévale, comme Éléonor d’Yvrée, de Catherine Bernard (1687). Deux pôles se dessinent : au début du XVIIIe siècle, des érudits, des provençalistes sont à l’origine de cet engouement. Ils étudient la littérature, les mœurs, l’histoire et l’art médiévaux et leurs œuvres conditionnent l’intérêt du public pour cette période. L’impulsion est donnée notamment par les recherches du père Joseph Mervesin6 dès 1706. Par la suite, Lenglet-Dufresnoy dresse un inventaire des romans en 1734 dans Usage des romans, suivi d’une Bibliothèque des romans. Dans son Usage des romans, il consacre une cinquantaine de pages aux romans de chevalerie7, qu’il apprécie particulièrement, comme il aime les publications de la Bibliothèque bleue qui réédite, à Troyes, des anciens romans. Lui-même donne en 1735 une édition qui sera très populaire du Roman de la rose. Les travaux des savants se poursuivent et s’accélèrent dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle, qui voit paraître de nombreux recueils d’histoire littéraire médiévale ou des glossaires d’ancien français. La Curne de Sainte-Palaye rédige en 1759 des Mémoires sur l’ancienne chevalerie qui comportent une anthologie des romans anciens. Il collabore, en outre, avec l’abbé Millot à une Histoire littéraire des troubadours8. La Curne jette aussi les premiers fondements d’une grammaire comparée des langues romanes et laisse, à sa mort, un Dictionnaire historique de l’ancien langage. Entre-temps, Jacques Lacombe publie un Dictionnaire du vieux langage français en 17679 et l’abbé Papon un Voyage littéraire de Provence10.

  • 11 Pour illustrer cette ferveur populaire, on peut citer l’exemple de La Curne de Sainte-Palaye qui f (...)

5Parallèlement aux travaux des érudits, un pôle plus populaire se développe, qui réunit des lecteurs moins spécialisés ou des collectionneurs, et contribue à remettre à l’honneur le Moyen Âge. On redécouvre les grandes œuvres médiévales, on rouvre les manuscrits des XIIe, XIIIe, XIVe et XVe siècles et on se met à les collectionner11.

  • 12 L’expression de « genre troubadour » semble n’avoir été réellement usitée qu’autour de 1800, même (...)
  • 13 Ainsi paraissent Tristan et Arthur de Bretagne (1776), Flores et Blanchefleur (1777), Cléomadès et(...)

6La mode du Moyen Âge culmine dans les deux décennies qui précèdent la Révolution française sous l’impulsion du comte de Tressan, qui contribue à l’avènement du genre troubadour12. Assez bon médiéviste, Tressan vulgarise le Moyen Âge en donnant des extraits de romans anciens, de chansons de geste ou de textes situés dans un cadre médiéval13. Son talent et sa technique qui consiste à retranscrire des textes anciens en les adaptant au goût du XVIIIe siècle lui ouvrent les portes de la Bibliothèque universelle des romans.

  • 14 Marc Antoine René de Voyer, marquis de Paulmy puis d’Argenson (1722-1787). Collectionneur d’art et (...)
  • 15 Voir note 7.
  • 16 Parmi lesquels on peut citer Poinsinet de Sivry (1733-1804), Imbert (1746-1790), Cardonne (1720-17 (...)
  • 17 On peut citer par exemple l’Aucassin de Grétry, opéra monté en 1780.

7La B.U.R. est un périodique bi-mensuel, qui recueille un grand succès auprès du public bourgeois et féminin amateur de fictions et avide de découvrir des romans médiévaux, anglais ou allemands. Il est édité de juillet 1775 à juin 1789, sous la direction d’un riche bibliophile médiéviste, le marquis de Paulmy d’Argenson14. L’idée de cette revue a été donnée à Paulmy par La Curne de Sainte-Palaye et Paulmy abandonnera la direction de la revue en 1778 à l’écrivain Bastide et au comte de Tressan. Le périodique passe en revue méthodiquement la production romanesque de tous les pays et de toutes les époques à la manière d’une encyclopédie et donne, sous forme d’extraits accompagnés de notices, de commentaires destinés à aider le lecteur et de résumés — qu’on appelle des miniatures —, un inventaire de près d’un millier d’ouvrages. Les extraits mettent l’accent sur le contenu narratif, selon les exigences du marquis de Paulmy. Les rédacteurs donnent les œuvres dans leur intégralité si elles sont courtes et retaillent, au besoin, les textes les plus longs (La Vie de Marianne se trouve par exemple réduite à quatre-vingts pages). L’ensemble est réparti en différentes classes inspirées par la nomenclature de Lenglet-Dufresnoy15 : les romans grecs et latins, les romans de chevalerie, les romans historiques, les romans d’amour, les romans de morale, de spiritualité et de politique, les romans satiriques et comiques, les nouvelles historiques et les contes, les ouvrages merveilleux. Paulmy s’entoure d’une vaste équipe de rédacteurs, permanents ou occasionnels16, qui n’hésitent pas à moderniser le style et même les personnages et cette tendance à la modernisation qui dénature parfois les textes s’accentue encore après le départ de Paulmy (ces infidélités faites aux textes originaux, en particulier aux textes médiévaux, sont d’ailleurs une des raisons du mécontentement de Paulmy et expliquent son départ.) Le comte de Tressan collabore à la Bibliothèque universelle des romans à partir de 1776. Il lance le genre troubadour qui imite les romans de l’époque médiévale par l’élaboration de nouvelles histoires fondées sur le résumé d’œuvres anciennes qu’il adapte aux attentes de ses contemporains. Il remanie des histoires, les réécrit et ne travaille plus finalement que sur des textes de seconde main, alors que le marquis de Paulmy revient au manuscrit. Le public, porté par la vogue du Moyen Âge, se prend au jeu et s’amuse à lire des textes prétendument anciens. On commence alors à ralentir la réédition d’œuvres anciennes pour développer des compositions semi-fantaisistes, des arrangements qui comblent les lecteurs amateurs de Moyen Âge mais moins savants. Le genre troubadour contamine même la musique et l’opéra17. D’autres rédacteurs de la Bibliothèque universelle des romans, dans le sillage de Tressan, sacrifient à cette mode et c’est ainsi que Mme Riccoboni se voit invitée par Bastide et par le marquis de Tressan qui la connaissent, à apporter, à son tour, sa contribution au périodique.

8Outre le divertissement procuré par l’écriture dans un genre qu’elle n’avait pas encore pratiqué et l’aspect pécuniaire du projet pour une romancière qui finira sa vie dans une grande pauvreté, Mme Riccoboni est exaltée par l’entreprise de mystification que constitue ce travail pour la Bibliothèque universelle des romans et s’amuse à persuader le lecteur qu’il a affaire à un texte médiéval authentique. Le récit de la première nouvelle, Histoire des amours de Gertrude et de Roger, se déroule ainsi à la fin du Moyen Âge, sous Charles VII (dont le règne précède celui de Louis XI). Cet élément de datation est présenté dès la première phrase de la nouvelle pour mieux persuader le lecteur. Des éléments descriptifs, qui portent sur les lieux du récit ou sur les principaux protagonistes, sont destinés à corroborer la datation du récit. La description du château féodal dans lequel est maintenue Gertrude avec sa servante Louise, en état de quasi-captivité, comme le personnel du château et le portrait du seigneur, Richard le Mauvais, se conforment aux lieux communs des romans médiévaux. Mme Riccoboni ravive les clichés de la courtoisie en renouvelant le thème de la séparation des amants et de la mise à l’épreuve de l’amant, à l’instigation de Gertrude, à la fin de la nouvelle. La narratrice se plaît, en outre, à insérer des mots vieillis et à entremêler les paroles de ses personnages de traits dialectaux qui imitent l’ancien français : voir par exemple le dialogue entre Roger le héros et une paysanne censée le renseigner sur les occupations de Gertrude sa bien-aimée, qui se fait appeler Lucette :

  • 18 Mme Riccoboni, Trois Nouvelles amoureuses et chevaleresques..., p. 39.

La certitude de posséder une pièce de fin or, la transporte hors d’elle-même ; elle oublie de répondre à Roger, lui fait cent compliments [...] Le sire de Montfort demande, avec vivacité, qui est cette Lucette ? C’est la bonne amie de Louise, dit Cateau, à présent l’épousée de Robert. L’épousée ! s’écrie Roger. Elle est mariée ? Tout fin dret de ce matin, répond la paysanne. Lucette mariée ! répète le sire de Montfort, mariée ce matin ! Point du tout, reprend Cateau, c’est Louise qui est la mariée. Lucette n’est pas du pays ; si elle se marie, ce ne sera pas en Poitou, mais bien loin peut-être. [...] Eh bien, ma bonne fille, continue le sire de Montfort, apprenez-moi d’abord de quel pays est cette gentille Lucette. De quel pays ? Oui. Ma fitte, je n’en sais rien18 [...].

9Le texte de cette nouvelle est, par ailleurs, le seul que la Bibliothèque universelle des romans classe dans la catégorie des « Romans de chevalerie ».

  • 19 Voir La Nouvelle Héloïse, dans Œuvres complètes, éd. B. Gagnebin, M. Raymond, Paris, Gallimard, 19 (...)

10Malgré les efforts de sincérité déployés pour conférer à ce texte une coloration médiévale, Mme Riccoboni laisse échapper des indices qui trahissent la mystification. Les termes de langue pseudo-médiévale sont, par exemple, soigneusement signalés par des italiques comme les éditeurs aiment le faire pour les pastiches à la fin du XVIIIe siècle et affichent une démarcation de la narratrice. Mais surtout le texte ne répond pas pleinement aux exigences du genre troubadour. Les traits dialectaux restent en effet assez discrets. Rousseau, quelques années plus tôt, est plus proche de la langue médiévale dans une lettre de La Nouvelle Héloïse où Julie s’amuse à imiter le style troubadour à la mode au XVIIIe siècle19. Le portrait de Gertrude devenue Lucette, après sa fuite de la Roche-Forte, entourée d’un coquet troupeau, comme l’idylle qui se noue entre elle et Roger dans une campagne paisible bordée d’un ruisseau, l’évocation des fêtes champêtres organisées pour célébrer le mariage de Louise et de Robert, les réjouissances d’un monde paysan idéalisé relèvent plutôt de l’imagerie pastorale que du roman de chevalerie. De fait, la nouvelle, comme les autres textes que Mme Riccoboni publie dans la Bibliothèque universelle des romans, est accompagnée d’une minutieuse épigraphe qui détourne sa provenance — procédé récurrent au XVIIIe siècle de déguisement du narrateur :

Cologne, 1609, un volume in-12.
Ce livre est rare, il va devenir précieux. Le nom de l’auteur de l’extrait expliquera notre pensée.

  • 20 La deuxième édition date de 1610.
  • 21 Voir F. Lavocat, Arcadies malheureuses : aux origines du roman moderne, Paris, Honoré Champion, 19 (...)
  • 22 Fontenelle, Poésies pastorales avec un Traité sur la nature de l’églogue, 1688.
  • 23 Le traité d’Antoine Houdar de La Motte est publié à titre posthume.
  • 24 Florian publie par exemple Calatée (1783), Bliombéris (1784), Estelle et Némorin (1788). Paul et V (...)
  • 25 Le roman noir ou roman sombre est implanté en France dès les premières décennies du XVIIIe siècle. (...)

11Cette exergue vise à tromper le lecteur sur les conditions de composition du texte, tout en orientant la réception de ce texte. Cette épigraphe est la plus synthétique des quatre nouvelles. Les indices de datation et de localisation du texte — « Cologne, 1609 » —, s’ils masquent la composition de Mme Riccoboni à la fin du XVIIIe siècle, tendent à éloigner le texte du Moyen Âge, en déplaçant sa production au tout début du XVIIe siècle. La romancière n’a probablement pas choisi par hasard de situer l’écriture dans un contexte voisin de la deuxième édition de L’Astrée20. Le roman d’Honoré d’Urfé dont le succès considérable suscite de nombreuses imitations se lit encore très bien un siècle après sa publication. L’influence de la pastorale se fait sentir longtemps21. Segrais profite de la mode de la poésie bucolique et galante pour composer des églogues comme Athys (1653), suivies en 1660 de six autres églogues. L’Astrée figure d’ailleurs parmi les lectures favorites des six devisantes citées au début des Nouvelles françaises ou les Divertissements de la Princesse Aurélie (1656). Fontenelle, à la fin du XVIIe siècle, s’intéresse à ce genre au point d’en concevoir un traité22. Houdar de La Motte, qui se réclame de Fontenelle, compose à son tour un Discours sur l’Églogue qui sert à introduire vingt églogues23. En 1756, Rousseau se laisse tenter par la pastorale avec Les Amours de Claire et de Marcellin. Les contemporains de la romancière, comme Florian ou Bernardin de Saint-Pierre, écrivent des pastorales à peu près à l’époque où Mme Riccoboni travaille à ses nouvelles24. Mme Riccoboni, un des auteurs préférés de Marie-Antoinette, qui savoure les joies pastorales et aime se prendre pour une bergère dans son Petit Trianon, propose donc avec Histoire des amours de Gertrude un texte composite où affleurent différentes influences. Au Moyen Âge revisité par le XVIIIe siècle et à la pastorale vient s’ajouter l’empreinte du roman noir, particulièrement perceptible dans la description effrayante de la Roche-Forte, qui abrite deux jeunes filles persécutées et séquestrées par un seigneur abject entouré de valets repoussants. La France connaît depuis les années 1770 le développement d’une veine romanesque sombre, sous l’impulsion de Baculard d’Arnaud, de D’Ussieux ou de Loaisel de Tréogate25. Dans le même temps, Mme Riccoboni entretient une correspondance régulière avec des amis anglais comme David Garrick et Robert Liston, et connaît, grâce à eux, l’évolution de la littérature anglaise traversée alors par les premiers frémissements de la vogue du roman noir que croise une envie de retour au passé. Le roman noir anglais s’importe surtout en France à partir de 1797, grâce à la traduction du Moine de Lewis, de romans d’Ann Radcliffe et du Château d’Otrante de Walpole. Mais cette dernière œuvre est connue en Angleterre depuis 1764 et a été traduite une première fois dès 1767. Horace Walpole compte, de surcroît, parmi les amis de la romancière française. En outre, la mode du Moyen Âge associée au roman noir peut se mesurer en Angleterre, dès 1762, dans Letters on Chilvary et Romance de Richard Hurd. Mme Riccoboni se fond donc dans la Bibliothèque universelle des romans en proposant une première nouvelle de genre hybride, qui accommode le style troubadour à sa propre sensibilité littéraire et le pimente de différentes influences littéraires à la mode simultanément.

12Dans la deuxième des nouvelles publiées dans la Bibliothèque universelle des romans, la romancière fait encore l’effort de situer l’intrigue au Moyen Âge : les personnages, dès l’incipit, sont censés avoir pris part aux Croisades. Des éléments historiques viennent corroborer le contexte fictif puisqu’on évoque le comte de Rethel, les comtes de Châlons. Mme Riccoboni veut conférer à sa nouvelle une coloration médiévale, même si les éléments de datation se trouvent entrecoupés d’indications fantaisistes ici ou là (elle situe par exemple les deux dernières Croisades en Palestine.) Peu importe la vérité historique, ce qui compte c’est de construire une atmosphère médiévale. Aussi n’évite-t-on pas, au cœur de la nouvelle, des lieux communs comme la rencontre avec l’ermite, qui sera de nouveau exploitée dans la dernière nouvelle, Histoire de Christine de Suabe. Le récit proprement dit est, en outre, précédé d’une épigraphe très développée, qui situe la rédaction du manuscrit à l’époque de Henri III et de Philippe le Bel, c’est-à-dire dans le courant du XIIIe siècle ou juste avant :

Ce manuscrit, annoncé à la suite d’un ouvrage précédent, paraît avoir été écrit au commencement du règne de Philippe le Bel. [...] Le Sénonais fait un grand éloge de Henri III, surnommé le Gros, roi de Navarre, quinzième et dernier comte de Champagne, dont la fille, Jeanne de Navarre, réunit la souveraineté à la couronne de France par son mariage avec Philippe le Bel. Les louanges outrées données à Henri dans tout le cours de l’ouvrage, font penser qu’il fut composé avant sa mort.

13Cette épigraphe a la particularité d’être la plus longue des quatre nouvelles qui seront données dans la Bibliothèque universelle des romans. C’est aussi dans cette épigraphe que Mme Riccoboni insiste le plus pour tromper le lecteur amateur et collectionneur de Moyen Âge puisque le faux manuscrit est présenté comme un authentique texte du Moyen Âge. Sous couleur de sincérité, c’est sans doute dans cette nouvelle que la romancière s’amuse le plus.

14En réalité, cette deuxième nouvelle se présente comme un croisement de diverses influences littéraires que l’on peut reconnaître dans les trois autres nouvelles. L’épigraphe d’Histoire d’Enguerrand avoue ouvertement l’influence du roman noir, influence qui se dessinait déjà dans la nouvelle précédente :

Ces histoires, appelées surprenantes et lamentables par l’auteur, pourraient, sans s’éloigner de leur premier titre, prendre à présent celui d’aventures pitoyables, si quelqu’un avait la patience d’en débrouiller l’énorme fatras et les merveilleuses extravagances. Les brigands, le loup-garou, les fantômes et les plus laids sorciers y paraissent tour à tour. Des revenants très malhonnêtes et très exigeants y jouent de grands rôles. [...]

15La narratrice n’est pas complètement malhonnête et ne trompe pas vraiment le lecteur attentif puisqu’elle exagère largement ici les données du roman noir comme si elle voulait s’assurer qu’elles n’échappent pas au lecteur. Dans le cœur du récit, ces éléments de merveilleux sont quand même beaucoup plus discrets. Les lieux communs médiévaux peuvent aussi être relus à l’aune de la pastorale : la description, au centre de l’histoire, de l’ermitage, agrémenté d’un « temple de feuillages » en guise d’autel, qui fait croire à l’héroïne que son bien-aimé est mort, constitue un souvenir assez transparent de la deuxième partie de L’Astrée (livre 5) : Astrée et ses compagnons découvrent dans la forêt un autel similaire érigé par Céladon et peuvent y lire des inscriptions en l’honneur d’Astrée. Astrée est alors persuadée que Céladon est mort.

  • 26 Henri Coulet signale quelques expressions discrètement archaïques mises en italique et indique sur (...)
  • 27 Voir l’analyse du terme « historiette » proposée par H. Coulet dans ses Nouvelles du XVIIIe siècle (...)
  • 28 Mme Riccoboni, Lettres d’Adélaïde de Dammartin, éd. P. Bolognini-Centène, Paris, Desjonquères, 200 (...)

16La mystification se poursuit, mais dans une moindre mesure, avec Histoire d’Aloïse de Livarot, la troisième des nouvelles. Mme Riccoboni s’amuse à piquer la curiosité des lecteurs amateurs de Moyen Âge en présentant la nouvelle comme l’extrait d’une œuvre plus ample. La mystification est renforcée par la clôture abrupte du récit qui rappelle son caractère parcellaire : « Ici l’auteur s’arrête, et l’extrait finit. » L’épigraphe propose une citation traversée par de l’ancien français : « C’est uniquement [...] pour amuser mon accorte et tant douce Germaine, que je compose et Romans et Chansons. Content de son suffrage, je n’ai cure de celui des autres. ». Mais les archaïsmes linguistiques se révèlent très limités26 et la tromperie s’arrête à peu près là. Le périodique propose cette nouvelle dans la catégorie des « Romans d’amour » et l’épigraphe fait référence à Richelieu, fréquemment cité en dédicace, ce qui tend à déplacer la composition du manuscrit vers une période plus moderne. La nouvelle se révèle, en effet, la plus moderne des quatre, dans la mesure où le récit se situe à la Renaissance, sous le règne de François 1er. Il n’est plus vraiment question ici d’imiter le Moyen Âge. Quelques allusions à l’amour courtois persistent, en italique, mais elles se réduisent surtout à l’expression de « doux ami » qui peut être aussi perçue comme un trait de langage galant. Comme dans la première nouvelle, Mme Riccoboni s’inspire ponctuellement du roman noir, en particulier dans le portrait de Bertrand de Bernay, qui condense tous les vices physiques et moraux, et dans l’épisode de l’enlèvement d’Aloïse, belle et innocente, sur le point d’épouser, contre son gré, un époux contrefait et effrayant. Le rythme de la nouvelle et les différents rebondissements qui s’enchaînent jusqu’au dénouement procèdent du roman d’aventures. Mais là encore, la romancière croise différentes influences littéraires. La nouvelle, qualifiée en épigraphe d’« historiette », relève plutôt de la tradition de la nouvelle historique et galante. Mme Riccoboni emploie déjà ce terme d’historiette dans la lettre à Robert Liston datée du 27 mai 1779 où elle évoque son travail de commande pour la Bibliothèque universelle des romans. Elle suggère sans doute par là une petite imitation de la nouvelle historique et galante27. Histoire d’Aloïse de Livarot retrouve surtout un certain nombre de topoï exploités dans les romans antérieurs de l’auteur et représente sans doute, à cet égard, la plus féministe des nouvelles. Aloïse, promise deux fois, malgré elle, dès l’enfance, ne manque pas de rappeler sa méfiance à l’égard du mariage. À la terreur près, elle partage les préoccupations exprimées, dès 1767, dans les Lettres d’Adélaïde de Dammartin, comtesse de Sancerre, au comte de Nancé, son ami28. La critique de cette institution constitue un des arguments récurrents de Mme Riccoboni, elle-même échaudée par la bigamie de son père et par les infidélités répétées de son époux. La situation d’Aloïse est d’autant plus attendrissante ici que le mariage, avant sa rencontre finale avec Olivier devenu séduisant et adulte, lui est systématiquement imposé, qu’il s’agisse des engagements contractés par son père avant sa naissance, du mari de substitution représenté par le pâle Maurice, ou des lâches projets conçus par le vil Bertrand.

17Comme les précédentes nouvelles, Histoire de Christine de Suabe serait, selon l’épigraphe, l’extrait d’un roman plus abouti :

Quelqu’un a souhaité voir l’Histoire de Christine dans la Bibliothèque des romans ; on l’a extraite d’un gros volume. Malgré le soin de rapprocher, d’élaguer, on craint fort que l’extrait d’un ouvrage si froid et si diffus ne soit aussi ennuyeux que l’original.

18Bien que le texte soit rangé dans la catégorie des « Romans d’amour » et ne se réclame donc pas ouvertement du genre troubadour, la narratrice revient au passé et situe le récit à une époque antérieure à celle d’Histoire des amours de Gertrude, prétendant évoquer un Moyen Âge plus reculé, le temps des premières croisades, très prisé dans les récits de genre troubadour élaborés par les rédacteurs de la Bibliothèque universelle des romans. Comme pour la première nouvelle, la fausse date de 1522 attribuée en épigraphe au manuscrit, combinée avec l’origine fictive de l’œuvre intégrale — « roman italien » — n’est sans doute pas complètement fortuite et peut orienter l’interprétation de l’histoire. La narratrice situe son manuscrit à l’époque des grandes épopées italiennes, notamment du Roland furieux que l’Arioste commence en 1506, publie en 1516 et remanie jusqu’en 1532. Cette date s’écarte du Moyen Âge. Cependant, les grandes aventures imaginées par L’Arioste et plus tard par Le Tasse peuvent être considérées comme des relais qui prolongent l’idéal héroïque et chevaleresque du roman médiéval. Mme Riccoboni réactive d’ailleurs les lieux communs du roman de chevalerie. Un tournoi est organisé, qui occupe une place centrale dans la nouvelle : un chevalier inconnu s’illustre par ses prouesses. L’histoire décline aussi la topique de l’amour courtois : l’héroïne fait l’objet d’un culte respectueux de la part de son amant et cette déférence, en partie liée au statut social élevé de Christine, reprend surtout les conventions de la fin amor. La princesse a l’initiative de la relation amoureuse ; elle impose à Sigefroid un temps de séparation douloureux mais nécessaire pour éprouver la solidité de leurs sentiments ; le jeune homme profite de ce délai pour démontrer sa valeur dans des actes glorieux ; enfin, Christine décide de mettre un terme à l’épreuve de la séparation, après presque deux ans, en organisant un mariage secret dont elle fixe les conditions. La relation des deux personnages principaux, la fermeté de leurs caractères, comme la mention des prouesses guerrières du héros reprennent des lieux communs du roman de chevalerie. Malgré un style et une langue exempts d’archaïsmes, il flotte sur cette nouvelle un esprit médiéval que la romancière adapte au goût du XVIIIe siècle, en insérant des topoï qui circulent dans ses œuvres antérieures. Christine, précocement privée de mère et délaissée par un père qui n’est pas attaché à elle, se sent notamment orpheline et justifie sa fuite et son mariage par l’abandon affectif dans lequel la maintient son père. Mme Riccoboni profite, par ailleurs, de la situation prestigieuse de Christine, pressentie pour être impératrice, pour évoquer, comme elle l’avait fait dans Histoire des amours de Gertrude et de Roger, le combat que peuvent se livrer l’amour et l’ambition. Sans état d’âme, et plus spontanément que Roger de Montfort, elle choisit le cœur et la retraite éternelle. Contrairement aux hommes qui traversent les romans antérieurs et sacrifient chaque fois leurs sentiments et leurs bien-aimées à l’appétit de fortune, Christine, qui sera un des derniers personnages imaginés par Mme Riccoboni, propose un idéal de vie simple et devient un modèle qui compense les choix cruels des héros antérieurs, en montrant que la noblesse des femmes tient à la vérité de leur cœur.

19Mme Riccoboni se révèle donc capable de suivre les exigences de la Bibliothèque universelle des romans, en acceptant de composer des récits courts situés dans un passé plus ou moins lointain, pour assouvir la curiosité de lecteurs amateurs d’un Moyen Âge factice. Mais, passées les deux premières nouvelles (la première nouvelle furtivement agrémentée de langue pseudo-médiévale ; et la deuxième dont le faux manuscrit semble daté du Moyen Âge), elle ne fait plus qu’évoquer des lieux communs de la courtoisie, importés au XVIIIe siècle par la vogue du genre troubadour, et placés dans un contexte historique flou, qui ne correspond parfois même plus au Moyen Âge. Elle s’intéresse à la mode littéraire et s’en amuse, pour la soumettre à son propre goût et à son style, sans se départir de ses préoccupations. Même le rythme de ses phrases qui recourent volontiers à la parataxe reste caractéristique de sa manière. Elle exploite le cadre fantaisiste de textes élaborés sur une mystification pour se distraire, à l’automne de sa vie, de la vision souvent amère de la femme victime de l’amour laissée par ses romans. Bien que du Moyen Âge ne subsiste dans ces quatre textes qu’une imagerie assez vague et composite, ces nouvelles, particulièrement originales dans l’ensemble de l’œuvre de Mme Riccoboni, montrent l’habileté de la romancière qui sait profiter d’un travail de commande et d’une mode littéraire pour réaffirmer les valeurs de générosité et de dignité féminines qui lui tiennent à cœur.

Notes

1 Pour échapper à l’emprise de sa mère, elle avait épousé en 1734 Antoine-François Riccoboni, comédien de dix ans son aîné et lui-même fils du grand Riccoboni (Louis-André, dit Lelio), celui-là même à qui le duc d’Orléans avait confié en 1716 la mission de former une nouvelle troupe italienne pour jouer à Paris d’où les Italiens avaient été chassés par Louis XIV. Voir les renseignements biographiques fournis notamment par E. A. Crosby, Une romancière oubliée, Mme Riccoboni, Genève, Slatkine reprints, 1970, réimpression de l’édition de Paris, 1924.

2 Mme Riccoboni’s Letters to David Hume, David Garrick and Sir Robert Liston : 1764-1783, éd. J. C. Nicholls, Studies on Voltaire and the Eighteenth Century, Oxford, The Voltaire Foundation, 1976, lettre datée du 27 mai 1779, p. 430.

3 Pour Histoire d’Enguerrrand, voir Nouvelles du XVIIIe siècle, éd. H. Coulet, Paris, Gallimard, 2002 (Bibliothèque de la Pléiade). Pour les trois autres textes, voir Madame Riccoboni, Trois Nouvelles amoureuses et chevaleresques, préface et notes de P. Bolognini-Centène, Reims, Presses universitaires de Reims, 2005 (Mémoire des Lettres).

4 Par souci d’unification, le texte sera intitulé dans les éditions ultérieures Histoire d’Enguerrand ou rencontre dans la forêt des Ardennes.

5 Voir par exemple deux de ses romans les plus célèbres mais aussi les plus représentatifs de ses choix d’écriture : Lettres de mistriss Fanni Butlerd (1757) et Lettres de milady Juliette Catesby (1759).

6 J. Mervesin, Histoire de la poésie française, Paris, Pierre Giffart, 1706.

7 Lenglet-Dufresnoy (1674-1755), De l'Usage des romans, suivi d’une Bibliothèque des romans, Amsterdam, chez la Veuve Poilras, 1734, 2 volumes. Grand lecteur, Lenglet-Dufresnoy s’intéresse à toute forme de littérature fictionnelle et établit une classification des formes romanesques. Il entreprend de classer près de trois mille titres de toute l’Europe et de toute époque, de l’Antiquité aux derniers romans parus en 1734, en diverses catégories : les romans grecs et latins, puis trois catégories de romans (les romans d’amour, les romans héroïques et les romans historiques), les nouvelles, les romans de morale, les romans de chevalerie et les romans en vers, puis les créations les plus récentes : les romans satiriques, politiques, les contes de fée, les nouvelles « amoureuses » et les romans comiques.

8 La Curne de Sainte-Palaye (1697-1781), Histoire littéraire des troubadours, contenant leurs vies, les extraits de leurs pièces, et plusieurs particularités sur les mœurs, les usages et l’histoire du XIIe et du XIIIe siècles, Paris, Durand libraire, 1774, 3 volumes.

9 J. Lacombe, Dictionnaire du vieux langage français, contenant aussi la langue romane ou provençale, et la normande du IXe au XVe siècle. Avec un coup d’œil sur l’origine, sur les produits de la langue et de la poésie française, des fragments des Troubadours et des autres poètes, depuis Charlemagne jusques à François 1er, Paris, Delalain, 1767, 2 volumes.

10 J.-P. Papon, Voyage littéraire de Provence contenant tout ce qui peut donner une idée de l’état ancien et moderne des villes, les curiosités qu’elles renferment, la position des anciens peuples, quelques anecdotes littéraires, l’Histoire naturelle, les Plantes, le Climat, etc. ; et cinq lettres sur les Trouveres et les Troubadours, Paris, Barrois l’aîné, 1780.

11 Pour illustrer cette ferveur populaire, on peut citer l’exemple de La Curne de Sainte-Palaye qui fait copier en Italie quatre mille pièces de troubadours. Par ailleurs, on traduit et on adapte des œuvres médiévales. On dénombre alors plus de cinq cents titres relatifs au Moyen Âge et on apprécie les romans historiques qui se déroulent à cette époque. La comtesse d’Auneuil compose Les Chevaliers errants (1709), La Vieuville d’Orville Édèle de Ponthieu (1723), Mlle de Lussan Les Anecdotes de la cour de Philippe-Auguste (1733). On réédite des poésies ou des textes anciens de Villon, de Marot ; Levesque de La Ravaillière édite les Poésies de Thibaut de Champagne en 1742, Le Grand d’Aussy des Fabliaux. La Curne publie ainsi en 1756 Aucassin et permet au public de connaître dans son intégralité une œuvre du Moyen Âge. La poésie remet à l’honneur les légendes du passé et imite le style ancien qualifié de style marotique.

12 L’expression de « genre troubadour » semble n’avoir été réellement usitée qu’autour de 1800, même si le style troubadour est à la mode dès la fin du XVIIIe siècle. Sur l’influence du comte de Tressan (1705-1783) et sur le développement du genre troubadour, voir les analyses d’H. Jacoubet dans Le comte de Tressan et les origines du genre troubadour, Paris, Presses Universitaires de France, 1923 et Le Genre troubadour et les origines françaises du romantisme, Paris, Les Belles Lettres, 1929.

13 Ainsi paraissent Tristan et Arthur de Bretagne (1776), Flores et Blanchefleur (1777), Cléomadès et Huon de Bordeaux (1778), Le Roman de la rose (1779), Le Petit Jehan de Saintré (1780). Il traduit l’Arioste et publie en 1780 Roland furieux et Roland amoureux.

14 Marc Antoine René de Voyer, marquis de Paulmy puis d’Argenson (1722-1787). Collectionneur d’art et de livres, sa bibliothèque est l’une des plus belles jamais réunies par un particulier et se compose d’environ cent mille volumes, principalement d’auteurs français et surtout de poésie. Paulmy en dresse lui-même le catalogue. En 1785, le comte d’Artois achète cette bibliothèque tout en en laissant la jouissance au marquis de Paulmy jusqu’à sa mort. Ce fonds constitue le premier fonds de la bibliothèque de l’Arsenal.

15 Voir note 7.

16 Parmi lesquels on peut citer Poinsinet de Sivry (1733-1804), Imbert (1746-1790), Cardonne (1720-1783), La Place (1707-1793), Mayer (1751-1825)...

17 On peut citer par exemple l’Aucassin de Grétry, opéra monté en 1780.

18 Mme Riccoboni, Trois Nouvelles amoureuses et chevaleresques..., p. 39.

19 Voir La Nouvelle Héloïse, dans Œuvres complètes, éd. B. Gagnebin, M. Raymond, Paris, Gallimard, 1961 (Bibliothèque de la Pléiade), t. 2, lettre XXXV, p. 111. Voir à ce sujet l’article de T. L’Aminot, « L’Amour courtois dans La Nouvelle Héloïse », Modernité et pérennité de Jean-Jacques Rousseau. Mélanges en l’honneur de Jean-Louis Lecercle, textes réunis par C. Piau-Gillot, R. Desné et T. L’Aminot, avec la collaboration d’A. Mothu, Paris, Honoré Champion, 2002, p. 241-257.

20 La deuxième édition date de 1610.

21 Voir F. Lavocat, Arcadies malheureuses : aux origines du roman moderne, Paris, Honoré Champion, 1998.

22 Fontenelle, Poésies pastorales avec un Traité sur la nature de l’églogue, 1688.

23 Le traité d’Antoine Houdar de La Motte est publié à titre posthume.

24 Florian publie par exemple Calatée (1783), Bliombéris (1784), Estelle et Némorin (1788). Paul et Virginie est commencé en 1771 mais Bernardin de Saint-Pierre ne publie son roman qu’en 1788.

25 Le roman noir ou roman sombre est implanté en France dès les premières décennies du XVIIIe siècle. Ainsi des scènes sombres traversent déjà les romans de Mme de Tencin, de l'abbé Prévost et même de Marivaux ou de Diderot. Outre ces épisodes ponctuels, la mode française du roman noir se généralise dans les années 1770.

26 Henri Coulet signale quelques expressions discrètement archaïques mises en italique et indique surtout la phrase d’ancien français contenue dans l’épigraphe de la nouvelle (voir « Un aspect de Mme Riccoboni nouvelliste », dans Actes du colloque de la Sorbonne de 1997, à paraître aux Presses de l’Université de Paris-Sorbonne.)

27 Voir l’analyse du terme « historiette » proposée par H. Coulet dans ses Nouvelles du XVIIIe siècle..., p. XIX.

28 Mme Riccoboni, Lettres d’Adélaïde de Dammartin, éd. P. Bolognini-Centène, Paris, Desjonquères, 2005.

Auteur

Université de Reims-Champagne-Ardenne.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search