Version classiqueVersion mobile

Mémoire des chevaliers

 | 
Isabelle Diu
, 
Élisabeth Parinet
, 
Françoise Vielliard

De l’errance à la hantise : la survivance des chevaliers aux XVIIe et XVIIIe siècles

Jean-Marc Chatelain

Texte intégral

  • 1 N. Edelman, Attitudes of Seventeenth-Century France toward the Middle Ages, New York, King’s Crown (...)
  • 2 M. Fumaroli, « La Fontaine et la Table ronde », dans La Fontaine et le Moyen Âge. Actes du colloqu (...)
  • 3 Voir les témoignages en ce sens réunis par N. Edelman, Attitudes of Seventeenth-Century..., p. 315 (...)

1Sous l’effet d’une lecture scolaire de l’Art poétique de Boileau et en dépit des travaux de recherche engagés depuis l’étude pionnière de Nathan Edelman sur la perception du Moyen Âge dans la France du XVIIe siècle1, l’opinion commune demeure prompte à assimiler l’avènement du goût classique à un rejet sans appel de l’héritage littéraire médiéval. Lors d’un colloque consacré aux rapports qu’a entretenus La Fontaine avec le Moyen Âge français, Marc Fumaroli n’a pas manqué de prendre à contre-pied ce schéma grossier de l’histoire littéraire en rappelant que La Fontaine appartenait à une génération d’hommes qui ont « hérité de l’admirable travail des grands historiens et philologues du parti des Politiques, les Pierre Pithou, les Étienne Pasquier, les Claude Fauchet, qui avaient rendu présent à la mémoire française le patrimoine de huit siècles de civilisation et de littérature et qui en avaient fait, au plus fort des guerres civiles, le bien commun de tous les Français »2. Cela ne signifie certainement pas que cet héritage ait été reçu uniment, ni même unanimement, sous aucun bénéfice d’inventaire ; mais cela invite pour le moins à relativiser jusqu’aux manifestations — incontestablement attestées ici et là — de refus et de dépréciation du legs médiéval3 : ce qu’on pourrait appeler l’imaginaire classique du Moyen Âge n’est pas le produit d’un fantasme dénué de tout fondement, mais est au contraire solidaire d’un travail de connaissance fondé sur la collecte de vestiges de toutes sortes (matériaux archéologiques, linguistiques, littéraires, sans oublier l’importance fondamentale du matériau juridique) que les « antiquaires » de la génération gallicane des Pithou et Pasquier avaient très clairement désignés à leurs contemporains et successeurs comme dignes d’intérêt et de réflexion.

  • 4 Honoré d’Urfé, L’Astrée, deuxième partie (1610), épître de l’auteur au berger Céladon : « Car on d (...)

2Le travail des érudits gallicans de la fin du XVIe siècle a ainsi fondé une tradition d’étude savante très vivace à l’âge classique, mais qui toutefois ne résume pas à elle seule la richesse du rapport qu’entretiennent les lettrés du XVIIe siècle avec la littérature médiévale. Il semble en effet qu’on puisse distinguer deux mouvements d’intérêt qui diffèrent par leur nature et leur visée respectives, même s’ils sont portés par des hommes qui ne vivent pas dans des mondes séparés mais se connaissent, se fréquentent et, s’ils écrivent, se lisent les uns les autres. D’un côté, donc, un mouvement érudit, qui traite la littérature ancienne en langue vernaculaire comme une source historique parmi d’autres, qui y puise un ensemble de « preuves », comme on le disait à l’époque, et la soumet aux procédures critiques de l’historiographie : datation et ordonnancement en séries, en vue de la reconstitution d’un passé. De l’autre côté, un mouvement beaucoup moins méthodique, un intérêt moins soucieux de faits que de valeurs, de reconstitutions que de reconnaissances, où la littérature médiévale n’est pas sollicitée au titre d'une capacité d’attestation mais est cultivée en vertu de la profondeur temporelle dont elle est susceptible d’enrichir la pratique littéraire moderne. D’un côté, par conséquent, un Moyen Âge recueilli comme la matière d’une histoire, de l’autre un Moyen Âge accueilli comme le creuset d’une mémoire : là Gilles Ménage traquant les étymologies comme Pasquier poursuivait ses Recherches de la France, ici Jean de La Fontaine amoureux du « vieux langage » comme Céladon « aym[oit] à la vieille Gauloise »4.

  • 5 Sa reconstitution est néanmoins rendue difficile à la fois par l’absence d’un inventaire global et (...)

3L’hypothèse que nous voudrions explorer ici est que ces deux modes de réception du Moyen Âge à l’âge classique, l’un historique et l’autre que nous pourrions qualifier de poétique, ne sont pas seulement à l’œuvre dans les entreprises interprétatives du travail historiographique ou de la création littéraire, mais qu’à un degré d’élaboration intellectuelle beaucoup moins complexe, ils éclairent aussi le rapport aux livres eux-mêmes et les manières dont on peut en faire collection. Notre enquête remontera pour ce faire aux années 1630, c’est-à-dire à l’époque où se constitue une grande collection de livres qui, à notre connaissance, est la première dans laquelle on puisse repérer un nombre significatif de romans de chevalerie. Il s’agit de la bibliothèque de Gaston d’Orléans, frère de Louis XIII, laquelle a rejoint la Bibliothèque royale après la mort du prince en 1660, en vertu du legs que celui-ci avait fait en faveur de son neveu Louis XIV — de sorte que cette bibliothèque se trouve aujourd’hui presque intégralement conservée à la Bibliothèque nationale de France5.

  • 6 Voir G. Dethan, Gaston d’Orléans, Paris, 1959, p. 318-325, 444-446, et la notice consacrée à l’exe (...)

4L’un des traits les plus remarquables de cette bibliothèque est le contraste qu’on y remarque entre des livres qui ne partageaient manifestement pas le même statut au regard du collectionneur qui les avait réunis. C’est ainsi qu’on peut par exemple y noter la présence d’un ensemble très important de livres scientifiques modernes : on trouve là toutes les grandes œuvres de la révolution scientifique du XVIIe siècle (tous les grands textes de Kepler, de Galilée, etc.6). Ce fait est à mettre en relation avec les intérêts intellectuels de Gaston d’Orléans, dont la curiosité scientifique est bien connue. Ces livres se trouvent donc dans sa bibliothèque au titre de la transitivité de leur contenu, ils y sont appelés en vertu du savoir qu’ils transmettent. On pourrait en dire tout autant des nombreux traités d’art militaire (notamment des livres de fortification) possédés par ce prince. Mais il n’en est certainement pas de même de l’ensemble, plus discret mais loin d’être négligeable, d’œuvres littéraires françaises du Moyen Âge, représentées par des éditions de la fin du XVe siècle et du début du XVIe. La différence n’est pas ici entre les livres de fiction et les livres des savoirs disciplinaires, mais plutôt entre les livres acquis au titre d’une forme d’immédiateté et d’adhésion (d’ordre sémantique ou, pour les œuvres littéraires contemporaines, d’ordre esthétique) et les livres acquis dans la pleine conscience de leur appartenance au passé, dans le sentiment délibéré qu’ils sont déjà marqués par une forme de péremption : des livres devenant « sémiophores » selon le mot de Krzystof Pomian, délibérément considérés dans l’espacement du « temps jadis » et choisis par conséquent au titre de cet espacement, de l’épaisseur temporelle qu’ils opposent désormais à leurs lecteurs.

  • 7 Rappelons que le terme d’incunable était en effet loin d’être répandu au XVIIe siècle puisqu’il dé (...)

5On compte une cinquantaine d’œuvres littéraires françaises du Moyen Âge dans la bibliothèque de Gaston d’Orléans. Elles occupent une place déterminante parmi les livres anciens ou, comme on le disait au XVIIe siècle, les livres « en lettres noires » réunis dans l’ensemble de la collection, c’est-à-dire les livres imprimés en caractères gothiques et non en lettres rondes comme l’habitude s’en était majoritairement prise dans les années 1530. C’est ainsi que relèvent de la catégorie des textes littéraires médiévaux en français huit des quinze incunables qu’on y dénombre. Encore ce chiffre n’a-t-il qu’une vertu indicative : en lui-même il ne signifie rien, la catégorie bibliographique de l’« incunable » n’ayant aucune réalité pour Gaston d’Orléans et ses bibliothécaires7. Il serait ici beaucoup plus pertinent d’observer la répartition entre livres « en lettres noires » (incunables et post-incunables) et livres en lettres rondes. Or, bien que nous n’ayons pu effectuer un comptage systématique, il semble que la proportion de la littérature médiévale française parmi les livres ainsi imprimés soit beaucoup plus forte encore que le rapport de un pour deux indiqué par le seul repérage des incunables.

6Les textes qui composent cet ensemble se répartissent entre les différents genres littéraires pratiqués au Moyen Âge en langue vernaculaire, mais cette répartition est toutefois inégale. On y trouve des chroniques (Nicole Gilles, Symphorien Champier), des textes d’institution du prince (Orloge des Princes, Rosier des guerres), des encyclopédies (Vincent de Beauvais, Barthélemy l’Anglais), du théâtre (le Mystère de la Passion, impression du XVe siècle sur vélin, et cinq autres mystères publiés au début du XVIe siècle par les libraires parisiens débitant habituellement ce type de production : Michel Le Noir, la veuve Trepperel, Alain Lotrian, etc.), des œuvres poétiques allant du Roman de la Rose ou d’autres œuvres de poésie allégorique comme les trois Pélerinages de Guillaume de Digulleville jusqu’aux Grands Rhétoriqueurs tels que Guillaume Cretin et Jean Meschinot (avec une représentation particulièrement forte du Grand Rhétoriqueur tardif Jean Bouchet). Mais la catégorie de textes la plus abondante est celle des romans de chevalerie, dans laquelle nous relevons les éditions suivantes :

7 Tristan chevalier de la table ronde... Paris, Antoine Vérard, [vers 1506].

8[BnF, Réserve des livres rares, Rés. Y2. 64-65.

9 Le Livre de messire Cleriadus et Meliadice. Paris, Michel Le Noir, 1514.

10[BnF, Réserve des livres rares, Rés. Y2. 680.

11 Meliadus de Leonnoys... Paris, Denis Janot, 1532.

12[BnF, Réserve des livres rares, Rés. Y2. 56.

13• [Raoul Le Fèvre], Le Recueil des hystoires troyennes, où est contenu la généalogie de Saturne et de Jupiter son fils, avec leurs gestes et beaulx faits d’armes... Paris, Denis Janot, 1532.

14[BnF, Réserve des livres rares, Rés. Y2. 172.

15 L’Hystoire tres recreative traictant des faictz et gestes du noble et vaillant chevalier Theseus de Coulongne, par sa prouesse empereur de Romme, et aussi de son filz Gadifer empereur de Grece... Paris, Jean Longis et Vincent Sertenas, 1534.

16[BnF, Réserve des livres rares, Rés. Y2. 80-81.

17• Jean Maugin, dit le Petit Angevin, Histoire du noble Tristan, prince de Leonnois, chevalier de la Table ronde, et d’Yseulte, princesse d’Yrlande, royne de Cornouaille... Paris, Nicolas Bonfons, 1586.

18[BnF, Réserve des livres rares, Rés. Y2. 562.

19 La Description, forme et l’histoire du noble chevalier Berinus et du vaillant et tres chevaleureux champion Aygres de Laymant son fdz... Paris, Jean Bonfons, [s. d.].

20[BnF, Réserve des livres rares, Rés. Y2. 670.

21 L’Hystoire du noble tres preux et vaillant chevalier Beufves de Hantonn et de la belle Josianne s’amye... Paris, Jean Bonfons, [s. d.].

22[BnF, Réserve des livres rares, Rés. Y2. 673.

23 L’Hystoire des faitz et prouesses du vaillant chevalier Guerin par avant nommé Mesquin, filz de Millon de Bourgongne, lequel en son temps eut plusieurs grandes adventures tant en allant aux arbres du soleil et de la lune que au milieu des montaignes de Ytalie où il trouva la belle Sibille en vie et comment il fut porte par les diables en Purgatoire... Paris, Nicolas Chrestien, [s. d.].

24[BnF, Réserve des livres rares, Rés. Y2. 779.

  • 8 Voir ci-dessus, n. 5.

25À ces volumes, dont la provenance est clairement identifiable par la présence du monogramme de Gaston d’Orléans au dos des reliures, s’en ajoutent trois autres, où le monogramme est remplacé par une fleur de lys8 :

26 L’Histoire de tres noble et chevaleureux prince Gerard conte de Nevers et de Rethel... Paris, Philippe Le Noir, 1526.

27[BnF, Réserve des livres rares, Rés. Y2. 684.

28 S’ensuyt la conqueste du tres puissant empire de Trebisonde et de la spacieuse Asie, en laquelle sont comprinses plusieurs batailles tant par mer que par terre ensemble maintes triumphantes entrées de villes et princes dicelles decorees par stille poeticque et descriptions de pays avec plusieurs comptes d’amours... Paris, Jean Trepperel, [s. d.].

29[BnF, Réserve des livres rares, Rés. Y2. 578.

30 Cy commence le livre de messire Cleriadus filz au conte de Sture et de Meliadice fille au roy d’Engleterre... Paris, Philippe Le Noir, [s. d.].

31[BnF, Réserve des livres rares, Rés. Y2. 676.

32Il faut évidemment, avant de porter un jugement sur la présence de ces textes, garder à l’esprit que cette inégalité de répartition procède aussi d’un certain nombre de contraintes objectives liées à la disponibilité même des textes. Certaines œuvres ne figurent pas dans cette liste soit parce qu’elles n’ont simplement pas fait l’objet d’éditions imprimées à la fin du XVe siècle ou au début du XVIe, soit parce que dès l’époque de Gaston d’Orléans ces éditions imprimées étaient devenues trop rares pour que leur absence soit vraiment significative — à une époque, au demeurant, où le marché du livre rare était sinon inexistant, du moins balbutiant encore et très loin d’offrir une structure comparable à celle qu’il connaîtra un peu moins d’un siècle plus tard. Cette précaution critique étant prise, il semble qu’on puisse dire toutefois qu’en privilégiant les romans de chevalerie ainsi que la poésie des Grands Rhétoriqueurs et la poésie courtoise (on y trouve en particulier la grande anthologie publiée sous le titre de Jardin de plaisance) et en n’accordant en revanche presque aucune place à la littérature satirique ou facétieuse (les Droitz nouveaux de Guillaume Coquillart constituent la seule exception notable), la collection de Gaston d’Orléans retient du Moyen Âge une image très précise et clairement délimitée : image héroïque d’un temps jadis qui est tout « armes et amours ».

  • 9 Le poids de cette dédicace ne doit toutefois pas être surestimé. En elle-même, elle ne dit sans do (...)
  • 10 F. de La Noue, Discours politiques et militaires, éd. F. E. Sutcliffe, Genève, 1967, p. 161, cité (...)
  • 11 Voir C. K. Abraham, Gaston d’Orléans et sa cour : étude littéraire, Chapel Hill, The University of (...)

33On ne peut que relier ce constat à la culture du temps : Gaston d’Orléans a grandi à l’époque où s’achevait la publication du long cycle des Amadis de Gaule, commencé en 1540 mais dont le vingt-quatrième et dernier livre n’est publié qu’en 1615, et où, à la suite, se multiplient les adaptations et imitations comme celles de François de Rosset, auteur du Romant des chevaliers de la gloire (1612) et de L'Admirable histoire du chevalier du Soleil (1620), ou celles de Gilbert du Verdier, à qui l’on doit entre autres Le Romant des romans (1626-1629) et Les Amours et les armes des princes de Grèce (1628). C’est dans cette même veine chevaleresque qu’en 1629 Pierre de Marcassus fait paraître un Amadis de Gaule qu’il dédie précisément à Gaston d’Orléans9. Nombreux sont ainsi les témoins du développement d’un imaginaire chevaleresque pendant tout le premier tiers du XVIIe siècle, qui relaie l’habitude d’« amadiser » prise par l’aristocratie française au siècle précédent, selon l’expression de François de La Noue10. La production de cet imaginaire tient à un travail de représentation du Moyen Âge qui s’effectue selon deux modalités principales : d’un côté la réécriture, illustrée par les romans de Rosset, de Du Verdier et de leurs émules, dont les éditions sont souvent agrémentées de planches qui mêlent inextricablement les deux registres de l’épopée héroïque et de la fable pastorale, les combats de chevaliers et les enlèvements de bergères, à mi-chemin entre Amadis de Gaule, La Jérusalem délivrée et L’Astrée ; de l’autre côté, la mise en scène dans le cadre des fêtes de cour, du grand carrousel de 1612 jusqu’au Ballet des chevaliers errants représenté à Bruxelles pour Marie de Médicis en 1638 ou, la même année, le Ballet du mariage de Pierre de Provence et de la belle Maguelonne que Gaston d’Orléans fait représenter dans son hôtel à Tours et dans lequel il danse lui-même11.

  • 12 Bibliothèque nationale de France, département des Manuscrits, lat. 11877-11878.
  • 13 Ms. Lat. 11878, où l’on trouve quelques romans dans la section « Grammaire et poésies » aux f. 69v (...)
  • 14 Ms. Lat. 11877, f. 256v, paquets 322 et 323.

34Tel est donc le contexte dans lequel il semble qu’il faille évaluer la collection de « vieux romans » et de textes littéraires de la fin du Moyen Âge possédés par Gaston d’Orléans : la bibliothèque participe elle aussi de ce travail de représentation et accompagne la formation de l’imaginaire médiéval de l’âge classique, au-delà de la seule connaissance scientifique produite par les recherches des « antiquaires ». De fait, d’autres bibliothèques au milieu du XVIIe siècle attestent un goût comparable et un semblable engouement pour les romans de chevalerie. Faut-il citer le cas du chancelier Séguier ? La consultation de l’inventaire de sa bibliothèque rédigé en 1672 par les libraires Sébastien Cramoisy et Pierre Le Petit12 exige en effet d’avancer avec une certaine prudence dans la mesure où un grand nombre de textes français médiévaux y sont recensés dans la partie intitulée « Inventaire des miniatures ». Il serait par conséquent hasardeux d’en tirer des conclusions : le critère de choix esthétique de l’amateur de manuscrits à peintures brouille incontestablement l’image de la réception littéraire des textes eux-mêmes. Mais en dehors de cette liste particulière, on remarque dans l’inventaire de 1672 un nombre important de manuscrits médiévaux non enluminés parmi lesquels les romans de chevalerie abondent13, à quoi s’ajoutent encore quelques livres imprimés réunis en paquets où l’on trouve ensemble Giron le Courtois, Lancelot du Lac, L’Histoire de Tristan, « l’histoire de Jason » qui est sans doute Le Recueil des histoires et singularitez de la noble cité de Troye la grande, Perceforest, Flores de Grèce et Amadis de Gaule14.

  • 15 G. Tallemant des Réaux, Historiettes, éd. A. Adam, Paris, 1960, t. 1, p. 600.
  • 16 Inventaire et prisée des livres trouvés en la bibliotheque de hault et puissant seigneur Messire F (...)
  • 17 J. Robert, « La bibliothèque d’un grand seigneur au XVIIe siècle », dans XVIIe siècle, n° 115, 197 (...)

35Un autre exemple nous est fourni quelque vingt-cinq ans plus tôt par la bibliothèque du maréchal de Bassompierre, vendue à l’encan en 1646. De plus petite envergure que celle de Gaston d’Orléans, cette bibliothèque offre néanmoins un visage très comparable à de nombreux égards. Comme elle, elle fait une place notable à la littérature médiévale et témoigne par là d’un goût qui n’est sans doute pas étranger au mot de Tallemant des Réaux comparant Bassompierre au personnage de Bel Accueil dans le Roman de la Rose : « il estoit à la cour ce que Bel Accueil est dans le Roman de la Rose »15. Même si le catalogue imprimé à l’occasion de la vente, préparé par les libraires Sébastien Cramoisy et Jacob Chevalier16, ne permet de connaître que les ouvrages d’un format suffisant pour n’avoir pas été prisés collectivement en paquets, on peut y repérer une petite dizaine de livres dont il est précisé qu’ils sont imprimés en « lettres gothiques » : on rencontre là pour la poésie le Roman de la Rose, l’anthologie du Vergier d’honneur et les œuvres de Jean Bouchet, le recueil des Faicts maître Alain Chartier et plusieurs romans : Milles et Amis (édition parisienne non datée de Jean Petit), l'Histoire de Perceforest (édition de 1531), Lancelot du Lac (édition de 1533), qui voisinent avec, en lettres rondes cette fois-ci, les volumes d’Amadis, l’Histoire Palladienne de 1555 et les versions françaises des imitations espagnoles des romans arthuriens comme Palmerin d’Olive, Primaléon de Grèce, Gérard d’Euphrate, etc. Ce sont là les textes que Jean Robert avait de son côté repérés dans la bibliothèque du duc Antoine III de Gramont (1604-1678), où figuraient à la fois Lancelot du Lac, Perceforest et les volumes d’Amadis17.

  • 18 Voir A. Franklin, Les anciennes bibliothèques de Paris, t. 1, Paris, 1867, p. 154-157.

36Dans le même temps, un simple sondage effectué à partir des seules collections de la Bibliothèque nationale de France permet de mettre en évidence l’intérêt que prennent à cette même littérature, en y opérant le même type de choix, des collectionneurs d’un rang social moins élevé. Ainsi Henri du Bouchet, conseiller au Parlement de Paris, qui légua sa bibliothèque à l’abbaye de Saint-Victor en 165218. Comme Du Bouchet avait pour habitude d’inscrire la date d’acquisition sur la page de titre de ses livres, il est possible de reconstituer l’histoire de sa collection. Sous réserve d’une confirmation par une enquête plus systématique que celle que nous avons pu mener dans le cadre limité de notre sujet, Du Bouchet semble commencer à constituer une bibliothèque vers 1630. Dès ce moment il acquiert des poètes médiévaux (Coquillart en 1631, Jean Le Fèvre dit Matheolus en 1635), tandis que l’acquisition de romans de chevalerie semble plutôt se concentrer dans la décennie des années 1640. Un autre exemple est celui de Jean Ballesdens, un proche du chancelier Séguier qui fut sans doute le plus grand « curieux » de livres de sa génération. Contemporain de Gabriel Naudé et de son célèbre Avis pour dresser une bibliothèque mais collectionnant les livres sur de tout autres critères, Ballesdens amassa parmi les curiosités qui composaient sa bibliothèque un nombre important de « vieux romans », qui voisinaient notamment avec des éditions du théâtre français de la fin du Moyen Âge. Ses livres sont aujourd’hui dispersés dans de multiples bibliothèques publiques et collections privées. Mais on peut néanmoins relever, dans les seules collections de la Bibliothèque nationale de France, les titres suivants :

37 Baudoin, conte de Flandres... Chambéry, Antoine Neyret, 1489.

38[BnF, Réserve des livres rares, Rés. Y2. 289.

39• [Pierre Des Reys] La Genealogie avecques les gestes et nobles faits d’armes du tres preux et tres renommé Godefroy de Boulion... Paris, Michel Le Noir, 1511.

40[BnF, Réserve des livres rares, Rés. Y2. 89.

41• [Geoffroy de La Tour Landry] Le Chevalier de la Tour et le guidon des guerres... Paris, Guillaume Eustace, 1514.

42[BnF, Réserve des livres rares, Rés. Y2. 22.

43 L’Hystoire du sainct Greaal qui est le premier livre de la Table ronde. Paris, Jean Petit, Galliot du Pré et Michel Le Noir, 1516.

44[BnF, Réserve des livres rares, Rés. Y2. 23-24.

45 Cy commence Guy de Warvick, chevalier d’Angleterre... Paris, François Regnault, 1525.

46[BnF, Réserve des livres rares, Rés. Y2. 163.

47• Perrinet du Pin, La Conqueste de Grece faicte par le tres-preux Philippe de Madien. Paris, Galliot du Pré, 1527.

48[BnF, Réserve des livres rares, Rés. Y2. 160.

49 S’ensuit l’histoire de Ysaie le Triste filz Tristan de Leonnois chevalier de la Table ronde et de la royne Izeut de Cornouaille... Paris, Philippe Le Noir, 1528.

50[BnF, Réserve des livres rares, Rés. p. Y2. 2872.

51 Les Prophecies de Merlin...Paris, 1528.

52[BnF, Réserve des livres rares, Smith Lesouef Rés. 579.

53 S’ensuit le preux chevallier Artus de Bretaigne... Paris, Veuve Jean Trepperel, [s. d.].

54[BnF, Réserve des livres rares, Smith Lesouef Rés. 136.

55 Histoire de Galien Rhetoré... Paris, Nicolas Bonfons, [s. d.].

56[BnF, Réserve des livres rares, Rés. Y2. 595.

57 Milles et Amys... Paris, Alain Lotrian, [s. d.].

58[BnF, Réserve des livres rares, Rés. Y2. 697.

  • 19 P. Borel, Trésor des recherches et antiquitez gauloises et françaises, Paris, Augustin Courbé, 165 (...)

59Enfin on dispose, en plus du témoignage des collections elles-mêmes, d’un témoignage verbal apporté en 1655 par Pierre Borel dans le glossaire de l’ancien français qu’il a publié sous le titre de Trésor des recherches et antiquitez gauloises et françaises. L’ouvrage est dédié à Valentin Conrart qui, dans l’épître dédicatoire, est notamment remercié pour avoir mis sa bibliothèque à la disposition de l’auteur pour les besoins de ses recherches : « [Vous m’avez] laissé puiser dans votre curieuse bibliothèque, qui est une source féconde de livres rares imprimez et manuscrits, tout ce qui m’a esté nécessaire pour la composition de cet ouvrage, mais aussi de plusieurs autres que j’ay destinez au public »19.

  • 20 Marc Fumaroli rappelle en effet que « Conrart considéra très tôt [le groupe de la Table ronde] com (...)
  • 21 P. Borel, Trésor des recherches..., f. n4.
  • 22 J. Chapelain, De la lecture des vieux romans, dans Opuscules critiques, éd. A. Hunter, Paris, 1936 (...)

60Ce témoignage est d’autant plus intéressant que Borel est originaire de Castres, de confession protestante, et qu’à Paris ses relations sont celles de son compatriote et coreligionnaire Pellisson. On touche donc, à travers lui, au petit milieu littéraire de ce qu’on a appelé l’académie des Paladins de la Table ronde, dont les plus illustres représentants sont les deux amis Maucroix et La Fontaine. Aussi peut-on se demander si la bibliothèque de Conrart n’aurait pu servir d’arrière-boutique aux jeux littéraires de La Fontaine, de Maucroix et de leurs amis20. En tout état de cause, une phrase encore mérite d’être relevée dans le livre de Borel, là où il est dit, à la fin de la préface, que les « anciens manuscrits font la plus rare et la meilleure partie des bibliothèques de renom »21. On peut voir dans cette assertion comme l’aveu du fait que la littérature médiévale dans ses témoins anciens, manuscrits ou imprimés en lettres gothiques, a accédé au statut d’objet de collection. C’est d’ailleurs, à propos de Conrart très précisément, ce que confirme un passage du dialogue Sur la lecture des vieux romans de Jean Chapelain. Si l’on en croit ce texte de 1646 qui met en scène Chapelain lui-même, Gilles Ménage et Jean-François Sarasin, l’occasion du dialogue a été fournie par l’acquisition d’une édition « gothique » de Lancelot : un exemplaire en ayant été découvert à Dunkerque et rapporté à Paris chez Chapelain, celui-ci envisage de « le donn[er] à M. Conrart, qui le demande [...], et Dieu sait s’il en saura faire son profit avec le grand sens qu’il a et le bon goût qu’il lait paraître en ces matières. »22

  • 23 Voir à ce sujet les plus importantes ventes mentionnées par G. Berger, Aspekte der Rezeption..., p (...)
  • 24 Voir sur ces deux collectionneurs l’article de J. Viardot, « Naissance de la bibliophilie : les ca (...)
  • 25 Catalogue des livres de la bibliothèque de feu M.J.B. Denis Guyon, chevalier seigneur de Sardière. (...)

61C’est sur cette lancée du milieu du XVIIe siècle que le roman de chevalerie, désormais désigné comme objet de curiosité, devient bientôt, plus que la plupart des autres genres de la littérature médiévale (mais néanmoins à égalité avec le théâtre des mystères), un thème privilégié de la collection de livres au sens bibliophilique du terme. Il serait trop long de dresser la liste de tous les amateurs qui ont pu donner dans cette mode entre 1700 et 175023. Deux personnalités sont toutefois à signaler particulièrement dans la mesure où il s’agit de bibliophiles qui, sans avoir aucunement restreint leur champ de curiosité aux seuls romans de chevalerie, ont cependant cherché à donner dans leur collection un développement particulièrement ample à cette catégorie de textes : il s’agit de Jean-Pierre Imbert Châtre de Cangé, qui vendit son cabinet de livres rares en bloc à la Bibliothèque royale en 1733, et plus encore Denis Guyon de Sardière24 dont la collection fut dispersée en vente publique après sa mort, en janvier 1760, et dont le catalogue annonçait une collection de « romans, et sur tout de chevalerie, [qui] offre une des parties la plus complette qui ait encore paru dans les ventes »25. Le phénomène est alors à son acmé : au-delà, il semble qu’il n’ait plus le même dynamisme, qu’il se perpétue par le jeu d’une sorte de vitesse acquise ou par la passivité de pratiques de collection qui, parce qu’elles ont un caractère très social, ont aussi un caractère mimétique.

  • 26 R. Lanson, Le goût du Moyen Âge au XVIIIe siècle, Paris, 1926, p. 8.

62Ce rapide tableau de la présence des romans de chevalerie dans les collections françaises entre 1630 et 1750 appelle, pour conclure, à considérer avec une grande prudence une vulgate ancienne sur la tradition du roman de chevalerie au XVIIe siècle, qu’on trouvait exemplairement résumée en 1926 sous la plume de René Lanson : « Si, à la fin du XVIIe siècle, les lettrés et les mondains n’admiraient que les civilisations italienne ou antique, les traditions du Moyen Âge n’avaient pas disparu. Les récits familiaux entretenaient chez les nobles le souvenir des tournois dont le faste avait encore été évoqué en 1648 dans le Théâtre d’honneur de La Colombière. Les romans de chevalerie devenus contes de fées avaient toujours des lecteurs. Dans la Bibliothèque bleue, publication populaire, paraissaient Huon de Bordeaux, Mélusine, Les Quatre Fils Aymon, Les Conquêtes de Charlemagne, aventures de châtelains, de paladins et de géants, pleines de coups d’épée, d’histoires d’amour et d’enchantements »26. On ne peut en réalité réduire la situation à un tableau aussi monolithique, qui n’envisage la présence du roman de chevalerie que sous le régime de lecture de la Bibliothèque bleue ou d’un imaginaire nobiliaire qui serait celui du roman familial. Il y a au contraire une présence autre que sous la forme matérielle des éditions de colportage et une connaissance des romans de chevalerie autre que sous l’espèce d’une projection immédiate de soi dans le monde fictionnel qu’ils proposent, d’une manière qui revient à abolir la frontière du passé et du présent. Si l’on se reporte en effet au milieu du XVIIe siècle, il est intéressant de relever la coïncidence entre le moment où la littérature française du Moyen Âge et plus particulièrement le roman de chevalerie accèdent au statut d’objet de collection publiquement désigné et le moment où cette même littérature fait l’objet d’une série de jeux littéraires, qui sont d’ailleurs pour partie mentionnés par Pierre Borel : ce sont notamment ceux de Vincent Voiture (que cite Borel et dont le nom n’est pas sans renvoyer au milieu littéraire qui gravite autour de Gaston d’Orléans) et ceux des Paladins de la Table ronde, à quoi on pourrait ajouter aussi la manière drôle et distante dont sont évoqués en 1642 les souvenirs des « vieux romans » dans Le Page disgracié de Tristan L’Hermite, célèbre protégé de Gaston d’Orléans.

  • 27 J. Chapelain, De la lecture..., p. 209.
  • 28 Ibid., p. 220.
  • 29 Comme l’écrit Patrick Dandrey, « l’époque médiévale est placée [au XVIIe siècle] dans une relation (...)
  • 30 J. Chapelain, De la lecture..., p. 231.
  • 31 R. Barthes, Roland Barthes par Roland Barthes, Paris, 1995, p. 55.

63Ces différents jeux avec la tradition littéraire médiévale accentuent le rapport ludique au Moyen Âge qui se manifestait dans les ballets de cour pour inventer un rapport ironique, fait de distance et de proximité à la fois : un rapport d’« étrangement » qui est aussi celui qu’on trouve inscrit au cœur du dialogue De la lecture des vieux romans de Chapelain. Car ce dialogue ne se contente pas de souligner l’intérêt que présente le Lancelot et autres romans du même genre pour une histoire de la langue française (« Vous aurez le plaisir d’y voir des mots si vieux qu’ils en sont tout usés, qu’ils sont morts dans la langue, qu’ils ne sont point intelligibles ou qu’ils ne le sont que par ce qui va devant, ou par ce qui vient après »27), pas plus qu’il ne s’arrête à rappeler la somme d’informations qu’est susceptible d’y recueillir l’historien des mœurs (« ces vieux romans nous peignent au naturel les mœurs et coutumes de ces mêmes siècles »28) : son véritable tour de force consiste à dépasser toutes ces justifications historiques au nom d’une faculté documentaire offerte à la science des « antiquaires » pour découvrir, au-delà, une véritable beauté à ces romans sans rien renier de leur « gothisme »29 et en affirmant nettement le caractère irrecevable, au regard des exigences éthiques et esthétiques du XVIIe siècle, d’un mode de fiction qui échappe aux deux critères de la bienséance et de la vraisemblance — car les héros s’y font justice eux-mêmes comme de vulgaires brigands, les femmes, d’une étonnante facilité, y pratiquent l’amour « à la naturelle »30, et les enchantements et interventions magiques y abondent. C’est donc que la beauté de ce genre de romans et le plaisir qu’ils procurent n’adviennent qu’en éprouvant aussi leur impossible assimilation et leur irréductible éloignement, finalement dérobé à toute forme de domestication par la science des historiens. Le plaisir de lire est ici celui qui est pris à la nostalgie des choses mortes et ne cherche pas d’abord sous les mots « tout usés » une histoire de la langue mais s’arrête à la puissance pathétique de leur usure même pour y découvrir, comme eût dit Barthes, « le terme d’une langueur »31.

  • 32 C’est ainsi que l’avertissement liminaire de la vente Guyon de Sardière insiste fortement sur la d (...)
  • 33 Sur cette différence, voir le chapitre inaugural du livre de G. Didi-Huberman, L’Image survivante  (...)

64Le témoignage de Pierre Borel sur la bibliothèque de Conrart et le « bon goût » de son possesseur paraît à cet égard d’autant plus précieux qu’il invite à ne pas séparer la pratique de collection de la pratique littéraire qui, en ce même milieu du XVIIe siècle, s’attache aux formes du passé. Et c’est peut-être par là, et à l’occasion du roman de chevalerie tout particulièrement, que commence à s’esquisser une forme proprement moderne de l’acte de collectionner, dont la caractéristique serait la suivante : faire en sorte que les livres et les textes anciens ne soient pas, ou du moins qu’ils ne soient pas seulement, les témoins d’une histoire, mais qu’ils soient aussi le lieu où s’éprouve la couleur d’un passé — en un mot, faire de la collection de livres un acte esthétique. Tout l’intérêt de cette esthétisation, qui se tient à égale distance de l’absorption dans la fiction et de l’objectivation de cette même fiction dans la construction d’un savoir historique ou philologique32, est de dessiner une forme originale de réception qui revendique le passé en tant qu’il est passé mais ne le neutralise pas pour autant : une forme de réception, par conséquent, qui fait de la présence des choses passées une présence paradoxale, leur donnant vie sans les faire exactement revivre. Car il n’y a pas ici de « revival » mais une simple survivance33, de même qu’il n’y a pas histoire mais simple mémoire. Aussi pourrait-on dire que, dans ce contexte particulier, le monde du roman de chevalerie ne continue d’exister qu’à la condition d’être déjà mort : il faut que les chevaliers aient cessé de chevaucher dans la nature, parmi les forêts de Bretagne et d’ailleurs, pour que leurs fantômes puissent habiter la culture. Aux chevaliers errants des temps héroïques succèdent alors des chevaliers qui hantent notre mémoire.

Notes

1 N. Edelman, Attitudes of Seventeenth-Century France toward the Middle Ages, New York, King’s Crown Press, 1946.

2 M. Fumaroli, « La Fontaine et la Table ronde », dans La Fontaine et le Moyen Âge. Actes du colloque de Reims, 5-6 juin 1998, n° spécial du Fablier, 10, 1998, p. 17-19, à la p. 17.

3 Voir les témoignages en ce sens réunis par N. Edelman, Attitudes of Seventeenth-Century..., p. 315-319.

4 Honoré d’Urfé, L’Astrée, deuxième partie (1610), épître de l’auteur au berger Céladon : « Car on dit maintenant qu’aymer comme toy, c’est aymer à la vieille Gauloise, et comme faisoient les chevaliers de la Table Ronde, ou le Beau Ténébreux. » (éd. H. Vaganay, t. 2, Lyon, 1926, p. 4).

5 Sa reconstitution est néanmoins rendue difficile à la fois par l’absence d’un inventaire global et par la dispersion des livres dans l’ensemble des fonds de la bibliothèque : les volumes ne sont plus aujourd’hui identifiables que par leurs reliures, pour la plupart en veau fauve ornées au dos du monogramme du prince (voir E. Olivier, G. Hermal et R. de Roton, Manuel de l'amateur de reliures armoriées françaises, t. 27, Paris, 1934, n° 2560). Une difficulté supplémentaire tient, en outre, au fait que tous les volumes n’ont pas été marqués du monogramme : bien que nous n’ayons aucune preuve formelle pour appuyer cette affirmation, nous avons acquis la conviction que proviennent également de la bibliothèque de Gaston d’Orléans des volumes semblablement reliés en veau fauve sur le dos desquels le monogramme, sans doute parce qu’il était trop large pour leur mince épaisseur, a été remplacé par une simple fleur de lys.

6 Voir G. Dethan, Gaston d’Orléans, Paris, 1959, p. 318-325, 444-446, et la notice consacrée à l’exemplaire des Harmonices mundi libri V de Kepler dans le catalogue de l’exposition Des livres rares depuis l’invention de l’imprimerie, dir. A. Coron, Paris, Bibliothèque nationale de France, 1998, n° 97, p. 130.

7 Rappelons que le terme d’incunable était en effet loin d’être répandu au XVIIe siècle puisqu’il dérivait de l’expression prima typographiae incunabula utilisée en 1640 seulement par Bernhard von Mallinckrodt dans son De ortu et progressu artis typographiae. Voir D. Hillard, « Incunable », dans Dictionnaire encyclopédique du livre, t. 2, Paris, 2005, p. 547-549.

8 Voir ci-dessus, n. 5.

9 Le poids de cette dédicace ne doit toutefois pas être surestimé. En elle-même, elle ne dit sans doute rien d’un goût particulier que le frère du roi aurait eu pour ce type de récits et sa signification est sans doute plus sociale qu’idéologique, à la manière des dédicaces qui figurent en tête des différentes parties du Romant des romans, adressées à de grands personnages en vertu de la position éminente qu’ils occupent et du pouvoir qu’ils exercent, comme Sully ou Alexandre de Vendôme, Grand Prieur de France.

10 F. de La Noue, Discours politiques et militaires, éd. F. E. Sutcliffe, Genève, 1967, p. 161, cité par V. Benhaim, « Les Thrésors d’Amadis », dans Les Amadis en France au XVIe siècle, Paris, 2000 (Cahiers V.L. Saulnier, 17), p. 157-181, à la p. 168.

11 Voir C. K. Abraham, Gaston d’Orléans et sa cour : étude littéraire, Chapel Hill, The University of Carolina Press, 1964, p. 87.

12 Bibliothèque nationale de France, département des Manuscrits, lat. 11877-11878.

13 Ms. Lat. 11878, où l’on trouve quelques romans dans la section « Grammaire et poésies » aux f. 69v (« Roman de Renault ») et 70v (« Histoire du Roy Artur », « Histoire des quatre fils Aymond », « Roman de la belle Helaine donné à Monsieur Faure par Monsieur Rangueil lieutenant general de Vallois en 1624 ») et un nombre beaucoup plus important dans le « Mémoire des livres manuscrits françois qui ne sont point compris dans l’inventaire » qui occupe les f. 88v-94v et compte au total 183 numéros. L’« Inventaire des miniatures » occupe quant à lui les f. 95-106v et contient 262 numéros. On y trouve par exemple un Lancelot (n° 159), un Merlin (n° 162), un Giron le Courtois (n° 191).

14 Ms. Lat. 11877, f. 256v, paquets 322 et 323.

15 G. Tallemant des Réaux, Historiettes, éd. A. Adam, Paris, 1960, t. 1, p. 600.

16 Inventaire et prisée des livres trouvés en la bibliotheque de hault et puissant seigneur Messire François de Belleforest chevalier des Ordres du Roy, Mareschal de France, et Colonel general des Suisses... [Paris, 1646]. La vente eut lieu du 25 au 31 octobre et le 4 novembre 1646.

17 J. Robert, « La bibliothèque d’un grand seigneur au XVIIe siècle », dans XVIIe siècle, n° 115, 1977, p. 66, cité par G. Berger, « Aspekte der Rezeption des mittelalterlichen Romans im 17. Jahrhundert », dans éd. R. R. Grimm, Mittelalter-Rezeption : zur Rezeptionsgeschichte der romanischen Literaturen des Mittelalters in der Neuzeit, Heidelberg, 1991, p. 89-109, à la p. 91.

18 Voir A. Franklin, Les anciennes bibliothèques de Paris, t. 1, Paris, 1867, p. 154-157.

19 P. Borel, Trésor des recherches et antiquitez gauloises et françaises, Paris, Augustin Courbé, 1655, f. ā3v. Sur la bibliothèque de Conrart, voir les autres témoignages du temps cités par N. Schapira, Un Professionnel des lettres au XVIIe siècle : Valentin Conrart, une histoire sociale, Seyssel, 2003, p. 291-292.

20 Marc Fumaroli rappelle en effet que « Conrart considéra très tôt [le groupe de la Table ronde] comme un vivier de renouvellement pour l’Académie française » (La Fontaine et la Table ronde..., p. 18).

21 P. Borel, Trésor des recherches..., f. n4.

22 J. Chapelain, De la lecture des vieux romans, dans Opuscules critiques, éd. A. Hunter, Paris, 1936, p. 205-241, à la p. 209.

23 Voir à ce sujet les plus importantes ventes mentionnées par G. Berger, Aspekte der Rezeption..., p. 108 (ventes Du Fay en 1725, comte de Toulouse en 1726, Hoym en 1738, Estrées en 1740, Giraud de Moucy en 1753) et les relevés faits par Helwi Blom, dont l'enquête, menée essentiellement sur les éditions de la Bibliothèque bleue, excède toutefois cette seule catégorie éditoriale : « La présence de romans de chevalerie dans les bibliothèques privées des XVIIe et XVIIIe siècles », dans éd. T. Delcourt, E. Parinet, La Bibliothèque bleue et les littératures de colportage, Paris, 2000, p. 51-67.

24 Voir sur ces deux collectionneurs l’article de J. Viardot, « Naissance de la bibliophilie : les cabinets de livres rares », dans Histoire des bibliothèques françaises, Paris, 1989-1992, t. 2, p. 269-290, et, sur Cangé, J.-M. Chatelain, La bibliothèque de l’honnête homme : livres, lecture et collections en France à l’âge classique, Paris, 2003, p. 161-197.

25 Catalogue des livres de la bibliothèque de feu M.J.B. Denis Guyon, chevalier seigneur de Sardière..., Paris, Barrois, 1759, avertissement liminaire.

26 R. Lanson, Le goût du Moyen Âge au XVIIIe siècle, Paris, 1926, p. 8.

27 J. Chapelain, De la lecture..., p. 209.

28 Ibid., p. 220.

29 Comme l’écrit Patrick Dandrey, « l’époque médiévale est placée [au XVIIe siècle] dans une relation de pleine altérité : voisine sans doute, mais essentiellement différente, autonome et spécifique » (« La Fontaine et l’imaginaire médiéval », dans La Fontaine et le Moyen Âge..., p. 83-88, à la p. 87).

30 J. Chapelain, De la lecture..., p. 231.

31 R. Barthes, Roland Barthes par Roland Barthes, Paris, 1995, p. 55.

32 C’est ainsi que l’avertissement liminaire de la vente Guyon de Sardière insiste fortement sur la dimension d’« amusement » qui a présidé à la collection : « Feu M. de Sardière s’étoit fait, pendant le cours de sa vie, un amusement de composer la collection des livres dont on donne le catalogue au public. Il ne chercha pas à former une bibliothèque étendue sur toutes les matières ; mais un cabinet d’un homme du monde, qui veut se délasser et s’instruire. Par le choix des livres rares et curieux qu’il avoit amassés, nous jugeons de son goût en ce genre. En parcourant toutes les classes différentes dans ce catalogue, on trouvera des objets capables de piquer la curiosité des bibliophiles. »

33 Sur cette différence, voir le chapitre inaugural du livre de G. Didi-Huberman, L’Image survivante : histoire de l’art et temps des fantômes selon Aby Warburg, Paris, 2002.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search