Version classiqueVersion mobile

Mémoire des chevaliers

 | 
Isabelle Diu
, 
Élisabeth Parinet
, 
Françoise Vielliard

Qu’est-ce que le « roman de chevalerie » ? Préhistoire et histoire d’une formule

Françoise Vielliard

Texte intégral

  • 1 Récits d’amour et de chevalerie (XIIe-XVe siècles), éd. D. Régnier-Bohler, Paris, Laffont, 2000 (B (...)

1Il y a sans doute un brin de provocation dans le choix du titre de ce colloque car aucun médiéviste n’ose aujourd’hui parler de « roman de chevalerie » pour désigner l’objet de ses études, voire de sa passion : l’anthologie publiée dans la collection Bouquins en 2000 s’intitule modestement « Récits d’amour et de chevalerie »1.

  • 2 Voir sur cette question la communication d’Ursula Bähler.

2Les définitions données par les dictionnaires contemporains, qui reposent toutes sur celle de Littré, sont cependant unanimes d’une part pour affirmer l’appartenance au genre romanesque du « roman de chevalerie » (d’où dans de nombreux dictionnaires une définition donnée à la fois sous la rubrique chevalerie et sous la rubrique roman) et d’autre part pour ancrer son action dans un Moyen Âge plus ou moins mythique dans lequel les héros sont obligatoirement des chevaliers. Les définitions qui en sont aujourd’hui données ignorent d’autre part généralement la typologie des œuvres narratives médiévales, mise en place dès la seconde moitié du XIXe siècle dans les histoires de la littérature, qui oppose sur des critères formels la chanson de geste au roman dit courtois2 :

  • Littré 3 [article chevalerie] Romans de chevalerie : romans où sont décrits les exploits, les caractères, les mœurs, les amours des chevaliers tels que l’imagination les avaient idéalisés.
  • Hatzfeld et Darmesteter 4 [article chevalerie] Romans de chevalerie : œuvres d’imagination où l’on racontait des aventures héroïques, amoureuses, des chevaliers.
  • Grand Larousse encyclopédique, éd. 1960 [article chevalerie] Roman de chevalerie, nom donné aux œuvres narratives en prose où furent reprises — et altérées au cours des siècles — les aventures des chansons de geste et des romans courtois des XIIe et XIIIe siècles.
  • Robert 5 [article chevalerie] Roman de chevalerie : nom donné après le Moyen Âge aux romans courtois et aux chansons de geste.
  • Trésor de la langue française 6 [article chevalerie] Roman de chevalerie : œuvre relatant la vie des chevaliers.
  • Alain Rey, Dictionnaire historique de la langue française, 1992 [article chevalerie] Le mot avec un décalage historique passe de la réalité à la littérature avec les romans de chevalerie rédigés aux XVe-XVIe siècles d’après les aventures des chansons de geste et des romans courtois et lus jusqu’au début du XIXe siècle dans la Bibliothèque bleue.
  • Dictionnaire de l’Académie française 7 [article chevalerie] Romans de chevalerie où sont décrites les mœurs, les aventures, les amours des chevaliers.
  • Dictionnaire culturel en langue française sous la direction d’Alain Rey, Paris, 2005 [article chevalerie] Romans de chevalerie : œuvres d’imagination où sont décrits les exploits, les mœurs, les amours des chevaliers.
  • 8 Je dois ces références, ainsi que de précieuses indications sur la théorie du genre romanesque aux (...)

3L’invention de la formule est attribuée à Charles Sorel, dans son Berger extravagant, composé de quatorze livres. À chaque livre correspondent des Remarques qui commentent le récit et les procédés narratifs et/ou théorisent sur la fiction romanesque8 :

Le Berger extravagant. Livre X (Paris, T. du Bray, 16271, Paris, T. du Bray, 16332 vol. 2, p. 415) : « Or il faut que tu sçaches qu’ayant déja assez dedié de livres dans ce Royaume, il va ainsi de pays en pays chercher de nouveaux Dieux pour ses offrandes, et l’on dit qu’un de ces jours il ira presenter à Betlem Gabor un Roman de Chevalerie errante... »
* Remarques sur le livre 10 (16271, 16332 vol. 2, p. 471) : « Si l’on dit qu’un Autheur va presenter un Roman de Chevalerie errante à Betlem Gabor, pour lui apprendre la milice, c’est une raillerie, en ce que ce Prince est un des grands guerriers de ce siecle ; et que ces livres monstrueux où l’on ne void que des combats contre des Geans ou des diables, sont si inutiles qu’ils ne peuvent servir n’y aux hommes de lettres, ny aux hommes d’espée, n’ayans point de paroles bien arrengées ny de bons preceptes pour la guerre. »
Livre 14 (16271, 16332 vol. 2, p. 844) : « L’Autheur [Vital d’Audiguier dans son Histoire trage-comiqae, ou les aventures de Lisandre, 1615] ne nous dit point si cela se faisoit par artifice ou par un vray enchantement, car il ne le sçavoit pas luy mesme, et son dessein estoit seulement de continuer son style de Chevalerie. »
* Remarques sur le livre 14 (16271, 16332 vol. 2, p. 1102-1103) : « D’ailleurs quand le livre de Dom Quixote seroit extremement plaisant, il n’en serait pas meilleur pour cela puisque toutes ses railleries n’attaquent pas les Romans de Chevalerie comme ce doit estre son dessein, tellement qu’à dire la verité, ce ne sont proprement que des chimeres inutiles ; et je gageray bien que je mettray en cinq ou six pages tout ce qui sert dedans ce livre contre ceux qu’il attaque. »

  • 9 C. Sorel, Bibliothèque françoise, Paris, 1664. Voir J.-P. Leroy, « La littérature médiévale dans l (...)

4Sorel réutilisera la formule pour le titre du Chapitre VIII de sa Bibliothèque françoise : « Des romans de chevalerie »9.

5Il y a donc à s’interroger sur l’émergence puis l’évolution à la fois de la formule et de son contenu sémantique, entre l’anathème jeté par Montaigne :

  • 10 M. de Montaigne, Œuvres complètes, textes établis par A. Thibaudet et M. Rat, Paris, 1962, t. 1, p (...)

Car des Lancelots du Lac, des Amadis, des Huons de Bordeaus et tel fatras de livres à quoy l’enfance s’amuse, je n’en connoissois pas seulement le nom...10.

  • 11 Germaine de Staël, De l’Allemagne, Chronologie et introduction par Simone Balayé, Paris, 1967 (Gar (...)
  • 12 Pour une présentation synthétique de la perception du Moyen Âge du XVIe au XVIIIe siècle, voir A. (...)
  • 13 M. Stanesco, M. Zink, Brève histoire européenne du roman médiéval. Esquisse et perspective, Paris, (...)

6et la réhabilitation de l’époque romantique qui, avec Madame de Staël11, déclare « préférer la littérature fondée sur les souvenirs de la chevalerie, sur le merveilleux du Moyen Âge, à celle dont la mythologie des grecs est la base ». Mon propos s’inscrit à la suite d’autres études qui ont largement défriché le terrain12 et est centré sur la France ; il devrait évidemment être complété par une perspective européenne13.

LE MOYEN ÂGE : LES « CONTES VAINS ET PLAISANS »

7Le syntagme « roman de chevalerie » que l’histoire littéraire utilise pour nommer un genre supposé hérité du Moyen Âge n’est pas médiéval.

1. Roman ?

  • 14 Sur les variations de sens du mot roman, voir entre autres M. Stanesco, « Chrétien de Troyes et le (...)
  • 15 L. Delisle, Le cabinet des manuscrits de la Bibliothèque impériale, 3 vol. et un album, Paris, 186 (...)
  • 16 Somme, com. et cant. Saint-Valéry-sur-Somme.

8Le Moyen Âge utilise le mot roman prioritairement pour désigner la langue romane par opposition au latin14. Un témoignage éclatant en est fourni par le répertoire méthodique de la Libraria magna de la bibliothèque de la Sorbonne15 qui regroupe les quelques ouvrages écrits en français qu’elle possède sous la rubrique « romancia16 vel libri in gallico ». De cette première utilisation découle l’emploi du mot roman pour désigner un ouvrage composé en langue romane et en premier lieu une traduction ; le Roman de Caton désigne une des traductions des Disticha Catonis ; le Roman de Dieu et de sa mère est le titre d’un choix d’épisodes tirés de l’Ancien et du Nouveau Testament traduits au XIIe siècle par Herman de Valenciennes... Roman dans la désignation d’une œuvre en langue romane peut alors permuter avec livre, estoire, conte et, lorsqu’il est déterminé, c’est généralement par le nom de son « héros », Roman de Perceforest, de la Rose, de Troie...

9Le témoignage des inventaires de bibliothèques confirme celui des titres que portent les œuvres dans les manuscrits qui les conservent. On trouve par exemple dans l’inventaire dressé au XIVe siècle de la bibliothèque du château de La Ferté, dans le Ponthieu, constituée de quarante-six volumes, ce qui en fait une bibliothèque relativement importante pour son époque :

  • 17 C. de Beaurepaire, « Bibliothèque du château de La Ferté en Pontieu au XIVe siècle », dans Bibliot (...)

Item, un romant de le geste des rois de Franche [peut-être une continuation en français des Grandes chroniques de France].
Item, la vie le seint roy Louis [dont la langue n’est pas précisée mais il s’agit vraisemblablement du texte latin de Guillaume de Saint-Pathus].
Item, le romant de Troies [dont il est impossible de déterminer s’il s’agit de l’œuvre en vers de Benoît de Sainte-Maure ou d’une de ses nombreuses mises en prose]17.

  • 18 The Anglo-Norman Alexander (Le roman de toute chevalerie) by Thomas de Kent, edited by B. Foster, (...)
  • 19 Raoul de Houdenc : le roman des eles. The anonymous ordene de chevalerie. Critical editions with i (...)

10Les déterminations par un nom abstrait sont relativement rares ; aucun texte en tout cas ne se revendique comme roman de chevalerie. Le texte que l’histoire littéraire contemporaine connaît sous le nom de Roman de toute chevalerie est un récit de la vie et des aventures d’Alexandre le Grand composé en laisses d’alexandrins entre 1175 et 1185 par Thomas de Kent. L’éditeur du texte, Brian Foster18, a utilisé ce titre qui Figure dans les colophons de deux manuscrits interpolés, mais il a fait remarquer que ce titre ne remontait pas à l’auteur et découlait de la forme interpolée du texte. Deux textes de la littérature française médiévale traitent en revanche de façon allégorique des qualités nécessaires au parfait chevalier, le Roman des eles et l’Ordene de chevalerie19. Dans le Roman des eles, Raoul de Houdenc expose, au début du XIIIe siècle, les vertus majeures, symbolisées par deux ailes, Largesse et Courtoisie, chacune de ces ailes étant elle-même subdivisée en sept pennes (« plumes ») consacrées aux différentes qualités du chevalier. Au début du texte, l’auteur évoque la matière dont il va parler :

Por ce me plaist en mon romans
Ke des chevaliers vos comans
Noviauz moz, u ilh poront prendre
Exemple et cortoisie aprendre.

11Et livre à la fin de son œuvre le titre qu’il entend lui donner :

  • 20 U. Mölk, Französische Literästhetik des 12. und 13. Jahrunderts, Prologe - Exkurse - Épilogue, Tüb (...)

Lairai je que non ne li mete
A cest romans ? par foit, je non :
Li romans des eles ait non20.

2. Contes « vains et plaisans »

12La seule typologie des discours narratifs que le Moyen Âge français nous ait léguée est la trilogie bien connue et souvent commentée que Jean Bodel (1165-1210) a énoncée au début de sa Chanson des Saisnes :

  • 21 J. Bodel, La chanson des Saisnes, éd. A. Brasseur, 2 vol. , Genève, 1989 (Textes littéraires franç (...)

Ne sont que trois materes a nul home vivant :
De France et de Bretaigne et de Ronme la grant ;
Ne de ces trois materes n’i a nule samblant.
Li conte de Bretaigne si sont vain et plaisant
Et cil de Ronme sage et de sens aprendant
Cil de France sont voir chascun jour aparant21.

13Semblent ainsi opposés les contes de Bretagne (les romans arthuriens), qui sont vains et plaisants, à ceux de France (les chansons de geste et l’histoire de France) qui sont véridiques, et à ceux de Rome (l’héritage antique), savants et instructifs. Robert Guiette a souligné l’importance de l’association du plaisir et de la vanité dans l’appréciation que les lecteurs médiévaux pouvaient avoir des romans arthuriens :

  • 22 R. Guiette, « Li conte de Bretaigne sont si vain et plaisant », dans Romania, n° 88, 1967, p. 10.

Doublée de signification et de symboles, la fiction, aventure et héros, séduit le lecteur par tout ce qu’elle lui donne à penser, à chercher, à imaginer... Trop mondaine, trop profane, trop imaginaire, trop mystérieuse, trop futile, trop frivole, l’œuvre pousse le lecteur aux extravagances de ces héros, à leur démesure, et fait rêver de choses voluptueuses et troubles. Cette ambiguïté justifie l’épithète de « vaine »22.

  • 23 Composé à la fin du XIIe siècle, ce roman d’amour et d’aventures a joui durant tout le Moyen Âge d (...)

14La frivolité, la propension au mensonge de la littérature narrative d’imagination en langue vulgaire a été dénoncée tout au long du Moyen Âge. Cette dénonciation fait partie des passages obligés des prologues, au premier chef de ceux des textes en langue vulgaire qui cherchent à se présenter comme sérieux. Ainsi, Denis Piramus (fin du XIIe siècle), dans le long prologue qui introduit sa vie de saint Edmond (roi d’East Anglia de 855 à 870), après avoir évoqué sa jeunesse consacrée à composer des « serventeis, chanceunettes, rimes, saluz » (v. 6-7) et son désir de mettre sa plume au service d’une œuvre « ke mult mieldre est e plus nutable » (v. 21), ne manque pas de dénoncer le succès de ses concurrents littéraires, l’auteur de Partonopeus de Blois23 (v. 25-34) ou Marie de France :

  • 24 D. Piramus, La vie seint Edmund le rei, poème anglo-normand du XIIe siècle, publié avec introducti (...)

E dame Marie autresi,
Ki en rime fist et basti
E compassa les vers de lais
Ke ne sunt pas del tut verais ;
E si en est ele mult loee
E la rime par tut amee
Kar mult l’aiment, si l’unt mult cher
Cunte, barun e chivaler24.

15Mais c’est pour mieux vanter sa propre composition, aussi agréable à entendre mais de meilleur profit spirituel :

  • 25 D. Piramus, La vie..., v. 60-65.

Jeo vus dirrai par dreite fei
Un deduit qui mielz valt asez
Ke ces autres que tant amez
E plus delitable a oïr.
Si purrez les aimes garir
E les cors garantir de honte25.

16Plus significatifs de la réprobation touchant la littérature d’imagination sont les textes de théologie morale, comme le Miroir du monde, traité anonyme des vices et des vertus composé vers 1270 qui, sous la rubrique « Despit », associe dans le même anathème ceux qui jouent aux dés, ceux qui se complaisent aux spectacles des rues, et ceux qui prennent plus de plaisir à écouter les « longues fables » des aventures de Perceval ou de Roland et Olivier qu’à assister à la messe :

  • 26 Cité d’après le manuscrit Paris, Bibl. nat. de Fr., fr. 1109, fol. 203 par C.-V. Langlois, La vie (...)

Chil sont fol qui rient et truffent devant le corps Jesus Christ et sa douche mere... et chil qui onques ne truevent courte messe ne longe fable, qui plus volontiers oent de Perceval ou de Rolant et d’Olivier, et juent as tables ou as dés, ou vont veoir I sot ou I singe ou I enfaumenteur [illusioniste], u maint grans pechiés gist26.

  • 27 M. Stanesco, D’armes et d’amour... [contient de nombreuses occurrences de l’association verbale de (...)

17On remarquera que sont mis sur le même plan et traités avec le même mépris les aventures de Perceval (soit la matière de Bretagne selon la typologie de Jean Bodel) et celles de Roland et d’Olivier (soit la matière de France). La distinction formelle qui existait entre la laisse de décasyllabes ou d’alexandrins dans laquelle se chantait la chanson de geste, et le couplet d’octosyllabes dans lequel se disait le roman courtois vole d’ailleurs en éclats à partir du XIIIe siècle avec les mises en prose des romans arthuriens et courtois, puis de la matière épique, et la devise de ces proses romanesques, quelle que soit leur forme d’origine, est désormais « d’armes et d’amour »27.

18Mais ces histoires futiles et mensongères procurent à leurs lecteurs médiévaux et, bien sûr en partie pour cette raison, le plaisir de la lecture. On lit, au Moyen Âge comme aujourd’hui, pour s’instruire mais aussi pour s’esbatre, pour se distraire. Froissart l’a très joliment évoqué dans le prologue de l’Espinette amoureuse. On sait que le point de départ de ce récit du premier amour de Froissart, composé vers 1369 et qui insère dans sa trame narrative des pièces lyriques, a pour objet un échange de livres entre la demoiselle et lui-même. La première rencontre de l’auteur/amant avec la demoiselle interrompt la lecture de celle-ci :

  • 28 Jean Froissart. L’Espinette amoureuse, édition avec introduction, notes et glossaire par A. Fourri (...)

Droitement sur l’eure de prime
S’esbatoit une damoiselle
Au lire I rommanc. Moi vers elle
M’en ving et li dis doucement :
« Par son nom ce rommanc comment
L’appelles vous, ma belle et douce ? »
Elle cloÿ atant la bouce,
Sa main dessus le livre adoise ;
Lors respondi comme courtoise
Et me dist : « De Cleamodés
Est appelles. Il fu bien fes
Et dittés amoureusement »28.

3. Les mises en prose de la fin du Moyen Âge

  • 29 C.-E. Pickford, L'évolution du roman arthurien en prose vers la fin du Moyen Âge d’après le manusc (...)
  • 30 Manuscrit Aberystwyth, N.L.W., Williams 532 (XIVe siècle), cité dans C.-E. Pickford, L’évolution.. (...)
  • 31 Manuscrit Paris, Bibl. nat. de Fr., fr. 336, fol. 354d (terminé en 1400), cité ibid., p. 132.
  • 32 Manuscrit Vatican, Bibl. vat., Reg. lat. 727, fol. 1 (XVIe siècle), cité ibid., p. 132.

19Au XVe siècle, roman semble s’effacer dans les titres devant livre ou hystoire29, même dans un contexte nettement fictionnel. Les nombreux manuscrits du Tristan en prose offrent des échantillons significatifs des titres que les copistes lui ont donnés. On peut citer au hasard le Livre de monseigneur Tristan, filz le roy Meliadus de Leonnois30, le Roumant de Tristan et de Yseut31, le Livre de l’Ystoire du Saint Graal et de Tristan32. Et les éditeurs du XVIe siècle feront un large usage des appellations histoire voire chronique pour désigner les « romans » médiévaux comme en témoigne l’Histoire et ancienne chronique de Gerard d’Euphrate, duc de Bourgogne, publiée à Paris, en 1549.

20Une caractéristique plus importante de ces grandes mises en prose de la fin du Moyen Âge qui vont alimenter une partie du stock des « romans de chevalerie » est d’afficher clairement une visée didactique, peut-être en réponse discrète à l’accusation de vanité. Il suffirait de renvoyer à la compilation faite par Michel Gonnot (Paris, Bibl. nat. de Fr., fr. 112) pour Jacques d’Armagnac, duc de Nemours. Elle est, à l’image de ce que seront plus tard les volumes de la Bibliothèque des romans, une compilation de romans arthuriens en prose, faite d’extraits et de résumés. Or une part importante du prologue est réservée à des observations sur le rôle que peut jouer le livre dans l’éducation des jeunes chevaliers et présente la compilation comme :

  • 33 Voir C.-E. Pickford, L’évolution..., part. chapitre Le roman manuel de chevalerie, citations p. 20 (...)

une œuvre belle et delictable a oïr, especialement aux jeunes chevaliers et escuiers, voires aux jeunes dames et damoiselles... et pour ce que j’ay entencion d’y mettre choses aucunes honnorables a tous meurs amoureux qui ont vouloir de toutalement a oïr et racompter aucuns beaux, grans et notables fais des chevaleries grandes et merveilleuses...
... Car selon mon petit entendement, les jeunes chevaliers et escuiers y pourront apprendre mould de beaux faits d’armes et quant ilz trouveront chose vilaine, ne de reprouche, je leur conseille qu’ilz ne le facent mye33.

21On retrouve ce même souci didactique associé au plaisir affiché dans l’introduction du roman de Ponthus et Sidoine, création originale du XVe siècle, dont le succès est attesté par les vingt-huit manuscrits connus, tous du XVe siècle, par les dix éditions du XVIe siècle ainsi que par les diverses traductions qui en ont été faites :

  • 34 Le Roman de Ponthus et Sidoine, éd. M.-C. de Crécy, Genève, 1997 (Textes littéraires français, 475 (...)

Racompter veul une noble histoire dont l’en pourra aprendre mout de bien et de exemplaire, car jeunes gens doivent ouir et entendre les bons fais et dis des bons anciens qui ourent mout de biens en leur temps...34.

  • 35 L’incunable de 1488 contenant le Lancelot propre, la Queste del saint Graal, et la Mort Artu a été (...)
  • 36 Le roman de Perceforest. Première partie, éd. J.-H.-M. Taylor, Genève, 1979 (Textes littéraires fr (...)
  • 37 C.-E. Pickford, Lévolution..., p. 267.

22La fin du Moyen Âge livre donc à l’imprimerie un stock important de textes narratifs, issus des chansons de geste ou des romans courtois, arthuriens ou non, mettant en scène les chevaliers et leurs vertus. Les prologues des premières éditions imprimées, comme celle du Lancelot de 1488 invitent les lecteurs à « prendre les fleurs et les bonnes oudeurs qu’ilz y trouveront »35. L’édition par Nicolas Cousteau pour Galliot du Pré du roman de Perceforest (6 volumes grand in-f., Paris, 1528) s’intitule : « La Treselegante, Delicieuse, Melliflue et tresplaisante Hystoire du tresnoble, victorieux et excellentissime roy Perceforest, roy de la Grande Bretaigne, fundateur du Franc palais et du temple du souverain dieu, en laquelle le lecteur pourra veoir la source et decoration de toute chevalerie, culture de vraye noblesse, prouesses et conquestes infinies... »36. Dans La Tresplaisante et Recreative Hystoire du Trespreulx et Vaillant Chevalier Perceval le Galloys, imprimé à Paris en 1530, il est précisé que le roman a été composé « affin de induire et apprendre tous chevaliers a bien et vertueusement vivre en clemence en courtoisie et en pitié »37.

LA RENAISSANCE : « D’ARMES ET D’AMOURS

23D’une part le XVIe siècle se caractérise par une production de proses narratives accrue par le développement de l’imprimerie et dont le succès auprès des lecteurs est confirmé par les inventaires de bibliothèques. De l’autre, la réprobation vis-à-vis de cette littérature mensongère mais plaisante se manifeste sur deux fronts, bien sûr comme précédemment sur celui de la morale, mais aussi sur le plan théorique. En revanche l’ancienneté de cette matière romanesque qui n’est pas encore nommée et son appartenance à une catégorie littéraire rattachée historiquement à la France, aux « antiquités gauloises », lui confère le droit à devenir objet d’étude.

1. Succès indéniable

  • 38 A. Charon, « Jean Bonfons, libraire parisien et l’illustration des romans de chevalerie », dans Ca (...)
  • 39 Voir un état de la diffusion de l’œuvre que citent, entre autres, Rabelais et Cervantès, dans Fier (...)
  • 40 E. Poulain-Gautret, La tradition littéraire d’Ogier le Danois après le XIIIe siècle. Permanence et (...)
  • 41 N. Cazauran, « Amadis de Gaule en 1540 : un nouveau “roman de chevalerie” ? », dans Cahiers V.-L. (...)

24On sait que certains imprimeurs comme Jean Bonfons, actif à Paris entre 1543 et 157238, se sont spécialisés dans l’édition des textes en français et en particulier des proses narratives de la fin du Moyen Âge : un tiers de la production de Bonfons est consacrée à Artus de Bretagne, Godefroy de Bouillon, Huon de Bordeaux, Isaïe le Triste, Berinus, Theseus de Cologne... On peut recenser une centaine d’œuvres médiévales rééditées, remaniées et mises à jour durant le XVIe siècle. Pour ne prendre qu’un seul exemple, Fierabras, imprimé pour la première fois à Genève en 1478, a connu vingt-six éditions jusqu’en 158839. De plus, la veine créatrice n’est pas morte puisque le XVIe siècle a produit aussi des œuvres originales dans le style des œuvres médiévales et greffées sur ces dernières : le succès d’Ogier le danois qui a connu lui-même treize éditions entre 1496 et 1583 incite un anonyme à inventer les exploits de son fils Meurvin dont l’édition paraît en 153940. Enfin le roman courtois se transforme peu à peu en roman sentimental, sous l’influence de textes traduits de l’italien et de l’espagnol, en particulier Amadis de Gaule, traduit par Nicolas Herberay des Essarts et édité à partir de 1540, qui prend immédiatement rang, Nicole Cazauran l’a bien montré41, parmi « les vieux romans ». Cette mutation assure en tout cas au genre une nouvelle jeunesse.

  • 42 A. Labarre, Le livre dans la vie amiénoise du XVIe siècle. L’enseignement des inventaires après dé (...)
  • 43 Cités dans P. Ménard, La réception..., p. 256.

25Les inventaires des bibliothèques montrent en parallèle que la vogue du roman médiéval ne cesse pas pendant le XVIe siècle, quel que soit le milieu social. Si les manuscrits des mises en prose des romans arthuriens et des chansons de geste, quelquefois somptueusement illustrés, ont figuré dans toutes les grandes bibliothèques de l’aristocratie, celles des ducs de Berry et de Bourgogne, celle de Louis de Bruges, de Jacques d’Armagnac et de tant d’autres, on trouve au XVIe siècle les éditions imprimées de ces textes dans les bibliothèques des bourgeois. L’exemple particulier d’Amiens est bien connu grâce aux travaux d’Albert Labarre : on trouve en 1518 chez Antoine de Cocquerel, conseiller au baillage en 1499, procureur et conseiller de l’évêque en 1507, parmi des livres religieux et juridiques, l’édition Vérard de 1498 d’Ogier le dannoys l’édition de Paris et Vienne de 1487 et l’Histoire de Jason éditée à Paris par Lotrian vers 150042. Et on trouve aussi à Amiens un Lancelot chez un juriste, un Saint Graal et les Prophéties de Merlin chez des commerçants, un Artus de Bretagne chez un artisan43.

2. Y a-t-il une place pour les « avantures des Chevaliers »44 dans l'émergence d’une réflexion théorique sur le roman ?

  • 44 L’Art poétique de Jacques Peletier du Mans (1555), publié par A. Boulanger, Paris, 1930 (Publicati (...)

26Le roman chevaleresque continue d’être la cible des moralistes tels que François Grandin, dans sa Destruction de l’orgueil mondain :

  • 45 Cité par M. Bideaux, Le roman au XVIe siècle..., à la p. 992. La Destruction de l’orgueil mondain, (...)

des livres réprouvés comme un Lancelot du Lac, le Roman de la Rose, Tristan, Fierabras, Merlin, Florimond, Paris et Vienne, Pierre de Provence et Maguelonne, Melusine, les Faceties de Poge malheureuses et infestissimes, Artus de Bretagne, Ogier le Danois [...] Somme toutes ces choses sont allumettes de Sathan45.

  • 46 L. Plazenet, L’ébahissement et la délectation. Réception comparée et poétiques du roman grec en Fr (...)
  • 47 Voir l’excellent article de S. Capello, « Aux origines de la réflexion française sur le roman », d (...)

27D’autre part s’opère au XVIe siècle en France une différenciation progressive entre les romans médiévaux, que l'imprimerie continue de fournir au public avec succès, la réflexion sur l’épopée — surtout héritée de l’Italie et des querelles sur l’Arioste, et le goût pour l’analyse sentimentale telle que la formule Jacques Amyot dans le Proesme du Translateur à sa traduction des Ethiopiques d’Héliodore (1547), en substituant l’action amoureuse à l’action héroïque46. Ce nouveau modèle d’où émerge un héros qui n’est plus caractérisé par sa vaillance chevaleresque mais par sa constance amoureuse suscite un immense engouement, avec en contrepartie la désaffection vis-à-vis de l’ancien modèle chevaleresque ressenti comme périmé47.

28Dans cette perspective, quelques voix s’élèvent cependant pour défendre les qualités littéraires (et non plus seulement récréatives ou morales) des romans chevaleresques. Ainsi Jacques Peletier du Mans est sensible au suspens romanesque, même si sa référence apparaît être l’Arioste :

  • 48 L’Art poëtique de Jacques Peletier du Mans..., p. 201.

Il fet bon voer commant le Poete [l’Arioste], apres avoer quelquefoes fet mancion d’une chose memorable... la lesse la pour un tans : tenant le Lecteur suspans, desireus et hatif d’an aler voer l’evenemant. An quoe je trouve noz Rommans bien invantiz48.

29Jacques Gohory dans sa préface au Xe livre d’Amadis (1355) souligne la créativité imaginative et la richesse symbolique du conte chevaleresque, mais aussi son utilité pour l’éducation de la noblesse. Il rappelle par exemple que François Ier se faisait lire Guiron le Courtois :

  • 49 M. Fumaroli, « Jacques Amyot and the Clerical Polemic against the Chivalric Novel », dans Renaissa (...)

Il s’en faisoit lire en sa chambre, il ammonestoit les gentilshommes là presents de les [romans de chevalerie] manier aucunesfois en leurs maisons, leur remonstrant par sa Royalle Éloquence que sous l’escorce de ces joyeuses narrations y gisoit de bonnes instructions morales pour la noblesse en exaulsant les vertueux faits et en blamant les vicieux, en recommandant tousjours l’adoration et reverence de Dieu, la defence du bon droit principallement des personnes pitoyables, damoyselles, veufves, orfelins...49.

3. Un intérêt documentaire : « les antiquitez françoyses »

  • 50 Joachim Du Bellay. Œuvres complètes. Ier volume. La deffence et illustration de la langue francoys (...)

30Apparaît de plus, dans le cours du XVIe siècle, une veine qui contribuera notablement à la survie puis à la renaissance de la littérature médiévale : l’attention que lui portent les historiens. Au premier chef d’ailleurs les historiens de la langue : le même Du Bellay qui stigmatise ceux qui se contentent d’adapter, en en rajeunissant la langue, les romans médiévaux, « ceulx, qui ne s’employent qu’à orner, et amplifier notz Romans, et en font des Livres certainement en beau, et fluide Langaige, mais beaucoup plus propre à bien entretenir Damoizelles, qu’à doctement écrire »50, reconnaît aux « vieux romans » une valeur de conservatoire des mots anciens :

  • 51 Joachim Du Bellay. Œuvres complètes..., op. cit., Livre second, Chapitre VI. « D’inventer des Motz (...)

Pour ce faire, te faudrait voir tous ces vieux Romans et Poëtes Françoys où tu trouveras un Ajourner, pour faire jour (que les Praticiens se sont fait propre), Anuyter pour faire Nuyt. Assener, pour frapper, ou on visoit, et proprement d’un coup de Main, Isnel pour Leger et mil’autres bons motz que nous avons perduz par notre negligence51.

  • 52 P. Boutillier, « Historique et contenu des Recherches de la France, 1560-1665 », dans Cahiers V. L (...)

31S’ébauchent aussi les premières histoires littéraires de la France. Étienne Pasquier, dans ses Recherches sur la France publiées à partir de 156052, a le premier essayé de présenter un tableau général du passé littéraire de la France. Dans le livre VII (daté de 1607), Pasquier se propose d’étudier « l’origine, ancienneté et progrès de la poésie française » et fait remonter à la France médiévale l’origine du roman :

  • 53 Cité par Littré dans la partie historique de l’article roman de son dictionnaire.

Ceux qui s’amusoient d’escrire les faits heroyques de nos Chevaliers, premierement en Vers, puis en Prose, appellerent leurs œuvres Romans53.

  • 54 C. Fauchet, Recueil de l’origine de la langue et de la poésie françoise. Rimes et romans. Livre Ie (...)

32L’érudit Claude Fauchet54, ami de Pasquier et grand lecteur de textes, considère la littérature ancienne comme un trésor de documents : s’il est sévère pour les chansons de geste qui déforment les faits historiques, il déclare tirer des romans d’utiles informations, en particulier sur les costumes.

L’ÂGE CLASSIQUE : « LES VIEUX ROMANS »

1. Nouveaux modes de diffusion

  • 55 Voir la synthèse : L. Andries, G. Bollème, La bibliothèque bleue. Littérature de colportage, Paris (...)
  • 56 H. Blom, « La présence des romans de chevalerie dans les bibliothèques privées des XVIIe et XVIIIe(...)

33On sait que le XVIIe siècle voit le développement de la Bibliothèque bleue55 dont les romans, presque tous issus de textes médiévaux imprimés à la fin du XVe siècle, courts romans d’aventure ou mises en prose des chansons de geste, sont la partie la plus traditionnelle et la plus stable. Helwi Blom56 a étudié la présence des romans de chevalerie dans les bibliothèques privées des XVIIe et XVIIIe siècles et montré que beaucoup de bibliothèques de nobles et de riches bourgeois contenaient des livrets bleus, mais aussi des éditions gothiques, voire des manuscrits des proses narratives de la fin du Moyen Âge :

  • 57 H. Blom, « Un conte à dormir debout ? Les Quatre fils Aymon vus par quelques lecteurs du grand siè (...)

Considérés comme simples souvenirs de famille avec une valeur marchande, comme objets de collection ou comme de vrais livres à lire, ces vieux livres manuscrits et imprimés étaient là, séduisant non seulement le lecteur intéressé, mais aussi le curieux57.

2. Les « vieux romans »

  • 58 Voir la synthèse récente de D. Riou, Naissance du roman.
  • 59 P. Nicole, « Première visionnaire » (1667) dans une attaque contre J. Desmarets, auteur de romans (...)
  • 60 C. Esmein, « Les “vieux romans” entre contre modèle et étape historique. Place et fonction du roma (...)

34La naissance du roman moderne qui caractérise le XVIIe siècle a évidemment des conséquences sur l’appréciation de ceux qu’on appelle désormais les « vieux » romans58. La condamnation par les moralistes concerne le genre tout entier : « le faiseur de romans et le poète de théâtres est un empoisonneur public, non des corps mais des âmes des fidèles, qui se doit regarder comme coupable d’une infinité d’homicides spirituels... »59. En revanche, ces « vieux romans » peuvent être pris en compte dans une historicisation du genre romanesque, et trouver leur place dans une critique en deux volets, entre contre modèle et étape historique, de la part de ceux qui commencent au XVIIe siècle à réfléchir à une poétique du roman60. Deux auteurs se distinguent par les analyses d’ensemble qu’ils ont consacrées au roman médiéval.

  • 61 Voir l’édition, accompagnée d’une introduction mettant en place les cinq états du traité (entre 16 (...)

35L’érudit évêque d’Avranches, Pierre-Daniel Huet (1630-1721), consacre un long passage, nourri d’un important travail de documentation, au roman médiéval dans le Traité de l’origine des romans61 :

  • 62 Poétiques du roman..., p. 525-526.

Elles [les provinces de France] produisirent dans l’onzième siècle, et dans les suivants, une multitude nonpareille de Romans en Prose et en Vers, dont plusieurs, malgré l’envie du temps, se sont conservés jusqu’à nous. De ce nombre étaient les Romans de Garin le Loheran, de Tristan, de Lancelot du Lac, de Bertain, du Saint-Graal, de Merlin, d’Artus, de Perceval, de Perceforest, et de la plupart de ces vingt-sept poètes qui ont vécu devant l’an mille trois cents, dont le Président Fauchet a fait la censure62.

  • 63 Poétiques du roman..., p. 378.

36« C’est l’un des passages où la fonction du Traité et le projet de l’auteur sont les plus complexes. À la double perspective, historique (place et originalité du roman français du Moyen Âge par rapport aux formes antérieures) et démonstrative (radicale distinction de ce prototype d’avec les romans antiques et modernes), s’ajoute ici une réflexion sur le concept d’origine. En effet, il s’agit de montrer, plus que la source que constitue le roman médiéval ou son originalité, combien l’affabulation est constitutive du genre humain »63.

  • 64 C. Sorel, Histoire comique de Francion, texte établi, présenté et annoté par Y. Giraud, Paris, Gar (...)
  • 65 C. Sorel, De la connaissance des bons livres ou examen de plusieurs autheurs. Supplément des Trait (...)

37Charles Sorel (1597-1674) qui dans le Francion (1623) rappelle bien son goût pour les romans médiévaux (« C’estoit donc mon passe-temps que de lire des Chevaleries... »)64, en a visiblement nourri ses Remarques du Berger extravagant. La condamnation dans ses textes postérieurs, en particulier dans De la connaissance des bons livres (1671)65, est liée, comme chez Huet, à une mise en perspective historique du genre et à une argumentation visant à poser le modèle du roman comique, dont il s’estime le théoricien, comme modèle d’avenir :

  • 66 De la connaissance des bons livres, cité par H. Blom, Un conte à dormir debout..., à la p. 174.

Si l’on doit mespriser la lecture de l’Amadis, du Chevalier du Soleil, et des autres Livres qui sont des mieux faits de leur espece, combien plus se doit-on garder de s’arrester à ceux qui racontent de semblables exploicts, avec des circonstances ridicules et impertinentes, comme ceux des Quatre fils Aymon, de Morgant le Geant et les autres66.

38La désapprobation peut être moqueuse, elle prend en particulier la forme de la liste de livres, description du panier du colporteur, inventaire après décès ou suite de titres mis à l’index par le narrateur prédicateur. Cottin utilise le procédé dans la Requeste du poëte de campagne au prince de Monopolie en dressant l’inventaire de la bibliothèque « que l’on ne saurait conserver sous peine de se voir interdire tout emploi dans la littérature » :

  • 67 M. Simonin, « La réputation des romans de chevalerie selon quelques listes de livres (XVIe-XVIIe s (...)

Primo, Jean de Paris, Roger et Bradamante
Le trépas de Pyram et de sa chère amante
Le Palais enchanté, Fier-à-bras l’arrogant
Fracasse, Brise-Barre et le géant Morgant
Le Roman des Neuf Preux, la Prise de Calais,
Fauste Magicien, Mélusine la fée,
Renaud de Montauban67.

  • 68 Le Dictionnaire de l’Académie françoise, dédié au roy, Paris, 1694. Voir I. Popelar, Das Akademie (...)

39Les dictionnaires ne manquent pas de reproduire un jugement dépréciatif. Le Dictionnaire de l’Académie, dans sa première édition (1669) dont on sait tous les défauts, ne propose qu’une nomenclature68 :

Roman. Ouvrage en prose, contenant des adventures fabuleuses, d’amour ou de guerre. Les vieux romans, les romans modernes, le roman de Lancelot du Lac, de Perceforest. Le roman de la Rose, le roman d Amadis. Un roman nouveau, le roman d’Astree, de Polexandre, de Cyrus de Cassandre. Il y a de quoi faire un roman. Le Héros, l’Héroïne du roman. Style de roman. Cela tient du roman.

  • 69 A. Furetière, Dictionnaire universel contenant généralement tous les mots françois tans vieux que (...)

40Furetière69 en revanche est plus précis, tout en stigmatisant « les fainéants » qui se divertissent à la lecture des romans. La première partie de son article roman envisage le roman comme état de langue, la seconde traite du roman en tant que genre littéraire :

Maintenant il [le roman] ne signifie que les livres fabuleux qui contiennent des histoires d’amour et de chevalerie inventées pour divertir et occuper des fainéants. Héliodore a fait autrefois le Roman de Théragène et Cariclee. Depuis on a fait divers romans de chevalerie comme Amadis des Gaules en XXXIV volumes, de Palmerin d’Olive, de Palmerin d’Angleterre, de Charlemagne, des douze pairs, du Roy Artus et autres dont il y a une agréable critique dans Don Quichot. Ces romans ont commencé de se mettre en vogue sous le règne de Philippe le Bel. Nos modernes ont fait des romans polis et instructifs, comme l’Astrée de d’Urfé.

3. Source d’information sur le Moyen Âge et/ou modèle pour les contes de fées

  • 70 J. Chapelain, De la lecture des vieux romans, présentation, notes et établissement du texte par J. (...)

41La critique exercée contre ces « adventures fabuleuses, d’amour ou de guerre » (Dictionnaire de l’Académie) leur reconnaît néanmoins un intérêt documentaire qui peut servir l'historien. Jean Chapelain (1595-1674) prend la défense du Lancelot en prose « fabuleux et historique tout ensemble » dans De la lecture des vieux romans70. Il souligne, comme Huet ou Sorel, la place que ces « vieux romans » tiennent dans la genèse du genre romanesque mais entend d’autre part y puiser des informations sur les mœurs d’autrefois qui confortent celles que les « histoires véritables » peuvent lui fournir :

  • 71 J. Chapelain, De la lecture....

Les façons de vivre que l’on y représentait, estoient à pou près semblables à celles du mesme siècle, puisque nous avons des Histoires véritables, telles que les Memoires d’Olivier de la Marche avec la Vie du Mareschal de Boucicaut et autres Livres, qui racontent les hauts faits d’armes des anciens Chevaliers, et décrivent des Joustes et des Tournois de recreation, et de vrais combats entrepris pour decider plusieurs differens...71.

  • 72 Sur ce phénomène voir G. Berger, « Aspekte der Rezeption des mittelalterlichen Romans im 17. Jahrh (...)
  • 73 F. Wolfzettel, « Ces vieux fatras : Moyen Âge et folklore au XVIIe siècle », dans Médiévales, n° 2 (...)

42Certains vont même plus loin en faisant du roman médiéval un précurseur d’une modernité populaire à laquelle ils rattachent aussi le conte de fées72 : « D’où la naissance d’une nouvelle constellation reliant le genre du roman à la fois à l'héritage médiéval et à la culture populaire en investissant le paradigme des origines d’une connotation jusque-là inconnue de rusticité et d’originalité non littéraire »73.

43 Les enchantemens de l’éloquence (1695), variation sur les Fées de Perrault par Mademoiselle Lhéritier, se terminent par la déclaration suivante :

  • 74 M. Fumaroli, « Les enchantements de l’éloquence : les Fées de Charles Perrault ou De la littératur (...)

Contes pour contes, il me paraît que ceux de l’antiquité gauloise valent bien à peu près ceux de l'antiquité grecque ; et les fées ne sont pas moins en droit de faire des prodiges que les dieux de la Fable74.

  • 75 Mademoiselle Lhéritier... Contes ..., éd. p. 339-355, et analyse rapide p. 299-300. Analyse compar (...)

44Et Mademoiselle de La Force adapte, dans un conte qui s’intitule L’Enchanteur, le Livre de Caradoc, extrait de la Première continuation de Perceval qu’elle a lu dans une édition de 153075 :

  • 76 Mademoiselle Lhéritier... Contes..., p. 338.

Avis pour le conte suivant.
L’enchanteur est pris d’un ancien livre gothique, nommé Perceval. On y a retranché beaucoup de choses qui n’étaient pas suivant nos mœurs. On y en a ajouté bien d’autres aussi. Quelques noms sont changés. C’est le seul conte qui ne soit pas tout entier de l’auteur ; tous les autres sont purement de son invention76.

LE XVIIIe SIÈCLE : « LES ROMANS DE CHEVALERIE »

45Au XVIIIe siècle, il est toujours de bon ton pour un homme de lettres de mépriser le Moyen Âge et ses productions romanesques désormais nommées « romans de chevalerie ». Si Voltaire déclare sans ambages aux éditeurs de la Bibliothèque des romans :

  • 77 Cité par H. Jacoubet, Le comte de Tressan et les origines du genre troubadour, Paris, 1923, p. 179

Les romans de notre moyen âge, écrits dans nos jargons barbares, ne peuvent entrer en comparaison ni avec Apulée ni avec Pétrone, ni avec les anciens romans grecs tels que la Cyropédie de Xénophon77.

  • 78 D. D. R. Owen, « Aucassin et Nicolette and the Genesis of Candide », dans Studies in Voltaire and (...)

46On sait en revanche qu’il avait sans doute sur sa table l’édition toute récente d’Aucassin et Nicolette par La Curne de Sainte-Palaye lorsqu’il écrivait Candide78.

1. L’érudition nationale

  • 79 L. Gossman, Medievalism and the Ideologies of the Enlightenment. The World and Work of La Curne de (...)
  • 80 Jean-Baptiste de La Curne de Sainte-Palaye, « Mémoire concernant la lecture des anciens romans de (...)

47L’érudition nationale désormais institutionnalisée va faire son miel des romans de chevalerie qui deviennent, comme les autres productions littéraires médiévales, objet d’étude. L’Académie des inscriptions et belles-lettres, qui n’était à l’origine qu’une commission instituée par Colbert au sein de l’Académie française, est dotée d’un règlement en 1701 et reçoit son nom en 1716 : à partir de 1717, elle commence à publier dans ses Mémoires des études sur la littérature du Moyen Âge. Un de ses plus anciens membres est Jean-Baptiste de La Curne de Sainte-Palaye (1697-1781)79 Entré aux Inscriptions dès 1724, il publie dans les années 1730 une série de Mémoires concernant la lecture des anciens romans de Chevalerie préparatoires à son Mémoire sur l’ancienne chevalerie publié en 174680. Ces mémoires sont fondés sur les copies qu’il exécute ou fait exécuter sur les manuscrits médiévaux :

  • 81 Jean-Baptiste de La Curne de Sainte-Palaye, Memoires sur l’ancienne chevalerie..., cité par M. Man (...)

C’est dans nos Romans, images de nos coûtumes anciennes, suivant Pasquier, que l’on trouvera les connaissances les plus détaillées sur l’ancienne manière de faire la guerre, sur les droits et la dépendance des différents degrés des Feudataires, sur les gages de bataille, sur l’administration de la justice, sur la noblesse et la chevalerie, les armures, les armoiries, les tournois, etc.81.

  • 82 G. Roussineau, « Perceforest dans La Curne et dans Godefroy », dans éd. F. Duval, Frédéric Godefro (...)
  • 83 Dictionnaire historique de l’ancien langage françois ou glossaire de la langue françoise depuis so (...)

48Gilles Roussineau82 a naguère étudié l’utilisation que La Curne a faite du Roman de Perceforest qu’il cite abondamment d’après l’édition du XVIe siècle dans son Mémoire sur l’ancienne chevalerie et qu’il utilisera aussi pour son Dictionnaire historique de l’ancien langage françois83.

  • 84 M. Mancini, Il Medioevo del Settecento..., p. 595-624, part. § 5 « La riscoperta dei testi medieva (...)
  • 85 Mémoires de Philippe de Commynes contenans l’histoire des rois Louis XI et Charles VII depuis l’an (...)
  • 86 Jean Antoine Du Cerceau, Lettre à M. de *** en lui envoyant la nouvelle édition des œuvres de Fran (...)

49C’est aussi au XVIIIe siècle qu’apparaissent les premières éditions, au sens moderne, de textes médiévaux84, même s’il ne s’agit souvent que de la transcription d’un seul manuscrit, voire de la reprise d’une édition du XVIe siècle. Sont concernés par ce phénomène d’abord et surtout les textes historiques (les Mémoires de Commynes sont édités à Bruxelles dès 171385), les poètes (les œuvres de Villon sont publiées à Paris en 172386), mais peu à peu aussi des romans. Parmi les premiers à recevoir leur première édition, l’Histoire et plaisante chronique du petit Jehan de Saintré publiée par le comte de Tressan, Paris, 1724, 3 vol. in 12 et l'Histoire de Gérard de Nevers et de la belle Euriant sa mie publiée par le comte de Tressan, Paris, 1727.

  • 87 F. Fossier, « L’Histoire littéraire de la France au dix-huitième siècle, d’après les archives des (...)

50Et on n’oubliera pas qu’à partir de 1733, les bénédictins de Saint Maur entreprennent de rédiger pour l’Histoire littéraire de la France87, des notices sur les auteurs et les œuvres médiévales présentées dans leur ordre chronologique.

2. La Bibliothèque universelle des romans

51Cette activité d’édition savante se double dans la seconde moitié du XVIIIe siècle d’éditions destinées au grand public contenant des remaniements dans le goût littéraire de l’époque. Le Mercure de France à partir de 1743 et l’Année littéraire à partir de 1750 impriment des romans médiévaux ou pseudo-médiévaux. La Cunte a publié son adaptation d’Aucassin et Nicolette d’abord dans le Mercure de France en 1752. Le texte a été ensuite imprimé en un volume avec la traduction de la Châtelaine de Saint-Gilles sous le titre Les amours du bon vieux temps : on n’aime plus comme on aimait jadis (Paris, 1756, 2e éd. 1760).

  • 88 M. Mancini, Il Medioevo del Settecento..., p. 595-624, part. § 7, « Tressan e il genre troubadour  (...)

52L’entreprise la mieux connue est celle de la Bibliothèque universelle des romans88. Son objectif est de publier sous forme d’extraits la totalité des romans français et étrangers parus depuis l’Antiquité jusqu’à l’âge moderne, en les adaptant. La Bibliothèque universelle des romans comporte deux cent vingt-quatre volumes parus de 1775 à 1789, à raison d’un ou deux volumes par mois, vendus par souscription. Les romans avaient été répartis en huit classes : la première comprenait la traduction des anciens romans grecs et latins, la seconde les romans de chevalerie. L’avant-propos les organise selon leur sujet :

  • 89 R. Poirier, La bibliothèque..., p. 42.

Le roman de Merlin est le premier et le plus ancien de la classe des romans de chevalerie. C’est ici le premier roman de chevalerie puisqu’il est la source de ceux de la Table ronde qui sont les premiers de tous les ouvrages de ce genre. Une succession connue de ces romans autorise à les diviser en trois classes : la première comprend l’histoire des chevaliers de la Table ronde du roi Arthur, de Lancelot du Lac, de ses compagnons et de leur postérité. La seconde, celle de Charlemagne et des Pairs de France que la chronique, faussement attribuée à l’archevêque Turpin, suppose l’avoir accompagné dans ses conquêtes. La troisième enfin renferme l’histoire d’Amadis de Gaule et d’autres chevaliers de sa famille89.

  • 90 A. Pauphilet, Le legs du Moyen Âge, p. 46.
  • 91 Ibid.

53La Révolution a marqué évidemment un temps d’arrêt dans cette redécouverte de la littérature du Moyen Âge. Tout ce qui rappelait le Moyen Âge devait nécessairement être entraîné dans la chute de l’ancien régime et on ne vit plus dans la chevalerie que l’odieuse féodalité : en témoigne le titre d'un opéra joué en 1794 Alisbeth ou les crimes de la féodalité90. Dès Thermidor cependant les romans chevaleresques reparaissent, avec par exemple, en 1796, un Chevalier au cygne ou la cour de Charlemagne, roman historique et moral, par Madame de Genlis91.

  • 92 F. Raynouard, Choix des poésies originales des troubadours, 6 vol. , Paris, 1816-1821.

54Et dès lors, d’une part la recherche érudite va se jeter sur le Moyen Âge, enterré définitivement par la Révolution donc susceptible de résurrection littéraire. D’autre part, et c’est sensible chez Madame de Staël, le Moyen Âge, antithèse du classicisme, est exactement ce qu’il faut pour servir d’autorité à la nouvelle école, pour servir de symbole à une conception de l’art et de la littérature qui se revendique comme nouvelle. Le méridional François Raynouard (1761-1836) est une figure tout à fait représentative de l’époque : il a commencé sa carrière littéraire par des tragédies. Les Templiers, joués en 1805, qui furent un grand succès, lui valurent son élection à l’Académie française en 1807. Il entra en 1816 à l’Académie des inscriptions. Ses premiers travaux d’érudition, Choix des poésies des troubadours, publiés entre 1816 et 182192, affichent des principes de traduction et d’arrangement inspirés de l’exemple de Tressan, mais il donne les citations dans la langue d’origine et accompagne son anthologie d’une grammaire détaillée de la langue des troubadours et d’éléments d’une grammaire comparée des langues romanes :

  • 93 F. Raynouard, Choix..., t. 1, p. V.

Les poésies originales des Troubadours, écrites en langue romane, seraient publiées presque sans utilité, si une grammaire détaillée n’expliquait en même temps les principes et le mécanisme de cet idiome93.

  • 94 Le roman de Rou et des Ducs de Normandie, par Robert Wace, poète normand du XIIe siècle, publié po (...)

55Ce même souci philologique (donner le texte original accompagné d’une grammaire de ce texte) est clairement énoncé dans le compte rendu qu’il donne de l’édition princeps du Roman de Rou de Wace par Frédéric Pluquet94 dans le Journal des savants :

  • 95 Journal des savants, 1828, p. 131-141, part. p. 135-136.

La première condition qu’on doit exiger d’un littérateur qui se propose de donner un texte pur d’un ouvrage écrit dans un idiome dont les règles ne sont pas familières à la plupart des lecteurs, c’est que lui-même ait une connaissance parfaite de ces règles, afin de choisir habilement entre les variantes, et quelquefois, parmi de légères nuances que présentent les divers manuscrits, le mot ou l’orthographe préférable, et le plus conforme aux règles de la grammaire de l’époque. Je n’ai pas besoin d’insister sur ce principe. Il n’est pas possible de taire qu’il paraît que M. Pluquet n’a pas connu à fond toutes les règles de la langue des anciens trouvères et surtout celles qui pouvoient guider un éditeur dans la préférence qu’on devoit accorder aux variantes des divers manuscrits95.

  • 96 F. Raynouard, Observations philologiques et grammaticales sur le Roman de Rou, et sur quelques règ (...)

56Raynouard publie en effet dès 1829 ses Observations philologiques et grammaticales sur le Roman de Rou...96 où sont mis en pratique les principes énoncés pour les troubadours : établir les règles principales de la langue des trouvères et les appliquer au texte de Wace.

  • 97 A. Pauphilet, Le legs du Moyen Âge..., p. 46.
  • 98 C. Nodier dans sa préface à Robert le Diable, cité par É. Gaucher, Robert le Diable. Histoire d'un (...)

57Et pour citer Albert Pauphilet : « Raynouard préfigure l’évolution du romantisme qui après avoir rêvé le Moyen Âge, s’efforça de le connaître, et, ayant débuté par la poésie, finira par l’érudition »97. Voici le temps venu d’une part de la nouvelle Bibliothèque bleue, « les archives ingénues du bon vieux temps » comme dit Charles Nodier, d’autre part des hommes tels que l’abbé de La Rue, Francisque Michel ou Paulin Paris, les découvreurs du Moyen Âge, les tenants du « savoir pédantesque » méprisés par le même Nodier98.

Notes

1 Récits d’amour et de chevalerie (XIIe-XVe siècles), éd. D. Régnier-Bohler, Paris, Laffont, 2000 (Bouquins).

2 Voir sur cette question la communication d’Ursula Bähler.

3 É. Littré, Dictionnaire de la langue française, 4 vol., Paris, 1863-1872, Supplément, 1877.

4 A. Hatzfeld-A. Darmesteter, Dictionnaire général de la langue française du commencement du XVIIe siècle jusqu’à nos jours..., 2 vol. , Paris, 1890-1900.

5 P. Robert, Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française : Les mots et les associations d’idées, 6 vol., Paris, 1957-1964 ; Supplément, 1970.

6 Centre national de la recherche scientifique. Centre de recherche pour un Trésor de la langue française, Trésor de la langue française, 17 vol. , Paris, 1971-1994.

7 Dictionnaire de l’Académie française, Paris, 1992 A-ENZ.

8 Je dois ces références, ainsi que de précieuses indications sur la théorie du genre romanesque aux XVIe et XVIIe siècles à Anne Spica qui prépare une édition du Berger extravagant.

9 C. Sorel, Bibliothèque françoise, Paris, 1664. Voir J.-P. Leroy, « La littérature médiévale dans la bibliothèque françoise de Charles Sorel », dans Moyen Âge et littérature comparée. Actes du 7e congrès international de la Société française de littérature comparée (Poitiers, 1965), Paris, 1967, p. 103-112.

10 M. de Montaigne, Œuvres complètes, textes établis par A. Thibaudet et M. Rat, Paris, 1962, t. 1, p. 190, Livre I, chapitre XXVI, « De l’institution des enfants ».

11 Germaine de Staël, De l’Allemagne, Chronologie et introduction par Simone Balayé, Paris, 1967 (Garnier-Flammarion. Texte intégral, p. 166-167), dans le chapitre « De la poésie classique et de la poésie romantique ».

12 Pour une présentation synthétique de la perception du Moyen Âge du XVIe au XVIIIe siècle, voir A. Pauphilet, Le legs du Moyen Âge : études de littérature médiévale, Melun, 1950, part. chapitre I, « Le mythe du Moyen Âge XVIe-XVIIe-XVIIIe-début du XIXe », p. 23-63 ; M. Stanesco « D’armes et d’amour, La fortune d’une devise médiévale », dans Travaux de littérature, t. 2, 1989, p. 37-54, réimpr. dans D’armes et d’amours. Etudes de littérature arthurienne, Orléans, 2002 (Medievalia, 39), p. 325-347 et Mittelalter-Rezeption. Zur Rezeptionsgechichte der romanischen Literaturen des Mittelalters in der Neuzeit, éd. R. R. Grimm, Heidelberg, 1991. Sur le roman en général voir les synthèses récentes de M. Stanesco, « Les romans en prose au Moyen Âge », p. 970-983, et de M. Bideaux, « Le roman au XVIe siècle », p. 983-1003, dans éd. F. Lestringant, M. Zink, Histoire de la France littéraire, t. 1 : Naissances, Renaissances. Moyen Âge, XVIe siècle, Paris, 2006, et celles de D. Riou, « Naissance du roman moderne au XVIIe siècle — idéologie, institution, réception », p. 663-682, et de M. Delon, « Le roman au XVIIIe siècle », p. 683-700, dans éd. J.-C. Darmon, M. Delon, Histoire de la France littéraire. Classicismes, XVIIe-XVIIIe siècles, Paris, 2006.

13 M. Stanesco, M. Zink, Brève histoire européenne du roman médiéval. Esquisse et perspective, Paris, 1992, en particulier le chapitre « Critiques du roman » ; S. Roubaud-Bénichou, Le roman de chevalerie en Espagne. Entre Arthur et Don Quichotte, Paris, Champion, 2000 (Nouvelle bibliothèque du Moyen Âge, 52), et surtout éd. P. Boitani, M. Mancini et A. Vàrvaro, Lo spazio letterario del medioevo. 2. Il medioevo volgare, t. 3 : La ricezione del testo, Rome, 2003 ; t. 3 : Medioevo moderno, en part. C. Bologna, « Il Medioevo del Cinquecento », p. 527-557 ; M. Mancini, « Il Medioevo del Settecento : philosophes, antiquari, genre troubadour », p. 595-624, et G. Lachin, « Il medievalismo europeo e la nascità delle Biologie nazionali », p. 625-673.

14 Sur les variations de sens du mot roman, voir entre autres M. Stanesco, « Chrétien de Troyes et le fondement du roman européen », dans éd. D. Quéruel, Amour et chevalerie dans Les romans de Chrétien de Troyes. Actes du colloque de Troyes (27-29 mars 1992), Besançon, 1995 (Annales littéraires de l’Université de Besançon), p. 361-368, réimpr. sous le titre « Chrétien de Troyes et la généalogie du roman » dans D’armes et d’amours. Etudes de littérature arthurienne, Orléans, 2002 (Medievalia, 39), p. 5-14.

15 L. Delisle, Le cabinet des manuscrits de la Bibliothèque impériale, 3 vol. et un album, Paris, 1868-1881, t. 3, p. 79-113 [édition du répertoire méthodique de la grande librairie], à la p. 107.

16 Somme, com. et cant. Saint-Valéry-sur-Somme.

17 C. de Beaurepaire, « Bibliothèque du château de La Ferté en Pontieu au XIVe siècle », dans Bibliothèque de l’École des chartes, n° 13, 1852, p. 559-562, à la p. 562.

18 The Anglo-Norman Alexander (Le roman de toute chevalerie) by Thomas de Kent, edited by B. Foster, with the assistance of I. Short, 2 vol. , London, 1976-1977 (AngloNorman Texts, 29-31).

19 Raoul de Houdenc : le roman des eles. The anonymous ordene de chevalerie. Critical editions with introductions, notes, glossary and translations by K. Busby, Amsterdam, Philadelphia, 1983 (Utrecht Publications in General Comparative Literature, 17).

20 U. Mölk, Französische Literästhetik des 12. und 13. Jahrunderts, Prologe - Exkurse - Épilogue, Tübingen, 1969, p. 83, v. 5-8 et v. 658-660.

21 J. Bodel, La chanson des Saisnes, éd. A. Brasseur, 2 vol. , Genève, 1989 (Textes littéraires français, 369-370), t. I, p. 2.

22 R. Guiette, « Li conte de Bretaigne sont si vain et plaisant », dans Romania, n° 88, 1967, p. 10.

23 Composé à la fin du XIIe siècle, ce roman d’amour et d’aventures a joui durant tout le Moyen Âge d’un grand succès : il a été traduit ou adapté en six langues.

24 D. Piramus, La vie seint Edmund le rei, poème anglo-normand du XIIe siècle, publié avec introduction, notes et glossaire par H. Kjellman, Göteborg, 1935, v. 35-42.

25 D. Piramus, La vie..., v. 60-65.

26 Cité d’après le manuscrit Paris, Bibl. nat. de Fr., fr. 1109, fol. 203 par C.-V. Langlois, La vie en France au Moyen Âge de la fin du XIIe au milieu du XIVe siècle, 4 vol. , Paris, 1924-1928, t. 4, La vie spirituelle : enseignements, méditations et controverses d’après les écrits français à l’usage des laïcs, p. 150, n. 2.

27 M. Stanesco, D’armes et d’amour... [contient de nombreuses occurrences de l’association verbale des armes et de l’amour dans des textes français mais aussi occitans et italiens, depuis Wace (deuxième moitié du XIIe siècle) jusqu’au Nouveau Tristan de Jean Maugin (1554) : « Or est le sujet d’armes et d’amours.... »].

28 Jean Froissart. L’Espinette amoureuse, édition avec introduction, notes et glossaire par A. Fourrier, Paris, 1963 (Bibliothèque française et romane, B. Textes et documents, 2), p. 66, v. 696-707 [le roman cité est le célèbre Cléomadés d’Adenet le Roi achevé en 1285].

29 C.-E. Pickford, L'évolution du roman arthurien en prose vers la fin du Moyen Âge d’après le manuscrit 112 du fonds français de la Bibliothèque nationale, Paris, 1960, part. chapitre Le livre, p. 132 et s.

30 Manuscrit Aberystwyth, N.L.W., Williams 532 (XIVe siècle), cité dans C.-E. Pickford, L’évolution..., p. 131.

31 Manuscrit Paris, Bibl. nat. de Fr., fr. 336, fol. 354d (terminé en 1400), cité ibid., p. 132.

32 Manuscrit Vatican, Bibl. vat., Reg. lat. 727, fol. 1 (XVIe siècle), cité ibid., p. 132.

33 Voir C.-E. Pickford, L’évolution..., part. chapitre Le roman manuel de chevalerie, citations p. 209 et 265.

34 Le Roman de Ponthus et Sidoine, éd. M.-C. de Crécy, Genève, 1997 (Textes littéraires français, 475), p. 1.

35 L’incunable de 1488 contenant le Lancelot propre, la Queste del saint Graal, et la Mort Artu a été imprimé en 2 volumes, le tome 1 à Rouen chez Jehan et Gaillard Le Bourgeois et le tome 2 à Paris chez Jean du Pré. Il porte le titre programmatique : « Cy commence le livre fait et composé à la perpetuation de memoire des vertueux fais et gestes de plusieurs nobles et excellents chevaliers qui furent au temps du très noble et puissant roy Artus, compaignon de la Table ronde, specialement a la louenge et gloire du très vaillant chevalier, Lancelot du Lac, filz du roy Ban de Benoyc, es parties de Gaulle », citation par C.-E. Pickford, L’évolution ..., p. 265.

36 Le roman de Perceforest. Première partie, éd. J.-H.-M. Taylor, Genève, 1979 (Textes littéraires français, 279), p. 14.

37 C.-E. Pickford, Lévolution..., p. 267.

38 A. Charon, « Jean Bonfons, libraire parisien et l’illustration des romans de chevalerie », dans Cahiers V.-L. Saulnier, n° 6, 1989 (Le livre et l’image en France au XVIe siècle), p. 57-74. Voir aussi une vue d’ensemble sur la production imprimée au XVIe siècle dans P. Ménard, « La réception des romans de chevalerie à la fin du Moyen Âge et au XVIe siècle », dans Bulletin bibliographique de la Société internationale arthurienne, n° 49, 1997, p. 234-273.

39 Voir un état de la diffusion de l’œuvre que citent, entre autres, Rabelais et Cervantès, dans Fierabras. Chanson de geste du XIIe siècle, éd. M. Le Person, Paris, 2003 (Classiques français du Moyen Âge, 142), p. 12-19 et bibliographie p. 197-199.

40 E. Poulain-Gautret, La tradition littéraire d’Ogier le Danois après le XIIIe siècle. Permanence et renouvellement du genre épique médiéval, Paris, 2005 (Nouvelle bibliothèque du Moyen Âge, 72).

41 N. Cazauran, « Amadis de Gaule en 1540 : un nouveau “roman de chevalerie” ? », dans Cahiers V.-L. Saulnier, n° 17, 2000 (Les Amadis en France au XVIe siècle), p. 21-39.

42 A. Labarre, Le livre dans la vie amiénoise du XVIe siècle. L’enseignement des inventaires après décès (1503-1576), Louvain, 1971 (Publications de la Faculté des lettres et sciences humaines de Paris-Sorbonne, 66), p. 274, n° 16, p. 276 nos 42 et 44.

43 Cités dans P. Ménard, La réception..., p. 256.

44 L’Art poétique de Jacques Peletier du Mans (1555), publié par A. Boulanger, Paris, 1930 (Publications de la Faculté des lettres de l’Université de Strasbourg, 53).

45 Cité par M. Bideaux, Le roman au XVIe siècle..., à la p. 992. La Destruction de l’orgueil mondain, ambition des habitz et autres inventions nouvelles, extraicte de la sainte Escriture et des anciens docteurs de l’Eglise a été publiée à Paris, chez C. Fremy en 1558. Sur la réprobation morale attachée aux romans médiévaux au XVIe siècle, voir N. Cazauran, « Les romans de chevalerie en France : entre exemple et récréation », dans éd. M.-T. Jones-David, Le roman de chevalerie au temps de la Renaissance, Paris, 1987, p. 29-48.

46 L. Plazenet, L’ébahissement et la délectation. Réception comparée et poétiques du roman grec en France et en Angleterre aux XVIe et XVIIe siècles, Paris, 1997 (Lumière classique, 15).

47 Voir l’excellent article de S. Capello, « Aux origines de la réflexion française sur le roman », dans éd. E. Bury, F. Mora, Du roman courtois au roman baroque [Actes du colloque de l’Université de Saint-Quentin-en-Yvelines, 2-5 juillet 2002], Paris, 2004, p. 415-435, qui met en perspective les réactions pour et contre les « vieux romans » en France tout au long du XVIe siècle.

48 L’Art poëtique de Jacques Peletier du Mans..., p. 201.

49 M. Fumaroli, « Jacques Amyot and the Clerical Polemic against the Chivalric Novel », dans Renaissance Quarterly, n° 38, 1985, p. 22-40, part. p. 38, n. 32.

50 Joachim Du Bellay. Œuvres complètes. Ier volume. La deffence et illustration de la langue francoyse. Préparé par François Goyet et Olivier Millet, Paris, 2003 (Textes de la Renaissance, 71), Livre second, Chapitre V, « Du long Poëme Francoys », p. 57.

51 Joachim Du Bellay. Œuvres complètes..., op. cit., Livre second, Chapitre VI. « D’inventer des Motz, et quelques autres choses, que doit observer le Poëte francoys », p. 61-62.

52 P. Boutillier, « Historique et contenu des Recherches de la France, 1560-1665 », dans Cahiers V. L Saulnier, n° 8, 1991 (Étienne Pasquier et ses recherches de la France), p. 139-151. Voir aussi une bibliographie sur les Recherches, p. 135-139 : la première édition (1560) ne comporte qu’un seul livre mais l’édition définitive (1665) en comporte dix.

53 Cité par Littré dans la partie historique de l’article roman de son dictionnaire.

54 C. Fauchet, Recueil de l’origine de la langue et de la poésie françoise. Rimes et romans. Livre Ier, éd. J.-G. Espiner-Scot, Paris, 1938.

55 Voir la synthèse : L. Andries, G. Bollème, La bibliothèque bleue. Littérature de colportage, Paris, 2003 (Bouquins).

56 H. Blom, « La présence des romans de chevalerie dans les bibliothèques privées des XVIIe et XVIIIe siècles », dans éd. T. Delcourt, É. Parinet, La bibliothèque bleue et les littératures de colportage, Paris, 2000 (Etudes et rencontres de l’École des chartes, 7), p. 51-67.

57 H. Blom, « Un conte à dormir debout ? Les Quatre fils Aymon vus par quelques lecteurs du grand siècle », dans éd. D. Quéruel, Entre épopée et légende : les Quatre fils Aymon ou Renaut de Montauban. Actes du colloque de Reims et Charleville-Mézières (6-8 octobre 1995), Langres, 2000, p. 175.

58 Voir la synthèse récente de D. Riou, Naissance du roman.

59 P. Nicole, « Première visionnaire » (1667) dans une attaque contre J. Desmarets, auteur de romans et de théâtre. Voir Poétiques du roman : Scudéry, Huet, Du plaisir et autres textes théoriques et critiques du XVIIe siècle sur le genre romanesque, édition établie et commentée par C. Esmein, Paris, 2004 (Sources classiques, 56), p. 905.

60 C. Esmein, « Les “vieux romans” entre contre modèle et étape historique. Place et fonction du roman du Moyen Âge dans la réflexion théorique sur le genre romanesque au XVIIe siècle », dans Du roman courtois au roman baroque..., p. 459-469.

61 Voir l’édition, accompagnée d’une introduction mettant en place les cinq états du traité (entre 1670 et 1711), dans Poétiques du roman..., p. 357-535, part. pour les romans du Moyen Âge, p. 505-517.

62 Poétiques du roman..., p. 525-526.

63 Poétiques du roman..., p. 378.

64 C. Sorel, Histoire comique de Francion, texte établi, présenté et annoté par Y. Giraud, Paris, Garnier-Flammarion, 1979, p. 172.

65 C. Sorel, De la connaissance des bons livres ou examen de plusieurs autheurs. Supplément des Traitez de la connaissance des bons livres, Paris, 1671. Voir Poétiques du roman..., p. 895.

66 De la connaissance des bons livres, cité par H. Blom, Un conte à dormir debout..., à la p. 174.

67 M. Simonin, « La réputation des romans de chevalerie selon quelques listes de livres (XVIe-XVIIe siècles) », dans Mélanges de langue et de littérature françaises du Moyen Âge et de la Renaissance offerts à Charles Foulon, Rennes, 1980, p. 363-369, à la p. 366.

68 Le Dictionnaire de l’Académie françoise, dédié au roy, Paris, 1694. Voir I. Popelar, Das Akademie Wörterbuch von 1694. Das Wörterbuch des Honnête Homme ?, Tübingen, 1976, et M. Lindemann, « Le Dictionnaire de l’Académie française de 1694. Les principes et la réalisation », dans Travaux de linguistique et de philologie, nos 25-26, 1997-1998, p. 280-297.

69 A. Furetière, Dictionnaire universel contenant généralement tous les mots françois tans vieux que modernes et les termes de toutes les sciences et des arts, divisé en trois tomes, Amsterdam, 1690, 2e éd. remaniée et corrigée, 1701.

70 J. Chapelain, De la lecture des vieux romans, présentation, notes et établissement du texte par J.-P. Cavaillé, Paris, 1999. Voir R. Baader, « Ein moderner Ancien : Jean Chapelain Dialog De la lecture des vieux romans (1647) », dans éd. R. R. Grimm, Mittelalter-Rezeption..., Heidelberg, 1991, p. 89-109 et J.-P. Cavaillé, « Galanterie et histoire de l’Antiquité moderne. Jean Chapelain, De la lecture des vieux romans, 1647 », dans XVIIe siècle, juillet-septembre 1998, n° 200, p. 387-451.

71 J. Chapelain, De la lecture....

72 Sur ce phénomène voir G. Berger, « Aspekte der Rezeption des mittelalterlichen Romans im 17. Jahrhundert », dans éd. R. R. Grimm, Mittelalter-Rezeption..., p. 89-109.

73 F. Wolfzettel, « Ces vieux fatras : Moyen Âge et folklore au XVIIe siècle », dans Médiévales, n° 23, Réception du Moyen Âge dans la culture moderne. Articles recueillis par D. Buschinger, Amiens, 2002, p. 213.

74 M. Fumaroli, « Les enchantements de l’éloquence : les Fées de Charles Perrault ou De la littérature », dans Le statut de la littérature. Mélanges Paul Bénichou, Genève, 1982, p. 153-186, Annexes p. 265 ; Mademoiselle Lhéritier. Mademoiselle Bernard. Mademoiselle de la Force. Madame Durand. Madame d’Auneuil, Contes, éd. R. Robert, Paris, 2005 (Bibliothèque des génies et des fées, 2 ; Sources classiques, 53), cit. p. 23.

75 Mademoiselle Lhéritier... Contes ..., éd. p. 339-355, et analyse rapide p. 299-300. Analyse comparée dans F. Wolfzettel, Ces vieux fatras..., aux p. 217-218.

76 Mademoiselle Lhéritier... Contes..., p. 338.

77 Cité par H. Jacoubet, Le comte de Tressan et les origines du genre troubadour, Paris, 1923, p. 179.

78 D. D. R. Owen, « Aucassin et Nicolette and the Genesis of Candide », dans Studies in Voltaire and the Eighteenth Century, n° 4l, 1966, p. 203-217.

79 L. Gossman, Medievalism and the Ideologies of the Enlightenment. The World and Work of La Curne de Sainte-Palaye, Baltimore, 1968 ; K. Busby, « An Eighteenth Century Plea on Behalf of the Medieval Romance : La Curne de Sainte-Palaye’s Mémoires concernant la lecture des anciens romans de chevalerie », dans Studies in Medievalism, n° 3/1, 1987, p. 55-69 ; R. Mortier, « Aspects du rêve chevaleresque, de La Curne de Sainte-Palaye à Madame de Staël », dans Le cœur et la raison, Oxford, Voltaire Foundation, 1990 ; M. Mancini, Il Medioevo del Settecento..., p. 595-624, part. § 6. « Sainte-Palaye, Il trionfo dell’erudizione », p. 613-618 ; J. Sgard, « La Curne de Sainte-Palaye (1697-1781) », dans S. Bernard-Griffiths, P. Glaudes et B. Vibert (éd.), La fabrique du Moyen Âge au XIXe siècle. Représentations du Moyen Âge dans la culture et la littérature françaises du XIXe siècle, Paris, Champion, 2006 (Romantisme et Modernités, 94), p. 123-126.

80 Jean-Baptiste de La Curne de Sainte-Palaye, « Mémoire concernant la lecture des anciens romans de Chevalerie » dans Mémoires de l'Académie des inscriptions et belles-lettres, t. 8, 10, 13, 14, 15, et t. 17 ; Idem, « Mémoire sur l’ancienne chevalerie », dans Mémoires de l'Académie des inscriptions et belles-lettres, t. 20, 1746 ; Idem, Mémoires sur l’ancienne chevalerie considérée comme un établissement politique et militaire, 2 vol. , Paris, 1759 ; 2e éd. en 3 vol. , 1781 ; 3e éd. avec des notes et une introduction par C. Nodier, Paris, Girard, 1826.

81 Jean-Baptiste de La Curne de Sainte-Palaye, Memoires sur l’ancienne chevalerie..., cité par M. Mancini, Il Medioevo del Settecento..., p. 616.

82 G. Roussineau, « Perceforest dans La Curne et dans Godefroy », dans éd. F. Duval, Frédéric Godefroy. Actes du Xe colloque international sur le moyen français organisé à Metz du 12 au 14 juin 2002, Paris, 2003 (Mémoires et documents de l’École des chartes, 71), p. 159-174.

83 Dictionnaire historique de l’ancien langage françois ou glossaire de la langue françoise depuis son origine jusqu'au siècle de Louis XIV...., 10 t. en 5 vol. , Niort, Paris, 1875-1882. Le manuscrit était achevé avant la Révolution : un prospectus fut publié, Projet d’un glossaire françois, Paris, L.-H. Guérin et L.-F. Delatour, 1756, in-4° 11-30 p. ainsi que le premier fascicule (jusqu’au mot asseureté) publié sans lieu ni date.

84 M. Mancini, Il Medioevo del Settecento..., p. 595-624, part. § 5 « La riscoperta dei testi medievali », p. 609-613.

85 Mémoires de Philippe de Commynes contenans l’histoire des rois Louis XI et Charles VII depuis l’an 1464 jusque en 1492, édition nouvelle par Denis Godefroy, À Bruselle, 1723.

86 Jean Antoine Du Cerceau, Lettre à M. de *** en lui envoyant la nouvelle édition des œuvres de François Villon, Paris, 1723.

87 F. Fossier, « L’Histoire littéraire de la France au dix-huitième siècle, d’après les archives des Bénédictins de Saint-Maur », dans Journal des savants, 1976, p. 253-279 ; B. Neveu, « L’Histoire littéraire de la France et l’érudition bénédictine au Siècle des Lumières », dans Journal des savants, 1979, p. 73-113 ; R. Trachsler, « L'Histoire littéraire de la France. Des bénédictins à l’Institut de France (1773-1850) », dans Vox Romanica, n° 56, 1997, p. 83-108.

88 M. Mancini, Il Medioevo del Settecento..., p. 595-624, part. § 7, « Tressan e il genre troubadour », p. 618 ; et R. Poirier, La bibliothèque universelle des romans : rédacteurs, textes, publics, Genève, 1976.

89 R. Poirier, La bibliothèque..., p. 42.

90 A. Pauphilet, Le legs du Moyen Âge, p. 46.

91 Ibid.

92 F. Raynouard, Choix des poésies originales des troubadours, 6 vol. , Paris, 1816-1821.

93 F. Raynouard, Choix..., t. 1, p. V.

94 Le roman de Rou et des Ducs de Normandie, par Robert Wace, poète normand du XIIe siècle, publié pour la première fois d’après les manuscrits de France et d'Angleterre..., par Frédéric Pluquet, 2 vol. , Rouen, 1827.

95 Journal des savants, 1828, p. 131-141, part. p. 135-136.

96 F. Raynouard, Observations philologiques et grammaticales sur le Roman de Rou, et sur quelques règles de la langue des trouvères au douzième siècle, Rouen, Édouard Frère, de l’imprimerie de Crapelet, 1829.

97 A. Pauphilet, Le legs du Moyen Âge..., p. 46.

98 C. Nodier dans sa préface à Robert le Diable, cité par É. Gaucher, Robert le Diable. Histoire d'une légende, Paris, 2003 (Essais sur le Moyen Âge, 29), p. 148.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search