Version classiqueVersion mobile

Mémoire des chevaliers

 | 
Isabelle Diu
, 
Élisabeth Parinet
, 
Françoise Vielliard

Introduction

Isabelle Diu et Élisabeth Parinet

Texte intégral

1Le titre de ce colloque pose d’abord une question de terminologie. Le terme de « roman de chevalerie » qu’aucun philologue n’emploierait plus n’a pas été choisi au hasard : cette expression a connu un succès durable depuis l’âge classique jusqu’à aujourd’hui, bien qu’elle rassemble des productions littéraires médiévales hétéroclites que les spécialistes contemporains désignent comme chanson de geste et roman courtois et qui ont en commun de mettre en scène des chevaliers. En effet, c’est toujours par rapport à l'image du chevalier, de ses vertus, de ses exploits guerriers et de sa quête amoureuse, que s’affirme le goût du médiéval dans un large public. C’est aussi le rejet de ce terme trop vague qui amènera les philologues du XIXe siècle à définir une terminologie reposant sur des fondements plus scientifiques. Il était donc nécessaire de mener une enquête précise sur cette évolution dont Françoise Vielliard s’est chargée de retracer les étapes.

2La permanence du terme reflète un engouement jamais démenti. La période considérée dans ce colloque est particulièrement importante parce que les romans de chevalerie y sont l’objet d’une approche philologique renouvelée en même temps que d’un goût affirmé de la part du grand public. Elle voit, à ses débuts, naître une philologie scientifique, qui s’incarne dans de grandes figures d’érudits, et se développer la vogue du gothique dans tous les domaines artistiques. Toutefois, les « romans de chevalerie » ont toujours suscité l’intérêt de publics divers depuis le XVIe siècle, et singulièrement à l’âge classique, comme le souligne Jean-Marc Chatelain ; aussi les mouvements que s’est proposé d’étudier ce colloque, entre 1750 et 1950, s’inscrivent dans une plus longue durée. Ce goût pour la littérature médiévale se décline sous des formes textuelles diverses (éditions, réécritures, adaptations, livrets d’opéra...) qui ne révèlent pas seulement des traces diffuses d’un Moyen Âge réinventé, mais témoignent d’un intérêt pour les sources mêmes et affichent, depuis Du Bellay, un souci de la langue et du patrimoine littéraire français. Ces mouvements de retour au Moyen Âge procèdent toujours soit d’une démarche érudite soit d’une adhésion à l’imaginaire. Tentative de l’érudition ou tentation du divertissement se relaient l’une l’autre pour entretenir la permanence de l’intérêt dans l’ensemble du public.

3Dès 1730, Langlet-Dufresnoy publie Usage des romans et propose une première classification de cette littérature dans sa Bibliothèque des romans. À partir de 1750 alternent les entreprises à caractère érudit, comme celles de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres ou des Mauristes dans l’Histoire littéraire de la France, et les éditions destinées à un public plus large comme la Bibliothèque universelle des romans ou la Bibliothèque bleue ; cette dernière sera relayée après la Révolution par les fictions qu’elle inspire à Louis de Marchangy et, au milieu du XIXe siècle, par les tentatives de réécriture de la Nouvelle bibliothèque bleue de Delvau. Ce siècle voit le triomphe des philologues — Paulin et Gaston Paris, Francisque Michel —, ou encore d’un bibliothécaire comme Guillaume Trébutien, en même temps que des tentatives originales d’édition comme celles de Crapelet avec sa Collection des anciens monumens de l’histoire et de la langue française ou de Techener. À la fin du XIXe siècle s’amorce une diversification en direction du public enfantin qui fera long feu. Le XXe siècle verra s’épanouir les mêmes tendances avec des réécritures de type « bédiéristes » et de nombreuses éditions savantes, qui réveillent des échos chez les poètes et les romanciers les plus divers comme Apollinaire, Eluard, Barrès ou Céline.

4L’ambition de ce colloque a été de mettre en lumière les passeurs, qu’ils soient poussés par une ambition savante ou animés d’un simple désir de modernisation littéraire. Ces intermédiaires s’incarnent dans de grandes figures de philologues, d’éditeurs et d’adaptateurs qui pratiquent autant le pastiche que la réécriture ou la traduction en français moderne : Hélène Biu ressuscite la figure souvent méconnue de Paulin Paris tandis qu’Ursula Bähler analyse les fondements de la démarche du plus célèbre philologue de la famille, son fils, Gaston Paris, et qu’Alain Corbellari évoque les grandes éditions philologiques et les adaptations littéraires de l’entre-deux guerres. Nathalie Clot, quant à elle, s’est attachée à retracer les ambiguïtés de la politique éditoriale d’un Crapelet, hésitant, sous la Restauration, entre érudition et bibliophilie. Les éditeurs étudiés par Annie Renonciat puis Cécile Boulaire, jouent encore un rôle important, aux côtés des auteurs et des illustrateurs, dans les adaptations destinées au public enfantin du XXe siècle. Par ailleurs, le roman de chevalerie est une source d’inspiration pour de nombreux auteurs de pastiches littéraires ou de continuations de récits médiévaux, comme Mme Riccoboni, étudiée par Pascale Bolognini, Florian dont Françoise Gevrey examine les récits de tonalité médiévale, ou Louis de Marchangy qu’évoque Michel Stanesco. De nombreux librettistes puisent aussi dans ce Moyen Âge de fiction comme le rappelle Jelle Koopmans. Enfin, divers auteurs optent pour de véritables réécritures, comme Alfred Delvau que Philippe Ménard et Thierry Delcourt, tour à tour, analysent, ou André Mary qui offre une alternative aux versions de Bédier et dont Alain Corbellari trace le portrait.

5À travers des individus, ce sont surtout de grands mouvements qui se dessinent, inscrits historiquement dans leur temps (celui de la naissance de la philologie allemande ou des adaptations bédiéristes de l’entre-deux guerres, par exemple), et marqués idéologiquement par un nationalisme littéraire, une sensibilité à un substrat « gaulois » ou l’influence du folklorisme.

6Tout au long de ces réflexions s’inscrit en filigrane la question des publics. Le roman de chevalerie a toujours été présenté comme apprécié tout particulièrement du public féminin et souvent stigmatisé comme tel. C’est vers lui que se tournent de manière délibérée certains auteurs d’adaptations avant de rechercher un nouveau lectorat du côté de la jeunesse. Quelque figure qu’ils prennent, les chevaliers n’en finissent pas de hanter notre imaginaire...

© Publications de l’École nationale des chartes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search