Version classiqueVersion mobile

Nature et paysages

 | 
Dominique de Courcelles

Avant-propos

Dominique de Courcelles

Texte intégral

  • 1 Michel Collot, Les enjeux du paysage, introduction, Bruxelles, éd. Ousia, 1997, p. 5.

1Depuis maintenant une trentaine d’années les recherches sur le paysage et ses multiples dimensions ont pris une grande ampleur, dans la ligne, par exemple, des travaux de Augustin Berque, Michel Collot, Baldine Saint Girons ou Philippe Nys. Comme le souligne Michel Collot, « le paysage est un carrefour où se rencontrent des éléments venus de la nature et de la culture, de la géographie et de l’histoire, de l’intérieur et de l’extérieur, de l’individu et de la collectivité, du réel et du symbolique »1. Le séminaire « Humanisme, traditions et réinterprétations », qui a lieu à l’École Nationale des Chartes et réunit des chercheurs travaillant sur des aires linguistiques différentes de la romanité et dans des disciplines diverses, s’est consacré, ces dernières années, à la question de l’émergence du sujet en tant qu’auteur rendant compte d'une expérience particulière d’interprétation et/ou d’existence à la fin du Moyen Age et dans la première modernité. C’est ainsi que la question des éléments naturels et du paysage a paru fondamentale, en raison de leur importance dans la littérature de cette époque.

  • 2 Augustin Berque, Les raisons du paysage de la Chine antique aux environnements de synthèse, Paris, (...)

2Dans Les raisons du paysage, en 1995, Augustin Berque, à propos de ce qu’il dénomme « la mise en scène paysagère », estime que le cogito (je pense) cartésien peut être considéré comme le fondement ontologique de la modernité, parce qu’il a posé « l’être du sujet dans l’absolu de sa propre affirmation de sujet ». Il souligne : « Cet être du sujet, dont l’identité à l’image de Dieu, transcende les contingences locales et conjoncturelles, a eu besoin de s’exprimer par des symboles concrètement inscrits dans l’étendue terrestre. C’est à sa manière qu’il l’a fait, en assimilant cette étendue à l’espace absolu où il se posait lui-même »2.

3Cette assimilation s’est faite progressivement, et il a paru souhaitable de réfléchir, essentiellement à partir des représentations littéraires des éléments naturels et du paysage, sur les premiers temps de cette assimilation à la fin du Moyen Age et à la Renaissance, dans la mesure où ils constituent les prémices de l’émergence du sujet moderne et en désignent les principaux enjeux. D'où l’axe de réflexion proposé pour deux journées d’étude qui ont eu lieu en 2004 et 2005 : Comment les éléments naturels sont-ils convoqués pour participer à l’émergence du sujet et comment sont-ils constitutifs d’une identité ? Comment lui permettent-ils de s’inscrire et de s’écrire ? Comment cette relation d’inscription et description/écriture entre les éléments naturels et la subjectivité passe-t-elle aussi par le paysage ? Quelle est la relation entre le paysage et la subjectivité ? Est-ce que le paysage permet de justifier l’intervention subjective ? À quoi servent les éléments naturels sinon à ce que le sujet se connaisse mieux et, sachant penser et écrire/s’inscrire dans un paysage, sache aussi se situer par rapport au monde et par rapport à l’autre, humain ou divin ?

4L’un des points de départ de la réflexion a été la question des rapports entre les éléments naturels et le paysage dans lequel ils se situent et celle du passage de la nature sauvage à une belle nature. La nature sauvage peut être signifiée par le locus horridus, ce bois peuplé de loups cruels de la littérature castillane du XVe siècle (Santiago López-Ríos) qui est toujours destiné à trouver à la fin un apaisement cosmique, signe d’une possible paix politique. La nature sauvage consiste aussi en ces terres dépourvues de références que parcourt Montaigne en son voyage (Philippe Desan). La figure de la rose se détache alors comme événement symbolique selon Ronsard, où se croisent le poétique et le politique (Cathy Yandell). Pour Montaigne, le paysage est ce beau paysage — jardin qui révèle l’ingéniosité et la domination des hommes (Philippe Desan). C’est ainsi que la convocation et la recomposition par un auteur de tel ou tel élément naturel et de la nature lui permettent de se poser comme sujet d’une expérience et d’une interprétation. C’est aussi par cette possibilité d’une description subjective de la nature que le paysage naît à la Renaissance.

5Dans le voyage allégorique, véritable rituel personnel d’initiation du Siervo libre de amor de 1440 (Juan Carlos Conde), ou de L’Arcadie de Sannazaro vers 1484 (Carlo Vecce), les descriptions de la nature, inscrites dans une longue tradition et puisant dans un abondant répertoire d’images qu’elles contribuent à rénover et à refonder, s’accordent aux actions du protagoniste, qui est aussi l’auteur-acteur. Les éléments naturels entrent dans la révélation du sujet et dans son histoire, comme projections d’un monde intérieur, d’un paysage de l’âme. Dans L’Arcadie, le rêve d’une harmonie entre la nature et la civilisation, qui est aussi quête esthétique, est bien présent. Le poème Menina e Moça de Bernardim Ribeiro (Hélio Alves), dans la première moitié du XVIe siècle, entrelace éléments naturels et subjectivités ; la Jeune Fille qui a quitté sa maison pour écouter des histoires et écrire trouve dans un rossignol sa propre identité ; les evidentiae de la nature la renvoie à sa subjectivité qui est aussi celle du poète. Dans les Solitudes de Góngora, au début du XVIIe siècle (Mercedes Blanco), c’est sur un fond de paysage comme en trompe-l’œil que se développe une errance qui est aussi bien celle de la métrique que du sujet peregrino ; le triomphe du paysage, en poésie comme en peinture, sert à exhiber la virtuosité de l’artiste.

6La quête spirituelle s’inscrit évidemment au cœur des relations entre la nature créée par Dieu et l’être humain. Marot fait éclater le signe conventionnel du paysage métaphorique qui scande le pèlerinage de la vie pour une dernière étape en haut de la montagne de contemplation, dans un dernier jardin au cœur du monde et de soi (Danièle Duport). La montagne est bien le lieu fort de l’ascèse et de l’initiation, de la mort et de la vie nouvelle, permettant l’infini élargissement de l’horizon et la réforme du cœur, comme l’expriment en un savant mélange d’intertextualité et d’autobiographie les poètes de la montagne Marguerite de Navarre ou Peletier du Mans (Rosanna Gorris Camos). « La nature qui aime à se cacher » est aussi la divinité qui se révèle en se cachant, et les mystiques castillans Luis de León et Jean de la Croix, sans doute dans la ligne de Corneille Agrippa, ont su convoquer la nature et les paysages d’Espagne pour l’opération mystique, en une véritable magie naturelle (Dominique de Courcelles).

  • 3 Je reprends ici la mention faite par Lizzie Boubli dans son analyse.

7En ce début de la modernité, la perception des mondes naturels est fondée sur un savoir objectif, dont Hannah Arendt a désigné les trois événements majeurs, c’est-à-dire la découverte de l’Amérique, la Réforme et l’invention du télescope3. Cette perception s’accompagne d’une nouvelle subjectivité que manifestent aussi bien la littérature que la peinture, la géographie ou l’aménagement de l’espace. La conquête de soi, cet être du sujet se posant dans un espace absolu, selon l’expression d’Augustin Berque citée au début de cet avant-propos, apparaît ici liée à la conquête des mondes naturels comme découverte de l’infini et perte de toute vérité définitive. Désormais, c’est à une « veue oblique », par oubli et obliquité, dans un monde morcelé où les continents ne sont que des archipels, que s’exerce Montaigne, afin de déceler les îlots de mots et de sens qui feront mémoire et essai de soi (Tom Conley), cependant que Le Greco s’attache à la multiplicité des points de vue, dans le Laocoon par les distorsions perspectives et dans Vue et Plan de Tolède par des déformations spatiales illogiques, ce qui consiste aussi pour lui à laisser la nature faire son œuvre et à permettre au peintre comme au spectateur d’affirmer sa subjectivité (Lizzie Boubli). L’indécision entre le microcosme et le macrocosme fait que la terre doit mimer l’apparence de l’homme pour l’instruire, le rassurer, l’assujettir à un pouvoir souverain, non seulement dans l’ancien monde (Frank Lestringant), mais aussi dans les terres lointaines des Andes, d’un paysage sacré à un autre (Chantal Caillavet).

8Ce qui cherche à se définir ainsi, dans ces différentes études, à partir des éléments naturels et du paysage, c’est tout un mouvement de représentations et d’autoreprésentations, sans qu’il y ait d’ailleurs jamais adéquation. Le sujet se constitue ou plutôt émerge en se projetant sur ses entours naturels et en les investissant, en dégageant des signifiants, en constituant des prises sur des expériences fondamentales. Il y a là un jeu permanent de cacher/montrer et aussi un tremblé des significations. Il n’y a pas de subjectivité sans distance ni mouvance ni variation. Un être humain pourrait-il accéder à sa conscience de sujet d’expérience, à sa conscience d’auteur, sans incessante et variable convocation des éléments naturels, sans mouvante et fluide inscription dans un paysage ? Un élément naturel, un paysage seraient-ils vraiment tels sans la médiation d’une recomposition par l’écriture ou la peinture ou la croyance ? Entre l’art et la vie, l’intrication est incessante. On ne dénoncera jamais assez l’opposition rigide entre nature et culture, matière et forme.

Notes

1 Michel Collot, Les enjeux du paysage, introduction, Bruxelles, éd. Ousia, 1997, p. 5.

2 Augustin Berque, Les raisons du paysage de la Chine antique aux environnements de synthèse, Paris, éd. Hazan, 1995, p. 141.

3 Je reprends ici la mention faite par Lizzie Boubli dans son analyse.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search