Version classiqueVersion mobile

Mémoire et subjectivité (XIVe-XVIIe siècle)

 | 
Dominique de Courcelles

Histoire d’archives : une célébrité douteuse à Gênes au XVIe siècle, au défi des pouvoirs civils et religieux

Elena Taddia

Texte intégral

  • 1 Voir Michel Balard, La Romanie génoise (XIIe-début XVesiècle), Rome, 1978, 2 vol. Pour un tableau (...)
  • 2 Dont l’historiographe le plus connu est au Cinquecento Agostino Giustiniani ; voir ses Annali dell (...)
  • 3 Il n’y a pas d’études spécifiques sur la littérature et la culture génoises à la fin du XVIe siècl (...)
  • 4 Officier de la police républicaine.

1Durant le XVIe siècle, le territoire de la République de Gênes — correspondant à peu près à l’actuelle région ligure et à l’île de Corse — a toujours souffert de sa position géopolitique. Aux confins de la France à l’ouest et des domaines espagnols au nord, Gênes a un rapport privilégié avec l’Espagne dans sa tentative de conserver sa liberté souveraine de petite puissance à son déclin. Puissance marchande durant le Moyen Age, elle est la seule et unique ville italienne qui puisse vraiment rivaliser avec Venise, mais, après la prise de Constantinople par Mahomet II (en 1453), elle décline lentement et inexorablement1. La ville, caractérisée par son pragmatisme et par son indépendance, plus soucieuse de commerce que d’intransigeance religieuse, semble laxiste en ce qui concerne l’administration même de la justice. Ses juges, tant séculiers qu’ecclésiastiques, distribuent des excommunications et des exils qui, le plus souvent, sont remis. La justice de la République doit fréquemment s’affronter à la justice ecclésiastique et les litiges pour la délimitation des compétences des tribunaux sont nombreux. Archevêque contre Doge, Église contre État, telle est la réalité conflictuelle dans laquelle vivent les Ligures. Ces difficultés ne les empêchent pas d’être fiers de leur histoire, de préférer l’historiographie2 et l’histoire de leurs gloires « nationales » à la littérature des grands poètes tels que Dante, Pétrarque ou Boccace. Au cours du XVIe siècle, l’humanisme qui se développe est le fait des latinistes et des juristes. Les tentatives d’imitation de Dante sont pauvres et tardives. C’est seulement au début du XVIIe siècle que la littérature génoise semble atteindre une certaine maturité. Des chansonnettes érotiques, des tragédies d’inspiration mythologique et des poèmes chevaleresques apparaissent, tandis que la production musicale et celle de la presse atteignent un niveau tout à fait appréciable3. En même temps, un certain ascétisme, voire un certain mysticisme, est présent dans la vie de la ville, avec sainte Catherine Fieschi Adorno. Plus généralement, Gênes, à la fin du Cinquecento, malgré son déclin au niveau international, reste une ville animée. Les tavernes, les maisons de passe et de jeux y sont célèbres, ainsi que ses bandes de personnages louches, véritables compagnies de noctambules, femmes et hommes, laïcs et ecclésiastiques, qui fréquentent les tavernes, jouent aux cartes, chantent, se travestissent, s’épient, s’aiment, se querellent et parfois se tuent. Dans les méandres de la vieille ville, qui a gardé ses maisons médiévales, les jeux de masque et de cache-cache sont des passe-temps très à la mode, mais ils sont également propices à la fuite, lorsqu’on cherche refuge loin d’une famille, d’une maîtresse ou d’un amant, d’un fameglio4, d’un créancier ou d’un ennemi, ou des autorités civiles et religieuses.

  • 5 Arcbivio Diocesano di Genova (ADG), Criminalia, f. 338, DB. Tous ces documents ont été classés par (...)
  • 6 Ibid.., f. 343.
  • 7 Ibid, f. 344.

2C’est ainsi qu’en 1599 la figure de Bertoni, chapelain de l’église de San Matteo, émerge de l’anonymat, grâce à sa mention dans les archives criminelles de Gênes. Après quatre cents ans d’oubli, ces archives permettent de reconstituer son histoire et nous apprennent comment ce personnage a construit sa propre célébrité et sa propre histoire. L’historien dispose de six correspondances amoureuses, dix poèmes, un acte notarié, un important procès criminel de 1599-1600 et quelques autres documents de statuts divers5. En progressant dans le dépouillement de nouvelles liasses d’archives, j’ai retrouvé le même personnage accusé plus tard dans un deuxième procès en 16126 et enfin deux lettres datées et signées de sa main en 1624, envoyées à l’archevêque de Gênes7. On perd alors les traces de son histoire.

  • 8 Ibid., f. 338, Inventario.
  • 9 Une des rares listes de livres appartenant à un ecclésiastique est celle d’un curé lombard, dans D (...)

3Qui est Dominico Bertoni ? Nous l’apprenons par les actes du procès que lui fait le tribunal du diocèse de Gênes. La lecture du procès permet de connaître le milieu dans lequel sa vie de chapelain se déroule : l’église San Matteo, sa cellule, la sacristie, l’ensemble des vieux quartiers de Gênes et leurs activités les plus diverses. Peu éloignée de San Matteo se trouve la cathédrale San Lorenzo, avec sa Cour ecclésiastique et également les prisons, où Dominico est enfermé, comme tout le laisse supposer, pendant six mois. Tout proches sont d’autres lieux qu’un religieux, soucieux d’observer les recommandations du Concile de Trente, ne doit pas fréquenter, à savoir les auberges et les maisons des cortegiane, endroits bruyants et mal famés. Bertoni, comme il l’explique lui-même, est originaire d’un petit village au bord de la mer, situé aux frontières de la République, près de la Toscane. Il est d’abord devenu Carme, puis chapelain de l’église San Matteo et enfin ordonné prêtre. Ceci explique son accès aux livres et son goût pour la littérature. Non seulement il sait lire et écrire (ce qui n’est pas toujours le cas des membres du clergé immédiatement après le Concile de Trente), mais il a un usage peu commun du vocabulaire et un grand talent pour l’écriture. En raison de ses connaissances culturelles, il est également maître d’école. D’après l’inventaire notarié des objets retrouvés dans sa chambre8, nous apprenons qu’il possède des livres. Malheureusement le notaire ne dresse pas la liste des ouvrages, mais on peut estimer, comme nous le verrons en analysant ses écrits, que Dominico Bertoni a été un lecteur curieux et avisé et qu’il a eu accès à des textes profanes, parfois mis à l’index. Comme les ecclésiastiques cultivés de son temps à Gênes, il a sans doute lu les auteurs classiques latins, Catulle en premier lieu, saint Augustin, saint Thomas et Jacques de Voragine, également Dante et Pétrarque, sans doute également le Malleus Malleficarum, et surtout, comme nous le verrons, Pietro Aretino l’Arétin9. Essayons donc de comprendre les événements qui ont contribué à maintenir l’histoire de Dominico Bertoni dans les archives de la ville de Gênes.

  • 10 ADG, Criminalia, fol. 338, Inventario.

4En juillet 1599, une procédure est engagée contre lui avec l’audition de quinze témoins, dont un laïc et quatorze chapelains, tous confrères de Dominico à San Matteo. Dès les premiers témoignages recueillis, il apparaît clairement que l’irrespect envers l’autorité de son supérieur, l’abbé de San Matteo, constitue l’accusation majeure prononcée contre Dominico Bertoni. L’abbé n’est jamais présent de vive voix, mais c’est lui qui dirige toute l’affaire. La haine entre les deux hommes est violente. D’après ces premiers extraits, il est clair que Dominico est totalement dépourvu d’humilité et de respect des autorités ecclésiastiques et qu’il se distingue par son tempérament coléreux. En refusant de faire la révérence aux autres prêtres et à l’abbé, il commet un acte très grave. La parole paraît être son arme principale de provocation. Son emportement et ses colères, son éloquence font de Dominico Bertoni un étonnant personnage, dont la renommée dans son milieu est bien établie. Mais la violence de Dominico n’est pas seulement langagière. L’inventaire rédigé par le notaire au moment de l’arrestation établit que Dominico garde dans sa chambre, outre des livres, un pugnale, une meza spada, six pistolle de divers modèles et enfin un arcobugio, tout un petit arsenal10. Car Dominico Bertoni passe une grande partie de son temps en dehors de l’église. Son histoire est aussi une histoire nocturne, liée au monde des laïcs, ses compagnons d’inspiration artistique et parfois ses ennemis jurés. Sa célébrité à Gênes est liée aux bas-fonds de la ville.

5Aimant la nuit au point d’oublier de rentrer chez lui avant le couvre-feu, non seulement il fréquente les bordels, mais il est inévitablement un habitué des tavernes dans lesquelles il se rend avec des amis cavaliers et musiciens. Ceci nous amène directement à un autre aspect de son comportement, sa vie amoureuse et sexuelle. Une femme, en particulier, est citée au cours du procès comme étant sa maîtresse. Son nom n’est pas mentionné, ce qui en soi est étonnant ; elle est mariée et mère d’un enfant qui fréquente l’école dans laquelle Dominico enseigne. Les témoignages recueillis confirment également l’accusation selon laquelle Dominico fréquente les putane. Dominico se fait également remarquer pour sa liberté d’allure en embrassant avec effusion les jeunes hommes, en particulier un adolescent de quatorze ans. Il est remarquable que, dans l’enquête judiciaire que nous analysons, le vicario foraneo met toujours en avant les accusations relatives à des déviances par rapport aux dogmes du christianisme ou relatives aux querelles et inimitiés de Dominico. Ses comportements amoureux ou sexuels paraissent des données secondaires non déterminantes.

  • 11 Il affirme : « sono prete sacerdote non ho padre sono di un luoco [detto] Rio, diocesi di Luni e S (...)

6Dominico Bertoni est le dernier à comparaître à son procès, le 30 juillet 1599. Il doit répondre aux questions qui lui ont été formulées en latin et il déclare d’abord ne pas connaître la cause de sa détention. Il décline ensuite son identité11 et évoque ses états de service religieux. D’abord accusé de ne pas pratiquer suffisamment la confession, il objecte qu’il a l’habitude de dire de mémoire son bréviaire, même en prison, et de se confesser chaque jour à divers prêtres. Ensuite, le juge le questionne sur ses inimitiés. C’est ainsi que se conclut l’interrogatoire de Dominico, sans aucune prise en compte des autres faits. Cet interrogatoire laisse le lecteur moderne perplexe. Donc, six mois après son arrestation, Dominico est reconnu coupable et condamné à un an d’exil du diocèse et de la République. En fin de compte, la « bienveillance » de l’abbé annule la sentence et il est gracié. Le procès n’aura véritablement été qu’une palinodie qui livre cependant l’histoire d’un personnage bien renommé dans son milieu. Le 17 février 1600, Dominico Bertoni reprend ses activités de chapelain de San Matteo, alors qu’au même moment l’ancien Frère prêcheur, le philosophe Giordano Bruno, à la suite d’un éprouvant procès qui a duré sept ans, est brûlé vif à Rome. En 1612, Dominico subit un deuxième procès, très semblable au premier. Il quitte alors Gênes.

  • 12 ADG, Criminalia, f. 338, Lettere e Sonetti.

7Passons donc à l’analyse des écrits, lettres et sonnets de Dominico Bertoni, retrouvés dans une liasse des Archives criminelles de l’Archivio Diocesano de Gênes, constituée à l’occasion du procès de 1599-1600 : « Lettere perquel si vede d’amore, sonetti pur d’amore »12.

  • 13 Pour une étude introductive ainsi qu’une bonne bibliographie sur l’Arétin, voir Marga Cottino Jone (...)

8S’il y a des textes que Dominico Bertoni peut avoir possédés et lus, il s’agit, selon toute probabilité, des œuvres de Pietro Aretino (1492-1556)13. Même si le fait d’avoir traversé ensemble une partie du XVIe siècle les unit, ces deux hommes ont vécu deux époques complètement différentes. Ce que l’Arétin n’a pas connu, c’est la Contre-Réforme. Il agit entre la fin du Moyen Age et la Renaissance, alors que la dichotomie entre culture populaire et culture savante, entre profane et sacré, entre obscénité et sublimité, paraît peu pertinente. En revanche, en tant qu’homme de la Contre-Réforme, Dominico vit pleinement ces contradictions. Homme d’Église, il est aussi poète obscène, capable de lyriques poignantes, de jeux de mots triviaux, pour ensuite revenir à sa réalité bureaucratique quotidienne de prêtre et de pasteur. Par exemple, voici de stricts procès-verbaux délivrés pour les sépultures des morts. Mais également, voici des lettres d’amoureux enflammé. Quelles sont véritablement les habitudes amoureuses de Dominico ? La lyrique amoureuse de Dominico Bertoni, seulement connue aujourd’hui grâce aux documents saisis lors de la perquisition des agents de la curie diocésaine, révèle un homme appartenant sans conteste au milieu des hommes de lettres de son temps, soucieux de rivaliser avec de grands poètes et peut-être de constituer lui-même sa propre mémoire poétique.

  • 14 Ibid., l. 6: « Io non so già per qual cagion ».
  • 15 Ibid., l. 2: « Se per ragion d’amore ».

9La femme aimée peut évidemment être pure fiction d’auteur, une création littéraire, un motif : « Io non so già qual cagion vi move, ad esser contra me, tanto piena d’ira [...] anzi se per ragion d’Amore chi ama deve essere amato, deve Vs in ogni modo amarmi perché più di me stesso vi amo »14. Dominico n’hésite pas à la décrire comme une cruelle tigresse : « Se non vi moveno a pietà le mie parolle ricordatevi che alla vostra presenza sparsi tante lacrime, che, sariano suficienti a rendere pietosa qual si voglia crudelissima tigre »15. Si un membre du clergé comme Dominico Bertoni n’est pas tenu de praticare pour la morale, dans ses sonetti amorosi — tels que les qualifie le notaire qui en fait la liste — la femme, dont l’honneur est attaqué, est, de façon surprenante, une prostituée qui a l’apparence d’une grande dame honorable, quoiqu’elle ait parcouru en long et en large toutes les maisons de tolérance de la bella Italia et se retrouve à faire la putana à Gênes. Peut-être y a-t-il ici quelque chose d’auto-biographique. En effet, dans ces vers, la femme se prénomme Virginia et il est notable que Dominico fréquente les maisons génoises de rendez-vous :

  • 16 Ibid., sonnet n° 1: « Doppo l’haver spazzata la cortese ».

« dopo 1’haver spazzata la cortese
tutti i bordelli della bella Italia [...]
dopo 1’haver havuta il mal francese
sette volte col culo fatto battaglia
a quanti cazzi sian da Sinigaglia
a Pisa e da Milano al calabrese
[...] la comica Virginia era putana
nella città di Genua ogi è amirata
a fare la castissima diana »16.

  • 17 Lors du second procès contre Dominico Bertoni un témoin affirme à propos de Dominico et de sa band (...)

10Nous notons au passage que le principe géographique, voire politique, de l’Italie est bien établi, de Milan à la Calabre, via Pise. Nous remarquons également le motif de la guerre et du mal napolitain — mal francese — (élément constant de la société contemporaine dans laquelle vit Dominico Bertoni), sans compter le souvenir des guerres d’Italie, tant répandus à l’époque de l’Arétin et de Machiavel. En ce sens, Dominico cherche à imiter l’Arétin, dont il envie sans doute l’amitié avec le condottiero Giovanni dalle Bande Nere. Lui-même, dans sa petite société, donne des ordres à des braves, sa bande d’amis17. Ce premier poème comporte ainsi des motifs qui sont repris de façon presque identique dans au moins deux autres poèmes.

11Dans le sonetto n° 2, l’écrivain manifeste de façon burlesque ses désirs érotiques vis-à-vis d’une femme mariée qui, bien que laide et infidèle, semble conserver l’amour de son époux. Il commence d’un ton poignant :

« possa haver moglie brutta e dispietosa
che mi faccia le corne a tutte l’hore
e ch’io sapia e ne creppi d’amore
e pur non possa farle alcuna cosa »,

12mais ensuite, il change d’avis brusquement et préfère

  • 18 Ibid., sonnet n° 2 : « Possa haver moglie brutta e dispietosa ».

« campar gran tempo per putana infame
chel morir presto per Amor di Dame »18.

13Le refrain évoque le choix entre les amours légitimes ou les amours illégitimes. Dominico Bertoni ne semble pas apprécier la femme et le grand amour,

  • 19 Ibid., sonnet n° 7 : « Signora Ardelia mia ».

« signora Ardelia mia voi mi parete
una disgangherata gotta [...]
vecchia sgrinzita se forse credete
di far l’amor con qualche condotiero
[...] ch’avete una scarsella
larga, che puzza più d una carogna
[...] o quanti in cul vi chiama il buon gratia
che questi è nel toscano
che seben dice esser il francolino
fotte nel culo come un Paladino
[...] a voi potta bizarra
che mille cazzi metteresti in sciarra »19.

  • 20 Pour l’analyse du lexique dans ces sonnets, l’ouvrage de référence est le Dizionario letterario de (...)

14Dans ce sonnet, l’auteur, en employant des adjectifs tels que toscano, francolino et paladino, témoigne de son humour et de son goût des jeux de mots et de sens. Par ailleurs, il utilise très librement le répertoire du langage licencieux, très goûté à la fin du XVIe siècle, potta et scarsella et enfin sciarra désignant l’appareil génital féminin. L’emploi de ces mots dérivant de « bourse » (avec le sens de récipient) est largement attesté dans les textes de l’Arétin20. Dans ses poèmes, la femme est souvent prénommée Adelia, ou bien Ardelia, qui est une variante d’Adelia, Madalena ou Virginia. La femme n’est pas seule à être décriée. Un personnage masculin, fidèle des maisons de passe, qui peut être signifié simplement par un objet utilisé comme métaphore de l’appareil génital masculin, est également ridiculisé. Bertoni prouve ainsi sa radicale dérision à l’encontre de l’amour et du sexe :

« se gian Piron giaà mai tenta e osa
di servire dame e gran signore
chi haver la morte in sigurtà d’amore
è pratica per Dio troppo tediosa ».

15Effectivement, Piron est protagoniste comme figure de rhétorique représentée par le pirolo ou bien les organes génitaux externes masculins. Et ensuite :

  • 21 Ibid., sonnet n° 5 : « Dunque il meschin ».

« Donque il meschin di ratare se vi more
senza alcun che gli dia aiuto
o poveri Roffian Becco fotuto [...]
del becco ratare ch’à scorno
cozzando con la morte, al fin fatale
morse, rompiendo l’uno, e l’altro corno »21.

16Outre le ratare signifiant ravisseur ou bien violeur (lequel meurt en pleine mer cozzando con la morte), Dominico évoque les images hardies de Roffian, Becco, Fotuto. Ces trois substantifs réunis pour plus d’efficacité représentent respectivement le souteneur des filles de joie et les parties génitales de l’homme. Le terme becco fotuto est une figure rhétorique très courante au XVIe siècle, exactement comme fesso et asino en language familier d’aujourd’hui, con/corniaud et âne en français. Et nous trouvons fréquemment l’expression becco fotuto dans les témoignages recueillis au cours du procès de Dominico Bertoni, en tant que qualificatif péjoratif par lequel Dominico a l’habitude de désigner ses adversaires. C’est une expression très répandue chez les gens de lettres et dans l’ensemble de la population génoise et ces poésies soulignent donc l’importance de l’usage du gergo, si courant dans la littérature italienne du XVIe siècle. Même Giordano Bruno l’emploie, en se référant également au Christ qui se trouve ainsi en compagnie de l’Arétin.

17Le langage ordurier est particulièrement développé dans la pièce n° 8 intitulée « Ma femme est d’humeur gaie » (La mia donna ha un bell’humore). Ce sonnet est, par ailleurs, le seul dont l’écriture ne ressemble pas à celle de Dominico Bertoni. Peut-être donne-t-il la preuve que Dominico Bertoni pouvait rejoindre, plus ou moins clandestinement, des amis secolari e non dans une sorte de cercle privé, libertin, dans lequel on chantait en chœur, on jouait des instruments de musique et enfin on écrivait des poèmes. Le début de ce sonnet est léger et paraît destiné à être chanté :

« la mia donna ha un bell’humore
ed è tanto innamorata
impudica e disfacciata
che con tutti fa l’amore ».

18Ici encore le langage devient obscène :

  • 22 Ibid... sonnet n° 8 : « La mia donna ha un bell’humore ».

« chi gli caga sopra il tetto
chi col cul gli fa una torta
amorosa in su la porta
per amor, non per dispetto
gli fan poi le matinate chi con petti, e chi con ruti
e invece di lauti van sonando le sassate »22.

19Le langage scatologique de ce sonnet le classe difficilement dans le genre érotique traditionnel. Comme l’Arétin passé maître dans cet art, Dominico et son hypothétique cercle d’amis et admirateurs semblent avoir la maîtrise des émotions. L’objet analysé et disqualifié, pornographique, est la putana, ou bien le becco fotuto. Nul érotisme ici, mais une lourde obscénité, sans doute destinée à susciter le rire. Le contenu du sonnet permet de le classer parmi les genres littéraires particulièrement goûtés à cette époque, tels que la satire violente, la parodie chantée et la farce, en l’espèce avec les personnages de Rattare et Becco fotuto. Dominico Bertoni n’invente rien de nouveau avec ses sonnets, mais certainement il appartient à la meilleure tradition vulgaire italienne, à partir de Boccace, maître et précurseur de la littérature érotique jusqu’au genre de la nouvelle comico-érotique du XVIe siècle. Certes, dans le sobre panorama littéraire génois de l’époque, rien de semblable n’est attesté. Même le fait de consacrer des vers uniquement aux putane est un lieu commun aimé de l’Arétin, en particulier dans le Dialogo. L’Arétin est bien le maître ou l’un des maîtres de Dominico Bertoni, en ce sens que son œuvre n’exprime jamais le moindre scrupule religieux inhibitif. Comme nous y avons déjà fait allusion, une différence, importante évidemment, entre l’Arétin et Dominico est que ce dernier vit au temps de la Contre-Réforme, ce qui conduit à la naissance d’un genre littéraire clandestin. Et nous ne pouvons pas ne pas faire des comparaisons avec les lieux communs de la tradition misogyne, présente dans la littérature italienne, à laquelle contribuent en grande partie l’Arétin, mais aussi Francesco Berni et Luigi Pulci avec leur langage érotique si équivoque.

20Mais voici un sonnet pastoral qui dévoile un autre aspect de la créativité de Dominico Bertoni :

  • 23 Ibid., sonnet n° 4 : « Già la tacita notte usciva ».

« Già la tacita notte umida usciva
cinta d’intorno di stellato manto
e la siforme dea [ ?] intanto
l’argenteo Cercie al mondo discopriva
Quando un pastor [ ?] in su la riva
del ligustico mare a un scolio acanto
Con voci miste di sospiri e pianto
Cossi alle stelle il suo dolore apriva
Eterni lumi che pure vedete
La su dal ciel questo inferno d’amore
Come languisce mentre a noi splendete
Fede a colei di cui senbianza siete
Ch’io moriro se non mi aiuta il core »23.

21Ce poème reprend la topique de l’amour malheureux ou non partagé, du désespoir amoureux dans un paysage bucolique, avec une référence originale à la ligustico mare, c’est-à-dire à la mer ligurienne que chaque jour le poète a devant lui. Dominico, capable de jongler habilement avec les difficultés, parmi les divers genres et styles littéraires, nous a laissé ce que nous pouvons considérer comme son testament spirituel dans lequel ses dernières paroles « ch’io moriro se non mi aiuta il core » touchent, de façon convenue certes, mais indéniablement, tout lecteur de l’époque.

  • 24 Ibid., f. 344.
  • 25 Sur le clergé en Italie à l’époque de la Contre-Réforme, voir Clero e società nell’Italia moderna,(...)

22En épilogue, nous considèrerons deux lettres, inattendues, les dernières de l’histoire de Dominico Bertoni. Il s’agit de deux lettres datées et signées de sa main, et envoyées à l’archevêque de Gênes en 1624. Dominico, alors devenu recteur de l’église de San Giorgio à Moneglia, petit village éloigné de Gênes, a surmonté le deuxième procès criminel qui lui a été fait en 1612. Ici c’est sa propre écriture qui se donne à voir. Auparavant, ses mots nous ont été transmis par un scribe pendant les deux procès. En 1624, Dominico Bertoni écrit pour régler des questions d’ordre dogmatique et disciplinaire. Il a désormais le rôle d’un défenseur des mœurs et de la foi, d’un moraliste. En une seule semaine les deux lettres arrivent à l’archevêque24. Elles concernent un couple de concubins, qui, alors qu’ils sont consanguins au quatrième degré, malgré les admonitions ecclésiastiques, persistent à vivre en concubinage. Seule l’autorité archiépiscopale peut « désormais intervenir », car ils sprezano il gli ordini di Dio, e della Santa Chiesa. Doveché, se VS. R. ma non le piglia qualche rimedio, viveranno hormai da luterani, écrit Dominico dans la première lettre. Dans la seconde, écrite neuf jours plus tard, il donne des conseils à l’archevêque qui doit recevoir le couple à Gênes afin de discuter avec eux de leur cas embarrassant. Il juge que l’archevêque non le doverà VS. R. ma accettare scusa alcuna [...] che se non haveranno qualche castigo le cose andaranno in confus(sione) et, sans hésiter à se mettre lui-même en avant en tant qu’homme de confiance et de responsabilité, il le prie anche valersi di me, dove mi conosce buono che altro non desidero. Dominico Bertoni est bel et bien un prêtre de la Contre-Réforme. Lui qui, vingt-cinq ans plus tôt, a paru intolérant à l’égard de l’autorité et des contraintes sociales et s’est révélé un violent polémiste, se comporte désormais comme un moraliste rigoureux, conseiller occasionnel de l’archevêque de Gênes. Or, Dominico Bertoni est exactement le contemporain du célèbre cardinal Borromée, acteur majeur de la Contre-Réforme par sa réorganisation de la formation des prêtres et le développement de la pastorale25.

23Si la célébrité de Dominico Bertoni, dans la première partie de sa vie à Gênes, est celle d’un violent et d’un querelleur, d’un poète licencieux et drôle, plus tard, loin de Gênes, il laisse dans sa paroisse et dans les archives la mémoire d’un moraliste de la Contre-Réforme. Dans ses écrits comme dans sa vie, cet ecclésiastique expose donc les différentes réalités qui composent l’histoire de la société génoise de la fin du XVIe siècle et du début du XVIIe siècle. Ainsi se sont enlacées à Gênes fama, historia et gloria d’un homme que les siècles postérieurs ont, sans doute à juste titre, bien oublié.

Notes

1 Voir Michel Balard, La Romanie génoise (XIIe-début XVesiècle), Rome, 1978, 2 vol. Pour un tableau récapitulatif sur Gênes à l’époque moderne, voir Claudio Costantini, La Repubblica di Genova, Torino, 1986, et pour une analyse sociale et économique, Edoardo Grendi, Introduzione alla storia moderna della Repubblica di Genova, Genova, 1976.

2 Dont l’historiographe le plus connu est au Cinquecento Agostino Giustiniani ; voir ses Annali della Repubblica di Genova, corretti e illustrati, Genova, 1834, 2 vol. 

3 Il n’y a pas d’études spécifiques sur la littérature et la culture génoises à la fin du XVIe siècle sauf, sans être exhaustif, le récent La letteratura ligure. La Repubblica aristocratica (1528-1797), Genova, 1992, 2 vol. et, en particulier, Stefano Verdino, « Cultura e letteratura nel Cinquecento », dans op. cit., t. 1, p. 83-128.

4 Officier de la police républicaine.

5 Arcbivio Diocesano di Genova (ADG), Criminalia, f. 338, DB. Tous ces documents ont été classés par l’auteur.

6 Ibid.., f. 343.

7 Ibid, f. 344.

8 Ibid., f. 338, Inventario.

9 Une des rares listes de livres appartenant à un ecclésiastique est celle d’un curé lombard, dans Daniele Montanari, Gregorio Barbarigo a Bergamo (1657-1664). Prassi di governo e missione pastorale, Milano, 1997.

10 ADG, Criminalia, fol. 338, Inventario.

11 Il affirme : « sono prete sacerdote non ho padre sono di un luoco [detto] Rio, diocesi di Luni e Sarzana [...] habito qui in genova nella Chiesa di San Matteo da doi anni in qua », dans ADG, Criminalia, f. 338, DB Processo, fol. 25. Pour plus de renseignements sur le diocèse d’origine de Dominico à cette époque, voir Enzo Freggia éd., « La visita apostolica di Angelo Peruzzi nella diocesi di Luni-Sarzana (1584) », dans Thesaurus Ecclesiarum Italiae, Roma, 1986.

12 ADG, Criminalia, f. 338, Lettere e Sonetti.

13 Pour une étude introductive ainsi qu’une bonne bibliographie sur l’Arétin, voir Marga Cottino Jones, Introduzione a Pietro Aretino, Roma-Bari, 1993 (Gli scrittori).

14 Ibid., l. 6: « Io non so già per qual cagion ».

15 Ibid., l. 2: « Se per ragion d’amore ».

16 Ibid., sonnet n° 1: « Doppo l’haver spazzata la cortese ».

17 Lors du second procès contre Dominico Bertoni un témoin affirme à propos de Dominico et de sa bande: « Dom. co berthoni [...] alie hore due di notte spinto da diabolica intentione e senza alcuna caosa assaltò esso [ill] con parole ingiuriose accompagnato da tre suoi bravi [...] », dans ADG, Criminalia, f. 343, DB Processo IL

18 Ibid., sonnet n° 2 : « Possa haver moglie brutta e dispietosa ».

19 Ibid., sonnet n° 7 : « Signora Ardelia mia ».

20 Pour l’analyse du lexique dans ces sonnets, l’ouvrage de référence est le Dizionario letterario del lessico amoroso. Metafore, eufemismi, trivialismi, éd. Valter Boggione et Giovanni Casalegnio, Torino, 2000.

21 Ibid., sonnet n° 5 : « Dunque il meschin ».

22 Ibid... sonnet n° 8 : « La mia donna ha un bell’humore ».

23 Ibid., sonnet n° 4 : « Già la tacita notte usciva ».

24 Ibid., f. 344.

25 Sur le clergé en Italie à l’époque de la Contre-Réforme, voir Clero e società nell’Italia moderna, éd. Mario Rosa, Roma-Bari, 1997.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search