Version classiqueVersion mobile

Mémoire et subjectivité (XIVe-XVIIe siècle)

 | 
Dominique de Courcelles

Renommée et mémoire dans la création d’une identité indigène : le cas de la Nouvelle Espagne au début du XVIIe siècle

José Rubén Romero Galván

Texte intégral

1L’année 1521 marqua, dans la partie du monde qui allait devenir la Nouvelle Espagne, le début d’un processus très complexe dont la fin serait la formation d’une réalité bien différente de celle qui l’avait précédée. En effet, au fur et à mesure que le temps passait et que le régime espagnol prenait dans ces régions la forme qui allait le caractériser et que la présence des hommes et des femmes venus d’outre-mer offrait la possibilité, chaque jour devenue une réalité plus évidente, d’observer dans les ville et les villages des enfants nés de deux races, les premiers métisses, alors les indigènes furent devant le besoin impératif de trouver parmi les éléments de leur réalité culturelle ceux qui leur permettraient d’avoir la certitude de leur différence devant la nouvelle réalité dont une des plus évidentes caractéristiques était précisément la variété culturelle et raciale.

2Dès que nous nous approchons du passé de ces régions, il se dessine de manière très nette non seulement la mesure de leur territoire, mais la complexité culturelle due à des différences existantes entre les diverses régions ainsi que entre les groupes indigènes qui les habitaient avant l’arrivée des espagnols. Donc, dès que nous faisons référence à la Nouvelle Espagne nous nous trouvons forcement devant l’impératif d’établir la délimitation de la région que fait l’objet de notre approche. En ce sens, je considère nécessaire de signaler que mon regard se fixera sur le centre du vice-royaume, et plus précisément sur la réalité de la ville de Mexico et ses alentours, et pour être encore plus précis sur l’élite indigène nahuatl, dont la vision de sa propre réalité arrive jusqu’à nos jours gardée dans les anciennes chroniques écrites par quelques uns de ces indiens, membres de la noblesse qui gouvernait les seigneuries de la région avant l’arrivée des conquérants espagnols.

3Nous venons de dire que la conquête fut l’événement qui déclencha le besoin de définir une identité. Cela ne peut d’aucune manière signifier qu’avant la présence des européens dans ces régions, chacun des groupes indigènes qui les habitaient n’en ont pas façonné une, en réunissant les éléments les plus significatifs de leur passé et de leur culture. Il semble incontestable qu’à l’époque préhispanique, étant donné que cette partie du monde était habitée d’innombrables groupes humains, chacun avait constitué une identité fondée sur certains éléments de sa culture et surtout de son passé, sur de véritables phénomènes de renommée er mémoire.

4Nous avons une preuve dans l’histoire des aztèques. Certes, c’est non seulement à travers des chroniques écrites en caractères latins vers la fin du XVIe et le début du XVIIe siècle, mais par tous les éléments de son passé qui nous sont parvenus par les pictographies d’un ancien codex, la Tira de la pérégrination, et d’innombrables bas reliefs en pierre qui font référence à leur histoire, que nous connaissons la manière dont ces hommes pensaient, enregistraient et transmettaient les éléments les plus importants de leur passé. Ces récits gardaient des histoires glorieuses concernant un devenir fulgurant où les victoires guerrières se succédaient en constituant le fondement, non seulement du pouvoir qu’ils arrivèrent à avoir entre les mains vers le début du XVIe siècle, mais surtout de son identité en tant que peuple prédestiné, depuis son origine, comme eux même le pensaient, à conquérir les seigneuries qui l’entouraient.

5La présence des hommes arrivés de loin mit les indiens face au besoin de trouver dans leur passé tout ce qui pouvait servir à constituer une identité devant les européens. La construction de cette identité incluait forcement des éléments absents dans l’ancienne identité à côté des autres qui sont restés tels qu’on pouvait les trouver auparavant, ainsi que d’autres absents dans les deux cultures préexistantes.

6Il est vrai que chaque groupe a répondu d’une manière différente et dans des mesures diverses à ce besoin. Jusqu’à nos jours il est possible de trouver de vieilles traditions orales où des groupes indigènes racontent, chacun à sa manière, leur passé tout en élaborant des récits qui contient des éléments importants de son identité.

7Nous avons signalé que notre intention est de fixer notre regard sur l’identité indigène construite par l’élite noble du centre du vice-royaume et qui nous est parvenue à travers les chroniques écrites par certains membres de ce groupe.

8Pour nous introduire dans les sentiers de l’identité d’une noblesse qui touchait à sa fin, tel est le cas du groupe indigène qui nous intéresse, il faut dégager, d’abord le problème qui signifie le contenu sémantique des mots des la langue nahuatl, celle qui était la leur, tels que itauhcayotl et tenyotl, ainsi que celui des termes espagnols « fama » et « memoria ». La pertinence de considérer les mots en ces deux langues vient du fait que les nobles chroniqueurs, étant donnée leur haute position sociale, reçurent une double formation intellectuelle. Chez eux, leurs parents leur transmirent les éléments les plus importants de l’ancienne culture, et tout particulièrement la langue nahuatl dans la variant utilisée exclusivement par la noblesse. D’un autre côté ils furent formés dans les institutions telles que le Colegio de Santa Cruz de Tlatelolco, ouvert par les franciscains en 1536, pour l’instruction des jeunes nobles indigènes, où ils purent apprendre non seulement l’espagnol, mais le latin, en plus d’autres éléments de la culture des conquérants. C’est ainsi qu’ils prirent des traits culturels en provenance des ces deux cultures à fin de les intégrer dans une autre qui était la leur, nouvelle et métisse.

9 Itauhcoyotl est un mot qui vient du verbe itahui qui signifie « prendre du renom » et qui veut dire « honneur, renommée des hommes de bien, des faits historiques ». Ce terme apparaît très souvent en relation avec un autre, itenyo, dont la racine est tentli, « lèvre », et qui signifie « réputation, gloire, honneur renommée ». La racine de ce mot lui donne une étymologie particulièrement intéressante. Puisque tentli veut dire lèvre, tenyotl serait « ce qui est essentiel aux lèvres » et avec le préfixe possessif, de la troisième personne du singulier, i, signifie « ce qui est essentiel à ses lèvres ».

10Les deux mots dont nous venons de parler, itauhcayotl et tenyotl, dont la signification est essentiellement la même, sont utilisés par les auteurs indiens à plusieurs reprises dans leurs chroniques. Par contre, ils n’ont que rarement fait usage du mot tlalnamiquiliztli, traduit dans les dictionnaires comme « memoria ». Ses racines sont le verbe ilnamiqui « se souvenir », auquel on a ajouté le préfixe tla-, pour signifier que l’action concerne une chose et pas une personne, et les suffixes -liz-tli, qui fait du verbe un substantif qui signifie le résultat de l’action décrite par le verbe. Reste à savoir pourquoi les chroniqueurs indigènes n’utilisèrent pas plus souvent le mot que nous venons d’analyser.

11Au lieu du mot tlalnamiquiliztli, les chroniqueurs utilisèrent des expressions beaucoup plus illustratives concernant l’acte de la mémoire. Tel est le cas de itlahtollo in ipohualloca in huehuenemiliztli qui veut dire « ce que l’on dit et raconte à propos de l’ancienne forme de vie », phrase qui à mon avis a des rapports plus étroits avec ce que nous appelons mémoire que le terme tlalnamiquiliztli dont la signification, même si elle peut nous paraître belle, reste assez imprécise.

12Passons maintenant aux mots espagnols « fama » et « memoria ». Le premier, selon le Diccionario de Autoridades, veut dire « noticia o voz comun de alguna cosa » signification qu’à travers ses différentes nuances arrive à des équivalences en rapport avec des faits humains : « se toma por la opinion de alguna persona, buena o mala, conforme a su modo de obrar ». Le mot « fama » est resté en espagnol, depuis le Moyen Âge, avec la même signification que le mot latin qui est à son origine, « fama », et qui veut dire tout simplement « rumeur, voix publique ».

13En ce qui concerne « memoria », le Diccionario de Autoridades, après la première acceptation, qui vient du savoir théologique, et qui la considère comme un des attributs de l’âme, nous dit qu’elle signifie aussi « fama, gloria o aplauso », et va encore plus loin, puisque dès la cinquième à la huitième acceptation nous la montre en gardant un rapport avec l’écriture. Je transcris ici, parce que je la considère intéressante, sa huitième acceptation qui dit « se llama tambien al libro, cuaderno, papel u otra cosa, en que se anota alguna cosa, para tenerla presente y que no se olvide, como para escribir alguna historia u otra cosa ».

14Il faut noter qu’il y a des convergences assez intéressantes entre les mots de la langue nahuatl et entre ceux-ci et ceux de l’espagnol. Itauhcayotl, renommée, et tenyotl, réputation, ont des rapports avec la parole, avec le discours qui transmet ce que l’on pense de quelqu’un ou de quelque chose. Nous pouvons dire de même de l’expression itlahotollo in ipohualloca in huehuenemeiliztli, étant donné que itlahtollo vient de tlahtolli, discours, puisque sa racine première est itoa qui signifie « parler ». En ce qui concerne les mots espagnols, il est clair aussi que « fama » autant que « memoria » ont des rapports très étroits avec l’acte de dire.

15Pour montrer la manière dont les nobles indiens chroniqueurs ont utilisé dans leurs œuvres les concepts dont nous venons de parler, il est possible de recourir à deux auteurs qui écrivirent leurs histoires entre la fin du XVIe siècle et le début du XVIIe siècle. Il s’agit d’Hernando Alvarado Tezozomoc, petit fils de Moctezuma Xocoyotzin, dernier empereur de Mexico Tenochtitlan, et de Domigo Francisco de San Anton Muñón Chimalpahin Cuauhtlehuanitzin, qui descendait de la noblesse de la région de Chalco, au sud de la ville de Mexico.

16Dans sa Cronica mexicayotl, chronique de la « mexicanité », le mot est à mon avis très révélateur, Tezozomoc a écrit :

« Jamais ne se perdra, jamais ne s’oubliera ce qu’ils vinrent faire, ce qui est écrit dans le livre peint, leur renom, leur mémoire, leur histoire. Ainsi dans le futur jamais son histoire ne périra, jamais elle ne s’oubliera. Nous, leurs fils, leurs petits fils, leurs frères, leurs arrières petits fils, leurs arrières arrières petits fils, leurs descendants, nous qui avons leur sang et leur couleur, nous la garderont toujours. Maintenant nous allons le dire, nous allons le communiquer à ceux qui naîtront, les fils des mexicains, les fils de tenochcas. Vous mexicains, vous apprendrez comment naquit la grande ville de Mexico Tenochtitlan, la grande ville renommée, celle qui est au milieu de l’eau, au milieu des joncs, au milieu des roseaux, là où nous vivons sommes nés. »

17Ce texte est particulièrement révélateur puisqu’il montre d’une manière assez claire le besoin ressenti par l’auteur de garder tout ce qu’il connaissait du passé du groupe auquel il appartenait. Une telle mission ne pouvait être accomplie seulement si celui qui connaît le passé du groupe transmet ce savoir à la génération des jeunes « à ceux qui naîtront, les fils des mexicains, les fils des tenochcas ».

18Le passé, dont la connaissance serait transmise par l’auteur aux jeunes appartenant à de nouvelles générations, est profondément significatif. Il s’agit de l’origine de la ville des aztèques. C’est pour cela que Tezozomoc dit : « Vous mexicains, vous apprendrez comment naquit la grande ville de Mexico Tenochtitlan, la grande ville renommée, celle qui est au milieu de l’eau, au milieu des joncs, au milieu des roseaux, là où nous vivons, là où nous sommes nés ». Ces premiers moments du passé des mexicains constituaient le noyau de son histoire, donc un élément fondamental de la renommée, la « fama », qui doit être continuellement transmise afin qu’elle puisse accomplir sa fonction au sein de l’identité du groupe.

19Dans ce texte l’auteur met en rapport la renommée et le besoin de la conserver, c’est-à-dire, de garder mémoire d’elle puisqu’il s’agit de l'héritage qu’il a reçu des anciens. On s’aperçoit que c’est finalement la tradition qui selon lui devient le soutien de l’esprit des hommes de sa génération et de ceux qui viendront après.

20De son côté, Chimalpahin, pour employer son nom raccourci, noble descendant des fondateurs d’une seigneurie de la région de Chalco, nous a laissé dans ses chroniques plusieurs exemples de la préoccupation qu’il ressentait concernant la conservation de la mémoire qui gardait la renommée de sa région d’origine, de sa famille et de son groupe. Voici un texte, très semblable à celui de Tezozomoc que nous venons de transcrire, où Chimalpahin montre à quel point est importante pour lui la conservation de la mémoire reçue des ses parents qui à leur tour l’ont reçue de leurs ancêtres.

« Jamais ne se perdra, jamais ne s’oubliera ; pour toujours ce discours sera gardé. Nous le conserverons, nous les fils, les petits-fils, les benjamins, nous qui sommes la bile de nos ancêtres, leurs barbes, leurs sourcils et leurs ongles, nous qui sommes la couleur et le sang, nous qui sommes les fils des tlailotlaque. »

21Dans ce passage de sa « Octava relacion », Chimalpahin nous transmet le profond sentiment selon lequel il se sent concerné par le besoin de conserver la connaissance du passé de son peuple, sentiment que d’ailleurs il partage avec d’autres membres de la noblesse, c’est le cas de Tezozomoc, entre autres, et cela peut expliquer l’utilisation qu’il fait de la première personne du pluriel dans le texte que nous avons transcrit : « Nous le conserverons, nous les fils, les petits-fils, les benjamins ». Peut-être la plus profonde raison d’un tel sentiment est la manière très particulière dont les indigènes conçurent les rapports entre eux, ainsi que les liaisons entre leurs ancêtres et ceux qui étaient leurs descendants.

22« Fama y memorie » chez les nobles indiens chroniqueurs du XVIe et du XVIIe siècle sont possibles seulement dans l’univers de la parole, du discours, et plus précisément dans celui qui fait le récit du passé, dans l’histoire. Il est vrai que la mémoire du passé, la conservation de la renommée sont des éléments d’une importance remarquable dans la construction d’une identité où l’utilisation de la première personne du pluriel, nous, doit être interprétée comme un signe certain d’appartenance à un groupe déterminé, la noblesse indigène dans ce cas, donc d’un élément de l’identité qui a permis à ses membres de se reconnaître et faire face à une nouvelle réalité née de la construction d’un régime inexistant auparavant. Voilà le sens véritable et profonde d’une phrase telle que celle-ci : « Jamais ne se perdra, jamais ne s’oubliera ; pour toujours ce discours sera gardé ».

Auteur

Universidad nacional autónoma de México.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search