Version classiqueVersion mobile

Mémoire et subjectivité (XIVe-XVIIe siècle)

 | 
Dominique de Courcelles

L’art de l’ambassadeur : rumeur, mémoire, subjectivité

Daniel Ménager

Texte intégral

  • 1 Ronsard. Le roi, le poète et les hommes, Genève, 1979.

1Dans la poésie française du XVIe siècle, notamment chez Ronsard, « mémoire » rime avec « gloire ». Rien de plus normal si l’on songe au discours des humanistes et aux liens qu’ils établissent entre l’une et l’autre : c’est la mémoire des vivants qui pérennise le souvenir des défunts glorieux. Mais ces deux mots riment eux-mêmes avec histoire, car l’historien est au service du passé, il empêche son évanouissement pur et simple en confiant les hommes qui le méritent à la mémoire, à la postérité. Alexandre savait qu’il ne serait rien sans les poètes et les historiens, ces frères d’armes de la mémoire collective. « Gloire », « mémoire », « histoire » : voilà le registre majeur de la Renaissance, et je prends ce dernier mot dans un sens presque musical. Cette trilogie triomphale fait entendre une musique tonique et sûre d’elle-même, de nature à faire oublier le précaire de l’existence. Je l’aime autant qu’un autre, et j’ai prêté l’oreille à ses accents quand j’écrivais ma thèse sur Ronsard1. Ce qui ne m’empêche pas, surtout maintenant, d’écouter des musiques moins orgueilleuses, ou (encore mieux !) le dialogue du majeur et du mineur. J’ai découvert il y a quelque temps une figure à ce titre exemplaire : celle de l’ambassadeur.

  • 2 Le latin classique ne connaît que ce mot pour désigner l’ambassadeur. Au Moyen Âge, on trouve auss (...)

2De lui, on n’attend d’abord que des accords éclatants analogues aux trompettes et tambours qui se font entendre dans les cérémonies magnifiques auxquelles il participe. Le nom même d’ambassadeur, qui, en français, se déroule lentement en quatre syllabes, est comme un appel à la lenteur solennelle. Legatus, c’était plus bref !2 On n’imagine pas un ambassadeur pressé. Dans notre imaginaire, il marche toujours au pas lent des cortèges et des processions. L’imaginaire se trompe, en partie. Quand il a enlevé ses vêtements de cérémonie, l’ambassadeur est un homme pressé, guettant toujours un courrier trop lent à son goût, écrivant lui-même un grand nombre de lettres, qu’il doit parfois chiffrer. C’est aussi un homme inquiet, incertain : que doit-il penser de la situation où il se trouve et qu’il doit décrire à son prince ? qui doit-il croire ? Aux moments d’exaltation qui le transportent vers un avenir triomphal succèdent souvent des moments de doute. L’ambassadeur : un cyclothymique ! Par ailleurs, s’il est un homme public, il ne peut tout à fait oublier son propre moi. Voilà ce qui fonde une certaine subjectivité. De la Fama à la rumeur, du service du roi au service de soi, l’ambassadeur est sans doute une des figures les plus fascinantes de la modernité.

  • 3 Voir Guy de Tervarent, Attributs et symboles dans l’art profane, nouvelle édition, Genève, 1997, p (...)

3L’ambassadeur est d’abord un familier de la magnificence et de la Renommée : celle des Anciens et de l’iconographie, avec ses ailes et sa trompette3, parce qu’elle répand la gloire des vertueux aux quatre coins du monde.

  • 4 Nous sommes pourtant en mesure de mieux comprendre ces questions grâce à Jean Starobinski, Largess (...)
  • 5 Somme théologique, Secunda secundae, quaestio 134.
  • 6 Voir André Chastel, « L’Ennemi de la magnificence », dans Dix Conférences sur Érasme, Paris-Genève (...)
  • 7 Voir Jean Jacquart, François Ier, Paris, 1981.
  • 8 Francisci Gallorum regis et Henrici Anglorum Colloquium, édité par St. Bamforth et J. Dupèbe, Rena (...)
  • 9 Op. cit., p. 61.
  • 10 Ibid., p. 65.

4Notre idée de la magnificence est encore trop souvent obérée par une conception étroite de la dépense et de l’argent, par un oubli de ce que pouvait représenter la largesse à d’autres époques que la nôtre4. Il faut pourtant essayer de comprendre la magnificence si nous voulons entrer dans une certaine manière de vivre l’histoire. Celle-ci, envisagée en elle-même, est en quelque sorte magnifique : elle dépense beaucoup, indifférente au nombre des morts qu’elle laisse sur son chemin. Magnifique et dépensière, c’est-à-dire aussi grandiose. La magnificence des hommes est une sorte de réponse à cette sorte de magnificence sauvage. Comme le disait saint Thomas5, elle va toujours à l’extrême. Le docteur angélique semble éprouver devant elle une sorte de fascination, il lui trouve quelque chose de « transcendant et de difficile », qu’il tente de placer sous le contrôle de la raison, tout en lui concédant le droit de se manifester dans le domaine de l’éphémère : mariages, fêtes princières, cérémonies de tous ordres. Tout un courant de pensée, au XVIe siècle, d’Érasme6 à Pierre de l’Estoile, scandalisé par la prodigalité d’Henri III, est réfractaire à cette idée. Ce qui se joue dans les magnificences princières, c’est une certaine idée de la grandeur de l’événement et de son aptitude à devenir immortel. Je ne prendrai qu’un exemple : l’entrevue du Drap d’Or entre François Ier et Henri VIII, en 1520. Tout ou presque a été dit sur son faste et sa splendeur7. Il est sûr que le roi de France a voulu éblouir le souverain d’Angleterre. Parmi les nombreuses relations de l’événement, l’une peut retenir en particulier notre attention : celle qui fut écrite par le jeune Jacques Dubois (Jacobus Sylvius), témoin oculaire de l’événement8. Elle prend la forme d’un poème latin en distiques élégiaques, où la magnificence de la rencontre est mille fois soulignée : « On pénètre dans la ville dont le sol retentit de coups de canon. Cymbales et trompettes sonnent. C’est un magnifique alignement (pulcherrimus ordo) d’archers et de suisses qui protègent la route des deux côtés »9. La rencontre des deux princes dépasse en magnificence tout ce qu’on a vu jusqu’alors. « François bien en vue, avec son manteau raidi par les gemmes et l’or, tel Apollon au milieu de ses feux [...], montre ses habits d’or, travail divin »10. Le récit de Silvius, comme l’ont bien montré J. Dupèbe et S. Bamforth, ses deux récents éditeurs, fait jouer très souvent l’intertexte de l’Enéide. Le poème de Virgile offre toute une série de réminiscences, car il abonde en cortèges et en repas magnifiques. Grâce à lui, le Camp du Drap d’Or se hausse au niveau du mythe, ou de la fable. Il devient mémorable. On peut sans doute ironiser sur l’argent dépensé en pure perte par le roi de France pour séduire un prince qui, l’année suivante, s’alliera avec l’Empereur. Mais ce qui compte aussi, peut-être même surtout, c’est la volonté qu’il eut de laisser dans l’histoire une trace magnifique.

  • 11 La relation, qui n’existe pas dans tous les pays, est le rapport de synthèse adressé par l’ambassa (...)
  • 12 Voir les exemples donnés dans Diplomatie et théologie à la Renaissance, op. cit., p. 47-49.
  • 13 Voir Edward Muir, Civic Ritual in Renaissance Venice, Princeton, 1981 ; ainsi que Storia di Venezi (...)
  • 14 Voir le portrait assez amusé que fait de lui Montaigne dans son Journal de voyage, éd. François Ri (...)

5De par leur fonction, les ambassadeurs sont les témoins privilégiés de ces magnificences. D’abord parce qu’ils participent aux grands événements de l’histoire, comme celui du Drap d’Or. Ils ont œuvré, dans l’obscurité, pour qu’ils se réalisent. Parce que, ensuite, ils sont eux-mêmes au centre de certaines magnificences. On les reçoit avec éclat, et les plus blasés d’entre eux racontent quand même avec émotion, dans leurs missives ou leurs relations11, les honneurs dont ils ont été l’objet dans la classique obviado. La coutume était en effet, dans presque tous les pays, d’envoyer au devant d’un nouvel ambassadeur un cortège magnifique où il prenait place pour entrer dans la cité12. Toute la vie d’un ambassadeur était scandée par les cérémonies officielles, surtout à Venise qui aimait les fastes civiques13. Arnaud Du Ferrier, en poste dans la cité des Doges pendant près de vingt ans et qui, par tempérament, n’est pas un grand lyrique14, raconte avec complaisance les processions auxquelles il participe, surtout celle de l’Ascension, au cours de laquelle le doge « épouse la mer ». La signification de la magnificence se précise : elle témoigne de la grandeur de la cité, et de sa volonté de durer malgré l’usure du temps Alors que, dans les dernières années du XVIe siècle, le déclin de Venise est amorcé, le doge épouse toujours la mer, devant tous les ambassadeurs réunis.

6Enlevons maintenant à l’ambassadeur sa tenue de cérémonie, et les insignes de sa fonction. Contemplons-le dans sa tâche quotidienne. Il nous apparaît alors non plus comme l’être de l’instant, mais comme le héros ou l’esclave de la mémoire. Et cela, d’une double façon.

  • 15 Voir Diplomatie et théologie à la Renaissance, op. cit., ch. II.
  • 16 Alors que la lettre de créance est montrée au prince chez qui l’on va dès la première audience, le (...)
  • 17 Voir Diplomatie et théologie à la Renaissance, p. 125.

7Tous les traités « De legato » ou « De legationibus » répètent à longueur de pages que l’acte qui constitue une ambassade, c’est l’envoi en mission15. Sans celui-ci, l’ambassadeur n’est rien. Il n’est qu’un de ces agents des princes, qui pullulent dans les coulisses de la Renaissance et qui, à leurs risques et périls, accomplissent des missions occultes. L’envoi en mission est nécessaire autant pour les ambassades ponctuelles que pour les autres. Il se concrétise d’une part dans les lettres de créance, d’autre part dans les Instructions16 que l’ambassadeur reçoit de son prince et qui lui fixent une ligne de conduite. Les traités que j’évoque distinguent sans doute le « mandat libre » du « mandat contraignant »17. À la différence du second, le premier laisse à l’ambassadeur une certaine marge de manœuvre, qui s’avère bien utile car l’histoire comporte toujours une part d’imprévu. Mais dans les deux cas, l’ambassadeur est invité à se souvenir de la volonté de celui qui l’envoie, et des grandes lignes de sa politique. Dans sa correspondance, il a soin de souligner d’ailleurs qu’il a été fidèle à cette volonté, allant même jusqu’à employer dans ses entretiens avec l’autre prince les mots même qu’on lui avait prescrits.

  • 18 Antonio de Vera fut ambassadeur extraordinaire à Venise et dans d’autres États d’Italie.
  • 19 Chez Anthoine de Sommerville.
  • 20 Ibid., livre III, p. 131.

8L’ambassadeur est encore un être de mémoire dans la mesure où il est invité à rapprocher la situation où il se trouve de celles qui lui ont ressemblé. Magistra vitae, l’histoire est aussi magistra legati. Tout le monde, en effet, n’est pas aussi conscient que Montaigne de la spécificité de chaque situation, une spécificité qui rend caducs tous les efforts de comparaison. Même à la fin du XVIe siècle, l’histoire est encore souvent paradigmatique. On a un bon exemple de cela dans l’une des plus belles réflexions sur la fonction de l’ambassadeur : celle de l’Espagnol Antonio de Vera, dont l’œuvre (El Ambaxador) est publiée en 1620 à Séville, et traduite en français en 163518. Cette traduction19 est assortie d’un « Indice des plus belles harangues dispersees en tous les historiens tant anciens que modernes, apropriees aux plus importantes matieres de l’Ambassade »20. Tout un programme ! Il suppose que l’on peut faire le tour de toutes les situations auxquelles l’ambassadeur pourra être confronté, et que celui-ci trouvera une aide dans l’action et les paroles de ses prédécesseurs. Il trouvera ainsi les références d’une huitaine de harangues pour « dissuader le prince auquel il est envoyé de l’entreprise qu’il traitte contre le Prince propre ou contre un autre ». Il en trouvera à peu près autant « pour irriter un Roy, un Sénat ou une armée contre quelque nation ». N’ayant pu consulter l’édition espagnole, je ne peux dire si cet étonnant Index se trouvait déjà dans l’édition de Séville ou s’il a été introduit par l’éditeur français. Il est justifié, en partie, par la réflexion même de Vera, et sa conception de la prudence de l’ambassadeur. L’auteur espagnol veut croire que l’action de son héros peut être éclairée par le passé, que la lecture des historiens, toujours recommandée dans les traités sur le sujet, peut aider l’ambassadeur dans son action.

  • 21 En août 1503, après la mort du pape Alexandre VI, Machiavel est chargé d’accompagner à Rome le car (...)
  • 22 Rappelons que celui-ci voulut, en 1502-1503, se tailler un État en Italie centrale.
  • 23 OEuvres completes, éd. E. Barincou, Paris, p. 81 (Bibliothèque de la Pléiade).
  • 24 De legationibus libri tres, Londres, 1585, p. 101.

9Bel optimisme, que viennent cruellement démentir les Correspondances diplomatiques. Ce qui frappe dans celles-ci, c’est, tout au contraire, le sentiment de l’inédit. Quels qu’ils soient, et de quelque nation qu’ils viennent, les ambassadeurs ont le sentiment que leur tâche est difficile parce que les analogies se dérobent. Nul peut-être, plus que Machiavel, n’a eu ce sentiment. Chacun se souvient, bien entendu, de la dédicace du Prince à Laurent de Médicis. Elle donne l’impression que l’auteur domine l’histoire, qu’il est en mesure de définir les types de gouvernement, et les moyens d’accéder au pouvoir et de le garder. Quand, dix auparavant, il était l’envoyé de la Seigneurie à Rome21, il était loin de posséder cette belle assurance. Dans le Prince, il écrit l’histoire. Comme ambassadeur, il essaie de la faire. Un leit-motiv revient à chaque instant : « je ne sais dans quel sens la situation peut évoluer ». Il est particulièrement insistant au moment de la grande entreprise de Cesare Borgia22. Au risque de paralyser les décisions des Florentins, Machiavel multiple les hypothèses, jusqu’au vertige. Il possède au plus haut degré le sentiment des incertitudes de l’histoire. Cependant, il doit agir. L’Occasion n’attend pas. Machiavel a écrit un Capitolo sur la divinité qu’il faut saisir par les cheveux23. Le talent mis à part, tous les ambassadeurs auraient pu l’écrire. Quand il y a urgence, il est tout à fait vain d’en référer à son prince, tout à fait vain également de chercher un appui dans le passé. C’est bien pourquoi, d’ailleurs, les théoriciens demandent à l’ambassadeur d’avoir l’esprit rapide : « celeres animi motus », écrit Alberico Gentile24, l’un des auteurs les plus intéressants.

  • 25 Essais, I, 10, « Du parler prompt ou tardif », 39 A.
  • 26 B. Gracián, L’Art de la prudence, tr. fr., Paris, 1994, p. 65-66 (Rivages poche. Petite Bibliothèq (...)

10Dans de telles situations, plus question de jugement. Comme l’écrit Montaigne, l’opération de celui-ci est « lente et posée »25. C’est de l’esprit que l’ambassadeur a besoin, parce qu’il va vite, sans forcément aller bien. On ne compte pas les anecdotes qui, dans les traités les plus techniques, racontent qu’un ambassadeur est sorti d’une situation difficile par une répartie brillante ou par un trait d’esprit. Sans aller jusque là, on peut estimer que l’ambassadeur a besoin de cet Art de la prudence qu’a si bien défini Baltasar Gracián, lorsqu’il écrit en particulier : « Quelques-uns pensent longtemps, et après cela, ne laissent pas de se tromper en tout ; et d’autres trouvent des expédients à tout, sans y penser auparavant. Il y a des caractères [...] qui ne réussissent jamais mieux que dans l’embarras ; ce sont des prodiges qui font bien tout ce qu’ils font sur le champ et font mal tout ce qu’ils ont prémédité ; tout ce qui ne leur vient pas d’abord, ne leur vient jamais. Ces gens-là ont toujours beaucoup de réputation parce que la subtilité de leurs pensées et la réussite de leurs entreprises font juger qu’ils ont une capacité prodigieuse »26. La prudence dont parlait Aristote et tout son magasin d’exemples doivent s’avouer vaincus devant les éclairs de l’esprit.

  • 27 Voir Diplomatie et théologie à la Renaissance, op. cit., p. 137.

11Plus nous avançons à la rencontre de l’ambassadeur dans son action quotidienne, plus il nous apparaît comme la vivante incarnation de l’incertitude. La recherche de la Fama pour lui et pour son prince est maintenant le cadet de ses soucis. Ce qui l’intéresse, ce sont les bruits qui courent, les on-dit, la fama, mais avec une minuscule. Pour savoir ce que savent les domestiques, les marchands, les barbiers, ou les autres diplomates, il est prêt à tout, car ce qui compte, c’est l’information. Il devra sans doute trier entre les rumeurs qu’on lui rapporte. On trouve dans les traités comme l’esquisse d’une méthode permettant de parvenir à un certain degré de certitude. À cet égard, l’un des ambassadeurs les plus intéressants de l’époque est sans doute Morvillier qui fut en poste à Venise de 1546 à 1550. Il prend toujours soin d’indiquer à ses correspondants le crédit que l’on peut accorder aux rumeurs qu’il rapporte. Il y a le simple « on dit ». Plus dignes d’attention, certaines informations sont précédées par la formule : « l’opinion est que ». Elle ne pèse pas autant que l’expression : « ceux qui discourent par raison »27. Morvillier fait un effort louable pour échapper aux incertitudes qui sont le lot de tous les diplomates. On peut même dire qu’à cet égard, il est un meilleur ambassadeur que Machiavel dont les analyses vertigineuses ont dû paralyser la décision des autorités florentines, déjà enclines à la temporisation.

12On voit donc que l’ambassadeur est bien loin d’être l’exécutant passif de la politique de son prince. Il apparaît de plus en plus comme l’homme qui s’interroge : sur le bien-fondé d’une politique, sur ses chances de succès, sur l’efficacité de l’action historique.

  • 28 Le Parfait ambassadeur, op. cit., livre I, p. 169.
  • 29 Ibid., p. 171.
  • 30 Essais, éd. Villey-Saulnier, p. 74.
  • 31 Ibid., p. 799.

13Le traité de Vera, dont la subtilité fait honneur à l’Espagne du Siècle d’or, a bien prévu les cas où l’avis de l’ambassadeur n’est pas celui de son prince. C’est à la fin du livre I que la question est posée. Vera ne se demande pas si l’ambassadeur et son prince sont en désaccord politique. Il a peut-être raison, dans la mesure où, dans ce cas, la solution est facile : on rappelle l’ambassadeur en poste et on le remplace par un autre dont les vues sont plus conformes à celles du prince. Vera se pose la question d’un ordre inspiré par l’utile plus que par l’honnête. Que doit faire l’ambassadeur dans ce cas ? Il adressera d’abord à son prince de respectueuses remontrances. Si l’ordre en question est contraire aux préceptes de la religion catholique, à coup sûr, il doit désobéir. C’est ainsi qu’en théorie un ambassadeur peut devenir martyr. En théorie seulement, car, écrit Vera de la manière la plus suave, les Princes catholiques veulent toujours le bien, et on en compte quand même un certain nombre dans l’Europe du début du XVIIe siècle. Les remontrances de l’ambassadeur doivent respecter les formes « car les grands ne veulent point reconnoistre d’esprit plus grand que le leur »28. Que faire si le prince en question ne veut rien entendre ? Voici la réponse de l’auteur : l’ambassadeur devra considérer que cette affaire a paru juste au prince et à ses conseillers ; de cette manière « il pourra à yeux clos executer le commandement de son Roy, encore qu’en son particulier il le jugeast douteux »29. Comme en termes jésuites ces choses-là sont dites ! Vera ajoute que le devoir d’obéissance ne souffre pas d’exception, et le traducteur, pour rendre cette idée, se sert des mots même de Montaigne dans le chapitre I, 17 des Essais qui a pour titre « Un traict de quelques ambassadeurs » : « On corrompt l’office du commander quand on y obeit par discretion »30. Ne soyons pas trop curieux des intentions du prince, et encore moins de ses secrets. L’éthique peut se plaindre d’être ainsi maltraitée. Mais le personnage de l’ambassadeur n’en devient que plus intéressant. Car Vera fait naître un homme tourmenté, qui, « en son particulier », n’approuve pas son prince ; qui entre dans une secrète dissidence. N’est-ce pas aussi ce que disait Montaigne dans un autre passage des Essais qui, lui, se rapportait au prince contraint par les circonstances de manquer à sa parole : « S’il fut veritablement geiné entre ces deux extremes [ceux de l’utile et de l’honnête], il le falloit faire ; mais s’il le fit sans regret, s’il ne luy greva de le faire, c’est signe que sa conscience est en mauvais termes »31. La conscience est toujours la gardienne des vérités éternelles, mais Montaigne s’intéresse plus, semble-t-il, aux contradictions qu’elle suscite qu’aux ordres qu’elle peut donner. L’homme ne devient pleinement moral que s’il a conscience de la distance qui sépare le réel de l’absolu. L’ambassadeur est un témoin capital de cette distance. Il accède, de par ses débats intérieurs, à une parfaite subjectivité. Celle-ci n’est plus l’heureuse coïncidence du sujet avec lui-même. Elle est synonyme de désaccord.

  • 32 Londres, National Gallery.
  • 33 Voir notre Diplomatie et théologie à la Renaissance, op. cit., p. 113.
  • 34 Hamy, Entrevue de François Ier avec Henry VIII [...], s.l.n.d. [Paris, 1898], p. cccxlv. Lettre du (...)
  • 35 Camusat, Meslanges historiques ou recueil de plusieurs actes [...], 3e édition, Troyes, J. Febvre, (...)
  • 36 Le Parfait Ambassadeur, op. cit., livre I, p. 19.

14Je ne connais pas beaucoup d’ambassadeurs du XVIe siècle qui, pour cause de désaccord, aient demandé leur rappel. Celui de Jean de Dinteville, l’un des deux personnages du célèbre tableau d’Holbein32, n’en a que plus d’intérêt. Sur la toile, il a fière allure, avec sa large veste fourrée et son collier de l’ordre de Saint Michel. C’est d’ailleurs lui qui l’a commandée au peintre allemand afin d’en orner sa demeure familiale de Polisy, dans l’Yonne33. À le voir ainsi dans sa magnificence, on a du mal à croire qu’il vient de demander son rappel à Jean Du Bellay, ministre de François Ier. Raison invoquée : le mauvais climat de Londres : « Je vous prometz sur ma foy, que si j’y demourois encores gueres, j’ay grand peur d’y laisser la peau et les os. Jamais je n’y euz huit jours de santé »34. On se permettra de ne voir là qu’un prétexte. En fait, Dinteville, en cette année 1533, trouvait sa mission de plus en plus difficile. Il était chargé par le roi de semer des embûches sur le chemin du divorce d’Henri VIII ; ou, si l’on préfère une formulation plus positive, de lui remontrer que ce divorce aurait des conséquances très fâcheuses sur l’unité de la chrétienté déjà mise à mal par la Réforme luthérienne. Dinteville était l’homme de la situation dans la mesure où il était en relations amicales avec Henri VIII. Sa Correspondance nous montre cependant un homme en plein désarroi et qui trouve, de jour en jour, sa tâche de plus en plus difficile. Finalement, le roi de France accède, non sans ironie, à sa demande : « Monsieur le Bailly, congnoissant bien le long temps qu’il y a que vous estes par dela, et qu’il est tres-raisonnable que vous faciez un tour chez vous, pour pourveoir et donner ordre à vos affaires, je vous ay bien voulu vous accorder vostre congé pour vous en venir quand bon vous semblera »35. « Faire un tour chez soi », retrouver Dinteville ou le petit Liré, c’est le rêve de tous les exilés. On peut prendre l’expression offerte gracieusement par François Ier dans un sens plus philosophique. « Faire un tour chez soi », c’est essayer de nouveau de s’appartenir, de retrouver une sorte d’unité intérieure. Vera ouvrait son traité sur l’image de la solitude de l’ambassadeur, dont il proposait d’emblée la définition suivante, que je trouve très belle : « C’est un homme qui s’en va tout seul en un pays estranger, et qui pour les affaires non prevues et mesme pour les premeditées, ne doit avoir d’autre compagnon que son seul esprit, qui est un associé auquel il faut bien prendre garde »36. Eloignement, solitude, vigilance constante, y compris à l’égard de soi-même : tel est le lot exaltant ou peu enviable de l’ambassadeur. À la fin, on se lasse. Dinteville a voulu revenir chez lui dans tous les sens du terme.

  • 37 Lettres et Ambassade de [...] Phlippe Canaye seigneur Du Fresne, Paris, Etienne Richer, 1635, lett (...)
  • 38 Ibid., p. 30.
  • 39 Voir Daniel Ménager, « Lettres d’ambassadeurs », L’Epistolaire au XVIe siècle, Paris, Éditions rue (...)
  • 40 Ibid., p. 235. Nous avons un peu aménagé la formule exacte qui est la suivante : « Il faut donc de (...)

15Parmi ceux qui acceptent leur condition, il y a une catégorie qui mérite quelques minutes d’attention : les ambassadeurs qui n’ont presque rien à faire. Ce n’est pas une boutade. Il ne se passe plus grand chose à Venise au début du XVIIe siècle, au moment de l’ambassade de Philippe de Canaye, sieur Du Fresne. Tant bien que mal, il essaie de donner au Roi des nouvelles dignes de ce nom. Mais que dire quand il ne se passe rien ? « Que sçaurois-je pescher en ces Palus digne de vous estre présenté ? »37. Du même coup, l’ambassadeur est désœuvré « tant toutes choses sont coyes et le calme profond en ces lagunes »38. Que reste-t-il à faire ? Trois choses. D’abord, écrire, mais les missives de Canaye ne ressemblent pas du tout, par exemple, à celles de Machiavel. Le bruit de l’histoire s’en est éloigné. L’ambassadeur enveloppe dans une prose magnifique, digne de Chateaubriand, le néant de l’histoire vénitienne39. Ensuite, « faire comme si », participer aux pompes de la cité des Doges en ayant bien conscience qu’elles ne signifient plus grand chose, « manier délicatement les apparences », comme il le dit dans une formule admirable40. Enfin, rare privilège à Venise, se promener dans son jardin. Canaye en possède un où il a tout le loisir du monde de rassembler ses pensées et de méditer sur le déclin des grandes cités.

16Nous avons donc parcouru, dans la compagnie des ambassadeurs, toutes les couleurs du prisme philosophique proposé pour ce Colloque : Fama, historia, memoria. Ou, si l’on préfère une analogie musicale, que j’ai suggérée tout à l’heure, toutes les notes de cette gamme. Au début, c’est le majeur qui a dominé, à la fin, le mineur. Pour ma part, je ne regrette pas ce changement de registre. C’est dans le reflux de l’histoire et de ses grandes ambitions que l’individu se trouve, qu’il devient capable de promener un regard ironique sur les événements dont on dit qu’ils marqueront l’histoire du monde. Aussi longtemps qu’il « colle » à celle-ci, il est loin de lui-même. On me dira que la condition de l’ambassadeur est moins exemplaire que je ne le crois, ce qui, dans un certain sens, est vrai. Les grands ministres, eux aussi, connaissent des « états d’âme ». Ils éprouvent le besoin de quiter de temps en temps leurs dossiers pour se retrouver. Mais ils ne sont pas, comme les ambassadeurs, les représentants de leur prince. Je ne plaide pas ici pour les sécessions intérieures. Je le fais d’autant moins qu’il y a un rapport dialectique entre l’histoire et le moi. Celui-ci risque de disparaître dans la recherche des pures coïncidences : Rousseau à l’île Saint Pierre. L’ambassadeur est peut-être l’une des figures des temps modernes dans la mesure où il a besoin, pour exister, de cette relation difficile avec l’extérieur (fama, historia), avec ce qui n’est pas lui.

Notes

1 Ronsard. Le roi, le poète et les hommes, Genève, 1979.

2 Le latin classique ne connaît que ce mot pour désigner l’ambassadeur. Au Moyen Âge, on trouve aussi le mot orator, qui souligne le rôle éminent de la parole et de la persuasion dans l’exercice de la fonction. Sur ces questions de vocabulaire et quelques autres, voir notre livre : Diplomatie et théologie à la Renaissance, Paris, 2001.

3 Voir Guy de Tervarent, Attributs et symboles dans l’art profane, nouvelle édition, Genève, 1997, p. 448-449.

4 Nous sommes pourtant en mesure de mieux comprendre ces questions grâce à Jean Starobinski, Largesse, Paris, 1994 et Natalie Zemon Davis, Essai sur le don dans la France du XVIe siècle, tr. fr., Paris, 2003.

5 Somme théologique, Secunda secundae, quaestio 134.

6 Voir André Chastel, « L’Ennemi de la magnificence », dans Dix Conférences sur Érasme, Paris-Genève, 1988, p. 120-122.

7 Voir Jean Jacquart, François Ier, Paris, 1981.

8 Francisci Gallorum regis et Henrici Anglorum Colloquium, édité par St. Bamforth et J. Dupèbe, Renaissance Studies, mars-juin 1991.

9 Op. cit., p. 61.

10 Ibid., p. 65.

11 La relation, qui n’existe pas dans tous les pays, est le rapport de synthèse adressé par l’ambassadeur aux autorités de l’État quand sa mission est terminée. Celles des ambassadeurs vénitiens sont parmi les plus célèbres.

12 Voir les exemples donnés dans Diplomatie et théologie à la Renaissance, op. cit., p. 47-49.

13 Voir Edward Muir, Civic Ritual in Renaissance Venice, Princeton, 1981 ; ainsi que Storia di Venezia, Istituto della Enciclopedia italiana, 1996, ch. VII, p. 441 et suiv.

14 Voir le portrait assez amusé que fait de lui Montaigne dans son Journal de voyage, éd. François Rigolot, Paris, 1992, p. 68. Sur Du Ferrier, on peut encore lire la biographie d’Édouard Frémy, Un ambassadeur libéral sous Charles IX et Henri III. Ambassades à Venise d’Arnaud Du Ferrier, Paris, 1880. Voir surtout Alain Tallon, « Diplomatie et “politique” : Arnaud Du Ferrier », dans De Michel de l’Hospital à l’Édit de Nantes. Politique et religion face aux Églises, Clermont-Ferrand, 2002, p. 305-333.

15 Voir Diplomatie et théologie à la Renaissance, op. cit., ch. II.

16 Alors que la lettre de créance est montrée au prince chez qui l’on va dès la première audience, les Instructions, bien entendu, demeurent secrètes.

17 Voir Diplomatie et théologie à la Renaissance, p. 125.

18 Antonio de Vera fut ambassadeur extraordinaire à Venise et dans d’autres États d’Italie.

19 Chez Anthoine de Sommerville.

20 Ibid., livre III, p. 131.

21 En août 1503, après la mort du pape Alexandre VI, Machiavel est chargé d’accompagner à Rome le cardinal Soderini, l’un des papabili. Il reste à Rome après l’élection de Jules II, qui eut lieu le 1er novembre 1503. Les lettres de cette période se trouvent dans l’édition française de Edmond Barincou, Toutes les Lettres de Machiavel, Paris, 1955, t. I, p. 333 et suiv.

22 Rappelons que celui-ci voulut, en 1502-1503, se tailler un État en Italie centrale.

23 OEuvres completes, éd. E. Barincou, Paris, p. 81 (Bibliothèque de la Pléiade).

24 De legationibus libri tres, Londres, 1585, p. 101.

25 Essais, I, 10, « Du parler prompt ou tardif », 39 A.

26 B. Gracián, L’Art de la prudence, tr. fr., Paris, 1994, p. 65-66 (Rivages poche. Petite Bibliothèque). Il n’est pas indifférent de remarquer que le premier traducteur de Gradan en France fut Amelot de La Houssaye, secrétaire d’ambassade à Venise. Il pensait sans doute que l’Espagnol avait profondément réfléchi à l’art d’être ambassadeur.

27 Voir Diplomatie et théologie à la Renaissance, op. cit., p. 137.

28 Le Parfait ambassadeur, op. cit., livre I, p. 169.

29 Ibid., p. 171.

30 Essais, éd. Villey-Saulnier, p. 74.

31 Ibid., p. 799.

32 Londres, National Gallery.

33 Voir notre Diplomatie et théologie à la Renaissance, op. cit., p. 113.

34 Hamy, Entrevue de François Ier avec Henry VIII [...], s.l.n.d. [Paris, 1898], p. cccxlv. Lettre du 9 juin 1533.

35 Camusat, Meslanges historiques ou recueil de plusieurs actes [...], 3e édition, Troyes, J. Febvre, 1644, lettre du 6 septembre 1533.

36 Le Parfait Ambassadeur, op. cit., livre I, p. 19.

37 Lettres et Ambassade de [...] Phlippe Canaye seigneur Du Fresne, Paris, Etienne Richer, 1635, lettre du 18 novembre 1601.

38 Ibid., p. 30.

39 Voir Daniel Ménager, « Lettres d’ambassadeurs », L’Epistolaire au XVIe siècle, Paris, Éditions rue d’Ulm, 2001, p. 225-236.

40 Ibid., p. 235. Nous avons un peu aménagé la formule exacte qui est la suivante : « Il faut donc delicatement manier cette apparence ».

© Publications de l’École nationale des chartes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search