Version classiqueVersion mobile

Mémoire et subjectivité (XIVe-XVIIe siècle)

 | 
Dominique de Courcelles

Mémoire, histoire et survie du « moi » au jugement d’Érasme

Jean-Claude Margolin

Texte intégral

1Trois points seront successivement traités, bien qu’ils s’enchaînent étroitement, en particulier le second et le troisième. On pourrait les désigner de la manière suivante : I. La mémoire, comme instrument de connaissance ; II Érasme, face à l’histoire ; III. Désiré, à la recherche de son moi.

I. — LA MÉMOIRE, COMME INSTRUMENT DE CONNAISSANCE

  • 1 Paris, Badius, 1512. Voir mon édition dans le volume 1-2 des Opera omnia Erasmi (désormais abrégé (...)

2Érasme exprime souvent son avis au sujet de la mémoire, et notamment dans ses écrits pédagogiques, estimant à juste titre que la fonction mnémonique est essentielle dans tout processus éducatif. Voici, par exemple, ce qu’il en dit dès les premières pages du De ratione studii1 (ou Plan des études), qui s’adresse aux adolescents d’une douzaine d’années :

  • 2 Le verbe exigere signifie ici en propre : demander (de la part du maître) à l’élève de réciter sa (...)
  • 3 Trad. J.-C. Margolin, dans Érasme, Paris, 1992, p. 446-447 (Bouquins).

« Il ne faut pas négliger la mémoire, ce trésor de la lecture... C’est sur trois éléments que repose avant tout une excellente mémoire : la compréhension, l’ordre et l’application. En vérité, l’essentiel de la mémoire, c’est d’avoir compris une chose à fond. En second lieu, l’ordre permet que nous rappelions en notre esprit, comme en vertu d’une loi de retour d’exil, des souvenirs qui s’en étaient échappés une première fois. Enfin l’application est de la plus grande importance en toutes choses, et pas seulement ici. Aussi les passages dont nous voulons nous souvenir doivent-ils être relus fort attentivement et fréquemment, nous devons ensuite nous les réciter2 souvent à nous-mêmes afin que nous rétablissions le détail qui aurait pu par hasard nous échapper »3.

  • 4 Bâle, Froben, 1529. Éd. J.-C. Margolin, ASD I-2, Amsterdam, 1971. Le titre latin complet peut se t (...)

3Dans un autre ouvrage pédagogique, le De pueris instituendis4 (Sur l’éducation des enfants), qui concerne les bambins de trois à quatre ans, il répète pratiquement les mêmes conseils et la même définition de la mémoire, après avoir souligné l’importance chez les enfants de l’instinct d’imitation, et l’excellence de leur mémoire :

  • 5 Il vient de parler des prouesses linguistiques du roi Mithridate, qui aurait connu vingt-deux lang (...)
  • 6 Trad. J.-C. Margolin, dans Érasme..., op. cit., p. 510-511 ; éd. ASD I-2, p. 50, lignes 3-7 (« Tot (...)

« Tout ce travail d’apprentissage [des langues]5 dépend essentiellement de deux facultés : la mémoire et l’imitation... Les hommes les plus sages attribuent à l’enfance une mémoire extrêmement fidèle... Les impressions visuelles de notre enfance sont si bien fixées dans notre esprit que nous croirions qu’elles datent de la veille... »6.

4Et, plus loin :

  • 7 Ibid., p. 538 ; éd. ASD I-2, p. 71, lignes 12-13 (« Optima memoriæ ars est penitus intelligere, in (...)

« Le meilleur moyen de retenir consiste à comprendre à fond, à mettre en ordre ce qu’on a compris, et enfin à répéter maintes fois ce dont on veut se souvenir »7.

  • 8 On renverra le lecteur à l’article d’Isabelle Diu et d’Alexandre Vanautgaerden, « Le jardin d’abon (...)
  • 9 En jouant sur cette métaphore, faisons remarquer que les impedimenta, qui sont l’équipement ou les (...)

5Ainsi, se plaçant d’un point de vue strictement intellectuel et pédagogique, Érasme préconise l’utilisation intelligente de la mémoire naturelle : elle s’épanouit quand les trois facteurs (la nature, l’intelligence et l’exercice) jouent harmonieusement entre eux. La mémoire serait donc avant tout un acte d’intelligence (attention, mise en ordre, application, répétition, acquisition d’habitudes), accompagné éventuellement de petits signes d’écriture (expressions soulignées, notæ ou notulæ marginales, index pointé vers le mot ou le concept à retenir) et un acte de volonté — on insistera sur ces formules identiques du De ratione studii et du De pueris instituendis : « les passages dont nous voulons nous souvenir... » (quæ meminisse velis, quod meminisse velis). Érasme pédagogue insiste donc sur le caractère pragmatique ou utilitaire d’une mémoire, qui serait à la fois un réservoir d’expressions, de « mots dorés », de formules, de sentences, de citations d’auctores, et un instrument heuristique, car toutes ces ressources, acquises et accumulées par le labeur et la volonté du bon élève, auxquelles convient parfaitement le terme de copia8, puisque ce réservoir de mots et de concepts est mis à la disposition de l’orateur, de l’écrivain, ou de l’étudiant, qui saura mobiliser et faire surgir à point nommé et dans telle circonstance appropriée, la sentence ou la formule qui, en fait, n’aura jamais cessé d’affleurer à sa conscience, faisant partie, en quelque sorte, de son bagage portatif9.

  • 10 Voir Matière et mémoire, Paris, 1896 (et 46e édition, Paris, 1946), notamment le ch. 2 (« De la re (...)
  • 11 Mais non représentée.
  • 12 Voir sa longue analyse des deux formes de mémoire. La première, la mémoire-habitude, « s’acquiert, (...)

6Cette mémoire utilitaire, qui opère, par la force des choses, une sélection et une élimination (par faute d’attention volontaire) de tout ce qui serait susceptible de l’encombrer inutilement en érodant son efficacité, et que des philosophes ultérieurs, comme Henri Bergson10, appelleront la mémoire-habitude, mémoire liée aux mécanismes d’enregistrement cérébro-corporels, apparaît comme étant quasi-indépendante de la personnalité ou de l’ingenium du sujet, tout en étant vécue et « agie »11, indépendante de ce que nous pourrions appeler, encore une fois avec le Bergson de Matière et mémoire, le moi profond12.

  • 13 Trad. J.-C. Margolin, dans Érasme..., op. cit., p. 446 ; éd. ASD I-2, p. 118, lignes 8-9.
  • 14 Voir notamment son célèbre Théâtre de la mémoire (l’Idea del Theatro, publié en 1550).
  • 15 Voir notamment De umbris idearum (1582) et De imaginum, signorum et idearum compositione (1591).
  • 16 Voir notamment son Ars reminiscendi (Naples, 1602), version latine de Darte del ricordare, que Por (...)
  • 17 Voir à ce sujet l’important ouvrage de Frances A. Yates, The Art of Memory, Londres, 1966 et Chica (...)
  • 18 Voir la querelle dite du cicéronianisme et la conception érasmienne du « vrai » cicéronien.
  • 19 II, 86-88, notamment §§ 354-358.
  • 20 § 354. C’est moi qui souligne.
  • 21 Brutus, 78, 301. Érasme cite également cet orateur avec admiration.
  • 22 Même attitude de Quintilien dans l’Institution oratoire (lib. II, cap. 2 : De memoria) ; de même, (...)

7Sans quitter les conseils pédagogiques d’Érasme, et en l’empruntant à une phrase tirée du même texte du De ratione studii, nous ne saurions négliger cette concession, souvent passée inaperçue, mais à laquelle d’autres propos, beaucoup plus sévères et même moqueurs, donneront plus tard une portée véritablement polémique : « Je ne conteste certes pas que la mémoire puisse être aidée par des lieux et des images »13. Cette brève allusion concerne l’utilisation des célèbres Arts de mémoire, en grand honneur tout au long du Moyen Âge, largement pratiqués par la scolastique, et dans lesquels s’illustreront encore de grands esprits de la Renaissance, de Giulio Camillo14 à Giordano Bruno15 ou à Gianbattista della Porta16 et à bien d’autres17. Cette mémoire, jugée artificielle (au mauvais sens du mot, comme opposé à la nature) a pourtant été évoquée et appréciée par Cicéron, l’un des auteurs de l’Antiquité latine les plus admirés par l’auteur du Ciceronianus, mais avec lequel il lui arrive de prendre ses distances18. C’est le cas de ce fameux passage de la fin du livre II du De Oratore19, qu’il connaissait bien, et dans lequel, sous le couvert de Simonide de Céos et de son invention du cadre référentiel des lieux (loci) — au sens logique et topographique — et des images (imagines ou effigies), l’auteur latin montre son utilité pour l’orateur : « L’ordre des lieux [c’est-à-dire des emplacements distincts choisis par la pensée] conserve l’ordre des choses ; les images des choses rappellent les choses elles-mêmes. Les lieux sont les tablettes de cire sur lesquelles on écrit ; les images sont des lettres qu’on y trace »20. L’orateur latin estimant que tous les orateurs ne sont pas des Hortensius, dont la mémoire, paraît-il, était prodigieuse21, il expose avec faveur la théorie de la mémoire artificielle, cet « art de mémoire » que l’on peut encore appeler « mnémotechnie »22.

  • 23 Éd. Léon E. Halkin et alii, ASD I-3, Amsterdam, 1972, p. 647-649. Le colloque date de septembre 15 (...)

8Mais il faudrait surtout évoquer le colloque qu’Érasme a intitulé Ars notoria23 (L’Art notoire, autrement dit L’Art de la mémoire), dialogue vivant entre le maître (Désiré, c’est-à-dire Érasme en personne) et l’écolier (Erasmius, le propre filleul de l’humaniste). On se contentera ici d’en rapporter quelques bribes :

  • 24 Voir le colloque érasmien de l’Alchimie (Alcumisticd), Bâle, Froben, août-sept. 1524 ; éd. ASD I-3 (...)

« ER. J’entends dire qu’il existe une sorte d’art mnémonique permettant à l’homme de savoir à fond, sans la moindre peine, tous les arts libéraux.
DES. Qu’entends-je ? As-tu vu le livre ?
ER. Oui, mais je n’ai fait que le voir, faute d’un maître pour me l’expliquer.
DES. Que contenait-il ?
ER. Différentes figures d’animaux, tels que dragons, lions, léopards, et différents cercles sur lesquels étaient écrits des mots grecs, latins, hébreux, ou d’autres, provenant de langues barbares.
DES. En combien de jours le titre de l’ouvrage promettait-il la connaissance des sciences ?
ER. Quatorze.
DES. Magnifique promesse, assurément. Mais connais-tu quelqu’un que cet art mnémonique ait rendu savant ?
ER. Non.
DES. Personne n’en a jamais vu ni n’en verra jamais, à moins de voir quelqu’un s’enrichir par l’alchimie24.
ER. Comme je voudrais que cet art fût vrai ! »

  • 25 Géorgiques I, 146. Voir notamment De pueris instituendis (ASD I-2, p. 62, ligne 20), et Convivium (...)
  • 26 C’est le thème même du De pueris instituendis : l’enfant doit être formé simultanément « ad litter (...)
  • 27 ASD I-3, p. 648, lignes 50-51 : « Satis adest celeritatis in percipiendo, sed mox effluit quod per (...)

9Le dialogue continue sur le même ton. Mais, en citant un de ses vers favoris de Virgile, « Labor improbus omnia vincit »25 (le travail opiniâtre vient à bout de tout), Désiré revient à son idée maîtresse : la mémoire est le fruit d’un effort, d’un labeur personnel, acte indivis d’intelligence et de volonté, à condition, bien entendu, que cet effort soit appliqué à un terrain naturel favorable, celui de l’utilité de l’étude ou celui de la conjonction de l’éducation morale et de la formation intellectuelle26. Et quand le jeune Erasmius déclare ingénument à son parrain qu’« il apprend assez vite, mais que tout ce qu’il a appris s’échappe bientôt de sa tête »27, celui-ci n’a aucune peine à lui inculquer directement ce qu’il avait énoncé à l’intention des maîtres d’école, lecteurs du De ratione studii, à savoir que le ciment de la mémoire, c’est le travail (diligentia) :

  • 28 Voir aussi le colloque des Choses et des Mots (De rebus ac vocabulis ; ASD I-3, p. 566-571).
  • 29 ASD I-3, p. 648-649, lignes 56-59. C’est moi qui souligne.

« Celui qui apprend les mots sans en pénétrer le sens les oublie rapidement28. Car les paroles, comme dit Homère, sont ailées ; elles s’envolent facilement si les pensées ne leur servent de contrepoids. Applique-toi donc d’abord à bien comprendre le sujet en question [cura ut rem penitus intelligas] examine-le et retourne-le plusieurs fois en toi-même [diu subinde tecum verses ac repetas] »29.

  • 30 Voir l’édition Allen de l’Opus Epistolarum Erasmi, t. IX, ep. 2632 et t. X, ep. 2657.
  • 31 Sur ce juriste et magistrat, voir René Dekkers, Het humanisme en de rechtswetenschap in de Nederla (...)
  • 32 Voir, outre les travaux (cités) de F. Yates, de P. Rossi et de L. Bolzoni, Giorgio Stabile, art. G (...)

10Le coup de grâce, si je puis dire, asséné par Érasme aux « arts de mémoire » contemporains (mais ceux-ci s’en relèveront fort bien !) date des années 1532, à la suite des informations que lui donnera de Venise30 son ami, le Frison Wigle ou Viglius d’Aytta, de Zwischem31, au sujet d’un « Théâtre de mémoire » d’un certain Giulio Camillo32, cicéronien militant, disciple de Raymond Lulle, expert en art combinatoire, dont tout le monde parle et qui aurait, ni plus ni moins, l’ambition d’ordonner et de récapituler toutes les pensées du monde grâce à un ingénieux système de « lieux » et d’« images » tiré de l’œuvre de Cicéron. Viglius et Érasme eurent vite fait de tourner en ridicule et l’inventeur du « théâtre » et le théâtre lui-même, mais on sait que, malgré sa culture et son intelligence aiguisée, l’humaniste hollandais était farouchement et ironiquement rebelle à tout ce que son ingenium ou son affectivité refusaient d’enregistrer (et donc de comprendre, selon ses propres conseils pédagogiques), qu’il s’agisse d’alchimie, de kabbale, de scolastique, de métamorphose, de magie, de culte aveugle de Cicéron, ou de la Légende dorée, prise au pied de la lettre.

II. — ÉRASME FACE À L’HISTOIRE

  • 33 Voir Jacques Chomarat, « Pourquoi Érasme s’est-il fait moine ? », dans Actes du colloque internati (...)
  • 34 Dans une lettre à Zwingli de 1522 (Allen, op. cit., t. V, ep. 1314, ligne 2) : « Ego mundi civis e (...)
  • 35 Allen, op. cit., t. II, ep. 421 ; lettre d’Anvers, c. 19 juin 1516.
  • 36 Trad. Marie-Madeleine de La Garanderie, La Correspondance d’Érasme et de Guillaume Budé, Paris, 19 (...)
  • 37 Bien qu’il parle des « nobilissimorum fluminum ostia » et de l’abondance de poissons de ces deux f (...)
  • 38 Voir Aloïs Gerlo, « Érasme et les Pays-Bas », dans Colloquia Erasmiana Turonensia (Tours, 1969), P (...)
  • 39 Allen, op. cit., ep. 1840.

11De cette mémoire personnelle, acquise, sinon conquise au prix d’un effort intellectuel et d’un acte de volonté, mais qui ne concerne pas la personnalité profonde du sujet, Érasme a-t-il su établir des liens avec une mémoire que l’on est convenu d’appeler collective, mémoire d’une nation ou d’un peuple se tournant vers un passé commun (ou jugé tel), ou mémoire archivistique, fondée sur des documents dûment enregistrés et conservés dans des bibliothèques de couvents, de châteaux ou d’universités, et voués au regard explorateur, voire critique, des historiens ? Né dans les conditions « infamantes » que l’on connaît, et qui ont assombri sa vie entière, même après la levée de ses interdits par le pape Léon X quand il avait déjà atteint la cinquantaine33, Érasme ne se sent pas solidaire d’un pays ou d’un passé qui ne lui ont jamais permis de conforter sa personnalité. S’il a ajouté à un nom qu’il s’est lui-même fabriqué celui de la ville où il a vu le jour, c’est apparemment pour se donner des lettres de noblesse dont il n’avait pas hérité par suite de sa naissance irrégulière et d’un relatif dénuement. Disons-le d’un mot : celui que ses ennemis appelaient en guise de moquerie errans mus (le rat vagabond) et qui a si bien commenté l’adage Ubi bene, ibi patria (la patrie, c’est là où l’on est bien), celui qui se réclamait également « citoyen du monde »34, était en fait un déraciné : c’est du moins ainsi qu’il s’éprouvait lui-même. Rien n’est aussi éclairant à cet égard que ses échanges épistolaires avec Budé, à propos de la détermination géographique de leur patrie respective, ou du ressentiment éprouvé par le « bâtard batave » à l’égard des Italiens qui lui rappelaient plus d’une fois, non sans orgueil et ironie, qu’ils avaient derrière eux un passé vieux de plus de deux mille ans, que ce sont eux les véritables héritiers de Cicéron et, qui plus est, s’agissant des Romains, les fermes gardiens du trône de saint Pierre. Dans une lettre à Budé de juin 151635, Érasme, qui parle de notre Gaule, se reconnaît comme Gaulois et Germain tout à la fois : « Rien ne s’oppose, écrit-il, à ce que l’on soit à la fois Germain selon la loi, et Gaulois selon la géographie traditionnelle »36. D’autre part, le flou de ses connaissances géographiques concernant l’embouchure du Rhin et de la Meuse37 va de pair avec son indifférence relative à l’égard de son pays, qui n’en est d’ailleurs pas un, selon les critères historiques traditionnels. Ce qui ne l’empêche pas de se proclamer non sans fierté « homo Batavus »38 quand il est attaqué ou moqué par ses adversaires, et notamment par les cicéroniens italiens. Pour revenir au contraste entre l’humaniste français et l’humaniste hollandais sur la question de la mémoire ou de l’héritage national, relisons la lettre d’Érasme à Budé du 22 juin 152739 dans laquelle il se défend d’avoir voulu se moquer des Français actuels, dans son introduction à l’Épître aux Galates, où il parlait des Gaulois d’il y a seize siècles qui auraient émigré en Asie pour former la Galatie : le Français patriote et conseiller du Roi Budé n’admet pas cet humour relatif à des valeurs nationales, conservées dans la mémoire de toute une nation, même s’il se trompe sur les véritables intentions d’un homme que son identité rend moins « chatouilleux » à l’égard de ces mêmes valeurs.

  • 40 Voir à ce sujet les remarques de son Plan des études sur les historiens grecs et latins que l’élèv (...)
  • 41 Bâle, « in officina Frobeniana ». Voir l’édition critique de Robert Stupperich, ASD V-3, 1986, p.  (...)
  • 42 Il s’agit de Moïse et du serpent d’airain dressé dans le désert (voir Nb 21, 4-9 ; Nb 33, 41-42 ; (...)

12D’une manière plus générale, la position d’Érasme relative à l’histoire, et par conséquent à l’évocation du passé et à sa conservation par l’écriture, est ambiguë. N’étant pas historien lui-même, il est sceptique — comme le sera Montaigne — et se sent libre vis-à-vis de cette discipline, dont il souligne à la fois l’utilité et la relativité40, et il s’interroge sur les fruits que l’on peut en tirer : « Non peccat qui credit historiæ. Sed quid fructus ? » En posant cette question dans son Commentaire du Psaume 33, publié en 153141 à propos d’un événement particulier de l’Ancien Testament42, Érasme exprime en fait sa problématique touchant la mémoire historique. Dans un passage qui précède cette proclamation qui définit son attitude en face de l’histoire, qu’il s’agisse d’histoire sacrée (comme ici), ou d’histoire profane, il écrivait :

  • 43 Nb 21, 8-9.
  • 44 Le verbe latin est aperire, c’est-à-dire, plus précisément, ouvrir.
  • 45 Jean 3, 14.

« La lecture de Moïse43 nous apprend qu’un serpent d’airain s’était dressé dans le désert. C’est un fait historique, je l’avoue, et même d’une authenticité absolue [Historia est, fateor, et quidem verissima]. Mais n’est-ce rien d’autre que de l’histoire ? On aurait pu le croire, si le Seigneur n’avait pas lui-même éclairé44 cette figure dans l’Évangile45 en disant : “Comme Moïse éleva le serpent au désert, ainsi faut-il que soit élevé le Fils de l’Homme” ».

  • 46 Jean 8, 28 et 12, 32-33.
  • 47 En particulier dans ses Annotations au Nouveau Testament (Évangile selon saint Jean) et dans ses P (...)
  • 48 Allusion à son « élévation » sur la croix.
  • 49 Dans l’Ancien Testament, la formule « vous saurez que je suis » ou « que je suis Yahvé » affirme l (...)
  • 50 Toujours l’« élévation » sur la croix, mais aussi l’« élévation » au ciel, au jour de la résurrect (...)
  • 51 Élevé sur la croix, Jésus apparaîtra aux yeux de tous comme le Sauveur du monde (voir 19, 7).

13C’est à deux autres passages de l’Évangile de Jean46 qu Érasme a eu plusieurs occasions de commenter47, que sera donnée la réponse à la question : « N’est-ce rien d’autre que de l’histoire ? Nous lisons dans Jean 8, 28 (c’est Jésus qui parle) : “Quand vous aurez élevé48 le Fils de l’Homme, alors vous saurez que Je49 Et dans le même Évangile, 12, 32-33 : “Et moi, élevé de terre50, j’attirerai tous les hommes à moi51”. Et l’évangéliste de commenter : “Il signifiait par là de quelle mort il allait mourir ».

  • 52 Même emploi du verbe aperire : ouvrir, rendre accessible, c’est-à-dire éclairer.
  • 53 Voir l’édition de R. Stupperich, ASD V-3, p. 98, lignes 136-139.

14Dans un autre exemple du même Commentaire du Psaume XXXIII, relatif cette fois à Jonas et à sa baleine, Érasme écrit : « La baleine qui avait avalé Jonas, le vomit vivant le troisième jour. Ce n’est pas une fiction, le récit qui en est fait est véridique. Mais pour nous, n’est-ce rien d’autre qu’une figure ? Nous croirions qu’il n’y a rien d’autre à cacher, si le Christ, de sa propre bouche, n’avait daigné nous faire accéder52 à ce mystère ». Et il cite le passage de Matthieu, 12, 39-40 : « De signe, il ne lui [la génération des scribes et des pharisiens] sera donné que celui du prophète Jonas. De même en effet que Jonas fut dans le ventre du monstre marin durant trois jours et trois nuits, de même le Fils de l’Homme sera dans le sein de la terre durant trois jours et trois nuits »53.

  • 54 « Littera occidit, inquit Paulus, spiritus vivificat » (ASD V-3, p. 101, ligne 241).
  • 55 « Non semper occidit littera... sed non vivificat, nisi perveneris ad Christum ».
  • 56 Citation de l’Enchiridion militis christiani (Anvers, Thierry Martens, février 1503). Trad. de And (...)
  • 57 Ibid., p. 145.
  • 58 Ibid., p. 145.
  • 59 Voir notamment ce qu’il en dit dans le De ratione studii et dans le De pueris instituendis. Voir a (...)
  • 60 Voir mon article « En marge des Utopies : les figures d’Hercule dans la pensée d’Érasme », dans Er (...)
  • 61 Voir mon article « Érasme, Prométhée, le Christ et l’homme », dans Miscelânea de Estados em Honra (...)
  • 62 En pareil cas, l’oubli — oubli de Dieu — est ou serait considéré comme un affreux blasphème, digne (...)
  • 63 Par exemple : « Tel qui la verge épargne abomine son fils », ou : « Pour qui aime son fils, le fou (...)
  • 64 Ibid., p. 62, lignes 13-14.

15S’agit-il de mémoire ? S’agit-il d’histoire ? Ou faut-il dépasser ces deux concepts ? On aura remarqué qu’Érasme exprime sa déférence à l’égard du texte narratif de la Bible hébraïque, qu’il appelle, avec les chrétiens, l’Ancien Testament. Cette historia, qu’il qualifie de verissima, comme s’il avait besoin de se persuader lui-même et de persuader son lecteur, que ces miracles, pour étranges qu’ils puissent apparaître, ne sont pas des contes ou des boniments de nourrices à l’intention d’enfançons, correspond à la lettre du récit biblique. Et l’on connaît son attachement à l’interprétation littérale des deux Testaments. Mais on sait aussi, avec saint Paul, qu’il cite constamment (et en particulier tout au long de son Commentaire du Psaume XXXIII) que « la lettre tue, et que l’esprit vivifie »54. Position théologique qu’il précise encore : « La lettre ne tue pas toujours... mais elle ne vivifie pas, si l’on ne parvient pas jusqu’au Christ »55. Il est donc nécessaire, pour le croyant — entendons le chrétien —, tout en conservant la lettre, de l’interpréter par l’esprit : c’est le sens de l’exégèse allégorique, qui voit dans les faits ou les événements matériels des signes (signa) qui indiquent le sens profond et, si l’on peut dire, encore plus vrai que la « verissima historia » du serpent d’airain ou de Jonas dans le ventre de la baleine. Cette croyance volontaire à l’authenticité des récits bibliques, Érasme ne la qualifie pas toujours de croyance à l’histoire (« qui credit historiæ »), car dans d’autres textes, il réserve le terme d’historia (et donc d’historia verissima) à l’histoire sacrée ou providentielle, celle qui commence véritablement avec le Christ, et qui s’achèvera avec la fin du monde. Quant à la plupart des récits contenus dans l’Ancien Testament (de « la figure d’Adam formée de glaise trempée d’eau dans laquelle a été insufflée une âme »56, de la naissance miraculeuse d’Ève, tirée d’une côte d’Adam, de l’Arbre de la Science du Paradis, de l’épisode du serpent, séducteur de la première femme, de « Dieu qui se promène au souffle de la brise »57, de « l’ange placé aux portes du Paradis avec une épée tournoyante »58, ou de la statue de terre glaise formée par Prométhée, et pourquoi pas les deux épisodes rapportés dans le Commentaire du Psaume XXXIII), Érasme les qualifie de fabulæ. Terme qui n’a rien de péjoratif si l’on songe à son admiration pour les fables d’Ésope et de Phèdre et à son utilisation pédagogique de la littérature des apologues59. Mais la différence, c’est que son plaisir esthétique et la mise en branle de son imagination n’ont pas à s’adosser à une quelconque vérité historique. S’il parle de fabula, aussi bien à propos de la mythologie païenne — la légende d’Hercule60 et celle de Prométhée61 ont toute sa faveur — qu’à propos de ces personnages bibliques, c’est que la matière de ces fables, même si elle est diversement appréhendée selon les cas, n’a qu’une signification transitoire : elle est un appel à une interprétation spirituelle ou allégorique, qui seule peut avoir valeur de vérité, de vérité « vérissime ». Même la légende d’Hercule et celle de Prométhée peuvent et doivent être interprétées, chez un humaniste chrétien, à la lumière du Christ et du Nouveau Testament. Dans de telles conditions, la mémoire conservée d’un texte ancien permet à la fois de mesurer la distance qui sépare le présent du passé (un passé historique) et de s’approprier ce texte comme un acte du présent, constamment répété et renouvelé et inaccessible à l’oubli62. Il est en effet évident (et Érasme est le dernier qui songerait à n’en pas prendre une conscience aiguë) que les Évangiles se situent dans un temps précis, même si les dates de leur composition font encore problème parmi les historiens. Citant quelques sentences du Livre des Proverbes relatives aux châtiments corporels infligés à des enfants ou à des écoliers indisciplinés63, Érasme commente aussitôt : « Ces formes de châtiment convenaient peut-être aux Juifs d’autrefois. Mais aujourd’hui, il faut interpréter de façon plus généreuse les “dits” hébraïques ». Et un peu plus loin, maniant avec son habileté coutumière la métaphore : « Que notre verge à nous [entendons : à nous, chrétiens] soir une franche exhortation, parfois aussi quelque semonce, mais imprégnée de mansuétude et non d’amertume ! »64.

  • 65 Voir son Ciceronianus, Bâle, Froben, 1528.
  • 66 Une dévotion qui ne dégénère pas toutefois en une adoration quasi-mystique, comme le personnage de (...)
  • 67 Voir plus loin.
  • 68 Voir Charles Béné, « Érasme et Cicéron », dans Colloquia Erasmiana..., op. cit., t. II, p. 571-579
  • 69 Convivium religiosum (Bâle, Froben, 1522), éd. L.-E. Halkin, ASD I-3, p. 251, lignes 621-623.
  • 70 Voir mon article « Les Tusculanes, guide spirituel de la Renaissance », dans Présence de Cicéron, (...)
  • 71 Ibid., p. 254, ligne 710 : Sancte Socrates, ora pro nobis !

16Cette distance historique, Érasme en est toujours fort averti, et il n’est guère d’anachronismes qu’on puisse lui reprocher, même s’il ne s’attache pas au détail et à la multiplicité de ces faits : l’exemple de sa conception du cicéronianisme65 et de la dévotion qu’il a vouée66 à la personne et à l’œuvre de Cicéron nous montre clairement qu’Érasme, le latiniste, l’Européen et le chrétien du premier tiers du XVIe siècle vit dans un univers socio-culturel, socio-politique et socio-religieux très différent de celui de la Rome du temps de César. L’exercice de mémoire n’est pas un regard myope porté sur les clausules et les figures de style de Cicéron, mais un regard à distance, un regard critique, une utilisation intelligente du passé scriptural présentifié par le livre que l’humaniste a sous les yeux, et dont il a même emmagasiné le contenu dans ce réservoir que saint Augustin appelait « l’estomac de l’esprit »67. Ainsi, dans la mesure où cet auctor — à la fois auteur et autorité indiscutable — transcende son époque pour irriguer de son esprit et de ses écrits l’intelligence de ses lointains héritiers et pour donner à certaines de ses pensées ou à certains aspects de son ingenium une consistance et même une pérennité indéniables, le temps paraît aboli, ou plutôt nous sommes transportés dans un éternel présent68. C’est le pieux Eusèbe du Banquet religieux69 qui avoue à ses amis, rassemblés dans un « locus amœnus » : « Je ne puis lire les ouvrages de Cicéron sur la Vieillesse, sur l’Amitié, sur les Devoirs, sur les Questions Tusculanes70 sans baiser de temps en temps le livre et sans vénérer cette âme sainte, animée d’un souffle divin ». Ou (texte encore plus connu), c’est le non moins pieux Nephalius qu’Érasme fait s’écrier un peu plus loin71 : « Saint Socrate, priez pour nous ! ». Dans les deux cas, nous n’avons affaire ni à un acte de mémorisation, ni à une donnée de caractère historique. Mieux vaudrait parler d’un transfert éthico-religieux ou éthico-métaphysique de deux figures paradigmatiques médiatisées par une sensibilité ou une affectivité quasi-extatique. Ou, si l’on préfère : d’une restructuration de la mémoire pour faire de ces textes, enchâssés dans un présent éternisé, un véritable guide de vie. La mémoire et l’histoire ont été transcendées par une prise de conscience de vérités ou de préceptes salutaires, que l’on peut s’approprier comme venant du Créateur lui-même.

  • 72 Pour employer le langage de Michelet et de Bergson.
  • 73 Syntagme inspiré de la célèbre appréhension augustinienne de l’histoire : « Historia, magistra vit (...)
  • 74 C’est l’interprétation biblique propre au christianisme, qui pratique en grand la « typologie », l (...)

17Je pourrais multiplier les exemples. Un seul autre, emprunté cette fois à l’histoire profane, me permettra, avec les deux exemples bibliques de l’Ancien Testament et l’évocation de Socrate et de Cicéron, de rassembler en un seul bouquet dialectique l’histoire (historia), la fable (fabula), la mémoire (memoria), la résurrection du passé72, et le guide spirituel73, sans oublier que pour l’exégète et humaniste chrétien Érasme, selon le mot de saint Augustin, « le Nouveau Testament est caché dans l’Ancien, et l’Ancien est dévoilé dans le Nouveau »74.

  • 75 Historiæ Augusta scriptores ex recognitione D. Erasmi, Bâle, Froben, juin 1518. Voir Allen, op. ci (...)
  • 76 Comme dans les livres d’histoire « ad usum delphini ». Voir les conseils de lecture prodigués par (...)

18Cet exemple sera celui de la préface d’Érasme à une édition de l’Histoire Auguste75. S’adressant dans une même dédicace aux deux cousins, Frédéric, Électeur du Saint-Empire, et Georges le Barbu, dont l’explosion du luthéranisme fera vite des ennemis irréconciliables. Érasme utilise sa préface à un Suétone (que Froben publiera un an plus tard) pour développer, en ces temps troublés qui entourent l’élection du successeur de l’empereur Maximilien, sa thèse constante, à savoir que l’histoire est utile si le lecteur ou le haut personnage contemporain sait en tirer un enseignement moral. Érasme adopte sans la moindre hésitation le jugement lapidaire de saint Augustin : « Historia, magistra vitæ », l’Histoire, maîtresse de vie. Il préconise donc, dans ses rapports à l’histoire, une mémoire sélective, grâce à laquelle les exploits héroïques et généreux seront valorisés76, tandis que les actions cruelles et funestes seront condamnées par un jugement bref et sans appel :

  • 77 Cf. Horace, Art poétique, 181.
  • 78 Allen, op. cit., II, ep. 586; trad. fr. Marcel A. Nauwelaerts, La Correspondance d’Érasme, vol. II (...)

« On ne pourrait tirer plus de profit d’aucun livre plus que des ouvrages de ceux qui ont fidèlement transmis à la postérité les exploits accomplis dans les domaines public et privé, surtout si c’est quelqu’un de sang royal et nourri des préceptes de la philosophie qui s’y intéresse. De fait ceux qui se sont occupés d’étudier la bonne formule de conduite à adopter plutôt que de rapporter minutieusement la conduite qu’on a tenue (Hérodote en fait partie) sont utiles dans la mesure même où ils proposent aux regards la statue d’un bon prince77, pour autant du moins qu’ils l’aient sculptée avec art et vérité... »78.

  • 79 Sur l’attitude d’Érasme à l’égard de Rome et de l’histoire romaine, voir J. Chomarat, « La philoso (...)

19Sculptée avec art et vérité ! Faire du bon historien un artiste, et se référer à l’auteur de l’Art poétique plutôt qu’aux considérations de Tite-Live ou de Tacite relatives à leur métier d’historien, est un signe, dont nous avons déjà éprouvé le sens : la vérité historique littérale, celle que Nietzsche appellera l’histoire antiquaire, n’est pas de nature à solliciter toute l’attention de l’humaniste chrétien. Son pacifisme délibéré ne le pousse pas à s’étendre, outre mesure, sur les péripéties détaillées d’une bataille. Du passé, il extrait uniquement ce qui peut servir au présent et à la double cause des bonnes lettres et de la morale. La peinture de la Rome impériale79 lui fournit matière à indignation, et il estime ou espère que la violence verbale dont il se sert sera salutaire aux « grands » auxquels il s’adresse :

« L’adulation des hommes comblait de temples, d’autels et d’honneurs divins des monstres souillés de parricides, de sacrilèges, d’incestes, auxquels, pour résumer, il ne manquait aucun genre d’opprobre, et attribuait ainsi au hasard, ou plutôt aux crimes, ce qu’on offre d’habitude à l’extrême valeur... Que Domitien et Commode, grands scélérats tous deux, aient usurpé de leur vivant déjà le nom de dieux, qui ne voit que c’est le fait d’une franche folie plutôt que de l’impudence ? D’ailleurs je ne saisis pas encore à quelles raisons est due une telle rareté de bons princes... ».

20Et, après avoir dénoncé « la grandeur excessive de l’empire du monde », comme étant l’une de ces raisons, et fait un éloge tempéré d’« Octave Auguste, homme cultivé et clairvoyant », il se met à rêver :

« Oh ! que nous serions heureux, si les princes chrétiens montraient à diriger leur principauté le cœur qu’Octave, une fois élu définitivement, que les deux Titus, que Trajan, que les deux Antonins, qu’Aurélius Alexandre ont montré à diriger l’univers ! ».

  • 80 Bâle, Froben, 1516. Éd. O. Herding, ASD IV-1, 1974, p. 180, lignes 455-462.

21Mais la réalité est autre. Et Érasme, dans un bel élan d’indignation, fustige les auteurs d’exactions du passé, que les historiens ont parfois, sans le vouloir, fait accéder à la renommée. C’est ainsi que, dans un ouvrage destiné à l’éducation du prince, l’Institutio principis christiani80, et à l’intention du jeune Charles de Bourgogne, futur Charles Quint, il écrit :

  • 81 Uterque gentilis. Je ne pense pas qu’il faille, avec Pierre Mesnard, forcer la note, en traduisant (...)
  • 82 Traduction à paraître de Mario Turchetti (la dernière phrase, de Pierre Mesnard, dans L’Essor de l (...)

« Hérodote et Xénophon, l’un et l’autre païens81 ont la plupart du temps proposé le pire exemple du prince, même s’ils ont écrit l’histoire de manière à agrémenter la narration et à esquisser l’image d’un chef remarquable. Salluste et Tite-Live ont excellemment parlé de nombreux faits — j’ajoute de manière érudite en tout —, mais ils n’approuvent pas tout ce qu’ils racontent et tout ce qu’ils approuvent n’est pas forcément à approuver par le prince chrétien. Quand tu entends parler d’Achille, quand tu entends parler de Xerxès, de Cyrus, de Darius et de Jules César, ne te laisse point saisir par le prestige de ces grands noms. Il n’est question que de grandes et de furieuses canailles : tel est le nom que Sénèque emploie parfois à leur égard »82.

  • 83 « Fides et Eruditio: Erasmus and the Study of History », dans Humanists and Jurists. Six studies i (...)
  • 84 C’est ce qu’exprime Érasme dans sa lettre à l’historien français Robert Gaguin, à la fin du Compen (...)

22Dans la longue préface à l’Histoire Auguste, comme dans tous les textes dans lesquels il évoque des civilisations anciennes — celle des Grecs, des Latins, des Hébreux ou des premiers Chrétiens —, Érasme opère un constant va-et-vient entre le passé et le présent, tantôt pour glorifier le passé (le monachisme primitif) au détriment du présent, tantôt pour marquer le progrès du présent sur certaines formes de barbarie ancienne. L’histoire, rapportée par les livres, lui sert de tremplin, mais aussi de filtre pour une méditation personnelle, philosophique ou religieuse. Qu’il considère les faits rapportés par les historiens comme authentiques et donc admis par son esprit critique, ou qu’il qualifie de fabulæ les exploits d’Hercule, de Prométhée, d’Ulysse, ou les aventures d’Adam, de Caïn, de Noé ou même de Moïse, il ne se les appropriera par la mémoire qu’après les avoir fait passer par le canal et le filtre de sa conscience éthico-religieuse. Et le sceau d’une authenticité définitive, qui lui servira de viatique jusqu’à la fin de ses jours, ne sera apposé sur ces matériaux disparates qu’après qu’il ait pu y déceler quelque valeur symbolique ou allégorique qui lui permettra d’y découvrir une cohérence et une unité dans l’ordre du monde et l’action de la Providence divine. Plus qu’à une résurrection du passé, nous avons affaire ici, à une découverte nouvelle (ou renouvelée) de ce passé par le truchement de la foi (fides), cette croyance qui cherche à connaître et à comprendre (fides quærens intellectum) et qui, pour Érasme, est le complément permanent de la raison. Mais n’oublions pas que fides, comme l’a montré Myron P. Gilmore83, est aussi la sincérité, qualité majeure de l’historien, avec l’eruditio84.

III. — DÉSIRÉ, À LA RECHERCHE DE SON « MOI »

  • 85 Ad. 1317.
  • 86 Voir l’étude iconographique de F. Saxl, précisément intitulée : « Veritas, filia temporis », dans (...)
  • 87 C’est aussi ce que pense Peter G. Bietenholz dans son ouvrage (cité n. 41) sur l’histoire et la bi (...)
  • 88 Voir la remarque de Daniel Ménager, dans Érasme..., op. cit., p. CXXXII : « L’histoire est toujour (...)
  • 89 On en lira une traduction anglaise dans la série des Collected Works of Erasmus (Patristic Scholar (...)
  • 90 Mais, pour Descartes, le sujet qui rêve ne fait-il pas, comme dans toutes les autres opérations ps (...)

23De ces références aux « monuments » déposés par le flux temporel, et conservés dans des livres ou des manuscrits, Érasme dégage à la fois sa conception de l’histoire et ce que j’ai appelé, s’agissant de lui, la survie du « moi ». Il tire dans un sens très personnel l’adage Tempus omnia revelat85, à propos duquel il cite l’expression célèbre d’Aulu-Gelle, Veritas, filia temporis. Il transforme l’expression imagée de la filiation de la Vérité et du dieu païen Kronos86, Saturne ou le Temps, en une conception de la vérité de caractère chrétien, ou tout au moins compatible avec l’Écriture, la Révélation, les textes des Pères de l’Église87. De même qu’une énigme (littéraire ou iconique, peu importe) demande du temps et de l’ingéniosité pour accéder à la pleine intelligence de son observateur et décrypteur attentif, de même les vérités contenues dans l’Ancien et dans le Nouveau Testament ont demandé une longue suite d’interprètes (et d’interprétations, même contradictoires), donc une longue mémoire et une grande perspicacité, éclairée, au besoin par le Saint-Esprit, pour faire surgir, par l’effort conjugué de la philologie et de l’intelligence, une vérité susceptible de se confondre avec la Vérité. Vérité qui doit illuminer les recoins les plus obscurs de sa propre personnalité. Ainsi, la conception érasmienne de l’histoire, et plus précisément de l’histoire humano-divine, rejoint celle de saint Augustin et de sa grandiose proclamation, déjà évoquée : « L’Histoire, maîtresse de vie »88. Et cela, encore une fois, même si l’ingenium d’Érasme est beaucoup plus proche, par ailleurs, de celui de saint Jérôme, auquel il a consacré une biographie, tirée principalement de ses écrits, et donc, selon lui, plus vraie et plus entraînante que toutes les hagiographies du saint89. Ainsi se constitue d’une manière progressive, grâce à l’écoulement de la durée et à la tension critique que la distance temporelle crée dans la conscience, une image du moi, qui a de plus en plus de chance de s’approcher, dans l’épreuve de l’introspection, d’une certaine vérité du sujet pensant et même rêvant90, grâce à l’accumulation de ses expériences, de sa confrontation avec le monde et les autres, de ses joies et des blessures que la vie lui a infligées. Si l’on tourne maintenant son regard vers l’extérieur en s’interrogeant, par exemple, comme le fait Érasme, sur la « fama » de Socrate, on découvre que le moi véritable de celui-ci, ou plutôt celui qui s’incorpore au sien propre, ce n’est pas le moi qui est constitué par la somme des multiples événements de sa vie, tels qu’ils nous sont rapportés par Xénophon, Diogène Laërce ou Platon (encore qu’ils constituent des pièces indispensables de son « moi » historique), mais le « Saint Socrate » invoqué par le truchement de Désiré. On l’a vu aussi avec Cicéron et saint Jérôme : il a fallu du temps, pense notre humaniste, pour dégager du saint une biographie à hauteur d’homme, et de l’auteur des Tusculanes une image pour le siècle présent, qui soit en même temps fidèle à ce que l’on pourrait appeler, toujours par cet anachronisme bergsonien, le « moi profond » de Cicéron. Cette survie du « moi », Érasme va l’appliquer au Christ en personne... ainsi qu’à lui-même, mais d’une manière non thématisée. On connaît ce passage de la fin de la Paraclesis, où Érasme déclare que le Christ n’est jamais aussi présent (éternellement présent) qu’à travers les traces vivantes que les Écritures nous ont laissées à jamais de son passage sur terre :

  • 91 Trad. J. Chomarat, dans Érasme, Œuvres choisies, Paris, 1991, p. 460-461.

« ... Si on nous présentait la tunique du Christ, écrit-il à la fin de cette Exhortation [au lecteur], en quel point du globe ne nous précipiterions-nous pas pour pouvoir la couvrir de baisers ? Pourtant, même si on exposait tout son mobilier, rien ne nous donnera du Christ une représentation plus expressive et plus vraie que les écrits évangéliques... Ses écrits nous donnent l’image vivante de son esprit sacro-saint, c’est le Christ lui-même, parlant, guérissant, mourant, ressuscitant, enfin entier, qu’ils rendent présent, de telle sorte que tu le verrais moins bien si tu l’avais devant les yeux pour le regarder »91.

  • 92 D’une édition à l’autre (il y en a cinq entre 1516 et 1535) de sa traduction du Nouveau Testament, (...)
  • 93 Art. « Histoire », dans Érasme..., op. cit., p. cxxxiii.
  • 94 Voir la première partie de cet exposé.
  • 95 On pense évidemment à sa célèbre madeleine.

24Inutile donc de rassembler on ne sait quels matériaux pour écrire une Vie du Christ : il suffit de lire les Évangiles. Mais lire ne suffit pas : encore faut-il donner à comprendre leur substance historique et spirituelle. Ainsi Érasme leur a-t-il adjoint, tout au long d’une grande partie de sa vie, une masse d’annotations92 qui en éclairent le sens. Mais, tout en faisant de l’histoire la servante de l’exégèse (selon l’expression de Daniel Ménager)93, il concourt également, comme je l’ai dit, à la propre survie de son moi, en contribuant à donner consistance à la prophétie de son ami Colet : « Nomen Erasmi nunquam peribit ». C’est en effet dans des annotations de plus en plus nombreuses qu’à mesure où il vieillit, il se retourne vers son enfance ou sa jeunesse, confiant à ses lecteurs des détails de sa vie passée qui semblent n’avoir aucun rapport avec l’expression ou le verset de la Bible qu’il a décidé de commenter, et même qui paraissent (et qui ont paru aux yeux de certains et à la quasi-totalité de ses censeurs) parfaitement incongrus. Or, si le texte de la Bible lui sert d’impulseur de sa mémoire, cette évocation spontanée n’a rien qui ressemble à cette mémoire mécanisée dont il faisait un instrument pédagogique par excellence94. C’est la mémoire constitutive de sa personnalité, qui lui est consubstantielle — c’est pour cela que je l’appelle ici Désiré —, celle qui nous fait affirmer : être, c’est avoir été. Véritable résurrection du passé, d’un passé personnel et inaliénable, qui nous fait nous retourner vers saint Augustin, et, franchissant quinze siècles, vers Bergson et Péguy (et pourquoi pas Proust ?)95.

25Chacun connaît les pages admirables d’Augustin, au Livre X des Confessions, qu’il faudrait citer en entier, tant elles sont denses et animées d’une sorte de frémissement ou de « vibrato » métaphysique intense, tant l’analyse de la mémoire correspond chez lui à une expérience personnelle d’une insondable profondeur. On se contentera ici des lignes suivantes :

  • 96 Trad. Louis de Mondadon, dans Saint Augustin, Confessions, Paris, 1947, p. 230-233.

« ... Me voici dans la mémoire, en ses terrains, en ses vastes entrepôts. Il y a, déversé là, un trésor d’images sans nombre, issues de n’importe quel objet de sensation. Là est remisé aussi tout le produit de nos réflexions, selon qu’elles ajoutent, retranchent ou de quelque façon changent aux réalités où les sens atteignent, comme aussi, tout ce que l’on a pu confier ou garer d’autre que l’oubli n’a pas encore happé et enfoui... Je réclame une chose, je la cherche et d’autres foncent, d’un air de dire : “Hé ! Serait-ce pas nous ?”, et moi, de les chasser avec la main de mon âme loin du champ de la réminiscence, jusqu’à tant que, le nuage parti, la chose en question m’apparaisse... Toutes ces données [lumière, couleurs, formes, variétés de sons, d’odeurs et de saveurs, “le dur et le mol, le chaud et le froid, le moëlleux et le rêche, le pesant et le léger”, etc.], l’immense magasin de la mémoire aux je ne sais quels mystérieux retraits sans noms les reçoit pour les revoir et au besoin les remanier... Là, j’ai sous la main le ciel, la terre, la mer, avec tout (sauf oubli) ce que mes sens y purent connaître. Là encore, je me rencontre moi-même et je me repasse : qu’ai-je fait ? Quand l’ai-je fait ? Où l’ai-je fait ? Au moment que je l’ai fait, dans quelles dispositions étais-je ?... Grande énergie que la mémoire, grande à l’excès, ô mon Dieu ! Un renfoncement à perte de vue : l’on n’en saurait toucher le bout. Cette énergie, au surplus, elle est de mon âme, elle appartient à ma substance, sans que je puisse moi-même saisir en moi ce que je suis... »96.

  • 97 N’est-il pas l’éditeur des Opera omnia Divi Augustini en 10 volumes in-folio (Officine frobénienne (...)
  • 98 Encore une fois, malgré sa préférence pour Jérôme.

26Cette énergie, propre à la mémoire, et consubstantielle au moi (disons plutôt : au sujet à la première personne) est-elle transposable au cas d’Érasme, qui admirait saint Augustin97, et qui ne pouvait pas ignorer ce texte98 ? Je répondrai à cette question par le détour provisoire de Bergson et de Péguy.

  • 99 Voir Matière et mémoire..., op. cit., p. 88.
  • 100 Ibid., p. 88.
  • 101 Ibid., p. 93.
  • 102 Ibid., p. 93.

27J’ai déjà évoqué Matière et mémoire. C’est du souvenir qu’il s’agit, mais non pas d’un souvenir acquis à force de répétition, c’est-à-dire d’un souvenir utile (la mémorisation pédagogique)99, mais d’un souvenir spontané, surgi inopinément et déclenché par une perception visuelle, une odeur, le son d’une voix, le cri d’un enfant, une phrase d’un livre, un paysage entrevu, une pensée lancinante, une crise morale, etc. Souvenir spontané, analyse Bergson, qui est « tout de suite parfait ». Et il ajoute : « Le temps ne pourra rien ajouter à son image sans la dénaturer ; il conservera pour la mémoire sa place et sa date »100. Même le souvenir de la mémoire forcée, de cette mémoire-habitude, recommandée par le maître Érasme, relève de cette mémoire spontanée, dont Désiré fit l’expérience, comme tout un chacun, tout au long de sa vie, « celle, nous dit encore Bergson, qui date les événements et ne les enregistre qu’une fois »101. Souvenir spontané « qui se cache sans doute derrière le souvenir acquis, et qui peut se révéler par des éclairs brusques : mais il se dérobe au moindre mouvement de la mémoire volontaire »102. Mémoire qui conserve avec fidélité tous les détails de l’événement et de la situation existentielle du sujet envahi inopinément par la rêverie du passé, et que favorise l’isolement physique ou une solitude mentale. C’est le cas de Désiré, franchissant les Alpes, en route vers l’Italie, la quarantaine annoncée, ou juste passée, qui se découvre brusquement vieux, prenant conscience de tout ce temps écoulé, de tout ce temps perdu et dérobé à l’amour du Christ, et qui soudain, se revoit enfant, même s’il se sert des mots et des images empruntés à ses poètes préférés pour exprimer une émotion vraie :

  • 103 Trad. J.-C. Margolin du Carmen de Senectute, dans les Notulæ erasmianæ, n° IV (Érasme de Rotterdam (...)

« ... Je me revois bambin, jouant aux noix, / Puis c’est l’adolescent enflammé par les lettres, / L’explorateur des combats / Et des voies des philosophes, / Des couleurs de la rhétorique / L’amoureux fou, et de séduisantes fictions / D’une poésie de miel découlante. / Et me voici, tressant des syllogismes, / Tout en m’appliquant à représenter par des traits / Des formes subtiles et irréelles. / Plein de zèle, à travers des auteurs en tout genre / Inlassablement je me glisse / Et fais de partout ma cueillette... »103.

  • 104 Institutio christiani matrimonii, dédié à Catherine d’Aragon, et datant de 1525.

28C’est aussi, dans la préface de son Institution du mariage chrétien104 que, tout en dénonçant des pratiques musicales et des mœurs champêtres de son pays natal (qu’il n’évoque d’ailleurs pas très souvent), et tout en s’entourant de références classiques — celles du savant humaniste Érasme — (les Corybantes, Caton le Censeur, la courtisane Thaïs), Désiré voit affleurer à sa conscience (à moins que cela ne reste enfoui dans son subconscient) des expériences ou des scènes qui l’ont peut-être traumatisé, lui, l’enfant délicat et souffrant d’un grand manque affectif :

  • 105 Trad. J.-C. Margolin, Érasme et la musique, Paris, 1969, p. 16-17 (De Pétrarque à Descartes, ix).

« Aujourd’hui, dans certains pays, c’est même une coutume de publier tous les ans des chansons nouvelles que les jeunes filles apprennent par cœur. Le sujet de ces chansons, c’est à peu près cela : un mari trompé par sa femme, ou une jeune fille préservée en pure perte par ses parents, ou encore une coucherie clandestine avec un amant... A des sujets empoisonnés viennent s’ajouter des paroles d’une telle obscénité par le truchement de métaphores et d’allégories que la honte en personne ne pourrait s’exprimer plus honteusement. Et ce commerce nourrit un grand nombre de gens, surtout dans les Flandres... Dans nos chansons modernes, même si les paroles se taisaient, on découvrirait pourtant, par la seule considération de la musique, le caractère ordurier du thème »105.

  • 106 Ad. N° 1101 (LB 397B).
  • 107 Ad. N° 3001 (ASD II-7, p. 11-44).
  • 108 Ad. N° 2201 (ASD II-5, p. 159-190).
  • 109 Ad. N° 2001 (ASD II-5, p. 23-41).

29Le « moi » profond de Désiré apparaît souvent dans ce que l’on appelle généralement des digressions, comme dans certains de ses longs adages. C’est dans Festina lente106 que sont glorifiés les grands imprimeurs de son temps, mais où sont surtout évoqués ses rapports personnels avec les officines de Froben de Bâle et d’Alde Manuce à Venise ; c’est encore Dulce bellum inexpertis107, qui condamne sans doute la guerre et le bellicisme en général, mais qui évoque aussi quelques épisodes de sa propre existence qui l’ont blessé au plus profond de lui-même, les Sileni Alcibiadis108 ou ces Travaux d’Hercule109, véritable miroir de la vie laborieuse d’Érasme de Rotterdam, où ses œuvres sont portées sur le pavois : revanche certaine de Désiré, le mal-aimé qui rêve de l’amour et de la reconnaissance des hommes, et qui se cache sous ce nom d’emprunt qu’il s’est volontairement donné et qui fera sa gloire.

  • 110 Document essentiel pour l’édification du portrait qu’il veut laisser à la postérité, quand on sait (...)
  • 111 Trad. Chomarat, op. cit., p. 473-475.
  • 112 Ibid., p. 465-476.
  • 113 Ibid, p. 501-502.
  • 114 Ibid, p. 502-506.
  • 115 Ibid, p. 506-520.

30Ce sont enfin toutes les allusions à son enfance, à ses rencontres, à ses engouements, à ses préjugés, à ses enthousiasmes, dispersées à travers sa Correspondance110 ou, comme on l’a déjà dit, dans ses Annotations au Nouveau Testament. En marge d’un solide travail d’exégèse biblique, c’est toute une peinture de l’ego de Désiré qui apparaît en filigrane : son attitude réservée à l’égard des reliques111, sa conception de la conversion des Juifs112, son hostilité au pape Jules II, qui ne disparaît pas au lendemain de sa mort113, son propre débat sur les langues, confronté à son interrogation sur la langue des apôtres114, son approche du péché originel et ses très longues réflexions sur les péchés personnels, qui sont tout le contraire d’un débat académique, voire théologique115, etc.

  • 116 Op. cit., p. 96.
  • 117 Et même parfois par l’expérience illusoire du déjà vu.

31La forme de ces nombreux textes, leur style, leur structure, l’emploi des pronoms personnels — au je se substitue souvent le nous, le on, les anciens, les modernes, le Christ, les Chrétiens, les Gentils, etc. — sont très différents de la méditation existentielle de saint Augustin sur la mémoire, dans laquelle celui-ci se prend, si l’on peut dire, à bras le corps. Mais le caractère spontané des interventions d’Érasme, les évocations de l’enfance de Désiré et sa méditation sur le temps « inexorable » qui s’écoule, la représentation des images, des idées ou des personnages, au double sens d’une représentation de caractère intellectuel ou imaginatif, et d’une présentation ou présentification métaphysique, témoignent en faveur d’un détachement hors de l’histoire pour l’édification d’un moi éthique sur lequel le temps empirique n’aura plus de prise. C’est Péguy qui, dans Clio, évoque une conversation avec un jeune homme. Il lui parle de l’Affaire Dreyfus. Le premier a vécu ce drame personnel et national, il y a même payé de sa personne ; le second en a seulement entendu parler, et prête à son interlocuteur une oreille respectueuse, mais quelque peu inattentive. Et Péguy de conclure, parlant à la première personne : « Pour moi, c’était de la mémoire ; pour lui, c’était de l’histoire. » De la mémoire, comme instrument de connaissance, acquise par un effort volontaire et des répétitions organisées, dont le caractère naturel est d’ailleurs discutable, en dépit d’Érasme dans son désir constant de l’opposer aux arts ou aux artifices de mémoire, à la mémoire spontanée, « acte concret, dit Bergson116, par lequel nous ressaisissons le passé dans le présent », et que nous appelons la reconnaissance, les effets, comme on l’a vu, sont fort différents. Il n’est évidemment question ni de choix ni de classement hiérarchique. Les deux sont constitutives de la personnalité, même si c’est la mémoire spontanée ou la reconnaissance, qui, en associant une perception à un souvenir, affleure aux couches les plus profondes de la conscience, et confère à un être humain le sceau de sa singularité. Cette présence de soi à soi, éprouvée par la double expérience du « déjà vu »117 ou de l’émergence du passé dans le présent, et de la reconnaissance d’un passé irrémédiablement séparé de ce présent peut être transposée dans l’histoire, telle que l’a conçue du moins Érasme. La mémoire volontaire, scolaire, répétitive, permettra d’emmagasiner dans son réservoir, cet « estomac de l’esprit », un certain nombre de faits, de noms, de personnages, d’événements divers, constitutifs d’un bagage intellectuel utilisable à l’occasion. Mais la mémoire spontanée, qui surgit à la lecture d’un texte ou à l’audition d’une parole, en un lieu et dans des circonstances bien déterminés, et qui transforme la factualité spatio-temporelle en une nourriture spirituelle, est constitutive de ce « guide de vie » que le voyageur Érasme, figure individualisée de l’homo viator, a voulu se procurer à travers sa vie historique et son œuvre transhistorique.

Notes

1 Paris, Badius, 1512. Voir mon édition dans le volume 1-2 des Opera omnia Erasmi (désormais abrégé ASD), Amsterdam, 1971, p. 118, lignes 8-15 (« Neque negligenda memoria, lectionis thesaurus... si quid forte suffugerit, id restituatur »).

2 Le verbe exigere signifie ici en propre : demander (de la part du maître) à l’élève de réciter sa leçon.

3 Trad. J.-C. Margolin, dans Érasme, Paris, 1992, p. 446-447 (Bouquins).

4 Bâle, Froben, 1529. Éd. J.-C. Margolin, ASD I-2, Amsterdam, 1971. Le titre latin complet peut se traduire ainsi : « Il faut donner très tôt aux enfants une éducation libérale ».

5 Il vient de parler des prouesses linguistiques du roi Mithridate, qui aurait connu vingt-deux langues.

6 Trad. J.-C. Margolin, dans Érasme..., op. cit., p. 510-511 ; éd. ASD I-2, p. 50, lignes 3-7 (« Totum autem hoc negotium duabus potissimum rebus constat, memoria et imitatione... quasi heri vidissemus »).

7 Ibid., p. 538 ; éd. ASD I-2, p. 71, lignes 12-13 (« Optima memoriæ ars est penitus intelligere, intellecta in ordinem redigere, postremo subinde repetere quod meminisse velis »).

8 On renverra le lecteur à l’article d’Isabelle Diu et d’Alexandre Vanautgaerden, « Le jardin d’abondance d’Érasme, le De copia et la lettre sur les Adages non éditée par P. S. Allen », dans La varietas à la Renaissance, éd. Dominique de Courcelles, Paris, 2001, p. 43-55. Voir le long traité d’Érasme, précisément intitulé De copia verborum ac rerum (Paris, Badius, 1512) ; éd. Betty I. Knott, ASD I-6, Amsterdam-New York-Oxford, 1988.

9 En jouant sur cette métaphore, faisons remarquer que les impedimenta, qui sont l’équipement ou les bagages utiles au voyageur ou au militaire, peuvent être considérés également comme des obstacles (impedimentum signifie obstacle, empêchement) qui alourdissent ou ralentissent sa marche.

10 Voir Matière et mémoire, Paris, 1896 (et 46e édition, Paris, 1946), notamment le ch. 2 (« De la reconnaissance des images. La mémoire et le cerveau »), p. 81-146.

11 Mais non représentée.

12 Voir sa longue analyse des deux formes de mémoire. La première, la mémoire-habitude, « s’acquiert, comme le préconise Érasme, par la répétition d’un même effort. Comme l’habitude, il a exigé la décomposition d’abord, puis la recomposition de l’action totale. Comme tout exercice habituel du corps, enfin, il s’est emmagasiné dans un mécanisme qu’ébranle tout entier une impulsion initiale, dans un système clos de mouvements automatiques, qui se succèdent dans le même ordre et occupent le même temps » (p. 84). À cette mémoire-habitude (que l’on pourrait appeler mécanique ou matérielle), le philosophe français oppose la mémoire qui serait « comme un événement de ma vie », qui « a pour essence de porter une date (par exemple une lecture particulière, entreprise dans une circonstance bien précise, à un moment singulier de mon existence, etc.) et de ne pouvoir par conséquent se répéter » (ibid.). Et il insiste sur le fait qu’il n’est nullement question d’une différence du plus au moins, mais d’une différence de nature. « La conscience, écrit Bergson, nous révèle entre ces deux genres de souvenir une différence profonde, une différence de nature. Le souvenir de telle lecture déterminée est une représentation, et une représentation seulement ; il tient dans une intuition de l’esprit... Au contraire, le souvenir de la leçon apprise... fait partie de mon présent au même titre que mon habitude de marcher ou d’écrire ; elle est vécue, elle est “agie” plutôt qu’elle n’est représentée ; je pourrais la croire innée, s’il ne me plaisait d’évoquer en même temps, comme autant de représentations, les lectures successives qui m’ont servi à l’apprendre » (p. 85).

13 Trad. J.-C. Margolin, dans Érasme..., op. cit., p. 446 ; éd. ASD I-2, p. 118, lignes 8-9.

14 Voir notamment son célèbre Théâtre de la mémoire (l’Idea del Theatro, publié en 1550).

15 Voir notamment De umbris idearum (1582) et De imaginum, signorum et idearum compositione (1591).

16 Voir notamment son Ars reminiscendi (Naples, 1602), version latine de Darte del ricordare, que Porta avait publié à Naples en 1566.

17 Voir à ce sujet l’important ouvrage de Frances A. Yates, The Art of Memory, Londres, 1966 et Chicago, 1989 (traduit en français sous le titre L’Art de la mémoire, Paris, 1992). Voir aussi les travaux de Paolo Rossi (notamment son étude « Immagini e memoria locale nei secoli XIV e XV », dans Studi sul lullismo e sull’arte della memoria nel Rinascimento, Revista critica di storia della Filosofía, 1958-II, p. 149-191, et sa Clavis universalis. Arti mnemoniche e logica combinatoria da Lullo a Leibniz, Milan, 1960, p. 81 sq.) et ceux de Lina Bolzoni (dont Il teatro della memoria. Studi su Giulio Camillo, Padoue, 1984).

18 Voir la querelle dite du cicéronianisme et la conception érasmienne du « vrai » cicéronien.

19 II, 86-88, notamment §§ 354-358.

20 § 354. C’est moi qui souligne.

21 Brutus, 78, 301. Érasme cite également cet orateur avec admiration.

22 Même attitude de Quintilien dans l’Institution oratoire (lib. II, cap. 2 : De memoria) ; de même, dans Ad Herennim.

23 Éd. Léon E. Halkin et alii, ASD I-3, Amsterdam, 1972, p. 647-649. Le colloque date de septembre 1529 (Bâle, Froben). Voir, sur ce colloque et sur les rapports établis entre Érasme et la mémoire, mon article « Érasme et Mnemosyne », Recherches érasmiennes, Genève, 1969 (THR, cv), p. 70-84 ; repris dans Hommages à Marie Delcourt, Bruxelles, 1970, p. 279-298 (Latomus, 114), et dans Érasme dans son miroir et dans son sillage, Londres, 1987, III.

24 Voir le colloque érasmien de l’Alchimie (Alcumisticd), Bâle, Froben, août-sept. 1524 ; éd. ASD I-3, p. 424-429. Cet art et ceux qui le représentent ont droit aux mêmes sarcasmes de la part de l’un des deux personnages du dialogue, porte-parole d’Érasme.

25 Géorgiques I, 146. Voir notamment De pueris instituendis (ASD I-2, p. 62, ligne 20), et Convivium profanum (ASD I-3, p. 205, ligne 2589).

26 C’est le thème même du De pueris instituendis : l’enfant doit être formé simultanément « ad litteras » et « ad virtutem ».

27 ASD I-3, p. 648, lignes 50-51 : « Satis adest celeritatis in percipiendo, sed mox effluit quod perceptum est ».

28 Voir aussi le colloque des Choses et des Mots (De rebus ac vocabulis ; ASD I-3, p. 566-571).

29 ASD I-3, p. 648-649, lignes 56-59. C’est moi qui souligne.

30 Voir l’édition Allen de l’Opus Epistolarum Erasmi, t. IX, ep. 2632 et t. X, ep. 2657.

31 Sur ce juriste et magistrat, voir René Dekkers, Het humanisme en de rechtswetenschap in de Nederlanden, Anvers, 1938 ; B. H. D. Hermesdorf, Wigle van Aytta van Zwischem, Hoogleraar en rechtsgeleerd Schrijver, Leyde, 1949 et E. van den Brande, Viglius van Aytta (1507-1577), Louvain, 1956.

32 Voir, outre les travaux (cités) de F. Yates, de P. Rossi et de L. Bolzoni, Giorgio Stabile, art. Giulio Camillo, dans Dizionario biografico degli Italiani, vol. XVII, Rome, 1974, p. 218-228, ainsi que la bibliographie établie par Lina Bolzoni à la fin de son Introduction de la traduction par Françoise Graziani du Trattato dell’ imitazione de Giulio Camillo (Venise, D. Farri, 1544) : De l’Imitation, Paris, 1996 (Le Corps éloquent).

33 Voir Jacques Chomarat, « Pourquoi Érasme s’est-il fait moine ? », dans Actes du colloque international Érasme, Genève, 1990, p. 233-248 (THR, ccxxxix).

34 Dans une lettre à Zwingli de 1522 (Allen, op. cit., t. V, ep. 1314, ligne 2) : « Ego mundi civis esse cupio communis omnium, vel peregrinus magis » (un citoyen du monde, ouvert, ou plutôt étranger à tous). Voir la conférence de Christine Bénévent, sur « Les enjeux de l’espace dans une correspondance humaniste : Érasme en quête d’un lieu » (Tours, 11 février 2002), résumée dans le Bulletin de la Société des Amis du Centre d’études supérieures de la Renaissance, n° 15, 2002, p. 28-30.

35 Allen, op. cit., t. II, ep. 421 ; lettre d’Anvers, c. 19 juin 1516.

36 Trad. Marie-Madeleine de La Garanderie, La Correspondance d’Érasme et de Guillaume Budé, Paris, 1967, p. 59 (De Pétrarque à Descartes, xiii).

37 Bien qu’il parle des « nobilissimorum fluminum ostia » et de l’abondance de poissons de ces deux fleuves, il reste vague (comme d’ailleurs plus d’un géographe du passé) sur les relations géo-physiques entre ces deux embouchures (à supposer qu’il en y ait deux !).

38 Voir Aloïs Gerlo, « Érasme et les Pays-Bas », dans Colloquia Erasmiana Turonensia (Tours, 1969), Paris-Toronto, 1972, t. I, p. 97-11. Voir aussi l’adage 3535, Auris Batavia (ASD II-8, p. 36-44 et le long commentaire d’Ari Wesseling).

39 Allen, op. cit., ep. 1840.

40 Voir à ce sujet les remarques de son Plan des études sur les historiens grecs et latins que l’élève aurait intérêt à connaître, ou au moins à parcourir : « Pomponius Mela traite cette discipline d’une manière très abrégée, Ptolémée avec beaucoup de science, Pline, sous une forme très détaillée. Strabon, quant à lui, ne se limite pas à cette science... » (Trad. J.-C. Margolin, Érasme..., op. cit., p. 449-450 ; éd. ASD I-2, p. 122, lignes 4-5). Et Érasme dérive vite vers Julius Pollux, dont l’Onomasticon l’intéresse apparemment davantage que les détails historiques.

41 Bâle, « in officina Frobeniana ». Voir l’édition critique de Robert Stupperich, ASD V-3, 1986, p. 98, lignes 132-135. Cette interrogation ouvre le chapitre intitulé « Erasmus and History » par Peter G. Bietenholz dans son livre, History and Biography in the Work of Erasmus of Rotterdam, Genève, 1966, p. 13 (THR, lxxxvii).

42 Il s’agit de Moïse et du serpent d’airain dressé dans le désert (voir Nb 21, 4-9 ; Nb 33, 41-42 ; Sm 6, 4-5 ; Sa 16, 6-7).

43 Nb 21, 8-9.

44 Le verbe latin est aperire, c’est-à-dire, plus précisément, ouvrir.

45 Jean 3, 14.

46 Jean 8, 28 et 12, 32-33.

47 En particulier dans ses Annotations au Nouveau Testament (Évangile selon saint Jean) et dans ses Paraphrases du même évangile johannique.

48 Allusion à son « élévation » sur la croix.

49 Dans l’Ancien Testament, la formule « vous saurez que je suis » ou « que je suis Yahvé » affirme la puissance divine. Ici est annoncée la glorification de Jésus par son « élévation » sur la croix.

50 Toujours l’« élévation » sur la croix, mais aussi l’« élévation » au ciel, au jour de la résurrection, les deux événements étant deux aspects du même mystère.

51 Élevé sur la croix, Jésus apparaîtra aux yeux de tous comme le Sauveur du monde (voir 19, 7).

52 Même emploi du verbe aperire : ouvrir, rendre accessible, c’est-à-dire éclairer.

53 Voir l’édition de R. Stupperich, ASD V-3, p. 98, lignes 136-139.

54 « Littera occidit, inquit Paulus, spiritus vivificat » (ASD V-3, p. 101, ligne 241).

55 « Non semper occidit littera... sed non vivificat, nisi perveneris ad Christum ».

56 Citation de l’Enchiridion militis christiani (Anvers, Thierry Martens, février 1503). Trad. de André-Jean Festugière, Paris, 1971, p. 145.

57 Ibid., p. 145.

58 Ibid., p. 145.

59 Voir notamment ce qu’il en dit dans le De ratione studii et dans le De pueris instituendis. Voir aussi mon article « La Fonction de la Fabula dans la pensée d’Érasme de Rotterdam », Revue de littérature comparée, 1996 (numéro spécial « La Fontaine et la fable »), p. 21-44. Voir encore Peter G. Bietenholz, Historia and Fabula. Myths and Legends in Historical Thought from Antiquity to the Middle Ages, Leyde-New York-Cologne, 1994.

60 Voir mon article « En marge des Utopies : les figures d’Hercule dans la pensée d’Érasme », dans Erasmo e le Utopia del Cinquecento. L’influenza della Moría e dell’Enchiridion, éd. Achille Olivieri, s.l.d., 1996, p. 19-47.

61 Voir mon article « Érasme, Prométhée, le Christ et l’homme », dans Miscelânea de Estados em Honra do Prof. A. Costa Ramalho, Coimbra, 1992, p. 275-309.

62 En pareil cas, l’oubli — oubli de Dieu — est ou serait considéré comme un affreux blasphème, digne d’une dure répression.

63 Par exemple : « Tel qui la verge épargne abomine son fils », ou : « Pour qui aime son fils, le fouet est assidu ». Ou encore : « Ploie le cou de ton fils au cours de sa jeunesse, et dans sa tendre enfance, laboure-lui les côtes » (cités d’après le De pueris instituendis ; ASD I-2, p. 62, lignes 5-7).

64 Ibid., p. 62, lignes 13-14.

65 Voir son Ciceronianus, Bâle, Froben, 1528.

66 Une dévotion qui ne dégénère pas toutefois en une adoration quasi-mystique, comme le personnage de Nosopon dans le Ciceronianus. Voir pourtant sa préface à une édition des Tusculanes (Bâle, 1523), qui atteint un haut degré d’enthousiasme.

67 Voir plus loin.

68 Voir Charles Béné, « Érasme et Cicéron », dans Colloquia Erasmiana..., op. cit., t. II, p. 571-579.

69 Convivium religiosum (Bâle, Froben, 1522), éd. L.-E. Halkin, ASD I-3, p. 251, lignes 621-623.

70 Voir mon article « Les Tusculanes, guide spirituel de la Renaissance », dans Présence de Cicéron, Paris, 1984, p. 129-155.

71 Ibid., p. 254, ligne 710 : Sancte Socrates, ora pro nobis !

72 Pour employer le langage de Michelet et de Bergson.

73 Syntagme inspiré de la célèbre appréhension augustinienne de l’histoire : « Historia, magistra vitæ ».

74 C’est l’interprétation biblique propre au christianisme, qui pratique en grand la « typologie », lecture orientée de l’Ancien Testament vers la Nouvelle Alliance.

75 Historiæ Augusta scriptores ex recognitione D. Erasmi, Bâle, Froben, juin 1518. Voir Allen, op. cit., t. II, ep. 586, 5 juin 1517 (Érasme aux ducs Frédéric et Georges de Saxe).

76 Comme dans les livres d’histoire « ad usum delphini ». Voir les conseils de lecture prodigués par Érasme à un prince, apprenant son métier de roi ou d’empereur, dans l’Institutio principis christiani (Bâle, Froben, 1516).

77 Cf. Horace, Art poétique, 181.

78 Allen, op. cit., II, ep. 586; trad. fr. Marcel A. Nauwelaerts, La Correspondance d’Érasme, vol. II, Bruxelles, 1973, p. 721.

79 Sur l’attitude d’Érasme à l’égard de Rome et de l’histoire romaine, voir J. Chomarat, « La philosophie de l’histoire d’Érasme, d’après ses réflexions sur l’histoire romaine », dans Miscellanea Moreana. Essays for Germain Marc’hadour, Binghamton, 1989, p. 159-167 (Medieval and Renaissance texts and studies, 61).

80 Bâle, Froben, 1516. Éd. O. Herding, ASD IV-1, 1974, p. 180, lignes 455-462.

81 Uterque gentilis. Je ne pense pas qu’il faille, avec Pierre Mesnard, forcer la note, en traduisant : « Cette paire de païens ».

82 Traduction à paraître de Mario Turchetti (la dernière phrase, de Pierre Mesnard, dans L’Essor de la philosophie politique au XVIe siècle, Paris, 1952, p. 98).

83 « Fides et Eruditio: Erasmus and the Study of History », dans Humanists and Jurists. Six studies in the Renaissance, Cambridge, Mass., 1963, p. 87-114.

84 C’est ce qu’exprime Érasme dans sa lettre à l’historien français Robert Gaguin, à la fin du Compendium de origine et gestis Francorum, publié par ce dernier à Paris en 1495. Par la suite, comme on l’a vu, il n’attachera qu’une importance relative à cette discipline, dont il célèbre ici les mérites, inaugurant de la sorte son premier texte imprimé.

85 Ad. 1317.

86 Voir l’étude iconographique de F. Saxl, précisément intitulée : « Veritas, filia temporis », dans Philosophy and History. Essays presented to E. Cassirer, éd. R. Klibansky et H. J. Paton, Oxford, 1936.

87 C’est aussi ce que pense Peter G. Bietenholz dans son ouvrage (cité n. 41) sur l’histoire et la biographie dans l’œuvre d’Érasme.

88 Voir la remarque de Daniel Ménager, dans Érasme..., op. cit., p. CXXXII : « L’histoire est toujours magistra vitæ (maîtresse de vie) si l’on ne s’en tient pas à la simple narration ».

89 On en lira une traduction anglaise dans la série des Collected Works of Erasmus (Patristic Scholarship), Toronto-Buffalo-Londres, 1992, éd. et trad. james F. Brady et John C. Olin: The Life of the eminent Doctor Jerome of Stridon, composed mainly from his own Writings by Desiderius Erasmus of Rotterdam, p. 19-62. Voir la lettre dédicatoire à William Warham, archevêque de Canterbury (CWE-61, p. 3-14). Texte latin original (Cologne, Euch. Cervicornus, 1517) dans les Erasmi Opuscula publiés par Wallace K. Ferguson à La Haye en 1931.

90 Mais, pour Descartes, le sujet qui rêve ne fait-il pas, comme dans toutes les autres opérations psychiques, l’expérience du Cogito ?

91 Trad. J. Chomarat, dans Érasme, Œuvres choisies, Paris, 1991, p. 460-461.

92 D’une édition à l’autre (il y en a cinq entre 1516 et 1535) de sa traduction du Nouveau Testament, la masse d’annotations n’a fait que s’accroître, au point de dépasser largement en volume le texte biblique lui-même.

93 Art. « Histoire », dans Érasme..., op. cit., p. cxxxiii.

94 Voir la première partie de cet exposé.

95 On pense évidemment à sa célèbre madeleine.

96 Trad. Louis de Mondadon, dans Saint Augustin, Confessions, Paris, 1947, p. 230-233.

97 N’est-il pas l’éditeur des Opera omnia Divi Augustini en 10 volumes in-folio (Officine frobénienne, 1528-29), qui aura de nombreuses éditions au cours du siècle ?

98 Encore une fois, malgré sa préférence pour Jérôme.

99 Voir Matière et mémoire..., op. cit., p. 88.

100 Ibid., p. 88.

101 Ibid., p. 93.

102 Ibid., p. 93.

103 Trad. J.-C. Margolin du Carmen de Senectute, dans les Notulæ erasmianæ, n° IV (Érasme de Rotterdam : Vieillir. Poème d’Érasme sur la vieillesse), Bruxelles, 2001, p. 67-71, vers 89-97.

104 Institutio christiani matrimonii, dédié à Catherine d’Aragon, et datant de 1525.

105 Trad. J.-C. Margolin, Érasme et la musique, Paris, 1969, p. 16-17 (De Pétrarque à Descartes, ix).

106 Ad. N° 1101 (LB 397B).

107 Ad. N° 3001 (ASD II-7, p. 11-44).

108 Ad. N° 2201 (ASD II-5, p. 159-190).

109 Ad. N° 2001 (ASD II-5, p. 23-41).

110 Document essentiel pour l’édification du portrait qu’il veut laisser à la postérité, quand on sait le soin avec lequel Désiré Érasme a remodelé, supprimé, réparti ses lettres au cours de sa vie et des diverses éditions de cette correspondance. Voir à ce sujet le pénétrant ouvrage de Léon E. Halkin, Erasmus ex Erasmo. Érasme éditeur de sa correspondance, Aubel, 1983.

111 Trad. Chomarat, op. cit., p. 473-475.

112 Ibid., p. 465-476.

113 Ibid, p. 501-502.

114 Ibid, p. 502-506.

115 Ibid, p. 506-520.

116 Op. cit., p. 96.

117 Et même parfois par l’expérience illusoire du déjà vu.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search