Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mémoire et subjectivité (XIVe-XVIIe siècle)

 | 
Dominique de Courcelles

Christine de Pizan ou la memoria au féminin

Margarete Zimmermann

Texte intégral

I.

  • 1 Voir à ce sujet Otto Gerhard Oexle, « Memoria als Kultur », dans id., Memoria als Kultur, Göttingen (...)
  • 2 Cf. aussi le livre récent de Paul Ricceur, La mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, 2000.

1La mémoire en tant que phénomène socio-culturel extrêmement complexe constitue actuellement l’un des grands paradigmes des cultural studies et est au centre d’un grand nombre de débats politiques en Europe1. Bien que ce thème soit largement traité dans l’œuvre de Christine de Pizan, sa voix est étrangement absente au sein de ces recherches qui nous semblent, en raison de la quasi absence de femmes comme objets d’étude, injustement monovocales2. C’est dans le but de remédier à ce déséquilibre et de mieux évaluer la part de Christine dans ces discours que j’esquisserai les réflexions suivantes.

  • 3 Dans son livre L’art de la mémoire, Paris, 1987.

2Regardons d’abord, bien que de manière encore très globale, comment est traitée cette thématique chez notre auteure. Précisons que ce qui nous occupera ici ne sera pas la notion de memoria au sens dars memoriae ou dars memoranda, que Frances A. Yates a magistralement analysée3. Contrairement à l’ars memoriae, phénomène renvoyant à l’Antiquité, la memoria englobe toutes les cultures de toutes les époques et est un phénomène aussi bien individuel que social, portant sur un rapport dialectique entre individu et société.

  • 4 Christine de Pizan, Epistre Othea, éd. Gabrielle Parussa, Genève, 1999, p. 195.

3Dans l’introduction à l’Epistre Othea — œuvre de mémoire aux deux sens du terme, aussi bien au sens de la rhétorique que d’une compréhension plus vaste de la memoria —, Christine de Pizan entrelace, en s’adressant à Louis d’Orléans, la mémoire de deux pères : celle de Charles V, père de son mécène, et celle de « Maistre Thomas de Pizan, autrement/De Boulogne fu dit et surnommé,/Qui sollempnel clerc estoit renommé [...]. »4. Elle accomplit ainsi un geste mémorial par excellence qu’elle varie tout au long de son œuvre et se présente ici comme la gardienne, voire la bâtisseuse de la mémoire des autres — de son père Tommaso, du roi défunt ou de ses mécènes. Parfois, elle se sert même de la promesse de survivance dans la mémoire des autres comme d’un appât, comme par exemple dans les paroles suivantes, adressées à Isabeau de Bavière dans son Epistre a la Royne, lorsqu’elle tente de gagner son intérêt pour son projet de paix :

  • 5 Christine de Pizan, Epistre a la Royne, éd. Josette A. Wisman, New York-Londres, 1984, p. 74.

« Le tiers bien, qui ne fait a desprisier, c’est qu’en perpetuelle memoire de vous, ramenteue, recommandee et louee es croniques et nobles gestes de France, doublement couronnee de honneur seriez, avec l’amour, graces, presens et humbles grans merciz de voz loyaulz subgiez »5.

  • 6 Voir à cet égard O. G. Oexle, op. cit., p. 50s. : « Denn es ist der Name, es ist das Aussprechen de (...)
  • 7 Un exemple parmi tant d’autres : l’écrivaine Hélisenne de Crenne. Voir à ce sujet Andrea Grewe, « H (...)

4De même, elle façonne activement sa propre mémoire d’écrivaine, d’une part au moyen de l’écriture — et par le truchement des multiples « Je, Christine » inscrits dans ses textes. D’autre part, notons qu’elle se sert de manière très habile de l’image comme support, d’abord de l’écrit et ensuite, dans une perspective plus vaste, de sa propre mémoire dans les nombreuses miniatures qui la représentent soit dans la solitude de son « estude », soit offrant un de ses manuscrits à un mécène6. Elle construit ainsi son propre Bildgedächtnis (mémoire visuelle) unique en son temps. Grâce au soin qu’elle apporte pour façonner sa présence sur les miniatures, un grand nombre d’autoportraits a survécu, fait extrêmement rare chez une écrivaine avant 1600 où souvent nous ne disposons que d’une maigre documentation iconographique ; dans de nombreux cas, celle-ci fait même complètement défaut. Et à la fragilité d’une telle présence iconographique correspond dans la majorité des cas une présence précaire dans les archives de la mémoire collective7. En revanche, ce qui surprend chez Christine, c’est sa forte présence dans la mémoire culturelle du XXe siècle, voire sa popularité en tant que « First Lady of the Middle Ages » (Barbara Altmann), une popularité qui se manifeste même dans les médias de la culture populaire (calendriers, cartes postales, plaques magnétiques ornées de son célèbre autoportrait) — et qui prouve que sa stratégie a pleinement réussi.

  • 8 Patrick Geary, article « Mémoire », dans Dictionnaire raisonné de l’Occident médiéval, éd. Jacques (...)
  • 9 J. Le Goff, Histoire et mémoire, Paris, 1988, p. 105 (Folio).
  • 10 Cf. aussi ibid., p. 133.
  • 11 P. Ricœur, op. cit., p. 117.
  • 12 O. G. Oexle, op. cit., p. 36.

5La notion de memoria renvoie à une multitude de phénomènes de toutes les cultures et de toutes les époques. En ce qui concerne le Moyen Age, force est de constater que « peu de mots du vocabulaire médiéval possèdent un éventail de sens aussi large que memoria. Sous ses nombreuses formes, la memoria était au cœur du christianisme, à travers son injonction eucharistique : Faites cela en mémoire de moi »8. Comme il s’agit, selon Jacques Le Goff, d’une « notion-carrefour »9 non seulement de toutes les disciplines actuelles mais essentiellement de la pensée médiévale — et l’on pourrait même définir la majeure partie de la culture médiévale comme une culture de la memoria —, il est indispensable de bien délimiter le terrain de notre recherche. L’origine d’une conception plus vaste de memoria remonte à Augustin, aux Confessions10, notamment à sa philosophie du temps, où il est question de memoria comme un praesens de praeteritis, comme la « présence du passé ». Augustin conçoit le temps comme un phénomène à trois dimensions : la mémoire et l’avenir constituent le présent et, dans ce contexte, sa force réside dans le fait « d’avoir lié l’analyse de la mémoire à celle du temps [...] »11. En même temps, les Confessions sont à leur tour un acte de mémoire parce que l’auteur « [...] a conçu son livre comme un monument mémorial pour ses parents, et en particulier pour sa mère, comparable à un monument architectural près du tombeau mais, contrairement à celui-ci, indestructible »12. Nous verrons du reste par la suite que Christine poursuit un but analogue dans son livre sur Charles V. Dans cette exploration du pays de la memoria chez Christine, il sera question d’une conception de la memoria comme une activité individuelle et sociale à travers laquelle se constituent des groupes sociaux et la vision qu’ils ont d’eux-mêmes.

  • 13 J. Assmann, op. cit., p. 52 et 54.

6La mémoire culturelle, terme introduit dans le débat par l’égyptologue Jan Assmann, fait à son tour un choix du passé et construit des figures symboliques autour desquelles se cristallise le souvenir. Elle est un instrument de pouvoir symbolique aux mains de spécialistes dont l’appellation varie selon les cultures et les époques et qui sont prêtres, shamanes, clercs, savants, artistes, professeurs, etc.13. Les femmes ne participent que rarement à ce processus. Les chants, les textes sacrés, les rites de commémoration en sont les voies principales ; dans le domaine de l’histoire littéraire, le canon tel qu’il est diffusé par exemple dans les manuels d’histoire littéraire est une voie importante de la construction de cette partie de la mémoire culturelle. Pour préciser, une dernière mise au point d’Aleida Assmann :

  • 14 Aleida Assmann, Erinnerungsraume. Formen und Wandlungen des kulturellen Gedächtnisses, Munich, 1999 (...)

« La mémoire culturelle a son origine anthropologique dans la mémoire des morts. Celle-ci consiste en l’obligation des proches de garder les noms de leurs morts en mémoire et de les transmettre à la postérité. La mémoire des morts a une dimension religieuse et une dimension laïque que l’on peut résumer en opposant pietas à fama. [...] La fama est une forme séculaire d’éternisation de soi qui ressemble beaucoup à une mise en scène »14.

  • 15 Friedrich Ohly, « Bemerkungen eines Philologen zur Memoria », dans Memoria. Der geschichtliche Zeug (...)
  • 16 F. Ohly, ibid., p. 9.

7Je m’inspire des travaux de Friedrich Ohly, qui dans ses Bemerkungen eines Philologen zur Memoria (1984) a, le premier, réfléchi sur le statut de la littérature en tant que médium et reposoir de la memoria15. Il considère le souci que chaque artiste a de créer et de façonner sa mémoire par le biais de ses œuvres comme la source de toute création artistique et « la manifestation d’un désir spécifique à l’être humain : laisser à la postérité quelque chose qui lui survive et qui garantisse sa propre survie dans la mémoire des autres »16. De plus, Ohly a étudié comment des écrivains comme Gottfried de Strasbourg ou Dante conçoivent au Moyen Âge leurs œuvres comme de vastes constructions mémorielles.

  • 17 Christine de Pizan, Le Livre de la Mutacion de Fortune, éd. Susanne Solente, 4 vol. , Paris, 1959-1 (...)

8Dans l’œuvre de Christine, le rôle central de la memoria est indéniable, ce qui n’étonne guère chez une auteure qui, dans la Mutacion de Fortune, se décrit elle-même comme douée d’un « noble chappel de grant pris » (v. 537), ornée de pierres précieuses — dont la quatrième et plus importante « de grant beauté » (v. 622) « est Memoire appellee » (v. 629)17. En fait, toute La Mutacion de Fortune peut être lue comme le combat de deux forces antagonistes, celle du changement perpétuel et de l’instabilité, Fortuna, et celle de la permanence, Memoria. Tout en constatant et en déplorant les méfaits de Fortune au cours de l’histoire humaine, Christine contrebalance en quelque sorte cette force destructrice par son écriture qui constitue quant à elle un acte de mémoire. En ce sens, La Mutacion de Fortune est étroitement liée à La Cité des Dames, qui est grâce à ses fondements « mémoriaux » une construction à l’abri du temps.

9Force nous est de délimiter notre approche par rapport au fait social total de la memoria et c’est pourquoi je propose une analyse sous les trois aspects suivants qui en recouvrent les idées essentielles :

  1. Ayez memoire de moy... » : l’auteure dans la mémoire des lecteurs et la construction de sa propre fama dans les temps à venir.

  2. Ramentevoir le bel ordre des bons et bien renommez trespassez » : l’historiographie comme une forme de mémoire et de mémorisation, partiellement issue de la mémoire des morts dans la prière. Dans ce contexte, l’œuvre centrale est Le Livre des fais et bonnes meurs du sage roy Charles V.

  3. Sera ta cité tres belle sans pareille et de perpetuelle duree au monde » : La Cité des Dames comme archive de la mémoire culturelle des femmes et élément constitutif d’une identité individuelle, collective et sexuée.

II.

  • 18 F. Ohly, op. cit., p. 19.

10Le premier aspect — « ayez mémoire de moy » au sens d’une mémoire liturgique et privée, complétée chez Christine par l’idée d’une sauvegarde de sa mémoire auctoriale — nous ramène aux origines de toute demande de memoria formulée par un auteur. C’est un geste qui renvoie aux communautés monastiques où de telles demandes sont habituelles entre des fraternités différentes qui échangent leurs « listes mémoriales » sur lesquelles figurent également des auteurs comme Bède ou Adamus Scotus18. Chez Christine, ce type d’injonction se trouve à la fin de ses œuvres dont voilà deux exemples. Le premier est tiré du Livre du Corps de Policie :

  • 19 Christine de Pizan, Le Livre du Corps de Policie, éd. Angus J. Kennedy, Paris, 1998, p. 110.

« Si suis venue, Dieux soit louez, au terme ou je tendoie, c’estoit que je treisse a fin ce present livre [...] c’est a savoir de la policie qui s’entent par les princes, auxquelz requier humblement premierement le chief de tous, le roy de France, aprés, les princes, et tous ceulx de leur noble sanc, que le diligent labour d’escriptures de l’umble leur creature Cristine, tant en ce present fait comme en ses aultres œuvres, telles que elles sont ou pourront estre, vuellent avoir agreable. [...] Encore depri en remuneracion eulx vivans et et leurs nobles successeurs roys et autres princes françois qui par memoire de mes dittiez le temps a venir oront ramentevoir mon nom, quant l’ame sera hors du corps, que par prieres et devotes oroisons, par eulx ou de par eulx offertes, vuellent pour moy vers Dieu requerir indulgence et remission de mes deffaux. Et pareillement requier chevaliers et nobles françois, et tous generaument de quelconque part qu’ilz soient, lesquelz par aucun plaisir de mes petites choses lire ou oir aront memoire de moy, qu’ilz dient en guerdon Pater noster. Et ce meisme vueille faire tout l’univers peuple, lesquelz trois estas et tous ensemble Dieux par sa sainte misericorde vueille maintenir et acroistre de mieulx en mieulx en toute perfection de ames et corps. Amen »19.

11Notons d’abord que dans cet appel final l’auteure suit le même schème de la société tripartite que dans son traité politique. Par ailleurs, on constate que la commémoration de Christine en tant qu’auteure et chrétienne, pour laquelle on fait réciter « prieres et devotes oroisons », sont ici inséparables. C’est le souci d’une mémoire liturgique et privée qui prévaut ici — avec cette différence pourtant que l’auteure ne la lègue pas à ses proches ou à une communauté religieuse, mais à la communauté de ses lecteurs, aux lecteurs et lectrices de ses « dittiez » et de ses « petites choses ». Elle les engage même dans une sorte de pacte d’échange — pour « le plaisir de mes petites choses lire ou oïr », elle leur demande « en guerdon Pater noster ».

12On trouve une configuration différente et une plus forte accentuation de la fama à la célèbre fin du Livre des Trois Vertus, où l’évocation du livre devient prépondérante :

  • 20 Christine de Pizan, Le Livre des Trois Vertus, éd. Charity. C. Willard et Eric Hicks, Paris, 1989, (...)

« [...] me pensay que ceste noble œuvre multiplieroye par le monde en pluseurs copies, quel qu’en fust le coust : serait presentee en divers lieux a roynes, a princepces et haultes dames, afin que plus fust honnouree et exaucee, si elle en est digne, et que par elles peust estre semmee entre les autres femmes ; laquelle dicte pensee et desir mis a effect, si que ja est entrepris, sera ventillee, espandue et publiee en tous païs [...] ne demourra pas pour tant vague et non utile nostre dicte œuvre, qui durera au siecle sans decheement par diverses copies. [...] Et aprés ce que l ame du corps sera partie, en merite et guerdon de son service leur [aux dames du temps présent et du futur, MZ] plaise offrir a Dieu pour elle [pour Christine, MZ] paternostres, oblacions [offrande pour un mort, MZ] et devocions pour l’alegement des peines par ses deffaultes desservies, si que elle soit presentee devant Dieu au siecle sans fin [...] Amen »20.

  • 21 On pourrait y voir une continuation, peut-être même une radicalisation du combat contre l’oubli don (...)

13Christine varie ici de manière presque obsessionnelle le soin de garantir la survie à son œuvre par une circulation élargie de celle-ci ; au début, l’écrivaine se met très fortement en scène et décrit les soins multiples qu’elle prend pour établir solidement sa Fama21, processus à l’intérieur duquel elle assume également les fonctions d’une libraire chargée de la diffusion de ses propres livres. Cette construction éclipse presque la figure de la chrétienne qui a recours à la commémoration liturgique et privée — « paternostres, oblacions et devocions » — pour s’inscrire dans la mémoire des vivants.

III.

  • 22 J. Assmann, op. cit., p. 44.
  • 23 Ibid., p. 60s.

14C’est un tableau plus varié que nous offre Le livre des fais et bonnes meurs du sage roy Charles V avec un champ sémantique de « mémoire » extrêmement élaboré. Il fourmille de tournures telles que « ramentevoir », « ramener à mémoire », « mettre en mémoire », « faire mémoire » à travers lesquelles Christine évoque le travail de celle qui remet en mémoire et éternise ensuite cette mémoire par le passage à l’écrit. Son livre se situe ainsi à l’intersection entre mémoire et histoire, là où, selon Maurice Halbwachs, le passé n’est plus vécu et où commence l’histoire22. Soulignons également le rôle prépondérant de la mort dans la conception de son livre. Vu que celle-ci constitue toujours une charnière entre un temps vécu comme présent et le passé, le règne de Charles V acquiert un statut de révolu, de passé avec le livre de Christine23. De plus, elle réclame avec cette œuvre sa part à la construction de ce passé et à la transformation de celui-ci en pivot de la mémoire collective : nous assistons donc au passage de la biographie à l’historiographie.

  • 24 Ibid., p. 48s.
  • 25 Christine de Pizan, Le livre des fais et bonnes meurs du sage roy Charles V, éd. S. Solente, 2 vol. (...)
  • 26 Dans le prologue et le chapitre XIII.
  • 27 Andrea von Hülsen-Esch, « Zur Konstituierung des Juristenstandes durch Memoria », dans Memoria als (...)
  • 28 Livre II, Chap. XXXVI.

15Christine pratique tout d’abord ce que Jan Assmann appelle la « mémoire communicative », qui se rapporte à un passé récent, encore présent dans la mémoire des contemporains24. L’écrivaine est à la fois celle qui « rappelle », qui évoque les événements qu’elle a elle-même vécus, et celle qui recueille et gère la mémoire paternelle. Elle rassemble d’autres souvenirs en questionnant des témoins, les complète en consultant divers ouvrages d’histoire et réunit le tout dans un grand livre de « mémoires » sur un souverain remarquable, décidant ainsi de la « mémoire après lui de ses biens fais »25, de la survie historique de Charles V. Le Livre des fais et bonnes meurs ne conserve et ne façonne pas seulement la mémoire du roi défunt mais aussi celle de son « mécène paternel », Philippe le Hardi, mort durant la rédaction de cette œuvre et auquel elle dédie des paroles émouvantes au début du deuxième livre26. Il en va de même de la mémoire de Tommaso, son père biologique, dont elle construit la fama en tant que grand savant. Ce monument funéraire édifié grâce à la parole filiale fait songer au monument de marbre érigé après 1348 à Bologne au juriste Giovanni Andreae27, monument dont Christine a pu avoir connaissance, car elle mentionne le juriste et sa fille Novella dans La Cité des Dames28. Il s’agit dans les deux cas d’une construction de fama dans un contexte laïque et un milieu intellectuel.

  • 29 F. Ohly, op. cit, p. 53. Voir également O. G. Oexle, « Memoria und Memorialbild », dans Memoria. De (...)
  • 30 Frantisek Graus, « Funktionen der spatmittelalterlichen Geschichtsschreibung », dans Geschichtsschr (...)

16Le livre des fais et bonnes meurs constitue donc un acte de commémoration profonde et multiple, intégrant aussi bien des éléments individuels que collectifs et se rapportant à la fois au passé, au présent et au futur. Le texte réactive la mémoire des « fais et bonnes meurs » du roi défunt et présente ce « portrait-mémorial » aux princes de l’époque, une époque de crises profondes. Il inclut également l’avenir en ce que Christine crée une mémoire écrite et littéraire qui survivra grâce à ses qualités esthétiques. Ce texte est profondément augustinien de par la construction du présent sur les fondements du passé et de l’avenir, tandis que ses qualités littéraires font de lui une forme intensifiée de la mémoire, un « gesteigertes Gedächtnis »29. Par ailleurs, Christine revendique dans et de par cette œuvre sa « part de survivance »30. Enfin, cette œuvre montre comment sont entremêlées memoria, fama et historia. Nous y observons également et surtout le passage de l'acte de commémoration d’origine liturgique à l’historiographie médiévale.

IV.

  • 31 J. Assmann, op. cit., p. 29s.
  • 32 J. Le Goff, op. cit., p. 174s.

17Dans La Cité des Dames, livre mémorial par excellence bien que le terme de mémoire y fasse curieusement défaut, Christine nous présente une autre variante encore de son travail sur la mémoire qui vise cette fois à modifier le canon des figures mémorables et à créer une mémoire culturelle au féminin. Celle-ci se définit par son rapport au passé, par la façon dont elle en fait une sélection — le canon — et dont elle l’intègre au présent31. Il s’agit en outre d’un projet politique, car l’écrivaine tient parfaitement compte du fait que « la mémoire est un élément essentiel de ce qu’on appelle [...] l’identité individuelle ou collective dont la quête est une des activités fondamentales des individus et des sociétés et que la mémoire collective est non seulement une conquête mais un instrument et un objet de puissance »32.

18C’est la « modernité » de ce projet utopique toujours en cours de réalisation qui a sans doute contribué au succès durable de ce livre.

  • 33 Voir à ce sujet l’article de Barbara Altmann dans ce volume.
  • 34 Je renvoie dans ce contexte au volume Die europàische Querelle des Femmes. Geschlechterdebatten sei (...)

19Dans sa cité « livresque », Christine construit un immense lieu de la mémoire culturelle, une archive qui jusqu’à nos jours ne cesse d’influer sur les domaines de l’histoire, la littérature, la philosophie, la théologie, etc., et dont le concept a par exemple été repris par Judy Chicago et sa « Dinner Party »33. Autrement dit : ce lieu allégorique de la mémoire que représente La Cité des Dames est la réponse de Christine à la « mémoire perdue » d’une culture gynocentrique. Sous nos yeux renaissent des images de la perfection féminine jusqu’alors tombées dans la trappe de l’oubli ou rendues méconnaissables car recouvertes d’interprétations diffamantes : il suffit de citer les exemples de Médée ou de Circé. Précisons que dans La Cité des Dames Christine entreprend la construction d’un nouvel imaginaire du féminin et d’une nouvelle manière de penser la femme qui met fin aux définitions aliénantes de son sexe. À l’intérieur de cette construction, la mémoire joue un rôle essentiel en tant qu’élément central de l’identité d’un individu et d’un groupe. Le travail christinien sur l'imaginaire influe également sur la réalité, car nous agissons selon l’image que nous avons de nous-mêmes, et ces images naissent à leur tour de l’expérience de nos accomplissements. Il existe donc un rapport dialectique entre la manière dont une personne se pense et celle dont elle agit. Christine marque ainsi sa place au seuil de la Querelle des Femmes, cette vaste discussion autour d’un imaginaire du féminin — et du masculin — qui imprègne l’art et la littérature, mais aussi les discours scientifiques et moraux depuis le Moyen Âge34.

V.

20Terminons par quelques conclusions encore bien provisoires. Tout d’abord, l’œuvre christinienne offre un grand éventail de façons de penser et de pratiquer la memoria, que ce soit dans le domaine de l’image — le Bildgedachtnis —-ou dans celui de l’écriture et du texte. C’est dans son Epistre Othea, à travers une combinaison innovatrice de textes et d’images, qu’elle fait converger ces deux procédés. Son objet est soit elle-même, l’écrivaine, soit ses mécènes auprès desquels elle s’acquitte d’une « dette de gratitude ». Ce sont enfin les « dames illustres du passé et du présent » dont le souvenir sert à construire l’immense archive de La Cité des Dames.

21En même temps, cette écriture « mémoriale » est une forme de combat contre la mort sous la forme de l’oubli. Ainsi, dans Le Livre des fais et bonnes meurs, elle garantit la fama et la « survie » de ses pères symboliques et réels et garantit également sa propre fama avec son œuvre.

  • 35 A. Assmann, op. cit., p. 45 et 48.

22Finalement, dans son œuvre on observe aussi bien le passage de la memoria à 1’historia que l’entrelacement de memoria et de fama, deux phénomènes que l’on fait à tort remonter à la Renaissance35. L’œuvre de Christine contredit ce cliché historiographique en ce qu’elle montre que tout acte de mémoire renvoie à un individu et que la culture de la memoria est une culture hautement individualisée. Face à ces multiples discours sur la memoria dont son œuvre est tissée, on ne peut que s’étonner de son absence dans toutes les réflexions sur ce concept — et en conclure qu’il est urgent d’intégrer Christine de Pizan dans ces débats afin de lui assurer la place qui lui revient.

Notes

1 Voir à ce sujet Otto Gerhard Oexle, « Memoria als Kultur », dans id., Memoria als Kultur, Göttingen, 1995, p. 9-78. Pour les raisons hypothétiques d’une telle conjoncture, voir Jan Assmann, Das kulturelle Gedachtnis. Schrift, Erinnerung und politische Identität in frühen Hochkulturen, Munich, 1992, p. 11.

2 Cf. aussi le livre récent de Paul Ricceur, La mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, 2000.

3 Dans son livre L’art de la mémoire, Paris, 1987.

4 Christine de Pizan, Epistre Othea, éd. Gabrielle Parussa, Genève, 1999, p. 195.

5 Christine de Pizan, Epistre a la Royne, éd. Josette A. Wisman, New York-Londres, 1984, p. 74.

6 Voir à cet égard O. G. Oexle, op. cit., p. 50s. : « Denn es ist der Name, es ist das Aussprechen des Namens, das die Memoria schafft. [...] Zu der Nennung des Namens tritt [...] schon früh die bildliche Darstellung der genannten Person. »

7 Un exemple parmi tant d’autres : l’écrivaine Hélisenne de Crenne. Voir à ce sujet Andrea Grewe, « Hélisenne de Crenne », dans Französische Frauen der Frühen Neuzeit. Dichterinnen Malerinnen Mäzeninnen, éd. Margarete Zimmermann et Roswitha Böhm, Darmstadt, 1999, p. 55-64.

8 Patrick Geary, article « Mémoire », dans Dictionnaire raisonné de l’Occident médiéval, éd. Jacques Le Goff et Jean-Claude Schmitt, Paris, 1999, p. 684.

9 J. Le Goff, Histoire et mémoire, Paris, 1988, p. 105 (Folio).

10 Cf. aussi ibid., p. 133.

11 P. Ricœur, op. cit., p. 117.

12 O. G. Oexle, op. cit., p. 36.

13 J. Assmann, op. cit., p. 52 et 54.

14 Aleida Assmann, Erinnerungsraume. Formen und Wandlungen des kulturellen Gedächtnisses, Munich, 1999, p. 33.

15 Friedrich Ohly, « Bemerkungen eines Philologen zur Memoria », dans Memoria. Der geschichtliche Zeugniswert des liturgischen Gedenkens im Mittelalter, éd. Karl Schmid et Joachim Wollasch. Munich, 1984, p. 9-68.

16 F. Ohly, ibid., p. 9.

17 Christine de Pizan, Le Livre de la Mutacion de Fortune, éd. Susanne Solente, 4 vol. , Paris, 1959-1966. Voir à ce sujet Andrea Tarnowski, « Maternity and Paternity in La Mutacion de Fortune », dans The City of Scholars. New Approaches to Christine de Pizan, éd. Margarete Zimmermann et Dina De Rendis, Berlin-New York, 1994, p. 116-127.

18 F. Ohly, op. cit., p. 19.

19 Christine de Pizan, Le Livre du Corps de Policie, éd. Angus J. Kennedy, Paris, 1998, p. 110.

20 Christine de Pizan, Le Livre des Trois Vertus, éd. Charity. C. Willard et Eric Hicks, Paris, 1989, p. 225 s.

21 On pourrait y voir une continuation, peut-être même une radicalisation du combat contre l’oubli dont on trouve maintes traces chez Marie de France.

22 J. Assmann, op. cit., p. 44.

23 Ibid., p. 60s.

24 Ibid., p. 48s.

25 Christine de Pizan, Le livre des fais et bonnes meurs du sage roy Charles V, éd. S. Solente, 2 vol. , Paris, 1936-1940, vol. 1, p. 119.

26 Dans le prologue et le chapitre XIII.

27 Andrea von Hülsen-Esch, « Zur Konstituierung des Juristenstandes durch Memoria », dans Memoria als Kultur..., op. cit., p. 185-206.

28 Livre II, Chap. XXXVI.

29 F. Ohly, op. cit, p. 53. Voir également O. G. Oexle, « Memoria und Memorialbild », dans Memoria. Der geschichtliche Zeugniswert..., op. cit., p. 384-441.

30 Frantisek Graus, « Funktionen der spatmittelalterlichen Geschichtsschreibung », dans Geschichtsschreibung und Geschichtsbewusstsein im spaten Mittelalter, éd. Hans Patze, Sigmaringen, 1987, p. 23.

31 J. Assmann, op. cit., p. 29s.

32 J. Le Goff, op. cit., p. 174s.

33 Voir à ce sujet l’article de Barbara Altmann dans ce volume.

34 Je renvoie dans ce contexte au volume Die europàische Querelle des Femmes. Geschlechterdebatten seit dem 15. Jahrhundert, éd. Gisela Bock et Margarete Zimmermann, Stuttgart-Weimar, 1997.

35 A. Assmann, op. cit., p. 45 et 48.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540