Version classiqueVersion mobile

Mémoire et subjectivité (XIVe-XVIIe siècle)

 | 
Dominique de Courcelles

Introduction

Dominique de Courcelles

Texte intégral

1Si les prouesses des artes memoriae sont celles d’une mémoire artificielle, c’est la memoria, au sens limité d'évocation de faits singuliers ou d’événements, dans la mesure où elle importe à la constitution de la subjectivité, qui a été au centre des travaux de cette journée d’étude. La memoria est un phénomène aussi bien individuel que social. L’écriture accomplit un geste mémorial, lorsque son auteur déclare qu’il favorise ou suscite la mémoire des autres passés ou présents, renommés, fameux, dont il transmet l’histoire, les histoires. En même temps et surtout, l’auteur élabore au présent sa fama tout au long de son œuvre. Entre le livre mémorial et la manière d'agir il y a une constante tension. L’entrelacement de memoria, fama et historia a des implications d’ordre politique, idéologique, subjectif. Si l’utilisation intelligente de la mémoire naturelle en fait un instrument de connaissance personnelle qui n’est pas sans lien avec la mémoire collective ou culturelle d’une nation ou d’un peuple, elle concourt aussi à la construction d’une identité propre.

2Les articles réunis visent à examiner, sans prétendre à l’exhaustivité, comment des individus, dans les circonstances les plus différentes, sont amenés à construire leur mémoire et leur identité en racontant l’histoire des autres, qu’il s’agisse de pays, de groupes sociaux, d’hommes et de femmes, en faisant œuvre de création historique, littéraire ou artistique. Renommés en leur temps, ces individus ont parfois été oubliés. Car il y a une vulnérabilité fondamentale de la mémoire, entre l’absence de la chose souvenue et sa présence sur le mode de la représentation.

3Margarete Zimmermann (Freie Universitat de Berlin) montre que Christine de Pizan varie tout au long de son œuvre le geste mémorial de l’écriture, en se présentant comme gardienne de la mémoire des autres, son père ou ses mécènes, tout en façonnant sa mémoire au féminin d’écrivaine et sa propre individualité par les histoires qu’elle raconte. Elle construit des figures symboliques autour desquelles se cristallise le souvenir de soi ; son histoire individuelle fait retour dans les histoires des autres. Sa renommée est grande, tant en son époque qu’encore aujourd'hui. Jean-Claude Margolin (Université de Tours), considérant le cas d’Érasme, montre que, si la mémoire est un instrument de connaissance personnelle, écrire soi-même des histoires constitue aussi le moyen d’assumer son existence et que, à partir d’un mot ou d’une histoire mémorisée, comme autant de mythes originels, surgit le moi.

4Machiavel, selon Jean-Claude Zancarini (École Normale Supérieure des Lettres et Sciences Humaines de Lyon), a la volonté d’écrire l’histoire d’une communauté pour que l’on puisse en tirer des connaissances sociales et politiques, utiles au présent ; il sait que la mémoire des choses se perd aisément : faire mémoire, c’est choisir, et le choix est politique. La mémoire, qui a donc une fonction politique, est à la fois celle de l’auteur et celle des acteurs historiques. Machiavel, en tant qu’historien et homme politique, travaillant à la renouveler, ne manque pas d’affirmer ainsi son génie propre, convaincu qu’il peut intervenir dans tout déroulement de l’histoire, dans les niveaux différents, intime ou/et historique, du récit. Plus généralement, tout ambassadeur, comme le montre Daniel Ménager (Université de Paris X-Nanterre) dans son analyse des correspondances diplomatiques, est à la fois le héros et l’esclave de la mémoire ; pour exister, il doit s’inscrire dans la variation des trois termes de fama, historia et memoria. Du service du prince au service de soi, comparant les situations et convaincu que l’histoire est magistra legati, il est celui qui, par excellence, se trouve dans le mouvement de l’histoire et de ses grandes ambitions ; il a pleinement conscience de la dimension narrative de toute existence, la sienne comme celle de son prince et comme celle des États, de la simultanéité des histoires, des mémoires et des renommées, et de la différence des rôles que l’on joue, plus intimes ou plus officiels.

5La vie des uns a besoin de la mort des autres ; la mémoire et l’oubli entretiennent le même rapport que la vie et la mort. Ressortissant à l'histoire du christianisme et à l’économie du salut, le recueil des lettres d’un maître spirituel renommé de l’histoire chrétienne de la fin du XVIe siècle permet de comprendre, selon Dominique de Courcelles (Centre National de la Recherche Scientifique) que ce sont les lettres absentes des pénitentes qui façonnent sa mémoire, son portrait mémoriel par la renonciation à leurs histoires propres et à leurs propres individualités, par le travail de leur oubli propre et par la seule satisfaction de son désir de maîtrise masculine et de gloire ; l’oubli comme perte du souvenir des pénitentes est une composante de la mémoire du maître spirituel. José Rubén Romero Calván (Instituto de Investigaciones Históricas de la Universidad Nacional Autónoma de México) démontre l’importance de l’articulation des trois notions de memoria, fama et historia dans les chroniques indiennes, comme constitutive de l’identité indigène de la Nouvelle Espagne ; ici aussi la proximité des deux couples, vie et mort, mémoire et oubli, est ressentie, exprimée, symbolisée. Il s’agit pour les indiens de l’empire espagnol de vivre au présent sans oublier le passé qui l’habite. Une espérance ici et là, un souvenir informent leur existence quotidienne.

6Les souvenirs sont façonnés par l’oubli ; l'incertitude recouvre peu à peu le temps, les célébrités sont parfois oubliées, qu’elles soient douteuses, comme celle de l’ecclésiastique libertin puis moraliste de Gênes, dont nous parle Elena Taddia (École Normale Supérieure des Lettres et Sciences Humaines de Lyon) ou plus nobles, comme celle de l’auteur de la Passion del Hombre-Dios, qui est un jésuite madrilène, que nous présente Emmanuelle Bermès (Bibliothèque Nationale de France). Il s’agit toujours de récits, de drames vécus, burlesques ou sacrés, à suivre au jour le jour, au fil des liasses d’archives ou d’un livre réservé à une élite dévote. Dans les deux cas, qu’il s’agisse de sonnets à la mode dans la ligne des œuvres de l’Arétin ou d’un livre qui est un bel objet chargé d’images selon la tradition jésuite, ce sont des actes de créativité importants dans la vie de leur auteur et faisant appel à l’affect des lecteurs. Tandis que dans les archives judiciaires de Gênes s’enfouissent bientôt les sonnets de l’ecclésiastique condamné, le livre du jésuite connaît une belle diffusion avant d’être finalement oublié, participant ainsi à l’élaboration durable mais en fin de compte vouée à la disparition des identités dévotes de ses lecteurs.

7Ainsi l’articulation de memoria, fama et historia, comme un dispositif destiné à penser et gérer le temps, est une épreuve individuelle, tout en valant aussi pour les groupes sociaux. L'identité individuelle se construit en même temps que la relation à autrui et au groupe dans lequel elle s’inscrit.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search