Version classiqueVersion mobile

Pratiques philologiques en Europe

 | 
Frédéric Duval

L’édition des textes médiolatins

Dominique Poirel

Texte intégral

  • 1 Voir Frank A. C. Mantello et Arthur George Rigg (éd.), Medieval latin: an introduction and bibliog (...)

1Parmi les sept langues représentées dans cette journée d’études, le latin médiéval occupe une place singulière, en raison de sa relative stabilité. En décidant de restaurer une langue plus proche des modèles anciens, les savants de l’entourage de Charlemagne ont achevé et rendu manifeste la séparation entre des parlers « vernaculaires », évolutifs et divergents, et une langue commune et grammaticale, langue de « clercs » au double sens de ce mot1. Grâce à elle, deux étudiants du XVe siècle, peuvent, d’un bout à l’autre de l’Europe, se comprendre et comprendre ensemble des textes récents, ou vieux de mille cinq cents ans. Certes, la langue n’est pas fixe, son lexique surtout s’enrichit, d’une façon qui s’accélère même à l’âge des universités, mais dans l’ensemble la question d’une coloration dialectale ne se pose guère.

  • 2 Voir Michel Zimmermann (éd.), Auctor et auctoritas : invention et conformisme dans l’écriture médi (...)

2Cette permanence, qui affecte la langue, touche aussi la littérature. Écrire en latin, c’est toujours plus ou moins récrire, en compilant, complétant, remployant, déployant, imitant ou adaptant des ouvrages fondateurs, textes classiques ou scolaires, bibliques ou liturgiques, scientifiques ou hagiographiques2. Cette intertextualité foncière impose à l’éditeur un travail plus soigneux de repérage des sources et invite à distinguer, parmi les œuvres transmises, celles qu’on a tenté de copier ne varietur, étant donné leur prestige culturel ou leur valeur normative ; et celles, à l’inverse, qu’il était loisible de modifier pour se les approprier. Entre la transcription la plus fidèle et la réécriture la plus libre, avec toutes les situations intermédiaires, les conditions du travail ecdotique varient sensiblement, mais dans l’ensemble, les scribes faisant preuve en latin d’un plus grand conservatisme, bien des débats, sur la méthode lachmanienne ou bédiériste, sur la nouvelle philologie, s’y posent d’une façon tout autre qu’à propos des textes vernaculaires.

3Autre conséquence de sa stabilité diachronique aussi bien que synchronique, le latin est en Occident, jusqu’au XVIIe siècle, la langue de l’écrit par excellence. Cette hégémonie culturelle se paye pour le philologue par un défi quantitatif : non seulement les œuvres, mais souvent aussi les copies conservées, sont en plus grand nombre que dans les langues vernaculaires, de sorte qu’aujourd’hui encore les inédits abondent, surtout au Moyen Age tardif, et qu’une longue série d’ouvrages majeurs, publiés jadis d’après un ou deux manuscrits, attendent toujours d’être édités de façon scientifique, par la prise en compte d’une tradition manuscrite s’élevant parfois à plusieurs centaines de témoins.

I. — PRÉSENTATION HISTORIQUE

4Ces préalables étant posés, revenons au plan commun, qui débute par la présentation historique.

1. Bilan bibliographique sommaire

  • 3 Pascale Bourgain et Françoise Vielliard, Conseils pour l’édition des textes médiévaux, fasc. III :(...)

5Le fascicule III, Textes littéraires, des Conseils pour l’édition des textes médiévaux comporte aux pages 217-225 une bibliographie critique et sélective à jour jusqu’en 2002 sur les questions de critique textuelle appliquées aux textes latins du Moyen Age3. Comme ce fascicule, je m’en tiendrai aux textes littéraires, en laissant de côté les textes de la pratique, parce que je les connais mal et que les questions de méthode s’y posent d’une façon si différente qu’ils réclameraient un exposé distinct.

2. Éditions de référence

  • 4 Horst Fuhrmann, « Réflexions d’un éditeur », dans Jacqueline Hamesse (éd.), Les problèmes posés pa (...)

6Depuis 1826, la collection Monumenta Germaniae historica est la plus vaste et la plus ancienne entreprise d’édition critique de textes médiolatins toujours en activité. Certes, les principes ecdotiques ont varié d’une époque à l’autre, voire d’un éditeur à l’autre. Tandis que Georg Heinrich Pertz (t 1876), le premier directeur scientifique de la collection, incline à privilégier le manuscrit le plus ancien, Georg Waitz est l’un des disciples les plus stricts de Karl Lachmann4.

  • 5 Voir en dernier lieu : « La Commission léonine : philologie et histoire au service de la pensée », (...)
  • 6 Jean Desfrez, La Pecia dans les manuscrits universitaires du XIIIe et du XIVe siècle, Paris, 1935. (...)
  • 7 Sur les autographes de Thomas d’Aquin, voir Hyacinthe F. Dondaine et Hugues V. Shooner, Codices ma (...)

7Un autre « monstre sacré » de l’ecdotique, toujours actif lui aussi, est le « Collège des éditeurs des œuvres de saint Thomas d’Aquin », plus connu sous le nom de « Commission léonine »5. Depuis sa fondation en 1879, la parution de chaque volume est un événement philologique. Plus d’un éditeur a appris son métier en lisant les introductions, véritables petits traités de critique textuelle ; plus d’une découverte philologique ou codicologique est née de l'entreprise, comme la reconstitution du système de copie a peda dans les manuscrits universitaires6. Résolument stemmatistes, ces éditions reposent sur la collation, entière ou partielle, de tous les manuscrits recensés au préalable, ce qui permet non seulement d’établir un texte aussi sûr que possible, mais encore d’en retracer l’histoire manuscrite jusqu’à l’imprimé. Les quelques autographes conservés de Thomas d’Aquin sont ainsi insérés dans l’histoire du texte et de ses remaniements par l’auteur7.

  • 8 Biblia Sacra iuxta latinam vulgatam versionem ad codicum fidem, iussu Pii PP. XI, Pii PP. XII, Ioa (...)
  • 9 Paul Maas, Textkritik, Leipzig, 1927, 19502, 19573.
  • 10 Dom Henri Quentin, Essai de critique textuelle (Ecdotique), Paris, 1926. L’essentiel de sa méthode (...)
  • 11 Joseph Bédier, « La Tradition manuscrite du Lai de l’Ombre : Réflexions sur l’art d’éditer les anc (...)
  • 12 Dom Jacques Froger, La critique des textes et leur automatisation, Paris, 1968.

8Bien qu’il s’agisse d’un texte antique, il convient de citer aussi l’édition critique de la Vulgate, menée de 1908 à 1995 par l’abbaye Saint-Jérôme, à Rome8. En raison des difficultés colossales que soulevait ce texte, assurément le plus diffusé au Moyen Age, l’entreprise a puissamment stimulé la réflexion méthodologique. Un an avant le fameux Textkritik où Paul Maas décrit la méthode lachmanienne9, Dom Henri Quentin a publié en 1926 des Essais, où il expose sa fameuse « méthode », basée sur une comparaison systématique des variantes10. Dès 1928, Joseph Bédier en a critiqué dans la Romanía l’application aux langues romanes11 ; mais en 1968 dom Jacques Froger reprend et simplifie la méthode de dom Quentin dans son livre La critique des textes et son automatisation12. Si les aspects informatiques en ont vieilli, l’ouvrage continue de s’imposer pour la clarté avec laquelle il décrit la méthode stemmatique.

  • 13 On trouvera un historique de la collection dans l’ouvrage publié pour son 50e anniversaire : Johan (...)
  • 14 Collection des universités de France : Règles et recommandations pour les éditions critiques (séri (...)
  • 15 Ernesto Menestó, « Problemi di stemmatica in edizioni critiche », dans La cultura in Italia fra ta (...)

9Bien d’autres collections seraient à citer, parmi celles qui ont contribué à formater les éditions. L’une des plus réputées est le Corpus Christianorum, qui a récemment fêté ses cinquante ans et dont la Continuatio Mediaeualis offre deux cent trente volumes, dont la qualité scientifique a été croissant avec le temps13. Dans le prolongement d’une série consacrée aux Pères de l’Eglise, cette Continuatio Mediaeualis recommande l’orthographe médiévale, mais ignore la distinction, majoritaire chez les médiévistes, entre les i et les j, les u et les v. Comme la Collection des universités de France et les Sources chrétiennes, le Corpus Christianorum propose des directives très minutieuses pour la présentation des éditions critiques : récemment complétées et mises à jour, elles sont accessibles sur internet14. En principe, ses éditions, comme celles des Sources chrétiennes, suivent la méthode stemmatique ; mais une enquête d’Ernesto Menestò a montré que les exceptions étaient nombreuses15.

  • 16 Dom Franciscus Salesius Schmitt, S. Anselmi Cantuariensis archiepiscopi opera omnia, Londres, 1938 (...)
  • 17 Bernard de Clairvaux, Œuvres complètes, Paris, 1990→ ; (Sources chrétiennes, 367, 380, 390, 393, 4 (...)

10D’autres collections sont consacrées à un auteur : d’Anselme de Canterbury ou Bernard de Clairvaux à Nicolas de Cuse, en passant par les grands scolastiques16. Pour certaines, on notera la pratique de la double édition, judicieuse pour des auteurs majeurs comme Bernard de Clairvaux : d’abord une editio maior fournit une édition critique de type savant ; puis une editio minor reprend un texte latin et des apparats allégés, auxquels sont ajoutés une traduction moderne et des notes historiques ou doctrinales17. Dans le cas de Bernard de Clairvaux, ainsi repris aux Sources chrétiennes, il se trouve que l’editio minor, bénéficiant de corrections diverses, dont celles de dom Leclercq, offre en réalité un texte meilleur que celui de l’editio maior antérieure.

3. Controverse sur la « scribal version »

  • 18 Collection Toronto medieval latin texts, Toronto, 1972→.
  • 19 En quatrième de couverture, on lit aujourd’hui; « ...The TMLT series is intended primarily to prov (...)
  • 20 Arthur George Rigg, « The editing of medieval texts », dans Studi medievali, t. 24, 1983, p. 385*.
  • 21 John Barrie Hall, « The editing and emendation of medieval latin texts », dans Studi medievali, t. (...)

11Une autre collection doit être mentionnée, à cause du débat méthodologique qu’elle a suscité dans la revue Studi medievali. Née en 1972, la série Toronto medieval latin texts adopte résolument le parti du manuscrit de base18. La préface des premiers volumes s’en explique : pourvu d’un apparat critique minimal, le texte adopté est celui d’un manuscrit unique, choisi avec le plus grand soin, puis transcrit scrupuleusement jusque dans ses bizarreries grammaticales ou orthographiques. Les seules corrections admises sont celles qui rendent intelligibles des passages autrement absurdes. L’un des objectifs de la collection est de fournir aux étudiants des éditions pratiques, maniables et à bas prix, munies de notes pédagogiques plutôt qu’érudites19. La controverse est née de ce que ce choix pragmatique fut aussi assorti d’une justification scientifique. Selon le directeur de la collection, George Rigg, il s’agit de présenter une « version de scribe », meilleure que toute tentative reconstructionniste puisque, dit-il, nous en savons moins sur la culture d’un auteur qu’un copiste qui ne lui est postérieur que d’un demi-siècle20. Or pour John Barrie Hall, éditeur de Jean de Salisbury, cette théorie de la « scribal version » est scientifiquement infondée. L’auteur importe plus que le scribe. Dès lors, l’éditeur d’une œuvre littéraire manque à son devoir en reproduisant délibérément la version déformée d’une œuvre littéraire, sans se préoccuper des autres témoins disponibles qui lui permettraient de se rapprocher sensiblement de l’œuvre authentique21.

  • 22 Feruccio Bertini, « Recenti edizioni di testi latini, esperienze e polemiche », dans A. Maierù (éd (...)
  • 23 « Above all, I feel that we have some obligation to produce a text which would have been recogniza (...)

12Dans sa contribution au volume Grafía e interpunzione del latino nel medioevo, édité en 1987 par Alfonso Maierù, Ferruccio Bertini, éditeur des comédies latines médiévales, résume la controverse et propose un arbitrage équilibré. Il proscrit la classicisation de l’orthographe, qui désapprend aux étudiants la lecture des manuscrits et accrédite l’idée que les scribes médiévaux seraient des ignorants. Devant un témoin unique, il recommande de le suivre aussi fidèlement que possible et d’éviter les corrections trop intelligentes, qui récrivent en croyant rectifier. Mais quand plusieurs témoins ont été conservés, il juge aberrant de ne pas recourir à leurs leçons pour améliorer un texte certainement corrompu. Poussé à l’excès, le conservatisme tue toute activité critique. Ou alors, si l’on veut rester dans le cadre théorique de la « scribal version », soyons logique : avertissons le lecteur que nous ne lui fournissons pas à proprement parler l’édition critique de telle œuvre de tel auteur, mais plutôt une étude sur la culture et les singularités de tel copiste ou centre d’écriture22 Au fond, dans cette controverse, tous admettent le principe énoncé par George Rigg, mais chacun l’interprète à sa manière : « Avant tout, je pense que nous avons le devoir de produire un texte que l’auteur aurait pu reconnaître comme sien23. »

4. Situation au sein de la polémique suscitée par la « nouvelle philologie »

  • 24 Haijo J. Westra, « New philology and the editing of medieval latin texts », dans Keith Busby (éd.) (...)
  • 25 Giuseppe Cremaschi, Guida allo studio del latino medievale, Padoue, 1959, p. 63 ; voir Pascale Bou (...)

13Dans les années 1990, le débat sur la « nouvelle philologie » rallume et radicalise des discussions, pourtant moins vives en latin que dans les études romanes. Dans son article « New philology and the editing of medieval latin texts », paru dans Towards a synthesis? Essays on the new philology, édité en 1993 par Keith Busby, Haijo Westra évalue ce que les médiolatinistes peuvent conserver du manifeste de Bernard Cerquiglini24. Les invitations de ce dernier à prendre en compte de façon positive la variance des textes, à se pencher sur les marginalia des manuscrits, à conserver l’orthographe médiévale sont d’autant plus acceptables de la part des médiolatinistes que ceux-ci n’ont pas attendu la nouvelle philologie pour en user ainsi25. B. Cerquiglini donne ainsi l’impression de combattre la caricature de pratiques philologiques abandonnées ou en voie de l’être. D’un autre côté, la relative stabilité des textes et l’idéal esthétique de l’imitatio obligent à limiter la portée de son argumentation dans le domaine latin : on a vu que les copistes y sont moins interventionnistes et la variance moins créative. Il existe de réelles erreurs de copie, qu’on peut assez souvent corriger avec une grande sûreté. La nouvelle philologie, obsédée par la fluidité des textes comme l’ancienne l’était par leur fixité, a créé un dogme textuel opposé, qui ne respecte pas davantage une situation médiévale, surtout dans une littérature si marquée par la présence d’« autorités ».

  • 26 En attendant la publication des conférences, voir notre article « Le cycle thématique 2004-2005 de (...)

14Un cycle de conférences de l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes (IRHT), qui se tenait en 2004-2005 sur la question des « éditions anciennes et médiévales », a montré que l’effort « traditionnel » pour classer les témoins et reconstituer le texte de l’archétype n’étouffe nullement la conscience de leur variance originelle ; bien plus, au prix de certaines précautions, la remontée stemmatique vers l’origine du texte apparaît le meilleur moyen pour comprendre et retracer la genèse d’une œuvre et les remaniements successifs qu’elle a subis de l’auteur ou d’autres après lui26. Reste alors intacte la question de savoir ce qu’il convient d’éditer et comment : si les auteurs ont une tendance irrépressible à sans cesse récrire leurs ouvrages, comment en présenter de façon lisible et commode les divers états authentiques ou privilégiés (« édition » par tel humaniste médiéval, texte vulgate, etc.), sans que l’œuvre se dissolve en un kaléidoscope de variantes, inutilisable en dehors d’un petit cénacle de philologues et de généticiens ? L’outil informatique offre bien entendu de précieuses possibilités pour passer d’une recension à l’autre, d’une variante à l’autre, mais la publication exhaustive de tous les états d’un texte est-elle encore une édition « critique », donc synthétique ? Puisque les media se suivent et ne se chassent pas, peut-être faut-il imaginer, du moins pour quelques textes majeurs, une répartition des rôles entre l’imprimé et l’électronique : si le second paraît le plus apte pour donner à consulter le matériau cumulé sur lequel elle s’appuie : reproductions, transcriptions, dossiers divers ou « gloses » plus brèves sur le texte, ses témoins et son contexte, en revanche le livre, en raison de sa maniabilité mais aussi de sa fixité matérielle, n’a pas vraiment son égal pour offrir à lire l’édition achevée de textes stables et propres à faire référence.

5. Situation académique : place de la philologie médiolatine à l’université et au sein de la recherche nationale ; rapport avec la philologie classique

  • 27 P. Bourgain, « Sur l’édition des textes... ».
  • 28 Monique Goullet et Michel Parisse (éd.), Les historiens et le latin médiéval, Colloque tenu à la S (...)
  • 29 Voir le site http://www.ecole-erudition.org/.
  • 30 Voir la page www.mhfa.mpg.de/programmes/Historienface.pdf.

15Dans tous ces débats, il est frappant de voir le moindre nombre de philologues français, en comparaison de leurs collègues anglo-saxons, italiens ou allemands surtout : en dehors des Conseils déjà cités, on trouve surtout l’article de Pascale Bourgain dans la Bibliothèque de l’École des chartes : « Sur l’édition des textes littéraires latins médiévaux », qui soupèse les diverses positions touchant la conception de l’édition, la transcription, l’établissement du texte, sa présentation et celle de l’apparat, et recommande de tenir le plus grand compte de la nature du texte27. Dans les deux cas, le rôle essentiel joué par l’École nationale des chartes ne doit pas masquer une lacune préoccupante de l’université : la philologie médiolatine y souffre à la fois d’un manque général de reconnaissance envers l’érudition, la philologie et ces sciences « auxiliaires » — qu’il faudrait plutôt dire « fondamentales » — de l’histoire, et aussi de l’inexorable recul des études classiques et de la quasi-absence de chaires de latin médiéval. À terme — l’alerte en a été lancée par le colloque tenu en 1999 sur Le latin médiéval et les historiens — cette situation condamne les études et la recherche sur le Moyen Âge28. En attendant, le travail de première main sur les sources s’est réfugié dans quelques institutions de recherche ou d’enseignement supérieur : l’École nationale des chartes déjà citée, l’École pratique des hautes études, l’Institut de recherche et d’histoire des textes, le Centre d’études supérieures de civilisation médiévale, récemment fédérés en une « École de l’érudition en réseau »29, ou encore la Mission historique française en Allemagne, qui organisait les 26 février et 9 avril derniers deux journées, à Paris puis à Munich, sur le thème « L’historien face à ses sources »30. Ailleurs, l’édition critique de textes médiolatins est une activité peu considérée, voire pénalisante lors de la thèse de doctorat. S’ajoute le dédain que les enseignants de Lettres classiques ont souvent tant de mal à surmonter envers les œuvres médiévales. Formés à l’exercice du thème latin, qui encourage des réflexes de purification linguistique, ils bornent souvent leurs incursions à un haut Moyen Age rebaptisé Antiquité tardive, alors qu’il y aurait tant à faire sur le Moyen Age central et plus encore tardif.

II. — DESCRIPTIF

16Pour la seconde partie, le plan commun repose sur la notion de « fidélité », déclinée suivant ses trois objets successifs : le sens originel, l’archétype et le témoin. Pourquoi la fidélité ? Est-il si sûr que le but d’une édition soit d’être « fidèle » ? D’autres valeurs auraient pu être invoquées : la lisibilité du texte établi ; la transparence et la cohérence de l’éditeur sur ses principes méthodologiques ; son sens critique ; son sens de la langue et des textes ; sa connaissance de l’auteur et du milieu auquel il se rattache. À dire vrai, cette notion de fidélité me gêne, car elle insiste sur la constance et l’exactitude d’une conformité à un modèle, œuvre originelle ou témoin de base, alors que ce modèle est soit absent, il faut alors le reconstruire, soit présent, et il faut alors le critiquer, mais jamais l’imiter purement et simplement. En réalité, les objectifs que visent l’édition critique sont toujours en tension deux par deux : le respect des manuscrits est tempéré par le souci de produire un texte intelligible, et réciproquement ; la cohérence des principes d’édition est équilibrée par le souci de rejoindre une situation littéraire dans toute sa complexe singularité, et vice versa ; la sympathie pour un auteur, une œuvre, une pensée, a pour garde-fou le sens critique, et réciproquement ; la prise en compte de la totalité des faits accessibles, codicologiques, philolologiques, historiques ou autres, est balancée par l’effort pour les articuler grâce à des hypothèses simples ou économiques ; la volonté d’offrir au lecteur le dossier le plus complet et le plus ouvert possible sur l’ œuvre qu’on lui offre a pour limite les exigences pratiques mais aussi intellectuelles de la sobriété.

17Cela dit, puisque la notion de fidélité nous est surtout proposée comme une question : à quoi l’éditeur cherche-t-il à être fidèle ? suivons de bonne grâce le plan qui nous est proposé, avec cette seule incartade que j’inverserai les trois sous-parties et traiterai en premier de la fidélité au témoin.

1. Fidélité au témoin

18Celle-ci se pose de façon différente selon que l’éditeur dispose du manuscrit original, d'un unique témoin distinct de l’original ou de plusieurs témoins tous distincts de l’original. Il pourrait sembler que d’une situation à l'autre la fidélité au(x) témoin(s) manuscrit(s) décroisse graduellement. Est-ce si sûr ? Toute édition est tiraillée entre un point de départ : la connaissance aussi fine et complète que possible de la tradition manuscrite, et un point d’arrivée : la production d’un texte lisible et intelligible, aussi proche que possible de ce qu’a voulu dire l’auteur. Or la meilleure édition n’est ni la plus proche du ou des manuscrits : autant vaudrait alors publier des fac-similés ; ni celle qui produit le texte le plus facile à comprendre et le plus « vraisemblable » : ce serait à la limite celui qui reflète le mieux les attentes du lecteur moderne, et donc ne lui apprend rien. La meilleure édition est plutôt celle qui remplit le mieux cette exigence unique mais complexe de fidélité maximale à l’œuvre moyennant une fidélité optimale à ses manuscrits.

  • 31 P. Bourgain, « Sur l’édition des textes... », p. 20-26.
  • 32 Gilbert Dahan, L’Exégèse chrétienne de la Bible en Occident médiéval, XIIe XIVe siècles, Paris, 19 (...)
  • 33 P. Bourgain, « Sur l’édition des textes... », p. 30-31.

19a. Transposer. — Même dans le cas privilégié d’un texte dont on conserve l’original, il serait naïf de penser que son édition critique consiste en une simple reproduction. Editer, comme traduire, c’est toujours plus ou moins transposer, puisque c’est pour le lecteur d’aujourd’hui que nous travaillons. Il suffit de comparer un fac-similé à l’édition correspondante, même la plus fidèle au manuscrit photographié, pour se rendre compte de la foule de petites interventions qu’on opère sans y penser : choix d’une seule forme de lettre, là où le modèle en utilise plusieurs indifféremment, distinction de c et de t indiscernables par la graphie et la prononciation, choix de la distinction u/v et i/j, ou de la généralisation classicisante du u et du i, ou de la solution hybride distinguant u et v, mais non i et j31 Plus lourd de sens, il faut résoudre les abréviations, supputer l’orthographe des mots abrégés, parfois trancher parmi plusieurs leçons possibles. C’est le cas des citations bibliques, souvent abrégées par des initiales, ce qui laisse ouvert le choix de la désinence : il n’est donc pas rare qu’une même initiale convienne à plusieurs leçons bibliques concurrentes. C’est pourquoi Gilbert Dahan propose de développer entre crochets ces citations gravement abrégées32. Même les coupures de mots demandent une vigilance particulière. Si l’on s’accorde de plus en plus pour suivre l’usage médiéval et ne pas séparer ce que les copistes unissent d’ordinaire, supradictus, aliquomodo, paulominus, multomagis, etc., convient-il pour autant d’adopter des graphies trompeuses comme quominus, lorsque le scribe agglutine le relatif quo et l’adverbe minus33 ?

  • 34 P. Bourgain, « Sur l’édition des textes... », p. 5-49.

20D’une façon générale, plusieurs conventions de mise en texte relèvent de l’éditeur : majuscules, ponctuation, découpage en paragraphes éventuellement numérotés : tout cela donne lieu aux usages les plus divers34. Faut-il alors, comme certains éditeurs minimalistes, que taraude la crainte d’aiguiller le lecteur vers une fausse piste, publier des centaines de pages latines sans alinéa, sans ponctuation ou sans majuscule ? À mon sens, c’est renoncer à l’un des devoirs de l’éditeur. Quand celui-ci a lu, relu et ruminé sans cesse le texte qu’il prépare, il peut sans présomption excessive se dire qu’il a sur les autres lecteurs une petite longueur d’avance : quel dommage qu’il n’en profite pas pour partager à d’autres son intelligence du texte ! Dans un texte religieux, en latin comme en français, il n’est pas indifférent de mettre ou non une majuscule à ecclesia, à verbum, à spiritus, ou de couper de telle ou telle façon le texte de l’œuvre en paragraphes, les paragraphes en phrases, les phrases en membres. Tous ces choix, qui relèvent de l’éditeur, engagent l’interprétation de l’œuvre. De nombreux choix différents sont pratiqués. Le plus simple, sinon le plus facile, est d’introduire dans le texte les majuscules, les signes de ponctuation et les alinéas que réclament nos règles modernes, même si elles varient d’une langue à l'autre, non sans chercher à comprendre et, chaque fois que possible, à conserver, en le transposant, le système adopté par le témoin suivi, notamment pour la ponctuation.

  • 35 Aussi Goulven Madec recommande-t-il de distinguer et de traiter différemment la « citation » dûmen (...)

21Les textes universitaires réclament souvent des interventions plus lourdes. Copiée sans alinéas dans les manuscrits, cette littérature technique et ardue serait totalement indigeste si l’éditeur ne venait au secours du lecteur pour dégager la structure de la quaestio en numérotant les arguments, de façon à permettre un va-et-vient commode entre objections et réfutations. Par divers enrichissements typographiques — guillemets, italiques, petites capitales, lettres de corps plus petit, etc. — l’éditeur facilite encore la lecture de l’ œ œuvre en signalant les lemmes commentés, les remplois littéraux, les citations avouées, le nom de l’auteur cité, etc. : les usages les plus divers coexistent, le défi étant de rendre visible de façon raisonnée les cas d’intertextualité, sans empêcher une lecture naïve et linéaire du texte35.

  • 36 Voir Birger Munk Olsen, « L’édition d’un manuscrit d’auteur : les lettres de Guy de Bazoches », da (...)
  • 37 Gilbert Ouy, « Problèmes d’édition des manuscrits autographes médiévaux, les problèmes posés par l (...)

22b. Interpréter. — Outre ces interventions, qui consistent en somme à passer d’un code graphique médiéval à un code moderne et plus connu du lecteur, l’éditeur doit aussi interpréter les indications du manuscrit, par exemple en cas de repentir ou de remaniement. Lorsqu’il a la chance de s’appuyer sur un brouillon d’auteur, la tâche n’est pas mince : il doit à la fois conserver l’un des états possibles (probablement le dernier), et donner à lire aussi clairement que possible les strates précédentes36. Travaillant sur des autographes d’écrivains humanistes, Gilbert Ouy a donné l’exemple d’éditions génétiques de manuscrits autographes, qui reflètent le cheminement de la création littéraire37.

  • 38 Paolo Chiesa et Lucia Pinelli (éd.), Gli autografi medieval, Problemi paleografici e filologici, S (...)
  • 39 P. Bourgain, « Sur l’édition des textes... », p. 10-11.

23c. Critiquer. — Enfin, même en présence de l’original, l’éditeur n’est pas dispensé de critiquer le texte qu’il en tire. Il suffit que nous nous relisions nous-mêmes pour observer que tout travail d’écriture, rédaction nouvelle ou simple transcription, est propice aux lapsus : petits mots oubliés, substitution d’un mot à un autre par association d’idée ou anticipation, etc. Même les manuscrits autographes doivent être « édités », et non simplement transcrits, ce qui suppose une relecture attentive et critique38. Naturellement, les corrections de l’original doivent être très sévèrement filtrées et contrôlées : il est tellement plus facile de suspecter une bévue que de comprendre un passage déconcertant ! En outre, comme le fait remarquer P. Bourgain, les bévues d’auteur qui n’entravent pas l’intelligence du texte doivent être conservées : tel lapsus peut avoir valeur documentaire, une note explicative remplacera avantageusement une correction du texte39.

24Transposition d’un système graphique dans un autre, interprétation des repentirs d’une pensée en mouvement, correction des inévitables bévues, ces trois raisons d’intervenir dans le texte du témoin unique et autographe valent a fortiori lorsque l’original a disparu et que sa teneur doit être atteinte d’après une ou plusieurs copies. La nécessité de transposer demeure à peu près inchangée, ainsi que le travail d’interprétation, si ce n’est que ce dernier doit être effectué sur chacun des témoins conservés. En revanche, il est probable que l’examen critique du texte, afin de le corriger, est rendu plus complexe : aux lapsus possibles de l’auteur s’ajoutent les erreurs de copie, de plus en plus nombreuses à mesure qu’augmente le nombre des témoins et que s’allonge la distance entre l’auteur et eux.

2. Fidélité à l’archétype

25C’est pourquoi la question d’une méthode, pour trier le matériau critique et remonter ou non vers l’archétype, est si cruciale et si débattue. En pratique, trois partis sont couramment suivis : l’édition éclectique, l’édition appuyée sur un manuscrit de base, l’édition stemmatique.

  • 40 Louis Jacques Bataillon, « Les problèmes de l’édition des sermons et des ouvrages pour prédicateur (...)

26a. L’édition éclectique. — Rarement revendiquée, l’édition éclectique est le pire choix, sinon le plus rare : elle réduit les témoins examinés à des réservoirs de variantes et offre toute latitude à l’éditeur pour piocher parmi elles sans autre règle que ses préférences grammaticales, stylistiques, doctrinales ou historiques. Un principe historique sain, recourir au plus grand nombre possible de sources disponibles, est ici perverti, car plus le matériau critique est abondant, plus l’éditeur est libre de triturer le texte et de le courber sous le joug de ses préjugés. Faute de principes explicites et argumentés, le recours à une pluralité de témoins lui devient un moyen détourné d’étendre son despotisme plus ou moins éclairé. L’abus de pouvoir est encore plus criant lorsque du texte on a conservé des états passablement différents : reportations diverses d’un même sermon, versions successives d’un même ouvrage. Dans ces cas, non seulement l’éclectisme gomme des divergences signifiantes et aplatit l’histoire d’un texte, mais il produit un monstre textuel dont on peut seulement être sûr qu’il n’a jamais existé40.

  • 41 Ainsi Jean de Mandeville, Le livre des merveilles du monde, éd. Christiane Deluz, Paris, 2000 (Sou (...)
  • 42 Par exemple, ce parti a été adopté par Christiane Deluz dans son édition du Livre des merveilles d (...)

27b. L’édition appuyée sur un manuscrit de base. — Par comparaison, le choix d’un manuscrit de base est une solution bien plus rigoureuse. Choisi sur son ancienneté, sa lisibilité, sa position stemmatique, son importance historique, la qualité générale de son texte, la rareté de ses leçons individuelles, idéalement sur tous ces critères à la fois, un manuscrit unique est scrupuleusement transcrit, texte et graphies, et n’est corrigé, par recours aux autres témoins, qu’aux endroits où il est manifestement fautif et où, de préférence, on peut en outre reconstituer la genèse de l’erreur41. De la sorte, à défaut de produire un texte originel, on procure du moins un texte « réel », aux antipodes de la « restauration » plus ou moins bien inspirée42. Ce choix soulève toutefois plusieurs difficultés. D’abord, il a pour effet qu’une même œuvre peut donner lieu à plusieurs éditions différentes, concurrentes et conscientes de mêler le texte de l’auteur aux interventions des copistes ultérieurs, sans que soit toujours précisée au lecteur la probabilité que telle ou telle leçon remonte à l’auteur.

  • 43 Le commentaire « Reliquorum autem primum considerandum » (recension I dans le répertoire de Charle (...)

28Ensuite, il vaut la peine de se poser la question : à quoi se mesure la qualité d’une édition réalisée de cette manière ? Au grand nombre des interventions de l’éditeur ? Sûrement pas, car on reviendrait alors à l’édition éclectique qu’on vient de bannir. Puisque la fidélité au témoin de base est mise en avant, il semble que la meilleure édition soit celle qui intervient le moins possible. Idéalement on aboutit alors à la stricte transcription d’un manuscrit parfait. Tout repose donc sur le choix du témoin de base. Mais on a vu que même dans le cas d’un autographe l’intervention de l’éditeur était requise pour transposer, interpréter et parfois même corriger. Ce n’est donc pas le petit nombre d’interventions qui fait la qualité d’une édition, mais plutôt leur intelligence et leur justesse, appuyées sur le sens de la langue, des textes en général et de l’auteur édité en particulier. Ou, si leur petit nombre entre en compte, c’est précisément parce que le sens qu’a l’éditeur de la langue, des textes et de l’auteur lui a en amont permis de choisir un « bon » manuscrit, c’est-à-dire un manuscrit qu’il n’aura presque pas besoin de corriger. Autrement dit, la meilleure édition s’appuie sur le manuscrit qui répond le mieux, globalement, aux attentes de l’éditeur. Mais dans ce choix de la moindre intervention, qui finalement tire l’autre de son côté : l’auteur ou l’éditeur ? A une copie directe et globalement très proche, mais chargée d’erreurs d’inattention, ne sera-t-on pas conduit à préférer une réécriture globalement mais intelligemment infidèle, et donc constamment vraisemblable ? Ce genre de situation n’est pas seulement un cas d’école : un scribe fidèle, et donc plus passif, sera plus vulnérable à des fautes banales de copie qu’une personne plus interventionniste, à l’attention aiguisée par le travail de remaniement, d’autant qu’à mesure qu’elle corrige, elle lisse les aspérités qui auraient pu signaler ses interventions43. Un texte ainsi révisé se présente donc à l’éditeur comme un témoin de base idéal : plus besoin de le corriger, cela a déjà été fait !

  • 44 « La distinction entre l’enchaînement et l’orientation est facile à comprendre. Le stemme est un e (...)

29Le principe d’un interventionnisme minimal peut donc servir à cautionner les textes les plus gravement altérés. Aussi, plus encore que la qualité — apparente — d’un témoin, il importe de prendre en compte sa place dans l’ensemble de la tradition manuscrite. La copie visiblement endommagée de l’original vaut mieux, pour reconstituer celui-ci, que son remaniement impeccable. C’est pourquoi, même pour choisir un bon témoin de base, il importe de reconstituer patiemment la généalogie des témoins. Comment procéder ? Collationnera-t-on tout ou partie des témoins ? Sur l’intégralité du texte ou sur un échantillon ? Pour enregistrer l’ensemble des variantes ou seulement les « fautes communes » ? Ce point est à décider selon l’étendue du texte, le nombre de témoins, leur plus ou moins grande stabilité, la présence ou l’absence de circonstances défavorables comme la contamination, etc. À partir de ce qu’on vient de voir, il est clair que les « fautes communes » ne sauraient suffire. Si certains copistes ou transmetteurs sont capables de réviser le texte de façon à l’expurger de toutes ses anomalies, se concentrer sur les erreurs de copie gomme une partie de l’histoire du texte, peut-être la plus cruciale pour l’établissement du texte. Mieux vaut donc prendre en compte l’ensemble du matériau critique, établir des clivages à l’intérieur de la tradition manuscrite en se fondant sur des séries d’écarts entre groupes, ordonner les témoins conservés en posant entre eux de simples relations d enchaînement, sans vouloir décider prématurément lequel est le père ou le fils. En faisant abstraction de tout jugement de valeur hâtif, en renonçant à décider trop tôt de ce qui est une « bonne » ou une « mauvaise » leçon, on retarde certes le moment où l’on désignera les meilleurs manuscrits, mais en contrepartie on gagne une vision plus complète, plus précise et plus solide des relations de ressemblance et de dissemblance entre tous les témoins étudiés44.

  • 45 C’est le cas par exemple de la Chronique d’Isidore de Séville : Isidori Hispalensis Chronica, éd. (...)

30On obtient alors une sorte de mobile instable qu’il reste à « orienter » : chaque clivage, chaque seuil entre deux groupements est alors évalué : les fautes de copie repérées servent alors à interpréter ces clivages et à orienter le stemma provisoire établi d’abord sans eux. Peu à peu, les groupements de manuscrits mis en évidence s’ordonnent les uns par rapport aux autres. Les régions du stemma où pourrait se cacher l’archétype sont éliminées les unes après les autres. Dans certains cas, il n’en reste qu’une ; si en revanche le texte a été remanié, ce n’est pas un archétype qui apparaîtra, mais deux, voire plusieurs45. Il revient alors à l’éditeur de comprendre les relations entre ces divers archétypes : remaniement par l’auteur lui-même, par le destinataire de l’œuvre, par un élève, un successeur, un héritier intellectuel quelconque, etc. Toutes les approches seront bonnes alors pour l’aider : date et origine des manuscrits, étude des textes satellites, examen des sources extérieures, étude littéraire des variantes principales pour trouver une logique au passage d’une recension à l’autre, etc. Au terme de ce travail, l’éditeur sera dans la meilleure position pour choisir le manuscrit de base le plus proche de l’archétype.

  • 46 Ainsi, l'archétype du De archa Noe d’Hugues de Saint-Victor est atteint par pas moins de huit bran (...)
  • 47 C’est par exemple le cas du De translatione imperii de Marsile de Padoue. Voir Marsile de Padoue, (...)

31c. L’édition stemmatique. — La méthode précédente ressemble à la méthode stemmatique en ce qu’elle s’appuie comme elle sur l’élaboration d’un stemma codicum, mais elle en diffère en ce qu’elle se contente de désigner le manuscrit généalogiquement le plus proche de l’archétype, celui qui servira de témoin de base. Partant du même point de départ, la méthode stemmatique va plus loin et s’efforce de reconstituer l’archétype lui-même. Si, comme souvent, cet archétype s’est perdu mais qu’on en a conservé au moins trois copies indépendantes, on tiendra pour probable que son texte correspond à tous les passages où ces trois copies concordent parfaitement. En cas de désaccord, on retiendra les leçons communes à deux quelconques d’entre elles : il y a peu de chances que deux copistes isolés fassent la même faute au même endroit. Bien entendu, la probabilité augmente suivant le nombre de copies au niveau le plus haut du stemma : si le texte de l’archétype est connu par quatre, cinq, six, voire neuf témoins — des exemples en existent —, le risque d’erreur est tangentiellement nul46. En sens inverse, si l’archétype n’est connu que par deux copies ou deux branches, il est impossible de trancher sûrement entre l’une ou l’autre : il n’y a plus de majorité qui tienne47. On peut alors revenir à la méthode du témoin de base et retenir de préférence la copie globalement la meilleure. Souvent, non seulement l’archétype s’est perdu, mais aussi une ou plusieurs de ses copies directes. La même opération doit donc être répétée à chaque niveau, pour qu’on puisse établir le texte en remontant progressivement des témoins conservés jusqu’aux branches les plus hautes du stemma codicum et de là à l’archétype.

  • 48 Il s’agit du manuscrit Wien, Österreichische Nationalbibliothek, 948, modèle d’Admont, Stiftsbibli (...)

32La méthode stemmatique est certes plus interventionniste que celle du témoin de base : elle invite à corriger non seulement les erreurs évidentes ou perçues comme telles d’un témoin privilégié, mais encore toutes les leçons individuelles d’une copie, fût-elle directe. En ce sens, et c’est un reproche qui lui est souvent fait, elle conduit à établir un texte plus éloigné de ce qui est réellement conservé dans tel ou tel manuscrit, sans certitude absolue que tout ce qui est retenu correspond à l’archétype : elle repose après tout sur un principe de probabilité. Toutefois, appliqué aux textes latins, spécialement à ceux qui bénéficient d’une tradition assez stable, ce principe est dans l’ensemble très fiable. Dans une œuvre d’Hugues de Saint-Victor dont je prépare en ce moment l’édition critique, l’un des sous-archétypes existe toujours, alors qu’il est l’ancêtre de six autres témoins répartis en quatre branches. L’expérience est concluante : en appliquant la méthode stemmatique à ces six témoins, on peut reconstituer strictement ce modèle heureusement conservé, non seulement dans son texte, mais encore dans la plupart de ses particularités graphiques48.

33Comme toutes les méthodes, la méthode stemmatique peut néanmoins être bien ou mal utilisée. Rappelons qu’elle n’est pas une machine à créer de la certitude là où il ne peut y en avoir ; elle est plutôt une façon de synthétiser et de formaliser une tradition manuscrite en sorte que les choix de l’éditeur s’appliquent ensuite de la façon la plus cohérente possible. L’apparente objectivité de la méthode stemmatique ne concerne d’ailleurs qu’une partie du travail qui incombe à l’éditeur, à savoir la découverte et la mise en œuvre des principes d’édition. Pour le reste, plusieurs opérations relèvent de son discernement historique, philologique et littéraire : choisir quels témoins — sinon tous — sont à collationner intégralement ou sur un échantillon ; retenir telles leçons comme significatives au stade de la collation ; pondérer la valeur critique des variantes ; définir les « seuils » en deçà desquels une série d’écarts, trop faible et trop peu nombreuse, doit être réputée l’effet du hasard et non d’une commune ascendance ; soupeser chaque variante discriminante en replaçant les leçons concurrentes dans leur contexte avant de se prononcer ou non sur une éventuelle faute de copie ; enfin il restera toujours à ponctuer le texte de l’archétype, et d’abord à le critiquer.

3. Fidélité au sens originel, au-delà de l’archétype

34Il peut sembler curieux qu’après tant d’efforts pour reconstituer le texte de l'archétype au moyen de la méthode stemmatique, il faille encore le critiquer et assez souvent le corriger. Lorsqu’on applique strictement la méthode du témoin de base, les deux opérations sont peu discernables : en corrigeant telle erreur manifeste du témoin de base, on ne peut savoir s’il s’agit d’une leçon individuelle de ce seul manuscrit, d’une leçon commune survenue plus haut dans la tradition, ou d’une erreur originelle introduite dès l'archétype. De son côté, la méthode stemmatique permet habituellement de corriger les leçons individuelles et les leçons communes à une branche de la tradition manuscrite ; mais elle ne permet pas de remonter plus haut que l’archétype, ancêtre commun de tous les manuscrits conservés. Or, outre les lapsus d’auteur, il est fréquent que des erreurs de copie originelles entachent la tradition manuscrite à sa source : par exemple lorsque tous les manuscrits dérivent d’une dictée ou de la mise au propre d’un premier jet perdu.

  • 49 Par exemple, dans l’édition critique que je prépare du commentaire d’Hugues sur la Hiérarchie céle (...)

35Ces fautes d’archétype sont pour l’éditeur une double difficulté : elles jettent à la fois le soupçon sur le texte qu’il établit, et sur la généalogie des témoins telle qu’il la reconstitue. Si l’ensemble des témoins peut s’accorder sur des fautes d’archétype, où faut-il s’arrêter ? Ne sera-t-on pas tenté de corriger tout ce qui semble curieux ? L’ingéniosité humaine est ici sans limite. Mieux vaut donc ne corriger qu’à coup sûr. La faute d archétype incontestable sera celle qui se lit dans tous les témoins, mais qui est si manifestement erronée que sa correction s’impose à tout lecteur ! On se demande alors pourquoi aucun copiste ne l’aura corrigée : autant chercher la quadrature du cercle. Si la faute d’archétype est si évidente qu’elle a été corrigée dans un ou plusieurs témoins, ou plus haut dans une ou plusieurs branches, comment reconnaîtra-t-on qu’il ne s’agit pas d’une erreur de copie survenue après coup dans une partie de la tradition manuscrite ? Enfin, supposé qu’on sache avec certitude qu’il s’agit d’une erreur, et d’une erreur de l’archétype, comment faut-il la corriger ? Les cas les moins embarrassants sont ceux où une leçon commune à toutes les branches de la tradition renferme une erreur imperceptible à la première lecture, mais à la réflexion irrecevable, et que de cette erreur il est possible de reconstituer la genèse paléographique ou phonétique49.

4. Présentation

  • 50 Sur toute cette partie, lire P. Bourgain, « Sur l’édition des textes... », p. 39-49.

36On a parlé jusqu’ici d’opérations scientifiques, qui à la limite pourraient se prolonger indéfiniment. On n’a jamais fini de lire et relire le texte obtenu, pour vérifier les collations, évaluer sa cohérence, améliorer sa ponctuation... Mais il faut bien s’arrêter à une édition concrète, achevée, publiée, ce qui nous conduit au chapitre suivant sur la « présentation »50.

  • 51 Sulpice Sévère, Vie de saint Martin, Introduction, texte et traduction Jacques Fontaine, Paris, 19 (...)

37a. Introduction doctrinale, linguistique, littéraire, codicologique. — Les introductions aux éditions de textes latins varient considérablement d’une collection à l’autre. Les éditions savantes, par exemple les Monumenta Germaniae historica, le Corpus Christianorum, l’édition léonine de Thomas d’Aquin, donneront une brève présentation historique et littéraire de l’œuvre : authenticité, datation, circonstances de la rédaction, sources et fortune ; puis se concentreront sur la tradition manuscrite du texte et la justification minutieuse du texte édité : inventaire et description des témoins manuscrits et imprimés, discussion stemmatique, principes d’édition, divers problèmes spécifiques comme l’étude du texte commente dans le cas d’un ouvrage exégétique. À l’inverse, les éditions destinées à un public élargi traiteront de façon plus synthétique les questions codicologiques et philologiques, pour s’étendre plus à loisir sur l’auteur, l’œuvre et la portée littéraire, historique et doctrinale de celle-ci. Certaines éditions des Sources chrétiennes, par exemple le Sulpice Sévère de Jacques Fontaine, introduisent minutieusement aux questions tant érudites que littéraires et doctrinales soulevées par l’œuvre éditée : d’où un triple volume, l’un d’introduction, d’édition et de traduction, les deux autres de commentaire et d’index51. Cette solution ne satisfait pas toujours les maisons d’édition ; pourtant, il y a un réel avantage à appuyer l’une sur l’autre l’édition critique et l'interprétation de l’œuvre, car les deux opérations se fécondent et sont même, d’une certaine façon, indissociables.

  • 52 On trouve cependant un « Lexique » à la fin de l’édition par Pierre Flobert de La vie ancienne de (...)
  • 53 Sur les concordances informatisées, voir Jacques Berlioz, Identifier sources et citations, Turnhou (...)
  • 54 L’édition citée note 52 de Pierre Flobert étudie la langue de la vie ancienne, p. 63-84. D’une faç (...)

38b. Glossaire. — Dans tous les cas, l’introduction aux faits linguistiques est beaucoup plus restreinte pour les textes latins que pour les textes en langue vernaculaire, à cause de la stabilité de la langue latine. La même raison explique que les glossaires y soient rares52. Pour les textes édités dans certaines collections, Corpus Christianorum et Monumenta Germaniae historica notamment, cette absence est compensée par l’existence de concordances informatisées, qui jouent le rôle d’index général et peuvent donc être utilisées, de façon d’ailleurs transversale, à des fins linguistiques53. Des informations d’ordre linguistique peuvent aussi être tirées de l’introduction critique, comme lorsque l’éditeur justifie l’adoption de tel néologisme ou terme rare, de tel ou tel choix orthographique54. Néanmoins, on pourrait imaginer que les philologues médiolatinistes aillent plus loin et ajoutent en introduction une liste des termes rares ou difficiles et en proposent une traduction moderne.

  • 55 Par exemple, Chronique ou livre de fondation du monastère de Mouzon, Chronicon Mosomense seu Liber (...)

39c. Index. — Le plus souvent, on trouve à la fin un index des sources ou des citations, parfois un index des noms de personnes et de lieux, un index des manuscrits utilises ou cités, parfois encore un index rerum, qui peut se limiter à quelques notions clés du texte, ou friser la concordance lemmatisée intégrale, parfois améliorée par un classement secondaire des lemmes à l’aide du contexte55.

  • 56 Par exemple, Ademari Cabannensis Chronicon, éd. Pascale Bourgain, aidée de Richard Landes et Georg (...)
  • 57 Voir par exemple les éditions élaborées par la Commission léonine.

40d. Sources. — Étant donné l’importance des « autorités » dans la littérature médiolatine, la recherche des sources y est une partie essentielle du travail ecdotique. Aussi l'identification de ces sources apparaît-elle à divers endroits de l’édition : quelquefois dans le texte, le plus souvent dans un apparat spécial, voire dans plusieurs si l’on veut distinguer des sources privilégiées, bibliques par exemple ; ensuite dans l'index fontium ; parfois enfin dans un développement de l’introduction, synthétisant les principales influences subies par l’œuvre éditée56. Outre les sources, on peut trouver signalés de même les parallèles, qui renvoient à d’autres œuvres du même auteur, ou encore la tradition indirecte, qui renseigne sur la fortune d’une œuvre et contribue à l’établissement du texte57.

  • 58 Sur la distinction à opérer entre les différentes sortes d’emprunts, de la citation dûment annoncé (...)
  • 59 Voir François Dolbeau, « Concordances et CD-Rom : réflexions d’un utilisateur », dans Le médiévist (...)

41L’influence des œuvres antérieures peut se manifester de façon très diverse. Entre la pure compilation et l’œuvre plus « originale », digérant de façon personnelle des sources pleinement assimilées, donc plus difficiles à identifier, il existe un long dégradé, sans oublier les œuvres à caractère exégétique comme le commentaire ou l’homélie. C’est pourquoi, si tous les éditeurs s’efforcent normalement d’identifier les citations proprement dites, c’est-à-dire les remplois annoncés, il est parfois très délicat de discerner jusqu’où aller dans le repérage et le signalement des emprunts implicites ou de simples réminiscences58. D’autant que sur le repérage, l’existence des concordances informatiques est à la fois un secours inestimable et un danger réel de pollution philologique, si leur usage n’est pas maîtrisé, complété et pondéré par la lecture patiente des œuvres59.

  • 60 Par exemple, Margaret Jennings, The Ars componendi sermones of Ranulph Higden OSB, Leyde-New York- (...)
  • 61 Ainsi, les lemmes de la Hiérarchie céleste dans le commentaire qu’en a donné Hugues de Saint-Victo (...)

42Pour la présentation des sources, les procédés les plus divers sont couramment adoptés : guillemets, italiques, petites capitales, caractères plus petits ou espacés pour signaler soit les citations proprement dites, soit les sources quelles qu’elles soient, soit les seules sources bibliques, soit encore les lemmes commentés, etc. Si les références sont le plus souvent consignées dans un apparat spécial, elles peuvent être notées entre crochets dans le texte même : c’est souvent le cas des citations bibliques dans les sermons60. Les éditeurs de textes universitaires signalent souvent par des petites capitales, par de l’italique ou par tout autre procédé, les noms d’auteur et les titres d’œuvre : dans les textes théologiques, philosophiques ou juridiques notamment, ces renvois explicites, fonctionnant comme des arguments d’autorité, gagnent à être mise en relief ; du reste ils le sont parfois dans les manuscrits61.

43e. Notes critiques. — Pour qu’une édition soit critique, il faut non seulement que le texte établi résulte de choix conscients et raisonnés, parmi les leçons diverses qu’offre l’ensemble de la tradition manuscrite, mais encore qu’elle laisse au lecteur la possibilité de corriger ces choix s’il conteste les fondements sur lesquels ils s’appuient. L’apparat critique recueillera donc les leçons rejetées, soit toutes si l’on édite un manuscrit unique, soit les principales si l’on est confronté à une tradition trop nombreuse.

  • 62 Hugonis de Sancto Victore De archa Noe, Libellus de formatione arche, éd. Patrice Sicard, Turnhout (...)

44Mais qu’entendre par « principales » ? Une fois retranchées les variantes orthographiques ou les bévues faciles à corriger, plusieurs options sont couramment pratiquées : ne retenir que les leçons qui modifient le sens du texte ? Mais des inversions sans grande conséquence sur le sens peuvent, si elles se répètent, confirmer l’existence d’une famille textuelle ; à l’inverse, un scribe inattentif peut multiplier les bévues qui changent certes le sens, mais sont sans intérêt pour restaurer l’œuvre éditée. Faut-il écarter les erreurs manifestes ? Mais elles sont d’un grand poids dans la discussion stemmatique. D’ailleurs, où faire le partage entre la lectio difficilior et la lectio impossibilis ? Il faut donc naviguer entre deux écueils : celui d’un apparat pléthorique, donc illisible, et celui d’un apparat indigent, qui retranche des leçons qui pourraient remonter à l’auteur. Une solution pratiquée pour les opera d’Hugues de Saint-Victor consiste à retenir les leçons communes et à bannir les leçons individuelles, sauf dans le cas d’un sous-archétype conservé62.

  • 63 Un excellent exemple de telles éditions synoptiques est fourni par le Periphyseon de l’Érigène : I (...)
  • 64 C’est l’usage suivi depuis 2001 par les éditeurs des Hugonis de Sancto Victore opera, voir note 62

45Une question délicate se pose pour les textes dont subsistent plusieurs recensions imputables à l’auteur. Si elles diffèrent suffisamment, il vaut la peine de les éditer sur plusieurs colonnes63. Dans le cas contraire, une solution consiste à en éditer une, et à renvoyer l’autre ou les autres en apparat critique, quitte à les signaler par un procédé typographique, caractères gras par exemple, de façon à distinguer à l’œil la genèse d’une œuvre et sa descendance, c’est-à-dire les traces d’une révision par l’auteur et les fautes de copie des copistes ultérieurs64.

  • 65 On trouvera un exemple de telles notes critiques dans Iohannis Scoti Eriugenae Expositiones in Ier (...)

46En complément de l’apparat critique, quelques éditions portent des « notes critiques », qui commentent et justifient la leçon adoptée pour un lieu plus difficile65.

***

  • 66 Michael Lapidge, « The edition of medieval latin texts in the English-speaking world », dans Sacri (...)

47Pour conclure, je voudrais revenir sur la question que Frédéric Duval plaçait au centre de cette journée : celle de l’origine, académique, linguistique ou littéraire, des pratiques en matière d’édition. Pour ce qui est des textes médiolatins, il me semble que la situation linguistique et culturelle — stabilité de la langue et prégnance des autorités — rend souvent possibles et souhaitables des éditions stemmatiques. Mais d’autres éditeurs, anglo-saxons notamment, pensent et agissent autrement66. Ma préférence s’explique-t-elle par des causes particulières, formation d’historien chartiste, spécialisation dans l’édition d’œuvres a traditions nombreuses, intérêt pour l’histoire des textes et de leur réception ? C’est possible et à l’évidence le débat reste ouvert. Il est d’ailleurs ancien et je me demande parfois s’il ne prend pas son origine dans la querelle des universaux : le stemma codicum ne serait-il pas un avatar de l'arbre de Porphyre ? la préférence anglo-saxonne pour le « manuscrit de base » ne viendrait-elle pas d’une méfiance insulaire devant les abstractions continentales ? À condition de la dépassionner un peu, cette vieille querelle a du bon, en ce qu’elle incite les éditeurs à ne jamais borner leur quête, ni à une idée préconçue de l’œuvre originelle, ni à l’une ou l'autre de ses traces subsistantes, mais plutôt à conjuguer l’examen des codices et la recherche du sens pour retrouver dans la mesure du possible la pensée d’un auteur à son état jaillissant et dans le même temps — car l'un éclaire l'autre sa sédimentation dans les manuscrits, c’est-à-dire les traces concrètes de sa réception plurielle et diversifiée selon les lieux, les temps et les milieux.

Notes

1 Voir Frank A. C. Mantello et Arthur George Rigg (éd.), Medieval latin: an introduction and bibliographical guide, Washington, 1996.

2 Voir Michel Zimmermann (éd.), Auctor et auctoritas : invention et conformisme dans l’écriture médiévale, Actes du colloque tenu à l’Université de Versailles-Saint-Quentinen-Yvelines, 14-16 juin 1999, Paris, 2001 (Mémoires et documents de l’Ecole des chartes, 59) et Monique Goullet, Écriture et réécriture hagiographiques : essai sur les réécritures de vies de saints dans l’Occident latin médiéval (viiie xiiie s.), Turnhout, 2005 (Hagiologia, 4).

3 Pascale Bourgain et Françoise Vielliard, Conseils pour l’édition des textes médiévaux, fasc. III : Textes littéraires, Paris, 2002 (École nationale des chartes, Groupe de recherches « Civilisation de l’écrit au Moyen Âge »), p. 217-225. Voir aussi Claudio Leonardi (éd.), La critica del testo mediolatino (Firenze 6-8 dicembre 1990), Spolète, 1994 (Biblioteca di Medioevo Latino, 5).

4 Horst Fuhrmann, « Réflexions d’un éditeur », dans Jacqueline Hamesse (éd.), Les problèmes posés par l’édition critique des textes anciens et médiévaux, Louvain, 1992 (Textes, études, congrès, 13), p. 329-359 ; voir aussi du même, « Considerazioni di un editore di testi medioevali », dans Fonti medievali e problematica storiografica, Atti del congresso..., Roma, 1973, Rome, 1976, p. 425-449.

5 Voir en dernier lieu : « La Commission léonine : philologie et histoire au service de la pensée », dans Revue des sciences philosophiques et théologiques, t. 89/1, janv-mars 2005, actes d’un colloque qui s’est tenu en Sorbonne le 13 décembre 2003 pour saluer l’installation à Paris de la Commission léonine et rendre hommage au P. Louis Jacques Bataillon.

6 Jean Desfrez, La Pecia dans les manuscrits universitaires du XIIIe et du XIVe siècle, Paris, 1935. Sur cette question, voir en dernier lieu Giuliana Murano, Opere diffuse per « exemplar » e peda, Turnhout, 2005 (Textes et Etudes du Moyen Age, 29).

7 Sur les autographes de Thomas d’Aquin, voir Hyacinthe F. Dondaine et Hugues V. Shooner, Codices manuscripti operum Thomae de Aquino, t. I : Autographa et bibliothecae A-F, Rome, 1967 (Editores operum Sancti Thomae de Aquino, 2 : Commisio Leonina). Voir aussi :http://www.corpusthomisticum.org/repmss.html.

8 Biblia Sacra iuxta latinam vulgatam versionem ad codicum fidem, iussu Pii PP. XI, Pii PP. XII, Ioannis XXIII, Pauli VI, Ioannis Pauli PP. II, cura et studio monachorum Abbatiae Pontificiae Sancti Hieronymi in Urbe Ordinis Sancti Benedicti edita, Textus ex interpretatione Sancti Hieronymi, Rome, 1926-1995, 18 vol. 

9 Paul Maas, Textkritik, Leipzig, 1927, 19502, 19573.

10 Dom Henri Quentin, Essai de critique textuelle (Ecdotique), Paris, 1926. L’essentiel de sa méthode était déjà exposé dans le Mémoire sur l’établissement du texte latin de la Vulgate, Rome-Paris, 1922 (Collectanea bíblica latina, 6).

11 Joseph Bédier, « La Tradition manuscrite du Lai de l’Ombre : Réflexions sur l’art d’éditer les anciens textes », dans Romanía, t. 54, 1928, p. 161-196, 321-358.

12 Dom Jacques Froger, La critique des textes et leur automatisation, Paris, 1968.

13 On trouvera un historique de la collection dans l’ouvrage publié pour son 50e anniversaire : Johan Leemans avec la collab. de Luc Jocqué (éd.), Corpus Christianorum, 1953-2003, Xenium natalicium, Fifty Years of Scholarly Editing, Turnhout, 2003, en particulier l’article de Johan Leemans : « Fifty Years of Corpus Christianorum (1953-2003), From Limited Edition Project to Multi-located Scholarly Enterprise », p. 9-55. Voir aussi le t. 38 de Sacris erudiri (1998-1999), consacré à la mémoire de Dom Eligius Dekkers, fondateur de la collection.

14 Collection des universités de France : Règles et recommandations pour les éditions critiques (série latine), Paris, 1972 (Collection des universités de France, publiée sous le patronage de l’Association Guillaume Budé) ; Sources chrétiennes : Sources chrétiennes. Directives pour la préparation des manuscrits, Lyon, 20013 ; Corpus christianorum www.corpuschristianorum.org/series/pdf/Corpus_Guidelines.pdf ; voir aussi Conseils pour l’édition des textes médiévaux..., fasc. III, p. 221.

15 Ernesto Menestó, « Problemi di stemmatica in edizioni critiche », dans La cultura in Italia fra tardo antico e alto medioevo, I, Rome, 1981, p. 443-466.

16 Dom Franciscus Salesius Schmitt, S. Anselmi Cantuariensis archiepiscopi opera omnia, Londres, 1938-1968, 6 vol.; dom Jean Leclercq, Charles H. Talbot et Henri Rochais, Sancti Bernardi Opera, Rome, 1957-1977, 8 vol. (plus un vol. d’index biblique, par G. Hendrix, en 1998); Alberti Magni Opera omnia, Münster-Westfalen, 1951→; Sancti Thomae Aquinatis doctoris angelici Opera omnia iussu impensaque Leonis XIII P. M. edita, editio Leonina, Rome, 1882→; Doctoris Seraphici S. Bonaventurae SRE Episcopi Cardinalis opera omnia, Ad Claras Aquas (Quaracchi), 1882-1902, 11 vol.; Henrici de Gandavo opera omnia, Leuven, 1979→; (Ancient and Medievalphilosophy, Series, 2); Nicolai de Cusa Opera omnia, Leipzig (puis Hamburg), 1932→, etc.

17 Bernard de Clairvaux, Œuvres complètes, Paris, 1990→ ; (Sources chrétiennes, 367, 380, 390, 393, 414, 425, 431, 452, 457, 458, 472, 480, 481).

18 Collection Toronto medieval latin texts, Toronto, 1972→.

19 En quatrième de couverture, on lit aujourd’hui; « ...The TMLT series is intended primarily to provide editions suitable for university courses and curricula, at a price within the range of most students’resources. Editions are usually based on a single manuscript, with a minimum of textual apparatus; emendations are made only where the text fails to make sense, not in order to restore the author’s original; manuscript orthography and syntax are carefully preserved... », par exemple sur l’ouvrage de Greti Dinkova-Bruun, The Ancestry of Jesus, Excerpts from Liber Generationis Iesu Christi Filii David Filii Abraham (Matthew 1:1-17), Edited from Heidelberg, Universitätsbibliothek, MS. Salem IX 15, Toronto, 2005 (Toronto Medieval Latin Texts).

20 Arthur George Rigg, « The editing of medieval texts », dans Studi medievali, t. 24, 1983, p. 385*.

21 John Barrie Hall, « The editing and emendation of medieval latin texts », dans Studi medievali, t. 19, 1978, p. 443-446 et, en réponse à l’article cité ci-dessus d’A. G. Rigg, Studi medievali, t. 24, 1983, p. 389*.

22 Feruccio Bertini, « Recenti edizioni di testi latini, esperienze e polemiche », dans A. Maierù (éd.), Grafia e interpunzione del latino nel medioevolatino, Rome, 1987, p. 103-112.

23 « Above all, I feel that we have some obligation to produce a text which would have been recognizable by its author », voir ci-dessus n. 20. A. G. Rigg, « Latin », dans A. G. Rigg (éd.), Editing of medieval texts: English, French, and Latin written in England, Papers given at the twelfth annual Conference on editorial problems, University of Toronto, 1976, New York, 1977, p. 107-122, à la p. 119.

24 Haijo J. Westra, « New philology and the editing of medieval latin texts », dans Keith Busby (éd.), Towards a synthesis? Essays on the new philology, Amsterdam-Atlanta, 1993, p. 49-58.

25 Giuseppe Cremaschi, Guida allo studio del latino medievale, Padoue, 1959, p. 63 ; voir Pascale Bourgain, « Sur l’édition des textes littéraires latins médiévaux », dans Bibliothèque de l’École des chartes, t. 150, 1992, p. 5-49, en part. p. 31-38.

26 En attendant la publication des conférences, voir notre article « Le cycle thématique 2004-2005 de l’IRHT : les éditions anciennes et médiévales », dans Les amis de l’IRHT, Bulletin de l'association, octobre 2005, p. 11-12, et la page http://www.irht.cnrs.fr/formation/jeudis_edition_index.htm.

27 P. Bourgain, « Sur l’édition des textes... ».

28 Monique Goullet et Michel Parisse (éd.), Les historiens et le latin médiéval, Colloque tenu à la Sorbonne-Paris I, les 9-11 septembre 1999, Paris, 2001.

29 Voir le site http://www.ecole-erudition.org/.

30 Voir la page www.mhfa.mpg.de/programmes/Historienface.pdf.

31 P. Bourgain, « Sur l’édition des textes... », p. 20-26.

32 Gilbert Dahan, L’Exégèse chrétienne de la Bible en Occident médiéval, XIIe XIVe siècles, Paris, 1999 (Patrimoines, Christianisme), par exemple p. 63, n. 4 : « Et incipi[ens] a Mo[yse] etpro[phetis] » ; ou p. 147, n. 3 : « Omnia subiecisti s[ub pedibus eius] [...] Respexit humilitatem an[cille] s[ue] [...] Eice ancillam et f[ilium] eius ».

33 P. Bourgain, « Sur l’édition des textes... », p. 30-31.

34 P. Bourgain, « Sur l’édition des textes... », p. 5-49.

35 Aussi Goulven Madec recommande-t-il de distinguer et de traiter différemment la « citation » dûment annoncée et les emprunts tacites, parfois conjecturaux. Voir « Les embarras de la citation », dans Freiburger Zeitschrift fur Philosophie und Theologie, t. 29, 1982, p. 361-372.

36 Voir Birger Munk Olsen, « L’édition d’un manuscrit d’auteur : les lettres de Guy de Bazoches », dans Revue des études latines, t. 49, 1971, p. 66-77.

37 Gilbert Ouy, « Problèmes d’édition des manuscrits autographes médiévaux, les problèmes posés par l’édition critique », dans Jacqueline Hamesse (éd.), Les problèmes posés par l’édition critique des textes anciens et médiévaux, Louvain, 1992 (Textes, études, congrès, 13), p. 399-418 ; voir aussi P. Bourgain, « Sur l’édition des textes... », p. 9-10.

38 Paolo Chiesa et Lucia Pinelli (éd.), Gli autografi medieval, Problemi paleografici e filologici, Spolète, 1994.

39 P. Bourgain, « Sur l’édition des textes... », p. 10-11.

40 Louis Jacques Bataillon, « Les problèmes de l’édition des sermons et des ouvrages pour prédicateurs au XIIIe siècle », dans Monika Asztalos (éd.), The Editing of Theological and Philosophical Texts from the Middle Ages, Stockholm, 1986, p. 105-120.

41 Ainsi Jean de Mandeville, Le livre des merveilles du monde, éd. Christiane Deluz, Paris, 2000 (Sources d’histoire médiévale, 31). A. G. Rigg (éd.), Editing Medieval Texts, English, French, and Latin, Written in England: Papers given at the twelfth annual conference on Editorial Problems, University of Toronto, 5-6 November 1976, New York, 1977, en part. aux p. 107-122.

42 Par exemple, ce parti a été adopté par Christiane Deluz dans son édition du Livre des merveilles de Jean de Mandeville (✝ 1372), transmis en diverses langues par pas moins de 250 manuscrits conservés. Le choix de l’éditeur s’est porté sur un témoin qui a appartenu à John Dee et porte des notes marginales, certaines de sa propre main. De cette façon, le choix de ce manuscrit de base et la publication de ses notes permet d’apprécier une lecture privilégiée qui a été faite du texte. Voir Jean de Mandeville...

43 Le commentaire « Reliquorum autem primum considerandum » (recension I dans le répertoire de Charles Lohr) du De memoria et reminiscentia attribué à Adam de Buckfield est transmis par cinq manuscrits, dont le plus correct en apparence, Vaticano, Vat. lat. 13326, s’est avéré au terme d’une patiente enquête comme le plus éloigné de l’archétype.

44 « La distinction entre l’enchaînement et l’orientation est facile à comprendre. Le stemme est un enchaînement si l’on considère seulement le lien qui met entre deux manuscrits la relation de modèle à copie, ou ancêtre et descendant, abstraction faite du sens dans lequel vont les relations généalogiques, c’est-à-dire sans se soucier de savoir, étant donné deux manuscrits liés par une relation généalogique, lequel est l’ancêtre et lequel est le descendant. Considéré comme un schéma d’enchaînement, le stemme est un réseau, formé de lignes éventuellement ramifiées ; pour aller d’un manuscrit à un autre quelconque, il faut passer par tous les intermédiaires en cheminant le long de la ligne qui les unit de proche en proche. L’orientation, c’est le sens dans lequel vont les relations généalogiques ; elle apparaît lorsqu’on assigne une origine à la succession des manuscrits, c’est-à-dire lorsqu’on désigne l’ancêtre. » (Dom Jacques Froger, La critique des textes et leur automatisation, Paris, 1968, p. 7).

45 C’est le cas par exemple de la Chronique d’Isidore de Séville : Isidori Hispalensis Chronica, éd. Jose Carlos Martin, Turnhout, 2003 (Corpus Christianorum, Series Latina, 112). Voir les actes à paraître de la table ronde L’édition critique des œuvres d’Isidore de Séville, Le problème de la recension multiple, Madrid, Casa de Velázquez, éd. Jacques Elfassi, José Carlos Martin, Maria Adelaida Andres Sanz. Sur cette question, voir aussi notre étude « La question des recensions multiples dans l’édition critique des œuvres anciennes ou médiévales », dans Euphrosyne, Revista de filología classica, n.s., t. 31, 2003, p. 505-513.

46 Ainsi, l'archétype du De archa Noe d’Hugues de Saint-Victor est atteint par pas moins de huit branches, Hugonis de Sancto Victore opera, t. I, De archa Noe, Libellus de formatione arche, éd. Patrice Sicard, Turnhout, 2001 (Corpus Christianorum, Continuatio Mediaeualis, 176), cf. le stemma codicum après la p. 146*.

47 C’est par exemple le cas du De translatione imperii de Marsile de Padoue. Voir Marsile de Padoue, Œuvres mineures : Defensor minor, De translatione imperii, éd. Colette Jeudy et Jeannine Quillet, avant-propos de Bernard Guenée, Paris, 1979 (Sources d’histoire médiévale).

48 Il s’agit du manuscrit Wien, Österreichische Nationalbibliothek, 948, modèle d’Admont, Stiftsbibliothek 292 ; Göttweig, Stiftsbibliothek 75 ; Graz, Universitatsbibliothek 760 ; Klosterneuburg, Stiftsbibliothek 354 ; München, Bayerische Staatsbibliothek clm 14181 et Zwettl, Stiftsbibliothek 231.

49 Par exemple, dans l’édition critique que je prépare du commentaire d’Hugues sur la Hiérarchie céleste, on trouve un fort consensus des manuscrits sur la leçon cum istorum, qu’une comparaison avec le texte commenté oblige à corriger en commixtorum. Les deux leçons se prononçant à peu près de la même façon, on peut imaginer que cette erreur d’archétype s’explique par la dictée de l’auteur à son secrétaire.

50 Sur toute cette partie, lire P. Bourgain, « Sur l’édition des textes... », p. 39-49.

51 Sulpice Sévère, Vie de saint Martin, Introduction, texte et traduction Jacques Fontaine, Paris, 1967-1969, 20042 (Sources chrétiennes, 133-135).

52 On trouve cependant un « Lexique » à la fin de l’édition par Pierre Flobert de La vie ancienne de saint Samson de Dol, Paris, 1997 (Sources d’histoire médiévale), p. 277-292.

53 Sur les concordances informatisées, voir Jacques Berlioz, Identifier sources et citations, Turnhout, 1994 (L’atelier du médiéviste, 1) ; voir aussi notre chapitre « Le contenu » dans Lire le manuscrit médiéval : observer et décrire, Paris, 2005 (Collection U histoire), p. 183-228 ; voir aussi la page http://theleme.enc.sorbonne.fr/document47.html.

54 L’édition citée note 52 de Pierre Flobert étudie la langue de la vie ancienne, p. 63-84. D’une façon générale, le souci de la langue est souvent plus prononcé chez les médiévistes de formation classique qu’historienne.

55 Par exemple, Chronique ou livre de fondation du monastère de Mouzon, Chronicon Mosomense seu Liber fundationis monasterii sanctae Mariae OSB apud Mosomum in dioecesi Remensi, éd., trad. et commentaire Michel Bur, Paris, 1989 (Sources d’histoire médiévale), p. 197-249.

56 Par exemple, Ademari Cabannensis Chronicon, éd. Pascale Bourgain, aidée de Richard Landes et Georges Pon, Turnhout, 1999 (Corpus Christianorum, Continuatio Mediaeualis, 129), p. lxiii-lxix.

57 Voir par exemple les éditions élaborées par la Commission léonine.

58 Sur la distinction à opérer entre les différentes sortes d’emprunts, de la citation dûment annoncée à la vague réminiscence, voir Goulven Madec, « Les embarras de la citation », dans Freiburger Zeitschrift für Philosophie und Theologie, t. 29, 1982, p. 361-372.

59 Voir François Dolbeau, « Concordances et CD-Rom : réflexions d’un utilisateur », dans Le médiéviste et l’ordinateur, n° 28 Les CD-Rom, 1993 ; voir aussi n° 22 La recherche de citations, 1990.

60 Par exemple, Margaret Jennings, The Ars componendi sermones of Ranulph Higden OSB, Leyde-New York-Copenhague-Cologne (Davis Medieval Texts and Studies, 6).

61 Ainsi, les lemmes de la Hiérarchie céleste dans le commentaire qu’en a donné Hugues de Saint-Victor sont tantôt tracés dans une encre rouge, tantôt mis en relief par des initiales de grand module, tantôt signalés par de petits traits ondulés dans la marge, tantôt enfin soulignés.

62 Hugonis de Sancto Victore De archa Noe, Libellus de formatione arche, éd. Patrice Sicard, Turnhout, 2001 (Corpus Christianorum, Continuatio Mediaeualis, 176) ; Hugonis de Sancto Victore, De tribus diebus, éd. Dominique Poirel, Turnhout, 2002 (Corpus Christianorum, Continuatio Mediaeualis, 177).

63 Un excellent exemple de telles éditions synoptiques est fourni par le Periphyseon de l’Érigène : Iohannis Scotti seu Eriugenae Periphyseon, éd. Édouard Jeauneau, Turnhout, 1996-2003 (Corpus Christianorum, Continuatio Mediaeualis, 161-165).

64 C’est l’usage suivi depuis 2001 par les éditeurs des Hugonis de Sancto Victore opera, voir note 62.

65 On trouvera un exemple de telles notes critiques dans Iohannis Scoti Eriugenae Expositiones in Ierarchiam coelestem, éd. Jeanne Barbet, Turnhout, 1975 (Corpus Christianorum, Continuatio Mediaeualis, 31), « Appendice », p. 216-219.

66 Michael Lapidge, « The edition of medieval latin texts in the English-speaking world », dans Sacris erudiri, t. 38, 1998-1999, p. 199-220.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search