Version classiqueVersion mobile

Pratiques philologiques en Europe

 | 
Frédéric Duval

La philologie française, pragmatique avant tout ?

L’édition des textes médiévaux français en France

Frédéric Duval

Texte intégral

1Scruter les pratiques des Français éditeurs de textes médiévaux en français s’est révélé un exercice difficile et périlleux. Difficile, parce qu’il a fallu dépouiller de nombreuses éditions et tenter d’opérer une synthèse qui ne soit pas le tableau trop simpliste d’une situation où l’expérience personnelle et le contact intime avec les textes fondent chaque fois une pratique individuelle spécifique. Périlleux, parce que l’on risque à chaque instant de froisser les susceptibilités de chacun en citant d’après les éditions des principes d’établissement du texte que l’on peut juger contestables, sans pour autant que l’édition qui en résulte soit mauvaise.

2Il peut sembler paradoxal d’examiner les pratiques françaises d’un point de vue théorique (fidélité à l’original, fidélité à l’archétype, fidélité au témoin) alors que l'« école française », si elle existe, a renié depuis Joseph Bédier une conception théorique de la philologie pour adopter, affirme-t-elle, une attitude pragmatique. Ce point de vue a pourtant le mérite de dégager la constance des philologues français dans le refus d’éditions « reconstructionnistes », mais aussi la hantise de l’original qui entraîne certains d’entre eux vers une voie moyenne. Malgré la place du domaine français dans la philologie européenne et internationale, les philologues français ne se sont guère laissé influencer par leurs collègues étrangers. Rares sont ainsi ceux qui ont pratiqué des éditions diplomatiques ou nettement interventionnistes.

3Dans cet exposé, j’insisterai sur certaines déterminations matérielles, car il faut admettre que l’évolution de l’édition de textes en France ne repose pas uniquement sur des choix méthodologiques intellectuels et abstraits, opérés hors de toute contrainte extérieure. Gilles Roques a parfaitement souligné que le manifeste de Bédier, qui a laissé tant de traces en France, tombait à pic à un moment où les travaux des philologues allemands sur les textes français commençaient à distancer ceux des Français. Plus rapide et plus simple à mettre en œuvre que la méthode des fautes communes, la méthode de Bédier permettait aux Français de refaire leur retard.

4Cette présentation rapide des pratiques philologiques françaises reprend sciemment des éléments bien connus, sans lesquels une comparaison et une confrontation générales des pratiques philologiques en Europe seraient impossibles.

I. — HÉRITAGES ET CONDITIONS D’EXERCICE

1. Présentation historique

5Les principes de la critique textuelle élaborés par Karl Lachmann (1793-1851) passèrent rapidement en France par l’intermédiaire de Gaston Paris (1839-1903). Entre 1860 et 1914, les philologues médiévistes, qui dominaient les études linguistiques, accomplirent un travail de publication considérable, si bien qu’en 1914, la collection des Anciens textes français comptait déjà une centaine de volumes. A leur tête on trouvait Gaston Paris, Paul Meyer, rejoint un peu plus tard par Antoine Thomas. Malgré le souhait émis dès 1875 par le Conseil de la Société des anciens textes de dresser « une liste des textes qu’il serait le plus intéressant de publier, afin de susciter des éditeurs pour ces publications », le choix des textes édités suivit l’intérêt personnel des éditeurs et obéit à des contraintes matérielles, notamment lorsque les manuscrits n’étaient pas conservés en France. Le dynamisme de l’édition en France s’explique alors par l’éminence de personnalités comme celle de Gaston Paris, mais aussi par la rivalité franco-allemande née de la défaite française. Il était inconcevable de laisser aux Allemands la tâche de publier les plus anciens textes de notre patrimoine littéraire.

  • 1 Le Lai de L’Ombre par Jean Renart, éd. Joseph Bédier, Paris, Société des anciens textes français, (...)
  • 2 Ibidem, p. xliv.

6C’est dans son édition du Lai de l’Ombre parue en 1913 que Joseph Bédier, élève de Gaston Paris, formalise une méthode éditoriale plus légère, qui commençait à poindre depuis le début du siècle. Constatant la prolifération des stemmas bifides, qui rendent inopérante la méthode mécanique de reconstitution du manuscrit original d’après la méthode de Lachmann, Bédier se propose de choisir un manuscrit de « base », qui ne sera pas nécessairement « le plus voisin de l’original », mais celui « qui présente le moins souvent des leçons individuelles, celui par conséquent qu’on est le moins souvent tenté de corriger ». Joseph Bédier poursuit par une phrase que l’on retrouve encore aujourd’hui presque sous la même forme dans la plupart des éditions réalisées par des Français : « L’ayant une fois choisi, nous avons pris le parti d’en respecter autant que possible les leçons »1. Le choix des corrections est alors « remis, en chaque cas douteux, au jugement, au tact, à la prudence de l’éditeur, et, pour dire le vrai mot, à son goût »2.

  • 3 Voir en particulier les éditions d’Eugène Vinaver, de Maurice Delbouille, de Jean Rychner, de Thom (...)

7Le respect scrupuleux du manuscrit de base s’imposa auprès des éditeurs français, qui abandonnèrent dans les années 1930 les éditions « reconstructionnistes » au profit d’éditions « conservatrices ». Ce consensus n’a pas touché les philologues étrangers travaillant sur le domaine français, puisque certains d’entre eux, parmi les plus éminents, ont continué jusqu’à aujourd’hui à examiner l’ensemble des variantes et à corriger3.

8Depuis l’entre-deux-guerres, l’école française de philologie s’est méfiée des propositions et des discussions théoriques. Elle s’en est généralement tenue à une position « bédiériste », plus rassurante et moins lourde à appliquer que la méthode lachmanienne. Son mérite, du moins sur le papier, est de ne pas s’être enfermée dans une stricte obédience « bédiériste », mais de revendiquer constamment une attitude pragmatique, chaque texte imposant des positions spécifiques.

  • 4 Gilles Roques, « L’édition des textes français entre les deux guerres », dans Histoire de la langu (...)

9L’histoire de la philologie française a fait l’objet de mises au point récentes tout à fait pertinentes et satisfaisantes. La meilleure introduction rapide à l’histoire de l’édition des textes français du Moyen Age de la fin du XIXe siècle à nos jours est à chercher dans les articles qu’a donnés Gilles Roques pour les deux derniers volumes de la monumentale Histoire de la langue française4

10La philologie française n’a pas échappé au mouvement salutaire d’auto-questionnement et de remise en cause qui a touché l’ensemble des sciences humaines à la fin du XXe siècle. S’il y a bien eu une tentative (maladroite) pour porter le débat sur le front de la théorie, les philologues français ont refusé de s’engager sur ce terrain et ont préféré examiner leurs pratiques à la lumière de l’histoire de leur discipline. L’histoire de la théorie s’est donc substituée en France à la théorisation, d’autant qu’il semble que face à un texte médiéval la solution ne puisse osciller qu’entre lachmannisme et bédiérisme, deux positions fondatrices de la philologie française et plus largement européenne.

  • 5 Alfred Foulet et Mary B. Speer, On editing old French Texts, Lawrence, 1979.
  • 6 Yvan G. Lepage, Guide de l’édition de textes en ancien français, Paris, 2001 (Moyen Age : Outils d (...)

11Cette attention à l’histoire de l’édition de texte a pris trois formes majeures. La plus significative est peut-être la place que lui consacrent les manuels d’initiation. Dans la lignée de l’ouvrage d’Alfred Foulet et de Mary B. Speer, On editing old French Texts5, deux récents manuels parus coup sur coup donnent quelques jalons de l’histoire de la discipline, avant d’en venir à des recommandations pratiques6. Par formation et par goût le philologue est naturellement sensible au contexte historique. On comprend donc que les principales théories soient exprimées chronologiquement et situées dans les débats qui les ont suscitées, mais l’on aurait tout aussi bien pu s’attendre à un exposé méthodologique reposant sur d’autres exemples que le Lai de l’ombre de Bédier.

  • 7 Charles Ridoux, Evolution des études médiévales en France de 1860 à 1914, Paris, 2001 (Nouvelle Bi (...)
  • 8 Plusieurs colloques ont ainsi été consacrés à de grandes figures du « médiévalisme français », com (...)
  • 9 Michel Zink (éd.), Le Moyen Âge de Gaston Paris : la poésie à l’épreuve de la philologie, Paris, 2 (...)
  • 10 Revue des langues Romanes, t. 106, 2002/1.
  • 11 Ursula Bähler, Gaston Paris et la philologie romane, Genève, 2004 (Publications romanes et françai (...)

12La multiplication des travaux sur le « médiévalisme » français dans la seconde moitié du XIXe siècle et au début du XXe siècle permet également de remonter aux sources de la discipline. La publication de la volumineuse thèse de Charles Ridoux7 s’inscrit dans un vaste ensemble de travaux, souvent collectifs, encouragés par les commémorations et les centenaires8. Au Collège de France, Michel Zink anime un « Groupe de Recherche sur l’Histoire de la Philologie Romane » qui a célébré la centenaire de la mort de Gaston Paris en 2003 par un colloque9. Cet anniversaire n’est d’ailleurs pas passé inaperçu, puisque la Revue des Langues Romanes a publié à cette occasion un numéro spécial intitulé « Gaston Paris (1839-1903) : philologue, médiéviste, grammairien »10. Mais le maître ouvrage consacré à Gaston Paris est incontestablement dû à Ursula Bähler11. Ce mouvement est à rattacher aux études menées par Antoine Compagnon sur l’histoire de la littérature à la fin du XIXe siècle et à sa réflexion sur la théorie. A lire ces travaux, on s’aperçoit combien, malgré le triomphe passager du structuralisme, les normes et grilles d’analyse élaborées au XIXe siècle sont encore largement à l’œuvre sous un nouvel habillage savant. Il n’est donc pas inutile, afin de comprendre notre propre attitude vis-à-vis des textes, d’étudier comment se sont élaborés les instruments dont nous nous servons pour les analyser.

  • 12 Jacques Monfrin, « Histoire des textes », dans Bernard Pottier (éd.), Les sciences du langage en F (...)

13Enfin, la multiplication des éditions de texte a rendu nécessaire l’établissement de bilans sur les évolutions méthodologiques, sur les textes publiés et sur leurs conditions de publication. La fin du siècle dernier s’est donc prêtée à la confection de quelques états des lieux12.

  • 13 Alfredo Stussi, Fondamenti di critica testuale, Bologne, 1998, p. 21-26 et passim.

14Peut-on conclure de ces travaux sur l’histoire de la philologie qu’il existe une école française ? La question est délicate. Pour exister, une école nécessite à la fois une méthode bien définie, des maîtres enseignant cette méthode et des disciples fidèles à leurs maîtres. Ces trois conditions minimales ont sans doute été remplies dans les années trente et quarante, alors que l’orthodoxie bédiériste était de rigueur dans l’université française. La « méthode » de Bédier s’est, certes, transmise de génération en génération, si bien qu’aujourd’hui la grande majorité des éditeurs français peut être qualifiée de « bédiériste » ou de « néo-bédiériste », mais le refus d’une réflexion sur les dimensions théoriques de telle ou telle option d’édition a conduit beaucoup de jeunes éditeurs français à être bédiéristes sans le savoir. L’absence de débats conjuguée à un consensus méthodologique désormais presque inconscient interdit de conclure d’un point de vue interne à l’existence d’une école française, alors que c’est paradoxalement l’absence de réflexions sur la méthode qui caractérise aux yeux des étrangers notre « école »13.

15Contrairement à ce que je pensais au seuil de cette recherche, les éminents éditeurs étrangers, parfois formés par des institutions françaises, n’ont pas exercé une influence significative sur les pratiques éditoriales de leurs collègues français. Jean Rychner, Albert Henry, mais aussi l’école liégeoise, l’école italienne ou bien encore Anthonij Dees et ses disciples ont pu s’attirer la reconnaissance et même l’admiration de médiévistes français, mais ils n’ont guère suscité d’émules.

16À défaut d’école bien identifiable, je me contenterai d’évoquer quatre personnalités qui ont joué un rôle important dans le domaine de l’édition de textes médiévaux au cours des dernières décennies.

  • 14 G. Roques, « Félix Lecoy », dans Revue de linguistique romane, t. 62, 1998, p. 313-316, à la p. 31 (...)
  • 15 F. Lecoy, « L’édition critique des textes », dans Atti del XIV Congresso internazionale di linguis (...)

17Félix Lecoy (1903-1997) a presque connu tout le XXe siècle. Sa naissance, l’année où meurt Gaston Paris est un symbole. Dans la nécrologie qu’il lui consacre, G. Roques écrit qu’avec sa mort « s’est éteint un courant prestigieux de la philologie romane, celui qu’avait ouvert G. Paris, avec l’aide de P. Meyer »14. Reconnu comme maître par toute une génération de philologues, F. Lecoy proposa plusieurs éditions bédiéristes, mais c’est le pragmatisme qu’il voit en Bédier, plus que la théorie : « Bédier, en dépit d’une première apparence, n’était ni un théoricien ni un dogmatique. C’était avant tout un pragmatiste »15. Son allocution au Congrès de linguistique et de philologie romane de Naples en 1974, où il représente de facto l’« école française », est un moment d’anthologie et une magistrale leçon de méthode. Face à Aurelio Roncaglia et à Cesare Segre, F. Lecoy s’inscrit dans la ligne d’un Bédier trop souvent caricaturé et dont les opinions ont été trop radicalement interprétées.

18Son autorité scientifique, ses fonctions académiques et surtout son engagement à la tête d’organes importants de diffusion et d’édition firent de F. Lecoy une figure majeure de la philologie française. En 1947, il est nommé professeur au Collège de France. C’est lui qui succède à Mario Roques en 1961 à la tête de la Romanía et des Classiques français du Moyen Age, qu’il dirigea presque jusqu’à sa mort. F. Lecoy fut également administrateur pendant plus d’un demi-siècle de la Société des anciens textes français.

  • 16 Voir les nécrologies de Jacques Monfrin par Françoise Vielliard et Emmanuel Poulie dans Bibliothèq (...)
  • 17 J. Monfrin, « Le mode de tradition des actes écrits et les études de dialectologie », dans Georges (...)
  • 18 Joinville, Vie de saint Louis, éd. J. Monfrin, Paris, 1995.
  • 19 Conseils pour l'édition des textes médiévaux, Paris, 3 fascicules, 2001-2002.

19Jacques Monfrin (1924-1998), formé à l’École des chartes, se reconnaissait comme un disciple de F. Lecoy à qui il succéda à la tête de la Romanía en 197616. Il fut secrétaire de la Société des anciens textes français, membre du comité de publication des Textes littéraires français. Titulaire de la chaire de philologie romane à l’École des chartes à partir de 1958, J. Monfrin publia peu d’éditions de textes, mais contribua à la formation de nombreux éditeurs, tant à l’École des chartes qu’à l’École pratique des hautes études. Comme F. Lecoy, J. Monfrin se méfiait des prises de positions théoriques : « Il y a une constante interférence entre les problèmes théoriques et les problèmes pratiques : l’état du matériel dont l’historien peut disposer conditionne ses méthodes »17, mais son édition de la Vie de saint Louis de Joinville le montre bien plus « reconstructionniste » que F. Lecoy18. Cela tient peut-être à sa formation de chartiste et d’historien. À l’École des chartes, la philologie demeure une science auxiliaire de l’histoire, un moyen de mieux comprendre le passé. Or l’histoire procède d’une reconstitution du passé. De plus, comme tout latiniste, J. Monfrin avait été amené à pratiquer la méthode lachmanienne. Le lachmannisme modéré qu’il expose dans l'introduction de son édition de la Vie de saint Louis se retrouve largement dans les Conseils publiés récemment par l’École des chartes19.

  • 20 Désormais « TLF ».
  • 21 Tristan en prose [édition de la version vulgate], 9 vol. publies de 1987 a 1997 ; Tristan en prose(...)
  • 22 Le Roman de Tristan en prose, t. I, éd. P. Ménard, Genève, 1987 (TLF, 353) ; Marco Polo, Le Devise (...)
  • 23 P. Ménard, « L’édition des textes lyriques du Moyen Age, réflexions sur la tradition manuscrite de (...)

20Philippe Ménard (1935-), longtemps professeur à la Sorbonne, siège au Comité de publication des Textes littéraires français20 et a dirigé les Classiques français du Moyen Âge de 1995 à 2003. Il a fondé et dirigé à partir de 1976 l’équipe de recherche « Étude et édition de textes français du Moyen Âge ». Il est responsable de la publication d’importantes entreprises éditoriales, sur lesquelles il a imprimé sa marque et imposé sa méthode d’édition21. Les premiers volumes du Tristan en prose des TLF et du Devisement du monde de Marco Polo exposent clairement la méthode suivie22. P. Ménard a également publié plusieurs articles de méthodologie23.

  • 24 P. Ménard, « Histoire des langues romanes et philologie textuelle », dans Romanische Sprachgeschic (...)

21Ce savant affirme la possibilité d’une voie moyenne entre Bédier et la reconstruction d’un texte. Dès 1971, il a cherché à concilier bédiérisme et lachmannisme. Sur la ligne traditionnelle du pragmatisme français, il préconise des « éditions pragmatiques, éloignées du conservatisme aveugle et aussi des corrections trop audacieuses »24, afin de sortir de l’opposition frontale entre reconstruction et conservatisme.

  • 25 P. Ménard, « Réflexions sur la Nouvelle Philologie », dans Martin-Dietrich Gleßgen et Franz Lebsan (...)
  • 26 Ibidem, p. 33. Également p. 22 : « Les recherches de R. H. Bloch voudraient établir un pont entre (...)

22P. Ménard a été l’un des seuls éditeurs de texte français à intervenir dans les débats consacres a la « nouvelle philologie ». Sa réaction lors du colloque organisé par M.-D. Gleßgen et F. Lebsanft25 fut très virulente. Marquée par un rejet explicite de la théorie, elle adopte un ton fortement idéologique : « Formés [les “nouveaux philologues”] par de singuliers maîtres (Barthes, Derrida, Lacan, Foucault) pouvaient-ils produire d’autres livres ? Je laisse aux experts le soin de répondre »26.

23Contrairement aux personnalités précédentes, Gilles Roques n’a pas publié d’édition de texte, mais s’est fait une spécialité de leur recension. Il commence à publier dès 1975 des comptes rendus dans la Zeitschrift fur romanische Philologie, avant de s’occuper, de 1982 à 2004, de la « chronique bibliographique » de la Revue de linguistique romane. C’est ainsi qu’il a rendu compte de plus de 400 éditions. Lexicographe, lexicologue, spécialiste des régionalismes et de la phraséologie, G. Roques s’intéresse particulièrement à ces aspects, négligeant souvent les introductions littéraires et linguistiques pour se concentrer sur l’édition proprement dite et sur le glossaire. Plusieurs de ses recensions constituent d’excellentes leçons de méthodologie sur la localisation d’un texte d’après sa « scripta » ou d’après son vocabulaire. Ces comptes rendus ont eu une influence certaine sur les éditions des vingt-cinq dernières années, comme en témoignent l'attention bien plus grande portée aux régionalismes dans les introductions linguistiques, mais aussi les listes plus fréquentes de proverbes ou d’expressions sentencieuses, souvent réclamées.

  • 27 B. Cerquiglini, Éloge de la variante, Histoire critique de la philologie, Paris, 1989.

24Les éditeurs français, on l’a déjà dit, ont pris une faible part dans le débat sur la « nouvelle philologie » qui, à partir des années 1980, a remis en cause les pratiques philologiques héritées du XIXe siècle. Pourtant, l’Éloge de la variante27, le petit pamphlet de Bernard Cerquiglini, est bien d’origine française, mais c’est surtout Outre-Atlantique qu’il fut reçu comme un manifeste censé devoir dépoussiérer la philologie de sa routine et établir les bases d’une discipline renouvelée, en d’autres termes créer une « nouvelle philologie ». Beaucoup ont voulu voir dans ces débats particulièrement violents une expression de la post-modernité, alors que l’opposition entre la théorie des « nouveaux philologues » et la pratique des « anciens philologues » remonte à Vico qui, dans son De nostri temporis studiorum ratione, manifeste pédagogique et esquisse d’une science nouvelle fondée sur des vérités anciennes, se réclame du sensus communis. Hostile à la spéculation théorique de la philosophie, Vico oppose le « sens commun » à la science moderne (la critica). Les études philologiques et historiques reposent par évidence sur le sens commun, puisque c’est lui qui commande l’existence morale et historique de l’homme, telle qu’elle prend forme dans ses actions et dans ses œuvres. L’historia est une source de vérité d’une tout autre espèce que la raison théorique. Ce qui fonde son propre droit, c’est que les passions humaines ne peuvent pas être régies par les préceptes généraux de la raison.

  • 28 Speculum, t. 65/1, 1990.
  • 29 Keith Busby (éd.), Towards a synthesis? Essays on the new philology, Amsterdam, 1993 (Faux Titre, (...)
  • 30 Sous-titre de l’ouvrage.
  • 31 L’un des chapitres de l’Éloge de la variante s’intitule « Gaston Paris et les dinosaures ».

25Plusieurs colloques et publications servirent de tribune aux deux camps. À l’ouvrage de B. Cerquiglini et au numéro spécial de Speculum intitulé The New Philology28, répondirent deux volumes collectifs édités par Keith Busby d’une part, M.-D. Gleßgen et F. Lebsanft de l’autre29. Considéré comme linguiste et donc marginal dans la communauté scientifique des philologues français, B. Cerquiglini fut, tout comme son ouvrage, largement ignoré. Les éditeurs français, humbles et probes artisans, décidèrent de ne pas donner d’écho à cette provocation. Beaucoup auraient d’ailleurs été gênés par un débat qui aurait tourné au dialogue de sourds, étant donné le manque d’expérience philologique des uns et la méfiance viscérale à l’égard de la théorie de beaucoup d’autres. Les réponses et les débats eurent donc lieu hors de France, dans des communautés scientifiques qui étayaient davantage leur pratique sur des postulats théoriques. La réponse de P. Ménard exceptée, les philologues français répondirent indirectement à la petite « histoire critique de la philologie » de B. Cerquiglini30 par l’érudition historique. En étudiant Gaston Paris et ses contemporains, ils devaient prouver qu’ils n’étaient pas des « dinosaures »31.

2. Panorama éditorial

  • 32 Voir notamment J. Monfrin, « Histoire des textes... » et G. Roques, « Les éditions de textes... ».

26Héritiers d’une tradition philologique dont ils sont de plus en plus conscients, les éditeurs français publient leurs travaux dans des collections qui véhiculent cette tradition et qui conditionnent la confection et la présentation de leurs éditions. Plusieurs articles récents ont déjà fort bien décrit le panorama éditorial français. On voudra bien s’y reporter32. Je me contenterai ici de quelques informations succinctes et d’observations sur la situation actuelle.

27a. Les textes littéraires. — L’immense majorité des textes édités l’a été et l’est encore en vertu de qualités littéraires supposées. On distingue généralement les collections d’érudition et universitaires des collections de poche, même si l’écart entre ces deux formes de publication tend à se réduire.

28Les collections d’érudition. — L’édition commerciale d’érudition est dominée par deux maisons spécialisées, qui à elles seules publient la quasi-totalité des éditions de textes réalisées par les chercheurs français. En France, les jeunes docteurs qui viennent d’achever une édition de texte sont incités à publier rapidement leur travail. Ils se tournent souvent vers la librairie Droz à Genève ou la librairie Champion à Paris, qui leur assurent une ample diffusion et dont le prestige demeure une garantie recherchée sur un curriculum vitae.

  • 33 R. Berger et A. Brasseur, Les Séquences de sainte Eulalie..., Genève, 2004 (Publications romanes e (...)

29La librairie Droz à Genève publie des textes du Moyen Âge dans la collection Textes littéraires français qui couvre toutes les périodes de la littérature française. Le premier volume de cette collection est paru en 1945 à Paris. Ce n’est qu’à partir des années 1960 que la collection a commencé à accueillir davantage de textes du Moyen Âge, souvent publiés par des éditeurs non français. Le rythme de publication des textes médiévaux s’est accéléré dans les dernières décennies, avec une large place faite au moyen français. Des textes moins littéraires ou nécessitant un apparat critique très lourd ont tendance à prendre place dans une collection au format supérieur, Publications romanes et françaises. Le dernier en date des textes parus dans cette collection est la réédition exemplaire des Séquences de sainte Eulalie33.

  • 34 G. Roques, « Les éditions de textes... », p. 868.
  • 35 Guibert d’Andrenas, éd. Muriel Ott, Paris, 2004 (CFMA, 147).

30La maison Honoré Champion possède plusieurs collections consacrées exclusivement au Moyen Âge. Ce sont les Classiques français du Moyen Âge, fondés en 1910 par Mario Roques, qui accueillent de préférence les éditions. Totalisant aujourd’hui 147 numéros, les CFMA proposent des éditions d’inspiration nettement bédiéristes à destination des étudiants. Comme l’écrit G. Roques, « il est notable que, sur les 49 volumes parus entre 1948 et 1997, vingt-cinq au moins doublent une édition critique, qui reste nécessaire à qui veut essayer de réfléchir sur le texte de l’œuvre éditée »34. Cette tradition se maintient, mais l’on observe une augmentation considérable du volume des introductions depuis que P. Ménard a pris la tête de la collection. Avant 1996, les introductions dépassaient exceptionnellement la trentaine de pages, alors que le récent volume publié par Muriel Ott compte 460 pages au total dont 212 d introduction35 D’autres collections de Champion, plus onéreuses et de plus grand format, accueillent également des éditions de texte en même temps que des monographies. C’est le cas de la Bibliothèque du XVe siècle, de la Bibliothèque du Moyen Âge mais aussi des Études christiniennes.

  • 36 Les Presses de l’Université de Provence ont, par exemple, publié récemment Guerin le Loherain, éd. (...)

31À côté de ces collections dynamiques, la vénérable Société des anciens textes français poursuit lentement son travail de publication. Les éditions qu’elles accueillent sont tantôt reconstructionnistes, tantôt conservatrices, mais dans les deux cas, elles fournissent généralement un apparat très développé. Depuis 1987 seuls quatorze volumes ont été publiés, représentant cinq entreprises éditoriales différentes. Enfin, des presses universitaires proposent ponctuellement dans leurs catalogues quelques éditions de texte, mais leur circuit de diffusion est souvent moindre que ceux de Droz et de Champion. Depuis quelques années, ces éditeurs « non professionnels » s’organisent et offrent des éditions moins onéreuses que leurs concurrents prestigieux36.

32Les collections de poche et de « semi-poche ». — Alors que la collection Bibliothèque Médiévale fondée chez 10/18 par Paul Zumthor en 1978 a été abandonnée et que la plupart de ses titres sont épuisés, de nouvelles collections ont pris le relais. La création de la collection Lettres gothiques au Livre de Poche par Michel Zink, en 1990, s’avère un véritable succès. Plus de quarante volumes, tirés à 10 000 exemplaires, ont à ce jour paru dans cette collection, qui consacre aussi quelques rares numéros au latin et à l’occitan. Les textes, souvent repris d’éditions de référence, sont généralement accompagnés d’une traduction en français moderne. Quelques-uns, comme les Lettres de Louis XI ou Le mesnagier de Paris, sont imprimes dans une graphie modernisée. Cependant plusieurs ont été réédités d’après des manuscrits qui n’avaient pas servi de base à de précédentes éditions, comme, par exemple, le Roman d’Eneas ou le Roman de Troie. L’apparat critique de cette collection est relativement allégé, même s’il a tendance à augmenter dans les derniers volumes parus. La présentation linguistique et le glossaire font souvent les frais de la vulgarisation.

33La maison Champion a également investi tout récemment le domaine du livre de poche ou du « semi-poche ». Emmanuèle Baumgartner et Laurence Harf ont fondé en 2003 une collection intitulée Champion Classique : Moyen Age. Les objectifs de la collection, présentés en quatrième de couverture, sont de « donner une plus large diffusion » aux auteurs et textes célèbres « en proposant des éditions remises à jour, assorties de traductions originales et de tout ce qui peut en faciliter la compréhension ». Il s’agit également de donner au public accès à des textes moins connus, peu accessibles. Ces éditions contiennent, outre une traduction, un glossaire, un index et une introduction linguistique. La direction littéraire se ressent parfois dans la qualité philologique des éditions et dans la pertinence de l’apparat linguistique, l’essentiel étant plutôt de donner à lire un texte que de fournir des éléments utiles au linguiste.

34Des collections plus généralistes de livres au format poche comme Folio chez Gallimard ou GF chez Flammarion comptent également dans leurs catalogues des textes du Moyen Âge, mais l’apparat critique est le plus souvent réduit au minimum et les nouvelles éditions sont rares, non obstant ce qu’annoncent parfois les pages de titre.

  • 37 Chrétien de Troyes, Œuvres complètes, Paris, 1994 (Bibliothèque de la Pléiade, 408) ; Tristan et Y (...)

35Le regain d’intérêt dont bénéficie le Moyen Âge auprès du public cultivé non spécialiste a récemment ouvert la voie à la confection de plusieurs volumes de la Pléiade consacrés à cette période37. Ces volumes, qui remplaceront à terme les trois anthologies publiées jadis par Albert Pauphilet, sont prioritairement destinés à un public cultivé amateur, même s’ils peuvent rendre des services aux chercheurs. La mise en page signale nettement les lecteurs visés : la traduction, qui doit se suffire à elle-même et qui n’est pas conçue comme support de la lecture du texte médiéval, est imprimée en haut de page en gros module, tandis que le texte médiéval est imprimé en bas de page en trop petits caractères pour qu’une lecture cursive confortable soit possible. L’apparat est entièrement rejeté en fin de volume et le choix des variantes est des plus limités. Le plaisir du texte l’emporte ici sur des considérations philologiques, bien que ces volumes offrent de nouvelles transcriptions de textes importants.

36L’aspect commercial de l’édition de texte n’est aucunement négligeable et l’édition scientifique ne peut ignorer ce qui constitue son prolongement. La diffusion de textes médiévaux est un enjeu important de nos disciplines. Les opportunités éditoriales dans des collections présentant un apparat réduit, comme les collections de poche, voire les CFMA, favorisent des entreprises souvent rapides et des éditions conservatrices. Le format même des collections peut encourager telle ou telle méthode. Seules les éditions bédiéristes se prêtent au format poche et à une large diffusion dans des collections économiques, car elles peuvent se contenter d’un léger apparat et évitent de longues justifications philologiques sur les corrections apportées. Le seul fait de permettre ou non deux étages de notes modifie sensiblement l’orientation de la lecture. L’édition commerciale pose également le problème des doublons. Après la publication de multiples versions allégées, reste-t-il toujours de la place sur le marché du livre pour une édition plus critique reprise à nouveaux frais ? La survie des maisons d’édition spécialisées dans l’érudition peut seule le garantir.

37Le panorama éditorial français en matière de textes médiévaux a amorcé une évolution depuis moins d’une dizaine d’années. L’augmentation du travail de première main et de la place de l’apparat dans les collections de poche pourrait conduire à un réajustement de l’ensemble des collections. L’inflation spectaculaire des introductions dans les CFMA en est sans doute le signe.

38b. Les textes historiques et les sources linguistiques. — Les sources historiques forment une partie très minoritaire des éditions de textes médiévaux. Leur traitement est souvent différent de celui des textes littéraires, surtout quand elles ne sont pas narratives, parce que leur diffusion est alors beaucoup plus limitée. La différence de formation reçue par les littéraires et par les historiens laisse également des traces dans les éditions. Contrairement aux textes littéraires, les sources historiques sont presque toujours publiées dans des collections d’érudition et n’accèdent quasiment jamais à des formats de poche. Leur publication n’obéit pas à une concentration éditoriale similaire à celle des textes littéraires. Au contraire, elles apparaissent aux catalogues d’une multitude de collections d’intérêt national ou régional. On se contentera de citer ici quelques collections de référence.

  • 38 Noël de Fribois, Abregé des croniques de France, éd. Kathleen Daly avec la collaboration de Gillet (...)

39Deux collections fondées en 1835 éditent les sources historiques du Moyen Âge à côté de celles de l’époque moderne. La Société de l’histoire de France a surtout édité des sources narratives. Son rythme de publication est désormais très lent, puisque l’Abregé des croniques de France de Noël de Fribois vient de reléguer Le Recueil des plus célèbres astrologues de Simon de Phares, publié entre 1997 et 1999 par J.-P. Boudet, à l’avant-dernière place du catalogue38. La Collection de documents inédits sur l’histoire de France reste également active, mais publie rarement des documents médiévaux en français.

  • 39 Par exemple : Comptes de l’écurie du roi Charles VI, éd. Claude Billaud ss dir. Michel Mollat du J (...)
  • 40 Un cerisier normand du XIIIe siècle : Le Livre des Jurés de l’abbaye Saint-Ouen de Rouen, éd. ss d (...)
  • 41 L’entreprise a été récemment relancée et devrait voir la publication des chartes de plusieurs dépa (...)

40Le Recueil des historiens de la France continue à s’enrichir, notamment avec la publication de documents financiers39. Les classiques de l'histoire de France au Moyen Âge, consacrés à des sources narratives, recueillent surtout des textes latins. L’Institut de Recherches et d’Histoire des Textes publie deux collections où les sources françaises ont leur place : les Sources d’histoire médiévale, fondées en 1965, comptent parmi leurs 33 volumes l’édition du Songe du Vergier et celle des Voyages de Jean de Mandeville. La collection Documents, Études, Répertoires publiés par l’IRHT a également publié ces dernières années des documents diplomatiques intéressants40. C’est dans cette même collection qu’ont paru sous la direction de Jacques Monfrin assisté de Lucie Fossier les trois premiers volumes des Documents linguistiques de la France (chartes en langue française antérieures à 1271 conservées dans les départements). Malheureusement, depuis le troisième volume, consacré à l’Aube, la Seine-et-Marne et à l’Yonne publié en 1988, la série ne s’est pas enrichie pour la France41.

  • 42 Le Roman de la Poire par Tibaut, éd. Christiane Marchello-Nizia, Paris, 1984 (SATF).
  • 43 Ci nous dit, Recueil d’exemples moraux, Gérard Blangez, Paris, 1979 (SATF), p. cxvii.

41Si les différentes collections ont des normes de présentation spécifiques, elles sont ouvertes à des pratiques éditoriales divergentes, même si la ligne extrêmement dominante est celle du bédiérisme. A la Société des anciens textes français, Christiane Marchello-Nizia qui a édité le Roman de la poire par Tibaut en 198442 refuse l’équivalence entre lacune et faute et renonce à établir un stemma qui lui paraît incapable de figurer les rapports complexes qui existent entre les manuscrits. Deux ans plus tard, Gérard Blangez, éditeur du Ci nous dit dans la même collection, établit un stemma « qui est tout de même la manière la plus simple d’indiquer les rapports de temps et de descendance que l’on a cru voir entre les différents manuscrits »43.

3. La situation académique

42Inadaptée à l’institution universitaire française, la philologie est depuis longtemps déjà absorbée par des départements de langue et littérature. Les prétentions scientifiques de ses disciplines ancillaires, comme la paléographie, la codicologie et la diplomatique, plutôt rattachées aux départements d’histoire, ont favorisé son démembrement. L’évolution positiviste de la pratique philologique au cours du XIXe siècle a presque naturellement conduit à la séparation, au sein de l’institution universitaire, entre les disciplines qui s’attachent à la matérialité du texte et celles qui traitent de son interprétation.

43En France, la philologie est soit classique soit médiévale. L’édition des textes contemporains est traitée par la « critique génétique » qui s’est développée en opposition aux pratiques philologiques traditionnelles. La séparation des cursus de lettres classiques et de lettres modernes conduit à l’impossibilité d’établir la philologie comme socle généraliste d’un enseignement, puisque la philologie classique n’est pas enseignée aux mêmes étudiants que la philologie médiévale.

44L’une des caractéristiques de la philologie médiévale française dans le panorama européen est son repli sur soi. La philologie romane n’existe plus en France qu’à l’état résiduel, soutenue par quelques institutions prestigieuses mais marginales comme l’École pratique des hautes études ou l’École des chartes et par quelques enseignements dispersés. La très grande majorité des philologues français travaille sur le seul domaine français. Rares sont ceux qui éditent des textes latins, occitans ou d’autres langues romanes. Cette attitude ne favorise pas la confrontation entre méthodes et pratiques diverses.

45Ce repli s’explique par plusieurs facteurs et, en premier lieu, par la place de la littérature française dans la littérature vernaculaire européenne du Moyen Âge. Le corpus français est considérable et sert souvent de modèle à d’autres littératures. Du coup, les éditeurs français ne ressentent pas le besoin d’aller explorer d’autres domaines linguistiques. Ensuite, l’enseignement supérieur français est très mono-disciplinaire, notamment parce qu’il est orienté vers les concours de recrutement de l’enseignement, dont les épreuves sont scolaires. Il ne pousse pas les étudiants à une pluridisciplinarité nécessaire à la pratique de la philologie romane.

  • 44 Voir par exemple François Rastier, Arts et sciences du texte, Paris, 2001 (Formes sémiotiques) et (...)

46La philologie n’étant pas un socle de formation, ce sont des étudiants non philologues, souvent littéraires, qui se forment peu à peu. En France, la fracture profonde entre linguistique et littérature (qui s’est souvent doublée d’une opposition idéologique et politique) a gravement nui à la philologie. Le retour des linguistes au texte et à la sémantique textuelle par des voies aussi diverses que celles empruntées par François Rastier ou Dominique Mainguenau laisse espérer un rapprochement possible44.

  • 45 Jean-René Valette (éd.), Trente ans de recherches en langues et en littératures médiévales, numéro (...)

47Malgré un nombre assez élevé d’éditions de textes réalisées dans le cadre du doctorat nouveau régime, l’institution universitaire française ne valorise guère la philologie. Il n’est qu’à voir les médiocres éditions mises très souvent au programme des concours. Le plus significatif est peut-être le tout récent numéro jubilaire de Perspectives médiévales, l’organe de la Société de langues et de littératures médiévales d’oc et d’oïl. Ce volume, censé faire le bilan de la recherche en langue et littérature médiévales, ne consacre aucun de ses 24 chapitres à la philologie ou à l’édition de texte, alors que plusieurs auteurs sont eux-mêmes des éditeurs45.

***

48Le nombre des éditions de textes français du Moyen Âge est désormais considérable. À côté de la publication de textes inédits, les rééditions occupent une place toujours croissante. Elles se divisent en réédition d’après un manuscrit déjà utilisé comme base dans une édition précédente et en réédition d’après un nouveau témoin.

  • 46 Baudouin Van den Abeele et Heinz Meyer (éd.), Bartholomäus Anglicus. De proprietatibus rerum. Text (...)

49En ce qui concerne les textes inédits, on observe un intérêt pour les traductions et les textes de vulgarisation scientifique et encyclopédique. Les mises en prose et les remaniements tardifs de romans et de chansons de geste attirent également les éditeurs. Depuis quelques années, des équipes internationales commencent à se mettre en place pour éditer des textes volumineux et souvent très diffusés, comme la traduction par Jean Corbechon du Liber de proprietatibus rerum de Barthélemy l’Anglais ou celle du Speculum historiale de Vincent de Beauvais par Jean de Vignay, mais les plus avancées parviennent à peine au stade de la publication46. Un certain nombre de textes très diffusés n’ont pas encore été édités, faute d’étude satisfaisante sur leur tradition manuscrite, souvent très complexe. Les textes moraux et religieux en français restent également en bonne partie inédits.

50Depuis la fin des années 1980, le support informatique semblait être la solution espérée pour résoudre tous les problèmes méthodologiques de la philologie. Le multi-fenêtrage devait permettre la visualisation simultanée de plusieurs témoins et la comparaison des leçons. Force est de constater que le support papier a conservé toute sa vigueur et que l’édition électronique de textes français n’a guère progressé en France.

  • 47 L’article de Pierre Kunstmann, « Ancien et moyen français sur le Web : textes et bases de données  (...)

51Ce désintérêt relatif s’explique par l’absence d’une entreprise nationale fédératrice, encouragée par les pouvoirs publics, visant à développer l’édition électronique. D’utiles bases comme FRANTEXT résultent de saisies optiques d’éditions existantes et ne sont en aucun cas le fruit d’une élaboration philologique. Le Corpus de littérature médiévale publié par Champion électronique reprend des éditions dont il supprime l’ensemble de l’apparat critique, y compris les leçons rejetées. Les projets d’éditions électroniques de textes français du Moyen Âge les plus concluantes sont celles qui sont menées à Princeton autour de Karl D. Uitti et à Ottawa, autour de Pierre Kunstmann47. En France, malgré les efforts de quelques institutions comme l’École des chartes, qui développe un programme d’édition de sources historiques en ligne, les entreprises d'édition électronique sont souvent isolées et, de ce fait, limitées par leurs forces matérielles et humaines. L’un des freins majeurs à l’expansion de l’édition électronique est l’incertitude pesant sur la reconnaissance qu’accorderaient à ces travaux les commissions chargées de recruter les enseignants-chercheurs de l’enseignement supérieur français. Ensuite ce type d’édition, qui demande un travail accru, ne serait-ce que pour baliser les données, est bien plus utile aux linguistes qu’aux littéraires, alors que ce sont ces derniers qui fournissent les gros bataillons des éditeurs de textes français. Enfin, on s’aperçoit assez rapidement, à consulter des éditions synoptiques en ligne, que la juxtaposition de transcriptions ne suffit pas à constituer une édition. Le rassemblement des matériaux et la possibilité de les confronter à sa guise ne fait que renforcer l’impérieuse nécessité d’un commentaire critique et philologique plus approfondi que dans les éditions papiers généralement publiées d’après un seul manuscrit de base accompagné d’un choix de variantes. La mise au point de lemmatiseurs de l’ancienne langue, mais aussi de logiciels permettant de générer à la fois des éditions papiers et électroniques permettront sans doute de progresser dans les prochaines années.

II. — LES PRATIQUES

52Sous la plume des éditeurs, le « texte » recouvre quatre notions distinctes et se démultiplie en « original », en « archétype », en « manuscrit », auxquels il faut ajouter le texte même de l’édition. L’attitude des éditeurs de textes français à l'égard de ces quatre entités, réelles ou supposées, est révélatrice de leur pratique.

53Faute de s’interroger sur la définition du texte et sur son statut, on verra que la position pragmatique des partisans de la voie moyenne est intenable, parce que le compromis qu’ils préconisent mêle les différents « avatars » du texte. Peut-on à la fois être fidèle au témoin et à l’archétype, et quand ce dernier est fautif, revendiquer en sus une fidélité à l’original ? Est-il plus gênant de créer un patchwork linguistique en se rapprochant sémantiquement de l’original ou bien de se rapprocher tantôt de l’archétype, tantôt du texte original à partir d’un manuscrit parfois éloigné dans la tradition textuelle ? Certains trouveront ces questions oiseuses, mais il faut prendre garde de ne pas substituer aux « monstres » de Gaston Paris des « monstres » d’une autre nature.

54Les introductions des éditions françaises témoignent d’une certaine confusion chez les éditeurs. Si la traditionnelle rubrique consacrée à la « toilette du texte » recouvre bien souvent les corrections apportées au manuscrit de base, ailleurs le texte est implicitement celui de l’auteur. L’emploi du vocabulaire technique de la critique textuelle (archétype, apographe, etc.), souvent absent des éditions françaises, permettrait peut-être d’éviter ces flottements.

1. Les fidélités...

  • 48 F. Lecoy, « L’édition critique des textes... », p. 503.

55a. Fidélité au sens originel, au-delà de l’archétype. — S’opposant aux reconstructionnistes italiens et notamment à D’Arco Silvio Avalle, F. Lecoy, déplaça la discussion au sujet de l’original sur le plan de l’ontologie, en affirmant : « Je veux dire que le moyen âge n’a aucune idée de ce qu’a pu être un original et que c’est là un concept qui lui est totalement étranger, en ce sens qu’aucun lecteur ni aucun scribe n’a jamais eu le moindre scrupule — pour des raisons qui peuvent être multiples et variées — à retoucher ou à contaminer le texte qu’il lisait ou qu’il recopiait »48. Mieux valait se préoccuper de donner à lire un texte, celui d’un manuscrit, revêtu d’une authenticité, que de chercher à reconstituer une réalité anachronique. Certains éditeurs français s’en tiennent à cette solution.

  • 49 P. Ménard, « Réflexions sur la Nouvelle Philologie... », p. 27.

56Beaucoup d’autres cherchent plus ou moins consciemment à concilier la fidélité à l’auteur (autrement dit à l’original) et la fidélité au témoin de base. P. Ménard, qui prône le « respect de l’auteur », considère ainsi que l’une des tares de la « nouvelle philologie » est que « la croyance en l’instabilité de la littérature médiévale, à l’impossibilité d’atteindre le texte originel paraît dangereuse »49. Or, sur ce point, les « nouveaux philologues » s’accordent avec Bédier et avec F. Lecoy.

  • 50 Alain Bouchart, Grandes croniques de Bretaigne, éd. Marie-Louis Auger, Paris, 1986 (Sources d’hist (...)

57Outre les littéraires, qui restent fascinés par les concepts d’auteur, de création littéraire, d’inspiration, tous largement anachroniques appliqués à la période médiévale, les historiens se soucient également de l’intentio auctoris, lorsqu’ils éditent des sources. Le fait qu’ils soient souvent latinistes les rend d’ailleurs plus sensibles à la méthode lachmanienne. Du point de vue de l’historien, l’accès à la teneur originelle du message l’emporte sur d’autres considérations. Peu importe que pour y accéder il faille combiner plusieurs manuscrits incomplets ou des témoins dont la langue est plus moderne que celle de l’auteur. Les éditeurs des Grandes croniques de Bretaigne d’Alain Bouchart affirment clairement leur volonté de reconstituer l’« exemplaire idéal, c’est-à-dire [...] un exemplaire correspondant à celui qui, dans la pensée de l’auteur, devait sortir des presses de l’imprimeur. Cet exemplaire n’existe pas et n’est qu’une pure abstraction [...] »50.

  • 51 Le Romuleon en françois. Traduction de Sébastien Mamerot, éd. F. Duval, Genève, 2000 (TLF, 525).

58Des considérations plus techniques peuvent également pousser l’éditeur à remonter jusqu’à l’original, notamment lorsque l’archétype est fautif. J’ai été confronté à ce cas dans l’édition de la traduction du Romuleon de Sébastien Mamerot51. Les fautes communes des trois manuscrits utilisés pour l’établissement du texte laissaient supposer que l’archétype était un apographe fautif. En recourant au texte latin-source, il était possible de corriger une partie des erreurs de l’archétype.

59F. Lecoy, dans son allocution de 1974, renonçait à prendre en compte l’original pour l’établissement du texte, une fois le manuscrit de base choisi d’après sa place dans la tradition textuelle. Mais il ne s’agissait pas pour lui d’évacuer la question de la fidélité à l’original. Son désir d’authenticité et de ne pas confondre les différents « avatars » textuels le poussait à traiter cette question dans l’apparat. Il proposait même trois possibilités, de l’établissement de la varia lectio jusqu’à un commentaire évaluant les chances que les leçons imprimées puissent être fidèles à l’original, en passant par l’étude de quelques passages significatifs ou problématiques. La plupart des éditeurs français se contentent malheureusement de la première solution.

60b. Fidélité à l'archétype. — La fidélité à l’archétype se manifeste au cours de deux étapes de l’activité éditoriale : lors de l’orientation du stemma, souvent déterminante pour le choix d’un manuscrit de base, et lors de l’établissement du texte proprement dit.

61La notion d’archétype est traditionnellement liée au stemma codicum, qui n’est qu’une façon de le représenter. De moins en moins d’éditions françaises de textes français considèrent le stemma comme apte à rendre la complexité des relations qu’entretiennent les manuscrits entre eux. Il est vrai qu’il permet difficilement de représenter des relations incertaines entre manuscrits. Du coup, de nombreuses éditions se passent de stemma dans leur discussion de la tradition textuelle, qui se résume souvent à la question du manuscrit de base.

62La méfiance à l’égard du stemma et de l’archétype qui est censé le couronner remonte évidemment aux vives critiques de Bédier à l’égard des stemmas bifides et à la façon dans les lachmanniens utilisent le stemma de façon mécanique pour établir le texte. Il ne faudrait pas oublier que ces débats ont porté sur des textes d’ancien français et que la tradition textuelle des textes de la fin du Moyen Âge est souvent différente, car le nombre de manuscrits conservés et proches de l’archétype est proportionnellement supérieur. En outre, ces manuscrits obéissent à une norme graphique beaucoup plus unifiée. Pour les textes du Moyen Âge tardif, une partie des obstacles qui s’opposent à la reconstruction de l’archétype est de facto levée.

63En tout état de cause, il semble nécessaire, au-delà des a priori d’école, d’examiner si la tradition manuscrite peut être décrite de manière crédible et précise. Ensuite, même si l’on choisit la ligne bédiériste, il est souhaitable de considérer comment la tradition textuelle ainsi établie peut alimenter une discussion sur l’éloignement ou non du témoin par rapport à l’archétype.

  • 52 Giuseppe Di Stefano, « L’edizione delle traduzioni, L’esempio del Decameron tradotto da Laurent de (...)

64S’il est vrai que bon nombre de stemmas sont bifides, au moment où l’on édite beaucoup de traductions, il faut songer à utiliser le texte-source comme troisième branche du stemma. Giuseppe Di Stefano, mais aussi Gilles Roussineau ont insisté sur cette possibilité, qui reste sous-exploitée dans les éditions de traductions52.

  • 53 Fierabras, éd. Marc Le Person, Paris, 2003 (CFMA, 142), p. 72-73.
  • 54 G. Roussineau, « Réflexions sur les éditions de textes en Moyen Français... », p. 11.

65Plus qu’à reconstituer un archétype, le stemma ou l’étude de la tradition servent surtout, dans une perspective bédiériste, à assurer le choix du manuscrit de base. Or il est frappant que le manuscrit de base n’est pas toujours choisi, loin s’en faut, d’après ses relations avec l’archétype. Ce critère n’apparaît même pas parmi ceux évoqués par nombre d’éditeurs, qui retiennent plutôt la « complétude, puis l’ancienneté, la meilleure intégralité du texte, l’absence ou la moindre proportion de remaniements »53. G. Roussineau prend toutefois ce critère en compte sous la forme de l’« absence relative de fautes individuelles », à côté de la « reproduction intégrale de l’œuvre » et des « qualités de cohérence et d’écriture »54.

  • 55 Marco Polo, Le Devisement du monde, t. I, p. 72.
  • 56 Ibidem.

66Le critère de l’écart chronologique entre la rédaction et le manuscrit de base a pris une importance croissante dans le choix du manuscrit de base depuis ces dernières décennies : « Il serait paradoxal de publier un ouvrage écrit à la fin du XIIIe siècle dans un manuscrit à la langue trop rajeunie »55. P. Ménard décide pour son édition du Devisement du monde de publier B1 pour « son ancienneté et donc l’absence d’un grand nombre d’intermédiaires entre sa source et lui »56. La fidélité à la langue de l’auteur, du reste généralement inconnue, s’oppose à la fidélité au sens du texte. L’arbitrage est actuellement en faveur de la première, faisant parfois bon marché de la maxime canonique, Recentiores non deteriores..., plus facile à appliquer en latin et de manière générale sur un corpus linguistique qui connaît une faible variation diachronique.

  • 57 Les faicts et les conquestes d’Alexandre le Grand de Jehan Wauquelin, éd. Sandrine Hériché, Genève (...)
  • 58 Jean de Mandeville, Le livre des merveilles du monde, éd. Christiane Deluz, Paris, 2000 (Sources d (...)

67Enfin, d’autres critères entrent parfois en jeu dans le choix, comme la personnalité éminente du destinataire du manuscrit, la qualité des enluminures57 ou encore la richesse des annotations marginales58.

68c. Fidélité au témoin. — Une fois le manuscrit de base choisi, reste à savoir comment le traiter et le donner à lire à des lecteurs contemporains. Faute de tradition théorique, les éditeurs français reprennent des procédés éprouvés, hérités de leurs maîtres.

  • 59 Guibert d’Andrenas, éd. Muriel Ott, Paris, 2004 (CFMA, 147), p. 40.
  • 60 George Chastellain, Chronique : les fragments du Livre IV révélés par l’Add. ms. 54156 de la Briti (...)
  • 61 Pierre Sala, Le chevalier au lion, éd. Pierre Servet, Paris, 1996 (Bibliothèque du XVe siècle, 56) (...)
  • 62 C. Martineau, Les lunettes des princes de Jean Meschinot, Genève, 1972 (Publications romanes et fr (...)

69La plupart des éditions comportent une protestation de reproduction fidèle. Les formules ne varient guère : « Notre édition vise à reproduire aussi fidèlement qu’il est possible le manuscrit Royal 20 D XI de la British Library »59 ; « Dans ce manuscrit trop souvent incertain nous avons respecté le texte dans toute la mesure du possible »60 ; « Chaque fois que c’était possible, nous avons suivi la leçon du manuscrit »61 ; « Le manuscrit a été reproduit avec le minimum de retouches »62. On pourrait allonger considérablement cette liste de citations.

70Cette formule anodine, constamment répétée, pose un problème, car aujourd’hui, bien des moyens rendent possible une reproduction bien plus fidèle que celle à laquelle se livrent les éditeurs de textes, à commencer par la reproduction photographique ou l’édition diplomatique, que très peu d’éditeurs français pratiquent, même avec la circonspection d’un Jean Rychner ou d’un Willem Noomen.

  • 63 Guibert d’Andrenas, éd. Muriel Ott, Paris, 2004 (CFMA, 147), p. 31.

71Rares sont les éditeurs qui rappellent franchement qu’ils ne suivront pas la leçon proche de l’original ou de l’archétype et qui notent que la fidélité au témoin passe par un éloignement du manuscrit original. Muriel Ott63 annonce dans l’introduction à son édition de Guibert d’Andrenas qu’elle ne cherche pas à présenter un texte proche de l’original supposé, mais se veut fidèle, autant que possible, au manuscrit choisi.

  • 64 F. Lecoy, « L’édition critique des textes... », p. 504-505.
  • 65 G. Roussineau, « Réflexions sur les éditions de textes en Moyen Français », p. 12.

72C’est essentiellement le critère d’authenticité, avancé par F. Lecoy en 197464, qui conduit les éditeurs à rester fidèles à leur témoin de base. Dans son édition de Perceforest, G. Roussineau ne corrige par son manuscrit de base, alors que l’accord des manuscrits BC lui donne la « bonne » leçon, celle de l’original. G. Roussineau refuse la « correction mécanique [qui] aboutirait à recomposer un texte émaillé de morceaux empruntés à BC et qui n’aurait jamais existé »65.

  • 66 F. Lecoy, « L’édition critique des textes... », p. 508.
  • 67 P. Ménard, « Réflexions sur la Nouvelle Philologie », p. 27.
  • 68 Marco Polo, Le Devisement du monde, t. I, p. 74.

73Contestant la « nécessité absolue [...] de respecter jusqu’au scrupule les témoins que nous avons conservés, seul bien tangible, concret, authentique, qui nous soit resté », affirmée haut et fort par F. Lecoy66, P. Ménard a préconisé une voie moyenne, qui entérine une pratique commune en France mais qui n’avait pas jusqu’alors été formalisée : « Suivre naïvement un copiste, c’est toujours trahir l’auteur. Il y a place pour une voie moyenne où l’on conserverait les leçons isolées des manuscrits lorsqu’elles ne sont ni des innovations fâcheuses ni des erreurs manifestes, où l’on corrigerait les passages gravement fautifs. En essayant de corriger avec prudence et modération on peut nourrir l’espoir d’améliorer les textes conservés »67. L’inconvénient majeur de cette méthode est la confusion qu’elle instaure entre respect du témoin et respect de l’auteur. Que penser d’une pétition de principe du type : « D’une manière générale nous imprimons non seulement ce que nous croyons lire, mais aussi ce que nous pensons devoir interpréter »68 ?

74La fidélité au témoin dépend de deux opérations éditoriales chronologiquement distinctes, la transcription et la correction. La rubrique « toilette du texte » présente généralement les règles qui y ont présidé. Hérité d’une longue tradition et employé sans a priori, le substantif « toilette » suggère malheureusement des opérations bénignes et de peu d’importance, alors qu’elles sont cruciales pour la qualité de l’édition.

  • 69 P. Meyer, « Instructions pour la publication des anciens textes », dans Bulletin de la Société des (...)
  • 70 « Réunion des romanistes à Paris, 18-19 décembre 1925 », dans Romania, t. 52, 1926, p. 243-249.

75Règles de transcription. — Les règles de transcription reçues par tous sont les « Instructions pour la publication des anciens textes » données en 1909 par Paul Meyer69 et complétées par Mario Roques en 192570. Aujourd’hui encore, les éditeurs se réfèrent à ces recommandations qui ne tarderont pas à être centenaires. Les entorses sont bien minces et concernent la transcription des chiffres romains qui ne sont pas transcrits en toutes lettres mais conservés tels quels et parfois un usage moins étendu du tréma. Ces règles ont été à nouveau complétées et revues dans deux des trois fascicules de Conseils pour l’édition des textes médiévaux publiés par l’École des chartes, qui ont toutes chances de servir de nouvelle référence.

  • 71 René d’Anjou, Le livre du cœur d’amour épris, éd. Florence Bouchet, Paris, 2003 (Lettres gothiques(...)

76Tout en préservant la lisibilité de leur édition, les éditeurs ont tendance à inscrire la mise en page de leur manuscrit de base dans la transcription. Outre le repérage des colonnes et l’impression des rubriques dans une police différente, les initiales sont fréquemment signalées, de même que les « paragraphes ». Il n’est plus rare que la place des illustrations et leur sujet soient indiqués71. Cette évolution est sans doute redevable aux nombreux travaux sur la lecture médiévale et sur la mise en page ou la mise en texte des manuscrits médiévaux. Elle reflète également l’intérêt des chercheurs littéraires pour les rapports entre texte et image.

77 Le traitement des graphèmes et allographes. Les allographes de l’écriture médiévale qui ont disparu à l’époque moderne sont transposés dans le code graphique moderne : s long et s rond ne sont pas distingués ; i plongeant ou non est transcrit tantôt i, tantôt j ; u/v initial n’est pas distingué de u/v intérieur et transcrit u ou v selon les cas, etc. Par ailleurs, les éditions, sauf exception, ne tiennent pas compte de l’usage des majuscules et minuscules du manuscrit, mais adoptent l’usage moderne. Ces modernisations sont inévitables et indispensables à la lisibilité du texte imprimé, mais l’on pourrait, dans l’idéal, souhaiter que ce qui se trouve effacé par la modernisation de l’écriture face l’objet d’un bref compte rendu.

  • 72 P. Ménard, « Problèmes de paléographie et de philologie dans l’édition des textes français du Moye (...)

78Quelques difficultés récurrentes liées au soin apporté à la copie sont régulièrement commentées dans les introductions, en particulier les hésitations entre c et t et entre u et n72. Bien qu’aucune solution ne se soit imposée, l’habitude de trancher en faveur de l’usage moderne l’emporte. Parfois, l’étymologie est invoquée, mais le résultat est le même.

  • 73 Le moniage Guillaume, Chanson de geste du XIIe siècle, version longue, éd. Nelly Andrieux-Reix, Pa (...)

79 Le traitement des abréviations. Le traitement des abréviations est également un passage obligé des introductions. Une typologie ou une liste des abréviations rencontrées est souvent donnée. À l’exception des textes transcrits d’après des témoins anciens (XIIe siècle), il est rare que les lettres restituées soient signalées par de l’italique ou par un autre procédé. Généralement, les formes abrégées sont développées d’après la graphie la plus fréquente des formes complètes. Nelly Andrieux-Reix a récemment utilisé un système simple et efficace73 : elle a souligné tout ce qui relevait d’une interprétation qui ne s’imposait pas par rapport à une autre possible. Ce procédé peut s’appliquer à la transcription des graphèmes d’interprétation douteuse, comme à la résolution des abréviations.

  • 74 P. Ménard, « Histoire des langues romanes et philologie textuelle... », p. 67.

80P. Ménard a souligné le problème de la transcription systématique de la barre suscrite d’abréviation par », critiquant un éditeur qui avait imprimé « tont au lieu de tout, nasalisation illusoire »74. Ne faut-il pas raisonner en termes graphiques et non phonétiques et penser, au vu des très nombreux échanges u/n dans les manuscrits, que u peut parfois avoir la valeur de n ?

81 La césure des mots (agglutinations). Les éditions ne rendent pas compte des agglutinations ou désagglutinations, sauf exception. A défaut d’une étude du phénomène dans la partie linguistique, on pourrait souhaiter la transcription de quelques feuillets respectant les coupes de mots. Depuis vingt ans, la séquenciation des mots est devenu un objet de recherche important pour les spécialistes de syntaxe, car elle permet d’analyser la langue du point de vue de scripteurs natifs.

  • 75 Les plus anciennes chartes provençales, Supplément, éd. Clovis Brunei, Paris, 1952.

82Son intérêt est depuis longtemps reconnu, comme l’attestent les normes des documents linguistiques de la France, empruntées sur ce point au supplément des Plus anciennes chartes provençales de Clovis Brunei75. Nelly Andrieux-Rey, particulièrement attentive par ses recherches à la « syntaxe graphique », a innové en appliquant ce système à un texte littéraire : dans son édition, le tiret simple indique la séquenciation (écriture en un seul mot graphique) pratiquée dans le manuscrit de deux éléments susceptibles d’être individués : par-tot ; le tiret double indique un blanc entre deux éléments susceptibles d’être en séquence. Ce procédé permet de remédier à l’arbitraire de certaines coupes, comme lasus ou lassus souvent imprimé en un mot alors que les éditions présentent plutôt la fors.

83 Ponctuation et majuscules. Malgré la multiplication de travaux sur la question, la ponctuation n’est guère prise en compte ou étudiée par les éditeurs de texte, qui se contentent généralement de constater que les habitudes du copiste ne sont pas conséquentes. Quand ils affirment que la ponctuation médiévale leur sert de guide, on ne sait jamais jusqu’à quel point ils la suivent. Les coupes de phrases discutables sont rarement appuyées par une analyse de la ponctuation dans les différents témoins utilisés.

  • 76 C. Martineau, Les lunettes des princes de Jean Meschinot, Genève, 1972 (PRF, 121).

84L’usage de la majuscule dans le manuscrit de base n’est quasiment jamais signalé. C. Martineau-Genieys est l’un des rares éditeurs à indiquer dans l’apparat critique si le mot portait ou non une majuscule76. Cette initiative n’a pas eut de suites.

  • 77 Autre exemple : « ... le parti pris de cette édition a été de respecter le manuscrit aussi longtem (...)
  • 78 D’où l’ambiguïté de formules de ce type : « De manière à ce que l’édition puisse être utile aux li (...)

85Les corrections. — Plus que la notion de « faute », les éditeurs français mettent en avant 1’« intelligibilité » de la leçon comme critère exclusif de correction. Les phrases du type : « l’essentiel était pour nous de présenter un texte toujours compréhensible » reviennent comme un leitmotiv d’une édition à l’autre77. Ce postulat, éminemment flou, conduit à des décisions éditoriales très diverses. Il faut cependant admettre que la notion de « faute », lorsqu’elle ne s’appuie pas sur un stemma incontestable, s’avère tout aussi peu « scientifique ». Comme l’avait souligné Bédier, quelle que soit l’optique, la décision de la correction repose bien souvent in fine sur le « goût » de l’éditeur. La différence entre la faute et l’intelligibilité réside surtout dans leur orientation : la « faute » est orientée vers l’archétype et à travers lui vers l’original ; l’intelligibilité l’est vers un lecteur médiéval supposé, qui aurait pu être le destinataire du manuscrit, mais parfois également vers le lecteur contemporain78. Cette double orientation, perceptible dans beaucoup d’éditions « littéraires » destinées à un large public d’étudiants, est problématique.

86Au nom de la compréhension par le lecteur moderne, les formes de possessif en ces sont corrigées en ses et vice versa, les infinitifs en sont refaits en -er, la syntaxe d’accord en cas, genre ou nombre, bien plus lâche qu’en français moderne, est harmonisée.

  • 79 G. Roussingeau, « Réflexions sur les éditions de textes en Moyen Français... », p. 14.

87La question de l’intelligibilité est parfois conçue de manière plus large et plus rigoureuse à la fois. G. Roussineau l’oriente franchement vers le lecteur contemporain sans en faire un principe de correction. L’ensemble de l’édition doit permettre que le texte médiéval imprimé soit compréhensible. Qu’il ne le soit pas en soi importe peu, du moment que l’éditeur rend « le texte intelligible par des commentaires appropriés chaque fois que le manuscrit qu’il édite soulève des difficultés d’interprétation »79. Le rapport mécanique entre correction et texte incompréhensible est ainsi rompu.

  • 80 « Seules les erreurs évidentes ont été corrigées » (Le Roman de Tristan en prose, t. IV, Version d (...)
  • 81 F. Lecoy, « L’édition critique des textes... », p. 507.
  • 82 Cf. Le Roman de Tristan en prose, t. II, Version du manuscrit fr. 757 de la BNF, éd. Marie-Noëlle (...)

88Les éditeurs français ne corrigent donc pas toutes les fautes, mais seulement les erreurs évidentes, celles qui nuisent par conséquent à l’intelligibilité. La notion d’erreur évidente80 s’oppose à la pratique lachmanienne qui décèle les erreurs grâce à l’examen de la tradition manuscrite et aux écarts supposés par rapport à l’archétype ou à l’original. F. Lecoy, en 1974, avait beaucoup insisté sur ce point : « Autrement dit, les seules fautes à corriger sont les fautes qui apparaissent d’elles-mêmes à une lecture attentive »81. Les erreurs vraisemblables ou probables sont donc conservées82.

  • 83 Certains éditeurs présentent une typologie des erreurs rencontrées, agrémentée d’exemples.

89La notion d’erreur ou de fautes « évidentes » soulève cependant plusieurs problèmes83. Le premier est celui de la relativité de la faute et de l’historicité de cette notion. Les éditeurs de textes, français en particulier, ont une perception extrêmement normative de la langue, qui ne correspond pas à la conscience linguistique vernaculaire de locuteurs médiévaux. Les accords qui échappent au « système » du copiste sont souvent très fréquents et les manuscrits sont largement truffés de ce qui nous semble des fautes, si bien que l’on conclut vraisemblablement un peu vite que certains manuscrits n’étaient pas copiés pour être lus. Pourtant, comment prouver que le peu de cas fait à la syntaxe d’accord était ressenti comme une faute ? La grammaticalité a considérablement évolué du XVe au XXIe siècle. Il serait intéressant de consacrer quelques études à ce problème en étudiant systématiquement ce que l’on tend trop facilement à rejeter comme « aberrations » ou incohérences morpho-syntaxiques. Gageons que selon le point de vue adopté, médiéval ou moderne, les fautes repérées ne seront pas les mêmes.

90En quoi serait-ce choquant de trouver dans une grammaire la forme se dans un tableau des démonstratifs ou la désinence comme alternative à -er à l’infinitif des verbes du premier groupe ? Aujourd’hui l’éditeur doit nécessairement prendre en compte le futur traitement informatique de son texte et la difficulté de rétablir dans le corps du texte les leçons qu’il aura rejetées. Vu la normalisation opérée par bon nombre d’éditeurs, les futurs corpus risquent de fournir une image largement déformée de la morphologie et de la syntaxe du français médiéval.

91L’uniformisation de la langue dans les éditions françaises sert à rendre le texte compréhensible à un public français habitué à une langue extrêmement normée à l’écrit. Elle découle également d’habitudes éditoriales plus générales : en France, les textes littéraires postérieurs au XVIe siècle sont imprimés dans une orthographe modernisée, même dans les collections savantes publiées par Champion. Pour le XVIe siècle le panorama est plus contrasté, mais les éditions de poche donnent rarement un texte dans sa graphie d’origine. Du coup, devant des textes médiévaux, les lecteurs sont contraints à un saut interprétatif que l’unification ou l’harmonisation de leur aspect graphique peuvent tempérer.

  • 84 Voir en particulier Guillaume de Berneville, La vie de saint Gilles, éd. Françoise Laurent, Paris, (...)

92C’est dans les éditions « littéraires » que cette tendance est la plus appuyée84. Le danger est de contribuer dans un mouvement circulaire à reproduire artificiellement la langue des grammaires scolaires de l’ancien français, en faisant travailler les étudiants sur un ancien français de concours ou d’examen.

  • 85 La Vie de saint Gilles, p. LVI. À l’inverse, dans la même édition, « la non notation du e final, f (...)

93Dans le cas de la normalisation, la notion de « correction » ne correspond pas étroitement à celle de « faute ». Une correction implique, en effet, l’existence d’une faute et le rétablissement de ce qui aurait dû être. Conformément aux acceptions de corrigere en latin — « redresser », « amender », « améliorer » — la correction doit remédier à des « défauts » du texte. Lorsqu’un éditeur supprime le e qui « se rencontre à la finale d’un certain nombre de mots qui ont été corrigés »85, mieux vaudrait parler de « modernisation », ce qui éviterait d’appliquer au texte, à cause de son absence de norme rigide, un jugement négatif particulièrement anachronique.

  • 86 P. Ménard, « Histoire des langues romanes et philologie textuelle... », p. 67.

94La distinction nette de ce qui relève des corrections proprement dites et de la modernisation vulgarisante est un enjeu capital pour la description de l’ancienne langue. On ne peut qu’approuver P. Ménard, lorsqu’il affirme que la « méthode de l’édition a des incidences sur la description des langues romanes en phonétique, en morphologie, syntaxe et lexicologie »86 et que « toute restauration déforme la complexité du réel ». La connaissance linguistique de l’ancienne langue est à la fois un pré-requis et un objectif de l’édition de texte, or la grammaire de l’ancien et du moyen français s’est complexifiée, car nombre d’énoncés qui étaient jugés grammaticalement inacceptables sont aujourd’hui tout à fait recevables. Du coup, les compétences en linguistique des éditeurs doivent être accrues.

95À la suite des erreurs manifestes, les éditeurs disent corriger les irrégularités métriques et les lacunes. Les vers faux font manifestement partie des erreurs évidentes, surtout pour des textes composés au Moyen Age, époque d’hypersensibilité au mètre. Cependant, ils n’entravent que rarement la compréhension du texte. Leur réfection semble donc s’opposer au premier critère de correction généralement avancé. Quant aux lacunes, elles ne sont pas toujours des erreurs évidentes ou des obstacles à la compréhension du texte. Leur repérage passe souvent par la collation avec un autre manuscrit. Lorsque les lacunes sont systématiquement corrigées, la fidélité au témoin se transforme en une fidélité à l’archétype.

  • 87 Joinville, Vie de saint Louis, éd. J. Monfrin, Paris, 1995, p. cxvii : « Les mots empruntés aux au (...)

96La présentation des corrections oscille entre deux tendances. La première, cultivée surtout par les éditeurs littéraires, privilégie l’aspect esthétique et le plaisir du texte. Les modifications apportées au manuscrit de base ne sont pas indiquées dans le corps du texte, mais uniquement dans l’apparat en bas de page, voire en fin de volume. Dans les collections savantes, les interventions de l’éditeur sont de plus en plus indiquées par des artifices graphiques (impression en italiques) ou divers signes typographiques (crochets, parenthèses). Ces procédés évitent la multiplication des appels de notes et mettent en avant le travail critique opéré sur le texte. Les mots empruntés à des manuscrits d’origine géographique ou chronologique différentes ne voient plus guère leur graphie assimilée à celle du manuscrit de base, mais figurent désormais tels quels dans le texte87.

97Les variantes. — Le traitement des variantes dans les éditions françaises est des plus divers. Leur rejet en fin de volume, loin des bas de page, a tendance à en faire un apparat « rhétorique », simple gage donné au caractère scientifique de la publication. Dans des collections comme les CFMA, cet apparat n’est guère consultable à moins d’un effort considérable de manipulation et de concentration. Une démonstration philologique doit s’appuyer sur un double étage de notes en bas de page.

  • 88 Cy nous dit, éd. Gérard Blangez, Paris, 1986, (Société des anciens textes français), p. cxxiii : « (...)
  • 89 Voir G. Roussineau, « Réflexions sur les éditions de textes en Moyen Français... », p. 18.
  • 90 Gerald A. Bertin, Le moniage Rainouart II et III, Paris, 1998, p. cxx.

98Les théories sur la « mouvance » ou la « variance » du texte médiéval n’ont pas modifié, du moins dans les éditions imprimées sur papier, l’établissement et la présentation de la varia lectio. Généralement, les variantes graphiques et stylistiques sont écartées, car un apparat complet serait trop onéreux88 et source de confusion89. De plus, on reconnaît généralement que toutes les variantes ne sont pas « exploitables ». Le problème est que les linguistes et les littéraires ne s’intéressent pas forcément aux mêmes variantes. Une solution intermédiaire consiste à présenter les variantes dites « significatives » en bas de page et à donner les autres en fin de volume ; ou bien, comme l’a fait Gerald A. Bertin dans son édition du Moniage Rainouart II et III, à proposer un choix et un classement de variantes omises90.

2. Comment se présentent les éditions ?

99À la lecture des tables des matières, les éditions de textes français semblent se caractériser par une homogénéité certaine. Leurs introductions et leurs annexes présentent des rubriques identiques, qui se suivent dans un ordre quasiment intangible. Cette façade, héritée de la tradition universitaire et éditoriale, cache pourtant une hétérogénéité profonde, tant quantitative que qualitative. Voyons comment s’ordonnent généralement les informations para-textuelles.

100a. L’introduction. — D’ordinaire, le texte proprement dit est précédé d’une introduction divisée en plusieurs chapitres ou rubriques. On assiste depuis une dizaine d’année à une inflation de la partie littéraire des introductions, auparavant souvent réduites à quelques pages. L’introduction sert moins exclusivement à justifier les choix éditoriaux, mais fait couramment office de commentaire littéraire approfondi.

101 Auteur et date. Des rubriques initiales situent généralement le contexte de création dans lequel s’inscrit le texte. En cas d’attribution discutée, l’éditeur fait le point sur la question de l’auteur ; et si le texte est anonyme, il essaie de situer intellectuellement, idéologiquement, géographiquement et chronologiquement l’auteur, tentant in absentia d’en dresser une sorte de portrait-robot. La date du texte est également souvent discutée. Les débats érudits sur l’auteur et la date du texte doivent demeurer des points essentiels de l’introduction, car ils conditionnent l’exploitation ultérieure du texte, qu’elle soit littéraire ou linguistique.

102 Intérêt littéraire. Nombreuses sont les éditions à consacrer une rubrique de leur introduction à 1’« intérêt littéraire » ou à la « valeur littéraire » de leur texte. Contrairement à ce qu’indique leur titre désuet, ces rubriques ne constituent pas une justification de l’édition entreprise, mais renferment une analyse littéraire, qui fait souvent le bilan critique de la bibliographie et indique des pistes de lecture et de recherche.

103 Témoins. La présentation des témoins est extrêmement disparate, allant d’une liste de cotes à peine commentée à l’établissement de notices codicologiques détaillées. En général, la description est plutôt sommaire. On pourrait souhaiter que la datation des manuscrits soit systématiquement réexaminée, car les catalogues du XIXe siècle, qui ont rarement été remplacés, ont souvent commis bien des approximations, que les progrès de la codicologie permettent de corriger. D’autre part, en cas de corpus mixte, manuscrit et imprimé, on constate très souvent un traitement plus rapide, voire négligé, des éditions imprimées, alors qu’elles peuvent reposer sur un manuscrit perdu proche de l’original.

  • 91 J. Rychner, « Remarques sur les introductions phonétiques aux éditions de textes en ancien françai (...)

104 Introduction linguistique. L’étude de la langue n’est pas seulement la garantie formelle du caractère scientifique de l’édition ou un exercice d’école nécessaire à l’obtention d’un doctorat. Elle a quatre fonctions complémentaires : elle doit contribuer à l’identification de l’œuvre, ou du moins de la copie étudiée, en en précisant la localisation et la datation ; elle doit favoriser l’établissement du texte par une interrogation constante sur sa langue (elle engage un mouvement de va-et-vient qui interroge chaque forme « difficile » ou « obscure » et permet, par un classement raisonné, de conclure à une faute de copie ou à un fait de système) ; elle doit ensuite favoriser la compréhension du texte en éclairant des graphies, des formes, des constructions qui pourraient sembler difficiles au lecteur ; enfin elle doit par un juste retour des choses nourrir la connaissance générale de la langue en signalant des faits linguistiques jugés « intéressants ». Comme le soulignait Jean Rychner, l’étude de la langue n’a donc pas de « raison d’être linguistique au premier chef »91.

105Ces fonctions complémentaires conduisent, quand on les considère séparément, à des relevés différents. Si l’on s’attache à la localisation et à la datation, on relèvera surtout des « traits dialectaux », y compris lexicaux. Si l’on relève maintenant les difficultés du texte édité, l’analyse du manuscrit de base suffit. Selon les connaissances linguistiques que l’éditeur suppose à ses lecteurs, il est amené à relever ou non des phénomènes graphiques extrêmement courants sans intérêt pour le linguiste. Quant aux faits qui pourraient intéresser les linguistes, il semble nécessaire de retenir tous les phénomènes qui s’écartent de la « norme » reconstituée par les morphologies ou syntaxes de l’ancien et du moyen français. Il convient également de mettre l’accent sur des faits de système ou des rapports de fréquence par un comptage systématique des occurrences, quand plusieurs formes sont en concurrence. Ces comptages, que tout éditeur peut aisément entreprendre grâce à son logiciel de traitement de texte, seront beaucoup plus laborieux à réaliser pour les chercheurs qui le suivront, car ils devront procéder manuellement.

106Il me semble que l’introduction linguistique est souvent la partie la plus faible des éditions françaises et ce pour plusieurs raisons. Du fait de la situation universitaire évoquée plus haut, très peu de linguistes sont éditeurs de texte. Cette activité est plutôt assurée par des littéraires et des historiens. Or la linguistique s’est considérablement développée au cours du XXe siècle, se fragmentant à son tour en de multiples spécialités, rarement maîtrisées par des éditeurs qui doivent continuer à être généralistes. Un fossé toujours plus profond sépare les présentations linguistiques des préoccupations et connaissances des linguistes. Une autre explication réside sans doute dans les comptes rendus des éditions, qui s’attachent surtout aux aspects littéraires ou bien lexicaux, mais très rarement à la graphématique, à la phonologie ou à la syntaxe. N’étant pas critiquées, les introductions linguistiques conservent leur présentation traditionnelle, alors que des efforts sont perceptibles dans la confection des glossaires.

  • 92 On pourrait s’inspirer de la présentation d’Alain Corbellari dans son édition Les Dits d’Henri D’A (...)

107Quelques éditeurs cherchent parfois à discerner, surtout dans des textes en vers, les traits attribuables à l’auteur et ceux qui relèvent des copistes, mais les rubriques consacrées à la « langue de l’auteur » ont tendance à disparaître chez les éditeurs français, qui se contentent généralement d’analyser la langue du manuscrit de base. Les autres manuscrits ne font quasiment jamais l’objet d’une investigation linguistique. Sans demander une étude exhaustive, on pourrait souhaiter quelques précisions sur leur coloration dialectale, avec la reproduction d’un extrait à l’appui, afin de faciliter l’exploitation des variantes92.

108Traditionnellement, la langue du manuscrit de base est passée au crible d’une grille tripartite : phonétique ; morphologie ; syntaxe. La morphologie et la syntaxe peuvent être réunies en morpho-syntaxe et une rubrique « vocabulaire » apparaît parfois.

  • 93 Un archigraphème est une unité abstraite qui, par convention, désigne les correspondants graphique (...)

109L’étude phonétique est souvent le lieu de grossières erreurs, notamment de confusions entre phonèmes, sons et graphèmes. Le plus significatif est le titre de cette rubrique intitulée « phonétique et/ou graphies » et jamais « phonologie ». Certes, « phonétique » désigne encore traditionnellement l’étude des sons, mais depuis les années 1920, le terme phonétique dénomme, en opposition à la phonologie, l’étude de la substance physique et physiologique de l’expression linguistique, alors que la phonologie s’intéresse à la fonction des sons du langage du point de vue de leur fonction dans le système de communication. Les recherches sur les systèmes graphiques sont peu exploitées. Pourquoi ne pas ordonner l’étude de la graphie par « archigraphèmes »93, pour reprendre la terminologie employée par Nina Catach ? Pourquoi également limiter l’étude graphique aux graphèmes et ne pas y inclure des remarques sur les allographes ou sur les segments graphiques ? Des phénomènes qui n’ont rien de phonétique, comme les graphies étymologisantes, sont souvent placées sous une rubrique « consonantisme »...

110La morphologie mériterait également un meilleur traitement. Comme l’a abondamment fait remarquer C. Marchello-Nizia, les relevés ne sont valables que s’ils sont chiffrés. Epingler une forme rare sans tenir compte de sa fréquence dans le texte ne sert pas à grand-chose. De même, les occurrences doivent être analysées en tenant compte du facteur syntaxique.

111La syntaxe se réduit souvent à noter quelques constructions considérées comme rares et à lever des difficultés de compréhension. Du coup, une partie des observations syntaxiques est rejetée en notes critiques, sans que l’on comprenne toujours ce qui régit la distribution des commentaires. Les analyses syntaxiques s’étant largement complexifiées, il est difficile de traiter dans une introduction linguistique des phénomènes rares propres à l’ordre des mots ou à l’utilisation des démonstratifs par exemple. Certains domaines de la syntaxe, comme la syntaxe transphrastique, n’ont guère leur place actuellement dans les éditions. Les commentaires syntaxiques en restent à des phénomènes analysés par la « grammaire scolaire ». L’étude de la ponctuation trouve exceptionnellement place à la suite de l’étude syntaxique.

112Un paragraphe est parfois consacré au vocabulaire. On y trouve alors un relevé de mots rares ou nouveaux, de néologismes sémantiques, de régionalismes et parfois des listes commentées de locutions.

113Il semble impossible que l’introduction linguistique continue à répondre aux quatre objectifs définis plus haut, sinon dans des éditions à orientation linguistique. Il serait souhaitable que le rôle de l’introduction linguistique soit donc revu. Son repli vers le pôle philologique paraît de bon sens. Parallèlement, il faudrait établir avec des linguistes spécialistes de phonologie, de morphologie et de syntaxe des grilles d’analyse qui puissent être utiles à une meilleure connaissance de la langue médiévale.

114 Analyse. Un résumé du texte édité apparaît très fréquemment dans les éditions. Il permet au lecteur pressé de retrouver aisément des thèmes et des motifs, sans toutefois remplacer une lecture intégrale du texte. L’analyse est intéressante pour des textes dont la structure narrative est complexe. Elle nécessite des renvois systématiques et précis aux pages ou aux vers du texte édité.

115 Bibliographie. La bibliographie peut apparaître à différents endroits des éditions et même être répartie dans les notes de bas de page. Elle n’a pas de vocation philologique particulière et importe peu à l’établissement du texte. Mais puisque l’édition d’un texte est sentie comme l’occasion de faire le point sur les recherches qui lui ont été consacrées, elle s’impose généralement.

116b. Les annexes. — À la suite du texte peuvent se trouver les variantes — lorsqu’un deuxième étage de notes n’est pas prévu —, les notes critiques, le glossaire et l’index. D’autres tables ou annexes peuvent encore venir compléter l’apparat.

117 Notes critiques. Comme l’a souligné G. Roussineau, la tâche de l’éditeur est de rendre un texte intelligible. Les notes critiques jouent à cet égard un rôle important. Elles peuvent être également le lieu du commentaire philologique sur la place de la leçon imprimée par rapport à l’original. Cette pesée philologique a toute sa place dans les notes critiques, de même que l’identification des sources. D’une édition à l’autre, le degré d’élaboration des notes et leur orientation (littéraire, philologique) varient considérablement.

  • 94 On se reportera à la bibliographie commentée donnée dans P. Bourgain et F. Vielliard, Conseils pou (...)
  • 95 Algirdas Julien Greimas, Dictionnaire de l’ancien français, Paris, 1979.
  • 96 Cf. Herbert, Le Roman de Dolopathos, éd. J.-L. Leclanche, Paris, 1997 (CFMA, 124-126), p. 547.
  • 97 Par exemple, les Comptes de l’écurie du roi Charles VI, éd. C. Billaud ss dir. M. Mollat du Jourdi (...)

118 Glossaire. Les problèmes de confection des glossaires ont été étudiés dans de nombreux articles rédigés par des lexicographes davantage que par des éditeurs de texte. On y trouvera une typologie des glossaires et les desiderata des auteurs de dictionnaires94. Les glossaires ont tendance, quand ils ne sont pas « remplacés » par des traductions, à être de plus en plus complets. Les critères de sélection retenus par les plus sérieux sont : les lexèmes qui peuvent entraver la compréhension du texte à quoi s’ajoutent souvent les termes et acceptions rares, qui ont un intérêt lexicographique. Certains éditeurs préconisent une méthode « plus objective », comme le relevé des mots ou acceptions qui ne figurent pas dans le dictionnaire de Greimas95. Vu les imperfections de cet ouvrage, mieux vaudrait partir du dictionnaire de Godefroy. Quelques éditeurs ajoutent le critère thématique96, mais on ne voit plus guère de glossaires proprement thématiques, sauf dans quelques publications historiques97.

119Les gloses sont souvent considérées par les lexicographes comme trop contextuelles, parce qu’elles ne peuvent être intégrées telles quelles dans un dictionnaire et se situent souvent entre la définition et la traduction. Sur ce point les avis divergent encore entre lexicographes et éditeurs de texte. Le glossaire a tendance à se situer davantage au plan du discours alors que le dictionnaire se situe au plan de la langue. La prise en compte de l’axe syntagmatique par le glossaire peut se justifier, à condition que le glossairiste expose clairement sa position et qu’il indique au lexicographe les occurrences qui pourraient l’intéresser.

  • 98 Par exemple dans Jehan Wauquelin, La Belle Hélène de Constantinople, mise en prose, éd. Marie-Clau (...)

120Le glossaire est de plus en plus souvent complété par une table des proverbes et des expressions sentencieuses, sous l’influence des comptes rendus de G. Roques et de Takeshi Matsumura, mais aussi des travaux de G. Di Stefano98.

121 Index. La quasi-totalité des textes édités est pourvue d’un index des noms propres. On déplorera seulement que la majorité des textes de fiction édités, tant dans les TLF que dans les CFMA, ne recense pas toutes les occurrences. La plupart se contentent de relever les premières apparitions d’un personnage, ce qui ne permet guère de mener des recherches rapides sur les énormes corpus romanesques, qui multiplient pourtant les jeux d’écho et de reprise.

***

122Ce bilan sur les pratiques philologiques françaises pourrait sembler plutôt négatif, alors que les éditeurs français ont contribué à éditer avec soin une bonne partie de leur patrimoine littéraire médiéval. Le malaise tient à l’analyse des principes exposés dans les introductions. Repris de génération en génération, ils n’ont pas suivi l’évolution des pratiques, souvent moins nettement bédiéristes que ce qui est affirmé. On observe donc un décalage entre les pétitions de principe et la confection de l’édition.

123L’insuffisance de la réflexion méthodologique conduit à revendiquer un pragmatisme qui n’est souvent que de façade. En effet, quelle que soit la configuration de la tradition textuelle, les éditeurs français ont tendance à suivre des règles identiques, alors qu’ils pourraient se situer davantage par rapport à l’archétype en cas de tradition resserrée et bien représentée, tantôt suivre une ligne bédiériste plus « dure ». La voie moyenne préconisée par certains, loin d’être pragmatique, me semble dangereuse, parce qu’elle tend vers la reconstruction sans pourtant admettre ouvertement les garde-fous d’un lachmannnisme modéré.

124Les débats méthodologiques peuvent sembler oiseux, parce que dans tous les cas l’apparat des leçons rejetées permet de retrouver la leçon du manuscrit de base et que l’essentiel passe par une transcription précise et rigoureuse du témoin de base. Toutefois, certaines pratiques constatées dans les éditions « littéraires », qui normalisent la langue, semblent dériver d’une sensibilisation insuffisante à l’ecdotique. Si ces interventions étaient présentées et assumées pour ce qu’elles sont, je n’y verrais aucun danger, mais une concession admissible à la vulgarisation. Le fait qu’elles apparaissent comme des corrections laisse songeur...

125Il faudrait également revenir sur les a priori méthodologiques et proposer pour certains textes de véritables éditions critiques, maintenant que plusieurs éditions bédiéristes établies sur différents manuscrits en sont accessibles. Le souhait formulé par G. Roques de constituer des dossiers critiques sur les éditions de texte à partir des différents comptes rendus est une autre piste à suivre.

126Dans l’immédiat, il semble important de revoir les introductions linguistiques. Doivent-elles ou non préparer le travail des phonéticiens, des spécialistes de morphologie et de syntaxe, sans compter celui des lexicographes ? Ce serait peut-être un juste retour des choses, car les linguistes permettent aux éditeurs de mieux comprendre leurs textes. Beaucoup d’introductions linguistiques sont aujourd’hui à la fois mal adaptées pour lever les difficultés de la langue médiévale que pourraient rencontrer un lecteur novice, ignorant par exemple la phonétique historique, et peu instructives pour un linguiste.

127Il semble que la réflexion sur la spécificité du texte médiéval, ontologiquement différent du texte moderne, doive être approfondie et profiter des nombreux apports de l’herméneutique contemporaine. Les pratiques philologiques ne peuvent plus être pensées aujourd’hui dans les mêmes termes qu’à l’époque de Gaston Paris ou de Paul Meyer. Cette remise à plat est d’autant plus nécessaire que l’éditeur dispose désormais avec l’informatique de moyens plus souples pour présenter son texte, qui devraient lui permettre de combiner en toute rigueur les différentes méthodes traditionnelles et de les orienter suivant les différentes lectures théorisées par les sémioticiens et les herméneutes. L’évolution informatique de l’édition de textes ne sera réussie qu’au prix d’une réflexion méthodologique et pratique, qui ne rejettera pas, au nom d’un modernisme ou d’un post-modernisme aveugle, l’héritage du XIXe siècle.

Notes

1 Le Lai de L’Ombre par Jean Renart, éd. Joseph Bédier, Paris, Société des anciens textes français, 1913, p. xlii.

2 Ibidem, p. xliv.

3 Voir en particulier les éditions d’Eugène Vinaver, de Maurice Delbouille, de Jean Rychner, de Thomas B. W. Reid, de Cesare Segre et de Madeleine Tyssens.

4 Gilles Roques, « L’édition des textes français entre les deux guerres », dans Histoire de la langue française (1914-1945), dir. Gérald Antoine et Robert Martin, Paris, 1995, p. 993-1000 ; Idem, « Les éditions de textes », dans Histoire de la langue française (1945-2000), dir. Bernard Cerquiglini et Gérald Antoine, Paris, 2000, p. 867-882.

5 Alfred Foulet et Mary B. Speer, On editing old French Texts, Lawrence, 1979.

6 Yvan G. Lepage, Guide de l’édition de textes en ancien français, Paris, 2001 (Moyen Age : Outils de synthèse, 1) ; Pascale Bourgain et Françoise Vielliard, Conseils pour l’édition des textes médiévaux, fasc. III : Textes littéraires, Paris, 2002. L’introduction contient un « Petit historique de la critique textuelle » bien commode, p. 10-22.

7 Charles Ridoux, Evolution des études médiévales en France de 1860 à 1914, Paris, 2001 (Nouvelle Bibliothèque du Moyen Age, 56).

8 Plusieurs colloques ont ainsi été consacrés à de grandes figures du « médiévalisme français », comme Frédéric Godefroy (F. Duval (éd.), Frédéric Godefroy, Actes du Xe colloque international sur le moyen français (Metz, 12-14 juin 2002), Paris, 2003 (Mémoires et documents, 71)) ou Léopold Delisle (Cerisy-la-Salle, 8-10 octobre 2004) [actes à paraître].

9 Michel Zink (éd.), Le Moyen Âge de Gaston Paris : la poésie à l’épreuve de la philologie, Paris, 2004.

10 Revue des langues Romanes, t. 106, 2002/1.

11 Ursula Bähler, Gaston Paris et la philologie romane, Genève, 2004 (Publications romanes et françaises, 234). Quelques années plus tôt était parue une somme consacrée à Joseph Bédier : Alain Corbellari, Joseph Bédier, écrivain et philologue, Genève, 1997 (Publications romanes et françaises, 220).

12 Jacques Monfrin, « Histoire des textes », dans Bernard Pottier (éd.), Les sciences du langage en France au XXe siècle, 2e éd. revue et augmentée, Louvain, 1991 (Société d’études linguistiques et anthropologiques de France, 10), p. 145-155 ; Pascale Bourgain, « L’édition des textes vernaculaires », dans Jacqueline Hamesse (éd.), Bilan et perspectives des études médiévales en Europe : Actes du premier Congrès européen d’Etudes médiévales (Spoleto, 27-29 mai 1993), Louvain-la-Neuve, 1995, p. 427-448 ; Claude Thiry, « Bilan sur les travaux éditoriaux », dans Bernard Combettes et Simone Monsonégo (éd.), Le moyen français, Philologie et linguistique, Approches du texte et du discours, Actes du VIIIe Colloque international sur le moyen français, Paris, 1997, p. 11-46 ; Philippe Ménard, « Histoire des langues romanes et philologie textuelle », dans Gerhard Ernst et alii (éd.), Romanische Sprachgeschichte/Histoire linguistique de la Romanía, t. I, Berlin-New York, 2003, p. 62-71.

13 Alfredo Stussi, Fondamenti di critica testuale, Bologne, 1998, p. 21-26 et passim.

14 G. Roques, « Félix Lecoy », dans Revue de linguistique romane, t. 62, 1998, p. 313-316, à la p. 313.

15 F. Lecoy, « L’édition critique des textes », dans Atti del XIV Congresso internazionale di linguistica e filología romanza (Napoli, 15-20 Aprile 1974), Volume I, Sedute plenarie e Tavole rotonde, p. 501-508, à la p. 501.

16 Voir les nécrologies de Jacques Monfrin par Françoise Vielliard et Emmanuel Poulie dans Bibliothèque de l’École des chartes, t. 157, 1999, p. 317-322 et 322-325.

17 J. Monfrin, « Le mode de tradition des actes écrits et les études de dialectologie », dans Georges Straka (éd.), Les dialectes de France au Moyen Age et aujourd’hui, domaines d’oïl et franco-provençal, actes du colloque organisé par le Centre de philologie et de littérature romanes [...] de Strasbourg du 22 au 25 mai 1967, Paris, 1972 (Actes et colloques, 9), p. 25-58, à la p. 30 (cité par F. Vielliard, dans art. cit., p. 321).

18 Joinville, Vie de saint Louis, éd. J. Monfrin, Paris, 1995.

19 Conseils pour l'édition des textes médiévaux, Paris, 3 fascicules, 2001-2002.

20 Désormais « TLF ».

21 Tristan en prose [édition de la version vulgate], 9 vol. publies de 1987 a 1997 ; Tristan en prose [version du ms Paris, Bibl. nat. de Fr., fr. 757], en cours depuis 1997 ; Marco Polo, Le Devisement du Monde, 6 vol. prévus.

22 Le Roman de Tristan en prose, t. I, éd. P. Ménard, Genève, 1987 (TLF, 353) ; Marco Polo, Le Devisement du monde, t. I, Départ des voyageurs et traversée de la Perse, éd. P. Ménard, M.-L. Chênerie, M. Gueret-Laferté, ss la dir. de P. Ménard, Genève, 2001 (TLF, 533).

23 P. Ménard, « L’édition des textes lyriques du Moyen Age, réflexions sur la tradition manuscrite de Guillaume le Vinier », dans Actes et Mémoires du XIIIe Congrès International de Linguistique et Philologie romanes, Québec, 1976, p. 763-776 ; Id., « Tradition manuscrite et édition de textes : le cas des fabliaux », dans Medieval French Textual Studies in Memory of T. B. W. Reid, Londres, 1984, p. 149-166 ; Id., « Problèmes de paléographie et de philologie dans l’édition des textes français du Moyen Âge », dans The Editor and the Text, In Honour ofA.J. Holden, Edinburgh, 1990, p. 1-10 ; Id., « Édition de texte et paléographie : le problème de la transcription de u et de n », dans Maria Colombo Timelli et Claudio Galderisi (éd.), « Pour acquerir honneur et pris », Mélanges de Moyen Français offerts à Giuseppe Di Stefano, Montréal, 2004, p. 277-285.

24 P. Ménard, « Histoire des langues romanes et philologie textuelle », dans Romanische Sprachgeschichte..., p. 64. Et plus loin : « Il y aurait intérêt à ne pas s’enfermer dans des systèmes rigides et à rester pragmatiques » (p. 68).

25 P. Ménard, « Réflexions sur la Nouvelle Philologie », dans Martin-Dietrich Gleßgen et Franz Lebsanft (éd.), Alte und neue Philologie, Tübingen, 1997, p. 17-33.

26 Ibidem, p. 33. Également p. 22 : « Les recherches de R. H. Bloch voudraient établir un pont entre ethnologie, linguistique, philologie, philosophie, histoire intellectuelle, sociale, institutionnelle, littéraire. De telles ambitions peuvent surprendre. Dans le cours d’une vie scientifique a-t-on le temps de faire le tour de tous les problèmes posés par une seule de ces disciplines ? ».

27 B. Cerquiglini, Éloge de la variante, Histoire critique de la philologie, Paris, 1989.

28 Speculum, t. 65/1, 1990.

29 Keith Busby (éd.), Towards a synthesis? Essays on the new philology, Amsterdam, 1993 (Faux Titre, 68) et M.-D. Glessgen et F. Lebsanft (éd.), Alte und neue Philologie, Tübingen, 1997 (Beihefte zu Editio, 8).

30 Sous-titre de l’ouvrage.

31 L’un des chapitres de l’Éloge de la variante s’intitule « Gaston Paris et les dinosaures ».

32 Voir notamment J. Monfrin, « Histoire des textes... » et G. Roques, « Les éditions de textes... ».

33 R. Berger et A. Brasseur, Les Séquences de sainte Eulalie..., Genève, 2004 (Publications romanes et françaises, 233).

34 G. Roques, « Les éditions de textes... », p. 868.

35 Guibert d’Andrenas, éd. Muriel Ott, Paris, 2004 (CFMA, 147).

36 Les Presses de l’Université de Provence ont, par exemple, publié récemment Guerin le Loherain, éd. Valérie Naudet, Aix-en-Provence, 2005.

37 Chrétien de Troyes, Œuvres complètes, Paris, 1994 (Bibliothèque de la Pléiade, 408) ; Tristan et Yseut, Paris, 1995 (Bibl. de la Pléiade, 422) ; Roman de Renart, Paris, 1998 {Bibl. de la Pléiade, 445), Livre du Graal Paris, 2003, (Bibl. de la Pléiade, 498).

38 Noël de Fribois, Abregé des croniques de France, éd. Kathleen Daly avec la collaboration de Gillette Labory, Paris, 2006.

39 Par exemple : Comptes de l’écurie du roi Charles VI, éd. Claude Billaud ss dir. Michel Mollat du Jourdin, Paris, 1996 (Recueil des historiens de la France : documents financiers et administratifs, 8, 9) ou Comptes de l’argentier de Charles le Téméraire duc de Bourgogne, t. I, Année 1968. Le registre B 2068 des Archives départementales du Nord, éd. Anke Greve et Emilie Lebailly, Paris (Recueil des historiens de la France : documents financiers et administratifs, 10), 2001 ; année 1469, t. II.

40 Un cerisier normand du XIIIe siècle : Le Livre des Jurés de l’abbaye Saint-Ouen de Rouen, éd. ss dir. Henri Dubois, Paris, 2001 (Documents, Études, Répertoires publiés par l’IRHT, 62) ; Testaments saint-quentinois du XIVe siècle, éd. Pierre Desportes, Paris, 2003 (DER, 70).

41 L’entreprise a été récemment relancée et devrait voir la publication des chartes de plusieurs départements, à commencer par la Meuse.

42 Le Roman de la Poire par Tibaut, éd. Christiane Marchello-Nizia, Paris, 1984 (SATF).

43 Ci nous dit, Recueil d’exemples moraux, Gérard Blangez, Paris, 1979 (SATF), p. cxvii.

44 Voir par exemple François Rastier, Arts et sciences du texte, Paris, 2001 (Formes sémiotiques) et Dominique Mainguenau, Le discours littéraire : Paratopie et scène d’énonciation, Paris, 2004.

45 Jean-René Valette (éd.), Trente ans de recherches en langues et en littératures médiévales, numéro jubilaire de Perspectives médiévales, 2005. En fait, plusieurs enseignants-chercheurs ont été contactés pour rédiger un bilan des éditions de textes, mais tous ont décliné l’offre. Toujours est-il que la préface ne fait pas état de cette criante lacune.

46 Baudouin Van den Abeele et Heinz Meyer (éd.), Bartholomäus Anglicus. De proprietatibus rerum. Texte latin et réception vernaculaire, Turnhout, 2006.

47 L’article de Pierre Kunstmann, « Ancien et moyen français sur le Web : textes et bases de données », dans Revue de linguistique romane, t. 64, 2000, p. 17-42, reste une bonne dé d’entrée pour accéder aux éditions en ligne.

48 F. Lecoy, « L’édition critique des textes... », p. 503.

49 P. Ménard, « Réflexions sur la Nouvelle Philologie... », p. 27.

50 Alain Bouchart, Grandes croniques de Bretaigne, éd. Marie-Louis Auger, Paris, 1986 (Sources d’histoire médiévale), p. 10.

51 Le Romuleon en françois. Traduction de Sébastien Mamerot, éd. F. Duval, Genève, 2000 (TLF, 525).

52 Giuseppe Di Stefano, « L’edizione delle traduzioni, L’esempio del Decameron tradotto da Laurent de Premierfait (1414) », dans Luciano Rossi (éd.), Ensi firent li ancessor, Mélanges de philologie médiévale offerts à Marc-René Jung, Alessandria, 1996, p. 573-586 ; Gilles Roussineau, « Réflexions sur les éditions de textes en Moyen Français », dans Claude Buridant (éd.), Le moyen français : Le traitement du texte (édition, apparat critique, glossaire, traitement électronique), Strasbourg, 2000, p. 5-24.

53 Fierabras, éd. Marc Le Person, Paris, 2003 (CFMA, 142), p. 72-73.

54 G. Roussineau, « Réflexions sur les éditions de textes en Moyen Français... », p. 11.

55 Marco Polo, Le Devisement du monde, t. I, p. 72.

56 Ibidem.

57 Les faicts et les conquestes d’Alexandre le Grand de Jehan Wauquelin, éd. Sandrine Hériché, Genève, 2000 (TLF, 527), p. LVII.

58 Jean de Mandeville, Le livre des merveilles du monde, éd. Christiane Deluz, Paris, 2000 (Sources d’histoire médiévale, 31), p. 73 : « Le choix devrait se porter sur Ny, plus ancien, on lui préférera cependant Lo2 en raison de ses très nombreux marginalia, souvent de la main de John Dee ; en les présentant avec le texte, on peut découvrir une lecture de Mandeville qui ne manque pas d’intérêt ».

59 Guibert d’Andrenas, éd. Muriel Ott, Paris, 2004 (CFMA, 147), p. 40.

60 George Chastellain, Chronique : les fragments du Livre IV révélés par l’Add. ms. 54156 de la British Library, éd. J.-C. Delclos, Genève, 1991 (TLF, 394), p. 14.

61 Pierre Sala, Le chevalier au lion, éd. Pierre Servet, Paris, 1996 (Bibliothèque du XVe siècle, 56), p. 94.

62 C. Martineau, Les lunettes des princes de Jean Meschinot, Genève, 1972 (Publications romanes et françaises, 121), p. LXXXVI.

63 Guibert d’Andrenas, éd. Muriel Ott, Paris, 2004 (CFMA, 147), p. 31.

64 F. Lecoy, « L’édition critique des textes... », p. 504-505.

65 G. Roussineau, « Réflexions sur les éditions de textes en Moyen Français », p. 12.

66 F. Lecoy, « L’édition critique des textes... », p. 508.

67 P. Ménard, « Réflexions sur la Nouvelle Philologie », p. 27.

68 Marco Polo, Le Devisement du monde, t. I, p. 74.

69 P. Meyer, « Instructions pour la publication des anciens textes », dans Bulletin de la Société des anciens textes français, 1909, p. 64-79 ; reproduit dans Bibliothèque de l’Ecole des chartes, t. 87, 1926, p. 454-459.

70 « Réunion des romanistes à Paris, 18-19 décembre 1925 », dans Romania, t. 52, 1926, p. 243-249.

71 René d’Anjou, Le livre du cœur d’amour épris, éd. Florence Bouchet, Paris, 2003 (Lettres gothiques).

72 P. Ménard, « Problèmes de paléographie et de philologie dans l’édition des textes français du Moyen Age », dans Philip E. Bennett et Graham A. Runnalls (éd.), The Editor and the Text, Edinburgh, 1990, p. 1-10.

73 Le moniage Guillaume, Chanson de geste du XIIe siècle, version longue, éd. Nelly Andrieux-Reix, Paris, 2003 (CFMA, 145).

74 P. Ménard, « Histoire des langues romanes et philologie textuelle... », p. 67.

75 Les plus anciennes chartes provençales, Supplément, éd. Clovis Brunei, Paris, 1952.

76 C. Martineau, Les lunettes des princes de Jean Meschinot, Genève, 1972 (PRF, 121).

77 Autre exemple : « ... le parti pris de cette édition a été de respecter le manuscrit aussi longtemps que son texte offre un sens, ou que la bévue n’est pas évidente » (Orson de Beauvais, éd. J.-P. Martin, Paris, 2002 (CFMA, 140), p. 62).

78 D’où l’ambiguïté de formules de ce type : « De manière à ce que l’édition puisse être utile aux linguistes autant qu’aux historiens, nous avons essayé de conserver les graphies de l’édition de 1514, même a priori fautives, dans la mesure où elles n’entravaient pas la compréhension du texte » (Alain Bouchart, Grandes croniques de Bretaigne..., p. 18).

79 G. Roussingeau, « Réflexions sur les éditions de textes en Moyen Français... », p. 14.

80 « Seules les erreurs évidentes ont été corrigées » (Le Roman de Tristan en prose, t. IV, Version du manuscrit fr. 757 de la BNF, éd. Monique Léonard et Francine Mora, ss la dir. de P. Ménard, Paris, 2003 (CFMA, 144), p. lxxxv.

81 F. Lecoy, « L’édition critique des textes... », p. 507.

82 Cf. Le Roman de Tristan en prose, t. II, Version du manuscrit fr. 757 de la BNF, éd. Marie-Noëlle Laborderie et Thierry Delcourt, ss la dir. de P. Ménard, Paris, 2003 (CFMA, 133), p. 16 et Le Roman de Tristan en prose, t. IV, Version du manuscrit fr. 757 de la BNF, éd. Monique Léonard et Francine Mora, ss la dir. de P. Ménard, Paris, 2003 (CFMA, 144), p. lxxxv.

83 Certains éditeurs présentent une typologie des erreurs rencontrées, agrémentée d’exemples.

84 Voir en particulier Guillaume de Berneville, La vie de saint Gilles, éd. Françoise Laurent, Paris, 2003 (Champion Classiques, Moyen Age, 6) et Le conte du Papegau, éd. Hélène Charpentier et Patricia Victorin, Paris, 2004 (Champion Classiques, Moyen Age, 11).

85 La Vie de saint Gilles, p. LVI. À l’inverse, dans la même édition, « la non notation du e final, fréquente devant voyelle comme devant consonne ainsi qu’à la fin des vers (il s’agit généralement de mots féminin), a été corrigée » (ibidem).

86 P. Ménard, « Histoire des langues romanes et philologie textuelle... », p. 67.

87 Joinville, Vie de saint Louis, éd. J. Monfrin, Paris, 1995, p. cxvii : « Les mots empruntés aux autres manuscrits, BLPM, sont donnés littéralement. Je n’ai pas tenté d’harmoniser leur graphie avec celle de A. Il en résulte quelques disparates, mais je les crois préférables à une restitution qui ne pourrait être que problématique ».

88 Cy nous dit, éd. Gérard Blangez, Paris, 1986, (Société des anciens textes français), p. cxxiii : « Les nécessités économiques de 1979 nous ont obligé à pratiquer la coupe claire dans la forêt de nos variantes ».

89 Voir G. Roussineau, « Réflexions sur les éditions de textes en Moyen Français... », p. 18.

90 Gerald A. Bertin, Le moniage Rainouart II et III, Paris, 1998, p. cxx.

91 J. Rychner, « Remarques sur les introductions phonétiques aux éditions de textes en ancien français », dans Studia neophilologica, t. 34, 1962, p. 6-21, à la p. 7.

92 On pourrait s’inspirer de la présentation d’Alain Corbellari dans son édition Les Dits d’Henri D’Andeli, Paris, 2003 (CFMA, 146).

93 Un archigraphème est une unité abstraite qui, par convention, désigne les correspondants graphiques d’un même phonème.

94 On se reportera à la bibliographie commentée donnée dans P. Bourgain et F. Vielliard, Conseils pour l’édition des textes médiévaux, fascicule III, Textes littéraires, Paris, 2002, p. 191-192. Voir en dernier lieu Jean-Pierre Chambon, « Lexicographie et philologie : réflexions sur les glossaires d’éditions de textes (français médiéval et préclassique, ancien occitan) », dans Revue de linguistique romane, t. 70, 2006, p. 123-142.

95 Algirdas Julien Greimas, Dictionnaire de l’ancien français, Paris, 1979.

96 Cf. Herbert, Le Roman de Dolopathos, éd. J.-L. Leclanche, Paris, 1997 (CFMA, 124-126), p. 547.

97 Par exemple, les Comptes de l’écurie du roi Charles VI, éd. C. Billaud ss dir. M. Mollat du Jourdin, Paris, 1996 (Recueil des historiens de la France : documents financiers et administratif, 8, 9).

98 Par exemple dans Jehan Wauquelin, La Belle Hélène de Constantinople, mise en prose, éd. Marie-Claude de Crécy, Genève, 2002 (TLF, 547).

© Publications de l’École nationale des chartes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search