Version classiqueVersion mobile

Pratiques philologiques en Europe

 | 
Frédéric Duval

Combien partirent pour Cologne ?

L’édition des textes en moyen néerlandais : aperçu historique et problèmes

Ludo Jongen

Texte intégral

1Le plus ancien texte littéraire écrit au Moyen Âge dans un dialecte parlé aux Pays-Bas est une hagiographie. Entre 1170 et 1180, un certain Hendrik van Veldeke écrit la vie de saint Servais en rimes plates : la Servaaslegende. Dans le premier livre, le poète limbourgeois traite de la vie du patron de la ville de Maëstricht, de sa naissance jusqu’à sa mort et à son enterrement. Ces informations n’étonneront personne. Mais le texte qui nous a été transmis présente un certain nombre de petits problèmes intéressants. Je voudrais en citer un à titre d’exemple.

  • 1 Voir The Life of Saint Servatius, A Dual-Language Edition of the Middle Dutch « Legend of Saint Se (...)

2L’une des « aventures » de Servais comprend un voyage à Cologne, où siège un évêque qui prêche des idées hérétiques ariennes. Servais veut le déposer, afin que ce dévoyé ne puisse plus émettre ses idées infâmes et par là induire en erreur les fidèles. Servais est accompagné de quatorze éminents prélats du royaume franc. Par deux fois Veldeke cite le nombre de quatorze ; il dit en outre une autre fois que Servais était la quinzième personne. Le dénombrement ne comprend pourtant que douze noms1. Comment est-ce possible ? Veldeke s’est-il trompé en comptant ? Les copistes ont-ils commis une erreur ? Enfin, comment se sortir de ce problème dans une édition de texte ?

3Avant de répondre à ces questions, je voudrais exposer, sans entrer dans les détails, l’histoire de l’édition des textes en moyen néerlandais. Je passerai ensuite brièvement en revue les différentes façons d’éditer ces textes. La plus grande partie de ma contribution sera consacrée aux problèmes que pose l’édition d’un texte au spécialiste de la littérature du moyen néerlandais. Enfin, je reviendrai sur le nombre et les noms des évêques qui accompagnaient Servais à Cologne.

I. — UN SIÈCLE ET DEMI D'ÉDITIONS DE TEXTES EN MOYEN NÉERLANDAIS

4Au printemps de l'année 1821, un jeune homme allemand se présenta à Utrecht devant le professeur de néerlandais. Il avait l’air un peu farouche, surtout aux yeux des bourgeois néerlandais irréprochables et un peu raides ; on y verrait aujourd’hui un romantique typique du XIXe siècle. Sur le seuil de la porte, il expliqua qu’il avait entrepris un voyage aux Pays-Bas dans le but d’étudier la littérature ancienne néerlandaise. De l’embrasure, le professeur d’Utrecht lui répondit : « Monsieur, dans notre pays nous n’avons pas l’habitude de faire des voyages littéraires ! ». Puis, il ferma la porte et retourna à son bureau en tramant les pieds, sans aucun doute en secouant la tête, pour reprendre des études sérieuses.

5Heureusement, le jeune homme ne se laissa pas décourager. Il partit pour Leyde, où il fut non seulement accueilli chaleureusement, mais où il reçut même les clés de la bibliothèque. C’est à ce moment précis que commença littéralement la découverte de la littérature en moyen néerlandais, car la bibliothèque universitaire de Leyde possédait — et possède toujours — une magnifique collection de manuscrits renfermant des textes en moyen néerlandais, en vers et en prose.

  • 2 Les informations données sur Heinrich Hoffmann von Fallersleben ont été empruntées à Kornelis Herm (...)

6Le jeune homme se nommait Heinrich Hoffmann von Fallersleben (1798-1874)2. On peut, effectivement, le considérer comme un pionnier. Suivant les traces de Jacob Grimm, son professeur, Heinrich se mit à transcrire des textes en moyen néerlandais. De retour dans sa patrie, il envoya, en 1823, à l’université de Leyde un petit livre contenant des fragments de romans de chevalerie en moyen néerlandais. En signe de reconnaissance, on lui accorda un doctorat honoris causa. Sept ans plus tard parut une version plus étendue et corrigée de ces fragments, comme première partie de ses Horae Belgicae. Onze autres parties devaient suivre jusqu’en 1862. Hoffmann von Fallersleben prépara l'editio princeps d’un certain nombre de textes canoniques du moyen néerlandais, à commencer par la chanson de geste — ou faut-il parler de nouvelle ? — Karel ende Elegast (Charlemagne et Elegast), des pièces de théâtre laïques — le plus ancien théâtre profane du Moyen Âge — et un grand nombre de chansons. Bien que le travail d’Hoffmann fût apprécié, les textes en moyen néerlandais ne jouirent pas toujours de la même faveur. Parlant du Floris ende Blanchefloer (Floire et Blanchefleur) dans la troisième partie des Horae Belgicae (1836), P. G. Witsen, un professeur de littérature néerlandaise, ne cachait pas son mépris à Leyde, quand il parlait « d’un monstre dégoûtant » et « d’un produit plus que lamentable de la tendre enfance de notre littérature ».

  • 3 Sur Jonckbloet, voir Ingrid Biesheuvel, « Strijder tegen dilettanten, Willem Joseph Andries Jonckb (...)

7Malgré l’estime portée aux travaux de Hoffmann, il fallut attendre plus de quinze ans pour que le flambeau allumé par l'Allemand fût repris par des Néerlandais. Dans les 1840, Willem Joseph Andries Jonckbloet (1817-1885) édita3 à vive allure un grand nombre de textes « classiques », parmi lesquels le miracle marial Beatrijs. Le point culminant de son activité fut le Roman de Lancelot (1846-1849, 2 vol.), la deuxième partie de l’une des trois traductions/adaptations en moyen néerlandais du cycle ancien français du Lancelot-Graal-Mort Artu. Dans son introduction à l’édition intégrale de la compilation du Lancelot (ms La Haye, Koninklijke Bibl., 129A10) qui compte 87 296 vers, Jonckbloet publia en passant l’editio princeps d’un roman de Chrétien de Troyes, Le chevalier de la charette).

  • 4 Sur De Vries, voir Karina Van Dalen-Oskam, « De idealistische lexicograaf, Matthias de Vries (1818 (...)

8C’est à la même époque que Matthijs de Vries (1820-1897)4, un camarade d’études de Jonckbloet, commença son travail : entre 1844 et 1848, il prépara une édition du Lekenspiegel, une histoire universelle encyclopédique de plus de 22 000 vers, qui avait été rédigée par Jan van Boendale vers 1330. Bien que De Vries affectionnât beaucoup la littérature du moyen néerlandais, il est avant tout le fondateur du monumental Woordenboek der Nederlandse taal (Dictionnaire de la langue néerlandaise), dont la première partie parut en 1880 et la dernière, le tome vingt-neuf, en 1998. Malgré son emploi du temps chargé de lexicographe, il réussit pourtant à éditer, en collaboration avec Eelco Verwijs, entre 1864 et 1879, en quatre gros volumes, le Spiegel historiael (Miroir historial) de Jacob van Maerlant. Cette histoire du monde ne faisait pas moins de 90 000 vers lorsque le poète flamand-hollandais qui la laissa inachevée, cessa d’y travailler.

  • 5 Sur Verdam, voir Sabrina Corbellini et Karina van Dalen-Oskam, « Een gelukkig mensch, Jakob Verdam (...)
  • 6 Le substantif « bloeme » est ici à prendre au sens de la fine fleur de la Création.

9Jonckbloet et De Vries firent école. Leurs élèves les plus importants sont Eelco Verwijs (1830-1880) et Jakob Verdam (1845-1919)5, dont les noms sont indissolublement liés au Middelnederlandsche woordenboek (Dictionnaire du moyen néerlandais), publié entre 1873 et 1920. Mais ils se firent connaître également comme éditeurs de textes en moyen néerlandais. Ainsi, Verwijs est responsable de l’édition de l’encyclopédie de la nature de Maerlant, Der naturen bloeme6 (1872-1878), et Verdam du Seghelijn van Jerusalem (1878), un roman de croisade de presque 12 000 vers, rédigé en moyen néerlandais.

  • 7 Voir Jeanne Verbij-Schillings, « Vaandeldrager van de studie van de Middelnederlandse letterkunde, (...)

10Entre temps les Belges non plus n’étaient pas restés les bras croisés. Leur porte-drapeau incontesté est Jan Frans Willems (1793-1846)7. Cet autodidacte était un défenseur passionné du flamand comme langue culturelle à côté du français. Il écrivit des poèmes et des pamphlets, entretint des correspondances avec d’innombrables savants — entre autres avec Jacob Grimm —, collectionna des manuscrits en moyen néerlandais et édita un bon nombre de textes, dont Vanden vos Reynaerde (1834).

  • 8 Voir Nolanda Klunder, « Dezen onverdroten werkman in den Vlaamschen wijngaard, Philip-Marie Blomma (...)

11L’enthousiasme de Willems gagna Jan Baptist David (1801-1866, éditeur de la Rijmbijbel/Scholastica de Maerlant), Jean Henri Bormans (1801-1878, éditeur de la Servaaslegende de Hendrik van Veldeke), Constance Philippe Serrure (1805-1872), Philip-Marie Blommaert (1808-1871, éditeur du fameux manuscrit Van Hulthem, qui contient entre autres Die borchgravinne van Vergi [La chastelaine de Vergi] et De reis van Sinte Brandaen [Le voyage de saint Brendan])8 et Ferdinand Augustijn Snellaert (1809-1872). Ce groupe a surtout eu de l’importance pour le Mouvement flamand ; au Nord, leurs éditions de textes et leurs études restaient le plus souvent considérées comme le résultat d’un dilettantisme méritoire.

  • 9 Voir Leven van Sinte Lutgart, tweede en derde boek, naar een Kopenhaagsch handschrift [...], éd. F (...)

12Dans la seconde moitié du XIXe siècle, on inspecte avec enthousiasme les bibliothèques nationales et internationales dans l’espoir de trouver des textes nouveaux et inconnus. Ainsi, en 1897, le professeur de littérature néerlandaise à Liège découvrit deux livres d’une adaptation en vers moyen néerlandais de la Vita Lutgardis dans la Bibliothèque royale de Copenhague. Deux ans plus tard, il publiait ce texte de 20 000 vers9.

  • 10 Voir Willem Hendrik Beuken, Het Middelnederlandsche gedicht Vanden levene ons Heren, Purmerend, 19 (...)
  • 11 Voir Dirc van Delf, Tafel van den Kersten ghelove, éd. Ludovicus Maria Franciscus Daniels, Anvers- (...)

13Après le tournant du siècle, l’intérêt pour l’édition des textes semble diminuer. Bien sûr, des éditions paraissent encore, mais il s’agit le plus souvent d’éditions revues ou d’éditions nouvelles de textes connus. Sporadiquement, des éditions de textes inédits voient le jour, souvent comme supplément d’une thèse (par exemple Vanden levene Ons Heren [La vie de Notre Seigneur]10 et la Tafel van den kersten ghelove [Table de la foi chrétienne] de Dirc van Dell)11. Ce « malaise » se prolonge jusque vers la fin des années soixante-dix du XXe siècle.

  • 12 Maurits Gysseling (dir.), avec la collab. de Willy Pijnenburg, Corpus van Middelnederlandse tekste (...)
  • 13 Voir respectivement Lantsloet vander Haghedochte, Fragmenten van een Middelnederlandse bewerking v (...)
  • 14 Voir Lanceloet, De Middelnederlandse vertaling van de Lancelot en prose overgeleverd in de Lancelo (...)

14Mais le vent allait tourner. Entre 1980 et 1987 Maurits Gysseling publia, en six volumes — le Corpus dit Gysseling — tous les textes en moyen néerlandais transmis par des manuscrits antérieurs à 130012. A peu près en même temps fut lancé, à Utrecht, le projet « Lancelot », dont le but était d’éditer de façon scientifique les trois adaptations en moyen néerlandais du cycle Lancelot-Graal-Mort Artu : les fragments du Lansloet vander Haghedochte et ceux de la traduction en prose ont vu le jour à présent13, mais la publication d’une nouvelle édition de la compilation Lancelot, qui doit remplacer l’édition de Jonckbloet, avance péniblement. Aujourd’hui, à peu près 25 ans après, 4 tomes ont paru, 26 636 vers au total, soit quelque 30 % de l’ensemble14. La lenteur de la publication est causée notamment par un extrême perfectionnisme, la nouvelle édition devant satisfaire aux plus hautes exigences. Jusqu’ici, les volumes parus sont d’excellente qualité.

  • 15 Ont paru entre temps neuf volumes : Het handschrift-Borgloon, Hs. Amsterdam, Universiteitsbiblioth (...)

15Depuis environ une décennie, on s’intéresse également à l’édition de manuscrits renfermant plusieurs textes. Beaucoup de textes connus en moyen néerlandais se trouvent, en effet, réunis dans les codices avec d’autres textes moins connus. Les éditions des textes séparés abondent (par exemple celle de Vanden vos Reynaerde), mais on a du mal à trouver celles des autres textes du même codex. Grâce à l’édition — d’ailleurs purement diplomatique — de ces manuscrits composites, il est maintenant possible d’étudier le contexte dans lequel un texte, par exemple Vanden vos Reynaerde, nous a été transmis15.

II. — LES TYPES D’ÉDITION16

  • 16 Lors du congrès « Histories of Edition » à Amsterdam, au 16 et 17 décembre 2005, Paul Wackers a pr (...)
  • 17 Je ne prends pas en considération les éditions fac-similés, qui ne sont pas, en fait, des éditions (...)

16Lorsque, après plus d’un siècle et demi, on embrasse du regard le domaine et qu’on en dresse le bilan, on peut constater qu’il existe toute une gamme d’éditions, qui va des éditions strictement scientifiques destinées aux chercheurs jusqu’aux éditions de vulgarisation, qui s’adressent à des collégiens ou aux profanes intéressés17. Parlons d’abord du dernier groupe.

  • 18 La collection « Tekst in context » [Texte en contexte] publiée par Amsterdam University Press en e (...)

17Aux Pays-Bas le grand public ne s’intéresse guère à littérature ancienne. Dans l’enseignement secondaire on ne traite guère de la littérature d’avant 1900-1950. Ce n’est pas un problème récent : depuis des dizaines d’années les professeurs de néerlandais se plaignent du peu de temps à leur disposition pour enseigner la littérature ancienne. Heureusement, il y a toujours eu des intransigeants qui, malgré le peu de soutien des autorités — politiques, ministérielles, syndicales — ont continué à présenter ces textes anciens18.

18Mais, même l’enseignant le plus enthousiaste ne peut présenter à ses élèves que quelques textes standard comme Karel ende Elegast, Beatrijs et Vanden vos Reynaerde. En général, il utilise alors des éditions critiques dans lesquelles l’orthographe a été normalisée ; les problèmes paléographiques et codicologiques ne sont pas signalés et les variantes manquent.

19À en juger d’après un article paru dans le Volkskrant du premier septembre 2005, la ministre de l’Éducation nationale trouve également que la mesure est comble. Le 31 août, elle a institué une commission de « sages » qui, dans un an, devra présenter un Canon officiel des Pays-Bas. Ce Canon doit comprendre « ce qu’un Néerlandais cultivé est censé savoir de l’histoire, de la culture et de la société nationales ». Point lumineux en temps sombres. Mais espérons que cette commission ne finisse pas par appliquer un cautère sur une jambe de bois.

  • 19 Mes observations se basent sur les chiffres de vente de mes propres publications et sur ce qui est (...)
  • 20 Actuellement quatre collections sont actives aux Pays-Bas, à savoir : Nederlandse klassieken chez (...)

20Reste à savoir si, grâce à ces initiatives, le profane intéressé portera un plus grand intérêt à la littérature ancienne. L’obstacle vient souvent de la difficulté linguistique du moyen néerlandais. Pour lever ce handicap, on a multiplié ces dernières années les tentatives pour faire paraître ces textes avec une traduction en regard ou dans une version traduite indépendante. D’après ce que je perçois de la situation19, ces textes ne suscitent pas un vif intérêt : les livres ne se vendent ou ne se prêtent que parcimonieusement. Bien que les éditeurs — du moins aux Pays-Bas — prétendent atteindre avec ces publications un public général et vaste, dans la pratique ces livres ne sont utilisés que dans l’enseignement universitaire20.

21Mais revenons à l’édition des textes en moyen néerlandais. À proprement parler, les traductions — en quelque langue moderne que ce soit — ne se rangent pas dans cette catégorie. Le traducteur doit bien entendu justifier l’emploi de son texte-source ainsi que les écarts et les interventions qu’il se permet ; il expliquera par exemple pourquoi il a maintenu la forme versifiée ou non. L’écart entre le texte médiéval et la traduction moderne est pourtant bien grand.

22Les traductions qui présentent en regard le texte en moyen néerlandais constituent un cas particulier. À de rares exceptions près, les éditeurs indiquent de quelle façon ils ont rendu le texte en moyen néerlandais. Comme ces publications sont destinées à des étudiants et à un public averti, l’édition présentée est généralement critique, ce qui entraîne d’ordinaire les pratiques suivantes :

  • Les abréviations sont résolues (parfois rendues en italiques).
  • La ponctuation et l’emploi des capitales — en début de phrase, dans les noms propres et les nomina sacra — se conforment aux règles actuelles. Il n’y a pas d’accord sur l’emploi de capitales en début de vers, mais, selon la tradition, chaque vers débute par une capitale.
  • On applique les translittérations i/j et u/v/w : là où le manuscrit présente un i au début d’un mot comme iaer, l’édition donne jaer.
  • Dans les manuscrits en moyen néerlandais, les nombres sont le plus souvent rendus par des chiffres romains, souvent entre deux points. Certains éditeurs suivent l’usage du manuscrit, tout en faisant disparaître les points de séparation et en utilisant uniquement des capitales ; d’autres remplacent cette notation par des chiffres arabes ; parfois, les chiffres sont développés en toutes lettres. Dans ce dernier cas, on vérifie que la graphie adoptée est présente dans le texte.
  • Parfois la notation des voyelles longues est normalisée. Ainsi/a/long en syllabe fermée s’écrit aujourd’hui aa (comme dans jaar) ; en moyen néerlandais e ou i peuvent également indiquer un allongement, comme dans les graphies jaer ou jair.
  • L’emploi du tréma constitue un problème spécial : les combinaisons de lettres i + e, e + i, e + u, a + u et o + u sont généralement prononcées, dans les dialectes du moyen néerlandais, comme des voyelles longues (ie dans zien) ou comme des diphtongues (ei dans geit ; eu dans reus ; au dans blauw ; ou dans mouw). Dans quelques-unes de ces combinaisons, les voyelles sont en hiatus ; ainsi en vat-il des noms latins Matteüs ou Menelaüs, pour lesquels on place aujourd’hui un tréma sur la deuxième lettre afin d’éviter toute confusion. Si l’on appliquait rigoureusement les règles de l’orthographe actuelle, il faudrait employer le tréma également dans les éditions de textes en moyen néerlandais, mais il n’y a pas d’unanimité sur ce point : le plus souvent il n’est pas utilisé, au prétexte qu’« autrefois on ne le faisait pas non plus ».

23Dans les éditions critiques, tous les autres écarts par rapport au manuscrit, comme la correction de fautes évidentes, doivent être justifiés. La présentation des variantes dépend non seulement des manuscrits et des fragments transmis, mais aussi du public auquel l’édition est destinée.

24Quant l’édition n’est pas accompagnée d’une traduction, on ajoute souvent des annotations, le plus souvent en bas de page. La présence ou l’absence d’annotations dans un texte ainsi que leur ampleur dépendent du public visé. Globalement, on peut dire que moins le texte contient d’annotations et/ou de commentaires, plus il est destiné à des spécialistes, c’est-à-dire à ceux qui maîtrisent convenablement ou parfaitement le moyen néerlandais.

25Reste l’édition diplomatique, qui se propose de suivre le texte du manuscrit au pied de la lettre. En fait, on se contente alors de convertir les lettres médiévales — textualis, cursiva et hybrida — en caractères d’imprimerie modernes. Les abréviations sont parfois résolues, mais pas toujours. Quand elles le sont, leur résolution s’imprime en italique. Souvent, la mise en page du manuscrit est reproduite, si bien que généralement les lignes de prose ne sont pas justifiées à droite.

26Ce genre d’édition est destiné à ceux qui s’occupent des textes en moyen néerlandais à titre professionnel, à des professeurs et à des assistants universitaires, qui sont le plus souvent des spécialistes de littérature. Cependant même ces spécialistes ont beaucoup de mal à interpréter ce matériau brut, non travaillé. En fait, ces éditions strictement diplomatiques sont d’abord à l’usage des philologues — c’est pourquoi elles contiennent le plus souvent une description codicologique très détaillée — ou des linguistes, car les manuscrits ainsi publiés, souvent datés et localisés, constituent une source intéressante.

III. — PROBLÈMES

1. Transmission fragmentaire

  • 21 C’est Willem Pieter Gerritsen (Die wrake van Ragisel, Onderzoekingen over de Middelnederlandse bew (...)

27On a autrefois comparé le corpus de textes littéraires en moyen néerlandais qui nous a été transmis aux décombres que laisse un ouragan21. Pour nombre de textes nous ne possédons qu’une seule bribe de parchemin ne contenant que quelques mots ou vers. Quand on a de la chance, le texte comprend un ou plusieurs noms propres. Ainsi le fragment peut être identifié, pour peu que ces noms apparaissent ailleurs, le plus souvent dans des textes français.

  • 22 Pour un aperçu, voir Bart Besamusca, Repertorium van de Middelnederlandse Karelepiek, Een beknopte (...)

28C’est surtout dans la production épique sur Charlemagne en moyen néerlandais qu’il y a eu massacre. En fait, un seul texte nous a été transmis intégralement : le Karel ende Elegast, qui est la seule chanson de geste à ne pas avoir été transmise en ancien français et qui a, selon toute probabilité, été rédigée directement en moyen néerlandais. Mais là encore, il ne faut pas se fier aux apparences. Cette nouvelle de quelque 1 470 vers ne nous est connue dans sa version complète que sous forme d’un incunable des années 1486-1488. En outre, nous possédons onze fragments manuscrits que l’on peut faire remonter à six manuscrits. La Chanson de Roland, le Renaut de Montauban, le Floovent, le Guillaume d’Orange, le Ayol et d’autres textes ne nous sont parvenus que dans des fragments22.

29Pourtant, ces textes ont joui d’une certaine popularité aux Pays-Bas, comme en témoignent non seulement l’existence de fragments, mais aussi des passages d’autres œuvres en moyen néerlandais. Ainsi, lorsque, dans son Spiegel historiael (Miroir historial), Jacob van Maerlant aborde l’histoire de Charlemagne, il s’en prend aux jongleurs ambulants :

  • 23 Cité d’après Jacob van Maerlant, Spiegel historiael, met de fragmenten der later toegevoegde gedee (...)

Karel es menech waerf beloghen
in groten boerden ende in hoghen,
alse van borderes ende oec dwasen
diene beloeghen van Fierabrase,
dat nie ghesciede noch en was.
Oec eist loghene ende ghedwas
van Pont van Mautriple mede,
van bere Wisslau die snodelhede
ende meneghe favele groet ende cleine.
Die Walen heetene Chaerlemeine:
in weet wat sire mede meenen.
Men vint in vrayen bouken ghenen
dat hi anders oec iet hiet
dan Grote Karle, alsemen siet.
Van Heymen ende van sinen kinden
sone canic niet ghevinden
dat si noint leveden in sinen tiden.
Dies latict al overliden,
entie boerden heenen varen.
Want der Kaerle vele waren,
so tijënt den Groten vele liede
dat sulken anderen ghesciede.
(Jacob van Maerlant, Spiegel historiael, IV. 1.1, v. 39-60)23

  • 24 Sur la version en moyen néerlandais du Renaut de Montauban, voir Irene Spijker, Aymijns kinderen h (...)
  • 25 Voir H. Van Dijk, « Maerlant en de fantasten », dans Frank Berndsen, Hans van Dijk et Gert Jan de (...)

30Maerlant ne peut ignorer, me semble-t-il, que le latin Carolus Magnus donne « Charlemagne » en français. Peut-être le poète s’oppose-t-il ainsi à la francisation du hollandais-flamand, de même qu’aujourd’hui les puristes de la langue combattent l’anglicisation du néerlandais. Le fait que Maerlant signale ici le phénomène de la « concentration épique » montre qu’il s’est rendu compte combien les mêmes aventures étaient prêtées à différents héros. Maerlant fait confiance à ses sources latines, mais considère la Chanson de Fierabras et Renaut de Montauban comme des produits de l’imagination. Bien que l’on connaisse des fragments d’adaptations en moyen néerlandais de ces deux textes24, on peut se demander en quelle langue — néerlandaise ou française — était véhiculée leur matière25.

2. Plus de trois manuscrits

31Si la littérature en moyen néerlandais présente, en ce qui concerne les textes, beaucoup de lacunes, la récolte se révèle meilleure qu’on ne pourrait s’y attendre. La plupart des textes ont été transmis intégralement dans un seul manuscrit. Il est exceptionnel que l’on dispose de plus de trois manuscrits. Quelques exemples suffiront : la Rijmbijbel (Bible rimée) de Jacob van Maerlant, la Tafel van den kersten ghelove (La table de la foi chrétienne) de Dirc van Delf, le Passionael (traduction en moyen néerlandais de la Legenda aurea), les Vaderboeken (Vies des Pères), les traités mystiques de Jan van Ruusbroec.

  • 26 Voir la contribution de Thomas Bein dans ce recueil.

32Aussi les spécialistes du moyen néerlandais considèrent-ils avec envie les littératures voisines : les romans arthuriens de Chrétien de Troyes ont été transmis par au moins sept manuscrits pour Erec et Enide et Le chevalier de la charrette, et jusqu’à quinze pour Perceval ; les poèmes de Walter von der Vogelweide dans 35 manuscrits26 et le Parzival de Wolfram von Eschenbach dans environ 90, les Canterbury Tales de Geoffrey Chaucer dans 89. De tels chiffres font rêver les spécialistes du moyen néerlandais.

  • 27 Voir Johannes Petrus Westgeest, De natuur in beeld, Middeleeuwse mensen, dieren, planten en stenen (...)

33Cependant, même lorsque le nombre des témoins est important, l’ensemble de la tradition manuscrite est rarement pris en compte. L’encyclopédie de la nature, Der naturen bloeme, de Jacob van Maerlant nous a été transmise dans onze manuscrits complets, dont neuf sont enluminés27. De 1872 à 1878, Eelco Verwijs a fait paraître l’édition princeps du texte intégral. Dans son introduction, il mentionne sept manuscrits, mais signale qu’il n’en a vu que quatre, ce qu’il justifie ainsi :

  • 28 « Je n’avais pas l’intention de consulter et de comparer tous les manuscrits qui nous sont connus. (...)

Het lag niet in mijne bedoeling al de ons bekende Hss. te raadplegen en te vergelijken. Deels zoude dat geestdoodende monnikenwerk, reeds zwaar genoeg bij de vergelijking van vier Hss., geene aan de moeite geëvenredigde uitkomsten hebben opgeleverd ; deels ook zouden er allerlei moeilijkheden en bezwaren zijn opgerezen, zoowel met het in gebruik bekomen van de in het buitenland berustende Hss., als ook met het voor een geruimen tijd in gebruik houden dier voor ‘t meerendeel hoogstkostbare werken28.

34Un seul manuscrit, aujourd’hui conservé à la bibliothèque universitaire de Leyde, Bibliotheca Publica Latina, 14a, est à la base de son édition. Verwijs ne justifie pas le choix de ce manuscrit, bien qu’il fût conscient des inconvénients que présentait ce manuscrit abondamment enluminé :

  • 29 « Les soins apportés à la forme ne correspondent pas toujours à ceux qui ont été apportés au fond, (...)

Hoeveel zorg echter aan het uiterlijk is besteed, daaraan beantwoordt niet altijd het innerlijk, daar de tekst op vele plaatsen, vaak tot onkenbaar wordens toe, is bedorven, en het met dit Hs. alleen, zonder vergelijking van andere, onmogelijk zou zijn een zuiveren en verstaanbaren tekst te leveren29.

35En bas de page, il signalera donc des variantes :

  • 30 « Là où cela a été nécessaire, j’ai corrigé le texte du manuscrit de Leyde que j’ai suivi d’après (...)

Waar zulks noodig was heb ik den door mij gevolgden tekst van het Leidsche Hs. hetzij stilzwijgend naar andere Hss. verbeterd, en de verkeerde lezing van het teksths. onder de varianten opgenomen, of, waar de verandering nog al gewichtig was, ze in eene aanteekening vermeld30.

  • 31 Maurits Gysseling (éd.), Corpus van Middelnederlandse teksten (tot en met het jaar 1300). Reeks II (...)

36Il a fallu attendre plus d’un siècle avant que ne paraisse une nouvelle édition de cet ouvrage. En 1981, une édition diplomatique en fut publiée dans le deuxième tome du Corpus-Gysseling, mentionné ci-dessus. Comme le principe de ce corpus consiste à ne retenir que des textes provenant de manuscrits du XIIIe siècle, le choix porta automatiquement sur le manuscrit dit de Detmold, le seul antérieur à 1300. C’est pourquoi cette édition ne pouvait « satisfaire, par principe, au désir de donner un texte critique, c’est-à-dire, reconstruit de Der naturen bloeme »31.

  • 32 Dat seste boec van serpenten, Een onderzoek naar en een uitgave van boek VI van Jacob van Maerlant (...)

37125 ans plus tard, il nous faut constater qu’on ne dispose toujours pas d’une édition critique de Der naturen bloeme. Il se peut que l’ampleur de cet ouvrage (16 680 vers au total) soit un obstacle à une telle entreprise. Seul le sixième livre, consacré aux serpents, a été édité de façon critique par Marcel van der Voort en 2001 : outre le texte critique, cette édition présente les variantes des onze autres manuscrits ainsi que la source latine, le Liber de natura rerum de Thomas de Cantimpré, accompagnée d’une traduction en néerlandais moderne32.

3. Un, deux ou trois manuscrits

38Mais ne nous y trompons pas, le cas du Der naturen bloeme de Maerlant est totalement atypique. Deux ou trois manuscrits d’un même texte suffisent à combler les spécialistes du moyen néerlandais.

  • 33 Voir respectivement Van Sinte Brandane. Naar het Comburgse en het Hulthemse handschrifi, éd. Ernst (...)

39Idéalement, on devrait pouvoir disposer d’une édition synoptique et diplomatique de tous les témoins manuscrits, complétée éventuellement par le texte d’incunables et de post-incunables, mais cela n’est possible que pour des textes d’une ampleur restreinte, comme De reís van Sinte Brandaan (2 300 vers), Vanden vos Reynaerde (3 500 vers) et Karel ende Elegast (1 500 vers)33. Pour les textes plus amples, comme la Rijmbijbel de Maerlant (35 000 vers) et le Lekenspiegel (Miroir des laïcs) de Jan van Boendale (22 000 vers), cela est impossible, du moins sur le papier.

  • 34 CD-Rom Middelnederlands. Woordenboek en teksten, La Haye-Anvers, 1998.
  • 35 Récemment, Ingrid Biesheuvel a soutenu une thèse de doctorat portant sur une étude de la traductio (...)

40Les supports numériques risquent de faire rapidement évoluer la situation. En 1998 est paru un CD-Rom intitulé Middelnederlands, Woordenboek en teksten34. Ce disque contient non seulement le dictionnaire complet du moyen néerlandais de Verdam, mais également un grand nombre de textes, tant édités qu’inédits. Ainsi, à côté de l’édition de De Vries datant des années 1844-1848, on dispose maintenant d’une transcription diplomatique du Lekenspiegel. Les textes disponibles sur internet ne devraient pas cesser de croître dans le futur35.

41Les éditions synoptiques ne sont utiles qu’aux philologues chevronnés, capables en un clin d’œil de repérer les variantes. Pour les historiens de la littérature et les étudiants, ces éditions sont un vrai désastre : outre les difficultés qui accompagnent la lecture d’une édition diplomatique, ils doivent choisir eux-mêmes la leçon qui pourrait être « originale ». Malgré leur travail assidu, les éditeurs qui proposent des éditions synoptiques rendent en fait un mauvais service à leurs collègues.

42À mon avis, l’éditeur se doit de présenter un texte critique. Mais lequel ? Le plus long ou le plus court ? Prenons deux exemples, l'un en vers et l’autre en prose.

  • 36 Ce texte est lié sur plus d’un point avec L’ordene de la chevalerie. Voir Raoul de Hodenc, Le roma (...)
  • 37 Voir Jonathan Riley-Smith, The Crusades, A Short History, Londres, 1987.

43Le premier exemple concerne Van den coninc Saladijn ende van Hughen van Tabaryën (Du roi Saladin et Hugues de Tabarie)36. Ce poème narratif a été rédigé en strophes de huit vers en rime alternée (abababab). Le texte raconte l'histoire d’un croisé nommé Hugues emprisonné par le fameux sultan Saladin. Le récit se déroule donc lors de la troisième croisade (1189-1192)37. Le sultan accepte de libérer Hugues contre une rançon considérable, que le prisonnier n’a pas les moyens de payer. Le sultan reste toutefois disposé à le laisser partir, afin qu’il puisse réunir la somme, une fois rentré chez lui. Mais avant son départ, Saladin le prend à part dans une salle :

  • 38 Je cite la nouvelle édition de ce texte, que je prépare actuellement : « Seigneur Hugues », dit-il (...)

— « Her Hughe, » seidi, « maect mi ter vaert
rudder: ic moet rudderscap kinnen.
Ic hebt langhen tijt begaert.
Wat dat es, doet mi verzinnen;
leert mi haer wesen ende haer aert
om den God diede kerstine minnen. » (Van den coninc Saladijn, v. 67-72)38

44Pendant un instant, Hugues rechigne, mais Saladin finit par parcourir tout le rituel en demandant la signification de chaque étape. Finalement Hugues refuse d’adouber le sultan, parce que Saladin n’est pas chrétien. Tous deux retournent alors dans la grande salle où sont réunis tous les barons de Saladin qui procurent à Hugues tant d’argent et tant de présents qu’il peut racheter sa liberté.

45Ce texte en moyen néerlandais nous est conservé dans trois manuscrits datant du XIVe siècle : Bruxelles, Bibliothèque Royale, 15642-51 ; Oxford, Bodleian Library, Marshall 29 ; Stuttgart, Württembergische Landesbibliothek, Cod. poet. et phil. 2°22. Dans le manuscrit bruxellois, le texte comprend 274 vers, mais il s’agit d’une copie peu soignée : le copiste fait beaucoup d’erreurs et saute, ci et là, des vers. Le texte du manuscrit d’Oxford est plus fiable et plus long (290 vers) : l’omission d’une strophe entière est compensée par la présence de deux strophes finales au lieu d’une seule. Le manuscrit de Comburg — comme on appelle généralement le codex de Stuttgart — contient la version la plus fiable avec 280 vers. L’ordre des strophes y est sensiblement différent de celui des deux autres témoins.

46Quel manuscrit faut-il choisir pour une édition critique, alors que chacun des trois prête à redire ? J’ai pour l’instant opté en faveur du manuscrit de Comburg. Il faudrait ensuite rétablir l’ordre des strophes d’après le manuscrit bruxellois, afin d’obtenir un texte plus ou moins homogène, qui ne soit pas défiguré par des mots ou par une orthographe empruntés à un autre domaine dialectal.

47Mais que faire des deux strophes supplémentaires du manuscrit d’Oxford ? La première dépeint la joie d’Hugues et de Saladin devant l’issue heureuse de l’aventure, mais n’ajoute rien de nouveau. La seconde est une exhortation à observer certaines règles de conduite :

  • 39 « Faites attention, chevaliers et vous tous qui désirez la chevalerie, de vous conformer aux mœurs (...)

Nu siet, ghi riddren, dan mede
alle die ridderscap begharen,
dat ghi houdt der ridders sede,
ochte ghi ridderlijc wilt varen.
Sintmen den heydenen man ridder dede,
ontsach hi Gode diene wilde sparen.
Ay riddren, scaemt u der ridderlichede
die den anderen om niet bezwaren39.

48Je suis d’avis qu’aucune de ces deux strophes ne fait partie du poème.

49Mon second exemple concerne une adaptation en prose en moyen néerlandais de la Vita sanctae Clarae virginis. Dès que Claire, le 11 août 1254, eut rendu le dernier soupir à Assise, on commença à instruire le procès de sa canonisation. Deux ans après, le pape put solennellement l’inscrire au canon des saints. A cette occasion parut également une vita officielle. L’ordre des Clarisses se répandit très rapidement dans toute l’Europe, y compris aux Pays-Bas. Il n’est donc pas étonnant que la vita officielle de la fondatrice de l’ordre ait été traduite en moyen néerlandais.

  • 40 Voir Hier begint die legende der glorioser maghet Sinte Clara, éd. Stephanus Schoutens, Hoogstrate (...)
  • 41 Voir Ludo Jongen, « Like a Pharmacy with Fragrant Herbs, The Legenda Sanctae Clarae Virginis in Mi (...)

50Dans le cadre du huitième centenaire de la naissance de Claire, j’ai préparé, au début des années quatre-vingt-dix, une nouvelle édition d’une adaptation en moyen néerlandais (en prose) de la Vita sanctae Clarae, datant du XVe siècle. Ce texte était certes déjà disponible, mais son édition — accompagnée d’une introduction par trop sommaire — ne répondait pas, même à l’époque de sa parution (1904), aux critères alors en vigueur pour une édition scientifique ; elle fut sévèrement critiquée et tomba dans l’oubli. Bien que je fusse au courant des défauts de cette édition, je fus pris à contre-pied, car le précédent éditeur, le franciscain Schouten, avait fait imprimer, parallèlement au texte du manuscrit, le texte d’une Vita sanctae Clarae en moyen neerlandais conservé dans un incunable, ce qui suggérait à tort que le manuscrit transmettait une adaptation amplifiée d’une précédente traduction en moyen néerlandais40. Une comparaison précise entre quatre vies de Claire en moyen néerlandais, datant toutes du XVe siècle, montra d’abord que l’adaptation à éditer ne dépendait aucunement des autres vies de Claire, et qu’elle n’y était pas liée ; et ensuite que la source latine avait été traduite par deux fois indépendamment et de façon assez littérale41.

4. Un seul manuscrit avec des fragments

  • 42 Bart Besamusca (Repertorium van de Middelnederlandse Arturepiek, Een beknopte beschrijving van de (...)

51La plupart des textes en moyen néerlandais ont été transmis par un seul manuscrit. C’est le cas de tous les romans arthuriens en moyen néerlandais, aussi bien ceux qui ont été traduits de l’ancien français (par exemple Ferguut [Fergut]), que des textes originaux (comme Walewein ende Keie)42. De quelques-uns de ces romans, il ne nous reste que des fragments. Mais qu’en faire ?

  • 43 Ce roman présente des similitudes avec Richars li Biaus en ancien français. Voir Simon Smith, « Ri (...)
  • 44 Voir Roman van den Riddere metter mouwen, éd. B. C. Damsteegt, Marijke van der Wal, Max Jan Merie (...)

52Dans la compilation Lancelot de la Haye, sept romans arthuriens épisodiques ont été insérés avant et après la Queeste vanden Grale (Quête du Graal). Un de ces romans est le Roman vanden Riddere metter mouwen (Roman du chevalier au manche) qui, dans cette version, compte plus de 4 000 vers43. Mais un bi-feuillet d’un autre manuscrit nous conserve une séquence de 320 vers, en partie très abîmés, de ce même roman. Une comparaison nous montre que les 320 vers du fragment correspondent à 95 vers de la compilation Lancelot. Cela confirme une fois de plus la méthode de travail du rédacteur de la compilation Lancelot, qui a parfois fortement abrégé les textes. Comme il est exclu d’intégrer les vers du fragment dans l’édition de la compilation — ce qui produirait un monstre — on ne peut donc que les présenter sous forme d’annexe ou de supplément44.

53Un tout autre problème se pose lorsque des siècles se sont écoulés entre le moment où l’auteur a composé son texte et le moment où le copiste l’a transcrit dans le seul manuscrit qui nous reste. Tel est notamment le cas des textes rédigés par Jacob van Maerlant au début de sa carrière littéraire, entre 1260 et 1265, que nous connaissons uniquement, dans une forme complète, par l’intermédiaire de manuscrits datant de la fin du XVe siècle.

  • 45 Jacob van Maerlant, Dit is die Istory van Troyen, éd. Napoleaon de Pauw et Edward Gailliard, Gand, (...)
  • 46 Jacob van Maerlant, Episodes uit Maerlant’s Historie van Troyen, éd. J. Verdam, Groningue, 1873.
  • 47 En 1880, Johannes Van Vloten publia une édition du GraallMerlijn de Maerlant, avec la continuation (...)

54L’un de ces textes est l’Historie van Troyen, basée sur le Roman de Troie de Benoît de Sainte-Maure. Maerlant a amplifié de 10 000 vers le roman de Benoît — qui en comptait déjà 30 000 — en y ajoutant des adaptations de quelques contes épiques latins (dont l’Achilléide de Stace et l'Enéide de Virgile). Malheureusement, seul un manuscrit copié sur papier dans les années 1470-1480 nous a transmis une Historie van Troyen « complète ». Pour comble d’infortune, le texte y est écrit dans un dialecte moyen néerlandais de l’est. Comment éditer ce texte ? De façon diplomatique, comme dans la seule édition de 1889-189245 ou de façon critique, comme dans un recueil antérieur46 ? Il ne fait aucun doute qu’il est impossible de procéder à une restauration du texte de l’auteur, même si nous disposons d’un grand nombre de fragments des XIVe et XVe siècles47. De nos jours, en tout cas, personne n’y songerait.

55Grâce à l'Historie van Troyen de Maerlant, un nouveau texte a été découvert. Maerlant nous fait, en effet, savoir dans le prologue qu’il a inséré dans son propre ouvrage le texte intégral d’un certain Segher Diengotgaf, et qu’il a indiqué exactement où commençait et où finissait le texte de Segher. Maerlant a bel et bien tenu sa promesse :

  • 48 C’est ainsi que commence le texte de Segher [Diengotgaf] avec le prologue qu’il a rédigé et qui ne (...)

Seghers werc gaet hyer nu an,
met dat prologhe dat hy began,
ende heeft dat Walsche boec niet inne.
Dat seit hy in syn beghynne. (Segher Diengotgaf, Trojeroman, v. 1-4)48

  • 49 Voir Ludo Jongen, « Van Achilles tellen langhe, Onderzoekingen over Maerlants bewerking van Statiu (...)

56Comme Maerlant indique avec précision où commence et où se termine le Roman de Troie de Segher, on pourrait éditer séparément le texte de ce dernier. La question se pose pourtant de savoir dans quelle mesure Maerlant a adapté le texte de son prédécesseur. Il prétend, il est vrai, n’y avoir rien changé, mais nous savons qu’il ne reculait pas devant l’insertion sous forme remaniée de textes qui étaient de sa plume49.

57Or, le Roman de Troie de Segher a également été transmis par le manuscrit dit Van Hulthem, un codex qui date d’environ 1410. Bien que cette version Van Hulthem présente à bien des endroits des écarts et en l’occurrence de meilleures leçons que la version précédemment évoquée, elle n’est pas une copie du texte de Segher, mais un extrait de 1’Historie van Troyen de Maerlant. Jusqu’à peu, seul le Prieel van Troyen, une partie du texte de Segher, était disponible dans une édition moderne, mais en 2001 Jef Janssens et moi avons fait paraître une édition critique de l’ensemble du texte de Segher. Dans cette entreprise, nous avons consciemment opté pour la version « complète » de l'Historie van Troyen de Maerlant, parce qu'elle seule désigne nommément Segher comme l’auteur.

5. Un seul manuscrit, pas de fragments

58Bien des textes en moyen néerlandais nous sont parvenus dans un manuscrit unique qui ne peut être complété par des fragments. Lorsqu’il s’agit d’un texte traduit ou adapté et qu’on arrive à retrouver le texte-source, on peut s’en servir pour amender les passages incompréhensibles ou corrompus, mais lorsqu’il s’agit d’un texte écrit directement en moyen néerlandais, on ne peut que proposer une conjecture bien étayée.

  • 50 Antonius Maria Duinhoven, Bijdragen tot de reconstructie van de Karel ende Elegast, Assen-Groningu (...)
  • 51 Voir par exemple Jozef D. Janssens, Dichter en publiek in creatief samenspel, Over interpretatie v (...)

59Au XXe siècle encore, on a longtemps proposé des conjectures reposant sur l’intuition et le bon goût. Grâce à la paléographie et à la codicologie, on a réussi à voir plus clair dans la composition des manuscrits et dans le travail des copistes. En 1975, Ton Duinhoven publia le premier volume des Bijdragen tot de reconstructie van de Karel ende Elegast (Contributions à la reconstruction du Karel ende Elegast), dans lequel il essaie de reconstruire le texte original en moyen néerlandais de cette nouvelle sur Charlemagne en examinant les fautes des copistes. À cette fin, il part — ou plutôt il doit partir — de l’hypothèse que l’auteur a produit un texte dépourvu de fautes. Le texte de Karel ende Elegast a subi, à travers les âges de nombreuses modifications, causées aussi bien par des fautes de lecture et des fautes d’orthographe que par des interventions intentionnelles de copistes50. La méthode mise en œuvre par Duinhoven a soulevé autant d’admiration que de vives critiques. Les spécialistes de littérature se sont notamment attaqué à l’axiome du texte parfait de l’auteur51. Mais il faut prendre garde à ne pas jeter le bébé avec l’eau du bain : malgré les imperfections de sa méthode, Duinhoven a procuré aux éditeurs d’excellents outils pour construire une argumentation de conjectures et d’émendations.

***

60En conclusion, on peut dire que l’édition de textes en moyen néerlandais n’est pas une sinécure. Les problèmes sont surtout causés par le nombre limité de sources. Là où pour les collègues médiévistes de domaines linguistiques voisins les arbres cachent la forêt, les spécialistes du moyen néerlandais ne disposent guère de forêt. En fait, chaque texte engendre ses propres problèmes selon l’état du ou des témoins qui l’ont conservé.

61Dans ce qui précède je n’ai pas pris en considération le rôle des maisons d’édition. Contrairement au marché des produits dérivés du Moyen Age, comme celui des livres d’histoire magnifiquement illustrés, les textes en moyen néerlandais occupent un segment très mineur. La cause en pourrait être le manque d’intérêt que l’on porte à la littérature néerlandaise ancienne dans l’enseignement pré-universitaire. Mais à supposer que l'on remédie à cet état de fait dans les écoles secondaires, les tirages n’augmenteraient pas de façon spectaculaire, parce qu’il n’y a que vingt-deux millions de locuteurs néerlandophones aux Pays-Bas et en Flandre.

62Une constatation s’impose toutefois. Beaucoup d’éditions ont paru ces dernières années, mais bon nombre d’entre elles sont ou bien trop chères, ce qui interdit de les mettre au programme à l’université — et plus encore dans le secondaire —, ou bien sont rapidement épuisées et donc introuvables dans les circuits courants de distribution.

63Je vous rappelle le titre de cette communication : « Combien partirent pour Cologne ? ». Cette question portait sur le nombre de compagnons qui accompagnaient saint Servais à Cologne pour y déposer un évêque hérétique. Le manuscrit qui date de la fin du XVe siècle mentionne par trois fois quatorze compagnons, bien que seulement douze noms soient cités.

64Malheureusement nous ne disposons pas de fragments de ce passage. Mais le fait que, par trois fois, le nombre de quatorze soit répété, semble indiquer qu’il s’agit ici d’une ou de plusieurs fautes de copiste, puisque le texte a été copié à peu près trois siècles après sa rédaction. Selon toute probabilité, une ou deux paires de rimes, soit deux ou quatre vers, ont été omises au cours du processus de transmission.

  • 52 Voir The Life of Saint Servatius, A Dual-Language Edition of the Middle Dutch « Legend of Saint Se (...)
  • 53 Je tiens à remercier ici le professeur Jos Biemans (Université d’Amsterdam) pour sa lecture critiq (...)

65Mais qui étaient alors ces deux évêques qui manquent ? Les vitae latines, textes-source dont a pu se servir Veldeke, ne donnent pas de solution. Pourtant les Acta de sínodo Coloniensi — probablement une forgerie —, un synode qui aurait eu lieu le 12 mai 346, soit le jour précédent la fête de Servais, nous livrent quatorze noms. Comme il s’agit de deux noms latins, il serait facile de fabriquer les vers qui manquent, mais une solution plus élégante serait de signaler la faute en note52. La réponse à la question posée au seuil de cette contribution est donc quatorze53.

Bibliographie

Bibliographie sélective

Besamusca, Bart, Repertorium van de Middelnederlandse Karelepiek, Een beknopte beschrijving van de handschriftelijke overlevering, Utrecht, 1983.

Besamusca, Bart, Repertorium van de Middelnederlandse Arturepiek, Een beknopte beschrijving van de handschriftelijke en gedrukte overlevering, Utrecht, 1985.

Duinhoven, Antonius Maria, Bijdragen tot de reconstructie van de Karel ende Elegast, Assen-Groningue, 1975-1981 (Neerlandica Traiectina, 21 et 27), 2 vol.

Kienhorst, Hans, De handschriften van de Middelnederlandse ridderepiek, Een codicologische beschrijving, Deventer, 1988 [= 1989], 2 vol.

Sonnemans, Gerard (éd.), Middeleeuwse verzamelhandschrifien uit de Nederlanden, Congres Nijmegen 14 oktober 1994, Hilversum, 1996 (Middeleeuwse studies en bronnen, 51).

Notes

1 Voir The Life of Saint Servatius, A Dual-Language Edition of the Middle Dutch « Legend of Saint Servatius » by Heinrich von Veldeke and The Anonymous Upper German « Life of Saint Servatius », éd., trad. et commentaire Kim Vivian, Ludo Jongen et Richard H. Lawson, Lewiston (NY), 2005, p. 55-56 (= Heinrich von Veldeke, livre Ier, 1257-1288).

2 Les informations données sur Heinrich Hoffmann von Fallersleben ont été empruntées à Kornelis Herman De Raaf, Hoffmann von Fallersleben, Voortrekker in het oude land der Dietsche letteren, La Haye, 1943.

3 Sur Jonckbloet, voir Ingrid Biesheuvel, « Strijder tegen dilettanten, Willem Joseph Andries Jonckbloet (1817-1885) », dans Wim van Anrooij, Dini Hogenelst et Geert Warnar (éd.), Der vaderen boek, Beoefenaren van de studie der Middelnederlandse letterkunde, Amsterdam, 2003, p. 49-60.

4 Sur De Vries, voir Karina Van Dalen-Oskam, « De idealistische lexicograaf, Matthias de Vries (1818-1883) », dans Der vaderen boek..., p. 61-76.

5 Sur Verdam, voir Sabrina Corbellini et Karina van Dalen-Oskam, « Een gelukkig mensch, Jakob Verdam (1845-1919) », dans Der vaderen boek..., p. 105-120.

6 Le substantif « bloeme » est ici à prendre au sens de la fine fleur de la Création.

7 Voir Jeanne Verbij-Schillings, « Vaandeldrager van de studie van de Middelnederlandse letterkunde, Jan Frans Willems (1793-1846) », dans Der vaderen boek..., p. 23-36.

8 Voir Nolanda Klunder, « Dezen onverdroten werkman in den Vlaamschen wijngaard, Philip-Marie Blommaert (1808-1871) », dans Der vaderen boek..., p. 37-48.

9 Voir Leven van Sinte Lutgart, tweede en derde boek, naar een Kopenhaagsch handschrift [...], éd. Frans van Veerdeghem, Leyde, 1899.

10 Voir Willem Hendrik Beuken, Het Middelnederlandsche gedicht Vanden levene ons Heren, Purmerend, 1928-1929, 2 vol. 

11 Voir Dirc van Delf, Tafel van den Kersten ghelove, éd. Ludovicus Maria Franciscus Daniels, Anvers-Nimègue-Utrecht, 1937-1939 (Tekstuitgaven van Ons geestelijk erf, 4-7), 4 vol.

12 Maurits Gysseling (dir.), avec la collab. de Willy Pijnenburg, Corpus van Middelnederlandse teksten (tot en met het jaar 1300), Reeks II: Literaire handschriften, La HayeLeyde, 1980-1987, 6 vol. [vol. I fragments ; vol. II Jacob van Maerlant, Der naturen bloeme ; vol. III et IV Jacob van Maerlant, Rijmbijbel ; vol. V Sente Lutgard (ms de Copenhague) et vol. VI Sinte Lutgart, Sinte Kerstine (ms d’Amsterdam) et Nederrijns Moraalboek]. En 1977 neuf volumes (index indus) avec des documents officiels avaient déjà paru.

13 Voir respectivement Lantsloet vander Haghedochte, Fragmenten van een Middelnederlandse bewerking van de Lancelot en prose, ed. Willem Pieter Gerritsen, AmsterdamOxford-New York, 1987 (Middelnederlandse Lancelotromans, 2) et Orlanda Soei Han Lie, The Middle Dutch Prose Lancelot, A Study of the Rotterdam Fragments and Their Place in the French, German, and Dutch Lancelot en prose Tradition, With an Edition of the Text, Amsterdam-Oxford-New York, 1987 (Middelnederlandse Lancelotromans, 3).

14 Voir Lanceloet, De Middelnederlandse vertaling van de Lancelot en prose overgeleverd in de Lancelotcompilatie, Pars 1 (vss. 1-5530, voorafgegaan door de verzen van het Brusselse fragment), éd. Bart Besamusca et Ada Postma, Hilversum, 1997 (Middelnederlandse Lancelotromans, 4) ; Lanceloet, De Middelnederlandse vertaling van de Lancelot en prose overgeleverd in de Lancelotcompilatie. Pars 2 (vss. 5531-10740), met een inleidende studie over de vertaaltechniek door [...], éd. Bart Besamusca (éd.), Assen-Maastricht, 1991 (Middelnederlandse Lancelotromans, 5) ; Lanceloet, De Middelnederlandse vertaling van de Lancelot en prose overgeleverd in de Lancelotcompilatie, Pars 3 (vss. 10741-16263), éd. Frank Brandsma, Assen-Maastricht, 1992 (Middelnederlandse Lancelotromans, 6) ; Lanceloet, De Middelnederlandse vertaling van de Lancelot en prose overgeleverd in de Lancelotcompilatie, Pars 4 (vss. 16264-26636), éd. Ada Postma, Hilversum, 1998, (Middelnederlandse Lancelotromans, 6). Dans la même série a paru également une édition du Perceval en moyen néerlandais : Soetje Ida Oppenhuis de Jong, De Middelnederlandse Perceval-traditie, Inleiding en editie van de bewaarde fragmenten van een Middelnederlandse vertaling van de Perceval of Conte du Graal van Chrétien de Troyes, en de Perchevael in de Lancelotcompilatie, Hilversum, 2003 (Middelnederlandse Lancelotromans, 9).

15 Ont paru entre temps neuf volumes : Het handschrift-Borgloon, Hs. Amsterdam, Universiteitsbibliotheek (UvA), I A 24 l. m. n, éd. diplomatique Jos Biemans, Hans Kienhorst, Willem Kuipers et Rob Resoort, Hilversum, 2000 [= 2001] (Middeleeuwse Verzamelhandschriften uit de Nederlanden, 5); Het handschrift-Jan Phillipsz, Hs. Berlijn, Staatsbibliothek Preussischer Kulturbesitz Germ. Qu. 557, éd. diplomatique Herman Brinkman, Hilversum, 1995 (Middeleeuwse verzamelhandschriften uit de Nederlanden, 2); Het Comburgse handschrift, Hs. Stuttgart, Württembergische Landesbibliothek, Cod. poet. et phil. 222, éd. diplomatique Herman Brinkman et Janny Schenkel, Hilversum, 1997 (Middeleeuwse verzamelhandschriften uit de Nederlanden, 4), 2 vol.; Het handschrift-Van Hulthem, Hs. Brussel, Koninklijke Bibliotheek van België, 15.589-623, éd. diplomatique Herman Brinkman et Janny Schenkel, Hilversum, 1999 (Middeleeuwse verzamelhandschriften uit de Nederlanden, 7), 2 vol.; Marie-José Govers (dir.), Het Geraardsbergse handschrift, Hs. Brussel, Koninklijke Bibliotheek Albert I, 837-845, éd. diplomatique Mariken Goris, Peter van Heusden [e.a.], introduction codicologique Hans Kienhorst, Hilversum, 1994 (Middeleeuwse verzamelhandschriften uit de Nederlanden, 1); Het Weense arteshandschrift, Hs. Wenen, Österreichische Nationalbibliothek, 2818, éd. diplomatique Erwin Huizenga, Hilversum, 2004 (Middeleeuwse verzamelhandschriften uit de Nederlanden, 10), 2 vol.; Het Tübingse SintGeertruihandschrift, Hs. Tübingen, Universitätsbibliothek, Me.IV.3, éd. diplomatique Hans Kienhorst et Gerard Sonnemans, Hilversum, 1996 (Middeleeuwse verzamelhandschriften uit de Nederlanden, 3); Het Hartebok, Hs. Hamburg, Staats-und Universitätsbibliothek, 102c in scrinio, édition diplomatique Erika Langbroek et Annelies Roeleveld, avec la collab. d’Ingrid Biesheuvel, introduction codicologique Hans Kienhorst, éd., Hilversum, 2001 (Middeleeuwse verzamelhandschriften uit de Nederlanden, 8); Het Haagse handschrift van heraut Peyeren, Hs. Den Haag, Koninklijke Bibliotheek, 131 G 37, éd. diplomatique Jeanne Verbij-Schillings, Hilversum, 1999 (Middeleeuwse verzamelhandschriften uit de Nederlanden, 6). Sur ce projet, voir aussi Gerard Sonnemans (éd.), Middeleeuwse verzamelhandschriften uit de Nederlanden, Congres Nijmegen 14 oktober 1994, Hilversum, 1996 (Middeleeuwse studies en bronnen, 51).

16 Lors du congrès « Histories of Edition » à Amsterdam, au 16 et 17 décembre 2005, Paul Wackers a présenté une communication intitulée « Editing Van den vos Reynaerde », dans laquelle il décrit les différentes manières d’éditer des textes au XXe siècle. Nos observations recoupent en partie les siennes. Paul Wackers espère publier cette communication dans Variants. Je le remercie d’avoir bien voulu mettre à ma disposition cette contribution.

17 Je ne prends pas en considération les éditions fac-similés, qui ne sont pas, en fait, des éditions, mais des collections de photos. D’ailleurs, grâce à la photographie digitale et à internet, les manuscrits seront disponibles de plus en plus facilement et rapidement.

18 La collection « Tekst in context » [Texte en contexte] publiée par Amsterdam University Press en est un bon exemple. On y trouve des textes en vers présentés en moyen néerlandais (accompagnés d’une traduction en néerlandais moderne) ou seulement dans une version modernisée. Cette collection, qui s’adresse aux élèves de lycée (16-18 ans), donne de nombreuses informations sur le contexte d’écriture et de réception des textes.

19 Mes observations se basent sur les chiffres de vente de mes propres publications et sur ce qui est épuisé ou introuvable dans les librairies de neuf et d’occasion.

20 Actuellement quatre collections sont actives aux Pays-Bas, à savoir : Nederlandse klassieken chez Prometheus/Bert Bakker à Amsterdam (texte et traduction), Alfa, Literaire teksten uit de Nederlanden chez Amsterdam University Press (texte et annotations), Delta qui voit la collaboration de quelques maisons d’édition néerlandaises et flamandes (le plus souvent texte et traduction), enfin Middelnederlandse tekstedities chez l’éditeur Verloren à Hilversum (textes avec traduction ou annotations). Il faut aussi signaler ici des collections « étrangères » : chez Boydell et Brewer (Woodbridge), David F. Johnson et Geert Claassens ont édité tous les romans arthuriens en moyen néerlandais accompagnés d’une traduction anglaise. Agenda Verlag (Münster) a commencé l’édition d’une Bibliothek mittelniederlândische Literatur (BIMILI) de textes en moyen néerlandais accompagnés d’une traduction allemande.

21 C’est Willem Pieter Gerritsen (Die wrake van Ragisel, Onderzoekingen over de Middelnederlandse bewerkingen van de Vengeance Raguidel, gevolgd door een uitgave van de Wrake-teksten, Assen, 1963 (Neerlandica Traiectina, 13), p. 147) qui a employé cette image pour la première fois.

22 Pour un aperçu, voir Bart Besamusca, Repertorium van de Middelnederlandse Karelepiek, Een beknopte beschrijving van de handschriftelijke overlevering, Utrecht, 1983. Voir aussi Ben van der Have, « De Middelnederlandse Karelepiek : de fragmenten en het gehaal », dans Bart Besamusca et Jaap Tigelaar (éd.), Karolus rex : Studies over de middeleeuvse verhaaltraditie rond Karel de Grote, Hilversum, 2005, p. 77-92.

23 Cité d’après Jacob van Maerlant, Spiegel historiael, met de fragmenten der later toegevoegde gedeelten, éd. Matthijs De Vries et Eelco Verwijs, Utrecht, 1982, 4 vol. , réimpr. de l’éd. Leyde, 1861-1879, t. III, p. 170 : « Charle[magne] a été souvent calomnié, tant dans les contes drolatiques que dans les contes sérieux de sots romanciers. Ils racontent des absurdités sur Fierabras : cette histoire n’a jamais eu lieu. Ce sont des absurdités que l’on raconte sur Pont Mautriple, des balivernes et toutes sortes de sornettes et d’histoires concernant l’ours Wisselau. Les Wallons appellent Charles Charlemagne, mais j’ignore ce qu’ils veulent dire par là. Dans aucune chronique fiable on ne lit qu’il est appelé autrement que “le Grand”. En outre, je n’ai pas trouvé que Aymon et ses enfants aient vécu au temps de Charlemagne. C’est pourquoi je passe toutes ces histoires, car il n’y a pas qu’un seul Charles : les conteurs ont attribué certains exploits à Charlemagne, mais ils ont été accomplis par un autre Charles ».

24 Sur la version en moyen néerlandais du Renaut de Montauban, voir Irene Spijker, Aymijns kinderen hoog te paard, Een studie over Renout van Montelbaen en de Franse Renaut-traditie, Hilversum, 1990 (Middeleeuwse studies en bronnen, 22).

25 Voir H. Van Dijk, « Maerlant en de fantasten », dans Frank Berndsen, Hans van Dijk et Gert Jan de Vries (éd.), Poëtica-onderzoek in de praktijk, Groningue, 1993, p. 33-38.

26 Voir la contribution de Thomas Bein dans ce recueil.

27 Voir Johannes Petrus Westgeest, De natuur in beeld, Middeleeuwse mensen, dieren, planten en stenen in de geïllustreerde handschriften van Jacob van Maerlants Der naturen bloeme, Westgeest, 2006 [thèse de l’univ. de Leyde].

28 « Je n’avais pas l’intention de consulter et de comparer tous les manuscrits qui nous sont connus. D’une part, parce que cet assommant travail de moine, déjà difficile lorsqu’il est effectué sur quatre manuscrits, n’aurait pas eu de résultats proportionnels aux efforts ; d’autre part parce qu’il y aurait eu toutes sortes de difficultés et d’empêchements, tant pour faire venir les manuscrits de l’étranger, que pour pouvoir consulter longtemps ces ouvrages, en majorité très précieux » (Jacob van Maerlant, Naturen bloeme, éd. Eelco Verwijs, Arnhem, 1980, réimpr. de l’éd. Leyde, 1878, p. li).

29 « Les soins apportés à la forme ne correspondent pas toujours à ceux qui ont été apportés au fond, car le texte est à plusieurs endroits corrompu, parfois au point de devenir méconnaissable ; et à partir de ce seul manuscrit, sans le comparer à d’autres, il serait impossible de produire un texte pur et intelligible » (ibidem, p. liii).

30 « Là où cela a été nécessaire, j’ai corrigé le texte du manuscrit de Leyde que j’ai suivi d’après d’autres manuscrits, soit en incluant les leçons rejetées dans les variantes, soit, si l’altération était d’une certaine importance, en mentionnant les leçons rejetées dans une note » (ibidem, p. lxii).

31 Maurits Gysseling (éd.), Corpus van Middelnederlandse teksten (tot en met het jaar 1300). Reeks II : Literaire handschriften, m.m.v. en van woordindices voorzien door Willy Pijnenburg, La Haye-Leyde, 1980-1987, t. II, p. XV.

32 Dat seste boec van serpenten, Een onderzoek naar en een uitgave van boek VI van Jacob van Maerlants Der naturen bloeme, éd. Marcel Johannes Maria Van der Voort, Hilversum, 2001 (Middeleeuwse studies en bronnen, 75) [thèse de l’univ. de Leyde].

33 Voir respectivement Van Sinte Brandane. Naar het Comburgse en het Hulthemse handschrifi, éd. Ernst Bonebakker, Amsterdam, 1894 [thèse de l’univ. de Leyde] ; Van den vos Reynaerde. I Teksten, diplomatisch uitgegeven naar de bronnen vóór het jaar 1500 door [...], éd. Wytze Gerbens Hellinga, Zwolle, 1952 ; Karel ende Elegast, diplomatische uitgave van de Middelnederlandse teksten en de tekst uit de Karlmeinet-compilatie, éd. Antonius Maria Duinhoven, Zwolle, 1969 (Zwolse drukken en herdrukken, 62).

34 CD-Rom Middelnederlands. Woordenboek en teksten, La Haye-Anvers, 1998.

35 Récemment, Ingrid Biesheuvel a soutenu une thèse de doctorat portant sur une étude de la traduction en moyen néerlandais du Pèlerinage de vie humaine de Guillaume de Digulleville (Ingrid Erica Biesheuvel, Die pelgrimage vander menscheliker creaturen, Een studie naar overlevering en vertaal-en bewerkingstechniek van de Middelnederlandse vertalingen van de Pelerinage de la vie humaine (1330-1331) van Guillaume de Digulleville met een kritische editie van handschriji Utrecht, Museum Catharijnconvent BMH 93, Hilversum, 2005 (Middeleeuwse studies en bronnen, 89) [thèse de l’univ. de Leyde]). Comme elle ne pouvait intégrer dans son livre qu’un seul texte critique des versions en moyen néerlandais, elle a publié les autres versions surwww.dbnl.nl. Ces dernières années, on a publié sur ce site un grand nombre de textes, aussi bien des versions numériques d’éditions qui ne sont plus disponibles, que des textes nouveaux qui n’étaient pas publiés jusqu’à présent.

36 Ce texte est lié sur plus d’un point avec L’ordene de la chevalerie. Voir Raoul de Hodenc, Le roman des eles — The Anonymous Ordene de chevalerie, éd. et trad. anglaise Keith Busby, Amsterdam-Philadelphie (PA), 1983 (Utrecht Publications in General and Comparative Literature, 17).

37 Voir Jonathan Riley-Smith, The Crusades, A Short History, Londres, 1987.

38 Je cite la nouvelle édition de ce texte, que je prépare actuellement : « Seigneur Hugues », dit-il, « adoubez-moi dès maintenant. Il me faut savoir ce qu’est la chevalerie. J’ai longtemps désiré le savoir. Expliquez-moi ce que c’est ; apprenez-moi sa nature et son essence, pour l’amour du Dieu que les chrétiens aiment ! »

39 « Faites attention, chevaliers et vous tous qui désirez la chevalerie, de vous conformer aux mœurs des chevaliers, si vous désirez vous présenter comme tel. Depuis que l’on a adoubé le païen [Saladin], il a respecté Dieu qui a voulu l’épargner. Ah, chevaliers, vous qui nuisez aux autres sans aucune raison, soyez honteux de votre chevalerie. »

40 Voir Hier begint die legende der glorioser maghet Sinte Clara, éd. Stephanus Schoutens, Hoogstraten, 1904.

41 Voir Ludo Jongen, « Like a Pharmacy with Fragrant Herbs, The Legenda Sanctae Clarae Virginis in Middle Dutch », dans Collectanea Franciscana, t. 65, 1995, p. 221-245 ; Het leven van de zalige maagd Sint Clara, De Middelnederlandse bewerking van de Legenda Sanctae Clarae Virginis, éd. L. Jongen, Megen, 1998 (San Damianoreeks, 11).

42 Bart Besamusca (Repertorium van de Middelnederlandse Arturepiek, Een beknopte beschrijving van de handschriftelijke en gedrukte overlevering, Utrecht, 1985) donne un aperçu de la tradition manuscrite des romans arthuriens en moyen néerlandais. Pour une synthèse de la tradition manuscrite des romans de chevalerie en moyen néerlandais, voir Hans Kienhorst, De handschriften van de Middelnederlandse ridderepiek, Een codicologische beschrijving, Deventer, 1988 [ = 1989], 2 vol.

43 Ce roman présente des similitudes avec Richars li Biaus en ancien français. Voir Simon Smith, « Richars en de Riddere metter mouwen toch neven ? Nieuwe aandacht voor een oude hypothese », dans Voortgang, Jaarboek voor de Neerlandistiek, t. 9, 1988, p. 91-116 ; Idem, « Van koning tot kroonprins, Over de structuur van de Roman van den Riddere metter Mouwen », dans Fred de Bree et Roel Zemel (éd.), « In onser scole », Opstellen over middeleeuwse letterkunde voor Prof.dr. Margaretha H. Schenkeveld, Amsterdam, 1989 (Uitgaven Stichting Neerlandistiek, VU 5), p. 109-141.

44 Voir Roman van den Riddere metter mouwen, éd. B. C. Damsteegt, Marijke van der Wal, Max Jan Merie De Haan et Ludo Jongen, Utrecht, 1983 (Publikaties van De Vakgroep Nederlandse Taal-en Letterkunde, 11).

45 Jacob van Maerlant, Dit is die Istory van Troyen, éd. Napoleaon de Pauw et Edward Gailliard, Gand, 1889-1892, 4 vol.

46 Jacob van Maerlant, Episodes uit Maerlant’s Historie van Troyen, éd. J. Verdam, Groningue, 1873.

47 En 1880, Johannes Van Vloten publia une édition du GraallMerlijn de Maerlant, avec la continuation de Lodewijk van Velthem, d’après le seul manuscrit en moyen néerlandais de l’est de la fin du XVe siècle. Dans cette édition Van Vloten a restitué le texte que Maerlant et Van Velthem auraient écrit, ce qui lui a valu des critiques acerbes. Voir Fred Lodder, « Strijd tegen de bent van letterknechten. Johannes van Vloten (1818-1883) », dans Wim van Anrooij, Dini Hogenelst et Geert Warnar (éd.), Der vaderen boek..., p. 77-90.

48 C’est ainsi que commence le texte de Segher [Diengotgaf] avec le prologue qu’il a rédigé et qui ne se trouve pas dans le Roman de Troie de Benoît. Cité d’après Segher Diengotgaf, Trojeroman, éd. Jozef Janssens et Ludo Jongen, Amsterdam, 2001.

49 Voir Ludo Jongen, « Van Achilles tellen langhe, Onderzoekingen over Maerlants bewerking van Statius’Achilleis in de Historie van Troyen » [...] [avec un résumé en français], Deventer, 1988 (Deventer studiën, 8).

50 Antonius Maria Duinhoven, Bijdragen tot de reconstructie van de Karel ende Elegast, Assen-Groningue, 1975-1981 (Neerlandica Traiectina, 21 et 27), surtout t. I. Cf. Max Jan Marie De Haan, Enige aspecten van de tekstkritiek van Middelnederlandse teksten, Leyde, 1973 [thèse de l’univ. de Leyde].

51 Voir par exemple Jozef D. Janssens, Dichter en publiek in creatief samenspel, Over interpretatie van Middelnederlandse ridderromans, Leuven-Amersfoort, 1988 (Leuvens studiën en tekstuitgaven, Nieuwe reeks, 7), p. 1-46. Voir aussi A. M. Duinhoven, « Basin en Elegast », dans Bart Besamusca et Jaap Tigelaar (éd.), Karolus rex : Studies over de middeleeuvse verhaaltraditie rond Karel de Grote, Hilversum, 2005, p. 93-104.

52 Voir The Life of Saint Servatius, A Dual-Language Edition of the Middle Dutch « Legend of Saint Servatius » by Heinrich von Veldeke and The Anonymous Upper German « Life of Saint Servatius », éd., trad. et commentaire Kim Vivian, Ludo Jongen et Richard H. Lawson, Lewiston (NY), 2005, p. 235.

53 Je tiens à remercier ici le professeur Jos Biemans (Université d’Amsterdam) pour sa lecture critique d’une version antérieure de cet article, ainsi que ma collègue Julia Szirmai (Université de Leyde) qui a traduit en français cette contribution.

Auteur

© Publications de l’École nationale des chartes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search