Version classiqueVersion mobile

Pratiques philologiques en Europe

 | 
Frédéric Duval

L’édition de textes en anglais médiéval : remarques sur les pratiques philologiques en Angleterre

Leo Carruthers

Texte intégral

I. — L’INFLUENCE DU NEW ENGLISH DICTIONARY

1Plusieurs organismes privés ou sociétés savantes s’occupent de l’édition de textes anglais du Moyen Age, comme The Early English Text Society, The Scottish Text Society, Methuen’s Old English Library, ou encore (mais il ne s’agit pas de textes de langue anglaise) The Anglo-Norman Text Society. La première nommée est de loin la plus ancienne et la plus importante : fondée en 1864, The Early English Text Society (EETS) publie des éditions savantes de textes vieil-anglais et moyen-anglais et sa collection, augmentée de plusieurs titres par an, est la plus vaste. L’origine de cette société, directement en rapport avec le grand dictionnaire d’Oxford, est des plus intéressantes, car elle révèle toute une tranche de la vie savante du XIXe et du XXe siècle, creuset des travaux littéraires, historiques et philologiques. Le plus remarquable dictionnaire jamais publié dans le domaine anglais reflète parfaitement les grands courants scientifiques de son époque ; il reste encore, par ses éditions successives, ainsi que par la famille d’ouvrages auxquels il a donné naissance, l’un des instruments de recherche les plus influents de nos jours. Nommé à l’origine A New English Dictionary on Elistorical Principles, ou NED (paru en fascicules entre 1884 et 1928), il est plus couramment connu par le sigle OED, pour Oxford English Dictionary, nom parallèle employé dès 1895 qui deviendra le seul nom officiel lors de la seconde édition (1989).

2Ce « monument » est une source inépuisable de richesses, l’ouvrage ayant profité, depuis 150 ans, de la collaboration d’éminents lexicographes et historiens. Fondé sur des sources historiques, le NED/OED décrit et explique tous les mots de la langue anglaise depuis leur première apparition dans la langue écrite, accompagnés de nombreuses citations. Ces dernières ont été puisées non seulement dans des textes en anglais, mais aussi en d’autres langues (notamment le français), dont on connaît les apports en matière de vocabulaire depuis le Moyen Age. Le NED/OED est, par conséquent, non seulement un dictionnaire des mots, mais des idées, ainsi qu’une source inestimable de référence pour les textes et les auteurs de toutes les époques. De plus, il a donné naissance, au cours du XXe siècle, à de nombreux autres ouvrages de référence plus spécialisés.

3Ce dictionnaire n’était pas, bien sûr, le premier consacré à la langue anglaise. Aucune de ces publications, cependant, ne satisfaisait aux exigences de la philologie de l’époque. C’est précisément pour apporter de la lumière à la question des origines qu’un groupe de savants anglais ont fondé, en 1842, la Philological Society, pour l’étude de la philologie historique comparée. Les Britanniques, en retard par rapport aux Allemands, avaient besoin d’examiner de plus près leur propre langue, qu’ils cherchaient à mettre en relation non seulement avec le germanique, mais aussi avec le latin, le grec et le sanscrit. Une des premières tâches était de repérer le vocabulaire anglais de leur propre époque, parlé et écrit, en partant du principe que les dictionnaires existants, on le savait, étaient incomplets. Au bout de quelques années, le comité pour la recherche a conclu qu’il serait nécessaire de prévoir un nouvel ouvrage de grande envergure si l’on voulait rendre compte des vraies richesses du vocabulaire.

4La véritable naissance du projet date de 1857 quand l’un des membres de la Philological Society, Richard Chevenix Trench (1807-1886), auteur de plusieurs ouvrages sur l’histoire des mots, prononce deux conférences sur « Les insuffisances des actuels dictionnaires d’anglais », dans lesquelles il exposait ses idées sur l’organisation éventuelle d’un nouveau dictionnaire. Il insiste notamment sur le traitement des sources littéraires imprimées, la recherche des mots anciens dans les manuscrits inédits, le classement des vocables par famille et par sens, et la citation directe des textes pour illustrer l’environnement des mots ; le tout, effectué selon des principes rigoureux, scientifiques, afin de ne rien laisser au hasard.

  • 1 [Anonyme, Philological Society], Proposal for a Publication of a New English Dictionary by the Phil (...)

5On reconnaît là l’influence de la méthode allemande : déjà, en 1812, l’helléniste Franz Passow avait suggéré, pour le lexique grec, l’importance d’appuyer les définitions d’un mot par des citations de texte en ordre chronologique ; et en 1838, les frères Grimm avaient commencé le Deutsches Wörterbuch, dans le but de repérer tous les mots allemands à partir du XVIe siècle. En France aussi, Emile Littré suit l’exemple des Grimm : à partir de 1841 (date de son contrat avec Hachette) il entreprend, seul, son Dictionnaire de la langue française. Même si la publication du premier volume ne se fait qu’en 1863 (suivie des trois autres tomes en 1872-1873), les travaux de préparation effectués par Littré ont été tôt connus des savants anglais. Forte de ces exemples, et inspirée par les propositions de Richard Chevenix Trench, la Philological Society a décidé, en 1858, de commencer un nouveau dictionnaire anglais, établi « selon des principes historiques »1. Herbert Coleridge (1830-1861) fut nommé premier rédacteur-en-chef, suivi, lors de sa mort précoce, par Frederick Furnivall (1825-1910), qui était déjà secrétaire de la Philological Society depuis 1853.

6Le programme était vaste : en effet, ayant fixé l’an 1000 comme limite dans le temps, la Société s’est donné comme but de répertorier tous les mots, courants ou obsolètes, employés en anglais depuis huit siècles. Plus tard, notamment sous la direction de James Murray, il s’est avéré nécessaire de fixer comme nouvelle limite 1150, date choisie pour marquer la fin de la période anglo-saxonne, quand les désinences grammaticales, caractéristiques du vieil-anglais, s’étaient nettement affaiblies. Il fallait définir les mots selon leur usage en contexte, usage qui serait prouvé par de nombreuses citations relevées dans des milliers d’œuvres littéraires. Les textes eux-mêmes devaient être lus et décortiqués par des centaines de volontaires vivant dans de nombreux pays.

  • 2 La New Chaucer Society, fondée en 1978, ne se donne pas les mêmes objectifs ; son volume annuel de (...)

7Le lancement de ce projet a eu des conséquences directes sur les études, non seulement de la langue anglaise, mais aussi de la littérature et de l’histoire du Moyen Age. Car pour chercher les mots, il fallait bien que les lecteurs volontaires eussent accès aux textes. Or, pour la période médiévale, le nombre de textes imprimés était encore extrêmement réduit : quantité d’écrits anciens languissaient, inconnus du public, dans des manuscrits au fond des bibliothèques. Afin de les rendre accessibles, il était indispensable d’éditer et de publier les manuscrits. C’est dans ce but que Frederick Furnivall a fondé plusieurs sociétés savantes dont la tâche précise était d’éditer les textes : en 1864, la Early English Text Society, et en 1865, la Chaucer Society, du nom du plus fécond poète anglais du Moyen Âge. L’importance de ces associations allait dépasser, de loin, les simples besoins des lexicographes. Presque un siècle et demi plus tard, la EETS poursuit encore son travail, en éditant chaque année plusieurs textes (en moyenne, trois ou quatre volumes par an). La publication des manuscrits a permis de reculer les limites chronologiques du Dictionnaire jusqu’au VIIIe siècle, époque où l’anglais écrit a fait son entrée sur la scène européenne. Quant à la Chaucer Society, si elle a cessé son activité, une fois publiées les œuvres du poète éponyme (dont il existe de nombreux manuscrits du XVe siècle), sa contribution à la littérature anglaise est loin d’avoir été oubliée2.

  • 3 Les éditions aujourd’hui désuètes et remplacées sont, dans les OS, les numéros 4 (1864), 13 (1866), (...)

8La EETS ne possède pas sa propre imprimerie, mais publie d’abord chez Kegan Paul à Londres, puis, à partir de 1908, en collaboration avec la Oxford University Press. Les documents appartiennent à tous les genres, en prose comme en poésie, des archives officielles aux romans chevaleresques. Le catalogue pour 2006 contient 470 volumes : 325 dans la série originale (OS = Original Series), 126 dans la série extraordinaire (ES = Extra Series), 22 dans la série supplémentaire (SS = Supplementary Series). Les volumes « ES », qui ont cessé de paraître en 1920, étaient des ouvrages dont il existait déjà une édition hors de la collection, mais qui était difficile d’accès ou jugée insatisfaisante. Depuis 1970 la série supplémentaire « SS » remplit, en quelque sorte, la même fonction, c’est-à-dire qu’elle remplace certaines anciennes éditions publiées par la EETS elle-même. Néanmoins la politique qui consiste à remplacer des volumes insatisfaisants, ceux qui ne répondent pas parfaitement aux principes modernes de l’édition, était amorcée dès 1934. En épluchant le catalogue on découvre que, depuis cette année-là, dix-neuf volumes ont cédé la place à une nouvelle édition3.

  • 4 Stephen Morrison souligne cette originalité dans son article, « The Devil’s Fair Daughters : A Midd (...)

9Dix-neuf seulement, sur 470, paraît être un chiffre assez modeste, mais cela risque d’augmenter peu à peu à l’avenir. Si trois titres des premières années (1864-1866) ont été actualisés, il est difficile de dire combien d’autres éditions auraient besoin d’être refaites ; mais il est communément admis aujourd’hui, parmi les spécialistes, que les éditions du XIXe siècle ne satisfont pas aux critères actuels. Malgré toute l’admiration que l’on se doit d’avoir pour les pionniers, il est vrai que beaucoup d’éléments nouveaux sont à prendre en compte, en philologie, en paléographie, et en découverte de nouveaux manuscrits. Certains auteurs anciens, parmi les plus célèbres, ont bénéficié d’une activité éditoriale constante et renouvelée, mettant à la disposition du public une ou plusieurs éditions d’excellente qualité, pas forcément publiées chez EETS ; c’est le cas, par exemple, des poètes du XIVe siècle, Chaucer, Langland, Gower, et l’anonyme de Sire Gauvain et le Chevalier Vert ; mais ces exemples ne sont pas légion. Nombre de documents, en revanche, reste à l’état manuscrit, n’ayant jamais rencontré un éditeur, notamment en ce qui concerne les traités religieux et les collections de sermons vernaculaires. Et les sermons en anglais du XIVe et du XVe siècle constituent une ressource importante à différents titres, ne serait-ce qu’au niveau linguistique, car ils contiennent beaucoup d’éléments qui ne dépendent pas de modèles en latin4. La EETS poursuit donc encore son but primitif qui est d’éditer de nouveaux textes, en plus de la mise à jour de ses premiers volumes.

10La mission de la EETS a toujours été de publier des textes plutôt que de faire des analyses littéraires. Par conséquent, la présentation des manuscrits et l’étude de la langue priment largement, dans l’introduction de chaque volume, sur la discussion littéraire et historique. Mais dès le début, on constate beaucoup de diversité à ce sujet ; et l’évolution n’a pas vraiment suivi un cours logique. Certaines éditions sont donc livrées sans introduction outre une courte préface d’une ou deux pages ; quelquefois l’auteur promet un second volume introductif, mais ce dernier n’a jamais vu le jour. La majorité des éditions s’accompagne d’une longue introduction, mais l’équilibre entre la partie philologique et la partie littéraire varie énormément. Il est difficile de savoir s’il s’agit chaque fois de la politique de la Société ou du choix de l’éditeur, dont les goûts peuvent être davantage axés sur la paléographie, la philologie ou l’histoire littéraire. Parfois le contexte culturel de l’écrit en question est totalement exclu, au profit d’une présentation strictement limitée au manuscrit et à son dialecte. L’examen des volumes, ainsi que la discussion privée avec certains auteurs, suggèrent que cette tendance se confirme depuis plus de vingt ans (depuis 1982), sans que ce soit une règle absolue.

  • 5 Ayenbite of Inwyt or Remorse of conscience, éd. Pamela Gradon, Londres-New YorkToronto, 1965 (EETS, (...)
  • 6 Dives and Pauper, éd. Priscilla Heath Barnum, [Text, vol. I, 1], Londres-New YorkToronto, 1976 (EET (...)

11Mais il est clair que des facteurs économiques contribuent à la décision de réduire l’introduction au minimum. Les éditions sont souvent volumineuses (plus de 400 pages dans certains cas), ce qui implique des coûts de production élevés ; dans ces circonstances, les directeurs de la Société semblent considérer que leur premier devoir est de mettre les textes eux-mêmes à la disposition des savants, aux individus ensuite de faire leurs propres études sur ces nouveaux matériaux. Pourquoi, dans ce cas-là, maintenir la tradition d’une introduction quelconque, fût-ce paléographique et philologique ? Tout simplement parce que le responsable de tel ou tel volume est normalement le grand spécialiste de la question, ayant passé de nombreuses années à étudier le ou les manuscrits ; il est donc en mesure de proposer la meilleure introduction technique, répondant ainsi au but de la EETS. Quelquefois les « Notes, Introduction et Glossaire » sont si importants qu’il faut les rejeter dans un second volume, qui pourra attendre de nombreuses années avant de paraître ; un très grand écart peut ainsi séparer les « Notes » et le texte auquel elles se réfèrent, comme c’est le cas, en prenant quelques exemples au hasard, pour The Ayenbite of Inwyt (quatorze ans, de 1965 à 1979)5 ou Dives and Pauper (vingt-huit ans, de 1976 à 2004)6.

12Outre la EETS, les principaux éditeurs de textes et d’études intéressant l’anglais médiéval sont les grandes presses universitaires : Oxford University Press, Cambridge University Press et Manchester University Press, pour ne citer que les plus connues. Des textes et études sont également publiés par certaines maisons d’édition comme Blackwell (Oxford), Boydell & Brewer (Woodbridge, Suffolk), Methuen (Londres), Routledge & Kegan Paul (Henley-on-Thames, Oxon), Longman (Harlow, Essex), Nelson Medieval & Renaissance Library (Londres) et Edward Arnold/York Medieval Texts (Londres). En Europe il faudrait citer E. J. Brill (Leiden, Pays-Bas), Brepols (Turnhout, Pays-Bas) et l’Université de Heidelberg (Allemagne) qui publie une série importante de « Middle English Texts ». Quant aux revues, qui ne peuvent pas s’offrir le luxe de publier des textes très longs, mais qui consacrent beaucoup de place aux travaux critiques (non seulement sur la théorie littéraire, mais aussi sur des points épineux de philologie anglaise), mentionnons quelques titres : Englische Studien, The Journal of English and Germanic Philology, Neophilologus, Medium AEvum, Neuphilologische Mitteilungen, Notes and Queries, etc.

13Pour ce qui est des études médiévales anglaises en France, il faut citer les publications de l’AMAES (Association des Médiévistes Anglicistes de l’Enseignement Supérieur), qui a son siège social à l’UFR d’anglais de la Sorbonne (Université de Paris IV). Ce groupe publie un journal semestriel, le Bulletin des Anglicistes Médiévistes (BAM), mais aussi un volume annuel qui reprend, outre les actes des colloques, les thèses et études réalisées par ses membres en linguistique, littérature et civilisation. Philologue de renommée, le président de l’AMAES, André Crépin, membre de l’Académie des Inscriptions et des Belles-Lettres, est le premier angliciste à entrer à l’Institut de France. Les volumes annuels de l’association, ainsi que des travaux « hors série », incluent parfois des éditions de textes, qui suivent généralement les principes d’édition pratiqués par la EETS.

IL — LA LANGUE ANGLAISE : QUELQUES REPÈRES HISTORIQUES

  • 7 Pour une discussion plus détaillée de la langue et de la littérature, voir Leo Carruthers, L’anglai (...)
  • 8 Voir Richard Milne Hogg (dir.), The Cambridge History of the English Language, Cambridge-New York-M (...)

14L’histoire de l’anglais se répartit en trois grandes étapes : le vieil-anglais (c. 450-1100 ou 1150 selon les critères adoptés), le moyen-anglais (1100-1500) et la période moderne qui va de 1500 jusqu’à nos jours7. L’anglais du Moyen Age se divise donc en deux parties dont le point de rupture a été précipité par la conquête normande — la victoire de Guillaume de Normandie à la bataille de Hastings en 1066. Même si les divisions chronologiques sont approximatives, il est certain que l’introduction du français en Angleterre marque un tournant dans l’histoire, tout aussi significative que l’implantation même de la langue anglaise en l’île de Bretagne, événement qui coïncide avec les invasions des peuples barbares après la chute de l’Empire romain (début du Ve siècle). La période de la colonisation anglo-saxonne dura un siècle, générant de multiples conflits avec la population autochtone, les Britons ou Bretons, Celtes plus ou moins romanisés et christianisés, parlant une langue qui est l’ancêtre du gallois et du breton actuels. La première période de l’histoire linguistique de l’anglais commence donc en même temps que l’histoire politique du peuple anglo-saxon et se termine vers 1150, moins d’un siècle après la conquête du royaume par les Normands8.

15Les Anglo-Saxons primitifs se sont laissé très peu influencer par la langue, la culture ou la religion des Britons qu’ils ont balayés, si bien que le premier choc linguistique est venu du monde méditerranéen, par le contact avec le latin et l’apprentissage de l’écriture, ce qui va de pair avec l’introduction du christianisme dès la fin du VIe siècle. Le second choc linguistique durant la période vieil-anglaise provient des Vikings, qui occupent plusieurs parties du territoire britannique à partir du IXe siècle. Ces tribus germaniques parlent une langue nordique voisine du vieil-anglais. Guerres et traités suivent, forgeant une unité nationale qui conduira à la domination politique des Danois : en effet, en 1016 Cnut, roi du Danemark, arrache le trône d’Angleterre aux descendants du roi Alfred ; et la lutte entre Anglais et Danois ne voit sa résolution véritable qu’en 1066 avec l’arrivée des Normands. Au moment de la prise du royaume anglais, Guillaume le Conquérant et ses barons ne parlent quasiment plus la langue nordique de leurs ancêtres les Vikings, car les « Hommes du Nord » (Northmenn> Normands), devenus vassaux du roi de France en 911, ont adopté la langue et la culture françaises. La présence du français en Angleterre a eu comme conséquence qu’il fallut attendre le XIVe siècle pour que l’anglais reprît le dessus et redevînt la langue officielle de la cour et du parlement ; mais cette langue, fortement marquée par le vocabulaire roman, était devenue presque méconnaissable.

16Dans la seconde moitié du XVIe siècle on commence à s’intéresser aux formes de la langue ancienne. Certains collectionneurs ont voulu sauver des manuscrits qui avaient échappé à la destruction des années 1536-1540. La Réforme religieuse lancée par Henri VIII culmina en 1570 par l’excommunication de sa fille Elisabeth, et les manuscrits du Moyen Age ont beaucoup souffert durant cette période mouvementée. La dissolution des monastères (1536 et 1539) provoque la destruction ou la dispersion des bibliothèques. Certains manuscrits sont transférés dans les cathédrales, ou dans les universités d’Oxford et de Cambridge ; d’autres partent à l’étranger ; de nombreux exemplaires sont perdus. Le XVIe siècle fut aussi celui de la Renaissance ; les humanistes s’intéressent aux langues bibliques et classiques (hébreux, grec, et latin) et délaissent les vieux traités religieux, rédigés en un anglais plus ou moins démodé, et qui proposent des idées théologiques jugées dépassées. Certains Réformateurs cherchent pourtant à les utiliser pour appuyer les thèses du protestantisme et, en particulier, pour montrer que les Églises des Iles Britanniques ont toujours été indépendantes de celle de Rome.

17En ce qui concerne les collectionneurs, ce n’est donc pas l’effet du hasard si les dirigeants de l’Église anglicane figurent en première place. Matthew Parker (1504-1575), archevêque de Canterbury, prépara la première édition de plusieurs textes importants, en vieil-anglais ou en latin, tels que la vie du roi Alfred par le moine Asser, les œuvres de l’abbé AElfric, et les chroniques latines ; son nom est attaché à la plus ancienne version de la Chronique anglo-saxonne, dite la « Parker Chronicle », qu’il offrit à Corpus Christi College, Cambridge. Autre archevêque de Canterbury, William Laud (1573-1645) fit don de 1 300 manuscrits, en dix-huit langues, à la Bodleian Library, principale bibliothèque de l’Université d’Oxford : son nom est également associé à une version de la Chronique anglo-saxonne, celle de Peterborough. Enfin James Ussher (1581-1656), théologien et historien, archevêque d’Armagh et primat anglican d’Irlande, offrit sa collection de livres et de manuscrits à Trinity College, Dublin, fondé sous la reine Elisabeth.

18Parmi les collectionneurs laïcs, Sir Robert Cotton (1571-1631) tient une place à part : mécène averti, il ouvrit sa bibliothèque à James Ussher, ainsi qu’à d’autres savants. Plusieurs œuvres majeures de la littérature anglaise ont été conservées grâce à lui, comme l’épopée Beowulf, ou encore Sire Gauvain et le Chevalier Vert, dont on ignore tout de l’origine. Son petitfils, Sir John Cotton (1621-1701), fera plus tard don à la nation de la célèbre collection qui porte son nom. Une partie des manuscrits a brûlé en 1731 lors d’un incendie désastreux ; les autres ont été transférés, en 1753, au British Museum, où ils sont restés jusqu’en 1973, quand la création d’une nouvelle institution, la British Library, a pris la relève du musée.

19Même si les progrès sont lents, il existe, dès le XVIIe siècle, certains travaux universitaires dans le domaine vieil-anglais. La naissance de la philologie indo-européenne, dont le point de départ fut marqué par Sir William Jones en 1786, encourage l’étude des anciennes langues germaniques. Les plus grands philologues du XIXe siècle furent danois ou allemands, comme Rasmus Rask (1787-1832) et Jakob Grimm (1787-1863), suivis de Karl Verner (1846-1896). Ils démontrent l’origine commune de la majorité des langues de l’Europe et de 1 Inde du Nord. L’ancêtre commun, une langue parlée peut-être cinq mille ans avant Jésus-Christ, s’appelle d’abord « indo-germanique » dans la terminologie des Allemands puis « indo-européen », seul terme admis aujourd’hui.

20Les découvertes des philologues ont des conséquences directes sur l’étude des formes anciennes de la langue anglaise. Lexicographes et érudits se plongent dans l’étude des manuscrits du Moyen Age, à la recherche des racines sanscrites, grecques, latines, germaniques, celtes et françaises. Mais on n’étudie pas la langue sans s’occuper également de l’histoire, de la culture, de la littérature qu’elle véhicule. Le milieu du XIXe siècle vit la véritable naissance des études médiévales dans toutes les disciplines : dans les universités d’Europe on crée des chaires de philologie ou d’histoire médiévale. Dès 1849, l’Université d’Oxford possède une chaire d’anglosaxon ; en 1878, une chaire similaire est instaurée à Cambridge. On fonde des sociétés savantes dans le seul but d’éditer les textes qui servent aux philologues et aux historiens : en Angleterre, la Early English Text Society (1864), déjà présentée ci-avant, et en France, la Société des Anciens Textes Français (1879). Les États-Unis font de même : la chaire de rhétorique, fondée à Harvard en 1806, est transformée en chaire d’anglais en 1851. Des centaines d’Américains, professeurs et lecteurs volontaires, participent à la collecte des données utilisées dans le New English Dictionary on Historical Principies (NED/OED) en préparation à Oxford. Walter W. Skeat, grand médiéviste et éditeur de textes, publie ses travaux sur l’étymologie dans An Etymological Dictionary of the English Language (Oxford, 1888), le premier en date de son genre.

  • 9 René Huchon, Histoire de la langue anglaise, t. I, Des origines à la Conquête normande, Paris, 1923 (...)
  • 10 Parmi les travaux d’André Crépin en linguistique diachronique, voir Problèmes de grammaire historiq (...)

21Au départ, ces spécialistes s’intéressent davantage à l’aspect « archéologique » des textes et moins au caractère « littéraire » au sens moderne du terme. Les universités ne possédaient d’ailleurs pas alors de chaires de Lettres anglaises. Mais en 1873 il devient possible, à Oxford, d’étudier la littérature anglaise dans le cadre de la Licence (Bachelor of Arts) ; quelques années plus tard, on crée enfin une chaire de langue et littérature (1885). Cambridge ne fera de même qu’en 1912. En France, à la Sorbonne, le professeur Alexandre Beljame occupe la première chaire de langue et littérature anglaises (1881), mais il faut attendre 1927 pour voir la création de la chaire de philologie anglaise, attribuée au professeur René Huchon9. Dès 1924, Émile Legouis et Louis Cazamian, dans leur Histoire de la littérature anglaise, publiée à Paris, consacrent un chapitre de 54 pages à la littérature du Moyen Âge en Angleterre. Une nouvelle impulsion est donnée à l’appréciation littéraire de la poésie anglo-saxonne par J. R. R. Tolkien, professeur de philologie à Oxford, dans une célèbre conférence prononcée en 1936 : « The Monsters and the Critics », allusion aux monstres de Beowulf. Mais la recherche en philologie anglaise n’a jamais été limitée aux Anglais ; de nombreux spécialistes étrangers de renommée internationale ont fait grandement avancer les connaissances dans le domaine qu’ils ont enseigné. En France, à la Sorbonne, à la suite de René Huchon (1872-1940), la philologie anglaise connaît un grand succès, grâce aux efforts de maîtres tels qu’Émile Pons (1885-1964), Marguerite-Marie Dubois (née en 1915), Antoine Culioli (né en 1924), Jean-Robert Simon (1925-1974) et André Crépin (né en 1928)10.

III. — LA MINUSCULE INSULAIRE ET LES CARACTÈRES SPÉCIAUX

  • 11 Ralph W. V. Elliott, Runes : An Introduction, Manchester, 1959, rééd. 1963 ; Lucien Musset, Introdu (...)

22Les tribus anglo-saxonnes, pourtant quasi illettrées, ont apporté de la patrie continentale l’usage de l’alphabet runique, forme d’écriture héritée des ancêtres germaniques. On sait peu de choses sur son origine (le mot vieil-anglais rún signifie « secret »), qui pourrait remonter au Ier siècle au Danemark et en Suède, régions où se sont conservées les inscriptions les plus anciennes. N’étant pas un système de communication courante, au sens où l’entendent les peuples lettrés dans la culture gréco-latine, ces symboles furent assez peu employés. Limitées à de brèves inscriptions, les runes sont gravées sur des matières dures qu’on utilise pour la fabrication d’objets spéciaux (tombes, bijoux, armes). Tacite, auteur de la Germania, rapporte l’usage divinatoire qu’en faisaient les sorciers germains, car chaque rune portait un nom et un sens, liés aux puissances célestes et terrestres qui lui conféraient une force occulte. Une composition anglo-saxonne tardive, appelée Le poème runique, montre que, même à l’époque du christianisme bien intégré, on n’avait pas encore oublié le sens magique de ces étranges symboles11.

  • 12 Voir The Anglo-Saxon Poetic Records (= ASPR), éd. G. P. Krapp et E. V. K. Dobbie, Columbia, 6 vol.  (...)

23La conversion des peuples germaniques au christianisme conduit peu à peu au remplacement des runes par l’alphabet romain. Certaines d’entre elles laissent toutefois des traces, que l’on retrouve encore de nos jours dans l’imprimerie anglaise, du moins pour la reproduction des anciens textes. En effet, les scribes anglais ont conservé quelques-uns de ces caractères runiques, utiles pour représenter des sons de leur propre langue. Cet usage n’a pas été immédiat, car les premières générations de chrétiens n’écrivent pas en anglais, mais uniquement en latin ; ce n’est qu’au début du VIIIe siècle que les Anglo-Saxons commencent à rédiger en langue vulgaire, cent ans après la conversion, en poésie comme en prose12.

  • 13 Ouvrages sur la paléographie anglaise: Charles Johnson et Hilary Jenkinson, English Court Hand A-D (...)

24L’Église anglaise connaît également l’influence des moines irlandais, implantés en Écosse longtemps avant la conversion des Anglo-Saxons. Alors que la mission romaine de saint Augustin (597) se limite au sud de l’Angleterre, les évangélisateurs celtes christianisent le nord (saint Aidan arrive d’Iona en 635). Or, la présence irlandaise ressort dans la graphie. En effet, l’écriture romaine, adoptée par les scribes anglais, appelée « minuscule carolingienne » ou « insulaire », se répandit partout dans les Iles Britanniques jusqu’aux XIe-XIIe siècles13. Mais, à cet alphabet, les moines anglais ajoutèrent quelques symboles particuliers, que le lecteur moderne doit être en mesure de reconnaître, car ils se rencontrent non seulement dans les manuscrits, mais aussi dans les éditions imprimées.

  • 14 Tom McArthur donne les deux orthographes, eth ou edh, dans The Oxford Companion to the English Lang (...)

25Le premier caractère inhabituel s’appelle, en français, d barré. Écrit ð ou đ (minuscule), Ð (majuscule), il fut formé à partir de d/D latin, traversés par un tiret. On ignore si les scribes anglo-saxons lui réservaient un nom spécial durant le Moyen Âge ; mais, depuis sa réintroduction dans l’imprimerie anglaise, au XIXe siècle, on lui donne son nom Scandinave : eth (parfois écrit edh), car il est bien connu dans l’alphabet islandais14. La seconde lettre particulière fut directement empruntée aux runes : þ (minuscule), Þ (majuscule), forme cursive de la troisième rune, qui était, à l’origine, plus anguleuse. En anglais elle porte le nom ancien thorn, « épine », apparemment en allusion à sa pointe aiguë. Ces caractères sont utilisés par les Anglo-Saxons pour représenter des phonèmes de la langue vernaculaire qui n’existaient pas en latin. Les copistes ont eu recours, dans le premier cas, à la modification d’un caractère latin, et dans le second cas, à l’emprunt runique, la création de deux caractères distincts semblant relever de l’expérimentation. L’anglais moderne a remplacé ces deux lettres par le digraphe th.

26La troisième lettre spéciale employée par les Anglo-Saxons était, elle aussi, une rune, qui s’écrit comme un p pointu (pour la visualiser, il faudrait coller une barre descendante devant le signe>). Nommée en vieil-anglais wynn, « joie », elle correspondait au phonème Av/en anglais, dans des mots comme we, was, were, went, well, tous issus du vieil-anglais. Mais ce signe disparaît aux environs de 1200, à cause de sa trop grande ressemblance avec d’autres caractères : d’une part, avec le p latin, et d’autre part, avec la þ (thorn) anglais. Il a connu un regain ponctuel dans l’imprimerie du XIXe et du XXe siècle, pour l’édition de textes vieil-anglais ; mais la wynn a toujours été une source de confusion et on préfère la remplacer par la lettre w. On ne la trouve pas, d’ailleurs, dans les polices de caractères proposées par les logiciels de traitement de texte.

27La quatrième lettre spéciale que l’on doit pouvoir reconnaître dans les éditions modernes est le 3 qui est la forme insulaire du g minuscule ; appelé yogh en vieil-anglais, ce symbole pouvait avoir plusieurs valeurs phonétiques. Après la Conquête normande, le g français le remplace pour la prononciation en/g/vélaire, comme dans god, dogge, par exemple (good, dog, en anglais moderne). Pour la prononciation palatale en /y/, en revanche, comme dans gear (year en anglais moderne), on conserve le g minuscule insulaire tout au long du Moyen Age ; il ressemble parfois au chiffre 3, parfois à la lettre z avec une queue longue. Là encore, les imprimeurs du XIXe siècle ont fait preuve d’inventivité, afin de maintenir et de souligner la différence en ancien anglais entre le yogh et le g « ordinaire ».

28Enfin, on peut mentionner la voyelle æ, Æ, située phonétiquement entre a et e, lettres dont elle est composée. Issu de l’alphabet romain, ce caractère est d’usage fréquent en anglais du Moyen Age ; on l’utilise également dans l’imprimerie moderne pour reproduire l’orthographe ancienne.

  • 15 Sweet’s Anglo-Saxon Reader (1876), 15e éd. par Dorothy Whitelock, Oxford, 1967.

29Il convient d’ajouter que les grammaires du vieil-anglais décrivent généralement la langue sous un aspect quelque peu idéalisé, c’est-à-dire uniformisé (celui du west-saxon classique), sans trop se soucier des autres dialectes, ni des variations orthographiques. Pour des raisons pédagogiques, certaines éditions de textes distinguent les voyelles et diphtongues longues des voyelles et digrammes brefs, par l’ajout d’un « macron », ou marque de longueur : par exemple, pour la troisième personne du pluriel du pronom personnel, hi-hie-hig, on trouve aussi, selon les éditeurs, ou híe avec un macron sur le i, marque de longueur. La valeur phonétique d’une voyelle est importante, car elle indique l’évolution des formes vieil-anglaises vers celles de la langue moderne. Mais de tels signes de longueur sont très rares dans les manuscrits. Il existe donc une divergence dans les pratiques suivies par les maisons d’édition. Celles qui préfèrent une présentation paléographique n’ajoutent jamais de macrons : ceci est le plus souvent le cas dans les volumes publiés par la Early English Text Society, ou encore dans ceux de la série Methuen’s Old English Texts. D’autres éditeurs les posent systématiquement, sans doute dans un but pédagogique : c’est le cas, par exemple, de Whitelock dans le Sweet’s Anglo-Saxon Reader15. On peut représenter le macron par un accent aigu, comme le font Bosworth et Toller dans An Anglo-Saxon Dictionary : á, é, ǽ, í, ó, ú, ỳ ; lorsqu’il s’agit d’une diphtongue, l’accent est posé sur la première lettre (éo, íe).

  • 16 John R. Clark Hall (éd.), Selections from Early Middle English, 1130-1250, Oxford, 1920; Bruce Dick (...)

30La distinction entre le vieil-anglais et le moyen-anglais est marquée par la réduction progressive des désinences ; l’augmentation rapide des emprunts au français et au latin ; et le manque d’uniformité de l’orthographe, à cause des divergences dialectales. L’absence de norme nationale — conséquence directe de la conquête normande — a laissé aux scribes une totale liberté dans l’écriture de l’anglais. Il s’ensuit que certains textes se lisent sans difficulté, d’autres posent davantage de problèmes, et d’autres encore nécessitent une étude linguistique particulière, appuyée par un glossaire important, ainsi qu’ont coutume de le faire les éditeurs de textes16. Faute de norme, il n’existe pas une seule grammaire du moyen-anglais, mais plusieurs, selon les textes. Pour cette raison les éditions modernes consacrent une grande partie de l’introduction et des notes à l’étude linguistique du manuscrit.

31Alors que Winchester avait été la place forte du royaume west-saxon, c’est à Londres que Guillaume le Conquérant crée sa capitale. Cette ville, dont la langue était autrefois plus proche du kentois que du west-saxon, est située au carrefour de plusieurs dialectes ; de ce lieu de brassage sortira un jour une nouvelle norme nationale, principalement fondée sur le dialecte du Midlands-Est, mais conservant parfois des vestiges du kentois, du west-saxon et du northumbrien. En général, les phonèmes du moyen-anglais sont les mêmes qu’en vieil-anglais ; pendant plusieurs générations après 1066, la langue écrite a conservé les caractéristiques de l’orthographe anglo-saxonne. Mais la prédominance du français a conduit à un changement dans l’écriture, puis dans l’orthographe, ce qui tend à obscurcir la continuité de la prononciation. La libre représentation phonétique permet des orthographes très diverses pour un seul mot : par exemple, le vieil-anglais léaf, « feuille » (anglais moderne leaf) se retrouve, en moyen-anglais, sous des formes aussi différentes que liaf, lieaf, leif, lefe, leue, leeue, leaue, leve.

32En moyen-anglais ( = MA), ainsi qu’en vieil-anglais ( = VA), toute consonne notée doit être prononcée : il n’existe pas de consonnes muettes, comme on peut en trouver en anglais moderne. Par conséquent, la prononciation actuelle d’un mot tel que knight [nait] est manifestement moderne ; mais, comme l’orthographe est restée assez stable depuis l’invention de l’imprimerie, le k initial, ainsi que le gh médian, suggèrent la prononciation moyen-anglaise [kniçt]. Il existe, en effet, une forte tendance à l’élision orale des consonnes intervocaliques, ce qui explique pourquoi certains mots, dissyllabiques en vieil-anglais, sont devenus monosyllabiques en anglais moderne ( = AM) : VA primitif hlafiveard (« seigneur »), composé de hláf> ; AM loaf (pain) et weard> ; AM ward (garde), s’est transformé en VA hlaford> ; MA laford> louerd (XIIIe s.)> ; lord (XVe s.)> AM lord.

33Les caractères spéciaux employés par les Anglo-Saxons ne connaissent pas tous le même sort après le XIIe siècle. Les Normands créent de nouvelles habitudes, un nouveau style d’écriture, de nouvelles règles orthographiques. Les écrivains anglo-saxons ou anglo-normands du XIIe siècle sont trilingues, pratiquant le latin, l’anglais et le français. On remplace la rune wynn, partiellement dès 1100 et totalement vers 1200, par les graphies latines u ou uu, qu’on écrira plus tard w. Le g français, indiquant un phonème vélaire, a fait son apparition à côté du 3 (yogh) insulaire ; ce 3 (yogh), le plus souvent restreint au phonème palatal, a survécu jusqu’au XVe siècle, mais s’est vu remplacer, peu à peu, par d’autres lettres, gh, y ou w, selon la prononciation (VA niht> MA ni3t> ; AM night ; VA gear> MA 3ear> AM year ; VA la3u> ; MA la3e/lawe> AM law).

34Quant à ð et þ, on les remplace peu à peu par le digramme th, en toute position, mais pas toujours d’une manière logique ni régulière. On retrouve la seconde dans tous les manuscrits jusqu’à la fin du Moyen Age. Même après l’invention de l’imprimerie la p s’est maintenue dans les lettres manuscrites. Elle a survécu jusqu’au XVIIe siècle, sous une forme corrompue ressemblant à y, dans les abréviations ye ( = the) et yt ( = that). Et ce y’ existe encore de nos jours, mais seulement dans des expressions faussement archaïques, telle que Ye Olde Shoppe. En dehors des médiévistes, plus personne ne reconnaît la thorn altérée, prise à tort pour un Y.

  • 17 Ancient Laws and Institutes of England, éd. Benjamin Thorpe, Londres, 1840, 2 vol. : I, Secular Law (...)

35Les caractères spéciaux du vieil-anglais et du moyen-anglais restent quasi ignorés de l’imprimerie jusqu’au milieu du XIXe siècle. Mais les avancées faites en philologie entraînent une demande de textes édités. En 1840 Benjamin Thorpe publie un livre remarquable, Ancient Latos and Institutes of England, première édition moderne des codes de droit promulgués par les rois anglo-saxons. Outre le fond (texte et traduction), cette édition est intéressante par la forme : en effet, les caractères d’imprimerie utilisés pour le texte ancien, cherchant à reproduire l’alphabet insulaire, ont un aspect archaïsant qui n’a pas fait carrière, même en Angleterre17. Afin de respecter l’orthographe médiévale, toutefois, les imprimeurs réinventent le ð et le þ ainsi que le digramme æ/Æ et le yogh insulaire (3 = g/gh/y selon le mot) qui était distinct du g latin. Ces caractères sont régulièrement employés dans les éditions ; mais on trouve parfois aussi la translittération th remplaçant à la fois ð et þ, et même quelquefois dh à la place de ð La wynn, qui correspond au phonème /w/, peut se rencontrer, mais assez rarement, par exemple chez Methuen’s Old English Texts ; en effet, sa ressemblance avec p et þ entraîne des difficultés de lecture qui conduisent la grande majorité des éditeurs et des imprimeurs à remplacer ce symbole par le simple w latin.

IV. — LA POLITIQUE DE LA EETS

  • 18 Frédéric Duval développe ce sujet d’une façon très pertinente dans son article sur la philologie fr (...)
  • 19 Comme exemple de la critique moderne de la méthode lachmanienne, chez un médiéviste angliciste amér (...)
  • 20 Les médiévistes anglophones travaillent aussi sur la littérature française et restent sensibles aux (...)

36Les éditeurs de textes médiévaux anglais, qu’ils publient par le biais de la EETS ou non, ne sont pas restés indifférents aux débats entre les théoriciens, notamment ceux qui favorisent la méthode de Karl Lachmann (1793-1851), professeur de philologie classique et germanique à Berlin, et ceux qui préfèrent suivre les recommandations de Joseph Bédier (1864-1938), professeur au Collège de France et membre de l’Académie française18. Pour simplifier, la question tourne autour du choix du manuscrit à publier, ou à utiliser comme modèle de base, surtout lorsqu’il existe plusieurs témoins. Même dans le cas d’un exemplaire unique, ce qui arrive souvent dans le domaine anglais, le problème se pose toujours de savoir si l’éditeur peut, ou doit, corriger un texte qui lui paraît erroné19. Partant du principe que les divers manuscrits d’un texte sont tous des copies corrompues d’un original perdu, voire des copies de copies jusqu’à plusieurs degrés, Lachmann établit des règles techniques pour « restaurer » l’original. Fondée sur les « erreurs communes » à plusieurs manuscrits, cette méthode conduit à construire un stemma codicum ou arbre généalogique des copies, afin d’identifier le manuscrit qui contient la version la plus proche de la composition originale de l’auteur (même si le support lui-même n’est pas le plus ancien parmi ceux qui ont survécu). L’éditeur pourra ainsi corriger les différents manuscrits à la lumière de ce modèle, et recomposer une version « ultime » jugée correspondre aux intentions de l’auteur. Bédier, quant à lui, considère cette méthode trop incertaine et faussement confiante en sa capacité à reconstituer le texte « original » ; il préfère, lui, publier ce qu’il estime être la meilleure copie du texte, en la corrigeant le moins possible, mais en ajoutant des notes en bas de page qui fournissent d’autres leçons tirées des autres bons manuscrits20. Ceux qui critiquent cette méthode conservatrice y voient, en retour, un autre danger : celui de prendre le travail d’un seul copiste pour l’œuvre originale.

37On peut dire que ces deux méthodes sont pratiquées dans le domaine anglophone, même au sein d’un seul organisme comme la EETS, qui semble respecter, sans doute après discussion avec le comité central, le choix de chaque éditeur. Néanmoins, il suffit de lire les introductions aux éditions elles-mêmes pour constater que, lorsqu’un texte existe dans plusieurs manuscrits, la technique lachmannienne est bien celle qui domine. Dans le but d’aider les auteurs, la EETS met à leur disposition un petit fascicule de moins de dix pages intitulé Notes for Editors. Divisé en sections, il traite, assez sommairement, des questions suivantes : la préparation du texte imprimé, du glossaire, des références bibliographiques, des numéros et des dates. Seule la première partie, sur le texte, a un rapport direct avec les pratiques philologiques. Mais il ne s’agit pas de proposer un « cours de philologie », seulement de donner quelques conseils pratiques. Il est sous-entendu que l’établissement d’un texte sera fait selon la procédure désormais « classique », celle qui consiste à présenter un manuscrit de base avec les variantes en bas de page. Si ces principes scientifiques sont supposés acquis dans l’ensemble, il est clair que le comité central de la EETS, et notamment la responsable éditoriale (fréquemment citée, dans les Remerciements, pour ses précieux conseils auprès des éditeurs), veillent à la mise en œuvre de la méthode de Lachmann.

  • 21 Philippe Ménard, « Histoire des langues romanes et philologie textuelle », dans Gerhard Ernst et al (...)
  • 22 P. Ménard, « Histoire... », p. 63 : 2.4.
  • 23 P. Ménard, « Histoire... », p. 64 : 2.7, et p. 66 : 3.4.
  • 24 P. Ménard, « Histoire... », p. 68 : 4.5.
  • 25 P. Ménard, « Histoire... », p. 68 : 4.6.
  • 26 P. Ménard, « Histoire... », p. 70 : 4.12.

38Dans deux articles récents, consacrés à la philologie romane mais applicables, mutatis mutandis, aux usages dans d’autres aires linguistiques, Philippe Ménard rappelle l’histoire des pratiques actuellement en vigueur21. Pour ce qui est de la première véritable application de la technique lachmannienne dans le domaine du français médiéval, il estime que « l’édition de la Vie de saint Alexis de Gaston Paris (Paris, 1872) présente des considérations de méthode, qui constituent une première réflexion approfondie sur l’édition des textes romans »22. Mais Bédier, qui, à partir de 1928, s’attaque à cette méthode et défend la fidélité au manuscrit de base, sera davantage suivi dans les années 30, en France et en Grande-Bretagne23. Ménard poursuit la discussion jusqu’à nos jours, en plaidant surtout — dans la mesure où il se permet de trancher le débat — pour une approche pragmatique, un compromis entre les deux extrêmes, car « il y aurait intérêt à ne pas s’enfermer étroitement dans des systèmes rigides »24. Preuve de son pragmatisme, il estime que « des aménagements de la méthode de Lachmann seraient souhaitables », car « l’idée première de Lachmann, à savoir que les textes vont en se dégradant sans cesse, n’est pas admissible »25. Les bonnes éditions, conclut-il, « se fondent sur des examens approfondis » qui « multiplient les notes savantes pour élucider les passages délicats »26. Il me semble que les conclusions de Ménard, quoique limitées en principe au domaine roman, résument admirablement ce qui se fait également dans le domaine anglais, dont les éditions de la EETS illustrent notamment le pragmatisme.

***

  • 27 Dives and Pauper, éd. Priscilla Heath Barnum, [Text, vol. I, 1], Londres-New York-Toronto, 1976 (EE (...)

39Pour conclure ce tour d’horizon qui se veut une introduction générale n’ayant aucune prétention à l’exhaustivité, on peut citer un exemple significatif parmi les publications récentes de la EETS, en indiquant la politique suivie par l’éditeur. En 2004 paraît le second volume de Dives and Pauper, contenant l’introduction, les notes, le glossaire, les index et la bibliographie d’un texte qui a été publié longtemps avant, en deux parties, en 1976-198027. L’introduction proprement dite occupe 68 pages (p. XV à LXXXIII). La discussion concerne d’abord le genre de cette œuvre encyclopédique, sa date, ainsi que ce que l’on peut deviner de l’auteur anonyme ; suit une étude de la composition du point de vue de la rhétorique, sans oublier la théologie et la spiritualité qu’elle véhicule.

40Une partie importante de l’introduction (30 pages, presque la moitié) examine ensuite les huit manuscrits et six fragments, tous datant du XVe siècle, et les relations entre eux. Le premier témoin présenté (p. LIV) est celui qui sert de base pour l’édition (ms. G). Trois critères sont appliqués au classement des manuscrits (p. LXXVI) :

  • la version du Prologue et de la Table des matières, qui existent tous deux sous deux formes selon les manuscrits ;

  • les variantes dialectales qui se révèlent homogènes par rapport à un choix de mots fréquents ;

  • les erreurs communes par rapport au texte de base.

41Si ce troisième critère rappelle de près la technique de Lachmann, on voit qu’il n’est pas le seul adopté ; tandis que le choix du texte de base, jugé le meilleur, fait penser à l’approche de Bédier.

42On peut donc dire que l’éditeur, Priscilla Barnum, ne s’est pas laissé enfermer dans une seule méthode. Bien que les éditions EETS présentent très souvent les manuscrits sous forme de stemma codicum, dans le cas présent Barnum estime que cela ne servirait à rien, car toutes les copies sont issues, selon elle (p. LXXXI), d’une source unique qui n’était pas le manuscrit autographe de l’auteur ; de même juge-t-elle impossible de montrer une filiation quelconque entre les copies. En revanche, elle présente d’une façon quelque peu originale dix critères de classement (les trois déjà mentionnés, plus sept autres, comme le saut du même au même ou les omissions de passages longs), avant d’établir une liste des huit principaux manuscrits en rapport : ces derniers illustrent, selon le cas, entre trois et cinq des éléments retenus (jamais plus), mais la table que dresse l’éditeur montre qu’aucun des dix critères ne se trouve dans toutes les copies (p. LXXXI). C’est ce genre de raisonnement qui lui permet d’affirmer qu’aucun manuscrit n’est la copie directe d’un autre, et que tous ont une source commune. Terminons donc sur cet exemple d’un compromis entre deux systèmes, qui présente l’avantage d’illustrer en quelque sorte une approche pragmatique adaptée sans rigorisme à une situation concrète de l’édition anglaise.

Notes

1 [Anonyme, Philological Society], Proposal for a Publication of a New English Dictionary by the Philological Society, Londres, 1859.

2 La New Chaucer Society, fondée en 1978, ne se donne pas les mêmes objectifs ; son volume annuel de travaux critiques, Studies in the Age of Chaucer, ne propose pas l’édition des textes comme ce fut le cas pour la première Chaucer Society.

3 Les éditions aujourd’hui désuètes et remplacées sont, dans les OS, les numéros 4 (1864), 13 (1866), 18 (1866), 51 (1872), 77 (1882), 79 (1883), 80 (1884), 177 (1929), 191 (1931). Et dans les ES, les numéros 47 (1886), 62 (1892), 63 (1893), 70 (1896), 71 (1897), 91 (1904), 94 (1905), 104 (1909), 115 (1916), 120 (1922).

4 Stephen Morrison souligne cette originalité dans son article, « The Devil’s Fair Daughters : A Middle English Literary Motif », dans Leo Carruthers (éd.), Anges et démons dans la littérature anglaise du Moyen Âge, Paris, 2002, p. 143-161.

5 Ayenbite of Inwyt or Remorse of conscience, éd. Pamela Gradon, Londres-New YorkToronto, 1965 (EETS, Original Series, 23) [une révision de la première édition de Richard Morris, 1866] ; Pamela Gradon, Dan Michel’s Ayenbite of Inwyt, t. II, Introduction, Notes and Glossary, Londres, 1979 (EETS, Original Series, 278).

6 Dives and Pauper, éd. Priscilla Heath Barnum, [Text, vol. I, 1], Londres-New YorkToronto, 1976 (EETS, Original Series, 275); [Text, vol. I, 2], ibid., 1976 (EETS, Original Series, 280) ; [Introduction, vol. II], Londres, 2004 (EETS, Original Series, 323).

7 Pour une discussion plus détaillée de la langue et de la littérature, voir Leo Carruthers, L’anglais médiéval : introduction, textes commentés et traduits, Turnhout-Paris, 1996 (Atelier du Médiéviste, 4).

8 Voir Richard Milne Hogg (dir.), The Cambridge History of the English Language, Cambridge-New York-Melbourne, 1992, t. I, R. M. Hogg (éd.), The Beginnings to 1066; t. II, Norman Blake (éd.), 1066-1476., ibid., 1992; Fernand Mossé, Manuel de l’anglais du Moyen Age, vol. I, Vieil-anglais (t. I, Grammaire et Textes-, t. II, Notes et Glossaire), Paris, 1945, vol. II, Moyen-anglais (t. I, Grammaire et Textes-, t. II, Notes et Glossaire), Paris, 1949.

9 René Huchon, Histoire de la langue anglaise, t. I, Des origines à la Conquête normande, Paris, 1923 ; t. II, De la Conquête normande à l’introduction de l’imprimerie, Paris, 1930.

10 Parmi les travaux d’André Crépin en linguistique diachronique, voir Problèmes de grammaire historique : de l’indo-européen au vieil-anglais, Paris, 1978 ; et Grammaire historique de l’anglais, du XIIe siècle à nos jours, Paris, 1978 ; Deux mille ans de langue anglaise, Paris, 1994.

11 Ralph W. V. Elliott, Runes : An Introduction, Manchester, 1959, rééd. 1963 ; Lucien Musset, Introduction à la runologie, 1965, 2e éd., Paris, 1976 (Bibliothèque de philologie germanique, 20) ; Klaus Düwel, Runenkunde, Stuttgart, 1968 ; Ray Page, An Introduction to English Runes, Londres, 1973 ; Idem, Runes and Runic Inscriptions, Woodbridge, 1995 ; The Rune Poem (texte vieil-anglais qui donne le sens de chaque caractère runique) a été édité par E. V. K. Dobbie, dans ASPR, vol. 6, 1942 (sur ASPR voir la note suivante).

12 Voir The Anglo-Saxon Poetic Records (= ASPR), éd. G. P. Krapp et E. V. K. Dobbie, Columbia, 6 vol. , 1931-1942; les six volumes de cette série contiennent le corpus de la poésie anglo-saxonne: I, The Junius Manuscript, 1931; II, The Vercelli Book, 1932; III, The Exeter Book, 1936; IV, Beowulf and Judith, 1954; V, The Paris Psalter and the Meters of Boethius, 1933; VI, The Anglo-Saxon Minor Poems, 1942.

13 Ouvrages sur la paléographie anglaise: Charles Johnson et Hilary Jenkinson, English Court Hand A-D 1060 to 1500, Oxford, 1915, 2 vol.; Hilary Jenkinson, The Later Court Hand in England front the XVth to the XVIIth Century, Cambridge, 1927; Leonard Charles Hector, The Handwriting of English Documents, Londres, 2e éd. 1966; Hilda E. P. Grieve, Examples of English Handwriting [...] from Essex [...] Archives, [s. 1.], 2e éd. 1959 (Essex Record Office Publications, 21); Malcolm B. Parkes, English Cursive Book Hands 1250-1500, Londres, 1969, éd. corrigée Londres, 1979; Anthony Petti, English Literary Hands from Chaucer to Dryden, Londres, 1977; Angus McIntosh, Michael Samuels, Michael Benskin (éd.), A Linguistic Atlas of Late Medieval English, Aberdeen, 1986 [composé principalement de cartes dialectales, cet Atlas inclut des analyses paléographiques].

14 Tom McArthur donne les deux orthographes, eth ou edh, dans The Oxford Companion to the English Language, Oxford, 1992, p. 380.

15 Sweet’s Anglo-Saxon Reader (1876), 15e éd. par Dorothy Whitelock, Oxford, 1967.

16 John R. Clark Hall (éd.), Selections from Early Middle English, 1130-1250, Oxford, 1920; Bruce Dickins et Richard M. Wilson (éd.), Early Middle English Texts, Cambridge, 1951; J. A. Walter Bennett et G. V. Smithers (éd.), Early Middle English Verse and Prose, glossaire de Norman Davis, Oxford, 1966, 2e éd. 1968; Kenneth Sisam (éd.), Fourteenth Century Verse and Prose, avec A Middle English Vocabulary par J. R. R. Tolkien, Oxford, 1921, éd. corrigée 1937, 1955; Douglas Gray (éd.), The Oxford Book of Late Medieval English Verse and Prose, Oxford, 1988.

17 Ancient Laws and Institutes of England, éd. Benjamin Thorpe, Londres, 1840, 2 vol. : I, Secular Laws (XXVII-633 p., plus concordance et index non numérotés), II, Ecclesiastical Laws (551 p., plus index et glossaire non numérotés). La source principale utilisée est le Textus Roffensis, manuscrit du XIIe siècle conservé à la cathédrale de Rochester (Kent).

18 Frédéric Duval développe ce sujet d’une façon très pertinente dans son article sur la philologie française, inclus dans le présent volume.

19 Comme exemple de la critique moderne de la méthode lachmanienne, chez un médiéviste angliciste américain, voir Lee Patterson, Negotiating the Past : the Historical Understanding of Medieval Literature, Madison, 1987, p. 80-93.

20 Les médiévistes anglophones travaillent aussi sur la littérature française et restent sensibles aux arguments de Bédier dans ce domaine. David F. Hult analyse les méthodes de Lachmann et de Bédier par rapport à l’édition des textes en ancien français dans « Reading It Right : The Ideology of Text Editing », dans Marina S. Brownlee, Kevin Brownlee et Stephen G. Nichols (éd.), The New Medievalism, Baltimore, 1991, p. 113-130.

21 Philippe Ménard, « Histoire des langues romanes et philologie textuelle », dans Gerhard Ernst et alii (éd.), Histoire linguistique de la Romanía, t. I, Berlin-New York, 2003, p. 62-71 (voir en particulier la section 2.7 sur les pratiques en France et en Grande-Bretagne) ; Idem, « Les méthodes de Gaston Paris et de Joseph Bédier », dans Luc Fraisse (éd.), L’Histoire littéraire à l’aube du XXIe siècle : controverses et consensus, Paris, 2005, p. 98-110.

22 P. Ménard, « Histoire... », p. 63 : 2.4.

23 P. Ménard, « Histoire... », p. 64 : 2.7, et p. 66 : 3.4.

24 P. Ménard, « Histoire... », p. 68 : 4.5.

25 P. Ménard, « Histoire... », p. 68 : 4.6.

26 P. Ménard, « Histoire... », p. 70 : 4.12.

27 Dives and Pauper, éd. Priscilla Heath Barnum, [Text, vol. I, 1], Londres-New York-Toronto, 1976 (EETS, Original Series, 275); [Text, vol. I, 2], ibid., 1976 (EETS, Original series, 280) ; [Introduction, vol. II], Londres, 2004 (EETS, Original Series, 323).

© Publications de l’École nationale des chartes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search