Version classiqueVersion mobile

Pratiques philologiques en Europe

 | 
Frédéric Duval

L’édition de textes médiévaux allemands en Allemagne : l’exemple de Walther Von Der Vogelweide

Thomas Bein

Texte intégral

I. — LES DÉBATS ET « ÉCOLES » NATIONALES

  • 1 Die Gedichte Walthers von der Vogelweide, éd. Karl Lachmann, Berlin, 1827.
  • 2 Cf. Thomas Bein, « “echt kritisch”, Zwei Jahrhunderte Klassiker-Geschichte, Zum Wandel der Text-Kr (...)

1Sur la question des débats et « écoles » nationales, je présenterai quelques lignes directrices à partir de l’exemple de Walther von der Vogelweide. Ce poète se prête parfaitement à l’étude de l’évolution des méthodes et techniques d’édition, parce que la première édition en a été donnée par Karl Lachmann en 18271 — donc lors de la première phase de la philologie moderne — et parce que des dizaines d’éditions de l’œuvre lyrique de Walther, chacune plus ou moins différente l’une de l’autre, se sont succédées jusqu’à nos jours2.

  • 3 Cf. Thomas Bein, « Walther von der Vogelweide, Schul-und hochschuldidaktische Materialien zur Über (...)

2Les deux graphiques suivants résument la tradition manuscrite de Walther ainsi que l’histoire des éditions de textes qui lui ont été consacrées3.

3La tradition manuscrite des textes de Walther peut être considérée comme un bon exemple pour un exposé sur la tradition manuscrite en général, parce que tous les types de traditions et tous les types de manuscrits s’y trouvent représentés.

4À un bout se placent notre poète et l’origine de sa lyrique, mais, bien sûr, aucun autographe n’a été conservé. Un seul témoin manuscrit est contemporain de Walther : le manuscrit médiolatin M (les « Carmina Burana »), où se trouvent aussi quelques strophes en moyen haut allemand.

Walther von der Vogelweide : Aperçu de la tradition manuscrite

Walther von der Vogelweide : Aperçu de la tradition manuscrite

Walther von der Vogelweide : Aperçu de l’histoire des éditions de sa lyrique (sélection des éditions importantes et représentatives des différentes écoles)

Walther von der Vogelweide : Aperçu de l’histoire des éditions de sa lyrique (sélection des éditions importantes et représentatives des différentes écoles)

5La première grande collection manuscrite est celle du manuscrit A (Heidelberg) des années 1270. Ainsi, entre la composition d’un texte et sa mise par écrit encore disponible aujourd’hui, il a pu s’écouler cinquante ans et plus. Or on ignore ce que sont devenus les textes entre temps. Et voilà que se pose la question primordiale à laquelle tentent de répondre tous les éditeurs de textes ! Quel est le manuscrit le plus digne de foi ? Quelle est la distance entre le manuscrit et l’original ou bien entre le manuscrit et l’archétype ? Que peut ou que doit-on faire pour reconstituer le texte transmis par un manuscrit très jeune afin qu’il soit plus proche de celui de son auteur ? Depuis deux siècles, des savants se sont efforcés de trouver la bonne réponse.

6Le second graphique présente une sélection des plus importantes éditions, témoins d’écoles philologiques différentes :

  • 4 Cf. Magdalene Lutz-Hensel, Prinzipien der ersten textkritischen Editionen mittelhochdeutscher Dich (...)

7En amont se trouve l’école du pionnier Karl Lachmann4, qui en 1827 avait publié la première édition de texte complète. Lachmann avait soigneusement étudié les manuscrits et avait élaboré un classement : l’un des meilleurs manuscrits était pour lui le Manessische Liederhandschrift C (XIVe siècle). Plus les autres manuscrits étaient récents, plus il s’en est méfié. Lachmann s’efforça de reconstituer un archétype à l’aide de « bons » manuscrits — il savait bien que l’original était perdu pour toujours.

  • 5 Cf. Die Gedichte Walthers von der Vogelweide, éd. Karl Lachmann, 10. Ausgabe mit Bezeichnung der A (...)

8On voit sur le graphique que la tradition de l’édition Lachmann se poursuit jusqu’à nos jours : en 1936, Carl von Kraus, plus poète que philologue, a modifié l’édition de Lachmann en grande partie5. Il pensait « savoir » ce que Walther avait écrit, car il savait que les copistes médiévaux avaient détérioré la version originale ; il a donc corrigé les textes manuscrits en multipliant les conjectures. Carl von Kraus se considérait, pour ainsi dire, comme un second Walther von der Vogelweide.

  • 6 Cf. Walther von der Vogelweide, Werke, Gesamtausgabe, t. I. Spruchlyrik, Mittelhochdeutsch/Neuhoch (...)

9Depuis, une telle conviction philologique s’est perdue. Dès les années 1970, la philologie médiévale allemande s’est concentrée plus intensément sur le texte manuscrit. On ne voulait plus éditer des textes hypothétiques, mais plutôt des textes dont témoignaient des manuscrits. Günther Schweikle, professeur à Stuttgart, a suivi cette ligne de manière intransigeante. Dans son édition, parue de 1994 et 1998, il présente — sauf rares exceptions — uniquement le texte du manuscrit C (le Grosse Heidelberger Liederhandschrift)6.

  • 7 Die Gedichte Walthers von der Vogelweide, éd. Karl Lachmann, 14. überarbeitete Ausgabe mit Beitrag (...)

10Christoph Cormeau, un autre éditeur, s’est également occupé de la tradition Lachmann-von Kraus. En 1996 il avait, très peu de temps avant sa mort, achevé la quatorzième édition dans la tradition Lachmann7 : presque toutes les conjectures de von Kraus ont été éliminées ; désormais les textes s’orientent davantage vers les manuscrits. Mais C. Cormeau ne voulait pas seulement copier les manuscrits, il désirait au moins remonter au temps où l’on imagine que les sources des manuscrits étaient encore disponibles.

  • 8 Cf. Thomas Bein, « Walther edieren — zwischen Handschriftennahe und Rekonstruktion », dans Martin (...)

11Avant sa mort C. Cormeau m’avait légué son édition. Depuis trois ans environ je m’occupe de la quinzième édition, dont la parution est prévue pour 2007/2008. D’un côté je ne vais pas toucher à l’idée principale de C. Cormeau, de l’autre côté cette quinzième édition sera très différente de la précédente en ce qui concerne la présentation des variantes8 : bien des strophes lyriques seront présentées d’une manière synoptique, afin que le lecteur de l’édition soit en mesure de se faire une idée de la variance textuelle.

  • 9 Cf. Walther von der Vogelweide, Gedichte, 11. Auflage auf der Grundlage der Ausgabe von Hermann Pa (...)

12À côté des éditions de l’œuvre de Walther par G. Schweikle et par C. Cormeau/Bein, l’édition confectionnée par Hermann Paul en 1882 est encore utilisée actuellement. Elle fait d’ailleurs l’objet d’un remaniement en cours par Silvia Ranawake, professeur à Londres9, remaniement dont le premier volume a été publié en 1997. H. Paul avait suivi — au XIXe siècle déjà — une méthode d’édition très proche de celles qui ont cours aujourd’hui. Paul se méfia des reconstitutions et s’efforça de ne pas manipuler le texte transcrit. C’est pourquoi la maison d’édition Max Niemeyer à Tübingen s’est décidée pour une nouvelle « édition Paul », remaniée d’après des conceptions actuelles pour des points de détail.

II. — DES ÉDITIONS DE RÉFÉRENCE QUI ONT MARQUÉ L’ÉVOLUTION OU QUI RESTENT DES MODÈLES EN VIGUEUR

13On voit — encore une fois — que le commencement de l’édition de textes se situe au début du XIXe siècle. Ce sont les frères Grimm et leur ami Karl Lachmann qui en établissent les fondements. Ils sont à la recherche du meilleur texte, qu’ils reconstituent à l’aide de la soi-disant « Konjekturalkritik », autrement dit à l’aide de beaucoup de conjectures et d’hypothèses. L’auteur et l’original déterminent les manipulations des manuscrits, qui sont considérés comme douteux. En comparant les variantes, ces éditeurs cherchent à reconstituer un archétype.

  • 10 Voir note 4.

14Avant de s’intéresser au Moyen Âge, Karl Lachmann s’était d’abord occupé de philologie classique — il avait publié entre autres Horace, Properce, Ésope et le Nouveau Testament. Quand il s’est penché sur la littérature médiévale allemande, il a transposé les structures de la tradition manuscrite antique au Moyen Âge — ce qui était une erreur10. Dans l’Antiquité, la tradition des textes avait été assez linéaire : le manuscrit Z, par exemple, était une copie à peu près directe du manuscrit Y, qui était une copie directe du manuscrit X, et ainsi de suite. Au Moyen Age, en revanche, la tradition manuscrite est beaucoup plus complexe. Loin d’être linéaire, elle est souvent contaminée. Ainsi le texte d’un manuscrit A peut mêler plusieurs versions précédentes, par exemple B, C, D, etc.

  • 11 Cf. Eckhard Grunewald, Friedrich Heinrich von der Hagen, 1780-1856, Ein Beitrag zur Frühgeschichte (...)

15Malgré cette approche inadéquate, la méthode de Lachmann exerce une influence considérable sur les lettres allemandes pendant plusieurs dizaines d’années, atteignant un point culminant avec Carl von Kraus dans le premier quart du XXe siècle. Mais avec von Kraus la méthode lachmanienne parvient à son terme, et une entreprise concurrente, fondée par Friedrich-Heinrich von der Hagen, contemporain des Grimm et Lachmann, l’emporte11. Intensément critiqué par les Grimm et Lachmann, von der Hagen avait renoncé à la reconstitution d’un archétype ou de l’original. Après avoir examiné les différents manuscrits, il avait choisi le meilleur pour son édition. Le texte de ce manuscrit n’était presque pas touché par des conjectures ou des corrections.

  • 12 Voir le graphique, p. 27.

16Cette méthode eut du mal à s’imposer, mais de grands philologues la suivirent. Parmi eux, Hermann Paul et Gustav Roethe établirent le « Leithandschriftenprinzip », c’est-à-dire une méthode qui se concentre sur l’édition d’un texte sur la base d'un seul manuscrit considéré comme fiable. Ce « Leithandschriftenprinzip » remplace de plus en plus la méthode de Lachmann. Dès les années 1970, une série d’éditions a paru qui témoigne de l’application plus ou moins stricte de ce principe12. Lorsque les variantes manuscrites sont très nombreuses et importantes au plan sémantique, les éditeurs présentent de plus en plus souvent les différentes versions d’une manière synoptique.

Les principales directions de l'édition médiévale en Allemagne

Les principales directions de l'édition médiévale en Allemagne

III. — LA SITUATION AU SEIN DE LA POLÉMIQUE SUSCITÉE PAR LA « NOUVELLE PHILOLOGIE »

  • 13 Cf. par exemple Roland Barthes, « La science de la littérature », dans Id., Critique et Vérité, Pa (...)
  • 14 Cf. par exemple Jacques Derrida, Éperons, Les styles de Nietzsche, Paris, 1978.
  • 15 Cf par exemple Michel Foucault, « Qu’est-ce qu’un auteur ? », dans Bulletin de la Société français (...)
  • 16 Cf Bernard Cerquiglini, Eloge de la variante, Histoire critique de la philologie, Paris, 1989.
  • 17 Cf Speculum, A Journal of Medieval Studies, t. 65, 1990.

17Les racines de cette polémique remontent, entre autres, aux travaux de Roland Barthes13, de Jacques Derrida14 et de Michel Foucault15 qui — plus ou moins intensément — ont remis en question les catégories traditionnelles des lettres, notamment celles de l’auteur et de l’œuvre. Leurs idées ont plus tard été relayées par Bernard Cerquiglini16 et par les représentants de la « New Philology », de la « nouvelle philologie »17.

  • 18 B. Cerquiglini, Eloge de la variante...
  • 19 Stephen G. Nichols, « Philology in a Manuscript Culture », dans Speculum, A Journal of Medieval St (...)

18C’est désormais la tradition manuscrite et non plus les mots originaux de l’auteur qui doivent retenir l’attention. Les manuscrits et les variantes de textes se trouvent maintenant au centre des recherches. « L’œuvre littéraire, au Moyen Age, est une variable » dit Bernard Cerquiglini18 ; les auteurs du numéro spécial de Speculum consacré à la « New Philology » l’approuvent : « We may recognize that medieval culture did not simply live with diversity, it cultivated it »19.

  • 20 Cf par exemple Karl Stackmann, « Neue Philologie? », dans Joachim Heinzle (éd.), Modernes Mittelal (...)

19Les philologues allemands, surtout ceux qu’animaient des convictions traditionalistes, ont d’abord hésité un certain temps avant de se préoccuper de ces idées radicales. Il a fallu attendre 1991 pour que Karl Stackmann, un philologue et éditeur renommé, très reconnu par ses collègues, commente les thèses de la « nouvelle philologie »20. D’un côté il lui sait gré d’avoir mis en évidence la signification des manuscrits pour tous les travaux philologiques. D’autre part, il manifeste son désaccord avec l’idée par trop radicale que le texte médiéval ne serait qu’une variante de lui-même et que l’éditeur devrait présenter dans son édition toutes les variantes d’une manière équivalente. Contrairement à cette position, K. Stackmann désire trouver le juste milieu entre le respect de la tradition manuscrite et la reconstitution d’un texte qui soit au moins un peu plus proche de l’auteur.

20À la suite des commentaires de K. Stackmann, d’autres philologues allemands ont publié leur avis sur la « nouvelle philologie ». Dans l’ensemble, les positions sont partagées : certains collègues s’engagent beaucoup dans la « nouvelle philologie » et préparent des éditions qui ne diffèrent guère de fac-similés. D’autres, en revanche, cherchent à progresser dans l’établissement du texte à partir de la tradition manuscrite, même s’ils n’ont plus pour but de reconstituer l’archétype et, à plus forte raison, le texte de l’auteur ou l’original.

IV. — COLLECTIONS DE RÉFÉRENCE ?

  • 21 Alphonse Dain, Les Manuscrits, Paris, 1964 (nlle éd. revue), p. 181 : « Comme le disait à ce sujet (...)

21Dans son plan pour la journée d’étude, M. Duval avait demandé s’il existait des collections de référence qui auraient « formaté » les éditions critiques ou fourni aux éditeurs des règles précises de transcription et de présentation. En principe, il me faut dire que non. Si l’on regarde des éditions actuelles, on voit bien que chaque éditeur a choisi son propre chemin. Je peux renvoyer à la célèbre formule du philologue belge Joseph Bidez, que l’on peut trouver dans Les manuscrits d’Alphonse Dain : « tous les cas sont spéciaux »21.

  • 22 Cf. Arthur Hübner, « Grundsatze für die Herausgabe und Anweisungen zur Druckeinrichtung der Deutsc (...)

22Néanmoins, en 1934, le philologue Arthur Hübner avait formulé vingtsept principes pour la transcription et la présentation des textes médiévaux dans la série d’éditions « Deutsche Texte des Mittelalters » (DTM), fondée par Gustav Roethe au début du XXe siècle22. Ces principes ont, pour certains, l’air d’être impératifs, mais, dans le premier quart du XXe siècle, les éditeurs étaient heureux de ces consignes, qui leur facilitaient le travail. Suivent quelques exemples de ces règles :

  • Il faut corriger les fautes certaines dans les manuscrits, autant que possible en utilisant d’autres bons manuscrits.
  • Les syllabes, lettres ou mots dans le texte édité qui diffèrent du manuscrit doivent être imprimés en italique.
  • La ponctuation doit obéir au système de Lachmann ; si une proposition subordonnée est indispensable à la compréhension de la proposition principale, on ne met pas de virgule.
  • On n’emploie qu’une seule lettre pour le sigle d’un manuscrit : une majuscule pour les manuscrits en parchemin, une minuscule pour ceux en papier.
  • On peut expliquer des problèmes (grammaticaux) dans des notes de bas de page.

23Aujourd’hui encore, on peut se servir de ces règles et principes, bien qu’il soit nécessaire de les modifier selon le « cas spécial » auquel on a affaire.

V. — LA PLACE DE LA PHILOLOGIE À L’UNIVERSITÉ

24La situation académique de la philologie est un sujet bien délicat. Au début du XIXe siècle, la philologie était bien placée pour environ 150 ans ; les éditions constituaient la base principale de la recherche. Aujourd’hui la situation a changé. Au sein de la germanistique la philologie médiévale, y compris les éditions, devient de moins en moins importante. À titre d’exemples, on n’a plus le temps actuellement d’enseigner la grammaire du moyen haut allemand ; de ce fait les étudiants utilisent de plus en plus souvent des traductions en allemand moderne. Il est par ailleurs très difficile d’intégrer dans les cours universitaires des recherches sur la tradition des textes ou sur les techniques d’édition.

25Actuellement, il n’existe qu’une seule filière « Editionswissenschaft » en Allemagne, à la Freie Universität de Berlin. Auparavant il y en avait une autre à l’université d’Osnabrück, mais après le départ à la retraite du professeur Winfried Woesler, qui avait créé cette filière, celle-ci a été supprimée. Cette évolution est très regrettable.

26A ce propos, il faut constater la quasi-disparition d’un appui et d’un mécénat publiques pour les éditions historiques. La politique de l’éducation et de l’université ne s’intéresse guère au travail des philologues et éditeurs. Leur travail est considéré comme improductif, peu profitable et peu rentable.

VI. — LA CONSCIENCE LINGUISTIQUE PARTICULIÈRE

27J’en viens à quelques réflexions sur la conscience linguistique, autrement dit sur la signification de l’histoire de la langue/du langage pour les éditeurs de textes médiévaux. Pendant très longtemps, ce champ de recherche n’a pas suscité d’intérêt. Karl Lachmann, encore lui, avait réglé ce problème pour des décennies. Il était, en effet, convaincu que les grands poètes médiévaux allemands comme Hartmann von Aue, Wolfram von Eschenbach, Walther von der Vogelweide ou bien le poète inconnu du Nibelungenlied parlaient un « unwandelbares Hochdeutsch », un haut allemand standard. Lachmann avait créé — pour ainsi dire — une orthographe uniforme qui ne reposait sur aucune base historique.

  • 23 Cf. la Sonderheft « Mittelhochdeutsche Grammatik als Aufgabe », dans Zeitschrift fur deutsche Phil (...)

28Aujourd’hui on sait bien que le moyen haut allemand n’est rien d’autre qu’une abstraction de nombreux dialectes23. Prenons comme exemple la tradition manuscrite de l’œuvre de Walther von der Vogelweide. Chaque manuscrit est écrit en un dialecte propre, ici en dialecte bavarois, là en dialecte souabe et ainsi de suite : il n’existe pas de langue standard.

  • 24 L’année dernière, en avril, s’est tenue à Bâle une journée d’études sur ces questions dont le titr (...)

29Mais que faire de tous ces dialectes manuscrits, surtout si l’on pense connaître le dialecte de l’auteur ? Est-il justifié, par exemple, d’éditer un texte en un dialecte frison, quand on sait que l’auteur a parlé bavarois ? Ces questions sont actuellement discutées entre les philologues allemands. On n’a pas encore trouvé de solution, mais les problèmes sont au moins reconnus et circonscrits24.

  • 25 Cf. Matthias Lexer, Mittelhochdeutsches Wörterbuch, Zugleich als Supplement und alphabetischer Ind (...)

30En général les éditions récentes reproduisent le dialecte et le système graphique du manuscrit de base. Mais cela engendre des difficultés pour les lecteurs d’aujourd’hui, qui ont souvent bien du mal à identifier les mots, afin de les retrouver dans les dictionnaires historiques qui, eux, s’appuient sur l’orthographe de Lachmann. Les grands dictionnaires du moyen haut allemand — le BMZ (Benecke-Müller-Zarncke) et le Lexer25 — ont, en effet, mis en pratique les hypothèses de Lachmann en ce qui concerne l’existence d’un système graphique standard.

  • 26 Entreprise commune aux universités de Bonn, de Bochum et de Halle/Saale.

31Depuis cinq ans environ, quelques spécialistes de linguistique historique poursuivent le grand projet d’un nouveau dictionnaire du moyen haut allemand qui s’appuiera strictement sur un corpus de textes manuscrits26. Une fois cette entreprise achevée (espérons qu’elle le soit ! il manque de l’argent partout), la situation philologique changera et les pratiques éditoriales en seront sans doute modifiées.

VII. — LE CORPUS TEXTUEL

  • 27 Cf. par exemple Christa Baufeld (éd.), Gesundheits-und Haushaltslehren des Mittelalters, Edition d (...)

32Au cours du XIXe siècle, les philologues allemands ne s’étaient occupés que des textes littéraires. Depuis les années 1960 le corpus s’est élargi : actuellement, les éditions de textes consacrés à des connaissances techniques, au commerce ou à la médecine sont assez nombreuses. Le plus souvent, ces textes font l’objet d’éditions diplomatiques27.

  • 28 Harald Saller, Ein neues Editionskonzept fur die Schriften Notkers des Deutschen anhand von De Int (...)

33Quant à l’influence de la date du texte sur le mode d’édition, on constate que pour les textes très anciens (période de l’ancien haut allemand, VIII-XIe siècles), les éditions diplomatiques sont plus fréquentes que pour les textes de la période du moyen haut allemand (XIIe-XIVe siècles). L’édition récente d’une œuvre de Notker l’Allemand, publié par Harald Saller, illustre bien cette tendance28.

VIII. — FIDÉLITÉ AU SENS ORIGINEL, AU-DELÀ DE L’ARCHÉTYPE

34Aujourd’hui il n’y a plus de philologues qui cherchent à reconstituer un sens originel au-delà de l’archétype. Comme je l’ai déjà dit, bien des philologues élaborent des éditions plus ou moins diplomatiques, mais il y a aussi des collègues qui ne veulent pas se contenter de la simple transcription d’un manuscrit.

  • 29 Walther von der Vogelweide, Leich, Lieder, Sangsprüche, 14., völlig neubearbeitete Auflage der Aus (...)

35C. Cormeau, par exemple, l’éditeur de Walther von der Vogelweide29, a voulu construire un texte au-delà des manuscrits et s’approcher de l’archétype à l’aide d’un stemma. Prenons un exemple : une strophe d’une chanson de Walther se trouve dans les manuscrits A, B et C. En comparant les variantes on peut quelquefois constater qu’il y avait un manuscrit *AB (maintenant perdu) qui était la source des textes manuscrits A et B. C. Cormeau choisit un manuscrit comme témoin de base, disons A, mais si le manuscrit B présente ici ou là une meilleure leçon, il l’intègre dans son texte. Il mêle donc les variantes pour reconstituer un texte qui, à son avis, présente un état un peu plus proche à l’archétype.

  • 30 Martin J. Schubert (éd.), Deutsche Texte des Mittelalters zwischen Handschriftennähe und Rekonstru (...)

36Les actes du colloque Textedition zwischen Handschriftennähe und Rekonstruktion (Edition entre fidélité au témoin et reconstruction) qui s’est tenu à Berlin en 2004 illustrent de manière exemplaire les tendances actuelles30. Presque tous les éditeurs importants y ont assisté. Les communications ont nettement mis à jour deux groupes : l’un qui veut rester strictement fidèle au texte du manuscrit et qui désire l’éditer d’une manière diplomatique, en conservant les abréviations et les signes diacritiques tels qu’ils se trouvent dans les manuscrits. L’autre groupe d’éditeurs se prononça, en revanche, en faveur d’une reconstruction légère du texte — avec beaucoup de prudence et de précaution.

IX. — LA PRÉSENTATION

37On peut bien dire qu’au XIXe siècle les règles de présentation de la plupart des éditions tenaient du mystère. Karl Lachmann et les frères Grimm par exemple ne se souciaient pas d’expliquer les principes qu’ils avaient suivis en introduction. Leurs éditions étaient réalisées par des spécialistes et destinées à des spécialistes. De longues explications étaient donc superflues.

38Les choses ont bien changé. Presque toutes les éditions renferment une introduction détaillée. Ainsi, l’introduction de la quatorzième édition de Walther von der Vogelweide compte plus de cinquante pages : elle débute par la conception de l’édition et par son histoire. Ensuite C. Cormeau traite des caractéristiques de la tradition manuscrite et des problèmes qu’elle pose. Comme il est assez difficile d’ordonner les poèmes dans l’édition, étant donné les divergences entre les manuscrits sur ce point, il faut bien justifier le parti qui a été adopté. Les manuscrits, qui constituent le cœur d’une édition de texte médiéval, sont ensuite soigneusement décrits en ce qui concerne la date, le dialecte, le format, etc. Comme certains manuscrits transmettent aussi des notes, la tradition des mélodies doit également être exposée.

39Il reste encore à décrire précisément les règles adoptées pour la présentation du texte : traitement des abréviations, signes spéciaux, listes de variantes, etc. Enfin, il faut expliquer le traitement de la métrique ainsi que la normalisation de la langue ou du système graphique. L’introduction de l’édition s’achève donc par un véritable mode d’emploi, surtout destiné à des lecteurs non exercés.

40On trouvera dans la liste de titres qui suit les articles et ouvrages qui reflètent les développements actuels des pratiques éditoriales depuis dix à quinze ans.

41On peut compléter les références données ci-dessus par :

Bibliographie

X. — BIBLIOGRAPHIE INDICATIVE

Bernard Cerquiglini, Éloge de la variante, Histoire critique de la philologie, Paris, 1989.

Anton Schwob avec la collab. de Rolf Bergmann [...] (éd.), Editionsberichte zur mittelalterlichen deutschen Literatur, Beiträge der Bamberger Tagung « Methoden und Probleme der Edition mittelalterlicher deutscher Texte » 26.-29. Juni 1991, Göppingen, 1994 [actes d’un congrès très important en ce qui concerne la réflexion méthodologique].

Karl Stackmann, « Neue Philologie ? », dans Joachim Heinzle (éd.), Modernes Mittelalter, Neue Bilder einer populären Epoche, Frankfurt/M.-Leipzig, 1994, p. 398-427 [un des articles les plus importants en réaction à la « New Philology » et à l'Eloge de la variante de Bernard Cerquiglini].

Thomas Bein (éd.), Altgermanistische Editionswissenschaft, Frankfurt/M.-Berlin-Berne-New York-Paris-Vienne, 1995 [une collection des plus importants travaux depuis le début du XIXe siècle].

Hans Fromm, « Zur Geschichte der Textkritik und Edition mittelhochdeutscher Texte », dans Robert Harsch-Niemeyer (éd.), Beiträge zur Methodengeschichte der neueren Philologien, Zum 125jährigen Bestehen des Max Niemeyer Verlages, Tübingen, 1995, p. 63-90.

Ingrid Bennewitz, « Alte “neue” Philologie ? Zur Tradition eines Diskurses », dans Helmut Tervooren et Horst Wenzel (éd.), Philologie als Textwissenschaft, Alte und neue Horizonte ( = Zeitschrift für deutsche Philologie, t. 116, 1997, Sonderheft), p. 46-61.

Thomas Bein, « Die mediävistische Edition und ihre Methoden », dans Rüdiger Nutt-Kofoth, Bodo Plachta, Hendricus Theodorus Maria van Vliet et Hermann Zwerschina (éd.), Text und Edition, Positionen und Perspektiven, Berlin, 2000, p. 81-98 [un résumé des méthodes d’édition dans l’histoire de la philologie allemande].

Bodo Plachta et H.T.M. van Vliet (éd.), Perspectives of Scholarly Editing/Perspektiven der Textedition, Berlin, 2002.

Thomas Bein, « “echt kritisch”: Zwei Jahrhunderte Klassiker-Geschichte, Zum Wandel der Text-Kritik in der Walther von der Vogelweide-Philologie », dans Editio, t. 18, 2004, p. 69-88.

Rolf Bergmann (éd.), Probleme der Edition althochdeutscher Texte, Göttingen, 1993.

Hartmut Böhme, « Die Literaturwissenschaft zwischen Edidonsphilologie und Kulturwissenschaft », dans Anne Bentfeld et Walter Delabar (éd.), Perspektiven der Germanistik, Neueste Ansichten zu einem alten Problem, Opladen, 1997, p. 32-46.

Joachim Bumke, Die vier Fassungen der « Nibelungenklage », Untersuchungen zur Überlieferungsgeschichte und Textkritik der höfischen Epik im 13. Jahrhundert, Berlin-New York, 1996.

Kurt Gärtner, « Editionsdesiderate und computergestütztes Edieren am Beispiel der Christherre-Chronik », dans Volker Honemann [...] (éd.), German narrative literature of the twelfth and tbirteentb centuries, Studies presented to Roy Wisbey on bis sixty-fifth birthday, Tübingen, 1994, p. 55-81.

Martin-Dietrich Gleßgen et Franz Lebsanft, « Von alter und neuer Philologie, Oder: Neuer Streit über Prinzipien und Praxis der Textkritik », dans Martin-Dietrich Glessgen et Franz Lebsanft (éd.), Alte und neue Philologie, Tübingen, 1997, p. 1-14.

Gunter Martens, « Internationales Symposium zum Projekt eines “Wörterbuchs der Edidonsphilologie” im Deutschen Literaturarchiv in Marbach a. N. vom 27. Februar bis 1. März 1997 », dans Editio, t. 12, 1998, p. 151-156.

Dagmar Neuendorff, « Zur Edition von unfesten Texten, Deutsche Predigten Bertholds von Regensburg der Teilsammlungen *Y2/4-*X1 », dans Anton Schwob, avec la collab. de Rolf Bergmann (éd.) Editionsberichte zur mittelalterlichen deutschen Literatur, Beiträge der Bamberger Tagung « Methoden und Probleme der Edition mittelalterlicher deutscher Texte » 26.-29. Juni 1991, Göppingen, 1994, p. 209-218.

Ortrun Riha, « Sonderprobleme bei der Edition naturwissenschaftlicher und medizinischer Fachtexte unter besonderer Berücksichtigung der Rezepte », dans Editio, t. 9, 1995, p. 169-178.

Franz Simmler, « Edition und Sprachwissenschaft », dans Hans-Gert Roloff, avec la collab. de Renate Meincke (éd.), Editionsdesiderate zur Frühen Neuzeit, Beiträge zur Tagung der Komission für die Edition von Texten der Frühen Neuzeit, Amsterdam, 1997 (= Chloe, t. 24/25 (1/2)), p. 851-934.

Georg Steer, « Textkritik und Textgeschichte, Editorische Präsentation von Textprozessen: das “Nibelungenlied”, Der “Schwabenspiegel”, Die “Predigten” Taulers », dans Rolf Bergmann et Kurt Gartner, avec la collab. de Volker Mertens (éd.), Methoden und Probleme der Edition mittelalterlicher deutscher Texte, Bamberger Fachtagung 26.-29. Juni 1991, Plenumsreferate, Tübingen, 1993, p. 107-119.

Walther von der Vogelweide, Textkritik und Edition, éd. Thomas Bein, Berlin, 1999.

Norbert Richard Wolf, « Die Abhängigkeit des Sprachhistorikers vom Editor », dans éd. Anton Schwob, avec la collab. de Rolf Bergmann (éd.), Editionsberichte zur mittelalterlichen deutschen Literatur, Beiträge der Bamberger Tagung « Methoden und Probleme der Edition mittelalterlicher deutscher Texte » 26.-29. Juni 1991, Göppingen, 1994, p. 347-352.

Notes

1 Die Gedichte Walthers von der Vogelweide, éd. Karl Lachmann, Berlin, 1827.

2 Cf. Thomas Bein, « “echt kritisch”, Zwei Jahrhunderte Klassiker-Geschichte, Zum Wandel der Text-Kritik in der Walther von der Vogelweide-Philologie », dans Editio, t. 18, 2004, p. 69-88.

3 Cf. Thomas Bein, « Walther von der Vogelweide, Schul-und hochschuldidaktische Materialien zur Überlieferungs-und Editionsgeschichte », dans Thomas Bein (éd.), Walther verstehen Walther vermitteln, Neue Lektüren und didaktische Uberlegungen, Frankfurt/M., 2004, p. 57-81.

4 Cf. Magdalene Lutz-Hensel, Prinzipien der ersten textkritischen Editionen mittelhochdeutscher Dichtung, Brüder Grimm-Benecke-Lachmann, Eine methodenkritische Analyse, Berlin, 1975; Harald Weigel, « Nur was du nie gesehn wird ewig dauern », Carl Lachmann und die Entstehung der wissenschaftlichen Edition, Freiburg, 1989.

5 Cf. Die Gedichte Walthers von der Vogelweide, éd. Karl Lachmann, 10. Ausgabe mit Bezeichnung der Abweichungen von Lachmann und mit seinen Anmerkungen neu hg. von Carl von Kraus, Berlin-Leipzig, 1936.

6 Cf. Walther von der Vogelweide, Werke, Gesamtausgabe, t. I. Spruchlyrik, Mittelhochdeutsch/Neuhochdeutsch, éd., trad. et commentaire Günther Schweikle, Stuttgart, 1994; t. II Liedlyrik [...], Stuttgart, 1998.

7 Die Gedichte Walthers von der Vogelweide, éd. Karl Lachmann, 14. überarbeitete Ausgabe mit Beitragen von Thomas Bein und Horst Brunner, éd. Christoph Cormeau, Berlin-New York, 1996.

8 Cf. Thomas Bein, « Walther edieren — zwischen Handschriftennahe und Rekonstruktion », dans Martin J. Schubert (éd.), Deutsche Texte des Mittelalters zwischen Handschriftennähe und Rekonstruktion, Berliner Fachtagung 1.-3. April 2004, Tübingen, 2005, p. 133-142.

9 Cf. Walther von der Vogelweide, Gedichte, 11. Auflage auf der Grundlage der Ausgabe von Hermann Paul, hg. von Silvia Ranawake mit einem Melodieanhang von Horst Brunner, Teil 1: Der Spruchdichter, Tübingen, 1997.

10 Voir note 4.

11 Cf. Eckhard Grunewald, Friedrich Heinrich von der Hagen, 1780-1856, Ein Beitrag zur Frühgeschichte der Germanistik, Berlin-New York, 1988.

12 Voir le graphique, p. 27.

13 Cf. par exemple Roland Barthes, « La science de la littérature », dans Id., Critique et Vérité, Paris, 1966, p. 56-63.

14 Cf. par exemple Jacques Derrida, Éperons, Les styles de Nietzsche, Paris, 1978.

15 Cf par exemple Michel Foucault, « Qu’est-ce qu’un auteur ? », dans Bulletin de la Société française, t. 63, 1969, p. 73-104.

16 Cf Bernard Cerquiglini, Eloge de la variante, Histoire critique de la philologie, Paris, 1989.

17 Cf Speculum, A Journal of Medieval Studies, t. 65, 1990.

18 B. Cerquiglini, Eloge de la variante...

19 Stephen G. Nichols, « Philology in a Manuscript Culture », dans Speculum, A Journal of Medieval Studies, t. 65, 1990, p. 1-10, à la p. 9.

20 Cf par exemple Karl Stackmann, « Neue Philologie? », dans Joachim Heinzle (éd.), Modernes Mittelalter, Neue Bilder einerpopulären Epoche, Frankfurt/M., 1994, p. 398-427.

21 Alphonse Dain, Les Manuscrits, Paris, 1964 (nlle éd. revue), p. 181 : « Comme le disait à ce sujet J. Bidez, “tous les cas sont spéciaux” ».

22 Cf. Arthur Hübner, « Grundsatze für die Herausgabe und Anweisungen zur Druckeinrichtung der Deutschen Texte des Mittelalters, Neue Fassung », dans Johannes Rothe, Das Lob der Keuschheit, nach C. A. Schmids Kopie einer verschollenen Lüneburger Handschrift, éd. Hans Neumann, Berlin, 1934 (DTM, 38), p. V-IX ; publié aussi dans T. Bein (éd.), Altgermanistische Editionswissenschaft, Frankfurt/M.-Berlin-Berne-New YorkParis-Vienne, 1995.

23 Cf. la Sonderheft « Mittelhochdeutsche Grammatik als Aufgabe », dans Zeitschrift fur deutsche Philologie, t. 110, 1991 et Norbert Richard Wolf, « Mittelhochdeutsch aus Handschriften, Hinweise zum Problem der historischen Grammatik und der Überlieferungsgeschichte », dans Konrad Kunze et alii (éd.), Überlieferungsgeschichtliche Editionen und Studien zur deutschen Literatur des Mittelalters, Kurt Ruh zum 75. Geburtstag, Tübingen, 1989, p. 100-108.

24 L’année dernière, en avril, s’est tenue à Bâle une journée d’études sur ces questions dont le titre était Sprachgeschichte und Edition/Histoire de la langue et édition. Les actes de cette journée seront publiés en 2006 ou en 2007.

25 Cf. Matthias Lexer, Mittelhochdeutsches Wörterbuch, Zugleich als Supplement und alphabetischer Index zum Mittelhochdeutschen Wörterbuche von Benecke-Müller-Zarncke, Leipzig, 1872-78, 3 vol.

26 Entreprise commune aux universités de Bonn, de Bochum et de Halle/Saale.

27 Cf. par exemple Christa Baufeld (éd.), Gesundheits-und Haushaltslehren des Mittelalters, Edition des 8’Ms 875 der Universitätsbibliothek Greifswald mit Einführung, Kommentar und Glossar, Frankfurt/M., 2002.

28 Harald Saller, Ein neues Editionskonzept fur die Schriften Notkers des Deutschen anhand von De Interpretatione, Frankfurt/M., 2003.

29 Walther von der Vogelweide, Leich, Lieder, Sangsprüche, 14., völlig neubearbeitete Auflage der Ausgabe Karl Lachmanns mit Beiträgen von Thomas Bein und Horst Brunner hg. von Christoph Cormeau, Berlin, 1996.

30 Martin J. Schubert (éd.), Deutsche Texte des Mittelalters zwischen Handschriftennähe und Rekonstruktion, Berliner Fachtagung 1.-3. April 2004, Tübingen, 2005.

Table des illustrations

Titre Walther von der Vogelweide : Aperçu de la tradition manuscrite
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/699/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 178k
Titre Walther von der Vogelweide : Aperçu de l’histoire des éditions de sa lyrique (sélection des éditions importantes et représentatives des différentes écoles)
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/699/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 226k
Titre Les principales directions de l'édition médiévale en Allemagne
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/699/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 412k

Auteur

© Publications de l’École nationale des chartes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search