Version classiqueVersion mobile

Pratiques philologiques en Europe

 | 
Frédéric Duval

Introduction

Frédéric Duval

Texte intégral

  • 1 Martin-Dietrich Gleßgen et Franz Lebsanft (éd.), Alte und neue Philologie, Tübingen, 1997.

1La journée d’étude « Pratiques philologiques en Europe », organisée par l’École des chartes le 23 septembre 2005, s’est donné pour but d’esquisser un panorama des pratiques européennes en matière d’édition de textes médiévaux. Alors que la polémique qui a secoué le petit monde des éditeurs de textes, divisés entre « ancienne » et « nouvelle » philologies, est largement retombée, on a cherché à comprendre l’origine des différentes pratiques éditoriales d’un bout à l’autre de l’Europe. Le moment semblait propice, car la New Philology, quoi qu’on en pense par ailleurs, a poussé nombre de philologues européens à questionner leurs propres pratiques, pour les défendre ou les faire évoluer. Le débat n’a pas partout connu le même retentissement ni revêtu les mêmes formes, mais l’on a pu observer durant la dernière décennie la parution de nouveaux manuels de philologie ou d’édition de textes, l’organisation de colloques consacrés à la question (surtout en Allemagne) et un intérêt renouvelé pour l’histoire de la discipline (aux Pays-Bas et en France notamment). Dans la continuité du colloque Alte und neue Philologie1, qui explorait plusieurs domaines linguistiques au temps où la polémique battait encore son plein, la journée d’étude « Pratiques philologiques en Europe » s’est attachée à dresser un état des lieux dans un contexte intellectuel apaisé.

  • 2 François Rastier, Arts et sciences du texte, Paris, 2001, p. 112-125.

2Par-delà l’inventaire raisonné des pratiques, l’objectif majeur était de promouvoir le statut de la philologie, menacée ou en régression dans les institutions académiques européennes. Des signes de renouveau, a priori positifs, se font pourtant jour. En France par exemple, la philologie est de plus en plus prise en compte par l’herméneutique et par la linguistique des textes ; par ailleurs des livres bon marché permettent l’accès d’un public large à des éditions. Malheureusement, ces phénomènes nouveaux n’ont pas suscité jusqu’à présent de réels débats entre linguistes, littéraires et philologues, alors qu’ils posent des questions fondamentales. Faut-il admettre, comme le propose François Rastier, que la philologie soit une « science du texte2 ? Si elle a nourri à partir de la seconde moitié du XIXe siècle de telles prétentions, son objet d’étude, qui est historique, la rattache au sens commun et non à la théorie. Qu’elle se soit munie d’une technique ne change rien. La pérennité de l’activité philologique suppose une réflexion sur ce qu’elle est et sur ce qu’elle peut apporter aux autres disciplines. Or cette réflexion doit s’appuyer sur ce qui forme son « noyau dur », l’ecdotique, elle-même façonnée par un ensemble de règles, de recommandations, de conseils qui constituent autant de pratiques. C’est en partant du « degré zéro de la philologie » et en questionnant les choix apparemment anodins des éditeurs qu’il semble possible de défendre, d’expliquer et de transmettre l’art d’éditer.

3Quoique conscients de leurs particularismes, les éditeurs de textes, souvent spécialisés dans une langue, franchissent rarement la barrière linguistique pour observer comment leurs collègues spécialistes d’autres langues ont résolu les problèmes auxquels eux-mêmes se trouvent confrontés. Ainsi les romanistes ignorent-ils souvent la situation de la philologie germanique médiévale. Il semblait donc important de mettre en parallèle plusieurs domaines linguistiques, afin de comprendre, à l’échelle européenne, ce qui, en matière philologique, relevait de traditions ou de débats nationaux et ce qui était plus communément partagé. Dans les deux cas, les solutions apportées par les éditeurs se révèlent souvent transposables d’un domaine linguistique ou national à l’autre. Et c’est là l’intérêt de cette journée, qui ne doit pas être considérée comme une somme de bilans juxtaposés, mais appelle des prolongements. Des préjugés ou simplifications abusives sont ici battus en brèche : non, les Italiens ne sont pas tous des lachmanniens de stricte obédience et les Français ne sont pas unanimement bédiéristes. Quant aux Anglais, ils sont loin de faire majoritairement des éditions diplomatiques. On ne peut réduire la tradition allemande à Lachmann et lui opposer Bédier, quand Friedrich-Heinrich von der Hagen, un contemporain des Grimm, avait déjà renoncé à la reconstitution d’un archétype pour choisir le meilleur manuscrit.

4Il m’a semblé nécessaire qu’une rencontre européenne ait lieu en France, où les répercussions pratiques de la New Philology ont été particulièrement minces : les éditions imitatives (également qualifiées de « diplomatiques » ou de « conservatrices », dans une terminologie sémantiquement floue) n’ont pas fleuri et les philologues français n’ont presque jamais pris part au débat. Sur ce point, on ne peut que souscrire à l’analyse d’Anja Overbeck, qui souligne que, contrairement à leurs voisins allemands, les philologues français n’ont pas pris en considération les nouvelles réflexions dans toute leur ampleur. Cette attitude s’explique sans doute par une formation philologique française, monolingue et monodisciplinaire, se résumant trop exclusivement à des règles de transcription dont les soubassements théoriques sont mal perçus. Le résultat en est l’adoption d’un point de vue franco-français, symboliquement illustré par le public de la journée d’étude, où les collègues italiens étaient les plus nombreux. Cette rencontre a permis à l’École des chartes de continuer à affirmer son rôle, bientôt biséculaire, dans la tradition philologique française.

  • 3 Félix Lecoy, « L’édition critique des textes », dans Atti del XIV Congresso internazionale di ling (...)

5L’inévitable contrepartie de cette initiative est d’avoir donné un cadre non seulement géographique mais aussi intellectuel français à cette rencontre, à commencer par le titre proposé, qui rappelle les propos de Félix Lecoy, au XIVe Congrès international de linguistique et de philologie romanes3, lui qui désirait qu’on parlât de « pratique » et non de méthode, encore moins de théorie. L’aspect français se traduit peut-être aussi par les limites chronologiques, qui aboutissent à ne rassembler que des médiévistes, alors qu’il n’est pas rare qu’en Italie ou en Espagne un philologue passe d’un texte médiéval à un texte moderne.

I. — PRINCIPES RETENUS

1. Choix méthodologique et problématique

6Cette journée ne pouvait avoir un sens qu’à la condition d’éviter l’accumulation de monographies reflétant exclusivement les expériences philologiques d’intervenants-éditeurs. Un ensemble de synthèses, si intéressantes fussent-elles séparément, semblait également insatisfaisant si elles n’offraient pas de prise à la comparaison. Afin de faciliter les rapprochements entre les pratiques éditoriales, un plan-type en deux parties a été proposé aux participants. Il devait permettre de comparer point par point la situation d’un pays et d’une langue à l’autre.

  • 4 On regrettera que María Morrás ne nous ait pas fait parvenir son texte. A défaut, pour se faire un (...)

7Sept domaines linguistiques ont été représentés. Si le choix des langues retenues peut paraître arbitraire, il visait à garantir l’équilibre entre la philologie germanique et la philologie romane. Ont été privilégiées les langues qui ont connu une production écrite notable au cours du Moyen Age. Seule l’Europe occidentale a été considérée, les langues nordiques et slaves n’étant pas représentées. Afin que chaque intervenant fût au fait des pratiques philologiques et du système académique en vigueur sur le territoire dans lequel l’ancienne langue étudiée était parlée, et afin qu’il en fût lui-même un représentant exemplaire, chacun a été sollicité en fonction de sa nationalité : Thomas Bein (Aix-la-Chapelle) a traité de l’édition de textes médiévaux allemands en Allemagne, en s’appuyant principalement sur la riche tradition des éditions de Walther von der Vogelweide ; Ludo Jongen (Leiden) s’est chargé du moyen néerlandais, Leo Carruthers (Paris) de l’ancien et du moyen anglais. Le domaine roman a été illustré par l’italien, représenté par Fabio Zinelli (Sienne) ; par le castillan, représenté par Maria Morrás (Barcelone)4 ; et par le français, représenté par Frédéric Duval (Metz). En outre, une ouverture au latin médiéval par Dominique Poirel (Paris) a permis de mesurer l’influence des particularités linguistiques de cette langue internationale « semi-morte » et de son corpus sur la communauté tout aussi internationale des éditeurs de textes latins.

8Le plan proposé aux participants s’articulait nettement autour de la notion de fidélité, très utile, à mon sens, pour faire le lien entre les pratiques éditoriales et les conceptions du texte qui les sous-tendent. Appliquer la notion de fidélité à l’édition de textes, c’est insister sur l’analogie entre le travail de l’éditeur de celui du traducteur. Comme ce dernier, l’éditeur assure une « médiation interlinguistique », permettant de transmettre un message entre locuteurs de langues ou, du moins, d’états de la langue différents. L’édition, comme la traduction, doit rendre compréhensible un message d’une langue source (ancien et moyen français par exemple) à des locuteurs d’une langue cible (état présent de la langue). La finalité d’une traduction consiste à nous dispenser de la lecture du texte original, comme l’édition doit dispenser de recourir au manuscrit. Les choix de traduction et ceux d’édition sont dictés par la finalité de la traduction/édition, le public visé, le niveau de culture et de familiarité qu’on lui suppose avec l’auteur traduit/édité et avec sa langue-culture originale.

9La problématique de l’édition de textes se résume en termes antonymiques, de même que celle de la traduction. On oppose les traductions ad litteram et ad sensum, suivant la lettre et suivant l’esprit, comme on le fait des éditions conservatrices ou interventionnistes, diplomatiques ou interprétatives. D’ordinaire, ceux qui critiquent une traduction reprochent au traducteur de s’être écarté du texte original, de même que les « nouveaux philologues » ont reproché aux « philologues traditionnels » de fournir des reproductions trop éloignées des manuscrits, comme si les exercices de traduction et d’édition ne s’accompagnaient pas fatalement d’une certaine déperdition d’informations. Les partisans de la « nouvelle philologie » ne se sont pas rendu compte qu’ils se précipitaient, plus encore que les dinosaures qu’ils entendaient stigmatiser, dans l’utopie « sourcière » et que l’on peut renvoyer dos à dos ceux qui prétendent reproduire tous les états du texte et ceux qui croient possible de reconstituer en tous points un archétype.

10L’éditeur doit concilier deux objectifs : donner à lire un texte ancien à un lecteur contemporain, interpréter le texte d’après l’intention de l’auteur, voire du copiste ou du commanditaire de la copie. Comme le traducteur, l’éditeur se trouve face à une double contrainte de fidélité au texte-source et de fidélité au destinataire, ce qui le conduit à deux orientations opposées, la première vers le passé, la seconde vers le présent/futur. Donner à lire un texte suppose de s’éloigner du fac-similé, négation de l’édition de textes, et implique une « translation » de la matérialité du texte et de sa mise en page : « translation » du parchemin au papier, de l’initiale au caractère d’imprimerie, modification du système de ponctuation et de structuration du texte. Autant d’éléments qui influentsur le sens du texte, puisqu’ils en conditionnent la lecture. Les corrections apportées par l’éditeur modifient la séquence linguistique qui apparaît dans le manuscrit. A cela, il faut ajouter une « translation » plus explicite dans l’introduction, les notes critiques et le glossaire, qui éclairent le sens du texte pour un lecteur contemporain.

  • 5 C’est-à-dire, qui s’attache au signifiant de la langue. Pour la terminologie de Jean-René Ladmiral (...)

11Même si la discrimination entre la glose et le texte, qui s’affirme dans les manuscrits de traduction dès le XIVe siècle, a fait des progrès, elle n’est jamais totale dans une édition de texte moderne : les choix de ponctuation et de structuration par paragraphes constituent des éléments d’interprétation poussant le lecteur dans une voie plutôt que dans une autre. L’éditeur est censé se démarquer du traducteur, parce qu’il ne transpose pas linguistiquement le message. Disons que la transposition est d’une bien moindre ampleur, mais on ne peut la nier : l’adaptation de la ponctuation moderne, l’accentuation, les coupures de mots, la création de paragraphes en sont des preuves indiscutables. Pour adopter la terminologie de Jean-René Ladmiral, l’édition critique n’est souvent qu’une manifestation paroxystique de la traduction « sourcière »5.

12On l’aura donc compris ; la fidélité n’est pas envisagée ici comme fidélité à un modèle (en l’occurrence le manuscrit source), mais comme la combinaison de multiples fidélités : fidélité au lecteur de l’édition de texte, fidélité à l’auteur du texte, fidélité à la langue de l’auteur, à celle du copiste, fidélité à l’archétype... L’espoir de tout éditeur de textes est d’aboutir, au terme d’une savante alchimie, au dosage le mieux approprié.

2. Plan proposé aux intervenants

I. Présentation historique

13La première partie vise à présenter les facteurs externes pouvant peser sur les pratiques ecdotiques, autrement dit l’héritage et les contraintes institutionnels qui ne touchent pas directement au texte ou au corpus textuel auquel s’intéresse l’éditeur. On proposait de s’attacher brièvement à :

  • l’histoire de l’édition dans le domaine linguistique/national considéré : peut-on parler d’école nationale ? Des débats ont-ils dessiné des lignes de partage encore à l’œuvre aujourd’hui ? On pourra présenter quelques personnalités qui ont formé des disciples actifs, passer en revue quelques éditions de référence qui ont marqué l’évolution ou qui restent des modèles en vigueur. On s’interrogera sur les éléments qui ont pu favoriser l'émergence d’une éventuelle « cohésion philologique » ou la cristallisation d’une pratique à l’échelle nationale. On en observera les répercussions dans les éventuelles réactions lors de la polémique suscitée par la « nouvelle philologie » ;
  • contraintes éditoriales « commerciales » : existe-t-il des collections de référence qui ont « formaté » les éditions critiques ? Fournissent-elles aux éditeurs des règles précises de transcription et de présentation ? Le paysage éditorial est-il condensé ou au contraire éclaté ? Au cas où il serait ramassé, dans quelle mesure impose-t-il une ligne aux éditeurs ? ;
  • la situation académique : on présentera rapidement la place de la philologie à l’université et au sein de la recherche nationale, en mentionnant si possible les liens entre la philologie dans la langue nationale et les philologies « supra-nationales » (philologie romane, philologie germanique), mais aussi les liens avec la philologie classique. Les relations avec la linguistique et avec l’histoire pourront également être évoqués.

14Le tout pourrait s’achever par un bilan de l’évolution récente et par une prospective. Si l’ensemble de ces questions a fait l’objet d’une synthèse récente ou d’une bibliographie abondante, on dressera un bilan bibliographique critique et analytique.

II. Description des pratiques actuelles

A) Fidélité au sens originel, au-delà de l’archétype

15Malgré la fidélité affichée à un témoin de base (bédiérisme) ou à un archétype (lachmannisme), nombre d’éditions s’inscrivent encore dans une herméneutique de l’intentionnalité et dans la recherche du sens d’origine voulu par l’auteur. Quand l’archétype est jugé fautif, comment est-il corrigé ? Comment cherche-t-on à remonter à l’auteur par-delà l’archétype ?

B) Fidélité à l’archétype

16Il s’agit notamment de considérer le rôle du stemma dans la confection de l’édition. S’il est établi, le stemma sert-il simplement à sélectionner un témoin de base proche de l’archétype ou bien à reconstituer ce dernier ? Choisit-on sciemment de suivre un manuscrit éloigné de l’archétype ? Comment les archétypes autographes sont-ils traités ?

C) Fidélité au témoin

17Sous cette rubrique sont abordés les problèmes de transcription : reproduction des graphèmes (notamment quand ils ont disparu), traitement des abréviations, césure des mots (agglutinations), signes diacritiques (majuscule, accents, signes de ponctuation), mise en page...

D) Ordonnancement et structure des éditions critiques

18On présentera successivement les différentes parties des éditions critiques : l’introduction doctrinale, linguistique, littéraire, codicologique ; le glossaire ; l’index ; la place des sources et des notes critiques.

19Sous chacun des points abordés dans la seconde partie, on mettra l’accent sur les pratiques déterminées par le facteur linguistique ou par le corpus textuel auquel appartient le texte édité. Du côté linguistique, il est certain que la conscience linguistique des éditeurs influence les pratiques éditoriales ; or cette conscience diffère selon que la langue de l’éditeur fait depuis longtemps ou non l’objet d’une pression normative et unitaire, selon que la langue du texte est restée ou non vivante. La spécificité de certains systèmes graphiques (on pense à l’anglais médiéval) ou la plus ou moins grande intensité des changements linguistiques depuis le Moyen Age (qui détermine la lisibilité de la langue médiévale par un lecteur contemporain) conduisent à des pratiques différentes.

20Le corpus textuel n’est pas moins déterminant. Selon sa nature (diplomatique, littéraire, historique), son étendue, son extension chronologique et l’importance culturelle accordée à certains textes, les pratiques éditoriales varient : un corpus réduit permet des éditions synoptiques ; des textes anciens ont souvent un intérêt linguistique qui les prêtent à des éditions diplomatiques ; une édition de la Divine comédie de Dante n’est jamais anodine.

II. — RÉFLEXIONS

21À la lecture des communications, on constate que chaque intervenant a pris d’heureuses libertés avec le plan proposé, y puisant matière à réflexion sans jamais s’y laisser enfermé. Fuyant la polémique, chacun livre ici une introduction à la philologie de sa langue nationale, étayée par une bibliographie récente. Certains éléments sont bien connus séparément, mais l’intérêt est de les avoir confrontés lors d’une journée et de les réunir au sein d’un même volume. A l’issue de cette expérience, il convient de tirer un bilan, exercice difficile qui, idéalement, aurait exigé le travail collectif de l’ensemble des participants. Les quelques pistes de réflexion qui suivent sont malheureusement personnelles et privilégient involontairement un point de vue français. Certaines sont toutefois empruntées à des propos échangés lors de la table ronde — animée par Pascale Bourgain et Françoise Vielliard — qui a clôturé la journée.

22S’impose en premier lieu la nécessité de relativiser les choix d’édition, largement hérités d’une tradition et d’un enseignement nationaux. Malgré les positions particulières de chaque intervenant sur la scène philologique de son pays, aucun n’échappe à la tradition qui l’a formé. Ce simple constat, dont on mesurera l’ampleur en parcourant les actes — et qui touche jusqu’à la terminologie employée pour parler de philologie —, devrait inciter chaque éditeur à s’interroger sur ce qui, dans sa pratique, relève de l’héritage historique et du choix scientifique. La géographie historique des méthodes philologiques et le rythme de leur implantation ont une incidence directe sur les pratiques actuelles. Pensons simplement que le (néo-)lachmannisme n’a fait son apparition dans la philologie espagnole qu’au début des années 1980, alors qu’il a influencé la philologie française depuis la fin du XIXe siècle. A l’inverse, la philologie néerlandaise a commencé par être allemande, avec Heinrich Hoffmann von Fallersleben, un élève de Jacob Grimm. Quant à l’Allemagne, il a fallu qu’elle attende 1994-1998 pour voir paraître la première édition bédiériste de l’un de ses plus grands poètes, Walter von der Vogelweide.

23Établir la carte européeenne des pratiques dominantes est malaisé : si l’Italie et l’Angleterre demeurent attachées au lachmannisme, la France est résolument bédiériste. L’Allemagne voit depuis peu s’imposer la méthode du manuscrit de base. Quant aux Pays-Bas, la question s’y pose différemment, vu la forte proportion de manuscrits uniques et de fragments. L’ancrage explicite des pratiques dans la tradition nationale varie également d’un point à l’autre de l’Europe : l’Allemagne offre l’exemple le plus frappant d’inscription dans une philologie capitalisée sur le long terme. Ainsi Thomas Bein travaille-t-il à la quinzième édition de l’édition critique de Walther von der Vogelweide par Karl Lachmann. La forte culture philologique de l’Italie est également propice à une inscription des éditeurs dans l’histoire de leur discipline. Ailleurs, quelques changements de virgules ou une collation du manuscrit de base permettent à un nouvel éditeur de faire oublier son prédécesseur.

24Plusieurs facteurs semblent particulièrement déterminants dans l’évolution des pratiques, à commencer par l’évolution de l’institution académique. En Italie, par exemple, la séparation institutionnelle des compétences entre philologues italianistes et romanistes, entre philologues et historiens de la langue risque d’avoir à terme des conséquences. L’influence de la conscience linguistique n’est pas moins négligeable : en Allemagne, il s’agit même d’une question d’actualité. Si la reconstitution du dialecte supposé de l’auteur (sur le modèle de Lachmann) est contestée, aucune solution de rechange ne s’est pour l’instant imposée. En Italie, il reste impossible d’éditer la Comédie de Dante d’après un manuscrit qui ne soit pas florentin sans procéder à une reconstitution formelle.

25Se greffe en sus l’impact de l’histoire politique nationale. On sait que les identités nationales se sont largement appuyées au XIXe et au début du XXe siècle sur la constitution de corpus textuels. Les grandes collections de textes français, anglais ou allemands, qui se sont développées durant cette période, ont souvent influencé durablement les pratiques philologiques. Le Mouvement flamand en Belgique a accompagné ses revendications culturelles, politiques et identitaires d’éditions de textes. Quant à la philologie castillane, partagée entre l’Espagne et les États-Unis, elle est largement tributaire de l’émigration provoquée par le franquisme.

26Idéalement, tout philologue devrait tenir compte de la situation politique, de l'histoire récente de sa langue, de la conscience linguistique nationale, mais aussi de l’évolution académique avant de décider comment éditer. Les particularismes nationaux s’expliquent largement par la difficulté de considérer avec suffisamment de recul l’ensemble de ces paramètres.

27La nature, l’extension et le prestige du corpus sont également déterminants. La place des textes médiévaux dans le canon littéraire national semble fondamentale pour expliquer le rôle de la philologie dans chaque pays. Moins la littérature ancienne tient de place dans l’enseignement et donc dans la culture nationale, moins la philologie s’est maintenue comme discipline autonome. Le statut privilégié de la philologie en Italie s’explique en grande partie par le prestige de Dante, de Boccace et de Pétrarque. En France, où la littérature médiévale fut très riche et a influencé une bonne partie de l’Europe, aucun auteur, fussent-ce Chrétien de Troyes ou Jean de Meun, n’a la stature culturelle de l’une des trois couronnes. Du coup, toute nouvelle édition ne suscitera au mieux qu’un débat de spécialistes, confiné dans quelques revues spécialisées.

  • 6 Antonius Maria Duinhoven, Bijdragen tot de reconstructie van de Karel ende Elegast, Assen-Groningu (...)

28Quant à l’extension du corpus, elle conduit selon son ampleur à des pratiques et à des analyses spécifiques. Le corpus moyen néerlandais, caractérisé par une transmission fragmentaire et la fréquence des manuscrits uniques, a ainsi suscité des réflexions originales et plus approfondies qu’ailleurs sur le traitement des manuscrits uniques. La réflexion de Ton Duinhoven sur la reconstruction du texte original à partir d’un seul manuscrit en est un bon exemple6. Un corpus restreint permet également d’envisager la confection systématique d’éditions synoptiques. À l’autre bout de l’échelle, un corpus aussi étendu et dense que celui du latin se prête mieux, indépendamment des problèmes graphiques, à la méthode stemmatique. Les spécificités linguistiques du corpus sont également à prendre en compte : la stabilité linguistique du latin dessine une ligne de fracture entre les éditions médiolatines et les éditions vernaculaires.

29Enfin, les particularités thématique et générique ne sont pas à négliger. Le latin offrant un faible nombre de textes de fiction, les éditeurs de textes philosophiques, rhétoriques, théologiques, historiques ont souvent reçu une formation bien différente de celles des spécialistes de langues vernaculaires, généralement littéraires ou linguistes. Les points de vue et les pratiques s’en ressentent. On observe un phénomène identique en français, quand on examine les éditions de textes historiques confectionnées par des historiens et celles de textes de fiction édités par des littéraires.

30Les participants ont été unanimes à déplorer les menaces pesant sur la philologie dans l’enseignement universitaire. Peu rentable, difficilement accessible à un large public, nécessitant un long apprentissage linguistique et une certaine maîtrise technique, la philologie peine à conserver ses chaires, à recruter des étudiants et surtout à trouver des financements. La New Philology qui, comme le souligne Fabio Zinelli, a voulu transformer le philologue en intellectuel, est un révélateur du malaise des philologues dans une institution où ils peinent à trouver leur place, exception faite de l’Italie.

31La philologie doit également faire face à des difficultés d’ordre pédagogique, et sa survie reposera sur sa faculté à les résoudre. Le problème de la compétence linguistique est criant. Dans certains pays, l’altérité des états de langue anciens est désormais considérable pour les étudiants, souvent peu familiarisés avec une littérature antérieure au XIXe siècle. L’accès à la langue des textes médiévaux requiert un long apprentissage, très gourmand en heures d’enseignement souvent convoitées par d’autres disciplines considérées comme plus attractives pour le « public étudiant ». Du coup, la littérature médiévale tend à être enseignée d’après des textes traduits. Or la compétence linguistique n’est qu’un préalable à l’activité philologique, qui exige des connaissances paléographiques, codicologiques, historiques, des compétences en critique textuelle et l’assimilation d’un certain nombre de règles de transcription. Tout cela requiert une formation longue et coûteuse, qui ne peut concerner qu’une petite minorité d’étudiants et que beaucoup d’universités n’ont pas choisi de maintenir ou de mettre en place, faute de moyens ou de volonté. Par ailleurs, dans des systèmes universitaires au cloisonnement disciplinaire fort, comme en France, la philologie souffre d’un éclatement dû à sa nature pluridisciplinaire : sa dimension herméneutique est réservée à la critique et à la philosophie, sa dimension linguistique aux « sciences du langage », les aspects techniques comme la paléographie et la codicologie relevant des sciences auxiliaires de l’histoire.

  • 7 Georf Friedrich Benecke, Wilhelm Müller et Friedrich Zarncke, Mittelhochdeutsches Wörterbuch, Leip (...)
  • 8 Matthias Lexer, Mittelhochdeutsches Wörterbuch, Zugleich als Supplement und alphabetischer Index z (...)

32Les relations entre linguistique et philologie ont surtout été abordées au travers de la lexicographie. En Angleterre comme en Espagne, de vastes campagnes d’éditions de textes ont été entreprises en vue de fournir des matériaux aux rédacteurs d’un dictionnaire : respectivement l’Oxford English Dictionary et le Diccionario Crítico Etimológico Castellano e Hispánico de Joan Coraminas. Conçues comme sources lexicographiques, ces éditions sont souvent « conservatrices » et se soucient peu de se rapprocher d’un archétype perdu. En Allemagne, en France et en Italie, en revanche, les éditions anciennes, quoiqu’elles aient pu donner lieu à des dictionnaires, ont été élaborées indépendamment. Des pratiques différentes d’édition en ont découlé, qui influencent encore aujourd’hui les éditeurs dans la confection des glossaires, mais aussi dans leur mode de transcription. L’articulation entre lexicographie et édition de textes ne doit donc pas s’arrêter aux glossaires. Elle concerne, entre autres, le choix du témoin de base : un lexicographe préférera un témoin chronologiquement proche de la date de rédaction du texte à un témoin tardif plus proche de l’archétype. Par ailleurs, la normalisation des formes dans les dictionnaires d’états ancien de la langue a pu à son tour influencer les éditions de textes : en Allemagne, les éditions de textes médiévaux ont longtemps présenté une langue standardisée correspondant à celle du BMZ (Benecke-Müller-Zarncke)7 et du Lexer8.

33L’orientation linguistique des éditions de textes est plus ou moins marquée. La question est de savoir si une transcription imitative relève encore d’une herméneutique textuelle et si un travail privé de cette dimension peut encore être qualifié de philologique. Sur ce point, les avis divergent. Il est certain que les linguistes ont besoin désormais d’alimenter des bases textuelles tenant compte, entre autres, de la ponctuation des manuscrits, des coupures de mots, des allographes et des abréviations. A cet égard, les éditions traditionnelles ne donnent pas satisfaction. Mais d’autre part, de telles transcriptions ne s’intéressent guère au sens du texte, à son interprétation globale ou même aux difficultés herméneutiques ponctuelles qu’il peut présenter. Leur objet principal d’étude n’est plus le texte (qui reste au cœur de la philologie) mais la langue de ce texte. Un consensus s’est dégagé pour affirmer qu’une édition de texte ne pouvait se passer d’un travail critique, Ludo Jongen n’hésitant pas à parler du « vrai désastre » que constituent les éditions synoptiques, peu adaptées aux littéraires, même chercheurs.

34Tout au long de la journée, il est clairement apparu que les pratiques dépendaient d’une conception sous-jacente du texte. C’est l’un des apports de la New Philology que d’avoir insisté sur ce point. La relation entre les pratiques et la théorie du texte doit être appréhendée à un double niveau : au niveau du texte édité (ce qui revient à se demander ce qu’est un texte au Moyen Age) et au niveau de la textualité de l’édition de texte (l’édition produit-elle un nouveau texte ?).

35Bien des pratiques divergentes prennent corps à partir de l’assimilation du texte à une instance différente : assimilation à la production d’un auteur, à un archétype, ou encore à un manuscrit. Comme le rappelle Fabio Zinelli, ces débats sur la nature du texte, qui ne cessent d’être reformulés, renvoient à un débat archétypal, aux sources de la philologie. En effet à Pergame, on jugeait, dans une perspective stoïcienne, que toute activité humaine et langagière était imparfaite et qu’il était donc impie de procéder à une reconstruction du texte d’Homère, car la production langagière, en grammaire et en texte, devait être considérée dans son idiosyncrasie. Au contraire, l’école concurrente d’Alexandrie pensait, dans une perspective platonicienne et idéaliste, qu’il fallait supposer un texte d’Homère idéal et que les variantes physiques n’en étaient qu’une représentation corrompue. L’opposition entre éditions reconstructionnistes et éditions conservatrices n’est en rien postmoderne. Pour éviter que les éditeurs n’appliquent machinalement des règles de transcription sans savoir se situer sur le plan théorique, on a souligné la nécessité que l’éducation philologique ne se résume pas à un « guide des bonnes pratiques », mais qu’elle intègre une dimension conceptuelle.

  • 9 Cesare Segre, Notizie dalla crisi, Turin, 1993 (Einaudi paperbaks, Letteratura, 243), p. 263-273.
  • 10 Hans-Georg Gadamer, Vérité et méthode, Les grandes lignes d’une herméneutique philosophique, éd. P (...)

36La textualité de l’édition de texte est également à prendre en compte. Pour Cesare Segre, l’édition critique comporte deux éléments bien différents, le texte et le méta-texte critique. Ce dernier, matériellement délimité, n’est ni clos ni autonome, parce qu’il dépend du texte. Ces deux éléments, qui entretiennent des rapports de contiguïté ou de continuité, forment un seul champ textuel. La marge entre le texte et le commentaire est alors décisive, car c’est elle qui assure que le texte et le commentaire ne produisent pas un nouveau texte9. On pourra objecter que le texte lui-même est modifié par l’éditeur, sans que toutes ces interventions soient signalées dans le méta-texte et, par conséquent, que la marge a une valeur symbolique et rhétorique. Les marques du discours savants qui précèdent, accompagnent et suivent le texte édité, inscrivent, en effet, le texte édité et le méta-texte dans une intentionnalité toute différente de celle de l’auteur du texte transcrit. Si l’on admet les théories de la réception pour lesquelles un texte n’existe qu’une fois actualisé par la lecture, la fonction discriminante de la marge n’est plus opératoire et l’édition critique dans son ensemble offre des éléments de textualité propres. On aura beau alléguer que l’édition ne fait qu’éclairer le « vouloir dire » de l’auteur du texte médiéval, en soulignant un trait du texte qui nous semble particulièrement important, « nous ne pouvons le faire qu’aux dépens d’autres traits ou au prix de leur élimination »10. Reconnaître ou non que l’édition est un texte peut bouleverser la « scientificité » de l’entreprise et conduire à de nouvelles pratiques.

37Il est apparu à plusieurs reprises que l’édition critique était affaire de compromis (Dominique Poirel parle de tension à résoudre). La difficulté est de trouver un compromis pratique qui ne mette pas en cause la validité des modèles théoriques (en particulier la conception du texte) qui sous-tendent l’édition. Ont ainsi été évoqués les compromis possibles entre les différentes théories du texte, mais aussi entre une orientation linguistique et une orientation plus largement philologique ou littéraire. Ontologiquement, un texte n’a jamais existé tel que le donne à lire une édition critique, aussi imitative soit-elle. La question reste de savoir ce que l’on cherche à travers l’édition : retrouver ce que voulait dire l’auteur, ce que pouvait comprendre un lecteur d’un état du texte, étudier la langue d’un auteur, d’un manuscrit... Les options sont multiples et impliquent chaque fois des pratiques différentes.

38La question des compromis à passer avec le lecteur moderne est revenue à plusieurs reprises. La notion de « lisibilité » a été invoquée, même si l’on a chaque fois souligné la difficulté de concilier cette lisibilité avec la recherche linguistique. Pourtant, donner un texte accessible au lecteur d’aujourd’hui semble être l’un des plus sûrs moyens de promouvoir la philologie, car c’est lui conférer une visibilité au plan de l’enseignement supérieur et du public cultivé, mais également lui assurer un segment plus important du marché de l’édition et des prix plus bas. Améliorer l’accès à des textes critiques de qualité diffusés à un prix raisonnable est un enjeu important. A défaut, le risque est grand d’encourager l’étude de la littérature médiévale d’après des textes traduits. Le contact avec l’ancienne langue, tous l’ont souligné, reste fondamental. Le défi qui s’offre aux philologues consiste en fait à satisfaire deux demandes opposées, celle d’un public qu’il faut persuader que les textes du Moyen Age valent encore la peine d’être lus en version originale, et celle des linguistes, qui désirent un texte présentant le plus d’affinités possible avec les manuscrits. Sur ce point, rien n’est joué.

39Reste enfin la question du compromis entre la pression d’un système de recherche qui encourage la multiplication des publications et le temps que réclame une édition critique digne de ce nom, désireuse d’être utile tant aux historiens qu’aux linguistes et aux littéraires. À condition de ne pas se contenter de la juxtaposition de transcriptions, la publication en ligne offre sans doute une solution honorable, en permettant la publication d’un travail en cours.

  • 11 Les résultats obtenus par ordinateur sont de toute façon à examiner de près, car ils peuvent être (...)
  • 12 Cf. la page internet<http://ww.rose.unizh.ch/seminar/personen/glessgen.html#55>.

40Curieusement, dira-t-on, il n’a guère été question d’informatique et de nouveaux medias. Il est vrai qu’après l’engouement des années 1990 où l’on pensait que l’ordinateur changerait radicalement le métier de l’éditeur de textes, on s’est aperçu que l’informatique modifiait davantage l’exploitation de l’édition que sa conception en profondeur. Il était, en effet, déjà possible de combiner des éditions dites « diplomatiques » et des éditions « reconstructionnistes » sur papier ou bien de pratiquer l’une ou l’autre séparément. C’est dans les domaines de la linguistique et de l’étude de la « variance » que l’informatique a le plus à nous apprendre. Par ailleurs, pour les langues vernaculaires, il est rare que l’informatique apporte une aide décisive à la construction du stemma, quoique Antonij Dees et ses élèves aient réalisé dans le domaine français quelques expériences concluantes11. L’édition assistée par ordinateur s’annonce pourtant. Toujours en français, les travaux menés par Martin-Dietrich Gleßgen, qui développe le logiciel TUSTEP en vue de l’exploitation informatique du projet des Plus anciens documents linguistiques de la France, sont prometteurs12.

  • 13 Pieter van Reenen et Lene Schosler, « Corpus et stemma en ancien et en moyen français. Bilan, résu (...)

41Il faut, en revanche, renoncer aux programmes illusoires développés par exemple par Pieter van Reenen et Lene Schøsler13. Des éditions maximalistes, s’appuyant sur la publication des transcriptions intégrales de l’ensemble des témoins, peuvent concerner, à titre expérimental, quelques textes particulièrement importants pour l’histoire littéraire ou pour l’histoire de la langue, mais il serait déraisonnable de systématiser de telles méthodes pour des corpus comprenant bon nombre de textes encore totalement inédits. Comme le montre l’exemple néerlandais, qui voit se développer cette pratique, tout dépend de l’ampleur du corpus.

42Enfin, il faut signaler la diversification, récente et générale, des pratiques. Certes, lorsque l’ensemble des éditions d’un domaine linguistique est publié par quelques collections, comme c’est le cas en France et en Angleterre ou pour le médiolatin, les éditeurs de textes ont tendance à adopter d’emblée des formats d’édition correspondant à ces collections et à se plier à leur ligne éditoriale. En Allemagne, aux Pays-Bas et en Italie, les formats semblent plus libres et favoriser davantage la coexistence d’éditions diplomatiques, synoptiques ou « traditionnelles ».

43De manière générale, on constate un éclatement des pratiques au sein de chaque pays, peut-être à un degré moindre en France et en Italie. L’ère des rééditions critiques, dans laquelle nous sommes désormais bien engagés, permet à plusieurs définitions du texte médiéval de s’exprimer simultanément avec bonheur : un texte peut être réédité d’après un nouveau témoin de base, donner lieu à une édition diplomatique, à une publication multiforme en ligne, ou à une publication grand public. Cette pluralité des pratiques est une richesse. Transcendant des traditions nationales qui restent encore dominantes, elle doit s’accompagner d’un dialogue international pour partager les expériences au service des textes. La pluralité des pratiques est la meilleure réponse que l’on pouvait apporter à la polémique entre « ancienne » et « nouvelle » philologie. L’avenir réside sans doute dans la confection d’éditions d’un même texte selon des méthodes très diverses, le tout effectué sans anathème ni dogmatisme, mais avec une conscience plus affirmée des choix méthodologiques adoptés.

44Au moment d’achever ce modeste tour d’horizon, il faut se rendre à l’évidence que le projet initial, qui voulait embrasser à la fois les textes littéraires et les textes de la pratique, était bien trop ambitieux. D’ailleurs, la plupart des participants se sont sagement limités aux premiers. Il est vrai que les éditeurs des textes de la pratique sont surtout des linguistes et des historiens, deux communautés souvent plus étrangères l’une à l’autre que celles des littéraires et des philologues. De formation différente, leurs éditions ont des objectifs divergents. L’historien pratique une philologie de l’intention : il scrute l’intention de l’auteur du texte, quitte à reconstruire la lettre du texte. Le linguiste, en revanche, y cherche des faits de langue ; peu soucieux de l’intention, il privilégie la « pureté » du document original. L’absence relative des textes historiques et des textes de la pratique dans ce volume traduit ce cloisonnement disciplinaire, qu’une réflexion commune sur les apports de la philologie pourrait peut-être assouplir.

45Cette rencontre a permis à chaque participant de se situer dans une Europe philologique plurielle. Il serait souhaitable que la discussion ainsi engagée puisse se poursuivre, car elle permet de fédérer des expériences et d’élever le débat bien au-dessus des polémiques ou des positions individuelles. On pourrait ainsi observer au niveau européen comment la philologie trouve sa place dans la constitution de corpus, ou bien élaborer une terminologie plurilingue du vocabulaire philologique. Une telle entreprise, si elle était bien diffusée, permettrait peut-être une prise de conscience des enjeux techniques et théoriques de l’édition de textes, au-delà du travail de transcription.

46Au terme de cette introduction, je tenais à remercier l’École des chartes, et en particulier sa directrice, Mme Anita Guerreau-Jalabert, d’avoir pris en charge intégralement l’organisation de cette journée d’étude et d’accueillir aujourd’hui dans l’une de ses collections la publication de ces actes. Que Mesdames Pascale Bourgain et Françoise Vielliard, professeurs à l’École des chartes, qui ont animé la table ronde, trouvent ici l’expression de mes plus vifs remerciements.

Notes

1 Martin-Dietrich Gleßgen et Franz Lebsanft (éd.), Alte und neue Philologie, Tübingen, 1997.

2 François Rastier, Arts et sciences du texte, Paris, 2001, p. 112-125.

3 Félix Lecoy, « L’édition critique des textes », dans Atti del XIV Congresso internazionale di linguistica e filología romanza (Napoli, 15-20 Aprile 1974), Volume I, Sedute plenarie e Tavole rotonde, p. 501-508.

4 On regrettera que María Morrás ne nous ait pas fait parvenir son texte. A défaut, pour se faire une idée de la situation espagnole, on se reportera au récent bilan bibliographique de Hugo O. Bizzarri, « Veinte años de reflexíon sobre crítica textual », dans Revue critique de philologie romane, t. 4-5, 2003-2004 [2005], p. 296-218. L’auteur y dresse un instructif panorama de la critique philologique espagnole en recensant dix ouvrages parus de 1983 à 2003.

5 C’est-à-dire, qui s’attache au signifiant de la langue. Pour la terminologie de Jean-René Ladmiral, voir l’introduction à la 2e édition de J.-R. Ladmiral, Traduire : théorèmes pour la traduction, Paris, 1994 (Tel, 246), p. V-XXI.

6 Antonius Maria Duinhoven, Bijdragen tot de reconstructie van de Karel ende Elegast, Assen-Groningue, 1975-1981 (Neerlandica Traiectina, 21 et 27).

7 Georf Friedrich Benecke, Wilhelm Müller et Friedrich Zarncke, Mittelhochdeutsches Wörterbuch, Leipzig, 1854-1866, 5 vol.

8 Matthias Lexer, Mittelhochdeutsches Wörterbuch, Zugleich als Supplement und alphabetischer Index zum Mittelhochdeutschen Wörterbuche von Benecke-Müller-Zarncke, Leipzig, 1872-1878, 3 vol.

9 Cesare Segre, Notizie dalla crisi, Turin, 1993 (Einaudi paperbaks, Letteratura, 243), p. 263-273.

10 Hans-Georg Gadamer, Vérité et méthode, Les grandes lignes d’une herméneutique philosophique, éd. P. Fruchon, J. Grondin, G. Merlio, Paris, 1996 (L’ordre philosophique), p. 408.

11 Les résultats obtenus par ordinateur sont de toute façon à examiner de près, car ils peuvent être contestables. Cf. M. Tyssens, « Philologie “chevronnée” et nouvelle philologie », dans Revue de linguistique romane, t. 66, 2002, p. 403-420.

12 Cf. la page internet<http://ww.rose.unizh.ch/seminar/personen/glessgen.html#55>.

13 Pieter van Reenen et Lene Schosler, « Corpus et stemma en ancien et en moyen français. Bilan, résultats et perspectives des recherches à l’Université libre Amsterdam [sic] et dans les institutions collaboratrices », dans Claude Buridant (éd.), Le moyen français, le traitement du texte (édition, apparat critique, glossaire, traitement électronique), Actes du IXe colloque international sur le moyen français organisé les 29-31 mai 1997 par le Centre de Linguistique et de Philologie Romane et l’Institut National de la Langue Française, Strasbourg, 2000, p. 25-54.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search