Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Archives et nations dans l’Europe du XIXe siècle

 | 
Bruno Delmas
, 
Christine Nougaret

Musées et conscience nationale

Remarques finales

Krzysztof Pomian

Texte intégral

1Toujours ouverte, l’histoire ne connaît pas de conclusion. Aussi n’en trouvera-t-on pas dans ces quelques pages dont la seule ambition est de dégager des problématiques communes à des exposés portant sur des pays différents et sur différents objets. Des archives dans leurs contextes nationaux, ce colloque riche et dense en a présenté huit avec une louable insistance sur les pays de l’Europe centrale ; à cela s’ajoute le cas de l’État pontifical. Trois communications abordaient le traitement des documents dont une, transversale, étudiait les grandes entreprises européennes d’édition de sources. Trois étaient consacrées aux musées et une, aux bibliothèques. Il fut question, en un mot, de principales institutions culturelles distribuées entre l’Atlantique et les frontières orientales de la Pologne et entre la Suède et la Croatie.

2Dire ainsi d’emblée l’étendue du territoire couvert par ce colloque, la multiplicité d’objets étudiés par les participants et la diversité d’approches adoptées, ne signifie pas fermer les yeux sur les lacunes. S’agissant des archives, plusieurs absences doivent être relevées, en particulier celle, flagrante, de l’espace germanique tout entier, c’est-à-dire de grands et petits États allemands d’avant 1870, de l’Empire allemand après cette date, de l’Autriche. Sur la frontière romano-germanique, nous avons le Luxembourg mais ni la Belgique ni la Suisse. Manquent aussi, au Nord, les Pays-Bas et le Danemark, au Sud, les pays de la péninsule Ibérique, au Centre, la Hongrie. Manquent en outre tous les pays de l’Europe de l’Est, de l’Europe orthodoxe, ci-devant byzantine, avec en premier lieu la Russie. Manque enfin l’Empire ottoman dont l’appartenance à l’Europe reste certes discutable et discutée aujourd’hui, tout comme elle l’était au XIXe siècle, mais dont les archives sont d’une importance capitale pour l’histoire de plusieurs pays européens. Voilà qui relativise l’importance des constats que nous pourrons faire car leur validité risque d’être remise en question à la lumière des données concernant les pays laissés ici de côté.

3Sous cette réserve, donc, le premier constat est celui de l’existence d’une Europe des archives, pour reprendre une expression de M. Kecskemeti. D’une Europe des archives produite d’abord par les guerres et les conquêtes qui ont provoqué le transport des archives de l’Ecosse en Angleterre, de celles de la Croatie en Elongrie, de celles de la Pologne en Russie, et plus tard leur restitution au pays d’origine, souvent, hélas, dans un état fortement appauvri. La France de Napoléon a même pensé créer physiquement les archives de l’Europe sous forme d’un grand bâtiment à Paris, sur les bords de la Seine, où seraient réunis les documents les plus importants de chaque pays.

4De leur caractère européen, les archives de presque tous les pays sont redevables aussi aux changements de la carte politique de l’Europe : au Risorgimento italien, à l’unification de l’Allemagne, à la disparition en 1918 des quatre empires — allemand, celui des Habsbourg, russe et ottoman — et à la naissance de nouveaux États indépendants dans les Balkans au cours du XIXe siècle, en Europe centrale suite au traité de Versailles et récemment, après la désintégration de l’U.R.S.S., en Europe de l’Est. Elles en sont redevables, enfin, à la circulation des modèles et à la rivalité des États européens qui envoient les uns chez les autres des missions d’étude, s’inspirent les uns des autres et se jugent, chacun, en se comparant avec les autres. Tout cela vaut, mutatis mutandis, pour les bibliothèques et les musées.

5Deuxième constat : si l’on veut introduire un ordre dans les résultats de nos discussions, la démarche à suivre consiste à classer les différents cas nationaux en utilisant quelques couples bipolaires avec, en premier lieu, le couple État/société civile évoqué par presque tous les rapporteurs. A un pôle, nous aurons alors les pays où les archives sont un monopole de l’État avec, comme cas extrême, la Russie où elles dépendent du ministère de l’Intérieur et où l’accès en est très contrôlé. Il est vrai que la dépendance du ministère de l’Intérieur n’a en soi rien de particulier ; il en allait de même longtemps en France. Mais l’environnement politique diffère du tout au tout entre la France, fût-ce celle du Second Empire, et la Russie autocratique, car en France, une société civile existe dès les temps de l’Ancien régime, quand en Russie elle est seulement en train de naître et de s’affirmer lentement après l’abolition du servage et les réformes des années 1860. A l’autre pôle, encore un cas extrême, celui des archives produites et gérées par la société civile seule. Ainsi en est-il de celles de l’émigration polonaise après l’écrasement des insurrections de 1830 et de 1863, qui crée pour les préserver la Bibliothèque polonaise à Paris et le Musée national polonais à Rapperswill en Suisse, près de Zurich ; l’une et l’autre sont aussi des dépôts d’archives. Notons au passage qu’une conjonction du musée et des archives, bien que rare, n’est pas unique. Il en allait semblablement au Germanische Nationalmuseum de Nuremberg.

6Entre ces deux extrêmes que sont les archives russes complètement étatisées et les archives des émigrés polonais dépendantes exclusivement de la société civile, se déploient tous les cas dont il a été traité ici : celui de la France, plus proche du pôle étatique, ou celui de l’Angleterre, plus proche du pôle sociétal. Mais toujours et partout il y eut une interaction entre l’État et la société civile. C’est ce qu’illustre en France, à partir des années 1830, le rôle des sociétés savantes dans la collecte et publication des sources. Et c’est ce qu’illustre encore mieux, sous la Troisième république, l’évolution des conditions de travail aux Archives nationales sous la pression des exigences du public, à l’issue de laquelle une institution au départ principalement administrative deviendra une institution à vocation prioritairement scientifique ; nous y reviendrons.

7Le deuxième couple bipolaire auquel tout le temps on s’est référé ici, oppose le central et le local. On ne parle pas, en effet, de la même chose quand on parle des archives « nationales », dépendantes d’une manière ou d’une autre de l’administration centrale de l’État, et quand on parle des archives régionales et locales qui, elles, dépendent très souvent des collectivités. Dans le cas le plus simple, nos deux couples bipolaires coïncident : au centre, les archives appartiennent à l’État, tandis qu’au niveau local, elles émanent de la société civile. Mais il n’en est pas toujours ainsi. Il arrive que l’État s’approprie toutes les archives publiques ; ainsi en Russie, avant la création des zemstvos en 1864. Il arrive aussi qu’il les soumette toutes à son contrôle par l’intermédiaire d’une administration spécialisée ; ainsi en France, l’État a essayé de réglementer au XIXe siècle les archives communales et hospitalières, sans grand effet, semble-t-il. Dans le sens contraire, il arrive que la société civile exerce un contrôle et une influence sur les archives centrales de l’État ; on le voit en Angleterre où ce fut la commission parlementaire qui imposa après des années de tergiversation la création du Public Record Office.

8J’en viens au troisième couple de concepts présent constamment dans nos débats : administratif/historique. Il ne coïncide pas avec les deux précédents, même si tendanciellement l’administratif est proche de l’État, tandis que l’historique relève de la société civile. En fait, les choses sont bien plus compliquées. Après l’époque où l’État gardait tous les documents produits par ses offices à l’usage exclusif des fonctionnaires, en permettant éventuellement d’y accéder à des historiens de toute confiance, le XIXe siècle voit un élargissement de l’ouverture des archives aux chercheurs, lent et très variable selon les pays. L’administration essaie de préserver son monopole, en repoussant aussi loin que possible les dates d’ouverture ou en divisant les fonds en ceux qui sont censés rester utiles pour son travail et ceux qu’on peut donner en pâture aux historiens. Mais elle va aussi inspirer, parfois même financer la publication des documents conservés aux archives ou des inventaires de celles-ci. Le travail proprement historique devient alors du ressort de l’État, ce qui n’entraîne pas forcément des conséquences négatives.

9Des cas de figure sont donc extrêmement variables en fonction des régimes politiques, des traditions administratives, de la force de la communauté historienne et même du caractère des fonds. Toujours est-il que la tension reste constante entre, d’un côté, le goût excessif du secret propre à toute administration étatique et, de l’autre, la curiosité des historiens : leur curiosité personnelle, les interrogations qu’impose à chacun d’eux la dynamique interne de leur discipline, et aussi, dans une certaine mesure, les questions qui travaillent l’opinion publique en général. Cette tension procède pour une part de la nécessité où se trouve l’administration de préserver certains de ses secrets pour pouvoir agir de façon efficace, et de veiller à la protection de la vie privée des administrés, ce qui l’oblige d’opposer une fin de non recevoir à la curiosité des historiens. Mais la frontière entre les refus légitimes d’accès aux archives et ceux qui traduisent les abus du pouvoir, ne se laisse pas tracer a priori, tout comme celle entre les exigences légitimes et les postulats excessifs des historiens. Elles dépendent, en fin de compte du rapport des forces, notamment de la capacité des historiens de s’assurer l’appui de l’opinion publique et de trouver des alliés au sein même de l’administration.

10Pour compliquer encore le schéma et se rapprocher des cas qui nous ont été présentés, il faut souligner que ni l’État ni la société civile ne sont des entités homogènes. D’où, d’abord, la question de la place des archives dans l’administration, de leur rattachement à tel ou tel autre ministère (intérieur, cultes, instruction publique, selon les cas), voire aux services du Premier ministre. D’où aussi la question des relations des archives avec tous les autres dicastères, qui se traduit techniquement par l’exigence des versements de leur part et la difficulté plus ou moins grande d’en assurer la régularité. Il en va semblablement du côté de la société civile composée d’une multiplicité de groupes : des collectivités territoriales, entreprises, associations, syndicats et partis, familles. Les rapports entre l’État et la société civile sont par conséquent dans notre domaine ceux d’une administration spécialisée, celle des archives, avec des groupes dont certains ne lui demandent rien, tandis que d’autres exercent sur elle des pressions d’intensité variable. Parmi ces derniers, une place à part revient aux historiens. Ils ont déjà été évoqués ; ils le seront encore.

11Ajoutons une complication de plus, en introduisant dans nos considérations la variable temporelle. Entre le début et la fin du XIXe siècle, plus exactement entre 1790, l’année qui ouvre le XIXe siècle des archives avec sa temporalité propre, et 1918 quand il prend fin, des changements très profonds affectent les archives sous l’influence de la société civile et, en particulier, des historiens : les délais d’accès aux documents sont raccourcis et régularisés, les heures d’ouverture des archives sont étendues, les conditions d’accès facilitées et les conditions de travail améliorées. Cela est vrai de tous les pays européens et de la Russie. Même le Vatican n’y échappe pas qui ouvre, en 1881, une partie de ses archives aux chercheurs. Quelles sont les raisons de cette évolution ?

12On invoque la démocratisation de la vie publique. C’est vrai mais cela reste superficiel. Au demeurant, on ne voit pas immédiatement de lien entre la démocratisation de la vie publique et l’importance croissante accordée à l’histoire : à la connaissance du passé, aux représentations artistiques, notamment littéraires et picturales dont il fait l’objet, à l’intérêt multiforme et à la sollicitude que suscitent les monuments de toute nature originaires parfois des contrées exotiques et des époques très lointaines, à la protection des documents, enfin, dont l’étendue s’élargit, elle aussi. Le XIXe siècle n’est pas seulement un siècle des archives. C’est aussi un siècle des musées et des bibliothèques ; les unes et les autres furent alors affectés par les changements à tous égards similaires à ceux qui ont affecté les archives. L’explication, pour être satisfaisante, doit s’appliquer à toutes ces institutions du même coup.

13Une réponse détaillée serait longue et passablement complexe. Je me contenterai donc d’en présenter une rapide ébauche qui résume mes différents travaux. Entre la deuxième moitié du XVIIIe siècle et les années soixante-dix du XXe, tout au long du XIXe siècle, par conséquent, la culture dans toutes ses dimensions y compris l’économique et la politique, subit un bouleversement majeur qu’on peut désigner par le nom de « basculement du temps ». Il consiste dans le déplacement du centre de gravité de celui-ci du passé vers l’avenir. Cela signifie que change l’orientation temporelle des croyances fondatrices du sens : elles sont de moins en moins tournées vers l’au-delà et le passé et de plus en plus vers l’avenir, voire vers un au-delà de l’histoire. En d’autres termes, la religion se voit progressivement supplantée par l’idéologie sous ses diverses formes.

14Parallèlement, pour toutes les activités humaines, qu’elles soient intellectuelles, artistiques ou matérielles, l’importance de la conformité aux modèles venus du passé diminue et une prime de plus en plus forte est accordée à l’originalité, à l’inventivité, à l’innovation. Cela est manifeste dans la deuxième révolution industrielle qui approfondit la rupture avec la production traditionnelle, en faisant appel à l’électricité, à la chimie, au moteur à combustion interne. Et c’est cette sorte de révolution rampante qui, les empires ottoman et russe mis à part, aboutit à faire élire la représentation des citoyens dans tous les pays européens au suffrage universel (masculin) et qui, par conséquent, fait entrer les masses dans la vie politique. Cela est carrément spectaculaire dans les métamorphoses de la science, de l’art et des lettres.

15Le présent s’éloigne du passé et il devient évident pour quiconque y pense que, pour le meilleur ou pour le pire, l’avenir s’en éloignera encore plus. D’où le sentiment de vivre la disparition d’un mode de vie millénaire, des autorités et des élites traditionnelles, de la religion des ancêtres, de l’art tel qu’on le pratiquait depuis la renaissance, si ce n’est depuis les Grecs, des mœurs qu’on croyait devenues seconde nature. Or, ce sentiment d’une rupture avec le passé en train de se produire, confère à tous les vestiges de celui-ci une importance sans précédent, celle des porteurs visibles d’une continuité. Leur préservation et mise en valeur apparaissent par conséquent comme le moyen privilégié de renouer le lien avec le passé, de donner à la nation une profondeur temporelle et des racines, et de constituer de la sorte son identité telle qu’on veut la projeter dans l’avenir. Tel est l’arrière-plan, à la fois mental et politique, de la montée de l’intérêt pour les archives, les bibliothèques et les musées tout au long du XIXe siècle et surtout dans sa deuxième moitié.

16Mais le statut conféré aux éléments de ce trio par l’époque, n’est pas le même. En général, là où les archives sont tenues par l’État, les musées, eux, émanent de la société civile ; quelques cas mis à part, on le voit le mieux en Russie. Cela concerne dans une moindre mesure les musées des beaux-arts, même s’ils sont nombreux, dans tous les pays européens, à être issus de l’initiative des collectionneurs ou des collectivités. Cela est plus vrai s’agissant des musées d’histoire. En France où l’histoire nationale étatisée est montrée à Versailles et, pendant le Second Empire, au Louvre, au Musée des Souverains, tant le musée de Cluny que celui des Antiquités nationales de Saint-Germain-en-Laye furent créés en réponse à des demandes pressantes de l’opinion. En Allemagne, le meilleur exemple est celui du Germanische Nationalmuseum de Nuremberg. Mais le lien du musée avec la société civile et avec une affirmation du local contre le central, est particulièrement flagrant dans le cas des musées d’ethnographie tel le Skansen de Hazelius en Suède ou ceux qui naissent en France dans le sillage de Mistral et de son Museon Arelaten, en Allemagne dans le cas des Heimatmuseen et en Italie dans celui des Musei di storia patria. Tous ces établissements montrent en effet la nation dans sa singularité, incarnée dans le peuple et dans la patrie, et s’opposent à ce titre aux musées d’art avec leur caractère universel, élitiste et déterritorialisé.

17Les bibliothèques semblent n’avoir cristallisé le sentiment national au même titre que les archives et les musées que dans la Grande-Bretagne où le British Museum fut à la fois une collection d’objets, au départ principalement de productions naturelles, et une collection de livres manuscrits et imprimés, jusqu’au départ récent de ces derniers pour un nouveau site. Partout ailleurs, les grands débats nationaux ont porté en priorité sur les archives et les musées, comme si le fait qu’en général les imprimés existent en plusieurs exemplaires, tandis que les documents d’archives sont uniques, tout comme les manuscrits et les œuvres d’art, rendait les uns inaptes à être investis par la conscience nationale qui, du coup, se tournait vers les autres.

18Une autre manifestation du sentiment que la nation est en train de vivre une rupture avec le passé, c’est le privilège cognitif et éducatif accordé par ce siècle qui s’est autoproclamé très tôt « le siècle de l’histoire », à l’approche historique des œuvres de l’homme et des productions naturelles, et à l’histoire en tant que discipline reconnue désormais officiellement comme scientifique. Ceci traduit sur le plan institutionnel la place réservée à l’enseignement de l’histoire à tous les niveaux du cursus scolaire et dans l’université, et l’apparition d’un groupe formé par les historiens de métier avec ses organisations, ses revues, ses instituts de recherche, ses travaux d’intérêt national et ses porte-parole qui interviennent dans la vie politique tantôt en qualité de ministres, députés ou hauts fonctionnaires, tantôt indirectement par l’intermédiaire de leurs publications et notamment du journalisme. C’est ce groupe qui devient maintenant l’interlocuteur des archives soumises de ce fait aux deux types d’exigences, pas toujours compatibles, dont les unes émanent de l’administration et les autres, des historiens.

19C’est en ce point qu’un thème se dessine qui n’a été abordé dans nos travaux que d’une façon oblique : celui de l’interaction des archives et de l’histoire en tant qu’une des sciences humaines ou sociales pratiquée par des professionnels. Un thème essentiel pour l’histoire de l’histoire car les transformations de la discipline ont été induites pour une part considérable par le degré d’ouverture des archives. Mais un thème essentiel aussi pour l’histoire des archives, leurs changements étant tributaires pour une part importante du renouvellement constant des demandes de l’histoire. Nous connaissons à cet égard le cas français. Le parcours a-t-il été semblable partout ailleurs ? Comment les rapports des archives et de l’histoire ont-ils évolué dans différentes pays européens ? La recherche d’une réponse à ces questions aurait pu faire objet d’un autre colloque.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540