Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Archives et nations dans l’Europe du XIXe siècle

 | 
Bruno Delmas
, 
Christine Nougaret

Musées et conscience nationale

« Aux grands hommes, la patrie reconnaissante » : 1867, le marquis de Laborde et le Musée des Archives

“To great men, a grateful country”: 1867, the marquis de Laborde and the archive museum

Ariane James-Sarazin

Résumé

Dans l’esprit du marquis de Laborde, fondateur du Musée de l’histoire de France, la conservation du patrimoine écrit national était indissociable de sa présentation au public. L’organisation même des espaces du Musée et l’exposition des documents devaient contribuer à l’affermissement de la conscience nationale et répondre à l’enjeu démocratique de formation de la « foule intelligente », qui cherche « à profiter de ses promenades et de ses jours de liberté pour apprendre par les yeux et s’instruire en courant, n’ayant pas le temps d’étudier » (citation de Laborde, dans le prospectus annonçant la publication du catalogue du Musée des Archives de l’Empire, en 1867).

In the mind of the Marquis de Laborde, founder of the Museum of the History of France, the preservation of the written heritage of the nation and its presentation to the public were one and the same thing. The organisation of the museum area and the exhibition of documents were a means of strengthening national consciousness and of meeting the democratic challenge offered by the need to instruct the “intelligent masses” who wished “to benefit from their little excursions and from their leisure days by learning through what they could see and by informing themselves quickly, as they do not have the time to study” (the words of Laborde in the prospectus announcing the publication, in 1867, of the catalogue of the Museum of the Archives of the Empire.

Texte intégral

« Toute l’histoire de France est dans nos cartons, mais il ne faut pas qu’elle y reste »
Léon Gautier, Le Musée des Archives de l’Empire. Discours d’ouverture, Paris, Typographie Ad. Lainé et J. Havard, 1868, p. 20.

  • 1 La jeunesse des musées. Les musées de France au XIXe siècle, catalogue sous la direction de Chanta (...)

1Le XIXe siècle fut, pour reprendre, en l’adaptant quelque peu, le titre d’une exposition qu’organisa le Musée d’Orsay en 19941, le siècle des Musées et de leur jeunesse, sinon de leur genèse... L’Histoire en tant que discipline, fut aussi l’une des passions de ce siècle qui n’en manqua point. Au nombre des cathédrales élevées à la gloire de la curiosité et du génie humains — et dont le paysage muséal français est aujourd’hui l’héritier direct —, figurent donc en bonne place celles auxquelles fut imparti le soin d’exalter les destinées nationales ou, plus fréquemment, locales.

  • 2 L’étude fondamentale sur les Galeries historiques de Versailles est due à Thomas W. Gaehtgens, Ver (...)
  • 3 Au sujet du Musée des Souverains, voir Henry Barbet de Jouy, Notice des antiquités, objets du Moye (...)
  • 4 On doit la seule étude consacrée au Musée des Archives à son ancien responsable, Jean-Pierre Babel (...)
  • 5 H. Barbet de Jouy, Notice des antiquités, objets du Moyen Age, de la Renaissance et des temps mode (...)
  • 6 Ibid., p. VIII.

2A quelques décennies d’intervalle, trois institutions ambitionnèrent de dresser un tableau vivant du passé national envisagé dans sa globalité, au-delà des ruptures et des accidents de l’Histoire : le Musée historique de Versailles2, inauguré le 10 juin 1837 par Louis-Philippe ; le Musée des Souverains3, créé par décret du 15 février 1852 et installé au palais du Louvre ; le Musée des Archives4, autrement appelé Musée de paléographie, de diplomatique et de sigillographie des Archives de l’Empire, inauguré le 19 juillet 1867 et qui revendiqua vers 1938-1939, concurremment aux collections du château de Versailles, le titre tant disputé de « Musée de l’histoire de France ». Dédiées « à toutes les gloires de la France » dans un effort d’œcuménisme historique et de rassemblement national autour de la figure du « roi-citoyen », les Galeries historiques de Versailles tiennent plus du beau livre de contes en images, que de la somme érudite. Le propos y est essentiellement illustratif ; il s’agit à travers peintures et sculptures de tenter une reconstitution du passé, du moins de son âme et de son atmosphère. Pour mettre en scène les événements fondateurs et les personnalités emblématiques du passé national, on passe de nombreuses commandes (plus de 3 000 tableaux) aux artistes vivants, mais on pioche aussi dans les collections nationales, comme dans la série de portraits des maréchaux commandés par Napoléon Ier pour les Tuileries et conservés aux Invalides. L’ancien authentique côtoie l’original moderne, sans hiérarchisation. De fait, l’histoire de France selon Louis-Philippe s’apparente plus aux récits fantaisistes transmis par la tradition qu’aux chroniques documentées, en quête de rigueur scientifique des grands historiens du moment, Michelet, Thierry, Guizot. Ce nouvel esprit inspire en revanche les fondateurs du Musée des Souverains : « Louis-Napoléon [...] considérant qu’il est d’un grand intérêt pour l’art et pour l’histoire de réunir dans une seule et même collection tous les objets ayant appartenu, d’après constatation authentique, aux différents souverains qui ont régné sur la France ; que ces objets, aujourd’hui disséminés dans un grand nombre d’établissements publics, y sont pour la plupart peu dignement placés [...] décrète [qu’j il est créé à la direction générale des musées, un musée spécial destiné à recevoir tous les objets ayant appartenu authentiquement aux souverains qui ont régné sur la France5 ». Par arrêté du 13 mars 1852, le ministre de l’Intérieur institue une commission composée de Naudet, Mérimée, Viel-Castel et Sauvageot, afin d’effectuer « un choix sévère et limité6 » parmi les pièces à exposer. Les quatre membres appuient leur sélection sur un corpus de sources variées : pour les ornements royaux, ils se réfèrent au Cérémonial françois de Godefroy de 1649, ainsi qu’aux dessins originaux pour la cérémonie du sacre de Louis XV ou aux gravures de Quesnel et de Lepautre pour celui de Louis XIV. A côté des abeilles de Childéric, du baptistère de saint Louis, du coffret à bijoux d’Anne d’Autriche ou du manteau de sacre de Charles X, on trouve également des manuscrits empruntés à la Bibliothèque impériale (psautier de Charles le Chauve, livre d’heures d’Anne de Bretagne) et des documents d’archives (une ordonnance de Charles VII pour un paiement de 137 livres en faveur du connétable de Richemont en 1456, le testament olographe de Jeanne de France donné à Bourges le 10 janvier 1504). Par le recours aux sources et à l’examen critique, le Musée des Souverains se démarque donc fondamentalement du précédent versaillais, mais il partage néanmoins avec lui un trait : celui de ne pas être l’émanation d’une collection déjà constituée, mais le résultat d’un « mitage » de collections extérieures à l’institution même. Cette cohérence entre d’une part, un ensemble patrimonial autonome et d’autre part, un lieu constitue l’une des originalités du Musée des Archives et explique en partie que le législateur de 1867 n’ait pas ressenti la nécessité d’accompagner d’un texte, loi ou décret, sa création. Point d’aboutissement des efforts de collecte, de classement et d’inventaire des Archives de l’Empire, le Musée du marquis de Laborde se comprend en effet dès l’origine comme l’incarnation vivante de cette institution : l’un ne peut aller sans l’autre.

  • 7 « Projet pour l’établissement d’un musée sigillographique sous la direction de M. Letronne, garde (...)

3Les débuts du Musée des Archives sont modestes7. Letronne, qui a succédé à Daunou en 1842 à la tête des Archives du Royaume, souhaite créer un embryon de musée sigillographique, à partir des collections de moulages et d’empreintes de sceaux. En 1846, il se rend aux Tuileries pour présenter à Louis-Philippe des reproductions en soufre de sceaux royaux et lui exposer, à partir de cet exemple, ce que pourraient être les futures vitrines du musée. L’année suivante voit la réalisation de son projet : au premier étage de l’hôtel de Soubise, dans la salle des gardes, 13 000 empreintes sont installées dans une double et large vitrine de chêne, dont le bas est occupé par les registres du Trésor des Chartes et des comptes royaux. Aux reproductions de sceaux royaux, on ajoute celles de sceaux de villes et de communes. On parfait cette présentation par l’accrochage de l’immense tableau allégorique saisi lors du procès des Jésuites en 1762, dans leur collège de Billom, plus connu sous le nom de Typus Religionis.

  • 8 Citons parmi d’autres l’Inventaire général sommaire des Archives de l’Empire (1867), l’inventaire (...)
  • 9 Paris, Centre historique des Archives nationales, F17 13 540, F17 13 545, F21 747, F21 1 845-1 874 (...)
  • 10 Lettre autographe signée, 27 juillet 1858, Paris, Centre historique des Archives nationales, F21 1 (...)
  • 11 Paris, Centre historique des Archives nationales, AB VA 8 : on sait que Laborde, exténué, n’assist (...)
  • 12 Les collections du Musée sont ordonnées comme suit : AE I (Armoire de fer), AE II (Musée des docum (...)

4L’impulsion décisive vient cependant de Léon de Laborde (1807-1869), grand voyageur, ancien conservateur au Louvre et historien de l’art distingué, qui prend la tête des Archives de l’Empire en 1857. Dans son esprit, le développement du Musée de Letronne est indissociable des autres volets de son grand dessein : ouvrir une salle de lecture digne de ce nom, où l’on puisse commodément consulter les documents ; publier des inventaires précis à l’image de ceux du Trésor des Chartes et du Parlement8 ; assurer une meilleure conservation des documents par la construction de magasins d’archives, les Grands Dépôts9, qui prolongent l’œuvre entreprise par Louis-Philippe ; restaurer les salons de l’hôtel de Soubise, les rendre à la visite et en faire l’écrin des trésors documentaires des Archives ; relayer l’enseignement théorique dispensé à l’École des chartes en offrant aux élèves la possibilité de fréquenter régulièrement les documents originaux. Une telle conjonction de missions — scientifique, civique, patrimoniale, éducative — en un seul lieu n’est pas rare : elle est au XIXe siècle le lot commun de maintes institutions culturelles, et particulièrement des musées. Les choses ne traînent pas : en 1858, le comte de Laborde sollicite un aménagement budgétaire qui lui permette de lancer la réfection de la chambre de parade de la princesse et du salon d’assemblée au premier étage de l’hôtel de Soubise, afin d’y loger un musée sigillographique et paléographique. Dans une lettre du 27 juillet 1858 qu’il adresse au ministre d’État, il explicite le rôle qu’il assigne au Musée : « Montrer au public comment l’État conserve et entretient un noble édifice du siècle de Louis XIV, l’initier par une collection de 1 5 000 sceaux, rangés dans un ordre scientifique, à un côté très curieux de l’histoire et des arts, lui apprendre à distinguer les écritures de tous les temps depuis les donations royales tracées au septième siècle sur papyrus jusqu’au testament de Louis XVI écrit d’une main ferme sur un vulgaire papier, depuis la signature de Charlemagne jusqu’aux autographes de Napoléon Ier du 13 vendémiaire an IV ou du 25 prairial an VIII, ce n’est point un résultat indigne de votre administration, et le gouvernement de l’Empereur en recueillera quelque honneur10 ». Éconduit en 1857, lorsqu’il ose demander 80 000 francs pour ces mêmes travaux, Laborde se contenterait désormais de 35 000 francs, espérant achever les travaux en 1859. Sa volonté de doter les Archives de l’Empire d’un Musée est donc explicite dès son entrée en fonction ; elle demeurera l’une de ses préoccupations constantes, quitte à lui sacrifier sa santé11. Mais Laborde doit attendre 1861 pour que soit enfin dégagé un crédit exceptionnel sur le budget de l’État. Cet effort est reconduit jusqu’en 1863. Prévue pour le 15 août 1862, l’ouverture du Musée est repoussée sine die, jusqu’au 19 juillet 1867, date de son inauguration. Ce retard s’explique moins par des difficultés matérielles et notamment financières comme on pourrait le penser, que par le soin scrupuleux avec lequel Laborde et ses collaborateurs travaillent à la définition du parcours et au choix des documents. Celui-ci nécessite en effet le repérage des actes, leur extraction de leur série d’origine — puisqu’il s’agit au mépris de la règle élémentaire du respect des fonds, de créer une collection factice d’exempla rattachés au Musée, avec sa cotation et sa logique de classement propres12 —, enfin leur description. Le Musée de 1867 est dit « Musée français » (AE II), car n’y sont exposés que des documents produits par des personnalités ou des institutions françaises et qui n’intéressent que le territoire national. Mais Laborde compte bien lui adjoindre un « Musée étranger » (AE III), dont la tâche serait d’illustrer le rayonnement français à l’étranger ainsi que la politique diplomatique, militaire et coloniale de la France. Il n’en demeure pas moins second en importance comme en enjeu par rapport au « Musée français » auquel son statut d’annexe, son implantation et son étendue le subordonnent. Amplifié, le « Musée sigillographique » (AE IV) de Letronne est confié à Douët d’Arcq et à Demay. Tandis que le « Musée français » devait s’étendre sur l’ensemble du piano nobile de l’hôtel, le « Musée étranger » et le « Musée sigillographique » s’étaient vu attribuer, à terme, le rez-de-chaussée, après la restauration des appartements du prince, toujours remise à plus tard.

  • 13 Paris, Centre historique des Archives nationales, AB VB 3, devis du 7 mars 1878.
  • 14 Jules Guiffrey, Catalogue sommaire du musée des Archives nationales, Paris, Librairie Ch. Delagrav (...)
  • 15 J. Guiffrey, Catalogue sommaire du musée des Archives nationales, Paris, H. Didier, 1922 et 1930.
  • 16 Le musée de l’histoire de France aux Archives nationales, Paris, H. Didier, 1939.

5Jusqu’à la Seconde guerre mondiale, aucune modification ne bouleverse vraiment le parti pris général de Laborde. En 1878, l’annexion du rez-de-chaussée de l’hôtel entre enfin dans les faits13 : le directeur général des Archives devenues nationales, Alfred Maury, le voue comme prévu, à l’exposition des documents « étrangers », des plans et des moulages de sceaux. En 1880, des travaux chassent l’ensemble du « Musée français » et le font descendre dans les appartements du prince. En 1891-1893, une première réduction affecte le nombre d’actes présentés : sur les 1 800 numéros de la présentation originelle, on n’en garde que 600 ; en outre, les papyrus originaux des époques mérovingienne et carolingienne sont définitivement remplacés par des fac-similés14. Durant la Première guerre mondiale, « Musée français » et « Musée étranger » sont réunis au premier étage ; l’armistice permet de réinvestir tout l’hôtel, mais on en profite pour procéder à une deuxième réduction. C’est à cette époque que la salle Empire accueille les pièces à conviction des grands procès criminels (AE V)15. A la veille de la Seconde guerre mondiale, le Musée des Archives fait sa mue et prend le nom de « Musée de l’histoire de France » ; le nombre de numéros est encore réduit, le parcours est repensé, les objets historiques (AE VI) font une apparition timide à côté des documents écrits et la section sigillographique se voit adjoindre une section héraldique. L’innovation la plus notable réside cependant dans la création d’une section contemporaine qui met en scène l’histoire nationale depuis la fin du Premier Empire jusqu’à l’été 191416.

  • 17 Paris, Centre historique des Archives nationales, AB XII 4, procès-verbaux des séances de la commi (...)
  • 18 Paris, Centre historique des Archives nationales, AB XXV 7, Musée des Archives de l’Empire. Docume (...)
  • 19 Paris, Centre historique des Archives nationales, AB XII 4, séance du 17 octobre 1861.
  • 20 Alfred Maury, « Introduction », dans Musée des Archives nationales. Documents originaux de l’histo (...)
  • 21 Paris, Centre historique des Archives nationales, AB XII 4, séance du 24 octobre 1861.
  • 22 L’École. Revue de l’instruction populaire, première année, n° 22, 1er septembre 1867, p. 240.

6Par la méthode qui préside à la constitution de ses collections, le Musée des Archives s’inscrit dans la filiation directe du Musée des Souverains. Laborde reprend l’idée d’une commission d’experts17 : dès le 17 octobre 1861, il réunit sous sa présidence, quelques-uns de ses principaux collaborateurs : Boutaric, archiviste à la section législative et judiciaire ; Dupont, sous-chef de la section du secrétariat ; Huillard-Bréholles, sous-chef de la section administrative ; Teulet, archiviste à la section historique, que rejoignent par la suite Saige, Tardif, Campardon et Joseph de Laborde. L’objectif est en effet de rompre avec le précédent des Galeries historiques de Versailles, auquel on ne fait jamais référence dans les procès-verbaux des réunions de la commission, mais dont on devine en creux qu’il agit comme un contre-exemple. La vigueur de l’érudition dans les années 1840-1850 ainsi que les progrès de l’école positiviste ont rendu caduques les conceptions de Louis-Philippe. A l’inverse, le Musée des Archives se veut « une sorte d’histoire de France où ce n’est plus l’écrivain [ou l’artiste] qui fait part de ses impressions et se met à la place des grandes figures historiques, mais où les actes parlent eux-mêmes18 ». On invoque comme figures tutélaires, les Bénédictins de Saint-Maur, promoteurs de cette science toute française qu’est la diplomatique et dont le héros national est Mabillon : « pensant ensuite au moyen par lequel on arrivera à former le Musée, M. le directeur général [Laborde] dit que les richesses paléographiques possédées par les Archives doivent, exposées sous l’œil du visiteur, constituer une sorte d’illustration des ouvrages des Bénédictins. D’après cette idée, ne faut-il pas chercher dans les ouvrages de diplomatique et de paléographie quels sont, parmi les nombreux titres cités ou édités, ceux que renferment les Archives ?19 ». Et Alfred Maury de se demander où, mieux que dans la capitale de la France, élever un « monument » à la diplomatique ?20 Trois ouvrages servent donc de fil conducteur aux recherches de la commission : le De re diplomatica (1681) de dom Mabillon, le Nouveau traité de Diplomatique de dom Tassin et dom Toustain (1750-1765), ainsi que les Éléments de paléographie de Natalis de Wailly (1838)21. Les discussions se concentrent sur cinq années, du 17 octobre 1861 au 19 octobre 1866 ; quarante-sept réunions dont la plupart, pour des raisons de commodité, se déroulent dans les dépôts, sont nécessaires. Les documents finalement retenus obéissent à deux objectifs : d’une part, présenter ce que Laborde appelle un « abrégé des preuves de l’histoire de France » à travers les « monuments écrits de la Patrie », c’est-à-dire à travers les documents fondateurs de la conscience nationale (par exemple, de l’Édit de Villers-Cotterêts au Serment du jeu de paume) ; d’autre part, rendre sensible l’évolution de l’écriture, des supports et des conventions diplomatiques : onciale, minuscule Caroline, cursive, gothique ; papyrus, tablette de cire, ardoise, parchemin, papier ; diplôme, charte, chirographe, minute, rôle... Qu’ils fassent référence à des événements (mariages, guerres, traités de paix, édits célèbres) et à des personnages considérables (rois, reines, papes, empereurs, maréchaux, écrivains, artistes) ou qu’ils échappent au tout venant par les particularités de leur rédaction et de leurs formules, ces documents frappent avant tout par leur caractère d’exception. Le Musée des Archives reste donc fidèle à cette « culture des singularités » qui fait du musée du XIXe siècle, quoique cette dimension tende à s’effacer progressivement, l’héritier du cabinet de curiosités de l’Ancien Régime. En outre, les intentions qui l’animent empruntent beaucoup au musée de Beaux-Arts ; non content d’être investies d’une sorte de transcendance, les œuvres exposées jouent sur toutes les cordes de l’émotion : dévotion, admiration, effroi, horreur, réprobation, compassion. C’est autant au cœur qu’à la raison du visiteur, même érudit, que Laborde et ses collaborateurs souhaitent s’adresser. A l’image des copies d’antiques de l’École des Beaux-Arts ou des vestiges du Musée des Monuments français d’Alexandre Lenoir, qui ont nourri le goût et la main de générations d’artistes et d’écrivains, les collections du Musée des Archives s’imposent comme une source absolue, à laquelle revient toujours s’abreuver quiconque se pique d’histoire. Élevés au rang d’icônes du passé national — les chroniqueurs de l’époque en appellent unanimement à un « attrayant pèlerinage22 » au Musée des Archives —, les documents exposés sont arrachés hors du temps et de l’espace, pour figurer au Panthéon d’une France éternelle. Cependant, loin de répondre aux vœux d’universalisme des Lumières, le marquis de Laborde ne songe pas un instant à placer ce patrimoine historique sous l’invocation de l’humanité ; au contraire, son désir, comme celui de ses contemporains et de son successeur Alfred Maury, est de l’ancrer au plus profond de l’âme nationale. A moins que pour certains esprits de l’époque, l’humanité se soit un peu vite confondue avec la France !

  • 23 Paris, Centre historique des Archives nationales, AB XII 4, séance du 17 octobre 1861.
  • 24 Léon Gautier, Le Musée des Archives de l’Empire. Discours d’ouverture, Paris, Typographie Ad. Lain (...)
  • 25 L’École, op. cit., p. 242.
  • 26 Paris, Centre historique des Archives nationales, AB XII 4, séances du 1er février 1862 au 23 avri (...)
  • 27 L. Gautier, Le Musée des Archives de l’Empire. Discours d’ouverture..., p. 8-9.
  • 28 Paris, Centre historique des Archives nationales, AB XVII.
  • 29 Ibid.., AB XII 4, séance du 22 octobre 1861.

7D’abord partisan d’une division en siècles ou en vastes périodes, Laborde se rallie à la proposition de Teulet qui prône une division plus fine par dynastie, puis à l’intérieur, par règne. Mais il fait observer, avec un sens pratique aigu, que « la partie scientifique d’un travail est quelquefois subordonnée à la partie matérielle23 », et en l’occurrence aux locaux disponibles. Lorsqu’on aborde le « beau XVIe siècle », les considérations paléographiques et diplomatiques qui avaient orienté la sélection pour les époques antérieures, s’effacent au profit des autographes de célébrités. Écoutons Léon Gautier dans son discours inaugural : « ici, Messieurs, toutes les grandes figures de notre histoire passent successivement sous nos yeux. Voici les diplômes de Charlemagne, imperator augustus [...], mais qui, avant tout, n’en déplaise à l’Allemagne, est rex Francorum [...]. Voilà le testament de Philippe-Auguste et celui de saint Louis. Voici l’image naïve de Jeanne d’Arc [...] puis, voici, en foule, les lettres ou, tout ou moins, les signatures de tous les hommes qui ont honoré la France depuis trois siècles : Racine, Colbert, Bossuet, et mille autres [...]24 ». L’intérêt du contenu et de la forme devient donc secondaire, voire inexistant, d’où l’accusation proférée par certains de n’offrir à l’admiration générale que les « guenilles » et les « oripeaux » de l’histoire : « y [au Musée des Archives] accueillir des pièces qui n’ont d’autre mérite que celui de porter la signature d’un personnage célèbre, c’est tomber dans la manie des collectionneurs d’autographes, et satisfaire les stériles besoins d’une curiosité frivole. En exposant leurs trésors, les Archives de l’État se sont imposées un devoir : il faut qu’elles dirigent le goût public ; si elles se contentent de lui complaire, si elles en flattent ce côté puéril et à quelques égards malsain [...], elles abaissent la dignité de l’histoire et compromettent l’autorité de la science25 ». Le découpage chronologique qui a été adopté, suit les modulations de l’appartement de la princesse, avec une grande intelligence des lieux, des décors et des ambiances26. L’immense salle des gardes abrite les actes des souverains mérovingiens, carolingiens et capétiens ; la salle des bustes, actuel salon d’assemblée, est consacrée aux Valois directs, aux Valois-Orléans et Angoulême jusqu’à Henri III ; la chambre de parade accueille les Bourbons, d’Henri IV à Louis XVI ; le salon ovale, le Premier Empire, tandis que Révolution, Directoire et Consulat sont relégués en fin de parcours, dans la petite chambre à coucher et la salle du dais. Une savante progression a été ménagée : de l’ancienne salle des gardes du temps des Guise, froide et impersonnelle, sorte de salon des pas perdus, jusqu’au clou de la visite, le « rocaillissime » salon ovale de la princesse, décoré par Natoire. Deux temps forts rythment cette progression : la chambre de parade où, derrière la balustrade, à l’emplacement du lit de la princesse, trônent, lourds de sens, le testament de Louis XVI et la dernière lettre de Marie-Antoinette à Mme Elisabeth ; le salon ovale où gravitent, autour du testament olographe de Napoléon Ier, les autographes de ses principaux compagnons de guerre. Sacrifiés sur l’autel de l’unanimisme national, Révolution, Directoire et Consulat sont comme tenus à l’écart du parcours, puisque pour y accéder, le visiteur est obligé d’emprunter un passage dérobé. Pratiqué dans le fond de la ruelle, celui-ci donne accès à la petite chambre à coucher, alors que le circuit normal voudrait que l’on passe directement de la chambre de parade au salon ovale, puis à la petite chambre et à la salle du dais. Mais la porte intégrée dans les boiseries du salon est volontairement condamnée. Au sortir de la chambre de parade, le visiteur est donc happé par le salon ovale et néglige naturellement les coulisses. Des prémisses de l’Ancien Régime à l’Empire glorieux, référence obligée du régime en place, point de ruptures, point d’errements : la continuité de l’histoire en sort saine et sauve. A cette vision fédératrice du passé national répond en un écho symbolique le mariage forcé d’un hôtel aristocratique du XVIIIe siècle et d’une institution, les Archives de l’Empire, fille de la Révolution. Ce que Léon Gautier résume en des termes fallacieux — « quant à nos deux salons, l’un d’eux a été consacré au souvenir de Louis XVI et l’autre à celui de Napoléon Ier : notre Musée n’a point d’opinions politiques27 » — et que le prospectus publicitaire « Souvenirs du Musée des Archives » diffusé par l’éditeur Plon illustre de façon éclairante, encadrant les dernières volontés de l’Empereur (« je désire que mes cendres reposent sur les bords de la Seine au milieu de ce peuple français que j’ai tant aimé ») du monogramme de Charlemagne, d’un portrait de saint Louis, des signatures d’Henri IV et de Louis XIV. Cependant, on sait par une lettre du 3 décembre 1867 adressée au ministre Vaillant, que la présentation de la parenthèse révolutionnaire n’a pas cessé d’embarrasser le marquis de Laborde. Arrivé au seuil du règne de Louis XIV, il confie : « je me préoccupe à ce sujet de la responsabilité que la publication des documents des derniers règnes fera peser sur moi. J’accepte cette responsabilité sans hésiter ; cependant, je ne vous le cache pas, j’aimerais à la partager avec V[otre] Ex[cellence] [...] à dater des premières années du XVIIIe siècle jusqu’à 1815. C’est là que commencent les difficultés, mais vous verrez que mon choix a été très réservé28 ». Il convenait en effet de ne réveiller ni les nostalgies de quelque bord que ce soit ni l’esprit de revanche, mais bien d’atténuer tout ce qui prêtait le flanc à la division et à la polémique. Contrairement aux Galeries historiques de Versailles et au Musée des Souverains qui s’étaient hasardés à retracer les derniers aléas de l’histoire contemporaine, le Musée des Archives se garde de toute transcription immédiate des événements. 1815 semble une borne d’autant plus commode qu’elle marque la fin du rêve impérial. Un rêve qu’entreprend justement de ressusciter Napoléon III et qu’il serait bien imprudent de vouloir dépasser, même symboliquement par le truchement des archives. Envisagé de la sorte, l’écoulement du temps doit être interprété comme une marche inexorable du progrès, au cours de laquelle, envers et contre tous les soubresauts, se construit pas à pas, régime après régime, une généalogie commune : bref, une identité. Cela ne va pas sans une certaine théâtralité dans la démonstration : pour faire « revivre » le passé, on cherche la meilleure adéquation entre les documents exposés et la salle qui les abrite : l’exemple le plus significatif est celui de la chambre de parade, réservée a priori à l’évocation des XVIIe et XVIIIe siècles. Mais on ne verse pas non plus dans le pastiche comme dans les salles des Croisades à Versailles. La seule concession vient des vitrines noires de style Boulle, très en vogue sous le Second Empire et dotées, dans le cas du testament de Louis XVI et de la dernière lettre de Marie-Antoinette, de petits frontons reliquaires où sont enchâssés les deux documents. Néanmoins, au-delà de ces quelques effets de mise en scène, c’est le contact avec les documents originaux qui suscite chez le visiteur l’impression la plus durable : il est vrai que dans sa séance du 22 octobre 1861, la commission présidée par Laborde s’est refusée à combler d’éventuelles lacunes dans les fonds, en faisant procéder à la fabrication de fac-similés29. Et la visite du Musée des Archives s’achève, du moins jusqu’en 1939, par la traversée des Grands dépôts, « admirable nécropole des monuments nationaux » selon Michelet, où le visiteur recueilli hume les odeurs des parchemins et des encres, à la recherche de quelques noms illustres ressuscités par le miracle de l’écrit.

  • 30 Ibid., AB XVII, lettre de Laborde au ministre Vaillant.

8A ce Musée des Archives, le marquis de Laborde assigne très tôt deux missions essentielles que l’on retrouve constamment sous sa plume : encourager la science historique et aider au triomphe de la Vérité ; « vulgariser le goût de l’histoire de notre pays30 ».

  • 31 Ibidem, AB XVII.
  • 32 Ibidem, AB V A8, dossier 10, lettre du 22 septembre 1867. Laborde écrit : « Il faut aller au-devan (...)
  • 33 Paris, Centre historique des Archives nationales, AB XVII, lettre du 26 décembre 1867.
  • 34 L. Gautier, Le Musée des Archives de l’Empire. Discours d’ouverture..., p. 20.
  • 35 Paris, Centre historique des Archives nationales, AB XII 4, séance du 17 octobre 1861.
  • 36 Ibid., séance du 17 octobre 1861.
  • 37 Ibid., AB XXV 7, Musée des Archives de l’Empire. Documents originaux de l’histoire de France et au (...)
  • 38 L. Gautier, Le Musée des Archives de l’Empire. Discours d’ouverture..., p. 19-20.
  • 39 Paris, Centre historique des Archives nationales, AB XXV 7, Musée des Archives de l’Empire. Docume (...)
  • 40 L. Gautier, Le Musée des Archives de l’Empire. Discours d’ouverture..., p. 6-7.
  • 41 Ibid., p. 20.
  • 42 Paris, Centre historique des Archives nationales, AB XVII.
  • 43 L’École, op. cit., p. 241.

9A cet égard, il n’est pas anodin que l’histoire du Musée des Archives soit intimement liée à celle des Expositions universelles, dont l’organisation est mue par la confiance inébranlable en un progrès continu de la civilisation occidentale, ainsi que par le désir de chaque pays industrialisé de se mesurer à ses voisins. Lorsqu’il inaugure son « Musée français » « en même temps que l’Exposition universelle qui aura lieu à Paris » à l’été 1867, Laborde ambitionne d’y attirer non seulement les sénateurs, les députés et les conseillers d’État à l’occasion de la rentrée parlementaire de l’automne, mais surtout les ambassadeurs et les membres des gouvernements étrangers en résidence ou en séjour à Paris31. En 1878, l’ouverture du « Musée étranger » est également prévue pour coïncider avec celle de l’Exposition universelle. Léon de Laborde comme Alfred Maury confèrent au Musée des Archives une dimension éducative essentielle du plus haut niveau : il est notamment, à leurs yeux, le versant pratique de l’enseignement théorique dispensé à l’École des chartes, ce que celle-ci n’apprécie pas forcément32. Certains archivistes tels Saige, Campardon ou Guiffrey ont en effet pris l’habitude d’organiser à l’hôtel de Soubise des conférences de paléographie et de diplomatique et l’École craint la concurrence. Conciliant, Laborde met un frein à cette pratique et propose aux professeurs de l’École d’« amener leurs élèves au Musée et [d’] achever en face des originaux les leçons qu’ils donnent d’après des fac-similés » le jeudi après-midi, jour réservé à l’étude. Pour ce faire, de nombreux laissez-passer sont envoyés. Des initiatives comparables sont menées en direction des collèges et lycées parisiens : en décembre 1867, Laborde invite les proviseurs des établissements les plus prestigieux (Louis-le-Grand, Stanislas, Chaptal, Charlemagne, etc.) à inciter leurs élèves à venir « s’initier de bonne heure à la connaissance des titres manuscrits et originaux de notre histoire nationale33 ». L’expérience sensible revêt alors dans la fabrication et la transmission des savoirs académiques un rôle primordial : cela est vrai pour les élites qui confortent ainsi leurs acquis par la puissance de la preuve ; cela est vrai aussi pour les masses qui ne lisent pas ou peu et acquièrent dans la fréquentation des œuvres, une familiarité avec la culture, qui n’exclut pas le respect. Le Musée des Archives est enfin conçu comme une arme au service de la méthode positiviste en histoire dont les chantres sont Hippolyte Taine, Ernest Renan et Fustel de Coulanges. Léon Gautier n’en fait pas mystère : « Il appartenait à notre siècle de faire pénétrer une sincère érudition jusque dans les livres populaires. Dans le plus humble Manuel, il n’est point rare aujourd’hui de voir citer, au bas des pages, tel diplôme, tel cartulaire, tel registre de comptes. La critique envahit tout [...] Ce Musée est destiné à donner à la nouvelle méthode historique une puissante, une irrésistible impulsion34 ». Le résultat qu’on se propose n’est pas de réserver à quelques élus les fruits de la science, mais bien plutôt de les répandre généreusement. Aussi s’explique-t-on le souci constant de Laborde de satisfaire aux demandes du plus grand nombre. Si un parcours chronologique est préféré à un parcours thématique, c’est parce que « le classement des pièces par ordre chronologique s’adressera à un plus grand nombre de personnes que tout autre ordre35 » ; il est en effet à craindre que l’ordre méthodique qui suppose une bonne connaissance des principaux jalons temporels, ne sème le trouble dans l’esprit du profane. Face à l’opposition de la plupart des membres de la commission, Laborde insiste : « cherchons quel est le principal but d’un musée ? N’est-il pas de faciliter le travail des yeux du public, de manière à ce qu’il en tire le plus grand profit ?36 » La politique éditoriale du Musée est guidée par les mêmes principes « vulgarisateurs ». Deux types d’ouvrage doivent accompagner, puis prolonger la visite. Le premier est un inventaire détaillé qui joint à la richesse de l’analyse et au luxe typographique, l’attrait de près de 1 600 fac-similés « qui, intercalés dans le texte, mettent sous les yeux du lecteur les passages les plus intéressants de chaque acte, les exemples d’écritures les plus variées, les lettrines, les seings des notaires, et à partir du quinzième siècle, une magnifique série d’autographes de tous les personnages célèbres de la France37 ». Vendu par livraisons mensuelles, ce magnifique recueil peut être acheté soit dans son intégralité, soit sous forme de feuilletons relatifs à un seul règne ou à un seul personnage. L’érudition la plus pointue pénètre l’instruction populaire, alors que jusqu’à présent, « les livres à l’usage des enfants, des hommes du monde, de la bourgeoisie et du peuple étaient en général de médiocres compilations sans exactitude et sans couleur38 ». Dès octobre 1867, il apparaît cependant nécessaire de publier en complément un catalogue sommaire du Musée que Jules Guiffrey, son rédacteur et Léon de Laborde souhaitent le moins cher possible. Leur volonté est en effet d’attirer aux Archives un public qui n’a habituellement ni le temps ni l’habitude de s’y rendre : « A côté de ce public d’élite, à qui l’étude approfondie des documents est plus particulièrement réservée, il est une foule intelligente, avide de connaître toutes choses, qui veut à ses heures de loisir se renseigner sur les sciences qu’elle ignore, se rendre compte, en les comparant, des impressions que lui produisent les chefs-d’œuvre de l’art, qui afflue chaque dimanche dans tous les musées, cherchant à profiter de ses promenades et de ses jours de liberté pour apprendre par les yeux et s’instruire en courant, n’ayant pas le temps d’étudier39 ». Léon Gautier, lyrique, confirme cette mission sociale du Musée : « c’est pour vulgariser cette vérité, c’est pour populariser la science de notre histoire et de notre archéologie nationales que ce Musée est aujourd’hui livré à votre curiosité légitime et méritoire. L’idée en est généreuse et libérale ; c’est une idée toute française » et plus loin : « c’est une œuvre claire, précise, vulgarisatrice et, dont les Allemands seront jaloux40 ». Et de prophétiser : « quand le plus humble ouvrier va pouvoir aisément contempler sous nos vitrines nos papyrus mérovingiens, nos diplômes et nos chartes, quel est l’historien qui pourra se dispenser, non seulement de les voir, mais de les consulter ?41 » Doux idéalisme ? Pourtant, les vœux de Laborde et de Gautier semblent rapidement exaucés, puisque dès le premier mois d’ouverture, le Musée des Archives accueille chaque dimanche, de midi à trois heures, de 300 à 400 visiteurs et que devant l’affluence, le directeur est contraint de solliciter l’appui de trois ou quatre sergents de ville pour la surveillance des lieux42. On est en revanche moins convaincu par l’analyse sociologique sommaire que dresse la presse du public du Musée : « la majeure partie des personnes qui le dimanche parcourent les salons du Palais Soubise appartiennent aux classes ouvrières. On admire leur pieux respect pour les monuments qu’elles passent en revue43 ». Ne manquent plus à ce tableau idyllique que Gervaise et la noce de l’Assommoir visitant, à défaut de la Grande Galerie du Louvre, les salons de l’hôtel de Soubise...

  • 44 L. Gautier, Le Musée des Archives de l’Empire. Discours d’ouverture..., p. 21.
  • 45 Paris, Centre historique des Archives nationales, AB XII 4.
  • 46 L. Gautier, Le Musée des Archives de l’Empire. Discours d’ouverture..., p. 22-23.

10Mais répandre le goût de l’histoire de la France répond aussi à un impératif moral et civique. Ce que doit avant tout affermir le Musée des Archives, c’est moins la connaissance vraie du passé national, que son amour et le respect qu’on lui doit. « Je dis qu’il est impossible de parcourir notre Musée sans concevoir une grande idée de la France, sans la tenir en plus haute estime, sans l’aimer plus énergiquement ; et c’est là un effet qu’aucun autre musée ne produira jamais au même degré44 ». Si le choix des documents prêta à cinq longues années de controverses et de joutes verbales entre archivistes, c’est que, selon la formule du marquis de Laborde placée en exergue des procès-verbaux des séances de la commission, « le goût de la curiosité ne [devait] pas conduire à la dépréciation de notre France45 ». L’enjeu était en effet de taille face à la communauté scientifique allemande dont les méthodes — comment ne pas songer à Theodor Mommsen ? — inspiraient largement l’École positiviste française. A travers le Musée des Archives, celle-ci comptait bien reprendre le dessus et asseoir définitivement la France comme modèle de scientificité et de civilisation. Sous Lutèce pointait déjà Paris, capitale des arts et de l’esprit, tandis que Berlin sortait à peine de l’anonymat de deux gros bourgs vers 1237 ! La quête de la Vérité, chère à Léon Gautier, n’est alors qu’un prétexte : derrière, se tient en embuscade, prêt à éclater, l’antagonisme de deux nations européennes. « Que tous ces documents soient faits pour inspirer cet amour de la France, c’est ce que sentent les étrangers eux-mêmes. Il y a quelques jours, le Prince royal de Prusse consacrait deux longues heures à parcourir ces galeries, qui seront longtemps sans rivales. Et un de ceux qui l’accompagnaient — un général, je pense —, à la vue de cette série imposante de nos quarante diplômes mérovingiens, se laissa aller à prononcer ces paroles, dont je garderai toujours le souvenir : “On peut être fier d’être Français quand on lit ces mots : Rex Francorum, sur un diplôme de 625”. Le général disait vrai : on peut et on doit être fier. En 625, où en étaient les autres nations de l’Europe ? Dans l’Allemagne inculte, erraient quelques hordes nomades et sanglantes qui ne voulaient pas encore faire halte sur un sol définitivement choisi. L’Angleterre était déchirée en je ne sais combien de petits royaumes, dont quelques-uns seulement étaient chrétiens ; les rois et les peuples s’y massacraient d’ailleurs avec une rage dont rien ne saurait donner une idée ; l’Espagne n’avait pas encore conquis son unité, que les Musulmans allaient bientôt étouffer pour plusieurs siècles ; l’Italie se débattait entre les Lombards et les Grecs. Mais nous, peuple unique et privilégié, nous avions déjà notre forte unité, et nous l’avions depuis plusieurs siècles. Espérons que notre Musée inspirera toujours à tous ses visiteurs ce respect de la France auquel un étranger lui-même n’a pas pu se soustraire ; espérons que la vue de tous ces titres de notre gloire réveillera dans nos cœurs deux sentiments, j’allais dire deux vertus, depuis trop longtemps endormis : l’Enthousiasme et la Fierté !46 » Dans son emphase et ses outrances, le discours de Léon Gautier se lit comme une déclaration de guerre. Cocardier, le Musée des Archives est une arme de combat. En recréant le passé selon un scénario fédérateur, il légitime un pouvoir qui ne trouve guère dans l’histoire présente de quoi faire croire en son avenir et réconcilie la nation française avec elle-même. Aussi le Musée des Archives tel que l’imagina le marquis de Laborde nous en apprend-il presque plus sur l’époque qui l’a vu naître que sur son objet d’étude, l’histoire de France.

Notes

1 La jeunesse des musées. Les musées de France au XIXe siècle, catalogue sous la direction de Chantal Georgel, Paris, 1994. Le musée, en tant qu’institution culturelle, naît à la fin du XVIIIe siècle. Le siècle suivant voit sa généralisation sur l’ensemble du territoire : d’une vingtaine de musées à l’aube du XIXe siècle, la France passe à près de six cents à la fin de la période.

2 L’étude fondamentale sur les Galeries historiques de Versailles est due à Thomas W. Gaehtgens, Versailles : de la résidence royale au Musée historique, Paris, 1984. Voir aussi du même auteur, « Le Musée historique de Versailles », dans Les lieux de mémoire, sous la dir. de Pierre Nora, Paris, 1986, tome 2, vol. 3, p. 143-168, ainsi que Pierre Sesmat, « Le Musée historique de Versailles : la gloire, l’histoire et les arts », dans La jeunesse des musées..., p. 113-119 et Claire Constans, « Versailles, les grandes commandes », dans Les années romantiques. La peinture française de 1815 à 1850, Paris, 1995, p. 86-97. Un bel ouvrage, richement illustré, consacré aux salles des Croisades de Versailles est paru en novembre 2002 aux éditions du Gui : ses auteurs en sont Claire Constans, Philippe Lamarque, Jean Richard et Thérèse Burollet.

3 Au sujet du Musée des Souverains, voir Henry Barbet de Jouy, Notice des antiquités, objets du Moyen Age, de la Renaissance et des temps modernes, composant le Musée des Souverains, Paris, Impr. de Mourgues frères, 1866 (2e éd., Paris, Impr. de Mourgues frères, 1868).

4 On doit la seule étude consacrée au Musée des Archives à son ancien responsable, Jean-Pierre Babelon, Centenaire du Musée de l’histoire de France. L’œuvre du marquis de Laborde aux Archives nationales, Paris, Archives nationales, 1968.

5 H. Barbet de Jouy, Notice des antiquités, objets du Moyen Age, de la Renaissance et des temps modernes..., avant-propos.

6 Ibid., p. VIII.

7 « Projet pour l’établissement d’un musée sigillographique sous la direction de M. Letronne, garde général des Archives, 11 mars 1847 », Paris, Centre historique des Archives nationales, AB XII 4 : dossier établi par Lallemand, accompagné de plans de vitrines et de modèles de cartels. Des moulages de sceaux avaient été réalisés aux Archives du royaume dès 1832 par des graveurs de la Monnaie de Paris et de l’École des Beaux-Arts. A partir de 1842, Letronne systématisa la chose en s’attachant les services du graveur Lallemand, puis de Demay qui peut être considéré comme le véritable créateur du Service des sceaux en 1857. Voir à ce sujet Auguste Coulon, Le Service sigillographique et les collections d’empreintes de sceaux des Archives nationales. Notice suivie d’un Catalogue du Musée sigillographique, Paris, H. Champion, 1916. A cette date, le Musée des Archives présentait dans la salle des gardes et sur les paliers de l’escalier monumental de l’hôtel de Soubise, 2858 empreintes et matrices de sceaux exposées selon l’ordre établi par Douët d’Arcq.

8 Citons parmi d’autres l’Inventaire général sommaire des Archives de l’Empire (1867), l’inventaire dit des Layettes du Trésor des Chartes (Paris, 1863-1902, 4 vol. par A. Teulet, J. de Laborde et E. Berger), l’inventaire de la série dite des Monuments historiques, K Cartons des rois (Paris, 1866, 1 vol. in-4° par J. Tardif), l’inventaire dit des Actes du Parlement de Paris. Première série : de Tan 1254 à Tan 1328 (Paris, 1863-1867, 2 vol. par E. Boutaric) et l’inventaire dit des Collections de sceaux (Paris, 1863-1868, 3 vol. par L. Douët d’Arcq), sans compter l’inventaire des collections du Musée des Archives (Paris, 1872).

9 Paris, Centre historique des Archives nationales, F17 13 540, F17 13 545, F21 747, F21 1 845-1 874, F21 3 505 A, F21* 2 470-2 539, AB VA 7, AB VA 8, AB VB 2, AB VB 3. Lire l’article de Véronique Dignac, « Les bâtiments des Archives nationales au XIXe siècle », dans Histoire et Archives, n° 1, janvier-juin 1997, p. 137-167.

10 Lettre autographe signée, 27 juillet 1858, Paris, Centre historique des Archives nationales, F21 1346, dossier 1858. Consulter également AB II 14.

11 Paris, Centre historique des Archives nationales, AB VA 8 : on sait que Laborde, exténué, n’assista pas à l’inauguration officielle du Musée. Huillard-Bréholles fut désigné comme directeur par intérim et le discours d’inauguration fut prononcé par Léon Gautier, brillant chartiste et érudit.

12 Les collections du Musée sont ordonnées comme suit : AE I (Armoire de fer), AE II (Musée des documents français), AE III (Musée des documents étrangers), AE IV (Collections sigillographiques), AE V (Pièces à conviction et objets saisis), AE VI (Objets historiques). La sous-série AE IV n’existe plus aujourd’hui, puisqu’elle a été remplacée par le Service des sceaux rattaché à la Section ancienne. L’Armoire de fer des Archives nationales est un coffre-fort exécuté sur ordre de l’Assemblée constituante du 30 novembre 1790 ; elle était primitivement destinée à abriter les formes, planches et timbres employés dans la fabrication des assignats, puis l’acte constitutionnel et les minutes des lois et décrets révolutionnaires. Son transfert à l’hôtel de Soubise ne fut probablement effectif qu’à partir de 1849. Elle fut d’abord installée dans la salle des gardes, avant de rejoindre le 15 janvier 1866 le centre des Grands Dépôts construits sous Napoléon III. Elle contient aujourd’hui l’ensemble des constitutions de la France, ainsi que des documents de la plus haute valeur historique (journal de Louis XVI, Gazette des Atours de Marie-Antoinette, mètre et kilogramme étalons en platine, Serment du jeu de paume, testament de Louis XIV, testament de Napoléon Ier, etc.).

13 Paris, Centre historique des Archives nationales, AB VB 3, devis du 7 mars 1878.

14 Jules Guiffrey, Catalogue sommaire du musée des Archives nationales, Paris, Librairie Ch. Delagrave, 1893.

15 J. Guiffrey, Catalogue sommaire du musée des Archives nationales, Paris, H. Didier, 1922 et 1930.

16 Le musée de l’histoire de France aux Archives nationales, Paris, H. Didier, 1939.

17 Paris, Centre historique des Archives nationales, AB XII 4, procès-verbaux des séances de la commission du Musée (1861-1866).

18 Paris, Centre historique des Archives nationales, AB XXV 7, Musée des Archives de l’Empire. Documents originaux de l’histoire de France et autographes des hommes célèbres exposés dans l’hôtel Soubise (...). Prospectus, 1867. Prospectus de lancement de l’inventaire des collections du Musée des Archives diffusé par l’éditeur Henri Plon.

19 Paris, Centre historique des Archives nationales, AB XII 4, séance du 17 octobre 1861.

20 Alfred Maury, « Introduction », dans Musée des Archives nationales. Documents originaux de l’histoire de France exposés dans l’hôtel Soubise [...], Paris, H. Plon, 1872, p. VI.

21 Paris, Centre historique des Archives nationales, AB XII 4, séance du 24 octobre 1861.

22 L’École. Revue de l’instruction populaire, première année, n° 22, 1er septembre 1867, p. 240.

23 Paris, Centre historique des Archives nationales, AB XII 4, séance du 17 octobre 1861.

24 Léon Gautier, Le Musée des Archives de l’Empire. Discours d’ouverture, Paris, Typographie Ad. Lainé et J. Havard, 1868, p. 21.

25 L’École, op. cit., p. 242.

26 Paris, Centre historique des Archives nationales, AB XII 4, séances du 1er février 1862 au 23 avril 1863.

27 L. Gautier, Le Musée des Archives de l’Empire. Discours d’ouverture..., p. 8-9.

28 Paris, Centre historique des Archives nationales, AB XVII.

29 Ibid.., AB XII 4, séance du 22 octobre 1861.

30 Ibid., AB XVII, lettre de Laborde au ministre Vaillant.

31 Ibidem, AB XVII.

32 Ibidem, AB V A8, dossier 10, lettre du 22 septembre 1867. Laborde écrit : « Il faut aller au-devant des criailleries ou bien elles prennent corps. Je sais qu’on se plaint à l’École des chartes d’un enseignement rival [...] ». Voir aussi AB XVII, lettre du 29 juillet 1867.

33 Paris, Centre historique des Archives nationales, AB XVII, lettre du 26 décembre 1867.

34 L. Gautier, Le Musée des Archives de l’Empire. Discours d’ouverture..., p. 20.

35 Paris, Centre historique des Archives nationales, AB XII 4, séance du 17 octobre 1861.

36 Ibid., séance du 17 octobre 1861.

37 Ibid., AB XXV 7, Musée des Archives de l’Empire. Documents originaux de l’histoire de France et autographes des hommes célèbres exposés dans l’hôtel Soubise [...]. Prospectus, 1867. Prospectus de lancement de l’inventaire des collections du Musée des Archives diffusé par l’éditeur Henri Plon.

38 L. Gautier, Le Musée des Archives de l’Empire. Discours d’ouverture..., p. 19-20.

39 Paris, Centre historique des Archives nationales, AB XXV 7, Musée des Archives de l’Empire. Documents originaux de l’histoire de France et autographes des hommes célèbres exposés dans l’hôtel Soubise... Prospectus de lancement de l’inventaire des collections du Musée des Archives diffusé par l’éditeur Henri Plon.

40 L. Gautier, Le Musée des Archives de l’Empire. Discours d’ouverture..., p. 6-7.

41 Ibid., p. 20.

42 Paris, Centre historique des Archives nationales, AB XVII.

43 L’École, op. cit., p. 241.

44 L. Gautier, Le Musée des Archives de l’Empire. Discours d’ouverture..., p. 21.

45 Paris, Centre historique des Archives nationales, AB XII 4.

46 L. Gautier, Le Musée des Archives de l’Empire. Discours d’ouverture..., p. 22-23.

Auteur

Archiviste paléographe, conservateur du patrimoine, responsable du Département de l’action culturelle et éducative et du Musée de l’histoire de France au Centre historique des Archives nationales.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540