Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Archives et nations dans l’Europe du XIXe siècle

 | 
Bruno Delmas
, 
Christine Nougaret

Les documents au service de la Nation

Un monument de papier à la gloire du Premier Empire : l’édition de la correspondance de Napoléon Ier sous le second empire

A paper monument to the glory of the First Empire: the edition of the correspondance of Napoleon I under the Second Empire

Jacques-Olivier Boudon

Résumé

La volonté de Napoléon III d’enraciner son régime dans une filiation avec le Premier Empire est un fait bien connu. Non content de s’inspirer très largement des institutions de l’Empire et de lui emprunter son cérémonial, le Second Empire a aussi cherché à exalter l’œuvre de Napoléon Ier, notamment sur le plan militaire. Alors que Napoléon III a proclamé « L’Empire, c’est la paix », il n’entend pas laisser tomber la ferveur née de l’engouement pour l’épopée militaire de son oncle.
Cette volonté de magnifier l’Empire trouve son expression la plus accomplie dans l’édition de la correspondance de Napoléon Ier, mise en chantier en 1854, sous l’égide d’une commission présidée par le maréchal Vaillant. La publication s’achève en 1869, après qu’une seconde commission, présidée par le prince Jérôme, a achevé le travail. Fort critiquées dans leurs choix, ces deux commissions n’en ont pas moins effectué un travail considérable de collecte d’archives, aussi bien dans les fonds publics qu’auprès des particuliers et même auprès de chefs d’État étrangers. Dotée d’un budget important, placée de fait sous l’autorité du directeur des Archives nationales, Laborde, à partir de 1859, la publication représente un travail imposant : 32 volumes publiés, soit plus de vingt mille lettres.
A travers les choix effectués, choix qui privilégient les aspects militaires, au détriment des questions politiques, et laissent de côté les aspects privés de Napoléon, il faudra essayer de comprendre le but assigné à cette publication. Elle contribue incontestablement à la construction de la nation française, en cherchant à relier le présent à un passé glorieux, en insistant sur la grandeur de la France, à l’heure où le pays s’engage à nouveau dans les expéditions militaires (Crimée). Mais l’initiative prise montre aussi le rôle assigné aux Archives dans la construction de cette nation. Dépôt de la mémoire nationale, elles ont un rôle social de communication et de diffusion de leurs fonds qui apparaît, en la circonstance, dans la désignation des récipiendaires de la Correspondance. En effet, aux principales autorités du pays, s’ajoutent aussi les grandes bibliothèques de France et de l’étranger, tandis qu’une édition plus populaire est également entreprise. Nul ne doit ignorer les grands actes du Premier Empire.

Napoleon III’s urge to establish a direct link between his regime and the First Empire is well known. Not content with drawing a large measure of inspiration from the institutions of the Empire, and with adopting its ceremonial, the Second Empire worked to exalt the achievements of Napoleon I, particularly his military ones. While Napoleon III proclaimed that “Empire means peace”, it was not his intention to dampen the enthusiasm arising from popular infatuation with the military prowess of his uncle.
The most elegant expression of this desire to idealise the Empire was the edition of the correspondence of Napoleon I, begun in 1854 under the guidance of a commission chaired by Marshal Vaillant. The publication was completed in 1869 after a second commission under Prince Jerome had finished the task. Although the materials they chose to include were severely criticised, the two commissions nevertheless established a notable collection of archive materials, drawn from public sources as well as from the holdings of private individuals and even of foreign heads of state. The publication was supported by substantial funding, and was in practice under the supervision of Laborde in his capacity, from 1859, as director of the National Archives. It represents an impressive body of work: 32 published volumes containing more than twenty thousand letters.
Through the choice of letters, which is heavily loaded in favour of military rather than political matters, and which leaves aside Napoleon’s private life, we must try to understand the intended purpose of the publication. It undeniably contributed to the construction of the French nation by trying to link the present to a splendid past, and by emphasising the glory of France at a time when the country was once again involved in military campaigns (Crimea). But the initiative also shows the role allotted to the Archives in the construction of this nation. As the repository of the national memory, they have a social duty to make their holdings available, which in this case was manifested by the choice of recipients of the Correspondence. These included the principal public authorities of the country, along with the great libraries of France and other countries, while a more popular edition was also planned. No one should be ignorant of the great deeds of the First Empire.

Texte intégral

1Le Second Empire se fonde en 1852 en s’appuyant largement sur le souvenir laissé par le Premier Empire. Déjà en décembre 1848, Louis Napoléon Bonaparte avait été élu président de la République, sur son nom. En janvier 1852 encore, il s’appuie sur le souvenir glorieux de son oncle pour justifier le coup d’État et le changement de constitution. Les mesures se multiplient ensuite qui visent à rattacher le nouveau régime à l’ancien, le Second Empire au Premier (rétablissement de la noblesse d’Empire, projet de sacre, installation de la nécropole impériale aux Invalides, création en 1857 de la médaille de Sainte-Hélène pour les survivants de la Grande Armée, rachat de Longwood, etc.)

  • 1 Correspondance de Napoléon Ier publiée par ordre de l’empereur Napoléon III, Paris, Imprimerie impé (...)
  • 2 AN, F 70/321, Rapport du ministre de la Maison de l’Empereur à l’Empereur, janvier 1864.

2Dans cette recherche en légitimité, qui s’appuie sur la volonté d’enraciner la quatrième dynastie dans le pays, la quête des sources apparaît fondamentale. C’est dans cette perspective qu’est lancée la vaste entreprise de publication des lettres écrites par Napoléon Ier durant sa vie1. Le but est double ; il s’agit à la fois de faire revivre l’épopée napoléonienne et de légitimer l’action de Napoléon III. Le maréchal Vaillant, premier président de la commission chargée de publier cette correspondance exprime bien le souci initial de Napoléon III, lorsqu’il lui écrit dix ans plus tard, en tirant le bilan de son action : « Sire, Votre Majesté voulant élever à la mémoire de Napoléon Ier un monument qui transmit à la postérité les diverses phases de la pensée du Fondateur de sa dynastie, a ordonné la réunion et la publication de la correspondance de son oncle »2.

  • 3 Jacques-Olivier Boudon, La religion à la Cour de Napoléon III. Histoire de la Grande Aumônerie sous (...)
  • 4 AN, F 70/321 à 332.
  • 5 AN, 400 AP 137 à 143.

3C’est bien en effet d’un monument dont il s’agit — le terme est du reste fréquemment utilisé par les divers protagonistes de l’entreprise — un monument de papier qui peut être comparé aux grandes réalisations architecturales du régime, comme on tentera de le montrer après avoir examiné les conditions de sa construction et son architecture générale. Mais la publication des trente-deux volumes de lettres qui s’étale de 1858 à 1869 doit être aussi replacée dans un contexte particulièrement favorable à la publication de sources. J’ai pu montrer ailleurs l’importance qu’avait revêtue la redécouverte et la publication des bulles pontificales fondant l’exemption de la chapelle royale dans le renouveau de la Grande Aumônerie3. Ces bulles sont publiées par Adolphe Tardif, chartiste, qui y joint, dans un second volume, toutes les pièces concernant la fondation de la Grande Aumônerie depuis le Premier Empire. C’est un exemple parmi d’autres qui atteste du souci manifesté par le Second Empire de fonder son pouvoir sur l’écrit, comme s’il lui fallait apporter la preuve de sa légitimité. L’histoire de l’édition de la correspondance de Napoléon Ier dont on va rendre compte a été rendue possible grâce à deux principaux fonds d’archives, qui viennent s’ajouter à la correspondance elle-même. Le premier est le fonds du Ministère d’État4 ; il contient les pièces administratives et financières des deux commissions successivement chargées de l’édition. Le second fonds est constitué par les papiers privés du prince Napoléon, qui fut le président de la seconde commission ; il rassemble une partie des archives de la commission et notamment les copies de lettres non retenues dans la publication5. Mais rappelons pour commencer comment naît ce vaste projet.

LA PREMIÈRE COMMISSION DE LA CORRESPONDANCE

  • 6 Voir Jean Tulard, « La Correspondance de Napoléon Ier », Journal des Savants, 1966, p. 48-56.

4Le projet d’éditer la correspondance de Napoléon Ier remonte à 1854, soit deux ans seulement après la proclamation de l’Empire. Une commission est alors instituée pour préparer le travail. Elle est rattachée au Ministère d’État, alors dirigé par le ministre Achille Fould. Présidée par le maréchal Vaillant, ministre de la Guerre, cette commission comprend douze membres : le baron Charles Dupin, sénateur, qui en est le vice-président, le comte Jérôme-Paul de Champagny, député au Corps législatif, Chasseriau, maître des requêtes au Conseil d’État, le comte de Flahaut, ancien aide de camp de Napoléon, père du duc de Morny et sénateur, Armand Lefebvre, conseiller d’État, Prosper Mérimée, membre de l’Académie française, Perron, chef de section au ministère d’État, le général Aupick, diplomate et sénateur (il est aussi le beau-père de Charles Baudelaire), le comte Boulay de la Meurthe, sénateur, et le général Pelet, également sénateur. Enfin François-Armand de Chabrier, directeur général des Archives de l’Empire, complète l’effectif de la commission6. Parmi ces hommes, quatre avaient servi sous le Premier Empire, à l’image de Vaillant lui-même, de Flahaut, des généraux Aupick et Pelet. Quant à Boulay de la Meurthe et à Champagny, ils descendent de personnages illustres de l’entourage de Napoléon Ier, l’un étant le fils du ministre des Relations extérieures du Premier Empire, l’autre d’un président de section au Conseil d’État. Issus du Sénat ou du Conseil d’État, voire pour l’un d’entre eux du Corps législatif, venus de la diplomatie et de l’armée, hommes de lettres ou professionnels des archives, ils représentent les divers talents jugés nécessaires à la collation d’une correspondance dont l’intérêt principal apparaît d’emblée être d’ordre militaire, administratif et diplomatique.

  • 7 AN, AN F 70/321, décret du 6 novembre 1854.
  • 8 AN, BB 30/522, Boulay de la Meurthe à M. de Laigne, chef de bureau des archives du ministère de la (...)

5Dès 1854, un budget annuel de 100 000 francs est ouvert pour le financement des travaux de collation de la correspondance7. Ce montant est conservé jusqu’en 1857, puis retombe à 50 000 francs, auxquels s’ajoutent des compléments variables selon les années, au moment de la publication. Dans les trois premières années, l’essentiel du budget sert à rémunérer les agents chargés du travail de collecte et de copie. Le premier objectif de la commission fut en effet de recenser les documents. Pour ce faire, un large appel est lancé auprès du public, par l’intermédiaire notamment du Moniteur universel, afin que des particuliers confient les lettres qu’ils auraient pu conserver. Dans le même temps, une circulaire est adressée aux préfets et aux administrations, aux conservateurs des archives et des bibliothèques, aux ambassadeurs. A Paris, les grands dépôts sont partagés entre les membres de la commission et le travail de copie confié à des employés. On voit ainsi le comte Boulay de la Meurthe se rendre dans les archives du ministère de la Justice et réclamer copie des documents qu’il y a trouvés8. Les membres de la Commission se sont en effet partagé les divers dépôts et ont pour mission de superviser le travail de collecte dans chacun d’eux. Le travail avance vite, du moins dans la première phase.

  • 9 AN, F 70/321, Note pour le maréchal Vaillant, 30 mars 1855.
  • 10 Ibid.
  • 11 AN, BB/30/522, Boulay de la Meurthe au ministre de la Justice, 8 janvier 1855.

6Un premier bilan, adressé par le secrétaire de la commission au maréchal Vaillant, en mars 1855, soit après six mois d’exercice, fait état de l’ampleur de la tâche accomplie : 6 500 lettres ont déjà été copiées — 2 000 aux archives de la Guerre, 1 300 aux archives des Affaires étrangères, 750 à la Marine, 300 aux Finances, 1 700 au Bureau central9. Ces dernières lettres, copiées au Bureau par des employés attachés à cette tâche, ont en général été confiées par des particuliers. Dès 1854, des papiers avaient été remis à la Commission par Paul de Champagny, le comte Daru, la baronne de Nougarède, fille de Bigot de Préameneu, ministre des Cultes de Napoléon, par le général de Marois, le comte de la Riboisière, la baronne de Méneval, M. de Fermon, M. Pauthier, neveu du général Dourclot, le duc de Padoue, le prince de Wagram, le comte Roederer, Amédée Thayer, gendre du général Bertrand, ou encore le baron Ernouff, gendre du baron Bignon. « Toutes ces pièces ne sont pas destinées à l’impression, mais il suffit qu’elles proviennent de l’Empereur pour que la commission se fasse un devoir de les recueillir. Elles forment la plus complète et la plus précieuse collection des archives de Sa Majesté », écrit encore le secrétaire de la commission10. Celle-ci constitue ainsi un fonds de documentation considérable. En plus des lettres de Napoléon Ier, elle est naturellement conduite à s’intéresser aux documents qui lui avaient été adressés, tout en sachant qu’elle ne les retiendra pas dans l’édition. C’est ainsi que Boulay de la Meurthe tombe sur les lettres d’Élisa Bacciochi à son frère, demeurées au ministère de la Justice, et demande au nom de sa fille qu’une copie lui en soit fournie11.

  • 12 Voir Jean Tulard, « Thiers, historien de Napoléon », dans Monsieur Thiers d’une République à l’autr (...)
  • 13 Adolphe Thiers, Histoire du Consulat et de l’Empire, Paris, Paulin, 1855, t. 12, XL-710 p. Avertiss (...)

7Parallèlement la commission a fait procéder au catalogage de 1 500 volumes portant sur la période et a fait l’acquisition des plus importants. Elle procède ainsi à une véritable recherche historiographique sur l’époque du Premier Empire. Rappelons que son travail est contemporain de l’achèvement par Adolphe Thiers de son Histoire du Consulat et de l’Empire dont le douzième volume paraît précisément en 1855, après quatre années d’interruption12. Cette publication se poursuit jusqu’en 1862. Cet ouvrage est également un monument. Thiers y a travaillé plus de vingt-cinq ans et les membres de la Commission ne peuvent l’ignorer, ne serait-ce que parce que certaines de ses positions ont donné lieu à polémique. Mais surtout Thiers est l’un des premiers à avoir vu les archives de la période et notamment à avoir lu les lettres de Napoléon. Il s’en vante, en tête du tome douze, publié en 1855, qui pour la première fois comprend une préface13. Le rapprochement entre ces deux entreprises n’est pas fortuit. En effet, des passerelles existent de l’une à l’autre. Ainsi un décret du 30 janvier 1863 nomme Jules Goschler, alors chef de section aux Archives de l’Empire, membre de la commission de la correspondance. Or Goschler fut aussi le « secrétaire de M. Thiers pour l’Histoire du Consulat et de l’Empire », rappelle-t-on à cette occasion, manière de montrer combien l’ouvrage sert de référence.

  • 14 AN, F 70/321, Rapport du secrétaire général du ministère d’État au ministre, 26 février 1859.

8Au fil des ans en effet, le personnel chargé de traiter les documents à publier s’est étoffé. Il est composé de vingt-trois personnes en 1859 : un chef et un sous-chef de bureau, tous les deux chartistes, huit employés et un garçon de bureau forment le bureau central dont le but est de préparer l’édition. En outre cinq employés dépendant des Archives de l’Empire sont chargés de la copie des pièces existant dans cet établissement, et sept employés des bureaux de la Guerre font de même dans ce dépôt14. Ils sont également chargés de vérifier et de rectifier, d’après les documents qui existent, les noms de personnes et de lieux cités dans les lettres à publier. Cet accroissement des effectifs employés conduit parallèlement à une professionnalisation du travail d’édition. La commission se réunit de moins en mois souvent et le taux d’absentéisme y est très élevé. Plusieurs de ses membres initiaux sont en outre décédés, si bien qu’à partir de 1859 l’essentiel du travail est assuré par des professionnels, sous la direction désormais effective du directeur des Archives de l’Empire.

LA PRISE DE CONTRÔLE DE L’ÉDITION PAR LES ARCHIVES DE L’EMPIRE

  • 15 Les Archives de l’Empire ont été rattachées au Ministère d’État par un décret du 14 février 1853. S (...)

9En 1859, en effet, le premier volume des lettres a été publié et le travail de collecte est pour l’essentiel achevé. Reste à éditer les volumes suivants et donc à faire des choix parmi les lettres retenues. La question devient alors politique et la commission jugée peut-être trop indépendante se voit partiellement dessaisie de ses attributions au profit du Ministre d’État qui veille à reprendre le contrôle de la publication. Il s’agit en 1859 d’Achille Fould. C’est à ce ministère qu’est alors rattaché le service des Archives de l’Empire15. Le Ministère d’État se considère donc comme responsable de la publication, ce qu’exprime en termes clairs un rapport du secrétaire général de ce ministère à Fould :

  • 16 AN, F 70/321, Rapport du secrétaire général du ministère d’État au ministre, 26 février 1859.

« L’œuvre de la publication de la Correspondance de l’Empereur va donc entrer dans une phase nouvelle dans laquelle la marche du travail sera plus assurée et plus facile, mais plus délicate. En effet, les documents qui constituent ce que l’on appelle le Cabinet de l’Empereur et la Secrétairerie d’État, présentent plus de quarante mille pièces parmi lesquelles un grand nombre touche aux intérêts les plus élevés de l’État, à la mémoire de l’Empereur ou au nom des familles les plus respectables. Les Archives de l’Empire étant placées dans les attributions du Ministère d’État, il en résulte nécessairement que la responsabilité de Votre Excellence se trouverait engagée jusqu’à un certain point si, en compulsant les pièces, des indiscrétions étaient commises ou si certaines publications venaient à donner lieu soit à des récriminations soit à une polémique intempestive. Dans cette situation, je crois devoir proposer à Votre Excellence de placer désormais la publication de la correspondance sous la direction d’un chef responsable, mais toujours placé sous l’autorité de la commission, et ce chef ne me paraît pouvoir être une autre personne que M. le comte de Laborde, directeur général des Archives de l’Empire. En effet, en raison de ses fonctions, M. le comte de Laborde est déjà responsable non seulement de la conservation des pièces existant aux Archives, mais encore des inconvénients de leur communication ; en lui confiant la direction de la publication de la correspondance, on y trouvera l’avantage d’éviter toute espèce de conflit et de lui laisser entière une responsabilité qui ne saurait être divisée sans devenir illusoire »16.

  • 17 Selon les termes d’une note du ministère d’État, AN, F 70/321.

10Il est donc suggéré que Perron conserve le titre de secrétaire de la commission de la correspondance, mais sans la charge, Laborde exerçant le travail, sous l’autorité théorique du maréchal Vaillant. Le comte Léon de Laborde, qui a pris la direction des Archives de l’Empire en mars 1857, après avoir été conservateur au Louvre, se voit donc associé très directement à la préparation de l’édition de la correspondance. Un arrêté du 3 mars 1859 confirme ces dispositions ; il place le service de la publication de la correspondance de Napoléon Ier sous sa direction, « en maintenant du reste à la Commission nommée par l’Empereur, à Son Excellence Monsieur le Maréchal Vaillant, son président, les mêmes attributions que par le passé et en conservant aussi à M. Perron les fonctions de secrétaire »17. Mais chacun a compris que les fonctions dévolues au maréchal Vaillant et même à Perron sont purement formelles. Le maître d’œuvre de l’édition de la correspondance est désormais le directeur des Archives de l’Empire, ce qui se justifie d’autant plus que l’essentiel des lettres proviennent de ses fonds. Autre signe caractéristique de cette évolution : le « Bureau du secrétariat de la commission chargée de la publication de la Correspondance de Napoléon Ier », devient le « Bureau de la correspondance de l’Empereur Napoléon Ier ». Le lien entre les employés effectuant le travail de préparation et la commission est alors rompu.

  • 18 AN, F 70/321, Laborde au ministre 28 mai 1859.
  • 19 Ibid., Laborde au ministre, 5 mai 1860. Il propose de nommer le duc de Malakoff, le comte Baraguey (...)
  • 20 Ibid., note de Laborde pour le ministre, s.d.
  • 21 Ibid.
  • 22 Françoise Hildesheimer, art. cit., p. 115 et suiv.

11Laborde est donc désormais le maître d’œuvre de la publication. Il s’occupe de tout et multiplie les lettres au ministre afin que soit réformée la commission ; il suggère ainsi en mai 1859 que soient instaurés des jetons de présence pour lutter contre l’absentéisme18, puis en 1860 il demande une refonte de la commission qui pourrait, selon lui, accueillir seize membres ; il fournit même la liste des personnalités auxquelles il a songé19. Il s’occupe aussi de l’envoi des volumes édités. Enfin, il a surtout à veiller au choix des lettres à publier. Laborde a pour ce faire adopté une règle stricte. Il distingue les pièces qui doivent être immédiatement écartées parce que faisant double emploi ou étant jugées sans intérêt, celles qui peuvent être éditées sans examen, celles qui peuvent être copiées mais qui ne seront livrées aux imprimeurs qu’après l’avis de la commission et celles « qui ne doivent être ni copiées ni imprimées et qui sont remises au président de la commission pour être soumises à S. M. l’Empereur »20. Ce dernier propos relativise l’action de la commission et montre qu’en dernier ressort, Napoléon III reste le seul maître de la décision de publier telle ou telle lettre. Le travail d’édition est lui-même accompli avec soin par l’Imprimerie impériale qui fait composer les lettres « dans un atelier spécial par des ouvriers de confiance »21. Mais, sous l’impulsion de Laborde, les Archives de l’Empire ont bel et bien le contrôle de la publication de la correspondance, le lien étant matérialisé en 1864 avec l’installation de la commission à l’hôtel de Soubise. A des raisons d’efficacité s’ajoute le souci de Laborde de faire des Archives un établissement scientifique, prenant lui-même à sa charge la publication de ses ressources. C’est lui aussi qui fait composer les premiers inventaires22.

  • 23 Voir Jacques-Olivier Boudon, « Imprimerie impériale », dans Jean Tulard (dir.), Dictionnaire Napolé (...)
  • 24 AN, F 70/321, Le maréchal Vaillant au prince Napoléon, 12 février 1864.

12L’Imprimerie impériale, à qui est confiée l’édition de la correspondance de Napoléon Ier, renoue pour sa part avec une tradition inaugurée sous le Premier Empire, après que cette institution eut pris un réel essor, s’installant dans l’hôtel de Rohan en 1808 et publiant notamment la Description d’Égypte, mais aussi le procès-verbal du sacre de Napoléon. C’est aussi dès l’Empire qu’avait été relancée la publication des recueils d’historiens de la France23. L’Imprimerie impériale met donc en chantier l’édition de la correspondance, avec pour objectif d’en faire un ensemble somptueux. Les volumes publiés sont de grands in quarto, à la typographie particulièrement soignée. Ils se présentent sous la forme de volumes reliés ou brochés selon la qualité des destinataires, les souverains étrangers, les membres de la famille impériale et les ministres ayant droit à une reliure en maroquin rouge. Au total chaque volume est édité à 1 500 exemplaires dont plus de 900 sont adressés, à titre gratuit, à diverses personnalités ou institutions. C’est cette fabrication qui occupe l’essentiel du budget dans les années 1860. Parallèlement une édition plus populaire a été envisagée. Pour ce faire, un contrat est passé avec l’éditeur Plon qui s’engage à publier la correspondance sous la forme de volumes in octavo, qui sont eux commercialisés auprès des particuliers24.

13La publication a commencé en 1858 avec la parution du premier volume de lettres, qui en comprend 1 018. Il est précédé d’un rapport à l’Empereur sur les orientations qu’a suivies la commission. Ce premier tome débute par une lettre datant du siège de Toulon en 1793. Conformément aux intentions affichées dans l’introduction, la commission a donc écarté toutes les lettres de jeunesse, celles qui appartiennent selon elle au domaine privé. L’intention est claire : Napoléon naît au siège de Toulon. Ce dernier est en effet considéré par la légende comme le premier fait d’armes fondateur de l’épopée ; Bonaparte y fait alors face aux Anglais. Ce volume fait donc une large place à la naissance du héros, de Toulon jusqu’à la première campagne d’Italie, en passant par la répression de la révolte royaliste de vendémiaire. A la fin de ce premier tome est, du reste, reproduit en fac-similé le rapport de Bonaparte sur le 13 vendémiaire. Ainsi est mis en exergue l’autre grand fait d’armes du futur empereur. Puis la publication se poursuit à raison de deux volumes en 1859, trois volumes par an de 1860 à 1862. Deux seulement paraissent en 1863, les tomes 13 et 14, deux à nouveau en 1864, les volumes 15 et 16. Mais dans l’intervalle, un profond changement est intervenu dans l’organisation du travail d’édition, avec la formation d’une seconde commission. Ces changements se traduisent également sur le plan éditorial.

LA CRÉATION DE LA SECONDE COMMISSION

14Les plaintes adressées à Napoléon III sur les dysfonctionnements de la commission de la correspondance et sur les lenteurs de la publication poussent l’Empereur à la réformer. Il décide donc en novembre 1863 de dissoudre la commission qui avait été formée en 1854 et écrit alors à son président : « Remerciez de ma part les membres de la commission, en leur disant que, si je mets un terme à leurs travaux, c’est pour chercher un moyen de rendre la publication plus prompte et basée sur un nouveau plan ». Avec le volume 15 qui est achevé, même s’il n’est pas encore publié, la correspondance a été conduite jusqu’à la conclusion de la paix de Tilsitt en 1807. A partir de cette date s’ouvre une nouvelle phase dans l’histoire du Premier Empire, avec le développement de l’Europe napoléonienne, mais aussi le durcissement des guerres et le début de crises graves, tant en Espagne qu’avec le Saint-Siège, sans parler ensuite des affaires de Russie. Napoléon III est donc conscient de l’enjeu politique que représente cette publication et entend en contrôler d’un peu plus près encore la mise en œuvre.

  • 25 Mérimée à Panizzi, 24 mars 1864, « On m’a fait demander si je voulais être de la seconde commission (...)

15C’est dans cette perspective qu’une nouvelle commission est mise sur pied. La présidence en est confiée au prince Napoléon, le fils de Jérôme, dernier frère de Napoléon mort en 1860 et qui a donc vu paraître les premiers volumes. Le prince Napoléon est réputé pour son anticléricalisme et son peu de sympathie pour l’impératrice. Mais en même temps, il offre une garantie dynastique ; il est lui aussi un neveu de Napoléon Ier. La commission est également profondément remaniée. Laborde continue à en être l’une des pièces maîtresses, en sa qualité de Directeur général des Archives de l’Empire. Et si elle continue à bénéficier des services de Rapetti, en revanche tous les autres membres de la première commission ont disparu. La commission est du reste plus restreinte ; elle comprend le comte Walewski, membre du conseil privé et surtout fils naturel de Napoléon, Amédée Thierry, sénateur depuis 1860, frère de l’historien Augustin Thierry et spécialiste de la Gaule, le colonel Favé, aide de camp de Napoléon III, et enfin l’écrivain Sainte-Beuve, membre de l’Académie française que le prince Napoléon a imposé à son cousin. Lui aussi réputé pour son anticléricalisme, il entre un an plus tard au Sénat. En revanche Mérimée refuse de siéger dans cette nouvelle commission. Il est vrai qu’ami de longue date d’Eugénie, il n’appréciait guère le prince Napoléon25.

  • 26 AN, F 70/321, le Prince Napoléon au ministre de la Maison de l’Empereur, 20 avril 1864.
  • 27 AN, AN 400 AP 137 (archives prince Napoléon) Papiers de la commission, Papiers de jeunesse de Bonap (...)

16A la différence du maréchal Vaillant, devenu entre temps ministre de la Maison de l’Empereur, le prince Napoléon s’occupe personnellement de l’affaire de l’édition. Il se fait remettre les papiers de la précédente commission, renégocie avec l’Imprimerie impériale le contrat d’édition pour obtenir des prix plus avantageux et revoit le plan de l’ensemble26. D’abord il réexamine les lettres qui n’ont pas été publiées, par exemple les lettres de jeunesse de Napoléon. Sur l’une d’entre elles, datant de l’époque du collège de Brienne, et dans laquelle Napoléon racontait l’arrivée de son jeune frère Lucien, le prince Napoléon a ajouté en marge : « authentique, remarquable, mais de caractère intime. L’ancienne commission l’a rejetée. Écrite à 15 ans »27. Mais pour autant il n’envisage pas de publier des compléments. En revanche, à la différence de la précédente commission, il se dit prêt à publier des lettres à caractère privé.

17Dès le volume 16, les changements sont sensibles. Le prince Napoléon avait regretté que les tomes précédents soient difficiles à utiliser, puisqu’il ne comportait qu’une table chronologique des lettres avec l’indication de leur destinataire. Désormais tous les volumes comprennent un index, rendant plus commode le repérage des missives. De même l’origine de celles-ci est indiquée. Mais l’essentiel des changements tient sans doute dans la politique de publication qui est suivie. Beaucoup plus systématiquement que la précédente commission, la seconde écarte des lettres ou en censure certains passages. Certes, on peut arguer de l’abondance croissante de la correspondance de Napoléon au fil des ans, et du souci d’achever rapidement l’édition. En principe tout doit être bouclé en quatre ans, il faudra en fait une année supplémentaire. Mais la raison principale de ces choix est d’ordre politique. Le régime entend passer sous silence quelques-uns des aspects du Premier Empire. C’est particulièrement vrai en matière de police, de censure de la presse — bien des lettres envoyées à Fouché sur ce thème sont écartées — ou encore dans les rapports à l’intérieur de la famille Bonaparte, enfin sur les questions religieuses. Il est inutile de multiplier les exemples. Mais l’on sait bien que le prince Jérôme procéda à des coupes dans les lettres de Napoléon adressées à son père, dont l’attitude a donné lieu parfois à de vertes remontrances que le fils du roi Jérôme ne juge pas nécessaire de faire connaître au public.

  • 28 Sur cette correspondance, voir Jacques-Olivier Boudon (présentation et annotation), « Lettres de Na (...)
  • 29 Elles sont publiées en cinq volumes, chez Calmann-Lévy, en 1870.
  • 30 Sur cette affaire, voir Eugène Welvert, « La querelle du Prince Napoléon et du comte d’Haussonville (...)
  • 31 Voir Jacques-Olivier Boudon (présentation et annotation), « Lettres de Napoléon à Bigot de Préamene (...)
  • 32 Ibid. p. 89. En 1905, Eugène Welvert, art. cit., ignorait apparemment l’origine de ces lettres cons (...)

18Mais c’est peut-être dans le domaine des questions religieuses que le choix des coupes est le plus intéressant. La commission disposait pourtant de pièces suffisantes puisque aux minutes des lettres adressées par Napoléon, notamment au ministre des Cultes, Bigot de Préameneu, contenues dans la série AF IV, s’ajoutaient les originaux de ces mêmes lettres que la fille du ministre des Cultes, la baronne Nougarède de Fayet, avait confiées à la commission dès 185528. Sur 148 lettres qu’elle avait prêtées, 62 seulement ont été retenues par la commission. Or ont été écartées les lettres contenant les jugements les plus sévères à l’égard du clergé et du pape. En la matière, l’anticléricalisme du prince Napoléon a fait place au souci diplomatique de ne pas rappeler les tensions qui ont marqué les relations entre Napoléon et le Pape à la fin du Premier Empire, à l’heure où Napoléon III est lui-même confronté à la question romaine. Mais les lecteurs intéressés purent prendre connaissance de certaines de ces pièces dans les articles publiés à la même époque par le comte d’Haussonville qui fait paraître, de 1865 à 1869, dans la Revue des Deux Mondes, ses études sur « l’Église romaine et le Premier Empire »29. Cette publication provoque l’irritation du prince Napoléon qui soupçonne Laborde d’avoir favorisé des fuites, ce qui conduit en 1868 à sa mise à l’écart ; il est, en effet, remplacé à la direction des Archives nationales par Maury30. En fait, la plupart des pièces publiées par le comte d’Haussonville provenaient, non des archives de la Secrétairerie d’État, mais des archives du ministère des Affaires étrangères, voire du Conseil d’État où il avait pris connaissance des papiers légués à cette institution par la fille de Bigot de Préameneu. C’est dans ce fonds que le comte d’Haussonville trouve, par exemple, une lettre du 13 février 1810, dans laquelle Napoléon demande à son ministre d’analyser les pièces trouvées dans « le secrétaire même du pape »31, ou encore une lettre du 31 décembre 1810 dans laquelle Napoléon s’en prenait à la « mauvaise foi du pape »32. Ainsi, dès l’époque de la publication de la Correspondance générale, les lacunes qu’elle présentait apparurent au grand jour.

L’EXALTATION DE L’EMPIRE

19Le travail de publication est donc loin d’être exhaustif. Au total, les deux commissions ont publié un peu plus de 22 000 lettres, mais le nombre de lettres contenues dans les seules archives publiques était estimé à 65 000 dès 1858, sans compter les dépôts aux mains de particuliers. C’est dire que seul un tiers des lettres a été retenu. A la fois travail considérable dans ses ambitions, la publication de cette correspondance reste avant tout guidée par des considérations idéologiques. Elle vise à magnifier l’action de Napoléon Ier et met donc presque naturellement l’accent sur les questions militaires et diplomatiques. C’est d’abord le chef de guerre triomphant qui doit apparaître, même s’il faut remarquer que les échecs de la fin du règne ne sont pas tus. Mais les lettres annonçant les victoires, souvent doublées de la reproduction des Bulletins de la Grande Armée qui pourtant n’appartiennent pas au genre épistolaire, contribuent à majorer cet aspect. C’est aussi une certaine vision de l’État qui s’impose, celle d’un État centralisé qui s’incarne dans la personne de Napoléon.

  • 33 Rapport de la Commission à l’Empereur, 20 janvier 1858, Correspondance de Napoléon Ier publiée par (...)
  • 34 Ibid.
  • 35 AN, F 70/321, le contrat avec Firmin Didot et Hector Bossange pour la réédition des mémoires de Nap (...)
  • 36 AN, F 70/327 à 330, dossiers des concessionnaires, classés par ordre alphabétique.
  • 37 AN, F 70/331, Note de Laborde au ministre, 15 mars 1863.

20Mais il faut aussi mesurer la volonté de montrer l’homme vrai, derrière le génie, comme si transparaissait chez Napoléon III le souci d’empêcher le mythe de dévorer le personnage historique. C’est ce qu’exprimait le maréchal Vaillant dès 1858 : « Auguste mit César au nombre des dieux et lui dédia un temple : le temple a disparu, les Commentaires sont restés. Votre Majesté, voulant élever au chef de sa dynastie un monument impérissable, nous a ordonné de recueillir et de publier la Correspondance politique, militaire et administrative de l’Empereur Napoléon Ier. Elle a compris que le plus éclatant hommage à rendre à ce génie incomparable était de le montrer tout entier »33. Si l’œuvre accomplie est colossale, elle ne s’est pas effectuée sans travail. Et le but de la commission est bien de permettre « d’assister pour ainsi dire à l’enfantement de ses projets, au travail incessant de son esprit »34. La Correspondance permet aussi de montrer l’homme de lettres, au double sens du terme. Elle est du reste suivie des Œuvres de Sainte-Hélène, déjà publiées, qui occupent les volumes 29 à 3235. Enfin, l’intérêt de cette publication est aussi de faire apparaître les collaborateurs de Napoléon, qui sont ses premiers correspondants. Frères, ministres, généraux, ou préfets voient ainsi leur action reconnue, même si certains subissent quelques volées de bois vert. Leurs descendants se trouvent aussi associés à cette reconnaissance d’une œuvre collective, ce qui contribue à souder un peu plus une élite autour du régime. Le choix des destinataires des volumes répond à un but similaire. Ministres, sénateurs, députés et conseillers d’État sont les principaux récipiendaires de ces volumes destinés à façonner leur action, en leur fixant quelques règles de vie. La liste des personnalités retenues pour recevoir les volumes dessine également une société bonapartiste sur laquelle le régime entend s’appuyer et s’enraciner36. Le tirage des volumes de la correspondance effectué par l’Imprimerie impériale s’établit, en effet, à 1 500 exemplaires, sans compter l’édition populaire. Près de 950 sont distribués à diverses personnalités, à titre gratuit, mais le stock restant important, le gouvernement décide d’en envoyer une centaine à des bibliothèques françaises et étrangères, contribuant ainsi un peu plus à la diffusion de la légende napoléonienne37. Enfin, à travers l’édition populaire, c’est à l’ensemble de la nation que s’adresse la Correspondance dont la publication cherche à montrer comme les preuves de la grandeur de la France. C’est la forme éditoriale de l’appel au peuple, du contact direct entre le régime et la nation.

  • 38 Voir Jean Tulard, « La Correspondance de Napoléon Ier », art. cit.
  • 39 La Fondation Napoléon a toutefois lancé le projet en 2001 d’une refonte de la Correspondance de Nap (...)

21Le but de Napoléon III en lançant l’édition de la Correspondance de Napoléon Ier n’était pas de parvenir à l’exhaustivité, même si un repérage assez complet des lettres a été effectué. Son objectif était bel et bien de magnifier l’œuvre du Premier Empire, mais aussi de montrer les éléments de continuité d’un règne à l’autre. Pour ce faire, le recours aux Archives est apparu essentiel. Aux yeux de Napoléon III, la France moderne se construit dès l’époque du Consulat. Il s’en proclame l’héritier et le continuateur, quitte du reste à prendre de plus en plus de distances à l’égard du Premier Empire au fur et à mesure que le régime s’enracine. Mais le projet de l’édition appartient à la phase initiale du Second Empire, au moment où Napoléon III a besoin de fonder sa légitimité sur le socle impérial. Rappelons qu’au moment où paraissent les premiers volumes est achevé le tombeau de Napoléon aux Invalides. Par ailleurs, la publication de la Correspondance se termine pour le centenaire de la naissance de Napoléon. Dans des registres différents, les deux monuments à la gloire de Napoléon Ier vont imposer par la suite une certaine lecture de l’histoire du Premier Empire. Certes, des critiques ont été émises, dès la IIIe République, à l’égard de la correspondance, de nombreux volumes de compléments ont été édités38. Mais seul demeure jusqu’à ce jour l’ensemble construit sous le Second Empire. De ce point de vue, Napoléon III et les deux commissions qui se sont succédé sont parvenus à leurs fins. Et malgré les nombreux projets d’édition scientifique de cette volumineuse correspondance, estimée aujourd’hui à 70 000 lettres, aucun n’a encore vu le jour39.

Annexes

ANNEXE

Liste des récipiendaires de la Correspondance de Napoléon Ier, au mois d’avril 186040

Reliés

Brochés

Empereur et Impératrice

2

Membres de la famille impériale

20

1

Souverains étrangers

27

Membres du corps diplomatique

17

Membre de la conférence de Paris

6

Ministres

6

1

Grands officiers et officiers de la couronne

39

Personnes qui ont demandé un exemplaire

12

Membres du Sénat

3

145

Membres du Corps législatif

1

240

Membres du Conseil d’État

1

64

Membres de la Commission

11

Personnes qui ont communiqué des documents

3

59

Personnes qui ont aidé la commission

1

13

Directeurs généraux des ministères

33

Bibliothèques des palais impériaux

7

Bibliothèques publiques de Paris

14

Bibliothèques des écoles

6

Archives et bibliothèques des ministères

10

Bibliothèques du ministère de la Guerre

42

Bibliothèques des chefs-lieux de départements

85

Bibliothèques des autres villes importantes

33

Bibliothèques des cours impériales

27

Liste des héritiers

3

3

Total

78

857

Notes

1 Correspondance de Napoléon Ier publiée par ordre de l’empereur Napoléon III, Paris, Imprimerie impériale, 32 tomes, 1858-1869.

2 AN, F 70/321, Rapport du ministre de la Maison de l’Empereur à l’Empereur, janvier 1864.

3 Jacques-Olivier Boudon, La religion à la Cour de Napoléon III. Histoire de la Grande Aumônerie sous le Second Empire, mémoire pour l’habilitation à diriger des recherches, Université de Paris IV, 1997, dactyl., 250 p. (à paraître).

4 AN, F 70/321 à 332.

5 AN, 400 AP 137 à 143.

6 Voir Jean Tulard, « La Correspondance de Napoléon Ier », Journal des Savants, 1966, p. 48-56.

7 AN, AN F 70/321, décret du 6 novembre 1854.

8 AN, BB 30/522, Boulay de la Meurthe à M. de Laigne, chef de bureau des archives du ministère de la Justice, 19 octobre 1854.

9 AN, F 70/321, Note pour le maréchal Vaillant, 30 mars 1855.

10 Ibid.

11 AN, BB/30/522, Boulay de la Meurthe au ministre de la Justice, 8 janvier 1855.

12 Voir Jean Tulard, « Thiers, historien de Napoléon », dans Monsieur Thiers d’une République à l’autre, Paris, Publisud, 1998, 165 p., p. 95-98, et Jacques-Olivier Boudon, « Les grands historiens. Adolphe Thiers (1797-1877) », dans Napoléon Ier. Magazine du Consulat et de l’Empire, n° 9, juillet-août 2001, p. 58-59.

13 Adolphe Thiers, Histoire du Consulat et de l’Empire, Paris, Paulin, 1855, t. 12, XL-710 p. Avertissement de l’auteur, p. II, « C’est sous l’empire de ces scrupules que j’ai lu, relu, et annoté de ma main les innombrables pièces contenues dans les archives de l’État, les trente mille lettres composant la correspondance personnelle de Napoléon, les lettres non moins nombreuses de ses ministres, de ses généraux, de ses aides de camp, et même des agents de sa police, enfin la plupart des mémoires manuscrits conservés dans le sein des familles ».

14 AN, F 70/321, Rapport du secrétaire général du ministère d’État au ministre, 26 février 1859.

15 Les Archives de l’Empire ont été rattachées au Ministère d’État par un décret du 14 février 1853. Sur l’organisation de ce service, voir Françoise Hildesheimer, « Les Archives nationales au XIXe siècle. Établissement administratif ou scientifique ? », Histoire et Archives, n° 1, janvier-juin 1997, p. 106-135.

16 AN, F 70/321, Rapport du secrétaire général du ministère d’État au ministre, 26 février 1859.

17 Selon les termes d’une note du ministère d’État, AN, F 70/321.

18 AN, F 70/321, Laborde au ministre 28 mai 1859.

19 Ibid., Laborde au ministre, 5 mai 1860. Il propose de nommer le duc de Malakoff, le comte Baraguey d’Hilliers, le Maréchal Niel, Troplong, président du Sénat, le baron de Bourgoing, le comte Colonna Walewsky, le baron de Crouseilhes, Lebrun, Amédée Thayer, le comte de Morny, Parieu, vice-président du Conseil d’État, le Général Allard, Boulatignier, le vicomte de la Guéronnière, Sainte-Beuve et Nisard, de l’Académie française.

20 Ibid., note de Laborde pour le ministre, s.d.

21 Ibid.

22 Françoise Hildesheimer, art. cit., p. 115 et suiv.

23 Voir Jacques-Olivier Boudon, « Imprimerie impériale », dans Jean Tulard (dir.), Dictionnaire Napoléon, Paris, Fayard, rééd., 1999, 2 tomes, t. 2, p. 16.

24 AN, F 70/321, Le maréchal Vaillant au prince Napoléon, 12 février 1864.

25 Mérimée à Panizzi, 24 mars 1864, « On m’a fait demander si je voulais être de la seconde commission présidée par le prince. J’ai remercié ; c’était déjà assez désagréable avec le maréchal : ce doit être encore pis avec un prince. En outre, il est probable que la besogne que fera cette seconde commission sera fort suspecte et je ne me soucie pas d’en partager la responsabilité », citée par Jean Tulard, « La Correspondance de Napoléon Ier », art. cit., p. 49, note 3.

26 AN, F 70/321, le Prince Napoléon au ministre de la Maison de l’Empereur, 20 avril 1864.

27 AN, AN 400 AP 137 (archives prince Napoléon) Papiers de la commission, Papiers de jeunesse de Bonaparte, Lettre de Bonaparte à son oncle, Brienne, 5 juillet 1784.

28 Sur cette correspondance, voir Jacques-Olivier Boudon (présentation et annotation), « Lettres de Napoléon à Bigot de Préameneu (1799-1815) », dans Éléments d’étude sur le Conseil d’État napoléonien, Paris, Fondation Napoléon/Conseil d’État/Éditions Lamy, 2000, 160 p., p. 55-125.

29 Elles sont publiées en cinq volumes, chez Calmann-Lévy, en 1870.

30 Sur cette affaire, voir Eugène Welvert, « La querelle du Prince Napoléon et du comte d’Haussonville », extrait de la Correspondance historique et archéologique, année 1905, Saint-Denis, Imp. H. Bouillant, 1905, 31 p.

31 Voir Jacques-Olivier Boudon (présentation et annotation), « Lettres de Napoléon à Bigot de Préameneu (1799-1815) », op. cit., p. 75.

32 Ibid. p. 89. En 1905, Eugène Welvert, art. cit., ignorait apparemment l’origine de ces lettres conservées au Conseil d’État.

33 Rapport de la Commission à l’Empereur, 20 janvier 1858, Correspondance de Napoléon Ier publiée par ordre de l’empereur Napoléon III, Paris, Imprimerie impériale, t. 1, 1858, p. IX.

34 Ibid.

35 AN, F 70/321, le contrat avec Firmin Didot et Hector Bossange pour la réédition des mémoires de Napoléon, dont ils possèdent les droits, est signé le 30 mars 1869.

36 AN, F 70/327 à 330, dossiers des concessionnaires, classés par ordre alphabétique.

37 AN, F 70/331, Note de Laborde au ministre, 15 mars 1863.

38 Voir Jean Tulard, « La Correspondance de Napoléon Ier », art. cit.

39 La Fondation Napoléon a toutefois lancé le projet en 2001 d’une refonte de la Correspondance de Napoléon, destinée à prendre place sur le site napoleonica.org.

40 AN, F 70/331.

Auteur

Professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Rouen.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540