Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Archives et nations dans l’Europe du XIXe siècle

 | 
Bruno Delmas
, 
Christine Nougaret

Les documents au service de la Nation

Les grandes entreprises européennes d’édition de sources historiques des années 1810 aux années 1860

The great source publications

Olivier Guyotjeannin

Résumé

En un demi-siècle, de la fin des années 1810 à la fin des années 1860, une large part de l’Europe voit fleurir de monumentales collections de sources historiques, proposées aux politiques et aux lecteurs éclairés. Associées de façon transparente au sanctus amor patriae, à la recherche parallèle de la « tradition » [orale], quand ce n’est à la (re)naissance de langues « nationales » (norvégien, hongrois, serbo-croate...), elles dessinent une géographie érudite assez simple, dévoilent d’évidentes filiations dans leurs objectifs, leurs méthodes, leurs formats et leurs titres. Elles poussent pourtant sur des terrains trop divers pour se laisser enfermer dans une typologie simple, même si l’on résiste à la tentation de jauger quantités et réussites. La place accordée, par conviction ou par nécessité, au document d’archives n’y est pas sans ambiguïté — l’accord unanime se faisant en fin de période sur la collecte aux Archives vaticanes. Le champ et l’appétit aussi varient selon que les Lumières ont ou non déjà offert des « Historiens ». Partout l’espace est manipulé et le temps tordu, mais l’on y met une passion variée : zélée mais paisible presque à Paris, Londres et Turin, où la monarchie se contente de la posture d’amie des belles-lettres ; ardente en Allemagne, à Pest et Zagreb ; enflammée à Bruxelles, où les éditeurs, partis en quête de « Nos ancêtres les Ménapiens » (1860), sont en charge de la création rétrospective d’une patrie.

In the half century from just before 1820 until the end of the 1860s, much of Europe saw the development of huge published collections of historical sources compiled for the benefit of politicians and educated readers. These were openly linked to the sanctus amor patriae, and to research into [oral] “tradition” and into the (re)birth of “national” languages (Norwegian, Hungarian, Serbo-Croat...). They thus have fairly straightforward scholarly characteristics, and are clearly allied to each other by their objectives, their methods, their formats and their titles. However they have grown in fields too diverse for them to be grouped together in a single classification, even if one can resist the temptation to compare quality and success. The role given, whether by conviction or by necessity, to an archival document was not without ambiguity, agreement being reached only at the end of the period on the gathering of records held in the Vatican Archives. Scope and enthusiasm vary depending on whether the Enlightenment had or had not produced “historians”. In all cases, place is manipulated and time twisted, though the energy applied to projects varied: vigorous but almost calm in Paris, London and Turin where the monarchy was satisfied to be seen simply as the friend of literature; enthusiastic in Germany and at Pest and Zagreb; hot-headed at Brussels where publishers, in search of “Our ancestors the Menapii” (1860), embarked on the retrospective creation of a home land.

Texte intégral

1« Depuis quinze ans ou environ, l’étude des sources historiques a repris une activité nouvelle. Des hommes d’un esprit clairvoyant, d’une science rare, d’une constance laborieuse, ont pénétré, les uns dans le vaste dépôt des Archives du royaume, les autres dans les collections de manuscrits de la Bibliothèque royale ; quelques-uns ont poussé leurs recherches jusque dans les bibliothèques et archives des départements. »

  • 1 Éd. Xavier Charmes, Le Comité des travaux historiques et scientifiques (histoire et documents), Pa (...)

2Quand il adresse au roi des Français son célèbre rapport du 31 décembre 1833, prélude à la création du futur Comité des travaux historiques et scientifiques, Guizot décrit une activité presque universelle à l’échelle de l’Europe1. Passionnée, la recherche de sources inédites, autorisant l’accès immédiat à un passé trop défunt pour ne pouvoir être ressuscité, suscite partout une masse inégalée de publications, où l’on se flatte parfois de tout embrasser, au risque de l’inachèvement ; où, plus souvent, profusion rime avec confusion, et plus souvent encore avec exaltation.

  • 2 Expression reprise à l’introduction mise par le lieutenant général Pelet à l’édition des Mémoires (...)
  • 3 Trente et un volumes paraissent sous la nom de la Société, à Douglas, de 1859 à 1882.

3Car en un gros demi-siècle, de la fin des années 1810 à la fin des années 1860 — les décennies du dilettantisme au regard de la génération qui suivra —, autour des Romantiques et des premiers séminaires d’enseignement et de recherche, depuis les premiers efforts coordonnés en Allemagne jusqu’aux premiers effets de l’assouplissement des politiques austro-hongroises, l’Europe a vu fleurir de monumentales collections de sources écrites, non pas seulement proposées aux historiens et aux « écoles », mais visant aussi à instruire l’homme de bien, quand ce n’est « toutes les classes »2, à former le citoyen et à éclairer le politique, à gagner à la Nation une légitimité sur la scène internationale, quand ce n’est à soutenir les efforts du diplomate. De la Manx Society qui commence en 1859 la publication d’une collection illustrant un millénaire d’autonomie de l’île de Man3, jusqu’à la Commission archéographique de Saint-Petersbourg et aux autorités impériales des « provinces occidentales » qui multiplient les collections d’actes et de chroniques illustrant l’éternelle histoire d’une Grande Russie prolongée jusqu’à la Lituanie et à la Pologne : il est peu d’États, peu de Nations qui ne veuillent alors planter une forêt d’éditions aux côtés des Panthéons, Théâtres, Palais de la mémoire et Palais du livre dont ils se dotent au même moment, et dans lesquels leurs frontières historiques seront reconnues, leur génie dévoilé, leur langue attestée.

  • 4 Documents concernant l’histoire de la Transylvanie, de la Moldavie et de la Valachie, 6 vol. parus (...)

4Les royaumes aux vieilles traditions et aux jeunes énergies sont rares à ne pas consentir d’efforts, ni même souvent à donner le ton : le grand bond en avant britannique ou français ne doit pas masquer la vitalité ibérique ou Scandinave. Les jeunes États s’empressent d’instituer une grande collection nationale fédératrice : on voit naître en 1836 une Collection de chroniques belges inédites et de documents inédits relatifs à l’histoire d’une Belgique qui n’a que six ans, mais où, il est vrai, la maison d’Orange a déjà été taraudée par la création d’une histoire nationale ; comme, en 1876, des Documente privitóre la istoria Românilor, cinq ans avant la naissance officielle d’une Roumanie vraiment indépendante aux yeux de l’étranger, et qui poussent le souci de ro(u)manisation jusqu’à donner une traduction latine des documents slaves ; ou encore, en 1887, une très nationale collection des Fonti per la storia d’Italia, préparée par d’autres corpus... Et de les augmenter ou dédoubler quand eux-mêmes repoussent leurs frontières, comme le fera, en 1929, la Roumanie pour une Transylvanie arrachée sept ans plus tôt aux Hongrois4. Les Nations en mal d’unité, ou de reconnaissance, sont plus ferventes encore, à condition d’avoir un peu d’espace politique et quelques élites, voire quelque université, à investir dans des recueils qui contribuent, avec et derrière les Chants héroïques et populaires, avec et derrière la langue préservée au fond du fjord ou dans les hautes vallées, à la construction d’une mémoire, à la revendication d’une légitimité historique.

5Les résultats, comme de juste, ne sont pas toujours à la hauteur de titres ambitieux, qui à eux seuls font programme et révèlent, parfois involontairement, influences et pesanteurs. Les terrains parcourus sont plus divers encore : tentatives cyclopéennes pour saisir tout ce qui s’est écrit sur le sol de la patrie, hâtives compilations de miscellanées et de notes de voyages, longues galeries grouillant de chroniqueurs et de mémorialistes. Les acteurs, les instigateurs, les financements sont autant variés. Il n’en reste pas moins l’image d’une puissante lame de fond.

6Ni l’activité, pourtant, ni l’ambition ne sont nouvelles. Le siècle des Lumières a déjà lancé quelques grandes entreprises, qui viennent à maturité aux années 1750-1770. Le royaume de France (Recueil des historiens des Gaules et de la France), mais aussi l’Italie non unifiée (Rerum italicarum scriptores), la Bohême, le Danemark, l’Autriche, la Hongrie, la Lusace... ont alors leurs grands ou moins grands Recueils d’historiens..., Rerum... scriptores, et une dizaine au moins de collections portent déjà le titre de Monumenta historica, avant la fondation en 1819 des Monumenta Germaniae historica, qui seront bientôt le creuset de la science allemande et rayonneront au loin, jusque dans l’usage de sigles à peine distincts de ceux des « M.G.H. » pour désigner la grande collection « nationale » de référence, « M.P.H. » en Pologne, « M.H.H. » en Hongrie...

  • 5 Peter Georgisch, Regesta chronologico-diplomatica in quibus recensentur omnis generis monumenta pu (...)
  • 6 Antoine Perrin, Collection universelle des mémoires particuliers relatifs à l’histoire de France, (...)

7Œuvres de laborieux ecclésiastiques, de doctes jurisconsultes ou de nobles éclairés, les recueils du XVIIIe siècle sont moins fiévreux, plus compassés, ou franchement tristes ; ils mettent des perruques aux guerriers barbares et n’ont pas épousé la philologie ; ils découpent les chroniques en menues rondelles, ou alors négligent les actes. Ils n’en dressent pas moins des bases qui entravent ou favorisent, mais toujours conditionnent, les entreprises du siècle suivant. Mieux dégagés des bella diplomatica mineurs ou du service stipendié qui enchaînaient leurs prédécesseurs, ils renforcent la croyance en la scientificité du traitement des sources, et tracent nombre des sentiers que, volens nolens, le siècle suivant élargira : la mise en corpus des monuments de législation, laboratoire de l’ecdotique ; la prise en compte de la richesse informative de la littérature hagiographique ou épistolaire ; la « bibliographie » des actes édités, insaisissables déjà, dans leur éparpillement, aux forces individuelles5 ; l’exploitation plus commerciale des sources plus faciles, correspondances, mémoires et chroniques, où l’inédit et l’authentique sont parfois simples appeaux, quand les austères in-folio lassent le public, même très éclairé6...

  • 7 On retrouve ici, en un domaine mineur, l’un des deux grands thèmes développés dans le beau livre d (...)

8Et, surtout, les éditeurs du second XVIIIe siècle, à leur échelle, préparent, obscurément, les bases d’une histoire nationale, en même temps qu’ils consolident un État ou flattent une dynastie, toujours un peu réticents à les subventionner, toujours empressés à occuper le devant des préfaces7. Ils ont transmis au XIXe siècle le goût de l’archive et jusqu’au topos du parchemin qui se détruit et de l’écriture qui s’efface sous nos yeux — avant que la métaphore ne soit déplacée vers la découverte archéologique dans une célèbre séquence fellinienne.

  • 8 Thomas Brechenmacher, « Julius Ficker: ein deutscher Historiker in Tirol », dans Nationalismus und (...)

9Il ne faut pas oublier non plus, pour revenir au XIXe siècle, que les monuments nationaux ne sont pas seuls. Très vite, et souvent par imitation, se pressent les monuments de l’histoire des provinces, des villes, des universités, des ordres religieux, des conquêtes coloniales... Dans l’Europe centrale, le monument provincial de l’un peut être monument national de l’autre : Silésie, Petite-Pologne, Lituanie... sont, selon les cas et parfois à tour de rôle, un enjeu provincial (édition promue par un groupe de savants colonisateurs, prussiens, autrichiens ou russes) ou le support d’une ébauche de rêve patriotique — et parfois, bien en deçà de l’apparence des titres, des langues, des découpages choisis, le lieu de contact de cultures et d’échanges intellectuels, l’occasion d’apprentissages historiens, avant les raidissements nationalistes de la fin du XIXe siècle, comme cela a été récemment et remarquablement montré pour le Sud-Tyrol, autour de l’œuvre de Julius Ficker8.

10Il reste, s’il faut une preuve de l’importance du mouvement de publication de sources « nationales » au premier XIXe siècle, que les choix, tantôt délibérés, tantôt contingents, qui furent faits alors conditionnent encore aujourd’hui très largement la distribution des efforts et des entreprises. Médiévistes, modernistes pour une part aussi, continuent de se mouvoir, en consultant les sources imprimées, en en publiant à leur tour, dans un paysage séculaire — où, assez vite, des traditions se sont créées, dans un pays, dans la sensibilité même d’une collection, dans la répartition de la matière. Exemple le plus fameux chez les médiévistes, c’est la géo-politique du XIXe siècle qui gouverne la distribution des entreprises de publication des diplômes mérovingiens et carolingiens : descendants de Clovis enrôlés, pour être des Germains, dans les Monumenta Germaniae historica qui ailleurs font les yeux doux aux Longobards et aux Flamands ; Charles le Chauve et ses successeurs de Francia occidentalis abandonnés aux Français (avec menace de les éditer quand même si l’on tarde trop à Paris) pour n’avoir plus régné que sur l’Ouest ; Guy, Fambert et autres Bérenger revendiqués comme « rois nationaux » par des savants italiens rechignant à voir en eux les simples rejetons d’une internationale aristocratique en mal d’installation...

11Les initiatives du XIXe siècle pèsent aussi d’un autre poids en ce qu’elles continuent à susciter des émules, où le titre déjà légitime l’entreprise. Un fil continu mène des Monumenta historica Boemiae du père Célase Dobner (Prague, 1764-1785) et des Monumenta Germaniae historica jusqu’aux Monumenta Ucrainae historica qui commencent à paraître en 1964 et aux Monumenta historica Instituti historiae Comiteti scientiarum Reipublicae populi mongoli qui voient le jour à Ulan-Bator à compter de 1958.

  • 9 Sur les M.G.H., Harry Bresslau, Geschichte der Monumenta Germaniae historica im Auftrage ihrer Zen (...)
  • 10 A ma connaissance, l’exposé général le mieux informé est celui de Raoul C. Van Caenegem, avec la c (...)
  • 11 On regrette tout particulièrement que les actes du colloque dirigé par Robert-Henri Bautier, « Le (...)

12Cela posé, il n’y a pas que rhétorique de congrès à avouer que, si l’initiative est heureuse d’avoir voulu faire une place aux éditions de sources documentaires au sein d’une réunion consacrée à l’histoire des archives, la réalisation dépasse les forces d’un seul. Peu d’entreprises ont été passées au crible comme les Monumenta Germaniae historica, les Documents inédits de l’histoire de France, ou les publications de la Commission royale d’histoire, les seules à pouvoir se fêter dignement leur propre anniversaire9, alors que l’historiographie des entreprises d’édition se raccroche aux biographies de savants ou se limite au maigre bilan des avancées positives de l’art d’éditer10, sauf sans doute en Belgique, pays, j’y reviendrai, aussi déterminé à scruter l’histoire de ses collections qu’à les mener à grand train. Peu de collections de sources aussi — serait-ce parce qu’elles visent l’éternité ? — se dotent sur le moment même d’avant-propos qui diraient plus que les recettes de publication, ou comme on le fait ici l’ampleur et la difficulté de la tâche : peu de manifestes donc à interroger, mais des titres, des formats, des découpages, des genèses, des abandons qui ne s’éclairent qu’avec des archives d’érudits, des recensions, des recoupements ; et, pour ce faire, il faudrait d’autres connaissances linguistiques et historiographiques, des commodités d’accès parfois, sans même parler d’une indispensable mise en parallèle avec les productions de la philologie et celles de l’ethnographie et du folklore, permettant de creuser les questions qui ne seront ici que survolées, tout en espérant que, seule voie raisonnable, une recherche internationale sera promue sur la question11.

13Les quelques constatations qui ont pu être réunies s’organiseront en deux axes : les premières au fil d’un rapide tour d’Europe et d’un essai grossier de typologie des entreprises ; les autres autour de leurs finalités mêmes, de leurs rêves et de leurs contradictions.

1. — L’EUROPE DES ÉDITEURS

14Une très rapide et téméraire tentative de catalogue et de typologie permet à tout le moins de nuancer un peu l’image reçue d’une progression univoque, qui serait scandée par quelques repères bien connus : année 1819, avec la fondation des M.G.H., source de la science moderne en même temps que de l’édition patriotique, plutôt que nationaliste, galvanisée par sa célèbre devise, « Sanctus amor patriae dat animum » ; années 1830, avec le coup d’envoi donné à l’édition française de l’âge romantique, autour de Guizot ; années 1860, enfin, où la méthode se répand aussi vite, ou presque, que les collections. Ce schéma appelle en effet quelques précisions, et surtout un zonage plus fin.

151. L’axe Paris-Londres. — On voit ainsi, en premier lieu, se dégager une zone occidentale, qui des années 1760 aux années 1860 est aussi hermétique aux expérimentations allemandes qu’elle voit de fréquents échanges entre Angleterre et France, dans une manière d’émulation pacifique — et de stagnation des méthodes d’édition, où la faible qualité contraste avec la grande quantité des publications. Les traits partagés et les concordances chronologiques sont si forts, que l’on serait presque tenté de parler d’un modèle franco-anglais, à trois pôles, et comme prêt pour l’exportation.

  • 12 Philippe Contamine, « La Société de l’histoire de France et son programme de travail de 1834 à 185 (...)

16Premier pôle, le plus spécifique, avec l’éclosion de « clubs », dont les membres par leurs cotisations financent la publication de textes de toute nature, chroniques des Antiquités nationales, monuments de la langue ancienne, archives aussi (de préférence pittoresques). L’œuvre, bien célèbre en France, de la Société de l’histoire de France, fondée à la fin de 1833 et qui publie une cinquantaine d’in-8° dans ses dix-huit premières années12, ne fait, à l’évidence, que répliquer une pratique bien vivante en Angleterre et en Écosse : Roxburghe Club créé à Londres en 1812, Bannatyne Club à Édinburg en 1823, Maitland Club à Glasgow en 1829, Abbotsford Club à Édinburg en 1833..., avant de susciter en retour la naissance de l’English historical Society en 1836 et par contrecoup, à Dublin, celles de l’Irish Archaeological Society en 1840 et de la Celtic Society en 1847. Preuves tangibles de ces liens, l’archiviste Alexandre Teulet, sans doute en souvenir de l’Auld Alliance, réserve à l’Abbotsford Club en 1839 son Inventaire chronologique des documents relatifs à l’histoire d’Ecosse conservés aux Archives du royaume à Paris, et en 1840 Francisque Michel offre au Bannatyne Club son édition du Roman de la Manekine.

  • 13 Termes à nouveau empruntés au rapport de Guizot en 1833 (éd. X. Charmes, t. II, p. 4). Ils sont la (...)
  • 14 Toujours le rapport de Guizot en 1833 : « Il est telle de ces villes qui peut nous offrir une corr (...)
  • 15 Décompte (d’après X. Charmes, t. II, p. 376-383) des seuls volumes d’édition de sources publiés pa (...)

17Deuxième pôle, avec une implication directe des instances gouvernementales, qui veulent donner l’exemple, et même assumer ce qu’elles conçoivent désormais comme un devoir : accomplir l’« œuvre toute libérale » d’un gouvernement auquel « seul il appartient de pouvoir accomplir le grand travail d’une publication générale de tous les matériaux importants et encore inédits sur l’histoire de notre patrie »13. Pour la publication de documents inédits tirés des bibliothèques et des archives nationales, voire, car cela peut même se présenter, des dépôts « particuliers » de villes et de départements, toujours suspects de relents fédéralistes, mais qui peuvent offrir quand même quelque trouvaille à l’histoire nationale14, l’État incite et initie, en cette branche un peu spéciale des travaux publics. Mais ici encore, bien plus que des prodromes du XVIIIe siècle (subventions chichement accordées, entreprises très sectorielles), le modèle « libéral » vient surtout de l’Angleterre (il est inévitablement dupliqué en Irlande et en Écosse), qui s’illustre dès 1802 avec l’activité débordante de ses Record Commissioners (130 volumes de 1802 à 1848), avant de subir le contrecoup des Documents inédits français (162 volumes de 1835 à 1879)15, dont l’exemple sera en partie au moins suivi par les Rerum Britanicarum Medii AEvi scriptores, dits « Rolls Series » pour la seule raison que le Master of the Rolls est délégué à leur direction (253 volumes de 1858 à 1897).

  • 16 C’est-à-dire guère avant les années 1890. Sur la politique de publication des Archives françaises, (...)

18Troisième et dernier pôle, plus lent à se mettre en place, franchement tardif même, avec l’intervention des institutions archivistiques elles-mêmes dans les dispositifs d’éditions (publications intégrales ou regestes/calendan). On sait qu’il faudra attendre les années 1860, dans la France impériale, pour voir paraître de forts volumes, moitié inventaires, moitié éditions (le tome I des Layettes du Trésor des chartes paraît en 1863, le tome II et le volume des Monuments historiques en 1866, l’année même où les Archives de Suède commencent à publier leurs parchemins), plus tard encore au Public Record Office en tant que tel16.

192. Prolongements. — Ce modèle franco-anglais se retrouve partout à l’ouest, avec quelques spécificités, et surtout l’absence assez générale de « clubs » voués à autre chose qu’à exhumer les plus anciens monuments de la philologie.

20L’Espagne assortit ainsi une puissante tradition nationale d’une évidente et inavouable imitation des entreprises françaises façon Guizot. Un très fort engagement des autorités suscite, en 1842, la naissance de la Coleccion de documentos inéditos para la historia de España, qui publiera 112 volumes en un demi-siècle (surtout consacrés à l’époque moderne et limités pour le Moyen Age à quelques chroniques) ; dès 1851, elle est doublée par le Memorial histórico español, colección de documentos, opùsculos y antigüedades que publica la Real Academia de la historia. L’initiative avait déjà rebondi à Barcelone, avec la Coleccion de documentos ineditos del Archivo general de la Corona de Aragon (1847-), dupliquée à Valence en fin de siècle, mais ici et là au soin de dépôts d’archives qui ont, depuis des siècles et sans césure, assumé un rôle de soutien de la mémoire « nationale » catalano-aragonaise. Traits largement partagés à Lisbonne, mais en un programme mieux ordonné, avec les Portugaliae monumenta historica a saeculo octavo post Christum usque ad quintumdecimum (1856-) et, histoire oblige, la Collecção de monumentos ineditos para a historia das conquistas dos Portuguezes em Africa, Asia e America (1858-), toutes collections publiées par une Académie des sciences qui dès 1812 s’était occupée de publier des voyages de navigation (Collecção de noticias para a historia e geografía das nações ultramarinas).

21A Madrid, les manifestes de lancement des collections sont de véritables morceaux d’anthologie, pour condenser des thèmes et des motifs qui parcourent toute l’Europe : appel à la Nation, cristallisation du concept patrimonial, sentiment de coupure avec un passé qui fascine autant qu’il est perdu, recherche d’authenticité... Ainsi voit-on en 1842 s’enflammer le préfacier du premier volume de la Coleccion de documentos inéditos para la historia de España, aussitôt qu’il a dressé un rapide bilan des entreprises antérieures :

  • 17 Prologue du premier volume (1842), p. 7-9. Le discours est le même, mais le ton moins enflammé au (...)

« Las desgracias que despues sobrevinieron à la nacion en 1808, debieron necesariamente de interrumpir todo proyecto literario, y esto produjo dos grandes inconvenientes : 1°. que el tiempo y las mudanzas de personas y cosas destruyeron ó extraviaron muchos códices y papeles antiguos ; y 2°. que las mismas causas dieron lugar á la extraccion de muchos otros, que con pérdida irreparable para España, y con riesgo de que se desfigure su historia, se imprimen ahora en lengua extrangera, viéndonos precisados á mendigar de los extraños lo que era propio nuestro, y á leer en distinto dialecto lo que originalmente estuvo escrito en el casto idioma de Castilla. (...) Nos mueva ademas el ejemplo de todas las naciones de Europa que miran hoy dia con el mayor interes este importante trabajo, y cuyos Gobiernos han señalado fondos y creado sociedades literarias para recoger y dar á la estampa los antiguos códices que ilustran sus orígenes y anales : convencidos justamente de que nunca podrán hacerse investigaciones profondas en ningun género, si no precede una coleccion tan completa como sea posible de instrumentos, escrituras y pruebas, que son los materiales de donde la historia ha de sacar los hechos y la critica sus lecciones »17.

22Confiée au zêle de l’archiviste général de la Couronne d’Aragon, l’émule barcelonaise offre sur les mêmes thèmes une belle variation en mode archivistique ; les archives y sont présentées, à la croisée des chemins, comme des ensembles à la fois très fermés, en tant que dépôts de foi publique et même dépôts sacrés, et largement ouverts, en une moderne libéralité, aux chercheurs de tous pays, d’abord dans la consultation, puis dans la publication :

  • 18 Collecion de documentos inéditos del Archivo general de la Corona de Aragon (1847, volume consacré (...)

« Pocos monarcas de Europa pueden gloriarse de poseer y conservar un depósito tan rico y copioso de actas del alto gobierno y de correspondencias diplomáticas y familiares de sus augustos predecesores, como los de España que ciñen la corona de los antiguos estados de Aragon. Desde el año 1346, en el floreciente reinado de Pedro de Cataluña y 4° de Aragon, llamado el Ceremonioso y vulgarmente el de punyalet, hasta nuestros dias, todos los soberanos sin interrupcion han dictado varias providencias mas ó meno atinada para el aumento, conservacion y arreglo de este precioso archivo (...). Mas ninguno de aquellos monarcas, en tan larga serie de años, estimó conveniente mandar que se publicase una colleccion de documentos escogidos de él, para ilustrar la historia del proprio y ajeno reino en toda la estension de sus diferentes ramos ; por manera que puede decirse con sobrada razon, que esta abundantissima mina de oro apenas se ha comenzado á esplotar. Sin embargo es preciso reconocer, que ninguno de nuestros soberanos, á pesar del espíritu de reserva y ocultacion del Sancta Sanctorum de los archivos en los pasados siglos, ha tenido en absoluta inaccion este tesoro ; pues son muchos y muy antiguos y recientes los reales permisos concedidos â diferentes escritores nacionales y estranjeros, para investigar, copiar y publicar las escrituras de este sagrado depósito de fé pública ; con cuya sabia medida se ha suplido y suple en parte la falta de una coleccion diplomática general, tan deseada, como necesaria á la pública ilustracion »18.

  • 19 C’est en 1873 que la collection déborde les frontières sardes, avec le Codex diplomaticus Langobar (...)
  • 20 Le premier volume des Diplomata ne paraît aux M.G.H. qu’en 1872, alors que sont déjà parus vingt e (...)

23L’investissement étatique si notable dans la péninsule ibérique se retrouve en Piémont-Sardaigne, où les Historiae patriae monumenta, qui continueront à paraître après l’Unité en s’ouvrant à la Lombardie, sont à compter de 1836 dans la situation un peu particulière de champions toutes catégories de la taille, du poids et de l’incommodité d’usage ; mais aussi de la prudence politique ou, pour l’heure, de la modestie, qui s’abstient de lorgner au delà du royaume, et se contente d’invoquer la distinction d’un monarque ami des belles-lettres19 ; et encore de la qualité érudite, qui dès 1836 fait éditer des chartes, plus tôt et beaucoup mieux que chez Pertz20...

24Plus près encore, le modèle franco-anglais se voit fébrilement et délibérément importé en Belgique, on y reviendra. Comme il se retrouve en Suède, le premier des pays Scandinaves à reprendre la vieille idée du Diplomatarium, recensant et éditant dans l’ordre chronologique toute la documentation d’archives nationale (Diplomatarium suecanum/Svensk Diplomatarium, 1829-) : plus que l’inévitable rivalité avec le Danemark pour promouvoir des collections généralistes sur l’histoire Scandinave, on retiendra ici, comme en Catalogne, le rôle éminent, encore que plus tardif, de l’institution archivistique, chargée en 1871 de poursuivre une entreprise à l’origine individuelle.

  • 21 Avec l’extraordinaire volume des Antiquitates americanae, sive Scriptores septemtrionales rerum an (...)

25De là, le tour d’horizon « occidental » s’achève par les blancs ou grisés légers de la carte : les Pays-Bas néerlandais qui manquent de sources et surtout de bras pour publier au niveau national, de 1838 à 1862, plus d’une petite quinzaine de volumes en deux collections (Archief voor kerkelijke en wereldsche geschiedenissen, puis Codex diplomaticus Neerlandicus/Verzameling van oorkonden, betrekkelijk de vaderlandsche geschiedenis) ; le curieux retard du Danemark, dont le Diplomatarium n’est lancé qu’en 1938, même si deux volumes fournissent dès 1847 la liste de tous les actes déjà édités, Regesta diplomatica historiae danicae— mais le Danemark était sans doute trop bien parti au XVIIIe siècle pour ne pas s’aventurer ensuite trop au large, à recueillir dans son hégémonie éditoriale des sources sur l’Islande, sur la Finlande, et jusque sur l’« Amérique Scandinave » du XIe au XVe siècle21... ; et aussi l’absence de toute initiative fédérale suisse avant 1908.

  • 22 Je ne peux que renvoyer à la très précieuse analyse de W. Vodoff, « Les publications et les catalo (...)

26Sous réserve de bien des spécificités, c’est encore le modèle occidental, mais assorti de centralisme autocratique, qui se discerne dans les collections russes, méthodiques dans la publication de séries documentant la mainmise sur la « Russie occidentale et méridionale », et qui passent de façon caractéristique des « Bibliothèques » (publiées dès les années 1770) aux séries, privées puis officielles, d’Akty... et d’Archiv..., démultipliées aux années 1840-186022.

27De fait, c’est en 1834 qu’est officiellement installée la « Commission archéographique auprès du ministère de l’Instruction publique », mais elle a été précédée dès 1829 de « missions archéographiques », qui mélangent les tournées à la Mérimée et le ratissage à la Colbert, drainant actes et manuscrits originaux vers Saint-Pétersbourg et Moscou. La Commission publie des séries d’Akty, certaines consacrées à la Russie « de l’ouest » (Biélorussie, 1846-) et à la Russie « du sud-ouest » (Ukraine, 1863-) ; mais, trait particulièrement original, les éditions officielles promues au niveau provincial sont souvent plus précoces, ainsi en Lituanie (1843-), en Ukraine (1845-), à Minsk (1848-) ; aussi bien, note W. Vodoff, sont-elles plus sensibles aux traits spécifiques de la documentation, reproduisant les anciens alphabets sans russification à outrance, tout en donnant les textes de graphie latine avec traduction en russe. Matériau sensible, comme dans tout le reste de l’Europe, les éditions de sources ne trompent pas la vigilance des autorités : on accusera un « Recueil d’actes publics et privés se rapportant à l’histoire lithuanienne » (Vilnius, 1858) d’une orientation latino-polonaise trop marquée. Et après le soulèvement de 1863-1864, la prise de l’idéologie et de la censure se fait plus dure, quand elle se desserre sous la main autrichienne : les éditeurs d’un nouveau recueil d’« Actes » publié par la Commission archéographique de Vilnius (1865) en viennent à déclarer vouloir montrer, preuves à l’appui, que « les marches occidentales n’avaient jamais été heureuses sous le gouvernement de la Pologne ».

  • 23 La très politique préface du premier volume paru (t. I des Scriptores) dresse, en 1826, un vif con (...)

283. Dominations et imitations. — Fondés à Hanovre dans une atmosphère de piété patriotique23, les M.G.H., on l’a dit, ont été bien étudiés. L’entreprise, qui aux origines associe étroitement savants et politiques, va offrir un modèle insurpassable à toutes les Nations en quête d’unité ou de reconnaissance, moins encore par son éclat scientifique (qui attend quelques décennies avant de se manifester vraiment) que par la liaison consubstantielle qu’elle établit entre tous les types d’écrits, et par les ponts qu’elle lance vers l’esprit du peuple et vers toutes ses traces. D’où, presque par raccroc, l’extraordinaire avancée scientifique qui résultera des noces de l’histoire et de la philologie (on sait que les frères Grimm et même le grand Goethe, embrigadé pour aller collationner un manuscrit à Bamberg, sont des collaborateurs de la première heure), et encore du traitement des chroniques imposé aux actes, et des actes aux chroniques, comme de l’édition scientifique, proposée aux historiens, d’œuvres antiques, de poésies, d’épigraphes, de textes juridiques.

29Le rayonnement du modèle se traduit dans l’exportation du titre, d’ouest en est, jusqu’aux steppes mongoles, mais aussi du nord au sud, vers Turin, Vienne, Zagreb ; et aussi dans l’exportation du plan de classement de sous-séries disposées autour de la triade fondatrice des chroniques, des actes et des monuments de la législation (Scriptores, Diplomata, Leges) : à Turin (Chartae, Leges municipales, Scriptores...), à Lisbonne (Leges et consuetudines, Scriptores, Diplomata et chartae, Inquisitiones), à Vienne (Scriptores, Diplomataria et acta, Fontes iuris), à Pest (Diplomataria, Scriptores, Monumenta comitalia, Acta externa)..., les Français de la Revanche mettant ici comme ailleurs leur point d’honneur à acclimater le modèle aux douceurs du ciel gaulois (Chartes et diplômes, Obituaires, Pouillés, Documents financiers, pour les seules sources d’archives du nouveau Recueil des historiens de la France).

  • 24 Sur le mouvement historique autrichien en général, synthèse commode de Heinrich Schmidinger, « Erf (...)
  • 25 Heinrich Felix Schmid, dans son avant-propos à l’ouvrage de Richard Georg Plaschka, Von Palacky bi (...)

30Le modèle « dur » des M.G.H. semble imité plutôt mollement à Vienne, en de modestes in-8° qui commencent à paraître en 184924. L’histoire des Fontes rerum Austriacarum/Österreichische Geschichtsquellen est, de fait, celle d’une peau de chagrin éditoriale : conçue depuis le programme détaillé fixé en décembre 1847 comme un ensemble de séries parallèles, Fontes rerum Austriacarum,... Bohemicarum,... Hungaricarum,... Polonicarum,... Italicarum, elle devait bientôt se limiter à une Autriche timidement étendue, à l’occasion, à la Moravie et à la Bohême. C’est que le grand foyer d’études historiques, mais aussi philologiques, qu’était Vienne, et depuis longtemps25, a trop bien délégué sa science aux disciples slaves et hongrois, pour ne pas laisser fleurir en d’autres capitales des rejetons au moins aussi dynamiques, plus ambitieux, dans une directe quoique complexe interrelation avec la politique et la diplomatie, qui reconnaît la souveraineté hongroise, contrebalance celle-ci par des concessions aux Slaves, qui font alors sourciller les Russes, et reste impuissante en Italie... Vienne, pourtant, continue à donner le ton, et le complexe d’émulation-fascination se lit jusque dans le clonage des pages de titre (planches 1-3).

  • 26 Cette initiative privée pour les quatre premiers volumes, parus de 1865 à 1867, est ensuite repris (...)

31Transitant par Vienne, le modèle allemand est ainsi fougueusement imité en Hongrie, où le terrain avait été bien préparé par des particuliers éclairés, le comte et évêque Ignác Batthyáni (Leges ecclesiasticae regni Hungariae et provinciarum adjacentium, 1785-1827, 3 vol.) et surtout György Fejér, qui s’était proposé d’éditer tous les actes anciens de l’ancienne Hongrie — tous les actes écrits sur son territoire, au temps de la Grande Hongrie (Codex diplomaticas Hungariae, 1829-1844, 11 vol.). Deux grandes entreprises officielles éclosent à la fin des années 1850 : les miscellanées des Magyar törtenelmi tár (1855-), la collection plus systématique des Monumenta Hungariae historica/Magyar torténelmi emlékek (119 volumes de 1857 à 1920) ; elles sont prolongées en 1865 de l’initiative d’Imre Nagy et de ses associés, publiant des archives privées dans le Codex diplomaticus patrius/Hazai Okmány tár..., un codex si patrius que l’on ne précise hungaricus qu’au quatrième volume, et que le hongrois y domine sans partage26.

  • 27 Comme plus d’une fois, les monuments du droit ancien ont ouvert la marche, ici dès 1846 avec la sé (...)
  • 28 A la suite des Bidragtill Finlands historia, recueils de documents divers publiés à Helsingfors, 1 (...)

32De ces points forts, allemands, autrichiens et hongrois, suédois aussi, de ces modèles dominants, en positif et en négatif, quelques Nations en mal de reconnaissance, toutes mêmes ou presque, mais avec des succès divers, autour d’universités entrouvertes et de langues reconnues à moitié, au gré donc très largement des politiques de rigueur et d’apaisement, vont tirer, comme en cascades, idées et méthodes, titre et plan pour leurs propres collections. En 1849 la Norvège (Diplomatarium Norvegicum)27, en 1857 l’Islande (Diplomatarium Islandicum) se dotent ainsi de la grande collection que la Finlande peinera à mettre au point, et encore en suédois (.Finlands medeltidsurkunder, Helsingfors, 1910-)28.

1. Fontes rerum Austriacarum/Österreichische Geschichtsquellen, Diplomataria et acta, t. I, Vienne, 1849
(Exemplaire Arch. nat., Paris)

33A l’autre extrémité de l’Europe, la plus réussie des créations est celle de la Croatie de Mgr Strossmajer, où l’Académie des sciences et arts des Slaves du sud, à Zagreb, pilote à compter de 1868 (avant donc la naissance de l’université en 1874) des Monumenta spectantia historiam Slavorum meridionalium, qui doivent beaucoup au savant Sime Ljubic, puis des Monumenta historico-juridica Slavorum meridionalium à partir de 1877. Collections qui dans leur étendue et leur réalisation disent la maîtrise érudite, mais dans leur champ le douloureux passage de l’illyrisme au yougoslavisme, puis du yougoslavisme au croatisme, puisque des titres très ambitieux cachent à peine les limites du contenu, bordé par les frontières de l’entité à demi reconnue par la Hongrie : Croatie, Dalmatie et Slavonie, volontiers ouvertes aux sources comme à la pénétration vénitiennes, délibérément fermées aux autres Slaves du sud.

  • 29 Avec les célèbres poésies de Hanka, qui troublèrent la philologie européenne jusqu’à Paris, avant (...)
  • 30 Constatant que Dobner n’a donné que 150 actes sur la Moravie alors qu’il en a repéré lui-même plus (...)
  • 31 Noter toutefois que le tome II ne paraîtra qu’en 1882. Comme Boczek, Erben s’appuie sur l’autorité (...)

34Bohême et Moravie peinent au moins autant — lutte politique plus âpre, élites plus déchirées — à publier leurs corpus, même si les réalisations, plus directement liées encore à la découverte, voire falsification, des monuments anciens de la langue29, sont un rien plus précoces : dès 1836 pour le Codex diplomaticus et epistolaris Moraviae (Olmutz puis Brno, 15 vol. jusqu’en 1903), orchestré par un Antonius Boczek qui part à la recherche d’une Moravie prédestinée à l’existence nationale-étatique sinon par Cyrille et Méthode, du moins depuis le XIe siècle, et se lamente sur les transferts d’archives loin du sol natal30 ; dès 1840 pour le lancement des Archiv Cesky, recueils d’éditions dispersées préparatoires au grand Diplomatarium projeté par František Palacky, qui lui-même devra se limiter aux documents de l’époque hussite, du concile de Bâle, de Georges Podiebrad, avant de susciter des émules ; dès 1855 pour les Regesta diplomatica necnon epistolaria Bohemiae et Moraviae... réunis par Karel Jaromir Erben, aux frais de la Société royale des sciences de Bohême31 ; dès 1867, pour le début du Codex iuris Bohemici, dirigé par H. Jirecek. Le succès des réalisations, assurées par un groupe limité mais brillant d’historiens, ne doit pourtant pas faire oublier les vives tensions qui peuvent former l’arrière-plan des entreprises d’édition. En 1851 encore, l’historien Schaffarik refuse par prudence de lancer une édition des œuvres de Jan Hus, qui aurait été aidée d’un financement russe :

  • 32 Signalé et traduit par Louis Léger, La renaissance tchèque au dix-neuvième siècle, Paris, 1911, p. (...)

« [Le projet] tomberait comme une bombe au milieu des nations ; il ferait éclater d’impudents réquisitoires contre la russomanie et le panslavisme. Personne en Autriche ne voudra éditer les œuvres de Hus. Pourquoi les imprimer ? Peut-être pour déchaîner les passions aveugles de la canaille. A quoi cela nous mènerait-il ? A de nouvelles complications. Laissons les morts en paix. Hus ne nominetur quidem aut uretur denuo »32.

2. Monumenta Hungariae historica/Magyar történelmi Emlékek, Diplomataria, t. I, Pest, 1857
(exemplaire Arch. nat., Paris)

35Il faudra attendre les années 1865-1868 pour voir paraître à Prague les œuvres de Hus, doublées en 1869, époque oblige, d’un volume de Documenta magistri Johannis Hus vitam, doctrinam, causam in Constantiensi concilia... illustrantia réunis par Palacký.

  • 33 Pour être aussi enflammée qu’ailleurs, la préface mise au premier tome des M.P.H. se colore d’acce (...)

36Ailleurs, la chronologie semble encore retardée, l’application nuancée, dans une Silésie entièrement colonisée (Codex diplomaticus Silesiae, hrsg. vom Vereine für Geschichte und Alterthum Schlesiens, Breslau, 1857-), dans une Livonie déchirée entre entreprises prussiennes (Monumenta Livoniae antiquae/Sammlungen von Chroniken, Berichten, Urkunden..., Riga-Leipzig, 1835-1847, 5 vol.) et russes (Russisch-livländliche Urkunden, publiés par la Commission archéographique, Saint-Pétersbourg, 1868). La Pologne plus que toute autre souffre de la pesante surveillance des trois puissances qui se sont partagé son territoire et ne tolèrent qu’une activité culturelle réduite. Seule l’Autriche favorise un peu, surtout après la constitution de 1867, un mouvement mieux soutenu aussi par l’existence des universités de Lwów et de Cracovie. C’est, de fait, en ces deux villes successivement que paraît le plus ambitieux recueil, Monumenta Poloniae historica/Pomniki dziejowe Polski (1864-), comme c’est à Cracovie qu’est lancé en 1857 le non moins actif « Recueil des anciens monuments du droit polonais » (Starodawne prawa polskiego pomniki). Ailleurs, ce sont plutôt initiatives privées et souvent médiocres, ou alors télécommandées par les « occupants », à Vilnius et Varsovie pour la Russie qui gère le délicat dossier historique du Grand-duché de Lituanie, à Poznan pour la Prusse33.

3. Monumenta spectantia historiam Slavorum meridionalium, t. I, Zagreb, 1868
(exemplaire et cliché Bibl. nat. de Fr., Paris)

2. — QUOI ET COMMENT ?

  • 34 Ce trait a été finement souligné par T. Brechenmacher, Crossdeutsche Geschichtsschreibung im neunz (...)
  • 35 Un recueil finalement aussi peu large que le Codex diplomaticus Poloniae... annonce pourtant en pr (...)
  • 36 « Quod vero tempora praecedentia attinet, exiguum illum Bavariae et Austriae diplomatum aliorumque (...)

37La recherche d’exhaustivité dans la collecte et l’édition des sources, souhaitée sans doute mais hors d’atteinte, même pour le Moyen Age, à l’ouest et au sud, explicite et plus aisée à atteindre au nord et à l’est, aux masses documentaires plus pauvres et plus tardives, est l’une des plus claires ambitions du XIXe siècle, qui pense avec optimisme que tout pourra s’éditer, et avec raison que tout est intéressant, alors que les érudits anciens produisaient de multiples sélections (et coupures dans les textes retenus). Ce souci d’exhaustivité s’alimente aussi bien à de nouvelles conceptions de l’histoire, chez Böhmer par exemple34 ou en Pologne35, qu’aux ardeurs patriotiques de l’Europe centrale, encline à chercher ses enfants et ses dominations au-delà même des frontières modernes : en Hongrie avec Fejér, on l’a dit ; en Bohême, où l’éditeur des Regesta diplomatica necnon epistolaria Bohemiae et Moraviae... déclare en 1855 avoir intégré à son recueil les documents de la Moravie, unie à la Bohême sous les Przemislides, tout en reconnaissant s’appuyer largement sur le travail de son récent prédécesseur morave Boczek, et surtout y avoir ajouté, des diplômes de Bavière et d’Autriche jusqu’au XIIe siècle, ceux qui parlent des Slaves de ces terres — passant ainsi de la dynastie à l’État, de l’État à la patrie, de la patrie à l’ethnie36.

38Mais que cherche-t-on à dévoiler, à étayer, et comment ? L’ancienneté, d’abord, de la Nation — ce qui pose le problème de la lecture et de la date des sources éditées ; l’esprit du Peuple, ensuite, et l’authenticité de ses monuments — ce qui soulève la question des types de textes retenus.

  • 37 A. Boczek, Codex diplomaticus et epistolaris Moraviae, t. I, 1836.
  • 38 Monumenta Poloniae historica, t. I, 1864.

391. Sources anciennes, documents récents. — Au mépris bien sûr des chemins tortueux de l’ethnogenèse, les éditeurs se lancent dans une course au passé, au passé de la Nation, que seul vient arrêter le tarissement malheureux et parfois rapide de la documentation. Globalement, les sources du Moyen Age et du XVIe siècle en sortent favorisées, d’autant valorisées ici par la réaction romantique contre l’âge classique, là par un regard sévère porté sur les générations qui n’ont pas su retenir l’ancestrale liberté. On tente d’aller plus haut encore, si l’on peut, pour solliciter les auteurs de l’Antiquité, basse ou moins basse, les sources de haute époque byzantine. La section des Auctores antiquissimi brille de tous ses feux érudits, au sein des M.G.H., à compter de 1877. Mais le tropisme antique se voit ailleurs, plus tôt, plus pauvrement : chez les Roumains, on le sait, avec la Dacisation forcée de la Moldavie-Valdachie et les derniers avatars de la longue épopée posthume du pauvre Ovide ; en Moravie où les sources « nationales » s’ouvrent en 396 sur un extrait de la Vita Ambrosii37 ; et encore en Pologne où, même extérieur et tardif, le regard de Jordanès est plein d’autorité pour attester d’existences anciennes38.

  • 39 Avant le grand bond en avant de la fin des années 1880, J. Madival et E. Laurent complètent à part (...)
  • 40 « La séparation est si profonde entre notre temps et les temps passés, la politique de notre époqu (...)

40Pourtant, avant même le débat français sur la publication des sources de la Révolution — et ici encore le Second Empire libéral est un moment bien plus fort que ne voudra le reconnaître la génération de l’histoire méthodique39 —, il faut compléter ces remarques par l’intérêt, sélectif mais pourtant bien précoce, porté à des documents récents, objet parfois d’éditions massives. Une fois le passé assimilé et tourné à la gloire nationale, dans les pays qui ont déjà derrière eux une solide tradition de publication des « antiquités » nationales, ou pour les acteurs plus directement intéressés, comme les diplomates, qui ne font là que renouer avec une pratique déjà bien ancienne, les dossiers d’archives tièdes sont des plus tentants : pour Guizot, en 1833, le Ministère pourra « sans crainte et sans scrupule » rendre publics les monuments antérieurs au règne de Louis XV ; et, de fait, les trois premiers titres parus de ses Documents inédits comprennent des Négociations relatives à la succession d’Espagne sous Louis XIV et des Mémoires militaires relatifs à la succession d’Espagne sous Louis XIV, avant que, trente ans plus tard, Edgard Boutaric ne tire de la série K des Archives nationales des documents sur la diplomatie de Louis XV40.

  • 41 Raison qui pousse aussi l’éditeur à abandonner en préface le latin pour le français : « Notre cout (...)

41De fait, aux années 1860, le puissant mouvement de publication de sources diplomatiques commence à développer tous ses effets. Il vise à lier passé et présent, à l’attention des politiques, des agents diplomatiques, de l’opinion. Certains recueils sont plutôt « vulgarisateurs », comme le Recueil des traités de la France (Paris, 1864-1900, 21 vol.) lancé par Alexandre J.H. De Clercq, auteur prolifique de guides et formulaires pour les consulats, qui s’excuse de ne pas mettre à la publication la technicité éditoriale des Documents inédits. Que d’autres aient la fibre érudite plus développée, ils n’en sont pas moins engagés dans les débats du siècle, ainsi quand, en 1861-1862, Augustin Theiner publie à Rome ses trois in-folio du Codex diplomaticus temporalis Sancte Sedis, recueil de documents pour servir à l’histoire du gouvernement temporel des états du Saint-Siège, qui fait remonter aussi haut que possible la démonstration documentaire de la légitimité du Patrimoine de saint Pierre41. Archives et nations, histoire et politique, tout se confond quand on en vient à la documentation contemporaine. Publication des « papiers des Tuileries » à la chute du Second Empire, projet d’une publication des documents diplomatiques sur la crise de l’été 1914 formulée dès le 31 août par un haut responsable allemand : deux entreprises parmi bien d’autres qui montrent que, ici encore, par-delà l’héritage du XIXe siècle savant, le fil est renoué avec les pratiques d’Ancien Régime.

42Le mouvement aboutit ailleurs à l’une des opérations les plus originales du Comité des travaux historiques et scientifiques, l’édition des Œuvres de grands savants français, apportant des matériaux inédits et authentiques au domaine, sensible et troublé, de l’histoire (patriotique) des sciences. L’entreprise est menée à vive allure aux années 1860-1870, qui voient la publication des Œuvres de Lavoisier (1864-1868, 4 vol.), de Fresnel (1866-1870, 3 vol.), de Lagrange (1867-1882, 13 vol.).

  • 42 Circulaire du 15 mai 1835 aux correspondants du ministère de l’Instruction publique : « En ce qui (...)
  • 43 Voir la réédition des Instructions pour un Recueil général des poésies populaires françaises (1852 (...)

43Pour revenir, en sens inverse, à la quête de l’ancienneté, celle-ci se retrouve dans la recherche parallèle des monuments de la langue — aspect trop connu pour que l’on s’y arrête longtemps. Il est évidemment symptomatique que les premières grandes collections de sources historiques progressent non seulement du même pas que les collections philologiques, traduisent la même attention à la langue, mais encore accompagnent avec un léger décalage les « politiques de la langue » nationales, qui elles-mêmes écrasent dialectes et patois, et épurent dans les deux sens, vers le haut et vers le bas (magyarisation/dégermanisation du hongrois, romanisation du roumain), quand elles ne créent pas, par ressourcement (landsmål norvégien) ou par effort systématique de fusion (serbo-croate). L’évolution de la doctrine du Comité des travaux historiques et scientifiques est ici aussi exemplaire, qui en une vingtaine d’années passe de la curiosité apparente mais très étroite de Guizot — rechercher les traces du français contemporain dans le latin, dans le roman provençal, dans le « trouverre » éclairé par le patois moderne correspondant42 — à l’extraordinaire projet d’enquête sur les poésies populaires, un peu vite et injustement déprécié par la génération suivante43.

442. Documents authentiques, sources véridiques. — Autre trait hérité du passé, les éditeurs du XIXe siècle sont animés d’une égale exigence d’authenticité, souvent encore comprise à l’ancienne, celle de la « foi publique », conférée par la conservation dans des sanctuaires de mémoire, plutôt que celle de la « sincérité », même si, quoique raillée, la recherche romantique de la « couleur locale » est aussi recherche de l’« authenticité » (dans l’acception usuelle contemporaine), même si l’époque introduit d’autres critères de validation, qui permettent par exemple de poser l’authenticité d’une chanson populaire transmise par oral, le « peuple », dépositaire de la tradition, étant érigé en un nouveau sanctuaire de mémoire.

45Pour le reste, au premier XIXe siècle, ce ne sont partout que protestations d’avoir tiré les documents de dépôts publics, d’autant plus insistantes chez les jeunes « Nations » en mal de reconnaissance, au début des entreprises les plus lourdes ou les plus hasardeuses. Reproduisant par ailleurs des monuments pour le moins étonnants, qui montrent les Vikings en Nouvelle-Angleterre ou en Floride, les Antiquitates americanae... danoises de 1837 répètent à satiété que les sagas invoquées sont tirées des « publicae codicum manuscriptorum collectiones ». Plus nette encore, la préface du premier volume paru des M.G.H., en 1826, assure que l’on ne donnera que des sources à l’authenticité soigneusement établie, que l’on sautera ou imprimera en plus petit caractères (le fameux « Petitdrück ») les passages repris de sources antérieures, donc non « originaux ». Pour le reste, les « méthodes » d’édition, des plus sommaires, sont surtout mentionnées comme gages de crédibilité et de compréhension du texte par les honnêtes gens :

  • 44 Scriptores, t. I, p. xxv-xxvi.

« Dabuntur veri tantum et authentici fontes, reliquis aut rejectis aut minori littera exprimendis. Cuilibet scriptori primaria ejus verba quam fidelissime fieri poterit restituentur ; quem in finem omnibus qui supersunt subsidiis, tam codicibus quam editionibus, ordine quo ab autographo descendunt collocatis, codicis optimi lectio, pro fundamento posita, reliquorum ope, ubi necesse fuerit, emendabitur. (...) Loci difficiliores breviter explicabuntur et cuique scriptori commentatio de vita, fontibus, fide et scribendi ac temporis computandi ratione, atque de editionis subsidiis praefigetur »44.

46Corollaire de cette quête (ou protestation) d’authenticité, les fac-similés fleurissent. Leur qualité est encore bien trop médiocre, leur présence trop discrète, souvent limitée à quelques lignes, pour que l’on y voie la poursuite des efforts des diplomatistes-paléographes des XVIIe -XVIIe siècles et de leurs grandes planches servant à l’apprentissage et à la comparaison. Il s’agit bien plutôt, maintenant, de donner à voir un objet de piété ou, plus souvent encore, un label d’authenticité : une charte parmi les plus anciennes de Pologne (Codex diplomaticus Poloniae, t. I, Varsovie, 1847) ; quelques spécimens de l’écriture des « meilleurs » manuscrits (M.G.H., Scriptores) ; une débauche de fac-similés de sagas, pour étayer la solidité des Antiquitates americanae... ; mieux enfin que tout, la signature de l’auteur des documents édités, véritable signe de validation qui scelle le volume, alors que les contemporains étendent pour eux-mêmes son usage, alors que fleurissent Mémoires trafiqués et lettres douteuses (planche 4)...

  • 45 Grand thème de Guizot, repris dans le rapport de Salvandy au roi de 1839 : « Cette histoire n’est (...)
  • 46 La maxime de Montesquieu, « Chercher l’histoire dans le droit et le droit dans l’histoire » (X. Ch (...)

47Prises au plus haut passé, saturées d’authenticité, les sources ne sonnent pas forcément vrai. L’ancienneté reste sans chair et sans âme, et on le reproche assez aux érudits du XVIIIe siècle qui n’ont pas su faire revivre les Gaulois du Recueil homonyme ni restituer les cris sauvages des hordes franques, si l’esprit du peuple n’est pas pénétré, par sa langue mais aussi toutes les manifestations de son génie, par les faits « cachés » de la civilisation45. Cachés, dit-on d’abord, aux sources juridico-diplomatiques sur lesquelles on reproche aux érudits du siècle passé de s’être trop appuyés, dans leur recherche largement empreinte de juridisme46. D’où une tension incessante, plus que des alternances de domination, entre chartes er documents statutaires d’un côté, chroniques de l’autre.

4. Signatures d’Hernan Cartés reproduites en tête du t. I de la Coleccion de documentos inéditos para la historia de España,
Madrid, 1842, face à la p. 10 (exemplaire Bibl. inter-univ. de la Sorbonne, Paris)

  • 47 Voir par exemple le « Discours préliminaire », p. V, du t. I de la 1re série de la Collection des (...)
  • 48 On trouve ainsi parmi les Documents inédits concernant spécifiquement l’histoire moderne, et parus (...)
  • 49 Alexandre Tuetey, Journal de Nicolas de Baye, greffier du parlement de Paris, 1400-1417, texte com (...)

48Les chroniques, plus tard les correspondances « personnelles » (distinguées avec quelque artifice des productions routinières en forme de lettre), les Journaux et les Mémoires sont appréciés par les Romantiques comme voie royale vers l’histoire de la civilisation, et par les éditeurs (PetitotGuizot, Buchon, Danjou, Michaud-Poujoulat...) comme assurées d’un débouché commercial un peu plus large47. Il n’est pas jusqu’aux plus sérieuses instances, Comité des travaux historiques et Société de l’histoire de France, qui ne cèdent à cet engouement, le premier pour négliger presque totalement ce qui n’est pas Journal ou correspondances parmi les sources de l’histoire moderne, la seconde pour y puiser les meilleurs succès de son catalogue48. Outre-Rhin, les M.G.H. eux-mêmes sont surtout conçus dans leurs premières décennies comme une monumentale collection de chroniques curieuses et instructives sur l’esprit allemand des temps anciens. L’engouement mène parfois aux limites de la falsification : autre exemple français pris aux Archives nationales, les très officielles notations portées au fil des registres dits « du conseil » par les greffiers du Parlement de Paris sous Charles VI sont extraites de leur contexte et montées en un « Journal », un véritable non-sens typologique, par leur éditeur49.

  • 50 Introduction à Chronique rimée de Philippe Mouskes, t. I, Bruxelles, 1836, p. ii : « Il faut surto (...)
  • 51 « Peu de monuments reçoivent une plus forte empreinte de leurs siècles que les chartes ; et l’on p (...)

49Les sources narratives et épistolaires, pourtant, subissent la concurrence toujours vive des sources juridico-diplomatiques. Chargées d’authenticité, celles-ci sont les preuves modestes mais irréfutables d’une présence (jusqu’à la nationalité que l’on attribue, sur la seule foi du nom personnel, aux témoins des chartes du Xe ou aux marchands du XIIe siècle), d’une occupation, d’une frontière. Elles sont d’autant plus crédibles que leur auteur n’a pas, sur le coup, la volonté de se mettre en scène, ne se laisse pas aveugler par la passion ou l’amour-propre : l’idée n’est pas de Charles-Victor Langlois, elle est formulée un demi-siècle plus tôt par le baron de Reiffenberg, grand éditeur de chroniques belges devant l’Éternel50. Cet enregistrement notarial apparemment sans âme et sans cœur regorge de trésors d’informations sur la civilisation, sur la culture matérielle, qui n’attendent que le talent de Benjamin Guérard pour resurgir51 : talent certain (y compris pour choisir les bonnes sources) qui fait de ses fameux « Prolégomènes » moins des dissertations luxuriantes et un peu oiseuses que de vibrants plaidoyers sur la bonne utilisation des documents d’archives par l’historien qui saura y traquer la vie et la « civilisation ». Encore ce genre de débat est-il un luxe pour pays richement pourvu en sources anciennes de toute nature.

  • 52 Vetera monumenta historiam Hungariae sacram illustrantia, Rome, 1859-1860, 2 vol. (actes pontifica (...)

50Contemporaine, somme toute, de la régularisation du paysage institutionnel archivistique, la grande revalorisation des archives aux années 1860 clôt l’époque romantique qui l’avait en partie préparée : archives réaffirmées comme pièces authentiques, archives mieux posées, parce que mieux interrogées, comme voies secondaires d’accès à la civilisation. Préparé aussi bien par les Documents inédits qu’aux M.G.H., et par l’esprit du temps qui apprend à traiter les actes comme des récits, le mouvement s’accompagne aux mêmes années de la focalisation de la recherche historique sur les Archives vaticanes, réservoir de richesses impossibles à trouver chez soi, mais aussi et peut-être surtout seule instance internationale pourvoyeuse d’une incontestable légitimité archivistico-historique. On sait que, avant même l’explosion des collections et des instituts étrangers, aux années 1880-1900, les Archives vaticanes encore à moitié secrètes sont prospectées par quelques indépendants : Palacky qui, à la façon des mauristes, publie une Literarische Reise nach Italien im Jahre 1837 ; A.I. Turgeniev qui joint des documents anglais et français en 1842 à sa moisson vaticane au tome II de ses Akty istoričeskie, otnosjaščiesja k Rossii ; Beda Dudik qui en 1855 offre un Iter Romanorum relatif à la Moravie... Mais elles sont d’abord servies par elles-mêmes et par leur remuant préfet, Augustin Theiner, qui y puise à pleines mains de quoi renseigner sur la Hongrie, la Pologne, la Lituanie, la Croatie médiévales, peut-être dans le fil de son propre engagement polémique anti-orthodoxe52.

513. Inaccomplissements et entraves. — Anciennes, authentiques par essence (documents d’archives) ou authentifiées par le travail de l’éditeur (éditions de chroniques assorties du rassemblement des documents d’archives relatifs au chroniqueur ou à ses dires), miroirs de l’esprit national, les sources assemblées avec passion sont donc comme naturellement l’objet de soins jusqu’alors sans équivalent sinon sans précédent.

  • 53 Sur ce dernier aspect, R.-H. Bautier, « Le recueil des monuments de l’histoire du Tiers État et l’ (...)
  • 54 Rapport au roi sur l’avancement des Documents inédits, 2 décembre 1835, éd. X. Charmes, t. II, p.  (...)
  • 55 Rapport sur les publications de 1835 à 1847, éd. X. Charmes, t. II, p. 116-117.

52S’il faut évidemment écarter la tentation du palmarès, on reste pourtant étonné du contraste entre les degrés de réussite des éditeurs et d’implication des autorités, toute considération mise à part sur les méthodes elles-mêmes. Étonné par exemple du fossé qui se voit, en France, entre la rhétorique des plaidoyers et le disparate des réalisations. Quelque géniale ardeur que mettent Benjamin Guérard, Augustin Thierry et leurs saute-ruisseau à éditer des cartulaires et à réunir les documents sur l’ascension aussi séculaire qu’irrésistible du Tiers État53, l’hétérogénéité des résultats atteints par les entreprises officielles ou officieuses est patent, comme est patente la géniale aptitude des rédacteurs de rapports, Guizot, Salvandy, plus tard Delisle, à mettre de l’harmonie, du plan et de l’arrière-plan dans des entreprises très largement individuelles dont on a officiellement avalisé la qualité et l’intérêt : le Journal des états de 1484 offrira au lecteur une « vivante représentation des idées politiques qui occupaient, vers la fin du XVe siècle, les hommes les plus distingués de la société française, nobles, prélats, bourgeois réunis en une assemblée de trois cents personnes discutant et délibérant de concert sur les questions les plus graves pour notre pays »54 ; quant aux Olim, ils « révéleront aux historiens le caractère véritable des époques les plus animées et les plus intéressantes de notre histoire, aux publicistes l’esprit d’un gouvernement dont le principe était incertain et la forme compliquée, et aux jurisconsultes les circonstances qui ont fait naître en France un pouvoir judiciaire dont l’éclat et la puissance sont un des souvenirs glorieux de notre pays »55. Tout certes est bon pour attirer le chaland, et ranimer l’intérêt du ministre et de ses bureaux, mais dénonce autant l’impossible planification...

53Ce n’est pas que les bras ou les documents manquent, c’est aussi et surtout que le lien Nation-langue-sources est affaire assez entendue pour ne pas être brouillé d’autres motifs. S’il ne le dit pas, Guizot cherche dans les documents à éditer l’esprit d’un peuple, et la victoire de l’idée libérale, mais encore la genèse de l’État : d’où, par exemple, le lancement précoce des éditions de correspondances de Henri IV, de Catherine de Médicis, de Mazarin, comme, à la Société de l’histoire de France, de Louis XI puis de Charles VIII, qui montrent rois et ministres dans leur tâche quotidienne de construction étatique.

  • 56 Sous-titre, à vrai dire, d’une série d’articles publiés en 1860 par J. Huyttens, Étude sur les mœu (...)
  • 57 Abondante bibliographie de qualité depuis la synthèse enlevée de F. Vercauteren, Cent ans d’histoi (...)

54Preuve a contrario, et extrême opposé, nulle part sans doute l’édition de sources, de chroniques d’abord, d’actes bientôt, ne devient un enjeu et n’atteint des résultats aussi forts que dans une Belgique partie à la recherche de « Nos ancêtres les Ménapiens »56. Aiguillonnés par le double modèle français et allemand, se plaisant déjà à dire qu’ils n’en tirent que les meilleurs côtés (les idées des Français et la méthode des Allemands), en un pays largement replié sur la politique intérieure, les éditeurs belges du XIXe siècle ne se lancent pas seulement dans la recherche d’une nation perdue, mais encore dans la création rétrospective d’une patrie : mobilisation historiographique unique en Europe, pour prouver qu’une Nation belge préexiste à la création de 1830 et que les révolutions politiques (et les compromis diplomatiques) n’ont fait que la révéler — activité d’ailleurs qui occulte opportunément la partition linguistique, et qui a été fort intelligemment scrutée57.

55Le constat a été durement fait dès avant la naissance de la Belgique, lors de l’inauguration de la chaire d’histoire des Pays-Bas créée à Bruxelles par la maison d’Orange, en 1827 :

  • 58 Cité par F. Vercauteren, op. cit., p. 18-19.

« Si nous avons plutôt des annales décousues, des chroniques morcelées qu’une histoire suivie, c’est que pour avoir une histoire, il faut avoir une patrie (...). L’histoire belgique se perd en quelque sorte dans l’histoire générale des grandes monarchies et plus tard dans les annales particulières des petites provinces »58.

  • 59 Œuvre prolongée, à compter de 1866, par la Table chronologique des chartes et diplômes imprimés co (...)

56Lancé mais trop faiblement soutenu par la maison d’Orange aux années 1826-1827, le projet de recueillir et d’éditer documents authentiques et chroniques inédites fut repris, avec une rare cohérence, aussitôt la nouvelle Belgique née : le 14 août 1832, le jeune archiviste du jeune royaume, Louis-Prosper Gachard, est chargé de publier les « documents inédits et intéressants pour l’histoire nationale qui sont enfermés dans les dépôts de titres du pays » (entreprise abandonnée en 1835) ; le 17 juillet 1834, un arrêté royal ordonne de publier les inventaires des Archives nationales ; le 22 juillet une Commission est « instituée à l’effet de rechercher et mettre au jour les chroniques belges inédites ». Son travail commence à aboutir dès 1836 avec la très fertile Collection de chroniques belges inédites et de documents inédits relatifs à l’histoire de la Belgique, publiée par une instance devenue Commission royale d’histoire, et qui offre vite au pays la meilleure densité européenne d’éditions de sources à la fois narratives et documentaires59.

  • 60 Je suis ici Pierre Jodogne, « La collection des “Anciens auteurs belges” de l’Académie royale de B (...)

57L’Académie royale des sciences, lettres et beaux-arts, réorganisée en 1845, n’est pas en reste. Elle se voit alors assignée comme tâche la mise en œuvre « 1° d’une biographie nationale ; 2° d’une collection des grands écrivains du pays avec traductions, notices, etc. ; 3° de la publication des anciens monuments de la littérature flamande ». Le deuxième volet est vite interprété comme « auteurs belges qui ont écrit en français et en latin », du XIIe au XVIIIe siècle, avec une très patriotique annexion des grandes gloires de l’État bourguignon, voire des grands chroniqueurs de ses fastes, Froissart (né à Valenciennes), Commynes (né à Renescure près d’Aire), Chastellain, et même Olivier de la Marche (originaire de la Bresse, mais « qui s’est assez occupé de notre pays pour être considéré comme un compatriote ») — parti générateur de quelques doublons avec les collections françaises, mais mené à vive allure à compter de 1863. Trente-quatre volumes paraissent alors jusqu’en 1870 : Froissart, Chastellain, Commines occupent le devant de la scène, moins toutefois que leur omniprésent éditeur, Kervyn de Lettenhove, qui se propose même un temps de publier Chrétien de Troyes, qu’il pense alors né en Hainaut60...

58En 1846, enfin, est fondée la Commission pour la publication des anciennes lois et ordonnances. La création à l’université de Louvain, en 1901, d’une collection des Philosophes belges du Moyen Age, qui peinera à trouver un autre enfant du pays que Siger de Brabant, est, dans le ridicule du titre, le terme logique de ces efforts. Spectacle tout aussi unique, semble-t-il, dans l’histoire européenne, la représentation nationale discute à l’occasion des mérites des éditeurs... et des édités. F. Vercauteren a ainsi exhumé les débats parlementaires de février-mars 1884, qui sortent de la période considérée, mais la poursuivent et l’éclairent, à l’occasion du vote des crédits affectés aux Lettres et sciences :

  • 61 Séance du 21 février 1884 (Annales parlementaires de Belgique, session législative ordinaire de 18 (...)

« M. Jottrand, rapporteur. — (...) Dans la session de 1879-1880, j’ai déjà eu l’obligation de me faire ici l’écho de réclamations très sérieuses du dehors au sujet de l’inoubliable édition de Froissart, publiée sous les auspices de la même commission ; cette édition à jamais célèbre, dans laquelle on avait réalisé ce miracle, a dit la critique française, de rendre Froissart ennuyeux ; cette unique et bizarre édition de Froissart, qui a coûté au pays 90,736 fr. 15 c. sans jamais lui rapporter quoi que ce soit, sinon du ridicule. (Protestations à droite.)
M. Tack. — De par l’autorité de M. Jottrand !
M. Frère-Orban, ministre des affaires étrangères. — Quelle somme dites-vous ?
M. Jottrand. — Je dis 90,736 fr. 15 c., y compris les émoluments notables de l’académicien chargé de surveiller la publication. L’édition des chroniques de Froissart comporte 24 volumes qui se vendent maintenant aux épiciers au poids du papier. Elle nous coûte presque autant que les émoluments des membres de l’enquête scolaire dont on fait tant de tapage. (...) Depuis lors une nouvelle publication a eu lieu, sous la direction du même académicien, et elle prête plus encore que le Froissart aux critiques les plus justifiées. Il s’agit des poésies de Gilles li Muisis, que j’ai déjà mentionnées. Ce Gilles li Muisis était, au XIVe siècle, un seigneur ecclésiastique, abbé de la très riche abbaye de Saint-Martin, à Tournai ; très bon vivant, du reste, — ses poésies le montrent, — ayant vraisemblablement mené la vie à grands guides (oh ! oh ! à droite) et qui, dans ses vieux jours, devenu aveugle et ne pouvant plus jouir de tous les plaisirs qu’il a connus avec les seigneurs de son temps, raconte en vers la vie de son époque, assaisonnant ses récits de réflexions morales, historiques et philosophiques. (...) [La découverte du manuscrit en Angleterre] a été une véritable révélation pour les amis de la littérature ancienne de notre pays. Une telle trouvaille livrée au public sous les auspices de l’Académie royale de Belgique semblait devoir être entourée de conditions toutes spéciales de perfection ; on avait tout au moins le droit de l’espérer. Eh bien, pas du tout ; de même que les chroniques de Froissart, cette publication qui, par parenthèse, forme deux volumes qui nous ont coûté 6,045 fr. 30 c., cette publication est criblée de fautes de toute espèce.
M. Van Wambeke. — C’est peut-être un de ses mérites. (Hilarité.) M. Jottrand, rapporteur. — Malgré la très dure leçon qu’avait reçue l’éditeur responsable, à l’occasion du Froissart, il a persisté à agir sans contrôle, il décide lui-même toutes les questions douteuses, ou plutôt il n’y a jamais pour lui de doute, il se croit infaillible et il croit probablement les copistes qu’il emploie aussi infaillibles que lui, car il ne se donne même pas la peine de réviser le texte que lui envoient ses copistes anglais. Il imprime ce texte tel quel. Puis, comme il le faut, du reste, pour ces œuvres anciennes, il fait suivre sa publication d’un glossaire où trouvent place les erreurs les plus singulières, des erreurs telles qu’on ne comprend pas même que l’auteur ait pu les commettre (...). Même ceux qui n’ont qu’une connaissance superficielle de la langue wallonne pourront juger. Le verbe tumer, qui — tout Wallon sait cela — veut dire tomber, devient « se disputer ». (Hilarité.) Reciner, qui veut dire, goûter dans le sens de prendre la collation, devient : s’asseoir à un banquet-, le substantif make, qui veut dire masse, massue, devient un bouclier, et ainsi de suite (...) »61.

***

59Le catalogue des disparités, des ambiguïtés et des tensions serait facilement enrichi. Sur le choix des langues, d’abord, qui opère des tris subtils, dans les titres, les préfaces, les regestes : une langue lointaine et prestigieuse, qui gagne une audience internationale, le latin avant tout, ou parfois le français des diplomates, comme le pratique A. Theiner quand il ouvre son Codex diplomaticus... ; la langue nationale, si farouchement promue, par exemple, dans les éditions hongroises ; ou encore, manque de confiance, la langue anciennement dominante, culturellement légitimante (l’allemand parfois, le suédois en Finlande...). Sur le choix aussi des formats, complexe résultante des traditions, des imitations, des contraintes financières, mais encore de l’image visée : in-folio de la fondation nationale, in-4° de la vulgarisation savante (chez Guizot et aux M.G.H. de la deuxième génération, celle de Mommsen), in-8° de l’homme de goût, mais aussi des entreprises plus pauvres, in-16 in usum scolarum... Ce sont pourtant d’évidentes communautés qui l’emportent, favorisées par une intense circulation des hommes et des idées.

  • 62 Augustin Thierry, « Avant-propos » à Recueil des monuments inédits de l’histoire du Tiers État, 1r (...)

60« Sanctus amor patriae dat animum ». Que l’amour sacré de la patrie donne courage ne résonne pas qu’aux oreilles des collaborateurs et des souscripteurs des M.G.H., mais partout ou presque en Europe. Et partout ou presque, les grandes collections de sources éditées apportent leurs pierres aux Palais de la Nation. Encore faut-il bien restituer, avec H. Fuhrmann, la source et la direction de ce « patriotisme » éditorial, où l’éditeur, dans son travail ingrat, a le cœur réchauffé par l’amour de la patrie ; où ses compatriotes, espère-t-il, auront le cœur réchauffé par les récits des temps de leurs aïeux. Car, sous le regard fervent et généreux de ces « hommes studieux qu’anime à la fois l’amour de la science historique et l’amour de la contrée natale »62, l’amour de la patrie semble avoir été plus un aiguillon que l’indépassable horizon où se bornera et se durcira le regard des dernières décennies du XIXe siècle.

Notes

1 Éd. Xavier Charmes, Le Comité des travaux historiques et scientifiques (histoire et documents), Paris, 1886, 3 vol. [désormais : X. Charmes], t. II, p. 3.

2 Expression reprise à l’introduction mise par le lieutenant général Pelet à l’édition des Mémoires militaires relatifs à la succession d’Espagne sous Louis XIV (Paris, 1835, p. ii), l’une des toutes premières publications du Comité des travaux historiques et scientifiques : « La publication des documents qui produisent au grand jour les secrets des temps reculés, qui souvent rectifient les mensonges accrédités par les panégyristes ou les critiques, a toujours été un bienfait pour la science. Aujourd’hui ce bienfait est inappréciable, puisque dans une partie de l’Europe les citoyens sont appelés à l’exercice des droits politiques, et prennent part aux affaires du gouvernement. Ces publications donnent à toutes les classes les moyens d’étudier les causes réelles des événements, d’apprécier leurs résultats, d’en prévoir les conséquences les plus éloignées. »

3 Trente et un volumes paraissent sous la nom de la Société, à Douglas, de 1859 à 1882.

4 Documents concernant l’histoire de la Transylvanie, de la Moldavie et de la Valachie, 6 vol. parus de 1929 à 1933.

5 Peter Georgisch, Regesta chronologico-diplomatica in quibus recensentur omnis generis monumenta publica, Francfort-Leipzig, 1740-1744, 4 vol. Secousse, Lacurne et l’Abbé de Foy, Notice des diplômes, des chartes et des actes relatifs à l’histoire de France, qui se trouvent imprimés et indiqués dans les ouvrages de diplomatique, dans les jurisconsultes et dans les historiens, t. I, Paris, 1765 ; repris par Bréquigny dans Table chronologique des diplômes, chartes, titres et actes imprimés concernant l’histoire de France, à partir du t. I, Paris, 1769, qui revendique l’imitation de l’Anglais Rymer, tout en dépassant son propos, mais ignore Georgisch, comme l’a fait remarquer Pardessus en préface au t. IV (Paris, 1836, p. ii).

6 Antoine Perrin, Collection universelle des mémoires particuliers relatifs à l’histoire de France, Londres-Paris, 1785-1807, 70 vol., est le grand précurseur, parfois reconnu, des multiples collections françaises du premier XIXe siècle. On en dirait autant de l’Espagne avec la célèbre « collection de Sancha », nommée d’après son imprimeur (Colección de las crónicas y memorias de los reyes de Castilla, 1779-1787, 7 vol.), ou du Portugal (Collecção de livros ineditos de historia portugueza, 1790-1824, 5 vol.).

7 On retrouve ici, en un domaine mineur, l’un des deux grands thèmes développés dans le beau livre d’Anne-Marie Thiesse, La création des identités nationales, Europe, XVIIIe-XIXe siècle, Paris, 1999 : « Il n’y a rien de plus international que la formation des identités nationales », et le XVIIIe siècle y a posé des bases essentielles et peu reconnues. On verra que l’autre volet, selon lequel le « patriotisme » du premier XIXe siècle passe aussi par de vastes échanges et par une forme de cosmopolitisme, est tout aussi bien confirmé dans le domaine des éditions de sources.

8 Thomas Brechenmacher, « Julius Ficker: ein deutscher Historiker in Tirol », dans Nationalismus und Geschichtsforschung/Nazionalismo e storiografia, Bozen/Bolzano, 1997 (Geschichte und Region, 5), p. 53-92.

9 Sur les M.G.H., Harry Bresslau, Geschichte der Monumenta Germaniae historica im Auftrage ihrer Zentraldirektion, Hanovre, 1921 (Neues Archiv der Gesellschaft für altere deutsche Geschichtskunde, t. 42, 1921) ; quelques contributions aussi parues pour le 175e anniversaire dans Deustches Archiv, t. 50, 1994. Résumé très commode par David Knowles, Great historical entreprises, Problems in monastic history, Londres, 1963, p. 65-97. Court mais très suggestif, Horst Fuhrmann, « Les premières décennies des Monumenta Germaniae historica », dans Francia, t. 21, 1994, fasc. 1, p. 175-180. Plus largement, bonne synthèse sur les études diplomatiques en Allemagne et Autriche par Heinrich Fichtenau, « Diplomatiker und Urkundenforscher », dans Mitteilungen des Instituts für Osterreichischen Geschichtsforschung, t. 100, 1992, p. 9-42. — X. Charmes (exposé au t. I, documents officiels du XIXe siècle et appendices bibliographiques au t. II, instructions au t. III) donne une histoire nourrie, mais « autorisée », du Comité des travaux historiques et scientifiques, à lire donc d’un œil critique. — La Commission royale d’histoire, 1834-1934, livre jubilaire, Bruxelles, 1934.

10 A ma connaissance, l’exposé général le mieux informé est celui de Raoul C. Van Caenegem, avec la coll. de Ferdinand-Louis Ganshof, Introduction aux sources de L’histoire médiévale : typologie, histoire de l’érudition médiévale, grandes collections, sciences auxiliaires, bibliographie, nouv. éd. mise à jour par Luc Joqué, trad. de l’anglais par Baudouin Van den Abeele, Turnhout, 1997 (Corpus christianorum, Continuatio mediaevalis), spéc. p. 219-276 (surtout pour l’Europe occidentale). Mais des voies très neuves ont été ouvertes, sur l’histoire des méthodes d’édition et son intérêt, par Hartmut Hoffman, « Die Edition in den Anfängen der Monumenta Germaniae historica », dans Mittelalterliche Texte : Uberlieferung, Befunde, Deutungen, Kolloquium der Zentraldirektion der Monumenta Germaniae historica (28.-29. Juni 1996), hrsg. von Rudolf Schieffer, Hanovre, 1996 (M.G.H. Schriften, 42), p. 189-232.

11 On regrette tout particulièrement que les actes du colloque dirigé par Robert-Henri Bautier, « Le temps où l’histoire se fit science, 1830-1848 » (Paris, 1985), n’aient jamais pu être publiés autrement que pour quelques contributions, parues en ordre dispersé. Même limitée, ma quête bibliographique s’est largement appuyée sur les facilités que m’ont procurées la Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne et la Bibliothèque nationale de France, et quelques recueils, à commencer par l’inestimable Repertorium fontium historiae Medii Ævi, primum ab Augusto Potthast digestum, nunc cura collegii historicorum e pluribus nationibus emendatum et auctum, t. I, Series collectionum, Rome, 1962 (ne concerne que les collections, mais avec une conception extensive de celles-ci) ; compléments ponctuels à prendre dans Hermann Œsterley, Wegweiser durch die Literatur der Urkundensammlungen, Berlin, 1886, 2 vol., et Leo Santifaller, Neuere Editionen mittelalterlicher Königs- und Papsturkunden : eine Übersicht, Vienne, 1958 ; Olivier Poncet, Les entreprises éditoriales liées aux archives du Saint-Siège : histoire et bibliographie (1880-2000), Rome, 2003 (Collection de l’Ecole française de Rome, 318). Je suis enfin grandement redevable aux amicales communications de Philippe Boutry, Werner Maleczek, Hana Patkova, Jacques Pycke, Irena Sulkowska-Kuras, Wladimir Vodoff.

12 Philippe Contamine, « La Société de l’histoire de France et son programme de travail de 1834 à 1851 », dans Annuaire-bulletin de la Société de l’histoire de France, 1987, p. 135-143.

13 Termes à nouveau empruntés au rapport de Guizot en 1833 (éd. X. Charmes, t. II, p. 4). Ils sont largement repris par Salvandy en 1839 : « Nulle institution, Site, n’a mieux marqué le caractère vraiment libéral de votre gouvernement que la création des Comités destinés à mettre en lumière et à conserver tous les monuments enfouis de l’histoire nationale » (X. Charmes, t. I, p. cli).

14 Toujours le rapport de Guizot en 1833 : « Il est telle de ces villes qui peut nous offrir une correspondance non interrompue avec tous nos souverains pendant cinq ou six siècles, telle autre qui possède plus de deux ou trois mille chartes, plus de dix mille pièces de tout genre, non seulement inédites, mais inconnues des paléographes et dont aucune analyse, aucun catalogue n’a encore révélé l’importance... » (X. Charmes, t. II, p. 5).

15 Décompte (d’après X. Charmes, t. II, p. 376-383) des seuls volumes d’édition de sources publiés par le Comité des travaux historiques et scientifiques. Une répartition plus fine fait apparaître un trait déjà bien connu, l’essoufflement assez rapide des parutions au fil des décennies : 29 volumes en 1835-1839, 45 en 1840-1849, 40 en 1850-1859, 26 en 1860-1869, 22 en 1870-1879.

16 C’est-à-dire guère avant les années 1890. Sur la politique de publication des Archives françaises, Françoise Hildesheimer, « Les premières publications des archives », dans Histoire de France, historiens de la France, éd. Yves-Marie Bercé et Philippe Contamine [colloque de Reims, 1993], Paris, 1994, p. 281-299, et « Les Archives nationales au XIXe siècle : établissement administratif ou scientifique ? », dans Histoire et archives, n° 1, janvier-juin 1997, p. 105-135.

17 Prologue du premier volume (1842), p. 7-9. Le discours est le même, mais le ton moins enflammé au premier volume (1851) du Memorial histórico español, un recueil de documents de l’époque d’Alphonse le Sage (p. iii) : « La Real Academia de la Historia consideró siempre como uno de los mas interesantes objetos de su instituto salvar de la destruccion los documentos antiguos, y darlos á la prensa ordenadamente para ilustrar los sucesos de la Historia nacional. Dispersos y diseminados en diferentes archivos, cumplía en verdad reunirlos y publicarlos. (...) Creció la necesidad de adoptar un pronto remedio al ver que desaparecían archivos respetables, que se destruían muchos de sus códices y documentos, que otros perdían en manos iliteratas los caractéres que aseguraban su autenticidad, y que no pocos figuraban en los archivos y museos extrangeros, acusando á la Nacion que se dejó arrebatar con ellos los testimonios de sus glorias » (voir aussi, sur un autre point, les très intéressantes déclarations de la p. x, sur le souci d’unir érudition et philosophie).

18 Collecion de documentos inéditos del Archivo general de la Corona de Aragon (1847, volume consacré à une matière non moins prestigieuse, les Procesos de las antiguas cortes y parlamentos de Cataluña, Aragon y Valencia), p. iii-iv et vi.

19 C’est en 1873 que la collection déborde les frontières sardes, avec le Codex diplomaticus Langobardiae (t. XIII), si l’on excepte les lois lombardes, Edicta regum Langobardorum, publiées en 1855 par le comte Carlo Baudi di Vesme (t. VIII) ; encore l’éditeur avait-il souligné en introduction que les lois lombardes avaient eu cours dans presque toute l’Italie, ce qui excusait son audace. On met en tête du premier volume, Historiae patriae monumenta, Chartarum, t. I, Turin, 1836, le décret royal de fondation de la Deputazione sopra gli studi di storia patria (1833), dont le préambule pose le souverain dans le statut de mécène : « Gli studi istorici sono oggidi, più che nol fossero mai, in meritato onore presso le meglio coite e le meglio incivilité Nazioni, ed il favoreggiarli è ufficio di Principe, cui stia a cuore e la propria, e la gloria dei popoli sottoposti al suo reggimento. In tempi, in cui le buone discipline non avevano puranco aggiunta quella prospera condizione, in che sono di presente, i Reali nostri Predecessori davano già nobilissimi esempi di splendida e generosa protezione a quelle imprese letterarie, che speravano potessero tornar vantaggiose a rischiarare historia di questi Stati. » Après l’Unité, la tâche, métamorphosée, est reprise par un Institut historique italien qui publie, mais à compter de 1887 seulement, à Rome, des Fonti per la storia d’Italia : titre, format et typographie sont originaux, comme est totale la domination scientifique allemande.

20 Le premier volume des Diplomata ne paraît aux M.G.H. qu’en 1872, alors que sont déjà parus vingt et un volume de Scriptores et quatre de Leges, comme l’a fait remarquer Carlrichard Brühl, « Die diplomatischen Editionsmethoden und die Regestenarbeit in Deutschland, vorwiegend im Zeitalter der Romantik », dans Mediterraneo medievale, Scritti in onore di Francesco Giunta, [Soveria], 1989 (Biblioteca di storia e cultura meridionale, 2), t. I, p. 173-185. On sait aussi que le volume, consacré aux actes des rois mérovingiens, est d’une pitoyable médiocrité, occasion d’une profonde restructuration et d’une scientificité accrue de l’entreprise.

21 Avec l’extraordinaire volume des Antiquitates americanae, sive Scriptores septemtrionales rerum ante-columbianarum in America/Samling af de i Nordens oldskrifter..., edidit Societas regia antiquariorum septentrionalium [aux soins de Carl Christian Rafn], Copenhague, 1837. Le recueil, qui veut prouver que, pendant six siècles ou presque, les Scandinaves ont fréquenté les Amériques, mêle textes et fausses trouvailles cartographiques et archéologiques, et donne des traductions latines, de la préface comme des sources, pour mieux se faire entendre. En dépit des présupposés de l’ouvrage, le niveau scientifique est aussi notable que le sera sa résonance historiographique : Vikings, the North Atlantic Saga, éd. William W. Fitzhugh et Élisabeth I. Ward, Washington, 2000, spéc. p. 375.

22 Je ne peux que renvoyer à la très précieuse analyse de W. Vodoff, « Les publications et les catalogues de chartes russes et lituano-russes du Moyen Age et du XVIe siècle », dans Archiv für Diplomatik, t. 27, 1981, p. 184-231, dont je reprends sans vergogne les données de base.

23 La très politique préface du premier volume paru (t. I des Scriptores) dresse, en 1826, un vif contraste entre les troubles et le rétablissement politique de la nation allemande, « discordia... intestino dissidio... reipublicae calamitate », puis « communis patriae decora honori suo restituta et praeclaris patrum facinoribus animi ad gravissima quaeque pro avita libertate subeunda... concordia... ». Mais elle entend surtout tracer un programme de travail et d’éducation des esprits pour temps de paix retrouvée : « [Libertate] universorum discrimine et nobilissimo sanguine fuso, recuperata, dum optimus quisque in eo praecipue conspirabat ut concordia, qua una patria salva esse potest, sanctissime coleretur, et antiqua virtus cladibus atque victoriis iterum reperta superstitum animis ita infigeretur, ut in aeternum staret, nec ulla unquam oblivione deleretur, tum vero fieri non potuit quin gentis historia, quae patriae vivere, dum mori non amplius oporteat, eoque nascendi quodammodo pretium referre docet, concordi principum civiumque voto expetita, unanimi quoque in posterum studio coleretur » (p. xiii-xiv).

24 Sur le mouvement historique autrichien en général, synthèse commode de Heinrich Schmidinger, « Erforschung des Mittelalters : Institutionen und Unternehmungen in der Habsburgermonarchie (im 19. Jahrhundert) », dans Italia e Germania, Immagini, modelli, miti fra due popoli nell’Ottocento : il Medioevo/Das Mittelalter, Ansichten, Stereotypen und Mythen zweier Völker im neunzehnten Jabrbundert : Deutschland und Italien, éd. Reinhard Elze et Pierangelo Schiera, Bologne-Berlin, 1988 (Annali dell’Istituto storico italogermanico in Trento, Contributi, 1), p. 405-440. Je regrette de n’avoir pu prendre connaissance de l’ouvrage de Britta Rupp-Eisenreich et Justin Stagl, Kultunvissenchaft im Vielvölkerstaat : zur Geschichte der Ethnologie und verwandter Gebiete in Österreich, ca. 1780-1918, Vienne, 1995.

25 Heinrich Felix Schmid, dans son avant-propos à l’ouvrage de Richard Georg Plaschka, Von Palacky bis Pekar : Geschichtswissenschaft und Nationalbewusstsein bei den Tschechen, Graz, Cologne, 1955 (Wiener Archiv fur Geschichte des Slaventums und Osteuropas, 1), a fortement insisté sur la capacité d’attraction de Vienne, avant même qu’elle ne soit devenue un relais de la science allemande : c’est à Vienne, par exemple, que parurent les premières collections scientifiques de sources hongroises (Johann Georg von Schwandner, Scriptores rerum Hungaricarum veteres ac genuini, 1746-1748 ; István Kaprinai, Hungaria diplomatica temporibus Mathiae de Hunyad, 1767-1771), comme les premiers grands jalons de la slavistique.

26 Cette initiative privée pour les quatre premiers volumes, parus de 1865 à 1867, est ensuite reprise par l’Académie des sciences ; mais dès le début la page de titre imite celle des M.H.H. — Un très précieux panorama historico-bibliographique, classé par institutions, est donné dans l’ouvrage collectif Les éditions de sources de l’histoire hongroise, 1854-1930, sous la dir. d’Émeric Lukinich, Budapest, 1931.

27 Comme plus d’une fois, les monuments du droit ancien ont ouvert la marche, ici dès 1846 avec la série des Norge garnie Love indtill 1387, « Lois anciennes de la Norvège jusqu’à 1387 ».

28 A la suite des Bidragtill Finlands historia, recueils de documents divers publiés à Helsingfors, 1881-1917, 5 vol.

29 Avec les célèbres poésies de Hanka, qui troublèrent la philologie européenne jusqu’à Paris, avant d’être définitivement reconnues comme une vraie-fausse supercherie, mélange d’œuvres anciennes, de chants très réels, d’Ossian et de Chateaubriand.

30 Constatant que Dobner n’a donné que 150 actes sur la Moravie alors qu’il en a repéré lui-même plus de 2 200, Boczek regrette pourtant des lacunes de collecte : « Accrevisset forsan copia diplomatum si collectio Cerroniana, Mss. patriis refertissima, quam ut amissam hodiedum Moravia dolet, patriae suae restituta, jurisque publici facta fuisset » (préface du t. I, p. xi).

31 Noter toutefois que le tome II ne paraîtra qu’en 1882. Comme Boczek, Erben s’appuie sur l’autorité de Palacky, dont il est d’ailleurs un disciple direct, en même temps qu’archiviste de la ville de Prague — un poste clef dans l’historiographie médiévale tchèque, où lui succédera Josef Emler.

32 Signalé et traduit par Louis Léger, La renaissance tchèque au dix-neuvième siècle, Paris, 1911, p. 131-132.

33 Pour être aussi enflammée qu’ailleurs, la préface mise au premier tome des M.P.H. se colore d’accents peu communs, qui disent bien la difficulté de l’entreprise, au plan matériel (absence de société savante et de bibliothèque centrale vouées à l’histoire nationale) comme moral : « Même dans un environnement aussi hostile, la nation ne peut abdiquer ses devoirs éthiques. Elle doit marcher avec dignité et résignation [sic] sur la voie que lui indique la Providence ; elle doit, pour son bien et celui de l’humanité entière, s’efforcer de montrer son histoire dans une lumière véridique ; elle serait indigne de sa vocation si elle avait répudié son passé. C’est pourquoi il nous faut collecter les monuments de notre histoire avec un soin d’autant plus méticuleux et travailler à les éclaircir et à les publier avec un zèle d’autant plus fort que monte le danger qui les menace » (je remercie chaleureusement Krzysztof Pomian, qui a bien voulu traduire le passage). Les entreprises « éclairées » avaient connu une belle floraison au XVIIIe siècle, mais pour produire des corpus inachevés, comme celui de Mathias Dogiel (Codex diplomaticus regni Poloniae et magni ducatus Lithuaniae, Vilnius, 3 vol. parus, 1758-1764). La tentative est reprise par Léon Rzyszczewski et Anton Muczkowski, premiers éditeurs du Codex diplomaticus Poloniae, quo continetur privilegia regum Poloniae, magnorum ducum Lithuaniae, bullae pontificum necnon jura a privatis data, Varsovie, 1847-1858, 4 vol. ; au t. I, préface bilingue latin, avec médiocre variation sur l’intérêt des chartes (« Procul dubio est diplomata sic dicta suppeditare historiae, rebus scilicet gestis, uberrimos eosque luculentissimos fontes : ilos [sic] proferunt et patefaciunt mutuas populorum necessitudines, illustrantque eorum leges et mores ; ilis postremum memoriae traduntur nomina a historiographis celebranda ; illa denique maximo sunt adjumento in conquirendis cujusque generis antiquitatibus », p. ii), mais vibrant appel à la conservation d’archives privées qui se perdent (« quae forsitan neglecta putrescunt, abjecta ad corrodendum a blattis et tineis », p. x), alors que les auteurs ont surtout pu exploiter les archives du royaume de Pologne et deux fonds d’archives familiales.

34 Ce trait a été finement souligné par T. Brechenmacher, Crossdeutsche Geschichtsschreibung im neunzehnten Jahrhundert : die erste Generation, 1830-1848, Berlin, 1996 (Berliner historische Studien, 22), p. 274 : animé par l’idée que les actes délivrent un accès objectif à la réalité historique, Böhmer voulut en 1829 présenter dans son Codex diplomaticus Moenofrancofurtanus tous les actes du XIIIe siècle de Francfort, comme permettant tous d’atteindre un horizon ou l’autre de l’histoire publique ou privée.

35 Un recueil finalement aussi peu large que le Codex diplomaticus Poloniae... annonce pourtant en préface (t. I, 1847, p. viii) : « In eligendis diplomatibus spectabitur tantum eorum fides authentica. Sive illa proficiscentur a regibus, sive a ducibus, sive a privatis viris, sive ab ecclesiasticis : ne multa, omnia publica et privata nostro corpori inserentur, nam aeque sunt magni momenti et pariter observanda, quippe quae res praeteritas lucidas reddant, ignotasque detegant ».

36 « Quod vero tempora praecedentia attinet, exiguum illum Bavariae et Austriae diplomatum aliorumque monumentorum numerum, quae usque ad medium aevum XII. progrediuntur, adjeci, in quibus Slavorum utriusque terrae incolarum mentio fit, qui profecto rami ejusdem stirpis Bohemiae Slavorum erant et in his ipsis monumentis non nunquam Bohemi coloni nominantur » : préface au t. I, p. vi.

37 A. Boczek, Codex diplomaticus et epistolaris Moraviae, t. I, 1836.

38 Monumenta Poloniae historica, t. I, 1864.

39 Avant le grand bond en avant de la fin des années 1880, J. Madival et E. Laurent complètent à partir de 1867 leurs Archives parlementaires de la période 1787-1799, et poussent l’audace jusqu’à reproduire, mots pour mots, la préface enflammée qui avait été mise en l’an IV en tête du Moniteur universel. Dans la foulée, ils donnent aussi, intégrés à cette première série en neuf volumes, les Cahiers des états généraux, clergé, noblesse, tiers état, classés par lettres alphabétiques de bailliage ou de sénéchaussée. Même manifestation qu’aux années 1830 de la prégnance du modèle anglais : l’initiative de la publication est attribuée au Corps législatif, « qui ne veut rien avoir à envier aux Parliamentary reports anglais » (avertissement au t. I).

40 « La séparation est si profonde entre notre temps et les temps passés, la politique de notre époque est si peu solidaire de celle des siècles antérieurs que le gouvernement peut, sans crainte et sans scrupule, associer le public à une partie de ces richesses historiques » : rapport du 31 décembre 1833 (éd. X. Charmes, t. II, p. 6). Voir, en écho, l’avertissement de Mignet à l’édition des Négociations... (1835) : « Le ministère des Affaires étrangères était naturellement appelé à prendre part à une aussi importante collection. Il possède, dans ses archives, les documents les plus nombreux, les plus authentiques et les plus secrets sur les deux derniers siècles. La plus grande partie de ces documents a cessé d’appartenir à la politique pour entrer dans le domaine de l’histoire. Aucun obstacle ne s’oppose donc à leur publication » (p. [i-ii]).

41 Raison qui pousse aussi l’éditeur à abandonner en préface le latin pour le français : « Notre coutume était de placer en tête de[s] documents que nous avons publiés jusqu’ici sur la Hongrie et la Pologne un discours latin. Nous nous en abstenons aujourd’hui. Car prenant en considération les préoccupations générales que fit naître la nature du sujet présent, nous voudrions espérer que ce volume pourra se rencontrer parfois entre les mains de quelques hommes d’État qui, absorbés par leurs nombreuses occupations, nous sauront gré sans doute de leur présenter quelques pages écrites en français » (t. I, p. iii, note *). Voir aussi p. x : « La publication de ces documents détruira, nous l’espérons, bien des préjugés nourris et répandus jusqu’à présent, par l’ignorance ou la mauvaise foi, au sujet des papes et du gouvernement temporel du Saint-Siège ». Les documents, transcrits avec l’aide d’un jeune chartiste, le comte Henri de Lépinois, sont disposés pour montrer que, depuis Pépin jusqu’au XVIe siècle, il y a eu, tout au long du Moyen Age, un exercice continu du gouvernement temporel par les papes. Par appétence et compétence, l’éditeur s’attarde donc sur le Moyen Age, les temps modernes n’étant qu’effleurés à la fin du t. III.

42 Circulaire du 15 mai 1835 aux correspondants du ministère de l’Instruction publique : « En ce qui concerne la littérature, Monsieur, j’appellerai d’abord particulièrement votre attention sur ce qui pourrait éclairer les origines de notre langue, et la culture qui s’est développée dans les divers genres de composition, à partir du XIe siècle jusqu’au XVIe, durant cette période qui comprend la naissance, le premier emploi et le premier éclat de notre langue vulgaire. (...) Des écrits en apparence très étrangers à l’histoire littéraire peuvent s’y rattacher par quelque point. Des traités en langue vulgaire sur les divers arts et métiers, sur diverses parties des sciences d’alors, des livres de compte même, peuvent devenir précieux pour l’histoire des origines et des progrès de la langue, par leur date, par leur terminologie. (...) On ne devra pas omettre non plus les poèmes latins de ces âges (...), beaucoup de mots français, d’expressions françaises, plus ou moins altérées de l’ancien latin, ayant contracté cette altération dans leur forme de basse latinité. (...) Des manuscrits de poèmes ou chroniques en langue romane provençale ne sont nullement exclus de votre recherche. Tout ce qu’on en pourra découvrir et recueillir sera porté à l’information des personnes savantes qui se sont occupées plus particulièrement de cette branche de notre littérature (...). Les ouvrages en langue trouverre qui ont été composées dans un dialecte provincial particulier méritent attention ; on pourrait en éclairer l’étude par la connaissance du patois moderne correspondant » (éd. X. Charmes, t. II, p. 34 et 36).

43 Voir la réédition des Instructions pour un Recueil général des poésies populaires françaises (1852-1857), commentées par Jacques Cheyronnaud, Paris, 1997 ( ormat, 26). Sur un précurseur malheureux de cette recherche, voir Aux sources de l’ethnologie française : l’Académie celtique, édité et préfacé par Nicole Belmon, Paris, 1995 (Format, 19). Fondée en 1807 pour la « recherche de la langue et des antiquités celtiques », l’Académie s’intéressait aux dialectes, jargons et patois, comme au folklore, visant à « recueillir, écrire, comparer et expliquer tous les monuments, tous les usages, toutes les traditions (...), en un mot expliquer les temps anciens par les temps modernes ». A trop celtiser, elle échoua, mais le temps n’était pas venu, avant le Second Empire, de recherches sur le folklore (N. Belmon, op. cit., p. 15).

44 Scriptores, t. I, p. xxv-xxvi.

45 Grand thème de Guizot, repris dans le rapport de Salvandy au roi de 1839 : « Cette histoire n’est pas seulement celle des faits publics, déjà enregistrés par les historiens ; c’est surtout celle des diverses classes de la société, telle que le vaste travail dû à M. Augustin Thierry sur le Tiers État, celle des institutions, des coutumes, des lois, de toute cette partie oubliée de la vie des nations, que la France a intérêt à rechercher par elle-même et pour les autres peuples, puisque ce sont là les origines de cet esprit libre et fécond qui, par la Révolution française, a changé l’aspect du monde » (X. Charmes, t. I, p. cli).

46 La maxime de Montesquieu, « Chercher l’histoire dans le droit et le droit dans l’histoire » (X. Charmes, t. I, p. cxxxiv) est joliment enrichie au début du XIXe siècle : « Étudier le droit dans l’histoire, et l’histoire dans les monuments antiques et les chartes » (L. Coste, Éloge historique de François-Nicolas-Eugène Droz, t. à p. du Magazin encyclopédique,, avril 1807, p. 2, cité par Anne-Claire Hägi, Edition du cartulaire et du chartrier de l’archevêché de Besançon, 1095-1268, thèse de l’École des chartes, 1994, t. I, p. 152).

47 Voir par exemple le « Discours préliminaire », p. V, du t. I de la 1re série de la Collection des mémoires relatifs à l’histoire de France de Petitot, Paris, 1819 : « On se plaint de la sécheresse de l’Histoire de France et c’est ce qui donne tant d’attrait aux Mémoires où se trouvent les détails qu’on regrette. Nos historiens ont malheureusement moins puisé dans cette source précieuse que dans les chartes, ordonnances er diplômes qui constatent les grands événements, mais qui n’en développent pas les causes. Les intérêts, les opinions, les passions, ces puissants mobiles des actions humaines, disparaissent presque toujours dans les histoires modernes : destinées ou à n’être que de simples chroniques, ou à faire prévaloir des systèmes. »

48 On trouve ainsi parmi les Documents inédits concernant spécifiquement l’histoire moderne, et parus jusqu’en 1870 : le Journal d’Olivier Lefèvre d’Ormesson (1860-1861) ; plusieurs volumes de Négociations diplomatiques... auxquels se rattachent les documents sur la captivité de François Ier (1847) ; et surtout des recueils de correspondances, celle de Henri d’Escoubleau de Sourdis publiée en 1839 par un Eugène Sue (qui présentera aussi au ministère un projet de publication de mémoires sur les galères : Arch. nat., F17 3297), les lettres missives de Henri IV (série ouverte en 1843), la correspondance administrative du règne de Louis XV (1850-1855), les lettres de Mazarin (série ouverte en 1853). Fort peu donc de documents de gestion ou réglementaires, si l’on excepte ceux qui sont intégrés aux très prolixes Archives... de la ville de Reims. La Société de l’histoire de France lance des éditions de chroniqueurs (Enguerrand de Monstrelet, 1857-1862), mais aussi et surtout de correspondances : de Mazarin (un seul volume, mais dès 1836), de Maximilien Ier et Marguerite d’Autriche (1839), de Marguerite d’Angoulême (1841), de Marguerite de Valois (1842), avant de promouvoir plus scientifiquement l’édition des lettres de Louis XI (premier volume en 1878). Ici pourtant, il y a eu aussi foisonnement d’idées géniales : les sélections (un peu audacieuses) de Louis Douët d’Arcq dans les documents jugés les plus prosaïques, lettres de chancellerie ou comptes de l’Argenterie et de l’Hôtel du roi aux XIVe -XVe siècles, autour du règne de Charles VI (1851, 1863-1864, 1865), qui colorent avec éclat la restitution des mœurs et des goûts ; l’austère recherche de la Bibliographie des Mazarinades et des Choix de Mazarinades (au total cinq volumes de 1850 à 1853)... — Voir aussi, en Belgique, les multiples éditions de correspondances par l’archiviste Louis-Prosper Gachard, les plus volumineuses étant celles de Guillaume le Taciturne (1850-1857, 6 vol.), de Marguerite d’Autriche avec Philippe II (1867-1881, 3 vol.), de Maximilien d’Autriche au sujet des Pays-Bas (1851-1852, 2 vol.), de Philippe II au sujet des Pays-Bas (1848-1879, 5 vol.), des souverains aux états des Pays-Bas (1851).

49 Alexandre Tuetey, Journal de Nicolas de Baye, greffier du parlement de Paris, 1400-1417, texte complet [!], Paris, 1885 (Société de l’histoire de France).

50 Introduction à Chronique rimée de Philippe Mouskes, t. I, Bruxelles, 1836, p. ii : « Il faut surtout puiser aux sources primitives, consulter les auteurs originaux, sans négliger ces actes qui, présentant l’empreinte immédiate des faits, s’identifient en quelque sorte avec eux et, restés étrangers aux artifices littéraires dont les productions les plus naïves ne sont jamais entièrement exemptes, constatent des circonstances inconnues, redressent des traditions erronées et expliquent d’autant mieux les choses qu’ils n’avaient pas pour but de les expliquer. » Déjà Bréquigny en 1769 annonçait Guizot et Reifenberg en écrivant en préface au t. I de sa Table chronologique... (p. iii) : « Ceux qui veulent étudier à fond notre histoire doivent puiser leurs connoissances dans deux sources différentes : les écrits historiques qui contiennent les récits des faits ; et les diplômes, les chartes et autres pièces authentiques, qui servent de preuve ou de supplément à ces récits. On s’est longtemps borné à la première de ces sources. Ce n’étoit pas la plus pure ; mais c’étoit la plus accessible (...). A son exemple [celui de Catel en 1623, crédité d’avoir été le premier à leur faire une place de choix] les savans pénétrèrent dans les archives, et enrichirent à l’envi leurs ouvrages des pièces que ces dépôts leur fournirent. Nos jurisconsultes publièrent, à l’appui de leurs opinions, les actes qui servent de fondement à notre droit public et privé ; nos antiquaires firent sortir des ténèbres les monumens les plus certains de nos anciens usages ; les écrivains des histoires de nos provinces, de nos villes, de nos monastères, de nos familles, mirent au jour un nombre infini de titres inconnus jusqu’alors. »

51 « Peu de monuments reçoivent une plus forte empreinte de leurs siècles que les chartes ; et l’on pourrait dire d’un cartulaire que chaque page y porte sa date avec soi » : B. Guérard, Avant-propos des « Prolégomènes » au Cartulaire de l’abbaye de Saint-Père de Chartres, t. I, Paris, 1840 (Documents inédits, Collection des cartulaires de France, 1), p. v.

52 Vetera monumenta historiam Hungariae sacram illustrantia, Rome, 1859-1860, 2 vol. (actes pontificaux de 1216 à 1526) ; Vetera monumenta Poloniae et Lithuaniae gentiumque finitimorum, Rome, 1860-1864, 4 vol. (actes pontificaux de 1217 à 1775) ; Vetera monumenta Slavorum meridionalium historiam illustrantia, Rome, 1863, et Zagreb, 1875 (actes pontificaux de 1198 à 1800 ; la publication à Zagreb s’explique par le fait que Theiner avait été écarté des Archives en 1870). Joindre, moins amples, Monuments historiques relatif aux règnes d’Alexis Michailowitch, Feodor III et Pierre le Grand, czars de Russie, extraits des archives du Vatican, Vatican, 1859 ; mais aussi Vetera monumenta Hibernorum et Scotorum historiam illustrantia, Rome, 1864. Pour la polémique : L’église schismatique russe d’après les relations récentes du prétendu Saint-Synode, Paris, 1846.

53 Sur ce dernier aspect, R.-H. Bautier, « Le recueil des monuments de l’histoire du Tiers État et l’utilisation des matériaux réunis par Augustin Thierry », dans Annuaire-bulletin de la Société de l’histoire de France, 1944, p. 89-118, qui montre comment l’une des tâches premières du Comité installé par Guizot, « rapprocher et mettre dans tout leur jour les nombreuses et diverses origines de la bourgeoisie française », a vu son acception progressivement étendue par Augustin Thierry, qui chercha à y saisir l’occasion de dresser l’état des villes, bourgs et paroisses de France, puis, plus techniquement, un « répertoire national de tous les actes relatifs à l’histoire des villes municipales, des communes et des bourgeoisies ».

54 Rapport au roi sur l’avancement des Documents inédits, 2 décembre 1835, éd. X. Charmes, t. II, p. 40-41.

55 Rapport sur les publications de 1835 à 1847, éd. X. Charmes, t. II, p. 116-117.

56 Sous-titre, à vrai dire, d’une série d’articles publiés en 1860 par J. Huyttens, Étude sur les mœurs, les superstitions et le langage de nos ancêtres les Ménapiens, comparés avec les usages existant de nos jours dans la Flandre orientale, sur ce que l’on appelle encore à l’époque la « tradition » [orale].

57 Abondante bibliographie de qualité depuis la synthèse enlevée de F. Vercauteren, Cent ans d’histoire nationale en Belgique, t. I, Bruxelles, 1959, à qui je suis extrêmement redevable. Voir aussi Hervé Hasquin, Historiographie et politique : essai sur l’histoire de Belgique et la Wallonie, Charleroi, 1982 (spéc. p. 21-33) ; Jean Stengers, « Avant Pirenne : les preuves de l’ancienneté de la nation belge », dans Académie royale de Belgique, Bulletin de la classe des lettres et des sciences morales et politiques, 6e sér., t. 7, 1996, p. 551-572 (insiste sur le fait que l’idée de « Nation » belge repose largement sur des bases jetées dans les deux dernières décennies du XVIIIe siècle). Je regrette de n’avoir pu consulter l’ouvrage collectif dirigé par Anne Morelli, Les grands mythes de L’histoire de Belgique, de Flandre et de Wallonie, Bruxelles, 1995.

58 Cité par F. Vercauteren, op. cit., p. 18-19.

59 Œuvre prolongée, à compter de 1866, par la Table chronologique des chartes et diplômes imprimés concernant l’histoire de la Belgique d’Alphonse Wauters (envisagée par Gachard dès 1837). Historique général (outre F. Vercauteren, op. cit) dans Académie royale de Belgique, La Commission royale d’histoire, 1834-1934, livre jubilaire, Bruxelles, 1934.

60 Je suis ici Pierre Jodogne, « La collection des “Anciens auteurs belges” de l’Académie royale de Belgique : bilan et perspectives », dans Académie royale de Belgique, Bulletin de la classe des lettres et des sciences morales et politiques, 6e sér., t. 11, 2000, p. 17-36.

61 Séance du 21 février 1884 (Annales parlementaires de Belgique, session législative ordinaire de 1883-1884, Chambre des représentants, ici p. 574-575, dont le texte complet a été très aimablement recherché et communiqué par Mme Anne Dupont, assistante au département d’histoire de l’université de Louvain-la-Neuve). Voir aussi dans la suite de la discussion (p. 577) d’intéressantes interventions sur la nécessité de relancer le programme d’édition d’œuvres flamandes et sur la part à faire à cette activité au sein de l’Académie ; et, à la séance du 5 mars, la réponse de Kervyn de Lettenhove (p. 689 et suiv.).

62 Augustin Thierry, « Avant-propos » à Recueil des monuments inédits de l’histoire du Tiers État, 1re sér., t. I, Paris, 1850 (Documents inédits), p. viii.

Table des illustrations

Légende 1. Fontes rerum Austriacarum/Österreichische Geschichtsquellen, Diplomataria et acta, t. I, Vienne, 1849(Exemplaire Arch. nat., Paris)
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/675/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 274k
Légende 2. Monumenta Hungariae historica/Magyar történelmi Emlékek, Diplomataria, t. I, Pest, 1857(exemplaire Arch. nat., Paris)
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/675/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende 3. Monumenta spectantia historiam Slavorum meridionalium, t. I, Zagreb, 1868(exemplaire et cliché Bibl. nat. de Fr., Paris)
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/675/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 249k
Légende 4. Signatures d’Hernan Cartés reproduites en tête du t. I de la Coleccion de documentos inéditos para la historia de España,Madrid, 1842, face à la p. 10 (exemplaire Bibl. inter-univ. de la Sorbonne, Paris)
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/675/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 199k

© Publications de l’École nationale des chartes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.