Version classiqueVersion mobile

Archives et nations dans l’Europe du XIXe siècle

 | 
Bruno Delmas
, 
Christine Nougaret

Les documents au service de la Nation

Nation, archives et bibliothèques au XIXe siècle

The Nation, archives and librairies in the 19th century

Claude Jolly

Résumé

D’une certaine façon, les archives font exister la Nation, constituant un élément de la preuve de l’existence de la Nation et sont indispensables à sa représentation par elle-même. Pour les bibliothèques, la problématique est totalement différente : c’est la Nation qui fait exister les bibliothèques, c’est la représentation que la Nation a d’elle-même qui génère des modèles de bibliothèques et, effectivement, on a vu se construire, tout au long de l’histoire des bibliothèques des modèles disparates qui expriment le génie d’un peuple et d’une nation. La Nation, qui s’affirme en tant que telle, valorise ses archives, ses monuments, ses symboles qui sont emblématiques de sa constitution. En revanche, elle ne valorise pas nécessairement ses bibliothèques, même lorsqu’elles s’affirment en tant que telles et elle a privilégié des modèles très différents qui ont été d’une grande fragilité, sensibles aux aléas politiques et à la culture nationale.

Texte intégral

1En contrepoint de ce colloque consacré aux relations entre les archives et les nations en Europe au XIXe siècle, les organisateurs ont souhaité que soit aussi évoquée la situation des bibliothèques. Ils ont également pensé, fort imprudemment, que les travaux que j’avais entrepris autrefois sur l’histoire des bibliothèques en France pouvaient me conférer quelque légitimité pour en parler. Ayant depuis longtemps orienté mon travail dans une tout autre direction, je me sens bien incapable de répondre dans son ampleur et sa complexité à la question posée et me bornerai à envisager brièvement deux idées au demeurant fort simples :

  • au fur et à mesure de l’émergence des nationalités, la distinction entre archives et bibliothèques se durcit et les deux entités en viennent à s’opposer presque terme à terme ;
  • les modèles de bibliothèques qui se déploient au cours du XIXe siècle européen expriment puissamment l’esprit des peuples ou le génie des nations.

2Il est d’usage de définir le XIXe siècle comme celui des nationalités. La Nation s’y affirme non seulement contre les particularismes, les régionalismes ou les traces de la féodalité mais, plus positivement, comme constitutive d’un corps politique, d’une communauté de destin. Elle se pose comme une réalité souveraine indépassable en ce qu’elle ne reconnaît aucune souveraineté qui lui serait supérieure. Cela signifie que la Nation est par définition consciente d’elle-même : une nation ne saurait exister sans le savoir ni le vouloir, sans une forme d’orgueil ou de fierté nationale. A la Nation est ainsi organiquement liée une représentation d’elle-même qui prend toujours une double forme : elle se représente à la fois comme un processus de sédimentation d’un passé fictif ou réel, idéologiquement reconstruit ou historiquement fondé, et comme un projet collectif. Bref, la Nation est à la fois archéologie et téléologie et il paraît clair qu’on ne peut interroger sa relation aux archives et aux bibliothèques qu’en l’appréhendant à travers ces deux dimensions.

3Au fur et à mesure que la Nation s’affirme, les archives gagnent en légitimité. Elles ne sont plus seulement ce qui permet le bon fonctionnement de l’appareil d’État, de l’administration, de la diplomatie ou de la justice. Elle deviennent ce qui permet à la Nation de se percevoir, au delà de ses mythes fondateurs, comme construction authentique et non pas, pour reprendre la formule célèbre de Mirabeau, « agrégation inconstituée de peuples désunis » ; de fonder son histoire sur des sources et non sur des récits. Ainsi, parce qu’elles participent de la construction de la preuve, les archives font exister la Nation. Pour les bibliothèques, il en va tout autrement puisque l’on peut dire au contraire que c’est la Nation qui les fait exister : c’est la représentation que la Nation a d’elle-même qui génère différents modèles de bibliothèques. Dès lors, le vieux cousinage qu’entretiennent archives et bibliothèques semble masquer des positions généalogiquement inversées. Les premières renvoient à la dimension archéologique de la Nation ; les secondes à sa dimension téléologique. Les premières ont vocation à réunir des unica dont l’authenticité est le premier critère d’éligibilité ; les secondes collectent des documents produits en multiples exemplaires et qui ne présentent a priori aucune garantie d’authenticité ou de scientificité, même s’ils sont sélectionnés en fonction de critères exigeants. Les premières sont de l’ordre du nécessaire, parce que fondatrices ; les secondes sont de l’ordre de l’aléatoire, parce que fondées sur un projet de nature politique, scientifique ou culturel.

4Expressions de la Nation, les bibliothèques donnent à voir le rapport que celle-ci entretient à l’histoire, au savoir et à la culture ; elles sont aussi éminemment tributaires des politiques nationales et de leurs aléas. A cet égard, la disparité que présente au XIXe siècle la situation respective des bibliothèques des grandes nations européennes en constitue l’illustration la plus probante, dont nous donnerons seulement quelques exemples.

  • 1 Cf. C. Jolly, « Les Idéologues et les bibliothèques », Le Livre et l’historien, Etudes offertes en (...)
  • 2 J. M. de Gérando, De la génération des connaissances humaines, Berlin, 1802.

5Les bibliothèques expriment, disions-nous, la relation qu’une nation entretient à l’histoire. On sait, pour prendre le cas de notre pays, que la France est traversée depuis plusieurs siècles par une césure profonde sur ce point. C’est le conflit qui opposa Descartes aux humanistes de la Renaissance, les Modernes aux Anciens, les « philosophes » du XVIIIe siècle aux « érudits ». A l’orée du XIXe siècle français, les Idéologues, qui furent à beaucoup d’égards les philosophes officiels de la Révolution française après thermidor, étaient eux-mêmes, bien que présumés « Modernes », traversés par ce vieux clivage1 : d’un côté, Destutt de Tracy, Cabanis et Sieyès voyaient dans l’histoire le recueil des folies et des erreurs humaines et dans une culture historique trop poussée un obstacle à la régénération nationale ; de l’autre, Daunou, bibliothécaire de Sainte-Geneviève et bientôt garde des archives de l’Empire, J.-M. de Gérando, bientôt fondateur de l’École des chartes, considéraient au contraire que « le secret de l’avenir est dans le passé »2. Faut-il alors s’étonner de l’ambivalence de la « première nation du monde » (Destutt de Tracy) vis-à-vis des bibliothèques tout au long du XIXe siècle et au delà ? Ainsi le patrimoine bibliographique a-t-il été à la fois magnifié et délaissé. Magnifié ou valorisé en tant que témoignage de l’affirmation de la Nation : rappelons ici l’importance, sous la Révolution et l’Empire, des prises de guerre exercées au bénéfice de la Bibliothèque nationale (ou impériale) ou de bibliothèques comme Sainte-Geneviève ; rappelons la décision de l’empereur en l’an XIII de doter la Bibliothèque impériale d’un crédit spécial pour lui permettre d’acquérir les ouvrages qui lui avaient échappé pendant la tourmente révolutionnaire ; rappelons aussi la mise en œuvre tout au long du siècle d’un système d’échange — au demeurant fort inégal — au profit des plus grands dépôts. Mais l’on sait aussi que ce patrimoine a tout autant été négligé : l’histoire des bibliothèques françaises au XIXe siècle est surtout celle de richesses bibliographiques perçues comme une charge, voire comme un handicap, et non comme un capital susceptible d’être valorisé. D’où la mise à disposition des communes des fonds issus des dépôts révolutionnaires et des écoles centrales, ce qui constituait une forme déguisée d’abandon. Sans moyens, lestées d’un patrimoine pour une part obsolète et sans rapport avec leurs besoins, les communes n’ont ni entretenu ni développé les collections et ne se sont pas trouvées en situation de favoriser une politique de diffusion culturelle qui aurait pu correspondre aux attentes des populations lettrées ou populaires dont elles avaient la charge.

  • 3 J. Laude, « Les bibliothèques universitaires allemandes et leur organisation », dans Revue des bib (...)

6Les bibliothèques expriment aussi le rapport qu’une nation entretient avec le savoir. De ce point de vue, on observe un contraste marqué entre l’Allemagne du XIXe siècle et la France. Grande nation philosophique, philologique et scientifique, la première s’appuie sur un réseau d’universités reconnues et dispose d’un vaste ensemble de solides bibliothèques savantes, en prise sur toutes les sciences en développement. En France, à la même époque, la plupart des bibliothèques que l’on peut qualifier de savantes sont pauvres, incomplètes, réfractaires à des pans entiers de la pratique scientifique et notamment aux sciences exactes, souvent médiocrement entretenues et malcommodes. Il faut attendre la défaite de 1870 et quelques années plus tard la refondation de la République pour que, le désastre étant attribué pour une large part à la faiblesse scientifique de la Nation, l’on en vienne à entreprendre une politique de développement des universités et des bibliothèques. Toutefois, fait significatif, ce nouvel essor des bibliothèques s’effectue sur la base de l’importation du modèle germanique. Les bibliothécaires français visitent les bibliothèques allemandes et recopient, souvent de façon servile et sans génie, ce qu’ils y ont vu. Comme toujours en pareil cas, la copie est médiocre, en deçà du modèle et en retard sur la réalité. La bibliothèque de la Sorbonne, programmée en 1885 et ouverte en 1897, pièce centrale de la nouvelle Sorbonne construite par Nénot, en constitue la plus parfaite illustration. Dès 1900, la Revue des bibliothèques mentionne que cette bibliothèque est conçue sur le modèle de celles que les Allemands détruisent pour en construire de nouvelles3. Quelques années plus tard, l’université se plaint de ce que les rayonnages sont déjà saturés. On voit qu’il n’y a pas que dans le domaine de l’armement et de la stratégie que l’on préparait la nouvelle guerre à partir des leçons déjà dépassées de la précédente. Au total, si dans la France du XIXe siècle les érudits locaux ont pu trouver dans les bibliothèques municipales un havre tranquillement médiocre, si la situation des bibliothèques universitaires s’est améliorée lentement, la comparaison avec les collections savantes d’outre-Rhin traduit un retard quantitatif et qualitatif considérable.

  • 4 J. Hassenforder, Le Développement comparé des bibliothèques publiques en France, en Grande-Bretagn (...)

7L’identité nationale s’est exprimée également dans les dispositifs d’accueil des usagers non savants (bibliothèques de lecture publique, populaires, scolaires, paroissiales, etc.). C’est la Grande-Bretagne, première nation industrielle de l’Europe au XIXe siècle, qui s’est montrée dans ce domaine la plus imaginative et la plus entreprenante. Comme l’a fort bien analysé J. Hassenforder4, le fait qu’outre-Manche les communes, les écoles et les églises ont réussi à conjuguer leurs efforts et à faire converger leurs actions a été un puissant facteur de développement de ces réseaux, alors même qu’en France les divisions de la société civile et les antagonismes politiques et surtout idéologiques ont entraîné la multiplication de structures fragiles, souvent trop petites pour être durablement viables. Mais, plus profondément, c’est dans la culture utilitariste britannique, dans un rapport plus ouvert à la science et à la technique que s’enracine un réseau de bibliothèques pour le grand public qui a longtemps été sans égal en Europe. Très en retrait en ce domaine, la France a attendu la fin de la Première guerre mondiale et l’importation du modèle américain pour s’engager, fort timidement au demeurant, dans la voie du développement des bibliothèques publiques. Comme dans le cas précédent, tout semble s’être passé comme si une impulsion exogène avait été indispensable pour sortir d’une situation de quasi léthargie.

8Ainsi, si les nations qui se sont affirmées en tant que telles ont été naturellement conduites à valoriser leurs archives dans la mesure où celles-ci formaient l’un des fondements de leur constitution, elles ont en revanche développé leurs bibliothèques suivant des modèles très différents, profondément enracinés dans la culture nationale et fort sensibles aux aléas politiques.

Notes

1 Cf. C. Jolly, « Les Idéologues et les bibliothèques », Le Livre et l’historien, Etudes offertes en l’honneur du professeur Henri-Jean Martin, Genève, 1997, p. 679-689.

2 J. M. de Gérando, De la génération des connaissances humaines, Berlin, 1802.

3 J. Laude, « Les bibliothèques universitaires allemandes et leur organisation », dans Revue des bibliothèques, t. X, 1900 : « La nouvelle bibliothèque de la Sorbonne est de celles qu’on démolit en Allemagne pour en faire des neuves », p. 49.

4 J. Hassenforder, Le Développement comparé des bibliothèques publiques en France, en Grande-Bretagne et aux États-Unis dans la seconde moitié du XIXe siècle (1850-1914), Paris, 1967.

Auteur

Sous-directeur des bibliothèques et de la documentation, Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search