Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Archives et nations dans l’Europe du XIXe siècle

 | 
Bruno Delmas
, 
Christine Nougaret

Les documents au service de la Nation

Le partage des archives de l’État pontifical

The division of the archives of the papal States

Bernard Barbiche

Résumé

L’occupation de Rome en 1870 par les troupes de Victor-Emmanuel II, qui mettait un terme au pouvoir temporel des papes et parachevait l’unité italienne, a eu pour conséquences, entre autres, la dévolution au nouveau pouvoir des archives du Saint-Siège relatives à l’administration civile de l’ancien État pontifical et la création de l’Archivio di Stato de Rome. Ce partage, effectué dans un contexte politique difficile et portant sur des fonds dont beaucoup avaient un caractère tout autant religieux que temporel, a été réalisé de façon moins raisonnée que pragmatique. C’est seulement en 1918 qu’un échange de grande ampleur a permis une meilleure répartition des fonds, plus logique et plus cohérente, sans toutefois créer une situation pleinement satisfaisante, objectif au demeurant inaccessible.

The occupation of Rome in 1870 by the troops of Victor-Emmanuel II, which put an end to the temporal power of the Papacy and almost completed the unification of Italy, resulted amongst other things in the transfer of the civil archives of the former Papal States to the new authorities, and in the creation of the Archivio di Stato in Rome. This division, which was carried out under difficult political circumstances, and which related to material of which a large part was as much religious as temporal in character, was determined in a way which owed more to pragmatism than to logic. It was only in 1918 that a large scale exchange created a better distribution of the records, one which was more sensible and coherent, though without being entirely satisfactory, something which for the present remains beyond reach.

Texte intégral

1Le 20 septembre 1870, les troupes de Victor-Emmanuel II, après avoir occupé le Latium, entraient dans Rome par la brèche de la porta Pia, parachevant ainsi l’unité italienne et mettant fin au pouvoir temporel des papes. Ces événements bien connus ont créé dans le tout nouveau royaume d’Italie, du point de vue archivistique, une situation sans précédent. En effet, ailleurs dans la péninsule, les précédentes annexions (la Lombardie en 1859, l’Italie centrale et le royaume des Deux-Siciles en 1860, la Vénétie en 1866) n’avaient posé à cet égard aucun problème particulier : les dépôts d’archives publiques existant dans ces territoires jusque-là souverains ou appartenant à des États souverains avaient vocation à devenir des dépôts régionaux sans perdre pour autant leur identité et leur logique propre. Les archives de Turin elles-mêmes, archives de l’ex-royaume de Piémont-Sardaigne, celui du monarque qui réalisait l’unité politique de la péninsule, prenaient le caractère d’archives provinciales, puisque c’est Rome qui était destinée à devenir la capitale du roi d’Italie.

  • 1 Sur tous ces événements, on se reportera aux ouvrages généraux consacrés à l’histoire du pontifica (...)

2A Rome, il en allait tout autrement. Le pape, en effet, s’il perdait ses États, qui s’étendaient avant 1860 sur le quart de la péninsule, restait le chef de l’Église catholique et même, d’une certaine manière, un souverain temporel. Ce double statut lui fut reconnu par la loi sur les Garanties du 13 mai 1871 qui lui assurait l’immunité personnelle et la jouissance des palais du Vatican, du Latran et de Castel Gandolfo avec une rente annuelle de 3 225 000 lires, et lui reconnaissait le droit d’entretenir librement des relations diplomatiques, par nonces et ambassadeurs, avec les puissances étrangères. Pie IX, on le sait, refusa de reconnaître le fait accompli et se considéra comme prisonnier dans le Vatican, position qui fut ensuite maintenue par ses successeurs jusqu’aux accords du Latran de 1929. Les relations entre les deux pouvoirs restèrent donc longtemps tendues, d’autant que les mesures anticléricales prises à partir de 1870 par le gouvernement italien (confiscation du Collège romain et de la plupart des couvents de Rome, obligation du service militaire pour les clercs, interdiction des processions et pèlerinages) ne contribuaient pas à instaurer un climat d’apaisement1. C’est dans ce contexte difficile que furent mises en place dans Rome les nouvelles administrations temporelles appelées à remplacer celles des papes et à coexister, par la force des choses, avec les organes du gouvernement central de l’Église, qui demeuraient installés non seulement au Vatican, mais encore dans différents palais romains, comme la Chancellerie, la Daterie ou le siège de la congrégation de Propaganda fide.

  • 2 L’histoire de l’Archivio di Stato de Rome a donné lieu à de nombreux travaux, dont on trouvera la (...)

3On imagine la complexité de cette vaste opération de restructuration administrative. La question du sort des archives n’était pas la moins épineuse. Contrairement à ce qui s’était passé partout ailleurs, il fallait cette fois créer ex nihilo un Archivio di Stato, voire plusieurs, et non plus donner ce nom à un établissement préexistant2. En effet, il n’existait aucun dépôt central propre à l’ancien État ecclésiastique. Les archives de celui-ci étaient imbriquées avec celles de l’Église catholique et de son chef. Il fallait donc partager les archives pontificales entre l’ancien et le nouveau pouvoir ; et d’autre part installer le nouveau dépôt dans des locaux adaptés.

  • 3 A. Lodolini, L’Archivio di Stato di Roma. Epitome..., op. cit., p. 10-12.

4La question se posa d’emblée de savoir quelle serait exactement la fonction future de ce dépôt. Plusieurs options étaient possibles. Il devait recevoir au minimum les archives de l’administration centrale des anciens États pontificaux, c’est-à-dire celles des dicastères et autres services de la curie romaine chargés de leur administration temporelle, et les archives locales de ces territoires. Mais son ressort devait-il se limiter à la ville de Rome et à ses environs immédiats ou s’étendre aux provinces plus éloignées telles que l’Émilie et la Romagne, les Marches et l’Ombrie, rattachées au royaume d’Italie dès 1860 ? Sans qu’une décision nettement tranchée fût prise, le ressort de l’Archivio di Stato de Rome fut de fait limité aux organes centraux de l’ancienne administration pontificale et aux archives locales de la province de Rome et du Latium ; on créa ensuite d’autres archivi di Stato, à Bologne dès 1874 puis, bien plus tard, dans d’autres chefs-lieux de province, Ferrare, Ravenne, Ancône, etc. Tous ces dépôts devaient naturellement recevoir non seulement les archives de l’ancienne administration, mais aussi les archives sécrétées depuis 1870 par la nouvelle. L’Archivio di Stato de Rome devint donc et resta pour l’essentiel le dépôt d’archives correspondant au noyau initial de l’État ecclésiastique, qu’on appelait au Moyen Age le Patrimoine de saint Pierre3.

  • 4 L. Lume, L’origine dell’Archivio di Stato di Roma..., op. cit., p. 23-24.

5Une autre question se posait : le nouvel Archivio di Stato ainsi défini avait-il vocation à recueillir aussi les archives centrales du royaume d’Italie, qui se trouvaient alors à Florence, capitale provisoire, où elles avaient été transférées depuis Turin en 1864 ? Le problème fut assez vite résolu avec la création, le 27 mai 1875, de l’Archivio del Regno, comme simple section de l’Archivio di Stato, dépôt général destiné à recevoir les versements des organes centraux du gouvernement italien. Ce dépôt, qui a acquis en 1953 sa pleine indépendance administrative sous le nom d’Archivio centrale dello Stato, est aujourd’hui installé à l’E.U.R.4.

6Revenons maintenant à l’essentiel, c’est-à-dire la répartition des archives pontificales entre le Saint-Siège et le royaume d’Italie. Sur quelles bases devait-elle se faire ?

  • 5 E. Lodolini, L’Archivio della Sacra Congregazione del Buon Governo (1592-1847), Rome, 1956 (Pubbli (...)

7En théorie, le critère fondamental qui devait présider au partage était simple : les archives relevant du gouvernement spirituel de l’Église devaient rester au Saint-Siège, tandis que celles qui concernaient l’administration temporelle de l’ancien État pontifical (dans les limites institutionnelles et territoriales indiquées plus haut) reviendraient à l’Archivio di Stato de Rome. Dans les faits, les choses étaient beaucoup plus compliquées. Une première difficulté tenait au caractère particulier, unique, du pouvoir pontifical, où le temporel et le religieux étaient depuis le haut Moyen Age étroitement liés, voire indissociables. Comment, dès lors, assigner les fonds à l’une ou l’autre catégorie, sans les démembrer ? Sans doute cette répartition s’imposait-elle parfois d’elle-même. Ainsi, les archives de la Pénitencerie apostolique, dont les origines remontaient au XIIe siècle et qui s’était organisée au XIVe siècle, se rangeaient bien évidemment dans la seconde catégorie. A l’inverse, la congrégation du Buon Governo, créée en 1592, chargée de la tutelle des communautés de l’État ecclésiastique et du contrôle des finances locales, était un dicastère nettement temporel, une sorte de ministère de l’intérieur, dont les archives avaient un caractère avant tout administratif5. Mais dans bien d’autres cas, les plus nombreux, la distinction entre le spirituel et le temporel, en matière archivistique, était impossible à faire. Comment traiter, par exemple, les archives de la Chambre apostolique, organe central de gestion des finances pontificales, où l’on trouvait des documents concernant aussi bien l’administration de l’État ecclésiastique que la collation des bénéfices ou l’entretien des nonciatures ? Que dire des célèbres registres de bulles, qui remontaient à l’avènement d’innocent III (1198), et dans lesquels voisinaient des actes relatifs au gouvernement pastoral de l’Église et d’autres qui se rapportaient aux intérêts temporels du Saint-Siège ? On peut aussi poser des questions naïves à propos des archives concernant le Comtat Venaissin et l’État d’Avignon. Ces deux petits territoires, acquis par la papauté respectivement en 1274 et en 1348, et rattachés à la France en 1791, avaient été administrés, au spirituel et au temporel, par deux organismes : d’une part, sur place, la légation d’Avignon, exercée par un vice-légat représentant un cardinal légat résidant en principe à Rome ; d’autre part la congrégation d’Avignon, dicastère créé en 1693, homologue de la congrégation du Buon Governo pour cette possession lointaine. Les archives de la congrégation d’Avignon, qui avaient un caractère essentiellement temporel, ne concernaient en aucune façon les territoires de l’État pontifical situés en Italie. Devaient-elles rester au Saint-Siège ou revenir à l’Archivio di Stato de Rome ?

  • 6 A. Lodolini, L’Archivio di Stato di Roma. Epitome …, op. cit., p. 12.

8La répartition cohérente des archives pontificales en deux ensembles nettement définis par des critères logiques était donc impossible. A cela s’ajoutait une deuxième difficulté qui tenait à la situation des fonds. Ceux-ci, en effet, en dépit des dispositions prises par Paul V vers 1610, n’étaient pas tous concentrés, tant s’en faut, dans l’Archivio Segreto Vaticano. Celui-ci avait été constitué à l’origine par les registres de bulles et de brefs et par des documents divers provenant de la Chancellerie, de la Chambre apostolique, de la Secrétairerie apostolique et de la Daterie. S’y ajoutèrent par la suite les archives de la secrétairerie d’État, en 1656, les registres d’Avignon, en 1783, et l’Archivum Arcis, c’est-à-dire le dépôt du château Saint-Ange (autrement dit le Trésor des chartes du Saint-Siège, contenant les documents les plus précieux), en 1798. Mais en 1870 demeuraient en dehors de l’Archivio Segreto Vaticano des fonds très importants conservés dans une bonne douzaine de services répartis en divers quartiers de Rome : non seulement dans les palais de la Chancellerie, de la Daterie et de la Propagande, mais aussi au siège de l’administration des douanes (piazza di Pietra), au palais Sinibaldi (via di Torre Argentina), au palais Madame (où se trouvaient des archives financières), au palais Capranica, au palais Salviati, à San Michele a Ripa (au Transtévère), etc.6 La situation archivistique de Rome, capitale de l’État pontifical, n’était donc pas très différente de celle de Paris et de Versailles en 1789. La multiplicité des dépôts compliquait la tâche des autorités italiennes. Par ailleurs, la localisation de ces fonds d’archives ne coïncidait pas toujours avec les principes qui devaient présider au partage, et dont on a vu plus haut qu’ils étaient déjà fort difficiles à appliquer. Si dans la plupart des cas les fonds disséminés dans Rome concernaient bien l’administration de l’État ecclésiastique, il en restait d’autres, à l’intérieur du Vatican, qui intéressaient eux aussi directement le temporel du Saint-Siège. C’était le cas, par exemple, des archives de la congrégation du Buon Governo.

  • 7 Sur ce partage et ses suites, voir Elio Lodolini, « Rapporti archivistici fra Italia e Santa Sede  (...)
  • 8 E. Lodolini, L’Archivio di Stato in Roma ..., op. cit., p. 23-24.

9En raison de cette situation complexe, et du fait que les autorités italiennes ne pouvaient pénétrer dans les palais pontificaux protégés par leur statut d’exterritorialité, le partage effectué au début des années 1870 résulta d’un compromis très pragmatique entre les impératifs doctrinaux et les contingences matérielles7. La nouvelle administration italienne s’appropria les archives qui se trouvaient en dehors du Vatican et des autres palais pontificaux, qu’il s’agisse aussi bien de fonds « ecclésiastiques » que de fonds concernant l’administration de l’ancien État pontifical8. Comme les archives de certains organismes étaient réparties entre des sites différents, au Vatican et dans Rome, cette situation se trouva figée par le partage des années 1870-1871. Ce fut le cas, entre autres, des volumineuses archives de la Chambre apostolique, mais aussi de celles de certaines congrégations (Consistoriale, des Rites, du Concile). L’Archivio di Stato devint ainsi détenteur de membra disjecta dont les compléments se trouvaient au Vatican.

  • 9 Léon Clédat, « Les archives italiennes à Rome », dans Bibliothèque de l’École des chartes, t. 36, (...)

10Léon Clédat, le premier archiviste paléographe membre de l’École française de Rome dès sa fondation en 1873, a publié dans la Bibliothèque de l’Ecole des chartes en 1875 un intéressant tableau des fonds conservés à cette date dans l’Archivio di Stato9. Il observe à cette occasion que « leur réunion, un peu précipitée, dans un seul dépôt a augmenté peut-être encore le désordre primitif, que l’on commence seulement à débrouiller ». L’archiviste, écrit-il, « n’a pu encore se rendre un compte exact de toutes les richesses qui lui sont confiées. » Les fonds, explique-t-il, ont été pour la plupart répartis chronologiquement en deux groupes : archives anciennes, archives modernes, de part et d’autre de l’année 1700 ; mais il ajoute que cette séparation n’est pas rigoureuse. Du point de vue thématique, il distingue les archives judiciaires, administratives, financières, mais aussi deux autres ensembles qui, ici comme dans bien d’autres dépôts publics, sont venus se greffer sur le noyau initial (et l’on ne peut éviter à nouveau de faire un parallèle avec la France) : les archives notariales et les archives des congrégations religieuses confisquées après la conquête de Rome. L’énumération que fait Clédat des documents intéressant la France illustre l’hétérogénéité de ces fonds : registres de notaires, livres de comptes des nonces apostoliques, correspondance du secrétaire du cardinal de Polignac, comptes d’Avignon et du Comtat Venaissin, et même des documents émanant de l’officialité de Paris.

  • 10 Eugenio Casanova, « La scelta della sede per l’Archivio di Stato in Roma e per l’Archivio del Regn (...)

11Telles sont les conditions dans lesquelles a été constitué l’Archivio di Stato de Rome, officiellement créé par décret du 30 décembre 1871 et auquel fut affecté l’ancien monastère des Bénédictines du Champ de Mars (Campo Marzio), exproprié par décret du 16 novembre 1873 et augmenté de deux bâtiments contigus. Cet ensemble immobilier fut le siège officiel de l’Archivio jusqu’en 1910. Mais on ne put y entreposer la totalité des archives qu’il devait contenir. Des dépôts annexes subsistèrent donc, comme celui de San Michele a Ripa, tandis que d’autres furent créés : un au Gesù, la maison professe des jésuites dont ceux-ci avaient été dépossédés, un autre dans le palais du Gonfalone, via Giulia. Le siège de l’Archivio di Stato fut ensuite transféré au Gesù en 1910 puis, quand ce dernier fut rendu à la Compagnie de Jésus, à la Sapienza (corso Rinascimento), jusqu’alors siège de l’Université, elle-même installée à la périphérie de Rome, à l’est de la stazione Termini. Les travaux grandioses effectués dans ce palais en 1937-1938 ne furent pourtant pas suffisants pour permettre le regroupement des fonds répartis entre les dépôts annexes de San Michele, de Campo Marzio et de Via Giulia10. Aujourd’hui, les fonds anciens se trouvent toujours à la Sapienza et les fonds récents (postérieurs à 1870) à l’E.U.R.

  • 11 E. Lodolini, L’Archivio di Stato in Roma ..., op. cit., p. 28-37.
  • 12 Ibid., p. 35.

12Les conditions difficiles dans lesquelles avait eu lieu le partage des archives de l’État pontifical ont été aggravées par la politique menée dans les années suivantes par les autorités de tutelle11. L’Archivio di Stato, bien qu’il ait recueilli nombre de fonds historiques anciens, avait été primitivement conçu comme un dépôt à vocation prioritairement administrative relevant du ministère de l’Intérieur comme plusieurs autres dépôts d’archives italiens à l’époque. C’est pourquoi ses deux premiers directeurs, Biagio Miraglia (1872-1877) et Enrico De Paoli (1877-1907) ne furent pas des archivistes professionnels ni des historiens, mais de hauts fonctionnaires dont le souci majeur fut de faire de la place pour accueillir les futurs versements. Cela explique que des destructions intempestives très importantes aient eu lieu sous leur direction. Des centaines de milliers de documents, remontant parfois au XVIe siècle, furent envoyés au pilon : toute l’attention des directeurs était concentrée sur les archives modernes. On détruisait l’ancien pour conserver le nouveau. Un employé spécialement affecté à cette tâche établissait tous les deux mois des listes de documents à éliminer, que le directeur transmettait au ministère de l’Intérieur pour obtenir les autorisations nécessaires. Il en est résulté des pertes irréparables. On a pu parler de « folie anti-archivistique » à propos des deux premiers directeurs de l’Archivio di Stato12.

  • 13 Les annates étaient un impôt, s’élevant à une année de revenu net, perçu par la papauté sur les bé (...)
  • 14 Voir le détail de l’échange dans E. Lodolini, L’Archivio di Stato in Roma..., op. cit., p. 24-25, (...)
  • 15 Dans le même esprit qui avait présidé à l’échange de 1918, l’Archivio di Stato de Rome restitua en (...)

13C’est seulement à partir de 1907 que furent nommés à la tête de l’Archivio di Stato des administrateurs plus sensibles à l’utilité des archives pour l’histoire, et c’est l’un d’eux, Eugenio Casanova, qui, en 1918, dans un climat plus serein qu’en 1870, opéra un rapprochement avec l’Archivio Segreto Vaticano pour tenter de remédier aux incohérences engendrées par le partage initial. Le préfet des Archives vaticanes était alors, depuis 1917, un bénédictin anglais, le cardinal Aidan Gasquet. Les deux hommes décidèrent de procéder à un échange, réalisé en 1919, qui fut de grande ampleur. On se contentera d’en indiquer ici les grandes lignes. L’Archivio Vaticano cédait à l’Archivio di Stato les archives de la congrégation du Buon Governo et récupérait en retour non seulement plusieurs fonds provenant de divers services de la Curie romaine parmi lesquels la secrétairerie d’État (1800-1829) et neuf congrégations, mais aussi des documents beaucoup plus anciens remontant au XVe siècle tels que les registres des annates de 1413 à 1797l13. Certains ensembles disloqués furent ainsi rapprochés ou reconstitués. L’Archivio di Stato remit également aux Archives vaticanes des registres provenant de la congrégation d’Avignon (alors qu’il conservait et conserve encore des éléments d’autres fonds concernant cette partie lointaine des États pontificaux)14. Au total, près de 1 700 articles furent ainsi cédés par l’Archivio di Stato à l’Archivio Segreto Vaticano15.Il n’est pas sans intérêt de relever que, par l’échange de 1918, le Saint-Siège reconnaissait implicitement l’existence de l’État italien et ses droits sur les fonds d’archives de caractère temporel : c’était donc, par le biais des archives, un pas vers la normalisation des rapports entre le Saint-Siège et le royaume d’Italie, qui devait intervenir dix ans plus tard avec les accords du Latran.

14Peut-on considérer, en conclusion, que l’échange de 1918 a réglé tous les problèmes de dévolution issus de l’absorption des anciens États pontificaux par le royaume d’Italie ? Évidemment non. Les questions liées à la nature très spéciale du pouvoir pontifical, où les sphères spirituelle et temporelle se confondent, n’avaient pas changé depuis 1870. L’Archivio di Stato conservait de nombreux fonds (provenant notamment de la Chambre apostolique) relatifs à la mission universelle de l’Église et intéressant donc, comme l’Archivio Segreto Vaticano, toute la chrétienté. Les historiens savent bien que ces deux dépôts sont complémentaires et constituent, dans le paysage archivistique européen, des cas d’espèce.

Notes

1 Sur tous ces événements, on se reportera aux ouvrages généraux consacrés à l’histoire du pontificat de Pie IX. Par exemple : Giacomo Martina, Pio XI, Rome, 1974-1990, 3 vol.

2 L’histoire de l’Archivio di Stato de Rome a donné lieu à de nombreux travaux, dont on trouvera la liste dans Guida generad degli archivi di Stato italiani, t. III, Rome, 1986, p. 1046-1047. Citons parmi les principaux les ouvrages ou articles d’Armando Lodolini, L’Archivio di Stato in Roma e l’Archivio del Regno d’Italia, Rome, 1932 ; Id., L’Archivio di Stato di Roma. Epitome di una guida degli archivi dell’ amministrazione centrale dello Stato pontificio, Rome, 1960 ; Id., « La formazione dell’Archivio di Stato di Roma. Nascita travagliata di un grande istituto », dans Archivio della Società romana di Storia patria, 3e série, t. 30, 1976, p. 237-332 ; Elio Lodolini, « L’Archivio di Stato in Roma dallo smembramento alla ricostituzione dei fondi », dans Rassegna degli archivi di Stato, t. 44, 1984, p. 23-67 ; Lucio Lume, « L’origine dell’Archivio di Stato di Roma : fatto culturale, episodio politico, atto di amministrazione ? », dans Archivi e archivistica a Roma dopo l’unità. Genesi storica, ordinamenti, interrelazioni. Atti del convegno di Roma, 12-14 marzo 1990, Rome, 1994 (Pubblicazioni degli archivi di Stato, Saggi, 30), p. 15-32.

3 A. Lodolini, L’Archivio di Stato di Roma. Epitome..., op. cit., p. 10-12.

4 L. Lume, L’origine dell’Archivio di Stato di Roma..., op. cit., p. 23-24.

5 E. Lodolini, L’Archivio della Sacra Congregazione del Buon Governo (1592-1847), Rome, 1956 (Pubblicazioni degli Archivi di Stato, 20).

6 A. Lodolini, L’Archivio di Stato di Roma. Epitome …, op. cit., p. 12.

7 Sur ce partage et ses suites, voir Elio Lodolini, « Rapporti archivistici fra Italia e Santa Sede : dal conflitto alla collaborazione (1870-1984) », dans Diplomazia e storia delle relazioni internazionali. Studi in onore di Enrico Serra, a cura di Alessandro Migliazza e Enrico Decleva, Milan, 1991, p. 813-834.

8 E. Lodolini, L’Archivio di Stato in Roma ..., op. cit., p. 23-24.

9 Léon Clédat, « Les archives italiennes à Rome », dans Bibliothèque de l’École des chartes, t. 36, 1875, p. 457-480.

10 Eugenio Casanova, « La scelta della sede per l’Archivio di Stato in Roma e per l’Archivio del Regno », dans Capitolium, t. 10, 1934, p. 44-52 ; Emilio Re, « La questione della sede dell’Archivio di Stato di Roma e la sua soluzione », dans Notizie degli archivi di Stato, t. 3, 1943, p. 7-23.

11 E. Lodolini, L’Archivio di Stato in Roma ..., op. cit., p. 28-37.

12 Ibid., p. 35.

13 Les annates étaient un impôt, s’élevant à une année de revenu net, perçu par la papauté sur les bénéfices ecclésiastiques à l’occasion de leur collation.

14 Voir le détail de l’échange dans E. Lodolini, L’Archivio di Stato in Roma..., op. cit., p. 24-25, notes 2 et 3.

15 Dans le même esprit qui avait présidé à l’échange de 1918, l’Archivio di Stato de Rome restitua en 1924 à la Compagnie de Jésus les archives de la Procure générale de l’ordre, soit quelque 1 500 liasses et registres saisis en 1873.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540