Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Archives et nations dans l’Europe du XIXe siècle

 | 
Bruno Delmas
, 
Christine Nougaret

Modèles européens d'Archives nationales

Origine et mémoire du Grand-Duché de Luxembourg

Origin and memory of the grand duchy of Luxembourg

Frédéric Laux

Résumé

Dans l’Europe des États indépendants du XIXe siècle, le Grand-Duché de Luxembourg constitue un cas particulier dans le domaine des archives. De 1815 à 1914, il n’y existe pas de service d’archives nationales.
Pourtant, l’État grand-ducal, mis en place en 1839, a hérité de fonds importants, rassemblés dans la capitale par les autorités révolutionnaires puis impériales françaises lors de la période de l’annexion. Dans un premier temps, de 1815 à 1839, paraît se dessiner une évolution conduisant à la transformation du bureau des Archives de l’ancienne préfecture du département des Forêts en un dépôt d’archives provincial. Le grand-duché n’est en effet qu’un État fictif, son souverain, le roi des Pays-Bas, l’administrant comme la dix-huitième province de son royaume.
Les répercussions de la révolution belge sur le grand-duché sont fondamentales : amputé des trois-quarts de son territoire, le pays accède bien malgré lui à une autonomie de plus en plus complète. Le nouvel État transforme le bureau des Archives en un service des Archives du gouvernement. Dès lors et jusqu’en 1958, les archives, y compris les chartes médiévales, sont considérées comme des archives administratives indispensables au fonctionnement quotidien du gouvernement.
Pourtant, dès la fin des années 1830, une poignée de notables, amateurs d’histoire, demandent la création d’un dépôt d’archives historiques à l’image de ceux qui se créent à l’étranger. Ils ont compris que la survie de leur pays passe par la naissance d’un sentiment patriotique, voire d’une conscience nationale. La constitution d’une communauté de destin plonge ses racines dans la connaissance du passé.
Partageant cette conception, les souverains encouragent les initiatives en ce sens. Des obstacles pèsent toutefois : dans ce pays peu peuplé, pauvre jusqu’à sa révolution industrielle dans les années 1880, l’appareil étatique est réduit à sa plus simple expression, les recettes du Trésor sont bien minces. Le système retenu intègre ces impératifs et donne finalement satisfaction à tous. S’il n’y a pas de salle de lecture, les archives, peu à peu classées et inventoriées, sont communiquées aux chercheurs dans le bureau du secrétaire général archiviste du gouvernement.
C’est par ce modus vivendi pragmatique que le Grand-Duché de Luxembourg donne les moyens à sa petite communauté historienne d’étudier et d’écrire son histoire. Ainsi, malgré une origine complexe, imposée par le concert européen, dont découle longtemps un manque de moyens, le Luxembourg parvient-il à préserver sa mémoire de papier et à se forger une conscience nationale.

In a 19th century Europe of independent States, the Grand Duchy of Luxembourg, in archival terms, is a special case. From 1815 to 1914 there was no national archive service.
Nevertheless the Grand Duchy, which became a state in 1839, fell heir to important archives, which had been brought together in the capital by French revolutionary and then imperial authorities during the period of annexation. At first, from 1815 to 1839, there seems to have been a movement towards the transformation of the record office of the former prefecture of the Department of the Forêts into a provincial archive service. The Grand Duchy was in practice a legal fiction as a state, since its sovereign, the King of the Netherlands, administered it as the eighteenth province of his kingdom.
The Belgian revolution had a profound effect on the Grand Duchy. Though it lost three quarters of its territory, the country acquired, in spite of itself, an ever increasing autonomy. The new state transformed the record office into a government archive service. From then until 1958, the archives, including medieval charters were considered to be administrative records, essential to the daily work of government.
However, from the late 1830 s, an influential group of people interested in history sought the creation of a repository of historical archives similar to those being set up abroad. They appreciated that the survival of their country depended on the development of patriotic feeling, and indeed of a national consciousness. A sense of common destiny can take root only in a knowledge of the past.
Monarchs shared this concept and encouraged initiatives in this direction. But there were difficulties. In a country with a sparse population, poor until its industrial revolution in the 1880s, and with very limited national revenue, government activity was kept to a minimum. The System which was set up took account of these constrictions, and in the end satisfied everyone. There may have been no reading room, but little by little the archives were arranged and listed, and could be made available to readers in the office of the government archivist.
It was by this pragmatic modus vivendi that the Grand Duchy of Luxembourg gave its small historical community the means of studying and writing its history. Thus in spite of a complex origin imposed by the European powers, which for long resulted in a lack of resources, Luxembourg has managed to preserve its history on paper, and create its own national consciousness.

Texte intégral

  • 1 Pour reprendre les termes de l’analyse de Gilbert Trausch, dans Histoire du Luxembourg, Paris, 1992 (...)

1Créé en 1815 par la volonté des grandes puissances, le grand-duché de Luxembourg ne devient un véritable État qu’en 1839. Jusqu’alors administré comme une simple province néerlandaise, il doit relever un triple défi1 : défi politique et institutionnel en se dotant de structures étatiques, défi économique en surmontant son enclavement et son sous-développement, défi culturel enfin en donnant une âme à cet État. L’enjeu est d’importance alors que se développe en Europe le modèle de l’État-nation : il s’agit de transformer un particularisme peu marqué en une conscience nationale enracinée dans un passé commun, remontant à l’origine la plus antique possible.

  • 2 Ils veulent aussi assurer la sauvegarde du patrimoine monumental, artistique et archéologique du pa (...)

2Convaincus de la nécessité de relever ce défi culturel, une poignée de notables, amateurs passionnés des choses du passé, suivent avec intérêt le renouvellement des études historiques en Allemagne, en France et en Belgique. Reprenant à leur compte ces nouvelles méthodes, ils décident de les appliquer pour écrire l’histoire de leur pays et la faire connaître à leurs compatriotes2. Ils se heurtent alors à un problème de taille : l’état des archives est tel qu’il leur interdit l’accès aux sources originales. Pour ainsi dire, le nouvel État n’a pas de mémoire. En 1850, l’un d’entre eux, Jean Engling, professeur à l’athénée de Luxembourg, le déplore et en tire cette pertinente conclusion :

  • 3 Cité par Joseph Goedert, dans De la Société archéologique a la section historique de l’Institut gra (...)

« Un peuple qui se montre indifférent à la conservation de ses monuments historiques [entendu ici au sens étymologique] doit ou ne pas encore posséder la conscience de sa nationalité ou la perdre bientôt3. »

  • 4 D’abord publié dans les Archives des missions scientifiques et littéraires, en deux parties sous le (...)
  • 5 Ibid., p. 315, note 2.

3L’état de conservation des archives que les rapports officiels qualifient jusqu’à la fin des années 1860 de « déplorable », n’a rien d’exceptionnel à cette époque pour un ancien département français. Ce qui est plus étonnant, c’est l’inexistence d’un service d’archives nationales. Toutes les archives, depuis les plus anciennes chartes médiévales, sont considérées comme des documents servant au travail courant de l’administration. A ce titre, le dépôt central des archives relève directement du secrétaire général du gouvernement. Cette curieuse particularité ne manque pas d’indigner les historiens locaux et d’étonner les visiteurs étrangers tel François Bonnardot en mission d’étude sur les archives à Luxembourg en 18844. L’inspecteur en chef du service historique de la ville de Paris note : « [...] les archives ne sont point placées sous la direction d’un titulaire à la tête d’un personnel spécial, mais elles forment une branche des services de l’administration centrale dans le cercle des attributions d’un fonctionnaire de cette administration5 ». L’explication en est à chercher dans l’origine complexe du grand-duché aussi bien que dans sa nature de petit État.

4Les archives luxembourgeoises connaissent une évolution en trois temps, suivant l’évolution même du statut du pays. De 1815 à 1830, sous administration directe néerlandaise, se dessine un processus conduisant à la constitution d’un dépôt d’archives historiques. Puis de 1830 à 1867, alors que le grand-duché devient un État autonome dont les jours paraissent comptés, les archives demeurent dans le chaos : elles sont un problème et une pomme de discorde entre le gouvernement et une communauté scientifique de plus en plus active. Enfin, après 1867, alors que la pérennité de l’État se voit confortée par la volonté des grandes puissances, du moins jusqu’à l’invasion allemande de 1914, est trouvé un modus vivendi original qui, quoique fragile, satisfait à la fois gouvernement et historiens.

1. — 1815-1839 : VERS LA CRÉATION D’UN SERVICE D’ARCHIVES PROVINCIALES ?

5C’est à sa capitale, la plus grande place forte d’Europe, surnommée par Carnot le « Gibraltar du Nord », que le Luxembourg doit de réapparaître en 1815. Le duché restauré, et même élevé au rang de grand-duché, a un statut complexe. Sous le rapport militaire, cet État est membre de la Confédération germanique : cela règle la question de la défense de Luxembourg, forteresse confédérale tenue par une garnison majoritairement prussienne. Sous le rapport politique, il appartient à titre personnel à la maison d’Orange-Nassau qui vient de monter sur le trône du nouveau royaume des Pays-Bas, englobant la Belgique et les Pays-Bas actuels. Ainsi cet arrangement évite-t-il qu’il ne soit annexé par la Prusse à ses nouvelles possessions rhénanes, tout en permettant à sa capitale de jouer un rôle essentiel dans le cordon sanitaire dont les puissances alliées ceinturent la France. Toutefois, si la présence de la garnison confédérée est bien une réalité, le statut d’État est quant à lui fictif. Guillaume Ier, roi des Pays-Bas et grand-duc de Luxembourg, a décidé d’administrer le Luxembourg comme s’il était la dix-huitième province de son royaume.

6Au préfet envoyé par Paris succède donc un gouverneur nommé par La Haye. L’administration provinciale néerlandaise se coule, sans y apporter de changements fondamentaux, dans les structures héritées de l’occupation française. Il en va de même pour l’organisation des archives : le bureau des Archives de la préfecture devient bureau des Archives du gouvernement provincial et, comme au temps du département des Forêts, il reste l’une des attributions du secrétaire général.

L’héritage français : constitution des fonds et « désordre effrayant »

7Quelle situation sur le plan archivistique trouvent les fonctionnaires néerlandais à leur arrivée à Luxembourg en 1815 ? L’héritage français dans ce domaine est déterminant pour l’avenir : les fonds d’archives publiques ont été constitués. Appliquant les dispositions de la loi du 5 brumaire an V, qui prescrit que tous les titres et papiers acquis à la République doivent être regroupés en un dépôt situé au chef-lieu du département, les Français ont en effet rassemblé à Luxembourg les papiers d’un grand nombre d’institutions et d’établissements religieux supprimés. Ces papiers venus de tout le département des Forêts ont rejoint à la préfecture les archives des anciennes institutions ducales, États et conseil provincial et souverain.

  • 6 Cité par J. Goedert, dans op. cit., p. 296.

8Les fonctionnaires du roi grand-duc découvrent des archives dans un état de « désordre effrayant »6. Elles sont conservées en deux endroits. Le dépôt principal, en fait des pièces disséminées à travers la préfecture, rassemble la quasi-totalité des archives. Les fonds ont été exploités par les employés des Domaines à la recherche des pièces utiles à la nationalisation des biens confisqués aux émigrés et aux établissements religieux. Ils y ont introduit une grande confusion, amplifiée par la mise à l’écart de masses de liasses sur lesquelles ils ont inscrit l’infamant « rebut ». Il s’agit de liasses apparues sans intérêt lors du triage des titres, voire de liasses qui n’ont pas même été examinées. L’autre dépôt est au palais de justice, où la situation est encore pire : des archives sont entassées pêle-mêle dans des caisses ou à même le sol. Ce sont les dossiers de justice du conseil provincial et souverain. Les Français ont essayé, sans grand succès, de partager le fonds de la plus haute instance administrative et judiciaire du ci-devant duché pour remettre au greffe du tribunal les précédents des affaires. Ces dossiers n’ont jamais été classés, malgré les promesses faites à l’Archiviste national Camus, lors de sa visite d’inspection à Luxembourg en 1803.

Les efforts de mise en ordre du bureau des Archives

9Les autorités provinciales héritent donc d’une situation très confuse. Or les archives constituent un problème qu’il convient de résoudre dans les meilleurs délais. Ce n’est pas tant l’encombrement qu’elles provoquent dans les bureaux et couloirs de la préfecture, devenue palais provincial, qui préoccupe le gouverneur, que la nécessité d’honorer les engagements internationaux.

  • 7 Le Luxembourg cède à la Prusse la rive droite de la Moselle, les régions de Bitbourg, Saint-Vith, S (...)

10Les traités de Vienne ont en effet cédé le Luxembourg oriental à la Prusse7. Partant, le grand-duché doit lui remettre les archives relatives à ces régions. Voilà le bureau des Archives contraint d’entreprendre un triage général et des travaux de classement. Sont d’abord traités les dossiers de la période française (1794-1814). Les pièces afférentes aux territoires cédés à la Prusse peuvent ainsi prendre le chemin des Archives de l’État à Coblence, tandis que les fonctionnaires néerlandais disposent enfin de précédents. Cet important travail est achevé en 1822.

11Toujours pour mener à son terme la remise des archives à la Prusse, le bureau des Archives commence alors à trier les archives d’Ancien Régime conservées à l’hôtel du gouvernement provincial. Tâche immense menée lentement et sur une longue période : les dernières pièces seront envoyées à Coblence en 1873. Au passage, on rend à leurs propriétaires des documents spoliés par les Français, et retrouvés au hasard de ces travaux.

12Cet important travail n’aurait pu être mené par le seul commis préposé aux archives, Louis Denÿ. Depuis 1817, il a donc recours à l’aide d’amateurs d’histoire (et parfois aussi collectionneurs d’originaux) pour dresser des inventaires. En échange de leur renfort bénévole, il les laisse consulter les documents.

Les archives au service de l’histoire

  • 8 Cité par J. Goedert, dans op. cit., p. 297.

13C’est qu’en effet, dès la fin des années 1810, commence à se dessiner un intérêt pour les archives conçues comme matériaux pour écrire l’histoire. Cet intérêt vient d’ailleurs des plus hautes sphères de l’État : à La Haye, le gouvernement nourrit le projet de faire rédiger une histoire générale des Pays-Bas, englobant bien entendu le Luxembourg. L’objectif en est éminemment politique : créer une nation unifiée, par l’amalgame des Néerlandais, des Belges et des Luxembourgeois. Par arrêté royal du 23 décembre 1827, La Haye donne donc instruction aux autorités locales de prendre des mesures pour faire découvrir, examiner et mettre au jour les documents concernant l’histoire des Pays-Bas. Une circulaire du ministre de l’Intérieur demande aux gouverneurs de le renseigner sur l’état des archives de leurs provinces respectives. En réponse, celui du Luxembourg fait savoir qu’elles sont « dans une confusion affligeante8 faute de place pour les trier et les ranger. En 1830, pour résoudre cette question de l’encombrement des locaux, il est décidé de construire un dépôt central. On annonce même l’arrivée d’un architecte de Bruxelles.

  • 9 Cité par Paul Spang, dans État général des fonds conservés aux Archives nationales du grand-duché d (...)
  • 10 Dès 1814, le roi Guillaume Ier prend un décret stipulant que les archives nationales antérieures en (...)

14Mais cet intérêt pour les archives ne vient pas seulement du gouvernement, il se manifeste aussi chez les particuliers. Et d’ailleurs, en 1829, un règlement du ministre néerlandais de l’Intérieur autorise la consultation des documents relatifs à l’histoire déposés dans les archives publiques « à toute personne connue et méritant la confiance des archivistes qui voudra bien faire des recherches dans l’intérêt général de l’histoire »9. Les conditions paraissent réunies pour jeter les fondations d’un dépôt d’archives historiques provinciales, à l’image de ceux qui commencent à apparaître dans le royaume10. L’année 1830 paraît donc devoir s’ouvrir sous de bons auspices pour les archives.

15Mais la visite de l’architecte reste sans suite, la révolution venant d’éclater à Bruxelles. Le mouvement gagne toutes les provinces méridionales du royaume et finit par se propager au grand-duché. Le soulèvement y est général. Seule la capitale demeure fidèle au roi grand-duc, les troupes confédérées veillant à lui rappeler quel est son souverain légitime. En proclamant l’indépendance de la Belgique, les insurgés incluent tout naturellement le Luxembourg dans ce nouvel État. Les grandes puissances s’y opposent : il y va de l’équilibre des forces en Europe. Elles imposent donc aux Belges la signature, en 1831, du traité de Londres dit des XXIV articles. Le grand-duché, maintenu, demeure un État membre de la Confédération germanique, toujours possession personnelle de la maison d’Orange-Nassau. Il est toutefois amputé des deux tiers de son territoire, attribués à la Belgique (lesquels forment toujours la province du Luxembourg belge). Le traité ne peut entrer en application : le roi grand-duc refuse obstinément de le signer. Commencent alors neuf années au cours desquelles la capitale est isolée du reste du pays administré par la Belgique.

16Cette étrange situation est paradoxalement profitable aux archives. Les fonctionnaires enfermés dans Luxembourg doivent être occupés. L’archiviste du gouvernement s’efforce de remettre un semblant d’ordre dans ses dépôts exigus et saturés en regroupant les fonds. Au palais de justice, le personnel du tribunal entreprend à partir de 1835 le classement des archives judiciaires. Quatre années sont nécessaires pour mener à terme ce travail. Le 17 avril 1839, l’inventaire en est achevé, deux jours avant que le roi grand-duc ne signe enfin le traité des XXIV articles.

17Le Luxembourg entre désormais dans une nouvelle phase de son histoire. Il devient un véritable État.

2. — 1839-1867 : LES DÉBUTS DE L’ÉTAT : LES ARCHIVES, PROBLÈME ET ENJEU

  • 11 P. Spang, « La politique culturelle des gouvernements luxembourgeois de 1848 à nos jours », dans Le (...)

18A partir de 1839, le grand-duché est, en effet, doté de véritables structures étatiques. Il n’a plus d’autre lien avec La Haye que l’union personnelle avec la maison d’Orange-Nassau. Un gouvernement grand-ducal est installé. Certes, les moyens dont dispose ce nouvel État sont à la mesure de ce pays de 2 586 km2, peuplé de seulement 175 000 habitants et encore à l’écart de la révolution industrielle. Mais ce nouvel État bénéficie de l’adhésion de la plus grande partie des élites locales. Après avoir rallié la cause belge, elles finissent par accepter, bon gré mal gré, et avec grand pragmatisme, cette indépendance inopinée. Elles acceptent d’autant plus volontiers de relever le défi politique qu’elles prennent en mains les rênes de l’État. Quelques notables vont plus loin : ils veulent lui donner une âme nourrie de l’histoire du pays. Les archives, difficilement accessibles, deviennent donc un enjeu entre une petite communauté scientifique et un gouvernement soucieux des deniers publics et sans grande ambition culturelle11.

Les Archives du gouvernement grand-ducal

  • 12 Les archives de la Maison grand-ducale sont conservées par le Palais.

19Dans l’œuvre de construction étatique, rien de particulier n’est prévu pour les archives. Certes, le bureau des Archives provinciales prend, le 19 février 1840, la dénomination d’Archives du gouvernement grand-ducal12. Mais cette majestueuse appellation ne change en rien la situation antérieure.

20Le service demeure dirigé par un archiviste, Louis Denÿ, relevant directement du secrétaire général du gouvernement. A partir de 1842, il dispose de deux commis pour l’assister dans la conservation des archives. En 1848, Denÿ ajoute à sa fonction d’archiviste celle de secrétaire général. Ses deux successeurs à ce dernier poste suivent d’ailleurs ce même cursus : les archives deviennent l’antichambre du secrétariat général.

21Manquant de place, toutefois, le fonctionnement des Archives du gouvernement est quasi paralysé. D’autant qu’en 1843-1844, les archives non judiciaires du conseil provincial retrouvées au palais de justice réintègrent leur série d’origine. Le dépôt de l’hôtel du gouvernement est dès lors saturé. On compte bien sur la remise à la Belgique des archives relatives au quartier wallon pour récupérer de la place. Mais les opérations longues et compliquées de partage ne s’achevant qu’en 1847, et les fonds s’accroissant, le problème de la place n’est nullement résolu, comme Denÿ le souligne en 1855 dans son rapport sur la situation des archives. Faute de personnel et d’espace, il ne peut ni mener à bien le classement des dossiers marqués « rebut », ni remettre en ordre les dépôts. Un fonds remis au dépôt après classement n’a, en effet, aucune place assignée. Du coup, après consultation, une liasse inventoriée est déposée au hasard. En l’absence de récolement topographique des magasins, il devient impossible de la retrouver et les travaux d’inventaire sont menés quasi en pure perte. En 1857, Denÿ s’en désole toujours.

Le maintien du statu quo : le faible engagement du gouvernement pour les archives

22Certes, le gouvernement grand-ducal manifeste quelque intérêt pour les archives : en 1856, une circulaire de l’administrateur général (ministre) de l’Intérieur rappelle aux bourgmestres l’importance d’assurer la bonne conservation des archives communales et notamment des registres paroissiaux.

23Mais sur la question de fond qui agite les milieux éclairés, celle d’une véritable politique de bonne conservation du patrimoine archivistique du pays, le gouvernement refuse de s’engager. Deux affaires en sont particulièrement révélatrices.

24En sa séance du 15 décembre 1855, la Chambre des députés se penche sur la question des archives du pays. La matière du débat en est fournie par un rapport de Louis Denÿ. Constatant la carence des locaux et le manque de personnel compétent, l’archiviste secrétaire général propose que soit créé un dépôt central pour les archives du pays, ce qui implique la construction d’un bâtiment et l’affectation de quatre personnes. L’examen du projet ne suscite guère d’empressement de la part des députés et ce n’est pas le discours du ministre d’État (président du gouvernement) qui peut les encourager à changer d’avis. Le baron de Tornaco déclare en effet :

  • 13 Cité par P. Spang, dans État général des fonds..., p. 49.

« Messieurs, les archives d’un pays ont certainement beaucoup d’importance ; mais il faut réduire cette importance à sa juste valeur. Les archives ont de l’importance pour les savants, pour ceux qui écrivent l’histoire d’un pays ; mais elles n’exigent point, pour être consultées, d’être précisément placées dans des bâtiments spéciaux. Quand elles ont une valeur historique réelle on sait même les trouver dans les greniers. [...] Elles existent d’ailleurs depuis de nombreuses années et jamais on n’a songé à leur donner cette immense importance qu’on leur prête aujourd’hui [...]13. »

25La Chambre suit l’avis du ministre d’État et repousse le projet. Les raisons de ce refus sont à chercher, pour partie, dans le manque de moyens budgétaires. Tornaco ne perd pas de vue non plus la nature de forteresse de la capitale : l’espace constructible manque et, en cas de bombardement, les deniers publics dévolus à la construction de nouveaux bâtiments seraient comme dilapidés. Lors de cette séance, seule l’édification de la Chambre des députés est votée.

26Plus profondément, Tornaco ne saisit pas vraiment l’importance des archives pour le pays. En 1864, il s’associe certes à la demande belge de rapatriement à Bruxelles des archives des Pays-Bas autrichiens transférées de Bruxelles à Vienne en 1794 pour les mettre à l’abri des Français. Au nombre de ces papiers, se trouve une très grande part du trésor des chartes des ducs de Luxembourg, mis à l’abri à Bruxelles en 1542, pour le protéger des risques d’un siège mené par les armées de François Ier. Mais il laisse Bruxelles s’approprier la totalité des chartes restituées en 1865.

27Facteur explicatif supplémentaire, le chef du gouvernement grand-ducal appartient à ces notables éminemment pragmatiques qui considèrent que le grand-duché n’est pas viable et que tôt ou tard, il sera absorbé par l’un de ses puissants voisins, dès lors qu’il n’aura plus d’utilité géostratégique. Tornaco ne paraît pas avoir nourri, du moins au temps où il dirige le gouvernement, de volonté de développer un esprit national.

La constitution d’une communauté scientifique : la Société archéologique

28Cette situation peu brillante suscite de vives critiques parmi la petite communauté scientifique qui se constitue peu à peu au début des années 1840. Ainsi du docteur Charles-Auguste Neÿen. Dès 1838, ce médecin a présenté au gouverneur le vaste projet d’écrire une histoire nationale à partir des sources originales. Le gouverneur a trouvé l’idée excellente, mais la commission de gouvernement en a souligné les difficultés : outre son coût budgétaire, les sources sont quasi inaccessibles. Les archives conservées à Luxembourg ne sont pas classées ou très médiocrement inventoriées et une immense partie des sources est conservée dans les dépôts de l’Europe entière. En 1843, Neÿen le déplore lui-même dans l’introduction à son Esquisse historique sur la ci-devant seigneurie-baronnie de Meysembourg : « Il faut peut-être plus de patience dans les recherches que d’érudition ».

29Mais il ne se décourage pas. C’est alors que le gouverneur Ignace de La Fontaine lui suggère d’aller plus loin : le moment lui paraît venu de rassembler les bonnes volontés dans le cadre d’une société publique. Neÿen s’adjoint trois autres notables. Cette poignée de notables, férus d’histoire, amateurs d’antiquités, ne sont pas de simples érudits ou des collectionneurs maniaques. Ils assignent à leur projet de conservation des monuments historiques luxembourgeois, dont les archives, une mission supérieure : forger un sentiment patriotique, une véritable communauté de destin, pour ainsi dire une conscience nationale. Il s’agit pour eux de relever le défi culturel que pose cet État tout neuf. Ils rencontrent en cela le soutien de leur nouveau souverain Guillaume II, monté sur le trône en 1840. En visite à Luxembourg en 1842, le roi grand-duc se voit présenter le projet ainsi nettement défini : « Rattacher l’histoire du présent à celle des anciens jours a été de tout temps l’étude des hommes vraiment dévoués à la prospérité de leur patrie ». De retour au grand-duché, Guillaume II signe le 2 septembre 1845 l’arrêté constitutif de la « Société pour la recherche et la conservation des monuments historiques et archéologiques concernant le grand-duché de Luxembourg et le territoire de l’ancien duché de Luxembourg », communément appelée « Société archéologique ». Composée de treize membres titulaires, cette société savante est placée sous le protectorat du souverain et sous la tutelle du gouvernement qui la subventionne.

30En proposant d’insérer au règlement que le gouvernement et la ville de Luxembourg remettent à la Société tous les documents historiques conservés dans leurs archives respectives, Neÿen pose clairement la question de l’accessibilité des archives au Luxembourg. La Société préfère, plus prudemment, appeler de ses vœux la création d’un dépôt d’archives historiques. En attendant, pour se ménager ses entrées aux Archives du gouvernement, elle prend soin de coopter Denÿ.

31Dès 1846, la Société lance un appel aux Luxembourgeois pour qu’ils lui remettent tous les objets et documents témoins du « glorieux souvenir » du passé. Les dons, souvent suscités par les sociétaires eux-mêmes, affluent. Il faut dire que la Société commence par inventorier le fonds avant que son propriétaire ne prenne la décision d’en faire « le don patriotique et généreux ». La Société commence à constituer un petit dépôt d’archives historiques. Au terme de sa première année d’existence, elle a déjà rassemblé 397 documents dont l’acte de fondation de l’abbaye Notre-Dame de 1083.

32Les sociétaires se rendent également dans les dépôts à l’étranger et établissent des copies des documents luxembourgeois.

33En 1858, la Société commence à faire paraître sa première grande publication, la Table chronologique des chartes et diplômes relatifs à l’histoire de l’ancien pays-duché de Luxembourg et comté de Chiny, qui prend fin en 1885.

3. — 1867-1918 : ARCHIVES ET ÉMERGENCE DE LA CONSCIENCE NATIONALE

34Contre toute attente, l’issue de l’affaire du Luxembourg de 1867 préserve l’existence du grand-duché et paraît même garantir sa pérennité. Par le traité de Londres du 10 mai 1867, le grand-duché est déclaré perpétuellement neutre et désarmé. Son indépendance est placée sous la garantie des grandes puissances. Pour lui enlever tout intérêt stratégique, la forteresse est démantelée.

35S’ouvre alors une nouvelle ère pour le pays. Le grand-duché connaît entre 1867 et 1914 des changements importants qui renforcent encore son indépendance et l’émergence d’un sentiment national. La révolution industrielle l’atteint enfin dans les années 1880, grâce à ses mines de fer : la sidérurgie en devient pour longtemps l’industrie principale. L’État dispose de moyens financiers nettement plus importants, tout en se renforçant. Enfin, avec l’accession au trône en 1890 d’une nouvelle dynastie et la fin de l’union personnelle avec la couronne néerlandaise, le grand-duché achève de relever le défi politique.

36C’est là aussi une période faste pour les archives. Même si un service d’archives nationales n’est toujours pas créé, les historiens doivent bien reconnaître qu elles bénéficient désormais d’une conservation optimale selon les critères de l’époque.

La mise en place d’une véritable politique de conservation des Archives du gouvernement

37Les archives restent dans le strict ressort des attributions gouvernementales. La solution apportée à la question toujours pendante des locaux le rappelle, s’il en était besoin, aux historiens. Cela n’empêche pas l’archiviste du gouvernement de mener une politique très rigoureuse de conservation des fonds à partir des années 1870.

38En 1867, le départ de la garnison prussienne libère des dizaines de bâtiments militaires. Neÿen propose que les archives soient logées dans la caserne Marie-Thérèse, tandis que des journalistes préconisent plutôt l’hôpital militaire du plateau du Saint-Esprit, achevé sept ans plus tôt. En ce cas, l’Institut grand-ducal en gestation en partagerait les locaux, le manège adjacent devenant sa salle des séances. Un tel projet qui couperait le cordon ombilical avec le gouvernement et établirait enfin la distinction entre un dépôt d’archives historiques nationales et un dépôt d’archives gouvernementales à strict usage administratif n’est pas même étudié. Le gouvernement grand-ducal considère que les archives constituent d’abord et avant tout les précédents des affaires courantes.

39Il est donc décidé en 1868 que les archives suivront le gouvernement dans son nouvel hôtel. En 1870, le second étage du bâtiment étant enfin équipé en rayonnages de bois (il a fallu deux ans pour résoudre les problèmes de surcharge des planchers), les archives y sont transférées. Ayant désormais les moyens de réaliser ce dont Denÿ a toujours rêvé, Pierre Ruppert, second archiviste, entreprend la mise en ordre matérielle des fonds par regroupement topographique des liasses dans l’ordre des inventaires.

  • 14 A telle enseigne que l’archiviste du gouvernement est le premier personnage de l’administration gou (...)

40En 1884, le gouvernement décide enfin de construire ce véritable dépôt d’archives attendu depuis 1830. C’est alors que les historiens tentent une dernière fois d’obtenir des Archives nationales. Par voie de presse, ils réclament la constitution d’un dépôt d’archives historiques, ayant à sa tête un archiviste paléographe entièrement affecté à cette fonction. Mais c’est compter sans Ruppert, archiviste du gouvernement depuis 1873, qui y oppose un veto catégorique. Et le gouvernement le suit sans difficulté. Il faut dire que le personnage est omnipotent. Véritable homme-orchestre, il cumule tant de charges que le grand-duc Adolphe s’est un moment étonné de cette extraordinaire concentration d’homonymes dans l’administration de son gouvernement : chargé de la garde des sceaux et des archives de l’État, Ruppert occupe également les fonctions de conseiller du gouvernement, secrétaire général du gouvernement, secrétaire du conseil d’État, greffier de la Chambre des députés et président de la commission permanente de statistique. Or, comme Denÿ, Ruppert doit son immense autorité au sommet de l’État14 en grande partie à sa remarquable pratique des fonds. Par sa connaissance des affaires dans leurs antécédents les plus lointains, il est en effet indispensable.

41Convaincu de la nécessité de loger plus dignement « ses » archives, il est d’ailleurs à l’origine de la décision gouvernementale. Le bâtiment, haut de trois étages, est construit dans la cour même de l’hôtel du gouvernement. Ruppert en a conçu lui-même les plans avec l’architecte de l’État. Curieux bâtiment en vérité. Ruppert a veillé à ce que le dépôt soit bien, même dans sa conception, une annexe du gouvernement. Les magasins d’archives sont situés au premier et second étages, le rez-de-chaussée étant occupé par la salle des adjudications et un dépôt pour les archives courantes. Le bâtiment n’a pas d’escalier intérieur. Pour accéder aux magasins, il faut passer par l’hôtel du gouvernement relié au dépôt par une passerelle métallique vitrée sur deux niveaux. Les accès sont strictement contrôlés et Ruppert semble avoir voulu ainsi écarter tout risque de création d’une salle de lecture, voire d’un service indépendant d’archives historiques.

42Ruppert s’attache également à la préservation de ce patrimoine dont il est le dépositaire. Il fait soigneusement conditionner les documents dans des unités de conservation standardisées adaptées à leur format. Il dispose d’un relieur pour la mise en volumes de certains dossiers. Les cartes et plans sont entoilés.

Un modus vivendi satisfaisant

43N’ayant pas eu de difficulté à convaincre le gouvernement de la nécessité de maintenir un seul service d’archives (il a mis en avant les économies budgétaires), Ruppert n’est toutefois pas indifférent à la recherche historique dès lors que sa mainmise sur les fonds nationaux est assurée. Pendant les travaux d’aménagement du nouveau dépôt et au fur et à mesure des transferts, Ruppert récole les fonds et les inventorie. Il multiplie d’ailleurs les communications sur ces découvertes devant ses collègues de la section historique. Il élabore le cadre de classement encore en vigueur aujourd’hui, par régimes successifs. En 1910, il fait publier ses Inventaires sommaires des Archives du Gouvernement. Il s’agit plutôt d’un état général des fonds et guide des sources présentant tous les fonds des origines à 1880.

  • 15 Arrêté royal grand-ducal du 8 février 1878 sur l’organisation et le service des bureaux du gouverne (...)

44Il n’y a toujours pas de salle de lecture. Mais, comme cela est défini par l’arrêté sur l’organisation et le service des bureaux du gouvernement de 1878, « toute personne peut demander communication des documents historiques déposés aux archives publiques »15. Les demandes se font par écrit et doivent être motivées. Ruppert les vérifie avec un tel soin que tel chercheur éconduit, pourtant honorable ecclésiastique, membre correspondant de la section historique de l’Institut grand-ducal, le qualifie de « Cerbère des archives ». Les dossiers sont communiqués au lecteur, les uns après les autres, dans le bureau même du secrétaire général archiviste et sous son étroite surveillance.

  • 16 Il s’agit des chartes qui avaient échappé au transfert à Bruxelles de 1542.

45Ruppert se soucie également de l’enrichissement des fonds. En 1873, il négocie avec succès le dépôt des archives de la baronne de Reinach décédée. C’est là un fonds important de 4398 pièces datées de 1221 à 1796, provenant de nombreuses seigneuries luxembourgeoises. En 1889, Ruppert mène lui-même les négociations avec l’Autriche-Hongrie pour obtenir la restitution des chartes transférées de Luxembourg à Vienne en 179416. Ses démarches sont couronnées de succès. 250 chartes, connues sous le nom de « papiers de Vienne », regagnent Luxembourg. Signe de temps plus favorables aux archives dans les milieux gouvernementaux qu’à l’époque de Tornaco, le consul luxembourgeois à Vienne reçoit d’ailleurs une promotion dans l’Ordre de la Couronne de Chêne pour service rendu aux archives luxembourgeoises.

L’histoire, enjeu national

46Comme le montrent les moyens consacrés aux Archives, les autorités ont pris conscience de la nécessité de relever le défi culturel. Dès 1868, le prince Henri, lieutenant-représentant de son frère Guillaume III au Luxembourg, aspire à susciter un véritable et profond attachement à la patrie. Pour ce faire, il décide de doter le pays d’une véritable armature culturelle : c’est la vocation de l’Institut grand-ducal qu’il établit et dont il assure lui-même la présidence. La Société archéologique, qui en est devenue la section historique, en constitue la pierre angulaire. Si un modus vivendi est finalement trouvé avec les Archives du gouvernement, la section historique qui conserve en 1910 quelques 52 000 documents originaux, intéressant surtout l’histoire des familles et des localités, se targue, sans doute avec quelque exagération, de posséder un dépôt d’archives historiques presque équivalent à celui des Archives du gouvernement.

  • 17 G. Trausch, « Aux origines du sentiment national luxembourgeois : histoire et coup de pouce ou myth (...)

47Son rôle est en tout cas essentiel, comme le souligne Gilbert Trausch : « Spectateurs d’une petite communauté accédée tardivement et contre toute attente au stade de la nation, ils [ses membres] en ont cherché, pour ainsi dire instinctivement, l’explication et parfois la justification dans le passé. »17

  • 18 Voir, à ce propos, Daniel Spizzo, La nation luxembourgeoise. Genèse et structure d’une identité, Pa (...)

48Le patient travail des historiens nationaux commence à porter ses fruits. Grâce aux éditions de textes et aux monographies traditionnelles, une histoire officielle nationale prend forme18. En 1918, Arthur Herchen fait paraître son Manuel d’histoire nationale, synthèse la plus achevée de cette brillante fresque reconstituée a posteriori. Nourrie aux meilleures sources, la démarche en est résolument téléologique. Les aléas de l’histoire décousue d’un pays de marche sont ordonnancés dans une progression nationaliste. Après trois siècles et demi qualifiés (sans souci aucun de l’anachronisme) de période de domination étrangère, le Luxembourg médiéval des temps glorieux renaîtrait dans le grand-duché du XIXe siècle. Sigefroid, la comtesse Ermesinde, Jean l’Aveugle, les empereurs germaniques luxembourgeois deviennent des héros nationaux, lointains prédécesseurs des souverains actuels. Les historiens voient alors dans le Klëppelkrich (guerre des gourdins) de 1798 un soulèvement national, alors qu’il ne s’agit que d’une jacquerie de paysans ardennais refusant la conscription imposée par l’occupant français.

49Dans cette œuvre de construction positiviste d’une mémoire nationale, les autorités gouvernementales ont fini par donner aux archives le rôle fondamental qui leur revient en en facilitant la communication aux chercheurs. Elles sont peu à peu comprises enfin comme matériaux historiques, et non plus seulement comme précédents administratifs.

CONCLUSION

50En définitive, la voie choisie par le Luxembourg pour assurer la conservation et la communication de ses archives semble être la meilleure, eu égard à son origine et à sa situation. Peut-on parler pour autant d’un modèle d’archives nationales ? Sans doute à l’échelle d’un petit pays où les archives sont mises au service de la construction de la mémoire nationale tout en servant à l’administration. En tout cas, c’est par ce modus vivendi pragmatique que le grand-duché de Luxembourg donne les moyens à sa petite communauté historienne d’étudier et d’écrire son histoire.

51Cependant, ce système pragmatique demeure inachevé. Sa principale limite est qu’il finit par reposer sur un seul homme. La mort de Ruppert en 1918, à l’âge de 83 ans, à son bureau, scelle en effet sa fin. Les Archives du gouvernement tombent alors dans un état de semi-abandon dont elles ne sortent qu’après la Seconde Guerre mondiale, avec la création d’un véritable service d’archives historiques nationales.

Notes

1 Pour reprendre les termes de l’analyse de Gilbert Trausch, dans Histoire du Luxembourg, Paris, 1992, p. 82-83.

2 Ils veulent aussi assurer la sauvegarde du patrimoine monumental, artistique et archéologique du pays. Ils créent d’ailleurs un musée archéologique et historique, ancêtre du Musée national d’art et d’histoire établi par l’État en 1930.

3 Cité par Joseph Goedert, dans De la Société archéologique a la section historique de l’Institut grand-ducal de Luxembourg, vol. CI des Publications de la section historique de l’Institut grand-ducal de Luxembourg, 1987, p. 156.

4 D’abord publié dans les Archives des missions scientifiques et littéraires, en deux parties sous le titre « Rapport sur une mission à Luxembourg et à Clervaux d’Ardenne », t. XIII, 1889, p. 513-552, et « Rapport sur une mission à Luxembourg et ès pays adjacents », t. XIV, p. 373-484, il paraît ensuite, légèrement modifié, sous le titre « Les archives de l’État de Luxembourg (comté, duché, grand-duché) » dans les Publications de la section historique de l’Institut gand-ducal de Luxembourg, vol. XLI, 1890, p. 308-366.

5 Ibid., p. 315, note 2.

6 Cité par J. Goedert, dans op. cit., p. 296.

7 Le Luxembourg cède à la Prusse la rive droite de la Moselle, les régions de Bitbourg, Saint-Vith, Schleiden et Cronenbourg. Il perd ainsi 2 280 km2 et 50 000 habitants.

8 Cité par J. Goedert, dans op. cit., p. 297.

9 Cité par Paul Spang, dans État général des fonds conservés aux Archives nationales du grand-duché de Luxembourg et aux archives de la section historique de l’Institut grand-ducal, t. I, vol. CXII des Publications de la section historique de l’Institut grand-ducal de Luxembourg, 1995, p. 30.

10 Dès 1814, le roi Guillaume Ier prend un décret stipulant que les archives nationales antérieures en 1794 soient regroupées et placées sous l’autorité d’un Archiviste national. C’est là l’acte de naissance des Archives générales du Royaume. A partir de 1817, des archivistes sont progressivement nommés dans les provinces auxquelles revient la charge de conserver leurs archives. Cf. J.A.M.Y. Bos-Rops, De Archieven in het Algemeen Rijksar-chief, 1982, p. 25-26.

11 P. Spang, « La politique culturelle des gouvernements luxembourgeois de 1848 à nos jours », dans Le Luxembourg en Lotharingie. Mélanges Paul Margue, Luxembourg, 1993, p. 585-606.

12 Les archives de la Maison grand-ducale sont conservées par le Palais.

13 Cité par P. Spang, dans État général des fonds..., p. 49.

14 A telle enseigne que l’archiviste du gouvernement est le premier personnage de l’administration gouvernementale.

15 Arrêté royal grand-ducal du 8 février 1878 sur l’organisation et le service des bureaux du gouvernement, art. 15, dans Les lois et règlements sur l’organisation politique et administrative du grand-duché de Luxembourg recueillis par P. Ruppert, Luxembourg, 1878, p. 302.

16 Il s’agit des chartes qui avaient échappé au transfert à Bruxelles de 1542.

17 G. Trausch, « Aux origines du sentiment national luxembourgeois : histoire et coup de pouce ou mythes et réalités », dans Nos Cahiers, 1984, 2, p. 75.

18 Voir, à ce propos, Daniel Spizzo, La nation luxembourgeoise. Genèse et structure d’une identité, Paris, 1995.

Auteur

Archiviste paléographe, Conservateur aux Archives diplomatiques.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540