Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Archives et nations dans l’Europe du XIXe siècle

 | 
Bruno Delmas
, 
Christine Nougaret

Modèles européens d'Archives nationales

Les archives italiennes et l’unification nationale

The archives of Italy and national unification

Marco Carassi

Résumé

Notre exposé se propose d’aborder les questions suivantes :
— l’héritage archivistique du Royaume d’Italie au moment de l’unification nationale (1861) ;
— archives administratives et archives historiques : le choix du rattachement au même ministère (Intérieur) ;
— la marche prudente vers une organisation homogène ;
— les bâtiments affectés aux archives et leur conséquence sur la conservation des fonds ;
— le discours de la méthode : la permanence des systèmes de classement uniformes et l’application progressive du respect de l’ordre interne des fonds (« L’ordre historique des affaires et des actes », selon le règlement du décret royal du 27 mai 1875) ;
— le métier d’archiviste et la recherche historique ;
— l’influence des idéologies sur les archives : les tris, les archives secrètes, les musées d’archives ;
— les archivistes déchirés entre identité nationale à bâtir, traditions régionales à respecter, et devoirs d’impartialité.

This exposé will address the following questions:
— The archival heritage of the kingdom of Italy at the time of national unification (1861).
— Administrative archives and historical archives: the decision to associate them with the same ministry (Interior).
— The circumspect advance towards a uniform organization
— The buildings made available for archives and their effect on the conservation of archive materials.
— Discourse on method: The enduring inertia of uniform classification Systems, and the gradual application of an internal “respect des fonds” (“The historical order of subjects and deeds”, according to the rule set out in the royal decree of 27 May 1875).
— The archival profession and historical research.
— The influence of ideologies on archives: arrangement, secret archives and archival museums.
— The archivist torn between the construction of national identity, respect for regional traditions, and the duty of impartiality.

Texte intégral

1Dans mon travail d’inspection des archives des collectivités locales, je me rends compte à quel point se présentent aujourd’hui à nouveau, à d’autres niveaux, des problèmes analogues à ceux qui étaient caractéristiques de l’époque où, le royaume d’Italie à peine fondé, il fallait, selon l’expression de Massimo d’Azeglio, « faire les Italiens ». Ces liens avec l’actualité, où coexistent le mouvement vers l’union européenne et celui vers une décentralisation radicale de l’administration italienne, ne font que souligner la difficulté d’aborder un tel sujet historique. J’espère donc qu’il ne sera pas nécessaire d’être bien malheureux pour avoir droit à votre bienveillance, car je suis, au contraire, tout à fait heureux d’être ici parmi tant de collègues et d’amis, dans ce pays « que je ne peux voir sans éprouver une affection qui ressemble à l’amour de la Patrie », pour reprendre les mots d’Alessandro Manzoni.

2En guise d’introduction je voudrais retracer très rapidement un panorama du patrimoine archivistique reçu en héritage par le royaume d’Italie au moment de l’unification nationale, en 1861.

3Les différences les plus marquées entre les archives qui se trouvaient sur le territoire du royaume nouveau-né avaient deux causes principales. En premier lieu, les archives étaient, comme toujours, au moins partiellement, le reflet des activités des organismes politico-administratifs qui les avaient produites dans les États pré-unitaires, selon des modèles et des méthodes parfois très éloignés les uns des autres. Deuxièmement, d’un État à l’autre, les notions mêmes de nature et de finalité des archives sélectionnées pour la conservation définitive différaient.

4Parmi les sept États destinés à fusionner, le royaume des Deux-Siciles était doté, selon le modèle napoléonien, de l’organisation archivistique la plus avancée et la mieux distribuée sur son territoire (14 services d’archives sur le continent et 6 sur l’île). Le royaume de Sardaigne disposait de trois grands dépôts centraux (Cagliari, Gênes et Turin) inspirés par des traditions différentes, surtout Gênes, capitale jusqu’en 1814 d’une république indépendante, où le pouvoir réel et les archives vraiment importantes étaient au Banco di San Giorgio, sorte de fonds commun d’investissement à l’échelle méditerranéenne. Le grand-duché de Toscane gardait dans ses quatre dépôts le riche héritage des villes-États du Moyen Age (Lucques, Pise, Sienne et Florence elle-même). Dans le royaume lombardo-vénitien et dans les duchés, les huit dépôts de Brescia, Bologne, Mantoue, Milan, Modène, Parme, Venise et Vérone avaient la garde des fonds les plus divers qui, même là où s’appliquait la rigueur de l’administration autrichienne, n’avaient pas été réduits à l’uniformité. Les archives administratives de l’État pontifical ne furent d’autre part séparées des archives du Vatican qu’à partir de 1871, après la conquête de Rome par les troupes italiennes.

  • 1 Voir le décret royal n° 1852 du 5 mars 1874, publié dans la Gazzetta Ufficiale del Regno, le 31 du (...)

5Les différences ne se bornaient pas à la pluralité des contextes de production, mais s’étendaient à la priorité à donner au rôle historique ou au rôle administratif ; ceci se répercutait sur le choix des différents ministères de tutelle. La plupart des archives définitives dépendaient des ministères respectifs de l’Intérieur, d’autres des ministères de l’Instruction publique, des Finances, de la Justice ou de la Guerre. Une commission gouvernementale se pencha sur les avantages des différentes solutions et finit par recommander de rattacher toutes les archives italiennes au ministère, désormais unique, de l’Intérieur. Ainsi fut fait en 18741. L’effort consista donc à ne pas créer de fracture entre archives administratives et historiques, en facilitant le versement des papiers des premières aux secondes, et à mieux sauvegarder le secret administratif, sans oublier le contrôle de la fonction d’intérêt national de recherche des racines lointaines d’une histoire devenue commune. Les courts délais imposés aux administrations pour verser leurs documents aux archives centrales, pendant les premières décennies suivant l’unification, eurent d’ailleurs pour conséquence de faire prévaloir les recherches administratives.

  • 2 Voir le décret royal du 11 décembre 1870 publié dans la Gazzetta Ufficiale del Regno, du 1er janvi (...)
  • 3 Voir le décret royal n° 1949 du 31 mai 1874, publié dans la Gazzetta Ufficiale del Regno, le 17 ju (...)

6La marche vers une organisation homogène des archives italiennes fut prudente. Le choix centraliste, évident dans le rattachement au ministère politiquement le plus fort, fut adouci par un certain degré de décentralisation fonctionnelle et par une large continuité du personnel. Après la suppression de la Direction générale des archives du royaume à Turin en 1870, un organisme collégial fut créé sous le nom de « Conseil pour les archives », qui assura un certain équilibre entre fonctions administratives et culturelles, grâce aussi au niveau souvent très remarquable de ses membres2. Pour coordonner les services d’archives, qui restaient encore si différents les uns des autres, on recourut en 1874 à la création de 10 surintendances — soit une pour le territoire de chaque État pré-unitaire — qui s’efforcèrent pendant une vingtaine d’années d’harmoniser les traditions archivistiques régionales, dans le but de rendre un service uniforme à la fois aux administrations et aux citoyens dans l’ensemble du royaume3. Entre-temps, la construction du réseau des Archives d’État, prévu dans chaque province, avança lentement tandis que les Archives centrales de Turin étaient transférées à Florence en 1864, puis de Florence à Rome en 1875. Les bâtiments affectés aux archives étant souvent des palais ou des couvents classés monuments historiques, la conservation matérielle des fonds se trouva subordonnée aux limites fonctionnelles d’édifices contraignants. Une loi spécifique, votée en 1877, permit de faire des travaux dans les bâtiments d’archives, notamment la construction de kilomètres de rayonnages. Toutefois, ce n’est qu’après l’incendie de la Bibliothèque nationale de Turin en 1904, qu’on entreprit de moderniser systématiquement les appareils de chauffage et d’éclairage.

7La toile de fond ainsi brossée, il convient de dire quelques mots sur le discours de la méthode.

  • 4 E. Lodolini, Lineamenti di storia dell’archivistica italiana. Dalle origini alla metà del secolo x (...)

8Le principe du respect des fonds, pourtant reconnu dès 1765 à Gênes, s’affirma lentement en Italie au cours du XIXe siècle4. On eut des difficultés à faire une distinction nette entre, d’une part, le droit des producteurs d’archives à réorganiser celles-ci conformément à leurs exigences pratiques au fur et à mesure que celles-ci changeaient, et à distinguer, d’autre part, les inconvénients des manipulations mises en œuvre à des fins historiographiques dans les dépôts centraux d’archives.

  • 5 Voir le décret royal n° 2552 publié dans la Gazzetta Ufficiale del Regno, le 22 juin, dans Collezi (...)
  • 6 Voir l’article « Archivi di Stato, Archivisti » dans Digesto italiano, Torino U.T.E.T., 1896, vol. (...)

9La situation des classements au moment de l’unification nationale était très diversifiée. Plusieurs États pré-unitaires avaient adopté le classement par matière et, avec plus ou moins d’efficacité détruit les structures organiques des fonds. Les deux situations limites étaient celles de Gênes, déjà citée, et de Milan où l’on continua jusqu’à la fin du XIXe siècle à appliquer les instructions autrichiennes sur le classement des documents de toutes provenances selon des rubriques alphabétiques, comme les articles d’une encyclopédie. L’école toscane des archivistes, et tout particulièrement Francesco Bonaini, commença un grand travail, difficile et passionnant, de reconstitution des fonds de chaque institution. Cette méthode, appelée en Italie « metodo storico » (par référence au respect de l’histoire des fonds d’archives et non aux modes historiographiques), fut reconnue officiellement par le règlement approuvé par décret royal du 27 mai 18755. Ce règlement, à l’article 7, imposa aux archivistes de ranger séparément les versements de chaque administration ou personne « dans l’ordre historique des affaires et des actes », tandis que le rapport du ministre sur le règlement précisait que les fonds d’archives devaient être traités « sans y apporter des nouveautés, ni classement autre que historique, refusant tout système différent, afin que l’avantage de laisser les choses comme elles avaient pu grandir spontanément, ne fut pas mis en cause par la volonté changeante des archivistes en charge de la conservation historique »6. Ce texte apporte un soutien réglementaire à la doctrine italienne sur la nécessité de respecter ou de reconstituer les structures archivistiques originelles.

  • 7 Archivio di Stato di Torino, Regi Archivi, Direzione, 1891, Relazioni sul servizio archivistico, T (...)

10La plupart des archivistes, toutefois, persistèrent imperturbablement dans leurs pratiques anciennes tandis que l’inertie méthodologique laissait peu à peu la place à la révolution conceptuelle. Si l’on considère les travaux en cours à la fin du XIXe siècle aux Archives d’État de Turin, on a l’impression que certains fonds relèvent de classements à l’ancienne par matière, tandis que d’autres sont organisés conformément aux instruments de recherche réalisés par les bureaux producteurs eux-mêmes. Pour le premier cas, on peut citer les dossiers du fonds de l’Intendance générale d’Ivrée pour l’Ancien Régime subissent le même sort, tandis que les registres gardent l’ordre des séries d’origine. Les fonds de la Haute Police pour l’époque Restauration-Risorgimento sont par contre reclassés comme à l’origine, pour pouvoir réutiliser les rubriques et les index rédigés par les policiers. Les deux critères sont appliqués à la Direction générale des Douanes et Gabelles dont 120 cartons pour les années 1855-60 sont classés en novembre-décembre 1891 par « catégories principales et subalternes »7.

  • 8 La remarque a été faite par Elio Lodolini lors de la table ronde tenue le 5 février 2000 aux Archi (...)
  • 9 Voir « Archivi e Cittadino. Genesi e sviluppo degli attuali sistemi di gestione degli archivi », a (...)

11Ce serait une attitude anachronique que de récriminer contre la lenteur des progrès dans les méthodes archivistiques. Il vaut mieux, peut-être, essayer de comprendre pourquoi l’on éclata souvent les archives ministérielles des gouvernements pré-unitaires en les classant en sections (judiciaire, administrative, notariale, etc.), ce que n’imposait pas le règlement de 1875. Celui-ci, en effet, préconisait le respect de l’ordre donné aux fonds par des institutions productrices datant d’une époque où était inconnue — en tout cas inappliquée — la séparation des pouvoirs à la Montesquieu. Or, les archivistes de la deuxième moitié du XIXe siècle étaient des hommes qui avaient fait le Risorgimento, avaient lutté contre l’absolutisme et avaient tendance à appliquer rétrospectivement les principes dont ils s’inspiraient8. Malgré tout, le règlement de 1875, à l’avant-garde de l’archivistique tout en restant longtemps méconnu et mal appliqué, s’avère un cas heureux où la législation reconnaît et généralise les conquêtes intellectuelles des membres les plus avancés de la communauté professionnelle des archivistes. Une situation analogue semble se reproduire aujourd’hui en Italie où, sauf éventuelle marche arrière, la législation d’avant-garde des dix dernières années, en matière de gestion des archives publiques, longue à mettre en application, commence à avoir des répercussions profondes sur le système des archives publiques courantes et donc, pour le futur, sur les archives historiques9.

12Pour en revenir au métier d’archiviste dans la deuxième moitié du XIXe siècle, il faut remarquer que le positivisme dominant encouragea la tendance des historiens à accumuler des contributions érudites, comme si pour faire de l’histoire il eut été suffisant de traiter de façon philologiquement correcte des sources « objectives ». Le travail des archivistes en fut négativement influencé puisque les chercheurs s’attendirent à ce que les documents fussent classés de manière à faciliter le repérage de chaque document précieux resté inédit. Les inventaires eurent donc tendance à privilégier la description analytique, pièce à pièce, plutôt que la reconstruction du contexte institutionnel et archivistique originel. Les archivistes eux-mêmes se ressentirent du climat général en cédant au mythe de l’inédit, à publier avant tout autre chercheur.

13Évaluer l’influence des idéologies sur le traitement des archives est une tâche des plus difficiles. On pourrait choisir trois approches : les tris, les archives secrètes, les musées d’archives.

  • 10 Une étude récente dénonce l’abondance des destructions dans la première moitié du XXe siècle mais (...)
  • 11 Voir l’état général des fonds des Archives de l’État italien, Guida generale degli Archivi di Stat (...)

14Or les tris sont un sujet encore presque inexploré. Mais, d’après des collègues qui se sont penchés sur les archives ministérielles, il apparaît qu’aucune stratégie globale n’a été mise en place10. Dans certaines directions générales, les éliminations sont massives, ailleurs on garde beaucoup. D’ailleurs les versements aux Archives d’État (les archives centrales historiques) se font avec des décennies de retard. Par contre, les fonds ecclésiastiques sont acquis beaucoup plus régulièrement, au fur et à mesure de la suppression des monastères et autres organismes religieux ; mais l’orientation rigoureusement laïque des gouvernements post-unitaires n’entraîne pas de tris draconiens dans les fonds religieux11. On n’a pas l’impression, en général, que l’État italien dans son premier demi-siècle ait consacré beaucoup d’attention à la sauvegarde et à la sélection de sa propre mémoire archivistique, ni pour les documents produits après 1861 ni pour les archives héritées des États d’avant l’Unification.

15Deux domaines s’éloignent de cette tendance générale : les archives secrètes et les musées d’archives.

  • 12 Voir Domenico Perrero, Gli ultimi reali di Savoia del ramo primogenito ed il principe Carlo Albert (...)
  • 13 C.A. Costa de Beauregard, Prologue d’un règne. La jeunesse du roi Charles Albert, Paris-Turin, 188 (...)

16Le principe du droit d’accès aux archives ayant été réaffirmé, sauf exceptions, au moment où la constitution (Statuto) de 1848 avait introduit la forme de gouvernement parlementaire dans le royaume de Sardaigne, les historiens officiels avaient dû se confronter peu à peu aux chercheurs n’appartenant pas à l’élite traditionnelle. Mais puisqu’ils étaient à peu près tous issus du même milieu, la coexistence fut garantie jusqu’à la parution d’un article12 prouvant que les documents consultables aux Archives de cour à Turin démentaient formellement certains aspects de la biographie officielle du roi Charles Albert, alors que l’auteur avait reçu l’approbation du directeur de la Bibliothèque royale13. Le scandale fut tel qu’un arrêté ministériel, daté du 5 mars 1890, créa une commission de trois membres (dont le directeur des Archives d’État) afin d’extraire des Archives d’État les documents concernant la famille royale dont la connaissance publique n’était pas souhaitable. C’était créer des archives secrètes en violant l’intégrité des fonds. Les travaux durèrent trois ans et les documents furent déposés à la Bibliothèque royale, jugée plus fiable. Ces documents risquèrent de disparaître pour toujours car, transportés à Rome puis dans l’exil portugais du roi Umberto, ils furent exposés au cambriolage de la résidence de Oporto après la mort du roi (1983). Une partie au moins de ces documents fut rendue aux Archives d’État de Turin un siècle après leur extraction de leur fonds d’origine. L’identité de la monarchie en tant qu’instrument idéologique d’unification nationale fut donc défendue à la fin du XIXe siècle en cachant les documents qui auraient pu en faire connaître les aspects les moins orthodoxes.

  • 14 Pietro Vayra, Il Museo Storico della Casa di Savoia all’Archivio di Stato di Tormo, Torino, 1880.

17Mais les archives furent appelées à remplir une tâche plus ambitieuse, celle de contribuer activement à la formation de l’esprit public par des musées d’archives qui devaient donner aux visiteurs l’orgueil d’appartenir à une nation si ancienne et glorieuse, quoique récemment unifiée. Les musées d’archives les plus importants furent organisés dans les anciennes capitales, notamment Naples et Turin. On joua, dans ces réalisations, sur les reliques les plus significatives des époques où l’Italie existait déjà sans le savoir. Mais on devait glisser sur les bienfaits des dynasties qui avaient dû céder le pas à l’instrument de la naissance du nouvel État, la Maison de Savoie. Celle-ci eut droit à un musée d’archives dans l’ancienne capitale du royaume, organisé en 1873 à Turin « pour susciter chez le visiteur des réflexions d’utilité civile et des satisfactions morales14 ». En fait, l’ambition de ne pas rester à la traîne par rapport à Paris et à Vienne, et surtout de se doter d’un instrument culturel pour bâtir une identité nationale qui puisse contribuer à faire l’amalgame de réalités culturelles, sociales et économiques si différentes, fut décisive. Cette apologie de la Maison de Savoie insiste sur la noblesse et l’ancienneté des origines, sur les gloires militaires (mais la participation à la croisade est discrètement dénommée « expédition en Orient »), diplomatiques et économiques (agrandissements de l’État, libre commerce, abolition de l’esclavage...), législatives et culturelles. Aussi incroyable que cela paraisse, la Savoie, berceau de la dynastie et pendant au moins quatre siècles noyau central de l’État, est totalement absente de ce musée. Il faut toutefois considérer que la Savoie venait d’être cédée à la France en échange de l’aide militaire contre l’Autriche. La Savoie ne pouvait donc servir à la construction d’une identité italienne pour la dynastie régnante. Au contraire, rappeler le souvenir de la Savoie aurait pu résonner comme un reproche, pour y avoir renoncé, et aurait pu affaiblir l’objectif de l’italianité à bâtir. Le musée était en réalité destiné à des visiteurs en nombre limité, mais l’épisode est révélateur d’une tendance qui va prendre des allures plus vigoureuses sous le gouvernement de Francesco Crispi, deux fois président du Conseil entre 1889 et 1896, lorsque la fameuse commission fut créée pour l’épuration des archives.

18Crispi, ancien collaborateur de Garibaldi, devenu partisan d’une politique ouvertement nationaliste, avait un culte laïque de la patrie auquel il voulait convertir les masses. Pour compenser le manque de cohésion de la nation et de solidité du nouvel État, il préconisa l’invention d’une tradition. D’un côté, il fallait ressusciter les gloires médiévales des communes libres s’opposant à l’empereur germanique et exalter les triomphes artistiques du Rinascimento, d’autre part l’épopée du Risorgimento devait être transformée en mythe fondateur de l’État. Mais le pivot de cette vision ne devait pas être le groupe des modérés proches de la cour ; au contraire, le roi, Cavour, Garibaldi, Mazzini, monarchistes et républicains, conspirateurs et modérés, devaient être présentés comme s’ils avaient eu un projet commun depuis toujours. Cette vision nationale populaire du Risorgimento fut confortée par la distribution large et œcuménique de médailles aux expéditionnaires de Garibaldi ainsi qu’aux membres de l’armée royale, qui s’étaient trouvés à un certain moment susceptibles de tirer sur les premiers pour les empêcher de prendre Rome trop vite. Crispi lui même, seul survivant de la « génération des héros », tomba victime de sa propre auto-célébration.

19Ce raccourci idéologique, qui avait paru nécessaire à la classe dirigeante post-unitaire pour « nationaliser les masses », mettait les archivistes de l’administration publique dans une situation conflictuelle. Ils devaient en effet s’aligner sur la politique générale des gouvernements. Mais en même temps, ils ne pouvaient pas ignorer les traditions des États régionaux italiens dont ils géraient les patrimoines documentaires très riches et très anciens, ni ne pouvaient oublier totalement une certaine obligation déontologique, qui s’appelle aujourd’hui l’impartialité. Celle-ci n’était pas ouvertement formulée comme une obligation professionnelle, mais elle s’avérait cohérente avec le respect scrupuleux des sources, typique de l’attitude positiviste. Les archivistes italiens de cette fin de siècle paraissent donc déchirés entre identité nationale à bâtir, traditions locales à respecter et devoir d’objectivité.

Notes

1 Voir le décret royal n° 1852 du 5 mars 1874, publié dans la Gazzetta Ufficiale del Regno, le 31 du même mois, dans Collezione celerifera delle leggi, dei decreti, ... Firenze, Stamperia Reale, 1874, partie 1, p. 143.

2 Voir le décret royal du 11 décembre 1870 publié dans la Gazzetta Ufficiale del Regno, du 1er janvier 1871, dans Collezione celerífera delle leggi, dei decreti, ... Firenze, Stamperia Reale, 1870, vol. 2, p. 2316.

3 Voir le décret royal n° 1949 du 31 mai 1874, publié dans la Gazzetta Ufficiale del Regno, le 17 juin, dans Collezione celerífera delle leggi, dei decreti,... Firenze, Stamperia Reale, 1874, partie 1, p. 563.

4 E. Lodolini, Lineamenti di storia dell’archivistica italiana. Dalle origini alla metà del secolo xx, Roma, La Nuova Italia Scientifica, 1991.

5 Voir le décret royal n° 2552 publié dans la Gazzetta Ufficiale del Regno, le 22 juin, dans Collezione celerífera delle leggi, dei decreti,... Firenze, Stamperia Reale, 1875, partie 1, p. 619.

6 Voir l’article « Archivi di Stato, Archivisti » dans Digesto italiano, Torino U.T.E.T., 1896, vol. IV/I.

7 Archivio di Stato di Torino, Regi Archivi, Direzione, 1891, Relazioni sul servizio archivistico, Tabella dei lavoricompiuti nel 6e bimestre dell’anno 1891 dal sig. Troglia Edoardo.

8 La remarque a été faite par Elio Lodolini lors de la table ronde tenue le 5 février 2000 aux Archives d’État de Lucques.

9 Voir « Archivi e Cittadino. Genesi e sviluppo degli attuali sistemi di gestione degli archivi », a cura di Gianni Penzo Doria, dans A.N.A.I. Veneto, Padova, 1999.

10 Une étude récente dénonce l’abondance des destructions dans la première moitié du XXe siècle mais aussi le manque de documentation suffisante sur les critères adoptés : Luisa Montevecchi, « Storie di carte : qualche riflessione a proposito di un elenco di scarto di atti d’archivio », dans Le carte e la storia, Bollettino della Società per li studi della storia delle istituzioni, Roma, anno II, n° 2/96, p. 49-52.

11 Voir l’état général des fonds des Archives de l’État italien, Guida generale degli Archivi di Stato italiani, Ministero per i Beni Culturali e Ambientali, Ufficio Centrale per i Beni Archivistici, Roma, vol. I (A-E), 1981, vol. II (F-M) 1983, vol. III (N-R) 1986, vol. IV (S-Z) 1994.

12 Voir Domenico Perrero, Gli ultimi reali di Savoia del ramo primogenito ed il principe Carlo Alberto, Studio storico su documenti inediti, Torino, 1889. Voir aussi « Sullo sventramento di un archivio pubblico a benefizio di un risorto archivio segreto », Torino, 1893, cité dans Isabella Massabo Ricci, « L’archivio dei re d’Italia depositato presso l’Archivio di Stato di Torino », dans La monarchia nella storia dell’Italia unita. Problematiche ed esemplificazioni, a cura di Fiippo Mazzonis, (Cheiron, XIII 25-26, 1996), Roma, 1997, p. 334.

13 C.A. Costa de Beauregard, Prologue d’un règne. La jeunesse du roi Charles Albert, Paris-Turin, 1889. Idem, Les dernières années du roi Charles Albert, Paris, 1890.

14 Pietro Vayra, Il Museo Storico della Casa di Savoia all’Archivio di Stato di Tormo, Torino, 1880.

Auteur

Surintendant des Archives du Piémont et du Val d’Aoste.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540