Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Archives et nations dans l’Europe du XIXe siècle

 | 
Bruno Delmas
, 
Christine Nougaret

Modèles européens d'Archives nationales

L’institutionnalisation des archives et la quête de l’identité nationale en Croatie dans la seconde moitié du XIXe siècle

The institutionalisation of archives and the search for national identity in Croada in the second half of the 19th century

Josip Kolanovic

Résumé

Afin de défendre son statut politique et juridique au sein de la monarchie des Habsbourg et dans le cadre de l’union personnelle avec la Hongrie datant du XIIe siècle, c’est dès 1643 que le Parlement croate (Hrvatski sabor) a fait faire une Cistam privilegiorum Regni dans laquelle étaient conservés les papiers les plus importants attestant les droits et privilèges du Royaume croate. Le premier recueil des documents historiques témoignant des droits du Royaume et de son statut politique et juridique est publié dans la première moitié du XIXe siècle (Iura Regni), dans le contexte du mouvement de renaissance nationale. C’est à la même période que sont créées les institutions nationales centrales (Societas litteraria, Museum national, Académie).
Pendant l’interruption des liens avec la Hongrie, qui dure de 1848 à 1861, l’historien Ivan Kukuljevic pose les fondements des Archives nationales : il demande des cadres permanents pour le classement et l’indexation des actes les plus importants du royaume, dont il propose la publication, formule l’idée que les archives doivent être au service des sciences et du peuple et, finalement, transfère de Budapest à Zagreb les archives qui avaient été emportées de Croatie aux XVII-XVIIIe siècles, ainsi que les documents créés à Budapest mais se rapportant à la Croatie.
Au retour du régime constitutionnel (en 1861) commence une nouvelle période dans l’histoire des Archives nationales. Entre 1864 et 1867, une discussion parlementaire est menée en vue de la promulgation d’une loi sur les Archives nationales, qui traite du statut des Archives nationales, de la collecte et du rassemblement des archives des institutions régionales aux Archives nationales, ainsi que du droit d’accès aux archives. Les propositions du Parlement croate sont refusées par la Chancellerie royale à Vienne « jusqu’à la résolution des questions politiques et juridiques entre le Royaume de Hongrie et le Royaume de Croatie... », qui a lieu en 1868. La loi est finalement confirmée par le roi en 1870. En 1883 la question des archives est à nouveau examinée au Parlement, lorsque le ban Khuen Hedervary, hongrois, fait emporter à Budapest les documents qui avaient été restitués en 1848. A la fin du siècle, en 1898, démarre la publication de la première revue archivistique croate, un Bulletin d’archives. A la fin du XIXe siècle le réseau des institutions nationales centrales est définitivement mis en place : en 1913 se termine la construction d’un bâtiment propre, hébergeant ensemble la bibliothèque universitaire et les Archives nationales.

In 1643, in order to defend its political and legal standing within the Habsburg monarchy, and in the context of its union with Hungary which dated from the12th century, the Croatian Parliament (Hrvatski sabor) made a Cistam privilegiorum Regni in which were to be preserved the most important documents relating to the rights and privileges of the kingdom of Croatia. The first series of documents attesting the rights of the Kingdom and its political and legal status appeared during the first half of the 19th century (Iura Regni), in the framework of the move towards a national renaissance. It was at the same period that the national institutions (Societas Litteraria, the National Museum and the Academy) came into being.
Between 1848 and 1861 while relations with Hungary were interrupted, the historian Ivan Kukuljevic laid the foundations of the National Archives. He asked for permanent staff to work on the cataloguing and indexing of the most important documents of the Kingdom, which he proposed to publish. He put forward the idea that the archives should be at the service of scholarship and of the people. Finally he transferred from Budapest to Zagreb the archives which had been removed from Croatia in the 17th and 18th centuries, along with those, created in Budapest, which related to Croatia.
When a constitutional regime returned in 1861, a new period began in the history of the National Archives. Between 1864 and 1867 discussions took place in parliament with a view to the drafting of an archives act, which would deal with the status of the National Archives, with the transmission of the records of local institutions to the National Archives, and with the right of access to archives. The proposals put forward by the Croatian parliament were turned down by the royal chancellery in Vienna, “until the outstanding questions between the Kingdom of Hungary and the Kingdom of Croatia have been resolved...” This happened in 1868. The law was finally approved by the king in 1870. In 1883 archives again came before parliament when the Hungarian proclamation Khuen Hedervary caused the removal to Budapest of the documents which had been returned in 1848. At the end of the century, in 1898, the first Croatian archival periodical, Archivai Bulletin, appeared. At the end of the 19th century the network of national institutions was finally set up, and in 1913 the construction of a building specifically to house the University Library and the National Archives was completed.

Texte intégral

1Le développement des institutions d’archives en Croatie au XIXe siècle suit celui des institutions d’archives sous la Monarchie austro-hongroise : après une première étape où les documents d’archives sont conservés chez leurs producteurs, commence le processus de création systématique d’institutions chargées de collecter les archives des différents producteurs. Le développement de l’historiographie a joué un rôle décisif auquel s’ajoute le souci pour chaque État de la conservation des documents fondamentaux, témoignant de son statut juridique. Il y a là deux processus très importants. Les grands ensembles étatiques (comme l’était l’Empire autrichien) créent des centres d’archives en les considérant comme les archives centrales de l’État, collectant des documents d’archives sur l’ensemble du territoire. Une action a été menée en ce sens, dans les années 1830, pour concentrer à Vienne les documents d’archives les plus importants de l’ensemble des pays de l’Empire. Pour les peuples vivant dans ce cadre complexe, avec une indépendance limitée, on peut dire que la création de centres d’archives est liée à leur désir d’affirmer leur propre histoire et de souligner leur indépendance politique, qu’ils cherchent à appuyer en particulier sur leurs anciens documents et privilèges. L’étude et la protection des pièces justificatives de la souveraineté sont un moteur important de la création et de l’institutionnalisation des archives au XIXe siècle. Dans l’histoire de la Croatie, l’année révolutionnaire 1848 a marqué un tournant avec la rupture toute temporaire des liens politiques et administratifs avec la Hongrie et la volonté politique d’indépendance dans le cadre de l’Autriche. Cette insistance sur l’indépendance a conduit à la création de toute une série d’institutions culturelles, jusqu’à celle des archives au sens moderne du terme.

LES DÉBUTS

2Envisager les Archives comme une institution conservant les sources qui sont garantes du statut de l’État et des droits municipaux croates (jura municipalia croatica) constitue une approche qui a une longue tradition historique. Nous voudrions mettre ici l’accent sur les deux volets les plus importants : premier volet — la conservation des documents en tant que piliers juridiques du statut de la Croatie par rapport à la Hongrie —, et second volet — les archives vues comme sources pour la recherche historique. Cette deuxième composante devient prédominante à partir de la deuxième moitié du XIXe siècle.

  • 1 Voir M. Pandžić, « Povodom 350. obljetnice izrade škrinje povlastica/sloboština — “Arhiva” Kraljev (...)

3Dès le XVIIe siècle, plus précisément en 1643, le parlement croate fit faire un coffre spécial pour y conserver les privilèges du royaume de Croatie — Cista privilegiorum Regni Sclavoniae. Selon le registre du parlement croate (le Sabor), ce coffre servait « pro fideli conservatione » des privilèges de Croatie qui permettaient aux représentants croates de défendre les droits municipaux croates au parlement hongrois. Ce coffre est aussi appelé archives : « Nova cista seu archivum ». C’est la première fois qu’apparaît le titre « Achivum Regni seu Regnorum Dalmatiae, Croatiae et Sclavoniae »1 et il est employé jusqu’en 1848. Il faut souligner que les chartes du royaume étaient conservées dans la sacristie de la cathédrale de Zagreb : c’est pourquoi cette période est appelée la conservation de type « trésor » des documents d’archives.

  • 2 J. Kolanović, « Djelatnost Maksimilijana Vrhovca na povezivanju hrvatskih zemalja (do 1809) » [L’a (...)
  • 3 Typis Francisci Suppan, 1830, 88 p. A l’occasion de la publication de ce livre, le Parlement souli (...)
  • 4 J. Kolanović, « Kontinuitet u stvaranju hrvatskih nacionalnih ustanova kulture » [La continuité da (...)

4L’idée de conserver les privilèges au moyen desquels la Croatie défendait ses droits est continuellement présente et se manifeste à travers les mesures concrètes prises pour la conservation des archives. Après la chute de la République de Venise (en 1797), c’est principalement l’évêque de Zagreb, Maksimilijan Vrhovac, qui est le moteur du mouvement pour l’intégration de la Dalmatie à la Croatie et qui a l’idée de rechercher des documents aux archives de la chancellerie de la cour hongroise ainsi que dans les archives municipales et les archives privées des villes dalmates.2 Enfin, dans la première moitié du XIXe siècle le mouvement de renaissance nationale en Croatie considère aussi la recherche de documents comme le point de départ de la défense des privilèges et des droits du Royaume. Le parlement croate décide, en 1827, de créer une commission parlementaire chargée de réunir les droits municipaux et les lois du royaume de Croatie pour les publier. Le fruit de ce travail est un petit livre rédigé par le protonotaire Josip Kušević, intitulé De municipalibus iuribus et statutis Regnorum Dalmatiae, Croatiae et Slavoniae, publié en 18303 à Zagreb et présentant le développement des droits de l’État croate depuis les temps les plus anciens jusqu’au XIXe siècle. Le rôle principal dans la rédaction de cet ouvrage revient à Valentin Kirinić, l’archiviste d’État ; son activité s’est concentrée sur le rassemblement des documents d’archives aux Archives du royaume, dans le but de protéger les documents à caractère juridique, importants pour la défense des droits municipaux. L’idée de collecter des sources documentaires confortant le statut de la Croatie venait du parlement croate qui poursuivait l’objectif nettement politique de renforcer la lutte pour les droits de souveraineté de l’État croate en l’appuyant sur des témoignages historiques incontestables. Dans ce même but, un recensement des Archives du Royaume lut mené de la fin du XVIIIe siècle aux premières décennies du XIXe siècle, ainsi que la collecte des documents publics aux mains de particuliers ou encore la transcription des privilèges les plus importants. Le résultat de ce travail constitue le premier état sommaire des documents d’archives du parlement croate, conservé sous forme manuscrite, intitulé « Conspectus materiarum in obiectis regnicolaribus » et contenant des extraits et les cotes des documents importants pour la défense des droits municipaux ainsi que pour l’histoire croate en général. Cette période de la première moitié du XIXe siècle a vu aussi une action importante en faveur de la création d’institutions nationales dans le domaine de la culture. Ces créations, expression fondamentale du mouvement de la renaissance nationale, étaient aussi des réponses aux prétentions des Hongrois à assurer la propagation de leur langue en Croatie. C’est ainsi que fut créée la Société de la culture nationale illyrienne (Societas nationalis culturae Illyricae in gremio Regnorum Dalmatiae, Croatiae et Sclavoniae ou, plus simplement, Societas amicorum culturae Illyricae). Nous y trouvons aussi les racines de la création de la Société pour l’histoire yougoslave et les antiquités, conçue pour « la recherche, la découverte, la collecte et la conservation des antiquités et des objets qui concernent la vie et l’histoire de notre peuple », avec l’objectif de « poser les fondements pour une étude critique de l’histoire de notre peuple » (1851).4

5A l’époque de l’union avec la Hongrie, les Croates agissent donc avec deux idées fondamentales en matière d’archives : l’idée de la défense des droits de l’État et de la protection des droits municipaux d’une part, et l’idée d’une approche critique de l’histoire nationale, de l’autre.

6Le territoire actuel de la Croatie est partagé au début du XIXe siècle : la Dalmatie est placée sous l’administration directe de Vienne jusqu’en 1918 (hormis, de 1806 à 1813, sous l’administration française), tandis que la Croatie du Nord ou Croatie du Ban, unie à la Hongrie, fait partie intégrante de l’Empire autrichien (avec une courte interruption des relations politiques et administratives avec la Hongrie, de 1848 à 1867).

  • 5 J. Kolanović, « Arhivi u Hrvatskoj : Povijesni pregled » [Les archives en Croatie : aperçu histori (...)

7A l’époque de l’administration française, sont créées les Archives générales au chef-lieu de chaque district, avec un archiviste à leur tête. Avec l’instauration de l’administration autrichienne en 1814, sont créées à Zadar les « Archives des actes anciens ». Dans le même temps, les Autrichiens s’efforcent de rassembler à Vienne les archives les plus anciennes, avec pour résultat, entre autre, l’enlèvement des documents d’archives les plus anciens de Dubrovnik, qui jusqu’à présent5 n’ont pas tous été restitués.

8Dans cet exposé, nous allons nous arrêter sur les Archives nationales (Zemaljski arhiv) à Zagreb, comme exemple caractéristique d’archives dont le développement est principalement le résultat des efforts de la Croatie pour affirmer sa propre identité nationale dans le cadre de l’Empire autrichien.

LA PÉRIODE DE LA RÉVOLUTION ET DE LA CONSTITUTION ACCORDÉE (1848 À 1861)

9Bien que l’Archivum Regni soit mentionné comme institution dans tous les documents importants du point de vue de la souveraineté, les fondements des archives modernes sont posés dans l’année révolutionnaire de 1848. C’est alors que leur nom change en Archives nationales du royaume de Croatie, Dalmatie et Slavonie (Zemaljski arhiv Kraljevine Hrvatske, Dalmacije i Slavonije). Tandis que l’Archivum Regni fonctionnait auparavant comme une institution dépendant du parlement, à partir de l’année 1848 il est placé sous l’autorité des organes du pouvoir exécutif (Bansko vijeće /Conseil du Ban, Banska viada /Gouvernement du Ban, Namjesništvo/Gouvernance). Les archives prennent peu à peu le caractère d’archives au sens moderne du mot : elles ne sont plus l’institution appartenant à un seul producteur (le Parlement), mais l’institution qui rassemble les documents d’archives de différents producteurs. Cet élément détermine fondamentalement la nature des archives centrales d’État en Croatie.

10En 1848, la Croatie rompt pendant une brève période ses relations administratives et politiques avec la Hongrie, avec laquelle elle est liée depuis l’an 1102 par l’union personnelle. Elle convoque ensuite un parlement indépendant et organise sa propre administration, intégrant la Croatie militaire au territoire de la Croatie civile. Mais, ce n’est qu’un changement politique temporaire. La Croatie est bientôt liée plus étroitement à Vienne et soumise au système absolutiste de Bach (1850-1861), ne conservant que quelques éléments de son indépendance.

  • 6 I. Karaman, « Djelatnost Ivana Kukuljevića kao zemaljskog “arhivara” (1848-1860) » [L’activité de (...)

11Une influence décisive sur le développement des archives est l’arrivée à leur tête d’un historien et représentant important du mouvement national. Ivan Kukuljević, historien et nationaliste illustre, est nommé directeur des Archives nationales par le Ban Josip Jelacic. Outre cette fonction, il fut aussi membre du Comité du Ban et chef du département de l’Instruction publique jusqu’en 1850.6 Son activité comme archiviste d’État peut se résumer à quelques actions essentielles : la récupération des documents d’archives conservés à Budapest est réalisée, les bases matérielles et intellectuelles de l’organisation des archives nationales ainsi que d’un service d’archives moderne sont posées, une large activité de collecte des documents d’archives est entreprise et la publication systématique des sources historiques commencée.

12Il n’est pas possible de comprendre l’ensemble de ces actions en dehors du contexte plus large dans lequel se trouvait alors la Croatie : le mouvement national a éveillé la sensibilité aux droits et privilèges historiques et à la nécessité d’étudier sa propre histoire, tandis que la rupture des liens administratifs et politiques avec la Hongrie a encouragé encore davantage l’étude et la collecte des documents d’archives.

  • 7 Ivan Kukuljević, Primanje hrvatskih spisa u Budim-Pešti 1849-1851 [La réception des documents d’ar (...)

13A la suite de la rupture des relations administratives et politiques avec la Hongrie, la question du transfert des documents d’archives, qui se trouvaient pour des raisons diverses à Budapest, s’est posée. Malgré l’opposition des représentants hongrois, Ivan Kukuljević récupère les documents d’archives transférés à Budapest en particulier à l’époque de Joseph II. Il s’agit des archives d’un certain nombre de familles féodales croates, dont les possessions avaient été confisquées un siècle auparavant pour des raisons politiques et les archives placées aux Archives de la Chambre (Trésorerie) hongroise, ainsi que des archives des ordres ecclésiastiques — jésuites et franciscains — supprimés à l’époque du joséphisme. Le second ensemble de documents d’archives que la Croatie a réclamé à la Hongrie, en 1848, consiste en documents produits par les organes administratifs de Budapest relatifs à la Croatie. Ainsi la première restitution de documents d’archives se caractérise par un double aspect : la restitution des archives emportées de Croatie à la Chambre hongroise — archives des familles féodales et des monastères — et les archives résultant du fonctionnement du Conseil hongrois de lieutenance (Consilium Locumtenentiale Hungaricum), sorte de gouvernement collectif dont dépendit la Croatie de 1790 à 1848. Du point de vue juridique contemporain, cette première restitution est faite selon les principes de provenance territoriale, de pertinence fonctionnelle et de pertinence historique. Malgré de sérieuses oppositions de la part des Hongrois, la restitution des archives est réalisée entre 1849 et 1851, grâce à la situation politique du moment et au fait que Vienne a brisé le mouvement révolutionnaire de Budapest.7

14Selon l’arrêté du Ban croate, la mission de Ivan Kukuljević est de « faire rentrer dans le pays le patrimoine culturel et financier, c’est-à-dire toutes les fondations, archives, antiquités et collections relevant du Royaume triunitaire ». Cela est possible parce que le général autrichien Windischgrätz est à l’époque gouverneur suprême militaire et civil de Budapest et que la Croatie a rompu ses relations administratives et politiques avec la Hongrie. Il est ordonné à la Hongrie de « livrer tous les documents concernant les jura ac bona, de l’État, fiscaux ou privés », provenant du territoire croate dans son ensemble. Les Archives nationales reçoivent alors des Archives de la Chambre hongroise les documents précieux des monastères supprimés et les archives confisquées aux familles nobles croates (.Neoregestrata acta, Urbaria et conscriptiones, Relationes fiscalium procuratorum, Relationes commissariorum regiorum). Acceptant difficilement cette situation, la Hongrie, après la signature du compromis de 1868 avec la Croatie transfère de nouveau ces archives à Budapest en 1885, à l’époque du Ban pro-hongrois Khuen Hédérvary, un Hongrois. Cet épisode sur le rapatriement des documents d’archives en Croatie et sur leur nouveau transfert en Hongrie est peut-être le plus significatif de l’importance reconnue aux archives comme bien culturel exprimant l’identité d’un peuple et de la domination exercée, c’est-à-dire de l’état de soumission politique imposée à autrui. Tandis que la demande de restitution des archives exprimait le réveil du sentiment de souveraineté et d’indépendance à l’égard de Budapest, le transfert ultérieur à Budapest qui fut imposé témoigne de la politique pro-hongroise menée dans la deuxième moitié du XIXe siècle.

15D’autres actions conduites par Ivan Kukuljević comme archiviste d’État à l’époque de l’éveil de la conscience nationale, à partir de 1848, témoignent de l’importance accordée aux Archives nationales dans le sens moderne. Tout d’abord, il recense et collecte les documents d’archives considérés comme biens culturels et biens historiques des Croates.

  • 8 H.D.A. (Hrvatski državni arhiv) [Archives nationales de Croatie], Banska viada [Le Gouvernement du(...)
  • 9 « Isvještaj o putu u Ljubljanu, Trst, Istru i Veneciju u svrhu istraživanja južnoslavenskih histor (...)

16Ivan Kukuljević collecte aussi, sur ordre du ministère de l’Intérieur à Vienne, tous les imprimés (brochures, pamphlets, manifestes, avis) et documents importants pour l’histoire des années 1848 et 1849. Dans sa lettre au Ban croate, il souligne que pour remplir cette tâche, il convient de collecter non seulement à Zagreb, mais aussi dans les autres villes croates (Rijeka, Osijek, Petrovaradin).8 Par la suite, ce recensement des documents d’archives importants pour l’histoire politique et culturelle de la Croatie a été poursuivi dans les différentes parties de la Croatie ainsi qu’à l’étranger. Dans ce but, Ivan Kukuljević fait des voyages d’études en Dalmatie, en Italie et en Autriche.9 Cette activité conduite alors qu’il n’est plus archiviste d’État démontre l’importance fondamentale donnée aux Archives nationales au milieu du XIXe siècle. Outre les sources pour l’histoire politique qui témoignent du statut administratif et politique du pays, sont aussi collectées des informations et des sources qui témoignent de l’identité culturelle de la nation, comme celles sur les artistes et les écrivains, par exemple.

17L’idée de recenser des sources documentaires pour l’histoire de la Croatie va se traduire de deux manières : d’une part le recensement des sources historiques et leur publication ; de l’autre, la collecte systématique des documents d’archives et leur centralisation en un seul lieu, les Archives nationales. Cette action commencée par Ivan Kukuljević se poursuivra pratiquement jusqu’à la fin du XIXe siècle.

18Dans la première période, de 1848 à 1861, la question de l’organisation des archives s’est posée : celles-ci sont transformées en une institution indépendante à caractère scientifique, mais restant toujours dans le cadre de l’administration centrale. Parallèlement se posent les questions fondamentales pour tout service d’archives qui constituent les bases de l’archivistique du XIXe siècle : trouver l’espace nécessaire, le personnel adéquat, rédiger les normes, constituer une bibliothèque spécialisée sur les archives. Tout ceci montre la transformation cruciale des « archives internes » en une institution indépendante, conçue principalement pour l’histoire et la protection des prérogatives de l’État. Ainsi sont posés les fondements de l’institutionnalisation d’un service d’archives moderne, processus initié par le désir de protéger et d’affirmer l’identité nationale.

  • 10 H.D.A., Archives, 1851, n° 35. A cette époque de nouveaux employés sont accordés aux Archives nati (...)

19Dans sa lettre du 27 février 1852, adressée au vice-ban, l’archiviste d’État Ivan Kukuljević met en évidence les besoins fondamentaux des archives modernes : recruter un plus grand nombre d’employés, assurer l’espace et l’équipement nécessaires pour la conservation des documents, rédiger les règles de travail. Kukuljević insiste sur l’importance des mesures de protection des archives, et il prépare des instructions pour leur conservation matérielle, telles que des mesures contre l’humidité ou la protection des magasins par des portes en fer.10

20Tous les principes propres aux services d’archives contemporains sont pratiquement tracés dans son programme. Cependant, tout ceci ne constituait que le noyau d’un service d’archives comprenant à l’époque les archives des institutions centrales de la Croatie et les documents restitués par Budapest.

  • 11 H.D.A., Archives, 1851, n° 8. Pour plus de détails voir I. Karaman, op. cit., p. 27-28 où on trouv (...)

21Concrètement, Ivan Kukuljević demande trois ou quatre employés et propose la rédaction d’instructions sur « la gestion des archives qui se seront accrues de plusieurs milliers de numéros et de volumes d’actes ». Sur sa demande, le Ban lui accorde trois employés. La connaissance du latin, du croate et de l’allemand était exigée. Un budget est aussi fixé pour les salaires et pour les fournitures de bureau des Archives nationales. La demande d’accroissement de l’espace n’est réglée que partiellement : les locaux occupés par les Archives dans le Palais du Ban sont refaits et augmentés d’un espace dans le palais de l’ancien Casino, où se trouvait le bureau d’enregistrement des actes du gouvernement du Ban (Banska vlada).11

22Outre l’équipement technique, on a pris soin de collecter des documents, et en priorité ceux possédés à tort par des particuliers. Les personnes qui détiennent des documents publics sont appelées par voie de presse à remettre ces documents le plus tôt possible « sans quoi les mêmes documents d’État seront réclamés auprès d’eux par voie de justice ».

  • 12 Voir H.D.A., Archives, 1855, n° 17, contenant une liste détaillée des fonds d’archives et une inst (...)

23En un mot, le projet d’Archives nationales conservant les « lettres les plus importantes du Royaume de Croatie », disposant d’un personnel permanent et de règles de traitement des documents prévoyant la rédaction des inventaires (d’abord sur fiches puis sous forme de registre) et des index alphabétiques, est réalisé. A partir de l’inventaire général de cette époque, toujours conservé, on peut voir qu’aux Archives nationales étaient rassemblés les documents les plus importants, qui représentent encore aujourd’hui la pierre angulaire des Archives nationales : les archives du Parlement (actes et protocoles), les lettres du Ban (litterae banales), les archives des tribunaux, les archives restituées par Budapest (Neoregestrata acta, les archives des monastères). La transcription des privilèges les plus importants conservés à Vienne était également prévue.12

  • 13 Voir H.D.A., Archives, 1855, n° 31 : Lettre adressée au Statthalterei (Namjesništvo) datant du 8 m (...)

24Parallèlement à ce travail sur l’organisation des Archives nationales, on met en relief leur importance pour les sciences historiques. On insiste sur le besoin de publier les sources historiques « importantes pour l’histoire du pays et pour l’histoire générale de l’Autriche », pour que les Archives soient « fructueuses et utiles... pour les sciences et pour le peuple, et pour l’ensemble de l’Empire autrichien ».13

25Les fruits de ces efforts sont les premiers instruments de recherche archivistiques (registres, répertoires, index) réalisés à cette époque. Même les modèles pour la rédaction des inventaires sont imprimés. C’est aussi l’époque où est faite la première commande de cartons d’archives « à l’exemple des grands livres ». Il est intéressant de mentionner que celle-ci intervient dans le cadre des préparatifs pour la visite de l’empereur François-Joseph à Zagreb, qui a eu lieu en 1852, avec l’intention précise de lui montrer les Archives.

26Enfin, terminons ce tableau en mentionnant que les fondements de la bibliothèque des archives sont également posés avec l’achat du Glossarium diplomaticum de l’auteur allemand E. Brinkmeier « étant donné que cet ouvrage est absolument indispensable pour la compréhension des anciennes chartes », tandis que le Gouvernement du Ban (Banska vlada) offre aux Archives une collection du Journal officiel et des recueils des lois, indispensable pour leur fonctionnement.

27Il est nécessaire de souligner une fois de plus que les débuts de l’historiographie croate et de la publication des sources documentaires sont étroitement liés à l’institutionnalisation des Archives nationales. Bien que cette historiographie soit aussi marquée par le romantisme, elle est en premier lieu fondée sur les sources historiques.

28Il faut souligner également que c’est l’arrivée d’un historien à la tête des Archives nationales qui a créé ce lien étroit entre les archives et les historiens, mettant les archives au service de l’histoire. Le recensement et la collecte des documents d’archives ont pour but principal l’affirmation de l’histoire croate en relation avec l’affirmation de l’identité nationale. Il faut aussi mentionner que la première génération d’historiens croates, rassemblée autour de Ivan Kukuljević (Franjo Rački, Matija Mesić, Sime Ljubic) s’inspire de la méthode scientifique allemande appuyée sur le développement de l’État et de la politique, à l’école de Léopold von Ranke.

29Le fait que I. Kukuljević en tant qu’archiviste d’État fonde aussi, en 1850, la Société pour l’histoire yougoslave et les antiquités et crée, en 1851, la première revue historique en Croatie, Les Archives pour l’histoire yougoslave, démontre à quel point les Archives nationales et la jeune historiographie croate sont liées. La revue était principalement consacrée à la publication de sources documentaires. Dans le contexte de la rupture des relations politiques et administratives avec la Hongrie, Ivan Kukuljević poursuit son travail de recherche des sources documentaires témoignant de la souveraineté de la Croatie. Elles ont été publiées dans ses ouvrages qui représentent le début de l’approche scientifique de la publication de sources historiques : Iura Regni Croatiae, Dalmatiae et Slavoniae I-III (1861-1862), Acta Croatica (1863), Codex diplomaticus regni Croatiae, Slavoniae et Dalmatiae I-II (1874-1875). A cette époque, l’historiographie croate est focalisée sur la mise en lumière de la souveraineté croate et sur la lutte des Croates contre les pressions permanentes de ses puissants voisins, comme cela apparaît dans la première synthèse de l’histoire croate, publiée en deux volumes, en 1879 et en 1882, par Tade Smičiklas.

  • 14 Par exemple, les grandes séries comme les Monumenta historica spectantia historiam Slavorum meridi (...)

30L’importance de l’intérêt pour les archives est soulignée aussi par Franjo Rački, qui, avec Ivan Kukuljević, a le plus de mérites dans l’affirmation des archives. Dans son analyse du développement de l’historiographie croate, il souligne qu’« il faut présenter de nombreux monuments encore, sans lesquels on ne peut pas se lancer dans la rédaction d’un grand ouvrage historique qui puisse de manière exhaustive et complète présenter à un peuple sa vie passée dans son intégrité ». Cette attitude à l’égard des sources historiques a influencé évidemment l’ensemble de l’activité éditoriale de JAZU (Académie yougoslave des Sciences et des Arts à Zagreb) dans le domaine de la publication des sources historiques14. Il faut souligner aussi que Franjo Rački a suivi à Rome les cours de la fameuse École diplomatique du Vatican, obtenant ainsi une vaste formation sur la nature et l’interprétation des sources. Remarquons en passant qu’il était un des étudiants les plus doués de l’École du Vatican.

  • 15 I. Kukuljević a publié encore d’autres ouvrages avec la même idée de contribuer à l’affirmation de (...)

31Les Archives en tant qu’institution, ayant comme point de départ le mouvement de renaissance nationale (1835-1848) par lequel les Croates, jusque là soumis aux influences plus puissantes, réclament leur indépendance et cherchent à affirmer leur propre identité, en puisant dans leur héritage et les sources historiques, acquièrent donc un rôle nouveau. Concrètement, par l’intermédiaire d’Ivan Kukuljević, un lien étroit entre archives et historiographie est créé, avec un rôle essentiel donné au recensement, au classement et à la publication des documents d’archives qui représentent la base de la recherche historiographique.15

RÉGLEMENTATION DES ARCHIVES NATIONALES

  • 16 Dans la première moitié du XIXe siècle, les documents les plus importants des archives de Dubrovni (...)

32Avec le retour du régime constitutionnel (1860), la question de l’organisation des Archives nationales est de nouveau d’actualité. Deux facteurs y ont contribué : d’une part, l’idée lancée à Vienne de centraliser au cœur de l’Empire les documents les plus anciens16 ; d’autre part, l’action en faveur des archives croates des historiens croates les plus importants de l’époque, Ivan Kukuljević et Franjo Rački, fondateurs de l’historiographie croate moderne. Bien qu’Ivan Kukuljević, directeur des Archives nationales depuis 1848, devienne en 1860 le chef du comitat de Zagreb et député au parlement croate, il continue à œuvrer, en qualité de parlementaire, pour l’institutionnalisation du service d’archives.

  • 17 Il l’a fait par une lettre du 22 mars 1864 adressée au Conseil de Croatie-SlavonieDalmade représen (...)
  • 18 Le Conseil de Croatie-Dalmatie-Slavonie représentant le roi (Namjesničko Vijeće) (N.V.) a répondu (...)

33Ivan Mažuranić, qui était à la tête de la Chancellerie croate à la cour de Vienne (Hrvatska dvorska kancelarija), idéologue du renouveau national en 1848, se trouve à l’origine d’un projet de loi sur « l’organisation définitive et efficace des Archives nationales », et il saisit le Ban de l’époque, Josip Šokčević, sur l’importance de cette question.17 A sa demande, le gouvernement croate de l’époque (Kraljevsko Hrvatsko-Slavonsko-Dalmatinsko Namjesničko vijeće : Conseil de Croatie-Slavonie-Dalmatie représentant le roi) envoie à Vienne un compte rendu sur « l’état actuel » des Archives nationales.18 Ivan Mažuranić réagit très vite, en ordonnant au Conseil de « rédiger un projet de loi, de façon qu’il soit prêt pour le débat parlementaire ». C’est ainsi que la question des archives se trouve pour la première fois posée devant le parlement croate. Les débats parlementaires durent cinq ans (1865-1870). Ils sont concentrés sur trois questions fondamentales : le statut des archives, la consultation des documents d’archives et la centralisation des archives importantes aux Archives nationales. Bien que la question des archives continue d’être évoquée dans les débats parlementaires, en relation avec la défense et l’affirmation du statut politique de la Croatie, l’importance des archives pour la recherche historique croate arrive tout de même au premier plan.

  • 19 Ce projet est élaboré par le Conseil représentant le roi à Zagreb le 2 décembre 1865, et envoyé à (...)
  • 20 Pour le texte intégral du projet de loi voir H.D.A., N. V, [Conseil représentant le roi], n° 4-857 (...)

34C’est le « Comité politico-administratif du Parlement du Royaume triunitaire » qui donne son avis sur le premier projet de loi intitulé « Les bases législatives de l’organisation définitive des archives »19. Le projet de la première loi sur les Archives nationales est très court et ne contient que les questions les plus importantes sur l’organisation des Archives nationales. Les Archives nationales sont définies comme « le dépôt de tous les actes qui concernent le droit public des royaumes, l’histoire et tous les services d’administration publique, et, particulièrement, le dépôt de tous les documents parlementaires », qui se trouve sous la tutelle du Ban, c’est-à-dire du Conseil de Croatie-Slavonie-Dalmade représentant le roi. La loi prévoit la « purification » (lustratio), c’est-à-dire le tri et l’élimination des documents, ainsi que le versement des documents administratifs de plus de trente ans qui ont « une valeur historique ou juridique ». La responsabilité de l’organisation et du fonctionnement des archives est placée sous la compétence du Conseil de Croatie-Slavonie-Dalmatie, c’est-à-dire du gouvernement croate de l’époque. Le projet de loi définit aussi le rôle du directeur : il est responsable du respect du règlement intérieur et de la conservation des documents. Des dispositions sur la fermeture des archives pendant les sessions parlementaires, ainsi que celles concernant le salaire du directeur des archives et de son adjoint se trouvent aussi dans ce projet de loi. Les archives sont financées par la « fondation regnicolaire » (fondatio regnicolaris). Quant à la nomination du directeur et du personnel des archives, il est proposé qu’elle relève du Ban.20

  • 21 H.D.A., Sabor Kraljevine Dalmacije, Hrvatske i Slavonije [Parlement du Royaume de Dalmatie, Croati (...)
  • 22 H.D.A., Sabor, Procès-verbal de la session 43. Voir B. Stulli, op. cit., p. 82-84 et I. Karaman, o (...)
  • 23 Pour consulter le texte du débat parlementaire voir Dnevnik Sabora Trojedne kraljevine Dalmacije, (...)

35La commission parlementaire intervient sur quelques questions sensibles. Elle propose que les articles 2 et 3, indiquant que les archives seront sous la tutelle du Conseil de Croatie-Slavonie-Dalmatie, soient supprimés, et elle fait une nouvelle proposition au sujet de la nomination du directeur et des cadres. Au lieu d’être nommé par le Ban, comme le suggère le premier projet de loi, la commission parlementaire propose que « l’archiviste d’État soit nommé par un Comité national qui prendrait en considération l’avis de l’Académie des sciences... et que les autres employés soient nommés par le Ban »21. Ce changement a une importance particulière en plaçant les Archives sous l’autorité de l’organe représentatif (le Parlement) et en reconnaissant le professionnalisme comme condition préalable à la nomination à la fonction de directeur. Dans les débats qui ont lieu au Parlement le 7 mars 186622, la position politique ainsi que la position professionnelle à l’égard de la tutelle sur les Archives se sont fait remarquer. Le Parlement décide que les Archives nationales seront un institut autonome, placé uniquement sous la tutelle du Parlement en tant que corps représentatif, et non pas sous la tutelle des organes exécutifs de l’administration du pays, comme le Ban ou le Conseil de Croatie-Slavonie-Dalmatie, qui sont sous l’influence du pouvoir viennois. De même, il accepte que le choix du directeur entre dans les compétences du Comité national, c’est-à-dire du Parlement, et non pas du pouvoir exécutif, et ceci uniquement après consultation de l’Académie en tant qu’institution scientifique. Deux principes importants sont ici mis en valeur : premièrement, on décide de placer les Archives nationales le plus possible sous l’autorité de l’organe représentatif croate et de retirer ainsi le choix du directeur au pouvoir exécutif qui dépend du roi et des organes du pouvoir central à Vienne. Deuxièmement, on insiste sur le principe du professionnalisme, en tenant compte pour la nomination du directeur de l’avis de la plus haute institution scientifique de la Croatie de l’époque, l’Académie. Le Parlement souligne donc d’un côté l’autonomie des archives, et de l’autre leur professionnalisme. Les articles touchant la consultation des documents sont retirés du projet de loi. Il est proposé que le Parlement rédige des prescriptions spéciales sur « la consultation des archives par les autorités et les particuliers ». Une commission parlementaire spéciale est nommée (composée de I. Kukuljević, A. Kušević, F. Rački, A. Vakanovic et M. Bogovic) pour rédiger ce règlement sur la consultation des archives dans les délais les plus courts, mais aussi pour faire « d’autres propositions visant une meilleure organisation des archives » et les soumettre au Parlement.23

  • 24 H.D.A., Sabor, Procès-verbal de la session 44, n° 650, p. 4-6.
  • 25 H.D.A., D.K, 1866, n° 216Prs : Adresse au roi.

36Une fois ces modifications intégrées au projet de loi, celui-ci est voté à la session suivante du Parlement, le 8 mars 186624, et envoyé au roi pour approbation, accompagné d’une adresse.25 Dans celle-ci, le Parlement explique les changements les plus importants « concernant la tutelle sur des Archives nationales et la nomination de l’archiviste d’État ». L’explication la plus intéressante est celle qui porte sur l’article traitant des missions des archives. On y dit explicitement : « En nous appuyant sur le principe que c’est au corps représentatif du peuple qu’appartient le soin, la responsabilité la plus grande sur le patrimoine national, ce Parlement a jugé qu’il est nécessaire de confier au Parlement-même la direction des Archives nationales, en tant que dépôt des biens nationaux ». Il est donc évident que, dans les circonstances politiques d’alors, l’institutionnalisation des archives était confiée principalement au corps représentatif croate, pour ne pas être laissée à la merci du pouvoir central de Vienne. Dans son adresse, le Parlement explique aussi que lors de la nomination du directeur « la participation de l’Académie est prévue pour garantir les intérêts scientifiques dans cet institut national de la plus grande importance ».

  • 26 H.D.A., D.K., 1866, n° 2l6Prs.

37Le projet de loi est donc envoyé à Vienne pour approbation et reçoit une réponse suspensive datée du 17 mars 1866 : « Jusqu’à la solution des questions politiques et administratives entre le Royaume de Hongrie et le Royaume de Croatie, l’adresse en question doit être mise ad acta »26. Une réponse ultérieure de la Chancellerie royale laisse voir clairement que la question non résolue des rapports entre la Croatie et la Hongrie n’est pas l’unique raison du refus du projet de loi. Le problème principal réside dans l’article concernant l’autorité de contrôle des Archives nationales et la nomination du directeur. Notamment, en décembre 1866, la Chancellerie royale retourne le projet de loi au Ban, en lui demandant d’œuvrer pour que le Parlement accepte certains changements, à savoir : que les Archives nationales soient non pas une institution autonome sous la tutelle du Parlement, mais une institution placée sous la tutelle du Ban, et que l’archiviste d’État, ainsi que le reste du personnel, soit nommé par le Ban, et non pas par le Parlement en collaboration avec l’Académie.

  • 27 Voir Le Journal du Parlement 1865-1876, p. 630, 644-646.
  • 28 La position de ceux favorables à l’Académie dans le choix du directeur se fondait sur l’opinion qu (...)
  • 29 La Commission défendait cette position de la manière suivante : « L’utilisation des archives à l’é (...)
  • 30 Pour consulter le texte du nouveau projet de loi voir H.D.A., D.S. 1865-1876, p. 649. Voir aussi B (...)
  • 31 H.D.A., D.K, 1867, n° 13Prs.

38Le 31 décembre 1866, le Parlement examine à nouveau la loi sur les Archives nationales. Au cours du débat, les Archives sont qualifiées de « notre institut le plus notable » et un compromis est proposé qui place les archives « sous la tutelle du Ban et du Parlement », sans pour autant renoncer à ce que la nomination du directeur « soit réservée au Parlement en tant que représentant du pays propriétaire des archives ». Il s’agit, bien sûr, d’une solution de compromis, puisque Vienne insiste sur une personnalité politique qui aura de l’emprise sur le travail des Archives, surtout dans les circonstances où on attend un accord entre la Croatie et la Hongrie. Pendant le vif débat parlementaire, certains députés se réfèrent à la tradition qui place les Archives nationales depuis toujours « sous la tutelle du Parlement », et, dans les périodes pendant lesquelles le Parlement est en vacances, « sous la tutelle du Ban, du protonotaire et du vice-ban ».27 Une scission se produit au sein des députés au sujet de la nomination du directeur. Les uns plaident pour le principe du professionnalisme et des qualités scientifiques, ce qui signifie que l’Académie en tant qu’institution scientifique28 devra participer au choix, tandis que la commission parlementaire nommée à ce sujet prend position, sous l’influence viennoise, en faveur du Ban, en insistant plutôt sur le caractère juridique que sur le travail scientifique.29 Défendant les intérêts nationaux, les parlementaires proposent finalement que l’archiviste d’État soit nommé par le Parlement et renoncent à l’influence de l’Académie. La solution de compromis est formulée finalement le 2 janvier 1867 : les Archives « seront placées sous la tutelle du Parlement et du Ban » et « l’archiviste sera nommé par le Parlement ».30 L’adresse est envoyée à Vienne en janvier 1867, mais elle est refusée de nouveau au motif qu’il faut attendre que « les rapports politiques et administratifs soient réglés »31.

  • 32 Ferdo Hauptmann, « Négociations entre la Yougoslavie et la Hongrie en matière d’archives et leurs (...)

39La promulgation de la loi est donc reportée jusqu’à la régularisation définitive des rapports entre la Croatie et la Hongrie. Après la signature du compromis croato-hongrois de 1868, la question de la loi sur les Archives nationales redevient d’actualité. Mais elle n’est prise en considération qu’au printemps 1869. Cette fois-ci on discute sur les Archives nationales dans le cadre du « projet de l’article sur l’organisation d’un gouvernement autonome de Croatie, Slavonie et Dalmatie » et on propose que les Archives soient sous la tutelle du Gouvernement. Le nouveau Ban propose sa version du nouveau texte de loi où les archives sont placées « sous la tutelle du Ban », donc sous la tutelle du pouvoir exécutif exclusivement, et où l’archiviste d’État est aussi nommé par le Ban. Finalement, à la session parlementaire du 12 septembre 1870, le texte est voté avec les changements suivants : les Archives et leur directeur sont sous l’autorité directe du Ban et non sous celle du Parlement. Le désir national de voir les Archives fonctionner dans le cadre du corps représentatif (Parlement) et de voir à leur tête une personne choisie en collaboration avec l’Académie, a cédé devant les intérêts de la Cour de Vienne. Le rôle principal appartient au Ban en tant que représentant du nouveau régime de compromis entre la Croatie et la Hongrie. Un épisode de 1885 illustre la portée de cette décision. C’est cette année-là notamment que le Ban Khuen Héderváry, à la demande du ministère de l’Intérieur hongrois, transfère de nouveau à Budapest les documents les plus importants qui avaient été rendus à la Croatie en 1848. Il faut tenir compte du fait que les Archives nationales de Hongrie ont été créées à Budapest en 1874 et que le nouveau contexte politique leur a permis de réclamer le retour de ces archives et d’exprimer ainsi leurs aspirations centralisatrices32.

RÈGLEMENT SUR LA CONSULTATION DES DOCUMENTS D’ARCHIVES

40Parallèlement au débat sur la loi sur les Archives nationales, un débat sur la consultation des archives et sur la politique d’acquisitions a également lieu. Notamment, comme mentionné plus haut, l’article sur la consultation des archives est retiré de la loi et il est prévu qu’une commission parlementaire spéciale préparera un Règlement sur la consultation des écrits, annexé à la loi. Le Parlement désigne donc une commission spéciale pour rédiger des prescriptions « sur l’utilisation des archives », conformément à l’article 4 du projet de loi. Ce travail est terminé dès avril 1866. La commission a eu en fait une double tâche : d’abord, celle de rédiger des prescriptions sur la consultation des archives (« sur l’utilisation des archives » ou « sur l’utilisation des écrits conservés aux Archives nationales ») et ensuite, celle de soumettre au Parlement des propositions « visant l’organisation et l’accroissement des archives ». La Commission a aussi prévu l’élaboration d’un « Règlement de travail pour le personnel des Archives », mais elle laisse cette tâche à l’archiviste d’État, puisque un tel règlement fait partie du « règlement intérieur des Archives ». Il est dit explicitement que « l’archiviste et ses collaborateurs sont chargés de classer les archives, de les conserver et de les gérer suivant une instruction spécifique », et on constate la nécessité de « créer un comité de surveillance de trois personnes au nom du Parlement pour rédiger le Règlement et l’Instruction en accord avec l’archiviste »...

  • 33 Pour consulter le texte intégral voir H.D.A., Sabor, 1866, n° 626. Voir aussi B. Stulli, op. cit, (...)

41Le résultat du travail de la commission est intitulé « Règles d’utilisation des écrits des Archives nationales »33. La proposition de la commission parlementaire comprend trois parties : 1) les règles sur la consultation des documents d’archives, 2) le mandat de l’archiviste d’État et 3) une instruction sur la collecte des archives, c’est-à-dire une définition de la politique d’acquisitions qui détermine la nature des Archives centrales d’État.

42Le texte du règlement sur la consultation des documents d’archives est très court puisqu’il ne compte que quatre articles. On y prévoit la consultation des documents par les « autorités publiques » à titre officiel, ensuite « par les particuliers » pour des raisons privées, et enfin par les « savants » pour des raisons scientifiques. C’est l’archiviste d’État, ou son adjoint en son absence, qui autorise la consultation des documents d’archives. Ceux-ci peuvent être consultés uniquement dans les locaux des Archives, tandis que le Parlement et l’administration suprême du pays sont autorisés à emprunter les documents produits après 1830 contre « un accusé de réception ».

43Au règlement se rajoute le mandat de l’archiviste d’État où figurent ses tâches principales telles que « conserver fidèlement et en bon ordre, conformément à la loi » les documents, veiller « à ce qu’aucune pièce ne soit perdue, falsifiée ou détruite », faire attention à ce que les documents ne soient pas aliénés et à ce que « l’instruction sur les archives et sur les tâches de l’archiviste » soit respectée. Enfin, l’archiviste d’État veille à ce que le reste du personnel des archives procède de la même manière.

L’ORGANISATION ET L’ACCROISSEMENT DES ARCHIVES

44Le règlement sur la consultation des documents d’archives comprend dans sa troisième partie des instructions « pour l’organisation et l’accroissement des archives ». Ce sont des prescriptions sur l’organisation des archives et sur la politique des acquisitions. Elles offrent une sorte de modèle pour les Archives centrales de l’État. L’intention principale de ces instructions est d’organiser les Archives centrales de l’État et d’y concentrer les documents les plus importants produits non seulement par les organes centraux de l’État (Parlement, Gouvernement, Ban), mais aussi par les administrations locales (comitats, villes), ainsi que les documents d’archives privées (archives de familles, archives ecclésiastiques). Avec cette politique active d’acquisitions c’est aussi la question des délais de versement et du tri qui posée pour la première fois.

45Comme on l’a déjà mentionné, la commission parlementaire a aussi prévu dans le règlement la création d’un comité de direction de trois personnes pour contrôler les Archives au nom du Parlement. La tâche de ce comité est de rédiger avec l’archiviste d’État le règlement intérieur et l’instruction sur le fonctionnement des Archives, et d’informer le Parlement sur la situation des Archives. Parmi les tâches les plus importantes figure celle de trouver un espace « plus grand et plus approprié » pour la conservation et le traitement des documents.

  • 34 H.D.A., Sabor, Protocole n° 14. Procès-verbal de la session 52 de 17 mars 1866. La demande d’appro (...)

46Enfin, le cadre souhaité pour les Archives nationales est déterminé. L’historien Franjo Rački a joué ici un rôle décisif, étant l’âme de la commission parlementaire. Tout d’abord, les Archives nationales sont définies comme les archives centrales du Royaume triunitaire de Croatie, Slavonie et Dalmatie. La politique d’acquisitions est conçue de la manière la plus large : les archives centrales doivent accueillir tous les documents d’archives concernant le Royaume triunitaire, quelle que soit leur localisation. Ainsi, la commission prévoit l’accueil des documents produits à Vienne par la Chancellerie royale de la Croatie (Hrvatska dvorska kancelarija) et de ceux produits à Budapest par la Chambre royale hongroise qui ont déjà été transférés à Zagreb en 1849-1850. Dans la deuxième catégorie de documents à accueillir aux Archives sont mentionnés ceux qui concernent le territoire de Rijeka. La motivation est ici politique : en 1848, Rijeka a été placée sous l’autorité directe du Royaume de Croatie ; c’est pourquoi les archives provenant de ce territoire doivent aller aux Archives nationales, notamment les archives de la Gouvernance de Rijeka, le Castel de Bakar, et les archives du monastère supprimé de Saint-Augustin à Rijeka. Dans la troisième catégorie, entrent les archives des comitats, celles des chapitres, qui étaient aussi « loca credibilia », celles des diocèses et des familles nobles. Pour ces archives privées on prévoit la possibilité d’accueillir les originaux. Mais, si cela n’est pas possible, l’instruction envisage de les copier, ou à la rigueur, d’en faire des résumés qui permettraient d’avoir aux archives centrales au moins l’information sur ces documents d’archives. Ce projet de règlement est soumis au Parlement et accepté sans objections. Le Comité parlementaire de surveillance des Archives nationales est quant à lui constitué avec les historiens croates les plus remarquables de l’époque : Ivan Kukuljević, Franjo Rački et Pavao Muhić.34

47Ce règlement est envoyé à Vienne pour approbation. Mais il y connaît le même sort que le projet de loi : l’approbation est remise jusqu’à la normalisation des relations entre la Croatie et la Hongrie.

  • 35 H.D.A., Dnevnik Sabora, 1875-1878, p. 126-128.
  • 36 Ibidem, p. 168-171.

48Le projet de centralisation de toutes les archives (archives des villes, des comitats, des familles) est présenté à nouveau devant le Parlement, en 1875, par Ivan Kukuljević. Celui-ci propose le transfert aux Archives centrales de Zagreb des documents des Archives de la Guerre à Vienne qui serviront « au profit et à la satisfaction non seulement de notre pays, mais aussi de notre jeune Université, autant pour les professeurs que pour les étudiants, qui n’ont pas de moyens appropriés, à moins qu’ils les trouvent dans un institut de cette qualité. Aussi de nombreux savants étrangers viendront volontiers chez nous pour faire des recherches, s’ils veulent connaître notre pays et notre peuple... »35. Cette liaison entre les Archives et l’Université est aussi défendue devant le Parlement par Matija Mesić, professeur d’histoire à l’Université de Zagreb nouvellement fondée. En tant qu’historien, il met en relief l’importance des archives : « Qu’est-ce que l’Université sans archives bien organisées ? Les archives représentent la source à laquelle le professeur et l’étudiant puisent les données pour l’approfondissement de leurs connaissances. Les archives sont une aide véritable et fidèle dans les études pour le professeur et pour l’étudiant, c’est pourquoi leur organisation représente un des besoins les plus grands et les plus importants d’une nation. » Dans la suite de son discours, il décrit le rôle des archives dans l’éducation de la jeunesse patriotique : « Si l’organisation de ces archives se réalise, ce sera la source où nos professeurs pourront puiser des connaissances pour leurs étudiants, ce qui permettra de former pour la patrie des fils braves et vaillants — en un mot, des caractères auxquels nous pourront céder ces chaires où nous délibérons sur le progrès et la prospérité de la patrie, sûrs qu’ils seront nos dignes héritiers ».36

  • 37 H.D.A., Zemaljska vlada. Predsjedništvo [Gouvernement national. Présidence], n° 1076/1874.
  • 38 H.D.A., Archives, 1882, n° 35.

49Les historiens croates expliquent de leur côté le rôle des Archives nationales dans l’historiographie et la promotion des sciences auxiliaires de l’histoire. Le Conseil de l’Université de Zagreb propose au Ban, en juillet 1875, de prévoir aux Archives nationales un poste pour un spécialiste qui, outre son travail aux archives, enseignera les sciences auxiliaires de l’histoire à l’Université. Ce serait une personne qui, comme c’est le cas à l’Université de Graz, de Vienne et de Prague, moderniserait l’enseignement de l’histoire à l’Université et pourrait parallèlement améliorer la qualité du travail professionnel aux archives. Malheureusement, cette proposition n’est pas retenue.37 Mais une collaboration très étroite entre l’Université et les Archives est instaurée. L’historien Tade Smičiklas, à l’origine de l’édition du Codex diplomaticus Regnorum Croatiae, Dalmatiae et Slavoniae, informe, en 1882, Josip Miškatović, directeur des Archives nationales, « que dans son temps libre il va enseigner à ses étudiants les disciplines qui sont étroitement liées à l’archivistique. Les étudiants formés par lui vont travailler volontiers aux Archives nationales, contre une modeste rétribution, pendant la période nécessaire pour réorganiser et reclasser les archives ».38

  • 39 Ibidem, 1882, n° 36. Cette proposition est acceptée et les experts historiens ont examiné alors de (...)

50C’est aussi l’époque où se nouent des liens plus étroits entre les Archives et les producteurs d’archives, liens qui aboutissent à la rédaction d’instructions pour le versement de nouveaux fonds d’archives provenant des différents producteurs. Josip Miškatović, expliquant en 1882 son point de vue sur l’entrée des archives courantes aux Archives, considère que les documents des producteurs doivent être versés aux Archives après un certain délai et l’évaluation sur place des documents « pouvant servir à l’administration, à l’histoire ou à analyser le développement culturel ». Ces documents doivent être versés aux archives et les autres éliminés. Ainsi confie-t-il aux Archives un nouveau rôle par rapport aux producteurs d’archives. Selon lui « les professionnels doivent chaque année examiner les archives d’un ou deux producteurs... pour sélectionner celles qui ont une valeur historique »39. Un délai de trente ans est proposé pour l’obligation de versement aux archives. Miškatović analyse aussi le rôle des archives pour l’histoire et la recherche de l’identité nationale. Il souligne ainsi l’importance des archives « pour l’étude du développement de la nation dans ses aspects administratifs, judiciaires et éducatifs », dans le but « d’étudier à fond, à partir de ces bases, et d’éclairer entièrement le passé de la nation », ce qui évitera au législateur « de tâtonner dans le noir et lui permettra, à la lumière de ses prédécesseurs, de créer des règlements et des lois pour l’avenir du pays ».

  • 40 H.D.A., Dnevnik Sabora 1887-1892, volume III, p. 389. Voir I. Karaman, op. cit., p. 51.

51Mais, on renonce bientôt à une centralisation complète de l’ensemble des fonds d’archives aux Archives nationales. Notamment, avec l’organisation des comitats en 1889, il est décidé que chacun d’eux organisera ses propres archives « et ainsi l’idée de centraliser les archives est devenue superflue », comme l’explique le Ban Khuen Héderváry au Parlement le 27 novembre 1889.40

52La première revue archivistique ou Bulletin des Archives nationales du Royaume de Croatie, Slavonie et Dalmatie est lancée en 1898. Ivan Bojničić, directeur des Archives nationales et rédacteur en chef de la revue, résume dans son introduction, intitulée « Notre tâche », les résultats obtenus jusqu’alors dans le développement des archives, et présente le programme de la revue qui a pour objectif de « servir d’intermédiaire entre les archivistes, les administrateurs et les historiens ». Ceci révèle le rôle fondamental des archives qui sont au service des historiens, mais aussi tournées vers l’administration productrice des archives. Le programme de la revue présente également les principaux sujets qu’elle va traiter et qui sont les missions essentielles des archives : l’organisation générale des archives, leur organisation interne, la consultation des archives, le rôle des archives auprès de l’administration nationale, les tâches archivistiques par rapport à l’état actuel des sciences historiques, la question de l’espace, le versement des documents anciens des bureaux aux « Archives nationales ». La revue indique aussi que les Archives nationales doivent instaurer « une collaboration plus étroite avec les archives ecclésiastiques, les archives des comitats, des communes, des associations et des familles ». Enfin, c’est aussi dans le cadre de cet article programmatique que le rôle des archives dans la création de l’identité nationale est mis en relief : « Les archives renferment une bonne part de la gloire historique de notre peuple ». Ainsi « avec la publication de la vérité incontestable et sans tache des archives, nous voudrions lever le rideau qui cache la vie des générations antérieures et des temps passés, pour permettre à la génération actuelle de puiser dans la gloire et les erreurs des anciens la force et le savoir pour la lutte difficile de la vie, et, pour qu’armée d’un vif penchant pour un meilleur avenir, elle sauvegarde et renforce son ancienne et célèbre patrie — la Croatie ». Ce programme est inspiré d’un côté par le réveil contemporain des sciences historiques de l’époque, mais aussi par le statut de la Croatie dans le cadre de la Monarchie.

53Finalement, ce processus d’institutionnalisation des archives aboutit à la construction des premiers locaux appropriés pour les Archives nationales, dans le cadre magnifique d’un édifice de style Sécession, construit en 1913 pour la Bibliothèque universitaire et les Archives nationales.

54En guise de conclusion nous pouvons résumer ainsi cette évolution : partant de l’Archivum Regni qui conserve les documents juridiques les plus importants du Parlement croate, les bases des Archives nationales sont posées vers le milieu du XIXe siècle, avec le rôle qui leur est reconnu d’archives centrales du Royaume de Croatie. Parallèlement est rédigée la loi sur les Archives nationales, loi qui n’a pu retenir dans sa version finale l’autonomie et le professionnalisme, souhaités par la Croatie, liée à cette époque à la Hongrie dans le cadre de la Monarchie des Habsbourg. Un premier règlement sur la consultation des documents d’archives et une instruction sur la collecte des archives publiques, des archives privées et des archives ecclésiastiques aux Archives centrales sont aussi rédigés. Outre la protection des privilèges du royaume, c’est aussi le rôle des archives en tant qu’institution scientifique dans le champ d’étude de l’histoire nationale ainsi que dans le processus d’affirmation de l’identité nationale, dans le cadre d’une création étatique complexe et centralisée à laquelle la Croatie appartenait à l’époque, qui sont mis en relief.

Notes

1 Voir M. Pandžić, « Povodom 350. obljetnice izrade škrinje povlastica/sloboština — “Arhiva” Kraljevstva Hrvatske (1643-1993) » [A propos du 350e anniversaire du Trésor des privilèges et libertés, l’“Archivum” du royaume de Croatie], Arhivski vjesnik, 1993, n° 36, p. 7-21.

2 J. Kolanović, « Djelatnost Maksimilijana Vrhovca na povezivanju hrvatskih zemalja (do 1809) » [L’activité de Maksimilijan Vrhovac concernant l’intégration des territoires croates jusqu’en 1809], Historijski zbornik, 1984, n° 37, p. 53.

3 Typis Francisci Suppan, 1830, 88 p. A l’occasion de la publication de ce livre, le Parlement souligne qu’il contient tous les « droits municipaux » qui sont conservés aux archives du Royaume ; les autres autorités ainsi que les familles et les particuliers sont appelés à remettre au Comité les documents qui contiendraient les « droits municipaux » de la Croatie. Le titre de l’article qui en parle dans le Protocole parlementaire est : « De uberioribus historicis et diplomaticis documentis scopo redigendorum iurium municipalium et statutorum subservire queuntibus exquirendis », Zaključci Hrvatskog sabora (Acta et articuli congregationum Regni Croatiae, Slavoniae et Dalmatiae) n° 11, p. 101.

4 J. Kolanović, « Kontinuitet u stvaranju hrvatskih nacionalnih ustanova kulture » [La continuité dans la création des institutions nationales croates de la culture], dans Naš Museum, Zbornik radova, Zagreb, 1996, p. 18-26.

5 J. Kolanović, « Arhivi u Hrvatskoj : Povijesni pregled » [Les archives en Croatie : aperçu historique], dans Arhivski fondovi i zbirke u S.F.R.J. S.R. Hrvatska [Les fonds et collections d’archives en Croatie], Belgrade, 1984, p. 14.

6 I. Karaman, « Djelatnost Ivana Kukuljevića kao zemaljskog “arhivara” (1848-1860) » [L’activité de Ivan Kukuljević comme archiviste d’État (1848-1860)], dans Studije i prilozi iz arhivistike [Études et contributions archivistiques], Zagreb, H.D.A. [Archives nationales de Croatie], 1993, p. 23-32.

7 Ivan Kukuljević, Primanje hrvatskih spisa u Budim-Pešti 1849-1851 [La réception des documents d’archives croates à Budapest, 1849-1851], Zagreb, 1885 ; Ferdo Hauptmann, « Jugoslavensko-mađarski arhivski pregovori i njihovi rezultati » [Les négociations entre la Yougoslavie et la Hongrie en matière d’archives et leurs résultats], dans Glasnik arhiva i Društva arhivista Bosne i Hercegovine [Bulletin des archives et de l’Association des archivistes de la Bosnie-Herzégovine], n° 1, p. 35-36 ; Josip Kolanović, « Croatian Archivai Heritage in Archivai Treaties : Principies and Practice », dans Aktuelnite zadaci na arhivite vo vremeto na tranzicijata [Les tâches actuelles des archives dans la période de transition], Table ronde internationale, Ohrid, 10-12 juin 1996, Skopje, 1997, p. 87-89.

8 H.D.A. (Hrvatski državni arhiv) [Archives nationales de Croatie], Banska viada [Le Gouvernement du Ban], 1851, n° 2874.

9 « Isvještaj o putu u Ljubljanu, Trst, Istru i Veneciju u svrhu istraživanja južnoslavenskih historijskih spomenika », dans Narodne novine, 1851, n° 17, p. 186, 535 ; « Isvještaj o putu po Italiji i Austriji u svrhu istraživanja južnoslavenskih historijskih spomenika », dans Narodne novine, 1853, n° 19, p. 217, 605-606 ; « Izvjestje o putovanju kroz Dalmaciju u Napulj i Rim s osobitim obzirom na slavensku književnost, umjetnost i starine », dans Arkiv za povjestnicu jugoslavensku, 1857, n° 4, p. 305-392.

10 H.D.A., Archives, 1851, n° 35. A cette époque de nouveaux employés sont accordés aux Archives nationales pour travailler, entre autres choses, à l’enregistrement des documents. Voir I. Karaman, op. cit., p. 26-27.

11 H.D.A., Archives, 1851, n° 8. Pour plus de détails voir I. Karaman, op. cit., p. 27-28 où on trouve les données sur l’achat des meubles.

12 Voir H.D.A., Archives, 1855, n° 17, contenant une liste détaillée des fonds d’archives et une instruction indiquant ce qu’il faut « classer, répertorier et indexer ».

13 Voir H.D.A., Archives, 1855, n° 31 : Lettre adressée au Statthalterei (Namjesništvo) datant du 8 mai 1855.

14 Par exemple, les grandes séries comme les Monumenta historica spectantia historiam Slavorum meridionalium, le Codex diplomaticus, édition dont le rédacteur est Tadija Smičiklas.

15 I. Kukuljević a publié encore d’autres ouvrages avec la même idée de contribuer à l’affirmation des sources documentaires fondamentales : Les Croates célèbres des siècles passés (1886), Le dictionnaire des artistes yougoslaves, en 5 volumes (1858-1860).

16 Dans la première moitié du XIXe siècle, les documents les plus importants des archives de Dubrovnik et ceux du Chapitre de Split sont transférés à Vienne.

17 Il l’a fait par une lettre du 22 mars 1864 adressée au Conseil de Croatie-SlavonieDalmade représentant le roi (Kraljevsko Hrvatsko-Slavonsko-Dalmatinsko Namjesnicko Vijeće) à Zagreb. Voir H.D.A., Hrvatska dvorska kancelarija (D.K.) [Chancellerie royale de la Croatie], 1864, n° 1286/13. Voir B. Stulli, « Zakon o uredenju Zemaljskoga arhiva u Zagrebu iz godine 1870 » [La Loi sur l’organisation des Archives nationales à Zagreb de 1870], dans B. Stulli, Arhivistika i arhivska sluzba. Studije i prilozi [Archivistique et service d’archives. Études et contributions], Zagreb, H.D.A., 1997, p. 78-97. Voir aussi la contribution d’I. Karaman, « Zemaljski arhivari A. Štriga, F. Pogledić i J. Miškatović (1861-1890) » [Les archivistes d’État A. Štriga, F. Pogledić et J. Miškatović (1861-1890)], dans I. Karaman, Studije i prilozi iz arhivistike [Études et contributions archivistiques], Zagreb, H.D.A., 1993, p. 33-52.

18 Le Conseil de Croatie-Dalmatie-Slavonie représentant le roi (Namjesničko Vijeće) (N.V.) a répondu par un long rapport sur l’état des Archives nationales, dans lequel la question du personnel est soulignée, le travail sur le classement des documents restitués par Budapest présenté, l’attention attirée sur la question de l’évaluation et du tri, et l’importance à accorder aux versements des archives aux Archives nationales mise en relief. Voir H.D.A., D.K, 1865, n° 1146/2.

19 Ce projet est élaboré par le Conseil représentant le roi à Zagreb le 2 décembre 1865, et envoyé à la Chancellerie royale de la Croatie à Vienne. Voir H.D.A., DK, 1865, n° 1146/2.

20 Pour le texte intégral du projet de loi voir H.D.A., N. V, [Conseil représentant le roi], n° 4-857/1175. Ce texte a été publié par B. Stulli, op. cit., p. 81.

21 H.D.A., Sabor Kraljevine Dalmacije, Hrvatske i Slavonije [Parlement du Royaume de Dalmatie, Croatie et Slavonie], Sabor, n° 626/1866 : Procès-verbal du Comité parlementaire.

22 H.D.A., Sabor, Procès-verbal de la session 43. Voir B. Stulli, op. cit., p. 82-84 et I. Karaman, op. cit., p. 42-44.

23 Pour consulter le texte du débat parlementaire voir Dnevnik Sabora Trojedne kraljevine Dalmacije, Hrvatske i Slavonije od godine 1865-1867 [Journal du Parlement du Royaume triunitaire de Dalmatie, Croatie et Slavonie de 1865 à 1867], Zagreb, 1867, p. 414-418.

24 H.D.A., Sabor, Procès-verbal de la session 44, n° 650, p. 4-6.

25 H.D.A., D.K, 1866, n° 216Prs : Adresse au roi.

26 H.D.A., D.K., 1866, n° 2l6Prs.

27 Voir Le Journal du Parlement 1865-1876, p. 630, 644-646.

28 La position de ceux favorables à l’Académie dans le choix du directeur se fondait sur l’opinion que « l’archiviste doit être un homme savant qui collecte les documents d’archives à l’instar d’une abeille » et qu’il doit être à la fois « un chercheur assidu et le promoteur de l’historiographie nationale », D.S. 1865-1876, p. 415. Voir B. Stulli, op. cit., p. 91.

29 La Commission défendait cette position de la manière suivante : « L’utilisation des archives à l’égard des questions juridiques va concerner un grand nombre de personnes, la survie et les intérêts vitaux de certains partis, ainsi que, peut-être, des questions vitales de droit public de la Croatie, donc, les questions juridiques sont plus importantes que la recherche scientifique ».

30 Pour consulter le texte du nouveau projet de loi voir H.D.A., D.S. 1865-1876, p. 649. Voir aussi B. Stulli, op. cit., p. 94.

31 H.D.A., D.K, 1867, n° 13Prs.

32 Ferdo Hauptmann, « Négociations entre la Yougoslavie et la Hongrie en matière d’archives et leurs résultats », dans Bulletin des archives et de l’Association des archivistes de la Bosnie-Herzégovine, n° 1, p. 40-43.

33 Pour consulter le texte intégral voir H.D.A., Sabor, 1866, n° 626. Voir aussi B. Stulli, op. cit, p. 84-86 et I. Karaman, op. cit., p. 44-45. Étant donné que le texte n’a pas été approuvé à Vienne, le 24 septembre 1867 le Conseil représentant le roi envoie aux Archives les règles sur la consultation des documents d’archives. Ces règles ne diffèrent pas beaucoup de celles que le Parlement a examiné à Vienne pour approbation. Dans ces règles les buts scientifiques de l’utilisation des documents d’archives sont indiqués explicitement.

34 H.D.A., Sabor, Protocole n° 14. Procès-verbal de la session 52 de 17 mars 1866. La demande d’approbation est soumise par l’intermédiaire de la Chancellerie royale de la Croatie à Vienne. Voir H.D.A., D.K., 1866, n° 234.

35 H.D.A., Dnevnik Sabora, 1875-1878, p. 126-128.

36 Ibidem, p. 168-171.

37 H.D.A., Zemaljska vlada. Predsjedništvo [Gouvernement national. Présidence], n° 1076/1874.

38 H.D.A., Archives, 1882, n° 35.

39 Ibidem, 1882, n° 36. Cette proposition est acceptée et les experts historiens ont examiné alors de nombreuses archives. A ce sujet voir I. Karaman, op. cit., p. 50-51.

40 H.D.A., Dnevnik Sabora 1887-1892, volume III, p. 389. Voir I. Karaman, op. cit., p. 51.

Auteur

Directeur des Archives nationales de Croatie.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540