Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Archives et nations dans l’Europe du XIXe siècle

 | 
Bruno Delmas
, 
Christine Nougaret

Modèles européens d'Archives nationales

Les archives du Royaume de Bohême et le nationalisme tchèque au XIXe siècle

The Archives of the Kingdom of Bohemia and of Czech nationalism in the 19th century

Bernard Michel

Résumé

L’histoire des Archives tchèques est un cas original : l’organisation des archives ne fut pas l’œuvre de l’État, mais de la noblesse et de la Diète de Bohême ; une seule personnalité a joué un rôle décisif dans la définition et la réalisation de ce projet. En effet, l’historien Frantisek Palacky (1798-1876) s’est trouvé investi de multiples fonctions : écrire l’histoire nationale, en organiser les archives et définir le programme politique du parti national tchèque. Au milieu du siècle (1848), l’État autrichien intervint pour faire participer toutes les nationalités de l’Empire à l’édition des sources de l’histoire autrichienne et créer une histoire patriotique de la grande Autriche supranationale. Ainsi se développèrent les Archives tchèques. En 1918, lorsque fut proclamée la République tchécoslovaque, les Archives du land de Bohême et de Moravie devinrent les archives centrales de l’État.

The history of the Czech Archives is an unusual one: the establishment of the archives was not the work of the state, but of the nobility of the Diet of Bohemia, and a single personality played a decisive role in defining and realising the project. In fact the historian Frantisek Palacky (1798-1876) found himself responsible for numerous activities: writing the history of the nation, organising its national archives, and determining the political programme of the Czech national party. In the middle of the century (1848), the Austrian state required all the nations of the Empire to collaborate in the edition of the sources for Austrian history, and in the creation of a patriotic history of the greater supranational Austria. The Czech archives developed in this way. In 1918, when the Czech Republic was proclaimed, the archives of the regions of Bohemia and Moravia became the central archives of the state.

Texte intégral

1Dans l’Empire des Habsbourg, le mouvement des nationalités, inspiré par le romantisme, a entraîné une profonde rénovation de la vie intellectuelle. Dans ce vaste chantier, la lutte pour la préservation des archives anciennes et pour la professionnalisation des archivistes a tenu une place importante. Ces archives étaient jusque là gérées par des fonctionnaires juristes pour garder trace de l’activité quotidienne de leurs services. Ce rôle a évolué lorsque le regard de l’historien leur a donné une nouvelle signification. Rien n’existe sans le projet raisonné d’un maître d’œuvre.

2Ce qui caractérise l’évolution tchèque, c’est qu’une seule personnalité a joué ce rôle décisif, dans la définition et la réalisation de ce projet. Cela tient à l’étroitesse de la vie intellectuelle à Prague au début du XIXe siècle. L’historien Frantisek Palacky (1798-1876) s’est trouvé investi de multiples fonctions : écrire l’histoire nationale, en organiser les archives, définir le programme politique du parti national tchèque. La vision de l’histoire nationale a été le centre de cette vaste entreprise. Dans la préface à son Histoire de la nation tchèque, du 8 mars 1848, il affirmait :

  • 1 Palacky (Frantisek), Palackeho Dejiny narodu ceskeho v Cechach a v Morave dle puvodnich pramenu [H (...)

3« Dès ma jeunesse, je n’ai pas connu d’ambition plus fervente et plus élevée que de servir ma nation bien aimée par l’image fidèle de son passé, dans lequel, comme dans un miroir, elle pourrait se connaître elle-même et se souviendrait de ce qui lui est nécessaire. Pour cette raison, mon œuvre devait être écrite dans la langue et l’esprit national1. »

  • 2 Archivy C.S.R. [Archives tchécoslovaques], Prague, 1974, p. 12.
  • 3 Zacek (Joseph Frederick), Palacky. The historian as scholar and nationalist, Mouton, La Haye-Paris (...)

4Au milieu du XVIIIe siècle, le premier projet d’archives nationales en Autriche avait été conçu dans la seule perspective dynastique. C’est alors que naquit en 1749 à Vienne le Haus-Hof und Staatsarchiv, qui mettait au premier plan la maison des Habsbourg, la cour impériale, et au second plan l’État, simple moyen pour la dynastie pour atteindre ses objectifs de gloire et de grandeur. Le directeur Theodor Antonin Taulow de Rosenthal fit transporter à Vienne de nombreuses archives sur la couronne de Bohême. Il resta donc à Prague surtout les documents des anciens États2. Il existait pourtant à Prague les archives de Saint-Venceslas, ainsi appelées parce qu’elles étaient conservées dans la chapelle de Saint-Venceslas de la cathédrale Saint-Guy. Il s’agissait d’actes fondateurs du Royaume, si précieux qu’ils étaient conservés dans un coffre fermé par six serrures, dont les clés étaient confiées à six hauts dignitaires. L’ouverture en était donc exceptionnelle et, dans ce cas, des gardes armés devaient en garantir la sécurité. En 1838, des infiltrations d’eau endommagèrent ces documents. Palacky en profita pour les faire transférer au Château de Prague où il les fit restaurer et cataloguer3.

5L’originalité du cas tchèque, c’est que l’organisation des archives ne fut pas l’œuvre de l’État, mais de la noblesse et de la Diète de Bohême. C’est le Land qui en prit l’initiative. Déjà en 1821, en Styrie, l’archiduc Jean (Johann), frère de l’Empereur Franz, avait créé à ses frais le Johanneum à Graz qui devait rassembler livres, documents, collections de sciences naturelles sur l’histoire du pays. C’est d’un « patriotisme de Land » (Landespatriotismus) semblable que naquit en 1818 le Musée de Land du Royaume de Bohême qui porta en tchèque le nom de Musée national. A l’initiative du comte Franz Sternberk, la noblesse allemande, animée par le patriotisme local, en assura le financement, avec l’aide des villes dont la plus grande partie était aussi de langue allemande. Au début, la place de l’histoire fut limitée au profit des collections minéralogiques et botaniques.

6Le salut ne pouvait venir de l’Université qui, jusqu’à la réforme de 1849, resta très en retard sur l’évolution de la science en Allemagne et fondée plus sur la diffusion de manuels périmés que sur la recherche. Ces historiens enseignaient, depuis la fin du XVIIIe siècle, en langue allemande. En 1823, arriva à Prague un jeune historien tchèque protestant de Moravie, Palacky. Il n’avait fait aucune étude universitaire, mais il avait suivi les cours du gymnase évangélique de Pressburg (Bratislava), où enseignaient des professeurs de haut niveau, ouverts à la culture européenne. Dès 1824, le comte Sternberk le chargea de faire la synthèse des chroniqueurs du XVe siècle. En 1829, la Diète de Bohême donna à Palacky le titre d’historiographe du Royaume. Mais il n’obtint pas l’approbation de l’Empereur qui ne le confirma qu’en novembre 1838. Mais, dès 1827, il avait imposé la création d’une revue du Musée, publiée dans une version allemande et dans une version tchèque, qui devait prendre la tête de l’évolution scientifique dans le pays. Avec lui, des efforts dispersés devaient laisser place à un plan organisé.

  • 4 Ibidem, p. 45.
  • 5 Tomek (W.W.), « Styky mé s Palackem do roku 1862 » [Mes relations avec Palacky jusqu’en 1862], dan (...)
  • 6 Hoffmanova (Jaroslav), « Frantisek Palacky, Jeho pojeti archivnictvi a pisemna pozustalost » [F.P. (...)

7Avant même d’entamer la rédaction d’une histoire de la Bohême, il voulut prendre en mains l’organisation des archives du Land. Mais aussi, il entreprit la réorganisation des grandes archives de la noblesse, celles des comtes Lobkovic à Roudnice en 1826 et de la famille des comtes Thun à Decin en 18404. Il avait auprès de lui deux assistants : Jaromir Erben, nommé directeur des archives du Musée en 1846, Vaclav Vladivoj Tomek, nommé par la Diète en 1846 historiographe adjoint. Mais, au lieu de lui accorder un poste fixe, les États donnèrent à Palacky une allocation annuelle de 600 florins pour assurer la rétribution de ses services5. Dès 1840, plusieurs volumes des Archives tchèques (Archiv cesky) rendirent accessibles les documents essentiels antérieurs à 1526. Au total, six volumes furent publiés avant 1872. Après 1873, la série fut prolongée par les Fontes rerum bohemicorum. L’organisation des archives marqua de nets progrès après 1850. Palacky avait une connaissance approfondie des méthodes de classement des archives dans les autres pays européens. Il fit adopter à Prague le principe du respect des fonds, établi en France depuis 18416. En 1851, Erben fut nommé à la tête des archives de la ville de Prague qui constituaient l’une des grandes sources de l’histoire nationale. A partir de 1864, il fut aidé dans sa tâche par Emler.

  • 7 Zacek (Joseph), op. cit., p. 47.

8En 1862, la diète décida la création des archives du Land de Bohême. Elles devaient à la fois rassembler les documents existants mais aussi former un centre de recherche historique, selon le plan originel de Palacky. Le Land de Moravie avait donné l’exemple en nommant Antonin Bocek historiographe en 1837 et en lui confiant en 1839 la direction des archives de Moravie. Mais ses relations avec Palacky furent hostiles. Bocek, plus inventif que scrupuleux, aurait introduit de nouveaux faux parmi les documents qu’il publia dans les cinq volumes du Codex Diplomaticus et Epistolaris Moraviae7.

9Dans l’œuvre de Palacky, le travail d’organisation des archives précédait la rédaction de son Histoire de la Bohême (Geschichte Böhmens) en allemand. Trois volumes se succédèrent avant 1848 et couvrirent la période antérieure à 1419. A partir de mars 1848, il entreprit de les publier en langue tchèque. Mais ce n’était pas une simple traduction. Il en modifia le titre : c’était désormais « l’histoire de la nation tchèque en Bohême et en Moravie ». Il passait ainsi d’une vision bohême de l’histoire au nationalisme tchèque, dans cette année 1848 où il prit la direction d’un parti national tchèque, fédéraliste dans le cadre d’une Autriche préservée et renforcée.

  • 8 Cabanel (Patrick), « Frantisek Palacky, Ernest Denis et Thomas Garrigue Masaryk. Le protestantisme (...)
  • 9 Verein für die Geschichte der Deutschen in Böhmen.
  • 10 Voir l’ouvrage fondamental de Plaschka (Richard Georg), Von Palacky bis Pekar. Geschichtswissensch (...)

10La nationalité tchèque prenait la tête des travaux historiques sur l’histoire du Royaume de Bohême, avec une forte orientation protestante, paradoxale dans un pays catholique8. C’est seulement en 1862 que les Allemands constituèrent leur société pour l’histoire des Allemands en Bohême9. Constantin von Höfler, professeur à l’Université de Prague, entama, de 1864 à 1871, une polémique courtoise mais énergique pour réfuter l’interprétation unilatérale du hussitisme10.

  • 11 Drabek (Anna), « Die Rolle Wiens und der Österreichischen Akademie für Wissenschaften für das tche (...)
  • 12 Ce furent les Fontes Rerum Austriacum et les Monumenta Conciliorum Generalium Seculi Decimi Quinti

11Dans la première moitié du siècle, la formation des archives modernes avait été due avant tout à l’action des régions. Au milieu du siècle, l’État autrichien est intervenu pour renforcer ces initiatives. En 1847, l’Académie autrichienne des Sciences, institution impériale, eut pour but de faire participer toutes les nationalités à la vie intellectuelle. L’archiduc Johann le souligna dans son discours d’ouverture du 2 février 184811. Sur 48 membres, 6 venaient de Bohême. Palacky y joua un rôle de premier plan. A la fin de 1847, il se forma une commission pour l’édition des sources de l’histoire autrichienne. Une deuxième commission, créée à la demande de Palacky et présidée par lui, entreprit à partir de 1850 de travailler à l’édition des conciles généraux du XVe siècle. Deux volumes furent publiés de son vivant en 1857 et 187312.

  • 13 Lhotsky (Alphons), Geschichte des Instituts fur österreichische Geschichtsforschung 1854-1954, Böh (...)

12Après l’échec de la révolution de 1848 s’ouvrit en Autriche l’époque du néo-absolutisme qui dura de 1849 à 1859. Ce ne fut pas une période de repli mais au contraire d’intenses réformes dans tous les domaines. Le comte Leo Thun, aristocrate allemand de Bohême, fervent catholique, était justement l’un des représentants du patriotisme bohème et le véritable créateur de l’austroslavisme, favorable à la renaissance culturelle et politique des Tchèques. Comme ministre de l’Instruction et des Cultes, il réforma complètement les Universités en 1849 pour les mettre au même niveau que les Universités allemandes. Il mit l’accent sur l’enseignement lié à la recherche. Pour l’histoire, il fallait organiser dans chaque Université un séminaire de recherche, sur le modèle de Ranke à Berlin. Celui-ci devait être dirigé par un professeur d’histoire, secondé par un professeur de sciences auxiliaires, archiviste paléographe. Mais il fallait former et recruter une génération nouvelle de jeunes chercheurs. Ce fut le rôle de l’Institut autrichien de recherches historiques (Institut für Geschichtsforschung) créé à Vienne en 185413.

  • 14 Tomek (W.W.), art. cité, p. 80-81.
  • 15 Texte intégral dans Lhotsky (Alphons), op. cit., p. 25-27.

13Dès 1850, Thun envoya en mission en France l’historien tchèque Vaclav Vladivoj Tomek, historiographe-adjoint et ami intime de Palacky. Thun connaissait bien Tocqueville avec lequel il avait échangé une correspondance et il donna à Tomek une lettre de recommandation. Comme l’écrit ce dernier : « Ainsi s’offrit à moi l’occasion de connaître l’illustre école historique de l’École des Chartes qui était alors le séminaire historique le mieux organisé14. » Il passa un mois à Paris. Plus encore que le modèle allemand de Ranke, ce fut l’exemple français qui servit de base à l’organisation de l’institut viennois. Dans un rapport à l’Empereur du 14 septembre 1853, Thun soulignait les buts et le programme de la nouvelle institution : il s’agissait de fournir aux séminaires historiques des universités des cadres de haute compétence. Mais il fallait aussi leur donner pour objectif la création d’une histoire patriotique de la grande Autriche supranationale : « L’action et la stimulation du sens d’une histoire patriotique (vaterländische) » afin de favoriser « l’étude approfondie de l’histoire patriotique pour stimuler le patriotisme (Patriotimus), la loyauté, l’amour et l’attachement à la Maison des Souverains héréditaires15 ». Il fallait attirer les jeunes historiens de toute nationalité pour éviter qu’ils ne fussent contaminés par les vues étroites des nationalismes qui « feraient d’eux de simples hommes de parti ». L’Institut abandonna très vite sa mission patriotique, surtout après la conclusion du Compromis de 1867. En revanche, il réalisa totalement son objectif de formation d’archivistes remarquablement spécialisés.

  • 16 Piaschka (Richard Georg), op. cit., p. 28-35; Tomek (W.W.), op. cit., p. 126-132.
  • 17 Piaschka, op. cit., p. 35-44.

14L’Université de Prague s’ouvrit à des Tchèques qui avaient été les collaborateurs et les successeurs de Palacky. Vaclav Vladivoj Tomek (1818-1905) devint, en 1850, professeur d’histoire autrichienne à l’Université Charles. Il fut l’auteur d’une monumentale histoire de Prague, comparable par son importance à l’histoire de la Bohême de Palacky16. Anton Gindely (1829-1892), de père hongrois, de mère tchèque, d’éducation allemande, fut un Autrichien de tradition, écartelé entre ses sympathies tchèques et sa vision supranationale de l’histoire. Grand spécialiste des XVIe et XVIIe siècles, surtout de la guerre de Trente Ans et de la Contre-Réforme, il fut toujours un défenseur de l’idée de la Grande Autriche. En 1862, il fut nommé à la fois archiviste du Land de Bohême et professeur extraordinaire à l’Université de Prague. En 1882, l’Université de Prague fut divisée entre les deux nationalités. Gindely préféra rester à l’Université allemande, critiqué par les uns et par les autres17.

  • 18 Kazbunda (Karel), Stolice dejin na Prazské Universite [La chaire d’histoire à l’Université de Prag (...)
  • 19 Kutnar (Frantisek), Prehledné dejiny ceského a slovenskeho dejepisectvi, [Survol de l’histoire de (...)

15Le premier élève tchèque de l’Institut de recherche historique de Vienne qui accéda aux responsabilités les plus élevées fut Josef Emler (1836-1899). Il fut étudiant à Vienne de 1859 à 1861. Après un court passage dans les archives du Land, il devint l’adjoint d’Erben dans les archives de Prague dont il fut nommé directeur en 1871. Professeur extraordinaire à l’Université allemande depuis 1873, il opta en 1882 pour l’Université tchèque et fut nommé professeur ordinaire en 1887. C’est alors que le séminaire historique atteignit un niveau de premier ordre par la coopération entre Jaroslav Goll, patron d’une école historique que l’on peut appeler « positiviste », et Emler comme professeur des sciences auxiliaires18. Il continua les publications commencés par Palacky, les Regesta mais aussi le Codex Diplomaticus. Parmi les autres élèves tchèques de l’Institut de Vienne, il faut citer Josef Susta (1874-1945), qui reprit après Goll le séminaire historique, et Kamil Krofta (1876-1945), qui abandonna l’Université pour la carrière diplomatique et qui succéda, en 1935, à Benès comme ministre des Affaires étrangères19.

16En 1918, lorsque fut proclamée la République tchécoslovaque, les archives du Land de Bohême et de Moravie devinrent les Archives centrales d’État. Ainsi se terminait un long processus qui menait d’une initiative régionale, du Musée National de Bohême, jusqu’à la conquête d’une Université séparée et de là, après l’effondrement de l’Empire des Habsbourg, à la création d’une identité étatique séparée.

Notes

1 Palacky (Frantisek), Palackeho Dejiny narodu ceskeho v Cechach a v Morave dle puvodnich pramenu [Histoire de la nation tchèque en Bohême et en Moravie, d’après les sources originales], tome I, Préface de l’édition originale, 8 mars 1848, réédition de 1894, p. LVII.

2 Archivy C.S.R. [Archives tchécoslovaques], Prague, 1974, p. 12.

3 Zacek (Joseph Frederick), Palacky. The historian as scholar and nationalist, Mouton, La Haye-Paris, 1970, p. 45.

4 Ibidem, p. 45.

5 Tomek (W.W.), « Styky mé s Palackem do roku 1862 » [Mes relations avec Palacky jusqu’en 1862], dans Pamatnik F. Palackeho [Mémorial pour le centenaire de sa naissance], Praha, 1898, p. 71.

6 Hoffmanova (Jaroslav), « Frantisek Palacky, Jeho pojeti archivnictvi a pisemna pozustalost » [F.P., conception des archives et ses archives personnelles], dans Frantisek Palacky. 1798-1998. Dejiny a dnesek [Histoire et présent], Praha, 1999, p. 203.

7 Zacek (Joseph), op. cit., p. 47.

8 Cabanel (Patrick), « Frantisek Palacky, Ernest Denis et Thomas Garrigue Masaryk. Le protestantisme dans le récit historique et dans l’idée nationale tchèque au XIXe siècle », dans Slavica occitana, Toulouse, 5-1997, p. 81-117.

9 Verein für die Geschichte der Deutschen in Böhmen.

10 Voir l’ouvrage fondamental de Plaschka (Richard Georg), Von Palacky bis Pekar. Geschichtswissenschaft und Nationalbewusstsein bein den Tschechen, Böhlau, 1955, p. 18-19.

11 Drabek (Anna), « Die Rolle Wiens und der Österreichischen Akademie für Wissenschaften für das tchechische Wissenschaft und Geistesleben von Späteren 18 Jahrhundert bis C.C.A. 1880 », dans East European quaterly, septembre 1988, p. 305-320. Voir aussi le colloque Palacky pour le centenaire de sa mort, en 1976, à Washington, numéro spécial d’East European quaterly, printemps 1981.

12 Ce furent les Fontes Rerum Austriacum et les Monumenta Conciliorum Generalium Seculi Decimi Quinti.

13 Lhotsky (Alphons), Geschichte des Instituts fur österreichische Geschichtsforschung 1854-1954, Böhau-Wien, 1954. Voir le compte rendu du Tchèque Jaroslav Goll en 1905 « Ustav pro Rakousky dejezpyt », dans Vybrané spisy drobné [Recueil de ses écrits choisis], I, 1928, p. 212-216.

14 Tomek (W.W.), art. cité, p. 80-81.

15 Texte intégral dans Lhotsky (Alphons), op. cit., p. 25-27.

16 Piaschka (Richard Georg), op. cit., p. 28-35; Tomek (W.W.), op. cit., p. 126-132.

17 Piaschka, op. cit., p. 35-44.

18 Kazbunda (Karel), Stolice dejin na Prazské Universite [La chaire d’histoire à l’Université de Prague], 3, 1882-1918, Praha, 1968, p. 85-99.

19 Kutnar (Frantisek), Prehledné dejiny ceského a slovenskeho dejepisectvi, [Survol de l’histoire de l’historiographie tchèque et slovaque], II, Praha, 1977, p. 110-127.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540