Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Archives et nations dans l’Europe du XIXe siècle

 | 
Bruno Delmas
, 
Christine Nougaret

Modèles européens d'Archives nationales

La protection du patrimoine écrit, miroir de l’histoire polonaise au XIXe siècle

The mirror of history: the protection of the heritage of Poland in the 19th century

Daria Nałecz

Résumé

Comment un pays privé de son indépendance peut-il préserver ses archives et affirmer sa conscience nationale ? Le cas de la Pologne démontre que des initiatives privées ont su remplacer les institutions de l’État pour protéger le patrimoine polonais et que la nation a pu s’affirmer en dehors des structures étatiques, et souvent contre elles.

How can a country deprived of its independence preserve its archives and assert its national consciousness? The case of Poland shows how civic initiatives could replace state institutions in the protection of the country’s heritage, and how the nation was able to assert itself outside, and frequently in opposition to state structures.

Texte intégral

1Nombre d’historiens et de politiciens éminents croient, non sans raison, que la Pologne n’a pas eu de XIXe siècle. A cette époque, l’État de Pologne a disparu de la carte de l’Europe à la suite de trois partages successifs, définitivement confirmés en 1795. Divisée en trois parties, la Pologne a été absorbée par les trois empires voisins, à savoir la Russie, la Prusse et l’Autriche. Ce n’est qu’en 1918 que la Pologne a recouvré son indépendance à la suite de la Grande Guerre et de la révolution qui, toutes deux, ont rendu impuissants les envahisseurs. Avant que cette satisfaction historique n’ait eu lieu, les Polonais ont été privés de leur État tout au long de ce XIXe siècle qui a eu une importance capitale pour la formation des nations et des États contemporains. Voilà pourquoi la Pologne a perdu tout ce siècle en existant dans des conditions sans comparaison possible avec les expériences de l’Europe occidentale où l’État fonctionnait depuis des siècles comme organisateur de l’activité collective.

2Le sort de la Pologne, effacée de la carte de l’Europe, s’inscrivait bon gré mal gré dans les expériences de l’Est et du Sud du continent européen où régnaient les trois grands empires multinationaux qu’étaient la Russie, l’Autriche et la Turquie. La situation des Polonais dans ces conglomérats de nations fut semblable à celle d’autres peuples privés de leur État. Pourtant les Polonais se distinguaient par leur attachement profond à l’idée d’État et, avant tout, par leur ardeur à la mettre en œuvre. Nos grands poètes tel qu’Adam Mickiewicz et Juliusz Sowacki voulaient y voir l’effet exceptionnel des traits du caractère polonais. Mais c’est le potentiel national et la longue tradition nationale de plus de huit siècles qui ont joué le rôle fondamental. En outre, au moment où la Pologne était envahie par ses voisins, on commençait sciemment à moderniser le pays. La Diète, connue comme la « Grande Diète », votait la réforme fondamentale et la Constitution, qui fut l’une des premières constitutions modernes de l’Europe.

3La force de la tradition nationale favorisait aussi l’esprit de révolte. Résultat, aucune autre nation ne s’est dressée autant de fois contre son oppresseur au cours du XIXe siècle. Mais aucune ne subissait non plus autant de défaites entraînant des conséquences fâcheuses pour toute la population. Le Congrès de Vienne de 1815 a fixé un nouvel ordre européen particulièrement pénalisant pour les Polonais, étant donné la détermination des trois empires à empêcher toute possibilité d’insurrection polonaise. Pourtant les petites nations, comme celles des Balkans, se trouvèrent dans une situation relativement meilleure, d’autant plus que la faiblesse de leur oppresseur leur a permis d’obtenir leur indépendance au cours du XIXe siècle. L’orientation antipolonaise de la Russie, de la Prusse, puis de l’Allemagne, qui se transforma avec le temps en dogme politique a tourné aussi au désavantage des Polonais. Ainsi le processus de modernisation de l’administration, réalisé par ces gouvernements, n’englobait pas les territoires polonais annexés et les autorités locales remarquaient cet ostracisme.

4Du fait de ces circonstances, la Pologne fut peut-être la seule nation en Europe où les conditions de vie des habitants empirèrent systématiquement au cours du XIXe siècle. Evidemment cette situation n’échappait pas à l’attention des élites polonaises qui exerçaient la fonction de « directeurs des consciences ». La méthode pour rompre les chaînes de l’oppression fut pourtant le sujet d’un débat acharné. Deux points de vue principaux dominaient. Le premier consistait à changer le sort de la nation par la continuation de la lutte armée pour l’indépendance, tandis que le second insistait sur le renforcement de la « substance organique » (l’activité économique et culturelle) de la nation. Ces deux conceptions, formulées dès la perte de l’indépendance, coexistèrent au long du XIXe siècle ; néanmoins pendant la première moitié du siècle, l’idée de la lutte armée fut la plus populaire. En revanche, vers la fin du siècle, plus nombreux furent les partisans de la modernisation du pays dans le but de renforcer l’économie et la société. En tout cas, ces deux conceptions avaient le même objectif, à savoir faire échouer la politique des États agresseurs qui géraient les territoires annexés de Pologne d’une manière différente de celle pratiquée en Europe occidentale. Or, les autorités locales fonctionnaient contrairement à l’attente de la population, ne manifestant qu’indifférence devant ses besoins. En outre, les institutions publiques telles que l’armée, l’administration locale, les écoles servaient des intérêts jugés ennemis.

5Dans cette situation, les archives polonaises et les fonds d’archives n’échappaient pas à l’oppression. Alors qu’en Europe occidentale, dont la France était le bel exemple, on commençait à la fin du XVIIIe siècle et au début du XIXe siècle à constituer les archives historiques en institution distincte avec pour but de faciliter l’accès aux documents d’archives à toutes les personnes intéressées. Mais ce processus était favorisé par le changement des conditions générales : la Révolution expirante attirait l’attention sur le rôle de l’acte écrit ; puis le romantisme éveillait l’intérêt à l’histoire. Enfin le développement de la bureaucratie conduisait à séparer les actes d’utilité courante de ceux qui pourraient servir à d’autres buts.

6A l’est de l’Europe, l’administration nationale n’était pas tellement intéressée par le développement de la recherche historique parce que, au lieu d’exciter la sympathie pour la dynastie régnante, celle-ci ne pouvait que renforcer les tendances séparatistes. En conséquence, il n’y avait pas un climat favorable à l’accès aux archives. Les chercheurs polonais n’avaient de possibilité d’accéder aux sources historiques — surtout les archives situées sur le territoire annexé à la Russie — que grâce aux bonnes dispositions des directeurs des Archives. Evidemment, personne ne s’en vantait pour ne pas créer d’embarras aux fonctionnaires, mais surtout pour ne pas attirer l’attention sur des documents miraculeusement préservés.

7Il y avait aussi d’autres difficultés qui résultaient tout d’abord du déplacement d’archives hors du territoire polonais. Sur ordre de la tsarine Catherine II, des documents de la plus grande valeur avaient été transportés de Varsovie à Saint-Pétersbourg et à Moscou, dont le Registre de la Couronne (Metryka Koronna), contenant les actes les plus importants de la chancellerie des rois de Pologne, ainsi que des documents relatifs aux activités diplomatique, juridique et économique. En outre, se retrouvèrent en Russie les actes édictés sous le règne du dernier roi de Pologne, Stanislas Auguste, ainsi que toutes ses archives personnelles. Suite à ces déplacements de documents, de changement de leur cotation ainsi que du transfert de différents actes à Berlin, le fonds d’archives de l’état polonais était profondément dispersé.

8Il est évident que la décision de Catherine II concernant les déplacements de fonds d’archives a été prise avant tout pour des motifs politiques, ce qui ne veut pas dire qu’il n’y ait pas eu aussi chez elle la volonté d’entraver la recherche historique.

9Ne sont restés en Pologne que les documents liés à l’activité économique locale ainsi que les actes juridiques en vigueur. D’autres actes, jugés inutiles, furent abandonnés à leur sort, ce qui conduisit à leur disparition. Malheureusement ce fut le cas de plusieurs fonds d’archives et de bibliothèques de monastères en état de liquidation. La façon de traiter les documents du passé par les autorités occupantes éveillait la méfiance à l’égard des archives, assimilées aux nouvelles institutions d’occupation. Il s’ensuivit que les Polonais les utilisèrent plutôt de mauvais gré. Pour que la méfiance disparaisse, il fallait que les occupants fassent des concessions aux Polonais. Ce fut, par exemple, le cas de l’Autriche après 1867 : dans le cadre de la transformation générale de la monarchie des Habsbourg une autonomie assez large fut accordée à la Galicie polonaise. En conséquence, les institutions organisées sur son territoire ne furent plus considérées comme les instruments de l’occupant et on commença à les utiliser pour consolider la nation polonaise.

10Néanmoins les initiatives pour protéger le patrimoine national, dont les fonds d’archives, n’étaient entreprises qu’en dehors des structures officielles. Par voie de conséquence, toutes ces actions d’envergure avaient un caractère civique et ont été soutenues par l’aristocratie et les nobles polonais aisés.

11Les élites intellectuelles cultivées et assez riches étaient plus nombreuses en Pologne que dans les autres pays de l’est et du sud de l’Europe, dont la structure sociale plus plébéienne était aussi, pour la plupart, illettrée. L’aristocratie et les nobles polonais ne renoncèrent jamais à soutenir et à protéger le patrimoine écrit : des documents édités depuis le XVe siècle témoignent que les rois polonais obtinrent plus facilement l’accord des nobles pour la protection des archives que pour les besoins de l’armée. Au XIXe siècle, ce furent également les élites polonaises, aisées et capables de remplir les charges officielles, qui patronnèrent la protection du patrimoine national dont le sort ne suscitait que l’indifférence des autorités d’occupation. Progressivement la structure sociale se modifiait et, à coté de l’aristocratie appauvrie, prenait place la bourgeoisie, composée majoritairement d’Allemands et de Juifs. A peu d’exceptions près, celle-ci se montrait indifférente ou même hostile aux aspirations nationales des Polonais. En conséquence, un nombre important d’actions, comme la protection du patrimoine national, était menacé de paralysie. Heureusement le rôle de la noblesse polonaise fut repris par l’intelligentsia, autre nouvelle couche sociale pour la plupart d’origine noble. Toute la seconde moitié du XIXe siècle abonda d’initiatives de ce type qui devaient bientôt porter leurs fruits.

12Il faut rappeler que la longue suite des actions civiques commença au lendemain de la chute de la République polonaise indépendante. Ses initiateurs partirent du principe que la nation privée d’État ne subsisterait qu’en cultivant la mémoire de son passé, dont témoignaient notamment les archives. La mémoire des hauts faits devait protéger les Polonais contre les tentatives pour les dépouiller de leur caractère national et pour les diluer parmi les peuples des puissances occupantes. C’est pourquoi les Archives devenaient non seulement les institutions collectant et conservant les documents, mais aussi un bastion ayant pour but de perpétuer la mémoire des événements décisifs, en préservant ainsi le sentiment de l’identité nationale.

13Tout d’abord on voulut empêcher le pillage massif des biens de l’État par les envahisseurs. Voilà pourquoi quelques aristocrates polonais, dont Tadeusz Czapski et Józef Maksymilian Ossoliński commencèrent à amasser des livres anciens et des documents, à l’instar de modestes collectionneurs comme Ambroży Grabowski de Cracovie. Avec le temps, le musée dit le « Temple de Sibylle » jouit d’une grande renommée grâce à la collection de souvenirs historiques de la princesse Isabelle Czartoryska de Puławy. L’entreprise la plus importante, réalisée au cours des premières années qui suivirent la chute de la Pologne, fut la fondation, en 1800, de la Société des amis des sciences. Jouant en quelque sorte le rôle de ministère de la protection du patrimoine national, la Société sut élargir son influence à tout le territoire polonais sans aucun égard pour les frontières qui séparaient les zones occupées.

14En 1807, lors du grand bouleversement de l’ordre européen résultant des campagnes victorieuses de Napoléon, l’État polonais fut partiellement rétabli. Le grand-duché de Varsovie, bien qu’agité par les guerres, était organisé de façon moderne, y compris pour l’administration de ses archives. Dès 1808, les Archives générales du pays commencèrent à fonctionner en collectant les documents des bureaux du grand-duché de Varsovie et en faisant aussi des efforts pour récupérer les actes polonais anciens, emportés par les autorités d’occupation. Les fonds d’archives devaient servir aussi bien aux fonctionnaires qu’aux citoyens, et d’autre part soutenir les recherches historiques. Cette possibilité fut d’ailleurs à l’origine de l’idée de fonder les Archives nationales, même si elles n’existaient que sur le papier.

15Les aspirations polonaises subirent les conséquences de la chute de Napoléon. Le grand-duché de Varsovie, transformé au congrès de Vienne en Royaume de Pologne, avec son territoire amputé encore une fois, fut rattaché à la Russie, ce qui n’augurait rien de bon pour l’avenir, et en particulier pour l’espoir d’indépendance. En effet, le despotisme des tsars conduisit les Polonais à la révolte. L’échec des insurrections successives aboutit évidement à la suppression des derniers attributs de l’indépendance. Après l’échec de l’insurrection de novembre (1830), le royaume de Pologne fut aboli, son gouvernement, sa diète et son armée supprimés, comme d’ailleurs les institutions culturelles et scientifique telles que l’université de Varsovie et la Société des amis des sciences.

16La Russie n’était pas la seule à désirer transformer la Pologne en désert culturel. Si les puissances occupantes n’y sont pas parvenues, c’est grâce aux initiatives des citoyens polonais, et avant tout grâce à l’appui de l’aristocratie polonaise. Plusieurs familles aristocratiques ont largement contribué à l’animation de la vie culturelle. Déjà en 1811 la famille Zamoyski avait fondé une bibliothèque publique à Varsovie. Un an plus tard, la famille Dzieduszycki construisit une bibliothèque à Lvov. A Kórnik, près de Poznan, fut érigée une bibliothèque par la famille Działyński. La famille Tarnowski érigea, en 1820, la bibliothèque de Dzików près de Tarnobrzeg, puis grâce à la famille Raczyński une nouvelle bibliothèque enrichissait Poznan en 1829. Quant à Varsovie, ce fut la famille Krasiński qui érigea une bibliothèque importante en 1844, comme la famille Baworowski à Lvov, en 1857. Tels sont quelques exemples d’initiatives pour animer la vie culturelle sur le territoire de l’ancienne Pologne. L’activité des nouvelles bibliothèques ne se limitait pas à collecter des livres, des documents, des manuscrits et à les rendre accessibles. Un nombre important d’entre elles s’occupait d’éditer des sources historiques. Il y eut aussi des chercheurs qui visitaient les services d’archives étrangers afin de trouver des documents pour l’histoire de la Pologne.

17Après l’échec de l’Insurrection de Novembre (1830), l’émigration polonaise a aussi agi en faveur de la protection du patrimoine national, devenant, avec le temps, son protecteur. C’est en France, où fonctionnaient les plus grands centres de l’émigration polonaise, que fut fondée, il y a plus de 160 ans, la Bibliothèque Polonaise, à Paris. Tout d’abord, elle accueillit les documents emportés par les insurgés polonais qui les y mirent à l’abri. Progressivement, elle recueillit également leur papiers personnels portant sur le sort des Polonais en exil. Ainsi la Bibliothèque polonaise devint un centre d’archives nationales de grande importance. Il y eut d’autres institutions organisées par des émigrants polonais, comme par exemple la bibliothèque des Batignolles ou celle de Rapperswil. Toutes ces bibliothèques devinrent les têtes de pont d’une activité acharnée pour garder les témoignages des actions collectives et individuelles des Polonais. Elles recueillaient également les héritages des militants, des artistes, des hommes de lettres et de tous autres créateurs polonais vivant à l’étranger.

18Pendant les années d’occupation, et particulièrement sur le territoire occupé par la Russie, l’opposition polonaise se déclara à haute voix pour un renforcement de la « substance » nationale. Les partisans de cette idée voyaient l’avenir de la société polonaise du point de vue de l’activité économique et culturelle, sans aucun objectif de nouveau complot ou d’insurrection. La possibilité d’obtenir un tel changement devait garantir une tradition nationale bien enracinée et entretenue grâce à tout un réseau d’initiatives civiques.

19Néanmoins, les porte-parole de cette conception perdirent plusieurs fois la bataille des « directeurs de conscience », parce que les Polonais, assoiffés de l’idée d’État, étaient plus prêts à courir le risque d’une victoire par la lutte que de réaliser chaque jour des conquêtes en passant des compromis détestables avec les occupants méprisés. Il fallut les défaites successives de 1846, de 1848 et de 1863 pour convaincre les gens les plus entêtés d’accepter une stratégie certainement moins honorable, mais plus efficace. La population, abattue par les échecs des insurrections, se tourna vers l’économie, d’autant qu’après l’insurrection de janvier 1863 commença la période de développement industriel dans tous les territoires occupés. Pendant que les uns se consacraient à l’amélioration de leurs conditions de vie, les autres s’attelaient à développer l’instruction du peuple pour le familiariser avec les problèmes de la communauté nationale et de l’action civique.

20L’instruction historique avait un grand rôle à jouer mais cela n’était possible qu’en s’appuyant sur le patrimoine national sauvé au cours des décennies antérieures. Voilà pourquoi on profitait de toutes les occasions pour populariser aussi bien le témoignage des hauts faits nationaux, que des actes officiels conservés aux archives, des écrits historiques, des éditions littéraires basées sur les événements du passé que des pièces de théâtre. Il semble que ces messages transmis par la littérature parvenaient plus efficacement à convaincre les Polonais que les livres historiques. D’autre part, en raison du contexte extérieur, la manière de présenter les questions historiques allait de pair avec la propagande des thèses nationales. Mais, il se peut que ce phénomène résulte de la dispersion des sources historiques ou de leur inaccessibilité. A la fin du XIXe siècle, l’instruction publique n’était plus l’affaire d’une élite contrairement à la première moitié du siècle. Toute la vie politique s’était ouverte à l’ensemble de la population.

21C’était aussi le cas de la connaissance de l’histoire de Pologne, grâce à laquelle les manifestations organisées pour commémorer les événements du passé réunissaient des foules. Dans les années 1897-1904, il y eut à Varsovie, à Cracovie et à Lvov des cérémonies pour l’inauguration des monuments d’Adam Mickiewicz, auxquelles ont participé des dizaines de milliers personnes. En 1903, à l’occasion du jubilé de la poétesse Maria Konopnicka, on organisa un rassemblement auquel prirent part ses nombreux admirateurs. L’anniversaire de la naissance de Juliusz Słowacki, en 1909, a attiré un public énorme, comme en 1910 l’anniversaire de la naissance de Frédéric Chopin. En 1913, on a célébré presque partout en Pologne le cinquantième anniversaire de l’Insurrection de Janvier, cérémonie qui a réuni des milliers de participants, ainsi que le centième anniversaire de la mort du prince Józef Poniatowski, héros bien aimé. Quant à la manifestation organisée en 1910 à l’occasion du cinq centième anniversaire de la victoire de Grunwald, elle a eu un caractère exceptionnel : en présence des délégations venues à Cracovie de tous les territoires de l’ancienne Pologne, on a dévoilé le monument de Grunwald, érigé grâce à Ignacy Paderewski, éminent compositeur et pianiste polonais.

22Il n’y a peut-être pas eu, à l’époque, d’autres nations européennes qui voulurent revivre leur passé d’une manière aussi intense. Mais, les Polonais, en se regardant dans le miroir de l’histoire, mettaient leur espoir en l’avenir.

23En 1905, grâce aux fonds de l’autorité autonome de la Galicie polonaise, on a construit de nouvelles casernes pour les détachements autrichiens qui, jusque là, stationnaient sur les terrains d’un château symbolique, le château royal de Wawel. Après avoir récupéré le château des mains autrichiennes, les habitants de Cracovie se sont mis aussitôt à faire une collecte pour restaurer et conserver le château, où devaient se trouver les archives de Cracovie. Cette idée n’a pourtant été réalisée qu’après le recouvrement de l’indépendance de la Pologne. L’attachement à la protection des témoignages de l’histoire des siècles passés, ne suffisait pas néanmoins pour faire face aux exigences de l’époque. Au cours du XIXe siècle, la science archivistique n’a pas réussi à s’établir en Pologne. La formation des archivistes resta un problème, bien que d’éminents historiens polonais aient enrichi le personnel des archives. Les restrictions imposées par les autorités d’occupation, qui ne désiraient pas développer les archives, ne cessèrent qu’avec le retour à l’indépendance.

24Ce n’est qu’à l’époque de la souveraineté qu’on a commencé à produire les instruments contemporains, permettant de moderniser les tâches archivistiques et de faciliter l’accès aux documents. Assurément, ce ne fut pas l’unique et le plus grand prix que la Pologne a dû payer pour ce XIXe siècle perdu et difficile. Néanmoins ce prix payé s’ajoute à la liste des pertes et des retards difficiles à rattraper. Le système moderne des archives nationales en Pologne n’a commencé à se constituer qu’après la Première Guerre mondiale.

Auteur

Directrice des Archives nationales de Pologne.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540