Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Archives et nations dans l’Europe du XIXe siècle

 | 
Bruno Delmas
, 
Christine Nougaret

Modèles européens d'Archives nationales

Les Archives nationales de Suède : un cas atypique dans l’Europe du XIXe siècle ?

The national archives of Sweden: an atypical example in the Europe of the 19th Century

Alain Droguet

Résumé

On fait remonter à 1618 déjà la création des Archives du Royaume de Suède. C’est en effet cette année-là que l’expression est employée pour la première fois dans un texte officiel : le règlement de la chancellerie promulgué par Axel Oxenstierna, chancelier de Gustave II Adolphe. L’organisation mise en place alors ne connut pratiquement pas de changement jusqu’aux années 1840. C’est grâce à l’impulsion donnée par l’ancien préfet, Hans Jârta, nommé directeur des Archives nationales en 1837, que celles-ci furent progressivement dotées, dans la deuxième moitié du XIXe siècle, de l’organisation et du statut (affectation d’un bâtiment spécifique en 1846 et érection au rang d’administration indépendante en 1878) proches de ceux d’aujourd’hui. Une double motivation sous-tendit ce développement : la nécessité d’adapter les Archives au développement de l’administration et de fournir en même temps aux historiens, à l’image de ce qui se passait dans d’autres pays d’Europe, et en particulier en France, les matériaux nécessaires à leurs recherches et à des éditions de textes.

The foundation of the Archives of the Kingdom of Sweden is considered to have taken place in 1618. It was in that year that the expression was used for the first time in an official document: the rules for the chancellery promulgated by Axel Oxenstierna, chancellor to Gustavus II Adolphus. The organisation set up then remained practically unchanged until the 1840s. It was as a result of the efforts of the former administrator, Hans Järta, appointed director of the national archives in 1837, that, during the second half of the 19th century, the archives gradually acquired an organisation and a legal status close to those they have today (their own building in 1846 and independent administrative status in 1878). A double motive underlay this development: the need to adapt the Archives to changes in the administration, and at the same time to supply historians, as in other countries of Europe, especially France, with the materials they needed for their researches and for the publication of historical texts.

Texte intégral

1Les Archives nationales de Suède sont parmi les plus anciennes du monde puisque l’on fait remonter leur création à 1618. Cependant, il fallut attendre le XIXe siècle (et plus exactement les années 1840) pour les voir connaître un réel développement, à l’image de se qui se passait alors dans le reste de l’Europe. Pour cette raison, et pour répondre au thème du présent colloque, je passerai rapidement sur leur deux premiers siècles d’existence avant de décrire de façon plus détaillée leur développement durant le siècle qui nous intéresse ; puis je m’arrêterai sur ce qui distingue à mes yeux la Suède des autres nations européennes — avant que, comme je l’espère, des éléments de réponse complémentaires ou contradictoires ne soient fournis par les communications et débats ultérieurs — et finirai par une rapide comparaison avec les pays voisins.

LES DÉBUTS (XVIIe-XVIIIe SIÈCLES)

2Rien ne subsiste ou presque des archives de l’État suédois avant la dissolution de l’Union de Kalmar (qui avait eu, entre autres effets, celui du transfert des archives de souveraineté au Danemark) et l’avènement du roi Gustave Vasa en 1523. La mise en place d’une nouvelle administration et les confiscations des biens d’Église résultant de l’introduction de la Réforme luthérienne sont à la base de la constitution et du rassemblement de fonds d’intérêt national. Cette masse de documents fait ressentir dans les dernières années du XVIe siècle le besoin d’une organisation des archives. Un premier pas en ce sens est la nomination en 1599 d’un secrétaire général du royaume. Au nombre de ses tâches faisait partie d’exercer un bon contrôle des archives de la chancellerie, de les préserver d’éventuelles dispersions et détériorations et de les rendre facilement accessibles. L’aboutissement de cette évolution est le règlement de la chancellerie promulgué en 1618 par Axel Oxenstierna, le célèbre chancelier de Gustave II Adolphe, véritable fondateur de l’administration suédoise. La nouveauté était qu’un des secrétaires de la chancellerie avait pour unique mission de se consacrer à la gestion des « archives du royaume, des nouvelles comme des anciennes ». Il devait les classer et en dresser l’inventaire pour les rendre aisément accessibles, noter chaque année les nouveaux versements effectués par les autres officiers de la chancellerie, leur communiquer les documents dont ils pouvaient avoir besoin et en assurer la réintégration. Trois commis étaient mis à sa disposition pour l’accomplissement de ces fonctions. Ainsi étaient jetées les bases d’une organisation qui allait se maintenir sans grand changement jusqu’à la fin des années 1830.

LES ARCHIVES NATIONALES DEVIENNENT UNE INSTITUTION DE RECHERCHE HISTORIQUE (XIXe SIÈCLE)

3Quand le poste de directeur des Archives nationales devint subitement vacant, en juin 1837, se présenta un candidat inattendu, un ancien préfet, Hans Jarta (1774-1847), surtout connu pour avoir été le secrétaire de la commission constitutionnelle de 1809. Comme historien, il avait fréquenté les Archives nationales qu’il se promit de sortir du déclin qui était le leur depuis le début du XIXe siècle. Il proposa d’être nommé directeur des Archives tout en gardant sa retraite de préfet : il pensait ainsi pouvoir utiliser le salaire de sa nouvelle fonction pour le nécessaire recrutement de personnel supplémentaire, étant donné que le nombre des employés n’avait pas changé depuis 1618 ! Sa proposition, qui ne coûtait rien à l’État, fut acceptée. Son ambition était d’élever les Archives nationales au rang d’institution centrale de recherche historique tout en leur faisant conserver leurs tâches administratives au sein de la chancellerie royale. A cette fin, les Archives nationales furent divisées, le 30 décembre 1837, en deux sections : l’une administrative et l’autre historique. Cette dernière, placée sous sa direction, avait pour mission d’effectuer les importants travaux de classement et de rédaction d’inventaires nécessaires au développement de la recherche historique. Plusieurs jeunes universitaires furent recrutés comme assistants : quatre dès 1838, ils étaient neuf cinq ans plus tard. Ainsi donnait-on corps au projet de faire des Archives nationales une « école pratique ou séminaire » qui formerait des historiens et des administrateurs. Le plus célèbre de ces jeunes disciples fut Louis de Geer, futur ministre de la Justice.

4Pour des raisons de santé, Hans Järta se retira à l’automne 1840, à l’âge de 71 ans, de la direction opérationnelle des Archives qu’il laissa à son adjoint Bror Emil Hildebrand. L’utilisation du salaire de directeur des Archives nationales afin de rémunérer le personnel ne pouvait être qu’une solution transitoire : aussi fut-il demandé une augmentation du budget des Archives en même temps que la question des locaux était mise à l’ordre du jour par une motion d’Erik Gustaf Geijer. Lors de son examen, le Parlement regroupa les deux questions, mais ne leur apporta une réponse définitive que quatre ans plus tard : en novembre 1844, l’augmentation des crédits pour les salaires fut acceptée et, en mai 1845, fut décidée l’acquisition du palais Ridderstolpe pour y loger les Archives nationales. Entre-temps, Elans Järta s’était définitivement retiré. Sa lettre de démission fut acceptée le 28 décembre 1844 et son successeur fut le professeur de droit constitutionnel et international auprès de l’université d’Helsinki, Johan Jakob Nordstrom. Né à Ǻbo (ou Turku) en 1802 dans une Finlande encore suédoise, il était citoyen suédois, ce qui facilita sans doute sa nomination. Celle-ci lui rendit plus aisé l’accès aux sources de l’objet de ses recherches : l’histoire du droit suédois.

  • 1 En écho, l’évêque Heurlin déclara en 1838, lors de la discussion de la motion relative à la nécessi (...)

5Il est intéressant de s’arrêter quelques instants sur la correspondance produite par Hans Järta au sujet de la nomination de son successeur. Elle me paraît, en effet, révélatrice des motivations profondes qui sous-tendirent l’action de celui que l’on pourrait appeler le « refondateur » des Archives nationales de Suède. Dans une note datée du 14 septembre 1844, il rappelle la double mission dont il voyait, dès 1837, les Archives nationales investies : celle d’être au service de l’administration centrale en prenant en charge la production « abondante et très diversifiée » de documents, passée et à venir des services de la chancellerie et d’être en même temps « une institution scientifique qui conserve, recherche et examine les documents rassemblés, essentiellement anciens, qui fournissent un éclairage sur la situation générale de la patrie à différentes époques, les classe afin de faciliter leur utilisation par les historiens ». Il ne fait pas de mystère sur le fait que des deux, la mission historique et scientifique est pour lui la plus importante. « La Suède détient dans ses archives une richesse de trésors historiques trop longtemps négligés, qui exigent d’être rassemblés et extraits de ces dépôts souterrains, sombres et humides où la plupart d’entre eux, s’ils ne sont pas déjà pourris, sont encore couverts d’une épaisse couche de poussière. A cet égard, la culture scientifique suédoise est très en retard par comparaison à celle d’autres nations »1, s’exclame-t-il de façon quelque peu emphatique. « Chez celles-ci, précise-t-il, l’on a considéré, durant ces dernières décennies, comme étant d’un intérêt général d’importance de rechercher, classer, soumettre à un examen critique et publier les documents historiques. Des crédits, souvent assez généreux, ont été alloués à cette fin dans les états constitutionnels par leur représentation populaire. Au fur et à mesure que la connaissance du développement interne des nations est devenue plus importante qu’auparavant, la recherche historique a pris une nouvelle orientation. En témoignent les nombreux et éminents travaux historiques qui ont leur origine dans les découvertes faites dans les archives auxquelles l’on avait moins recours auparavant. La littérature suédoise peut aussi se prévaloir de tels travaux d’une certaine valeur, mais ils ne sont pas aussi exhaustifs qu’ils auraient pu l’être si leurs auteurs avaient pu avoir un accès plus facile à l’ensemble des sources qui n’ont pas encore été rassemblées dans nos Archives ». L’avantage que Hans Järta voyait dans le recrutement du professeur J.J. Nordstrom était de doter la Suède de son historien des institutions en même temps que de son directeur des Archives nationales. Depuis son lit de malade à Upsal, Hans Järta écrivit deux ans plus tard, le 26 mai 1846 exactement, un texte qu’il appela lui-même son testament, sans doute motivé par l’inquiétude que lui causait le constat que sa proposition n’avait toujours pas été suivie d’effet. Dans le cadre d’une réforme de la chancellerie royale, les Archives nationales venaient d’être promues au rang d’une des huit sections de celle-ci, placées uniquement sous le contrôle du ministre des Cultes, mais sans renforcement du personnel, de plus chichement rémunéré, ce que déplorait bien sûr Hans Järta qui y voyait une impossibilité pour les Archives nationales de remplir leur mission supérieure d’institution scientifique qu’il voulait concrétiser par la création « d’une école historique pratique ou séminaire » dotée de crédits propres. Il rappelle le besoin de « développer les connaissances historiques et l’intérêt pour celles-ci au sein de la Nation dont la considération serait ainsi élevée auprès des nations étrangères ». Et de rappeler « qu’un intérêt marqué pour les recherches historiques s’est fait jour ces derniers temps chez d’autres nations participant de la civilisation européenne, surtout chez celles dont les lois sont constitutionnelles. Des documents jusqu’alors inconnus ont été recherchés et publiés grâce aux fonds publics ». Et il cite la France en exemple en ajoutant : « Pour réaliser une telle collection [de publications], la Chambre des Députés française a voté un crédit annuel de 120 000 francs » avant de conclure : « Les fruits de ce zèle développé pour la découverte de conditions jusqu’alors inconnues apparaissent dans de récents travaux historiques consacrés à la vie sociale intestine ainsi que dans tout le développement de la recherche historique ».

  • 2 Acta historica, Ecclesiastica, Juridica, Militaria, Academica, Topographica, Diplomatica (subdivisé (...)

6Les vœux de Hans Järta furent exaucés, tout au moins en partie, par la nomination de Johan Jakob Nordström le 19 juin 1846, peu de temps après l’emménagement des Archives nationales dans leur bâtiment de Skeppsbron qu’elles durent quitter, en 1865, en raison de la faiblesse des fondations qui ne pouvaient supporter le poids des masses d’archives grandissantes. Un imposant travail de classement, entamé par Hans Järta et Bror Hildebrand, fut réalisé, mais sur des bases plus proches de la bibliothéconomie que de l’archivistique moderne : le principe du respect des fonds était encore inconnu et nombreux furent ceux qui furent démembrés et éclatés entre plusieurs collections par matières2, dans le souci de fournir des documents rapidement accessibles aux chercheurs. Le déménagement dans le palais Stenbock, en 1865, facilita les conditions de travail pour les employés et les chercheurs, ce qui se traduisit pour ces derniers par une augmentation des séances de travail : 1 852 en 1875, 2 840 en 1884 et 5 400 en 1888. Les vœux de Hans Järta concernant les publications de textes furent également exaucés lorsque le Parlement, lors de la session de 1853-1854, vota des crédits pour la publication de « textes et de documents d’importance pour l’histoire du pays et la situation publique ». La tâche fut confiée, en 1859, aux Archives nationales et, en 1861 déjà, sortit le premier volume des actes de la chancellerie de Gustave Ier, la série s’achevant en 1916 avec la publication du 29e volume contenant les actes des dernières années du règne de ce roi. Parallèlement, la publication du diplomatarium suédois fut assurée à partir de 1875 par les Archives nationales qui poursuivent aujourd’hui encore cette œuvre.

7Restait à résoudre la question de la relation entre les Archives nationales et les services producteurs, aussi bien à l’échelon central que local, question qui domina la fin du XIXe siècle. Dans le règlement de la chancellerie du 23 décembre 1874 était stipulé que les Archives nationales étaient habilitées à recevoir des versements non seulement de la chancellerie royale, mais aussi d’autres administrations et il fut décidé que les archives d’une administration dissoute devaient être remises aux Archives nationales. Dans les années qui suivirent, les Archives nationales reçurent les archives du chancelier de l’Université jusqu’en 1865 (1875) et de l’ordre des Séraphins (1877) ainsi que des versements assez conséquents des deux cours d’appel, de la Chambre des comptes et de la direction de la comptabilité publique. En même temps, l’attention s’était portée sur les archives de certaines administrations locales. En 1869, on enjoignit aux tribunaux locaux de remettre leurs registres antérieurs à 1736 aux Archives nationales. Y entrèrent aussi des archives privées, comme la majeure partie de celles d’Axel Oxenstierna achetées en 1848 et la collection du château de Skokloster déposée en 1892. Dans un mémoire de 1876, fut soulevée pour la première fois l’idée que les Archives nationales, en tant qu’administration centrale, devraient « être mises en relation d’une certaine façon avec les autres archives publiques existant dans le pays ». Étant donné que, pour des raisons financières, ne pouvait être envisagée la création d’archives provinciales, c’est par le biais de l’inventaire des fonds locaux que l’on pensait établir cette relation. C’est ainsi qu’une circulaire du 26 octobre 1883, relative à la protection des archives paroissiales, prescrivit l’envoi d’un exemplaire de chaque inventaire aux Archives nationales, mesure que, dans son rapport annuel de 1885, Carl Gustaf Malmström, directeur des Archives nationales de 1884 à 1887, considérait comme un premier pas significatif. Sur sa proposition, l’influence des Archives nationales sur les autres administrations et les tribunaux fut renforcée : par un décret du 5 juin 1885, les administrations furent contraintes de recueillir l’avis des Archives nationales avant toute élimination. A la même époque, les Archives nationales commencèrent à être présentes sur le terrain, par le biais de certains de leurs employés. Un pionnier en ce domaine fut l’assistant Victor Örnberg qui devint d’ailleurs le premier directeur d’archives régionales.

8La manifestation la plus marquante de toute cette évolution fut l’érection des Archives nationales, en 1878, au rang d’administration indépendante au sein du ministère des Cultes, en même temps que le nombre des sections était porté à trois, la section historique étant divisée en deux. Un autre signe ostentatoire allait être la construction d’un bâtiment pour les Archives nationales. L’augmentation importante des fonds qui résulta de toutes les mesures qui viennent d’être énoncées rendit en effet rapidement trop exigu le palais Stenbock, ce que Robert Mauritz Bowalius, directeur des Archives nationales de 1874 à 1882, signala dès 1875. Dix ans plus tard, le Parlement prenait la décision de construire un nouveau bâtiment dont la première pierre était posée le 13 juillet 1887. La construction prit un peu plus de trois ans et, le 28 mai 1891, était inauguré, en plein cœur de Stockholm, le premier bâtiment conçu spécifiquement en Suède pour les archives, comparable à d’autres construits en Europe à la même époque. Sa tour centrale, élevée et couronnée et l’escalier monumental qu’elle enveloppait conféraient une certaine solennité au bâtiment qui était fonctionnel et équipé d’innovations techniques comme le chauffage central et un ascenseur électrique. D’une capacité de 15 000 mètres linéaires, il devait, selon les estimations de l’époque, satisfaire les besoins du demi-siècle à venir...

9La question des archives régionales restait plus que jamais à l’ordre du jour. Dès 1851, le procureur général s’était plaint des mauvaises conditions de conservation des archives dans les administrations locales de l’État. A partir de la fin des années 1870, on porta un regard intéressé sur ce qui se passait en Norvège, en France, en Angleterre et en Prusse. En 1879, fut lancée l’idée de dépôts locaux, mais ce ne fut qu’en 1897 que fut proposée au gouvernement une organisation plaçant, par le biais de dépôts régionaux, toutes les archives d’État locales sous la tutelle des Archives nationales. Cette proposition fut suivie d’effet avec la création, en 1899, des archives régionales de Vadstena, suivie par celle des archives régionales d’Upsal (installées, comme celles de Vadstena, dans un château de Gustav Vasa) et de Lund en 1903 ainsi que de Visby en 1905. Cette construction était parachevée par la promulgation, le 31 décembre 1900, d’un règlement des archives qui prit effet le 1er janvier 1903. Ainsi pouvait s’ouvrir la deuxième grande époque de réforme des Archives nationales, après celle de Hans Järta, sous la direction d’Emil Hildebrand (1901-1916), avec le renforcement de leur position comme administration centrale pour toutes les archives de l’État et la mise en place des principes archivistiques modernes (cadre de classement de 1903 fondé sur le principe de respect des fonds).

QUELQUES RÉFLEXIONS GÉNÉRALES SUR LA PARTICULARITÉ DU CAS SUÉDOIS

  • 3 Cet historique des archives régionales suédoises est présenté sur le site Internet des Archives nat (...)

10Dans le discours qu’il prononça en tant que doyen des archivistes régionaux lors de la célébration du centième anniversaire des archives régionales de Vadstena en octobre 1999, Carl-Edvard Edvardsson, directeur des Archives régionales de Härnosand, déclara : « Les racines les plus profondes [de la création de ces institutions régionales] se trouvent avec certitude dans les grands projets de construction de nations et dans le national-romantisme qui déferlaient sur l’Europe à la fin du XIXe siècle. Dans une période de bouleversements, au moment du passage d’une société rurale à une société industrielle, les regards se reportèrent en arrière. Les cercles dirigeants devinrent conscients de l’importance de sauvegarder l’héritage matériel, mais aussi spirituel, d’un système social en voie de disparition. Le patrimoine devint un outil important pour la création d’identités nationales qui était un objectif absolu dans une période où les succès et peut-être l’existence des états nationaux allaient de plus en plus dépendre d’un ralliement idéologique général derrière la nation »3. L’ennui est que je n’ai pas trouvé de textes — ce qui ne veut pas dire qu’il n’en existe pas — qui traduisent de façon univoque cette relation entre ce ralliement idéologique et la construction de l’administration des archives en Suède. Certes, le bâtiment des Archives nationales élevé dans les dernières années du XIXe siècle apparaît comme une « inscription monumentale » du patrimoine national, au même titre que le Musée national (achevé en 1866), la Bibliothèque nationale (1871-1877) et le Musée nordique (1888-1907), en même temps qu’il est un point d’orgue à l’entreprise de développement des Archives nationales, alors que s’amorce la poursuite de cette œuvre à l’échelon local. Certes, l’on peut voir transparaître dans les écrits de Hans Järta la manifestation la plus nette de l’affirmation du rôle des archives comme ferment de l’affirmation nationale, comme fournisseur des indispensables sources à l’histoire de la nation. Mais cela n’est jamais dit de façon plus explicite que dans les passages déjà cités : point donc de déclarations enflammées sur ce sujet. Il est certes fait allusion à ce qui se passe dans d’autres pays, en France en particulier, mais comme pour confirmer en fait l’impression que la Suède est en retrait ou en retard par rapport à nombre d’autres pays européens. Pourquoi ce décalage, cette particularité de la Suède ? Au-delà du caractère modéré des Suédois en général et de l’ancienneté des Archives nationales, je proposerai plusieurs raisons.

  • 4 Pas de guerre à l’intérieur de ses frontières, pas d’occupation de son territoire, pas de révolutio (...)
  • 5 Historiens et géographes, n° 366, p. 319-328.

11Tout d’abord, l’état national suédois est pour ainsi dire construit dès le XVIe siècle et le besoin ne se fait pas particulièrement ressentir trois siècles plus tard, alors que le pays n’a pas subi de traumatisme particulier4, d’affirmer une identité nationale qui n’est pas remise en cause de l’intérieur non plus, le seul provincialisme un tant soit peu affirmé étant celui de la Scanie, ancienne province danoise rattachée à la Suède en 1658. Le corollaire est qu’il n’y a jamais eu en Suède de sentiment national bien affirmé, comme l’explique Ragnar Björk dans la très intéressante contribution qu’il a donnée au numéro spécial consacré par la revue Historiens et géographes au « sentiment national d’identité en Europe »5 : « Depuis le XVIIe siècle, la Suède vit une situation de “foyer périphérique” — celle d’un pays assez petit situé à la périphérie de l’Europe mais dominant nettement son environnement Scandinave (...). La Suède a été le pays le plus soucieux de mettre en avant la notion de communauté nordique, souvent aux dépens de la fierté nationale suédoise ». Comme le précise Ragnar Björk, le scandinavisme, issu à la fois du romantisme et de l’idéalisme révolutionnaire des années 1840, fut d’abord un mouvement estudiantin au milieu du XIXe siècle. Il est symptomatique aussi que dans son testament de 1846, Hans Järta ajoutait aux différents souhaits déjà évoqués celui que soit allouée une subvention qui permette la poursuite de la publication des Documents concernant l’histoire de la Scandinavie dont 27 volumes déjà étaient parus.

12Cela ne veut pas dire qu’il n’ait pas existé de national-romantisme en Suède au XIXe siècle. Ce courant a eu ses manifestations les plus tangibles durant les deux dernières décennies de ce siècle avec des historiens comme Clas Theodor Odhner. Spécialiste de l’histoire des villes, auteur de manuels scolaires qui contribuèrent à la formation historique des jeunes Suédois durant une bonne partie du XXe siècle, il fut aussi le dernier directeur des Archives nationales du XIXe siècle (1887-1901). Toutefois, l’on peut avancer que dans le domaine du patrimoine, c’est davantage du côté des musées, et plus précisément des musées de folklore, que ce mouvement de pensée trouva ses manifestations les plus tangibles avec la création du Musée nordique (l’adjectif, comme on vient de le voir, n’étant pas neutre) en 1873, l’ouverture en 1891 du musée en plein air de Skansen à Stockholm et l’apparition à la charnière des XIXe et XXe siècles d’associations d’arts et traditions populaires (sortes d’écomusées avant l’heure) à l’échelon de presque chaque paroisse.

UNE RAPIDE TENTATIVE DE COMPARAISON AVEC LES AUTRES PAYS NORDIQUES

13Le pays dont la situation est la plus comparable à la Suède est le Danemark, ce qui n’est guère étonnant car c’est aussi une vieille nation. La tradition des archives y est également ancienne puisqu’elle remonte à 1663, lorsque le roi Frédéric III chargea son bibliothécaire Peder Schumacher de s’occuper des archives historiques (gehejmearkivet) qui turent dotées d’un bâtiment dès 1720, à proximité immédiate du château royal, où elles se trouvent encore. En 1861, un bureau des « Archives du royaume » était créé au sein du ministère de l’Intérieur. En 1869, il était transféré au ministère des Cultes qui avait déjà la responsabilité des archives historiques. Ce n’est qu’en 1882, après plusieurs tentatives infructueuses, que les deux institutions fusionnèrent. Une loi de 1889 créait une nouvelle administration, les Archives nationales, regroupant les archives centrales (composées de deux sections : archives historiques et archives administratives, elles prirent rapidement l’appellation d’Archives nationales) et les trois archives provinciales que l’on créait à Viborg, Odense et Copenhague.

14La Norvège qui, en 1814, quitte le joug danois pour constituer une union avec la Suède, présente durant les décennies suivantes une évolution en matière d’archives en tous points comparable à celle de son alliée. Créées en 1817, les Archives nationales dépendirent tout d’abord du ministère des Finances avant d’être rattachées en 1846 à celui des Cultes, une façon de renforcer leur rôle d’institution de la science historique. En 1875, les Archives nationales devinrent une administration indépendante. Ce qui distingue la Norvège de la Suède, c’est que l’on se préoccupa plus tôt de la situation des archives locales : dès 1837, il fut décidé que les administrations locales verseraient leurs archives aux Archives nationales ; en 1851, étaient créées les premières archives régionales à Trondheim, mais il fallut attendre 1885 pour voir la fondation des suivantes à Bergen et 1904 pour que ces institutions régionales soient placées sous la coupe des Archives nationales.

15En 1809, la Finlande, qui jusqu’alors faisait partie de la Suède, fut rattachée en tant que grand-duché autonome à la Russie. Les Archives nationales se constituèrent progressivement à partir des archives du Sénat, créées en 1816. Elles ne furent ouvertes au public qu’à partir de 1859 et s’installèrent dans un bâtiment propre au style pompeux en 1890, c’est-à-dire en même temps que leurs homologues suédoises. Comme en Suède également, le sort des archives locales fut à l’ordre du jour durant la dernière décennie du XIXe siècle, mais la situation politique ne permit pas l’aboutissement des projets avant la proclamation de l’indépendance en décembre 1917.

16En Islande, le préfet danois Hilmar Finsen ordonna, en 1882, aux fonctionnaires locaux d’envoyer leurs archives anciennes à Reykjavik où elles furent entassées dans le grenier de la cathédrale. Cet ordre fut renouvelé en 1900, avec une plus grande précision : il concernait toutes les archives de plus de trente ans. Étant donné qu’un archiviste avait été nommé le 8 décembre 1899, étaient ainsi fondées les archives régionales d’Islande. Dotées en 1908 d’un bâtiment qu’elles partageaient avec la Bibliothèque et le Musée national, elles devinrent en 1915 les Archives nationales d’Islande après qu’il eut été décidé en 1911 qu’elles recevraient aussi les archives de l’administration centrale autonome mise en place à Reykjavik en 1904.

17Il m’a été impossible, dans la littérature dont j’ai pu disposer, de cerner la probable interaction entre l’affirmation de l’identité nationale et le développement de l’administration des Archives. Dans le bref résumé de l’évolution au Danemark, en Norvège et en Finlande qui précède, l’on aura pu remarquer de nombreuses convergences pour ce qui est de l’organisation et de la chronologie, avec bien sûr quelques légères différences aussi, entre la Suède et ses plus proches voisins et en particulier entre la Suède et son vieux rival, le Danemark.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Bergh (Severin), Svenska Riksarkivet 1618-1837, Stockholm, 1916.

Bergh (Severin), Svenska Riksarkivet 1837-1846, Stockholm, 1927.

Björk (Ragnar), « Un centre à la périphérie. Les aspects mêlés de l’héritage national suédois », dans Historiens et géographes, n° 366, p. 319-328.

Jägerskiöld (Olof), Riksarkivet 1618-1968, Stockholm, 1968.

Jørgensen (Harald), Nordiske arkiver, Copenhague, 1968.

Meddelanden från Riksarkivet, 1875, 1876, 1879.

Riksens arkiv det gamla som det nya, annales des Archives nationales, 1994.

Notes

1 En écho, l’évêque Heurlin déclara en 1838, lors de la discussion de la motion relative à la nécessité de nouveaux locaux pour les Archives nationales : « Il n’est pas digne de la Nation de conserver des trésors si précieux dans des locaux où ils sont soit détériorés, soit inaccessibles ou tout au moins difficilement ».

2 Acta historica, Ecclesiastica, Juridica, Militaria, Academica, Topographica, Diplomatica (subdivisés en Americana, Anglica, Danica, Gallica, Germanica, etc.) pour citer quelques-unes de ces matières.

3 Cet historique des archives régionales suédoises est présenté sur le site Internet des Archives nationales de Suède.

4 Pas de guerre à l’intérieur de ses frontières, pas d’occupation de son territoire, pas de révolution...

5 Historiens et géographes, n° 366, p. 319-328.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540