Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Archives et nations dans l’Europe du XIXe siècle

 | 
Bruno Delmas
, 
Christine Nougaret

Modèles européens d'Archives nationales

Un pays, deux traditions. Les archives du Royaume-Uni

One country, two traditions: the archives of the United Kingdom

Patrick Cadell

Résumé

En 1800, le gouvernement britannique établit une commission chargée d’examiner l’état des archives du pays. Le rapport de cette commission marqua le point de départ du service national d’archives en Angleterre, et confirma la valeur du service qui existait déjà en Ecosse. Cependant, loin de mettre en place un service semblable dans les deux parties du royaume, les travaux de la commission servirent à conforter les tendances existant déjà en Angleterre vers un service très dispersé, et en Écosse vers une forte centralisation. Le pragmatisme anglais et le légalisme écossais en matière d’archives s’estimaient justifiés par la commission. Les services d’archives des deux pays, dont l’aspect moderne s’est formé au XIXe siècle, coexistent toujours, servant les mêmes besoins et en parfaite coopération, mais sans se ressembler, et sans qu’il existe entre eux le moindre lien administratif.

In 1800 the British government appointed a commission given the task of examining the state of the archives of the country. The commission’s report was the starting point of the national archive service in England, and confirmed the value of the service that already existed in Scotland. However, far from setting up similar arrangements in both parts of the kingdom, the work of the commission served to confirm existing tendencies: in England towards a very decentralised service, in Scotland towards a marked centralisation. English pragmatism and Scottish legalism in archival matters were both considered justified by the commission. The archival services of the two countries, which achieved their modem appearance in the 19th century, still exist side by side, meeting the same needs, and in perfect co-operation, but without similarities, and without any administrative link between them.

Texte intégral

1En juillet 1800, le gouvernement britannique confia à une commission la tâche d’étudier la situation des archives du pays, et de présenter un rapport à ce sujet à la Chambre des Communes. Il est difficile aujourd’hui, 200 ans plus tard, de savoir exactement quels étaient les motifs du gouvernement. On se rendait compte, surtout à Londres, que les activités du gouvernement étaient coûteuses bien au-delà du nécessaire à cause de l’existence d’une énorme quantité de ministères, dont les départements fonctionnaient plus ou moins indépendamment les uns des autres, remplissaient souvent des fonctions complètement désuètes, et fournissaient de quoi vivre à un nombre excessif de paresseux et d’oisifs. Dans les dernières années du XVIIIe siècle, il y avait eu plusieurs procès très médiatisés contre des fonctionnaires et des hommes politiques pour mauvaise gestion, détournement de fonds et abus de pouvoirs. Et, plus généralement, à une époque où la guerre contre la France révolutionnaire se transformait en lutte contre le plus grand génie militaire de l’époque, on avait besoin d’appliquer une gestion efficace aux affaires de l’État. En outre, comme d’ailleurs en France, les historiens commençaient à demander l’accès aux documents originaux.

2Une des premières mesures du gouvernement révolutionnaire de la France établit les Archives nationales. Le fait qu’à peine dix ans plus tard le gouvernement britannique — pour qui la France présentait une menace politique et militaire des plus inquiétantes — ait adopté une démarche semblable laisse supposer que le besoin d’accès pour des raisons historiques et littéraires jouait également un rôle, moins évident peut-être, mais qui transcendait toute frontière.

  • 1 Cette commission publia plusieurs rapports entre 1800 et 1836, mais c’est celui de 1812 qui fourni (...)
  • 2 Report from the Commissioners...to execute the Measures Recommended...respecting the Public Record (...)

3La commission établie en 1800 acheva l’essentiel de son travail douze ans plus tard. Le rapport de ses activités, qui parut en 1812, est un document extraordinaire1. C’est une espèce de répertoire des fonds d’intérêt public qui se trouvaient alors dans les bureaux, les ministères, les cathédrales, les universités, la Tour de Londres et dans les organismes privés. La Commission déclara tout de même que « Les documents publics du royaume se trouvent en maints bureaux ni classés, ni décrits, ni authentifiés ; beaucoup d’entre eux risquent d’être changés ou faussés ; ils se trouvent dans des bâtiments incommodes et peu sûrs, et il serait avantageux au service public que ces documents fussent catalogués et que quelques-uns des plus anciens et des plus précieux fussent imprimés2 ».

  • 3 Ibid.
  • 4 First Report from the Select Committee appointed to enquire into the Public Records of the Kingdom (...)

4La Commission ajouta : « Nos histoires générales témoignent abondamment de l’ignorance de l’existence et du contenu de nos archives publiques3 ». Mais l’accent reste mis sur l’aspect administratif et il n’est pas question de l’établissement d’un service national d’archives. On parle du besoin d’établir un cadastre (on devait attendre encore 180 ans en Angleterre, alors qu’il existait déjà en Ecosse depuis deux siècles), on parle du besoin de payer les responsables des archives, on parle même de la bonne gestion des archives, et du besoin d’éliminer « les documents dont la préservation serait inutile ou incommode4 ». On parle de l’humidité, des vols, des destructions ; on ne parle que rarement de l’histoire du pays, jamais de sa mémoire, jamais des questions plus philosophiques comme la démocratie ou les droits du citoyen et jamais d’un service commun aux besoins archivistiques de tous les ministères et de tous les services publics de l’État.

5Ce début porta finalement des fruits, mais il fallut attendre encore un quart de siècle l’établissement en Angleterre d’un service national d’archives, et, quand ce service fut enfin établi, ses fonctions se bornaient très précisément aux archives créées par l’État. Le Public Record Office en Angleterre remplit aujourd’hui toutes les fonctions habituelles d’un service national d’archives pour l’Angleterre et pour le Royaume-Uni en tant que tel, mais ses responsabilités ne vont pas au-delà des documents publics selon la définition encore assez restreinte qu’on entrevoit dans le rapport de la Commission de 1800.

6Le titre que j’ai donné à cette contribution à votre colloque — Un pays, deux traditions — se justifie par la façon dont l’Angleterre et l’Ecosse réagirent, chacune à sa manière, aux initiatives prises en 1800. A vrai dire, la Commission de 1800, quoique établie par le gouvernement britannique, eut pour objet de mettre de l’ordre dans les affaires archivistiques de l’Angleterre. Car, pour des raisons tout aussi légales et juridiques que celles qui semblent avoir poussé les Anglais à la réorganisation de leurs archives, les Ecossais avaient déjà en 1800 un mode de gestion des archives de l’État de cette partie du royaume qui, sans être un service d’archives dans le sens moderne, n’en était pas très éloigné et pouvait déjà servir aux besoins d’administrateurs en tout genre et même à ceux des historiens.

7L’Angleterre a aujourd’hui, et avait en 1800, une population presque dix fois supérieure à celle de l’Ecosse et une superficie trois fois plus étendue. La centralisation était difficile, voire impossible. En outre, chaque ministère, chaque organisme du gouvernement était assez grand pour avoir les moyens et, faute d’autres possibilités, la nécessité de s’occuper indépendamment de la gestion de ses propres archives. Il va sans dire que cette gestion se faisait selon des principes fort variables, et comme ceux qui ne travaillaient pas dans le ministère ne venaient presque jamais troubler les responsables de l’archivage ou de la documentation du ministère, il n’y avait pas la moindre obligation entre fonctionnaires d’état de coordonner les façons de faire. Quant aux administrations locales en Angleterre, on y voit presque la même situation. Le roi Henri II, au XIIe siècle, essaya d’imposer une certaine uniformité administrative dans les comtés. Mais la maladresse de ses fils, surtout celle du roi Jean, et les guerres — celle de Cent ans et les guerres civiles du XVe siècle — empêchèrent l’établissement d’une administration vraiment centralisée. A l’exception de l’administration judiciaire qui, et seulement au plus haut niveau, relevait de Londres (et dont les archives depuis le XIIIe siècle commençaient à être réunies à Westminster), il n’existait guère de service public local dont la direction n’était pas également locale et dont, bien entendu, les archives, si elles ont survécu jusqu’à aujourd’hui, ne se trouvent pas dans les archives locales.

8Une centralisation administrative aurait été d’ailleurs très difficile à appliquer en Angleterre pour des raisons pratiques. Les communications avant l’ère des chemins de fer étaient lentes et hasardeuses, surtout entre Londres et les comtés du centre et de l’ouest du pays. En outre, comme aucun ministère de Londres n’avait la responsabilité de la collecte ou de la sécurité de documents autres que ceux relatifs à ses propres activités, les comtés étaient obligés de garder leurs archives sur place.

9La Commission de 1800, tout en reconnaissant l’importance des archives conservées ailleurs qu’à Londres, ne prenait vraiment en considération que celles produites dans les ministères ou les services de l’État. Il en résulta que la définition fort restreinte de « document public » en Angleterre (et je dis bien Angleterre) n’inclut pas les documents produits par un service local ou régional, encore moins ceux d’origine publique mais détenus par des particuliers. La Commission n’était pas chargée de l’inspection des archives et collections des particuliers — les membres de la Commission étaient eux-mêmes détenteurs d’importants fonds d’archives. C’est pourquoi les documents publics qui se trouvaient, et se trouvent encore pour des raisons parfaitement légitimes, dans les grands fonds familiaux, ne sont jamais devenus des « documents publics » dans le sens technique, ni n’ont jamais été placés sous la responsabilité du service national d’archives. La richesse actuelle des archives locales en Angleterre et le fait qu’elles contiennent de nombreux documents publics (par exemple la série importante des rouleaux de l’Échiquier médiéval qui se trouve dans les archives de Northamptonshire provenant de la famille des Mildmay) sont un lointain résultat du mandat assez limité et des recommandations minimales de la Commission.

10Ce pragmatisme anglais, ce désir de ne changer que ce qui avait un besoin incontournable d’amélioration, eut le résultat que l’on pouvait attendre — très peu de chose. Mais on commençait tout de même à parler des archives. On regardait avec une certaine envie la façon écossaise de gérer les archives de cette partie du royaume et on se rendait compte que les besoins de la bonne administration n’étaient pas bien servis par un service d’archives trop dispersé.

11Cependant, l’horreur dans la classe gouvernante anglaise pour tout ce qui venait de la France révolutionnaire entretint pendant presque trente ans le conservatisme inné de l’Anglais moyen. Les droits de l’homme ne le tentaient pas. Par contre l’utilitarisme — le plus grand bien pour le plus grand nombre — devenait une doctrine essentielle dans un pays où les effets d’une industrialisation très rapide se faisaient sentir de plus en plus. Les années 1820 et 1830 furent marquées par une législation de tendance relativement libérale en matière de code pénal, d’usines, de syndicats, de catholiques, d’administration municipale et de droit de vote. On commença également à réfléchir de nouveau sur les archives.

  • 5 Comme le Register of Deeds il existe encore aujourd’hui.

12Je laisse là pour l’instant les archives d’Angleterre pour parler de celles de l’Écosse. En Écosse, la situation était tout autre. Petit pays, pauvre avant le XIXe siècle, mais avec de bonnes communications — toutes les villes importantes se trouvent au bord de la mer ou à très courte distance de la capitale — et doté d’un centre administratif à Édimbourg qui a su s’imposer aux administrations locales, l’Écosse était le pays par excellence de la centralisation. Dès 1469, le parlement accepta le principe selon lequel par mesure de sécurité il serait permis de transcrire dans des registres les documents détenus par le roi, ces registres fournissant les textes de référence en cas de contentieux. Peu à peu on s’habitua à l’utilisation de tels registres. A partir de 1303, le dépôt chez le roi des registres personnels des notaires devint, sinon une obligation légale, au moins une habitude régulière. En 1554, on établit le Register of Deeds — registre des actes privés dans lequel on faisait inscrire tout acte pouvant servir de preuve. En 1617, on établit le Register of Sasines, qui est en quelque sorte le cadastre national5. Tout le monde était obligé d’inscrire dans le Register of Sasines tout acte relatif à la propriété immobilière et le contenu de ce registre, communicable dès sa création, est aujourd’hui le fonds le plus important pour l’histoire sociale et économique de l’Écosse.

13Cependant, pour que le système des registres fonctionnât efficacement, on avait d’abord besoin de locaux à Edimbourg dans lesquels on pourrait les emmagasiner et ensuite d’un cadre législatif pour assurer l’entretien de ces locaux et le versement régulier des actes établis hors d’Edimbourg afin qu’ils y soient copiés. La première « Register House », pour ainsi dire le premier bâtiment d’archives nationales, fut construite sur le rocher du château d’Edimbourg entre 1540 et 1542, et l’importance de ce système de registres se retrouve dans le nom de « Register House », nom du bâtiment principal du service d’archives national actuel.

14Croire que tout cela se passait avec efficacité et dans un esprit de bonne volonté nationale serait exagéré. Les tribunaux régionaux, responsables d’abord du simple versement des actes, mais ensuite de la garde et du versement d’une quantité croissante de documents de toutes espèces, ne fonctionnaient pas toujours d’une façon irréprochable. Les lois de 1662, de 1685, de 1809 et finalement celle de 1937 sur les Archives nationales (la loi actuelle, encore en vigueur) reprennent chacune le thème de la mauvaise gestion des archives dans les locaux des tribunaux et de l’obligation du versement régulier à Register House, à Edimbourg, des archives créées localement. Le rôle des tribunaux atteste l’origine judiciaire du service d’archives tandis que la loi de 1937 sur les archives reconnaît l’importance primordiale des documents de source judiciaire.

15En outre, alors que la Commission de 1800 commençait à publier les résultats de son travail et que l’évidence du désordre archivistique à Londres devenait trop voyante, les Écossais prétendaient qu’il existait déjà en Écosse le principe de la séparation des pouvoirs : l’administration qui produisait des archives devait les verser à un service d’archives central, et le plus tôt possible, pour éviter les risques de perte ou de falsification des documents embarrassants.

16Cette centralisation a eu plusieurs conséquences. En premier lieu, la responsabilité des archives fut clairement l’affaire de l’État ; ensuite on put démontrer que tout document d’archives de caractère public provenant d’une administration qui n’était plus en activité, appartenait de ce fait à l’État ; et finalement, avant le dernier quart du XXe siècle, il n’y eut pas la moindre tendance à établir dans les comtés d’Ecosse de service d’archives local. Le service central en Écosse, en revanche, avait un rôle important dans l’administration quotidienne du pays. On avait besoin d’accéder aux registres, et donc besoin de locaux et d’un personnel appropriés. Ce furent justement les besoins administratifs qui avaient conduit à la construction entre 1774 et 1789 de la Register House actuelle, et ce bâtiment qui est beau, commode et parfaitement adapté à ses fonctions archivistiques, a rendu possible depuis sa construction cette centralisation voulue par la loi.

17Il y a une autre distinction à faire entre les archives d’Ecosse et celles d’Angleterre. Les archives d’Angleterre n’ont jamais été mises en danger, elles n’ont jamais subi les bouleversements et les destructions qui ont été le lot de presque toutes les archives nationales d’Europe. Il en résulte que l’idée que leurs archives sont un symbole de leur nationalité ne vient pas naturellement à l’esprit des Anglais. En revanche, les Anglais se sont rendu compte de l’importance des archives comme symbole de la nationalité d’autres pays. La destruction des archives nationales de l’Irlande en 1922 fut peut-être un accident, mais l’enlèvement pour la première fois en 1296, puis de nouveau en 1651, des archives nationales d’Ecosse, suivi chaque fois par de graves pertes, fut un acte délibéré, une tentative d’anéantissement du pays. C’est pourquoi la loi du parlement écossais qui adopta le traité d’union entre l’Ecosse et l’Angleterre en 1707 stipule que les archives d’Ecosse ne pourront jamais être emportées hors du pays. Cette sensibilité envers leurs archives, si elle ne s’est pas toujours traduite chez les Ecossais par une bonne administration de ces archives, indique au moins une certaine conscience de leur importance. Elles sont devenues une sorte d’attribut de la souveraineté pour employer l’expression de M. Bercé.

18La Commission de 1800 avait pour mandat d’examiner les archives d’Ecosse et d’Angleterre, mais elle savait très bien qu’entre les deux pays il y avait en ce domaine de grandes différences, qu’elle n’essaya pas de réduire. Dans son rapport, elle exposa la situation des archives du Royaume Uni telle qu’elle était et elle encouragea les responsables des archives à faire ce qu’ils pouvaient pour leur bonne conservation. Quel en fut le résultat ?

  • 6 Report of the Select Committee...to enquire into the...Record Commission, 1836, p. XXXIX.

19En Angleterre, les travaux de la Commission, comme je l’ai dit, n’eurent pas de résultats très évidents, d’abord parce que, ayant exposé les problèmes, la Commission ne se crut pas obligée de proposer des solutions ni de prévoir le financement nécessaire à l’établissement d’un service national d’archives. Par contre, une commission parlementaire, créée en 1836 pour inspecter les activités de la Commission, se pencha de nouveau sur la question des archives et trouva que celles-ci étaient toujours dispersées dans les ministères, départements et bureaux de toutes espèces, sous la garde d’une « foule de conservateurs imparfaitement responsables6 », et il recommanda la construction d’urgence d’un bâtiment pour les archives nationales à l’instar de celui d’Ecosse. Cette fois l’action suivit presque aussitôt. Le service national d’archives fut établi en 1838 autour de la Rolls Chapel à Chancery Lane, et le grand bâtiment néo-gothique, que le Public Record Office ne quitta qu’en 1997, fut achevé une vingtaine d’années plus tard.

20Mais il y avait une autre difficulté. On proposa une séparation entre « state papers » et « records », c’est-à-dire entre les grands documents historiques et les archives à valeur probatoire. Les « state papers » seraient déposés au Département des Manuscrits du British Museum, donc à la Bibliothèque nationale, tandis que les « records » resteraient dans les Archives. Ce fut la dernière tentative des pragmatistes pour garder la distinction entre ce qui était historique et ce qui était d’importance administrative, et donc pour préserver quelques éléments du chaos archivistique auquel ils étaient habitués. Encore aujourd’hui, le vocabulaire archivistique anglais emploie les deux mots « archives » et « records ». Pour l’archiviste ils veulent dire plus ou moins la même chose. Pour le public les « archives » sont choses historiques tandis que les « records » sont choses utiles. Sans commentaire.

  • 7 Expression employée alors pour ce qui deviendrait le Public Record Office.
  • 8 Public Record Office, P.R.O. 2/85.

21Heureusement cette proposition de partage des archives du pays fut fortement contestée. Sir Francis Palgrave, le premier directeur du Public Record Office précisa : « Si les soi-disant state papers sont séparés des soi-disant records, et si ceux-là sont confiés au Musée et ceux-ci au dépôt général7, nous détruirons entièrement le caractère unitaire qui devrait marquer le grand dépôt de nos archives nationales8. » Sir Francis Palgrave en soutenant le principe, avant le mot, du respect des fonds eut gain de cause et le Public Record Office obtint le droit de recevoir les versements de tous les documents publics produits par l’État, mais non ceux des documents produits par les comtés ou le gouvernement local. Au XIXe siècle, la législation britannique tendait à mettre l’accent sur ce qu’il était permis de faire, plutôt que sur ce que l’on était obligé de faire. Les comtés montrèrent peu de zèle à appliquer une législation qu’ils considéraient comme une ingérence, comme une atteinte à leur indépendance.

22Comme je l’ai déjà dit, la définition anglaise du document public est plutôt restreinte et le Public Record Office fut ainsi établi sur une base assez circonscrite. Ainsi, les documents produits par l’État dans ses activités administratives sont déposés au Public Record Office, mais si on cherche, par exemple, les fonds d’archives des grands hommes d’État, c’est chez leurs descendants, à la British Library, dans les archives locales ou dans les collections universitaires qu’on les trouve. Le Public Record Office n’a aucune responsabilité en matière d’archives privées ou universitaires, ni, sauf dans certains cas très spécifiques, en matière d’archives locales.

23En fait, malgré les problèmes révélés par la Commission de 1800, le désir de changer le moins possible, de ne corriger que les abus évidents, de ne pas refaire ce qui semblait fonctionner convenablement et certainement pas de tout reconstruire de fond en comble produisit le Public Record Office actuel.

24L’Écosse avait déjà trois avantages : d’abord elle possédait un beau bâtiment d’archives qui venait d’être achevé et qui rendait possible la centralisation, principe fondamental de la gestion des archives écossaises. Puis elle bénéficiait de l’appui de Lord Frederick Campbell, haut fonctionnaire qui, de 1768 à 1816, eut la responsabilité d’assurer la bonne administration archivistique du pays. Ce fut lui qui trouva le financement nécessaire pour la construction de Register House ; ce fut lui aussi qui représenta l’Ecosse dans la Commission de 1800 et qui sut mettre en œuvre ses recommandations.

  • 9 Recommandations qui pour l’Écosse portaient plutôt sur le détail de l’administration des archives (...)
  • 10 « Considérant que les lois conçues jusqu’ici sur la réglementation de la préservation et de la séc (...)

25Enfin, on put trouver un vrai archiviste. Une trentaine d’années plus tôt, en 1777, William Robertson devint Depute Clerk Register (c’est-à-dire archiviste national). Il n’était pas payé par l’État et son revenu lui venait des contributions qu’il pouvait demander aux chercheurs et aux personnes qui avaient besoin d’accéder aux documents pour des raisons administratives ou judiciaires. Comme l’inventaire des archives n’existait que dans sa tête et qu’il était de ce fait l’intermédiaire essentiel entre le chercheur et le document, il vivait fort bien. C’était un excellent historien, mais le système ne pouvait pas durer. En juin 1806, après la mort de Robertson, Lord Frederick Campbell nomma Thomas Thomson à sa place, en lui assurant 500 £ par an, salaire énorme à l’époque. Campbell avait bien choisi. Thomson, premier archiviste dans le sens moderne en Écosse, se mit tout de suite au travail. Il reconnut l’importance des travaux de la Commission de 1800 et, prenant comme point de départ son premier rapport qui parut en septembre 1806, il soumit dès avril 1807 au parlement ses propres idées sur ce qui devrait se passer en Écosse. Il retint chaque recommandation de la Commission9 et proposa les changements nécessaires pour les appliquer. La loi de 1809 sur les archives de l’Ecosse est imprégnée des idées de Thomson. Cette loi, dont le préambule est une formulation précise du principe de la centralisation10, mit en place le système qui existe sans grand changement encore aujourd’hui.

26Ainsi, la Commission de 1800, qui visait sinon à révolutionner la direction des archives au Royaume-Uni du moins à la transformer radicalement et à l’améliorer, servit plutôt à conforter les tendances existant dans les deux parties du royaume.

  • 11 Report into the Public Records, 1837.

27Il n’y avait qu’une exception, un point sur lequel l’Ecosse et l’Angleterre étaient parfaitement d’accord. Si les besoins des historiens n’apparaissent pas en évidence parmi les recommandations de la Commission, ils ne sont pas complètement négligés. La Commission envisageait la possibilité d’imprimer les plus importants documents historiques. Entre 1704 et 1735 les vingt tomes des « Foedera » de Thomas Rymer furent imprimés. Cette collection de traités et d’autres documents d’importance internationale servait d’exemple et le rapport final de la Commission fit démarrer une série de publications de documents et de fonds entiers, en Écosse et en Angleterre, qui peu à peu offrit aux historiens les outils dont ils avaient besoin pour une meilleure compréhension du passé. En 1837, à la suite de plusieurs désastres dont le plus spectaculaire fut l’incendie qui détruisit en 1834 la Chambre des Communes médiévale, un nouveau rapport sur les archives du pays déclara : « Nous considérons que l’impression est à la fois la seule façon parfaitement sûre de conserver l’information contenue dans les archives nationales et le seul moyen par lequel cette information peut être diffusée au-delà d’un cercle de chercheurs très limité11. » Cette idée a fait fortune et, en substituant le microfilmage ou la numérisation à l’impression, elle est très vigoureuse aujourd’hui encore.

28Dans l’avant-propos où M. Bercé évoque avec tant d’éloquence le sujet de ce colloque, il parle de la tradition historique et de la prétention de mémoire de chaque instance nationale au XIXe siècle et il présente la constitution d’archives nationales comme un enjeu politique puissant. Si en Grande-Bretagne de telles idées avaient leur place dans l’esprit de ceux qui à cette époque avaient la responsabilité des archives, elles n’étaient jamais formulées en recommandation, encore moins en principe. Aujourd’hui encore, l’appui que peuvent apporter les archives à la bonne administration est toujours un meilleur argument que leur valeur culturelle ou historique quand on veut persuader le ministère de leur offrir un nouveau bâtiment ou une augmentation de crédits. C’est pourquoi sans doute les archives en Grande-Bretagne ne se trouvent pas placées sous la tutelle d’un ministère de la Culture, mais sous celle du ministère de la Justice en Angleterre et sous celle du secrétariat général du gouvernement écossais en Écosse.

29Si au XIXe siècle il y avait une idée politique dominante en Grande-Bretagne, c’était l’efficacité. Cette idée s’appliquait autant aux archives qu’aux autres responsabilités du gouvernement. Si elle a produit des résultats très différents en Ecosse et en Angleterre dans le domaine des archives, et si cette politique archivistique est d’inspiration plutôt pratique qu’intellectuelle, elle a néanmoins poussé la gestion des archives et l’administration des services d’archives dans le même sens que les politiques de l’Europe continentale. Nous sommes arrivés plus ou moins au même endroit, mais par des chemins différents.

Notes

1 Cette commission publia plusieurs rapports entre 1800 et 1836, mais c’est celui de 1812 qui fournit un compte rendu de l’état archivistique du Royaume-Uni.

2 Report from the Commissioners...to execute the Measures Recommended...respecting the Public Records of the Kingdom, 1812, p. 1.

3 Ibid.

4 First Report from the Select Committee appointed to enquire into the Public Records of the Kingdom, 1800, p. 7.

5 Comme le Register of Deeds il existe encore aujourd’hui.

6 Report of the Select Committee...to enquire into the...Record Commission, 1836, p. XXXIX.

7 Expression employée alors pour ce qui deviendrait le Public Record Office.

8 Public Record Office, P.R.O. 2/85.

9 Recommandations qui pour l’Écosse portaient plutôt sur le détail de l’administration des archives que sur les grands principes professionnels.

10 « Considérant que les lois conçues jusqu’ici sur la réglementation de la préservation et de la sécurité des archives publiques, et en particulier de celles qui se trouvent dans les dépôts locaux à travers l’Ecosse, n’ont pas été trouvées efficaces ; et qu’il est d’importance capitale que tous les documents publics qui se trouvent dans cette partie du Royaume-Uni soient placés sous un seul régime général et efficace de direction et de contrôle... » (Public Records (Scotland) Act, 1809).

11 Report into the Public Records, 1837.

Auteur

Directeur honoraire des Archives nationales d’Écosse.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540