Version classiqueVersion mobile

Archives et nations dans l’Europe du XIXe siècle

 | 
Bruno Delmas
, 
Christine Nougaret

Introduction

Pierre Nora

Texte intégral

1Bien que me sentant tout à fait indigne d’ouvrir l’ensemble de vos réflexions, je n’ai pas cru devoir refuser l’honneur qui m’était ainsi proposé par Yves-Marie Bercé que je remercie beaucoup. Le rapport entre l’État, la Nation et les Archives appelait une petite introduction générale que je vais essayer, très rapidement, en une demi-heure, d’esquisser devant les spécialistes que vous êtes.

2La vérité, c’est qu’il y a bien un modèle archivistique français qui a fait le tour du monde et possède un certain nombre de caractères spécifiques, comme le respect des fonds. La question qui se pose est de savoir, dans ce modèle et dans le mouvement archivistique, quel rôle a pu jouer l’idée nationale. Pour essayer de répondre à une question aussi vaste et ne donner que quelques repères, je me concentrerai sur deux moments d’étroite intimité : autant dire la Révolution et la fin du XIXe siècle. La Révolution, qui voit les archives se faire nationales, et la fin du XIXe siècle, qui voit l’histoire nationale se faire elle-même archivistique.

3Prendre ce parti, c’est en fait sauter à pieds joints au-dessus du vrai sujet, puisque c’est dans les années 1820-1848 que va véritablement se nouer, par l’histoire nationale, le recours à l’archive. Le passage d’une histoire de type narratif à l’histoire de type archivistique est le cœur du sujet. Il s’opère à partir de 1821 et 1829, création et recréation de l’école des Chartes, puis, dans les années trente, avec l’œuvre de Guizot et la Société d’histoire de France ou le Comité des travaux historiques. Si j’ai pris ce parti, c’est qu’il y a eu, vous vous en souvenez, en 1985, un grand colloque sur « Le temps où l’histoire se fit science » pour le cent cinquantième anniversaire de la création de la Société d’histoire de France et du Comité des travaux historiques, qui s’est tenu à l’Institut et qui a fait pleine lumière sur ce moment capital.

4Le libellé de notre sujet renvoie obligatoirement à la création même d’archives nationales et donc aux trois décrets du 7 septembre quatre-vingt-dix qui créent véritablement les Archives, à la loi du 7 messidor an II qui les organise et à la loi du 5 brumaire an V qui fait un début d’archives départementales.

5Les archives publiques françaises, sous la forme qu’elles gardent encore aujourd’hui, se présentent comme un legs de cette création révolutionnaire mais, chacun le sait, la contribution de la Révolution à l’archivistique publique demeure profondément ambiguë. En un sens, elle est évidemment capitale, puisque c’est la Révolution qui a fondé la notion même d’archive, une société traditionnelle comme celle de l’Ancien Régime ne connaissant que des dépôts d’actes et ignorant, par définition, les papiers inutiles ou les documents de type archivistique puisque aucun ne se trouvait, par définition, périmé. Ce n’était pas l’authenticité qui fondait l’autorité des documents, puisque celle-ci était garantie par l’autorité détentrice de ces documents, mais l’antiquité des documents qui garantissait des droits.

6Sans doute, évidemment, les érudits, les savants de toute nature se communiquaient-ils entre eux des pièces arrachées à l’ombre de l’Église ou de l’État. Il n’en demeure pas moins que la communication des sources était toujours considérée par ceux qui voulaient les utiliser à titre historique, dans la France classique, comme une faveur spéciale accordée à titre individuel, et l’on sait les difficultés que des savants tels que Mabillon ont pu avoir pour obtenir certains des papiers dont ils avaient besoin.

7Théoriquement, l’Ancien Régime ne pouvait donc connaître que des dépôts d’actes comme, au mieux, celui qu’avait réalisé l’illustre Jacob Nicolas Moreau à la fin du XVIIIe siècle. Pas d’Archives, donc, sans nuit du 4 août, qui trouve le temps d’élire un archiviste, Camus, lequel fait des Archives nationales les archives centrales de l’État à partir de l’utilisation des papiers mêmes de l’Assemblée constituante. Bientôt, dans cet hôtel qui lui est accordé, il réunit les cinq dépôts dispersés de Paris, des Finances, du Royaume, à quoi s’ajoute, jusqu’en 1793, l’ensemble des papiers liés à la formation des biens nationaux.

8C’est évidemment l’ampleur, le caractère systématique et bientôt frénétique du plan élaboré dans ces quelques années créatrices et formatrices s’étendant tout d’un coup à toutes les archives de tout un régime politique, féodal, religieux qui transforment la notion même d’Archives d’État en Archives de la Nation. D’autant que, outre les Archives nationales à Paris, la Révolution a constitué des dépôts d’archives théoriques dans chacun des départements et dans chacune des communes, mesure sans laquelle les lois de 1838 ou de 1841 sur l’organisation des archives départementales n’auraient eu aucun véritable effet.

9Enfin et surtout, la Révolution a proclamé un principe fondamental, c’est que les archives, appartenant à la Nation, sont théoriquement à la disposition de tous les citoyens. Le principe est évidemment capital, fondateur du principe même des archives de type national ; mais, chacun le sait, il ne doit pas faire illusion, pas plus que la notion d’archives publiques ne doit tromper ; la notion est ambiguë elle aussi, elle ne renvoie nullement à l’utilisation publique des documents, elle renvoie à la bureaucratisation progressive de la monarchie française depuis Philippe le Bel jusqu’au couronnement centralisateur de Napoléon.

10On peut dire que là, le mouvement de centralisation, qui est certainement pionnier, est cependant parallèle à plusieurs mouvements de type européen que vous aurez peut-être l’occasion d’évoquer comme eux aussi fondateurs : celui, par exemple, dont Charles Quint avait fourni le modèle avec les archives de Simancas ou, semblablement en 1568, au milieu du XVIe siècle, le principe de l’enregistrement du Trésor des chartes. Commence aussi la domiciliation dans ce qui va devenir les archives des secrétaireries d’État, un début d’habitude qui se précisera sous Richelieu de conserver les archives à la Chancellerie puis dans les secrétariats d’État. C’est seulement à la fin du XVIIe siècle, au début du XVIIIe que l’on va commencer à saisir à leur mort les archives des grands serviteurs de l’État. Nouvelle et vaste phase de concentration des archives publiques que Marie-Thérèse d’Autriche va impulser par la création de la Haus-, Hof- und Staatsarchiv qui est, en quelque sorte, le modèle de l’Europe des Lumières.

11En ce sens, on peut dire que la Révolution française ne fait que représenter la troisième vague de concentration des archives publiques européennes et monarchiques formées autour du noyau des papiers de l’Assemblée constituante, ici même à l’Hôtel de Soubise. La Révolution, donc, non seulement ne constitue pas la coupure décisive entre une conception traditionnelle des archives et une conception nouvelle mais, comme l’a montré depuis longtemps Robert-Henri Bautier, elle représente même, en un sens, le couronnement de la tradition. Le principe de la publicité des archives était certainement dans la droite ligne du passage de la légitimité monarchique à la souveraineté nationale, mais elle ne signifiait nullement l’abandon d’une prérogative d’État.

12C’est donc seulement à partir des années 1830-1840 que les choses vont évoluer. Avec la création, disais-je, de l’Ecole des Chartes et le travail d’hommes comme Benjamin Guérard et tous ceux qui, autour de lui, ont cherché à établir la spécificité et l’authenticité du document d’archives. Avec, parallèlement, la volonté d’une génération d’historiens formés sur le tas, comme Augustin Thierry, qui ont véritablement voulu fonder l’histoire nationale encore inexistante sur le culte du document d’époque. C’est alors que, progressivement, et je dirais partiellement, s’est opérée la rencontre du mouvement archivistique et de l’histoire nationale. Les deux mouvements étaient jusque là totalement séparés entre un art antiquaire dans les sociétés savantes ou dans les académies et un type d’histoire philosophique qui avait pu se développer au XVIIIe siècle en particulier. Il a fallu vraiment que, d’arsenal de l’autorité, les archives deviennent, comme le dit Bautier, le laboratoire de l’histoire nationale pour que se transforme le lien profond entre les archives et la nation.

13Ce mouvement a pris du temps, et c’est le dernier tiers du XIXe siècle qui a opéré une osmose, dirais-je, plutôt qu’une véritable symbiose. La soudure, le contrat entre l’histoire et l’archive, on en situerait évidemment la charte fondatrice la plus symbolique et la plus éclatante dans le fameux éditorial de Gabriel Monod au numéro un de la Revue Historique en 1876. C’est un texte tellement connu et si souvent commenté que chacun d’entre vous doit le connaître par cœur. Il est donc inutile de s’appesantir sur la généalogie érudite que le fondateur de l’école méthodique et critique donne à l’histoire nationale, dont il exhume la mémoire et restitue les chaînons : depuis les pionniers du XVIe siècle, comme Claude Vignier ou Claude Fauchet, jusqu’à l’Académie des inscriptions et belles-lettres en passant par l’historiographie royale et surtout ecclésiastique, celle des Jésuites, Oratoriens et Bénédictins de Saint-Maur.

14C’est pourquoi, dans les quelques minutes qui restent, mieux vaut se contenter de souligner les caractères originaux de cette osmose, les conditions dans lesquelles elle s’opère et ses principales conséquences.

15Le trait le plus original de cette espèce de mariage, des noces de l’archive et de la Nation, c’est précisément le caractère foncièrement patriotique que représentait la discipline de la méthode critique où le mot « méthode », qui impliquait une humble soumission à l’archive, est vraiment au cœur de l’idée nationale.

16L’archive a ramené pour commencer l’historiographie nationale vers un centre de gravité médiéval, et cela pendant très longtemps. Mais il y a, je crois, beaucoup plus : la science du texte, l’histoire qui s’opère à travers la soumission aux documents, la discipline même de l’archive ont eu quelque chose d’ascétique, de monacal, de militaire, je dirais presque de sacrificiel. Il y a, si j’ose dire, un patriotisme de l’archive, un civisme de la discipline archivistique qui a fait des archives l’autel de la Nation, et du travail archivistique l’exercice même du culte de la Nation. Cette sévère discipline que l’archive a pu représenter et que Gabriel Monod offrait à la jeunesse de France était au fond l’application du programme de Renan pour le salut intellectuel et moral de la France.

17Cela dit, il faut bien prendre la mesure de la mémoire documentaire qu’a pu sédimenter en quelques années ce culte de l’archive et de la Nation. Je n’y insisterai pas devant des spécialistes comme vous, mais il faut simplement rappeler que c’est dans ces dix, quinze dernières années de la fin du siècle que s’élaborent :

  • d’une part, les grandes séries de publications documentaires dans le cadre du Comité des travaux historiques, comme le recueil des chartes et diplômes de Giry ou comme les procès-verbaux du Comité de salut public et du Comité d’instruction publique ;
  • d’autre part, les grands travaux de catalogage, à la suite de ce qu’avait fait pour la Bibliothèque nationale Léopold Delisle, comme la Bibliographie de la France de Monod en 1888, qui représente déjà environ 4 500 titres, et qui va progressivement donner les Sources de l’histoire de France de Molinier, dont les deux cents premières pages constituent véritablement une introduction à cette histoire nationale archivistique, ou bien le recueil de Robert de Lasteyrie sur les sociétés savantes.

18Et puis, bibliographie de la bibliographie, c’est à ce moment-là que les grands répertoires se créent, comme ceux de Langlois et de Stein, que vous connaissez bien évidemment en usuel, ou ceux de Xavier Charmes.

19Indépendamment de cette couche d’histoire assise sur la discipline archivistique, la deuxième des conditions de cette intimité archivistique et nationale, c’est, évidemment, le moment français, l’après-guerre de soixante-dix, avec ce qu’il comportait de fondamental dans la transformation de la symbolique nationale, qui impliquait un recours à l’histoire.

20C’est que le moment de notre histoire nationale, tel que Lavisse peut en représenter le symbole, va consister dans une volonté de recoudre les deux morceaux de l’histoire de la France et de refaire avec l’Ancien Régime une synthèse de forme nationale et républicaine. Or, en même temps que cette longue durée historique récupérée, la définition nationale va se cristalliser dans une rivalité profonde avec l’Allemagne. Comme si, d’une certaine façon, se refermaient les deux moitiés historiques de la France, mais que se cristallisaient les deux types de nations que pouvaient représenter l’Allemagne d’un côté et l’idée de la France nationale de l’autre. Il y a là, je crois, un profond déplacement de la frontière mentale et même de la frontière géographique. D’une certaine façon, la frontière mentale du temps historique français s’efface et la frontière géographique et idéologique qui sépare deux types de nations se durcit.

21Le troisième trait que je voudrais essayer, pour terminer, de souligner et qui est probablement le plus important, ce sont les conséquences pour la production de l’histoire et pour son mode de développement de cette union intime de l’archive et de la nation. Il y en a, pour dire vite, trois principales : l’une matérielle, la deuxième idéologique et la troisième méthodologique.

22La première, la conséquence matérielle, c’est que le simple recours à l’archive a provoqué immédiatement un formidable épanouissement de la production historique. Le passage d’une histoire de type narratif à une histoire de type archivistique implique un changement de régime énergétique de l’histoire. La production française de l’histoire fondée sur l’archive amène sa démultiplication immédiate, puisqu’elle débouche sur une diversification infinie de la recherche possible, sur le caractère éternellement non exhaustif et insondable de la production historienne. On peut la saisir à travers, tout simplement, le nombre des thèses réalisées pendant ces années-là. Un seul volume du répertoire des thèses de Mourrier et Deltour suffit, 300 pages à peine, pour toutes les thèses françaises soutenues de 1800 à 1875. Et puis, entre 1875 et 1890, il faut un volume de 650 pages pour quinze ans. Et puis, tout d’un coup, de 1895 à 1902, cette fois en sept ans, il faut de nouveau un volume de 800 pages et puis, à partir de 1902, il faut recourir au volume annuel. En quelques années, on est passé du moulin à vent au moulin à vapeur.

23La deuxième des conséquences d’ordre, cette fois, idéologico-philosophique, c’est que l’alliance de l’archive et de l’idée nationale a mis fin à l’antagonisme traditionnel de l’érudition et de la littérature. C’est le thème même de l’éditorial de Monod. Entre l’ars antiquaria et l’histoire philosophique, c’est la réunion des deux qui se fait sous le signe de l’histoire nationale et qui va impliquer l’organisation du travail historique autour du récit de la geste nationale, fondée sur un enchaînement de faits bien établis qui ne prennent leur signification qu’à travers une téléologie nationale, une saga nationale, un roman national. C’est le thème unificateur du récit que va représenter la Nation et qui va faire du noyau archivistique l’élément central de son déterminisme. Il faut que le particulier que livre l’archive prenne un sens général à travers une conception de la Nation. Il faut que le fait unique soit inséré dans un déterminisme d’ensemble pour qu’il prenne son sens et c’est la condition pour que, si j’ose dire, le singulier de l’archive débouche sur l’universel de l’histoire. C’est là que le vrai sens du mariage entre l’histoire et la Nation va s’opérer, mariage qui va, comme vous le savez, donner beaucoup d’enfants.

24La troisième des conséquences à noter de ce dispositif d’alliance entre l’histoire nationale et l’archive, c’est le type même d’histoire qui va être écrite. La longue sédimentation des archives étatiques va laisser une priorité étatique à l’histoire nationale pendant très longtemps, parce que le stock énorme qu’elle offrait à l’histoire nationale lui donnait un tel grain à moudre et pendant tant d’années que cela explique assez que l’histoire de type méthodique et critique se soit, pendant si longtemps, focalisée sur une histoire de l’État.

25Voilà quelques-uns des traits qui fondent le modèle français du rapport entre l’archive et l’idée nationale. La question qui se pose est de savoir, à partir de là, dans quelle mesure ce modèle, esquissé à grands traits devant vous, se retrouve dans le reste de l’Europe. C’est évidemment le sujet des interventions qui vont suivre, et que l’on écoutera avec curiosité.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search