Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Archives et nations dans l’Europe du XIXe siècle

 | 
Bruno Delmas
, 
Christine Nougaret

Présentation

Bruno Delmas

Texte intégral

1Au seuil du XIXe siècle, les acteurs de l’histoire européenne sont encore les princes et les rois, qui, au terme d’une longue histoire de luttes, d’invasions et de conquêtes, ont façonné les principautés, les empires et les royaumes par le glaive et par le jeu de leurs alliances. Pourtant de nouvelles forces héritées du siècle des Lumières sont sur le point de bouleverser le fonctionnement traditionnel du pouvoir en prenant en main le destin des vieux États européens. La conquête des libertés est le levain des peuples, l’opinion publique émerge comme une puissance nouvelle à la faveur du développement de la presse et de l’instruction, la Révolution française et l’Empire qui recomposent à plusieurs reprises la carte politique et administrative du continent exportent les principes de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, par lesquels les regnicoles, sujets de leurs rois deviennent citoyens de leur nation et sujets de leur histoire. Révolution des transports, révolution industrielle, tous les aspects de la modernité qui affectent le XIXe siècle sont autant de révolutions politiques. Les différentes tentatives de restauration ou de consolidation de l’Europe des princes entreprises au cours du siècle et dont le Congrès de Vienne, réuni après les bouleversements révolutionnaires et impériaux, est l’acte fondateur, ne résistent pas aux forces nouvelles. D’abord en 1830, puis lors du « Printemps des peuples » de 1848, enfin tout au long du siècle, les peuples s’imposent comme les acteurs majeurs de l’histoire des États qu’ils entreprennent de recomposer à leur image en autant de Nations.

2Les archives sont un enjeu majeur de cette remise en cause sans précédent des fondements politiques de l’Occident moderne et les élites traditionnelles jouent de ce point de vue un rôle moteur. Face à des pouvoirs absolus, c’est dans les archives qu’elles trouvent les arguments juridiques légitimant leurs revendications constitutionnelles d’institutions de contrepoids autonomes et, à travers les anciennes libertés municipales et locales, les origines de nouveaux droits démocratiques.

3Dès lors les archives sont les instruments, et parfois même les acteurs, de cette histoire. Conserver soi-même les titres de ses droits et les instruments de son propre gouvernement, c’est en disposer. L’enjeu est autant symbolique que réel pour les pouvoirs locaux qui tentent de s’émanciper comme pour les pouvoirs centraux qui cherchent à se maintenir. Le partage des archives et l’exercice de leur tutelle sont au cœur des conflits politiques du temps. L’écriture d’une histoire aussi indiscutable que les faits juridiques eux-mêmes, est alors la tâche dévolue aux historiens, nécessairement positivistes. Et l’accès aux sources est la condition vitale de cette histoire dont la mission est de nourrir le sentiment et la conscience nationale.

4L’affirmation de cette politique et l’affirmation de sa réussite s’exposent à travers l’Europe dans la construction de bâtiments imposants et glorieux, dans le foisonnement d’éditions érudites d’actes, de documents et de sources qui sont, mutatis mutandis, autant de prolongements et de résurgences laïcisées de la démarche de Jean Bolland et de ses continuateurs des Acta sanctorum deux siècles plus tôt. D’autres institutions participent à la conquête, à la désagrégation ou à la recomposition des États par les Nations, les bibliothèques et les musées. Mais aucun d’eux ne peut fournir autant de force probante que les archives.

5Archives et Nations. Il manquait des éléments de comparaison, permettant une synthèse européenne d’un thème par ailleurs assez bien connu dans ses singularités locales. L’École des chartes a voulu combler ce vide en organisant avec le soutien du Centre historique des archives nationales, les 27 et 28 avril 2001, le colloque Archives et Nations dans l’Europe du XIXe siècle.

***

6La première journée, introduite par Pierre Nora, fut consacrée à la confrontation de diverses expériences concernant la constitution de fonds nationaux et la mise en place d’institutions nationales pour les conserver sous les différentes formes où ce terme pouvait alors être conçu. Sept communications ont permis de brosser ce tableau : Un pays : deux traditions. Les archives du Royaume-Uni par Patrick Cadell ; Les Archives nationales de Suède : un cas atypique dans l’Europe du XIXe siècle ? par Alain Droguet ; La protection du patrimoine écrit, miroir de l’histoire polonaise au XIXe siècle par Daria Nalecz ; Les archives du royaume de Bohême et le nationalisme tchèque au XIXe siècle par Bernard Michel ; L’institutionnalisation des archives et la quête de l’identité nationale en Croatie dans la seconde moitié du XIXe siècle par Josip Kolanovic ; Les archives italiennes et l’unification nationale par Marco Carassi ; Origine et mémoire du grand-duché de Luxembourg par Frédéric Laux. De cette confrontation qui déborde parfois le cadre du seul XIXe siècle, se dégage un modèle européen de création d’institutions nationales d’archives chargées de les conserver et de les mettre à la disposition de la collectivité nationale. Le rôle fondamental des archives dans la justification du fait national offre une grille de lecture applicable à d’autres États, d’autres continents et d’autres époques. Ainsi en est-il des pays émancipés ou décolonisés au cours du XXe siècle. Le modèle met en valeur les deux composantes fortes de toutes les archives : servir les institutions publiques et servir l’identité collective. Conserver les sources de l’histoire nationale, qu’il s’agisse des proclamations des droits fondamentaux des citoyens ou des actes d’administration des nouveaux pouvoirs.

7La suite du colloque fut dédiée aux enjeux revêtus par la mise à disposition des documents d’archives au service de la Nation avec cinq communications : Le partage des archives de l’État pontifical par Bernard Barbiche ; Les « monuments de l’histoire nationale », documents d’archives ou manuscrits de bibliothèques ? par Françoise Hildesheimer ; Nation, archives et bibliothèques au XIXe siècle par Claude Jolly ; Les grandes entreprises européennes d’édition de sources historiques des années 1810 aux années 1860 par Olivier Guyotjeannin ; Un monument de papier à la gloire du Premier Empire : l’édition de la correspondance de Napoléon Ier sous le Second Empire par Jacques-Olivier Boudon.

8Enfin, le dernier volet du colloque étudia le rôle des Musées dans le développement des consciences nationales, dont il furent tout autant la représentation que la mise en scène. Deux communications traitèrent de ce thème : Les musées d’histoire et la conscience nationale : le cas de la France au XIXe siècle par Dominique Poulot ; « Aux grands hommes, la patrie reconnaissante » : 1867, le marquis de Laborde et le musée des Archives par Ariane James-Sarazin. Krzysztof Pomian acheva le colloque en en tirant les conclusions.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540