Version classiqueVersion mobile

François de Dainville

 | 
Catherine Bousquet-Bressolier

Présentation des auteurs

Texte intégral

1Catherine Bousquet-Bressolier est née en 1944. Après un cursus littéraire et scientifique, elle opte pour la géographie, intègre l’École supérieure de cartographie géographique dont elle obtient le diplôme en 1970 et entre à l’EPHE (sciences de la vie et de la terre). Elle soutient en 1974 une thèse de géographie physique et participe aux travaux pionniers de son laboratoire en télédétection. De 1987 à 1989, elle dirige un programme de recherche du CNRS sur l’environnement fondé sur l’exploitation des cartes anciennes. Ceci la conduit à organiser en 1992 un colloque publié en 1995 sous le titre L’Œil du cartographe. Depuis, elle développe cette thématique à la section des sciences historiques et philologiques de l’EPHE comme chargée de conférences et dans des manifestations scientifiques ou des expositions au sein de l’U.M.R. PRODIG.

2David Buisseret, né en 1934, est professeur de l’Université du Texas à Arlington. Après une thèse sur Sully, il commence sa carrière comme fellow du Corpus Christi College à Cambridge. Puis il enseigne durant 16 ans à l’Université des Indes occidentales (Kingston, Jamaïque) avant de diriger le Smith Center for the History of Cartography de la Newberry Library de Chicago, puis de revenir à l’enseignement supérieur. Il y a 40 ans, il découvrait à la British Library les cartes exécutées sur les ordres de Sully par les ingénieurs du service des Fortifications, et les signalait au père de Dainville. David Buisseret est spécialiste de Henri IV et de Sully autant que d’histoire de la cartographie. Il a dirigé ou écrit plusieurs ouvrages et publié sur cette thématique, notamment en 2002 Ingénieurs et fortifications avant Vauban (Paris, CTHS).

3Marie-Madeleine Compère, née en 1946, obtient le diplôme d’archiviste paléographe en 1968. Elle devient alors l’assistante du père de Dainville à l’École pratique des hautes études, puis est recrutée en 1972 par la mission d’histoire de l’éducation du ministère de l’Éducation nationale. En 1977, elle intègre le service d’histoire de l’éducation, créé alors à l’Institut national de recherche pédagogique, associé à partir de 1989 au CNRS (URA 1397). Elle y œuvre principalement à l’élaboration d’un instrument de recherche sur les collèges français d’Ancien Régime (trois répertoires sur quatre sont parus à ce jour). On lui doit aussi la recension des travaux du père de Dainville qui est publiée dans L’Éducation des jésuites (Minuit, 1978, réédité en 1991), recueil de textes du père portant sur l’éducation qu’elle a réunis et préfacés.

4Philippe de Dainville est né en 1920, cadet des enfants de Maurice de Dainville. Sorti de Saint-Cyr en 1942, il est formé à Cherchell en 1944-1945. Affecté aux affaires indigènes, goums marocains, il sert en poste dans le Moyen Atlas (1947-1949). Volontaire pour le Tonkin, il participe aux opérations à la tête d’un goum jusqu’en 1952. En 1952-1953, il reçoit le commandement d’une compagnie de saint-cyriens. Cherchant à améliorer la préparation des hommes au combat, il veut développer chez les officiers un style de commandement fondé sur l’esprit d’équipe et les relations humaines, ce qui l’amène en 1955 à effecteur un cycle de deux ans d’études à l’Institut de psychologie de Paris, dont il sort diplômé en 1957. Après son retour d’Algérie, de mai 1968 à août 1970, il commande un régiment et de 1972 à 1973, il est chef d’état-major du général directeur de l’École militaire. Il termine sa carrière à l’Ambassade de France à Alger, comme chef de la mission militaire de coopération avec l’armée algérienne (1974-1977).

5Segolène de Dainville-Barbiche est née en 1945. Archiviste paléographe de la promotion de 1969, ancien membre de l’Ecole française de Rome, elle a été successivement conservateur aux Archives départementales de la Haute-Garonne (1970-1972), conservateur puis conservateur en chef au Centre historique des Archives nationales où elle est chargée des fonds judiciaires des XIXe et XXe siècles. Docteur en histoire en 1980, elle vient de terminer un mémoire d’habilitation sur les curés de Paris au XVIIIe siècle. Elle a publié la Correspondance du nonce en France Fabrizio Spada, 1674-1675 (1982), un répertoire du clergé paroissial de Paris de 1789 à 1791 (1992), une biographie de Sully (en collaboration avec B. Barbiche, Paris, Fayard, 1997) et plusieurs inventaires d’archives.

6Marc Fumaroli, membre de l’Académie française et de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, est né en 1932. Il est nommé assistant agrégé à l’Université de Lille en 1965 et soutient en 1976 une thèse sur L’Age de l’éloquence, qu’il dédie à la mémoire du père de Dainville. Dès lors maître de conférences à l’Université de Paris IV, il prend la direction de la revue XVIIe siècle jusqu’en 1986. Il est alors élu au Collège de France où il occupe la chaire de Rhétorique et société en Europe. Il enseigne comme professeur invité à Oxford en 1983, puis à Princeton en 1984. De prestigieuses universités et académies s’honorent de le compter parmi leurs membres. Ses ouvrages exaltent les lettres françaises dont il est le spécialiste.

7Michel Hermans, S.J., né en 1962 est archiviste de la province jésuite de Belgique méridionale (Bruxelles) et aumônier aux Facultés universitaires Notre-Dame de la Paix (Namur). Il enseigne comme professeur invité d’histoire de l’Église au Centre international d’études de la formation religieuse Lumen Vitae (Bruxelles). Auteur de plusieurs articles sur l’histoire des jésuites, il a coordonné deux ouvrages (Namur – Bruxelles, Presses universitaires de Namur – Éditions Lessius) : avec P. Sauvage : Bible et histoire. Ecriture, interprétation et action dans le temps et avec É. Ganty et P. Sauvage : Tradition jésuite. Enseignement, spiritualité, mission, parus respectivement en 2000 et 2002.

8Martine Illaire est née en 1946. Archiviste paléographe en 1972 avec une thèse sur Les Routes de la généralité de Châlons au XVIIIe siècle, elle a été conservateur aux Archives départementales de Loire-Atlantique (1972-1980), puis directeur des archives départementales des Ardennes (1980-1989). Elle est actuellement conservateur en chef au Centre historique des Archives nationales où elle est chargée des fonds concernant les travaux publics et des archives des assemblées.

9Dominique Julia, né en 1940, est ancien élève de l’École normale supérieure. Après avoir été assistant agrégé, puis maître-assistant à la Faculté des lettres et sciences humaines de Paris, il est entré en 1971 au CNRS, où il est actuellement directeur de recherche. De 1989 à 1993, il a été professeur à l’Institut universitaire européen de Florence. Depuis 1994, il dirige, en collaboration avec Philippe Boutry, le Centre d’anthropologie religieuse européenne de l’École des hautes études en sciences sociales où il dispense son enseignement. Ses travaux sont centrés sur la France et l’Europe occidentale à l’époque moderne, et ont porté principalement sur l’histoire de la culture, de l’éducation et de l’enfance d’une part, l’histoire religieuse d’autre part.

10Henri-Jean Martin, né en 1924, est professeur honoraire à l’École des chartes où il a enseigné de 1970 à 1993, et directeur d’études à l’EPHE. C’est à son initiative que le projet de création de la nouvelle bibliothèque municipale de Lyon voit le jour, quand il y était conservateur en chef (1962-1970). On lui doit aussi un musée de l’imprimerie. Henri-Jean Martin est depuis une quarantaine d’années le maître des études d’histoire du livre, discipline dont il a été en quelque sorte le fondateur ; ses ouvrages en sont le témoignage. Citons : L’Apparition du livre, en collaboration avec Lucien Febvre, dans la collection « L’évolution de l’humanité » ; Livre, pouvoirs et société à Paris au XVIIe siècle (1969), Histoire et pouvoirs de l’écrit (1989, grand prix Gobert de l’Académie française) et La Naissance du livre moderne (2000).

11Bruno Neveu, membre de l’Institut, est né en 1936. Archiviste paléographe en 1963, la Fondation Thiers lui permet d’achever une thèse sur l’historien du XVIIe siècle, Le Nain de Tillemont (1966). Membre de l’Ecole française de Rome, il devient en 1969 chargé de recherche au CNRS. Élu en 1973 directeur d’études à l’EPHE (section des sciences historiques et philologiques) dans la chaire d’Histoire des relations diplomatiques en Europe aux XVIIe et XVIIIe siècles, il est reçu docteur ès lettres en 1979. Il a dirigé de 1981 à 1984 la Maison française d’Oxford. De 1994 à 1998 il a été porté à la présidence de l’EPHE. Membre d’académies prestigieuses et participant à de nombreuses commissions scientifiques, ses travaux portent sur l’histoire diplomatique, intellectuelle et spirituelle de l’Europe moderne, en particulier sur les universités, le pontificat romain, les rapports entre critique et dogme, le gallicanisme.

12Lucia Nuti, née en 1949, est professeur associé au département d’histoire de l’art de l’université de Pise où elle enseigne l’histoire de l’urbanisme et l’histoire de l’architecture moderne. Ses champs de recherche regardent les transformations urbaines depuis le XVIe siècle, que ce soit à travers les récits de voyages, ou dans les documents iconographiques ou archivistiques. Lucia Nuti travaille sur des sources originales et publie régulièrement dans des revues importantes spécialisées comme Storia Urbana, Word and Image, Imago Mundi ou Art Bulletin. Ritratti di Città. Visione et memoria tra Medioevo e Settecento, paru en 1996 fait référence.

13Gilles Palsky, né en 1958, est agrégé de géographie. Spécialiste d’histoire de la cartographie, il est maître de conférences à l’Université de Paris XII Val de Marne, fait partie de l’UMR 8504 Géographie-cités, et de l’équipe EGHO. Les résultats essentiels de sa thèse (1990, Université de Paris 1) ont été repris dans Des Chiffres et des cartes, la cartographie quantitative en France au XIXe siècle (1996, CTHS). Ses recherches actuelles portent sur la période contemporaine, du XIXe siècle aux années 1970. L’œuvre du père de Dainville occupe une place importante dans le mémoire d’habilitation à diriger les recherches qu’il achève actuellement sous la direction de M. Jean-Louis Tissier.

14Cécile Souchon est née en 1946. Elle a obtenu en 1970 le diplôme d’archiviste paléographe. Après sept ans aux Archives départementales de Maine-et-Loire, et seize ans à la direction de celles de l’Aisne, elle revient à Paris en 1993, comme conservateur en chef au Centre historique des Archives nationales chargée de la section des Cartes, plans et photographies. Elle collabore à plusieurs revues, notamment comme auteur d’articles ou de préfaces sur l’histoire de l’Anjou, de la Picardie et du protestantisme, et cosigne des ouvrages sur Laon et le Laonnois.

15Marc Venard, né en 1929, ancien élève de l’École normale supérieure, est avant tout un spécialiste de l’histoire religieuse du XVIe siècle. Sa thèse de doctorat Réforme catholique, réforme protestante dans la province ecclésiastique d’Avignon parue en 1993 fait autorité. Aujourd’hui professeur émérite à l’Université de Paris X Nanterre, ses publications témoignent de curiosités et de centres d’intérêt multiples, débordant de sa période de prédilection. Il a dirigé pendant de longues années la Revue d’histoire de l’Eglise de France et préside la Société d’histoire religieuse de la France. Il est l’un des quatre codirecteurs de la monumentale Histoire du christianisme, dont le quatorzième et dernier tome vient de paraître chez Desclée.

16Françoise Vergneault-Belmont, née en 1932, obtient le diplôme de l’École supérieure de cartographie géographique en 1960, et entre comme cartographe au Laboratoire de cartographie de l’École pratique des hautes études (sixième section), où elle est d’abord chargée des relations avec le Service des publications de l’institution avant de devenir sous-directeur d’études (1969) puis directeur d’études (1989). Son institution devient en 1974 l’École des hautes études en sciences sociales. En 1983, elle y ouvre un séminaire portant sur les Méthodes graphiques pour la recherche en sciences sociales. Elle a relaté les fruits de cette double expérience dans L’Œil qui pense (Paris, l’Harmattan, 1998).

17Marcel Watelet, né en 1956, est docteur en histoire (1992) et chercheur qualifié de la Communauté française Wallonie-Bruxelles. Actuellement attaché scientifique à la Direction générale des services techniques généraux du ministère de l’Équipement et des Transports, il y dirige le Cyber-centre de cartographie. Également collaborateur scientifique à l’Université catholique de Louvain-la-Neuve, il a publié de nombreux articles et d’importants ouvrages dans le domaine de l’histoire de la cartographie comme Mercator cosmographe (1994), et les trois volumes actuellement parus de la collection Monumenta cartographica Walloniœ qu’il dirige (1992, 1995, 1998).

© Publications de l’École nationale des chartes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search