Version classiqueVersion mobile

François de Dainville

 | 
Catherine Bousquet-Bressolier

Texte inédit : L’institution catholique par les « lettres d’humanité » au XVIe siècle1

François De Dainville S.J.

Texte intégral

  • 1 Archives jésuites, Vanves, M2 40-41. Ce texte, écrit après-guerre, pourra être utilement rapproché (...)

1On a beaucoup écrit depuis un demi-siècle sur l’humanisme. On ne s’est pourtant pas assez préoccupé de dégager en leur diversité les solutions apportées au problème par les maîtres des siècles précédents. Nous voudrions marquer ici brièvement la position, apparemment paradoxale, adoptée par les jésuites au XVIe siècle.

2Avant eux, les régents se partageaient entre deux attitudes également radicales, opposées. Emportés par l’amour du beau style, la plupart n’avaient aucunement hésité à introduire dans leurs classes toute l’Antiquité. Ils expliquaient intégralement les textes des écrivains les plus libres de l’Antiquité, pourvu que leur langue fût pure. Ils donnaient à apprendre et à jouer à leurs écoliers Térence, comme le meilleur maître en latinité.

3Les conséquences morales de ce libéralisme littéraire éveillèrent bientôt des scrupules chez plusieurs régents. A l’encontre de Sturm qui s’étonnait, l’un d’eux, Castellion, osa même proscrire sévèrement « la lecture des Gentils et des payens grecs et latins », et leur substitua, à l’exemple des juifs, « en ceci hommes de très grand bon sens », l’étude des Saintes lettres. Pour rendre effective cette révolution, il publia dès 1542 des dialogues tirés de l’histoire sainte assez analogue au latin Epitome historiae sacrae de Lhomond, mais d’une saveur plus naïve, augmentés de réflexions et d’applications morales. Ces Dialogues sacrés eurent une vogue incroyable. Ils devinrent bientôt le premier livre des écoles de l’Europe protestante, le Proeceptor Germania.

4Des humanistes catholiques firent chorus avec les pédagogues de la Réforme. S’autorisant du songe de saint Jérôme, interprété avec une exégèse tendancieuse, ils prônaient l’étude du latin dans la Bible et les Pères.

5Les jésuites se refusèrent à suivre les uns et les autres. Rejetant les « humanités chrétiennes » pour fondement de l’éducation de leurs écoliers, ils leur préférèrent les lettres païennes.

6Ainsi, par une de ces réactions fréquentes dans l’histoire de la pensée, les réformés qui devaient leurs premiers succès à l’humanisme se retournaient contre lui. Et les jésuites qui ne l’avaient adopté que pour des raisons apostoliques, afin de rallier la jeunesse des élites que l’Église romaine perdait à grand train, en allaient devenir les plus solides défenseurs. Par un singulier paradoxe ces religieux prêtres prétendirent former des chrétiens par l’explication des profanes. Il n’est pas sans intérêt de marquer les raisons de leur option et par quels moyens ils concilièrent des données en apparence irréductibles.

7L’argument primordial évoqué par Ignace dans une lettre à un « bon père », qui « s’étonne que notre compagnie permette dans ses collèges de lire les auteurs profanes plutôt que les auteurs chrétiens », est l’exemple des Pères de l’Église « qui tiennent pour convenable de dépouiller l’Égypte », c’est-à-dire d’utiliser tout ce qu’a de bon la culture païenne à l’honneur de Dieu. Théologiens avant d’être humanistes, les premiers jésuites se bornent à en appeler à l’auctoritas des Pères, à la suite de qui ils voient dans l’étude des lettres anciennes une propédeutique à celle de la Bible et à la défense de la Vulgate, une préparation de l’esprit à la « philosophie chrétienne ».

8Nourris dès l’enfance d’humanités et guidés par l’optimisme latent de toute pensée chrétienne, la génération suivante justifiera par d’autres raisons l’annexion de la culture antique à la formation du chrétien.

9Raison d’ordre littéraire. L’étude des langues reposait sur l’imitation. On se devait de n’étudier que les écrivains dont la langue avait cette absence de défaut, cette perfection de forme, cette plénitude d’expression, qui sacrent les « classiques ». Or, si les Pères grecs pouvaient prétendre à voisiner dans les programmes avec Platon et Thucydide, les Pères de l’Église latine, nés trop tard, ne pouvaient offrir des modèles de latinité et d’éloquence parfaites.

10Raison d’ordre pédagogique et psychologique ensuite. L’élévation des pensées exprimées par les Pères et les poètes chrétiens dépassait la portée des enfants. Ils n’y trouveraient pas cette pâture dont a besoin leur imagination. Quel ennui suerait de toutes ces pieuses méditations. « Comment, alors qu’un prédicateur a tant de peine à se faire entendre des hommes mûrs, lorsqu’il leur parle des choses de Dieu, ou leur explique les Pères, prétendrait-on qu’en classe des enfants écoutent sans dégoût l’épluchage des mêmes choses ! » s’exclamait le P. Sacchini. Plutôt que de risquer la réaction trop certaine qu’une saturation des textes religieux ne manquerait de produire, nos maîtres préféraient laisser à Phèdre, à Ésope et à Cicéron le dangereux privilège d’initier leurs élèves aux langues anciennes.

11Ajoutons avec un vieux régent qu’il ne convenait pas d’associer à l’Écriture les cuisants souvenirs que l’usage du fouet pouvaient (sic) alors laisser aux paresseux.

12On ne révélait les Pères et la Bible qu’aux loisirs d’une lecture privée, dans la clarté des « naissantes jouissances littéraires ».

13Les jésuites suivirent l’esprit du siècle. D’abord épris de saveur littéraire, celui-ci, après 1560, se penche sur l’Antiquité comme sur une source d’énergie morale. De même, au-delà des secrets du beau langage et des enchantements qui charment l’imagination, nos maîtres ne tardèrent pas à demander aux lettres anciennes d’être une école pour apprendre à vivre. « Ces études s’appellent humanités : qu’elles nous rendent plus hommes ! » écrit le père Antonio Possevino, le maître de François de Sales. Les auteurs du paganisme sont d’excellents maîtres de morale, parfaitement adaptés aux jeunes esprits. Leurs préceptes s’implantent grâce à l’histoire. La magnanimité de Camille, la tempérance de Socrate, le pardon de Démosthène... sont des leçons qui ne laissent pas insensible un enfant. Et que pouvait-on faire entendre de meilleur à l’adolescent que l’émouvant appel jailli de l’âme presque divine des grands poètes ! Était-il meilleur « maître du cœur » que Virgile. En attendant de pénétrer les Ecritures, ainsi l’avaient pensé Jérôme, Augustin, Basile... il n’y avait meilleurs mentors. La sagesse antique était la préface de l’Évangile. Entre les œuvres de Dieu, entre la raison et la révélation, la nature et la surnature, il n’y avait pas de contradiction.

14« Énée capitaine Troyen sauvait Anchise son père. Apren de ce Gentil, toy qui te dis chrestien, Vers tes progéniteurs, comme il te convient faire » enseigne le P. Coyssard en son Catéchisme.

15Si élevé et si adapté que soit l’enseignement, les païens ne sont pourtant pas des maîtres toujours sûrs. Pas un de leurs philosophes qui n’ait professé la vérité sans erreur. Peu de leurs auteurs qui n’abondent en peintures propres à souiller la pureté morale de l’enfance. Érasme lui-même en une heure de ferveur ne pouvait s’empêcher d’écrire : « Je ne blâme pas l’usage des trésors de l’Égypte, mais je ne veux pas qu’on introduise chez nous l’Égypte tout entière. »

16Pas toute l’Antiquité, mais une Antiquité bien comprise, débarrassée de tout ce qui était leur d’impiété ou de libertinage. C’est à cette solution de sagesse plutôt qu’au libéralisme radical ou à la proscription radicale que se rallièrent les jésuites.

17Ils expurgèrent les auteurs « de la vilenie et deshonneteté qui y est entremeslée », quand la chose fut possible. Sinon ils renonçaient à les expliquer. Ce fut le cas de Térence, jusque là le premier des latins.

18Aux éditions expurgées, Padre Possevino préférait les morceaux choisis. Espaces blancs et points de suspension n’incitent-ils pas la curiosité du lecteur à rechercher le texte entier ? Son avis prévalut. On édita pour les collèges les premières « Odes choisies » d’Horace, de Catulle...

19Ainsi purifiée de ce qu’elle charriait d’erreur, d’idolâtrie ou de volupté, la sagesse antique put désormais « annoncer le Christ ». Les auteurs devinrent ses « héraults » Præcones Christi !

20Comment s’accomplissait cette assomption du profane ?

21Il y avait d’abord la mauvaise manière à laquelle tous n’échappaient pas, celle du baptême forcé. Par un art subtil de solliciter les textes, dont nous avons perdu le secret, on arrachait des sens allégoriques ou mystiques au détail même des fables païennes. Cadmus vainqueur du serpent devenait ainsi une invite à triompher des passions, son mariage avec Hermione exprime l’accord des vertus. Le P. Delrio était orfèvre en ce genre, contre lequel s’insurgeaient heureusement bien des maîtres.

22A leurs yeux, la vraie manière d’expliquer chrétiennement les classiques n’était pas de les dépayser, mais de combler leurs lacunes, de reprendre leurs vices, de réfuter leurs erreurs à la clarté du christianisme. Bref faire réagir chrétiennement sur les textes. On comparera, suggère Possevino, le De officiis de Cicéron avec celui de St. Ambroise, son De amicitia avec le chapitre du catéchisme romain sur la charité, le De legibus avec telle épître de St. Paul.

23A l’arrogance et aux pratiques mensongères des orateurs païens on opposera, conseillait le P. Schott, la manière des maîtres de l’éloquence chrétienne.

24Pour former une conscience droite, apprendre à pleurer ou à se réjouir de ce dont on doit pleurer ou se réjouir, à tenir pour bien ce qui est bien et pour mal ce qui l’est vraiment, cette façon d’expliquer était excellente. Elle révélait l’humanité en ses divers aspects, elle rendait sensible la distinction entre l’homme déchu et l’homme régénéré dans le Christ.

25Nos maîtres n’avaient point médité en vain le vers du poète :

Video meliora proboque, deteriora sequor.

26Aussi ne demandaient-ils pas à la culture antique seulement de former la conscience morale, mais de stimuler la volonté.

27Ils tiraient des lettres humaines cent paraboles propres à préparer l’âme à consentir l'effort que demandent l’accomplissement du devoir, la poursuite de la vertu, l’acceptation de la foi.

28Relevant le défi lancé par Erasme aux chrétiens, de pratiquer les vertus héroïques des païens, ils pressent leurs élèves non de les égaler en sagesse et en force d’âme, mais de les dépasser. Le modèle proposé est le saint, dont l’image est partout et souvent s’incarne dans les représentations théâtrales scolaires. En plaçant à ses côtés un païen vertueux, on entend par un saisissant a fortiori aider la volonté à vaincre les résistances que la nature apeurée risque d’opposer à la grâce. Il faut vraiment n’avoir guère fréquenté les jésuites de ce siècle d’airain, tout entier dans l’expectation du martyre et concevant la vie comme une préparation à cette faveur, pour croire qu’ils aient ravalé l’idéal au païen édifiant. Celui-ci n est qu un point de départ.

29La morale des explications d’auteurs se ramène à la conclusion que le P. Schott dégageait de l’exemple de Thémistocle demandant plutôt que la mémoire « l’art d’oubliance » qu’est « le meilleur remède aux injures ». « Que si un payen tant esloigné de la foy chrestienne a dit cecy, que pensons-nous qu’il nous faille faire et dire nous autres qui sommes esclaircys de la resplendissante lumière de l’Évangile ? »

30On comprend mieux, dès lors, la sympathie montrée par les jésuites à l’endroit d’Épictète, « le plus homme de bien de tout le paganisme », envers Sénèque et Plutarque. En dépit d’écarts qu’ils condamnaient à l’occasion avec vigueur, par sa haute conception du devoir, par sa maîtrise des passions, par son optimisme qui invite à supporter une vie difficile et à accepter sans murmure la souffrance, le stoïcisme convenait admirablement en ces temps de guerres civiles et religieuses à bander les volontés pour les plus généreux efforts Ad majorem Dei gloriam.

31Cette manière d’aiguillonner les âmes par l’apologie des textes profanes, on n’y a point pris garde, était la mise en action sur le plan de l’éducation du ressort même de la spiritualité ignatienne, l’esprit du Règne. Ils constituaient comme autant de paraboles de cette médiation fameuse dont les maîtres quelle animait savaient faire jaillir des invitations à la générosité à la suite du Christ, l’Homme par excellence.

  • 2 Le nom de l’auteur de la citation manque malheureusement. Il pourrait s’agir du père Schott.

32Les résultats d’une telle éducation de la conscience et de la volonté, si nous en croyons (...)2, s’avéraient excellents. « On ne peut s’imaginer, a-t-il noté, combien cette méthode [d’interprétation chrétienne des auteurs païens] est propre à donner aux élèves une claire connaissance de la Vérité et à la leur faire aimer, ni quelle force une âme chrétienne en retire pour supporter impunément avec la grâce de Dieu les assauts de l’hérésie et de l’athéisme. » Il n’est point douteux qu’à la mieux connaître, nous comprenons mieux le magnifique éveil du « Printemps spirituel du Grand Siècle », le moralisme de Descartes ou aussi l’humanisme de Corneille. Le vers fameux de Polyeucte

Elle a trop de vertu pour n’être pas chrétienne

33n’en est-il pas la plus pure expression ?

Notes

1 Archives jésuites, Vanves, M2 40-41. Ce texte, écrit après-guerre, pourra être utilement rapproché de celui, qui a été pris en note au Congrès du Centre d’études supérieures de la Renaissance (Tours, 1960) et publié à Paris, chez Vrin en 1963 dans Pédagogues et Juristes (repris dans L’Éducation des jésuites, p. 167-184). Force est de constater qu’ici et là sont reprises plusieurs idées force exprimées dans les parties restées inédites de sa thèse complémentaire, idées qu’il ne semble jamais avoir abandonnées.

2 Le nom de l’auteur de la citation manque malheureusement. Il pourrait s’agir du père Schott.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search