Version classiqueVersion mobile

François de Dainville

 | 
Catherine Bousquet-Bressolier

Postface

Marc Venard

Texte intégral

1Au terme de ces deux journées, il me semble que nous connaissons mieux le père François de Dainville. Son œuvre scientifique a été relue et évaluée, et la fécondité des pistes qu’il avait ouvertes a été démontrée. Sa personnalité a été éclairée par plusieurs témoignages dont celui, combien précieux et émouvant, de son plus jeune frère. Et pourtant, il faut l’avouer, la figure de ce savant aussi rigoureux que serviable, de ce jésuite aussi réservé qu’accueillant, garde pour nous bien des secrets. Il n’était pas nécessaire de les avoir percés pour lui rendre hommage.

2François de Dainville s’est d’abord fait connaître – si l’on peut dire, car ses thèses de doctorat, publiées en 1940, tombèrent en pleine période de désarroi national – comme un historien de l’enseignement, et plus précisément de l’enseignement des jésuites ; des jésuites qui ont fait « l’éducation de la nation française » et pour cela, en opérant un tri dans la culture classique et en la christianisant, ont fondé « l’humanisme moderne ». Puisant principalement dans les sources imprimés, et s’appuyant sur les textes normatifs, l’œuvre se situe dans une perspective assez traditionnelle, celle de l’histoire des idées, telle qu’elle était alors en honneur en France, sous les auspices de Gustave Lanson, d’Henri Bremond et de Paul Hazard. Elle n’est pas dépourvue d’une visée apologétique, dans une France où la question de la « liberté de l’enseignement », c’est-à-dire de la reconnaissance et du financement de l’enseignement confessionnel, gardait toute sa virulence. Toutefois, dans l’enseignement des jésuites, François de Dainville a attiré l’attention sur un aspect fort méconnu avant lui, l’enseignement de la géographie dispensé au fil des commentaires des textes classiques et de la lecture des lettres des missionnaires. Cette voie neuve allait conduire le jeune docteur vers ce qui ferait sa carrière intellectuelle et le fondement principal de sa réputation de savant.

3Car, ainsi que l’a remarquablement analysé Dominique Julia, après les années de guerre, qui sont aussi celle de l’achèvement de la formation du jésuite, François de Dainville change d’orientation intellectuelle. En effet, la suite de sa thèse, annoncée en 1940, et en grande partie écrite, ne verra jamais le jour. Après la « naissance » de l’humanisme moderne étaient programmés son apogée, dans la première moitié du XVIIe siècle, puis son déclin et finalement son abandon, à partir de la fin du XVIIe siècle : tout cela pour la plus grande gloire de la Compagnie, tant qu’elle restait fidèle à son esprit initial. L’ouvrage ne sortira jamais des cartons ou des projets de notre jésuite, qui publie désormais des articles d’un style bien différent. Non plus une grande synthèse d’histoire de l’éducation, mais des essais ponctuels, comme autant de portes ouvertes que l’auteur laisse à d’autres la possibilité d’emprunter. Des perles qu’il nous serait aujourd’hui très difficile d’assembler, si elles n’avaient pas été heureusement réunies par Marie-Madeleine Compère, en 1978, sous le titre L’Éducation des jésuites (XVIIe-XVIIIe siècles).

4Cette « conversion » scientifique et méthodologique de François de Dainville, plusieurs intervenants l’ont, à juste titre, reliée à la découverte et à la prise en compte des sciences sociales par le jésuite formé jusqu’alors principalement aux disciplines « littéraires » : la sociologie, l’économie, la démographie, l’ethnologie entrent désormais dans son approche des faits de culture, avec les méthodes statistiques. Je n’en prendrai qu’un exemple, parce qu’il me touche de près : c’est dans les années où je m’initiais, au séminaire de Jean Meuvret, à l’histoire des prix par l’utilisation des mercuriales, que Dainville donnait ses articles si novateurs sur la fréquentation des collèges, qu’il mettait en rapport avec les courbes du prix du blé empruntées précisément à Meuvret. Et ce ne sont pas les Annales, où ils auraient dû tout naturellement trouver place (mais qui lui étaient fermées par les préventions de Lucien Febvre et de Braudel), qui publiaient ces articles, mais Population, l’organe de la démographie historique alors en plein essor. En même temps, on l’a également noté, François de Dainville, se tournait de plus en plus vers les archives – par atavisme, diront certains – en apprenant à les traiter de manière sérielle. Chasseur d’archives, de documents inédits, il serait désormais assez largement – trop même parfois – un éditeur de documents bruts.

5Mais la passion pour la géographie ne l’a pas quitté. En fait, ce n’est pas la géographie de terrain qui intéresse François de Dainville : ses voyages ne lui inspirent ni description ni analyse des pays visités, et on ne le voit pas se livrer au commentaire de paysage, qui est alors l’exercice-phare des géographes français. Lui pratique la géographie de cabinet : les cartes lui parlent, et il sait les faire parler. Et surtout il a le sens aigu du document visuel : un fait, un contraste, une évolution ne sont correctement exposés que quand ils ont été figurés de façon claire sur une carte (s’ils relèvent de l’espace) ou sur un graphique (s’ils relèvent du temps). Dès lors, et avant même que sa compétence ne soit reconnue dans les institutions universitaires, Dainville ne va pas cesser de travailler dans deux directions conjointes. D’une part, étudier comment nos prédécesseurs se sont ingéniés à représenter graphiquement les phénomènes, et comment nous pouvons le faire à notre tour : ce sera l’histoire de la cartographie et les recherches de sémiographie. D’autre part, s’appliquer à représenter les données historiques par des jeux de cartes appropriés : c’est la tâche que le doyen Le Bras avait confiée au père de Dainville ; c’est à quoi celui-ci songeait, à la fin de sa vie, quand il mettait en chantier un Atlas culturel de la France.

6On sait la fécondité des voies ainsi ouvertes par ce « pionnier », ce « passeur » que nous avons tous salué. Plusieurs études ici publiées sont là pour en témoigner. Que, sur divers points, elles complètent ou elles corrigent des approches que Dainville n’avait pas suffisamment poussées, ou qu’elles élargissent des perspectives qui étaient restées trop « hexagonales », ne diminue pas les mérites du savant, bien au contraire. On peut seulement regretter que celui-ci, quelque peu confiné dans l’espace étroit (à tous les sens du terme) de la IVe section de l’Ecole pratique des hautes études, ait eu trop peu d’élèves directs par rapport à tous ceux qui l’ont découvert après sa mort.

7Raison de plus pour évoquer maintenant, grâce à tout ce que ces journées nous ont appris, l’homme et le prêtre que fut François de Dainville. Lorrain, né dans une famille de soldats, fils d’un archiviste-paléographe, il a été nourri dans un milieu marqué par le sens du devoir, la délicatesse du cœur, la culture et la piété. Fils aîné, il en a plus fortement porté les valeurs et les responsabilités. Outre celui de son plus jeune frère, le témoignage plein d’humour d’Henri-Jean Martin est venu dessiner, dans le portrait de l’homme, tout ce qui venait d’une éducation joyeusement vécue et plus ou moins consciemment assumée. Pas question, dès lors, pour un jésuite voué à la recherche intellectuelle, de faire passer la vanité ni la jouissance avant le sens du service. François de Dainville ne conçoit ses travaux historiques ou géographiques que comme une tâche au service des autres : « La pensée d’être utile à ceux qui ont la préoccupation de repenser leurs tâches d’éducateurs nous a encouragé à publier les premiers résultats de recherche, entreprises depuis plusieurs années », peut-on lire dès la première page de son premier ouvrage, La Naissance de l’humanisme moderne. A quoi répond, seize ans plus tard, dans les dernières pages du livre Cartes anciennes de l’Eglise de France, son désir de « rendre service à plus d’un chercheur ».

8Rendre service, être utile, cela signifie, pour le savant jésuite, donner sans compter le fruit de ses recherches ; pas seulement celles qui portent son nom, et que certains exploiteront sans vergogne, oubliant même parfois de citer le nom de l’auteur ; mais aussi les sources qu’il a découvertes, les pistes dont il pressent l’intérêt, avant même d’avoir eu le temps de les exploiter lui-même. La générosité de Dainville est le corollaire de son humilité. Mais ne nous y trompons pas : humble et désintéressé pour sa personne, l’homme porte très haut l’orgueil de la science. Laissez-moi rappeler une anecdote qui m’a beaucoup frappé. En 1970, après la mort de Gabriel Le Bras, le père de Dainville avait accepté de lui succéder comme responsable, devant le CNRS, de la « R.C.P. 206 » chargée de préparer le Répertoire des visites pastorales des diocèses de France, dont j’assurais l’exécution avec Dominique Julia ; or une des premières choses qu’il me demanda, ce fut de faire réaliser un carton de vœux à envoyer à tous les collaborateurs et correspondants de notre enquête, à commencer par ceux qui pouvaient la soutenir ; ce fut fait ; mais j’avoue que je fus surpris par cette initiative, aujourd’hui banale, mais qui à l’époque rompait avec nos habitudes, de ce côté-ci de l’Atlantique. Aux yeux de son nouveau directeur, il y allait du standing de l’enquête.

9Chercheur prudent, François de Dainville, comme on l’a rappelé, restait toujours en deçà des conclusions que ses trouvailles documentaires auraient pu lui permettre d’avancer. Mais chercheur relativement isolé, je ne suis pas sûr qu’il ait cherché ou trouvé les occasions d’ouvrir de larges débats sur les terrains qu’il explorait. Un de mes regrets est qu’il venait de mourir quand j’ai présenté au colloque de Pont-à-Mousson, en 1972, un article dans lequel, parti d’une citation de Dainville sur la « stratégie scolaire » des jésuites, je me permettais de mettre en cause, ou tout au moins de nuancer sensiblement cette notion. Nul doute qu’il ne m’eût écouté avec gentillesse, je pense qu’il m’aurait donné raison, mais quel profit n’aurais-je pas tiré d’un tel échange ! On en dirait autant, le présent colloque vient de le montrer, d’autres idées ou théories lancées par ce maître trop tôt disparu ; peu débattues de son vivant, elles ont pu faire ensuite l’objet de fructueuses remises en question.

10Oserons-nous enfin parler du prêtre ? Ce n’est peut-être pas le lieu, dans un colloque scientifique. Mais après tout, chez François de Dainville, jésuite, le prêtre et le savant étaient indissociables. Quittant un milieu familial très structuré, le jeune homme est entré dans la Compagnie de Jésus à dix-neuf ans, et il a été façonné pendant quinze ans par son fameux système de formation qui combine des ministères, notamment dans l’éducation des jeunes gens, et des périodes d’études et de méditation. Ordonné prêtre en 1943, ses supérieurs l’affectent durablement aux activités parisiennes de la Compagnie, notamment à la revue Études. On sait peu de choses des activités directement pastorales de ce prêtre, dont la tenue est stricte et le genre de vie ascétique. On a compris à demi-mot qu’il ne fut pas toujours en accord avec les initiatives et les manières des confrères avec lesquels il eut à partager la vie de communauté. Homme de tradition, non seulement il ne déposa pas la soutane après le concile Vatican II, mais on peut penser que l’évolution de l’Église qui s’en suivit le rendit « perplexe » (selon le témoignage de Bruno Neveu), voire profondément troublé. Mais qui, alors, peut se vanter d’avoir recueilli ses confidences ?

11Alors, le père de Dainville, un prêtre de tradition, un jésuite d’appareil ? Permettez-moi de suggérer une autre hypothèse. On a fortement souligné la « conversion » scientifique vécue par François de Dainville entre 1940 et 1945, tout en reconnaissant qu’on ne sait quasi rien des expériences et des réflexions qu’il a pu faire durant cette période. Faut-il rappeler que ces années de guerre et d’occupation ont été pour quantité de Français non seulement des années d’épreuves, mais aussi un temps de retraite spirituelle. Jamais on n’a tant lu, tant réfléchi, tant discuté, tant bâti de projets que durant ces années de privations et d’angoisses. Fourvière, où se trouve alors notre jeune jésuite, est le lieu où vivent et enseignent le père de Lubac et le père Chaillet, où s’élaborent l’édition des « Sources chrétiennes » et les cahiers clandestins du Témoignage chrétien ; d’où partent plusieurs des initiatives missionnaires qui marqueront toute l’Église de France. Comment François de Dainville, même sans y participer directement car il n’est encore qu’un jésuite inachevé, n’aurait-il pas été marqué par cet environnement ? Comment ne se serait-il pas interrogé sur sa mission dans l’Église ? A l’heure où tant de ses confrères religieux ou séculiers s’engagent en milieu ouvrier en se faisant embaucher à l’usine, ne peut-on penser que François a estimé, lui, que sa mission était dans le monde intellectuel : chercheur en sciences humaines parmi d’autres chercheurs, directeur d’études non pas dans une section de « Sciences religieuses » mais dans celle des « Sciences historiques et philologiques », il s’est vu reconnu et respecté par ses pairs, y compris les moins « calottins » comme Meuvret et Mandrou. Dans ce milieu, son apostolat de prêtre s’est confondu avec son témoignage de savant rigoureux et désintéressé. Ses orientations de recherche, ses articles érudits n’ont pas seulement été, pour François de Dainville, comme jadis pour les Clavius et les Kircher, sa manière de travailler ad majorem Dei gloriam ; ils furent peut-être, comme pour les Ricci et les Nobili, sa façon d’être reconnu et accepté par les brahmanes et les mandarins.

Auteur

Né en 1929, ancien élève de l’École normale supérieure, est avant tout un spécialiste de l’histoire religieuse du XVIe siècle. Sa thèse de doctorat Réforme catholique, réforme protestante dans la province ecclésiastique d’Avignon parue en 1993 fait autorité. Aujourd’hui professeur émérite à l’Université de Paris X Nanterre, ses publications témoignent de curiosités et de centres d’intérêt multiples, débordant de sa période de prédilection. Il a dirigé pendant de longues années la Revue d’histoire de l’Église de France et préside la Société d’histoire religieuse de la France. Il est l’un des quatre codirecteurs de la monumentale Histoire du christianisme, dont le quatorzième et dernier tome vient de paraître chez Desclée.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search