Version classiqueVersion mobile

François de Dainville

 | 
Catherine Bousquet-Bressolier

Un modèle pour l'organisation de la recherche

Prosopographie des ingénieurs des ponts et chaussées exerçant sous l’Empire (1804-1815), à partir de leur œuvre graphique : méthodologie et prospective

Marcel Watelet

Texte intégral

L’historien parle d’hommes et de femmes qui ont vécu à une certaine époque, en un certain milieu, souffert ou supporté telles charges ou tels malheurs, travaillé, senti, aimé, prié, redouté... des êtres de chair et peut-être d’âme. Comment ne pas tenter, même si cela comporte des risques, de les faire vivre, revivre et oser parfois Les ressusciter, pour autant qu’on puisse y atteindre ? Il n’est pas d’histoire morte, sinon de carence, la tristesse ou l’outrecuidance de l’historien.
P. Goubert, Un parcours d’historien. Souvenirs 1915-1995, Paris, Fayard, 1996, p. 310.

1Le présent travail n’est en fait que l’esquisse d’un programme en cours de réalisation. C’est un chantier initié localement, aux contours géographiques définis par le produit de l’histoire et aux développements qui seront projetés dans une perspective de recherche. Il ne s’agira donc pas d’un tableau circonstancié de l’univers des ingénieurs de la période chronologique 1804-1815. Cette courte période de l’histoire sera intégrée dans un continuum chronologique qui puisera aux racines de la période des Lumières et sera prolongé assez loin dans le XIXe siècle, bien après la révolution des communications engendrée par le chemin de fer.

  • 1 F. de Dainville, L’Éducation des jésuites (XVIe-XVIIe siècles), textes réunis et présentés par Mari (...)
  • 2 F. de Dainville, La Géographie des humanistes. Les Jésuites et l’éducation de la société française,(...)
  • 3 F. de Dainville, La Cartographie reflet de l’histoire. Recueil d’articles présentés par Michel Moll (...)

2François de Dainville occupe une place singulière dans l’historiographie française de la cartographie ou des disciplines ancillaires et la recherche d’aujourd’hui doit lui reconnaître son tribut. Sa méthode propose au chercheur d’aujourd’hui de nouvelles clés d’accès au savoir et à l’érudition, ce qui est bien plus qu’une stratégie individuelle de recherche. Le corpus que nous avons élaboré y a largement puisé. Il voudrait s’inscrire dans le même sillage qui permet indubitablement un redéploiement de la recherche. L’historiographie a reconnu en François de Dainville un spécialiste de l’éducation des jésuites1, de la géographie des humanistes2 et de l’histoire de la cartographie ou de la sémiologie graphique3. Pourtant, trop rares sont les chercheurs à témoigner de leur dette envers lui et de l’impact de sa pédagogie personnelle. Son apport reste considérable, comme en témoigne Jacques Bertin :

  • 4 J. Bertin, « De la sémiologie graphique à l’histoire des cartes », Préfaces. Les idées et les scien (...)

Au moment où je préparais la Sémiologie graphique, je travaillais beaucoup avec le père de Dainville. Nous nous étions partagé le travail. L’histoire de la cartographie, telle qu’elle est envisagée depuis longtemps, ne m’intéresse pas. Le père de Dainville, lui, était un découvreur étonnant, un homme qui connaissait tous les fonds d’archives... Il s’était aussi intéressé aux problèmes de l’évolution des signes. Il a écrit Le Langage des géographes. Ce « langage » extrêmement intéressant est indépendant des variables visuelles. C’est la forme du signe qui joue. Il a fait un grand travail sur la courbe de niveau4.

  • 5 J. Bertin, Sémiologie graphique. Les diagrammes - les réseaux, les cartes, Paris-La Haye, 2è éd., 1 (...)

3L’apport de François de Dainville à l’œuvre majeure de Jacques Bertin mérite d’être soulignée avec vigueur5.

4Notre contribution entend s’inscrire, mutatis mutandis, dans la dynamique qu’il avait engagée tardivement (vers 1968-1969) pour l’étude des travaux cartographiques des ingénieurs.

5Partir de la méthode employée par François de Dainville paraît être « un bon plan pédagogique », modulable, adaptable et pertinent ; car pour lui, ce n’est que la mise en application des procédures de la critique érudite.

  • 6 « Les activités de l’ingénieur piémontais Ercole Negro en France (1566-1597) », Armi antiche. Bolle (...)
  • 7 Le Dauphiné et ses confins vus par l’ingénieur d’Henri IV Jean de Beins, Genève, Droz, 1969.
  • 8 F. de Dainville, « Les bases d’une cartographie industrielle de l’Europe au XIXe siècle », L’indust (...)

6Trois publications du père traitent des ingénieurs et de leurs travaux cartographiques ; il s’agit d’activités cartographiques d’ingénieurs militaires. Deux articles de 1969 abordent les travaux des ingénieurs Ercole Negro au XVIe siècle6 et Jean de Beins, sous Henri IV7. Enfin, peu avant sa disparition, il donnait en 1970 une contribution mettant en évidence la pertinence des représentations cartographiques basées sur des données statistiques réalisées par l’ingénieur Charles Joseph Minard (1781-1870)8.

  • 9 M. Watelet, « Mémoires occultées, mémoires révélées. Les travaux cartographiques des ingénieurs fra (...)
  • 10 F. de Dainville et J. Tulard, Atlas administratif de l’Empire français d’après l’atlas rédigé par o (...)

7Les recherches que nous avons engagées depuis plusieurs années, qui nécessitent une grande attention aux acteurs eux-mêmes, portent sur l’étude des pratiques et méthodes cartographiques des ingénieurs des Ponts et Chaussées aux XVIIIe et XIXe siècles, en Belgique méridionale et régions limitrophes9 Cet espace géographique est celui qui était couvert en 1812 par les inspections des Ponts et Chaussées de Trèves et de Lille10.

  • 11 Il s’agit de notices brèves mettant en évidence l’origine sociale des individus, leur formation, le (...)
  • 12 Cf. le livre d’emblèmes de Cornelis Kiel (1528-1607) illustré et édité vers 1590 à Anvers par Phili (...)
  • 13 Marc Gil, « Le métier de relieur à Lille (v.1400-1550), suivi d’une prosopographie des artisans du (...)
  • 14 Giovanni Levi, « Les usages de la biographie », Annales. Economies, Sociétés, Civilisations, t. XLI (...)
  • 15 Ibid., p. 1329.

8En matière de biographies, les instruments de travail systématiques font défaut et restent souvent fragmentaires. L’apport des prosopographies11 n’est plus à démontrer ; leur rédaction est bien inscrite dans l’historiographie, depuis plusieurs siècles12 Du reste, les historiens du livre s’y appliquent avec ferveur, au grand profit de l’érudition13 Les prosopographies qui englobent des données sur le contexte culturel et social des personnes, offrent un avantage scientifique de premier plan en ce sens que les biographies individuelles « servent à illustrer des formes typiques de comportement ou de statut »14 et « n’offrent d’intérêt qu’autant qu’elles illustrent les comportements ou les apparences attachées aux conditions sociales statistiquement les plus fréquentes »15.

  • 16 A. Brunot, « L’administration des Ponts et Chaussées pendant la Révolution », L’Administration de l (...)

9L’historien, en matière de prosopographie des membres d’une administration publique couvrant un vaste espace géographique, est confronté à plusieurs problèmes qui s’interpénètrent constamment. Ces derniers résultent aussi bien des variations dans le temps de l’aire d’investigation, que des contraintes de l’événementiel. Contraintes qui s’avèrent en effet plus fortes que l’historiographie récente ne l’a imaginé, en tout cas dans les régions qui jouxtent actuellement l’espace français. L’article d’André Brunot sur l’Administration des Ponts et Chaussées pendant la Révolution a bien perçu ces difficultés16.

10Notre approche entend utiliser quatre voies d’accès qui conduisent à une nouvelle conception de la recherche, et impliquent le recours aux technologies de l’information : 1° comblement des lacunes historiographiques, 2° application du système d’investigation utilisé par F. de Dainville pour les ingénieurs qu’il a étudiés, 3° création d’une stratégie opérationnelle d’investigation et 4° organisation dans un cadre institutionnel, d’une nouvelle structure collective de la recherche, pluri et inter-disciplinaire.

LES LACUNES ACTUELLES DE L’HISTORIOGRAPHIE

  • 17 Anne Blanchard, Les Ingénieurs du « roy » de Louis XIV à Louis XVI. Etude du corps des fortificatio (...)
  • 18 Dictionnaire Napoléon, Jean Tulard (dir.), nouvelle édition, Paris, Fayard, 1989.
  • 19 Il « exerce avec talent la direction générale des Ponts et Chaussées et du Cadastre. Appelé à ce po (...)
  • 20 R. Taton, « Les biographies scientifiques et leur importance pour l’histoire des sciences », R. Tat (...)
  • 21 A. Fierro, Bibliographie analytique des biographies collectives imprimées de la France contemporain (...)
  • 22 J. Muller, L’École polytechnique et les Belges, 1795-1815, dans Revue historique de l’armée, t. X, (...)

11L’historiographie relative aux ingénieurs militaires bénéficie de ce que l’on appelle communément le « Blanchard », œuvre capitale et instrument de travail pour tout spécialiste de l’histoire de la cartographie du monde militaire17. Mais, qu’en est-il pour les ingénieurs du monde civil ? S’étonnera-t-on de l’absence d’une entrée « ingénieur » dans le Dictionnaire Napoléon18 ? Seules quelques individualités des hautes sphères du cadre administratif, comme Emmanuel Cretet (1747-1809)19 y sont mises en évidence. L’on sait que les biographies des scientifiques et des savants offrent des perspectives qui peuvent féconder avantageusement l’histoire des sciences et des techniques20 L’historien, en face du problème des biographies d’ingénieurs des Ponts et Chaussées se retrouve devant un vide corroboré par la simple consultation de l’ouvrage bibliographique d’Alfred Fierro21 Ce vide n’est compensé que par quelques travaux pionniers, tel celui fragmentaire de Muller22 sur les élèves de l’Ecole polytechnique originaires de l’espace belge.

  • 23 Tarbé de Saint-Hardouin, Notices biographiques sur les ingénieurs des ponts et chaussées, depuis la (...)
  • 24 A. Debauve, Les Travaux publics et les ingénieurs des Ponts et Chaussées depuis le XVIIe siècle, Pa (...)
  • 25 Trudaine, Trudaine de Montigny, Legrand, de Franqueville, Varroy.
  • 26 De Régemorte père et fils, Bertrand, Gauthey, Liard, Gayant, Brisson, Minard, Mary, Comoy, Graëff, (...)
  • 27 Vallée, Payen, Schwilgué, Didion, Jullien, Busche, Talabot, Surell, Jacqmin.
  • 28 Collignon, Cézanne, Maniel, Lalanne.
  • 29 De Prony, Belanger, Navier, Barré de Saint-Venant, Coriolis, Bresse, Brémontier, Surell, Lebon, Vic (...)

12Ce premier constat ne doit cependant pas faire oublier quelques ouvrages significatifs, mais vieillis et mal adaptés aux exigences de la recherche historique actuelle. Le premier à apporter des données significatives remonte à 1884. Il est dû à Tarbé de Saint-Hardouin (François Pierre Hardouin)23 Puis en 1893, paraît l’ouvrage de A. Debauve24 qui contient des Notes biographiques sur les principaux ingénieurs des Ponts et Chaussées. Il ne s’agit pas d’un dictionnaire à proprement parler, mais de notes classées en neuf sections : Administration25 Routes, Ponts, Navigation intérieure26 Ports de mer, Chemin de fer27 Phares, Distribution d’eau - hydraulique agricole et ingénieurs célèbres à divers titres, avec deux sections : les ingénieurs appelés à l’étranger28 et les ingénieurs mathématiciens29 Le caractère thématique du classement en induit les limites, comme le confirme l’introduction de l’auteur :

  • 30 Debauve, op cit., p. 357.

Les travaux des Ponts et Chaussées sont [...] essentiellement impersonnels et l’honneur en revient au corps tout entier ainsi qu’aux conducteurs des ponts et chaussées, ses dévoués collaborateurs. Beaucoup d’ingénieurs ont cependant marqué leur passage par des œuvres remarquables, des inventions particulières ou des qualités éminentes30.

  • 31 F. Fichet-Poitrey, J. Bureau et M. Kaufmann, Le Corps des Ponts et Chaussées, du génie civil à l’am (...)
  • 32 A. Brunot et R. Coquand, Le Corps des Ponts et Chaussées, Paris, Éditions du CNRS, 1982, p. 757-892
  • 33 « Annexe 16. Liste des scientifiques et ingénieurs actifs en France sous le Consulat, l’Empire et L (...)

13Plus récemment, en 1982, l’ouvrage collectif de Fichet-Poitrey, Bureau et Kaufmann31, contient 19 biographies. La même année paraissait l’ouvrage de Brunot et Coquand qui dans sa troisième section présente un Répertoire alphabétique des ingénieurs : « liste aussi complète que possible des ingénieurs qui ont fait partie du corps des Ponts et Chaussées depuis la constitution de celui-ci »32. La liste publiée en 1989 par Nicole et Jean Dhombres est largement incomplète33, puisqu’elle ne comporte que les ingénieurs ayant eu une activité scientifique.

  • 34 Notice historique sur la vie et les ouvrages de M. Perronet, dans P.C. Lesaga, Recueil de divers mé (...)

14Force est de constater la déficience des biographies, qu’elle soit imputable à la tradition, au poids historiographique d’une histoire des ingénieurs écrite par et pour des ingénieurs ou aux visées pédagogiques de telles biographies montrées en exemples. Le Sage reste dans cette tradition : « Formé par ses leçons [de Perronet], guidé par ses exemples, j’ai cru devoir laisser à ceux qui entreront un jour dans la même carrière, les éclaircissemens propres à faire connoître tous les pas d’un homme digne des hommages de tous les artistes. En leur transmettant les faits que je me suis plus à recueillir, j’ai satisfait aux sentimens les plus chers à mon cœur, à la reconnaissance, à la vénération, à l’amitié. L’éloge de l’homme vertueux est dans ses bienfaits ; l’apothéose de ses talens utiles est dans les monumens qu’il laisse, et les écrits qu’il nous transmet »34.

  • 35 De nouvelles voies d’accès à la connaissance de la notion de profession ont bien été dégagées par c (...)

15On aboutit alors à une histoire en cercle fermé, un peu à l’instar de celle du monde médical, tolérant avec une certaine appréhension le travail des historiens des sciences35. Une autre raison est peut-être à imputer à une historiographie qui ne recourt pas au regard critique indispensable à ce genre d’activité, et qui ne tient compte, ni de l’évolution de la science historique, ni de ses méthodes critiques (notamment d’analyse des manuscrits : authenticité, véracité des documents, originalité...).

16La phrase finale de la biographie de Perronet par Le Sage est sans équivoque sur cette tradition solidement installée d’écrire une histoire en vase clos à l’intention d’une « ethnie » : « D’autres ingénieurs pourront en donner un jour une analyse plus étendue et plus instructive », écrit-il !

  • 36 « William Chapman (1749-1832). Civil Engineer », dans A.W. Skempton, Civil Engineers and Engineerin (...)
  • 37 Éloge historique de M. Gauthey, inspecteur général des Ponts et Chaussées, dans Traité de la constr (...)

17Des lacunes proviennent également de l’attribution à une seule personne des activités d’un ensemble d’individualités comme Jean-Baptiste Vifquain, Goudriaan, ou l’anglais William Chapman36. Cette attitude reflète l’expression du fonctionnement hiérarchique, calqué sur les structures militaires de l’administration des Ponts et Chaussées. Les travaux consacrés à la personnalité de Jean Rodolphe Perronet, premier ingénieur des Ponts et Chaussées sont sans ambiguïté. Sous la plume de Le Sage, la biographie de Perronet devient éloge convenu : « il a été et sera toujours l’ornement et la gloire de notre art » écrit-il ! Les exemples peuvent être multipliés : ne citons que l’éloge d’Émiland-Marie Gauthey reflet d’une pratique biographique bien ancrée dans l’historiographie37.

  • 38 Des personnalités significatives de l’art de l’ingénieur des XVIIIe et XIXe siècles bénéficient de (...)
  • 39 Harry Lintsen, Ingenieurs in Nederland in de negentiende eeuw. Een streven naar erkenning en macht,(...)

18Cette dernière a cependant évolué et a privilégié l’étude de cas exemplaires38, mais pas nécessairement représentatifs de l’ensemble des individualités du corps des Ponts et Chaussées. Certaines monographies récentes permettent de mieux appréhender le monde des ingénieurs civils au XIXe siècle en y incluant des notes biographiques39.

19Les historiens disposent donc d’outils de travail déformant de manière variable, aussi bien la quantité des travaux effectués que les travaux réellement exécutés par l’ingénieur ; certains ingénieurs des Ponts et Chaussées n’étant situés qu’au point d’aboutissement d’une chaîne de production.

20Si les données qualitatives posent des difficultés, les incertitudes perdurent quant aux données quantitatives ; comme le nombre d’ingénieurs affectés réellement à des opérations particulières. Lors de la campagne d’Égypte par exemple, Gabriel Guémard souligne :

  • 40 Nouvelle contribution à l'histoire de l’Institut d’Égypte et de la Commission des sciences et arts. (...)

À noter que Villiers compte vingt-cinq ingénieurs des ponts au lieu de vingt-trois. Par contre, le Commandant de La Jonquière, d’après une situation due au payeur général Estève, n’en cite que dix-sept ; mais il s’agit d’un état dressé au départ de Toulon.
Il reste donc malaisé de déterminer le nombre exact des membres de la Commission qui, à la fin de la campagne, avaient droit au titre d’ingénieur des ponts. En effet, certains élèves de l’École Polytechnique, classés provisoirement dans le corps du Génie, y furent maintenus. Au nombre de ces derniers figurent Alibert, Arnollet, Caristie, Moline et Adrien Raffeneau-Delile. D’autres, partis comme aides-chimistes (Regnault et Potier) ou mécaniciens (Du Bois-Aymé et Favier), y furent admis par la suite. De Villiers, engagé comme géomètreadjoint, et Duchanoy, en qualité d’élève zoologue, passèrent aussi au service des ponts40.

  • 41 Voyage pittoresque de Constantinople et des rives du Bosphore d’après les dessins de M. Melling, ar (...)

21Certains ingénieurs ont été chargés d’accompagner des diplomates, comme l’ingénieur lorrain François Kauffer qui a dressé des plans pour le comte de Choiseul-Gouffier, ambassadeur à Constantinople en 1784 et qui a établi entre 1793 et 1802 les projets de canaux de la Porte Ottomane41.

  • 42 Un travail complet sur les Pyrénées. Antoine-Ignace Melling et Joseph-Antoine Cervini en voyage dan (...)

22D’autres encore, comme Victor-Stanislas Grangent (1770-1843) ou Charles Durand, s’adonnent avec beaucoup d’application à des descriptions illustrées de départements ou de monuments antiques42.

LA MÉTHODE DE FRANÇOIS DE DAINVILLE

  • 43 Cf. l’article de Martine Illaire dans ce volume.

23Partir des documents cartographiques, matériaux de la pratique pour reconstituer l’univers des activités d’un cartographe ou d’un ingénieur, reste une méthode d’approche infaillible (heuristique de matériaux diffédifférenciés ; approche comparative ; dégagement de facture et de conception par la critique interne...) ; elle implique un regard scrutateur sur l’oeuvre cartographique, mais oblige d’une manière synallagmatique à rechercher au sein du contexte historique, dans l’espace socio-professionnel tout autant que dans l’itinéraire géographique du cartographe ou de l’ingénieur43.

24Partant de cette leçon au sens plein du terme, constatant le vide historiographique d’une prosopographie des ingénieurs de l’Empire, considérant l’exigence scientifique de la méthode « Dainville » appliquée par exemple aux activités de l’ingénieur piémontais, Ercole Negro, on peut alors dégager quatre clés d’accès à l’interprétation qui correspondent à la technique d’investigation : l’approche comparative, l’analyse de la facture du matériel graphique, l’étude des données géographiques du contenu perçu en relation avec la réalité géographique à percevoir, ou qui pouvait être considérée à ce moment, l’interprétation du corpus des données ancillaires qui permettent un accès à une compréhension plus large :

  • le contexte événementiel ;

  • le matériel du pouvoir commanditaire (lettres, ordre de mission, priviprivilège...) ;

  • les données comptables (procès-verbaux des trésoriers de France) ;

  • tout autre document permettant un accroissement des connaissances.

  • 44 T. Ravinet, Code des Ponts et Chaussées et des mines, ou collection complète des lois, arrêtés, déc (...)
  • 45 Ibid.

25Parmi les documents offrant un terrain d’investigation particulièrement riche, il faut mentionner les inventaires des cartes et plans dressés par les ingénieurs eux-mêmes ou par leurs collaborateurs dans l’exercice de leurs activités, en vertu de l’article 77 du décret du 7 fructitor an XIII, réitéré par Cretet le 24 fructidor an XIII [11 septembre 1805] : « il doit être fait un inventaire détaillé de tous les plans, papiers et cartes, des instrumens et du mobilier appartenant à l’état, et existant dans les bureaux des ingénieurs en chef et des ingénieurs ordinaires ; et le double de cet inventaire devait m’être adressé dans les trois premiers mois de l’an XIII »44. Et de préciser que pour les états de situation des exercices antérieurs, « il sera fait mention exacte du nombre des cartes et plans annexés aux projets »45.

26Nous nous proposons donc de mettre en chantier une enquête de « cartoprosopographie » reposant sur cette méthode. Elle nécessite :

    • 46 The Engineering Drawings of Benjamin Henry Latrobe. Edited with an Introductory Essay by Darwin H. (...)
    • 47 De Physique Existentie dezes Lands. Jan Blanken, inspecteur-generaal van de Waterstaat (1755-1838). (...)

    la collecte du matériel graphique des ingénieurs, en s’inspirant de l’ouvrage de Darwin Stapleton concernant Benjamin Henri Latrobe46, ou encore de celui de R.M. Haubourdin pour l’oeuvre de Jan Blanken47 ;

    • 48 Notamment la précieuse collection des Annuaires du corps impérial des Ponts et Chaussées, à partir (...)

    la collecte des données biographiques publiées (annuaires48, éloges, recueils de données bibliographiques, notices de carrières d’ingénieurs...) ;

  • l’intégration et le contrôle des répertoires biographiques manuscrits : notamment le fichier Richard des Ponts et Chaussées, les registres biographiques des ingénieurs du Waterstaat ;

  • l’intégration des données collectées dans les dossiers personnels conservés dans la série F14 des Archives nationales et dans les séries du Waterstaat et du Ministère belge des Travaux publics ;

  • l’intégration des données fournies par les archives privées (familles Vallée et Vifquain) ;

  • l’intégration des travaux significatifs manuscrits (projets de construction, cahiers des charges, devis...).

  • 49 Registre d’admission à la dite école [Ponts et Chaussées] à partir du 1er Vendémiaire an XIII, ENPC (...)
  • 50 Ibidem, p. 129.

27Notons l’hétérogénéité de ces données. Dans certains registres du Waterstaat, la précision des informations va jusqu’à la description physique, par exemple pour Jean Joseph De Behr : « cheveux et sourcils châtains, front moyen, nez gros, yeux bruns, bouche grande, menton rond, visage ovale, taille 1 m 72 »49 ou encore pour Jean Théodore Frédéric Teichmann qui est « un peu marqué de petite vérole »50. Il en est d’autres qui précisent une filiation particulière, telle pour l’ingénieur Jean Joseph Alexis Grétry, né à Gand : « son père étoit musicien » ; quant au père de Jean-Baptiste Bonnetat, il était médecin et celui de Florent Casimir Joseph Debout : « employé dans l’administration du Pas-de-Calais ». Le père de l’ingénieur Anne Lequesne « était directeur général des octrois de la ville de Paris ». Des précisions quant au degré de fortune et à la composition familiale sont fournies, par exemple pour Jean Théodore Frédéric Teichmann : « Madame la Veuve Teichmann sa mère demeure à Liège, département de l’Ourthe, environ 3 000 £ de rente en bien fonds, trois filles demoiselles et un seul fils ».

  • 51 Voir Henri Fassbender, « L’enseignement à l’École centrale du département de la Dyle », Cahiers bru (...)

28L’enseignement reçu par les jeunes ingénieurs devrait faire l’objet d’une approche systématique ; les expériences « pilotes » des écoles centrales dans les départements ont-elles suscité des vocations techniques ? Nul n’ignore que les programmes étaient orientés vers les disciplines utiles à l’exercice de l’art de l’ingénieur : dessin, mathématiques, hydraulique (physique)51.

29Enfin, il ne faut pas non plus négliger le rôle des vieilles rivalités de corps qui s’institutionnalisent par une nette séparation des compétences. Les ingénieurs revendiquent volontiers les compétences spécifiques à leur corps respectifs, comme le montre ce témoignage d’un ingénieur des mines à propos de ses collègues des Ponts et Chaussées :

  • 52 Rapport anonyme, vers 1822 (s’-Gravenhage, Algemeen Rijksarchief, WBW, n° 1192 : Organisatie van he (...)

Il est je pense inutile d’établir, combien les études des ing[énieu]rs des ponts et chaussées sont différentes de celles des ing[énieu]rs des Mines.
La ligne de démarcation entre les deux branches de service commençoit dès l’École Polytechnique, et du moment que l’on en sortoit, il n’y avoit plus rien de commun entre les cours, les écoles, les examens, les avancemens, ni les travaux.
Comment pourroit-on admettre qu’un ing[énieu]r des ponts et chaussées soit en état de remplir des fonctions, qui exigent seules des études longues et approfondies, dont il n’a jamais été à même de s’occuper. Combien d’années ne faut-il pas, pour apprendre la chimie, la minéralogie, la métallurgie, la géologie et la science de l’exploitation et cependant toutes les connoissances sont indispensables à un ing[énieu]r des Mines.
D’ailleurs, quand même l’ing[énieu]r des ponts et chaussées saurait tout cela par théorie, il serait encore incapable de tout service jusqu’à ce qu’il eut acquis la pratique. En attendant, il serait non seulement inutile, mais encore dangereux de l’employer. En effet, dans les ponts et chaussées, il est rare que l’ignorance d’un ing[énieu]r puisse avoir d’autres suites que la perte de temps et d’argent52.

30Les notices prosopographiques présentées en annexe 1 reflètent bien l’hétérogénéité des sources et mettent en avant la spécificité de certains parcours.

LE REDÉPLOIEMENT DE LA RECHERCHE

31Après avoir conduit une recherche selon le processus opérationnel décrit ci-dessus, on pourra la redéployer, en ne considérant plus cette fois les individualités, mais les réalisations effectuées sur une longue durée.

  • 53 Y. Urbain, « La formation du réseau des voies navigables en Belgique. Développement du système des (...)

32L’exemple des canaux du Hainaut est à ce propos doublement significatif. La teneur des projets reflète les hésitations techniques multiséculaires pour la réunion des bassins scaldien-mosan et mosan-mosellan53. Leur réalisation a fait intervenir différentes personnes qui se sont succédées sur un long laps de temps (plusieurs siècles pour le canal de Pommeroeul à Antoing !)

  • 54 En tenant compte des normes imposées: K. Booker, « Gaspard Monge (1746-1818) and his Effect on Engi (...)
  • 55 Mapmakers of the Sixteenth Century and Their Maps. Bio-Bibliographies of the Cartographers of Abrah (...)
  • 56 L. Bagrow, « A. Ortelii catalogus cartographorum », Petermanns geographische Mitteilungen, Ergänzun (...)
  • 57 On inclura par exemple les activités des ingénieurs des Ponts lors de la campagne d’Égypte (1798-18 (...)
  • 58 Un des objectifs de certains chercheurs, voir Zig-zag. Lettre d’information du réseau des lecteurs (...)

33Nous proposons d’étendre la recherche à l’ensemble d’un corpus européen actif entre 1804 et 1815, au sein de l’Empire français dans sa plus grande extension en 1812 et non plus seulement aux ingénieurs des départements rattachés de Belgique méridionale sous l’Empire français. Ne seront retenus dans ce nouveau dictionnaire que ceux des ingénieurs qui auront eu une action réelle sur le paysage. Ce dictionnaire sera établi à partir d’une carto-bibliographie. Dans un premier temps la production graphique sera rigoureusement examinée54. L’ouvrage remarquable de Robert Karrow55 pour les cartographes du XVIe siècle pourra servir de modèle, tout en reprenant la tradition du travail de base de Leo Bagrow56. Ce dictionnaire intégrera les ingénieurs auteurs et les ingénieurs en prise directe avec les travaux graphiques57. Ce nouveau dictionnaire devrait être établi à partir d’une structure de recherche en réseau, selon un modèle tenant compte des contraintes de la recherche historique actuelle et conformément aux décisions officielles du nouveau programme de recherche initié par la Commission européenne58.

34Pour structurer ces méta-données cartographiques et biographiques, il est nécessaire de recourir aux technologies de l’information et de la communication ; qui seules permettront de structurer et d’ordonner dans une base de données en inter-relation, les données biographiques brutes, le matériel graphique, les liens vers les documents auxiliaires (éloges, notices, mémoires,...), les œuvres techniques, les écrits des ingénieurs auteurs (travaux imprimés et manuscrits) et les références bibliographiques.

35Le contrôle, la diffusion et l’intégration de toutes ces informations, collectées dans l’espace géographique correspondant à la plus grande extension de l’Empire français en 1812, devrait permettre par exemple, de suivre les réalisations graphiques de grands projets ou la mobilité des ingénieurs en cours de carrière, en offrant le substrat nécessaire à tout type de recherche touchant à l’œuvre des ingénieurs. Au terme de ce travail, reste à souligner notre dette de reconnaissance à François de Dainville et notre espoir de le voir mener à bien.

Annexes

ANNEXE 1 : EXEMPLES D’ESQUISSES BIOGRAPHIQUES

Les informations biographiques contenues dans cette liste permettent de constater l’hétérogénéité des carrières, la très grande mobilité des ingénieurs en Europe et d’observer la diversité des tâches et des fonctions.

Abréviations :

- A.E.N. : Archives de l’État à Namur ;

- A.E.N.P.C. : Archives de l’École nationale des Ponts et Chaussées, Palaiseau ;

- A.E.Lg. : Archives de l’État à Liège ;

- A.N. : Archives nationales, Paris ;

- A.R.A. : Algemeen Rijksarchief, Den Haag, Pays-Bas ;

- FR. : Fichier Richard.

ARCELOT, Alexandre Louis
Né à Dracy (Côtes d’Or), le 19 juillet 1780. Envoyé comme élève dans le département de la Côte d’Or le 1er vendémiaire an 9 pour le tracé de la ligne télégraphique. Employé au canal du Doubs pendant la campagne de l’an 9. Nommé ingénieur ordinaire au département de l’Ourthe (Liège), le 1er floréal an 10 [1802].

Sources : AENPC, RMEI, vol. 2, p. 182.

BONNETAT, Jean Baptiste
Né à la Bastide de Feron (Ariège), le 7 mai 1783. École polytechnique, le1 er frimaire an 11. École des Ponts et Chaussées, 1er frimaire an 13. Employé comme élève dans le département de l’Ailier, an 14. Employé comme élève aux travaux du port de Dunkerque, 1806. Nommé aspirant ingénieur, le 1“décembre 1806. Ingénieur de 2ème classe le 1er décembre 1807. Reste dans le département de Jemmapes, puis passe dans le département de Mont-Tonnerre à Spire le 15 septembre 1810, envoyé dans le département des Hautes-Pyrénées à Tarbes, le 1er novembre 1815, après avoir travaillé à Privas le 1er mars 1812. Il sera placé au port de Libourne et à la nouvelle route de Lyon à Bordeaux, le 1er novembre 1819. Ingénieur de 1ère classe le 3 mars 1820, chargé de la navigation de l’Isle, de Périgueux à Libourne dans la Dordogne et la Gironde, le 1er janvier 1823. Ingénieur en chef de 1ère classe, le 1er juillet 1823. Chargé du canal de Bourgogne dans le département de la Côte-d’Or, le 15 février 1826. Ingénieur en chef de 1ère classe, le 30 août 1828. Ingénieur en chef-directeur, le 1er décembre 1829. Réuni à son service les parties du canal de Bourgogne comprises dans l’Yonne, le 1er janvier 1835. Inspecteur divisionnaire adjoint, le 4 février 1840. Chargé de l’inspection du canal de la Marne au Rhin, le 29 avril 1840. Retraité le 8 mai 1848 et nommé inspecteur général honoraire. Pension de 4500. Décédé le 22 avril 1870.

Sources : Almanach du département de Jemmapes pour l’an 1809, Mons, sd., p. 215.

M. Watelet, Chemins..., p. 127, n.143.

AENPC, Reg. 1805, np.

AN, F142175/2

CHERRIER, Pierre Bernard
Né à Paris, le 29 mars 1769. École des Ponts et Chaussées, septembre 1787. Ingénieur ordinaire à La Flèche, le 17 septembre 1794. Confirmé de 2e classe le 18 mars 1805. Ingénieur de 1ère classe, le 11 mai 1808. Ingénieur en chef de 2ème classe, le 1er janvier 1810. Passé dans le département de la Dyle, le 1er avril 1810. Passé dans le département de la Sarthe, le 1er août 1814. Passé dans le département de l’An, le 15 octobre 1822. Ingénieur en chef de 1ère classe, le 3 mai 1824. Retraité le 1er janvier 1832.

Sources : M. Watelet, Chemins..., p. 108, n121.

AENPC, FR (2.212).

CHEVALIER, Michel
Né à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), le 2 juin 1770. École polytechnique, le 21 décembre 1794. École des Ponts et Chaussées, le 3 février 1797. Ingénieur ordinaire dans le département du Nord (Valenciennes), le 18 mars 1805. Passé dans le département de la Dyle, le 1er octobre 1809. Ingénieur de 1ère classe le 1er janvier 1810. Passé dans le département de la Seine-Inférieure (Le Havre), le 1er août 1814. Ingénieur de 2ème classe chargé des ports maritimes de la Seine inférieure à l’exception de Rouen, le 28 avril 1824. Retraité le 1er novembre 1833. Décédé le 24 août 1843.

Sources : M. Watelet, Chemins..., p. 106.

AENPC, FR (2-209) ; RMEI, vol. 2, p. 164.

CORDIER, Joseph
Né à Orgelet (Jura), 15 août 1775. Requis par le Ministre de la Guerre en qualité d’élève pour se rendre dans le département de l’Ain, le 25 vendémiaire an 9. Part de Paris le 8 brumaire an 9 pour se rendre à Domo Dosokla, armée d’Italie. Nommé ingénieur ordinaire des Ponts et Chaussées. Chargé des travaux du Simplon dans le Haut-Valais, sous les ordres de l’ingénieur en chef Houdouart, le 1er germinal an 11.

Sources : AENPC, RMEI, vol. 2, p. 190.

A.R.A., Waterstaat, 298 : Rapport de L’ingénieur.

DE BEHR, Jean Joseph Alexandre
Né à Maastricht, le 15 août 1786. Entré à l’École polytechnique, le 20 novembre 1805. Entré à l’École des Ponts et Chaussées, le 20 novembre 1807. Élève au canal du Nord, 1808. Envoyé au département de l’Aude, 1809. Employé au département de la Lys, 1810 au 1er janvier 1811. Le 1er janvier 1816, nommé inspecteur des Travaux publics en Belgique et chargé de réclamer auprès du gouvernement français les plans et papiers qui appartenaient à l’administration des Ponts et Chaussées de la Belgique. Nommé ingénieur en chef de 1ère classe, le 1er janvier 1817. Parti de Paris, après avoir terminé sa mission, le 29 mars 1817. Se rend dans le Grand-Duché de Luxembourg, le 26 juin 1817. Appelé au Conseil général du Corps des ingénieurs du Waterstaat, le 31 août 1817. En satisfaction du succès de sa mission à Paris, S.M. l’a nommé Chevalier de l’Ordre du Lion de Belgique, le 2 octobre 1817.

Sources: A.R.A., Waterstaat, 1089, n° 41; 1275; 857.

M. Watelet, Chemins..., p. 176-177, 183, 187.

AENPC, Reg. 1805, p. 111.

DEBOUT, Florent Casimir Joseph
Né à Arras (Pas-de-Calais), le 2 mars 1785. École polytechnique, le 22 novembre 1802. École des Ponts et Chaussées, 22 novembre 1804. Envoyé au canal de l’Ourcq, 1805-1806. Employé aux travaux du port et à la rade de Cherbourg, 1806. Envoyé dans le département de la Dyle, 1807. Aspirant dans le département de la Dyle, le 18 novembre 1807. Ingénieur de 2ème classe, le 1er décembre 1808. Passé au département de Jemmapes, le 1er mars 1809. Passé au département du Pas-de-Calais à Saint-Omer, le 1 er août 1814. Envoyé dans le département du Cantal à Saint-Flour, le 1 er mai 1818. Employé au canal de Saint-Quentin, le 1er mars 1819. Ingénieur de 1ère classe, le 9 juin 1835. Passé au service de l’arrondissement de Saint-Quentin, le 1er février 1836. Employé au service des études du chemin de fer à Paris et à Lille, le 16 novembre 1836. Ingénieur en chef de 2ème classe, le 13 décembre 1836. Chargé du chemin de fer de Lille à Valenciennes à la frontière belge, le 1er août 1840. Mis en disponibilité avec traitement, le 25 novembre 1840. Chargé des études des chemins de fer de Paris à Strasbourg, le 16 février 1841. Ingénieur en chef de 1ère classe le 22 mars 1842. Chargé des projets définitifs du canal de Vity à Monjeux.

Sources : Almanach du département de Jemmape pour l’an 1809, Mons, sd., p. 215.

AENPC, FR.

ANEPC, Reg. 1805, np.

DEHAYE, Antoine Marie Stanislas
Né à Rethel, le 17 septembre 1775. École des Ponts et Chaussées, octobre 1792. Ingénieur ordinaire dans le Nord, le 17 avril 1799. Passé au département de Jemmapes, le 20 mai 1802. Confirmé ingénieur de 1ère classe à Mons, le 28 mars 1803 ( ?). Passé au département de la Dyle, le 1er mars 1809. Décédé, le 3 septembre 1809.

Sources : ANEPC, FR (5-969 ; 2-255).

DENDEL, Anne François Michel
Né à Bar-le-Duc, le 19 novembre 1783. École polytechnique, 1799. École des Ponts et Chaussées, novembre 1801. Envoyé aux travaux du Blavet, 1802. Ingénieur, le 9 mai 1804. Confirmé ingénieur de 2ème classe, le 18 mars 1805. Passé à Neuss (Roër) pour le canal du Nord, le 1er avril 1807. Passé dans le département de la Lys (Ostende), le 1er avril 1811. Passé dans le département de Jemmapes (Mons), le 1er juin 1811. Ingénieur de 1ère classe, le 1er mars 1813. Envoyé au canal de l’Ourcq (Lerin), le 16 juin 1813. Envoyé à Auxerre, le 1er mars 1817. Chargé des travaux de l’Ourcq et du canal Saint-Martin, le 18 juillet 1817. Ingénieur en chef de 2ème classe, chargé du canal des Ardennes, le 1er août 1821. Placé dans la réserve avec un demi traitement, le 1er février 1829. Chargé du Morbihan, le 1er avril 1829. Envoyé au canal du Centre, le 1er juin 1833. Ingénieur en chef de 1ère classe, le 1er novembre 1833. Chargé dans l’Aube et au service des chemins de fer de Paris à la Méditerranée, dans l’Aube, le 1er juin 1844. Retraité le 1er décembre 1847 (Pension 3000). Décédé, le 3 juin 1851.

Source : ANEPC, FR (2-258).

DESCHAMPS, Claude
Né à Tarbes (Marne), le 9 janvier 1765. École des Ponts et Chaussées, le 15 octobre 1782. Élève dans la généralité de la Rochelle en 1783. Chargé des travaux de la Boutonne en 1784. Chargé des travaux des grands ponts de Châlons en 1785 et 1786. Inspecteur des Ponts et Chaussées de la généralité de Paris, le 1er avril 1787. Passé à Perpignan en juin 1788. Ingénieur ordinaire à Rethel (Ardennes) en 1791. Passé à Turin (Mont Cenis) comme ingénieur en chef, le 7 mars 1803. Passé ingénieur en chef de 1ère classe dans le département de l’Ourthe, le 18 mars 1805. Passé dans le département de la Lys, le 1er avril 1809. Passé dans le département des Ardennes, le 1er juillet 1809. Inspecteur divisionnaire de la 10ème division, le 1er janvier 1810. Directeur des ponts de Bordeaux et de la route de Bayonne à Bordeaux, le 1er février 1812. Inspecteur général, le 30 janvier 1822. Retraité le 22 juin 1842 (Pension 6000). Chevalier de la Légion d’honneur, le 20 février 1819. Officier de la Légion d’honneur, 1822. Commandeur de la Légion d’honneur, 22 juin 1842.

Textes imprimés :

- Des travaux à faire pour l’assainissement de la culture des landes de Gascogne et des canaux de jonction de l’Adour à la Garonne, Paris, 1832.

- Recherches et considération sur les canaux et les rivières en général. Application particulière aux voies fluviales des départements du Sud-Ouest de la France et plus particulièrement de la jonction des deux mers par la Garonne entre Toulouse et Bordeaux, Paris, 1834.

- Supplément aux « recherches et considérations sur les canaux et sur les rivières » ou nouveaux développements spécialement relatifs à la navigation de la Garonne entre Toulouse et Bordeaux, Paris, sd.

- Compte rendu des études relatives

1° à l’amélioration des landes de Gascogne

2° à la jonction de la Gironde à la Charente, Paris, 1838

Textes manuscrits :

- Rapport sur le barrage de Saint-Valéry, 1823 (EPC, mss 1979-1980).

- Demande adressée au Ministre de l’Intérieur pour rendre la rivière d’Antonme flottable afin de pouvoir transporter à Paris les bois de la forêt de Compiègne, an II, 1 dossier (EPC, mss. 2364).

-Note sur l’explosion d’une chaudière à bord du bateau à vapeur l’« Union », 1829, 4 pièces et 1 plan (EPC, mss 2453).

Sources: M. Watelet, Chemins..., p. 90.

AN, F1410185.

ANEPC, FR (2.242).

DONOP, Charles
Né à Cassel (Allemagne). Nommé ingénieur ordinaire au département de l’Ourthe (Liège), le 12 messidor an 6.

Sources : AELg. Fonds français, n° 1749.

M. Watelet, Chemins..., p. 20 n.10, 73 n.75, 75 n.76.

AENPC, RMEI, vol. 2, p. 165.

GRÉPINET-SAINT-MAURICE, Nicolas
Né à Langres, le 5 novembre 1746. École des Ponts et Chaussées, le 17 janvier 1766. Sous-ingénieur dans la Lorraine, le 1er avril 1776. Passé dans le département du Calvados, comme ingénieur en chef ad interim en 1798. Passé dans le département de la Maine en mai 1800. Ingénieur en chef du département de Sambre-et-Meuse, le 16 mai 1803. Confirmé ingénieur de 2ème classe, le 28 mars 1807. Ingénieur en chef de 1ère classe, le 1er mai l808. Décédé le 25 octobre 1810.

Sources : AEN, Administration du département de Sambre-et-Meuse, n° 179.

AENPC, FR (8-341 ; 2-315).

HAGEAU, Aimable
Né à Argnilcourt (Aisne), le 16 juin 1756. Sous inspecteur au canal du Nivernais, le1er avril 1785. Ingénieur dans la Nièvre (canal de la Nièvre), le 11 décembre 1792. Passé à Clamecy, le 7 avril 1799. Ingénieur au canal de Dole, le 20 janvier 1803. Ingénieur en chef de 2ème classe au canal de la Meuse au Rhin à Maestricht, le 18 mars 1805. Ingénieur en chef de 1ère classe au grand canal du Nord, le 1er mai 1808. Passé au département de Jemmapes, le 1er mars 1811. Inspecteur divisionnaire adjoint et placé dans la 8ème inspection, le 1er janvier 1812. Quitte la 8ème inspection et est chargé du canal de jonction du Rhône au Rhin, le 1er août 1814. Adjoint à Cochonet à la 1ère inspection, le 1er mai 1815. Chargé de la 9ème inspection, le 1er octobre 1815. Chargé du canal de l’Ourcq et des eaux de Paris, le 11 juin 1817. Chargé de la 9ème inspection la 1er juillet 1818. Chargé de la direction supérieure du canal du Nivernais dans l’Yonne et de la Nièvre, le 6 septembre 1822. Déchargé des travaux, le 1er février 1826. Retraité le 1er novembre 1830. Décédé le 12 septembre 1836.

Textes imprimés :

- Rapport sur le projet de canal latéral au Tibre dans le département de Trasimène, Turin, 1812.

- Sur l’état des routes en France, Paris, 1829.

- Description du canal de jonction de la Meuse au Rhin, Paris, 1819.

Textes manuscrits :

- Documents divers sur l’écoulement des eaux dans les canaux de navigation, 1dossier et 1 plan (EPC, mss 871).

- Rapport relatif aux expériences faites sur le canal de jonction du Doubs à la Saône pour connaître la vitesse de l’eau et la pente à la surface dans un canal parfaitement de niveau, an XII (EPC, mss 875).

- Rapport à M. le Conseiller d’État, directeur général des Ponts et Chaussées, sur le voyage qu’ont fait en Hollande, au mois de juin 1806 MM. Hageau, ingénieur en chef et Dan de la Vauterie, ingénieur ordinaire au canal de la Meuse au Rhin, 1806, 1 cahier (EPC, mss 775).

- Mémoires, documents et rapports relatifs aux travaux de la fondation de l’écluse de Dole sur le Doubs, 1808-1810, 1 dossier et 1 plan (EPC, mss 2302).

- Recueil d’expériences relatives au percement et au revêtement du canal souterrain du département de la Nièvre, 1790-1791, 1 cahier (EPC, mss 1192).

- Rapport sur le dessèchement du lac Trasimène, Turin, 1812 (1 manuscrit, 1 lettre et 5 feuilles) (EPC, mss 1192).

- Rapport sur des questions de navigation, 1 dossier (EPC, mss 1905).

- Rapport sur le canal du département de la Nièvre, 1807, 1 cahier (EPC, mss 2231).

Sources: AENPC, FR (2-334).

AN, F1410098 (1-3).

HÉBERT, Joseph Charles
Né à Paris, le 2 mars 1754. École des Ponts et Chaussées, le 12 février 1771. Sous-ingénieur dans la généralité de Picardie, le 15 septembre 1780. Ingénieur dans la Somme (Montdidier et Amiens), en 1791. Confirmé ingénieur de 1ère classe le 28 mars 1805. Ingénieur en chef de 2ème classe dans la Lys (Bruges), le 13 novembre 1805. Passé dans le département de l’Ourthe, le 1er avril 1807. Ingénieur en chef de 1ère classe, le 1er mars 1809. Chargé de la navigation de la Somme, le 1er août 1814. Retraité le 1er octobre 1815. Décédé le 1er décembre 1837.

Sources : M. Watelet, Chemins..., p. 140, 142, 143, 148, 149, 230-231, 233, 240-241.

AELg, Fonds français, n° 1755.

AENPC, FR (2-342).

LEQUESNE, Anne
Né à Paris, le 28 septembre 1781. École polytechnique, le 22 novembre 1798. École des Ponts et Chaussées, le 22 novembre 1802. Employé en qualité d’élève au département du Leman, 1802-1803. Employé au port de Boulogne, sous les ordres du ministre de la Marine, 1803-1804. Employé à Ambleteuse, sous les ordres de Mr Sganzin, inspecteur général, an 14. Employé à la route du Simplon, 1804-1805. Nommé aspirant ingénieur, à la conduite des travaux du canal de Saint-Quentin, le 29 octobre 1805. Employé au département de l’Ourthe (Liège) 24 février 1806. Ingénieur de 2ème classe le 1er novembre 1806. Passé au département de l’Ailier, le 1er août 1814. Passé au Pont de Sainte-Maxime (Oise), le 16 juillet 1815. Passé dans l’Oise, à Compiègne, le 1er octobre 1815. Placé dans la réserve avec un demi-traitement, le 1er août 1818. Sans traitement, le 1er avril 1820. Placé dans le département de la Seine-et-Oise, arrondissement de Pontoise, pont de cette ville excepté, le 1er mars 1821. Chargé de l’arrondissement de Villiers-le-Bel (Seineet-Oise), le 15 septembre 1822. Ingénieur de 1ère classe, le 8 mai 1824. Ingénieur en chef de 2ème classe, chargé des Hautes-Alpes, le 19 octobre 1830. Chargé du département de l’Ailier, le 16 août 1832. Chargé du département de l’Oise, le 15 avril 1834. Ingénieur en chef de 1ère classe, le 27 octobre 1835. Retraité, le 1er décembre 1847 (pension de 3000). Nommé inspecteur divisionnaire.

Sources : AENPC, FR (1-21).

AENPC, RMEI, vol. 2, p. 201.

AENPC, Reg. 1805, p. 13.

LE TELLIER, Jean Joseph
Né à Harfleur (Seine-Inférieure), le 16 mars 1774. Envoyé comme élève sur les travaux des canaux du midi, département de l’Aude, le 21 floréal an 7. Ingénieur du port du Havre, Messidor an 8 au 1er nivôse an 10. Nommé ingénieur ordinaire au département de l’Ourthe (Liège), arrondissement de Namur, le 24 germinal an 10. Envoyé au département de la Charente-Inférieure.

Sources : AENPC, RMEI, vol. 2, p. 175.

MESNAGER, François Philippe
Né à Nemours (département de Seine et Marne), le 17 octobre 1793. A suivi les travaux de construction du pont de Nemours pendant la campagne de l’an 5. Nommé ingénieur ordinaire au département de Sambre-et-Meuse (Namur), le 23 thermidor an 6.

Sources : AENPC, RMEI, vol. 2, p. 168.

MINARD, Charles Joseph
Né à Dijon (Côtes d’Or), le 17 mars 1781. Employé comme élève au canal de Saint-Quentin pendant la campagne de l’an 9. Employé au canal de Charleroi en l’an 10. Nommé ingénieur pour le canal de Charleroi, le 4 frimaire an 12.

Sources : AENPC, RMEI, vol. 2, p. 189.

F. de Dainville, Les bases d’une cartographie industrielle de l’Europe au XIXe siècle, dans La Cartographie reflet d’histoire. Recueil d’articles présentés par Michel Mollat du Jourdin avec le concours de Lucie Lagarde, Marie-Antoinette Vannereau et Numa Broc, Genève-Paris, Éditions Slatkine, 1986, p. 153-175.

NOËL, Jean Félix
Né à Bruxelles, le 13 juin 1790. Entré à l’École polytechnique, le 1er septembre 1808. Entré à l’École des Ponts et Chaussées, le 20 septembre 1810. Envoyé au département des Deux-Nèthes, 1811. Envoyé au département des Landes, 1812. Envoyé dans le département de la Loire, arrondissement de Montbrison, 1813.

Sources: M. Watelet, Chemins..., p. 199 n.43.

AENPC, RMEI, vol. 2, p. 181.

A.R.A., Waterstaat, 857.

PIOU FILS, Jacques François Marguerite
Né à Guingamp, le 2 novembre 1770. École des Ponts et Chaussées de Bretagne, janvier 1789. Ingénieur dans le département des Côtes-du-Nord, le 15 décembre 1791. Chargé en outre des ports de commerce des Côtes du Nord, le 24 janvier 1793. Ingénieur en chef à Jemmapes, le 18 mars 1805. Ingénieur en chef de 1ère classe, le 1er mai 1808. Passé dans le Morbihan et chargé en outre du canal de Blavet et des travaux de Napoléon-Ville, le 1er mars 1811. Le canal de Blavet est soustrait de son service le 1er août 1814. Les bâtiments de Perstery sont soustraits de son service, le 1er janvier 1821. Chargé du département de la Nièvre, le 1er mai 1821. Chargé du département de la Sarthe, le 15 octobre 1822. Mis dans la réserve avec traitement entier, le 16 août 1824. Chargé du canal d’Ille de France dans les Côtes-du-Nord et d’Ille-et-Vilaine, le 15 mai 1825. Mis en réserve avec traitement, le 1er août 1833. Retraité, le 1er avril 1837 (Pension 3000). Décédé en 1861 à 91 ans.

Sources : M. Watelet, Chemins..., p. 127 n. 142 ; p. 88, 122, 124, 126, 134-135.

AN, F14/10/76; F14/994; 147 AP 1-5. AENPC, FR (3-572).

Almanach du département de Jemmapes pour l’an 1809, Mons, sd., p. 215.

TEICHMANN, Jean Théodore Frédéric
Né à Venloo (Meuse-Inférieure), le 3 août 1788. École polytechnique, le 20 novembre 1806. École des Ponts et Chaussées, le 30 novembre 1808. Employé comme élève à Gênes, 1er mai 1809. Envoyé dans le département de l’Escaut pour les polders, du 15 avril 1810 au 1er février 1811. Envoyé au port d’Anvers pour la Marine, le 21 avril 1811. En mission dans le département de l’Escaut pour les travaux des polders Marguerite et Feinsje, le 1er mai 1810. Envoyé dans le département des Nethes, le 1er mai 1811, pour le service de la marine militaire, attaché aux travaux de l’arsenal et des bassins d’Anvers. Aspirant à Anvers, département des Deux-Nèthes, le 1er août 1812. Passé au service de la guerre le 20 décembre 1813 en qualité de capitaine de génie militaire. Chargé des travaux de défense du camp retranché de Mixem, s’est trouvé aux affaires des 3 et 4 février 1814 à la suite desquelles la croix de la légion d’honneur a été demandée pour lui par le colonel maintenant général du génie Sabatier. Commissaire de S.M. le roi de France, le 4 juin 1814 pour le partage des vaisseaux de guerre ordonné par le traité de paix de Paris. Rayé des contrôles comme étranger, le 1er août 1814. A quitté honorablement le service de France le 17 octobre 1814. Nommé inspecteur de 1ère classe des travaux publics de la Belgique par arrêté de S.A.R. le prince souverain des Pays-Bas, le 27 octobre 1814. Chargé de missions dans le Hainaut, les 15 novembre 1814 et 25 mai 1815. Chargé de la reconnaissance des routes frontières vers la France sous le rapport du service des armées, le 25 avril 1815. Chargé du service de la province du Brabant Méridional, en juillet 1815. Nommé directeur des bassins de la ville d’Anvers, le 19 avril 1816. Ingénieur en chef de 2ème classe au corps du Waterstaat, le 1er janvier 1817.

Sources: M. Watelet, Chemins..., p. 171, 182-183.

AENPC, FR (3-404).

AENPC, Reg. 1805, p. 129.

A.R.A., Waterstaat, 857, 1277.

VAN DELEN, Léonart Albert Carel
Ingénieur en chef de 2ème classe adjoint à l’ingénieur en chef du département de Yssel Supérieur, le 1er février 1811. Chargé du département de la Lippe, le 1er juin 1811. Rayé des contrôles comme étranger, le 1er août 1814.

Sources: A.R.A., Waterstaat, 368.

AENPC, FR.

WIOTE, Pierre-Emmanuel
Né à Dieppe (Seine-Inférieure), le 29 mai 1777. Entre à l’École Polytechnique, le 21 décembre 1794. Entre à l’École des Ponts et Chaussées, le 21 décembre 1796. Élève au port de Brest, en 1798. Envoyé comme élève par le ministre de la Marine sur les travaux du port de Dunkerque, le 1er floréal an 7. Ingénieur au port d’Anvers, le 15 messidor an 8. Nommé ingénieur ordinaire à Anvers sous les ordres du ministre de la Marine, prairial an 9. Envoyé au port de Boulogne en septembre 1801. Passe au port de Saint-Valéry-sur-Somme, le 23 novembre 1801. Rappelé à Anvers, le 1er février 1802. Ingénieur de 1ère classe à Anvers, le 28 mars 1805. Passé au port de la Spezzin, le 28 novembre 1808, puis au département de Jemmapes, le 15 septembre 1810. Ingénieur en chef de 2ème classe, le 1 er mai 1811. Chargé de la Seine-et-Marne, le 1er juin 1811, de la Gironde, le 16 novembre 1813. Chargé du port de Bordeaux, le 1er octobre 1815. Cesse d’être attaché au port de Bordeaux et conserve le service de la Gironde le 23 mai 1819. Ingénieur en chef de 1ère classe, le 3 mars 1820. Chargé de la Loire-Inférieure, le 1er octobre 1827. Ingénieur en chef-directeur, chargé du canal de Nantes à Brest dans la Loire-Inférieure, le 1er août 1833. Décédé le 15 novembre 1835.

Sources : AENPC, RMEI, vol. 2, p. 170.

AENPC, FR (3-545).

ANNEXE 2 : Tableau d’affectation par département des ingénieurs en chef (IC) ingénieurs ordinaires (IO), conducteurs (C) et aspirants (As), 1806-1813.

Notes

1 F. de Dainville, L’Éducation des jésuites (XVIe-XVIIe siècles), textes réunis et présentés par Marie-Madeleine Compère, Paris, Éditions de Minuit, 1978.

2 F. de Dainville, La Géographie des humanistes. Les Jésuites et l’éducation de la société française, Paris, Beauchesne, 1940.

3 F. de Dainville, La Cartographie reflet de l’histoire. Recueil d’articles présentés par Michel Mollat du Jourdin avec le concours de Lucie Lagarde, Marie-Antoinette Vannereau et Numa Broc, Genève-Paris, Slatkine, 1986 ; id., Le Langage des géographes. Termes. Signes. Couleurs des cartes anciennes, 1500-1800, avec le concours de Françoise Grivot, Paris, A. et J. Picard, 1964. Le compte rendu de P. Marthelot, La Conscience géographique d’une époque : le langage des géographes anciens, dans Annales. Economies, Sociétés, Civilisations, t. XXII, 1967, n° 5, p. 1153-1154, avait clairement inscrit cet ouvrage dans une historiographie singulière.

4 J. Bertin, « De la sémiologie graphique à l’histoire des cartes », Préfaces. Les idées et les sciences dans la bibliographie de la France, n° 5, décembre 1987-janvier 1988, p. 104-105. F. de Dainville, « De la profondeur à l’altitude. Des origines marines de l’expression cartographique du relief terrestre par cotes et courbes de niveau », Annuaire international de cartographie, t. II, 1962, p. 150-162, réédité dans La Cartographie reflet de l’histoire, p. 441-457.

5 J. Bertin, Sémiologie graphique. Les diagrammes - les réseaux, les cartes, Paris-La Haye, 2è éd., 1973, p. [1].

6 « Les activités de l’ingénieur piémontais Ercole Negro en France (1566-1597) », Armi antiche. Bollettino dell’ Accademia di San Marciano, n  sp., 6e Congr. Ass. intern. dei musei d’armi e di storia militare (Zurich, 15-20 mai 1972), p. 133-185. Le texte prononcé à Turin en juin 1969 (5e congrès), a été publié dans les actes du congrès suivant.

7 Le Dauphiné et ses confins vus par l’ingénieur d’Henri IV Jean de Beins, Genève, Droz, 1969.

8 F. de Dainville, « Les bases d’une cartographie industrielle de l’Europe au XIXe siècle », L’industrialisation de l’Europe au dix-neuvième siècle, cartographie et typologie, Colloques internationaux du CNRS, Lyon, 1970, Paris, Bibliothèque nationale, 1972, p. 15-33.

9 M. Watelet, « Mémoires occultées, mémoires révélées. Les travaux cartographiques des ingénieurs français et hollandais en Wallonie (1747-1830) », L. Courtois et J. Pirotte (dir.), Entre toponymie et utopie. Les lieux de la mémoire wallonne, Louvain-la-Neuve, Fondation Wallonne, 1999, p. 75-91 (Série recherches, vol. 2) et M. Watelet, Chemins impériaux & voies royales. Essai sur la cartographie et l’ingénierie routières en Wallonie au début du XIXe siècle, Namur-Bruxelles, MET-Racine, 1998.

10 F. de Dainville et J. Tulard, Atlas administratif de l’Empire français d’après l’atlas rédigé par ordre du Duc de Feltre en 1812, Genève, Droz, Paris, Minard, 1973 ; espaces gérés en 1811 par les inspecteurs divisionnaires Tarbé et Saget : Les Ingénieurs des Ponts-et-Chaussées, 1791-1811, G. Arbellot, B. Petit et J. Bertrand, Atlas de la Révolution française. 1. Routes et communications, Paris, Éditions de l’EHESS, 1987, p. 34.

11 Il s’agit de notices brèves mettant en évidence l’origine sociale des individus, leur formation, leur carrière (mobilité, évolution statutaire, publications,...), leurs alliances matrimoniales, leurs activités techniques, leurs travaux intellectuels... C. Charle, Prosopographies des élites françaises. Guide de recherche, Paris, CNRS-IHMC, 1980 ; voir également le projet de Prosopographie des entrepreneurs du Second Empire par D. Barjot et N. Stoskopf (http://www.ihme.ens.fr/entrepreneurs.html).

12 Cf. le livre d’emblèmes de Cornelis Kiel (1528-1607) illustré et édité vers 1590 à Anvers par Philippe Galle : Prosopographia, sive virtutum animi, corporis, bonorum externorum, vitiorum, et affectuum variorum delineatio, imaginibus accurate expressa a Philippo Gallaeo et monochromate ab eodem edita : Distichis C. Kiliano Dufflaeo illustrata.

13 Marc Gil, « Le métier de relieur à Lille (v.1400-1550), suivi d’une prosopographie des artisans du livre lillois », Bulletin du bibliophile, 2002, n° 1, p. 7-46. Pour l’histoire du livre : Frédéric Barbier, Lumières du Nord. Imprimeurs, libraires et « gens du livre » dans le Nord de la France au XVIIIe siècle (1701-1789). Dictionnaire prosopographique, Genève, Droz, 2002.

14 Giovanni Levi, « Les usages de la biographie », Annales. Economies, Sociétés, Civilisations, t. XLIV, n° 6, 1989, p. 1330.

15 Ibid., p. 1329.

16 A. Brunot, « L’administration des Ponts et Chaussées pendant la Révolution », L’Administration de la France sous la Révolution, Genève, Droz, 1992.

17 Anne Blanchard, Les Ingénieurs du « roy » de Louis XIV à Louis XVI. Etude du corps des fortifications, Montpellier, Université Paul Valéry, 1979, et « Les ci-devant ingénieurs du Roi », Revue internationale d’histoire militaire, 1970, n° 30, p. 97-107. En période de pénurie, situation d’exception, certains ingénieurs des Ponts et Chaussées furent transférés aux cadres militaires.

18 Dictionnaire Napoléon, Jean Tulard (dir.), nouvelle édition, Paris, Fayard, 1989.

19 Il « exerce avec talent la direction générale des Ponts et Chaussées et du Cadastre. Appelé à ce poste à cinquante ans, ignorant jusqu’aux qualités requises pour être un bon ingénieur », Jean-Luc Suissa, « Cretet », ibidem, p. 549-550.

20 R. Taton, « Les biographies scientifiques et leur importance pour l’histoire des sciences », R. Taton, Études d’histoire des sciences, Turnhout, Brepols, 2000, p. 521-523 (De Diversis Artibus, t. 47).

21 A. Fierro, Bibliographie analytique des biographies collectives imprimées de la France contemporaine (1789-1985), Paris, Honoré Champion, 1986.

22 J. Muller, L’École polytechnique et les Belges, 1795-1815, dans Revue historique de l’armée, t. X, n° 2, juin 1954, p. 33-38. Présente la liste des élèves qui seront affectés aux Ponts et Chaussées : J.J. Grétry, J.F. Noël, E.A.E. Ketelbuter, E.F. Godin, G.J. Chauchet, P. Urban, J.-B. Vifquain et E.A. Nayen.

23 Tarbé de Saint-Hardouin, Notices biographiques sur les ingénieurs des ponts et chaussées, depuis la création du corps, en 1716, jusqu’à nos jours, Paris, Baudry et Cie, 1884, 276 p., classement chronologique et index alphabétique.

24 A. Debauve, Les Travaux publics et les ingénieurs des Ponts et Chaussées depuis le XVIIe siècle, Paris, Vve Ch. Dunod, 1893, p. 357-436.

25 Trudaine, Trudaine de Montigny, Legrand, de Franqueville, Varroy.

26 De Régemorte père et fils, Bertrand, Gauthey, Liard, Gayant, Brisson, Minard, Mary, Comoy, Graëff, Malézieux, Frécot, Poirée, Louiche-Desfontaines, Chanoine, Krantz.

27 Vallée, Payen, Schwilgué, Didion, Jullien, Busche, Talabot, Surell, Jacqmin.

28 Collignon, Cézanne, Maniel, Lalanne.

29 De Prony, Belanger, Navier, Barré de Saint-Venant, Coriolis, Bresse, Brémontier, Surell, Lebon, Vicat.

30 Debauve, op cit., p. 357.

31 F. Fichet-Poitrey, J. Bureau et M. Kaufmann, Le Corps des Ponts et Chaussées, du génie civil à l’aménagement du territoire, Paris, Ministère de l’urbanisme et du logement, 1982. Biographies détaillées de 19 ingénieurs, p. 95-230.

32 A. Brunot et R. Coquand, Le Corps des Ponts et Chaussées, Paris, Éditions du CNRS, 1982, p. 757-892.

33 « Annexe 16. Liste des scientifiques et ingénieurs actifs en France sous le Consulat, l’Empire et Louis XVIII », Nicole et Jean Dhombres, Naissance d’un pouvoir : sciences et savants en France (1793-1824), Paris, Payot, 1989, p. 850-851.

34 Notice historique sur la vie et les ouvrages de M. Perronet, dans P.C. Lesaga, Recueil de divers mémoires, extraits de la bibliothèque des Ponts et Chaussées, à L’usage des élèves ingénieurs, Paris, Bernard, 1806.

35 De nouvelles voies d’accès à la connaissance de la notion de profession ont bien été dégagées par certains historiens, voir l’excellente enquête de Carl Havelange, Les figures de la guérison (XVIIIe-XIXe siècles). Une histoire sociale et culturelle des professions médicales au pays de Liège, Paris, Belles Lettres, 1990, p. 13-40 [questions de méthode].

36 « William Chapman (1749-1832). Civil Engineer », dans A.W. Skempton, Civil Engineers and Engineering in Britain, 1600-1830, Aldershot, Variorum Ashgate Publishing Limited., 1996, p. 46-82.

37 Éloge historique de M. Gauthey, inspecteur général des Ponts et Chaussées, dans Traité de la construction des ponts, par M. Gauthey, inspecteur général des Ponts et Chaussées, publié par Navier,3e éd., corrigée et augmentée, t. I, Mons-Namur-Bruxelles-Liège, Leroux Frères, 1843.

38 Des personnalités significatives de l’art de l’ingénieur des XVIIIe et XIXe siècles bénéficient de bonnes biographies : E. Bonnet, « Joseph Hyacinthe Sigaud. Ingénieur des Ponts-et-Chaussées, 1752-après 1815 », Provence historique, t. 5, fasc. 20, 1955, p. 155-160 ; Alain Auclair, Les Ingénieurs de l’équipement de la France. Eugène Flachat (1802-1873), Le Creusot, Écomusée de la communauté urbaine Le Creusot-Montceau-les-Mines, 1999 ; Anne Coste, Antoine Picon et Francis Sidot, Un Ingénieur des Lumières. Émiland-Marie Gauthey, Paris, Presses de l’ENPC, 1993 et P. Laurent et A. Vialleton, « Émiland Gauthey, ingénieur en Bourgogne », Monuments historiques, n° 150-151, 1987, p. 67-72 ; Jean-Baptiste Vifquain, ingénieur, architecte, urbaniste (1789-1854), R. Aubert et al. (dir.), Louvain-la-Neuve, Université catholique de Louvain, 1983.

39 Harry Lintsen, Ingenieurs in Nederland in de negentiende eeuw. Een streven naar erkenning en macht, ‘s-Gravenhage, Martinus Nijhoff, 1980. R. Filarski, Kanalen van de koning-koopman. Goederenvervoer, binnenscheepvaart en kanalenbouw in Nederland en België in de eerste helft van de negentiende eeuw, Amsterdam, NEHA, 1995, p. 63-70.

40 Nouvelle contribution à l'histoire de l’Institut d’Égypte et de la Commission des sciences et arts. Correspondance inédite des ingénieurs civils de l’armée d’Orient découverte par M. Jean Ott, ingénieur en chef des Ponts et Chaussées et annotée par Gabriel Guémard dans Bulletin de l’Institut d’Égypte, t. VII, session 1924-1925, Le Caire, 1925, p. 78-79.

41 Voyage pittoresque de Constantinople et des rives du Bosphore d’après les dessins de M. Melling, architecte de l’empereur Sélim III et dessinateur de la sultane Hadigé sa sœur, Paris, Treutel et Würtz, 1819, in fine.

42 Un travail complet sur les Pyrénées. Antoine-Ignace Melling et Joseph-Antoine Cervini en voyage dans le midi de la France en 1821 pour rassembler les matériaux du Voyage pittoresque [...]. Lettres présentées et annotées par C. Boschma, F. Dutheil, H. Saule-Sorbé, Pau, Pin à Crochets, 2000, p. 217-218.

43 Cf. l’article de Martine Illaire dans ce volume.

44 T. Ravinet, Code des Ponts et Chaussées et des mines, ou collection complète des lois, arrêtés, décrets, ordonnances, règlemens et circulaires concernant le service des Ponts et Chaussées et des mines jusqu’au 1er janvier 1829, t. I, Paris, 1829, p. 299-300.

45 Ibid.

46 The Engineering Drawings of Benjamin Henry Latrobe. Edited with an Introductory Essay by Darwin H. Stapleton, New Haven-Londres, 1980.

47 De Physique Existentie dezes Lands. Jan Blanken, inspecteur-generaal van de Waterstaat (1755-1838). Arsenalen, Bruggen, Dokken, Dijken, Havens, Molens, Sluizen, Stoommachines, Amsterdam, 1987.

48 Notamment la précieuse collection des Annuaires du corps impérial des Ponts et Chaussées, à partir de 1806.

49 Registre d’admission à la dite école [Ponts et Chaussées] à partir du 1er Vendémiaire an XIII, ENPC Champs-sur-Marne, Ms. p. 111.

50 Ibidem, p. 129.

51 Voir Henri Fassbender, « L’enseignement à l’École centrale du département de la Dyle », Cahiers bruxellois. Revue trimestrielle d’histoire urbaine, t. XIV, fasc. III-IV, juillet-décembre 1969, p. 179-272. Sur l’aspect particulier de l’enseignement : Bernard Maitte, « L’enseignement des sciences », Les savants et la politique à la fin du XVIIIe siècle, éd. par G. Van de Vyver et J. Reisse, Bruxelles, Université libre de Bruxelles. Études sur le XVIIIe siècle. Volume hors série, n° 7, p. 43-55

52 Rapport anonyme, vers 1822 (s’-Gravenhage, Algemeen Rijksarchief, WBW, n° 1192 : Organisatie van het korps Ingenieurs. Proposition).

53 Y. Urbain, « La formation du réseau des voies navigables en Belgique. Développement du système des voies d’eau et politique des transports sous l’Ancien Régime », Bulletin de l’Institut de Recherches Économiques, t. X, 1938-1939, p. 271-314 (Université Catholique de Louvain. École des sciences politiques et sociales. Institut de recherches économiques).

54 En tenant compte des normes imposées: K. Booker, « Gaspard Monge (1746-1818) and his Effect on Engineering Drawing and Technical Education », Transactions of the Newcomen Society, t. 34 (1961-1962), p. 15-36.

55 Mapmakers of the Sixteenth Century and Their Maps. Bio-Bibliographies of the Cartographers of Abraham Ortelius, 1570, Chicago, Speculum Orbis Press, 1993.

56 L. Bagrow, « A. Ortelii catalogus cartographorum », Petermanns geographische Mitteilungen, Ergänzungshefte 199 et 210, Gotha, Justus Perthes, 1928-1930.

57 On inclura par exemple les activités des ingénieurs des Ponts lors de la campagne d’Égypte (1798-1801) et des ingénieurs restés en Russie après la désastreuse campagne de 1812. L’exemple de Favier n’est pas exceptionnel. Une décennie après la campagne d’Egypte, il deviendra ingénieur en chef des Ponts du département des Forêts (1811), pour prendre ensuite la direction des infrastructures au département de Jemmapes (1812). Cf. P. Bret, « Les oubliés de Polytechnique en Égypte : les artistes mécaniciens de la Commission des sciences et des arts », Scientifiques et sociétés pendant la Révolution et l’Empire, Actes du 114e congrès national des sociétés savantes (Paris, 3-9 avril 1989). Section histoire des sciences et des techniques, Paris, CTHS, 1990, p. 497-514.

58 Un des objectifs de certains chercheurs, voir Zig-zag. Lettre d’information du réseau des lecteurs du fonds ancien de l’Ecole nationale des ponts et chaussées, n° 0, septembre 2002.

Table des illustrations

Légende ANNEXE 2 : Tableau d’affectation par département des ingénieurs en chef (IC) ingénieurs ordinaires (IO), conducteurs (C) et aspirants (As), 1806-1813.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/628/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 688k

Auteur

Né en 1956, est docteur en histoire (1992) et chercheur qualifié de la Communauté française Wallonie-Bruxelles. Actuellement attaché scientifique à la Direction générale des services techniques généraux du ministère de l’Équipement et des Transports, il y dirige le Cyber-centre de cartographie. Également collaborateur scientifique à l’Université catholique de Louvain-la-Neuve, il a publié de nombreux articles et d’importants ouvrages dans le domaine de l’histoire de la cartographie comme Mercator cosmographe (1994), et les trois volumes actuellement parus de la collection Monumenta cartographica Walloniœ qu’il dirige (1992, 1995, 1998).

© Publications de l’École nationale des chartes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search